Navigation – Plan du site

Lieux Communs

Le laboratoire LAUA (Langages, Actions Urbaines, Altérités) de l’École nationale supérieure d’architecture de Nantes consacre le numéro 11 de sa revue Lieux Communs aux « cultures visuelles de l’urbain contemporain ». Imprimée en quadrichromie avec une nouvelle maquette dense et vivante, dotée d’un appareil iconographique généreux qui tranche sur l’austérité traditionnelle des revues scientifiques, Lieux Communs fait le pari de la mobilité en inaugurant le format de poche. Ainsi le lecteur peut-il se nourrir du contenu des articles de sa revue favorite dans les transports en commun, et ce pour la somme très respectable de 12 euros. Dans cette livraison, il peut appréhender la grande richesse du dossier central composé d’une douzaine d’articles consacrés aux fonctionnements de l’imagerie contemporaine et de la culture visuelle des phénomènes urbains. Dans son introduction, Laurent Devisme s’explique sur l’actualité d’une « crise de l’imagibilité » qui justifie un effort collectif de toutes les disciplines, notamment celles que l’on n’a pas l’habitude de rencontrer sur ces terrains d’investigation. Les contributions qui se succèdent dans ce dossier confirment son actualité et démontrent qu’il y a là un chantier interdisciplinaire à ne pas relativiser. Par ailleurs, le lecteur peut aussi s’intéresser aux trois autres rubriques de la revue : les « Transpositions » avec quatre articles de qualité, « Les notes de lecture » avec six analyses critiques d’ouvrages et « Les nouvelles du laboratoire » avec l’actualité des productions et publications des membres de l’équipe.

Cahiers thématiques

À l’occasion de la publication du numéro 8 des Cahiers thématiques, le LACTH (Laboratoire d’architecture, conception, territoire, histoire) de l’École nationale supérieure d’architecture et du paysage de Lille inaugure un nouveau partenariat éditorial avec la Maison des sciences de l’homme. Placée sous la responsabilité de Richard Klein et Éric Monin, la livraison de janvier 2009 est entièrement consacrée à « L’architecture et l’événement », thématique souvent abordée de manière périphérique dans les travaux de recherche mais ici appréhendée de manière frontale par un ensemble très complet de vingt-cinq contributions. Les trois parties qui structurent ce dossier traitent successivement de « L’expérience de l’événement », de « L’architecture comme événement intentionnel » et de « L’événement et sa réception ». Pour le lecteur qui s’accroche à l’actualité médiatique des productions architecturales, la richesse des articles de ce numéro des Cahiers thématiques est évidemment une source d’inspiration sans pareille. Pour le lecteur qui s’interroge sur la nature événementielle de telle ou telle architecture, la diversité des points de vue constitue désormais une référence opérationnelle en termes d’analyse critique. Pour le lecteur qui s’ouvre à l’évolution des objets de recherche en histoire de l’architecture, il y a là un corpus intellectuel qui s’impose et qui tend à nourrir les travaux sur la réception de l’architecture contemporaine qui forment un des axes de recherche du LACTH.

Le Visiteur

Après une interruption de cinq années, Le Visiteur, revue critique d’architecture bilingue de la Société française des architectes (SFA), s’est donné les moyens de « renaître » en mai 2008 avec le numéro 11. Doté d’un projet éditorial qui affiche clairement ses différences avec le précédent, Le Visiteur est une publication trimestrielle imprimée en quadrichromie et éditée par Infolio. Placée sous la responsabilité de Karim Basbous, la rédaction se fait un devoir d’affirmer une posture d’analyse critique des productions architecturales, urbaines et paysagères. La livraison de mai 2009 consacre ses cinq premières contributions à l’analyse de l’œuvre de l’architecte José Cruz Ovalle, notamment l’université Adolfo Ibañez qu’il a réalisée à Peñalolén, au pied de la Cordillère des Andes. Les cinq articles suivants reprennent le contenu des interventions du colloque que la SFA avait organisé en mars 2008, « Le projet en question ». Sur ce sujet, on pourra lire les textes signés par Benoît Goetz, Franco Purini, Arnoldo Rivkin, Judith Rotbart, Rémi Rouyer et Laurent Salomon. Ce numéro 13 du Visiteur accueille également une analyse de Joseph Abram sur les références égyptiennes du rationalisme architectural au xxe siècle. Il publie enfin le texte (« Qui bâtira l’Arche ? L’architecture à l’heure de la convergence des catastrophes ») de la conférence que Mike Davis avait donnée à la SFA en juin 2008.

FabricA. Travaux d’histoire culturelle et sociale de l’architecture et des formes urbaines

Pour sa deuxième livraison, la revue FabricA, publiée par le LADHRAUS (Laboratoire de recherche histoire architecturale et urbaine – sociétés) de l’École nationale supérieure d’architecture de Versailles propose une série de trois contributions scientifiques élaborées par des doctorants ou jeunes chercheurs : Alexis Markovics (« La fortune critique d’une production ordinaire : les immeubles parisiens d’Albert Joseph Sélonier 1858-1926 ») ; Véronique Samuel-Gohin (« Karl-Friedrich Schinkel, un architecte allemand sous le signe de J.-N.-L. Durand : l’héritier d’un mode de penser transmis par les manuels d’architecture bourgeoise ? ») ; Philippe Grandvoinnet (« Une architecture thérapeutique. Les ambitions du programme sanatorial français de 1919 »). Comme le précédent et comme le suivant, ce numéro de FabricA démontre que la dynamique doctorale des écoles nationales supérieures d’architecture est à l’œuvre. Les séminaires se succèdent, les thèses se soutiennent et les publications se diffusent. Sous la responsabilité de Catherine Bruant, cette modeste revue doctorale est là pour témoigner de l’inéluctable montée en puissance des formations à la recherche par la recherche dans le domaine de l’architecture. Dans la seconde moitié du numéro, on peut comprendre « l’infortuné destin d’une famille d’architectes de la Ville de Paris ». L’article de Catherine Bruant intitulé « Eugène Hénard, l’invention de l’avenir » éclaire en effet, sur près de 120 pages, cette fine connaissance de l’urbanisme parisien dont l’actualité du Grand Paris ne peut assurément pas faire l’économie.

Les Carnets du paysage

Au sommaire du numéro 17 des Carnets du paysage de l’École nationale supérieure du paysage de Versailles se succèdent dix contributions qui forment un dossier consacré aux « défis climatiques ». Pour analyser l’impact sur le paysage des évolutions de la machine climatique planétaire, les articles réunis sous la responsabilité de Jean-Marc Besse et Hervé Brunon s’articulent et se complètent avec efficacité. Après un texte liminaire de Gilles Clément sur les « Nuages », la situation patrimoniale des jardins britanniques soumis aux changements climatiques est analysée par Richard Bisgrove. Après un entretien avec Pascal Cribier qui suggère d’« Être attentif aux moindres bruissements », un article très complet sur le devenir incertain des polders du xxie siècle est proposé par Lydie Goeldner-Gianella. Le dossier de ce numéro 17 aborde ensuite avec les photographies d’Olivier de Sépibus la question de la disparition dans les paysages de montagne. « L’arbre et le ciel » est le titre de l’article de Jérôme Buridant consacré à l’influence des variations climatiques sur la forêt du xvie au xxe siècle. Dominique Carré et Jean Dethier proposent de leur côté une série de photographies d’Alex Maclean. Enfin, pour compléter l’ensemble, on lira utilement les contributions de Claire Guezengar, « La fiction comme outil de projet de paysage », de Denis Delbaere, « La revanche du château de sable », et de Marie-Sabine Gouriou qui suggère la question suivante : « Et si le droit invitait au jardinage… ». Cette dernière livraison des Carnets du paysage s’achève par les deux textes et les cinq notes de lecture de la rubrique Varia.

Criticat

Fondée par l’association Criticat, la revue éponyme paraît pour la première fois en janvier 2008. Sous la responsabilité de Françoise Fromonot, elle se donne pour ambition « d’interroger l’architecture et ses enjeux » et de « renouer avec une critique engagée du monde tel qu’il se construit ». Au menu du numéro 3, paru en mars 2009, les différentes rubriques proposent successivement une « analyse », un « relevé », un « document », un « débat », une « carte blanche », un « point de vue » et une « correspondance ». Dans un premier temps, Valéry Didelon suggère de décaler le regard de l’analyse critique jusqu’au-delà de ce que les architectes et les architectures donnent à voir, c’est-à-dire « Au-delà du spectacle ». Natalija Subotincic s’atta­che ensuite à examiner le rapport de Freud à « l’espace en tant que construction psychique ». On lira aussi un texte de J.-M. G. Le Clézio de 1984 (« Une maison, un terrier »). Et puis, le dossier central qui « fait débat » dans cette livraison de Criticat pose la question suivante : « Que faire de l’architecture de l’après-guerre ? ». Les articles de Wouter Vanstiphout, Bernard Marrey, Marilena Kourniati, Françoise Fromonot et Irénée Scalbert se complètent pour procurer au lecteur un corpus d’analyses critiques que l’histoire récente de l’architecture ne peut désormais plus ignorer. À la fin du volume de ce numéro 3 de la revue, on prendra finalement connaissance du point de vue de Raphaël Labrunye sur « L’urbanisme Tupperware » et de la correspondance d’Espagne de Gaël Pilorget-Brahic.

EaV (Enseignement, Architecture, Ville)

La revue scientifique bilingue de l’École nationale supérieure d’architecture de Versailles est publiée sous la responsabilité d’Anne-Marie Châtelet et Michel Denès. Le numéro 14 (2008/2009) a la particularité de proposer utilement la liste complète des ouvrages de la bibliothèque de l’école qui constituent le « fonds ancien », héritage des acquisitions des anciens ateliers de l’École nationale supérieure des beaux-arts de Paris. Cette initiative n’est pas dénuée d’intérêt quand on sait que l’école de Versailles est notamment l’héritière directe de ceux, parmi les anciens ateliers des Beaux-Arts, qui se voulaient les plus avides de culture architecturale et urbaine. On lira donc l’analyse de Béatrice Gaillard et Jörn Garleff qui introduit cette liste d’ouvrages anciens. Par ailleurs, on lira avec profit les deux points de vue qui entament cette dernière livraison de la revue, celui de Vincent Jacques (« Habiter et expression chez Gilles Deleuze ») et celui de Sylvain Malfroy (« Positionner son travail, croiser les points de vue »). Ce numéro 14 d’EaV propose ensuite deux études très fouillées. La première, signée par Elsa Ricaud, suggère de « Faire l’histoire à l’envers : étude de cas à l’abbaye de Royaumont ». La seconde, élaborée par Georges Farhat, procure toute la matière intellectuelle nécessaire « Pour une approche critique de la notion de territoire ». En fin de sommaire, la rédaction de la revue publie trois contributions dans la rubrique « Conférences » : « De la Gebaute Form de Paul Schmitthenner au néo-réalisme italien. À propos des origines allemandes de l’œuvre de Ridolfi et Frankl » (Wolfgang Voigt), « Les plans de l’îlot Vasserot, support d’un système de l’information géographique historique de Paris » (Hélène Noizet), « Bâtir la modernité à Shanghai. Les œuvres des architectes A. Léonard, P. Veysseyre et A. Kruze à Shanghai au début du xxe siècle » (Lu Yongyi et Chen Feng).

Les Cahiers de l’École de Blois

Publiés par l’École nationale supérieure de la nature et du paysage de Blois et édités par les Éditions de la Villette, Les Cahiers de l’École de Blois consacrent leur numéro 7 (mars 2009) au thème des « Densités ». Sous la direction de Jean-Christophe Bailly, se côtoient ici les contributions de professeurs et d’étudiants, de chercheurs confirmés et de jeunes diplômés de l’école. Les multiples formes de la densité sont tour à tour convoquées, comme pour insister avec Jean-Christophe Bailly sur tout ce qui fait que l’espacement est le véritable « révélateur de la densité ». Jean-Marc Lévy-Leblond (« Dense avec la science ») entame la succession des articles de ce dossier en évoquant les relations que la densité entretient avec les sciences physiques. De son côté, Jean-Marc Drouin s’attache à analyser les phénomènes de « Densité et diversité en botanique ». Plusieurs analyses se focalisent ensuite sur les questions de densité liées à l’élaboration du projet, celle d’Isabel Claus sur les « Échelles de perception de la densité », celle de Thibault Barbier sur les « Seuils de tolérance en milieu insulaire », celle de Gabriel Mauchamp sur « Tram des villes – Train des champs ». L’article de Quentin de Néeff s’intéresse à l’histoire douloureuse de la « Basse vallée de la Romanche ». Le texte de Gilbert Vaudey se focalise sur la densité lyonnaise. Le travail des étudiants de l’école s’exprime à travers une étude sur la rade de Lorient, sur Shanghai et sur le mont Evrin, dans la ville nouvelle de Marne-la-Vallée. On lira enfin, pour clore ce dossier, le contenu des notes de l’écrivain Nathalie Quintane qui, à propos de densité, souligne qu’« il y a un nombre au-delà duquel on se met à compter un par un, avec le doigt ».

Monumental

Publiée semestriellement par les Éditions du patrimoine du Centre des monuments nationaux, la revue Monumental est la revue scientifique et technique des monuments historiques. La première livraison de l’année 2009 consacre son dossier central au sujet passionnant de « La cathédrale dans la ville ». Avec un éditorial de Françoise Bercé, la première partie de cette contribution collective est une succession d’analyses de portée générale sur l’histoire et l’actualité des abords des cathédrales. On y lira notamment le fac-similé de l’article de Jean-Charles Moreux sur « Les places de cathédrales et leurs abords » (1942) présenté par Francis Chassel. Avec une introduction de François Goven, la deuxième séquence du dossier focalise de manière comparatiste sur un certain nombre d’études de cas (Mende, Albi, Bordeaux, Autun, Amiens, Beauvais, Senlis…). Le troisième ensemble de contributions s’intéresse aux enjeux des fouilles archéologiques dans l’aménagement urbain. Avec de nombreux textes de qualité, la quatrième partie du dossier propose une réflexion typologique globale sur les travaux de recherche et de restauration que suscitent les « Portails des cathédrales en chantier ». Le tout façonne un corpus intellectuel qui traite avec rigueur des théories, des doctrines et des pratiques, ce qui ne l’empêche pas d’être remarquablement illustré. Dans la rubrique des « Brèves », sept contributions se succèdent au sujet de questions d’actualité. Enfin, pour achever cette livraison de Monumental, le bureau de la Protection des monuments au sein de la sous-direction des Monuments historiques et des Espaces protégés revient utilement sur la liste exhaustive, région par région, des « Bâtiments classés au titre des monuments historiques en 2008 ».

Matières

Avec un dossier central composé de cinq essais consacrés à la question fondamentale des spatialités architecturales, le numéro 9 de la revue Matières démontre que les problématiques de la recherche scientifique dans le domaine de l’architecture ne ressemblent à aucune autre. Il prouve également, comme les précédentes livraisons, que le niveau élevé des exigences intellectuelles des contributions sollicitées est la véritable priorité d’une publication scientifique. Sous la direction de Jacques Lucan, la revue annuelle du Laboratoire de théorie et d’histoire de l’Institut d’architecture et de la ville de l’École polytechnique fédérale de Lausanne, interroge cette fois-ci en effet la notion d’espace. Jacques Lucan propose d’abord une « Hypothèse pour une spatialité texturée ». Bruno Marchand s’intéresse aux « Complexités et dynamiques spatiales » à travers l’œuvre d’Alvaro Siza des années 1970. De son côté, Roberto Gargiani visite à nouveau le projet de « La maison de campagne en briques de Mies van der Rohe ». Le texte de Grégory Azar analyse « La fiction de l’espace-temps » à partir des contributions de Theo van Doesburg. Pour conclure ce dossier, Martin Steinmann propose une réflexion au sujet « De la perception de l’espace ». Dans la rubrique « Monographies », Martin Boesch examine la nature des « Paysages intérieurs » d’Heinrich Tessenow et Frédéric Frank analyse « La réception critique de Learning from Las Vegas dans le contexte suisse des années 1970 ». Avant d’évoquer en fin de volume la thèse de doctorat récemment soutenue par Philippe Mivelaz sur la vie et l’œuvre d’Alexandre Sarrazin (1895-1976), ce numéro 9 de Matières prend soin d’étudier le contenu de deux expositions récentes : la première sur les travaux d’Archizoom (Beatrice Lampariello : « Destruction de l’architecture : Archizoom, 1966-1974 ») et la seconde sur l’œuvre de Pancho Guedes (Cornelia Tapparelli : « Pancho Guedes - figure exotique de l’après-guerre »).

  • Logo Éditions du patrimoine
  • OpenEdition Journals