Navigation – Plan du site

AccueilDossiers15Torre David au Venezuela : récits...

Torre David au Venezuela : récits sur fond de politiques publiques menées par le gouvernement d’un « État magique »

Torre David in Venezuela: Narratives against the Backdrop of Public Policies Conducted by the Government of a “Magic State”
Yaneira Wilson

Résumés

De Hugo Chávez à Nicolás Maduro, le Venezuela a engagé depuis 1999 un ensemble de réformes désignées sous le nom de « révolution bolivarienne ». Dans ce cadre, nous nous intéressons à explorer la production de la Grande Mission Logement Venezuela (GMVV) et le cas de l’invasion de la Torre David squattée en 2004 par un premier groupe de sans-abri. Les principales questions : comment l’État « magique » avec sa dépendance historique aux ressources pétrolières peut-il viser une solution aux problèmes de logements rencontrés par la société ? Désossée, abandonnée, toujours saillante, la Torre David est passée d’icône de la modernité à l’écriture d’un avenir « incertain » dans laquelle la société vénézuélienne est plongée. En 2022, la Torre symbolise encore une crise latente qui perdure sans donner d’indices sur son cours final.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Yaneira Wilson, « Le logement social au XXIe siècle au Venezuela : l’État après la catastrophe », (...)

1Hugo Chávez est élu président de la République le 6 décembre 1998, marquant un revirement politique au sein du pays. Son élection porteuse d’espoirs est soutenue par des attentes fortes de la population en matière de transformation sociale, qu’il s’agisse de la résorption de la pauvreté, des inégalités économiques et des injustices sociales. Le 15 décembre 1999, le pays, sujet à de nombreux événements climatiques (fortes pluies, inondations et glissements de terrain, sécheresses, tremblements de terre), est marqué par la « tragédie de Vargas », présentée comme « le jour où la montagne avança jusqu’à la mer ». C’est l’une des catastrophes climatiques les plus marquantes des trente dernières années. Les attentes électorales initiales amplifiées par les conséquences sociales de ce drame amènent le gouvernement à engager rapidement une série de réformes, connue sous le nom de « révolution bolivarienne ». À partir de 2003, le pays voit les programmes de ses anciennes politiques publiques démantelés au profit de nouveaux dispositifs, les « missions », qui, de l’agriculture au logement, en passant par l’éducation et la santé, développent des stratégies de lutte contre la pauvreté pour répondre à l’urgence sociale en dehors des cadres ministériels, et remédier aux lenteurs administratives comme à la faible réactivité des gouvernements précédents1. Dans ce contexte géographique, politique et social, Chávez propose, en 2004, la Mission Habitat, préambule de ce qui deviendra en 2010 un programme de construction massive de logement social au niveau national, la Grande Mission Logement Venezuela (GMVV), avec l’ambition de produire 5 millions de logements d’ici 2025.

  • 2 Plan régional d’aide pour les réfugiés et les migrants (RMRP) par le Haut-Commissariat des Nations (...)

2En 2011, ce scénario politique est bouleversé par le cancer de Chávez. D’abord considéré comme un secret d’État, son état de santé est révélé après qu’il a suivi un traitement à Cuba, jusqu’à être même surmédiatisé durant la campagne présidentielle de 2012. Dans l’incapacité de terminer son mandat en 2013, il choisit son successeur : le ministre des Affaires étrangères de l’époque, Nicolas Maduro Moros, toujours au pouvoir en 2022 après sa réélection pour un second mandat (2019-2025). Au fil des années, le pays plonge dans une tourmente politique et géopolitique, à laquelle s’ajoute une crise économique liée à la chute des cours du pétrole en 2014, l’économie vénézuélienne dépendant largement de cette ressource. Entre 2012 et 2018, l’inflation explose et le PIB diminue de deux tiers, tandis que plus de 6,8 des 32 millions de Vénézuéliens émigrent, selon le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés2. En 2022, le pays est encore aux prises avec une grave crise généralisée, amplifiée en 2020 par les sanctions économiques du gouvernement Trump.

3Au cours de cet article, nous croiserons les faits historiques, politiques, géographiques et urbains autour du centre d’affaires abandonné, la Torre Confinanzas, devenue la « Torre David », le plus haut squat vertical d’Amérique du Sud. Si cet édifice a été dans les années 2000 l’une des icônes de la modernité de la ville de Caracas, il est devenu aujourd’hui l’icône d’un habitat informel, à l’abandon, le symbole d’un paysage urbain délabré, à l’image de la situation économique du pays. D’abord squattée en 2004 par un premier groupe de sans-abris, la tour suit, jusqu’en 2013, un processus de bidonvilisation verticale ; cette même année, il est estimé qu’environ 4 000 personnes vivent au sein du complexe d’immeubles. Depuis 2015, la Torre David est vide, complètement délabrée, laissée en l’état par le gouvernement, qui a relogé sa population dans une opération GMVV hors du centre-ville. Depuis le début de la révolution bolivarienne, la stratégie d’État propose une réécriture de l’histoire récente du Venezuela, qu’il colporte à travers un discours révolutionnaire pour mettre en scène ses politiques publiques et visions sociétales. Ce récit bolivarien à destination des plus pauvres stigmatise aussi les opposants, l’impérialisme nord-américain en première ligne. Dans son entreprise, le gouvernement n’a de cesse d’exprimer son empathie envers le peuple cubain et les puissances « alliées » que sont la Russie et la Chine. Il a même entrepris de modifier le drapeau et les armoiries du pays, et de le renommer « République bolivarienne du Venezuela ». Dans l’espace urbain, les édifices et places des nouvelles constructions par l’État bolivarien ont été baptisés des noms de personnages révolutionnaires, penseurs et héros qui ont combattu et promu l’unité latino-américaine : Bolívar, Chávez, Sucre, Abreu e Lima, Artigas, Neruda, Argelia Laya, Luisa Cáceres de Arismendi. Les partisans du gouvernement affirment qu’il est opportun et cohérent d’effacer l’histoire coloniale pour valoriser la résistance autochtone.

4Notre hypothèse part du principe que les paysages urbains actuels représentés par la Torre David vide et la production massive de logements sociaux de la GMVV reflètent la crise politique, sociale et économique que traverse le pays. Plus encore, le processus d’appropriation de ce complexe privé, la Torre David, par les habitants, puis leur expulsion et leur relogement par le gouvernement, jusqu’à l’abandon actuel de la tour, témoignent de l’impuissance économique du pays, malgré les enjeux politiques énoncés. Nous utiliserons le principe de narrativité qui reconnaît la possibilité à chaque habitant de développer un récit exprimant sa capacité à maîtriser son environnement3. Versant pragmatique de la notion d’appropriation, le principe de narrativité s’attache à ce qui permet de s’identifier, c’est-à-dire de « prendre place4 ». Plus largement, il s’agit de comprendre l’empilement des récits à travers les initiatives populaires, mais aussi de saisir les représentations produites par les décisions institutionnelles et les acteurs de la ville. Ce recueil de témoignages nous mènera ainsi au déchiffrage des nouvelles politiques publiques sociales au Venezuela. Au niveau méthodologique, nous avons constitué un corpus d’images et de documents en lien avec des entretiens non directifs menés lors des visites d’une vingtaine d’opérations, entre 2014 et 2020, auprès de familles occupant la tour puis relogées dans des programmes de la GMVV, ainsi que des rencontres avec les acteurs institutionnels et privés de l’aménagement urbain.

5Comment l’État « magique », ainsi défini par l’historien et anthropologue vénézuélien Fernando Cornoli, lorsqu’il pointe la dépendance historique du pays aux ressources pétrolières, peut-il viser une solution « miraculeuse » aux problèmes rencontrés par la société ? Comment le gouvernement s’appuie-t-il sur l’utilisation des rapports de force entre puissance gouvernementale et population pour construire un discours dit « révolutionnaire » ? La Torre David n’a-t-elle pas glissé de l’icône de la modernité de la ville à celle de l’instabilité et de la précarité du paysage urbain récent ? L’État trouve-t-il un intérêt à conserver cette image d’ancien bidonville vertical afin de mettre en valeur l’architecture populiste de la GMVV ? Pour éclaircir ces questions, nous présenterons trois types des récits : ceux issus des registres académiques de l’histoire et de l’urbanisme de Caracas ; les récits médiatiques, au niveaux national et international ; et les récits performatifs, liés aux promesses gouvernementales « d’un faire advenir par ce qui est dit ». La première partie reviendra sur le développement des quartiers informels au Venezuela durant le siècle dernier, sur l’histoire de la Torre David et les réponses avancées par Hugo Chávez après son arrivée au pouvoir. La deuxième partie s’attachera à l’analyse de la surmédiatisation internationale de cette occupation par les acteurs qui ont mobilisé cette structure urbaine dans leur travail professionnel ou personnel et la relocalisation des habitants hors du centre-ville orchestrée médiatiquement par le gouvernement. Enfin, la troisième partie portera sur la gestion des politiques publiques autour du logement social avec la création de la GMVV, mission gouvernementale productiviste promise aux plus démunis qui a été l’une des solutions proposées aux habitants de la Torre David.

6Depuis des siècles, l’architecture et l’urbanisme sont sollicités pour laisser la trace d’un mouvement politique ou social. Dans cette contribution, les enjeux scientifiques visent à comprendre comment certaines représentations sont liées à une morphologie spécifique d’une ligne de pensée, en l’occurrence la « révolution bolivarienne ». Plusieurs écrivains et historiens de l’architecture ont parlé de « symbole », en reliant le type de bâtiment à une réflexion d’ordre étatique. Certains architectes du mouvement moderne et de l’architecture fonctionnaliste, tel H. Meyer, directeur du Bauhaus de 1928 à 1930, soutenaient une architecture au service du social et de l’économique, où la standardisation dans la production du logement social doit primer sur l’esthétique et l’artistique. Comme l’a formulé Federico Ferrari, l’architecture, depuis ses origines, a toujours été instrumentalisée par des logiques de marketing à des fins politiques, continûment mise en avant et transformée en outil de communication, à certaines périodes, de manière très simpliste, mais qui est pourtant devenue un outil de séduction formidable5. L’intérêt de cette étude est de comprendre l’empilement narratif autour de l’architecture iconique de la tour, de la production de logement social par l’État, mais aussi, les actions collectives et les luttes relatives aux habitants à la recherche de leur droit à vivre correctement en ville6. Ces récits ne sont que l’illustration ou le symptôme de politiques publiques défaillantes tant ils mettent en scène les disparités sociales et alimentent les discours identitaires.

Le temps des barrios 

  • 7  La toponymie faisant l’objet d’une stratégie de réécriture de l’histoire à toutes les échelles du (...)
  • 8  Martín Padrón, « Caracas 1928-1958 : Permanencias y transformaciones morfológicas durante la prime (...)

7La géographie et les épisodes climatiques qui affectent régulièrement le Venezuela ont renforcé l’attention des gouvernements sur les territoires dits « vulnérables », où se situent la plupart des quartiers précaires qui se sont essentiellement développés dans l’agglomération du Grand Caracas et de l’État de Vargas, aujourd’hui rebaptisée « La Guaira7 ». Au milieu du XXe siècle, une explosion démographique et urbaine densifie la ville de Caracas, qui passe de 695 000 à 2 millions d’habitants à la fin des années 1970. Entre 1951 et 1958, le contexte caraquanien se caractérise par une croissance urbaine disproportionnée8, notamment de la ville dite « informelle », qui s’ancre dans la topographie la plus escarpée et les zones abruptes du massif El Avila qui domine la capitale. L’architecte Marco Negrón décrit une période de « schizophrénie » urbaine, pendant laquelle les espaces informels se développent sans contrôle, au détriment d’une ville planifiée.

  • 9 Teolinda Bolívar, Mildred Guerrero, Iris Rosas, et al., Densificación y vivienda en los barrios car (...)
  • 10 Christine Cook, « Human Settlement Patterns in Venezuela: The Contributions of the Formal and Infor (...)
  • 11 Teolinda Bolívar, « Rehabilitación y reconocimiento de los barrios urbanos. Su necesidad y riesgos  (...)

8Depuis les années 1980, de nombreuses études élaborent diverses théories sur les raisons du développement de quartiers d’habitat informel ainsi que leurs caractéristiques et leurs évolutions au Venezuela9. Selon une lecture temporelle, qu’ils soient appelés « bidonvilles » ou « constructions spontanées », ils font partie d’un phénomène transitoire associé à la modernité, c’est-à-dire un sous-produit naturel et complémentaire des processus d’urbanisation10. Or, selon les données d’ONU-Habitat de 2010, dans les pays en développement, les villes absorberont 95 % de la croissance de la population au cours des quatre prochaines décennies. Leur développement informel sera la norme plutôt qu’une exception. Autrement dit, la croissance urbaine deviendra synonyme de prolifération d’habitations informelles, hors de contrôle de l’institutionnel. Si ces logements résultent de l’autoproduction de la part de leurs habitants, ils peuvent aussi figurer comme exemple d’une politique publique de fait, non promulguée par l’État11, car ce dernier ne l’a pas mise en application en temps voulu. Ainsi, l’émergence et la prolifération des quartiers informels peuvent être considérées comme les conséquences d’une absence d’État face à l’urgence du moment dans un domaine qui était de sa responsabilité.

  • 12 Beatriz Meza Suinaga, « Gestión estatal de la vivienda en Venezuela : el Plan Nacional (1951-1955)  (...)

9Dans le même temps, selon un rapport du Banco Obrero (La Banque Ouvrière), il est établi que l’édification anarchique et quelquefois clandestine de ces logements enlaidit l’aspect urbain et constitue une menace pour la morale, la santé et la sécurité des familles qui les occupent et pour la communauté où ils se trouvent (BO GDF, 1954). À partir de cette condamnation des autorités, le mot d’ordre donné au Banco Obrero est d’entreprendre le nettoyage des collines de Caracas de manière expéditive12. Afin de répondre à cette situation, divers dispositifs ont été créés : le Banco Obrero a été le promoteur d’un des programmes les plus importants des années 1950 avec les « superbloques » (fig. 1) édifiés en seulement quatre ans à l’image des grands ensembles français et de l’unité d’habitation de Le Corbusier.

Figure 1. Vue aérienne de l’unité d’habitation Cerro Grande, El Valle

Figure 1. Vue aérienne de l’unité d’habitation Cerro Grande, El Valle

Source : Elisa Silva, Valentina Caradonna, Odette Galavis, CABA  : Cartografía de los barrios de Caracas 1966-2014, Caracas, Fundación Espacio, 2015.

10En 1978, Caracas a connu la plus forte densification de son histoire. La ville change d’échelle et 47 % de la population habitent des excroissances urbaines non planifiées. En 1972, un vaste complexe urbain polyvalent est construit, le Parque Central (Parc central) avec huit bâtiments de 44 étages et 120 mètres de haut qui doivent abriter 20 000 habitants, ainsi que deux tours de bureaux de 59 étages et 225 mètres de haut accueillant une population active de 10 000 personnes. Jusqu’en 2003, elles ont été les plus hautes tours en béton armé d’Amérique latine, une référence incontournable dans les études sur le logement social et sur la trame urbaine de la ville de Caracas.

Figure 2. Une architecture moderne : les plus hautes tours en béton armé du Parque Central à droite et la Torre David à gauche

Figure 2. Une architecture moderne : les plus hautes tours en béton armé du Parque Central à droite et la Torre David à gauche

Vue depuis l’Institut métropolitain d'urbanisme Taller Caracas.

© Yaneira Wilson, 2018

  • 13 Lors de la diffusion de l’émission « Aló Presidente » en février 2010. Cette émission a été filmée (...)

11Après les diverses tragédies historiques et notamment la « tragédie de Vargas » en 1999, qui détruisit des dizaines de milliers de logements, l’urgence de fournir des logements décents aux victimes a amené le gouvernement bolivarien de Chávez, à mettre en place, en 2002, des campagnes sociales et territoriales. Avant de créer le « socialisme du XXIe siècle » en 2006, Chávez lance une série de politiques publiques avec des instruments d’actions arbitraires guidés par un mot d’ordre, l’expropriation, qui conduit à un processus massif de nationalisation des terrains inoccupés ou abandonnés. Ces orientations permettent notamment la production des opérations GMVV de manière assez expéditive, sur toutes les parcelles vides du centre-ville de la capitale mais aussi sur des terrains éloignés de Caracas suffisamment vastes pour accueillir un grand projet. De même, elles amènent la création des « missions » qui se définissent comme la mise en œuvre de politiques sociales au sein des barrios populaires, au plus près des citoyens, et extérieures aux administrations préexistantes, se distinguant ainsi des services publics en place. En outre, les missions s’adressent aux « oubliés », les « maltraités » des gouvernements précédents. Cette nouvelle orientation politique, soutenue par un discours officiel, favorise l’invasion des bâtiments vides, faisant apparaître dans Caracas les premiers logements informels « verticaux », et notamment la Tour Confinanzas à Caracas, mais aussi la progression continue de nouveaux logements informels construits par des habitants ayant subi différentes violences structurelles dues à l’absence de logements décents. Ainsi, en 2004, tel un effet d’annonce relayé par les médias (télévision et presse), Chávez demande explicitement à la population la plus démunie d’identifier les terrains vagues, les bâtiments vides et les zones inutilisées et de « récupérer » ces espaces afin de remédier au déficit de millions de logements dans le pays13.

Habiter le bidonville le « plus haut de la planète14 »

  • 14 Yaneira Wilson, « La Torre David à Caracas : d’une icône de la modernité à la ruine urbaine et poli (...)
  • 15 Le complexe se compose de six bâtiments : l’Atrium commercial (hall d’entrée et salles de réunion), (...)

En 1990, David Brillembourg, l’un des hommes d’affaires et banquiers les plus fortunés des années 1980, connu à l’époque sous le nom du « Roi David » de la finance vénézuélienne et président du groupe financier Confinanzas, décide de construire un complexe en plein centre des affaires de la capitale. La tour, réalisée par Enrique Gómez Arquitectos Asociados y Brewer Ingenieros S.C. et l’architecte Jorge Landi, accueillera le siège de la Banco Metropolitano et du groupe financier. Le complexe de six bâtiments est en passe de devenir la plus remarquable construction de la capitale vénézuélienne. La vertigineuse Tour A Confinanzas surplombe la ville avec ses 45 étages et 191 mètres de haut ; elle est le troisième plus haut bâtiment du pays et le huitième en Amérique latine15. Le gratte-ciel recouvert de verre est situé sur l’avenue Andrés Bello, dans la zone de La Candelaria. Il côtoie le célèbre centre commercial Sambil, qui a également été occupé par des familles démunies. Dans les années 1990, la démocratie vénézuélienne, en place depuis quarante ans, connaît de graves problèmes de corruption au plus haut niveau, et doit faire face à une stagnation économique générée par sa dépendance à la « rente » pétrolière. En 1989, la plus importante révolte urbaine de l’histoire récente du pays, le Caracazo, paralyse le pays. Trois années plus tard, pendant la deuxième présidence de Carlos Andrés Pérez, le militaire Hugo Chávez organise un « coup d’État ». Bien que raté, il marque le début d’une grave crise économique. Le faible prix du pétrole, la perte des réserves internationales, le nouveau contrôle des changes entraînent un chaos financier, politique et social. En 1993, David Brillembourg meurt et, un an plus tard, la construction du complexe est paralysée en raison de la crise bancaire. La propriété du bâtiment est cédée à l’État par l’entité FOGADE (Fonds de protection sociale des investissements et des dépôts bancaires), un institut autonome doté d’une personnalité juridique avec des actifs patrimoniaux indépendants des propriétés de la République.

Figure 3. La Tour Confinanzas, couramment appelée aujourd’hui « Torre David », le bidonville « vertical » le plus emblématique de la ville

Figure 3. La Tour Confinanzas, couramment appelée aujourd’hui « Torre David », le bidonville « vertical » le plus emblématique de la ville

À droite, les panneaux en verre de la façade d’origine sont remplacés par la brique rouge caractéristique des quartiers informels.

© Daniel Schwartz, 2011-2012
Source : Alfredo Brillembourg, Hubert Klumpner, Torre David: informal vertical communities, Zurich, Lars Müller, 2013.

12Propriété de l’État, toujours à l’arrêt dans sa construction à cause de la crise financière, la tour est d’abord squattée en 2004 par un premier groupe de personnes sans abri, avant d’entrer dans un processus de bidonvilisation verticale entre 2007 et 2013. Les 4000 habitants de la tour sont rassurés par les annonces gouvernementales prônant l’invasion des espaces vides, comme s’ils se sentaient protégés ou couverts par l’institution, et entreprennent l’organisation d’un quotidien de quartier « en verticale ». À l’époque, certains occupants ouvrent des commerces, un coiffeur, un marchand de glaces, des bodegas, un cybercafé, deux boutiques de couture, un salon de coiffure, une salle de sport mais aussi des bibliothèques, un terrain de basket et une église baptiste. Ils créent également une coopérative d’habitation (Caciques de Venezuela, R.L.) pour légaliser la gestion des services d’eau et d’électricité. La porte d’entrée de la tour est surveillée jour et nuit, et des passes numérotés sont distribués aux visiteurs. Les familles s’organisent pour le nettoyage des communs, couloirs et escaliers, pour la sécurisation de l’édifice et la circulation intérieure. Une rampe d’accès en béton est aménagée jusqu’au dixième étage pour les motos-taxis qui assurent le transport des habitants et la livraison des courses. Durant neuf ans, les occupants investissent les espaces avec des matériaux mobilisés dans les constructions informelles (briques rouges, tôles, bâches…). C’est donc une vie de quartier qui s’invite dans la tour, où se rencontrent services de proximité et sécurité des habitants. Porté par un modèle d’autogestion, le collectif formé par les habitants parvient à faire converger les déterminations individuelles pour rendre vivable un environnement qui ne l’a pas toujours été. Dans le documentaire Torre David-Gran horizonte, de Urban-Think Tank (2015), les habitants témoignent se sentir mieux et plus en sécurité dans ce quartier vertical que dans la configuration classique du quartier informel :

Ici, dans la tour, nous avons des « badges » d’accès et tout le monde ne peut pas entrer comme dans les barrios, ici, nous avons plus de contrôle.
J’ai écrit à Chávez une lettre pour qu’il fasse la même chose qu’ici au Parc Central [projet mentionné plus haut et qui montre la bonne connaissance des habitants de la zone], c’est-à-dire qu’ici nous avons tout ce dont nous avons besoin, des logements et des commerces, nous vivons et travaillons… J’attends toujours sa réponse [sourire].
J’ai tout perdu, l’eau a tout emporté et donc, avec beaucoup d’efforts, nous nous sommes organisés et nous avons construit tout ça, ici nous avons construit notre maison, j’ai cherché les matériaux et j’ai construit cette dalle [dans l’ancienne fosse d’ascenseur de la tour] parce que j’ai trois enfants et j’ai besoin de plus d’espace.

13Ces extraits montrent à quel point la communauté se sent privilégiée, non marginalisée et se différencie des envahisseurs précédents. En effet, la conformation d’identités individuelles et collectives favorise la massification d’organisations et de mouvements sociaux, où l’action collective16 se concentre non seulement sur des demandes spécifiques, mais aussi sur la recherche d’une distinction, d’une reconnaissance17 quelles que soient les formes d’appropriation de l’espace.

  • 18  Lilian Mathieu, « L’espace des mouvements sociaux », Politix, n° 77, 1, 2007, p. 131‑151.
  • 19  Manuel Castells, Luttes urbaines et pouvoir politique, Paris, F. Maspero, 1972.

14Dans notre analyse, ces actions peuvent être lues comme les mobilisations des groupes dominés, exclus, marginaux, producteurs d’une arène singulière où s’expriment des revendications qui ne trouvent pas de solutions dans les organisations institutionnelles. Envisager l’espace des mouvements sociaux comme un univers de pratiques et de sens distinct suppose que ceux qui en font partie ou qui prétendent y participer maîtrisent un ensemble de savoirs et de savoir-faire inhérents à la conduite des actions contestataires18. Si un mouvement social se distingue par ses effets pertinents dans les rapports de pouvoir, il est clair que la problématique des mouvements sociaux urbains a pour axe une articulation entre « luttes urbaines » et « luttes politiques », c’est-à-dire les conditions dans lesquelles une revendication urbaine devient enjeu politique et la façon dont chaque processus spécifique débouche sur un traitement politique distinct19.

Diversité des récits autour la Torre David et l’expropriation de ses habitants

  • 20  « Le Venezuela est le pays le plus violent d’Amérique latine avec 16 506 décès dus à des morts vio (...)

15La Torre David était devenue un sujet d’intérêt de différents médias, et pour certains architectes, le laboratoire d’une nouvelle vie verticale. En 2012, lors de la treizième édition de la Biennale d’architecture de Venise, le prix du Lion d’Or a été remporté par Urban Think Tank pour sa contribution à l’ouvrage et documentaire Torre David-Gran Horizonte (Brillembourg et Klumpner, 2013). Selon les architectes Alfredo Brillembourg et Hubert Klumpner, il s’agissait de mettre en avant la vie interne d’un objet iconique à Caracas, un symbole de pauvreté et d’échec des politiques de logements. Résolument inspirante, la Torre David a été choisie comme décor à la production télévisuelle nord-américaine Homeland (saison III), en 2013, pour développer une histoire chargée de violence dans cet édifice présenté comme un centre du crime, du trafic des drogues et des « narcos » du Venezuela ; la violence y est exacerbée, occultant le versant collectif et d’autogestion dans le fonctionnement du lieu. Si le scénario diffuse une image stigmatisante, il illustre aussi la réalité d’une ville et d’un pays considérés comme des zones violentes, et même parmi les plus dangereuses au monde20. La Torre David symboliserait-elle la conjonction entre violence symbolique, institutionnelle et même urbaine du gouvernement vénézuélien ? Depuis 2015, l’avenir de la tour est entouré d’hypothèses et d’incertitudes, comme le confirment les deux lauréats de Venise, professeurs à l’École polytechnique de Zurich, lors d’un entretien mené en 2018 :

La Torre David a toujours symbolisé, non la mort du capitalisme, mais l’objet par excellence qui explique les vingt ans de Chavisme au Venezuela. L’architecture change avec le temps. C’est l’exemple parfait d’un contenant qui reçoit divers symbolismes. Actuellement, il semble que la tour ne peut jouer aucun rôle dans la société du moment. Le gouvernement vénézuélien n’a ni les ressources ni la créativité pour développer un projet cohérent. Ce que la tour symbolise, c’est la forte incertitude et le manque de capacité à faire quoi que ce soit. Récemment, d’importantes fissures sont apparues après le séisme d’août 2018. Ceci indique qu’il faudra engager des dépenses monumentales pour réhabiliter l’édifice. Ce tremblement de terre a déstabilisé la structure et rendu la Torre David extrêmement dangereuse, présentant un risque encore plus grand en centre-ville.

16Bien que le bâtiment ne soit pas sécurisé parce qu’il n’était pas terminé au moment de son occupation informelle, les habitants sont tout de même parvenus à recréer un espace confortable, un nouvel habitat légitimé par eux et pour eux. La dimension publique d’un lieu ne réside pas dans sa condition physique, mais dans les relations sociales qui y sont établies, à savoir, dans le partage collectif ou la pratique de l’endroit.

Figure 4. « Torre David/Gran Horizonte », une « favéla verticale » à Caracas

Figure 4. « Torre David/Gran Horizonte », une « favéla verticale » à Caracas

À gauche © Iwan Baan, 2012. À droite © Daniel Schwartz, 2011-2012.
Source : Alfredo Brillembourg, Hubert Klumpner, Torre David: informal vertical communities, Zurich, Lars Müller, 2013.

17La population en question a été ignorée par les autorités pendant sept ans, jusqu’en 2015, quand le gouvernement décide de vider la tour. Ce regain d’intérêt questionne les raisons qui ont subitement poussé l’État à ordonner son évacuation. En juillet, le gouvernement vénézuélien lance l’opération Zamora, un plan stratégique spécial civico-militaire pour reloger les occupants dans une des villes socialistes de la GMVV située à 72 kilomètres du centre de Caracas. En fin d’année, le transfert des familles est achevé. Selon Ernesto Villegas, ministre de la Transformation révolutionnaire de la Grande Caracas (2013-2015) et directeur à l’époque de l’un des principaux bureaux producteurs de la GMVV, il s’agit d’une « décision humanitaire » argumentant que les conditions de vie de la communauté de la tour sont alors « extrêmement risquées ». Il déclare en 2015 :

Il s’agit d’une très grande communauté avec des caractéristiques très particulières. Il y a près de 1 200 familles, 11 % sont des étrangers, et ils ont un niveau d’organisation impressionnant, ils ont des porte-parole à chaque étage, des coordinateurs… c’est le quartier [bidonville] vertical le plus propre [qui existait]. Une occupation illégale est un passeport pour un logement de la GMVV. Ce n’est pas une expulsion, mais une opération harmonieuse avec la communauté.

18Avec ce récit, les populations se sentent d’abord épaulées, protégées et encouragées à mener des activités jusque-là réprouvées par la loi : elles obtiennent en toute légalité l’appui du gouvernement pour s’approprier un terrain en friche et retrouver une certaine fierté et dignité en bénéficiant d’un toit et d’un droit nouveau sur la ville… Puis, la ligne de conduite du gouvernement change : la réquisition de la tour devient la réponse appropriée à la situation de crise de ses occupants. Omniprésente sur les médias nationaux, l’opération de relogement est pourtant vécue par les habitants, rappelons-le, anciens réfugiés climatiques, comme une expulsion, exigeant de leur part un nouvel effort d’appropriation qui vient renforcer leur sentiment traumatique de vulnérabilité surdéterminé par cette énième relocalisation. Même si le gouvernement présente la production de la GMVV comme une proposition pour combler le manque de logements, leur libre arbitre et leur souhait d’engagement citoyen, voire de représenter le « peuple révolutionnaire », restent bafoués.

  • 21 « Le parkour est l’art du déplacement dans l’espace urbain. C’est une méthode d’entraînement qui pe (...)

19Que se passe-t-il aujourd’hui dans cette tour, cette icône vide, cette carcasse abandonnée de Caracas ? Au cours de nos recherches, nous avons repéré un corpus d’images sur les réseaux sociaux en relation avec un personnage, Carlos Rengifo. Cet athlète vénézuélien de 28 ans, dans sa pratique urbaine du « parkours21 » et du « skywalk », réalise des performances acrobatiques dans et sur des édifices urbains. Il a gravi la Torre David 14 fois, d’abord pendant son occupation, et depuis qu’elle est vidée de toute vie. Relevant sans cesse des défis, repoussant les limites, il ne néglige jamais la préparation de ses sorties, pour limiter les risques et le danger de ses performances toujours plus extraordinaires. Dans la tour abandonnée, il construit un récit, qu’il médiatise sur les réseaux sociaux notamment, qui l’amène, d’une certaine manière, à « prendre place » dans la ville, à travers cette appropriation inédite de l’objet. Reconnu dans sa discipline, Carlos Rengifo démontre, selon le principe de narrativité, sa capacité à saisir son environnement, à le maîtriser. Lors d’un entretien en 2021, il raconte sa dernière expérience :

Entrer dans la Torre signifie traverser la criminalité la plus aiguë et la violence la plus crue de la ville, c’est une expérience unique. Je voulais faire des choses qui sont impossibles pour certaines personnes, ressentir le danger, et c’est pourquoi je continue à le faire. J’aime sentir le silence intense du centre-ville et le vent fort qui vous fait tout oublier. Une fois, nous avions un projet photographique avec huit sportifs, artistes et photographes, et au 45e étage les forces de sécurité sont arrivées, nous disant que nous étions des terroristes. Ils ont appliqué la « psychoterror » et alors j’ai fait quelque chose de très dangereux, simulant que j’allais me jeter dans le vide. À la fin les policiers sont partis, ils avaient peur [rires].

Figure 5. Carlos Rengifo, skywalker

Figure 5. Carlos Rengifo, skywalker

À gauche, Carlos Rengifo suspendu à la base de l’héliport situé sur le toit de la Torre David.
À droite, Carlos Rengifo réalise un triple saut acrobatique sur le bord de la structure abandonnée de la tour avec le Parque Central et le centre-ville de Caracas en arrière-plan.

© Difred Colina. 2019

20Fier d’avoir inversé les rôles en terrorisant les forces de l’ordre, Carlos dit qu’aujourd’hui, il préfère transgresser l’interdit en défiant cet espace plutôt que de subir la violence quotidienne de la ville. Il explique qu’il s’entraîne pendant deux mois avant de monter, et, qu’une fois dans l’édifice, le temps s’arrête. S’évader traduit, selon lui, cette recherche de « sensations » lors de ses déambulations acrobatiques dans cette structure urbaine abandonnée. La dimension publique d’un lieu ne réside pas dans sa condition physique, mais dans les relations sociales qui y sont établies, à savoir, dans le partage collectif ou la pratique de l’endroit.

Figure 6. Façade en verre de la Torre David, avant et après

Figure 6. Façade en verre de la Torre David, avant et après

À gauche, le ministre de la Transformation du Grand Caracas, Ernesto Villegas.

© À gauche, Alba Ciudad, 2015 ; à droite, Yaneira Wilson, 2019

  • 22 Clara Irazábal-Zurita, Irene Sosa and Lee Evan Schlenker, « The High-Rise and the Shack: Rhizomatic (...)

21Abandonnée toujours, la Torre David est devenue une ressource pour certains… depuis treize ans, des voleurs et « pilleurs » dépècent l’édifice en revendant au marché noir des morceaux de façade, en dessous du prix du marché22. Comme l’urbaniste Zulma Bolivar le mentionne dans un entretien réalisé en 2015 2015 à l'Institut métropolitain d'urbanisme Taller Caracas, « ils ont pris l’acier, l’aluminium et tout ce qui avait une quelconque valeur pour le revendre, produisant l’image démembrée que le bâtiment a aujourd’hui ». Alors que la façade disparaît peu à peu, le squelette en béton présente de plus en plus un état dégradé, forgeant un paysage abandonné au cœur de la ville.

  • 23 Federico Ferrari, op. cit.

22« L’architecture, banalisée et simplifiée à des fins démagogiques, peut jouer un rôle décisif dans la construction d’un récit. Il s’agit du pouvoir séducteur de l’image23 ». L’image actuelle de la Torre n’indique-t-elle pas la manière dont le populaire est devenu populiste ? La recomposition imminente de la forme architecturale découle de l’action des nouveaux acteurs qui effacent complètement la chaîne classique. Ce paysage de Caracas, déjà fortement caractérisé par son tissu spontané, est devenu promoteur de la « bidonvillisation verticale » présentée comme la nouvelle icône de l’informalité urbaine. « La Torre » est perçue comme une représentation séduisante, digne d’intérêt pour certains, qu’il s’agisse de sa médiatisation lors de la Biennale d’architecture, de sa réinterprétation par les acteurs de l’aménagement urbain, des fantaisies télévisuelles et des réseaux sociaux.

  • 24 Bruno Zevi, Apprendre à voir l’architecture, Paris, Les Éditions de Minuit, 1959.

À l’échelle urbaine, tous les problèmes deviennent infiniment plus confus et inintelligibles, du fait de la coprésence de valeurs poétiques, littéraires et prosaïques, de la superposition d’images différentes et contrastées, et des doutes sur la paternité de ces images. Les contenus prennent des formes multiples, la lecture des représentations est inaccessible et tortueuse24.

23L’analyse de Bruno Zevi nous amène à penser la Torre David et le paysage urbain qu’elle donne à voir aujourd’hui comme la trace d’une représentation architecturale confuse. Selon l’auteur, s’il y a généralement moins de conscience urbaine qu’architecturale, et que l’historiographie de la ville et des paysages est plus pauvre et moins développée et donc, dans certains cas, plus attrayante, cette nouvelle façade, toute aussi informelle que du temps de l’occupation de l’édifice, exemplifie ces empilements de représentations et de récits, générant une intrigue et une lecture difficile de ce qu’elle incarne dans l’ici et maintenant.

L’État magique vénézuélien, les quartiers de la GMVV comme dénouement de l’histoire de la Torre David

24Michel Foucault nous rappelle que l’État naît dès lors qu’il se présente en protecteur : un « je vous protège » garantit sous diverses formes la protection de sa population. Au Venezuela, cette figure d’un gouvernement bienfaiteur a été incarnée par Hugo Chávez, perçu comme une tutelle divine et désignée, un « commandant héros éternel » même après sa mort. Selon le sociologue Edgardo Lander et en accord avec l’écrivain José Ignacio Cabrujas :

  • 25 Edgardo Lander, « El Estado mágico sigue ahí Las continuidades y rupturas en la historia del petroe (...)

L’apparition du pétrole au Venezuela a créé une sorte de cosmogonie : la richesse pétrolière avait la force d’un mythe. Grâce au pétrole, il était possible de passer rapidement du retard au développement spectaculaire. Dans ces conditions, la notion d’État providentiel apparaît comme sortie d’un chapeau de prestidigitateur, l’État comme un sorcier magnanime capable de réaliser le miracle du progrès25.

  • 26 À partir de 2014, le statut a été modifié : « Grande Mission Nouveau Quartier, Quartier Tricolore »

25Pour le gouvernement bolivarien, l’argent du pétrole coule à flots et les rentes de l’or noir soutiennent le lancement des missions bolivariennes. Malgré le contexte politique instable, suite à une tentative de coup d’État en 2002, une longue grève pétrolière en 2002-2003 et une campagne pour un référendum sur sa révocation à mi-mandat (2004), avec des sondages qui annoncent sa défaite, Chávez, toujours installé au pouvoir, lance en 2009 la Mission Barrrio Nuevo Barrio Tricolor (« Mission Nouveau Quartier, Quartier Tricolore26 ») qui vise la transformation intégrale des nombreux quartiers précaires ou bidonvilles existants. En guise de fer de lance, la Mission Habitat annonce les débuts, en 2010, de la Grande Mission Logement (GMVV : Gran Misión Vivienda Venezuela), destinée aux familles les plus défavorisées, et qui constitue sans doute la plus ambitieuse des missions bolivariennes.

  • 27 « Testimonio y responsabilidad ante la historia », Aporrea [En ligne], 18 juin 2014.

26En 2011, selon la Chambre vénézuélienne de la construction (Cámara Venezolana de la Construcción, CVC), « il manque au moins deux millions de logements dans ce pays de 28,8 millions d’habitants ». Dans un scénario politique bouleversé par son cancer, Chávez présente alors un « Plan de la Patria », dans lequel s’inscrit ce programme de construction massive de logements, avec l’objectif de construire 3 millions de logements sociaux sur l’ensemble du territoire national en dix ans, soit 300 000 par an. Le parc immobilier national est évalué à l’époque à 8,2 millions de logements. Cette planification s’accompagne, selon les déclarations publiques postérieures du ministre de Planification (1999-2014), Jorge Giordani27, de dépenses excessives qui contribuent à accentuer la crise économique naissante.

27Afin de faire dialoguer les chiffres officiels avec la réalité du terrain, nous avons croisé les informations officielles avec les données du rapport de 2018 du Programme des ONG pour l’éducation-action aux droits de l’homme (Provea), et celles du rapport de la Chambre vénézuélienne de la construction (CVC) « Proposition pour le Venezuela que nous voulons » (2017) : il apparait que depuis 2015, les chiffres publiés par le gouvernement sur la construction de logements et les coûts sont pour le moins fantaisistes. Les experts mettent l’accent sur le manque d’accès à l’information, l’incohérence des prix (une moyenne annoncée de 83 000 dollars par maison, valeur colossale selon la CVC, estimant la valeur réelle de la construction à tout juste 8 000 dollars/maison), et des contradictions dans les chiffres d’exécution (25 000 foyers/an construits contre 300 000 annoncés par le gouvernement).

  • 28 Yaneira Wilson, « Marketing político-territorial en el espacio público y en la política de vivienda (...)

28En matière architecturale, la production actuelle de la GMVV, démarrée dans l’urgence en 2011, prévoit de loger les populations des quartiers pauvres ne disposant pas d’un habitat dit « convenable ». Les objectifs démesurés et le rythme effréné de construction conduisent le gouvernement à livrer des logements standardisés au détriment d’une planification d’ensemble. Si les concepts architecturaux qui accompagnaient la réalisation de la GMVV restent de l’ordre du vœu pieux, le marketing politico-territorial progouvernemental, lui, est déployé de façon systématique à l’ensemble de ces productions28. Ce programme prévoit de déplacer des communautés entières des taudis vers les nouvelles zones d’habitation récemment construites. Néanmoins, l’éradication des bidonvilles n’est jamais évoquée.

  • 29 Militaire et homme politique vénézuélien, né à Cúa (Miranda).

29D’après nos enquêtes menées entre 2015 et 2021, plusieurs habitants de la Torre David relogés dans la GMVV Ezequiel Zamora29 de Cúa évoquent leurs difficultés rencontrées au quotidien sur la fourniture des services dans leurs nouveaux logements :

Enquêtrice : Avez-vous un service régulier d’eau, d’électricité, de ramassage des ordures, de gaz ?
Maria : Ah, ça ne vient pas depuis un moment. Tout le monde prend ses poubelles le matin pour ne pas les avoir devant la maison. Ça arrive aussi avec le gaz, nous avons la tuyauterie, mais pas l’installation. L’eau vient un jour oui et un jour non !
Kevin : L’eau, c’est à nous de l’acheter par citernes. Pour l’électricité, ils ont mis une arrivée, mais l’installation est incomplète depuis trois ans, et ils doivent réparer certaines choses. Chacun a un réservoir et chaque fois que le camion-citerne passe, on achète l’eau individuellement.
Helena : Non, l’eau vient les dimanches et part les mercredis.
Enquêtrice : Est-ce que les transports publics arrivent jusqu’ici ?
Karla : Au début, on n’avait que trois bus dans la journée, il fallait se lever très tôt pour prendre le bus de 6 heures et on revenait très tard. Parfois, on devait garder les enfants avec nous au boulot parce que c’était impossible de rentrer à la maison pendant la journée. Ici, nous sommes trop loin du centre-ville.

30Dans leurs récits, si la plainte fait partie de leur vie quotidienne, ils n’attendent pas de solution en réponse à leurs demandes, saisissant finalement l’équivoque du discours de l’État pour écrire leur nouveau destin : c’est bien à eux, comme ils le peuvent, de régler la gestion de leur lieu de vie. Malheureusement, on constate que la mise en place de ces politiques publiques s’est faite en réponse à une situation d’urgence, éludant d’un revers de main la réflexion nécessaire à la préparation et à l’organisation de ce remaniement urbain. Ainsi, l’urgence est venue justifier l’absence de vision, le manque de structure de projets avec si peu ou pas de planification ni de programmation. Plus encore, l’évaluation desdites mesures n’a pas sa place, et aucune analyse n’est prévue en retour de ces remaniements urbains. On ne peut alors que s’étonner du chaos généralisé dans les services concernés et de l’impact sur la qualité de leur élaboration.

Figure 7. Immeuble de la GMVV au centre-ville et la Torre David en perspective

Figure 7. Immeuble de la GMVV au centre-ville et la Torre David en perspective

À gauche, bâtiment de la GMVV, avenue Bolivar, et au fond, la Torre David.
À droite, la Torre David.

© Yaneira Wilson, 2019

  • 30 Yaneira Wilson, « Le Logement social au XXIe siècle au Venezuela… », op. cit.

31De même, cette situation permet à l’État d’utiliser l’argent public sans qu’il soit nécessaire de justifier le coût ou le mode d’utilisation des ressources. Cette posture gouvernementale est d’autant moins critiquable que l’argent public serait mobilisé a priori pour l’amélioration des conditions de vie de la société. Selon la sociologue Paula Vasquez Lezama, depuis le début de la révolution bolivarienne, la mise en valeur d’Hugo Chávez s’appuie sur l’image humble du paysan venant des plaines (llanos) du pays, celle du sauveur du peuple, voire de l’humanité. Chávez a créé un nouveau système dont la particularité est de s’appuyer sur un modèle militaire, noyé dans un discours conciliant entre l’État et le peuple, et sur une mécanique de valorisation du peuple. Il apparaît dans la représentation d’Hugo Chávez une confusion constante entre son histoire personnelle et les influences de grands personnages historiques. L’historienne Margarita Lopez Maya associe ce processus révolutionnaire spécifique au populisme, une catégorie politique démagogique et fréquemment utilisée comme véritable modèle de transition. Dans le cadre de la GMVV, les habitations sont signées « par Chávez » et les espaces communs portent son regard. Lors des visites de terrain, certains habitants appellent même leur logement les « maisons de Chávez », comme si seul l’État incarné par Hugo Chávez pouvait garantir l’aide aux plus démunis qui, en retour, doivent faire preuve de respect et de fidélité politique, même après la mort du « héros éternel ». Malgré les difficultés quotidiennes (absence de services de transport, d’eau, d’électricité…), la population reçoit ces maisons ou appartements comme un cadeau de l’ex-président, un témoignage largement confirmé par nos enquêtes, dans lesquelles cet échange outrepasse même le clientélisme et prosélytisme politique30.

Conclusion

32En s’appuyant fortement sur une narration où les bénéficiaires ne représentent qu’une part de la société, les oubliés, les maltraités des gouvernements précédents, le gouvernement bolivarien divise la société plus qu’il ne la rassemble, usant finalement du concept marxiste de classe sociale. Sous sa figure d’État miraculeux, le gouvernement continue à maintenir un contrôle autoritaire où l’usage de la force, la manière approximative de gérer les services, l’arbitraire des déplacements de population sont légion. Sur l’ensemble du pays, les barrios se répandent sur la périphérie de la ville dite formelle, tandis que les quartiers de la GMVV tentent d’utiliser les espaces vides et expropriés de la ville formelle et du centre-ville. Ainsi, la structure vide de la Torre David a produit ce territoire « commun » de l’informel dans le formel de la ville.

  • 31 Yaneira Wilson, « Marketing político-territorial en el espacio público… », op. cit.

33Dans le contexte de la révolution bolivarienne et à travers cette diversité des récits autour des politiques publiques et des événements historiques, la défaillance du gouvernement est apparue, celle de ne pouvoir garantir les services nécessaires au bon fonctionnement de la ville et au confort de ses habitants. Malheureusement, le modèle de la révolution bolivarienne n’a pas su présenter une alternative au modèle rentier : sa dépendance au pétrole se poursuit encore aujourd’hui. Et pour continuer à répondre aux progrès de la société, le gouvernement a comme unique solution l’augmentation du prix du pétrole. Prise au piège de l’État « miraculeux », la puissance publique montre son impuissance à modifier concrètement la vie matérielle de ses habitants qui, sous de nouvelles modalités, répètent un même scénario : l’exclusion d’abord, puis l’adaptation à une nouvelle précarité. Le gouvernement échoue face à la crise du logement, à la lutte contre la précarité et à la résorption de la pauvreté, contrat sur lequel il n’a pourtant de cesse de s’engager, mais qui doit se satisfaire de ses seuls discours, qui plus est, empreints de toute une rhétorique. Si les habitants relogés dans un quartier de la GMVV ont pu accéder au « grand rêve » social de disposer d’un logement formel — pour reprendre les termes des habitants —, ils ont aussi subi le revers de la médaille : l’État attend en retour une fidélité, un témoignage de révérence, de considération, de déférence des habitants à son égard. Il s’avère que dans sa politique du logement social, l’État choisit qui peut bénéficier ou non d’un logement, créant ainsi une nouvelle forme de privilèges31. Les études sur l’architecture, l’urbanisme et les politiques publiques autour de la production du GMVV confirment comment le gouvernement populiste reproduit un paysage urbain précaire du logement social.

  • 32 Ibid.

34En mars 2022, l’État « magique » affirme que la GMVV avait créé 3,6 millions de logements et maintient que ce chiffre sera porté à 5 millions d’ici 2025. Ces annonces révèlent une croissance incohérente : d’une part, au regard des besoins réels de la société vénézuélienne qui selon la CVC, étaient estimés à 1,2 million en 2011 ; d’autre part, si l’on estime un taux d’occupation de quatre personnes par appartement, les trois quarts de la population vivraient dans ces opérations d’ici trois ans32. Autrement dit, le pays, qui compte 32 millions d’habitants dont 6,8 millions émigrés avec la crise, propose un programme de construction massive de logements qui prétend déjà accueillir 20 millions d’habitants. Or, il suffit de traverser Caracas pour constater la présence des barrios tout autour de la ville ; une déambulation la nuit dévoile des quartiers informels entièrement illuminés, a fortiori habités. Ce sont de simples observations qui pointent l’étrangeté de la narration officielle, où l’empilement des récits empêche la lecture des réalités sociale, politique et urbaine. En outre et à travers ce phénomène de « bidonville vertical », reconnaissable par son esthétique de briques rouges ajoutées par les habitants, il est aisé d’entrevoir et d’avancer que même après la deuxième moitié du XXe siècle, Caracas ne s’est toujours pas doté d’un système de planification urbaine efficace, à la hauteur des besoins de la population. Désossée, abandonnée, toujours saillante, la Torre David est passée d’icône de la modernité à l’écriture d’un avenir « incertain » dans laquelle la société vénézuélienne est plongée. En 2022, la Torre symbolise encore une crise latente qui perdure sans donner d’indices sur son cours final.

Haut de page

Bibliographie

Fabrice Audebrand, « Parkour », Les Cahiers dynamiques, 65, 3, 2015, p. 82‑88.

Teolinda Bolívar, « Rehabilitación y reconocimiento de los barrios urbanos. Su necesidad y riesgos », dans Teolinda Bolívar et Josefina Baldó (éds.), La cuestión de los barrios. Homenaje a Paul-Henry Chombart de Lauwe, Caracas, Fundación Polar/Universidad Central de Venezuela/Monte Avila Editores, 1996.

Alfredo Brillembourg, Hubert Klumpner, Torre David: informal vertical communities, Zurich, Lars Müller, 2013.

Manuel Castells, Luttes urbaines et pouvoir politique, Paris, F. Maspero, 1972.

Christine Cook, « Human Settlement Patterns in Venezuela: The Contributions of the Formal and Informal Housing Sectors », Housing and Society, 15, 2,1988, p. 126-144.

Michael Edwards, « About Fragmentation in the Urban Context », Architecture and Behavior, vol. 7, 4, 1991.

Federico Ferrari, Le Populisme esthétique : l’architecture comme outil identitaire, Paris, Infolio, 2015.

Yankel Fijalkow Anne-Laure Jourdheuil, Alexandre Neagu, « Le relevé habité face à la vulnérabilité résidentielle : intérêts et limites », SociologieS, 2021.

Axel Honneth, La Lutte pour la reconnaissance, Paris, Les Éditions du Cerf, 2000.

Clara Irazábal-Zurita, Irene Sosa, Lee Evan Schlenker, « The High-Rise and the Shack: Rhizomatic Collisions in Caracas’ Torre David », ACME: An International Journal for Critical Geographies, 19, 1, 2020, p. 1-34, [en ligne] [https://acme-journal.org/index.php/acme/article/view/1855], consulté le 01/11/2022.

Edgardo Lander, « El Estado mágico sigue ahí Las continuidades y rupturas en la historia del petroestado venezolano », Nueva sociedad, 274, 2018.

Henri Lefebvre, Le Droit à la ville, vol. II « Espace et politique »,Paris, Anthropos, 1972.

Margarita Lopez Maya, « Participación y poder popular en Venezuela : antes y ahora. Universidad Central de Venezuela », Revista Historia, Año 3, 3, 2012, p. 53‑77.

Lilian Mathieu, « L’Espace des mouvements sociaux », Politix, n° 77, 1, 2007, p. 131‑151.

Beatriz Meza Suinaga, « Gestión estatal de la vivienda en Venezuela : el Plan Nacional (1951-1955 », Cuadernos del Cendes, Año 31, 87, 2014, p. 1‑29.

Érik Neveu, Sociologie des mouvements sociaux, Paris, La Découverte, 2011.

Martín Padrón, « Caracas 1928-1958 : Permanencias y transformaciones morfológicas durante la primera modernidad urbano-arquitectónica en Venezuela », Anales del Instituto de Arte Americano e Investigaciones Estéticas « Mario J. Buschiazzo », 29, 1992, p. 87-101.

Harold Proshansky, « The City and Self-Identity », Environment and Behavior, 10, 2, 1978, p. 147‑169.

Elisa Silva, Valentina Caradonna, Odette Galavis, CABA  : Cartografía de los barrios de Caracas 1966-2014, Caracas, Fundación Espacio, 2015.

Paula Vásquez Lezama, Le Chavisme : un militarisme compassionnel, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2014.

Yaneira Wilson, « La Torre David à Caracas : d’une icône de la modernité à la ruine urbaine et politique d’un pays », Transversale, n°6 « Reconstructions, processus, matérialités, imaginaires, [histoire : architecture, paysage, urbain] », ENSA Paris-Val-de-Seine/ EVCAU, à paraître.

Yaneira Wilson, « Marketing político-territorial en el espacio público y en la política de vivienda social de la Revolución Bolivariana. El caso de Venezuela », Investigaciones Geográficas, 61, 2021, p. 26.

Yaneira Wilson, « Le Logement social au XXIe siècle au Venezuela : l’État après la catastrophe », Les Cahiers de la recherche architecturale, urbaine et paysagère, n°8, avril 2020, [en ligne] [http://journals.openedition.org/craup/4903].

Bruno Zevi, Apprendre à voir l’architecture, Paris, Les Éditions de Minuit. 1959.

Autres sources

Film documentaire : Torre David. Urban-Think Tank, 22 minutes, 2015, [en ligne] [https://vimeo.com/ondemand/torredavid/49094660].

Rapport Banco Obrero, Gobernación del Distrito Federal, « El problema de los cerros en el área metropolitana. Informe preliminar sobre Cerro Piloto presentado por el Banco Obrero y la Gobernación del Distrito Federal », Caracas, 1954.

Haut de page

Notes

1  Yaneira Wilson, « Le logement social au XXIe siècle au Venezuela : l’État après la catastrophe », Les Cahiers de la recherche architecturale, urbaine et paysagère, n°8, avril 2020, [en ligne] [http://journals.openedition.org/craup/4903].

2 Plan régional d’aide pour les réfugiés et les migrants (RMRP) par le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (ACNUR). Voir [en ligne] [https://www.r4v.info/es/refugiadosymigrantes].

3  Yankel Fijalkow Anne-Laure Jourdheuil, Alexandre Neagu, « Le Relevé habité face à la vulnérabilité résidentielle : intérêts et limites », SociologieS, 2021.

4  Harold Proshansky, « The City and Self-Identity », Environment and Behavior, 10/2, 1978, p. 147‑169.

5  Federico Ferrari, Le Populisme esthétique : l’architecture comme outil identitaire, Paris, Infolio, 2015.

6  Henri Lefebvre, Le Droit à la ville, vol. II « Espace et politique », Paris, Anthropos, 1972.

7  La toponymie faisant l’objet d’une stratégie de réécriture de l’histoire à toutes les échelles du territoire, l’État de Vargas a été rebaptisé en 2019 « État de La Guaira » (d’après une municipalité éponyme) le gouvernement bolivarien souhaitant effacer le nom de José Maria Vargas (1786-1854), médecin et homme d’État jugé trop antimilitariste.

8  Martín Padrón, « Caracas 1928-1958 : Permanencias y transformaciones morfológicas durante la primera modernidad urbano-arquitectónica en Venezuela », Anales del Instituto de Arte Americano e Investigaciones Estéticas « Mario J. Buschiazzo », 29, 1992, p. 87-101.

9 Teolinda Bolívar, Mildred Guerrero, Iris Rosas, et al., Densificación y vivienda en los barrios caraqueños. Contribución a la determinación de problemas y soluciones, Caracas, Mindur-Conavi, 1994 ; Elisa Silva, Valentina Caradonna, Odette Galavis, CABA  : Cartografía de los barrios de Caracas 1966-2014, Caracas, Fundación Espacio, 2015 ; Ivan González, Maria Isabel Peña, Federico Vegas, Caracas del valle al mar. Guía de arquitectura y paisaje, China/Sevilla, RR Donnely Printing CO. LTD/Junta de Andalucía, 2015.

10 Christine Cook, « Human Settlement Patterns in Venezuela: The Contributions of the Formal and Informal Housing Sectors »», Housing and Society, 15, 2, 1988, p. 126-144.

11 Teolinda Bolívar, « Rehabilitación y reconocimiento de los barrios urbanos. Su necesidad y riesgos », dans Teolinda Bolívar et Josefina Baldó (éds.), La cuestión de los barrios. Homenaje a Paul-Henry Chombart de Lauwe, Caracas, Fundación Polar/Universidad Central de Venezuela/Monte Avila Editores, 1996.

12 Beatriz Meza Suinaga, « Gestión estatal de la vivienda en Venezuela : el Plan Nacional (1951-1955) », Cuadernos del Cendes, Año 31, 87, 2014, p. 1‑29.

13 Lors de la diffusion de l’émission « Aló Presidente » en février 2010. Cette émission a été filmée dans le centre de Caracas et devient virale : Chávez montrant du doigt divers bâtiments et donnant l’ordre de « Exprópiese ! » (« Expropriez-vous ! »). Voir [en ligne] [https://www.dailymotion.com/video/x7t029q].

14 Yaneira Wilson, « La Torre David à Caracas : d’une icône de la modernité à la ruine urbaine et politique d’un pays », Transversale, n°6 « Reconstructions, processus, matérialités, imaginaires, [histoire : architecture, paysage, urbain] », ENSA Paris-Val-de-Seine/EVCAU, à paraitre (décembre 2022).

15 Le complexe se compose de six bâtiments : l’Atrium commercial (hall d’entrée et salles de réunion), la Tour A, de 190 mètres de haut, qui comprend un héliport, la Tour B (appart-hotel), le Bâtiment K, le Bâtiment Z et le parking en rampe de 14 niveaux. Le complexe comprenait à l’origine environ 45 étages, mais le projet est ensuite modifié pour accueillir un hôtel et des magasins sur une surface de 120 000 m².

16 Érik Neveu, Sociologie des mouvements sociaux, Paris, La Découverte, 2011.

17 Axel Honneth, La Lutte pour la reconnaissance, Paris, Les Éditions du Cerf, 2000.

18  Lilian Mathieu, « L’espace des mouvements sociaux », Politix, n° 77, 1, 2007, p. 131‑151.

19  Manuel Castells, Luttes urbaines et pouvoir politique, Paris, F. Maspero, 1972.

20  « Le Venezuela est le pays le plus violent d’Amérique latine avec 16 506 décès dus à des morts violentes en 2019. Il y a 60,3 décès violents pour 100 000 habitants », selon le sociologue Roberto Briceño León, directeur de l’Observatoire vénézuélien de la violence, et une partie de notre panel de personnes interrogées sur le thème du logement.

21 « Le parkour est l’art du déplacement dans l’espace urbain. C’est une méthode d’entraînement qui permet à son pratiquant de franchir toutes sortes d’obstacles. C’est un sport dont le principe est de produire le mouvement le plus juste et efficace pour franchir un mur, une façade ou grimper à un arbre. Le saut et la qualité de sa réception sont au cœur de cette discipline ». Fabrice Audebrand, « Parkour. Pour tracer vers l’insertion », Les Cahiers dynamiques, vol. 65, n° 3, 2015, p. 82-88.

22 Clara Irazábal-Zurita, Irene Sosa and Lee Evan Schlenker, « The High-Rise and the Shack: Rhizomatic Collisions in Caracas’ Torre David », ACME: An International Journal for Critical Geographies, 19 (1), 2020, p. 1-34, [en ligne] [https://acme-journal.org/index.php/acme/article/view/1855], consulté le 01/11/2022.

23 Federico Ferrari, op. cit.

24 Bruno Zevi, Apprendre à voir l’architecture, Paris, Les Éditions de Minuit, 1959.

25 Edgardo Lander, « El Estado mágico sigue ahí Las continuidades y rupturas en la historia del petroestado venezolano », Nueva sociedad, 274, 2018.

26 À partir de 2014, le statut a été modifié : « Grande Mission Nouveau Quartier, Quartier Tricolore »

27 « Testimonio y responsabilidad ante la historia », Aporrea [En ligne], 18 juin 2014.

28 Yaneira Wilson, « Marketing político-territorial en el espacio público y en la política de vivienda social de la Revolución Bolivariana. El caso de Venezuela », Investigaciones Geográficas, 61, 2021, p. 26.

29 Militaire et homme politique vénézuélien, né à Cúa (Miranda).

30 Yaneira Wilson, « Le Logement social au XXIe siècle au Venezuela… », op. cit.

31 Yaneira Wilson, « Marketing político-territorial en el espacio público… », op. cit.

32 Ibid.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Vue aérienne de l’unité d’habitation Cerro Grande, El Valle
Crédits Source : Elisa Silva, Valentina Caradonna, Odette Galavis, CABA  : Cartografía de los barrios de Caracas 1966-2014, Caracas, Fundación Espacio, 2015.
URL http://journals.openedition.org/craup/docannexe/image/10673/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 692k
Titre Figure 2. Une architecture moderne : les plus hautes tours en béton armé du Parque Central à droite et la Torre David à gauche
Légende Vue depuis l’Institut métropolitain d'urbanisme Taller Caracas.
Crédits © Yaneira Wilson, 2018
URL http://journals.openedition.org/craup/docannexe/image/10673/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 489k
Titre Figure 3. La Tour Confinanzas, couramment appelée aujourd’hui « Torre David », le bidonville « vertical » le plus emblématique de la ville
Légende À droite, les panneaux en verre de la façade d’origine sont remplacés par la brique rouge caractéristique des quartiers informels.
Crédits © Daniel Schwartz, 2011-2012 Source : Alfredo Brillembourg, Hubert Klumpner, Torre David: informal vertical communities, Zurich, Lars Müller, 2013.
URL http://journals.openedition.org/craup/docannexe/image/10673/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 573k
Titre Figure 4. « Torre David/Gran Horizonte », une « favéla verticale » à Caracas
Crédits À gauche © Iwan Baan, 2012. À droite © Daniel Schwartz, 2011-2012. Source : Alfredo Brillembourg, Hubert Klumpner, Torre David: informal vertical communities, Zurich, Lars Müller, 2013.
URL http://journals.openedition.org/craup/docannexe/image/10673/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 350k
Titre Figure 5. Carlos Rengifo, skywalker
Légende À gauche, Carlos Rengifo suspendu à la base de l’héliport situé sur le toit de la Torre David. À droite, Carlos Rengifo réalise un triple saut acrobatique sur le bord de la structure abandonnée de la tour avec le Parque Central et le centre-ville de Caracas en arrière-plan.
Crédits © Difred Colina. 2019
URL http://journals.openedition.org/craup/docannexe/image/10673/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 430k
Titre Figure 6. Façade en verre de la Torre David, avant et après
Légende À gauche, le ministre de la Transformation du Grand Caracas, Ernesto Villegas.
Crédits © À gauche, Alba Ciudad, 2015 ; à droite, Yaneira Wilson, 2019
URL http://journals.openedition.org/craup/docannexe/image/10673/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 386k
Titre Figure 7. Immeuble de la GMVV au centre-ville et la Torre David en perspective
Légende À gauche, bâtiment de la GMVV, avenue Bolivar, et au fond, la Torre David. À droite, la Torre David.
Crédits © Yaneira Wilson, 2019
URL http://journals.openedition.org/craup/docannexe/image/10673/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 393k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yaneira Wilson, « Torre David au Venezuela : récits sur fond de politiques publiques menées par le gouvernement d’un « État magique » »Les Cahiers de la recherche architecturale urbaine et paysagère [En ligne], 15 | 2022, mis en ligne le 21 novembre 2022, consulté le 30 janvier 2023. URL : http://journals.openedition.org/craup/10673 ; DOI : https://doi.org/10.4000/craup.10673

Haut de page

Auteur

Yaneira Wilson

Yaneira Wilson est architecte-urbaniste, docteure en « architecture et ville », chercheuse au Centre de recherche sur l’habitat (UMR 7218 LAVUE), chargée de recherche sur le projet SAPHIR (logement, santé et récits résidentiels) en partenariat avec l’Agence régionale de la santé, l’IDHEAL et Paris Habitat, et enseignante (ATER) à l’université Paris X-Nanterre, dans le département de géographie et d’aménagement urbain (2020-2022). Ses thèmes de recherche portent sur la représentation de la ville, le marketing politique, la politique de l’habitat, la morphologie et sociologie urbaine et les catastrophes naturelles.
Dernières publications : coautrice de Habiter les villes latino-américaines, Débats, réflexions et enjeux de la recherche urbaine, L’Harmattan, 2021 ; « Du locataire social au micro-entrepreneur. La gestion des quartiers HLM périphériques à l’épreuve de “l’innovation sociale” », lesmondesdutravail.net (En ligne), 2021, p. 47‑61 ; avec B. Leclercq, « Et Marketing político-territorial en el espacio público y en la política de vivienda social de la Revolución Bolivariana. El caso de Venezuela », Investigaciones Geográficas, 61, 2021, p. 26-43 ; « Faire du logement social un bien commun ? Regards vénézuéliens », Métropolitiques, 4 novembre 2021. Voir [https://www.crh.archi.fr/_Wilson-Wetter-Yaneira_].

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Ministère de la culture
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search