Navigation – Plan du site

AccueilDossiers15Il était une fois le barrio El Li...

Il était une fois le barrio El Libertador. De la construction de la maison à la formalisation d’un quartier précaire à Saint-Domingue (République dominicaine)

Once Upon a Time, in the Barrio Libertador. From the Home’s Construction to Slum Upgrading in Santo Domingo, Dominican Republic.
Darysleida Sosa Valdez

Résumés

L’histoire des quartiers informels peut se lire à travers celle de la construction et la rénovation des maisons qui les composent. En retraçant les étapes de construction des habitations, cet article rend intelligible le processus de densification, de consolidation et de formalisation du barrio El Libertador, à Saint-Domingue, en République dominicaine. Trois récits, récoltés lors d’une enquête ethnographique menée entre 2016 et 2018 et traduits graphiquement permettent de comprendre les temporalités, les stratégies des habitants, les réseaux d’entraide et l’incidence des politiques urbaines sur l’histoire du barrio. L’analyse montre des changements structurels en termes physiques (espace construit) et sociaux qui se traduisent progressivement par l’homogénéisation et l’enfermement des modes d’habitat.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Dans le contexte de la ville de Saint-Domingue, le mot barrio fait référence aux quartiers informel (...)
  • 2 ONE, XI Censo nacional de poblacion y vivienda 2010. Caracteristicas del entorno de la vivienda y e (...)

1Le barrio1 El Libertador se trouve dans la municipalité de Saint-Domingue Ouest et compte officiellement environ 39 225 habitants2. Son histoire commence en 1940 avec l’implantation de la famille Aguiar, proche du dictateur Leonidas Trujillo, qui occupe la partie est de la zone. Avec le temps, les héritiers Aguiar divisent et vendent le terrain, entraînant les premières occupations. Ensuite, la construction d’une zone industrielle, en 1968, et les expulsions dans les quartiers centraux de Saint-Domingue, au début des années 1970 qui cherchaient moderniser la ville, entraînent la densification progressive du quartier.

2Invisible sur les relevés cartographiques de l’époque, ce n’est qu’à partir des années 1998, à la suite des inondations et des pertes humaines provoquées par l’ouragan George, que le barrio suscite l’intérêt des décideurs locaux. Le quartier est déclaré « zone à haut risque » à la suite des inondations et la propagation des maladies. S’ensuit une forte médiatisation des épisodes de violence, des luttes de gangs, du trafic de drogue et des catastrophes naturelles, qui font la une des journaux tout au long des années 2000. Pour les acteurs gouvernementaux, la composition spatiale du quartier serait à l’origine de cette délinquance et de la vulnérabilité socio-environnementale. La haute densité, la promiscuité et le manque d’espaces publics provoqueraient des comportements déviants chez les plus jeunes. La ravine polluée appelée « Guajimia » qui traverse le barrio accroîtrait les risques d’inondation et de propagation de maladies, et les petites ruelles labyrinthiques faciliteraient le trafic de drogue. Par conséquent, l’amélioration des conditions matérielles et sociales du barrio devient une priorité locale, appelant à la réalisation de multiples opérations de requalification urbaine et de dotation de services.

  • 3 Angel Shlomo, Política de vivienda en la Republica Dominicana : diagnosis y guías de acción, New Yo (...)

3Raconter l’histoire des barrios en se limitant au récit officiel, souvent réducteur et stigmatisant, ne permet pas de comprendre comment le barrio El Libertador et d’autres quartiers informels sont devenus omniprésents dans le paysage urbain dominicain, au point de représenter le 75 % de la production de logement3, ni de retracer les évolutions d’une zone qui, de domaine privé en zone rurale, est devenue un quartier périphérique de la ville, puis un barrio à haut risque. Le récit officiel omet également les multiples modifications et adaptations spatiales produites par les habitants, ou négociées avec les aménageurs locaux. Par ailleurs, l’habitant, sujet historique, constructeur de son habitat est rendu invisible et impuissant face à des événements qui sont pourtant étroitement liés à la construction des habitations.

  • 4 Tahira Vargas, De la casa a la calle : estudio de la familia y la vecindad en un barrio de Santo Do (...)
  • 5 Cela, Jorge, « En busca de alternativas. La problematica habitacional en Santo Domingo », dans Rosa (...)
  • 6 Oswald Spengler, Le Déclin de l’Occident, esquisse d’une morphologie de l’histoire universelle : pe (...)
  • 7 Gaston Bachelard, La Poétique de l’espace, Paris, Presses universitaires de France (Bibliothèque de (...)
  • 8 Darysleida Sosa Valdez, Autoconstruits, précaires, écologiques ? Enquête sur la durabilité urbaine (...)

4En effet, dans ce quartier où les limites physiques et symboliques entre les espaces communs et privés n’existent pas, la rue et la maison se construisent simultanément4. Les constructions des maisons s’inscrivent dans un processus continu qui relève tant d’un acte d’émancipation que de survie, de victoire et de fierté5. La maison permet ainsi l’intégration des habitants dans un nouvel environnement, en lui permettant de devenir un « être-social »6, et en régulant en même temps son passé, son présent et son futur7. Dans ce sens, l’histoire du barrio El Libertador ne peut pas être racontée à partir des plans cadastraux ou des registres de propriété, car ces documents sont quasi inexistants. Mais qu’il est possible de retracer l’histoire de ce quartier à travers les récits personnels, intimement liés à la construction des maisons des habitants. Les transformations de la maison racontées de manière anecdotique coïncident souvent avec des événements historiques et des épisodes spécifiques dans les parcours des habitants (expulsion, la fondation d’une famille ou ambition personnelle). Ces microhistoires mettent en avant les multiples fonctions de la maison, et leurs effets directs sur la configuration spatiale du quartier et de la ville dominicaine en général8.

5À partir de trois récits récoltés lors d’une enquête ethnographique menée entre 2016 et 2018, cet article tente de reconstituer l’histoire du barrio El Libertador. En présentant l´évolution de la maison dans le temps, il s’agira de comprendre les temporalités, les échelles, les ambiguïtés et les paradoxes du processus de consolidation du quartier. Dans une première partie, ces récits sont retranscrits et traduits graphiquement pour illustrer les moments d’occupation, de construction et de rénovation des habitations. Ce processus est ensuite mis en perspective pour démontrer le lien entre la construction de la maison et le développement progressif du barrio. Finalement, l’histoire récente du barrio est discutée à l’aune des interventions urbaines de formalisation urbaine.

Les rencontres, les entretiens et ses traductions graphiques

6Les entretiens approfondis ont été réalisés dans différentes parties du quartier. Les trois récits évoqués dans cet article concernent des personnes appartenant à une même catégorie socio-économique à l’intérieur du barrio : les propriétaires. Si les habitants des barrios sont souvent considérés comme appartenant à la même classe sociale « pauvre », des catégorisations distinctives se dégagent à l’intérieur du quartier. Ceux qui ont le plus de pouvoir d’achat les salariés, les petits commerçants et les bailleurs propriétaires et ceux qui ont le moins de pouvoir d’achat, les vendeurs ambulants et les femmes de ménage. Ainsi, Esteban est salarié dans un magasin de jouets. Il vit avec sa femme, Luz, mère au foyer, et ses trois enfants, étudiants à l’université au moment de l’entretien. Maria est quant à elle chef d’entreprise et vit avec son deuxième mari et ses deux enfants, étudiants au lycée dans le barrio. Teresa, veuve, sans emploi fixe, rend des services divers à ses voisins (baby-sitting, préparation de repas) et vit avec sa fille benjamine qui travaille et porte économiquement le foyer.

La maison témoin de Luz y Esteban

7Luz et Esteban sont arrivés à la capitale depuis la ville de San Francisco de Macoris en 1987. Ils ont d’abord trouvé refuge chez la tante Margarita, qui leur a permis de vivre chez elle pendant qu’elle travaillait aux États-Unis. Durant quelques années, ils ont entretenu sa maison et ont ainsi pu faire des économies pour réaliser leur propre projet de construction. La naissance de leur premier enfant les a poussés à acheter un terrain accidenté, rocailleux et en pente, mais dont le prix correspondait à leurs moyens financiers. Chaque samedi, dimanche et jour férié, Esteban, parfois aidé de son frère et de ses cousins, a travaillé pour niveler le terrain avant de construire les fondations. Puis des murs en parpaings sans crépi ont été élevés partiellement, dessinant la silhouette d’une maison. À l’époque, seules deux pièces pouvaient être considérées comme à peu près terminées, car elles étaient couvertes par une structure en bois et tôle qui permettait de s’y abriter. « Nous avons emménagé ici sans installation électrique, sans eau courante, mais ce n’était pas grave, on était chez nous ! » raconte Luz.

8À l’époque, le chantier était divisé en deux zones : au sud, les pièces en construction (le salon, la cuisine et les chambres) ; au nord, une pièce dortoir pour les parents et les enfants, suivie d’une salle d’eau où ils effectuaient l’ensemble des activités domestiques. Ils ont vécu dans ces conditions pendant presque dix ans, mais l’arrivée d’un troisième enfant atteint d’une maladie à la naissance a révélé l’urgence de finir la maison.

  • 9 Les associations rotatives d’épargne et prêt sont considérées comme le plus ancien système bancaire (...)

9Avec le soutien économique de la tante Margarita, qui leur envoyait de l’argent depuis l’étranger, les travaux ont alors repris progressivement. Le salaire d’Esteban permettait seulement d’acheter des produits de première nécessité. Luz, de son côté, improvisa un salon de coiffure les samedis et dimanches dans la partie sud de la maison en chantier, et parfois, gagnait un peu d’argent en vendant des tickets de loterie. Elle participait aussi aux associations rotatives d’épargne avec les voisins9. Quand il a été temps de couler la dalle de la toiture, ils sont allés dormir quelques jours dans la maison d’un voisin. Les finitions des dernières pièces — le salon, la cuisine et la galeria (espace semi-fermé devant la maison) — ont été réalisées a posteriori. En 2005, Esteban a profité d’un prêt à taux réduit accordé par son entreprise pour faire enduire les façades, peindre les murs et acheter quelques meubles. Plus tard, un garage a également été aménagé pour accueillir la voiture familiale (fig 1).

10« On peut dire que la maison est finie », dit aujourd’hui Esteban. Un crépi lisse orange couvre la façade et la galeria avec jardin débordant sur le trottoir. Dans le couloir semi-enterré entre la maison et la rue, Luz a aussi improvisé un espace laverie. Désormais, Luz et Esteban espèrent que leur fils, étudiant en architecture, pourra entreprendre la construction des appartements au premier étage.

Figure 1. Évolution de la maison de Luz et Esteban

Figure 1. Évolution de la maison de Luz et Esteban

Réalisation de Darysleida Sosa Valdez

De la mejora à la maison de Maria

11Le processus de construction ne commence pas toujours par l’achat d’un terrain nu comme pour Luz et Esteban. Dans certains cas, le terrain contient déjà les bases d’une maison — une mejora — qui peut être transformée selon les goûts personnels de l’acquéreur. En général, il s’agit d’un projet constructif qui n’a pas abouti, soit parce que le propriétaire d’origine manquait de moyens pour continuer, soit parce qu’il est décédé avant de le terminer. C’est le cas de la construction de la maison de Maria. Quand elle est arrivée au Libertador, elle avait déjà vécu dans plusieurs barrios centraux de la capitale dans des zones inondables. En 1992, fatiguée de retrouver son logis inondé par les pluies et d’attendre les programmes de relogement par l’État, elle a décidé de rejoindre sa sœur au barrio El Libertador, avec qui elle a négocié l’achat d’une mejora : un terrain avec des fondations et des murs en béton à moitié construits.

12La mejora de Maria se trouvait sur un terrain situé sur les berges de la ravine Guajimia, dont la pente s’élevait sur l’équivalent d’un étage, ce qui supposait la construction d’habitations semi-enterrées. Les travaux ont commencé en coulant une toiture plate en béton sur les murs existants, permettant ensuite d’imaginer de nouvelles pièces au niveau de la rue et à l’étage. Maria a occupé les pièces en sous-sol jusqu’en 2007. Ensuite, elle a déménagé dans les pièces du rez-de-chaussée et a ouvert son atelier de couture dans une partie construite plus tard à l’arrière de la maison, supportée par des poteaux plantés au bord du ruisseau. Un petit balcon attenant à l’atelier de couture, d’où il est possible d’observer la ravine, a été aussi aménagé.

13Aujourd’hui, la maison est divisée en trois grandes parties accessibles par un petit couloir latéral : 1) la maison principale de Maria avec deux chambres, une salle d’eau et une cuisine ouverte sur le salon ; 2) l’atelier de couture où Maria reçoit des clients pour la réparation des vêtements, la confection de rideaux, chemins de table, etc., où elle vend également du prêt-à-porter ; 3) les habitations semi-enterrées, que Maria mettra en location après quelques travaux de réparation, notamment la pose de carrelage sur le sol (fig. 2). Au moment de notre premier entretien, Maria avait déjà demandé à un voisin connu pour ses compétences de carreleur d’effectuer les travaux. Avec ce projet de location, Maria suit le modèle de sa sœur qui possède environ dix appartements en location dans le barrio.

Figure 2. La maison de Maria, à fonctionnalités multiples

Figure 2. La maison de Maria, à fonctionnalités multiples

Réalisation de Darysleida Sosa Valdez

Teresa et sa maison toujours en chantier

  • 10 En République dominicaine, en 1976, l’achat d’un terrain pouvait se faire sans acte de propriété, e (...)

14La construction de la maison de Teresa a commencé quelques semaines avant les expulsions du quartier Manganagua, au centre-ville de Saint-Domingue : en 1976, les propriétaires des terrains ont demandé aux familles occupantes de quitter les lieux, en étant flexibles sur les dates d’évacuation et en leur permettant d’emporter les matériaux de construction qu’ils souhaitaient. La structure en bois qui servait d’abri à Teresa et son mari dans le quartier Manganagua leur a permis de terminer la construction d’une nouvelle maison dans le barrio El Libertador. Ils ont ensuite déménagé officiellement en septembre 1976 avec une facture10 en main certifiant l’achat d’un terrain de 340 mètres carrés, dont les limites s’étendent au nord jusqu’à la ravine Guajimía et au sud jusqu’à un chemin en terre. Ils ont commencé par construire une pièce, utilisant du béton pour les fondations et des parpaings pour la partie inférieure des murs, puis du bois pour les murs et de la tôle pour la toiture récupérés de l’ancienne construction.

15Entre 1976 et 1980, ils ont construit une cuisine et une chambre, et progressivement, une galeria, un salon, une deuxième chambre et une petite salle d’eau quand la famille s’est agrandie et au fur et à mesure des économies. Les travaux n’ont pas été complètement terminés à l’époque, il n’y avait pas de finitions sur les murs et le sol était encore en terre.

16En 1985, les médecins diagnostiquèrent un cancer au mari de Teresa, ce qui l’empêcha de continuer les travaux. Teresa décida alors de travailler comme femme de ménage dans un quartier de classe moyenne haute pour subvenir aux besoins de sa famille et payer les soins de son mari. En 1988, elle a bénéficié du programme Los Amiguitos, une aide financière apportée par une organisation internationale pour des travaux de renforcement des maisons, notamment le remplacement des murs en bois par des murs en parpaings. Ce programme était destiné aux familles avec des enfants de moins de trois ans dont le logement avait un risque d’inondation. Teresa en a profité pour officialiser l’achat de son terrain en faisant appel au notaire chargé de réaliser le registre cadastral. Son terrain comptait initialement 340 mètres carrés, mais seulement 160 ont été déclarés, le reste a été concédé par Teresa à sa cousine (100 mètres carrés) et à sa sœur (80 mètres carrés), « pour qu’elles puissent aussi construire leurs propres maisons ». L’aide du programme Los Amiguitos a aussi permis la construction d’une troisième chambre destinée à son fils aîné, trop âgé selon elle pour dormir avec ses frères et sœurs.

17En 1989, le passage de l’ouragan George a détruit la toiture en tôle, ce qui a décidé Teresa à faire couler un toit plat en béton afin de se protéger des futures intempéries (fig. 3).

Figure 3. Évolution de la maison de Teresa (1976-1989)

Figure 3. Évolution de la maison de Teresa (1976-1989)

Réalisation de Darysleida Sosa Valdez

18En 2015, une partie du terrain de Teresa s´est trouvée concernée par les travaux d’assainissement de la ravine Guajimía. Les ingénieurs ont utilisé un bout de son jardin pour la construction de la rue qui remplace la ravine. Teresa a alors lancé un nouveau processus d’amélioration de sa maison, cette fois-ci inspiré par des aménagements observés dans le quartier où elle travaillait comme femme de ménage.

19Elle a profité de l’intervention sur la ravine pour demander une indemnisation de 100 000 pesos RD (2 000 €) pour les arbres et le morceau de son terrain perdus. Sans succès, elle a alors négocié directement la rénovation de sa façade, cette fois-ci orientée vers la nouvelle rue. Les porteurs du projet ont accepté et envoyé des ouvriers réaliser les travaux.

L’autre jour, j’ai parlé avec l’ingénieur, il m’a dit qu’ici [depuis le jardin vers la nouvelle rue], on peut faire une excavation profonde pour recréer une structure et faire l’expansion de ma maison et la construction de ma façade vers la nouvelle rue. Il m’a dit qu’il faut prévoir des poteaux en béton armé avec des tiges en acier d’un centimètre. Il faut une bonne structure en acier pour faire tenir la façade. Comme ça, je peux aussi construire une entrée vers la chambre de mon fils et l’agrandir… En bas, je pense faire une place de parking fermée avec des portes qui descendent, parce qu’ici il y a beaucoup de cambrioleurs. De l’autre côté, j’aimerais faire construire un escalier. C’est-à-dire qu’une fois qu’on arrive à sa maison, on peut descendre de la voiture, fermer la porte du garage et monter par les escaliers en toute sécurité. » (Extrait de l’entretien avec Teresa, 2016).

20Avec la rénovation de la façade et le renforcement structurel de la maison, Teresa imagine exploiter l’étage de la maison en demandant à ses enfants d’y construire deux appartements (fig. 4).

Figure 4. Projection de travaux de rénovation pour la maison de Teresa

Figure 4. Projection de travaux de rénovation pour la maison de Teresa

Réalisation de Darysleida Sosa Valdez

La construction de la maison et la consolidation du barrio

  • 11 Marcel Mauss, Essai sur le don, Paris, République des Lettres, 2013.
  • 12 Elia Saez Giraldez, José García Calderón, Fernando Roch Peña, « La ciudad desde la casa : ciudades (...)

21Dans le développement d’un barrio d’une part, et la projection et la construction de la maison d’autre part font partie d’un seul processus, à la fois simultané, réciproque et flexible. Il s’agit d’un « fait social total11 », une clé analytique pour comprendre le processus de consolidation du barrio. Les histoires de la construction de la maison de Luz et Esteban, Maria ou Teresa montrent que la maison est un projet en perpétuelle évolution ; composée d’un ensemble d’espaces intérieurs où l’on séjourne en même temps qu’on les construit. Elle s’érige donc en fonction des besoins qui définissent à leurs tours les étapes de sa fabrication12.

  • 13 Walter Cordero, « El bohío dominicano : de lo real a lo simbólico », El Pajar : Cuaderno de Etnogra (...)
  • 14 Ibid.
  • 15 Esther Wiesenfeld, « Entre la invasión y la consolidación de barrios : análisis psicosocial de la r (...)

22En garantissant d’abord son rôle de refuge immédiat, la construction de la maison commence par la fabrication d’une pièce multifonctionnelle. D’après Walter Cordero13, cette première étape de construction évoque une transmission technique et symbolique venant de l’habitat précolonial (faisant référence à la bohio, la maison des Amérindiens avant l’arrivée des colons espagnols, formée d’une seule grande pièce multifonctionnelle). Ces savoir-faire constructifs auraient perduré essentiellement au travers de l’habitat rural et des quartiers informels en ville. Une corrélation – entre maison de barrio et l’habitat précolonial — dissimulée par l’utilisation de matériaux industriels disponibles en zones urbaines, mais dont les formes, dispositions et fonctions restent dans les deux cas, les mêmes14. Concrètement, ceci se traduit par l’utilisation de matériaux moins résistants (carton, bois, tôle) dans la construction des abris, et plus résistants (brique, parpaing) pour les maisons finies et la construction des immeubles. Dans le processus de construction, le niveau d’évolution de la maison atteste donc de la condition temporaire économique et sociale des habitants. Au fur et à mesure que le logement change physiquement, la valeur symbolique qui lui est attribuée par les habitants se transforme également15.

  • 16 Rafael Soares Gonçalves, « L’Informalité comme une ressource urbaine ? Le cas des favelas de Rio de (...)
  • 17 José Luis Oyón, Marta Serra-Permanyer, « John Turner, un architecte geddesien », Espaces et société (...)

23Dans ce sens, la maison s’inscrit dans plusieurs registres. Premièrement, sa construction implique une gestion de ressources uniquement accessibles depuis l’informalité urbaine16. L’accès à un terrain ou une mejora pour les classes « pauvres » dominicaines n’est possible en zone urbaine que par l’intermédiaire de marchands de terrains sans garantie d’acte de propriété. Si plusieurs habitants ont acheté leur terrain, peu d’entre eux peuvent le déclarer officiellement puisque cela implique un coût supplémentaire (frais notarial et géomètre). Deuxièmement, le processus constructif s’adapte aux besoins familiaux. Les récits montrent que la maison évolue en fonction des changements dans la vie des habitants : la naissance d’un enfant, un divorce, un relogement jouent un rôle dans le processus de construction. La maison n’est pas seulement un élément morphologique, elle est reliée aux conditions des habitants et aux variables contextuelles (type de terrain et événement climatique17). Finalement, la construction de la maison suscite des formes élaborées d’organisation collective et de réseau d’entraide (loger chez un voisin pendant les travaux pour couler une toiture, nettoyer un terrain avec l’aide de la famille, demander à un voisin de poser du carrelage, etc.).

24Face à des contraintes sociales et économiques (pauvreté, informalité), la construction de la maison permet à ses habitants de s’affirmer en tant que sujets agissants. Posséder une maison signifie pour eux une réussite, supposant une certaine indépendance économique et donnant accès à une nouvelle classe sociale, celle des propriétaires. Ces récits dévoilent d’ailleurs les épreuves, l’ingéniosité des habitants et les logiques des mobilités résidentielles qui dépassent l’espace géographique du barrio. En retraçant les processus de construction de la maison apparaissent aussi des dynamiques de densification et d´étalement urbain. Ce rapport à une échelle plus large est abordé dans cette deuxième partie de l’article : les maisons dans les barrios participent simultanément au développement d’une promotion immobilière informelle, à la création des institutions éducatives et culturelles, tout en restant un patrimoine familial à léguer.

La maison et la promotion immobilière informelle

25Quand la maison évolue en immeuble ou quand elle permet la création d’un commerce, elle s’inscrit dans une logique de prospérité financière. En devenant une unité de production, elle peut constituer une source de revenus directs. Rappelons que la maison de Maria est divisée en trois parties, dont deux destinées à une activité commerciale (la location des appartements et la commercialisation et la réparation de vêtements). Dans ce sens, le salon de sa maison articule ces deux parties, notamment grâce au salon showroom où Maria expose les rideaux qu’elle conçoit et où elle reçoit aussi ses locataires pour les règlements des loyers.

26La sœur de Maria, également habitante du barrio, est propriétaire d’une dizaine des appartements qu’elle met en location. Teresa évoque sa voisine, propriétaire d’une grande maison comprenant plusieurs petites pièces en location, que les aménageurs des travaux dans la ravine Guajimia ont décidé de contourner pour ne pas avoir à reloger les locataires. Ces témoignages mettent en lumière l’existence d’une importante promotion immobilière informelle dans le barrio.

  • 18 Chantada, Amparo, Del proceso de urbanización a la planificación urbana de Santo Domingo : (la polí (...)
  • 19 Varilla y cemento est la dénomination populaire attribuée à la politique urbaine du président Joaqu (...)

27Le développement progressif du marché immobilier informel dominicain trouve ses sources dans la dictature de Rafael Trujillo (1930-1960), caractérisée par une forte concentration foncière. À la fin de la dictature, et en raison des inégalités socio-économiques entre ville et campagne, entre 1960 et 1980, la ville de Saint-Domingue passe de 600 000 à un million d’habitants. Sans politique de logement définie, à la fin des années 1980, 80 % de la population urbaine habite dans des barrios en zones à risque (inondation et glissement de terrain)18. Joaquin Balaguer, président qui succède le dictateur, propose alors de grands travaux d’aménagement. Il s’agissait d’une politique nommée « Varrilla y Cemento » (« barre en acier et ciment19 ») prévoyant la restructuration des barrios et la construction de logements sociaux pour le relogement des habitants des quartiers précaires. Mais dans un gouvernement corrompu, ce programme profite principalement aux classes moyennes et aux fonctionnaires. De nouvelles occupations informelles apparaissent rapidement en zone périphérique, souvent très proche des logements sociaux nouvellement construits sur les quartiers informels évacués.

  • 20 Emilio Duhau, « La ciudad informal : ¿precariedad persistente o hábitat progresivo ? », dans Teolin (...)
  • 21 Teolinda B. Bolivar, « La ciudad-barrio más allá de las apariencias », Tribuna del investigador, vo (...)
  • 22 Maria Cristina Cravino, Los mil barrios (in) formales : aportes para la construcción de un observat (...)

28Rappelons que dans leurs différents récits, les habitants construisent leurs maisons à la suite d’une ou plusieurs expériences de vie en zone urbaine et souvent en réponse aux processus d’expulsion. Les constructions successives des nouvelles habitations participent ainsi à la densification urbaine de la capitale dominicaine. À cela s’ajoutent, les pratiques commerciales et la mise en location, qui, en plus de combler les déficits de la politique du logement, constituent un revenu supplémentaire pour les familles, et traduisent des formes de partage des biens immobiliers. Cela est également observé par Emilio Duhau20 au Mexique, où les quartiers informels structurent progressivement les tissus urbains depuis la colonisation. Au Venezuela, il s´agit d´une frénésie constructive dictée principalement par l’urgence de se loger en ville21. En Argentine, l’évolution des maisons répond aux besoins en qualité de vie pour les nationaux et les étrangers qui cherchent un habitat digne et accessible en zone urbaine22.

La maison institutionnalisée : les écoles privées informelles

29Dans le barrio, la maison constitue également le berceau d’activités culturelles et éducatives. Elle peut partiellement devenir un équipement scolaire, culturel ou religieux. Le jardin arrière d’une maison peut par exemple servir de centre de formation artistique :

Ma mère et moi avons créé une école de formation pour les enfants, les adolescents et les adultes. Nous essayons d’inculquer plus qu’une bonne éducation, une autre manière de voir la vie, une occupation aux têtes anxieuses. Aujourd’hui, nous comptons avec l’aide d’un député qui a financé la location d’un local. Mais cela fait plus de vingt ans que nous travaillons dans le jardin de la maison de ma mère. Actuellement, nous avons 300 enfants, dont 116 filles, qui sont inscrites au cours de ballet classique. Les filles peuvent s’inscrire dès qu’elles ont 3 ans et les garçons dès 7 ans. On fait aussi des cours de peinture, de décoration et de création d’objets de déco avec des déchets plastiques et du carton. Chaque année, on propose au moins une formation musicale et des ateliers de cuisine […]. Tous les objets sont commercialisés, cela permet aux gens de gagner un peu d’autonomie économique » (extrait de l’entretien avec Luz Maria, 2017).

30Disposer de la maison afin de répondre aux besoins en équipements trouve une explication autant dans la densité exacerbée du barrio que dans l’incapacité de l’État à satisfaire la demande. Ainsi, certaines maisons remplacent les équipements publics comme les écoles dans les barrios.

  • 23 Flores Ramón, La escuela basica de la zona marginal de santo domingo (Un estudio comparativo de la (...)
  • 24 Ibid.

31Face au manque de place, à la dégradation physique des équipements et aux longues distances pour rejoindre les écoles publiques, les « écoles privées marginales » représentent la seule option en matière d’offre éducative pour les familles qui ont une certaine capacité de paiement dans les barrios23. Il s’agit de petits centres précaires créés à l’initiative de groupes religieux, communautaires ou de professeurs retraités, quand les dysfonctionnements de l’école publique en font un marché économique à exploiter. Ces installations se sont développées de manière provisoire, avec peu de moyens et un nombre d’écoliers et d’enseignants variable. Dans la durée, ces écoles reçoivent des aides de l’État et le soutien de la communauté dans un esprit de solidarité. Elles s’appuient sur un schéma de « financement mixte » dans lequel l’État prend en charge certaines dépenses (les salaires des professeurs et le loyer du local) tandis que les parents payent le frais de scolarité qui rémunère le propriétaire et participe à la maintenance du bâtiment, la dotation de matériels scolaires, livres, etc.24. Dans certains cas, elles finissent par devenir entièrement publiques, notamment depuis 2012 à la suite du programme de construction d’écoles lancées par le gouvernement dominicain. C’est le cas du lycée construit en l’honneur du professeur Pedro Aponte, un leader communautaire qui a créé le premier lycée du barrios El Libertador dans sa maison. Ce lycée s’est développé progressivement au point de ne plus tenir dans son salon. Avec le temps, les cours ont été répartis dans la salle de veillée du quartier et ensuite sur le terrain de sport, pour finalement intégrer le système national des écoles publiques en 2015.

La maison, un patrimoine familial informel

  • 25 Laurent Nowik, Saïd Azammam, Muriel Sajoux, « L’Évolution de la cohabitation intergénérationnelle a (...)

32La maison représente également un patrimoine familial à léguer et fait souvent l’objet d’actes de donation quand elle est pensée comme la base pour la construction d’un étage exploitable pour la descendance. C’est la raison pour laquelle Luz, Esteban et Teresa attribuent une importance capitale à la toiture plate en béton de leur maison. Ils envisagent la construction ultérieure d’appartements pour leurs enfants et, de cette façon, de transformer la maison en immeuble familial. Cette pratique ne concerne pas uniquement les barrios dominicains, elle est par exemple inscrite dans la culture arabe, où les étages d’une maison accueillent les nouvelles générations d’une famille25. Il s’agit d’un arrangement qui profite de manière simultanée aux occupants de la maison. Dans les barrios, cette forme d’habitat intergénérationnel offre, entre autres, une assurance face au déficit de logements et de terrains constructibles. Elle permet également une protection mutuelle entre les différentes générations. Étant donné qu’il n’y a ni maisons de retraite ni crèches officielles, ce système de colocation familiale établit des réseaux d’entraide qui combinent l’aide aux personnes âgées, la surveillance des enfants et la réduction des frais pour les ménages actifs.

La formalisation du barrio et la rénovation de la maison : quand le barrio devient résidentiel

  • 26 Ana Claudia Correa Diaz, La Formalisation des quartiers informels en Amérique latine, Chisinau, Édi (...)

33Abordons pour finir, le processus récent de formalisation des barrios depuis les années 200026, via des interventions ponctuelles de régularisation et d’amélioration du cadre de vie. Dans une logique de reconnaissance et d’intégration à la ville, les politiques de formalisation urbaine ont principalement facilité la construction des infrastructures et la dotation de services (eau et électricité) dans les barrios dominicains. Le récit de Teresa met en évidence ce processus, d’abord promu par le programme humanitaire Los Amiguitos, qui prônait la construction « en dur » des maisons pour faire face aux vulnérabilités environnementales, puis par les autorités, cherchant à résoudre les problèmes de salubrité et d´accessibilité en assainissant la ravine Guajimia.

  • 27 Dessau-Soprin, « Proyecto de saneamiento pluvial y sanitario de la cañada Guajimia. Plan de Acción (...)

34En effet, la dernière étape de consolidation du barrio El Libertador est liée au projet d’assainissement de la ravine Guajimia, considérée comme une source de contamination et de risque (fig. 4). Cette opération, portée par la CAASD, entité régulatrice des services d’eau à Saint-Domingue, est financée par un bailleur canadien dont l’objectif est de doter le barrio de canalisations d’eaux et de construire une nouvelle voie d’accès (fig. 5). 1 320 familles ont ainsi été relogées dans des logements sociaux27.

Figure 5. Schéma et photos des étapes du projet d’assainissement de la ravine Guajimia

Figure 5. Schéma et photos des étapes du projet d’assainissement de la ravine Guajimia

Source : CAASD
Réalisation de Darysleida Sosa Valdez

— Savez-vous quand ils vont finir les travaux ?
— Ils sont en train d’y travailler, beaucoup de maisons ont déjà été construites.
— Oui, j’ai vu qu’ils ont presque terminé les maisons. Je suis tellement content de voir la ravine disparaître. On n’aura plus à se préoccuper des mauvaises odeurs.
— Oui, notre barrio va devenir un quartier résidentiel, vous verrez !
(Conversation entre deux voisins lors d’une visite guidée, 2016.)

35Le projet d’assainissement de la ravine permet de rendre visible le processus de formalisation dans le barrio, et notamment comment cette action urbaine influence la manière dont les maisons et les ambitions sociales des habitants évoluent.

De la canalisation de la ravine à la densification du barrio

36La canalisation de la ravine qui a donné lieu à une nouvelle rue constitue un signe d’habitabilité et de développement urbain censé transformer le barrio en un habitat digne. Ceci permet aux habitants d’imaginer la rénovation de leur maison ou sa reconstruction « en dur ». C’est le cas de familles relogées, qui habitaient sur la berge de la ravine et dont la maison a été reconstruite en parpaing, ou encore le cas de Teresa, qui a décidé de créer une nouvelle façade pour sa maison côté rue. En effet, avoir une maison « en dur » constitue une réponse au risque — la construction d’une toiture en béton pour faire face aux aléas climatiques par exemple — autant qu’un symbole de progrès, de civilisation et d’urbanité pour les décideurs publics.

37Dans le barrio El Libertador, la nouvelle rue incite des améliorations progressives de la maison, et permet également aux habitants de profiter d’une mobilité motorisée (accès des taxis, des ambulances, des livreurs, etc.). Ceci matérialise des idéaux progressistes considérant la transformation du barrio comme un moteur de développement. Or, la nouvelle rue provoque d’autres dynamiques perverses. Après des travaux d’assainissement de la ravine, les portions de terrains libérées sont aussitôt occupées par les habitants. De nouvelles pièces adossées aux maisons, de petits magasins et commerces, des parkings, etc. sont érigés le long de la rue. Il y a même eu des actes de violence entre voisins qui se disputaient les terrains.

38Au vu de ces événements, les porteurs du projet en profitent pour construire des logements dans les terrains libérés — censés accueillir des espaces publics —, et d’y reloger les familles concernées par le projet, provoquant ainsi une nouvelle vague de densification du barrio (fig. 6).

Figure 6. Le barrio El Libertador après la canalisation de la ravine

Figure 6. Le barrio El Libertador après la canalisation de la ravine

Réalisation de Darysleida Sosa Valdez

De la sécurisation du barrio à l’enfermement dans la maison : l’homogénéisation de l’habitat

  • 28 D’autres barrios dans la capitale ont également connu des interventions suivant le même mode opérat (...)

39Le processus de formalisation du barrio devient également un processus d’homogénéisation urbain porté par une politique d’intervention qui répète le même mode opératoire dans les différents barrios de la capitale dominicaine28. Dans le barrio El Libertador, les maisons ont été dotées d’entrées directes depuis la nouvelle rue et d’accès individuels aux réseaux sanitaires, comme dans les quartiers résidentiels fermés où habitent les classes sociales plus aisées. Il s´agit de perpétuer un idéal type de la manière dont les barrios, ses habitants et leurs maisons doivent être configurés pour faire partie de la ville.

  • 29 Guénola Capron, Quand la ville se ferme : quartiers résidentiels sécurisés, Pari, Bréal, (d’autre p (...)
  • 30 Roberto Briceño-León, « La nueva violencia urbana de América Latina », Sociologias, vol. 23, no 8, (...)
  • 31 Luis Berneth Peña Reyes, « Securonormatividad. La sociabilidad urbana vista a través de las práctic (...)
  • 32 Guénola Capron, « Les Ensembles résidentiels sécurisés dans les Amériques : une lecture critique de (...)
  • 33 Pedro José García Sánchez, Marc Villá, « De la sociabilidad vigilante a la urbanidad privativa. Hom (...)

40Tendance lourde de l’évolution de la ville, l’homogénéisation résidentielle s’accompagne par conséquent d’un processus d’enfermement, de sécurisation et d’autonomisation29. Elle répond aux phénomènes de violence sociale et urbaine qui résultent de l’impossibilité pour les jeunes générations des quartiers précaires d’atteindre des niveaux de consommation correspondants aux normes de réussite sociale30. Nous l’avons constaté dans le récit de Teresa, quand elle décrit une série de dispositifs d’aménagement qui lui permettraient de recréer un entre-soi en toute sécurité. Il s’agit d’un ensemble de règles et d’appropriations de l’espace construites à partir des expériences de méfiance et d’individualisme social, en d’autres mots, une « sécurinormativité31 ». Pourtant, plus que la volonté d’un effacement et d’un lissage des différences, l’homogénéisation résidentielle peut aussi être interprétée comme une recherche de soi-même32. À travers la sécurisation de leurs logements, les habitants des barrios se sentent moins vulnérables face à un éventuel cambrioleur ou une éventuelle expulsion. Ce repli sur soi n’est cependant pas sans conséquence sur le plan civique. García Sánchez et Villá33 parlent d’une urbanité qui se construit à travers la « sémantique de la peur », où la violence est omniprésente au quotidien. Les habitants n’auraient pas seulement peur des actes de violence, mais aussi de la proximité de l’autre, l’inconnu, fragilisant ainsi les liens citoyens nécessaires à la convivialité et à la mobilisation sociale.

  • 34 Darysleida Sosa Valdez, « De precarios a ecológicos y viceversa. Análisis de intervenciones urbanas (...)

41Force est pourtant de constater que le caractère homogénéisant des projets d’assainissement des ravines est peu évoqué dans les débats publics. Le manque d’expérimentation d’autres formes et d’autres techniques d’intervention plus en harmonie avec l’environnement n’est que rarement mentionné34. Mais, si cette homogénéisation de l’habitat du barrio ne soulève pas de critiques majeures, c’est parce que dans l’idéal collectif, il s’agit d’assurer des changements structurels en termes matériels, sociaux et culturels des barrios : les normaliser, les ordonner. Il s’agit des actions qui s’inscrivent dans une logique de rattrapage inspirée des modèles fordistes d’ordre et rationalisation de l’urbain.

Conclusions

42L’histoire du barrio El Libertador est dans cet article retracée à partir de trois récits d’habitants, dont l’analyse révèle un lien intrinsèque entre construction de la maison et consolidation du barrio, notamment quand la maison contribue à sa densification, son institutionnalisation, ainsi qu’à la promotion sociale des habitants, et finalement, l’incidence des politiques urbaines de formalisation des quartiers informels. L’intervention sur la ravine Guajimia, qui cherche à résoudre les risques socio-environnementaux, entraîne parallèlement un processus de densification et d’homogénéisation de l’habitat, qui n’est pas sans conséquences sociales et écologiques. Les nouveaux aménagements de la maison indiquent une volonté de repli sur soi, caractéristique des quartiers fermés où habitent les classes sociales favorisées. Si les premières étapes de consolidation du barrio opéraient via des réseaux d’entraide et solidarité, l’histoire récente montre au contraire un processus d’enfermement et d´individualisation.

43L’histoire du barrio El Libertador racontée dans cet article est un échantillon représentatif des multiples microhistoires des habitants qui participent à sa consolidation. En plaçant ces récits au premier plan, l’objectif était de montrer les formes d’adaptation, de solidarité, les ruses et les négociations entre les habitants et les décideurs publics, et comment ceci agit sur la configuration du quartier. Il s’agissait aussi de rendre visibles les conséquences des décisions politiques, des événements historiques et climatiques ainsi que des logiques d’intervention urbaine sur les évolutions du barrio et de la maison, se rapprochant désormais des normes sociales et matérielles préétablies. En effet, décrire les tentatives de formalisation du barrio met en évidence comment les actions urbaines dominantes finissent par faire disparaître les pratiques habitantes et des réseaux sociaux locaux.

44Des observations réalisées en 2022 rendent compte de nouvelles formes de précarisation du quartier, notamment liées au manque d’espaces publics, à la contamination sonore et à la contamination de l’air généré par de nouvelles occupations des espaces libérés après l’assainissement de la ravine. L’objectif de transformer le barrio en un quartier résidentiel est resté inatteignable face au manque de suivi et au désintérêt du gouvernement local. Par conséquent, l´histoire du barrio est condamnée à se reproduire dans une boucle perpétuelle, où les actions de formalisation justifieront ensuite d’autres interventions de rattrapages pour résoudre les problèmes causés par les précédentes interventions.

45Rappelons finalement que l´intervention a été portée et financée par des organisations internationales qui font valoir leur capital social dans la prise de décisions. Dans ce sens, cette lecture historique reste à relier aux dispositions globales (ONU Habitat, Nouveau Programme pour les villes-Habitat III etc.) et aux logiques d’intervention des bailleurs internationaux qui influencent les décisions locales, et par conséquent l’évolution des conditions matérielles des barrios.

Haut de page

Bibliographie

Gaston Bachelard, La Poétique de l’espace, Paris, Presses universitaires de France (Bibliothèque de philosophie contemporaine), 1958.

Teolinda B. Bolivar, « La ciudad-barrio más allá de las apariencias », Tribuna del investigador, vol. 1, no 2, 1994, Caracas, APIU, p. 101‑110.

Roberto Briceño-León, « La nueva violencia urbana de América Latina », Sociologias, vol. 23, no 8, 2002, Porto Alegre, Programa de Pós-Graduação em Sociologia/UFRGS, p. 34‑51.

Renzo Cáceres, « Transformaciones en el hábitat de asentamientos informales y políticas públicas sociales El caso de Barrio Nuestro Hogar III », dans Marengo, Cecilia ; Elorza, Ana Laura ; Monayar, Virginia (coord.), Encuentro de la Red de Asentamientos Populares : aportes teórico-metodológicos para la reflexión sobre políticas públicas de acceso al hábitat, Facultad de Arquitectura, Urbanismo y Diseño de la Universidad Nacional de Córdoba, 2019.

Guénola Capron, Quand la ville se ferme : quartiers résidentiels sécurisés, Pari, Bréal (d’autre part), 2006.

Guénola Capron,, « Les Ensembles résidentiels sécurisés dans les Amériques : une lecture critique de la littérature », L’Espace géographique, vol. 33, no 2, 2004, [en ligne] [https://www.cairn.info/revue-espace-geographique-2004-2-page-97.htm], consulté le 02/04/2022, p. 97‑113.

Jorge Cela, « En busca de alternativas. La problematica habitacional en Santo Domingo », dans Curiel, Rosa Ynés (coord.), Antologia Urbana de la ciudad alternativa, Santo Domingo, Editora Corripio, 1996, p. 317‑327.

Amparo Chantada, Del proceso de urbanización a la planificación urbana de Santo Domingo : (la política urbana del gobierno del Dr Balaguer, 1986-1992), Editora Universitaria/UASD, Dirección dePublicaciones, 1998.

Walter Cordero, « El bohío dominicano : de lo real a lo simbólico », El Pajar : Cuaderno de Etnografía Canaria, no 14, 2003, Ilas Canarias, Asociación Cultural « Día de las Tradiciones Canarias », p. 148-155.

Ana Claudia Correa Diaz, La Formalisation des quartiers informels en Amérique latine, Chisinau, Éditions universitaires européennes, 2012.

Hilary Cottam, Zozobra : the Tensions of Urban Space, PhD Thesis, The Open University, Sussex, 1999.

Maria Cristina Cravino, Los mil barrios (in) formales : aportes para la construcción de un observatorio del hábitat popular del Área Metropolitana de Buenos Aires. Universidad Nacional de General Sarmiento, 2008.

Dessau-Soprin, « Proyecto de saneamiento pluvial y sanitario de la cañada Guajimia. Plan de Acción de Implementación del PAR », rapport interne, 2007.

Emilio Duhau, « La ciudad informal : ¿precariedad persistente o hábitat progresivo ? », dans Bolívar Teolinda et Espinosa Jaime Erazo (dir.), Los lugares del hábitat y la inclusión, Quito, Flasco-Clasco-Midum, 2013, p. 59‑88.

Sánchez García, José Pedro, Marc Villá, « De la sociabilidad vigilante a la urbanidad privativa. Homogeneización residencial, usos citadinos y ciudadanía en Caracas », Perfiles latinoamericanos, no 19, 2001, p. 57‑82, [en ligne] [https://www.redalyc.org/articulo.oa?id=11501904], consulté le 02/04/2022.

Marcel Mauss, Essai sur le don, Paris, République des Lettres, 2013.

Cecilia de la Mora, Viviana Riwilis, « Politiques urbaines et implantation des gated communities en Amérique latine : le cas des barrios cerrados (Buenos Aires), condomínios fechados (São Paulo) et fraccionamientos (Puebla) », L’Espace Politique. Revue en ligne de géographie politique et de géopolitique, no 17, 2012. [en ligne] [http://journals.openedition.org/espacepolitique/2374], consulté le 02/04/2022.

Laurent Nowik, Saïd Azammam, Muriel Sajoux, « L’Évolution de la cohabitation intergénérationnelle au Maroc : les solidarités privées mises à l’épreuve ? », XVIe colloque international de l’Aidelf, Relations intergénérationnelles, Enjeux démographiques, Genève, Association internationale des démographes de langue française, 2010, [en ligne] [https://www.erudit.org/fr/livres/actes-des-colloques-de-lassociation-internationale-des-demographes-de-langue-francaise/relations-intergenerationnelles-enjeux-demographiques-actes-xvie-colloque--978-2-9521220-3-0/], consulté le 20/08/2019.

ONE, XI Censo nacional de poblacion y vivienda 2010. Caracteristicas del entorno de la vivienda y el hogar, Santo Domingo, 2013.

José Luis Oyón, Marta Serra-Permanyer, « John Turner, un architecte geddesien », Espaces et sociétés, vol. 167, no 4, 2016, p. 43‑61, [en ligne] [https://www.cairn.info/revue-espaces-et-societes-2016-4-page-43.htm], consulté le 06/05/2018.

Peña Reyes, Luis Berneth, « Securonormatividad. La sociabilidad urbana vista a través de las prácticas de la vigilancia cotidiana », URVIO. Revista Latinoamericana de Estudios de Seguridad, no 18, 2016, p. 104‑123, [en ligne] [https://revistas.flacsoandes.edu.ec/urvio/article/view/1792], consulté le 20/08/2019.

Ramón Flores, La escuela basica de la zona marginal de santo domingo (Un estudio comparativo de la organización industrial del servicio de educación en la República Dominicana), Santo Domingo, Banco interamericano de desarrollo BID, 1997.

Elia Saez Giraldez, José García Calderón, Fernando Roch Peña, « La ciudad desde la casa : ciudades espontáneas en Lima », Revista INVI, vol. 25, no 70, 2010, [en ligne] [https://revistainvi.uchile.cl/index.php/INVI/article/view/62326/65996], consulté le 16/04/2018.

Angel Shlomo, Política de vivienda en la Republica Dominicana : diagnosis y guías de acción, New York, Banco interamericano de desarrollo BID, 2001.

Rafael Soares Gonçalves, « L’Informalité comme une ressource urbaine ? Le cas des favelas de Rio de Janeiro », EchoGéo, no 39, 2017, [en ligne] [http://journals.openedition.org/echogeo/14872], consulté le 19/10/2019.

Darysleida Sosa Valdez, « De precarios a ecológicos y viceversa. Análisis de intervenciones urbanas en asentamientos precarios dominicanos (« From Precarious to Ecological and Vice Versa Analysis of Urban Interventions in Dominican Precarious Settlements »), Revista Estudios Sociales, vol. 44, no 164, 2021, p. 135‑162, [en ligne] [https://estudiossociales.bono.edu.do/index.php/es/article/view/1022], consulté le 02/04/2022.

Darysleida Sosa Valdez, Autoconstruits, précaires, écologiques ? Enquête sur la durabilité urbaine des barrios à Saint-Domingue., thèse de doctorat, université Paris X-Nanterre, 2020.

Oswald Spengler, Le Déclin de l’Occident, esquisse d’une morphologie de l’histoire universelle : Perspectives de l’histoire universelle, Paris, Gallimard (Bibliothèque des Idées), 1948.

Tahira Vargas, De la casa a la calle : estudio de la familia y la vecindad en un barrio de Santo Domingo, Santo Domingo, Centro de Estudios Sociales P. Juan Montalvo, S.J., 1998.

Esther Wiesenfeld, « Entre la invasión y la consolidación de barrios : análisis psicosocial de la resistencia al desalojo », vol. 3, no 1, 1998, p. 33-51, [en ligne] [https://www.redalyc.org/articulo.oa?id=26130103] consulté le 02/04/2018.

Haut de page

Notes

1 Dans le contexte de la ville de Saint-Domingue, le mot barrio fait référence aux quartiers informels, précaires et/ou marginaux. Ce mot est utilisé soit de façon péjorative pour définir des quartiers qui seraient pauvres, insalubres et dangereux, soit de manière militante pour défendre le droit à la ville des populations s’y trouvant. Officiellement, le mot barrio désigne la division territoriale qui peut être fractionnée en sud-barrios

2 ONE, XI Censo nacional de poblacion y vivienda 2010. Caracteristicas del entorno de la vivienda y el hogar, Santo Domingo, 2013.

3 Angel Shlomo, Política de vivienda en la Republica Dominicana : diagnosis y guías de acción, New York, Banco interamericano de desarrollo BID, 2001.

4 Tahira Vargas, De la casa a la calle : estudio de la familia y la vecindad en un barrio de Santo Domingo, Santo Domingo, Centro de Estudios Sociales P. Juan Montalvo, S.J., 1998.

5 Cela, Jorge, « En busca de alternativas. La problematica habitacional en Santo Domingo », dans Rosa Ynés Curiel (coord.), Antologia Urbana de la ciudad alternativa, Santo Domingo, Editora Corripio, 1996, p. 317‑327 ; Hilary Cottam, Zozobra : the Tensions of Urban Space, PhD Thesis, The Open University, Sussex, 1999.

6 Oswald Spengler, Le Déclin de l’Occident, esquisse d’une morphologie de l’histoire universelle : perspectives de l’histoire universelle, Paris, Gallimard, (Bibliothèque des Idées), 1948.

7 Gaston Bachelard, La Poétique de l’espace, Paris, Presses universitaires de France (Bibliothèque de philosophie contemporaine), 1958.

8 Darysleida Sosa Valdez, Autoconstruits, précaires, écologiques ? Enquête sur la durabilité urbaine des barrios à Saint-Domingue., thèse doctorale, université Paris X-Nanterre, 2020.

9 Les associations rotatives d’épargne et prêt sont considérées comme le plus ancien système bancaire, aussi connu localement comme « sanes ». En anglais, ceci est désigné par le sigle ROSCA (Rotating Savings and Credit Association).

10 En République dominicaine, en 1976, l’achat d’un terrain pouvait se faire sans acte de propriété, et c’était à l’acquéreur d’officialiser la propriété du bien. Cela explique pourquoi de nombreux achats et ventes pirates de terrains n’ont jamais été enregistrés par le cadastre.

11 Marcel Mauss, Essai sur le don, Paris, République des Lettres, 2013.

12 Elia Saez Giraldez, José García Calderón, Fernando Roch Peña, « La ciudad desde la casa : ciudades espontáneas en Lima », Revista INVI, vol. 25, no 70, 2010, [en ligne] [https://revistainvi.uchile.cl/index.php/INVI/article/view/62326/65996], consulté le 16/04/2018.

13 Walter Cordero, « El bohío dominicano : de lo real a lo simbólico », El Pajar : Cuaderno de Etnografía Canaria, no 14, 2003, Ilas Canarias, Asociación Cultural "Día de las Tradiciones Canarias", p. 148-155.

14 Ibid.

15 Esther Wiesenfeld, « Entre la invasión y la consolidación de barrios : análisis psicosocial de la resistencia al desalojo », vol. 3, no 1, 1998, p. 33-51, [en ligne] [https://www.redalyc.org/articulo.oa?id=26130103], consulté le 02/04/2018.

16 Rafael Soares Gonçalves, « L’Informalité comme une ressource urbaine ? Le cas des favelas de Rio de Janeiro », EchoGéo, no 39, 2017, [en ligne] [http://journals.openedition.org/echogeo/14872], consulté le 19/10/2019.

17 José Luis Oyón, Marta Serra-Permanyer, « John Turner, un architecte geddesien », Espaces et sociétés, vol. 167, no 4, 2016, p. 43‑61 [en ligne] [https://www.cairn.info/revue-espaces-et-societes-2016-4-page-43.htm], consulté le 06/05/2018.

18 Chantada, Amparo, Del proceso de urbanización a la planificación urbana de Santo Domingo : (la política urbana del gobierno del Dr Balaguer, 1986-1992), Editora Universitaria/UASD, Dirección de Publicaciones, 1998.

19 Varilla y cemento est la dénomination populaire attribuée à la politique urbaine du président Joaquin Balaguer et fait allusion à l’ensemble des projets de construction des logements à intérêt social et infrastructures urbaines réalisées entre 1966 et 1996. Cette politique traduisait une croyance locale portée sur les bienfaits économiques et sociaux de la transformation physique de la ville.

20 Emilio Duhau, « La ciudad informal : ¿precariedad persistente o hábitat progresivo ? », dans Teolinda B. Bolívar, Jaime Erazo Espinosa (dir.), Los lugares del hábitat y la inclusión, Quito, FLASCO-CLASCO-MIDUM, 2013, p. 59‑88.

21 Teolinda B. Bolivar, « La ciudad-barrio más allá de las apariencias », Tribuna del investigador, vol. 1, no 2, 1994, Caracas, APIU, p. 101‑110.

22 Maria Cristina Cravino, Los mil barrios (in) formales : aportes para la construcción de un observatorio del hábitat popular del Área Metropolitana de Buenos Aires. Universidad Nacional de General Sarmiento, 2008 ; Renzo Cáceres, « Transformaciones en el hábitat de asentamientos informales y políticas públicas sociales El caso de Barrio Nuestro Hogar III », dans Cecilia Marengo, Ana Laura Elorza, Virginia Monayar (coord.), Encuentro de la Red de Asentamientos Populares : aportes teórico-metodológicos para la reflexión sobre políticas públicas de acceso al hábitat, Facultad de Arquitectura, Urbanismo y Diseño de la Universidad Nacional de Córdoba, 2019.

23 Flores Ramón, La escuela basica de la zona marginal de santo domingo (Un estudio comparativo de la organización industrial del servicio de educación en la República Dominicana), Santo Domingo, Banco interamericano de desarrollo BID, 1997.

24 Ibid.

25 Laurent Nowik, Saïd Azammam, Muriel Sajoux, « L’Évolution de la cohabitation intergénérationnelle au Maroc : les solidarités privées mises à l’épreuve ? », dans XVIe colloque international de l’Aidelf, « Relations intergénérationnelles, Enjeux démographiques », Genève, Association internationale des démographes de langue française, 2010, [en ligne] [https://www.erudit.org/fr/livres/actes-des-colloques-de-lassociation-internationale-des-demographes-de-langue-francaise/relations-intergenerationnelles-enjeux-demographiques-actes-xvie-colloque--978-2-9521220-3-0/], consulté le 20/08/2019.

26 Ana Claudia Correa Diaz, La Formalisation des quartiers informels en Amérique latine, Chisinau, Éditions universitaires européennes, 2012.

27 Dessau-Soprin, « Proyecto de saneamiento pluvial y sanitario de la cañada Guajimia. Plan de Acción de Implementación del PAR », rapport interne, 2007.

28 D’autres barrios dans la capitale ont également connu des interventions suivant le même mode opératoire de canalisation des ravines et la construction de voies d’accès.

29 Guénola Capron, Quand la ville se ferme : quartiers résidentiels sécurisés, Pari, Bréal, (d’autre part), 2006.

30 Roberto Briceño-León, « La nueva violencia urbana de América Latina », Sociologias, vol. 23, no 8, 2002, Porto Alegre, Programa de Pós-Graduação em Sociologia/UFRGS, p. 34‑51.

31 Luis Berneth Peña Reyes, « Securonormatividad. La sociabilidad urbana vista a través de las prácticas de la vigilancia cotidiana », URVIO. Revista Latinoamericana de Estudios de Seguridad, no 18, 2016, p. 104‑123, [en ligne] [https://revistas.flacsoandes.edu.ec/urvio/article/view/1792], consulté le 20/08/2019.

32 Guénola Capron, « Les Ensembles résidentiels sécurisés dans les Amériques : une lecture critique de la littérature », L’Espace géographique, vol. 33, no 2, 2004, p. 97‑113, [en ligne] [https://www.cairn.info/revue-espace-geographique-2004-2-page-97.htm], consulté le 02/04/2022.

33 Pedro José García Sánchez, Marc Villá, « De la sociabilidad vigilante a la urbanidad privativa. Homogeneización residencial, usos citadinos y ciudadanía en Caracas », Perfiles latinoamericanos, no 19, 2001, p. 57‑82, [en ligne] [https://www.redalyc.org/articulo.oa?id=11501904], consulté le 02/04/2022.

34 Darysleida Sosa Valdez, « De precarios a ecológicos y viceversa. Análisis de intervenciones urbanas en asentamientos precarios dominicanos » (« From Precarious to Ecological and Vice Versa Analysis of Urban Interventions in Dominican Precarious Settlements »), Revista Estudios Sociales, vol. 44, no 164, 2021, p. 135‑162, [en ligne] [https://estudiossociales.bono.edu.do/index.php/es/article/view/1022], consulté le 02/04/2022.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Évolution de la maison de Luz et Esteban
Crédits Réalisation de Darysleida Sosa Valdez
URL http://journals.openedition.org/craup/docannexe/image/10878/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Figure 2. La maison de Maria, à fonctionnalités multiples
Crédits Réalisation de Darysleida Sosa Valdez
URL http://journals.openedition.org/craup/docannexe/image/10878/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Titre Figure 3. Évolution de la maison de Teresa (1976-1989)
Crédits Réalisation de Darysleida Sosa Valdez
URL http://journals.openedition.org/craup/docannexe/image/10878/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 313k
Titre Figure 4. Projection de travaux de rénovation pour la maison de Teresa
Crédits Réalisation de Darysleida Sosa Valdez
URL http://journals.openedition.org/craup/docannexe/image/10878/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 253k
Titre Figure 5. Schéma et photos des étapes du projet d’assainissement de la ravine Guajimia
Crédits Source : CAASDRéalisation de Darysleida Sosa Valdez
URL http://journals.openedition.org/craup/docannexe/image/10878/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 518k
Titre Figure 6. Le barrio El Libertador après la canalisation de la ravine
Crédits Réalisation de Darysleida Sosa Valdez
URL http://journals.openedition.org/craup/docannexe/image/10878/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 504k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Darysleida Sosa Valdez, « Il était une fois le barrio El Libertador. De la construction de la maison à la formalisation d’un quartier précaire à Saint-Domingue (République dominicaine) »Les Cahiers de la recherche architecturale urbaine et paysagère [En ligne], 15 | 2022, mis en ligne le 21 novembre 2022, consulté le 30 janvier 2023. URL : http://journals.openedition.org/craup/10878 ; DOI : https://doi.org/10.4000/craup.10878

Haut de page

Auteur

Darysleida Sosa Valdez

Darysleida Sosa Valdez est post-doctorante à l’Institut de recherche pour le développement (IRD) et membre du Centre d’études en sciences sociales sur les mondes africains, américains et asiatiques (CESSMA). Docteure en urbanisme, elle s’intéresse à la marginalité, la précarité et l’informalité urbaine en relation avec la construction de la ville durable latino-américaine, et explore les enjeux de l’urbanisme contemporain à l’intersection des intérêts locaux et mondiaux.
Elle a récemment publié « Sous influences. Construction et fragilisation de la sensibilité environnementale des habitants des barrios à Santo Domingo », Développement durable et territoires, vol. 12, n° 2, 2021, [en ligne] [http://journals.openedition.org/developpementdurable/18366], et avec X. Fuster et Y. Wilson (éds.), Habiter les villes latino-américaines, Paris, L’Harmattan, 2021.
darysleida.sosavaldez@ird.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Ministère de la culture
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search