Navigation – Plan du site

AccueilNuméros28LecturesAnne-Marie Châtelet, Le souffle d...

Lectures

Anne-Marie Châtelet, Le souffle du plein air. Histoire d’un projet pédagogique et architectural novateur (1904-1952)

Genève, MetisPresses 2011, 400 pages.
Simon Texier
p. 90-92
Référence(s) :

Anne-Marie Châtelet, Le souffle du plein air. Histoire d’un projet pédagogique et architectural novateur (1904-1952), Genève, MetisPresses 2011, 400 pages.

Texte intégral

1La recherche d’Anne-Marie Châtelet sur les écoles de plein air fait suite à une longue série de travaux conduits par l’auteure sur le thème de l’architecture scolaire. Celle-ci mérite d’être brièvement rappelée, car si elle n’a pas fait de cet ancrage typologique son seul cheval de bataille, A.-M. Châtelet voue à l’école une remarquable fidélité. Le Souffle du plein air, son dernier ouvrage, n’en prend que plus de densité.

  • 1 Il faut encore ajouter à ce bilan bibliographique le numéro spécial d’Archiscopie, coordonné par An (...)

2L’histoire commence en 1985 avec une exposition et un petit catalogue collectif qui demeure toujours utile –, consacrés à L’École primaire à Paris, 1870-1914 (Paris, Délégation à l’action artistique de la Ville de Paris, 104 p.). Ce sujet fera par la suite l’objet d’une thèse, soutenue en 1991 et publiée en 1999 sous le titre La Naissance de l’architecture scolaire. Les écoles élémentaires parisiennes de 1870 à 1914 (Paris, Honoré Champion, 448 p.) Entre-temps la recherche s’est élargie, chronologiquement et typologiquement, avec l’exposition et l’ouvrage du Pavillon de l’Arsenal (Paris à l’école, « qui a eu cette idée folle… », Paris, Picard, 1993, 304 p.), avant de s’internationaliser à l’occasion d’un numéro spécial de la revue Histoire de l’éducation (n° 102, « L’architecture scolaire. Essai d’historiographie internationale », 2004, 306 p., avec Marc Le Cœur). Enfin un colloque suivi d’un ouvrage collectif, codirigé avec Dominique Lerch et Jean-Noël Luc, orientent Anne-Marie Châtelet vers l’un des aspects les plus novateurs de l’architecture scolaire : le plein air (L’École de plein air. Une expérience pédagogique et architecturale dans l’Europe du XXe siècle, Paris, Recherches, 2003, 432 p.)1. Les auteurs pointaient alors du doigt la nouveauté d’un sujet auquel une abondante littérature avait pourtant été consacrée à l’époque, littérature résultant notamment des nombreux congrès rassemblant médecins, éducateurs ou philanthropes.

3Imaginées à la fin du XIXesiècle, les premières Waldschulen (écoles de la forêt) sont construites en Allemagne dans les années 1900. Elles sont destinées à des enfants « anémiques, débiles, scrofuleux et porteurs de tuberculose ganglio-pulmonaire fermée », indique le pédagogue Hermann Neufert. Rapidement, c’est l’Europe entière, puis l’Amérique et l’Australie, qui s’équipent de ces sanatoriums d’un nouveau genre : on en comptera ainsi plusieurs centaines dans les années 1930. Proche de l’utopie dans sa vocation à produire un homme régénéré, éloignée de l’univers morbide de la ville, l’école de plein air est un lieu d’innovation médicale, pédagogique et architecturale, qui n’exclut cependant pas certaines dérives, la tentation eugénique par exemple : c’est au nom de la race et de sa survie que bon nombre d’institutions ont en effet été créées. Le « mouve- ment international des écoles de plein air », quant à lui, donne lieu à quelques chef-d’œuvre d’architecture moderne : à Amsterdam avec Jan Duiker et Bernard Bijvoet (1927-1930), à Suresnes avec Eugène Beaudouin et Marcel Lods (1931-1935), ou encore à Westwood (Los Angeles) avec Richard Neutra (1935). Tout en présentant les grandes lignes d’un panorama mondial, A.-M. Châtelet se concentre pour l’essentiel, dans Le Souffle du plein air, sur l’étude comparée de six pays (France, Allemagne, Pays- Bas, Grande-Bretagne, Italie et Suisse), reprenant à son compte les mots de Marc Bloch qui évoquait « une certaine similitude entre les faits observés et une certaine dissemblance entre les milieux où ils se sont produits ».

  • 2 On notera que Julien Bessonneau fit aussi breveter, en 1919, des constructions en béton armé moulé, (...)

4C’est aux portes de Berlin, à Charlottenburg, que la première Waldschule (chapitre I) voit le jour en 1904 : il s’agit de simples constructions en bois, parmi lesquelles une « baraque Doecker », structure légère préfabriquée à usage militaire – présentée pour la première fois en 1883 – offerte par la Croix-Rouge. Associant galerie de cure et salle de classe, le dispositif est économique, flexible et permet une orientation en fonction du soleil. Tous les ingrédients de la « ville radieuse » sont déjà présents et c’est en partie en cela que la chronique des écoles de plein air, l’un de ces innombrables angles morts de l’historiographie, est décisive. S’il intéresse encore peu les architectes, le programme est un objet de débat régulier, dans les congrès internationaux d’hygiène scolaire (le premier se tient à Nuremberg en 1904, le troisième à Paris en 1910, le quatrième à Buffalo en 1913) ou dans les revues spécifiquement dédiées à cette question, telle L’Hygiène à et par l’école, qui sous la houlette de l’instituteur Gaston Lemonier publie 44 numéros entre 1910 et 1914. Le chapitre II traite plus spécifiquement de l’essor architectural des écoles de plein air entre 1910 et 1931. Barcelone fait ici figure de pionnière puisqu’elle est la première ville à se doter d’une école de plein air en dur, avec « l’escuela del Bosque », construite sur la colline de Montjuich. En France, pays pour lequel A.-M. Châtelet a réalisé une étude d’en- semble conduisant à un premier inventaire (voir l’annexe « Écoles de plein air en France avant 1939 », p. 345-358), quelques projets sont élaborés par Julien Besnier (1913), François Le Cœur (vers 1913) ou Charles Duval et Emmanuel Gonse (1921) ; aucun ne voit cependant le jour. Réalisées ou non, la plupart des propositions de l’époque postulent comme dans l’architecture hospitalière ou le logement social – le primat du binôme air-soleil. Les architectes y privilégient par conséquent la porte-fenêtre, la terrasse et le plain-pied. Dans les faits, la pénurie de l’immédiat après-guerre incite plutôt à s’orienter vers des modèles proches des Waldschulen, comme les tentes en bois et toile de l’entrepreneur angevin Julien Bessonneau2. Par la suite, c’est au prix d’un renoncement à ce qui avait fait l’originalité des constructions provisoires que les constructions se multiplient : domestication de la nature, plans plus conventionnels, disparition de la galerie de cure au profit d’un exposi- tion à l’air libre. La classe, en revanche, devient l’espace d’innovation par excellence : l’ampleur des baies et la mobilité des éléments autorisent une ouverture et, de ce fait, la facile alternance entre classe intérieure et classe extérieure. Jacques Gréber à Roubaix, Florent Nanquette à Pantin, Germain Debré à Saint-Quentin, Maurice Baumeister à Mulhouse contri- buent au perfectionnement de dispositifs voués à se généraliser à toutes les écoles. La possibilité du plein air pour tous : c’est bien l’opinion de Jan Duiker après l’achèvement de la Clioschool d’Amsterdam, cette « armoire de verre » que Beaudouin et Lods transposeront à Suresnes sur le mode pavillonnaire.

  • 3 Georges-Henri Pingusson s’en inspire pour l’école maternelle de Briey-en-Forêt (1958-1964). Aux Cou (...)

5Autour de 1930, ce dernier est désormais utilisé dans des écoles ordinaires. Fidèle à sa méthode, qui interroge à la fois le discours des médecins, des éducateurs et des architectes, mais encore les médias respectivement utilisés par les uns et les autres – une large place est faite aux Congrès internationaux des écoles de plein air, tenus à Paris en 1922 puis à Bruxelles en 1931 –, A.-M. Châtelet analyse dans le chapitre III l’idéal du plein air sur un temps court, entre 1928 et 1933. Ce moment correspond au chantier de modernisation de la ville de Francfort, coordonné par Ernst May, qui occasionne la construction de plusieurs écoles modèles, les Freiflächenschulen. La fusion de l’école et du jardin est également tentée, sans succès, par Bruno Taut à Berlin. Il n’est guère surprenant, alors, que le principe du plein air tienne une place importante dans les débats des CIAM ou au sein du GATEPAC espagnol. Cette diffusion, cependant, serait en premier lieu le résultat d’une « convergence d’idées », non l’appropriation d’un type qui, au fond, n’existe encore que de façon marginale. C’est d’ailleurs ce que confirme le quatrième et dernier chapitre de la méticuleuse enquête d’Anne-Marie Châtelet, « L’école de plein air pour tous (1931-1953) » : jusqu’au ve Congrès international organisé à Bâle et Genève en 1953, l’école de plein air suscite une adhésion croissante et durable3, qui dépasse les clivages politiques, en témoigne l’investissement des régimes nazi et fasciste en Allemagne et en Italie.

  • 4 On renverra à ce propos aux travaux de Pierre Lebrun, notamment à son ouvrage, Le temps des églises (...)

6« De la baraque au pavillon », la « page d’histoire scolaire » proposée dans Le Souffle du plein air, efficacement illustrée par 168 figures auxquelles s’ajoutent 7 portfolios monographiques, ne comble pas seulement une lacune. À travers l’école se lit une histoire plus globale : une histoire de l’hygiène et de la médecine, bien sûr, mais aussi de la construction légère. L’école tisse alors des liens avec un programme tout à la fois concurrent et complémentaire : l’église, qui dès le début du XXesiècle donne également lieu à des constructions d’une extrême simplicité4. Sur le plan de la méthode, la place accordée aux acteurs et aux débats peut être lue, elle, comme le discret manifeste d’une autre histoire des types architecturaux, loin du formalisme de Pevsner. En filigrane, enfin, c’est la place accordée à l’enfant dans la société qui est en jeu tout au long de ce récit.

Haut de page

Notes

1 Il faut encore ajouter à ce bilan bibliographique le numéro spécial d’Archiscopie, coordonné par Anne-Marie Châtelet et Gwénaël Querrrien : « L’école de plein air de Suresnes. Un cas d’école », Paris, Cité de l’architecture et du patrimoine, 2006, 32 p.

2 On notera que Julien Bessonneau fit aussi breveter, en 1919, des constructions en béton armé moulé, dont l’architecte Charles-Henri Besnard se servira par la suite. Voir Les Constructions Bessonneau. Section du ciment armé, Paris, imp. de l’Avenir, 1919.

3 Georges-Henri Pingusson s’en inspire pour l’école maternelle de Briey-en-Forêt (1958-1964). Aux Courtillières (1957-1962), à Pantin, Émile Aillaud prévoit quant à lui un espace de repos en plein air pour la crèche.

4 On renverra à ce propos aux travaux de Pierre Lebrun, notamment à son ouvrage, Le temps des églises mobiles. L’architecture religieuse des Trente Glorieuses, Gollion, Infolio, 2011.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Simon Texier, « Anne-Marie Châtelet, Le souffle du plein air. Histoire d’un projet pédagogique et architectural novateur (1904-1952) »Les Cahiers de la recherche architecturale et urbaine, 28 | 2013, 90-92.

Référence électronique

Simon Texier, « Anne-Marie Châtelet, Le souffle du plein air. Histoire d’un projet pédagogique et architectural novateur (1904-1952) »Les Cahiers de la recherche architecturale et urbaine [En ligne], 28 | 2013, mis en ligne le 12 septembre 2017, consulté le 29 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/crau/506 ; DOI : https://doi.org/10.4000/crau.506

Haut de page

Auteur

Simon Texier

Historien de l’architecture, professeur d’histoire de l’art contemporain, université de Picardie Jules Verne.

Haut de page

Droits d’auteur

Cahiers de la recherche architecturale et urbaine

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search