Navigation – Plan du site

AccueilDossiers15Quelle histoire pour les quartier...

Quelle histoire pour les quartiers d’architecture étrangère en Chine ? Entrecroisements des récits et des enjeux d’acteurs à Thames Town, en périphérie de Shanghai

Which History for the Neighbourhoods Featuring Foreign Architecture in China? The Interweavings of Narratives and Actors' Issues in Thames Town in the Outskirts of Shanghai
Martin Minost

Résumés

Cette contribution entend analyser les différents récits produits par les acteurs impliqués dans la construction sociale et symbolique du quartier de Thames Town, dans la ville nouvelle de Songjiang, un arrondissement périphérique de Shanghai. Ce quartier résidentiel et touristique, construit entre 2002 et 2006, a fait l’objet de nombreuses analyses et discours du fait des styles architecturaux anglais qui y ont été reproduits. Ainsi, malgré une érection relativement récente, il existe un riche corpus de données historiques qui n’ont pourtant pas ou peu été mobilisées pour analyser les évolutions du quartier et des relations entre les différents acteurs.
L’analyse des récits et des représentations produits par le promoteur, les observateurs extérieurs et les usagers permets de révéler les influences réciproques dans les perceptions du quartier et les enjeux qui guident chacune des parties. Plus encore, l’analyse de ces récits et de leur usage permet de montrer que le quartier, au contraire des représentations couramment diffusées d’un espace désancré de la société chinoise, est en réalité intégré dans de multiples histoires et trajectoires.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Ce relatif aveuglement des recherches historiques n’est pas propre à des objets chinois. Loïc Vadel (...)
  • 2 Les architectures étrangères des anciennes concessions sont fréquemment citées pour rechercher une (...)

1Depuis la relance des réformes en Chine, symbolisée par le voyage de Deng Xiaoping dans le sud en 1992, le pays a connu une urbanisation accélérée et sans précédents, avec des caractéristiques bien particulières. De nouveaux territoires urbains ont été érigés dans des temps records, au travers de l’étalement urbain des villes et la construction de villes nouvelles dans tout le pays. La production urbaine devient l’une des ressources des administrations territoriales, qui y voient un moyen de faire des profits en même temps que d’être compétitives. Si de nos jours l’urbanisation chinoise est plutôt marquée par la construction d’espaces dits écologiques — les « villes écologiques » (生态城 shengtai cheng) — dans la foulée de l’Exposition universelle de Shanghai de 2010, une des phases précédentes est caractérisée par l’emprunt généralisé de styles allogènes pour produire des espaces attractifs pour les nouvelles catégories aisées de la population chinoise. Dans ce cadre, les autorités locales, au tournant des années 2000 et après, ont valorisé la construction d’espaces résidentiels et commerciaux reproduisant des modèles architecturaux et urbanistiques étrangers, afin d’accroître leur attractivité et garantir un succès commercial. Ces quartiers ont rarement été considérés comme un objet de recherche pertinent pour les historiens, car peut-être jugés trop récemment construits1. Ils ont pourtant fait l’objet d’une abondante littérature. De nombreux commentateurs, géographes, urbanistes, architectes ou spécialistes des problématiques urbaines, tant Chinois qu’étrangers, ont tenté de comprendre la raison d’être de ces espaces, intégrant régulièrement une dimension historique à leurs analyses. Du fait de leur aspect étranger, ces espaces n’ont été considérés qu’à travers leur forme et le style architectural qu’ils reproduisent, perçus tantôt comme déconnectés de la culture et de l’histoire de la Chine et de ses territoires, tantôt, par comparaison avec des occurrences plus anciennes d’architectures étrangères en Chine2, comme une forme d’auto-assujettissement.

  • 3 Jade Franklin, « The Art of Imitation: Thames Town and ‘The Copy’in China », Da meishu 大美术 [Fine Ar (...)

2Le quartier de Thames Town (泰晤士小镇 Taiwushi xiaozhen), localisé au sein de la ville nouvelle de Songjiang (松江区 Songjiang qu) au sud-ouest de Shanghai (上海市 Shanghai shi), est l’un des exemples les plus connus de reproduction architecturale en Chine. Cette zone résidentielle et touristique, construite entre 2002 et 2006 dans le cadre du programme de construction de villes nouvelles One City, Nine Towns (一城九镇 yicheng, jiuzhen) dans la municipalité de Shanghai, a été construite en imitant des styles architecturaux britanniques. En tant que projet municipal de grande envergure — la construction de dix villes nouvelles — et comme opération de copie à grande échelle — chacune des villes nouvelles devait comprendre un quartier entier « à caractère spécial » (特色风貌 tese fengmao) — le programme d’urbanisme, ainsi que Thames Town, ont attiré beaucoup d’attention. Malgré l’intérêt notable pour cet objet urbain, alors même que l’histoire de Shanghai — ancienne comme récente — est fréquemment mobilisée par certains commentateurs pour justifier l’existence de ces quartiers d’imitation3, il est délaissé par les historiens et reste l’apanage de disciplines plus classiquement associées à l’étude des espaces et des territoires. Dans ces conditions, le quartier de Thames Town continue de n’être appréhendé qu’au travers de ses formes architecturales, comme un objet occidental désancré de la société chinoise — de sa culture, son territoire et même de son histoire (exception faite d’une singularité shanghaïenne) — et comme le signe d’une occidentalisation de la Chine. Pourtant, il existe de nombreuses données et de nombreux récits qui permettent de produire des analyses différentes et de fournir une autre compréhension de cet espace, de son évolution et des interactions entre les différents acteurs — agents administratifs, concepteurs, gestionnaires semi-privés, habitants, visiteurs temporaires et commentateurs — engagés dans la fabrique urbaine du quartier. Chacun produisant une histoire différente de Thames Town.

3L’objectif de cette contribution est d’apporter un éclairage plus complet sur un objet urbain en ne limitant pas le regard à l’analyse des formes spatiales. L’étude des différents récits et narrations, et des représentations, propres à l’ensemble des acteurs permet d’historiciser différemment le quartier de Thames Town, et révèle d’autres représentations et usages de cet espace, qui diffèrent de la conception d’un objet déconnecté de la société qui l’a bâti ou d’une citation simpliste d’une période précise de l’histoire de Shanghai. À des analyses parfois historicistes sur le quartier répondent les récits des trajectoires et des aspirations individuelles qui ancrent le lieu dans une perception plus ordinaire de l’espace tout en le rattachant à d’autres mutations et processus sociaux éprouvés par la société chinoise urbaine et contemporaine. L’analyse des différentes manières de produire une histoire du quartier permet de révéler la posture et les enjeux qui font sens pour chacun des acteurs. Le bricolage méthodologique et le recours aux données à caractère historique apparaissent comme d’autant plus nécessaire pour non seulement contextualiser les sources et les informations recueillies, mais également appréhender les mutations et les transformations du quartier, en lien avec les logiques et les enjeux divergents des acteurs impliqués. Les analyses présentées ci-après reposent sur des enquêtes ethnographiques menées auprès des habitants de Thames Town entre 2011 et 2016, alors que le quartier a encore moins de dix ans d’existence, enrichies par le recueil de nombreuses sources textuelles (comme des monographies et des almanachs officiels, des livrets et guides promotionnels, des publicités et des brochures) et des entretiens avec des membres de l’administration et des employés des agences immobilières.

4Après une courte présentation du quartier de Thames Town, je présenterai d’abord le récit officiel construit par le promoteur et les instances administratives de la ville nouvelle. En parallèle de l’imitation architecturale, le dispositif discursif du marketing urbain est venu renforcer la représentation du quartier comme un espace authentiquement étranger. Ensuite, j’analyserai la manière dont des spécialistes et des chercheurs ont appréhendé le quartier, en grande partie influencés par les discours promotionnels. Obnubilé par la nature copiée des constructions et par le discours promouvant l’étrangeté du lieu, les commentateurs ont perçu Thames Town comme le lieu d’une occidentalisation de la société chinoise. Cette représentation du phénomène a également été récupérée par une partie de la classe politique chinoise, propulsant le quartier et les constructions similaires au cœur de débats politiques et culturels sur fond de guerre idéologique entre la Chine et l’Occident. Enfin, je terminerai par exposer la manière dont les habitants et les visiteurs s’approprient le quartier et sa dimension anglaise. Au contraire des discours développés par les concepteurs et les commentateurs, la dimension anglaise est plutôt marginalisée par les usagers, et influence en retour les stratégies de promotion de l’entreprise de gestion.

Figure 1. Les villes nouvelles du programme One City, Nine Towns à Shanghai

Figure 1. Les villes nouvelles du programme One City, Nine Towns à Shanghai

Sources : Carine Henriot, Villes nouvelles et redéploiement métropolitain à Shanghai, thèse de doctorat soutenue à l’université Paris 1–Panthéon Sorbonne, 2013 ; Zhijun Wang et Tianwei Mo, 上海‘一城九镇’空间形态与类型研究 Shanghai ‘yi cheng, jiu zhen’kongjian xingtai leixing yanjiu [Research on the Spatial Structures and Morphological Types of Shanghai’s ‘One City, Nine Towns’], Shanghai, 同济大学出版社 Tongji daxue chubanshe [Tongji University Press], 2019.

© Martin Minost

Brève présentation du quartier et de ses dispositifs scénographiques

5Le programme One City, Nine Towns est lancé en 2001 suivant les principes du nouveau schéma directeur de Shanghai (1999-2020), prévoyant la réhabilitation et le développement des espaces périphériques de la municipalité. Le projet comporte la construction de dix villes nouvelles sur des espaces autrefois agricoles et en continuité du bâti existant d’anciennes villes-satellites (卫星城 weixingcheng) mono-industrielles de la période maoïste. Les gouvernements d’arrondissement sont chargés d’organiser une compétition internationale pour le plan de leur ville nouvelle. À Songjiang, le cabinet anglais Atkins remporte la compétition en mars 2001. Une entreprise de promotion immobilière issue d’un partenariat public-privé est mise en place pour l’achat du droit d’usage et la viabilisation des terrains. Cette entreprise, Songjiang New City Development and Construction Company (SNCD) 上海松江新城建设发展有限公司 (Shanghai Songjiang xincheng jianshe fazhan youxian gongsi) développe le centre de Thames Town et cède une partie des espaces résidentiels à d’autres entreprises immobilières. Le quartier de Thames Town, ajouté aux plans au début de l’année 2002, se différencie des autres espaces de la ville nouvelle de Songjiang par plusieurs dispositifs spatiaux. La trame viaire, en entrelacs de ruelles, se distingue de la trame orthogonale du reste de la ville. Plusieurs styles architecturaux anglais ont été reproduits : par exemple, le style Tudor, qui caractérise la plupart des bâtiments centraux de Thames Town, avec des colombages et des pans de bois ; le style georgien, reconnaissable par la symétrie du bâti et des colonnades de ce style néopalladien ; le style victorien, notamment les rangées de maisons accolées en brique ; ou le style édouardien, pour les bâtiments plus monumentaux et administratifs. Chaque espace a été affublé d’un toponyme anglais, et le mobilier urbain — des cabines téléphoniques londoniennes mais également les panneaux de signalisation, les bancs et les poubelles publiques — se démarque aussi du reste de la ville. Enfin, la scénographie ambiante est complétée par de fausses devantures et des agents de surveillance portant des uniformes inspirés de ceux des gardes de la reine d’Angleterre. Des statues représentant des personnalités historiques (Churchill, Shakespeare, Lord Byron, etc.) et fictives (James Bond, Harry Potter) décorent également les espaces publics de Thames Town. Le quartier comporte un centre piéton, accessible au public avec divers commerces, restaurants, hôtels et équipements sportifs, culturels et éducatifs, ainsi que des immeubles de petits collectifs. On y trouve également une église (inspirée de la Christ Church de Clifton, près de Bristol), où se déroule la messe catholique tous les dimanches ainsi que d’autres sacrements. Le centre est entouré de zones résidentielles fermées aux types d’habitations variés (maisons individuelles, maisons accolées, appartements en petits et moyens collectifs) et d’équipements plus imposants comme un centre commercial ou un établissement d’enseignement secondaire. Ouvert à la vente à la fin de l’année 2006, le quartier compte 2 612 habitants en 2017. Les foyers appartiennent aux catégories aisées de la population, avec une majorité de patrons d’entreprises, de membres de l’administration et d’universitaires.

Figure 2. L’organisation des espaces à Thames Town, Songjiang

Figure 2. L’organisation des espaces à Thames Town, Songjiang

Sources : carte touristique de Thames Town.
© Martin Minost

La rhétorique du voyage : construction discursive d’une expérience authentique par le promoteur et le gouvernement local

6En parallèle de la production matérielle d’un paysage urbain d’Angleterre au moyen de dispositifs spatiaux, l’identification de l’espace de Thames Town à une ville anglaise s’opère également par la construction d’une trame narrative associant la visite de la zone à un voyage à l’étranger. Les discours promotionnels présentent l’espace différent de Thames Town comme une opportunité pour les visiteurs d’expérimenter un mode de vie étranger. Le vocabulaire du déplacement géographique utilisé dans les brochures et les textes publicitaires est censé signifier cet accès à un style de vie différent en même temps qu’à l’espace marqué par une atmosphère anglaise.

  • 4 Caroline de Saint-Pierre, La Fabrication plurielle de la ville. Décideurs et citadins à Cergy-Ponto (...)

7Ces techniques commerciales de vente fondées sur des constructions narratives sont plutôt classiques dans le domaine du marché de l’immobilier et ne représentent pas une exception chinoise en matière de promotion immobilière. Dans le cas de Thames Town, les procédés marketing relevant des mêmes logiques et des mêmes outils sont révélateurs de deux phénomènes liés à la production spatiale de zones d’habitation en Chine : elles participent au projet de construction d’une ambiance urbaine particulière et au processus d’identification du lieu à un espace extraterritorial. Les techniques de vente du quartier mises en place par le promoteur contribuent à former l’image d’une extraterritorialité et nourrissent ainsi l’image d’un rapport entre la Chine et l’Occident s’exprimant à travers la consommation de biens domestiques. L’analyse de ces techniques permet de mettre en lumière la manière dont les concepteurs cherchent à « créer de la localité4 », à associer à l’espace un ensemble de signes et de symboles qui font sens et permettent de l’identifier. Ces techniques confortent également une image singulière des habitants et des visiteurs de Thames Town. La stratégie de promotion de la zone se fonde sur une cible d’acheteurs et de consommateurs, et sur leurs désirs et besoins supposés. Le promoteur et les acteurs impliqués dans la vente des habitations et des parcelles projettent en ce sens des aspirations et des pratiques sur les individus s’intéressant au produit. L’analyse du discours publicitaire révèle la production d’une image de l’habitant : celui-ci viendrait chercher un autre mode de vie. La rhétorique publicitaire qui associe le style architectural étranger à un style de vie nouveau participe également à la construction d’une représentation particulière des habitants et des usagers du quartier. Ces derniers, définis comme des acheteurs-consommateurs, sont caractérisés, selon cette image sociale, par un désir de changer leur mode de vie, dans le sens d’une occidentalisation des comportements.

8L’association entre un style de vie et un espace d’habitation de luxe est une technique de vente ancienne dans le domaine de l’immobilier. Elle est très répandue en Chine, notamment avec le développement du marché du logement depuis les années 1990 et la multiplication des opérations de style étranger. Le cas de Thames Town présente toutefois une spécificité : la métaphore du voyage. Le mode de vie différent qui est vendu avec l’habitation est accessible grâce au voyage vers l’étranger représenté par la zone de style anglais. Les discours de vente insistent ainsi sur une expérience sensible de l’extraterritorialité qui encadre le style de vie et la pratique.

9Le slogan principal de la campagne publicitaire, est visible sur les affiches placardées dans le quartier, mais également sur des petites enseignes en drapeau placées au-dessus des entrées des locaux encore vides :

  • 5 Concernant les citations de nos interlocuteurs, celles transcrites en français ont été prononcées e (...)

Welcome to Thames Town. Taste authentic British style of small town. Enjoy sunlight, enjoy nature, enjoy your life and holiday. Dreaming of Britain, Live in Thames Town5.

10La dernière phrase est particulièrement révélatrice de la logique qui vise à associer l’espace de Thames Town et le mode de vie que les acheteurs pourraient y trouver, à des comportements et un environnement anglais. Cette stratégie se retrouve dans les livrets de présentation des espaces du quartier fournis lors de l’ouverture des ventes. Enfin, en 2011, le plan touristique de Thames Town, présentant les différents sites importants du quartier et les commerces, comportait l’expression « Wonderful Thames, Wonderful Life » (精彩泰晤士,精彩生活 jingcai Taiwushi, jingcai shenghuo), associant cette fois-ci un mode ou une qualité de vie à l’espace – anglais – de Thames Town.

11L’administration locale de Songjiang use des mêmes mécanismes et contenus d’identification socio-spatiales dans des publications officielles, décrivant le quartier en ces termes :

  • 6 Version originale : « 小镇充满浓郁的英伦气息,入镇仿佛踏进异域 (xiaozhen chongman nongyu de yinlun qixi, ru zhen fangfu (...)

Le bourg [Thames Town] est empli d’une intense atmosphère anglaise, entrer dans la petite ville, c’est comme mettre les pieds dans un pays étranger6 ».

  • 7 Tianbai Yu, « 一个作家眼中的泰晤士小镇 » Yi ge zuojia yanzhong de taiwushi xiaozhen [Le regard d’un écrivain su (...)
  • 8 Tianbai Yi, op. cit.
  • 9 Lei Min, « 在梦幻般的世界里狂欢-泰晤士小镇追踪报道 » Zai menghuan bande shijie li kuanghuan – Taiwushi xiaozhen zhuizo (...)

12Cette expérience du voyage a été décrite dans différents supports et à travers différents intermédiaires. Un romancier de Shanghai publiait en 2006, dans la revue spécialisée Shanghai & Hong Kong Economics (沪港经济 Hugang Jingji ), un article relatant ses impressions après une visite à Thames Town : « J’ai acquis une très vive impression de vie européenne7 ». Cette expérience, dit-il, lui rappelle les sensations qu’il a éprouvées en Europe. Pour cet écrivain, Thames Town a beau être une « imitation », elle a une « ressemblance frappante » avec la réalité8. Un autre auteur, pour le même journal, écrivait : « C’est déjà une petite ville anglaise typique, il semble qu’une main géante invisible l’a prise et déracinée d’un pays étranger lointain9. »

  • 10 Choon-Piew Pow, Gated Communities in China. Class, Privilege and the Moral Politics of the Good Lif (...)
  • 11 David Fraser, « Inventing Oasis: Luxury Housing Advertisments and Reconfiguring Domestic Space in S (...)
  • 12 Friederike Fleischer, « To Choose a House Means to Choose a Lifestyle. The Consumption of Housing a (...)

13Cette stratégie de promotion immobilière est extrêmement courante, en Chine comme ailleurs dans le monde. Pow Choon-Piew10 a par exemple montré qu’il s’agissait d’une technique publicitaire très répandue en Chine dans la promotion des zones résidentielles fermées, associant l’image d’une vie de qualité à un mode de vie et un mode d’habitation particulier pour jouer sur les aspirations des classes moyennes. Depuis l’explosion du marché de l’immobilier dès la fin des années 1990 — et l’émergence de couches sociales aisées et reconnues —, le logement est étroitement lié aux pratiques sociales de consommation et d’identification entre les individus et les groupes. L’habitation devenue une marchandise est intégrée aux modes de consommation et est censée refléter le niveau de consommation et de vie du propriétaire11. Le choix du logement est alors déterminant pour les habitants qui veulent représenter leur statut social, ce que l’anthropologue Friederike Fleischer12 résume par l’expression « to choose a house means to choose a lifestyle » qui est également le slogan publicitaire d’une zone résidentielle de la périphérie de Pékin. Dans le cas de Thames Town, l’espace d’habitation et le mode de vie qui y est rattaché sont également associés à un pays étranger et à un déplacement de sorte qu’en s’installant dans le quartier, d’après le sens des slogans publicitaires, les résidents expérimenteraient un voyage imaginaire qui leur permettrait d’atteindre le mode de vie auquel ils aspirent. La pratique de vente du promoteur immobilier, renforcée par un martelage médiatique de ce discours dans des textes officiels et d’autres publications, participe à définir la zone de Thames Town comme un espace extraterritorial, hors de Chine.

Figure 3. Une atmosphère vivante à Thames Town : un agent de surveillance en costume

Figure 3. Une atmosphère vivante à Thames Town : un agent de surveillance en costume

© Martin Minost

  • 13 Zhenliang Wang et Jiafeng Liu, 中国新城规划典范。上海松江新城规划设计国际竞标方案精品集 Zhongguo xincheng guihua dianfan. Shang (...)
  • 14 Harry den Hartog (éd.), Shanghai New Towns. Searching for Community and Identity in a Sprawling Met (...)

14La construction d’une image de Thames Town comme un quartier authentiquement britannique, ou du moins d’une expérience authentique du voyage en Angleterre, ne se limite pas à l’association discursive d’un espace étranger et d’un style de vie particulier. Les différentes présentations de Thames Town, dans les brochures, les livrets d’information et de vente, les compilations administratives officielles, etc., défendent l’authenticité de la zone à travers l’histoire de sa construction. Les arguments mis en avant pour garantir l’expérience authentique que les visiteurs peuvent vivre en venant dans le quartier concernent les matériaux de construction ou encore l’expertise des architectes et des urbanistes impliqués dans le projet ainsi que la recherche, tout au long du processus de production d’un apprentissage des techniques anglaises de construction. C’est ainsi une histoire de la construction de Thames Town qui est proposée : une histoire dont le fil directeur est la recherche d’authenticité. D’après les concepteurs et le promoteur de Thames Town, la zone aurait bénéficié, au cours de sa construction, de plusieurs éléments garantissant l’authenticité de l’atmosphère anglaise et de l’expérience de voyage à l’étranger par le parcours de cet espace. L’expertise des architectes anglais qui ont fourni la trame de la zone est un premier élément13. Des matériaux auraient été importés d’Angleterre pour ensuite construire les habitations. Des architectes et des urbanistes chinois impliqués dans le projet seraient partis au Royaume-Uni pour apprendre les techniques traditionnelles de construction directement à la source afin de les appliquer à Thames Town14. Ces différents éléments forment les étapes de l’histoire de la construction du quartier selon les concepteurs. Les événements permettent de créer un récit qui fonde le caractère authentique de Thames Town. Ils donnent, à travers cette trame narrative, une légitimité à l’identification de la zone à une ville anglaise. Cette authenticité du lieu déteint alors, dans le discours promotionnel, sur « l’authenticité » (原汁原味 yuanzhi yuanwei) du mode de vie qui y est associé.

  • 15 Marie-Claire Bergère, « Le Développement urbain de Shanghai, un “remake” ? », Vingtième siècle. Rev (...)

15On comprend ainsi que le récit officiel de Thames Town n’est pas tant lié à Shanghai et à son passé colonial, quoi qu’en disent de nombreux commentateurs. Même si des similitudes peuvent être observées dans le développement urbain et la promotion de Shanghai et de la ville nouvelle de Songjiang — la ville-centre de Shanghai se reposant abondamment sur son héritage architectural étranger pour construire son image de capitale économique et cosmopolite du pays15 —, les logiques de référence et les représentations ne sont pas les mêmes, la ville de Songjiang cherchant à créer un lien direct et contemporain avec l’Angleterre par l’entremise d’un territoire qui serait comme arraché au territoire et à la culture britannique.

Faut-il s’occidentaliser pour s’urbaniser ? La réception de Thames Town par les spécialistes et dans le débat public

16Le récit produit par le promoteur et l’acteur public, comme la scénographie urbaine, ont reçu un écho remarquable chez la plupart des commentateurs, Chinois comme étrangers, qui ont pris pour argent comptant les décorations temporaires des bâtiments (mises en place en attendant les aménagements personnalisés des futurs occupants) et le discours d’authenticité. Sans questionner la valeur de la notion d’authenticité autrement qu’en l’invalidant aux regards des critères occidentaux, ils définissent le quartier de Thames Town comme un espace coupé de la culture chinoise et de son histoire. À travers la représentation de Thames Town comme d’un espace déconnecté de la société et la culture chinoise, les commentateurs projettent sur les individus se rendant à Thames Town, temporairement ou pour y habiter, une aspiration à changer de modes de vie. Ils appréhendent les espaces du projet One City, Nine Towns dans le cadre d’une interaction culturelle entre la Chine et l’Occident. L’idée générale admise ou décrite dans les textes de ces commentateurs est que la présence des objets urbains copiés révèle ou engendre une occidentalisation des modes de vie des familles chinoises.

17Outre le fait que les commentateurs projettent sur les usagers de ces lieux des images de pratiques ordinaires essentialisées, ils posent également une vision particulière des rapports entre la Chine et les sociétés occidentales : celle d’une interaction, d’un échange inégal. L’urbanisation issue d’un urbanisme de la copie est décrite comme vecteur de l’occidentalisation de la société chinoise, une forme d’acculturation volontaire aux modes de vie et aux valeurs étrangères qui serait le résultat des processus contemporains de mondialisation. Une telle définition du processus actuel, comme occidentalisation de la société chinoise, n’est pas remise en cause ni discutée car elle est fondée sur des représentations stéréotypées de la Chine, facilitant une compréhension aisée d’un phénomène pourtant plus complexe. Plus encore, les analyses portant sur les évolutions de la société chinoise et sur les transformations des villes s’appuient sur des cadres intellectuels et des concepts qui ont été forgés à partir de cas occidentaux. Ces catégories d’analyses, notamment des théories de la postmodernité, puisqu’issues du contexte des sociétés européennes et nord-américaines, ne sont pas directement applicables ni complètement pertinentes pour comprendre le phénomène chinois contemporain. Elles limitent l’appréhension des processus d’imitation et de réception des productions urbaines par les individus chinois à l’angle des relations culturelles entre la Chine et l’Occident, inscrivant le phénomène dans un rapport de force entre deux cultures.

  • 16 Keping Yu, « ‘Westernization’vs. ‘Sinicization’: an Ineffaceable Paradox within China’s Modernizati (...)

18Le rapport de force ainsi défini engendre un débat entre les commentateurs sur la valeur des imitations et les réactions à tenir face au phénomène : les reproductions architecturales sont-elles le signe d’un rattrapage technologique opéré par la société chinoise, prouvant, malgré une certaine occidentalisation des valeurs et des pratiques, sa capacité à produire autant et aussi bien que les sociétés occidentales ? Ou bien, faut-il leur opposer des modèles traditionnels chinois pour produire des espaces urbains ? En d’autres termes, faut-il s’occidentaliser pour s’urbaniser ? Question qui rappelle les débats entre les intellectuels chinois de la fin de XIXe siècle et du début du XXe siècle sur le sens à donner à la modernisation du pays à l’époque… celui d’une occidentalisation16. Ce débat, parce qu’il est limité à une compréhension culturelle et identitaire du phénomène, ne permet pas d’appréhender pleinement la manière dont les imitations architecturales sont perçues, notamment par les habitants de Thames Town, et enferme le phénomène dans un cadre conceptuel qui n’est pas tout à fait adéquat pour analyser la situation chinoise contemporaine. Les copies sont définies comme des objets culturels importés qui seraient le symbole d’un rapport inégal, hiérarchique entre la Chine et l’Occident. Ce cadre intellectuel, pensant les relations Chine-Occident en termes de rapport de force, est également réapproprié par la classe dirigeante à des fins politiques. La critique des copies architecturales sert les enjeux politiques de l’élite chinoise au pouvoir au niveau international. Pourtant, ce cadre d’analyse n’est pas pertinent pour appréhender la complexité d’appropriation d’éléments urbains de style étranger en cela qu’il projette des logiques erronées tant sur les pratiques urbanistiques des concepteurs que sur les aspirations des habitants.

19Les productions urbaines de la zone de Thames Town ont unanimement été considérées à travers leur caractère d’imitations architecturales par l’ensemble des commentateurs, Occidentaux ou Chinois, qui se sont intéressés au programme One City, Nine Towns. La catégorisation des constructions comme copies de l’Occident place le projet d’urbanisme dans une relation avec le monde occidental, celui-ci étant considéré comme modèle des éléments imités. Plus encore, l’analyse du vocabulaire — autour du phénomène d’imitation — utilisé par de nombreux commentateurs révèle le cadre conceptuel, celui de la postmodernité, permettant à ces derniers de penser ce phénomène de copie, et un certain type de rapport entre la Chine et l’Occident. Les concepts et les analyses issues du courant de pensée postmoderne renvoient les imitations architecturales de Thames Town à de simples objets de consommation sans valeur historique ni symbolique, définissant un rapport culturel inégal entre les productions originales et les copies inauthentiques, entre l’Occident et la Chine.

Figure 4. Le bal des mariés, les files d’attente pour le meilleur spot

Figure 4. Le bal des mariés, les files d’attente pour le meilleur spot

© Martin Minost

  • 17 Bianca Bosker, op. cit.
  • 18 Jonathan Watts, « Shanghai Surprise… a New Town in Ye Olde English Style », The Guardian [En ligne] (...)
  • 19 Jonathan Glancey, « From the High-Rise to the Hutong », The Guardian [En ligne], 2008, consulté le (...)
  • 20 Nate Berg, « The Curious Case of ‘Imposturbs’ », CityLab [En ligne], 2012, consulté le 13/05/2015
  • 21 Kristie LuStout, « In One Chinese Village, ‘Real Ale Are Served Here’ », CNN [En ligne], 2006, cons (...)

20En plus des termes de copy ou d’imitation, Bianca Bosker, par exemple, parle du phénomène de « duplitecture » ou de « simulacrascapes » pour signifier l’imitation d’éléments architecturaux à grande échelle, ou alors de « copycat culture » pour désigner le contexte historique et culturel de la société chinoise au sein duquel s’épanouit le phénomène17. Ces éléments terminologiques, relativement fréquents dans les reportages médiatiques ou les écrits scientifiques, renvoient à la question de l’inauthenticité des constructions urbaines chinoises, ainsi perçues comme fausses (fake) par rapport aux constructions originales anciennes. Ces qualifications, accompagnées généralement d’adjectifs dépréciatifs tels que « funny », « grotesque18 », « absurdist world19 », « imposturbanism20 » ou encore « kitsch21 », alimentent un débat sur la valeur de ces copies. Pour de nombreux commentateurs, l’inauthenticité des constructions, inhérente à leur caractère d’imitation, est condamnable.

  • 22 Frederic Jameson, Le Post-modernisme, ou la logique culturelle du capitalisme tardif, Paris, ENSBA, (...)
  • 23 Jean Baudrillard, Simulacres et simulation, Paris, Galilée, 1981.
  • 24 Calvin Hui, « Decaffeinated England: Thames Town and its Discontents », Verge: Studies in Global As (...)

21L’utilisation d’un tel cadre conceptuel pour analyser le phénomène des copies et leurs conséquences sur les modes de vie et les représentations des habitants chinois et sur les formes des villes chinoises n’est pas neutre. Elle tend à produire une catégorisation scientifique et un discours particulier sur les constructions urbaines chinoises, et sur la valeur symbolique que les résidents pourraient leur prêter, et cela en dehors de toute considération du point de vue de ces habitants. Selon cette posture analytique postmoderne, celle du « pastiche22 » et du « simulacre23 », les imitations architecturales, perçues comme décontextualisées par les commentateurs de Thames Town, sont reléguées au rang de simples objets vides de sens. Ces biens n’ont plus pour unique fonction que d’être consommés car ils ont perdu leur connexion avec l’histoire et avec leur territoire d’origine, avec la réalité. Calvin Hui, professeur en études chinoises, fait référence aux analyses de Slavoj Zizek sur la logique économique néolibérale d’objectification (« commodification ») des choses pour justifier l’existence de Thames Town. Il définit la zone comme une « Angleterre décaféinée » (« decaffeinated England »), soit un bien consommable privé de sa qualité ou propriété principale, comme du café décaféiné — « England without Englishness24 ». En s’appuyant sur un cadre conceptuel postmoderne pour appréhender le phénomène d’imitation en Chine, les commentateurs rangent les constructions de Thames Town parmi les biens de consommation issus d’une logique néolibérale, c’est-à-dire seulement fondés sur la consommation de l’image qu’ils produisent ou renvoient, et déconnectés de toute forme de réalité, ou d’authenticité de l’expérience.

22Les catégories postmodernes posent un cadre d’intelligibilité particulier du phénomène chinois contemporain d’imitation des objets occidentaux. Ce cadre limite les productions architecturales à un statut de bien de consommation et enferme ces éléments culturels dans un rapport rigide et hiérarchique aux modèles européens dont ils s’inspirent. Ce rapport, fondé sur la notion d’authenticité qui sert d’indice de valeur aux choses, définit par conséquent l’absence de valeur et de sens de ces productions. Étant catégorisées comme des biens de consommation décontextualisés, les habitants qui les occupent sont également privés de leur capacité à donner un sens propre et autonome à leurs pratiques et à leur espace. D’après les commentateurs cités plus haut, l’accroissement du nombre d’imitations architecturales en Chine répondrait à un désir de la part des Chinois de vivre « à l’occidentale ». Un désir illusoire ou fantaisiste puisque les pastiches et les simulacres ne sont pas la réalité.

Figure 5. Un visiteur imitant la position de la statue de Newton

Figure 5. Un visiteur imitant la position de la statue de Newton

© Martin Minost

  • 25 Thomas J. Campanella, The Concrete Dragon: China’s Urban Revolution and What it Means to the World, (...)
  • 26 Thomas J. Campanella, op. cit.
  • 27 Zhang Li, In Search for Paradise. Middle-Class Living in a Chinese Metropolis, Ithaca/Londres, Corn (...)
  • 28 Zhang Li, op. cit.

23Le phénomène des reproductions architecturales a également généré des réactions, outre la condamnation d’une occidentalisation des modes de vie ou de l’imitation d’objets étrangers, visant à opposer une culture et une tradition chinoises face à cette invasion d’éléments culturels étrangers. Parmi les réponses proposées, les commentateurs ont tenté de revaloriser l’architecture et l’histoire culturelle de la société chinoise. Parallèlement, des personnalités politiques, à l’échelle de leur territoire d’investiture, ont tenté d’implémenter des politiques visant à limiter la propagation d’éléments n’appartenant pas à la culture des lieux. En ce sens, ces réponses participent à inscrire le phénomène des imitations spatiales dans le cadre d’un rapport culturel conflictuel entre la Chine et l’Occident. En marge de la production d’un discours scientifique sur les copies architecturales, ces réactions révèlent le contexte général politique de la réception du phénomène par des commentateurs extérieurs, ainsi que le cadre idéologique soutenant les mesures et les idées qu’ils développent : celui d’une relance des discours nationalistes, notamment à partir des années 2010. Certains hommes politiques ont tenté de réagir contre la multiplication des espaces urbains aux appellations et aux apparences étrangères. L’exemple le plus médiatisé, car d’envergure nationale, est la politique lancée par le ministre des Affaires civiles, Li Liguo, en mars 2016, pour protéger les dénominations locales et réguler l’utilisation de toponymes étrangers. D’autres cas existent à moindre échelle. Thomas Campanella25 rapporte qu’en 2004, les autorités shanghaiennes auraient enjoint les promoteurs immobiliers de se débarrasser des noms étrangers qualifiants les espaces de leurs opérations. Toutefois, cette régulation n’aurait pas été mise à exécution sur le terrain26. Similairement, l’anthropologue Li Zhang27 rapporte une mesure prise par le gouvernement municipal de Kunming, à la suite d’un débat soutenu par le journal officiel Le Quotidien du Peuple, de bannir les noms étrangers des opérations en construction et de celles à venir. La mesure était justifiée par la volonté de respecter les pratiques chinoises traditionnelles et limiter une dégénérescence culturelle entraînée par l’adulation des choses occidentales28.

  • 29 Keji Li, « 山寨洋建筑文化在迷失 » Shanzhai yang jianzhu : wenhua zai mishi [Les copies de l’architecture occi (...)

24Qu’il s’agisse d’une répétition d’une période de l’histoire shanghaïenne, ou simplement d’une manifestation des processus de globalisation faisant suite à l’ouverture de la Chine et à son intégration dans les réseaux d’échanges mondiaux, Thames Town est perçu, selon ces analyses, comme un objet occidental importé en Chine. Le quartier est alors replacé, selon une lecture ethnocentrée et orientaliste, dans une histoire des relations — inégales, et qui se répètent — entre la Chine et l’Occident, pour laquelle les cultures occidentales sont présentées comme le modèle à suivre inévitablement. Les réactions politiques mentionnées ne remettent pas en cause la logique de ce discours, et tentent plutôt d’opérer un renversement du regard en valorisant les productions culturelles chinoises29.

Les Chinois ont-ils cru à l’atmosphère anglaise ?

25La manière dont les habitants parlent de Thames Town et dont ils réagissent aux discours promotionnels est très révélatrice de la façon dont ils perçoivent et s’approprient la dimension anglaise des lieux. Premièrement, le caractère anglais n’est pas un élément central de leur discours. Lors de nos conversations, je devais parfois revenir sur la question du style architectural pour que mes interlocuteurs en donnent une qualification. Deuxièmement, les expériences du voyage et du mode de vie étranger, vantées par les discours promotionnels, n’ont pas eu d’écho dans l’appropriation personnelle du quartier par les habitants. Au contraire, ceux-ci présentent Thames Town comme un espace chinois, notamment au travers des individus qu’ils y croisent et des usages des voisins. L’analyse du discours que portent les habitants sur leur espace de vie et son caractère anglais révèle d’une part que l’aspect architectural semble être une dimension marginale de la relation à l’habitat et dans la construction du chez-soi – du moins le caractère britannique n’entre pas ou peu en ligne de compte. Et d’autre part, la question identitaire, au cœur des analyses et des descriptions des commentateurs, est un non-sujet pour les résidents. Leur installation n’aurait ainsi pas été liée à des préoccupations culturelles ni à des aspirations à vivre dans un autre pays.

26Tous les habitants rencontrés à Thames Town m’ont tenu ce même discours : la raison de leur installation était motivée par le « bon environnement » (环境很好 huanjing hen hao) de la zone. Dans cette représentation, l’architecture anglaise est complètement absente. Lors de nos conversations, je devais préciser mes questions, en mentionnant le style de l’architecture, pour obtenir leur point de vue sur le sujet. Dès lors, les quelques remarques que j’obtenais étaient limitées à une opinion esthétique. Le quartier est « joli » (漂亮 piaoliang) selon l’un des habitants, il est « beau » (美丽 meili) pour une autre. Enfin, certains utilisent le terme « élégant » (优雅 youya). Les considérations sur le quartier ne sortent pas du domaine de l’esthétique. Elles ne semblent pas non plus renvoyer à une quelconque forme d’identification. Les habitants n’utilisent pas les éléments et les dispositifs scénographiques comme points de repère : ils ne connaissent pas les noms des rues ou des zones résidentielles, ni celui des statues ou de leur localisation dans la zone. Cette relation à l’espace particulière, plutôt caractérisée par une absence de relation et de points de repère, semble montrer que le quartier de Thames Town n’est pas considéré par les habitants comme une échelle de référence pour l’identification de l’espace de vie. Le nom du quartier n’apparaît pas sur les cartes de visite des habitants qui y inscrivent pourtant leur adresse (exception faite de certains entrepreneurs individuels dont le commerce est localisé à Thames Town). Plus précisément, les éléments participant à la construction d’une atmosphère anglaise ne sont pas appropriés par les résidents comme éléments symboliques et identificatoires de leur lieu de vie.

27L’analyse de la manière dont les habitants perçoivent l’expérience de leur emménagement à Thames Town, en contre-point du discours du promoteur immobilier, est également révélatrice d’une non-appropriation des marqueurs d’identité anglaise. La grande majorité des habitants ne mentionnent pas de transformation de leur quotidien après leur installation. L’un de mes interlocuteurs faisait par exemple remarquer qu’à Thames Town, son logement était tout aussi moderne que l’appartement qu’il occupait dans le centre-ville de Shanghai. Il signifiait ainsi que bien que l’architecture extérieure pût paraître de style britannique traditionnel — il habitait avec sa famille dans un appartement en duplex d’un immeuble de style georgien — son nouveau logement était équipé de la même manière que l’ancien. L’aspect extérieur ne détermine pas un mode de vie particulier, ni ne détermine une aspiration à produire un espace intérieur qui ferait écho à l’aspect extérieur. Similairement, les autres habitants mentionnent simplement que leur vie et leurs habitudes ne se sont pas modifiées après leur installation : les « changements sont mineurs » pour une habitante de Victoria Garden. Un résident de la zone commerciale de Thames Town disait que « de manière générale les différences ne comptent pas », et d’autres habitants, enfin, ne voyaient pas de changements à décrire. Ces considérations sur leur vie quotidienne, qui dénotent une certaine continuité des habitudes entre les pratiques précédant l’emménagement et celles qui en sont postérieures, s’accompagnent de perceptions sur le quartier comme d’un espace appartenant à la société chinoise.

  • 30 Version originale : 不会因为建筑风格类似就能在像另一个国家生活 (buhui yinwei jianzhu fengge leisi jiu neng zai xiang lin (...)
  • 31 Version originale : 叶落归根 (yeluo guigen).

28Au cours de nos conversations, les habitants venaient à comparer leur mode de vie à celui qu’ils perçoivent comme mode de vie à l’anglaise. Il ressort de leur discours que la vie à Thames Town est très différente d’un mode de vie anglais, et l’apparence reproduite de l’espace ne peut pas entraîner une similitude des modes de vie. Une habitante de Nottingham Greenland dit à ce propos « qu’on ne peut pas dire qu’un mode de vie ressemble à celui d’un autre pays sous prétexte que le style de l’architecture est ressemblant30 ». De la même manière, une résidente de Rowland Height disait, comparant Thames Town et une ville anglaise : « Les gens sont différents, les habitudes sont différentes. » Un habitant de Kensington Garden indiquait qu’il ne pouvait pas se sentir dans un pays étranger car : « The faces are Chinese, the food is Chinese », montrant que la reproduction avait une limite et s’arrêtait à l’aspect extérieur, au contenant, alors que le contenu reste chinois. Au contraire du discours promotionnel selon lequel avec Thames Town les frontières sont brouillées entre la Chine et un pays étranger, les résidents expriment une différence très marquée et reconnue. Une habitante ajoutait à propos de son style de vie : « Ici, on mène encore une vie chinoise. » Cette distinction est d’autant plus consciente que la plupart des habitants ont voyagé dans des pays étrangers, en Europe, en Amérique du Nord ou en Australie et Nouvelle-Zélande. Ils ont des points de comparaison avec leur propre pratique. S’ils habitent Thames Town, ce n’est pas pour poursuivre une illusion ni un rêve d’être à l’étranger. Lors de notre conversation sur ces interactions culturelles, un résident a utilisé un proverbe : « La feuille tombée retourne à la racine31. » Pour lui, avec l’âge, un individu chinois qui a voyagé finit par revenir à son pays natal : il le garde en mémoire et nourrit le désir d’y retourner. Cet habitant shanghaien, qui a beaucoup voyagé pour ses études et son travail, interprète sa vie à Thames Town ainsi : même si l’aspect extérieur est différent, le mode de vie, plus profond, socialement hérité, ne change pas.

29L’analyse de ces représentations révèle deux aspects importants dans la relation des habitants à Thames Town. Premièrement, la dimension anglaise de l’espace n’est pas un élément central de la construction du rapport à l’espace domestique. Ce n’est pas ce caractère britannique qui fournit aux résidents, d’après leurs propos, des éléments pour identifier leur quartier. Deuxièmement, la question de la transformation des modes de vie et d’une éventuelle occidentalisation du quotidien apparaît comme un non-sujet. Les résidents ne prétendent pas aspirer à vivre dans un pays différent, hors de Chine, ni ne considèrent vivre différemment.

30Parallèlement aux perceptions des habitants, les comportements et les activités des visiteurs temporaires sont également révélateurs du caractère ordinaire de Thames Town, malgré son architecture étrangère. De nombreuses activités publiques sont observables à Thames Town. Certaines dépendent d’un cadre particulier régulier comme les pratiquants chrétiens venant à la messe catholique qui se déroule dans l’église de la zone tous les dimanches matin. D’autres renvoient à des temps de loisirs, comme les familles et groupes d’amis venant pique-niquer dans les espaces verts de Thames Town, par exemple sur les îles offrant une vue sur le lac et le reste de la ville nouvelle, ou encore ceux faisant du kayak sur les canaux du quartier. Certaines activités sont pratiquées en solitaire, comme la pêche ou la promenade des chiens. Parmi l’ensemble des usages de l’espace, une pratique collective retient particulièrement l’attention : celle des danses publiques collectives. Tous les soirs, après le dîner, aux alentours de 18 h 30-19 h, un groupe composé majoritairement de femmes, allant d’un âge moyen à un âge avancé, se rassemble sur la place Municipal Square de Thames Town, où se trouvent les bâtiments administratifs de la zone, ainsi que les musées, et d’où part une perspective sur le lac Huating et la ville nouvelle de Songjiang. L’une d’entre elles arrive en mobylette avec une chaîne hi-fi. Les premières installent des plots reliés par une chaîne pour délimiter le périmètre de la chorégraphie et limiter les gênes pouvant être causées par les autres individus qui occupent la place à cette heure : beaucoup de personnes font des promenades digestives, sortent avec les enfants qui se déplacent à vélo, en trottinettes ou sur rollers. Elles s’approprient ainsi une partie de l’espace pour leur activité collective. À l’heure convenue, la musique est lancée et la chorégraphie commence, guidée par l’une d’entre elles. Les éventuelles retardataires arrivent et s’ajoutent au groupe. Les danseuses attirent l’attention des promeneurs qui les regardent quelques instants avant de reprendre leur promenade. Elles sont parfois mimées par des enfants en bas âge intrigués par la musique et les gestes qu’elles réalisent. Les danses durent une demi-heure à trois quarts d’heure, puis le groupe se sépare après quelques mots échangés.

Figure 6. Les danses collectives dans l’espace public de Thames Town

Figure 6. Les danses collectives dans l’espace public de Thames Town

© Martin Minost

  • 32 Chiayi Seetoo, Haoping Zhou, « China’s Guangchang Wu. The Emergence, Choregraphy, and Management of (...)
  • 33 Chiayi Seetoo, Haoping Zhou, op. cit.

31Cette pratique est très répandue dans le pays. Elle regrouperait près de 100 millions de pratiquants en Chine en 2014. Elle a même été officialisée par le gouvernement central qui aurait publié des circulaires et des instructions pour guider et encadrer la pratique32. Les chorégraphies ont lieu dans des « espaces vides » en extérieur33, soit des espaces publics, quel que soit leur style ou leur esthétique. La situation à Thames Town n’est en ce sens aucunement unique. Une autre réunion similaire se déroule également sur les quais de la rive opposée du lac Huating, à l’extrémité ouest du parc central de la ville nouvelle de Songjiang. La pratique n’est ainsi pas liée à la dimension britannique de l’espace. Et les dames ne dansent pas non plus sur une musique anglaise. Ce lieu de Thames Town est approprié temporairement, mais régulièrement, non pas pour son identité anglaise, mais pour sa qualité d’espace public ouvert. La pratique qui s’y déroule renvoie à des manières de faire répandues dans les villes chinoises. Dans cette perspective, cet espace de la zone n’est pas identifié à un espace britannique — l’identification à une ville anglaise n’est pas pertinente pour la situation sociale — mais elle est identifiée à un espace urbain chinois où peut se produire une pratique urbaine chinoise.

  • 34 Dieter Hassenpflug, The Urban Code of China, Basel, Birkhäuser GmbH, 2010.
  • 35 Ibid.

32Thames Town est alors perçu comme un espace urbain ordinaire d’une ville chinoise, où peut se réaliser une urbanité proprement chinoise. Dans ce cas, cela donne une autre valeur à l’aspect anglais de l’espace. Les commentateurs comme le promoteur ont investi le style reproduit d’une qualité performative essentialiste, réifiant l’effet identificatoire des dispositifs scénographiques : d’après ces visions, le caractère britannique devait faire sens pour les visiteurs et devait être approprié par ces derniers comme moyen d’identification. Or, les pratiques décrites plus haut minimisent la valeur des signes et des référents étrangers tels qu’ils sont perçus par les individus. La dimension anglaise serait dans ce cas superficielle, non-essentielle. L’urbaniste hollandais Dieter Hassenpflug34 a proposé une analyse de Thames Town similaire. En comparant la zone de style allemand d’Anting et celle de Thames Town, il a repéré des logiques urbanistiques différentes entre les deux cas. Selon lui, Thames Town ne serait qu’un « décor » dans le sens où la morphologie urbaine de la zone reproduirait celui des villes chinoises en général, son « code urbain ». Il entend ainsi la reproduction d’une organisation spatiale des fonctions urbaines (résidentielles, commerciales, etc.) propre au modèle des villes chinoises. Les styles anglais reproduits ne seraient qu’une dimension esthétique, une pellicule n’altérant pas les modes de fonctionnement urbains traditionnels35. En ce sens, les visiteurs chinois n’auraient alors aucun mal à s’approprier les espaces de Thames Town, y retrouvant un agencement spatial connu. Selon cette perspective, bien que seulement fondée sur une analyse morphologique, on peut comprendre comment des pratiques chinoises urbaines ordinaires peuvent se dérouler à Thames Town, l’organisation et la forme des espaces permettant une actualisation de ces pratiques. Toutefois, Hassenpflug, n’analysant que la forme de l’espace, continue de prêter une valeur trop élevée au caractère anglais de l’espace et projette une certaine vision sur les logiques motivant les individus.

33La dimension anglaise de l’espace n’est ainsi pas la seule caractéristique qui permet de définir ou d’identifier la zone. Les visiteurs et les usagers qui se rendent à Thames Town ne viennent pas nécessairement s’approprier un lieu dont l’unique qualité serait qu’il est identifiable à une ville anglaise. Au contraire, les pratiques diverses de passants variés révèlent que la zone est perçue à travers une pluralité de dimensions qui ne renvoient pas toutes à l’aspect et aux styles architecturaux. L’entreprise de développement du quartier a adapté son discours publicitaire sur Thames Town au regard de l’importance et du nombre de ce type de visiteurs. La première carte touristique du quartier, datant de 2010, était dans les tons rouges et montrait la localisation des sites intéressants — d’architecture et de style anglais — de la zone. Le dépliant était également composé de photographies des bâtiments à l’architecture particulièrement stéréotypée de Thames Town, et le slogan, comme dit précédemment, associait à la qualité anglaise de l’espace une qualité de vie supérieure. En 2013, une nouvelle carte est produite. Le code de couleur principal est cette fois le vert. Les images ne montrent plus des immeubles et des espaces à l’architecture britannique mais des individus profitant des espaces verts du quartier. Le nouveau slogan apparent sur le dépliant est : « Living, Creating, Relaxing » (生活着,创意者,休闲着 shenghuozhe, chuangyizhe, xiuxianzhe). Ce virage dans la politique de promotion commerciale de la zone par l’entreprise de développement est significatif des enjeux liés aux espaces publics des villes chinoises et de ce qui est attractif pour les visiteurs qui viennent à Thames Town. Dans ce cas précis, la dimension anglaise n’apparaît pas au cœur des attentes des touristes et n’est, par conséquent, plus autant mise en avant dans la promotion du quartier. La zone est alors plutôt caractérisée par ses espaces verts et les services de loisirs qui y sont installés.

Figure 7. Pêcheurs solitaires au bord des canaux de Thames Town, en marge du décor

Figure 7. Pêcheurs solitaires au bord des canaux de Thames Town, en marge du décor

© Martin Minost

Conclusion. Un objet hors de l’histoire ?

  • 36 Badiaa Hamama, Jian Liu, « What is Beyond the Edge? Gated Communities and their Role in China’s Des (...)

34Le quartier de Thames Town est ainsi un espace où s’entrecroisent des lectures historiques variées, dépendantes des aspirations et des logiques des acteurs, mais en aucun cas un objet sans histoire. Même si les concepteurs ont cherché à singulariser l’espace par une métaphore d’extraterritorialisation, ils ont également produit une histoire de la construction du quartier dans le but de singulariser et de promouvoir le quartier, qui au-delà de la thématique de l’authenticité dans le projet, s’insère dans l’histoire plus longue de l’arrondissement et du développement de la région. La ville nouvelle comme programme d’urbanisme s’inscrit dans la continuité de projets plus anciens, aux influences différentes : la ville-satellite s’était inspirée de modèles soviétiques tandis que la ville nouvelle renvoie à celui de la cité-jardin, montrant les variations d’influences internationales selon les époques. Les commentateurs ont prolongé la représentation d’un espace déconnecté de son territoire, en se fondant sur des théories impropres à saisir exhaustivement les situations chinoises, tout en réactivant des débats d’idées qui avaient cours au début du XXe siècle dans un tout autre contexte politique, économique et culturel. Ce faisant, ils ont cependant projeté les espaces copiés dans des débats qui ont fait l’objet d’une récupération politique et permettent aujourd’hui de justifier les programmes des dirigeants chinois et une idéologie culturelle en opposition avec les modèles occidentaux. Enfin, les usagers, réduits au rang de consommateurs par les discours précédents, s’approprient l’espace et semblent marginaliser la dimension anglaise de l’espace pourtant au cœur des narrations promotionnelles et interprétatives des autres acteurs. Ils intègrent le quartier dans leurs trajectoires ordinaires personnelles, et influencent ainsi les programmes de promotion de l’entreprise de gestion. Ce faisant, ils donnent à voir ce qui fait sens au quotidien concernant les transformations et la production symbolique et sociale d’un espace résidentiel. Les habitants, comme les usagers temporaires, aspirent à un certain type d’environnement urbain, ce qu’ils décrivent comme un « bon environnement », et une forme d’habitat dédensifié qui tranche avec leur expérience des centres-villes. Ils donnent ainsi des indices pour comprendre le succès des zones résidentielles construites en périphéries des villes chinoises que les observateurs occidentaux ont improprement nommé « gated communities » (en s’inspirant du cas états-unien), et qui sont devenues le modèle d’habitat dominant en Chine36.

Haut de page

Bibliographie

Atkins (Firm), Atkins: Architecture and Urban Design: Selected and Current Works 2011, Victoria, The Images Publishing Group, 2011.

Jean Baudrillard, Simulacres et simulation, Paris, Galilée, 1981.

Nate Berg, « The Curious Case of ‘Imposturbs’ », CityLab [En ligne], 2012, consulté le 13/05/2015.

Marie-Claire Bergère, « Le Développement urbain de Shanghai, un “remake” ? », Vingtième siècle. Revue d’histoire, vol. 1, n° 85, 2005, Paris, Presses de Sciences Po, pp. 45-60.

Bianca Bosker, Original Copies. Architectural Mimicry in Contemporary China, Honolulu, University of Hawaï Press, 2013.

Bureau du sous-arrondissement de Fangsong, 放松街道志 Fangsong jiedao zhi [Annales du sous-arrondissement de Fangsong], Shanghai, 上海辞书出版社 Shanghai cishu chubanshe [Shanghai Lexicographic Publishing House], 2012.

Thomas J. Campanella, The Concrete Dragon: China’s Urban Revolution and What it Means to the World, New York, Princeton Architectural Press, 2008.

Harry den Hartog (éd.), Shanghai New Towns. Searching for Community and Identity in a Sprawling Metropolis, Rotterdam, 010 Publishers, 2010.

Friederike Fleischer, « To Choose a House Means to Choose a Lifestyle. The Consumption of Housing and Class-Structuration in Urban China », City & Society, vol. 19, Issue 2, 2007, Hoboken, Wiley-Blackwell, p. 287-311.

Jade Franklin, « The Art of Imitation: Thames Town and “The Copy” in China », Da meishu 大美术 [Fine Arts], n° 6, 2007, Shanghai, 上海市人民美术出版社 Shanghaishi renmin meishu chubanshe [Shanghai People’s Fine Arts Publishing House] p. 153-156.

David Fraser, « Inventing Oasis: Luxury Housing Advertisments and Reconfiguring Domestic Space in Shanghai », dans Deborah Davis (éd.), The Consumer Revolution in Urban China, Berkeley, University of California Press, 2000, p. 25-53.

Jonathan Glancey, « Pubs, Privet and Parody as China Builds Little Britain by the Yangtse », The Guardian [En ligne], 2006, consulté le 13/05/2015.

Jonathan Glancey, « From the High-Rise to the Hutong », The Guardian [En ligne], 2008, consulté le 19/12/2019.

Henri Grabar, « Why We Shouldn’t Mock the Idea of an Eiffel Tower in Hangzhou », CityLab [En ligne], 2013, consulté le 29/09/2015.

Anna Greenspan, « Shanghai’s Thames Town: One Potemkin Village within Another », The Globalist [En ligne], 2014, consulté le 29/09/2015.

Badiaa Hamama, Jian Liu, « What is Beyond the Edge? Gated Communities an their Role in China’s Desire for Harmonious Cities », City, Territory and Architecture, vol. 7, n° 13, 2020, Berlin, Springer, pp. 1-12, [en ligne] [http://doi.org/10.1186/s40410-020-00122-x/].

Dieter Hassenpflug, The Urban Code of China, Basel, Birkhäuser GmbH, 2010.

Carine Henriot, Villes nouvelles et redéploiement métropolitain à Shanghai, thèse de doctorat soutenue à l’université Paris 1-Panthéon Sorbonne, 2013.

Calvin Hui, « Decaffeinated England: Thames Town and its Discontents », Verge: Studies in Global Asia, vol. 2, n° 1, Minneapolis, University of Minnesota Press, 2016, p. 76-83.

Frederic Jameson, Le Post-Modernisme, ou la logique culturelle du capitalisme tardif, Paris, ENSBA, 2011.

Françoise Kreissler, « Le Quartier de Tilanqiao, l’émergence d’un “patrimoine juif” à Shanghai », dans Manuelle Franck, Thierry Sanjuan (dir.), Territoires de l’urbain en Asie. Une nouvelle modernité ?, Paris, CNRS Éditions, 2015, p. 85-101.

Andrew Law, « Postcolonial Shanghai: An Urban Discourse of Prosperity and Futurity », dans Mrinalini Rajagopalan, Madhuri Desai (éds), Colonial Frames, Nationalist Histories: Imperial Legacies, Architecture, and Modernity, Farnham et Burlington, Ashgate, 2012, p. 285-304.

Keji Li, « 山寨洋建筑文化在迷失 » Shanzhai yang jianzhu : wenhua zai mishi [Les Copies de l’architecture occidentale : une perte culturelle], 人民日报 Renmin Ribao [Le Quotidien du Peuple] [En ligne], 2013, consulté le 10/01/2017.

Zhang Li, In Search for Paradise. Middle-Class Living in a Chinese Metropolis, Ithaca/Londres, Cornell University Press, 2010.

Kristie LuStout, « In one Chinese village, “Real Ale Are Served Here” », CNN [En ligne], 2006, consulté le 13/05/2015.

Lei Min, « 在梦幻般的世界里狂欢-泰晤士小镇追踪报道 » Zai menghuan bande shijie li kuanghuan – Taiwushi xiaozhen zhuizongbaodao zhi si [Les Réjouissances publiques dans un monde semblable à un rêve – Rapport d’investigation sur Thames Town n° 4], 沪港经济 Hugang jingji [Shanghai & Hong Kong Economics], 11, Shanghai, 沪港经济发展协会 Hugang jingji fazhan xiehui [Association for Shanghai-Hong Kong Economic development], 2006, p. 42-44.

Ruth Morris, « Why China Loves to Build Copycat Architecture », BBC [En ligne], 2013, consulté le 29/09/2015.

Choon-Piew Pow, Gated Communities in China. Class, Privilege and the Moral Politics of the Good Life, Londres/New York, Routledge, 2012.

Caroline de Saint-Pierre, La Fabrication plurielle de la ville. Décideurs et citadins à Cergy-Pontoise, 1990-2000, Paris, Créaphis, 2002.

Caroline de Saint-Pierre, « Créer de la localité en ville nouvelle : l’exemple de Cergy », Ethnologie française, vol. 33, n° 1, Paris, PUF, 2003, p. 81-90.

Chiayi Seetoo et Haoping Zhou, « China’s Guangchang Wu. The Emergence, Choregraphy, and Management of Dancing in Public Squares », TDR: The Drama Review, vol. 60, n° 4, Cambridge, Cambridge University Press, 2016, p. 22-49.

Loïc Vadelorge, « Des villes sans histoires », Ethnologie française, vol. 33/n° 1, Paris, PUF, 2003, p. 21-30.

Zhenliang Wang et Jiafeng Liu, 中国新城规划典范。上海松江新城规划设计国际竞标方案精品集 Zhongguo xincheng guihua dianfan. Shanghai songjiang xincheng guihua sheji guoji jingbiao fang’an jingpin ji [Un modèle de planification d’une ville nouvelle en Chine. Collection des meilleurs projets de la compétition internationale pour la planification et le design de la ville nouvelle de Songjiang à Shanghai], Shanghai, 同济大学出版社 Tongji daxue chubanshe [Tongji University Press], 2003.

Zhijun Wang et Tianwei Mo, 上海‘一城九镇’空间形态与类型研究 Shanghai ‘yi cheng, jiu zhen’kongjian xingtai leixing yanjiu [Research on the Spatial Structures and Morphological Types of Shanghai’s ‘One City, Nine Towns’], Shanghai, 同济大学出版社 Tongji daxue chubanshe [Tongji University Press], 2019.

Jonathan Watts, « Shanghai surprise… a New Town in Ye Olde English Style », The Guardian [En ligne], 2004, consulté le 13/05/2015.

Fulong Wu, « Transplanting Cityscapes: the Use of Imagined Globalization in Housing Commodification in Beijing », Area, vol. 36, n° 3, Hoboken, Wiley-Blackwell, 2004, p. 227-234.

Tianbai Yu, « 一个作家眼中的泰晤士小镇 » Yi ge zuojia yanzhong de taiwushi xiaozhen [Le regard d’un écrivain sur Thames Town], 沪港经济 Hugang jingji [Shanghai & Hong Kong Economics], 09, Shanghai, 沪港经济发展协会 Hugang jingji fazhan xiehui [Association for Shanghai-Hong Kong Economic development], 2006, p. 36-38.

Keping Yu, « “Westernization” vs. “Sinicization”: an Ineffaceable Paradox within China’s Modernization Process », dans Tianyu Cao, Xueping Zhong, Keping Liao (éds.), Culture and Social Transformations in Reform Era China, Leiden et Boston, Brill, 2010, p. 153-195.

Haut de page

Notes

1 Ce relatif aveuglement des recherches historiques n’est pas propre à des objets chinois. Loïc Vadelorge rappelle dans ses travaux que malgré un corpus de données historiques et d’archives sur la construction des villes nouvelles françaises, ces opérations ne sont devenues que tardivement des objets pour les historiens (Loïc Vadelorge, « Des villes sans histoires », Ethnologie française, vol. 33, n° 1, Paris, PUF, 2003, p. 21-30).

2 Les architectures étrangères des anciennes concessions sont fréquemment citées pour rechercher une origine aux imitations contemporaines. Mais il existe d’autres cas d’influences étrangères en Chine : l’urbanisme soviétique qui caractérise les constructions des premières années du régime communiste, ou encore les palais de style européen 西洋楼 (Xiyanglou) construits par les empereurs Qing de la dernière dynastie dans la résidence d’été de Yuanmingyuan. Bianca Bosker par exemple, mobilise l’un des principes de la peinture traditionnelle chinoise, fondée sur l’imitation, pour caractériser la culture chinoise comme « culture de la copie » (Bianca Bosker, Original Copies. Architectural Mimicry in Contemporary China, Honolulu, University of Hawai Press, 2013).

3 Jade Franklin, « The Art of Imitation: Thames Town and ‘The Copy’in China », Da meishu 大美术 [Fine Arts], n° 6, 2007, Shanghai, 上海市人民美术出版社 Shanghaishi renmin meishu chubanshe [Shanghai People’s Fine Arts Publishing House] p. 153-156 ; Andrew Law, « Postcolonial Shanghai: An Urban Discourse of Prosperity and Futurity », dans Mrinalini Rajagopalan et Madhuri Desai (éds), Colonial Frames, Nationalist Histories: Imperial Legacies, Architecture, and Modernity, Farnham et Burlington, Ashgate, 2012, p. 285-304.

4 Caroline de Saint-Pierre, La Fabrication plurielle de la ville. Décideurs et citadins à Cergy-Pontoise, 1990-2000, Paris, Créaphis, 2002 ; Caroline de Saint-Pierre, « Créer de la localité en ville nouvelle : l’exemple de Cergy », Ethnologie française, vol. 33, n° 1, Paris, PUF, 2003, p. 81-90.

5 Concernant les citations de nos interlocuteurs, celles transcrites en français ont été prononcées en chinois et celles transcrites en anglais ont été prononcées en anglais.

6 Version originale : « 小镇充满浓郁的英伦气息,入镇仿佛踏进异域 (xiaozhen chongman nongyu de yinlun qixi, ru zhen fangfu tajin yi yu), Bureau du sous-arrondissement de Fangsong, 放松街道志 Fangsong jiedao zhi [Annales du sous-arrondissement de Fangsong], Shanghai, 上海辞书出版社 Shanghai cishu chubanshe [Shanghai Lexicographic Publishing House], 2012.

7 Tianbai Yu, « 一个作家眼中的泰晤士小镇 » Yi ge zuojia yanzhong de taiwushi xiaozhen [Le regard d’un écrivain sur Thames Town],沪港经济 Hugang jingji [Shanghai & Hong Kong Economics], 09, Shanghai, 沪港经济发展协会 Hugang jingji fazhan xiehui [Association for Shanghai-Hong Kong Economic development], 2006, p. 36-38.

8 Tianbai Yi, op. cit.

9 Lei Min, « 在梦幻般的世界里狂欢-泰晤士小镇追踪报道 » Zai menghuan bande shijie li kuanghuan – Taiwushi xiaozhen zhuizongbaodao zhi si [Les réjouissances publiques dans un monde semblable à un rêve – Rapport d’investigation sur Thames Town n° 4], 沪港经济 Hugang jingji [Shanghai & Hong Kong Economics], 11, Shanghai, 沪港经济发展协会 Hugang jingji fazhan xiehui [Association for Shanghai-Hong Kong Economic development], 2006, p. 42-44.

10 Choon-Piew Pow, Gated Communities in China. Class, Privilege and the Moral Politics of the Good Life, Londres/New York, Routledge, 2012.

11 David Fraser, « Inventing Oasis: Luxury Housing Advertisments and Reconfiguring Domestic Space in Shanghai », dans Deborah Davis (éd.), The Consumer Revolution in Urban China, Berkeley, University of California Press, 2000, p. 25-53 ; Fulong Wu, « Transplanting Cityscapes: the Use of Imagined Globalization in Housing Commodification in Beijing », Area, vol. 36, n° 3, Hoboken, Wiley-Blackwell, 2004, p. 227-234 ; Choon-Piew Pow, op. cit.

12 Friederike Fleischer, « To Choose a House Means to Choose a Lifestyle. The Consumption of Housing and Class-Structuration in Urban China », City & Society, vol. 19, Issue 2, 2007, Hoboken, Wiley-Blackwell, p. 287-311.

13 Zhenliang Wang et Jiafeng Liu, 中国新城规划典范。上海松江新城规划设计国际竞标方案精品集 Zhongguo xincheng guihua dianfan. Shanghai songjiang xincheng guihua sheji guoji jingbiao fang’an jingpin ji [Un modèle de planification d’une ville nouvelle en Chine. Collection des meilleurs projets de la compétition internationale pour la planification et le design de la ville nouvelle de Songjiang à Shanghai], Shanghai, 同济大学出版社 Tongji daxue chubanshe [Tongji University Press], 2003 ; Atkins (Firm), Atkins: Architecture and Urban Design : Selected and Current Works 2011, Victoria, The Images Publishing Group, 2011.

14 Harry den Hartog (éd.), Shanghai New Towns. Searching for Community and Identity in a Sprawling Metropolis, Rotterdam, 010 Publishers, 2010.

15 Marie-Claire Bergère, « Le Développement urbain de Shanghai, un “remake” ? », Vingtième siècle. Revue d’histoire, vol. 1, n° 85, 2005, Paris, Presses de Sciences Po, p. 45-60 ; Andrew Law, op. cit. ; Françoise Kreissler, « Le Quartier de Tilanqiao, l’émergence d’un “patrimoine juif” à Shanghai », dans Manuelle Franck et Thierry Sanjuan (dir.), Territoires de l’urbain en Asie. Une nouvelle modernité ?, Paris, CNRS Éditions, 2015, p. 85-101.

16 Keping Yu, « ‘Westernization’vs. ‘Sinicization’: an Ineffaceable Paradox within China’s Modernization Process », dans Tianyu Cao, Xueping Zhong et Keping Liao (éds.), Culture and Social Transformations in Reform Era China, Leiden/Boston, Brill, 2010, p. 153-195.

17 Bianca Bosker, op. cit.

18 Jonathan Watts, « Shanghai Surprise… a New Town in Ye Olde English Style », The Guardian [En ligne], 2004, consulté le 13/05/2015.

19 Jonathan Glancey, « From the High-Rise to the Hutong », The Guardian [En ligne], 2008, consulté le 19/12/2019.

20 Nate Berg, « The Curious Case of ‘Imposturbs’ », CityLab [En ligne], 2012, consulté le 13/05/2015

21 Kristie LuStout, « In One Chinese Village, ‘Real Ale Are Served Here’ », CNN [En ligne], 2006, consulté le 13/05/2015 ; Henri Grabar, « Why We Shouldn’t Mock the Idea of an Eiffel Tower in Hangzhou », CityLab [En ligne], 2013, consulté le 29/09/2015 ; Ruth Morris, « Why China Loves to Build Copycat Architecture », BBC [En ligne], 2013, consulté le 29/09/2015 ; Anna Greenspan, « Shanghai’s Thames Town: One Potemkin Village within Another », The Globalist [En ligne], 2014, consulté le 29/09/2015.

22 Frederic Jameson, Le Post-modernisme, ou la logique culturelle du capitalisme tardif, Paris, ENSBA, 2011.

23 Jean Baudrillard, Simulacres et simulation, Paris, Galilée, 1981.

24 Calvin Hui, « Decaffeinated England: Thames Town and its Discontents », Verge: Studies in Global Asia, vol. 2, n° 1, Minneapolis, University of Minnesota Press, 2016, p. 76-83.

25 Thomas J. Campanella, The Concrete Dragon: China’s Urban Revolution and What it Means to the World, New York, Princeton Architectural Press, 2008.

26 Thomas J. Campanella, op. cit.

27 Zhang Li, In Search for Paradise. Middle-Class Living in a Chinese Metropolis, Ithaca/Londres, Cornell University Press, 2010.

28 Zhang Li, op. cit.

29 Keji Li, « 山寨洋建筑文化在迷失 » Shanzhai yang jianzhu : wenhua zai mishi [Les copies de l’architecture occidentale : une perte culturelle], 人民日报 Renmin Ribao [Le Quotidien du Peuple] [En ligne], 2013, consulté le 10/01/2017.

30 Version originale : 不会因为建筑风格类似就能在像另一个国家生活 (buhui yinwei jianzhu fengge leisi jiu neng zai xiang lingyige guojia shenghuo).

31 Version originale : 叶落归根 (yeluo guigen).

32 Chiayi Seetoo, Haoping Zhou, « China’s Guangchang Wu. The Emergence, Choregraphy, and Management of Dancing in Public Squares », TDR: The Drama Review, vol. 60, n° 4, Cambridge, Cambridge University Press, 2016, p. 22-49.

33 Chiayi Seetoo, Haoping Zhou, op. cit.

34 Dieter Hassenpflug, The Urban Code of China, Basel, Birkhäuser GmbH, 2010.

35 Ibid.

36 Badiaa Hamama, Jian Liu, « What is Beyond the Edge? Gated Communities and their Role in China’s Desire for Harmonious Cities », City, Territory and Architecture, vol. 7, n° 13, 2020, Berlin, Springer, p. 1-12, [en ligne] [http://doi.org/10.1186/s40410-020-00122-x/].

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Les villes nouvelles du programme One City, Nine Towns à Shanghai
Légende Sources : Carine Henriot, Villes nouvelles et redéploiement métropolitain à Shanghai, thèse de doctorat soutenue à l’université Paris 1–Panthéon Sorbonne, 2013 ; Zhijun Wang et Tianwei Mo, 上海‘一城九镇’空间形态与类型研究 Shanghai ‘yi cheng, jiu zhen’kongjian xingtai leixing yanjiu [Research on the Spatial Structures and Morphological Types of Shanghai’s ‘One City, Nine Towns’], Shanghai, 同济大学出版社 Tongji daxue chubanshe [Tongji University Press], 2019.
Crédits © Martin Minost
URL http://journals.openedition.org/craup/docannexe/image/10824/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 221k
Titre Figure 2. L’organisation des espaces à Thames Town, Songjiang
Crédits Sources : carte touristique de Thames Town. © Martin Minost
URL http://journals.openedition.org/craup/docannexe/image/10824/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 213k
Titre Figure 3. Une atmosphère vivante à Thames Town : un agent de surveillance en costume
Crédits © Martin Minost
URL http://journals.openedition.org/craup/docannexe/image/10824/img-3.png
Fichier image/png, 2,5M
Titre Figure 4. Le bal des mariés, les files d’attente pour le meilleur spot
Crédits © Martin Minost
URL http://journals.openedition.org/craup/docannexe/image/10824/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 883k
Titre Figure 5. Un visiteur imitant la position de la statue de Newton
Crédits © Martin Minost
URL http://journals.openedition.org/craup/docannexe/image/10824/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 825k
Titre Figure 6. Les danses collectives dans l’espace public de Thames Town
Crédits © Martin Minost
URL http://journals.openedition.org/craup/docannexe/image/10824/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 501k
Titre Figure 7. Pêcheurs solitaires au bord des canaux de Thames Town, en marge du décor
Crédits © Martin Minost
URL http://journals.openedition.org/craup/docannexe/image/10824/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Martin Minost, « Quelle histoire pour les quartiers d’architecture étrangère en Chine ? Entrecroisements des récits et des enjeux d’acteurs à Thames Town, en périphérie de Shanghai »Les Cahiers de la recherche architecturale urbaine et paysagère [En ligne], 15 | 2022, mis en ligne le 21 novembre 2022, consulté le 05 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/craup/10824 ; DOI : https://doi.org/10.4000/craup.10824

Haut de page

Auteur

Martin Minost

Martin Minost, docteur en anthropologie sociale et ethnologie de l’EHESS, affilié au Centre d’études sur la Chine moderne et contemporaine (UMR 8173 – CCJ) est enseignant contractuel à l’ENSA Paris-Malaquais et chercheur associé au LéaV. Ses recherches portent sur les modes d’habiter des élites chinoises urbaines contemporaines, notamment dans les quartiers aux architectures inspirées de modèles étrangers.
Parmi ses dernières publications : « The Western World as Utopia? Thames Town, Songjiang and the New Chinese Residential Habits », dans, Gregory Bracken (éd.), Contemporary Practices of Citizenship in Asia and the West. Care of the Self, Amsterdam, Amsterdam University Press, 2020, p. 17-40 ; « Vivre à l’anglaise… à Shanghai ? Mobilités vécues et mobilités imaginées des résidents de Thames Town », dans Céline Barrère et Caroline Rozenholc (dir.), Les Lieux de mobilité en question, Paris, Karthala, 2018, p. 66-86 ; avec Carine Henriot, « Thames Town, un cliché à l’anglaise : production urbaine et construction sociale d’un quartier d’architecture occidentale à Shanghai », Perspectives chinoises, 2017/1, p. 83-90.
martin.minost@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Ministère de la culture
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search