Navigation – Plan du site

AccueilNuméros29LecturesThèses 2013

Lectures

Thèses 2013

p. 125-144

Plan

Haut de page

Laboratoire ABC, Architecture Bioclimatique et Constructions exposées aux risques naturels

Département de recherche Ensa-Marseille (DREAM). École doctorale « Espaces, cultures, société », université d’Aix-Marseille

Lizeth RODRIGUEZ-POTES, Milieux urbains et ambiances thermiques : influence des arbres sur le microclimat urbain selon des paramètres de plantation et leur impact sur le confort thermique. Cas des villes d’Aix-en-Provence et de Marseille

Dir : Stéphane Hanrot, professeur, Énsa Marseille

9 décembre

Le rôle microclimatique des arbres urbains et leur contribution à l’atténuation des problèmes microclimatiques liés à l’îlot de chaleur urbain est une thématique abordée dans de nombreux travaux de recherche. Cependant, on estime que l’application de ces recherches est nécessaire pour l’élaboration des outils de conception urbaine qui apportent des réponses concrètes aux questions opérationnelles qui se posent dans nos villes. Par exemple, à Aix-en-Provence, en France, on trouve des problèmes liés au réchauffement de la température de l’air pendant l’été, des tailles sévères des branches aux plus mauvais moments de l’année et la présence d’essences qui restent peu variées. C’est pourquoi le thème abordé dans cette thèse concerne principale ment la microclimatologie urbaine et vise à mesurer et à analyser l’effet des arbres sur les conditions thermiques, en espaces extérieurs, à l’échelle de la rue en climat méditerranéen et en été. Ce travail se base sur l’analyse des mesures microclimatiques en différents cas de voies urbaines aménagées avec des arbres en alignement dans la ville d’Aix-en-Provence, d’une part, et de mesures faites sur différentes espèces d’arbres dans le Jardin botanique de Marseille, d’autre part. Les résultats montrent que l’orientation, la proximité des arbres aux façades, la couverture végétale et le pourcentage de feuillage agissent sur les conditions thermiques en bloquant le rayonnement par l’ombre projetée sur les piétons, le sol et les murs pendant l’été et aussi en réduisant ou en augmentant la température de l’air principalement. Enfin, ce sont non seulement les arbres qui contribuent à modifier les conditions microclimatiques, mais également les formes urbaines.

ACS, Architecture, Culture, Société XIXe-XXIe siècles,

Ensa Paris-Malaquais, UMR 3329 CNRS / MCC AUSser. École doctorale « Ville, transports et territoires », PRES université Paris Est

Nadège MARNEFFE-FONTANELLA, Le musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MuCEM) à Marseille. Fabrique d’images pour un nouvel espace public à vocation méditerranéenne

Dir. : Jean Attali, Ensa Paris-Malaquais

11 avril

Le MuCEM (musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée), musée national issu de l’ancien musée des Arts et Traditions populaires, désormais dédié aux cultures de la Méditerranée et construit près du fort Saint-Jean, participe au changement d’image de Marseille. Le musée devient créateur d’un « espace d’images », qui façonne un nouvel espace public. Ces images attachées au site mettent en lumière la permanence de l’usage des « Pierres plates » du XIXe siècle. Le MuCEM entre en résonance avec sa localisation emblématique, sur l’ancien môle J4, face au bassin de la Joliette et à l’entrée du Vieux-Port. Il devient le lieu d’un travail de la mémoire qui est en réalité un travail des images qui traversent le projet et participent à la future animation du lieu. La philosophie de l’image permet de construire une théorie de la transformation du lieu et de montrer que le projet architectural est le moment critique d’une authentique lisibilité du site et de sa vocation méditerranéenne. Le site du MuCEM se présente comme un « espace survivant » dans lequel l’économie de l’image rétablit l’espace public dans sa pleine dignité. Les images persistantes, dans la mémoire collective, complètent la compréhension du processus actuel de rénovation. Le bâti ment du MuCEM, construit selon les plans de l’architecte Rudy Ricciotti, révèle une mutation dans l’architecture muséale et dans la conception d’un espace public : la mise en partage de la culture et la production du lieu symbolique y sont traversés des enjeux contemporains liés aux nouvelles migrations. Son architecture est un témoin de l’évolution des espaces culturels dans le contexte de la mondialisation, en phase avec une nouvelle anthropologie de la culture. Le musée devient un lieu de manifestation culturelle, porté par les individus davantage que par les collections d’objets, dans un contexte de migration mondiale des hommes et des images. Il promet d’être un espace d’urbanité reconquise, confirmant le rivage urbain comme espace symbolique.

Gunsoo SHIN, Entre panoptique de J. Bentham et panoptisme de M. Foucault : Architecture pénitentiaire en France 1791-1875

Dir. : Monique Eleb, professeur honoraire, ACS, Énsa Paris-Malaquais

18 avril

Ce travail a pour point de départ l’analyse du panoptique, tel qu’il fut conçu par Jeremy Bentham dans le cadre d’un projet architectural pénitentiaire et ensuite analysé par Michel Foucault. D’une part, ce projet témoigne de l’émergence d’un type d’architecture conforme à une nouvelle stratégie politique, à savoir la prison moderne, mais aussi, d’autre part, de la genèse d’une technique optique, nommée panoptisme, directement liée à la discipline – en tant que modalité d’application du « pouvoir » – et qui se dévoile peu à peu à travers l’histoire carcérale. Pour Bentham, le panoptique est une technique destinée à être appliquée universellement : Foucault croit en effet à la possible généralisation de ce principe. Néanmoins, les faits viennent, dans un premier temps, contredire cette vocation universelle, puisque le panoptique de Bentham n’a été réalisé en tant que tel. Cependant, au xixe siècle, deux éléments du panoptique se retrouvent au cœur de la plupart des projets de prison et des débats l’entourant : il s’agit de la cellule et du point central d’inspection. La question se transmet de l’absence du schéma originel de Bentham à la réalité du panoptique. Dans cette perspective, cette recherche prend l’étude des causes de l’échec du panoptique en France, par l’analyse des évolutions qu’y connaît la prison cellulaire, des premiers pas de la peine d’emprisonnement à la fin XVIIIe à l’institutionnalisation définitive du système à la fin xixe, conformément au cadre théorique du panoptisme de Michel Foucault et non pas du panop tique stricto sensu.

Marie BELS, Les grands projets de la justice française. Stratégies et réalisations architecturales du ministère de la Justice (1991-2001)

Dir. : Yannis Tsiomis, professeur honoraire Ensa Paris-la-Villette, directeur de recherche CNRS

14 mai

En 1991, le ministère de la Justice français engage un vaste programme de construction de nouveaux palais de justice et d’agrandissements de bâtiments historiques. Plus de vingt-cinq opérations seront mises en œuvre en l’espace de dix ans, ce qui représente, en surface, la moitié de ce qui a été construit durant tout le XIXe siècle. À la modernisation indispensable des conditions de travail de ses fonctionnaires, la Chancellerie ajoute une forte demande de monumentalité, afin de renouveler l’image de l’institution que les cités judiciaires de la période précédente auraient contribué à banaliser. La logique de l’équipement caractéristique de l’organisation et du déroulement des concours se combine alors avec une logique de grands projets, dans laquelle la capacité de création des architectes est sollicitée directe ment. Après avoir examiné les conditions programmatiques et symboliques de la commande, nous analysons dans le détail les rendus de concours de la dizaine d’opé rations neuves importantes et, plus rapide ment, les petites opérations neuves et les agrandissements de bâtiments historiques significatifs. Nous verrons alors comment les nouveaux dispositifs qui se mettent en place, en termes d’espace et de composition architecturale, contribuent à faire évoluer la typologie, à modifier les repères symboliques, et à promouvoir d’autres formes d’organisation et de représentation de l’institution judiciaire.

Stéphanie DADOUR, Des pensées du décentrage au pragmatisme : la question de l’identité dans l’espace domestique (Amérique du Nord, 1988-2008)

Dir. : Monique Eleb, professeur honoraire, ACS, Énsa Paris-Malaquais.

Aux États-Unis et au Canada, depuis le retour des vétérans de la Seconde Guerre mondiale, le domaine de l’habitation se privatise de plus en plus. L’accession à la propriété est à la base du Rêve américain et se matérialise à travers la maison individuelle. Petit à petit, l’architecture domestique est délaissée. Durant les années 1980, elle disparaît de nombreux cursus universitaires, de plusieurs revues, des débats et globalement des intérêts des architectes. L’importance accordée aux maisons privées est secondaire et les commandes de projets d’habitations publiques sont peu nombreuses sous le mandat de Ronald Reagan. En revanche, à partir des années 1990 les architectes s’intéressent aux espaces domestiques et ce, à deux périodes. De 1988 à 1998, l’espace domestique est un sujet omniprésent dans les recueils d’articles, très répandus à cette période, et dans le cadre d’expositions, notamment à travers les notions de genre, sexualité et race. Puis, au lendemain du 11 Septembre où les architectes praticiens sont sollicités à nouveau pour concevoir des projets d’habitations dans le cadre de partenariats privés-publics, principalement des groupes composés de minorités ethniques, les communities. Bien plus qu’un intérêt pour les espaces domestiques, ces deux périodes rendent compte de l’émergence de la question de l’identité comme le référentiel et l’enjeu à travers lesquels les architectes pensent l’architecture domestique. Ce travail de thèse cherche dès lors à répondre à la question suivante : « À partir des années 1990, dans quelle mesure la question de l’identité donne-t-elle à lire et actualise-t-elle un état du champ architectural nord-américain ? »

AE&CC (Labex), Architecture, Environnement et Cultures Constructives

Ensa Grenoble. École doctorale « Science de l’homme du politique et du territoire », université de Grenoble

Laetitia ARANTES, L’intégration des données énergétiques dans la conception architecturale située

Dir : Olivier Baverel, Énsa Grenoble

Ce travail est une réflexion prospective sur la densification verticale de la ville par la tour d’habitation. Trois échelles sont considérées : le bâtiment seul (objet), la composition de sa façade et son insertion urbaine (bâtiment situé). Le parti pris est de n’examiner que le seul critère énergétique. Sont réalisées trois séries d’études « morpho-énergétiques ». Une étude sur l’influence énergétique de la morphologie d’un bâtiment « objet ». L’objectif est de développer un outil d’évaluation simplifiée de la performance énergétique totale des bâtiments résidentiels. Une extension du précédent modèle en insérant le bâtiment dans un morceau de ville : l’objectif est d’identifier l’influence des configurations urbaines sur leurs performances énergétiques, à l’aide d’un outil d’optimisation par algorithmes génétiques. L’étude d’une nouvelle démarche de conception et de rénovation des bâtiments à travers le concept Core-Skin Shell. L’objectif est d’évaluer l’intérêt énergétique d’une décomposition fonctionnelle du bâtiment.

Mathilde CHAMODOT, Pour un habitat écoresponsable de qualité et financièrement accessible en Saône-et-Loire

Dir. : Hubert Guillaud, professeur, Ensa Grenoble ; Co-dir. : Anne-Monique Bardagot, Énsa Grenoble

Ce travail de recherche doctorale interroge l’accessibilité sociale et économique au logement. Il est centré sur une recherche prospective de nouvelles formes et de nouveaux modes de production d’habitat écoresponsable, qui privilégient un développement local. La question de l’habitat est centrale dans une société où l’accès de tous à un logement de qualité devient de plus en plus difficile et où le secteur de la construction doit évoluer pour réduire son empreinte écologique. À l’instar de la France, la Saône-et-Loire est confrontée à des enjeux sociaux, économiques, culturels et environnementaux complexes et en évolution, auxquels elle doit s’adapter pour garantir un développement durable sur son territoire. Dans le domaine de l’habitat, ceci oblige à explorer de nouvelles solutions en termes de formes et de modes de production. Dans un premier temps, une analyse des enjeux, potentiels et freins du territoire a été menée, basée sur des enquêtes de terrain croisées avec des références extérieures. Au regard de cette phase exploratoire s’est fondée une réflexion prospective pour comprendre et éclairer les possibles, faire émerger des pistes stratégiques, urbanistiques, architecturales ou constructives. Cette recherche a saisi l’opportunité d’une demande de réflexion de la part d’élus du département. Elle vise à constituer une aide à la décision pour l’orientation des politiques territoriales locales avec un regard d’architecte sur les nouvelles pensées du logement accessible. Elle contribue également à mettre en place une démarche pour mieux se saisir de la question de l’habitat et du développement d’un territoire, qui pourrait être applicable à d’autres situations.

Basile CLOQUET, Vers un habitat écoresponsable en Saône-et-Loire, qui privilégie les ressources locales

Dir. : Hubert Guillaud, professeur, Ensa Grenoble ; Co-dir. : Anne-Monique Bardagot, Énsa Grenoble

1er mars

Ce travail de recherche doctorale interroge les modes de construction et l’accessibilité financière à l’habitat. Il est centré sur une recherche prospective de nouveaux modes de production d’un habitat économique, qui valorisent les ressources du territoire, en l’occurrence celui de la Saône-et-Loire, et privilégient un développement local. À une époque où les enjeux d’attractivité d’un territoire sont autant liés à l’emploi qu’à la qualité de vie que l’on peut y trouver, la question de l’habitat est majeure. Le développement d’un habitat attractif, économiquement accessible et qui favorise les filières locales, en plus de réduire l’empreinte écologique du secteur de la construction, participerait au développement économique du territoire. Cela oblige à explorer de nouvelles solutions, notamment en termes de modes de production et d’utilisation des ressources locales. Dans un premier temps, l’analyse des enjeux, potentiels et freins du territoire s’est fondée sur des enquêtes de terrain menées auprès d’acteurs et d’entreprises locales, croisées avec des références extérieures. Au regard de cette phase exploratoire, la deuxième étape s’est fondée sur une réflexion prospective. Il s’agissait de comprendre et d’éclairer les possibles, de faire émerger des pistes pour d’autres formes et d’autres modes de production de l’habitat. Ces pistes se traduisent en propositions de principes organisationnels, architecturaux et constructifs. En termes de valorisation, plusieurs étapes de ce travail ont fait l’objet d’expositions et de conférences dont l’objectif était double. Il s’agissait, d’une part, de communiquer avec les acteurs locaux sur l’avancement de la recherche et de diffuser auprès du grand public des exemples de réalisations architecturales remettant en question la conception traditionnelle de l’habitat, tout en valorisant les ressources locales, et, d’autre part, d’amorcer une discussion, un débat avec les acteurs locaux afin d’affiner l’analyse et les propositions avancées en intégrant leurs apports à la réflexion, dans une démarche itérative.

Dominique PUTZ, La figure architecturale, le projet comme dispositif

Dir. : Anne Coste, professeur, Ensa Grenoble

À la base de cette étude, il y a le thème de la figure, entrevu comme le fondement possible d’une théorie de l’architecture. Il s’agit de démontrer que toute architecture peut être décrite en termes de figure, dans laquelle résident ses propres règles, et que ces règles découlent du sens qu’elle s’assigne ou dont elle est porteuse. On construit pour cela un modèle où les figures s’organisent entre elles au sein de structures appelées dispositifs. Comme dans tout modèle d’analyse morphologique, on effectue un découpage du champ de l’architecture en éléments premiers, qui s’organisent entre eux suivant des types de relations. Ce modèle théorique va être confronté à la description de tout type d’édifice (en fait une série définie dans un corpus) afin de pourvoir en retracer le sens et les principes. Après avoir examiné un certain nombre de figures, on va tenter d’en comprendre la logique, d’essayer de retracer le système dont elles relèvent. On va ensuite chercher à inventorier les relations structurelles, c’est-à-dire les rapports entre caractéristiques géométriques, éléments architectoniques, dispositions et configurations spatiales, et les significations qu’elles recouvrent. Après avoir reconnu les thèmes que déclinent ces rapports, on va analyser la nature profonde de ces rapports. Les catégories résultant des modes de composition observables dans l’architecture moderne du XXe siècle peuvent être envisagées selon les modalités décrites, c’est-à-dire d’un art de la composition signifiante parallèle à la simple rhétorique formelle ; différente en cela de la composition « classique » à l’image du calcul des nombres complexes qui comporte une partie imaginaire. Il s’agit d’analyser les modes de composition dans leurs potentialités à produire du sens en générant des structures architecturales pouvant être réutilisées et réinterprétées dans toute une série d’œuvres possibles. Après avoir examiné la notion de figure à l’échelle de l’édifice, on va s’interroger sur la valeur de ce concept à l’échelle de la ville, et ce qu’il nous révèle. Sans faire l’inventaire historique de la forme urbaine, on va tenter de développer trois aspects particuliers de la figure appliquée à la ville, par rapport à la manière dont elle se présente dans des contextes donnés : la forme globale dans ce qu’elle reflète, soit la figure symbolique ; la ville comme programme, c’est-à-dire la propriété qu’a la figure de véhiculer l’information, de transcrire une description dans une forme mentale ; et la ville comme récit, soit la figure utopique qui s’attache à une fiction, dont la non concurrence spatiale devient la modalité de composition. Nous avons ici les deux instances que nous allons envisager et illustrer par les figures qu’elles mettent en jeu dans les villes de fondation d’une part, et les villes idéales d’autre part.

Amir SEIFI, Ispahan : enjeux et stratégies autour du patrimoine

Dir. : Anne Coste, professeur, Ensa Grenoble

Ce travail de recherche doctorale interroge les enjeux et les stratégies culturelles, économiques, politiques et sociales liées au patrimoine pour la ville d’Ispahan. Il est centré sur la mise en place des grands plans iraniens et des initiatives récentes en faveur du secteur du patrimoine culturel et du tourisme, notamment après la révolution islamique d’Iran en 1979. À une époque où la croissance incontrôlée urbaine a engendré une détérioration progressive du tissu historique des villes iraniennes et la perte de leur identité urbaine, Ispahan, la capitale islamique brillante et safavide, prend une importance particulière après la révolution islamique dans le pays. Dans une première étape, par une approche théorique et historique de la notion de patrimoine, nous mettons en évidence les spécificités du concept dans le monde islamique et iranien, et nous évoquons des visions différentes (occidentales-orientales). Également, nous abordons les défis principaux face au patrimoine iranien et d’Ispahan. Par la suite, nous analysons les grandes stratégies et des initiatives récentes en faveur du secteur du patrimoine culturel et du tourisme d’Ispahan, après la révolution islamique et notamment par le plan Outlook iranien. Il s’agit de quatre programmes quinquennaux planifiés pour la perspective de développement du pays à l’horizon 2005-2025, en tant que puissance régionale. Enfin, nous abordons les projets de mise en valeur, achevés ou en cours de réalisation dans la ville d’Ispahan, tous en faveur de son secteur du patrimoine culturel et du tourisme. Nous discutons également des projets impactant (négativement) les biens historiques et inscrits au Patrimoine mondial. Les sources utilisées (documents d’archives et originaux), sont des dispositifs de protection des patrimoines d’Ispahan, en particulier de la RROI (Organisation de rénovation et de restauration d’Ispahan) et de l’ICHHTO d’Ispahan (Organisation de patrimoine culturel, d’artisanat et du tourisme), ainsi que des entretiens, des enquêtes, des conférences, des ouvrages, et des photographies personnelles (récoltées lors de notre étude de terrain à Ispahan, du 1er juin 2012 au 1er septembre 2012). Afin de bien éclairer les concepts et les plans abordés dans cette recherche, nous confrontons ces cas spécifiques iraniens à d’autres exemples par une étude comparative dans toutes les parties de la thèse.

AMUP, Architecture, Morphologie / Morphogenèse Urbaine, Projet

Ensa Strasbourg et Insa Strasbourg. École doctorale « Sciences de l’homme et de la société. perspectives européennes », université de Strasbourg

Luna D’EMILIO, La ville durable dans le débat français. Entre réflexion et praxis : figures de projet à l’œuvre à Strasbourg

Dir. : Cristiana Mazzoni, AMUP, Ensa Strasbourg

Co-dir. : Maurizio Morandi, DUPT, université de Florence

Cette thèse veut enquêter sur la diffusion du discours sur la durabilité urbaine en France et sur son rôle dans le projet de ville et de territoire : l’émergence du développement durable a été abordée comme une problématique ouverte, plutôt qu’une série de solutions fermées. Notre posture critique nous permet d’enquêter la notion de durabilité d’un point de vue qui est profondément lié à la réflexion et à la praxis du projet de territoire ; nous nous sommes donc centrés sur les cultures disciplinaires, en nous penchant en particulier sur les acteurs de la conception. La question de la consistance et de l’utilité de la notion de figure nous a permis d’effectuer une mise en perspective des questions actuelles, notamment par rapport au débat italien sur les outils critiques du projet. La recherche que nous avons menée semble nous indiquer que la question de la « métropole durable » est en train de modifier les équilibres et le sens des différentes figures à l’œuvre dans des situations déjà en cours. Architecture capable d’intégrer la perspective et d’ac cueillir, au cours du temps, ses propres transformations et évolutions.

CERMA, Centre de Recherche Méthodologique d’Architecture

Ensa Nantes, UMR 1563 CNRS / MCC Ambiances Architecturale et Urbaines (avec le CRESSON, Ensa Grenoble). École doctorale « Sciences pour l’ingénieur, géosciences, architecture », École centrale et université de Nantes

Rachid HAMAINA, Enrichissement des référentiels géographiques pour la caractérisation morphologique des tissus urbains

Dir. : Guillaume Moreau, professeur, CERMA Ensa Nantes 

Co-dir. : Thomas Leduc, ingénieur de recherche, CERMA Ensa Nantes

La disponibilité accrue des bases de données géographiques en a fait un produit grand public dont les usages se sont multipliés et diversifiés pour recouvrir la plupart des problématiques à compo sante spatiale. Ces données ont un caractère générique et ne sont pas toujours adaptées à tous les usages qu’on peut en faire. En effet, elles peuvent être qualifiées de pauvres puisqu’elles sont très peu informées d’un point de vue sémantique ou thématique. L’enrichissement sémantique et l’extraction de connaissances à partir de ces bases de données est extrêmement utile pour les applications urbaines. Nous nous intéressons ici à l’exploration et à l’analyse des données géographiques de base pour en extraire des connaissances utiles à la caractérisation de la morphologie urbaine. Un modèle de ville très simple pour représenter l’environnement urbain peut être extrait des bases de données géographiques. Il est constitué d’une couche de réseaux viaires sous forme unidimensionnelle (1D) et d’une couche de bâtiments bi ou tridimensionnelle (2D ou 2.5D). La caractérisation de la morphologie consiste en l’analyse de la macrostructure spatiale urbaine à partir du réseau de rues et l’ana lyse de la microstructure spatiale urbaine à partir de la couche des empreintes du bâti. Des méthodes de caractérisation de la morphologie urbaine sont développées dans un environnement SIG. Elles sont applicables sur de larges volumes de données. Elles sont reproductibles indépendamment du contexte urbain et permettent de dépasser les caractérisations classiques qui sont essentiellement descriptives et difficilement objectivables

CRAI, Centre de Recherche en Architecture et Ingénierie

Ensa Nancy, UMR 3495 CNRS/MCC MAP (Modèles et Simulations pour l’Architecture et le Patrimoine). École doctorale IAEM, université de Lorraine

Conrad BOTON, Conception de vues métiers dans les collecticiels orientés services. Application à la simulation 4D de la construction

Dir. : Gilles Halin, MAP-CRAI, Ensa Nancy

Co-dir. : Sylvain Kubicki, Centre de recherche public Henri-Tudor

La planification est essentielle pour la réussite des projets d’Architecture, Ingénierie et Construction (AIC). La simulation 4D de la construction est une approche innovante qui s’inscrit dans le développement de la maquette numérique BIM. Elle associe un modèle 3D de l’ouvrage au planning des activités de manière à en simuler la réalisation à travers le temps. Plusieurs travaux ont montré que la simulation 4D est particulièrement intéressante pour la comparaison de la constructibilité des ouvrages et des méthodes de travail, pour l’identification des conflits et des chevauchements, mais aussi comme un outil de collaboration pour les différents acteurs afin de discuter et planifier l’avancement du projet. La planification de la construction est aujourd’hui une activité nécessairement collaborative. Pourtant, l’usage collaboratif de la simulation 4D reste limité, notamment à cause du manque d’adaptation des vues manipulées. En effet, la plupart des outils 4D actuels, même s’ils proposent cette « simulation collaborative » comme argument commercial, se contentent de proposer les mêmes vues standards » à tous les acteurs (3D associé au GANTT). Pourtant les méthodes de travail traditionnelles dans le secteur s’appuient sur différentes représentations visuelles (ex. : plans 2D, modèle 3D « blanc », modèle 3D « photoréaliste », tableaux de quantités) que les professionnels ont l’habitude de choisir en fonction de leurs besoins particuliers. L’hypothèse de cette recherche doctorale considère que les vues proposées dans les outils de simulation collaborative 4D devraient être adaptées aux besoins de chacun des acteurs impliqués. L’objectif est de proposer une méthode de conception de vues multiples adaptées aux réels besoins métiers des participants à une simulation collaborative 4D. À cet effet, la recherche étudie les pratiques de planification dans le secteur de la construction, les théories de visualisation de l’information et de conception de vues, ainsi que le travail collaboratif assisté par ordinateur. La proposition définit d’abord une conceptualisation originale de la simulation collaborative 4D de la construction. Elle se traduit ensuite par une structuration des besoins pour l’adaptation des vues, et une méthode structurée pour la composition de vues multiples 4D adaptées aux besoins de différents acteurs impliqués dans une simulation collaborative. Des métamodèles sont également conçus et fournissent aux utilisateurs de la méthode un langage structuré pour la conception progressive des multivues 4D.

Daniel ZIGNALE, Concevoir des services collaboratifs adaptés à des pratiques métiers : vers une méthode centrée usages. Application au domaine AIC

Dir. : Gilles Halin, MAP-CRAI, Énsa Nancy

Co-dir. : Sylvain Kubicki, CRP Henri-Tudor

17 juillet

Dans les projets de conception/construction architecturale, la gestion de la collaboration entre les différents acteurs d’un projet est un enjeu important. D’une situation à une autre, en fonction du projet mais aussi des acteurs eux-mêmes, les pratiques collectives de travail varient. Parallèlement, les professionnels disposent de plusieurs types de services pour assister leurs pratiques. Il existe différentes approches pour la conception de services informatiques.

Dans le génie logiciel, on cherche à identifier des cas d’utilisation typiques et à améliorer l’interaction homme-machine. Mais en appliquant ces approches de conception, il apparaît que l’identification précise du besoin professionnel justifiant la conception n’est pas évidente. A l’inverse, les concepteurs de systèmes d’information décrivent de manière détaillée l’organisation d’une entreprise. La rigidité des processus limite alors la variation et l’adaptation des solutions à l’individu ou au contexte collectif lorsque celui-ci varie. À partir de l’analyse des avantages et limites de ces approches, nous proposons un cadre d’analyse supporté par la modélisation du comportement et du contexte des personnes sous plusieurs points de vue. Les « pratiques métier » les caractérisent en tant qu’acteurs d’un projet collectif et « les usages » en tant qu’utilisateurs d’une technologie parti culière. Ce cadre sert alors de point de départ à la modélisation de services adaptés. Dans la modélisation des pratiques, nous définissons les pratiques collectives mises en œuvre par les groupes d’acteurs impliqués dans le projet puis les pratiques individuelles, à savoir les responsabilités de chacun en fonction de son rôle dans le groupe. Cette étape étant fortement ancrée dans la réalité des pratiques professionnelles, notre travail définit onze familles pratiques collectives habituellement observées dans les projets de conception/construction en architecture. La modélisation des usages permet la représentation des interactions entre l’utilisateur et le système ainsi que ses contextes : le contexte technique (maté riel, logiciel...), le contexte spatial (localisation, environnement...), le contexte temporel (fréquence, régularité, synchro nisation...). Le modèle de service décrit le comportement non plus de l’utilisateur mais du système qui répond à son besoin. Ces modèles sont l’instanciation de trois métamodèles liés entre eux. Conceptuellement « les pratiques métier » sont médiatisées par des « usages » eux-mêmes supportés par des « services ». La méthode PUSH (Practices and Usages based Services enHancement) est une méthode de conception basée sur ce lien conceptuel. Par la modélisation guidée des pratiques métiers, puis des usages qui les médiatisent et enfin des services correspondants, elle permet de générer un ensemble d’exigences pour le développement de solutions dites « adaptées ». Le choix de formalismes simples et compréhensibles par tous favorise la communication et la traçabilité des choix pendant tout le processus de conception. La proposition et la validation des concepts qui composent ces modèles a suivi un cycle itératif appuyé par trois cas d’études.

Mohamed-Anis GALLAS, De l’intention à la solution architecturale. Proposition d’une méthode d’assistance à la prise en compte de la lumière naturelle durant les phases amont de conception

Dir. : Gilles Halin, maître de conférence, université de Lorraine

Co-dir. : Jean-Claude Bignon, architecte, professeur, Ensa Nancy

La lumière naturelle éclaire l’espace architectural créant les conditions nécessaires pour accueillir des activités humaines. La fonction d’éclairage de la lumière naturelle est associée à une autre dimension plus sensible attribuant une identité et une singularité à l’espace conçu. La maîtrise du comportement de la lumière naturelle dans le milieu architectural fait appel à un ensemble de caractéristiques détaillées et précises en rapport avec les ouvertures, leurs positions ainsi que les propriétés des surfaces composant l’es pace. Cette multiplicité de facteurs est confrontée à l’incertitude et l’imprécision des informations disponibles durant les phases conceptuelles du projet d’architecture. Il existe plusieurs méthodes et outils qui proposent une assistance à la maîtrise des phénomènes d’éclairage naturel dans le cadre du processus de conception architectural. L’évaluation de ces méthodes et outils montre que ceux-ci ne sont pas adaptés à un accompagne ment des activités de conception durant les phases initiales du projet d’architecture. L’objectif de notre recherche est de proposer une méthode d’assistance qui prend en considération les propriétés de cette phase de conception pour aider le concepteur à intégrer ses intentions d’ambiance de lumière naturelle et à l’accompagner dans le développement de son projet. Nous proposons une méthode d’assistance structurée selon un processus déclaratif permettant au concepteur d’expliciter ses intentions d’effet de lumière naturelle et de les traduire en solutions architecturales potentielles qu’il peut intégrer dans son projet. Cette méthode considère les intentions d’ambiance de lumière naturelle comme une information source à utiliser pour proposer une aide à la conception pendant les phases préliminaires du projet où elles constituent les seules informations disponibles. Cette méthode offre des fonctionnalités capables de gérer l’in certitude qui caractérise les phases de recherche et de formalisation d’idées. Notre méthode d’assistance a été implémentée dans le prototype d’outil d’assistance DaylightGen faisant appel à trois composants logiciels. Le premier composant Day@mbiance est un outil de navigation dans une base d’images référencées qui permet à l’utilisateur de sélectionner d’une manière interactive les images correspondant à ses intentions. Le deuxième composant DaylightBox identifie et caractérise les intentions du concepteur issues de la navigation dans la base d’images pour lancer le processus de génération des solutions. Ces solutions sont visualisées en utilisant le composant DaylightViewer qui offre la possibilité de parcourir et de sélectionner celles qui sont pertinentes pour le concepteur. Ce composant permet aussi d’évaluer le comportement des effets lumineux générés par ces solutions et de modifier leur configuration. L’apport cognitif de cette méthode et la capa cité d’accompagnement des activités de conception de l’outil d’assistance développé ont été évalués et analysés dans un cadre expérimental de conception de projet.

CRESSON, Centre de recherche sur l’espace sonore et l’environnement urbain

Ensa Grenoble, UMR 1563 CNRS / MCC Ambiances architecturales et urbaines (avec le CERMA, Ensa Nantes). École doctorale « Sciences de l’homme, du politique et du territoire », université de Grenoble

Aurore BONNET, Qualification des espaces publics urbains par les rythmes de marche. Approche à travers la danse contemporaine

Dir. : Jean-Paul Thibaud, directeur de recherche CNRS, CRESSON, Ensa Grenoble

En quoi et comment l’étude des rythmes de marche rejoint-elle une approche de la ville par le corps ? Cette question qui traverse ce travail, est aussi celle que nous formulons en direction de la conception architecturale et urbaine des espaces publics contemporains. En choisissant de contribuer aux recherches sur la marche en ville et en nous consacrant à l’étude des rythmes de marche, nous avons choisi de nous intéresser particulièrement à la définition de l’espace du mouvement, c’est-à-dire à l’importance, au niveau de la perception, de l’établissement d’une relation à l’environnement qui n’en appelle pas à une expérience finalisée de la réalisation d’un parcours d’un point de départ à un point d’arrivée, mais à celle de l’avènement d’une présence. De quelle manière s’établit cette relation à l’environnement qui nous ouvre à cette expérience de parcourir la sur le mode des variations présentielles ? Comment peut-on envisager concevoir l’espace public urbain selon ce mode du mouvement des corps et de l’espace ? En explorant cette problématique, nous inscrivons notre travail dans le champ des ambiances architecturales et urbaines, en revendiquant pour la marche à la fois sa dimension d’expérience sensible de la ville par le corps mais aussi, par l’engage ment du corps qu’elle permet, la disposition à une posture pouvant enclencher le processus de conception. Notre étude a porté sur deux terrains : l’esplanade de la Bibliothèque nationale de France et la passerelle Simone-de-Beauvoir à Paris. Entre immersion, recueil de paroles en marche et travail vidéographique, au détour de la post modern dance et de la danse contemporaine, notre recherche croise les dimensions sensibles, spatiales du mouvement et des émotions de la marche. Les analyses menées s’attachent à découvrir et à restituer les mouvements de l’expérience présentielle de ces terrains d’étude. Ces observations pourront intéresser le milieu de la conception en l’amenant à une réflexion sur la composition des espaces publics en termes de conditions d’appuis des corps en marche permettant d’établir une relation à l’environnement dans le mouvement. Cette recherche ouvre aussi à un questionne ment sur la façon dont une approche par l’esthétique de l’ambiance peut s’instaurer en critique de la conception architecturale et urbaine par le mouvement.

CRH, Centre de Recherche sur l’Habitat

UMR 7218 CNRS / MCC LAVUE, Ensa Paris-Val de Seine. Écoles doctorales « Milieux, cultures et sociétés du passé et du présent », université Paris Ouest Nanterre-La Défense et « Sciences sociales », université Paris 8 Saint-Denis

Sandrine HILDERAL-JURAD, Traces et politiques urbaines actuelles dans les quartiers populaires hérités des années 1950 à Fort-de-France (Martinique)

Dir. : Yankel Fijalkow, professeur, Ensa Paris-Val de Seine

Co-dir. : Denis Martouzet, professeur, université François-Rabelais, Tours.

Fondée au XVIIe siècle, Fort-de-France a connu une longue phase d’évolution géographique et morphologique. Depuis une soixantaine d’années, les politiques nationales de l’habitat et du logement ont eu un fort retentissement sur les projets urbains locaux. Des opérations de rénovation urbaine d’envergure ont été décidées et entreprises au sein des quartiers populaires de la ville. Compte tenu des différentes formes du renouvellement urbain, une série d’études de cas a permis une analyse des transformations de cinq quartiers remarquables, à partir de la notion de « trace urbaine » qu’il s’est agi de décrypter. En tant que vestiges des pratiques sociales et repère spatio-identitaire, les traces permettent de réinterroger la mise en œuvre des projets locaux dans leur imbrication avec les politiques nationales et recomposent les modalités de réappropriation de l’espace par les différents acteurs – ordinaires ou institutionnels – en présence. Notre démonstration met en évidence deux logiques principales de mise en mémoire et de réinvestissement des traces, l’un directif et l’autre négocié. L’intérêt de cette investigation est de rendre compte des enjeux associés à l’effacement et au maintien des traces dans le cadre de la patrimonialisation puisque ce processus contribue à définir l’identité culturelle, la valeur et la richesse de ces quartiers. C’est donc dans une dimension à la fois sociale, spatiale et symbolique que se place notre recherche.

GRECAU, Groupe de Recherche Environnement, Conception Architecturale et Urbaine

Ensap Bordeaux. École doctorale 209 « Sciences physiques et de l’ingénieur », université Bordeaux 1

Belal ABDELATIA, Contribution à l’étude du confort visuel en lumière naturelle dans les établissements scolaires en Libye : évaluation qualitative et préconisations

Dir. : Catherine Sémidor, professeur, GRECAU, Ensap Bordeaux

La recherche propose de faire la démonstration qu’il existe une certaine relation de cause à effet entre l’inclusion des paramètres du confort visuel dans la conception des établissements scolaires et la performance scolaire des utilisateurs. Dans ce sens, nous essaierons de montrer comment la façon dont age naturel sera introduit dans une salle de classe sera un facteur déterminant du confort visuel. En termes de méthodologie, nous avons retenu une approche qualitative qui permet d’identifier, de manière simple et rapide, le contexte de cette recherche. Ensuite, nous proposons une méthode d’analyse et d’évaluation de la qualité environnementale des établissements scolaires en Libye. Enfin, à la lumière de l’ensemble des constatations, nous discutons les conséquences de nos résultats obtenus pour la conception architecturale des futurs établissements scolaires en Libye, et nous proposons ensuite d’établir une liste des recommandations appropriées.

Héloise PAGNAC BAUDRY, L’intégration de la prévention de la malveillance aux démarches de qualité environnementale de l’espace public

Dir. : Catherine Sémidor, professeur, GRECAU, Ensap Bordeaux

La prévention de la malveillance par l’urbanisme et la construction permet de prendre en compte plus particulièrement le sentiment d’insécurité et participe donc activement au confort des usagers de l’espace public. Au-delà, c’est la qualité de l’espace public et sa durabilité qui sont ainsi prises en compte. Aujourd’hui, avec le développement des écoquartiers et la mise en place de différentes démarches de qualité environnementale, il apparaît particulièrement nécessaire de prendre en compte la malveillance à travers ces démarches, afin d’optimiser la qualité des espaces publics. Ainsi, le sujet de la thèse est d’intégrer la prévention de la malveillance par l’urbanisme aux démarches de qualité environnementale de l’espace public.

GSA, Géométrie, Structure et Architecture

Ensa Paris-Malaquais. École doctorale « Ville, transports et territoires », PRES université Paris Est

Chloé GENEVAUX, Structures modulaires de bandes pliées

Dir. : J. Sakarovitch, Ensa Paris-Malaquais

Ces dernières décennies sont marquées par les progrès dans le domaine de la modélisation numérique, ce qui facilite l’application des principes du pliage à l’architecture. Cette thèse aborde le domaine du pli sous un angle original, celui des structures réticulaires composées d’assemblages de bandes rectilignes pliées. Les outils de base pour la conception à partir de bandes rectilignes pliées sont présentés et une approche modulaire est développée, exploitant la mobilité du pli pour faire varier la courbure des surfaces approchées. L’étude se concentre sur les propriétés géométriques des surfaces dites papillonaires, constituées de bandes pliées identiques mais mobiles, à un ou deux degrés de liberté. Selon une approche « bottom-up », partant de la cellule pliée, les propriétés décrites permettent la maîtrise géométrique des formes obtenues par assemblage. Ce travail contribue au développement de stratégies pour la rationalisation géométrique de surfaces architecturales courbes, selon une logique modulaire

InsARTis, Interdisciplinarité et innovations technologiques pour l’art, l’architecture et l’ingénierie

Département de recherche Ensa-Marseille (DREAM). École doctorale « Espaces, cultures, sociétés », université d’Aix-Marseille

David MIET, Une épistémologie de la modélisation architecturale. Contribution à l’étude des fondements, à la définition des enjeux et à l’éclaircissement du rôle des modèles en architecture et en urbanisme. Dix expériences de modélisation architecturale

Dir. : Stéphane Hanrot, professeur, Ensa Marseille

Qu’est-ce qu’un « modèle architectural » ? En quoi les modèles architecturaux se distinguent-ils des modèles thermiques, des modèles de mécanique des fluides, de biologie mais également des modèles de la sociologie, de l’anthropologie ou encore de l’histoire de l’architecture ? Peut-on définir, fonder et mettre en œuvre une forme spécifique de « modélisation architecturale » ? Dans quels buts ? La « modélisation architecturale » telle qu’elle est formulée, étudiée et expérimentée dans le cadre de cette thèse est une forme de production de connaissances qui assume ses finalités : structurer, déployer et rendre viable la fourniture d’un service de conception architecturale dans le cadre de la fabrication d’artefacts qui sont à la fois « immenses » et aujourd’hui largement dénués d’architecture : la rue, l’espace public et, en perspective, l’ensemble des tissus pavillonnaires de nos villes.

IPRAUS, Institut Parisien de Recherche Architecture Urbanistique Société

Ensa Paris-Belleville, UMR 3329 CNRS / MCC AUSser. École doctorale « Ville, transports et territoires », PRES université Paris Est

Wang YU, La fabrication des quartiers à la lumière des préoccupations environnementales : étude comparée France-Chine

Dir. : Pierre Clément, professeur honoraire, Ensa Paris-Belleville

Co-dir. : Nathalie Lancret, UMR AUSser

À partir d’une observation de la normalisation des écoquartiers dans divers pays du monde, cette thèse a pour l’objectif d’analyser la prise en compte des conditions locales dans les projets urbains écologiques. À travers une comparai son entre le projet de Clichy-Batignolles à Paris et celui du Nouveau Jiangwan à Shanghai, la recherche tente à trouver des caractéristiques de la forme urbaine locale (en France et en Chine) qui perdurent dans les expérimentations écologiques aujourd’hui. Ensuite, d’un point de vue architectural, les atouts et les limites de ces caractéristiques en matière de développement durable sont analysés.

Malik CHEBAHI, L’enseignement de l’architecture à l’École des beaux-arts d’Alger et le modèle métropolitain. Réceptions et appropriations. 1909-1962

Dir. : Yannis Tsiomis, directeur d’études, EHESS

En 1881, un atelier d’architecture est fondé à l’École nationale des beaux-arts d’Alger. Jusqu’en 1940, les programmes, les concours, ainsi que les jugements et les récompenses dépendent de patrons et de jurys locaux. À partir de 1940, l’atelier devient régional et intègre le giron de l’École des beaux-arts de Paris. C’est la seule structure appartenant à l’empire colonial français à s’être vu accorder ce statut. Alors que l’évolution des pensées architecturales et urbaines d’Alger durant la période française a fait l’objet de nombreuses recherches, l’histoire de la formation des architectes dans cette ville est quant à elle demeurée inexplorée. Cette thèse vient donc lever le voile existant autour du modèle pédagogique développé en Algérie. Elle examine en particulier la période entre 1909 et 1962. Ces limites chronologiques correspondent à la fois à une période mieux documentée et à deux moments importants pour l’institution architecturale. En effet, l’année 1909, marque nomination du premier architecte français natif d’Algérie à la tête de l’atelier d’architecture. Cet avènement est le point de départ d’un enseignement de l’architecture plus structuré et mieux organisé. Quant à l’année 1962, elle signe la fin de la présence française en Algérie et la naissance de l’école algérienne. Cette recherche, qui fait confluer histoire de l’enseignement en France et histoire de la colonisation, s’est notamment construite sur les interrogations suivantes : quelle forme l’enseignement de l’architecture en Algérie a-t-il revêtu durant la période coloniale ? Transplantation à l’identique du modèle pédagogique instauré par les Beaux-Arts de Paris, adaptation ou refondation ? Quelle part a pris la dimension régionale dans l’éducation architecturale diffusée en Algérie ? L’intérêt de cette thèse est de situer l’enseignement prodigué à l’atelier d’architecture d’Alger par rapport au modèle pédagogique des Beaux-Arts de Paris, et de le replacer dans le contexte général de l’émergence d’une identité architecturale propre à la colonie. Au travers d’une analyse compa rée entre la pédagogie diffusée à Paris et à Alger, cette recherche démontre qu’une structure formant à l’art de bâtir est indissociable du territoire qui l’abrite, de la population qui la fréquente, ainsi que de l’environnement politique et culturel qui l’entoure. Par ailleurs, cette thèse contribue à mettre au jour les transferts culturels et professionnels qui s’opèrent entre la métropole et sa « périphérie ».

Clément MUSIL, La coopération urbaine et l’aide publique au développement à Hanoi : un appui à la fabrication de la ville par la structuration du réseau de transport métropolitain

Dir. : Charles Goldblum, professeur émérite, université Paris 8

Cette recherche questionne le rôle des acteurs de la coopération urbaine et des politiques d’aide publique au développement dans la production des villes vietnamiennes et, de façon privilégiée, dans l’aménagement de la capitale du pays, Hanoi. Depuis l’adoption des réformes économiques au milieu des années 1980, les villes vietnamiennes traversent une période de transition marquée par le développement d’une économie de marché et l’accroissement rapide de leur population. Alors que Hanoi est entré dans un processus de métropolisation, les autorités semblent dépassées par certaines dynamiques d’urbanisation non contrôlées. Dans ce contexte de transition, les acteurs de la coopération internationale participent également à cette transformation urbaine. Ils apportent une aide technique et financière dans la préparation, la construction et la gestion des infrastructures urbaines de demain. À partir de l’étude de la constitution du réseau de transport métropolitain de la capitale vietnamienne, l’objectif de cette thèse est d’éclairer l’influence des acteurs de l’aide au développement sur les formes d’urbanisation. Dans notre approche, nous interrogeons l’objet de la coopération urbaine, sa composition, ses motivations, ses intérêts, ses effets et ses modalités d’intervention. La thèse défendue dans ce travail est que les acteurs de l’aide étrangère œuvrent pleinement à la transition que connaît le Vietnam dans son développement, en général, et dans son développement urbain, en particulier. Sous couvert d’une logique d’action consensuelle visant à lutter contre la pauvreté, l’action des acteurs de la coopé ration urbaine est en fait instauratrice de nouveaux modèles d’infrastructures et de gestion des services urbains, et répond également à un objectif plus large visant à renforcer la dimension motrice de l’économie urbaine.

Naouel BCHIR JABER, Le « paysage urbain », généalogie et pratiques actuelles

Dir. : Christian Pedelahore, professeur, Ensa Paris-La Villette

La notion de paysage urbain, très en vogue aujourd’hui, continue cependant à être objet de réticences importantes de la part d’un certain nombre de professionnels et de théoriciens de l’architecture et du paysage. D’autres, en revanche, se situent dans une démarche opposée et tentent, déjà depuis les années 1970, de construire une extensive théorie du paysage urbain. Dans le cadre de ce débat scientifique, nous avons choisi comme objectif, pour notre travail de thèse, l’étude des conditions d’apparition et d’existence de cette notion. Ainsi, afin de répondre à l’interrogation centrale « Quand et sous quelles conditions y a-t-il des paysages urbains ? », nous nous sommes intéressés aux approches de trois catégories d’acteurs : les artistes, les théoriciens et professionnels et enfin les usagers ou habitants des villes. Outre leur rôle central dans la formation de cette notion, c’est la multiplicité et la complexité de leurs interactions – tant au niveau des représentations que dans celui des pratiques – qui a motivé notre choix. La première partie de la thèse se développe selon une approche généalogique qui a pour objet un corpus d’œuvres picturales. Cela nous permet de dégager les moments clés de l’histoire de la représentation du paysage urbain et d’en préciser les figures. Nous interrogeons, dans un deuxième temps, le paysage urbain en tant que concept, par le recours à l’examen d’un ensemble de discours de théoriciens et de praticiens. Se dégagent, ce faisant, un certain nombre de spécificités théoriques et pratiques liées à cette notion. La perception du paysage urbain vécu et habité, cœur de notre recherche, est abordée, quant à elle, par le biais de trois enquêtes menées selon des méthodes distinctes, et portant deux interrogations principales : Où en est la société contemporaine par rapport au paysage urbain ? Quelles concordances entre le dessein des concepteurs et le vécu des habitants ? Ces enquêtes permettent, notamment, de porter à la lumière une familiarisation importante du sens commun avec la notion de paysage urbain et de dégager, dans les discours des interviewés, un ensemble de caractères liés à l’évocation du paysage, du paysage en ville et du paysage urbain.

Cam DUONG LY NGUYEN, Outils d’urbanisme et investissements immobiliers privés. Fabrication de l’espace central de Hô Chi Minh-Ville

Dir. : Charles Goldblum, professeur émérite, université Paris 8

Depuis la Réforme économique en 1986, Hô Chi Minh-Ville (HCMV) et particulièrement son centre (correspondant à l’ancienne Saigon) connaissent un boom de la construction, dans lequel les interventions du secteur privé jouent un rôle primordial. Or, Saigon, désormais partie de la métropole du sud du Vietnam, possède un cadre bâti riche, formé par les modes de construction résultant d’une accumulation de cultures urbaines variées qui ont chacune laissé dans la ville leurs traces matérielles ; mais cet espace urbain complexe se trouve aujourd’hui mis en question par l’intense mouvement de construction que les institutions d’urbanisme vietnamiennes avec leurs outils (plans et projets d’urbanisme, documents législatifs et administratifs, programmes urbains) semblent avoir peine à maîtriser. L’étude des mutations urbaines de cet espace à partir de leurs acteurs et vecteurs conduit cette recherche à une confrontation des outils d’urbanisme à leurs effets sur les transformations typo morphologiques introduites par les initiatives privées dans le centre de HCMV, à travers l’histoire de sa construction urbaine depuis l’époque coloniale jusqu’à nos jours.

LACTH, Laboratoire Conception, Territoire, Histoire

Ensap Lille. Écoles doctorales Sciences de l’homme et de la société » et « Sciences économiques, sociales, de l’aménagement et du management », université Lille Nord de France

Ana Bela DE ARAUJO, Le Centre d’études nucléaires à Saclay. L’architecture-système d’Auguste Perret à l’épreuve de la science, 1948-1951

Dir. : Gérard Monnier, professeur émérite, université Paris 1-Panthéon-Sorbonne

En 1948, l’architecte Auguste Perret est nommé conseiller pour les questions d’architecture auprès du Commissariat à l’énergie atomique français (CEA). Ce nouvel organisme d’État met immédiatement le savoir-faire du Maître de l’architecture du béton armé à contribution pour un projet d’envergure et de priorité nationale : la construction d’un grand Centre d’études nucléaires à Saclay. Ce « palais de l’Atome » est la dernière grande œuvre d’urbanisme et d’architecture d’Auguste Perret. La composition monumentale mise en œuvre par l’architecte a traduit la volonté des fondateurs du CEA de faire du Centre une institution digne de cette science nouvelle. L’enjeu était de taille et le défi quasi insurmontable pour l’architecte, car, si aujourd’hui les solutions architecturales et urbaines semblent cohérentes et évidentes, elles répondaient pourtant à une commande des plus paradoxales. L’architecte devait projeter un centre nucléaire avant même que ce dernier ne soit clairement défini, le programme scientifique étant en construction en même temps que la fabrication du projet. Il devait concevoir des édifices-outils qu’il savait porteurs d’une obsolescence précoce. Il devait surtout concevoir une ville capable de se régénérer et de se développer. Après une première partie consacrée à l’élaboration du programme scientifique complexe, nous évaluons l’apport de la doctrine architecturale éprouvée de Perret, tant du point de vue de la conception que du chantier. La troisième partie porte sur l’usage et le destin de cette architecture monumentale et ordonnancée dont a hérité le CEA.

Clotilde FROMENTIN-FÉLIX, Entre habit et habitacle, design de l’habiter. Penser l’enveloppe, vers un paradigme de la textilité

Dir. : Anne Boissière, professeur, université Lille 3 (CEAC)

Co-dir. : Philippe Louguet, professeur, Ensap Lille (LACTH)

L’homme est-il capable de rendre le monde habitable ? Le design est-il capable de concevoir un monde habitable ? Si l’habiter est par définition le terrain des architectes et des designers, est-ce qu’une posture de design appropriée permettrait de répondre positivement à cette question ? La singularité de cette recherche tient au fait que l’habiter concerne ici les différentes enveloppes artificielles de l’homme dans un jeu d’échelle à partir de l’habit et croise en cela la question des enveloppes naturelles voire biologiques. Le projet propose de rechercher dans la transversalité avec la chimie du vivant un système de pensée pour le design de l’habiter qui puise son inspiration et sa logique dans cette hybridation ; et qui explore en quoi ce glissement de territoire permet la création de nouveaux. Cette recherche action a pour substance la rencontre entre trois métiers qui chacun nourrira le sujet de son approche respective : arts plastiques, architecture / design et sciences dures. Cette pensée dont cette démarche est l’objet est appelée le système abi : abi comme essence à la fois de habit, habitus, habitacle, habitat. le système abi remet à plat la notion d’habiter en questionnant ses entités élémentaires, ses peaux successives et les interactions dont elles sont le lieu. À cheval entre démarche scientifique des sciences de la vie et approche par projet du designer, ce système propose un nouveau regard sur nos différentes enveloppes de vie et par là même renouvelle notre conception de l’habiter. Le design selon le système abi doit produire un monde habitable.

LAUA, Langages, Actions Urbaines, Altérités

Ensa Nantes. École doctorale DEGEST, université de Nantes

Gilles BIENVENU, De l’architecte voyer à l’ingénieur en chef des services techniques : les services d’architecture et d’urbanisme de la ville de Nantes du xviiie siècle au XXe siècle

Dir. : Gérard Monnier, professeur émérite, université Paris1 Panthéon-Sorbonne

Production collective, la ville est notamment construite par des professionnels identifiés qui élaborent des outils et mettent en œuvre des processus. Sur un temps long – du XVIIIe siècle au milieu du XXe siècle – et sur un territoire d ‘étude singulier – la ville de Nantes, exemplaire par la richesse des situations expérimentées au cours de la période – le questionnement sur la fabrique de la ville parcourt deux axes : d’une part l’étude de l’organisation des services municipaux char gés de l’élaboration des projets et de la conduite des transformations urbaines, en termes de voirie, d’architecture, de réseaux et d’urbanisme, et d’autre part celle des personnalités qui constituent ces services, notamment les chefs de service, architectes, ingénieurs, urbanistes, et leurs collaborateurs immédiats. L’échelle de Nantes, une ville en croissance et en mutation, d’une dimension encore modérée en superficie et en population dans la période considérée, permet de saisir des enjeux globaux dans l’exploration des outils qui ont accompagné les transformations urbaines, les ont rendues possibles ou en ont rendu compte, en termes de réglementation, de planification, de projetation, d’exécution, de contrôle, à l’articulation du technique et du politique.

LIAT, Laboratoire Infrastructure, Architecture, Territoire

Ensa Paris-Malaquais. École doctorale « Ville, transports et territoires », PRES université Paris Est

Marie BERNARD, Roadtown : la genèse d’une forme d’urbanisation du territoire. États-Unis 1914-1955

Dir. : Dominique Rouillard, professeur, Ensa Paris-Malaquais

Roadtown est le produit d’une forme d’urbanisation le long de la route, une conquête de la nature par l’urbain, un mouvement sauvage qui ne semble avoir été ni planifié par les urbanistes, ni dessiné par les architectes. Intertown, Interurbia, Suburbia, Subtopia, Sprawl, Strip City sont autant de thèmes et de termes qui renvoient à ce paysage urbain de bord de route qui tend à recouvrir le territoire américain. En tant que phénomène urbain, ayant produit des objets architecturaux, la Roadtown tangente l’histoire de l’architecture sans en être un sujet parlant. Elle est un paysage vu, un espace traversé, un lieu fréquenté, une expérience vécue. Ses caractéristiques formelles et fonctionnelles, sur lesquelles influent les dynamiques économiques, sociales ou culturelles, demandent à être examinées. En s’appuyant sur l’abondante iconographie produite par la critique architecturale dans les années 1950, et en explorant les revues commerciales depuis les années 1910, la thèse propose au travers de l’urbanisation routière – l’infrastructure structurant le territoire – et de ses manifestations commerciales – autant d’objets architecturaux – de retracer l’histoire de la Roadtown depuis son origine.

Samer TOUBAL, Urban Design et projet urbain entre spécialisation et multidisciplinarité : l’identité professionnelle des concepteurs et leurs marges de manœuvre dans le projet

Dir. : Jac Fol, professeur, Ensa Paris-Malaquais

Co-dir. : Denis Marthouzet, professeur, École polytechnique, université de Tours

À travers une approche historico épistémologique et une analyse de la réalité des pratiques urbanistiques, ce travail s’intéresse à la dimension temporelle de la spécialisation professionnelle. Il s’agit de deux démarches de recherche sur la spécialisation en conception archi urbaine à long terme et à court terme. Dans un premier temps et en faisant un aller-retour entre l’Urban Design étatsunien (1937-1970) et le projet urbain à la française (1959-2013), nous nous interrogeons sur les origines de l’émergence et de l’évolution des groupes de concepteurs spécialisés dans la conception du « projet de morceau de ville ». Dans un second temps, nous étudions quatre opérations urbaines réalisées en France depuis l’introduction du concept du projet urbain. L’objectif est de comprendre l’impact de la multidisciplinarité sur la place et le rôle de l’architecte-urbaniste dans le projet urbain. Les deux démarches se complètent. Elles montrent que les marges de manœuvre d’un concepteur au sein des processus de conception ne dépendent pas seulement de son identité professionnelle mais aussi du moment et de la durée de son intervention dans ces processus. Or ce moment et cette durée peuvent être contrôlables, en partie, à travers la gestion du projet et de sa temporalité. Ainsi, la naissance de nouvelles spécialités – en tant que concrétisation de la spécialisation temporaire – ne s’explique pas seulement par la nature et le contexte de la commande architecturale et urbaine mais aussi par les stratégies mises en place pour répondre à cette commande.

LRA, Laboratoire de Recherche en Architecture

Ensa Toulouse. Écoles doctorales « Temps, espaces, sociétés, cultures » et « Mécanique, énergétique, génie civil, procédés », université de Toulouse

Hind KAROUI, Caractérisation des qualités ambiantales des édifices à atrium et leur vécu : bilan d’une approche interdisciplinaire appliquée aux cas des immeubles de rapport coloniaux d’Alger

Dir. : Luc Adolphe, professeur, LRA, Ensa Toulouse

La thèse que nous nous proposons de développer s’inscrit dans le contexte général des recherches portant sur la caractérisation des ambiances climatiques de certaines formes architecturales et de leur rapport à l’usager en termes de confort. Notre étude s’intéresse aux constructions à atrium en climat méditerranéen, cas d’étude de l’immeuble de rapport colonial algérois. Les recherches déjà développées dans le domaine portent essentiellement sur des édifices à atrium abritant des immeubles de bureaux localisés dans des climats froids et tempérés. Basées sur la métrologie, ou la simulation, elles ont souvent occulté le rapport à l’usager en termes de confort et de satisfaction.

L’objectif principal concerne l’élaboration d’un bilan sur l’intérêt d’une approche interdisciplinaire appliquée traitant d’une métrologie in situ confrontée à une évaluation des perceptions, représentations et usages. Les objectifs secondaires traitent de la caractérisation des qualités ambiantales et des niveaux de confort et de satisfaction des usagers dans une typologie architecturale donnée ainsi que de l’identification des paramètres les plus influents, morphologiques, physiques ou psycho-sociologiques. La problématique générale démontre qu’il est reconnu que les édifices à atrium présentent des disfonctionnements environnementaux surtout en confort d’été. Pourtant nous ne pouvons dissocier les ambiances générées du degré de satis faction et du confort vécu par les usagers ainsi que de leurs pratiques sociales. Ce qui introduit la problématique spécifique se situant à l’interface entre « problématique et méthodologie » et concerne le dilemme que pose la proéminence d’un champ disciplinaire sur un autre lors du développement méthodologique. Cette situation intervient quand on vient à identifier l’importance du rapport qui existe entre environnement physique / ambiances / espace social vécu / satis faction des usagers. Ainsi, différents champs disciplinaires sont concernés. Mais le champ d’investigation devient complexe avec l’intervention d’un acteur clé et qui est l’usager. Devant le dilemme de l’importance d’un champ disciplinaire sur un autre, nous pouvons nous demander si nous devons développer : 1. Une approche pluridisciplinaire restrictive qui n’expliquerait que les phénomènes inhérents dans chaque discipline et de ce fait n’identifierait que des résultats partiels ; 2. Une approche interdisciplinaire appliquée avec une vérification in situ, qui élaborerait un paradigme cognitif et exploiterait des champs paramétriques diverses et complémentaires. Seulement le champ d’investigation est complexifié par un acteur influent : l’usager. Les résultats « prévisibles » calqués sur les conclusions trouvées dans l’état de l’art relatif aux comportements objectifs des paramètres morphologiques et physiques influants sur la caractérisation des ambiances sont complètement remis en cause par l’introduction de paramètres subjectifs en termes d’usages et de mode de vie. Les attendus scientifiques concernant les ambiances sont de ce fait confrontés à l’étude de l’ajustement comportemental et de l’adaptation environnementale.

Sylvie BROSSARD-LOTTIGIER, Rites et lieux de l’enfance, reconstruire l’idée de la nature. Éléments pour une pensée sauvage de l’architecture et des paysages

Dir. : Christine Alexandre-Dounet, LRA, Ensa Toulouse

Cette thèse procède de la genèse chez l’enfant de l’idée de nature qui induit les politiques d’aménagement du territoire, de l’espace et de protection de la nature. La première partie s’attache à rendre compte de la dimension culturelle de l’idée de nature, par une histoire de l’enseignement de la nature à l’école, par les travaux des anthropologues de la nature et par une histoire de l’émergence de la prise en compte du contexte et du paysage dans les politiques publiques de la recherche urbaine en France depuis 50 ans. Elle se conclut par l’identification de la demande sociale de nature. La deuxième partie trace la genèse de l’idée de nature chez l’enfant, totémiste à sa naissance puis immédiatement naturaliste dès qu’il est aimé, et animiste lorsqu’il pense le monde comme finalisé à la satis faction de ses désirs. Elle souligne l’importance de l’éducation et du cadre de vie sur la transformation du naturalisme enfantin en une représentation moins finaliste et anthropocentrée de l’idée de nature. L’observation depuis dix-huit ans en France et en Allemagne d’enfants fréquentant des établissements de pédagogies actives suggère l’intérêt d’accompagner les fondements affectifs de la représentation du monde de l’enfant pour le conduire par une pratique concrète et sensorielle de l’espace vers une représentation du monde plus responsable, pour le construire en être conscient de lui-même et de sa mission de transmission durable d’un territoire vivant. En conclusion, nous invitons dans la troisième partie les concepteurs, à parcourir ce chemin et l’offrir à leurs affectataires en adoptant en interprètes une pensée sauvage de l’architecture et des paysages pour contribuer à la reconstruction nécessaire d’une idée de nature reterritorialisée, concrète, et affectivement responsable. Celle-ci, destinée à consolider l’attachement affectif des êtres humains à leur environnement, exige de construire une culture du paysage sur de nouvelles bases culturelles, en particulier esthétiques, que la seule opposition de l’intérêt général aux intérêts particuliers ne permet plus de fonder pour transmettre aux générations futures un territoire vivant. Cette perspective se traduit par la proposition de structuration d’un Plan national du paysage.

Marion BONHOME, Contribution à la génération de bases de données multiscalaires et évolutives pour une approche pluridisciplinaire de l’énergétique urbaine

Dir. : Luc Adolphe, professeur, LRA, Ensa Toulouse

Depuis plusieurs années, la recherche tente de considérer les questions de la ville, du climat et de l’énergie dans toute leur complexité : consommations des ressources, pollution, microclimat, production et consommation d’énergie, usage, etc. Cependant, rares sont les travaux qui convoquent suffisamment de disciplines pour rendre compte des interactions complexes entre systèmes urbains. L’une des raisons à cela réside dans le manque de bases de données adaptées à ces multiples domaines. Dans cette thèse, nous nous proposons de développer une méthode et un outil générant des bases de données urbaines multiscalaires. Le modèle que nous avons conçu a été baptisé GENIUS, pour GENérateur d’Ilots UrbainS. Le premier objectif de GENIUS est de produire des données adaptées aux différentes échelles spatiales de l’énergétique urbaine. Pour cela, nous choisissons une représentation typologique de la ville permettant de couvrir un large territoire tout en fournissant un niveau de détail élevé. Une analyse statistique des bâtiments sur deux cas d’études, Paris et Toulouse, nous permet d’identifier, de localiser et de caractériser sept types de quartiers. Nous attribuons ensuite des caractéristiques techniques aux bâtiments de ces villes en fonction de leur date de construction et du type de quartier dans lequel ils se situent. Le deuxième objectif de GENIUS est de faire évoluer ces données dans le temps afin de tenir compte des différentes échelles temporelles impliquées dans toute étude pluridisciplinaire. Nous avons pour cela fait le choix de coupler notre modèle à un modèle prospectif existant afin d’y apporter de la précision en termes de forme urbaine. Notre travail consiste ainsi en une descente d’échelle à partir, d’une part, des données produites par ce modèle prospectif et, d’autre part, de mécanismes d’évolutions des morphologies urbaines. Finalement, nous présenterons des applications de GENIUS et en particulier, deux projets de recherche, MUSCADE et ACCLIMAT, ayant pour objet les interactions entre change ment climatique et développement urbain. Dans le cadre de ces projets prospectifs et pluridisciplinaires, GENIUS a permis de faire communiquer des modèles travaillant sur des échelles de temps et d’espaces différentes, et de simuler les évolutions possibles des formes urbaines et leur impact sur l’énergétique urbaine.

OCS, Observatoire de la Condition Suburbaine

École nationale supérieure d’architecture de la ville et des territoires Marne-la-Vallée, UMR 3329 CNRS / MCC AUSser. École doctorale « Ville, transports et territoires », PRES université Paris Est

Éric ALONSO, L’Architecture de la voie : histoire et théories

Dir. : Antoine Picon, professeur, École des ponts Paris-Tech, Harvard University ; Co-dir. : Sébastien Marot, École d’architecture de la ville et des territoires Marne-la-Vallée

À partir de la fin des années 1980, la multiplication de projets de rues, de routes, d’autoroutes et de parkways confiés à des architectes ou des paysagistes est souvent interprétée comme la "renaissance » d’une tradition qui aurait perduré jusqu’au XIXe siècle, avant que la voie ne soit plus régie que par des préoccupations techniques. Il s’agit ici de vérifier et d’approfondir cette hypothèse, en étudiant comment, de l’Antiquité à nos jours, s’est expérimentée, inventée ou théorisée une manière de concevoir la voie, dans sa dimension concrète et tangible, comme objet de l’architecture (considérée dans son acception large, incluant en grande partie le paysagisme et l’urbanisme). Les trois premières parties traitent successivement de la manière dont l’architecture de la voie a été conçue jusqu’au début du XXe siècle, suivant trois paradigmes : l’édifié, le jardin et le flux. La quatrième et dernière partie s’intéresse à l’abandon, aux permanences et aux recompositions que provoque l’irrup est à l’origine d’un changement radical de paradigme. La conclusion ouvre enfin quelques pistes de réflexions sur la manière de penser aujourd’hui la voie, à l’inverse des doctrines de l’hybridation, au sein du champ inclusif de l’architecture.

PAVE, Profession, Architecture, Ville et Environnement

Ensap Bordeaux. École doctorale « Sciences sociales : société, santé, décision », université Victor-Segalen Bordeaux II

Lilian CIRNU (Bucarest), Les formes de territorialisation de l’exode urbain dans l’espace métropolitain bucarestois

Dir. : Liliana Dumitrache, professeur, faculté de géographie, université de Bucarest

Co-dir. : Guy Tapie, professeur, PAVE, Ensap Bordeaux

L’objet de la thèse est d’analyser les formes de territorialisation de l’exode urbain dans l’espace urbain métropolitain bucarestois en le passant au prisme d’un regard pluridisciplinaire, celui du géographe pour caractériser les formes de distribution territoriales et ses raisons, du sociologue pour analyser les motivations des habitants ou du politologue pour comprendre les dispositifs d’acteurs en œuvre, du prospectiviste enfin au travers de son analyse fractale.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search