Navigation – Plan du site

AccueilRubriquesActualités de la recherche2022Nina Mansion-Prud’homme, Archives...

2022

Nina Mansion-Prud’homme, Archives d’architectes en France. 1968-1998. Jeux d’acteurs et enjeux historiographiques autour de l’Institut français d’architecture

Compte-rendu de thèse
Hanna Sorsa-Sautet

Texte intégral

  • 1 Catherine Chevillot (dir.), Colonnes bulletin de liaison du réseau des archives d’architecture cont (...)

1Écrire l’histoire de l’architecture, développer son enseignement et renouveler les approches architecturales et urbaines, paraissent difficiles à concevoir sans utiliser des sources archivistiques. Depuis les années 1980, l’actuel Centre d’archives d’architecture contemporaine, créé par l’Institut français d’architecture, est un élément clé pour comprendre la complexe mise en œuvre d’une politique des archives d’architecture1. La thèse de Nina Mansion-Prud’homme illustre, à travers ce prisme, comment l’histoire de l’architecture est intrinsèquement liée à un contexte politique et institutionnel.

  • 2 Nina Mansion-Prud’homme, « Les archives d’architecture dans le monde », dans Charlotte Mus, et Hugo (...)
  • 3 Louis Cardinal, Maygene Daniels, Robert Desaulniers, David Peyceré, Cécile Souchon, Andrée van Nieu (...)
  • 4 Nina Mansion-Prud’homme, « Les archives d’architecture dans le monde », op. cit., p. 17 et 35.
  • 5 Loi du 3 janvier 1979 relative aux archives.

2Nina Mansion-Prud’homme soulève une question essentielle à travers sa thèse : quel est le statut des archives d’architectes ? Elles participent au renouvellement des discours et des objets de l’histoire de l’architecture et à la protection d’un patrimoine architectural contemporain. Les « archives d’architectes » sont définies dans la thèse comme des « documents qui ont été extraits de leur cadre professionnel pour entrer dans celui de l’histoire2 » : documents écrits (correspondance, dossiers de projet, documentation, pièces de comptabilité, fichiers de personnel, etc.) et graphiques (dessins, plans, maquettes, photographies, etc.)3. L’expression « archives d’architectes » n’est utilisée que depuis la reconnaissance de l’existence et de leur valeur à partir du début des années 19704. Les documents écrits et graphiques produits par des architectes ne sont soumis à aucune obligation de conservation par son auteur comme par l’institution publique, mais sont reconnus comme pouvant intégrer les collections publiques grâce à la création d’un statut pour les archives d’origine privée5.

  • 6 Nina Mansion-Prud’homme, « Les archives d’architecture dans le monde », op. cit., p. 627.

3Mansion-Prud’homme nous accompagne pour examiner la fonction et les usages de l’archive d’architecture sous l’angle de l’histoire de la doctrine, que ce soit celle de l’architecture ou celle de l’histoire de l’architecture. L’analyse porte sur rôle de ces institutions dans la conservation, l’écriture et la diffusion de l’histoire de l’architecture. Ces trois décennies déterminantes pour les archives (1970-2000) ont permis la collecte des archives d’architectes. Dans un même temps, un mouvement général de développement de la connaissance sur l’architecture a été nourri par les phénomènes de patrimonialisation et la création d’institutions dédiées à l’architecture, comme les musées. L’émergence de nouvelles générations d’architectes a encouragé l’écriture de nouvelles histoires de l’architecture6. Nina Mansion-Prud’homme exprime son point de vue à ce sujet : « Les archives des architectes ont contribué, en plusieurs temps, à refondre les corpus mobilisés par l’histoire de l’architecture et à faire de l’histoire de l’architecture française ce qu’elle est aujourd’hui. » Toutefois, les archives d’architecture n’ont obtenu le statut de sources et de matériaux primordiaux pour la recherche scientifique qu’à la fin du XXe siècle.

  • 7 David Peyceré n’a pas pu être interviewé dans le cadre de la procédure d’entretien de la thèse mais (...)
  • 8 Nina Mansion-Prud’homme, « Les archives d’architecture dans le monde », op. cit., p. 58.

4Les biographies et l’histoire du domaine des études archivistiques sont souvent aussi ignorées et inexistantes que les archives elles-mêmes. Des documents archivistiques inexploités et des sources orales, recueillis dans le cadre du travail de Nina Mansion Prud’homme, sont totalement inédits. Les sources archivistiques constituent la matière première de cette histoire : les sources écrites proviennent de nombreuses institutions et comprennent plusieurs milliers de documents. Les témoignages oraux sont constitués d’une quinzaine de témoignages des acteurs de l’histoire contemporaine des archives d’architectes. La sélection des personnes interrogées a pour ambition de représenter les différents corps de métiers, et leurs points de vue respectifs sur l’histoire des archives d’architectes et sur leurs effets sur l’écriture de l’histoire de l’architecture : architectes, historiens de l’art et de l’architecture, conservateurs, administrateurs et haut-fonctionnaires. On peut citer, entre autres, trois personnalités grâce auxquelles le Centre d’archive doit son existence actuelle : l’architecte belge Maurice Culot et deux responsables du Centre d’archives, Gilles Ragot et David Peyceré7. Les principaux acteurs politiques, institutionnels et culturels, encore sous-estimés et peu connus, sont enfin analysés, et une lacune en histoire de l’architecture et de l’institution est comblée8

5En analysant les modalités d’émergence et d’institutionnalisation de l’Institut français d’architecture (IFA), nous découvrons la variété des jeux d’acteurs dans le développement des archives d’architectes. Le poids des postures théoriques et des tutelles institutionnelles, notamment avec des acteurs tels que le ministère de la Culture et les Archives de France, les tensions et rôles de protagonistes majeurs sont retracés. La politique de l’architecture rénovée du président de la République Valéry Giscard d’Estaing fait de la création d’un institut de formation et de diffusion de la culture architecturale un des principaux enjeux de ce plan. Cet objectif est atteint en 1979 avec la création de l’Institut français d’architecture. Hélas, le centre d’archives d’architecture et le musée d’architecture cherchent leur statut et profil pendant longtemps, jusqu’en 2015, au moment de la synthèse administrative et programmatique entre la Cité de l’architecture et du patrimoine et le Centre d’archives de la CAPA.

6Ces jeux de rôles complexes autour de la mise en œuvre d’une politique des archives d’architecture sont publiés sous forme d’annales, permettant de présenter une microhistoire institutionnelle. Nina Mansion-Prud’homme retrace une période de l’élaboration d’une politique de conservation des archives des architectes grâce à laquelle l’histoire de l’architecture a pu entreprendre sa rénovation. L’analyse est divisée en trois phases chronologiques : 1968-1980, 1980-1988, 1988-1998. La première période éclaire le début de la reconnaissance de la valeur et de la situation difficile des archives des architectes. Dans la période suivante, Mansion Prud’homme décrit processus d’institutionnalisation de la collecte des archives. Celle-ci est effectuée d’abord via une mission d’archives au sein d’une institution, essentiellement afin de répondre aux rares demandes de consultation de sources quasi inexistantes et pour servir d’argumentation dans un objectif de protection d’un patrimoine en péril. Puis, une lente évolution de la politique d’archives s’opère. La collecte se structure jusqu’à la constitution d’un centre dédié aux archives d’architectes du XXe siècle. Une vraie politique publique et nationale de sauvegarde et de traitement de ces archives s’établit dans le milieu des années 1980. La dissociation progressive entre l’archive et l’histoire, entre le travail de l’archiviste et celui de l’historien se met en place à partir de la mise en œuvre du Centre d’archives en 1988.

7Au moment où l’histoire de l’architecture se construit en tant que champ disciplinaire, le Centre d’archives entre définitivement dans le champ de l’archivistique. La collecte et la conservation des archives des architectes se sont professionnalisées. L’autonomisation et la professionnalisation de la politique de conservation des archives émergent notamment avec l’arrivée des deux responsables successifs du Centre d’archives de l’IFA, en 1984, Gilles Ragot, historien d’art et, en 1995, David Peyceré, conservateur du patrimoine formé à l’école des Chartes.

8Cette thèse a été lauréate du prix de thèse « Valois » Jeunes chercheuses et chercheurs, porté par le ministère de la Culture, le 16 décembre 2020, et du Prix de la recherche de l'Académie d'Architecture en 2021. Ce travail a été mené sous la direction de Gilles Ragot et de David Peyceré et réalisé dans le cadre d’un contrat doctoral en histoire de l’art à l’université Bordeaux-Montaigne et coencadré par l’école du Louvre.

Haut de page

Bibliographie

Nina Mansion-Prud’homme, « Les archives d’architecture dans le monde » dans Charlotte Mus, et Hugo Massire (dir.), Papiers et pixels : collecter, conserver, étudier l’archive d’architecture, Presses universitaires François-Rabelais (Villes et territoires), 2021, 178 p.

Catherine Chevillot (dir.), Colonnes bulletin de liaison du réseau des archives d’architecture contemporaine n° 37 « Le Centre d’archives d’architecture contemporaine », Cité de l’architecture et du patrimoine/Centre d’archives d’architecture contemporaine, octobre 2021, 67 p.

Louis Cardinal, Maygene Daniels, Robert Desaulniers, David Peyceré, Cécile Souchon, Andrée van Nieuwenhuysen, Manuel de traitement des archives d’architecture XIXe-XXe siècles, Conseil international des archives, Paris, 2000, 144 p.

Haut de page

Notes

1 Catherine Chevillot (dir.), Colonnes bulletin de liaison du réseau des archives d’architecture contemporaine n° 37 « Le Centre d’archives d’architecture contemporaine », Cité de l’architecture et du patrimoine/Centre d’archives d’architecture contemporaine, octobre 2021, p. 2.

2 Nina Mansion-Prud’homme, « Les archives d’architecture dans le monde », dans Charlotte Mus, et Hugo Massire (dir.), Papiers et pixels : collecter, conserver, étudier l’archive d’architecture, Presses universitaires François-Rabelais (Villes et territoires), 2021, p. 18.

3 Louis Cardinal, Maygene Daniels, Robert Desaulniers, David Peyceré, Cécile Souchon, Andrée van Nieuwenhuysen, Manuel de traitement des archives d’architecture XIXe-XXe siècles, Conseil international des archives, Paris, 2000, p. 21-23.

4 Nina Mansion-Prud’homme, « Les archives d’architecture dans le monde », op. cit., p. 17 et 35.

5 Loi du 3 janvier 1979 relative aux archives.

6 Nina Mansion-Prud’homme, « Les archives d’architecture dans le monde », op. cit., p. 627.

7 David Peyceré n’a pas pu être interviewé dans le cadre de la procédure d’entretien de la thèse mais ces témoignages recueillis au cours de discussions au cours de ce travail ont été pris en compte.

8 Nina Mansion-Prud’homme, « Les archives d’architecture dans le monde », op. cit., p. 58.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hanna Sorsa-Sautet, « Nina Mansion-Prud’homme, Archives d’architectes en France. 1968-1998. Jeux d’acteurs et enjeux historiographiques autour de l’Institut français d’architecture »Les Cahiers de la recherche architecturale urbaine et paysagère [En ligne], Actualités de la recherche, mis en ligne le 25 mai 2022, consulté le 08 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/craup/10223 ; DOI : https://doi.org/10.4000/craup.10223

Haut de page

Auteur

Hanna Sorsa-Sautet

Hanna Sorsa-Sautet est archiviste d’origine finlandaise. Après des études basées sur la recherche sur le paysage (université de Turku en Finlande, École nationale supérieure de paysage) et sur la conservation du patrimoine (université Paris 8), elle s’est occupée d’archives d’architecture, d’urbanisme et de paysage à Helsinki et à Paris. Aujourd’hui, elle est spécialisée dans les archives de paysagistes. Voir notamment NELA, Network of European Landscape Architecture Archives, [en ligne] [http://larchiv.at/en/international/].

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search