Navigation – Plan du site
Actualité

Doctorats soutenus entre 2010 et 2012

p. 111-158

Plan

Haut de page

CEPAGE, Centre de Recherche sur l’Histoire et la Culture du Paysage, UMR CNRS/MCC 5185 ADES, Énsap de Bordeaux, GEODE, UMR 5602 CNRS / Université Toulouse II Le-Mirail, CNRS / Université de Bordeaux Université de Toulouse, ED TESC, Temps, espaces, sociétés, cultures

Géographie et aménagement

Dominique Henry, « Entre-tenir la montagne ». Paysage et ethnogéographie du travail des éleveurs en montagne pyrénéenne. Hautes vallées du Gave de Pau, de Campan et d’Oueil-Larboust

Dir. : Jean-Paul Métailié, dir. de recherche CNRS

Co-dir. : Serge Briffaud, maître-assistant Énsap de Bordeaux

27 septembre 2012

La notion « d’entre-tenir la montagne » est au cœur de cette thèse. Celle-ci tente de montrer comment les éleveurs ont réagi et ont adapté leurs façons de travailler, de penser et d’organiser le territoire pastoral face à la crise sociale et paysagère qui affecte les Pyrénées, en particulier depuis les années 1970. Trois vallées forment le cadre d’une analyse comparée : la vallée d’Oueil-Larboust (31), la vallée de Campan (65) et la haute vallée du Gave de Pau (65). Les modalités de « l’entre-tenir la montagne » sont abordées à partir de trois entrées : (1) spatiale à l’échelle des terroirs et de la vallée, (2) une entrée temporelle entre le maintenu et l’abandonné, et (3) une entrée sociale au sens des modes d’organisation collective. La démarche d’ethnogéographie élaborée repose sur la combinaison d’une analyse spatiale in situ des paysages, d’une analyse diachronique des évolutions paysagères à partir de photo-comparaisons et d’une enquête sociale auprès d’éleveurs pour récolter le témoignage de leurs pratiques et de leurs perceptions. Les principaux résultats montrent que les changements paysagers sont notamment à mettre en lien avec les modifications des pratiques et/ou avec l’existence de projets individuels ou collectifs, dans lesquels la préoccupation paysagère de « l’entre-tenir »est présente de façon de plus en plus explicite. Ce constat apporte un éclairage innovant sur les pratiques de l’agriculture de montagne et sur la place du paysage au sein de celles-ci. Il éclaire la capacité des groupes sociaux à prendre en charge la gestion de leur territoire et ouvre de nouvelles perspectives pour repenser l’avenir des paysages montagnards.

Mots clés : Pyrénées, paysages pastoraux, pratiques agricoles, ethnogéographie des paysages, analyse paysagère.

GRECAU, Groupe de Recherche Environnement, Conception Architecturale et Urbaine, Énsap de Bordeaux, Université de Bordeaux 1 Sciences physiques et de l’ingénieur, ED 209

Mécanique, mention sciences et techniques architecturales

Grace Yepez-Salmon, Construction d’un outil d’évaluation environnementale des écoquartiers : vers une méthode systémique de mise en œuvre de la ville durable

Dir. : Catherine Semidor, prof. Énsap de Bordeaux

7 septembre 2011

Ce travail s’inscrit dans les enjeux actuels liés à l’environnement urbain ; il vise à définir ce qu’est un écoquartier, à partir de l’étude de projets de référence en premier lieu mais surtout à partir de l’opérationnalité et ses contraintes spécifiques. Dans ce cadre pratique l’évaluation environnementale se positionne au cœur de l’opérationnalité comme un outil d’aide à la décision essentiel pour les acteurs de la conception de la ville face aux préoccupations du développement urbain durable. La finalité est de proposer une méthode d’évaluation environnementale des écoquartiers pour un projet urbain en phase esquisse (AVP). Cette thèse, encadrée au laboratoire GRECAU (Groupe de recherche environnement conception architecturale et urbaine) de l’ÉnsapBx, dans le cadre d’une convention CIFRE avec l’entreprise Nobatek (Centre technologique sur la construction et l’amé- nagement durable) propose une analyse de la pratique urbaine, l’identification des besoins en termes d’outils pour la construction d’un projet urbain à l’échelle du quartier et propose un outil d’évaluation environnementale. L’objectif est d’aboutir à une démarche applicable à l’opérationnalité du projet urbain. La première partie établit les enjeux liés à l’urbanisme et propose une étude histoique des modèles urbains pour la ville idéale. Il y est proposé un regard sur les principes et évolutions de cette notion afin de situer et comprendre le concept de ville durable. La deuxième partie établit la pertinence du quartier comme une échelle d’expérimentation, propose une définition de l’écoquartier et analyse certains cas de référence à travers leurs typologies, leur forme urbaine et leurs réponses techniques. La troisième partie propose un éclairage général sur différents outils d’analyse des processus de conception et d’évaluation des écoquartiers. Cette analyse souligne notamment la non existence de l’outil absolu, et conclue au besoin de développer des outils d’évaluation en complément des outils d’aide à la conception déjà existant. Une analyse des systèmes d’indicateurs est proposée, elle permet de montrer l’utilité de ces approches dans le contexte d’un projet urbain. La quatrième partie propose une analyse de la pratique opérationnelle du contexte français et propose une démarche opérationnelle de mise en œuvre d’un écoquartier. Cette dernière introduit le développement de l’outil d’évaluation NEST qui a constitué la partie finale de ce travail. L’outil s’appuie sur la technique d’analyse de cycle de vie (ACV) pour évaluer les impacts environnementaux du quartier. Pour cela les éléments physiques du quartier (bâtiments, espaces publics, espaces verts, infrastructure), tels que définis dans une phase précoce du projet urbain (phase AVP), sont intégrés dans l’outil. Il calcule alors 7 indicateurs environnementaux pour évaluer le projet, ces résultats étant rapportés à l’usager du quartier pour en assimiler toute l’importance. Dans cette dernière partie une expérimentation opérationnelle de la démarche proposée et de l’outil d’évaluation est présentée sur la Zac de Kleber à Biarritz pour montrer l’apport de l’outil pour une conception des projets urbains dans l’objectif de constituer un écoquartier. Introduire le concept de développement durable dans l’urbanisme demande, en plus d’une approche environnementale, sociale et économique, une compréhension technique de la ville et de ses composants urbains, comme un système fermé qui consomme des ressources et en cela génère un impact. Comprendre la ville comme un système pour établir des objectifs et des stratégies pour arriver à transformer la ville en une ville durable demande l’implication des acteurs de la décision, de la conception et de l’usage de la ville. Ce travail apporte au final une réflexion et des propositions pragmatique sur les modalités de mise en œuvre de telles opérations, en s’appuyant sur les nouvelles dynamiques de travail entre acteurs de ce type de projet et sur des outils développés spécifiquement pour ces nouveaux besoins.

Mots clés : écoquartier, évaluation environnementale, analyse de cycle de vie (ACV) impacts environnementaux du quartier, outil.

Muhannad Haj Hussein, Investigation sur la qualité des ambiances hygrothermiques et lumineuses des habitats palestiniens. La cour : contribution environnementale et socioculturelle

Dir. : Catherine Semidor, prof. Énsap de Bordeaux

18 septembre 2012

Au cours des 50 dernières années, la Palestine, a été le lieu d’une transformation importante tant du point de vue poli- tique qu’économique, social, urbain, etc. Tout au long de cette transformation, le concept architectural des habitats traditionnels à cour (introvertis) a été abandonné en faveur de nouveaux concepts résidentiels (extravertis). Ces derniers sont quasiment identiques sur l’ensemble de la Palestine malgré ses différentes zones climatiques. Contrairement au concept traditionnel, les concepts contemporains n’ont malheureusement pas respecté les valeurs environnementales, énergétiques, fonctionnelles et socioculturelles tant sur le plan du coût que de la taille, de l’emplacement et de l’esthétique. En outre, les architectes se sont plutôt intéressés à l’environnement intérieur qu’à celui extérieur dans l’habitat contemporain. Pour toutes ces raisons, ce nouveau type d’habitat extraverti est en train d’être remis en cause ce qui justifie notre étude. Pour notre recherche doctorale, nous nous penchons sur le rôle que peut jouer par rapport à cette problématique l’espace extérieur (privé) et ses caractéristiques spatiales, environnementales et humaines. En quoi l’existence de la cour est-elle une stratégie efficace pour un habitat durable en Palestine ? Pour répondre à telles questions, nous avons dans une première phase commencé ce travail en présentant un état de l’art des différents repères et facteurs intervenants dans la conception de l’habitat, la transformation qu’a subie cette conception au cours du temps et la qualité des ambiances (hygrothermiques et lumineuses) dans ces espaces. Une attention particulière est apportée à la cour, forme traditionnelle de l’espace extérieur dans l’architecture vernaculaire ainsi qu’à ses fonctions. Pour l’habitat contemporain cet espace prend majoritairement la forme d’un balcon ou d’une loggia. Dans une deuxième phase, nous abordons l’interrelation entre l’espace extérieur et la question de la qualité des ambiances dans l’habitat palestinien (traditionnel et contemporain) à travers deux approches : qualitative et quantitative. Dans la première, nous effectuons une étude analytique et bioclimatique de l’habitat traditionnel dans deux villes climatiquement différentes. Nous investiguons ensuite les caractéristiques et la dimension socio-environnementale de l’habitat contemporain par le biais d’une enquête. Pour la seconde approche, nous réalisons des campagnes de mesures in-situ dans des exemples de différente typologie d’habitat en vue de valider les résultats obtenus par la première approche. Enfin, en termes de conclusion, nous proposons un ensemble de recommandations et principes conceptuels susceptibles d’améliorer la qualité des ambiances dans le futur habitat palestinien.

Mots clés : habitat palestinien, espace extérieur, cour intérieure, climat, critères socioculturels, ambiances hygrothermiques et lumineuses.

Andres Moreno Sierra, Intégration des aspects énergétiques dans la conception du projet architectural : une approche méthodologique

Dir. : Catherine Semidor, prof. Énsap de Bordeaux

21 décembre 2012

Selon les objectifs d’efficacité énergétique à l’horizon 2020 en France, le secteur du bâtiment évolue vers des constructions dites à « énergie positive ». Ces nouveaux enjeux imposent l’intégration de nouvelles composantes aux aspects architecturaux et techniques, ainsi qu’une rupture dans les modes de conception et d’évaluation d’un projet. Mais la recherche de l’efficacité énergétique évolue vers le recours à des instruments numériques de mesure qui ne sont parfois pas adaptés à la démarche de conception des architectes, ce qui se traduit par la difficulté de mettre en cohérence le projet architectural et les objectifs de performance énergétique. L’objectif de ce travail est d’analyser la complexité de l’intégration des composantes énergétiques dans les premières phases du processus de conception, afin de proposer une démarche qui permette d’optimiser la performance énergétique. Pour étudier ces questions, nous proposons d’analyser et de reconstituer la démarche de conception de l’architecte d’un point de vue méthodologique, pour aborder postérieurement la question de l’optimisation de la performance énergétique à l’aide d’outils numériques. L’étude du processus de conception permet d’évaluer la complexité de l’intégration des aspects énergétiques et l’importance des phases initiales dans la démarche du concepteur. L’analyse systémique des aspects énergétiques montre l’interrelation entre les problématiques générales et les différents choix de conception. La formalisation d’une stratégie de conception à travers la formulation d’un outil méthodologique, permet de proposer une démarche d’optimisation de la performance énergétique basée sur la modification de la structure morphologique du bâtiment. Cette approche ouvre de nouvelles perspectives méthodologiques dans la conception de bâtiments à énergie positive. Les relations entre énergie, morphologie des bâtiments et organisation des ensembles urbains pourraient modifier le processus de conception en architecture.

Mots clés : conception architecturale, performance énergétique, méthodologie, énergie positive, morphologie, architecture, urbanisme.

PAVE, Profession Architecture Ville et Environnement, UMR / CNRS 5116, Centre Émile Durkheim, Énsap de Bordeaux, Université de Bordeaux 2 et Université de Bucarest (Roumanie)

Sociétés, santé, politiques publiques (SP2)

Andra Larionescu, Maisons de migrants au pays d’origine. Étude de cas sur la transformation du logement rural dans le contexte de la migration internationale. La commune de Marginea, département de Suceava, (Roumanie)

Dir. France : Guy Tapie, prof. Énsap de Bordeaux

Co-dir. Roumanie : Poliana Stefanescu, prof. université de Bucarest

25 septembre 2012

L’originalité de notre apport parmi les recherches sociologiques et anthropologiques roumaines porte sur l’analyse de la relation multidimensionnelle entre la migration et l’habitation rurale, mettant l’accent sur la compréhension du loge- ment comme lieu de rencontre des modèles culturels différents. En effet, la maison doit être analysée comme un produit social et par rapport à la vie sociale et privée de la famille qui y réside. Donc, notre cadre théorique s’appuie sur le croisement entre l’analyse sociologique des processus migratoires et leur expression architecturale et matérielle. La question centrale de la recherche porte sur les continuités et discontinuités – observées par rapport à la tradition – qu’on trouve, après la chute du communisme, dans les habitations des migrants roumains, issus du milieu rural. Pour répondre à cette question, nous avons choisi une approche anthropologique du logement, en menant des enquêtes de terrain, de type qualitatif (auprès de villageois et migrants du village de Marginea), durant les années 2009, 2010 et 2011. On remarque que les nouvelles maisons se présentent comme des formes hybrides, qui articulent les références locales aux éléments nouveaux, apportés par la migration. Ainsi, nous avons introduit deux dimensions essentielles dans l’ana- lyse du concept de la maison du migrant : les « traces du passé » et les « traces de la migration ». La première dimension se réfère aux influences des anciennes formes, modèles, pratiques, mentalité etc., alors que la deuxième dimension désigne les éléments nouveaux et les innovations qui ont pénétré dans la conception, la construction et l’utilisation des maisons.

Mots clés : Roumanie, migration, maison rurale, architecture, forme hybride, traces du passé, traces de la migration.

Sociologie

Fanny Gerbeaud, L’habitat spontané : une architecture adaptée pour le développement des métropoles ? Le cas de Bangkok (Thaïlande)

Dir. : Guy Tapie, prof. Énsap de Bordeaux

4 décembre 2012

La croissance des bidonvilles interroge les modalités de production de la ville, notamment dans les pays en développement. Cette thèse montre le cas de Bangkok où les « communautés denses », outre la flexibilité de leur architecture, cristallisent souvent des pratiques sociales et une histoire commune propres au lieu. Rare- ment prises en compte dans la métropole et victimes d’une image négative, elles font preuve d’un dynamisme économique et associatif stimulant et représentent un enjeu fort face aux notions de développement durable et de droit à la ville, à l’échelle locale comme internationale. Au travers d’une analyse spatiale principale- ment, d’entretiens d’acteurs et d’observa- tions de terrain, nous abordons l’habitat spontané comme une construction incré- mentale issue de processus d’appropriation individuelle. Nous l’analysons autour de trois configurations ou « contextes d’émergence » de ces constructions : l’habitat spontané « ancien », « pur » et « greffé ». Cette première configuration interroge la notion de patrimoine au sujet de constructions populaires remontant aux origines de l’urbanisation à Bangkok. L’habitat spontané pur tend en parallèle à former de véritables morceaux de ville attractifs et finement reliés à leur contexte urbain. Avec les greffes spontanées observées sur les immeubles sociaux de relogement, l’habitat spontané s’affirme comme un mode de construction viable et un outil de développement urbain. L’habitat spontané entraîne progressivement le repositionnement des acteurs de l’urbain, la mise en place de processus de projet alternatifs qui renouvellent la production courante du logement vers une construction urbaine partagée.

Mots clés : habitat spontané, communauté de bidonville, participation publique, Bangkok, développement urbain, mutualisation des espaces.

AE&CC. Architecture, Environnement et Cultures Constructives, laboratoire Cultures Constructives, Énsa de Grenoble Université de Grenoble, ED Sciences de l’homme, du politique et du territoire

Urbanisme mention architecture

Arbil Ötkünç, (Re)construire le lieu. À propos de l’architecture de Rafael Moneo et de Jacques Herzog & Pierre de Meuron

Dir. : Philipe Potié, prof. Énsa de Versailles

2 mars 2010

Le lieu fait l’objet de multiples recherches en sciences sociales, en géographie, en urbanisme et en architecture. L’histoire et la théorie de l’architecture nous montrent les changements de sens et d’importance à différentes époques de ce concept à la fois complexe et abstrait mais également riche. Dans ce contexte général, cette thèse propose une relecture du concept du lieu dans l’architecture contemporaine à travers les œuvres de Rafael Moneo et de Jacques Herzog & Pierre de Meuron. Le but est de montrer de quelle manière le bâti révèle et construit le lieu. Pour ce faire, un cadre théorique a été déter- miné sous le titre « Le lieu, une définition problématique ». Nous avons présenté les distinctions de lieu, de site, de paysage, de l’espace etc. ainsi que les termes directement liés au lieu. Ensuite, les références théoriques ont été rassemblées sous le titre « Sur la théorie du lieu », à travers de courtes études d’auteurs comme Heidegger, Norberg-Schulz, Lynch, Ando, Gregotti, Rossi, Semper, Frampton, etc. Sans prendre parti pour une des écoles de pensée présentées, nous avons résumé les idées principales pour cher- cher à constituer un corpus de notions aptes à travailler sur et par le lieu. À partir d’une revue de la littérature existante sur l’évolution des approches du lieu en architecture, nous avons choisi d’expliciter la construction du lieu dans l’architecture contemporaine. L’analyse des projets des architectes prenant en compte le lieu fut un moyen de révéler et de comprendre les processus à l’œuvre « Sur la construction du lieu ». Cette partie fut divisée en deux chapitres majeurs et complémentaires, l’un concernant les travaux de Moneo et l’autre ceux de Herzog et de Meuron. Elle étudie la dimension opératoire du sujet dans la discipline de l’architecture. Ainsi, l’approche consistant à mobiliser l’architecture contemporaine pour relire le lieu met en évidence l’existence d’un lien entre architecte et lieu, et une variabilité des rapports des matériaux à l’œuvre.

Mots clés : lieu, construction, matériau, tectonique, Moneo, Herzog & de Meuron.

Laboratoire CRATERRE, Centre International de la Construction en Terre, Énsa de Grenoble Université de Grenoble, ED Sciences de l’homme, du politique et du territoire

Urbanisme mention architecture

Ali Zamanifard, La conservation des villes historiques du Plateau central de l’Iran : le cas de la ville de Yazd.

Dir. : Hubert Guillaud, prof. Énsa de Grenoble

1er septembre 2010

Cette thèse traite de la question de la conservation des villes historiques du centre de l’Iran, majoritairement construites en terre crue, désormais moins adaptées à l’évolution des modes de vie et insérées dans un tissu urbain moderne, étendu et éclaté. La thèse révèle les rapports étroits entre la ville historique, son architecture domestique, la société traditionnelle, sa structure sociale et familiale, les usages comme les cérémonies et rites festifs qui traversent la vie de la population urbaine. Le patrimoine est ici clairement étudié au prisme de son histoire et des valeurs de la société traditionnelle qui aspire à la fois à la modernité et à la conservation de son héritage culturel, ayant ainsi à affronter des enjeux antagonistes et complexes pour intégrer son héritage dans un processus l’évolution culturelle et sociale. Face aux enjeux du développement de la ville moderne, de l’industrie du tourisme et de la mondialisation, la préservation des valeurs culturelles, sociales, économiques et scientifiques des villes historiques iraniennes, pour transmettre un héritage exposé à un haut risque de dégradation du fait de grandes mutations, à des évolutions qui induisent une requalification à différentes échelles (architecture, ville et territoire), constitue un défi majeur pour la société iranienne. De ce fait, la recherche analyse les qualités propres d’un patri- moine qui a défini ses caractères dans une relation étroite et harmonieuse avec un environnement désertique. Elle démontre qu’il conviendrait de s’appuyer sur des savoirs et savoir-faire d’une grande intelligence éprouvée mais aujourd’hui mena- cés d’extinction alors qu’ils demeurent pleinement pertinents face aux enjeux du développement durable. En illustration concrète, la thèse se saisit de l’étude de cas de la ville de Yazd, particulièrement représentative des enjeux couverts par la recherche et au cœur du paradoxe entre développement urbain et conservation. Elle met en lumière la nécessité d’une approche intégrée, holistique et multidisciplinaire, pour la conservation des villes historiques du centre iranien.

Mots clés : architecture de terre, patrimoine urbain, conservation, mise en valeur, participation, Iran.

Ammar Aldujaili, Les marais mésopotamiens et la question de l’habitat à venir : pour une évolution durable

Dir. : Hubert Guillaud, prof. Énsa de Grenoble

16 mai 2012

Co-dir. : Anne-Monique Bardagot, docteure en ethnologie

Cette recherche est centrée sur l’habitat dans les marais mésopotamiens en Iraq et l’aménagement actuel et futur d’établissements humains durables dans cette région. Elle poursuit l’objectif de contribuer à une meilleure compréhension des transformations de la nature à l’œuvre et du fonctionnement de la société, de ses dynamiques, de son rapport à l’espace et de sa façon de se projeter dans le temps, dans cette aire géographique. Saisir comment, dans le contexte actuel de multiplication de facteurs mutagènes, parfois antagonistes, la société des marais assure sa continuité et adapte son habitat est fondamental pour établir une base de connaissances sur la culture constructive locale des marais mésopotamiens et éclairer les décisions concernant le projet gouvernemental de stabilisation de la population. L’habitat et la préservation du mode de vie ainsi que du milieu naturel restent des sujets d’inter- rogation fertile pour la recherche qui pose la question de leur évolution soutenable située plutôt que celle du développement. Les résultats de cette recherche peuvent constituer une base de réflexion chez les architectes, les urbanistes, les aménageurs et d’autres chercheurs traitant la question de l’habiter face à la dégradation environnementale globale.

Mots clés : établissement humain, évolution durable, Marais mésopotamiens.

CRESSON, Centre de Recherche sur l’Espace Sonore et l’Environnement Urbain, UMR CNRS / MCC 1563, Énsa de Grenoble Université de UPMF ED 454 SHPT

Mention Urbanisme et architecture

Magali Paris, Le végétal donneur d’ambiances ; jardiner les abords de l’habitat en ville

Dir. : Olivier Balaÿ, prof. Énsa de Lyon

Co-dir. : Sandra Fiori, maître-assistante Énsa de Lyon

1 mai 2011

Qu’est-ce qui pousse les citadins à jardiner, dans des contextes souvent peu favorables, les abords de leur logement ? Guidé par cette question, notre travail se focalise sur les pratiques habitantes du jardin privé de type balcon, loggia, terrasse et pied d’immeuble. Parmi les nombreux travaux consacrés à l’étude des modes d’habiter urbains, peu se sont jusque-là spécifiquement intéressés au rôle du « petit » jardin. Comment ce petit jardin – et en particulier son jardinage – permet-il à la fois de se ménager un chez-soi et de cohabiter avec ses voisins ? C’est cette problématique que nous avons explorée en inscrivant notre travail dans le champ des ambiances architecturales et urbaines, c’est-à-dire en faisant de l’environnement sensible une clé de lecture privilégiée des pratiques habitantes jardinières. Notre enquête a porté sur quinze ensembles de logements grenoblois et parisiens situés en milieu urbain dense. Sur une période de quatre ans, elle s’est déployée autour du recueil de la parole habitante, couplée à des observations ethnographiques. Adoptant une approche pluridisciplinaire qui croise les dimensions spatiales, horticoles, sociales et sensibles du jardin, l’analyse s’attache à élaborer une typologie de configurations de jardins à partir de quatre critères : la morphologie (horticole et paysagère) des jardins, leur imaginaire, les perceptions sensibles et les tactiques habitantes dont ils sont le support. Cette typologie propose une rhétorique jardinière explicitant les formes de liens et de ruptures que les habitants créent entre eux et leurs voisins, entre leur logement et leur jardin, entre leur jardin et le voisinage et entre leur jardin et la ville. Elle intéresse directement la programmation et la conception des abords de l’habitat en questionnant les manières de composer le jardin et ses articulations au loge- ment, d’agencer les logements entre eux et de penser le rapport du logement à la ville par le biais du jardin. Deux expériences pédagogiques réalisées à la fin de la recherche rendent compte de ce potentiel. Plus largement, cette recherche ouvre vers l’hypothèse selon laquelle les enjeux de l’habiter urbain se situeraient à la lisière jardinée entre un chez-soi (qu’il soit privé ou public) et la ville.

Mots clés : « petit » jardin en prolongement du logement, habiter et co-habiter, configurations d’ambiances de jardin, morphologie

jardinée, imaginaire, effets sensibles et stratégies habitantes.

Mention architecture

Arezou Monshizade, L’eau comme élément d’ambiance. Le jardin persan entre rareté et abondance

Dir. : Grégoire Chelkoff, prof. Énsa de Grenoble

19 octobre 2012

L’eau anime un paysage particulier par ses qualités physiques et aussi par la vie et l’activité qu’elle apporte, où qu’elle se trouve, mais l’homme peut être confronté à un contexte de rareté ou d’abondance de cet élément fondamental selon les régions du monde. L’eau, pour ses qualités esthétiques et environnementales, est perçue comme une ressource précieuse. Par la relation perceptive, significative et symbolique qu’elle crée avec l’homme, elle inspire les concepteurs et les architectes qui se nourrissent de cette relation pour imaginer différents espaces ou monuments où le liquide et le solide s’allient ou se fondent. Avec les développements de la science moderne et la notion d’environnement durable, l’eau a été transformée en « H2O » comme une matière à consommer qui tendrait à perdre ses capacités sensibles. D’autre part, les menaces qui planent sur cette ressource du fait qu’elle devient rare, en font un enjeu majeur du futur. C’est pourquoi les éléments « naturels » comme l’eau méritent une attention particulière : ils constituent à la fois des facteurs constitutifs d’une ambiance et des domaines fondamentaux de gestion environnementale se rapportant à des problèmes écologiques de première importance. En ce sens, notre recherche vise à articuler une écologie des environnements physiques et naturels à une esthétique des ambiances architecturales et urbaines. Il en va ici du rapport entre le matériel et l’immatériel, question particulièrement importante dans le cadre d’une théorie des ambiances. Tenant compte de cette problématique de recherche, nous avons choisi le jardin persan, à l’origine « paradeiza » (para- dis), pour étudier les relations sensibles à une ressource dans un contexte où elle est rare. Bien que ces « paradis » soient situés en contexte désertique, l’eau y joue un rôle fondateur et omniprésent et elle est traitée sous différentes formes et dispositifs. Ainsi, malgré sa « rareté » dans les régions arides – notamment dans les deux jardins étudiés au centre de l’Iran –, l’eau se révèle alors comme élément construit de l’espace aussi bien qu’élément « formant » de l’ambiance. Nous nous posons la question plus précisément de savoir comment se forme l’ambiance visuelle, sonore, thermique et dynamique à partir d’une quantité minimale d’eau disponible en ces deux jardins. On se concentre plus précisément sur la dimension plurisensorielle de l’eau qui éveille et fait interagir nos sens en considérant principalement les rapports entre la proportion quantitative d’eau utilisée et la qualité de l’ambiance. L’objectif de ce travail est de dégager les principes et les dispositifs architecturaux utilisant l’eau comme élément d’ambiance, d’imaginaire, de structuration spatiale et de support d’usage dans l’aménagement des jardins à l’avenir. Les méthodes mises en œuvre pour évaluer l’impact de l’eau dans la perception de l’ambiance des jardins ont consisté, dans un premier temps en des enquêtes à partir de la mémoire sensible et basées sur les souvenirs et les récits d’une dizaine de visiteurs. Cela nous permet d’énoncer une première interprétation sur la mémorisation des ambiances en référence à l’eau. Deuxièmement l’observation des espaces et usages in situ nous aide à repérer les dimensions objectivables de la présence de l’eau. Enfin, nous avons recueilli in situ des commentaires de perception en mouve- ment auprès d’une vingtaine de visiteurs qui expriment certains effets sensibles et pratiques de l’eau dans le milieu du jardin.

Mots clés : eau, jardin, rareté, ambiance sensible, espace.

Julien Delas, La ville imprévisible. Dynamiques de cheminement, expérience sensible partagée et épreuve du surgissement dans les espaces publics du quotidien

Dir. : Grégoire Chelkoff, prof. Énsa de Grenoble

18 décembre 2012

Inscrit dans le champ des ambiances architecturales et urbaines, cette thèse interroge la constitution de l’expérience sensible dans les cheminements urbains à partir d’une méthode de parcours commenté « en aveugle ». Une enquête a été menée à Grenoble auprès de 34 personnes constituées en deux groupes d’âge, leur faisant parcourir, les yeux bandés, un espace de la ville où ils n’étaient jamais allés. À partir d’analyses détaillées des commentaires recueillis lors des parcours, nous montrons comment s’opère la mobilisation des sens dans la marche. En effet, des sens aux contextes de sens en passant par les objets d’expérience, nous explorons différentes perspectives pour rendre intelligible l’expérience sensible. Une réflexion parti- culière est alors menée sur l’impact du protocole d’enquête et la relation chercheur/participant en intégrant pleinement ces derniers aux analyses et à l’objet de recherche. Nous proposons enfin de nous saisir de la notion de « surgissement » pour révéler les aspects dynamiques de l’expérience sensible des espaces publics et cherchons à faire de cette notion un levier de discussion théorique ainsi qu’un outil de définition dans l’aménagement des espaces publics urbains, tant du point de vue physique et spatial que dans le cadre d’une politique du sensible confrontée à la standardisation ou à des effets de normalisation. S’appuyant sur des approches phénoménologiques et pragmatistes et soucieux des effets des modalités d’aménagement contemporain, ce travail contribue ainsi à la problématique des ambiances urbaines.

Mots clés : expérience sensible, surgissement, autrui, espaces publics, quotidien, in situ.

Laboratoire MHA, Les Métiers de l’Histoire de l’Architecture, édifices-villes, territoires, Énsa de Grenoble, ED 454 Sciences de l’Homme, du Politique et du Territoire Université de Grenoble

Architecture

Stéphanie Diètre, L’émergence du visible interrogée par les architectes. Le « dessin de note » et la construction du regard de Charles-Édouard Jeanneret, Paul Tournon et Jean-Charles Moreux

Dir. : Catherine Maumi, prof. Énsa de Grenoble

8 octobre 2012

L’intérêt philosophique pour la « visibilité » – Sichtbarkeit –, à la fin du XIXe siècle, participe d’une interaction nouvelle entre art, science et technique. Le dessin réunit les arts graphiques comme science du « visible ». Vitruve établit déjà que la « science de l’architecte » – Architecti scientia – prend valeur et se renforce par la « science du dessin » – Graphidis scientia. La recherche porte sur l’analyse du dessin que l’architecte utilise et produit lorsqu’il travaille à s’instruire selon son propre arbitre et ses propres moyens, hors les murs des écoles et des ateliers, au tournant du XIXe au XXe siècle. Charles- Édouard Jeanneret (1887-1965), Paul Tournon (1881-1964) et Jean-Charles Moreux (1889-1956) voyagent pour leur apprentissage. Ils regardent le monde et transcrivent leur étonnement activé au contact de la réalité. De la même manière, pour se former, alors que leur production architecturale sera très différente, ils notent en dessin. Nous interrogeons la réduction intellectuelle et graphique de la note comme une forme courte de représentation. La forme courte est le travail conscient d’analyse et de recherche synthétique. Chaque trait est pensé et pensé comme matérialité. C’est un acte conceptuel d’abstraction. Comment cette forme courte, que nous interprétons dans sa vocation théorique, participe-t-elle de l’acquisition du « regard instruit » de l’architecte ?

Mots clés : dessin d’architecture, regard instruit, formation de l’architecte, visible, abstraction.

IIAC, Institut Interdisciplinaire d’Anthropologie du Contemporain UMR 8177 CNRS / EHESS, LAIOS, Laboratoire d’Anthropologie des Institutions et des Organisations Sociales, École des Hautes Études en Sciences Sociales, Laboratoire les « Métiers de l’Histoire de l’Architecture », Énsa de Grenoble, ED Sciences sociales (EHESS)

Musique et musicologie du XXe siècle

Arnaud Hollard, Stochastique de la ville contemporaine. De la musique à la ville, l’aléatoire mathématique comme ressource de la conception architecturale

Dir. : Denis Laborde, chargé de recherche CNRS

Co-dir. : Catherine Maumi, prof. Énsa de Grenoble

4 avril 2011

De la musique de Xenakis à la littérature potentielle de l’OuLiPo, l’aléatoire mathématique, ou stochastique, représente une clé de lecture importante pour appréhender la fascination exercée sur toute une génération de créateurs par les possibles formalisations d’un hasard apprivoisé et mis au service de leurs démarches de création. Ce faisant, les recherches et les expérimentations créatives qu’Umberto Eco a regroupé, dès le début des années 1960, sous le terme de « poétiques ouvertes », s’emparaient des outils et des cadres conceptuels de l’étude des flux, de la cybernétique et des sciences cognitives naissantes pour renouveler et étendre le champ d’action d’une créativité appro- chant les limites du prévisible, du contrôlable et de l’intentionnel. Alors que la stochastique tend aujourd’hui à devenir un outil incontournable du développement d’algorithmes de génération de formes architecturales, son utilisation par des architectes au début du XXIe siècle renvoie irrémédiablement aux questionnements qui ont traversé les différents territoires de la création, et plus particulièrement la création musicale, de la seconde moitié du XXe siècle. L’objet de cette recherche est donc d’historiciser l’utilisation de la stochastique en architecture, et de thématiser, à partir de cas d’études spécifique- ment choisis, la multiplicité des intentions et des contextes, des conditions et des limites qui ont sous tendu son appropriation par des architectes. À travers l’étude des recherches de Yona Friedman sur l’« architecture scientifique » et de Christopher Alexander sur la « synthèse de la forme », ainsi que des projets de Rem Koolhaas pour l’Exposition universelle de Paris 1989 et de Bernard Tschumi pour le parc de La Villette, il s’agira de questionner les intentions et les conditions autant que les limites de la convocation de l’aléatoire mathématique comme outil de pensée de l’espace habité et comme ressource de la conception architecturale. En plus de constituer l’arrière-plan des expérimentations menées actuellement par les architectes Makoto Sei Watanabe, Kostas Terzidis et Daniel Cardoso, portant sur la programmation de processus de génération stochastiques des formes architecturales et urbaines, les cas d’étude réunis dans cette recherche ouvrent une interrogation du renouvellement instru- mental et méthodologique de la conception architecturale pour affronter certains enjeux du développement de la ville contemporaine.

TVES, Laboratoire Territoires, Villes, Environnement et Société, EA 4477, Énsap de Lille, Université Lille-Nord-de-France. Université de Lille 1 – Sciences et technologie, ED SESAM

Géographie et aménagement

Isabelle Duval-Estienne, L’intervention du paysagiste dans la ville, de 1960 à aujourd’hui : pertinence et enjeux pour les architectes et les urbanistes. Le cas de la métropole lilloise

Dir. : Didier Paris, prof. université de Lille 1

Co-dir. : Dominique Mons, maître- assistante Énsap de Lille

17 septembre 2010

Vérifiant une hypothèse apparue au milieu des années 1990 en France selon laquelle les paysagistes seraient les nouveaux spécialistes du sub-urbanisme (Marot, 1995), cette thèse mesure la spécificité et l’apport de leur intervention dans la ville. S’appuyant sur le dépouillement de publications spécialisées en architecture, urbanisme et paysage (Estienne, 2004), elle confronte les notions utilisées pour aborder les espaces non construits des villes depuis 1960 à la réalité spatiale et professionnelle de la métropole lilloise et s’articule en trois parties correspondant à des périodes, des objets et des méthodes spécifiques. La première partie reprend l’analyse des corpus à la lumière des discours des paysagistes qui ont travaillé dans ce territoire durant les Trente Glorieuses ; l’approche diachronique met en lumière une filiation entre des notions apparues dans les décennies 1960 et 1970 – espaces ouverts, extérieurs, urbains, non construits, publics – et la notion d’espaces libres mise en place au début du XXe siècle. Associant des approches diachroniques et qualitatives, la seconde partie analyse la manière dont les questions paysagères ont été prises en compte au sein de l’OREAM-Nord et de l’EPALE – deux organismes pluridisciplinaires d’études mis en place par l’État au milieu des années 1960 – et le rôle inattendu joué par les paysagistes au sein de ces équipes. Privilégiant l’analyse qualitative, la troisième partie montre comment un milieu professionnel s’est constitué à Lille ces vingt dernières années. Selon les échelles d’intervention, elle précise la place du vide dans les projets, leur relation au site, leur mise en valeur de matériaux spécifiques.

LACTH, Laboratoire de l’École d’Architecture et de Paysage de Lille, et CEAC, Centre d’Étude des Arts Contemporains, Énsap de Lille, Université de Lille-Nord-de-France ED Sciences humaines et sociales

Esthétique et sciences des arts, spécialité architecture

Jennifer Buyck, La fabrique contemporaine des métropoles en France : pays, paysage et paysans

Dir. : Joëlle Caullier, prof. à l’université Lille 3

Co-dir. : Daniel Treiber, prof. Énsap de Lille

26 novembre 2010

Ce travail de thèse questionne la fabrique contemporaine des métropoles en France à travers les notions de « pays », de « paysage » et de « paysan ». Pour ce faire, nous nous sommes d’abord intéressés aux valeurs de l’urbanité contemporaine en interrogeant conjointement le paysage et la métropole dans le contexte contemporain. Dans ce cadre, le paysage comme la métropole connaissent de profonds bouleversements. Une nécessaire reconsidération des pratiques d’anticipation spatiale doit alors être engagée. Dans un tel contexte, nous avons par la suite questionné – à travers deux investigations menées en parallèle, l’une sur les Schémas de Cohérence Territoriale et l’autre sur la consultation internationale du « Grand Paris » – le sens et la fonction de la notion de paysage au sein des pratiques françaises et contemporaines de fabrique métropolitaine. Le paysage, projection complexe du pays, est alors apparu à même d’influencer considérablement les pratiques de fabrique métropolitaine. De plus, ces représentations individuelles et collectives du pays révèlent l’existence d’une nouvelle mythologie urbaine dont l’imaginaire paysan véhicule l’idée d’un nouveau mode de vivre, de rêver et de fabriquer la ville et les métropoles.

Mots clés : fabrique urbaine, métropolisation, mythe, paysage, ruralité.

ABC, Ambiances Bioclimatiques et Construction parasismique (Énsa-M), CIRTA, Centre Interdisciplinaire de Recherche sur lesTerritoires et leur Aménagement (univ. Paul Cézanne), Énsa de Marseille Université Aix-Marseille III, ED 355 Espaces, Cultures, Sociétés

Architecture

Marie Durand, Penser la symbiose urbaine à l’échelle du quartier. Usages contemporains de trois types du XIXe siècle, en Méditerranée

Dir. : Daniel Pinson, prof. de l’Université Aix-Marseille

Co-dir. : Jean-Louis Izard, maître-assistant Énsa de Marseille

18 novembre 2011

Les pratiques architecturales et urbaines actuelles sont au cœur des contradictions sociales et environnementales qui caractérisent les sociétés contemporaines. Cette opposition n’est pas irréductible et questionne la perspective de quartiers symbiotiques. Si les récentes recherches ont montré qu’un modèle d’urbanisme durable ubiquiste ne peut exister, il est possible de chercher les conditions d’un modèle construit localement. Dans un contexte méditerranéen, cette recherche souhaite questionner un avenir soutenable basé sur des potentialités locales. Ainsi, la symbiose urbaine en Méditerranée serait-elle envisageable à partir d’une réhabilitation de savoir-faire, de types architecturaux, et de sociabilités spécifiques à cette région ? C’est en se basant concrètement sur l’analyse architecturale et urbaine de trois types du XIXe siècle, au sein de trois quartiers que l’on questionnera cette perspective. Il s’agit de St-Mauront pour le « trois fenêtres » marseillais, de Navas pour « l’îlot Cerdà » à Barcelone et de Bab El Oued pour « l’immeuble sur cours » algérois. Pour ce faire, nous avons adopté une posture de recherche opérationnelle mettant en œuvre plusieurs méthodes.

L’analyse urbaine, historique et cartographique : nous avons entrepris une première phase de recherche qui retrace brièvement l’histoire urbaine des trois villes observées, puis nous nous sommes attelés plus concrètement aux grands plans d’urbanisme du XIXe siècle. La logique fut ensuite de zoomer progressivement jusqu’aux bâtiments pour appréhender toutes les échelles nécessaires à une approche systémique.

Recherches bibliographiques, statistiques et enquêtes de terrain : comme l’objet de cette recherche requiert des informations quantitatives et qualitatives, nous avons fait appel aux deux types d’enquêtes correspondants : le questionnaire et l’entretien compréhensif. À l’issue, un important travail de compréhension et d’analyse des résultats s’est mis en place, entre autres au moyen d’outils d’analyse statistique performants (Excel et SPAD).

Les trois tissus urbains observés illustrent la morphologie urbaine des extensions de ville à une époque où la croissance urbaine était vertigineuse. On note une rigueur des ordonnances de l’époque qui produit principalement des plans en damier. Cependant une distinction est visible pour la ville de Marseille, qui connaît une extension à partir des noyaux villageois parsemés autour de la ville. On note aussi une variation d’échelle, la trame Cerdà illustre un urbanisme monumental, plus distant de l’échelle humaine que ses voisines, Marseille ou Alger, mais plus respectueux sur d’autres points de vue.

Résultats : la comparaison architecturale des différents types de bâti observés, montre un certain nombre de similitudes. La brique de terre cuite est un matériau commun, notamment pour la construction de voûtains en brique, technique répandue dans les trois villes observées. Il en est de même pour des éléments de conception architecturale tels que le puits de lumière et/ou de ventilation, le concept d’appartements bi-orientés ou encore le patio (bien que sa taille soit variable). Finalement, on peut dire que ces types architecturaux correspondent à des réalités communes, avec la prégnance d’espaces extérieurs intermédiaires entre le domaine privé et le domaine public. En ce sens, le cœur d’îlot et les balcons illustrent la nécessité de prolonger l’espace de vie dans une dialectique intérieure-extérieure. Du point de vue des usages et des sociabilités, ce travail nous a permis de confirmer plusieurs hypothèses de départ. D’abord la réciprocité des impacts entre usages et environnements est vérifiée. Ensuite, le contexte urbain méditerranéen reflète bien une urbanité locale dans laquelle géographie, climat et cultures méditerranéennes sont ancrées. Dans une perspective de réhabilitation soutenable, certains éléments communs tels que le cœur d’îlot, la gestion de l’eau, la végétation ou la mixité, peuvent en partie répondre aux enjeux environnementaux et sociaux soulevés aujourd’hui par ces trois villes.

Mots clés : quartiers, réhabilitation, soutenable, villes, Méditerranée.

Gianluca Cadoni, Les systèmes de rafraîchissement passif dans l’architecture contemporaine et la conception bioclimatique du bâtiment. Méthodologie d’analyse et évaluation de réalisations à travers le monde

Dir. : Stéphane Hanrot, prof. Énsa de Marseille

Co-dir. : Jean-Louis Izard, maître assistant Énsa de Marseille

10 décembre 2012

Le sujet de recherche sur lequel nous avons travaillé porte sur les systèmes de rafraîchissement passifs. L’objectif de la recherche est d’évaluer l’efficacité des systèmes de rafraîchissement passif et leur impact sur l’architecture. Le parcours De recherche a été divisé en deux parties. D’une part, nous avons cherché à comprendre ce qu’est le rafraîchisse- ment passif, son application dans l’architecture vernaculaire et les nécessités de confort dans l’architecture contemporaine. D’autre part, nous avons analysé des bâtiments contemporains, rafraîchis passivement, puis leur fonctionnement afin d’évaluer si les systèmes de rafraichissement passif peuvent garantir le confort des usagers. Nous avons cherché à mettre en valeur les raisons qui ont conduit à la réussite ou à la faillite des systèmes de rafraîchissement passif afin de rédiger un carnet de règles, ou conseils, aptes à aider l’architecte à réaliser un projet de bâtiment rafraîchi passivement. Un autre aspect que nous avons voulu mettre en évidence est l’impact des systèmes de rafraîchissement passif sur la conception du projet. Le nombre des bâtiments, en particulier contemporains, rafraîchis passivement est très réduit. Le premier problème auquel nous avons été confrontés était de comprendre comment procéder pour analyser des bâtiments localisés dans différentes régions du monde, avec des conditions climatiques et des usages différents. Nous avons dû mettre en place une méthodologie qui puisse analyser, comparer et évaluer des bâtiments rafraîchis passivement. Afin d’évaluer les bâtiments, deux instruments ont été mis en place. Premièrement, une matrice de données appelée base de données critique. Puis des fiches de bâtiments, qui rassemblent les données quantitatives et la critique architecturale des bâtiments. Les bâtiments sont étudiés en tant que systèmes ayant un objectif : garantir le confort thermique des usagers. Cette analyse doit permettre d’avoir une image précise du bâtiment. La création d’une base de données critique aboutit à la production de fiches de bâtiments, qui vont permettre d’analyser de manière plus approfondie la posture des architectes par rapport à l’intégration des systèmes de rafraîchissement dans le projet. Autant la matrice des données amènera à comprendre le fonctionne- ment des systèmes de rafraîchissement passif, autant les fiches devront mettre en évidence l’aspect architectural et la posture de l’architecte par rapport à l’intégration des systèmes de rafraîchissement dans le projet.

Mots clés : développement durable, architecture bioclimatique, efficience énergétique, rafraîchissement passif, ventilation naturelle, bâtiment à basse consommation.

INAMA, INvestigation sur l’histoire et l’Actualité des Mutations Architecturales, Énsa de Marseille, Aix-Marseille Université, ED 355 Espaces, Cultures, Sociétés

Architecture

Pierre-Jean Romand, L’invention du Palac. L’exemple de la Riviera française

Dir. : Stéphane Hanrot, prof. Énsa de Marseille

Co-dir. : Jean-Lucien Bonillo, prof.Énsa de Marseille

29 novembre 2011

Programme naissant à l’aube du XIXe siècle, le Grand Hôtel apparaît comme le théâtre d’un renouvellement des pratiques sociales et spatiales pour une clientèle élitiste. Nouvelle forme d’habitat de vacances, il va s’imposer face à la villa de villégiature en proposant un confort supérieur, une grande quantité de services, la rentabilité et la mobilité. Le Grand Hôtel s’oppose à l’auberge en inventant le concept d’une hôtellerie de plaisirs et de séjours, ajoutant aux fonctions basiques du souper et du coucher, la qualité de l’accueil, du confort matériel et des espaces d’agréments. À partir de la question de la correspondance des types architecturaux avec les pratiques spatiales la compréhension de certains phénomènes à l’échelle de la cellule privée, du bâtiment ou de l’urbain étant rendue possible par l’étude des comportements et modifications de la clientèle –, nous avons analysé l’évolution de la grande hôtellerie sur un siècle et demie. Notre propos a été développé en priorité à partir de la notion de type, qui supposait la définition de critères précis. La nomenclature des éléments (forme et organisation du bâti, écriture architecturale, implantation), et les formes de relations entre ces éléments structurent une part de l’approche et permettent le travail d’analyse. Parfois issus d’un processus de réadaptation d’immeubles et villas préexistants, plusieurs types d’implantation peuvent être distingués : en site urbain, semi- urbain, isolé sur une colline ou sur un cap, ou encore le long de la plage. La nette expansion de ces différents types d’établissements, mais aussi leur prédominance successive dans l’histoire de la Riviera et du tourisme, marquent d’une part un manque manifeste d’hôtels à une époque donnée, mais nous renvoient aussi à un aspect particulier de la villégiature. Ainsi l’émergence puis la disparition des établissements implantés sur les collines de Cannes et Nice s’inscrivent dans une époque où l’on envisage la villégiature comme un instant de repos et d’isolement. Au contraire, les établissements des centres urbains ramènent à l’attirance pour des éléments artificiels, produits d’une indus- trie en pleine expansion : l’agitation des nouveaux centres. Les villes de la Riviera tirent leur force des multiples possibilités de logement qui traduisent la variété des séjours. L’hôtellerie retire son caractère international du nomadisme de l’hôtelier, qui importe et exporte des solutions et un savoir-faire. D’autre part, les architectes ayant des origines et formations variées, l’hôtel s’impose comme un élément architectural éclectique. Ce constat traduit ainsi l’attraction de la région mais également celle d’un programme pouvant amener fortune et notoriété. Fruit de la collaboration entre architectes et hôteliers, l’hôtel va apparaître comme un programme de plus en plus savamment pensé et théorisé, dans une recherche d’une architecture spécifique et d’un désir d’une plus grande satisfaction de la clientèle. Plusieurs traités d’architecture hôtelière présentent ainsi des modèles, dont l’influence peut se retrouver dans les établissements que nous avons analysés. Synonyme de laboratoire expérimental pour la mise en place de nouveaux éléments de confort, l’hôtel va ainsi évoluer au fil des périodes et se décliner en plusieurs types de plans adaptés à l’implantation urbaine ou suburbaine. Les grands types se dessinent ainsi : plan linéaire de différentes dimensions, avec ou sans retour, plan en éventail, plan à cour centrale, plan en L, plan en U, avec ou sans jardin et cour d’honneur. Chacun répond à des organisations précises de l’espace interne. Notre étude s’est faite d’une part suivant une double approche en terme d’histoire sociale et d’histoire architecturale – et d’autre part suivant une analyse typo-morphologique. Ce travail se proposait ainsi de construire le type architectural de l’hôtel de luxe et d’établir les rapports entre les évolutions typologiques et les transformations des pratiques et des représentations sociales.

Mots clés : architecture, type, typologie, Grand Hôtel, Palace, XIXe siècle, XXe siècle, Riviera française.

InsARTis, Interdisciplinarité et Innovations Technologiques pour l’Art, l’Architecture et l’Ingénierie

Layla Riahi, Usage des mondes virtuels en architecture - Potentiel, conditions et limites - Exemple de Second Life

Dir. : Stéphane Hanrot, prof. Énsa de Marseille

Co-dir. : Jacques Zoller, Énsa de Marseille

23 mai 2012

Cette thèse explore les possibilités d’utilisation des mondes virtuels en ligne, en architecture. Elle revient, dans un premier temps, sur l’état de l’art de la recherche s’intéressant aux mondes virtuels, ses outils et ses méthodes et sur le détournement à des fins architecturales de ces médias. Ensuite, elle traite l’exemple particulier de Second Life (SL) par une approche à la fois exploratoire et expérimentale. La phase exploratoire permet de dégager des modèles conceptuels d’utilisation de ce métavers dans la pratique, l’enseignement et la recherche en architecture. La phase expérimentale met à l’épreuve ses modèles pour en déter- miner les potentialités, les limites et les conditions de validité à la fois d’un point de vue technique (outils de modélisation, plate-forme de collaboration) et théorique (transposition réel/virtuel).Trois cadres expérimentaux permettent d’effectuer les investigations : Énsa-M Virtuelle : modélisation du bâtiment de l’Énsa de Marseille dans SL et mise à l’épreuve. Cette expérimentation a permis de tester les outils de construction disponibles dans SL en comparaison avec les systèmes d’aide à la modélisation utilisés par les architectes, et dans un deuxième temps, de comparer l’espace virtuel perçu dans SL à l’espace réel vécu et ainsi procéder à un « étalonnage » du virtuel par rapport au réel. Cet étalonnage a révélé des règles heuristiques pour la modélisation architecturale dans le monde virtuel. Le projet de recherche BIMBY (Build In My Back Yard) a constitué un cadre d’expérimentation plus complexe et à plus grande échelle. BIMBY est un projet de recherche financé par l’ANR qui s’intéresse à la re-densification des tissus pavillonnaires péri-urbains. L’Énsa-M y intervient (au côté d’autres équipes) pour proposer des stratégies de densification et les simuler dans le monde virtuel. Sur la base des résultats obtenus lors de la première expérimentation, notre investigation s’est poursuivie ici par l’élargissement de l’échelle de simulation, l’ajout d’une dimension interactive au modèle SL et l’augmentation du nombre d’intervenants. L’usage de SL, comme lieu de présentation des projets architecturaux de manière immersive et interactive, a été examiné ainsi que la capacité du metavers à jouer le rôle d’une plate-forme de collaboration à distance. Cette dernière hypothèse n’a pas pu être vérifiée, ce qui a amené à la mise en place de l’expérimentation suivante. Pédagogie : Option Projet et Environnement Virtuel. Le cadre pédagogique a permis d’étudier la co-conception à distance dans un environnement où les conditions techniques sont plus faciles à maîtriser et où les participants sont assistés dans leurs premiers pas dans le monde virtuel. L’option nous a donné l’occasion de considérer l’acceptabilité et l’efficience de SL comme lieu de conception et de présentation des projets architecturaux et d’observer la collaboration à distance entre étudiants. Cette recherche se conclut par un bilan des trois expérimentations. Il dresse les avantages, les inconvénients et les limites de l’emploi maîtrisé d’un tel environnement dans la pratique, l’enseignement et la recherche en architecture et défini les conditions à satisfaire pour utiliser SL comme lieu d’expérimentation, de conception, de modélisation et de collaboration architecturales. Ce travail esquisse, entre autres perspectives, les grandes lignes d’un cahier des charges pour un éventuel monde virtuel dédié à l’architecture.

Mots clés : mondes virtuels, Second Life, architecture, conditions d’utilisation, expérimentation, potentialités, limites.

RAI, Centre de Recherche en Architecture et Ingénierie, UMR CNRS/MCC 3495 MAP (Modèles et simulation pour l’Architecture, l’urbanisme et le Patrimoine, Énsa de Nancy Université de Lorraine ED IAEM Lorraine

Science de l’architecture

Philippe Marin, Exploration des mécanismes évolutionnaires appliqués à la conception architecturale. Mise en œuvre d’un algorithme génétique guidé par les qualités solaires passives de l’enveloppe

Dir. : Jean-Claude Bignon, prof. Énsa de Nancy

31 mai 2010

Cette recherche porte sur l’exploration et la qualification des dispositifs évolutionnaires appliquées à la conception architecturale. Ici, ce sont les qualités environnementales et plus particulièrement les qualités solaires passives de l’enveloppe de l’édifice qui guideront le processus évolutionnaire. Nous nous attachons plus particulière- ment aux phases initiales de la conception, et nous cherchons à spécifier un outil d’assistance favorisant et stimulant une conception créative. Après avoir établi et structuré une connaissance sur les processus de conception, sur la créativité, sur les qualités thermiques et sur les méthodes évolutionnaires, nous proposons un outil prototypal, fondé sur un algorithme génétique et implanté dans un logiciel de type modeleur. Celui-ci a été expérimenté dans le milieu pédagogique, et nous a conduit à caractériser les modalités de création et de conceptualisation de la forme architecturale dans le cadre d’une instrumentation évolutionnaire. Ainsi nous notons le basculement cognitif d’une pensée implicite vers une pensée explicite comme caractéristique fondamentalement de l’instrumentation générative. De plus nous insistons sur l’importance de l’indétermination signifiante comme composante essentielle de la création. Enfin nous proposons la notion de « trans-forme » comme élément caractéristique d’une pensée du processus et de la multiplicité. Cette « meta-forme » serait issue de la description des conditions de mise en forme à travers la paramétrisation des comportements aux limites et des modalités d’émergence.

Mots clés : processus de conception, conception évolutionnaire, algorithme génétique, paramètres environnementaux, modélisation générative.

Sandro Varano, Proposition d’un espace de navigation hypermédia fondé sur des parcours heuristiques comme aide à la compréhension du patrimoine culturel bâti

Dir. : Jean-Claude Bignon, prof. Énsa de Nancy

Co-dir. : Gilles Halin, maître de conf.

17 septembre 2010

La restitution du patrimoine culturel bâti présentée sur Internet, sur cédéroms interactifs ou sur bornes muséales est une préoccupation constante de la médiation culturelle. Grâce aux qualités des hypermédias, à savoir l’hypertexte et le multimédia, il semble que ces produits existants ont des capacités à restituer des informations patrimoniales aux publics, mais finalement ils n’ont pas l’efficacité cognitive et pédagogique que nous pourrions en attendre. En exploitant les possibilités offertes par les outils numériques, l’objectif est de proposer aux non-experts désireux d’apprendre, un espace de navigation hypermédia basé sur des hypothèses systémiques, fonctionnelles et graphiques, afin de concevoir un outil complet de visualisation et d’immersion comme aide à la compréhension des connaissances archéologiques et architecturales. D’un point de vue expérimental, nous identifions parmi les caractéristiques des jeux vidéo et de la cartographie, celles qui seraient susceptibles de rendre compte des environnements sémiologiques et cognitifs utiles à la re-présentation et à l’apprentissage. L’espace de navigation proposé, met en correspondance des activités d’explo- ration et de création. Au fur et à mesure de sa déambulation en temps réel, l’apprenant est guidé et motivé en suivant des parcours topographique, cognitif et scénarisé. Parallèlement, il crée sa propre

« carte mémorielle » qui va l’aider à s’orienter, à construire ses connaissances et à les mémoriser. Le travail conduit à un modèle conceptuel applicable à tous types de bâtis. Il débouche sur un proto- type qui utilise la Pyramide de Khéops comme support d’expérimentation.

Mots clés : patrimoine culturel bâti, restitution, hypermédia, cognition, sémiotique, apprentissage, jeux vidéo, cartographie.

ED RP2E

Génie des systèmes industriels

Vida Gholipour, Éco-conception collaborative de bâtiments durables

Dir. : Laure Morel, prof.

Co-dir. : Jean-Claude Bignon, prof.

1er juillet 2011

Aider les concepteurs à améliorer la qualité environnementale de leur projet durant la phase d’esquisse peut contribuer à un meilleur profil environnemental des réalisations finales. Face aux nouvelles exigences liées au développement durable (ressources énergétiques, matériaux de proximité...), les concepteurs doivent conduire un travail d’ajustement entre le contexte du projet et les solutions architecturales qui est de plus en plus complexe. Pour aider les concepteurs dans ce travail, nous proposons une méthode fondée sur l’usage de patrons de conception orientés environnement que nous nommons éco-modèles. Ces patrons s’apparentent à des solutions types éprouvées par de nombreux concepteurs. Les éco-modèles et les réalisations où ils ont été utilisés ont été implémentés dans un outil numérique appelé éco.mod. Grâce à une interface spécifique, les concepteurs peuvent naviguer dans cette base de données, sélectionner des éco-modèles et construire un scénario environnemental adapté à leurs projets architecturaux. L’outil éco.mod leur permet de visualiser les conséquences environnementales de leurs choix. Deux expérimentations, assistées par cet outil, ont largement confirmé nos hypothèses sur la pertinence de la méthode proposée et l’outil associé.

Mots clés : éco-conception, phases d’esquisse, conception architecturale, éco-modèle, outil numérique.

Science de l’architecture

Salma Chaabouni, Voir, savoir, concevoir : une méthode d’assistance à la conception d’ambiances lumineuses par l’utilisation d’images références

Dir. : Jean-Claude Bignon prof. Énsa de Nancy

Co-dir. : Gilles Halin, maître de conf.

17 octobre 2011

La lumière naturelle est une préoccupation forte dans la conception d’un projet architectural. Elle a une grande influence sur le confort visuel et la qualité architecturale des espaces intérieurs. Plusieurs méthodes et outils ont été développés pour assis- ter les architectes dans la conception des ambiances lumineuses. L’analyse de ces différentes méthodes et outils montre qu’ils sont peu adaptés à l’activité de formulation des intentions des concepteurs durant les premières phases de conception. Dans le cadre de cette thèse, notre objectif est d’améliorer ces premières phases de conception en apportant aux concepteurs une aide pour la formalisation de leurs intentions d’ambiances lumineuses. L’objectif poursuivi étant de faire de la lumière naturelle un fil conducteur dans le développement du projet architectural. L’étude de la pratique des concepteurs durant les premières phases de conception fait apparaître qu’ils font fréquemment appel à des références jouant le rôle de dispositifs heuristiques. L’analyse des caractéristiques de ces références et de leur évocation montre que les images comme formes de référence favorisent l’expression des désirs, des souhaits et des intentions du concepteur. L’assistance à l’activité de référenciation par les images serait donc une aide précieuse dans la formalisation des intentions pour la prise en compte de la lumière naturelle dans la conception de projet. Nous développons une méthode fondée sur la constitution d’une base d’images références représentatives des ambiances lumineuses et sur un environne- ment de manipulation et exploration parti- culière de cette base. Pour ce faire, nous considérons d’une part le rôle de l’image- référence comme élément actif du raisonnement visuel et d’autre part, les aspects du processus de référenciation notamment dans un mode de raisonnement analogique. Cette méthode a été implémentée dans un outil prototype dénommé « day@mbiance ». Cet outil propose une base d’images composées de photographies illustrant des espaces intérieurs en éclairage naturel. Ces dernières sont indexées à partir d’un thésaurus original dédié aux « ambiances lumineuses ». L’outil, par ailleurs, expérimente différents modes de navigation par l’image qui sont définis de manière à stimuler les différentes activités cognitives dans chacune des phases du processus de référenciation. Enfin, la méthode développée a été testée lors d’une phase expérimentale qui a validé les éléments méthodologiques développés. Mots clés : conception architecturale, ambiances lumineuses, formulation des intentions, images références, pensée visuelle, navigation par l’image, assistance à la conception.

ED IAEM Lorraine

Génie des systèmes industriels

Charline Weissenstein, Éco- profil : un outil d’assistance à l’éco - conception architecturale

Dir. : Jean-Claude Bignon, prof. Énsa de Nancy

11 décembre 2012

Cette recherche porte sur le développement d’une méthode d’estimation de la qualité environnementale afin d’assis- ter l’éco-conception. Nous avons nommé cette méthode Éco-Profil. Nous nous sommes attachés plus singulièrement à développer un outil adapté aux particularités de la conception architecturale, l’objectif étant de favoriser une (re)mise en question environnementale le plus tôt possible dans le processus de conception. Après avoir exploré différentes approches et outils d’assistance environnementale, nous avons identifié les limites qui expliquent, en partie, les difficultés de ces outils à être intégrés dans la conception architecturale. Certaines phases de conception semblent ne bénéficier que de peu d’assistance, notamment les étapes préliminaires. Pourtant nous savons qu’elles sont essentielles à l’intégration des enjeux environnementaux. Nous proposons une méthode pour assister l’ensemble de la conception architecturale en réponse aux limites identifiées. Une approche estimative par référentiel est mise en place. Elle comporte la particularité d’être globale, qualitative, contextualisé et progressive et possède une instrumentation visuelle analysable. C’est notamment ces caractéristiques qui permettent l’utilisation de la méthode lors des phases de conception en proposant au concepteur le ou les profils environnementaux de son projet. Le développement d’une application prototype nous a conduits à une expérimentation d’Éco-profil. Différents tests ont largement confirmé les hypothèses formulées et la pertinence de la méthode proposée.

Mots clés : conception architecturale, phases préliminaires, éco-conception, estimation environnementale, profil environnemental.

CERMA, Centre de Recherche Méthodologique d’Architecture, UMR CNRS / MCC 1563 (Ambiances architecturales et urbaines), Énsa de Nantes, Université de Nantes. École Centrale de Nantes, ED Sciences pour l’ingénieur, géosciences, architecture

Architecture

Céline Drozd, Représentation langagières et iconographiques des ambiances architecturales, de l’intention d’ambiance à la perception sensible des usagers

Dir. : Gérard Hégron, dir. de recherche, IFSTTAR

Co-dir. : Virginie Meunier, CERMA. Nathalie Simonnot, maître-assistante LEAV

6 juin 2010

L’architecte soucieux de révéler son architecture devrait donner une représentation évocatrice de sensations et d’émotions, une représentation des ambiances qui caractérisent l’édifice qu’il projette. Cependant, la représentation de l’architecture est essentiellement visuelle. Quelle est la capacité des représentations produites par les architectes à traduire les ambiances projetées à travers l’en- semble des sens : comment représenter ce qui ne se voit pas mais se ressent ? Ce travail est composé de trois parties. Tout d’abord, les jalons d’une histoire de la représentation des ambiances sont posés pour comprendre la mise en place des codes de représentation architecturale et leurs évolutions au cours du temps. La deuxième partie détaille trois projets architecturaux de la même période temporelle (les années 1990-2000) pour mettre en évidence divers modes et outils de représentation utilisés en fonction des phases du processus de conception du bâtiment. Une recherche de corrélations est menée entre les intentions d’ambiances initiales des concepteurs et les ambiances vécues par les usagers dans le bâtiment construit. La troisième partie, elle, propose une esquisse de démarche de conception des ambiances archi- tecturales dans le but d’assurer le main- tien de l’intention d’ambiances initiale tout au long du processus de conception jusque dans les espaces vécus. Le volume deux rassemble l’ensemble des entretiens réalisés et la présentation des trois architectes.

Mots clés : représentation des ambiances, évolutions, modes et outils, processus de conception, usagers, bâtiment construit.

Yuan Huang, Méthodologie de conception climatique de quartiers urbains pour l’efficacité énergétique des bâtiments

Dir. : Gérard Hégron, dir. de recherche, IFSTTAR

Co-dir. : Baofeng Li, prof. université de science et technologie de Huazhong ; Marjorie Musy, ingénieure de recherche, CERMA

30 août 2010

L’urbanisation du territoire participe grandement à l’augmentation de l’utilisation d’énergie. Un développement urbain sans approche environnementale et sans prise en compte des conséquences du microclimat urbain (îlot de chaleur, ensoleillement, vent…) contribue à l’augmentation de la consommation d’énergie des bâtiments. Dans ce travail de recherche, nous avons par conséquent cherché à atténuer ces impacts en mettant au jour de bonnes stratégies de conception urbaine. Les travaux conduits sur le lien entre la climatologie urbaine et la conception urbaine dans ses aspects à la fois théoriques et pratiques sont encore partiels et il n’existe pas de théorie à la fois systémique et suffisamment efficace qui permette d’améliorer sensiblement les conditions microclimatiques à partir de la conception urbaine, notamment pour des climats chauds l’été et froids l’hiver. L’étude est centrée sur les méthodologies de conception de morphologies urbaines et leurs impacts sur le microclimat urbain. Nous présentons la climatologie dans la méthodologie de conception urbaine, explorons les régularités du rapport entre le microclimat urbain et la morphologie urbaine. Le noyau de cette méthodologie porte sur la mise au jour des liens entre des indicateurs morphologiques et des paramètres physiques : les indicateurs existants sont améliorés, de nouveaux indicateurs (2D, 3D) sont proposés, un nouvel ensemble d’indicateurs est établi et examiné. La contribution de cette thèse porte sur les aspects suivants : proposition d’une méthode (indicateurs) pour étudier le rapport entre la morphologie urbaine et le microclimat urbain, mise au jour de règles qui régissent le rapport entre la morphologie urbaine et le microclimat urbain, traduction de ces règles en stratégies efficaces pour la conception urbaine et l’efficacité énergétique des bâtiments. Cette méthode et ces stratégies sont appliquées sur des exemples urbains typiques dans les zones d’été chaud et d’hiver froid en Chine.

Mots clés : morphologie urbaine, microclimat urbain, conception urbaine, méthode, indicateurs, efficacité énergétique des bâtiments, Chine.

Nicolas Bioret, Géolocalisation par images en s’appuyant sur un système d’informations géographiques

Dir. : Gérard Hégron, dir. de recherche, IFSTTAR

Co-dir. : Guillaume Moreau, prof. École Centrale de Nantes

8 octobre 2010

Dans un contexte d’étude des ambiances architecturales et urbaines, nous souhaitons utiliser la Réalité Augmentée comme outil d’interaction entre un utilisateur et des données géographiques urbaines. Une telle approche demande un calcul de pose avec une étape d’initialisation, qui sera l’objet de notre étude, puis une étape de suivi optique. Nous présentons donc une approche de géolocalisation par images s’appuyant sur un SIG (système d’information géographique). Premièrement, nous utilisons comme donnée d’entrée une photographie prise dans une rue. Une caractérisation de l’image suivie d’une reconstruction projective de la scène visualisée associée à un modèle d’incertitude permet d’adresser une requête dans les couches route et bâti du SIG. Pour une meilleure robustesse, nous utilisons une approche multi-hypothèses suivie d’un filtrage des poses incorrectes de caméra. Deuxièmement, l’approche a été automatisée, avec des vidéos comme données d’entrée. Nous reconstruisons un nuage de points 3D dans lequel nous retrouvons différentes façades, qui permettront de formuler également une requête dans le SIG. Notre contribution principale est la mise en correspondance automatique de données images avec des données vectorielles issues d’un SIG 2D et son application à la géolocalisation en milieu urbain.

Mots clés : réalité augmentée, géolocalisation par images, SIG, vidéos, données images, données sectorielles, milieu urbain.

Thomas Ouard, Hétérotopologie du monde carcéral, place et enjeu de l’architecture dans le vécu de l’espace carcéral par les détenus et le personnel de surveillance à travers l’étude de l’ambiance dans trois centres de détention

Dir. : L. Villerbu, prof. université de Rennes 2

Co-dir. : Pascal Joanne, maître-assistant Énsa de Nantes

30 octobre 2010

Ce travail de thèse a pour objet, l’étude d’une architecture à la fois mythique et réelle : la prison. Il a pour teneur générale l’exploration d’un espace construit ancré dans la culture française, faisant l’objet de nombreuses controverses et débats, et qui pourtant se caractérise par un profond désintéressement pour son architecture contemporaine. Ce travail vise donc à ré-instituer une réflexion sur l’architecture carcérale vecteur de la violence légitime de l’état mais aussi, et surtout, espace de vie et de travail. Cette exploration s’organise autour de deux démarches fondatrices. La première trace les contours des tenants et des aboutissants de l’architecture carcérale. L’architecture, comprise comme la production d’une société à un moment donné, est posée relative- ment aux différentes préoccupations qui touchent à la prison, à ses enjeux propres et ses modalités d’édification. La seconde développe une approche plus spécifique de l’architecture comprise comme cadre de vie et de travail. Elle est donc axée sur l’analyse de l’usage et de l’expérience d’un espace autre qu’est celui d’une peine de justice, de la privation de liberté et de la contrainte du corps. L’objet de recherche touche donc spécifiquement à la place de l’architecture dans le vécu, par les détenus et les surveillants, de l’espace carcéral en relation à son contexte spécifique.

Mots clés : architecture carcérale, espace de vie et de travail,

ED SPIGA

Architecture

Elyès Zekri, Caractérisation environnementale et comportementale des parcours piétonniers en milieu urbain

Dir. : Gérard Hégron, dir. de recherche, IFSTTAR

Co-dir. : Alain Legendre, CNRS

2010

Les professionnels de l’aménagement urbain semblent prendre de plus en plus conscience de l’influence des facteurs physiques de l’environnement sur le comportement piétonnier, et particulièrement sur la marche, dans les espaces publics. Toutefois, lors de la phase de conception, la prise en compte des aspects sensibles et notamment du caractère dynamique des stimuli perçus semble encore insuffisante. Dans ce contexte, nous proposons une démarche méthodo- logique se déroulant en deux phases visant à caractériser des parcours piétonniers du point de vue microclimatique et comportemental. L’objectif de cette démarche est de croiser des données microclimatiques urbaines avec les résultats d’observations et de suivis (enregistrements vidéo) du comportement des usagers. Pour atteindre cet objectif, la première phase de notre démarche consiste à développer une méthode d’analyse des variables micro- climatiques simulées et des indicateurs de confort le long de parcours piétonniers. Celle-ci débouche sur une classification de ces signaux microclimatiques prenant en compte leur dimension dynamique au cours cheminements. Dans une seconde phase, nous procédons à une analyse des parcours du point de vue comportemental (durée de déplacement, nombre et durée des arrêts...). Enfin, en nous appuyant sur des analyses statistiques, nous propo- sons une procédure devant permettre d’identifier les relations entre les données microclimatiques et les données comportementales. La faisabilité et la pertinence de cette démarche méthodologique a été éprouvé dans le cadre d'une étude de cas menée sur un site urbain Nantais : le « cours Cambronne ».

Mots clés : piéton, espace urbain, facteurs microclimatiques, confort, comportement piétonnier, analyse du signal.

Chamseddine Zaki, Modélisation spatio-temporelle multi-échelle des données dans un SIG urbain

Dir. : Gérard Hégron, dir. de recherche, IFSTTAR

Co-dir. : Guillaume Moreau, prof., École Centrale de Nantes

24 juin 2011

Après avoir défini ce que pouvaient être des données spatio-temporelles et présenté les phases de modélisation de ces données ainsi que les fonctionnalités des SIG, un état de l’art a été constitué sur les modèles conceptuels spécifiques à ce type de données. Un modèle, MADS, a été retenu et le travail de thèse a porté sur l’amélioration de ce modèle au niveau conceptuel (distinction structurelle entre la conception des objets et des événements, division des schémas conceptuels en schémas modélisant les données physiques (les continuants) et en schémas modélisant les évènements qui se produisent sur les terrains d’études (les occurents). L’implémentation de MADS dans un SGBD objet est détaillée. Deux cas réels d’étude sont ensuite proposés : la modélisation de parcours piétonniers dans un milieu urbain et la modélisation de l’effet du renouvellement d’un quartier urbain sur les paramètres physiques que sont l’exposition au vent, au bruit et au soleil des bâtiments de ce quartier.

Faten Hussein, Construction et expérimentation d’un protocole pour le traitement des ambiances sonores urbaines adapté aux personnes âgées presbyacousiques

Dir. : Jean-Pierre Péneau, prof. ENAU à Tunis

Co-dir. : Gérard Hégron, dir. de recherche, IFFSTTAR

2 avril 2012

La question de l’accessibilité des espaces urbains pour les personnes à mobilité réduite et les personnes âgées se pose avec de plus en plus d’acuité. Dans un contexte mondial de vieillissement de la population et d’attention croissante au problème de sécurité des déplacements des piétons âgés en ville, nous nous intéressons à la perception altérée des ambiances sonores urbaines par les personnes âgées atteintes de presbyacousie lors de leurs parcours dans la ville. Ce travail à visée opérationnelle est composé de trois parties. Tout d’abord nous identifions les configurations urbaines dans lesquelles des situations de danger rencontrées par les personnes âgées presbyacousiques apparaissent pour le registre du sonore. Cette identification est basée sur la notion des scénarios-types d’accidents. Nous construisons ensuite un protocole expérimental corrélant des données qualitatives issues de parcours commentés, des mesures physiologiques du niveau de stress engendré lors de la traversée des configurations précédemment identifiées et un traitement physique du signal sonore. Ce traitement se décline sous plusieurs représentations graphiques permettant de détecter en deux dimensions ces situations de danger : l’évolution temporelle du son, les sonagrammes, les « textures audio » et les images segmentées qui en découlent. La superposition de ces différents niveaux de lecture des ambiances sonores urbains perçues par les personnes âgées presbyacousiques vise à rendre compte de leur complexité suite à cette perception altérée. Enfin, dans la troisième partie de cette recherche, notre double objectif est d’enrichir la traduction graphique de la dimension sonore en ville telle quelle est perçue par une personne âgée presbyacousique et de proposer l’esquisse d’un cahier des charges regroupant des dispositions et dispositifs palliatifs à l’apparition de ces situations de danger en ville pour cette catégorie de citadins afin de leur garantir un usage serein de l’espace urbain.

Shuang He, Visualisation de données urbaines et environnementales complexes : potentialités du rendu non-photoréalistique

Dir. : Guillaume Moreau, prof., École Centrale de Nantes

Co-dir. : Jean-Yves Martin

14 novembre 2012

Les modèles 3D urbains sont de plus en plus utilisés dans une large variété d’applications urbaines, comme plates- formes d’intégration et de visualisation de diverses informations. Ce travail porte sur la production et la visualisation de niveaux de détail pour les modèles 3D urbains, en vue de leur utilisation dans des applications SIG. Ce travail propose une solution hybride pour la production de niveaux de détail pour les modèles 3D urbains en utilisant une combinaison de techniques : l’extrusion, l’intégration, la généralisation et la modélisation procédurale. La condition préalable à l’utilisation de notre solution est de disposer des données (comme les empreintes au sol des bâtiments provenant du cadastre) pour générer des modèles volumiques de bâtiments et des données (comme le réseau routier, division administrative, etc.) pour diviser la ville en unités significatives. Il peut également tirer avantage de l’utilisation d’autres modèles 2D et 3D d’objets de la ville autant que possible. Parce que ces exigences peuvent être remplies à faible coût, la solution peut être facilement adoptée. L’objectif principal de ce travail porte sur les techniques et les algorithmes de généralisation. Un cadre de la généralisation est proposé sur la base du diviser pour régner, réalisé par subdivision de la couverture du sol et la généralisation de cellules. Le cadre permet la généralisation à l’échelle de la ville entière vers des modèles plus abstraits et facilite la généralisation à l’échelle locale en regroupant les objets selon une subdivision hiérarchique de la ville. Une mise en œuvre de la généralisa- tion à l’échelle de la ville est réalisée sur la base de ce cadre. Une approche basée sur l’empreinte au sol des bâtiments est développée pour généraliser les groupes de bâtiments 3D, qui peut être utilisée pour la généralisation à l’échelle locale. En outre, en utilisant les niveaux de détail des modèles 3D produits par la solution proposée, trois exemples de visualisation sont donnés pour démontrer quelques-unes des utilisations possibles : une visualisation multi-échelle, une visualisation « focus + contexte », ainsi qu’une visualisation dépendant de la vue.

Ruijun Liu, Construction d’un SIG 3D à partir d’images et de contraintes cartographiques dans un contexte de réalité augmentée

Dir. : Guillaume Moreau, prof., École Centrale de Nantes

Co-dir. : Myriam Servières, maître de conférence, École Centrale de Nantes

3 décembre 2012

Le SIG (système d’information géographique) a besoin de plusieurs modèles pour résoudre les problèmes urbains, par exemple les modèles géométriques en 2D et 3D. L’intégration des informations 3D dans le SIG soulève des défis dans la modélisation et l’acquisition des données 3D, mais aussi pour leur représentation. Le processus d’acquisition qui fait l’objet de cette thèse rencontre deux problèmes différents : premièrement, comment extraire suffisamment d’informations de l’environnement, avec une série d’images ou un segment de vidéo, et ce processus comprend égale- ment la localisation de l’information (connue sous le nom de géo-référencement) ; deuxièmement, comment insérer les informations 3D dans le SIG dans un contexte de réalité augmentée. Ces travaux de recherche sont axés sur le processus à suivre pour insérer des informations dans le SIG-3D pour l’enrichir. Nous supposons que les informations 3D peuvent être extraites de l’environnement et géo-référencées. Ensuite, nous reconstruisons des bâtiments avec la méthode de vision par ordinateur. La reconstruction à partir d’images est un point clé. Il existe de nombreuses approches disponibles pour résoudre ce problème. Nous étudions spécialement la reconstruction de bâtiments urbains concordés avec des données du SIG, et assurons que le résultat soit robuste, précis et en temps réel. Les interactions sont également utilisées dans nos approches de reconstruction. Enfin, nous réalisons une méthode de mise à jour du SIG-3D.

Mots clés : système d’information géographique, géo-référencement, réalité augmentée, vision par ordinateur, SIG-3D, interactions.

Génie Civil

Laurent Malys, Évaluation des impacts directs et indirects des façades et des toitures végétales sur le comportement thermique des bâtiments

Dir. : Marjorie Musy, ingénieur de recherche CERMA

Co-dir. : Christian Inard, prof. université de la Rochelle

6 décembre 2012

La synergie d’un réchauffement climatique planétaire et d’un effet d’îlot de chaleur urbain nécessite d’apporter des réponses rapides qui solutionnent à la fois les problématiques sanitaires, de confort et énergétiques. L’un de ces enjeux est l’adaptation de l’aménagement urbain de manière à maîtriser le phénomène d’îlot de chaleur urbain et son impact sur la consommation d’énergie des bâtiments. Dans un contexte de densification urbaine, l’apport de végétation, notamment sur l’enveloppe des bâtiments, est une solution envisagée. L’objectif de ce travail de thèse est de fournir un outil de simulation permettant de représenter les effets de la végétalisation des enveloppes de bâtiments sur leur comportement thermique, qu’ils agissent directement ou bien par l’intermédiaire de la modification du microclimat. Une étude préalable a montré la nécessité de mettre en œuvre un couplage entre un code CFD et le modèle thermo-radiatif Solene pour l’évaluation de l’impact du microclimat sur le comporte- ment thermique des bâtiments. Un modèle d’enveloppe végétale a ensuite été intégré au modèle de simulation microclimatique développé au CERMA, Solene-microclimat, et validé à partir de résultats expérimentaux. Plusieurs scénarios de végétalisation du quartier de Pin sec de Nantes densifié ont ensuite été étudiés. Il a été montré que l’effet direct de la végétalisation des façades et des toits permettait de supprimer l’inconfort d’été à l’intérieur des bâtiments sans isolation thermique. La végétalisation des façades des constructions voisines permet d’améliorer indirectement les conditions de confort dans le cas d’un bâtiment qui n’est ni isolé, ni végétalisé.

Mots clés : îlot de chaleur urbain, végétalisation des façades et des toits, enveloppe des bâtiments, consommation d’énergie, densification urbaine, impact, microclimat, Nantes.

IPRAUS, Institut Parisien de Recherche Architecture Urbanistique Société, UMR CNRS / MCC 3329 AUSser, PRES Paris-Est, Énsa de Paris-Belleville, Université de Paris 8-Vincennes-St-Denis, ED Ville et environnement

Architecture

Quan-Le Huang, Une urbanisation hybride. Métamorphose spatiale et sociale de Shipaï, « village urbain » de Canton en Chine, 1978/2008

Dir. : Pierre Clément, prof. honoraire, Énsa de Paris-Belleville

19 janvier 2010

Cette thèse explore une nouvelle réalité dans la métropole chinoise d’aujourd’hui : celle du phénomène de « village urbain » au cours de l’urbanisation à grande vitesse qui s’est déroulée en Chine pendant les trente années qui ont suivi la politique de Réforme et d’Ouverture depuis 1978. Elle est essentiellement centrée sur le village de Shipaï, situé dans la direction vers laquelle Canton a réalisé l’importante extension de son territoire urbain. Fondé sur six années de recherches et d’observations sur le terrain, ce travail vise à rendre visibles des mécanismes de l’urbanisation chinoise qui restent encore méconnus, et, précisément, à mettre en lumière quelle a été la place du « village urbain » dans le processus d’urbanisation. La thèse se compose de trois parties : des études sur les états actuels du phénomène de « village urbain », abordés sous les angles variés de diverses disciplines concernées – de la gestion territoriale et de l’urbanisme, et sous l’angle des relations entre l’espace et la société, qui permettent de voir comment le « village urbain » s’est confronté aux « systèmes dualistes » caractéristiques de la Chine contemporaine. L’observation des enjeux fonciers entre le gouvernement municipal et le village de Shipaï pendant les périodes majeures de l’urbanisation à Canton permet de comprendre de quelle manière les luttes de la communauté villageoise ont modifié la formation des nouveaux espaces urbains prévus par les pouvoirs publics sur les nouveaux territoires urbains. Une analyse minutieuse des transformations morphologiques qui se sont produites à l’intérieur du “village urbain” de Shipaï, qui ont transformé le village en un quartier de logements sociaux de facto pour la ville, et, de ce fait même, en une unité urbaine pourvue d’une identité propre, renouvelée et clairement manifestée. Nos arguments sont principalement élaborés à partir de documents juridiques croisés, d’interprétations cartographiques ainsi que d’entre- tiens avec des personnes de statuts très divers qui sont concernées par ce processus de métamorphose urbaine.

Mots clés : réforme et ouverture, village urbain, urbanisation chinoise, rapport ville/campagne, rapport espace/société, village de Shipaï, arrondissement de Tian-he, Canton.

Énsa de Paris-Belleville, Université de Paris 8-Vincennes-St-Denis Université d’Udine

Architecture

Emanuela Bagattoni, Du Néoclassicisme au Purisme : Pietro Tomba et l’architecture à Faenza à l’époque révolutionnaire et napoléonienne

Dir. : Pierre Pinon, prof. Énsa de Paris- Belleville

Co-dir. : Franco Amendolagine, prof. associé, faculté d’ingénierie, Université d’Udine

29 mars 2010

Après son inclusion dans la légation pontificale de la Romagne, au début du XVIe siècle, la ville de Faenza connaît deux siècles de relative stagnation culturelle. À l’écart des grands courants artistiques qui traversent l’Italie et l’Europe, elle retrouve, au fil des années, un grand élan idéologique et culturel : au cours du XVIIIe siècle, cet essor entraîne un développement exceptionnel de l’architecture et du décor, censé caractériser la ville pendant toute la période révolutionnaire et napoléonienne et la transformer dans l’une des capitales du Néoclassicisme. Grâce à l’action éclairée de quelques commanditaires locaux érudits et très bien renseignés sur les nouveautés internationales, tels que le Comte Laderchi et le Comte Milzetti, les architectes G. Pistocchi, G. A. Antolini,

P. Tomba, et le peintre F. Giani, ont la possibilité de réaménager la ville et de lui conférer son aspect néoclassique actuel. L’esprit novateur de Pistocchi, de Antolini et de Tomba, ne se limite cependant pas aux édifices : de nombreux projets nous montrent tout leur talent, leur grande culture et l’interaction entre leur style et les poétiques architecturales les plus avancées d’Europe. Pietro Tomba, en particulier, est négligé – à tort – par les chercheurs et les critiques tout au long du XXe siècle, malgré son rôle primordial dans le développement de l’architecture de la Romagne et dans la promotion de son évolution stylistique du Néoclassicisme au Purisme. En dépit de la similitude avec l’architecture idéologique et visionnaire française de ses premières œuvres, d’inspiration jacobine et dont la plupart sont restées à l’état de projet, les travaux réalisés par l’architecte vers la fin du Premier Empire et le début de la Restau- ration, s’inscrivent dans la continuité clas- sique : caractérisés par une tendance à la sobriété et au retour à l’ordre, ils semblent témoigner d’une parfaite compréhension des changements idéologiques, politiques et sociaux, qui affermissent les principes conservateurs de l’époque.

Hung Le Quoc, À propos du compartiment. Une réflexion sur les modèles d’habitat dans le développement urbain de Ho Chi Minh-Ville. Du transfert à l’évolution

Dir. : Charles Goldblum, prof. Université de Paris 8

13 avril 2010

Issu d’un contexte où la puissance coloniale a ouvert la mer à la dimension d’une économie-monde, et d’une rencontre entre la civilisation occidentale et la civilisation chinoise, le prototype d’une forme d’architecture oblongue en bandes mitoyennes à usage mixte de résidence et de commerce – connu sous l’appellation de compartiment chinois en français, et shophouse en anglais – est omniprésent en Asie du sud-est dans un processus de diffusion, d’adoption et de métissage. Connu sous l’expression vietnamienne de nhà phô , ce prototype est omniprésent à HCMV où il joue un rôle diversifié, mais important, comme « vecteur » d’urbanisation. Depuis la mise en place de la politique de Réforme de Ðô i Mói (changer pour faire neuf) qui ouvre le pays à la mondialisation, la fabrication des nouveaux compartiments s’inscrit à la fois dans le contexte de l’aménage- ment et de la modernisation urbaine, et dans le contexte de l’essor économique et d’échanges culturels avec les pays étrangers, via les médias, le tourisme et notamment les investissements étrangers. Notre réflexion s’appuie sur la fabrication et l’évolution du compartiment, et sur sa place dans l’urbanisation et l’aménage- ment urbain actuel à HCMV. La recherche s’organise en trois parties. La première est consacrée à identifier l’image du compartiment comme « modèle », et le mode d’habiter le compartiment dans le contexte de HCMV d’aujourd’hui. La deuxième porte sur la question de l’urbanisation, visant à éclairer les conditions socio-économiques et politiques associées à la diffusion et à la production du compartiment. La troisième vise à montrer la façon dont les « emprunts » exogènes sont diffusés, adoptés et adaptés, et la manière dont les compartiments se voient attribuer un sens d’identité nationale et de modernité dans l’aménagement urbain.

Mots clés : Ho Chi Minh-Ville, compartiment, habitat, aménagement urbain, diffusion, transfert, évolution, modèles culturels, mondialisation, modernité.

Wijane Noree, L’expérimentation des relations entre l’architecture et l’acoustique d’une maison thaïlandaise

Dir. : Pierre Clément, prof. honoraire, Énsa de Paris-Belleville

Co-dir. : Jean-Dominique Polack, prof., université Pierre et Marie Curie, Paris

5 mai 2010

L’habitat collectif s’est développé dans les grandes villes de Thaïlande, mais l’habitat individuel est resté profondément ancré dans la culture, même si les habitations ont changé, y compris sur le plan acoustique. Le fait notamment de découper la maison en plusieurs bâtiments crée une diversité d’espaces et chaque type d’espace possède des qualités acoustiques allant du plus réverbérant au plus absorbant. Ce travail repose sur la notion de transition acoustique entre les espaces constitutifs de l’habitation. Cet espace de transition joue dans la diffusion des sons un rôle facilitateur ou perturbateur, qui renvoie à un mode de relation entre individus et à un mode d’appréhension de l’environnement. La capacité à s’adapter à l’environnement sonore et à trouver des solutions pragmatiques est propre à la culture thaïe. La maison moderne conduit à mieux percevoir la différence sonore entre intérieur et extérieur. Elle permet de prendre conscience de la dégradation de la qualité sonore de l’environnement et incite donc à lutter contre la pollution sonore. Mais elle peut aussi encourager à ignorer les ambiances et à rester enfermé dans un environnement contrôlé.

Énsa de Paris-Belleville, Université de Paris 8-Vincennes-St-Denis Université d’architecture et d’urbanisme, « Ion Mincu » de Bucarest

Architecture

Adriana Diaconu, Les origines du logement social et collectif à Bucarest. Architecture et idéologies politiques : 1910-1960

Dir. : Henri Bresler, prof. honoraire, Énsa de Paris-Belleville

Co-dir. : Nicolae Lascu, université « Ion Mincu », Bucarest

12 novembre 2010

Existe-il une continuité entre les « logements aidés » pour fonctionnaires de l’entre-deux-guerres en Roumanie et les logements sociaux du début de la période communiste, mis à part une « inspiration nationale » du point de vue stylistique ? Le logement social se décline en enjeux politiques, véhicule les idéologies dominantes des régimes de l’entre- deux-guerres, mais sert aussi d’outil de reconstruction sociale, lors de l’instauration d’un socialisme de type stalinien dans les années 1950. Cette recherche a pour objectif de reconstituer l’histoire du logement social et collectif en Roumanie, pendant la période d’avant et d’après la Seconde Guerre mondiale. Cette période permet de comprendre la constitution d’un cadre de vie spécifique au régime communiste, faite de continuités mais aussi de ruptures par rapport aux pratiques antérieures. La thèse s’attache plus spécifiquement à déchiffrer les multiples logiques du projet de logements sociaux : politique, administrative, architecturale, culturelle. Deux facteurs sont plus particulièrement mis en relation : la dimension politique, relevant des idéologies officielles et des cadres réglementaires mis en place par les régimes successifs, et la dimension architecturale, celle des doctrines, des modèles architecturaux et urbanistiques et des opérations réalisées. Notre recherche s’attache ainsi à déchiffrer la cohérence et les contradictions entre les discours officiels et les caractéristiques du projet dans leur genèse et leur évolution. De fait, elle vise à contribuer à une réflexion plus générale sur la portée des actions politiques sur les pratiques architecturales et sur l’espace physique bucarestois.

Mots clés : logement social, régime totalitaire, idéologie urbaine, Bucarest, communisme, nationalisme, architecture, urbanisme, politiques publiques.

Yang Shu, Wuhan : aux interfaces ville/eau. Les formes urbaines en mutation

Dir. : Pierre Clément, prof. honorairE, Énsa de Paris-Belleville

2 février 2011

Cette thèse porte une vision urbanistique et morphologique sur le rapport ville/environnement. Elle se focalise sur le problème de la forme urbaine et sur un espace particulier : interface ville/eau. Est étudié le cas de Wuhan – une métropole fluviale en Chine où le réseau hydrographique a déterminé des formes spécifiques. Les analyses sont d’abord centrées sur l’état actuel des interfaces ville/eau : leur déploiement dynamique, leurs caractères spatiaux et les différentes logiques des tissus urbains. Les analyses portent ensuite sur l’évolution des interfaces, en examinant les projets et les modèles spatiaux appliqués durant quatre périodes successives selon quatre politiques : militaire, commerciale, industrielle et environnementale. La thèse se propose ainsi de renouer le dialogue entre la ville et ses eaux. Elle confirme que lorsque les eaux sont consciemment prises en compte, elles peuvent se révéler comme élément stimulant pour le développement urbain de toutes échelles.

Mots clés : ville, environnement, eau, interface ville/eau, forme urbaine, projet urbain, politique d’aménagement, mutation, Wuhan, Chine.

Stéphanie Boufflet, Le processus de renaturation de la capitale chinoise à l’aube des années 2000 : un « souffle vert » sur Pékin ?

Dir. : Pierre Clément, prof. honoraire, Énsa de Paris-Belleville

Co-dir. : Guillaume Giroir, université d’Orléans

11 mai 2011

Notre recherche interroge la portée de la nouvelle politique environnementale de la capitale chinoise, dont la mise en œuvre a été précipitée dans le cadre de l’accueil des Jeux Olympiques. Si la trame urbaine de Pékin était encore il y a peu l’un des derniers héritages des préceptes traditionnels d’aménagement de l’espace chinois entre « montagne et eau » et se référant au « souffle – qi », qui anime toute chose et tout être dans la cosmogonie chinoise et qui est à la base de l’implantation de la ville sur son site, les politiques urbaines menées au cours du XXe siècle ont détruit en grande partie cet héritage. La prise de conscience environnementale amorcée dans les années 1990 a généré une nouvelle approche au territoire qui s’est accélérée en 2001 dans l’optique de l’accueil des green Olympic Games en 2008. La reforestation de la capitale chinoise a alors été considérée à toutes les échelles, de celle du pays à celle de la rue. À l’échelle de son territoire périurbain, Pékin s’est dotée de deux ceintures vertes. Pour autant, le gouvernement municipal a choisi la voie de l’originalité en planifiant des « ceintures vertes habitées », à 50 % pour la première et à 30 % pour la seconde. À l’échelle de sa zone urbaine, la municipalité a mis en place de nouvelles promenades paysagères qui s’étirent le long des routes et des canaux et qui font apparaître une nouvelle typologie d’espaces publics qui trouve son origine dans la réhabilitation de l’axe historique nord-sud et qui a permis outre la réhabilitation de l’histoire ancienne, celle de la réhabilitation du paysage ancien. Des ceintures vertes aux coulées vertes, la qualité de vie est sans nul doute améliorée à Pékin. Ce souffle vert est-il pour autant porteur d’une nouvelle identité urbaine ? Attendons encore pour voir. Pékin 2050. Alors ce souffle vert ?

Adèle Esposito, Siem Reap. Invention et fabrication d’un lieu de tourisme aux portes d’Angkor

Dir. : Pierre Clément, prof. honoraire, Énsa de Paris-Belleville

Co-dir. : Charles Goldblum, prof., université de Paris 8

9 décembre 2011

Les façons de concevoir et fabriquer la ville de Siem Reap, située aux portes du site d’Angkor classé au patrimoine mondial (1992), induites ou suscitées par le tourisme, sont l’objet de la recherche. La thèse interroge le rapport conflictuel entre planification et fabrication urbaine : si les plans de la coopération internationale produisent un domaine d’action ainsi qu’un cadre conceptuel à travers lequel le territoire est appréhendé, d’autres logiques et procédures détournent le cadre réglementaire. Dans les discours programmatiques et normatifs élaborés à partir de notions d’origine occidentale, maintenant diffusées à l’échelle internationale, ainsi que dans l’organisation institutionnelle, nous recherchons les failles qui mènent les plans à l’échec. Sans nier les effets de tabula rasa, nous argumentons l’entrée en jeu de différentes formes d’héritage dans les aménagements de l’espace : les représentations des lieux, produites à partir du XIXe siècle, qui influencent les projets d’hôtels et équipements ; les formes et les pratiques mobilisées par les habitants, dont la négociation avec des modèles exogènes aboutit à des compositions originales.

Michèle Lambert-Bresson, Les transformations de Nîmes et d’Avignon au XIXe siècle à la suite de l’implantation du chemin de fer

Dir. : Pierre Pinon, prof. Énsa de Paris- Belleville

9 mars 2012

Existe-il une politique d’implantation des gares lors de la création des premières lignes de chemin de fer ? Ces implantations ont-elles modifié les pratiques antérieures d’intervention sur la ville ? Si oui, comment ? C’est principalement à ces deux questions que tente de répondre cette thèse, à travers l’étude de Nîmes et d’Avignon au XIXe siècle. Après avoir décrit l’histoire des projets urbains avant et après le chemin de fer, ainsi que celle des lignes ferroviaires, la thèse analyse du point de vue de la morphologie urbaine les deux rues de la gare ouvertes à l’occasion de la création de celle-ci. À Nîmes, l’avenue Feuchères constitue l’axe d’un vaste quartier qui achève un cycle d’aménagement initié depuis le XVIIe siècle. À Avignon, la percée du cours Jean Jaurès et de la rue de la République bouleverse et réoriente la structure initiale de la ville. S’ils ne renouvellent pas les principes et modalités de l’aménagement urbain, les deux cas étudiés apparaissent emblématiques.

AMP, Architecture, Milieu, Paysage, UMR CNRS / MCC LAVUE 7218, Énsa de Paris-La Villette, Université de Paris 8-Vincennes-St-Denis, ED 401 Sciences sociales

Architecture

Isabelle Glais, Jardins et paysages Art-déco - Innovations paysagistes autour des années vingt

Dir. : Jean-Pierre Le Dantec, prof. Énsa de Paris-La Villette

5 février 2010

Cette thèse propose d’abord un état des lieux des innovations paysagistes Art- déco aux trois échelles de paysage : le jardin ; la ville et le territoire. Elle cherche ensuite à mettre en lumière les mécanismes de la création de cette période, en France. Les hypothèses de travail sont de quatre ordres. Elles sont relatives à l’implication des commanditaires, au contexte favorable à la création, aux méthodes de travail des concepteurs, mais aussi à la mise en place de champs de créativité pluridisciplinaire. La thèse montre que les innovations sont notamment initiées par des maîtres d’ouvrage en quête de renouveau. Pour eux le paysage est au service de valeurs ou d’ambitions qui dépassent la notion d’embellissement. Ils ont généralement une vision prospective de leur projet qui va au-delà de la création de tableaux paysagers. Pendant cette période, la Grande guerre crée par ailleurs une rupture forte dans les habitudes. Par les bouleversements qu’elle entraîne, elle permet un déblocage des énergies mentales des concepteurs. Des créatifs concrets imaginent et mettent alors en œuvre des solutions imprévues. Dans ce contexte, des associations de métiers se créent. Pour les jardins, les équipes associent artistes et techniciens. À l’échelle des cités-jardins, le travail des architectes est complété par celui des praticiens médico-sociaux. Pour finir, des juristes participent aux équipes de paysage à l’échelle du territoire. Ce travail pluri- disciplinaire donne aux concepteurs la possibilité de concrétiser des projets d’une grande qualité

Mots clés : innovation, jardin, paysage, Art Déco, concepteur, maître d’ouvrage, champ de créativité, Prost, Forestier, Sellier.

Architecture, spécialité paysage

Maria João Pereira De Matos, Paysages urbains contemporains de montagne. Méthodologie pour une approche conceptuelle en Architecture à Covilhã

Dir. : Yann Nussaume, prof. Énsa de Normandie ; João Sousa Morais, prof. associé FA-UTL (Portugal)

Co-dir. : José Gomes Barros, prof. associé, FAA-ULL (Portugal)

7 janvier 2011

Cette recherche − dont les problématiques sont considérées sous une perspective qualitative et dont les terrains sont analysés selon une méthodologie basée sur la perception par les sens − se situe dans les champs de l’architecture contemporaine et du paysage considérés comme des composants de l’image de la ville. Le contexte alpin, paradigme de la montagne européenne, est analysé de façon à contribuer à l’établissement de pistes pour la constitution d’une médiance dans un contexte urbain portugais en montagne : la ville de Covilhã, dans la Serra da Estrela. Les axes de recherche sur la réalité alpine se centrent sur trois aspects principaux : l’influence du paradigme alpin dans l’espace européen, l’architecture alpine comme constructrice de paysage, depuis le Mouvement Moderne, et les particularités du contexte urbain alpin. Ce dernier axe concerne l’évolution du rapport ville-montagne et les enjeux et tendances actuels, observés à différents niveaux, de l’échelle des relations internationales jusqu’à l’échelle du morceau de ville. À cette échelle plus réduite, l’architecture de nouvelles inter- ventions, prenant en compte le paysage environnant, pourra assumer un rôle important pour la reconstruction d’un genius loci entre ville et montagne et pour la compétitivité du milieu urbain dans son territoire de montagne. Trois espaces dans trois villes alpines sont étudiés et comparés dans cette perspective : l’ensemble Curial à Chambéry, les nouveaux Thermes de Merano et la reconversion du Castel- grande à Bellinzone. De l’observation critique de ces trois cas et du contexte urbain et architectural de Covilhã, découle la proposition d’une méthodo- logie d’approche à l’emplacement de l’ancien château de cette ville, centrée sur le paysage, pour la réussite d’une intervention architecturale exprimant l’art d’un lieu entre ville et montagne. En outre, cette proposition prend aussi en compte l’importance de l’architecture comme icône dans le contexte actuel de compétitivité urbaine.

Mots clés : architecture, paysage, villes de montagne, Alpes, Chambéry, Merano, Bellinzone, Covilhã.

Énsa de Paris-La Villette, Politecnico di Milano, Dipartimento di Architettura e Studi Urbani, ED 528 Ville Transports et Territoires

Architecture

Daniela Perrotti, Paysage-infrastructure ou de la dimension infrastructurelle du paysage

Dir. : Yann Nussaume, prof., Énsa de Normandie

Co-dir. : Massimo Venturi Ferriolo, prof. Politecnico di Milano

28 février 2011

L’hypothèse à l’origine de ce travail de recherche porte sur la possibilité d’accor- der au paysage une « dimension infrastructurelle ». L’exploration de cette hypothèse s’appuie sur l’analyse d’un corpus de contributions s’inscrivant dans le cadre de la recherche scientifique et de la pratique professionnelle de l’approche nord-américaine du Landscape Urbanism et ses déclinaisons plus récentes Infrastructural Urbanism et Ecological Urbanism, ainsi que sur la démarche de conception à l’échelle territoriale Landscape (as) Infrastructure. Dispositif d’organisation de l’espace, l’infrastructure devient dans ce cadre le fonde- ment épistémologique d’une nouvelle approche critique de la pensée et de l’action dans les territoires métropolitains et ruraux. Nommée paysage-infrastructure en phase d’élaboration de l’hypothèse fonda- mentale de la recherche, cette approche repose sur une révision critique de la notion d’infrastructure, visant une double saisie ontologique, par sa fonction de vecteur et catalyseur de la transformation physique du milieu socio-écologique dans lequel il s’inscrit, ainsi qu’en terme d’outil conceptuel à même d’orienter le processus de conception à l’échelle territoriale et paysagère. La dimension infrastructurelle du paysage est abordée par le biais de cette relecture de la notion d’infra-structure, nourrie aussi par l’étude étymologique du terme. Elle met en avant les relations matérielles ou immatérielles entre éléments et acteurs hétéro- gènes et contemporains qui confèrent une cohérence d’ensemble à la trame paysagère ; c’est donc au prisme de ce caractère relationnel que se définit l’approche paysage-infrastructure. La deuxième partie de la thèse porte sur une mise à l’épreuve de l’approche paysage-infrastructure sur un terrain d’étude, le Parc National de l’Alta Murgia dans la région italienne des Pouilles. En décembre 2011, elle a fait l’objet d’une publication sous commande du Ministère Italien de l’Environnement pour l’Institut du Parc National. Cette expérimentation de terrain a permis de tester l’efficacité de l’approche proposée en terme d’outil opérationnel au service du processus d’aménagement amorcé par les politiques publiques locales ; elle a aboutie à une application de l’approche paysage-infrastructure aux perspectives de développement cernées par les principaux instruments de la planification territoriale et paysagère à l’échelle locale. La méthodologie adoptée intègre les analyses et les représentations mises au point dans le cadre des instruments de planification et les croise avec les résultats d’une enquête de terrain élaborée sur la base des conclusions de la première partie de la thèse. Elle renoue ensuite avec les orientations des instruments d’aménagement et planification locaux pour cerner une problématique spécifique touchant ce territoire dans son évolution actuelle : l’intégration paysagère de centrales solaires photovoltaïques dans le tissu rural de l’Alta Murgia. Au fil des dernières années, cet enjeu de l’aménage- ment du territoire a été source de controverses qui ont entraîné une mise en cause de l’effective soutenabilité et durabilité de ces projets, ainsi que de leur acceptabilité sociale et désirabilité. L’objectif final de la partie expérimentale de la thèse est donc la recherche de nouveaux modes d’intégration de ces dispositifs infrastructurels dans la trame paysagère de l’Alta Murgia. Balisée par les unités du tissu productif agricole et par le réseau local des infrastructures hydrauliques et de la mobilité, cette trame est appréhendée en tant que structure de support qui interagit avec le substrat hydro-géomorphologique ainsi qu’avec l’apport construit par le récent processus d’infrastructuration lié à l’implantation des nouveaux systèmes de production et distribution d’énergie par source renouvelable. Mots clés : paysage-infrastructure, paysage rural, infrastructure, énergies renouvelables, photovoltaïque.

GERPHAU, Philosophie, Architecture, Urbain, UMR CNRS / MCC LAVUE 7218, Énsa de Paris-La Villette, Université de Paris 8-Vincennes-St-Denis ED 31 Pratiques et théories du sens

Architecture

Élodie Nourrigat, Devenir urbain de la ville contemporaine dans un univers de réseaux. Entre réseaux mondialisés et territoires de l’intime

Dir. : Chris Younès, prof. Énsa de Paris-La Villette

3 février 2011

Dépassant le simple état de séparation des fonctions, voire des modes de penser afin d’obtenir une certaine maîtrise du monde, le devenir urbain souffre d’une déliance généralisée. Les nouvelles technologies de l’information et de la communication participent de ce mal de la modernité et l’amplifient. La thèse porte sur le devenir urbain de la ville contemporaine dans un univers de réseaux. À partir de textes notamment philosophiques et de l’analyse de projets urbains et architecturaux, elle met en évidence l’impact paradoxal des réseaux et communautés virtuels : nouveaux médias, Internet, Word Wide Web… Entre réseaux mondialisés et territoires de l’intime sont mis en tension milieu global et environnement en propre. Il est envisagé comment dans le passage d’une architecture-machine à une architecture-environnement s’inventent d’autres formes, soit comme environnements intimes habitables et transposables à un niveau global, soit comme hyper milieux, et comment sont ainsi instaurées d’autres conditions de reliance.

Mots clés : réseau, technologie de l’information et de la communication, environnement, ville, architecture, déliance, reliance, intime, commun, milieu, devenir urbain, Internet, Web, lien.

LET, Laboratoire Espace Travail, UMR CNRS / MCC LAVUE 7218, Énsa de Paris-la Villette Université de Paris-Est, ED 528 Ville, Transports et Territoires

Architecture

Élise Macaire, L’architecture à l’épreuve de nouvelles pratiques. Recompositions professionnelles et démocratisation culturelle

Dir. : Jodelle Zetlaoui-Léger, prof. Énsa de Paris-La Villette

19 décembre 2012

Depuis le début des années 1990, des collectifs d’architectes mettent en avant des démarches alternatives au processus traditionnel d’élaboration du projet architectural ou urbain. Ils privilégient des interventions sur les petites échelles permettant une implication plus importante des habitants sur le projet dans le cadre d’actions engageant peu de moyens. À la fois proches des artistes « activistes » ou de pratiques d’éducation populaire, ces architectes proposent des méthodes alliant pédagogie de la création et participation démocratique. Le militantisme et la coproduction avec le public semblent ainsi dessiner les contours de modèles d’action qui, bien que marginaux, participent au changement des valeurs traditionnelles du champ de l’architecture. Une nouvelle socialisation de l’activité des architectes semble alors être à l’œuvre à travers ces formes d’engagements professionnels. La thèse est organisée en trois parties. La première présente un état des lieux de la socialisation de l’architecture à travers deux entrées principales : l’histoire sociale de la profession et le mouvement de la démocratisation de l’architecture. La deuxième vise à expliciter les formes de professionnalités développées par des collectifs à partir d’une description de fonctionnements associatifs et de divers champs d’action (interventions sociales et artistiques ou actions pédagogiques et participatives). La troisième partie explore les modalités selon lesquelles des architectes et des artistes façonnent de nouvelles compétences construites à partir de déplacements relatifs à leurs champs de référence.

Mots clés : architectes, métiers, démocratisation de l’architecture, participation, action artistique, éducation populaire.

MAAC, Modélisations pour l’Assistance à l’Activité Cognitive de la Conception, UMR CNRS / MCC MAP n° 3495, Énsa de Paris-la Villette Université de Paris-Est, ED 528 Ville, Transports et Territoires

Architecture

Samia Ben Rajeb, Modélisation de la collaboration distante dans les pratiques de conception architecturale : Caractérisation des opérations cognitives en conception collaborative instrumentée

Dir. : François Guéna, prof. Énsa de Paris-La Villette

Co-dir : Caroline Lecourtois, maître- assistante Énsa de Paris-La Villette

24 juillet 2012

Ce travail de recherche porte sur la conception architecturale collaborative distante. Il examine avec attention les échanges entre des concepteurs géographiquement séparés qui « collaborent » en temps réel dès les premières phases de conception d’un projet architectural. Il rend, par conséquent, compte de pratiques et d’usages de nouvelles technologies d’aide à la collaboration synchrone en conception architecturale. Cette recherche, principalement architecturologique, s’appuie sur deux autres champs : le champ du Travail Collaboratif Assisté par Ordinateur (TCAO ou CSVW en anglais) et celui de l’ergonomie cognitive. Son objectif est de souligner les opérations cognitives constitutives de la conception architecturale collaborative et de produire des connaissances qui pourront servir de recommandations pour l’assistance à la collaboration distante en conception architecturale. Dans ce cadre, diverses données relatives à la conception architecturale collaborative distante ont été analysées telles que des enquêtes en agence pour identifier les pratiques actuelles et diverses observations in situ, longitudinales et/ou expérimentales. Les analyses de ces observations ont été produites à partir des méthodes de l’Architecturologie Appliquée. Ces méthodes consistent à utiliser les concepts architecturologiques en tant que grille de lecture des séquences d’enregistrements produits lors des observations. D’un point de vue pratique, il s’agit de repérer, au sein des enregistrements, les opérations de conception dites collaboratives, c’est-à-dire mises en œuvre à plusieurs, à partir des traces effectuées sur les documents partagés et des conversations audio. Ces analyses architecturologiques permettent d’identifier différentes opérations cognitives spécifiques à la conception architecturale collaborative distante. Ces résultats sur les opérations de la conception architecturale collaborative distante sont exploités en fin de thèse pour proposer une trame d’évaluation d’outils ainsi que des spécifications pour le développement de nouvelles fonctionnalités informatiques.

Mots clés : conception collaborative, collaboration distante, conception architecturale, opérations cognitives, architecturologie, TCAO, ergonomie cognitive.

ACS, Architecture, Culture, Sociétés XIXe-XXe siècles, UMR CNRS / MCC AUSSER 3329, Architecture, Urbanistique, Société : Savoirs, Enseignement, Recherche, PRES Paris-Est, Énsa de Paris-Malaquais, Université de Paris 8-Vincennes-St-Denis, ED Ville et Environnement

Architecture

Juliette Pommier, Vers une architecture urbaine, la trajectoire de Bernard Huet

Dir. : Jean-Louis Cohen, prof. des universités

14 janvier 2010

Des années 1950 à la fin du siècle, le champ architectural français passe de la Reconstruction d’après-guerre à la crise urbaine, et du constat d’échec de l’urbanisme « moderne » au retour à la question de la ville, de l’histoire, et des fondements de la discipline architecturale. Cette mutation, vécue et nourrie par la génération des architectes intellectuels formés dans les années 1960 à l’école nationale supérieure des Beaux-arts, est analysée dans cette thèse sous l’angle d’une trajectoire emblématique : celle de Bernard Huet. Acteur essentiel du renouvellement intellectuel de la discipline, cet architecte occupe à diverses périodes chacune des positions dominantes du champ, dans l’enseignement, la recherche, la presse et enfin la pratique, et contribue par son ouverture culturelle et son talent didactique à la transformation progressive de la pensée architecturale de son époque. L’objectif de la thèse est de mettre en évidence, au travers des discours, des pratiques et des œuvres de cet architecte et de ses contemporains, d’une part le renouvellement des problématiques, des représentations et des aspirations des architectes français, et d’autre part les nouvelles modalités selon lesquelles la discipline se pense. Oscillant selon les auteurs et les périodes entre la théorie, la doctrine, le système de concepts, le paradigme, ou le concept d’architecture, la pensée architecturale se remodèle pour rejoindre l’univers scientifique des disciplines universitaires reconnues. La thèse vise à éclairer les implications de ces modèles conceptuels sur l’architecture, dans la théorie et dans la pratique.

Mots clés : histoire de l’architecture et de l’urbanisme, sociologie de l’architecture, épistémologie de l’architecture, enseignement de l’architecture.

Énsa de Paris-Malaquais Université de Paris-Est, ED Ville, Transport et Territoires

Architecture

Jong-Woo Lee, Un territoire de l’architecture : amc et le renouveau de la culture architecturale en France (1967-1981)

Dir. : Jean-Louis Cohen, prof. des universités

9 juillet 2010

La thèse a pour objectif de comprendre le renouveau de la culture architecturale, intervenu grâce à l’action d’un milieu de jeunes architectes français dans les années 1960 et 1970, souvent désigné par le terme de « génération 68 ». Après avoir connu la fin de l’enseignement de l’École des Beaux-Arts et après avoir participé activement aux événements de Mai 68, les membres de ce groupe d’âge sont devenus les acteurs principaux de la fondation des Unités Pédagogiques d’Architecture et en ont fait le lieu de la refondation de l’enseignement de l’architecture et de la naissance de la recherche architecturale. Les problématiques à l’origine de ces actions reflètent la situation des jeunes architectes dans celle plus générale de l’architecture en France. La recherche prend pour support principal d’analyse la revue Architecture Mouvement Continuité (AMC) publiée entre 1967 et 1981 par la Société des Architectes Diplômés par le Gouvernement. Si la période traitée correspond d’abord à la vie de la revue, de sa création à sa fermeture avant le rachat par un autre éditeur, elle se réfère aussi à une histoire plus générale de la société française et de l’architecture contemporaine en France dans une période de changements profonds. Le choix fait de prendre AMC comme objet principal correspond à l’objectif de comprendre la formation d’une culture architecturale, non pas avec un dispositif théorique à appliquer à un terrain historique particulier, mais en suivant un support historique dont la vie fut imbriquée avec des réalités complexes dont quelques lignes générales intelligibles apparaissent ainsi. D’autres sources, telles qu’une série d’entretiens avec les acteurs de la revue et différents types de documents de l’époque, sont également examinées pour contextualiser la revue et sa rédaction. Au cœur de ce renouveau de la culture architecturale, il y a un regard sur l’objet architectural, voire une redéfinition de celui-ci étroitement liée à la construction de l’identité de ces jeunes architectes. Cette construction ne s’est pas faite d’emblée par une prise de pouvoir dans le champ professionnel, mais par un processus à long terme d’accumulation du savoir architectural, qui n’était autre que la redéfinition de l’objet même de l’architecture, et ce par le biais de la recherche historique dont la révision du « Mouvement moderne » et l’histoire du logement social sont des éléments constants. La rubrique « Nostalgie » montre par excellence la nature de cette révision du Mouvement propre aux jeunes architectes. Le titre choisi « Un territoire de l’architecture », est une allusion trans- parente à un ouvrage publié par Vittorio Gregotti en 1966, proposant une nouvelle définition de l’objet architectural élargi jusqu’à la conscience urbaine voire territoriale, définition élaborée à partir de la remise en cause profonde de la profession et de l’ouverture disciplinaire. La redéfinition de l’objet architectural entreprise au cours de ces années a tendu vers l’urbain, que ce soit à l’échelle du bâtiment de taille modérée, du logement social ou de la ville. Enfin, la redéfinition de l’objet architectural s’est faite dans le rapport étroit de deux pôles qui paraissent a priori opposés : « connaissance » et « projet ». La thèse suggère que le mode particulier de la présence de la dimension projectuelle durant la formation de la culture des jeunes architectes, présence implicite mais influente, est essentiel pour comprendre ce renouveau. Les épisodes constituant l’histoire de la revue AMC illustrent le projet d’une génération d’architectes d’élargir la discipline architecturale, et donc le territoire de l’architecture, en donnant une autre légitimité au travail de l’architecte.

Mots clés : histoire contemporaine de l’architecture, architecture en France, génération 68, architecte, revue d’architecture, Architecture-Mouvement- Continuité AMC, historiographie, le Mouvement moderne, architecture urbaine, histoire du logement social.

Anne Roqueplo, Rencontres de l’art et de l’architecture : le projet d’habiter des artistes

Dir. : Monique Eleb, prof. Énsa de Paris- Malaquais

21 Septembre 2012

La recherche interroge le statut d’une production singulière apparue dans l’art contemporain des années 1990 autour du thème de l’habiter. Notre hypothèse est que cette production constitue un « projet d’habiter », formule suggérant qu’une attitude semblable rassemble ces artistes dans la volonté de s’approprier le champ de l’habiter selon une vision et des intentions directement connectées à la réalité. L’habiter est entendu dans le cadre de la recherche comme le rapport qualifié de l’homme à son lieu de résidence, que cette qualification relève d’un système, d’un courant architectural, d’un mode de vie, d’une échelle intime ou territoriale. La démonstration de l’existence d’une démarche de projet relative à l’habiter part de la description et l’analyse des actions artistiques selon deux catégories correspondant aux deux premières parties de l’étude : une stratégie de mise en vue et manipulations des propriétés de l’habiter dans ses aspects formels et spatiaux et une stratégie liée à la dimension culturelle de l’habiter. La dernière partie ouvre sur une définition du projet en explicitant la manière dont les œuvres se situent par rapport à la réalité au travers des méthodes et savoirs convoqués. Au-delà du caractère singulier de cette production qui participe à la reconfiguration du rapport à l’art de l’architecte, une problématique majeure se dégage : celle de la limite de l’espace domestique. Ces artistes plébiscitent le maintien du rôle social de l’architecture par l’intermédiaire de l’habitation selon un rapport à la matérialité et la terre affirmée comme par les opportunités qu’offrent les nouvelles technologies, deux versants de notre réalité quotidienne.

Mots clés : architecture, art, habiter, projet, action, espace, limite.

GSA, Géométrie, Structure et Architecture, Énsa de Paris-Malaquais Université de Paris-Est, ED « Ville, Transports et Territoires »

Architecture

Rémy Mouterde, Morphogénèse des charpentes à chevrons formant fermes : évolution morphologique, comportement mécanique et principes constructifs

Dir. : Joël Sakarovitch, prof. Énsa de Paris-Malaquais

Co-dir. : François Fleury, prof. Énsa de Lyon

23 septembre 2011

Les premières charpentes à chevrons formant fermes dont on a gardé en France des traces datent du XIe siècle. Ce principe va se maintenir jusqu’au XVIIe siècle, pour disparaître ensuite totalement. Leur dispositif morphologique change progressivement avec le temps. L’objectif de ce travail est de contribuer à comprendre les déterminants de cette évolution. Nous proposons deux explications à ces trans- formations : L’une repose sur l’évolution des connaissances en mécanique des structures. En sélectionnant des spécimens représentatifs des jalons identifiés par nos prédécesseurs, nous utilisons une modélisation numérique de ces structures hyperstatiques pour mieux comprendre le rôle précis joué par les différentes pièces de la charpente. Les études comparées mettent ainsi en évidence un lent processus d’innovation où alternent des phases d’adaptation morphologiques conjoncturelles et la prise en compte d’une nouvelle connaissance mécanique induite par ces évolutions. L’autre prend en compte la problématique du levage de ces char- pentes. En reconstituant certains spécimens remarquables et en étudiant leur mise en place, à l’aide de dispositifs de levage représentatifs de ceux utilisés à cette époque, nous cherchons à préciser la plausibilité de certains scénarios et les séquences opérationnelles associées. Les résultats invalident certaines hypothèses et en particulier, celle d’un assemblage des fermes au niveau du sol avant de les hisser sur les murs. Les premiers dispositifs longitudinaux reliant deux fermes principales apparaissent aussi comme une aide au levage : ils facilitent le travail en hauteur et permettent une mise en place simplifiée des chevrons. Cette thèse a reçu une mention au prix de la recherche et de la thèse de doctorat en architecture décernée par l’Académie d’Architecture en octobre 2012.et a été sélectionnée pour le prix des meilleures thèses de l’université Paris-Est 2012

Mots clés : archéologie, architecture gothique, romane, bâtiment cultuel, chantier, expérimentation, histoire de la construction, modélisation, morphologie, Moyen Âge, patrimoine architectural, procédé de construction, résistance des matériaux, sécurité, statique, structure, typologie des charpentes.

LIAT, Laboratoire Infrastructure, Architecture, Territoire, Énsa de Paris-Malaquais Université de Paris 1-Panthéon Sorbonne-UFR 03, ED Histoire de l’art et archéologie

Histoire de l’art, mention architecture

Valery Didelon, L’affaire Learning from Las Vegas. Production et réception (1968-1988)

Dir. : Dominique Rouillard, prof. Énsa de Paris-Malaquais

6 mars 2010

Ce travail envisage Learning from Las Vegas , le livre coécrit pat les architectes Robert Venturi, Denise Scott Brown et Streven Izenour, du point de vue de sa réception par la critique journalistique, architecturale et universitaire entre 1968 et 1988. Le sens et la valeur de ce texte tels qu’ils sont aujourd’hui unanimement reconnus, y apparaissent comme le fruit d’une interaction constante pendant vingt années entre ses auteurs et ses lecteurs. Dans une première partie, est décrite l’apparition de Learning from Las Vegas dans le contexte politique et culturel particulièrement agité de la fin des années 1960, et la polémique qui immédiatement s’en est suivie dans le milieu architectural tant américain qu’européen. Dans une seconde partie, l’attention se porte sur le rôle que joue Learning from Las Vegas, parmi d’autres ouvrages, dans la reconfiguration idéologique qui accompagne la critique du modernisme au cours des années 1970. Dans une troisième partie enfin, il est expliqué la manière dont le livre devient ensuite l’un des principaux manifeste du postmodernisme américain, et comment à ce titre il rattache ce mouvement à la tradition de l’avant-gardisme. On voit à aussi comment il inaugure à cette occasion un nouveau genre littéraire, le manifeste rétroactif. En présentant finalement ce classique de la littérature architecturale contemporaine comme le résultat d’une construction sociale et historique, ce travail contribue à expliciter les processus de formation de la théorie et de la culture architecturale dans l’après-guerre.

Mots clés : Venturi, Scott Brown, États- Unis, modernisme, postmodernisme, livre d’architecture, controverse, étude de réception.

Fanny Lopez, Déterritorialisation énergétique 1970-1980 : de la maison autonome à la cité auto-énergétique, le rêve d’une déconnexion

Dir. : Dominique Rouillard, prof. Énsa de Paris-Malaquais

22 juin 2010

Si l’histoire de l’architecture et de l’urbanisme du XXe siècle a consacré la cité des réseaux, le projet de la déconnexion énergétique trouve ses racines au XIXe siècle. Discontinu et buissonnant, son cheminement est marqué par des projets aussi étonnants que le système mécanique autonome de John Adolphus Etzeler ou la maison électriquement autonome de Thomas Edison. Théoriquement et techniquement fragiles, les caractéristiques de ce renouvellement énergétique se sont accentuées au XXe siècle. Le mouvement de l’autonomie énergétique arrive à maturité entre 1970 et 1980, mû par les avancées technologiques et le contexte de crise de la fin des années 1960. Fortement impulsée par la contre-culture Américaine, l’autonomie quittera cet espace-temps pour se propager géographiquement, remontant des filières plus institutionnelles et poussant ses propres limites, de l’unité domestique à la ville territoire. La maison autonome d’Alexander Pike, les logements de Sean Wellesley Miller et Day Chaharoudi, la ville auto-énergétique de Georges Alexandroff ou encore les cités-États autarciques de Yona Friedman pour la « civilisation paysanne modernisée » attestent de la puissance de ce concept. Cet idéal de déconnexion conjuguait virtuosité tech- nique, projet économique, politique, social et environnemental, dans un renversement critique de l’ordre technologique hérité. Dans une configuration idéologique et symbolique complexe, l’autonomie énergétique a fonctionné comme une fabrique d’idéalité rurale et urbaine (retour d’une nature nourricière, auto-garantie des nécessités vitales, économie de la quotidienneté, relocalisation des ressources, biens communaux, co-gestion, etc.). Partant de quelques scénarios énergétiques de la période 1970-1980 et d’archives originales, cette thèse ambitionne de retracer la généalogie du mouvement de l’autonomie énergétique. Sous le prisme du rapport connexion vs déconnexion, la première partie proposera une mise en perspective historique du thème, revenant aux origines de la cité câblée au début du XIXe siècle, moment où la consommation énergétique devient l’objet d’une gouvernementalité réfléchie et le raccordement aux infrastructures urbaines un modèle d’alimentation générique. La seconde, en suivant l’évolution des programmes et des échelles analysera, à travers un corpus de projets, la décennie d’expérimentations architecturales qui a participé à l’éclatement du cadre énergétique moderne.

Mots clés : autonomie, énergétiques, autosuffisance, autarcie, maison autonome, connexion, déconnexion, macro-système technique, réseau, infrastructure énergétique, utopie environnementale, utopie technologique.

Can Onaner, Le suspens en architecture, Adolf Loos et Aldo Rossi

Dir. : Dominique Rouillard, prof. Énsa de Paris-Malaquais

17 janvier 2011

Dans Autobiographie Scientifique, Aldo Rossi indique qu’Adolf Loos a « pénétré sa pensée » et en a « pris quasiment possession ». Cette étude se propose d’appréhender l’identification de Rossi à Loos sous le concept du suspens. Dans les œuvres de ces deux architectes, le suspens ne se limite pas à un phénomène physique et temporel. Il sert à questionner une vision progressiste de l’histoire de l’architecture en recherchant la nouveauté dans une « compulsion de répétition ». Il acquiert une dimension phénoménologique et esthétique quand l’énergie emmagasinée par la construction transparaît comme une force latente à travers les formes froides et idéales de l’architecture. Le suspens prend lieu au sein d’une dialectique entre deux formes de répétitions : d’une part, la permanence d’une architecture reproduisant des archétypes idéaux et, de l’autre, une répétition compulsive qui fait ressurgir le corps désirant et mortel recouvert par la tradition. Qu’il s’agisse de la cabine avec fronton de Rossi ou de la colonne dorique de Loos, le suspens fait vibrer en intensité la forme idéale par la présence du corps, et réciproquement, il retient l’expression de ce corps désirant par la froideur de la forme. Ce suspens esthétique devient existentiel quand le processus créateur de l’architecte prend une forme masochiste en faisant appel à des contrats de soumission qui redéfinissent les limites de la discipline architecturale et le statut social de l’architecte. Le désir de création s’exprime alors de façon paradoxale, à travers les contraintes de la réalité, de la raison et du langage qui étaient censées l’étouffer.

Mots clés : suspens, Adolf Loos, Aldo Rossi, répétition, modernité, progrès, raison, rationalismes, langage, singularité, désir, fétichisme, masochisme.

Énsa de Paris-Malaquais Université de Paris-Est, ED Ville, Transports et Territoires

Architecture

Xuân Son Lê, Lieux et modèles. L’exemple des Villes de fondation au XXe siècle

Dir. : Yannis Tsiomis, Énsa de Paris-la Villette

Co-dir. : Claude Prelorenzo, prof. honoraire des écoles d’architecture

13 mai 2011

Cette thèse se propose d’étudier le lien existant entre les lieux et les sites naturels d’une part, les modèles de cité de l’autre. Le contexte analysé est celui des villes de fondation, c’est-à-dire des villes planifiées et créées en un temps court, totalement constituées, résultant de modèles formels complets et le plus souvent engendrées par un pouvoir centralisé ou une décision concentrée. Dans l’histoire des villes, on peut dire que les villes de fondation réalisées les plus importantes sont les villes idéales grecques, les villes romaines, les villes royales, les villes coloniales européennes, les villes de l’industrie. Au XXe siècle les occasions de créer des ensembles urbains se raréfient au profit de l’extension. Toutefois plusieurs pays ont procédé à des créations des villes de tertiaire : le Brésil avec Brasilia, l’Inde avec Chandigarh et Navi Mumbai (New Bombay), la Chine avec Shenzhen, la Grande-Bretagne avec les New Towns comme c’est le cas de Milton Keynes, la France avec les Villes Nouvelles, dont Marne-la-Vallée ou encore La Grande-Motte. L’imaginaire et les outils de projet se sont par ailleurs nourries d’un important corpus de villes théoriques ou utopiques (de Fourrier à Le Corbusier en passant par Arturo Soria y Mata) et de villes littéraires, le texte le plus célèbre restant Les Villes Invisibles d’Italo Calvino. La fabrication des villes de fondation est toujours une actualité à nos jours. On a assisté récemment à l’achèvement aux nouvelles capitales de la Birmanie et de la Malaisie, tandis que la fabrication de la nouvelle capitale pour la Corée du Sud a dépassé la phase du projet pour entrer dans celle de la réalisation. La question d’une nouvelle capitale de l’Indonésie se pose actuellement dans l’urgence. Cette recherche établira donc la genèse des villes de fondation, en particulier des modèles préexistants qui la sous-tendent : une attention sera portée sur le moment, les acteurs, les contextes de la décision de création, l’autre sera la relation entre la forme de la ville projetée, les données du site, de la société, des fonctions du lieu d’implantation, la réalisation effective pour mettre en évidence la prise en compte ou la non-prise en compte de ces contextes. Au terme de ce travail, on peut affirmer que les villes de fondation et la fabrication des villes de fondation sont un phénomène universel, qui se manifeste tout au long de l’histoire, à travers toutes les époques, en toutes aires géographiques. Y a-t-il alors une structure dans le processus de production qui soit commune à tous les types de villes de fondation, dans laquelle se nouerait un lien structurel entre les trois paramètres de la fabrication : les lieux, les modèles et les acteurs. Après un parcours dans l’histoire longue, à partir d’ouvrages existants, documentant les principales civilisations ayant produit des villes de fondation, la recherche portera sur un échantillon de villes du XXe siècle, en particulier les villes de tertiaire d’après- guerre : Brasilia (Brésil), Chandigarh (Inde), Marne-la-Vallée, La Grande-Motte (France), Milton Keynes (Angleterre), et la ville de l’industrie, Magnitogorsk (URSS).

Joanna Wlaszyn, Dimension (in)visible : réception technologique comme valeur ajoutée vers une architecture amplifiée

Dir. : Jac Fol, prof. Énsa de Paris-Malaquais

26 octobre 2012

L’objet de cette recherche consiste à capturer et analyser les relations entre l’architecture et les technologies récentes sous l’angle de la perception. Loin de la subjectivité supposée, l’analyse guidée par la notion d’expérience perceptive s’appuie à la fois sur des concepts esthétiques et phénoménologiques. Cette double réflexivité porte également sur une étude de cas conceptuels et « concrets » qui opèrent la vision de la spatialité architecturale dans des tensions spéculatives entre le monde « numérique » et physique. La problématique porte sur la réception de l’architecture comme valeur culturelle et production intellectuelle, coordonnée par des moyens technologiques qui l’ampli- fient. S’inscrivant dans l’hypothèse qu’aujourd’hui l’architecture est loin de « servir » uniquement de réponse aux questions formelles, structurelles et fonctionnelles, la recherche démontre que l’architecture s’approche de plus en plus du champ artistique en phase d’expérimentations permanentes. Analysant les facteurs d’esthétisation de concepts variés, l’étude des cas vise à appréhender l’aspect cognitif et la valeur esthétique de la réception technologique – notion nouvelle, introduite comme un outil opératoire permettant d’aborder les aspects sensibles, hybrides et variables de la production architecturale. L’originalité de cette recherche consiste donc à analyser les connexions instables qui caractérisent les processus actuels de transitions diverses dans le domaine de l’architecture. À ce titre, cette recherche propose d’ouvrir le champ de la discussion autour du « digital » selon les principes de la singularité architecturale dans la pluralité des réceptions possibles.

Mots clés : architecture(s), art(s), technologie(s), perception(s), réception(s), amplification(s).

EVCAU, Espace Virtuel de Conception en Architecture et Urbanisme, Énsa de Paris-Val de Seine Université de Paris IV, ED VI

Théories et pratiques de l’archéologie

Cinzia Tavernari, Caravansérails et réseaux routiers du Bilad al-Sam (fin du XIIe siècle - début du XVIe siècle)

Dir. : Jean-Pierre Van Staëvel, prof., université Paris IV

25 novembre 2011

Entre le XIIe et XVIe siècle, sous les dynasties ayyoubide puis mamelouke, les routes du Bilad al-Sam étaient jalonnées de gîtes d’étapes pouvant fournir un abri aux voyageurs de toute sorte. Cette thèse se propose d’approfondir la connaissance de ces édifices en suivant deux axes de recherche principaux. Le premier objectif consiste dans l’étude de tous les aspects relatifs aux caravansérails en tant qu’édifices : leurs fonctions, leurs équipements et, surtout, leur architecture et les tech- niques constructives qui les caractérisent. Il s’agit ensuite de proposer une reconstitution du réseau routier syrien qui prenne en compte également la distribution de ces édifices le long des routes. En partant de l’établissement d’un nouvel inventaire des gîtes d’étapes et d’une tentative de redéfinition de la notion de caravansérail routier, la recherche se développe progressivement à travers un double angle d’approche historique et archéologique. Ce dernier aspect se traduit par la mise en place d’une chronotypologie des techniques constructives et par l’étude stratigraphique approfondie d’un des caravansérails routiers encore conservés, afin d’identifier ses différentes phases d’évolution. Le travail de recherche est enfin complété par un catalogue présentant en détail les différents sites identifiés. Mots clés : caravansérail, Bilad al-Sam, Ayyoubides, Mamelouks, architecture, archéologie, routes.

LRA, Laboratoire de Recherche en Architecture, Énsa de Toulouse, ED MEGEP

Génie des procédés et de l’environnement

Laure Fernandez, Transposition en architecture des connaissances d’ingénierie environnementale et des savoirs relatifs au choix des matériaux

Dir. : S. Lorente, prof. Insa de Toulouse Co-dir. : Frédéric Bonneaud, prof. Énsa de Toulouse

13 septembre 2010

Comment les savoirs issus de l’ingénierie environnementale sur les matériaux sont- ils susceptibles d’aider les concepteurs dans le démarrage de l’esquisse ? Les démarches environnementales s’accompagnent de plus en plus d’approches et d’outils d’aide à la conception. Toutefois, ces savoir-faire techniques s’avèrent peu exploités dans les projets architecturaux. Partant de ce constat, notre recherche porte sur la qualité environnementale des matériaux et procédés de mise en œuvre. Elle vise à alimenter, par la mise au jour de savoirs et de méthodes innovantes, les pratiques opérationnelles en architecture. La mise au jour d’outils d’aide à la conception simplifiée informant un public non spécialiste sur différents champs d’études explicites et relatifs à la qualité des matériaux, est une évolution importante dans le domaine de l’architecture. Nous avançons différentes propositions innovantes pour l’intelligibilité et la cohérence de futurs outils d’aide à la conception. Nous les illustrons par la mise en place d’un prototype d’outil MaTerre’iO renseignant globalement les concepteurs en architecture sur les savoirs liés aux matériaux et plus spécifiquement sur les connaissances de l’ingénierie environnementale. La principale retombée de notre travail de recherche est de contribuer à édifier une passerelle innovante entre les disciplines de l’ingénierie environnementale et les attentes de la conception en architecture. Mots-clés : matériaux, ingénierie environnementale, outil d’aide à la conception, processus de conception architecturale.

Nathalie Tornay, Vers des outils d’aide à la conception pour intégrer les dimensions techniques, écologiques et sensibles des matériaux de construction

Dir. : Luc Adolphe, prof. Insa de Toulouse

Co-dir. : Pierre Fernandez, prof. Énsa de Toulouse

21 mars 2011

Aujourd’hui, les outils d’aide à la conception à l’échelle des matériaux portent principalement sur les dimensions physiques. Nos travaux s’intéressent aux aspects quantitatifs et qualitatifs de ces outils. Un état de l’art recueille l’ensemble des préoccupations essentielles à la conception des aménagements urbains, paysagers et des bâtiments si l’on souhaite favoriser la qualité architecturale et urbaine des projets. Cela nous amène à rappeler le rôle et l’importance des dimensions sensibles pour la qualité des projets. Les études bibliographiques se sont avérées insuffisantes pour caractériser l’ensemble des enjeux du choix des matériaux. Nous avons choisi comme terrain d’investigation l’analyse de projets existants publiés dans les revues architecturales actuelles. Une méthode de travail est élaborée pour chaque sujet traité. Enfin, ces travaux se concentrent sur une dimension opératoire avec une proposition d’outil d’aide à la conception. Nous concluons par différentes pistes à développer pour améliorer le caractère opérationnel des outils d’aide à la conception sur le choix des matériaux. Ces pistes visent à opérer un compromis satisfaisant dans les choix de conception pour assurer à la fois la qualité environnementale et la qualité architecturale des projets.

Mots clés : outil d’aide à la conception, matériaux de construction, dimension technique, dimension écologique, dimension sensible.

ED TESC

Espaces et territoires

Thi Bao Chau Huynh, Patrimoine architectural, urbain, aménagement et tourisme : la ville de Hoi An (Vietnam)

Dir. : Daniel Weissberg, prof. UTM

Co-dir. : Paulette Girard, maître de conf. Énsa de Toulouse

17 septembre 2011

Par son emplacement sur l’embouchure de plusieurs grands fleuves qui se joignent en s’ouvrant sur la mer de Chine, la cité portuaire de Hôi An a connu un brassage d’hommes venus de différents horizons apportant naturelle- ment avec eux leurs différents cultures : tout d’abord les Chams, puis les Viêt et les Japonais, et ensuite les Chinois qui l’ont particulièrement prospérée. Ils ont tous construit leur ville et l’ont aménagée à leurs manières, en fonction non seule- ment de leurs besoins matériels mais également et surtout de leurs croyances d’un espace de vie humaine imprégné de présence spirituelle (forces surnaturelles, âmes des ancêtres, dieux et esprits divers). Sa taille réduite (de quelques kilomètres carrés) fait d’elle un condensé d’histoire et de diversité culturelle. Son visage d’antan est resté pratiquement intact en traversant presque tout le XXe siècle n’ayant pas été choisie ni par l’administration française coloniale ni par l’État vietnamien moderne pour devenir un port commercial ou industriel. Ainsi, Hôi An a été promue par l’Unesco « patri- moine mondial », en 1999 et enchante le visiteur depuis sa redécouverte ; depuis la sortie de l’économie planifiée du Vietnam, elle connaît une affluence touristique internationale. Le tourisme promeut son patrimoine unique mais le met immédiatement en danger par le développement de la ville. Le défi est grand pour les aménageurs du XXIe siècle qui doivent tenir compte non seulement du patrimoine urbain de la vieille ville mais aussi de l’augmentation nécessaire de sa capacité d’accueil des touristes dont le nombre est accru également par le tourisme balnéaire. Depuis peu, les responsables de la ville ont mis en avant la nécessité d’assurer le développement durable pour une ville écologique, nécessité accrue par l’aménagement de site de l’île de Cham classée patrimoine naturel, et de l’estuaire au biotope très sensible. La problématique tourisme-patrimoine devient celle des liens et contradictions existants entre tourisme-patrimoine-écologie ; l’approche écologique peut- elle assurer un développement assurant la protection patrimoniale tant urbaine que naturelle et en même temps le développement du tourisme essentiel pour l’économie locale ?

Mots clés : patrimoine, développement de la ville.

ED megep

Génie civil

Marc Mequignon, Impacts de la durée de vie du bâtiment sur le développement durable

Dir. : Luc Adolphe, prof. Insa de Toulouse Co-dir. : Pierre Fernandez, prof. Énsa de Toulouse

30 novembre 2011

De nombreux pays semblent désirer se préoccuper du problème du réchauffement climatique ainsi qu’aux différents impacts de l’activité humaine sur l’environnement. Le cadre des actions envisageables, communément admis, est celui du développement durable tel qu’il a été défini dans le rapport Brundtland en 1987. Pour ne prendre que la production de gaz à effet de serre, le secteur de la construction en France en produit 18,4 % (source ADEME). Le secteur du bâtiment n’échappe donc pas à cette problématique et les conséquences de la production du bâti font l’objet de nombreuses études. Concernant ces études et les outils développés, la nécessite d’analyses en cycle de vie est admise (Norme ISO 14040). Ce principe entraîne la question de la durée de vie des bâtiments et des produits les composant. Par exemple, l’Eurocode 0 indique une durée de vie normale de 50 ans pour les bâtiments de logements. Que penser alors des nombreux logements bien plus anciens et qui sont parfois vieux de plusieurs siècles ? Quelles sont leurs performances en terme de développement durable ? Conformément à la norme NF P01-010, la durée de vie des produits de construction est envisagée dans les calculs d’indices environnementaux sur la base de déclaration des fabricants soit en général une durée de vie de 50 ou 100 ans. Dans les calculs d’impacts, ces durées de vie des bâtiments et des produits les composants sont donc des « données ». Ces données permettent la publication de valeurs d’indices, ramenés à l’année, des impacts environnementaux et sanitaires. Il semble qu’il n’y ait pas d’étude de l’impact des durées de vie des matériaux, des produits de construction ou des bâtiments eux- mêmes sur le développement durable. En terme de développement durable, aucune comparaison des performances des différentes solutions envisageables à un problème technique ne semble avoir été envisagée sur une durée de fonction désirée. L’objectif principal de cette thèse est donc, dans une approche pluridisciplinaire, la mise en évidence de l’impact de la durée de vie des produits composants le bâtiment sur le développement durable. L’objectif nécessitera la définition : des indices de développement durable sur lesquels la démonstration s’établit ; d’un élément type du bâtiment, destiné à l’étude, répondant à un cahier des charges fonctionnel précis ; une durée fonctionnelle ; des différentes solutions techniques répondant aux fonctions du cahier des charges ; de l’évolution dans le temps des valeurs des indices retenus sur l’ensemble de la durée de la fonction pour chacune des solutions envisagées ; de l’étude des conditions de la généralisation de l’approche aux autres éléments du bâtiment. Dans une étape finale et compte tenu des résultats, nous chercherons à développer un modèle d’outil ou de module d’outil d’aide à la conception, à la rénovation (40 % des logements ont été construit entre 1945 et 1975) et à la gestion du patrimoine. Celui-ci devra permettre la comparaison de différents choix tech- niques, qu’il s’agisse d’une construction neuve ou d’une rénovation. Il présentera, en fonction de la durée de vie désirée d’un bâtiment, des indications aidant les choix de conception dans l’optique d’une optimisation des performances de développement durable.

Mots clés : développement durable, bâtiment, conception, outil.

Énsa de Toulouse, ED ADES Bordeaux 3

Espaces et territoires

Leila Karimifard, L’espace public, le patrimoine et le renouvellement urbain : l’exemple de Kermân

Dir. : Maurice Goze, prof. des universités Bordeaux 3

Co-dir. : Paulette Girard, maître de conf. Énsa de Toulouse

20 décembre 2011

L’intervention dans les tissus urbains anciens des villes contenant un riche patrimoine est la question principale de cette recherche. Depuis deux décennies les autorités et professionnels de la ville mènent un débat autour des différents concepts et notions du patrimoine en milieu urbain. Cependant, ces débats n’aboutissent pas à un consensus sur des politiques urbaines claires et des modes d’interventions adaptées et ainsi la situation des noyaux historiques des villes de dégrade. Cette recherche propose d’abord une analyse approfondie de cette situation en passant en revue les différentes définitions de la notion de patrimoine et les postures adoptées par les spécialistes et autorités face à cette question, pendant les différentes périodes de l’histoire en Iran. Puis, l’étude de cas de la zone du bazar de Kermân, ville millénaire située sur la route des épices, riche en patrimoine culturelle et historique, permet de comprendre comment et pourquoi les espaces publics, lieux de la mémoire collective sont partiellement conservés alors que les espaces privés sont en état de vétusté avancée. Ainsi, la présente étude apporte une nouvelle définition des valeurs patrimoniales « visibles ou invisibles », avec l’objectif d’un renouvellement approprié permettant la continuité et la transmission aux générations futures, et des propositions pour prendre en compte les aspirations des habitants face à leur patrimoine local. Cette thèse introduit et définit le phénomène du « Vaqf » (donation pieuse) question très importante dans l’espace public de Kermân.

Mots clés : patrimoine, valeur visible, valeur invisible, continuité, espace public, renouvellement, coopération, Vaqf (donation pieuse).

ED TESC

Espaces et territoires

Uyen Bui To, Transposition des démarches d’élaboration de quartiers durables dans le contexte du Vietnam contemporain

Dir. : Pierre Fernandez, prof. Énsa de Toulouse

Co-dir. : Frédéric Bonneaud, prof. Énsa de Toulouse

5 juillet 2012

L’évolution de l’aménagement urbain s’oriente actuellement vers la démarche du développement durable. C’est à travers les projets à l’échelle locale – les quartiers durables –que sont initiées et appliquées les politiques des collectivités en la matière. Le nombre croissant et la diversité de ces opérations reflètent toutefois un manque d’études sur l’approche et le processus d’élaboration propre à cette échelle du quartier ainsi que la question de l’adaptation de la démarche dans chaque contexte urbain. À partir de ce constat, nous avons défini le sujet central de notre recherche comme le croisement et l’intégration de la notion de la durabilité dans la complexité des contextes locaux. Notre approche s’appuie sur un regard transversal et croisé des thématiques interdisciplinaires du développement durable en insérant les questionnements propres à la conduite des projets architecturaux et urbains. Notre principal objectif est de contribuer à une base de réflexion synthétique pour l’aide à la décision et la programmation des projets de quartiers, avec le cas d’étude de la ville d’Hanoï. Nous mettons en place une approche systémique sous forme de grilles d’analyse multicritères génériques pour l’évaluation des projets de quartiers durables. Nous proposons des recommandations et des préconisations par une analyse croisée des expériences européennes du domaine, en vue d’une démarche opérationnelle de l’élaboration des quartiers durables. Il s’agit d’un travail de référence permettant d’actualiser et d’enrichir les connaissances sur les dispositifs architecturaux et urbains durables adaptés aux contextes des villes des pays émergents comme le Vietnam.

Mots-clés : Quartiers durables, aide à la décision et à la programmation, grille d’analyse multicritère, pays émergents, Hanoï.

Productions de savoir

Chen BAO, Écrire l’idée [Xie-Yi] : entre l’écriture idéographique et l’écriture architecturale

Dir. : Pierre Fernandez, prof. Énsa de Toulouse

Co-dir. : Daniel Estevez, maître assistant Énsa de Toulouse

5 juillet 2012

Un bâtiment ne parle pas, mais il communique d’une autre manière des messages qui sont le reflet des idées des architectes. Si l’architecture est un langage, si elle est une « écriture d’idées », alors comment rendre l’idée visible ? Comment peut-on, dans un sens métaphorique, faire parler un bâtiment ? Nous proposons alors une hypo- thèse analogique : « Si le bâtiment parlait alors il parlerait chinois ? ». Cette hypo- thèse oriente nos recherches vers l’étude des rapports entre langage architectural et langage naturel. À l’intérieur de ce champ interdisciplinaire, l’écriture graphique et idéographique chinoise devient notre objet référentiel. Les caractères chinois unifient la forme et le sens en même temps, ils proposent une figuration des idées fondée sur le système idéographique. De par sa logique combinatoire et ses procédés rhétoriques, le processus de figuration des caractères chinois est un processus de transformation de formes simples vers des formes complexes, passant de significations limitées à des significations riches. Ce processus de conception de caractères montre également une série de schèmes idéographiques qui pourrait constituer un système méthodologique de sémantisation pour la représentation architecturale. Ainsi, l’écriture idéographique et l’écriture architecturale, pris comme deux processus de figuration peuvent parallèlement se comparer, et l’écriture idéographique pourrait proposer un outil conceptuel pour l’écriture architecturale. Il s’agit d’examiner un nouveau modèle linguistique qui pour- rait être utile pour la conception de l’architecture contemporaine.

Mots-clés : langage architectural, représentation architecturale, sinogramme, perception, conception.

LADRHAUS, Laboratoire de Recherche Histoire Architecturale et Urbaine - Sociétés, puis LÉAV, Laboratoire de l’École d’Architecture de Versailles, Énsa de Versailles, Université de Versailles St-Quentin-en- Yvelines, ED Cultures, Régulations, Institutions et Territoires (CRIT)

Histoire de l’architecture

Élise Kœring, Eileen Gray et Charlotte Perriand dans les années 1920 et la question de l’intérieur corbuséen. Essai d’analyse et de mise en perspective

Dir. : François Loyer, dir. de recherche CNRS

8 avril 2010

1929. La créatrice irlandaise Eileen Gray et l’architecte roumain Jean Badovici achèvent l’édification de leur grand œuvre : la villa E 1027. La même année, Le Corbusier, Pierre Jeanneret et Char- lotte Perriand dévoilent au public parisien et à l’élite internationale le résultat de leurs recherches sur le mobilier en tubes d’acier et le rangement standard : l’« équipement intérieur d’une habitation ». Deux collaborations, deux propositions tenues de résoudre la question de l’intérieur moderne. La thèse se propose d’étudier, et d’analyser en les confrontant, l’œuvre de Charlotte Perriand et d’Eileen Gray dans les années 1920, années au cours desquelles elles tentent de définir une nouvelle manière d’habiter et de dépasser leur pratique de décoratrice pour penser en architecte. Une analyse qui se donne pour objectif de replacer les deux créatrices dans leur contexte artistique, tout en mettant fortement en lumière la réflexion corbuséenne en matière de mobilier et d’aménagement intérieur.

Mots clés : Le Corbusier, Ch. Perriand, Eileen Gray, Jean Badovic, mobilier métallique, ensembles, années 1910, années 1920, Villa E 1027, Salons des Artistes décorateurs, Salons d’Automne, Art Déco, nouvelle manière d’habiter, nouveaux matériaux, corps, femme, architecture moderne, Maurice Dufrêne, Francis Jourdain, Robert Mallet-Stevens, Djo-Bourgeois, Pierre Chareau, Pierre Legrain, Bruno Paul, Gerrit Rietveld, De Stijl, Weissenhof, Adolf Loos, Union des Artistes Modernes, Paulette Bernège, taylorisme domestique, homme nouveau, homme vivant.

Alexis Markovics, L’immeuble de rapport posthaussmannien à Paris : la production exemplaire, ordinaire et commerciale d’Albert Sélonier (1858-1926), architecte

Dir. : François Loyer, dir. de recherche CNRS

23 juin 2010

Entre 1893 et 1926, Albert Sélonier a dessiné deux cent douze immeubles de rapport à Paris. Sans diplôme et issu d’un milieu modeste, il représente une catégorie professionnelle qui se consacre spécialement au marché du logement. Nés à la faveur d’opérations de lotissements, ces immeubles prouvent que les modes d’occupation des terrains sont autant fonction des règles d’hygiène que des objectifs commerciaux. L’immeuble est un type architectural fortement modélisé, dont le plan dépend de la structure bâtie. La gamme des loyers, en fonction des quartiers, des surfaces et des niveaux de prestation, montre une grande amplitude. C’est même le potentiel locatif d’une parcelle qui en détermine la valeur foncière. Avec le coût au mètre superficiel, le coût de construction, la valeur immobilière et le revenu du capital investi, on parvient à démontrer le caractère compétitif de ces immeubles destinés à loger une bourgeoisie moyenne. Conçus en fonction des usages de la vie pari- sienne, les appartements reproduisent les partitions habituelles : entre jour et nuit, réception et services. Ces parties sont reliées par des circulations hiérarchisées et différenciées : l’appartement se présente comme une addition de pièces décorées en « style Louis », à l’usage strictement défini, reliées par des couloirs, des antichambres et des galeries, et séparées par des portes ouvertes ou fermées, en fonction des rituels du jour et de la nuit. Pour ce qu’ils ont d’ordinaires, les immeubles d’Albert Sélonier apparaissent comme représentatifs de la production posthaussmannienne dont les caractères hérités se perpétuent après 1918.

Mots clés : Albert Sélonier, immeuble d’habitation, immeuble de rapport, immeuble à appartements, lotissement, post-haussmannisme, Paris, France, XIXe siècle, XXe siècle.

Philippe Grandvoinnet, Histoire des sanatoriums en France (1915-1945). Une architecture en quête de rendement thérapeutique

Dir. : Anne-Marie Châtelet, prof. Énsa de Strasbourg

Co-dir. : Bruno Reichlin, prof. université de Genève

29 juin 2010

Le traitement de la tuberculose pulmonaire dans les sanatoriums a été élaboré en Allemagne et en Suisse durant la seconde moitié du XIXe siècle. Appliquée aux militaires tuberculeux pendant la Première Guerre mondiale, cette méthode de cure a été officialisée en 1919, en France, par la loi Honnorat sur les sanatoriums publics. Sur la base d’un corpus de 150 projets et réalisations, ce travail de thèse interroge l’histoire du développement des sanatoriums et celle de leur architecture à l’aune des expériences antérieures et des prescriptions hygiéniques et techniques formulées après la guerre. Les exigences d’asepsie, de discipline et de surveillance des malades dans les sanatoriums constituent les fondements de ce programme sanitaire et en définissent, en grande partie, les constantes typologiques. Placée sous les auspices des médecins et des architectes, la conception architecturale et technique des sanatoriums rend compte de la volonté constante d’en améliorer le rendement « médico-social ».

Mots clés : sanatorium, architecture, typologie, asepsie, tuberculose, médecine, hygiène, cure climatique.

Christian Morandi, Les nouvelles technologies dans la pratique professionnelle des architectes, 1959-1991. Les « méthodologistes », histoire de trois laboratoires d’informatique dans les écoles d’architecture en France

Dir. : François Loyer, dir. de recherche CNRS

24 mars 2011

Les ordinateurs ont envahi les agences d’architecture. Quelle est l’histoire de l’informatisation des architectes ? En France, durant les années 1960-1970-1980, des architectes engagent des recherches dans des laboratoires qui sont situés en périphérie des écoles d’architecture puis, à partir de 1978 intégrés au sein de ces établissements universitaires. Ces chercheurs français expérimentent des méthodes rationnelles pour concevoir des projets d’architecture, dérivées des Design Methods des pays anglo-saxons. Dans les années 1960 cette approche théorique entre en résonance avec la notion de « fonction architecturale » qui présente l’architecture comme une réponse sociale résultant d’un processus pluridisciplinaire permettant de construire le « cadre bâti ». Dans un premier temps les chercheurs sont confrontés à la complexité de l’explicitation du problème architectural. Ils inventent des programmes informatiques limités dits « d’allocation spatiale », qui répondent à une vision fonctionnaliste de l’architecture. Puis à la fin des années 1970, IPA (Instrumentation pour l’architecte) est créé à Marseille, c’est un des premiers logiciels interactif de CAO français pour l’architecture. Les années 1980 sont marquées par de nombreuses expérimentations afin d’inventer des logiciels « experts » à base de connaissance en architecture. Les avancées du génie logiciel (langage orienté objet), l’apport des sciences cognitives, les progrès du matériel informatique, une politique volontariste au plus niveau politique afin d’informatiser le secteur du bâtiment et des travaux publics, la création d’une recherche architecturale liée à l’enseignement, l’appui de la direction de l’architecture sont les facteurs qui vont donner aux laboratoires informa- tiques des écoles d’architecture la stabilité administrative et les moyens financiers de développer de très riches programmes scientifiques et de produire des logiciels ou des prototypes dans des domaines aussi variés que l’instrumentation des plans d’architecture, la simulation des ambiances ou les « nouvelles images ».

Mots clés : laboratoires d’informatique, informatisation des architectes, méthodes, conception informatisée,

CAO-DAO, enseignement, recherche architecturale, CERMA, CIMA, GAMSAU, recherche institutionnalisée, CORDA, transfert de la recherche

Frank Rambert, Routes et jardins, les cimetières britanniques de la Grande Guerre sur le front ouest

Dir. : Philippe Potié, prof. Énsa de Versailles

30 janvier 2012

1914-1918. Pendant toute la durée de la guerre, les Britanniques ont établi le long de la ligne de front des cimetières qui ont été maintenus là où ils ont été implantés. Il y en a 967 qui dessinent encore la ligne de front aujourd’hui disparue. Ces cimetières sont tous différents par leur dessin mais tous semblables parce que constitués des mêmes éléments. Clos par une murette, il y a une croix et s’ils sont suffisamment grands, une grande pierre et un abri pour les visiteurs. Il y a une stèle pour chaque soldats, toutes identiques quelques soient les nationalités, les classes sociales, les religions, les grades. Un gazon, des fleurs, des arbres font de ces cimetières comme des jardins clos au milieu de la campagne. Comme jardins, ils sont à l’image de l’Angleterre, ils sont comme autant d’ambassades qui marquent et prennent possession d’un territoire qui n’est pas le leur. Par cela ils marquent la conquête d’un territoire. Comme lieux de sépultures maintenus et marqués d’autant de stèles qu’il y a de soldats morts, par la conservation des corps, ils assurent la conservation d’un territoire de guerre qui eut disparu sans ce geste d’appropriation. Ainsi ces jardins clos apparaissent comme autant d’empreintes sur une terre étrangère. Empreinte par leur dissémination, par leurs ressemblances, parce qu’ils sont issus d’un même moule à l’image de l’île mère. Nous évoluons sur une terre marquée d’empreintes ; de celles enfouies, laissées par la guerre, à celles révélées des cimetières et nous voulons savoir comment cela fabrique le territoire de l’homme. L’homme marque ses territoires avec la conscience que ces choses lui survivront et que c’est cela qu’il désire.

Mots clés : cimetière britannique, empreinte, enclos, jardin, territoire, stèle, pierre, arbre.

Karine Thilleul, Les maisons industrialisées métalliques pour le plus grand nombre : conception, fabrication, réception

Dir. : Jean Castex, prof. émérite des universités

14 septembre 2012

La problématique de cette recherche est centrée sur les maisons industrialisées métalliques, appréhendées comme un objet représentatif des relations entre concepteurs innovants et grand public. La méthodologie utilisée interroge les parcours de projets de plusieurs maisons industrialisées, depuis leur genèse jusqu’à leur réception, en passant par leur fabrication et leur promotion. Quelles sont les stratégies commerciales choisies par les concepteurs d’avant-garde pour vendre des produits innovants ? Quels médias utilisent-ils ? Dans quelle mesure les moyens de communication utilisés, images et langages, influencent-ils la réception par le grand public ? La première partie de cette thèse aborde de manière concrète la question de la communication à travers trois cas parti- culiers de concepteurs. Ferdinand Fillod, Jean Prouvé et Robert Anxionnat ont en commun leur principal lieu d’exercice, la Lorraine, région marquée par les deux guerres mondiales et par l’industrie sidérurgique ; tous trois se sont essayés avec plus ou moins de succès à l’autoproduction ; tous trois ont conçu et réalisé des maisons préfabriquées métalliques. L’étude de leurs parcours permet d’aborder une large partie du XXe siècle, de 1928 à 1973, dates extrêmes de réalisation des projets étudiés. La seconde partie propose différentes analyses transversales du corpus afin d’apporter des éléments de réponse aux questions fondamentales posées par la problématique.

Mots clés : maison industrialisée métallique, préfabrication, Ferdinand Fillod, Jean Prouvé, Robert Anxionnat.

  • Logo Éditions du patrimoine
  • OpenEdition Journals