Navigation – Plan du site

AccueilDossiers15Au croisement des temporalités et...

Au croisement des temporalités et des processus post-catastrophe : Canaan et le camp Corail

At the Intersection of Post-Disaster Processes and Temporalities: Canaan and the Camp Corail
Astrid Lenoir

Résumés

En Haïti, à la suite du séisme du 12 janvier 2010, un territoire peu habité au nord de Port-au-Prince a été retenu pour la construction du camp Corail. Constitué de deux secteurs, ce camp de logements provisoires a permis la relocalisation d’environ 10 000 personnes. Tout autour, la zone de Canaan s’est très vite constituée comme un véritable quartier d’habitations, par l’établissement spontané de dizaines de milliers de personnes. Rassemblées sur un même territoire, nous nous intéresserons à la manière dont se sont constituées ces deux entités (le camp Corail et Canaan) à travers l’analyse de l’action des différents acteurs, des pratiques, des discours et des représentations.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1  Radio Canada, « Le Bilan grimpe à 230 000 morts. », Radio-Canada.ca, 10 février 2010, [en ligne] [(...)

1Le séisme du 12 janvier 2010 en Haïti a provoqué de nombreux dégâts, essentiellement localisés dans les départements de l’ouest et du sud-est. Bien qu’il soit improbable d’obtenir des chiffres absolument fiables dans ce contexte, les bilans officiels font état de 230 000 morts, 300 000 blessés et 1,2 million de sans-abri1 La catastrophe a placé Haïti dans une situation très particulière : l’attention de la communauté internationale s’est brusquement portée vers le pays dans une volonté d’aide immédiate. Les programmes de secours de la phase d’urgence ont rapidement laissé place aux projets de reconstruction.

  • 2  Le terme de Canaan est utilisé par les populations et par les autorités pour désigner une zone inc (...)
  • 3  ONU-Habitat, « Une vision stratégique et une structure urbaine pour Canaan. Première charrette de (...)
  • 4  Le Moniteur, Journal officiel de la République de Haïti, 165e année, n° 21, le 22 mars 2010, signé (...)

2Le projet de camp de logements provisoires de Corail, situé en banlieue nord de la capitale, est un exemple intéressant des problématiques rencontrées à la suite du séisme et des implications sur le long terme des projets temporaires. L’urbanisation du territoire de Canaan2, zone s’étendant sur les communes de Cabaret, Croix-des-Bouquets et Thomazeau3 a démarré à la suite de la déclaration d’utilité publique d’un territoire allant « de l’angle de la Rivière Bretelle à la Route nationale numéro 1 en passant par Bon Repos et Corail-Cesselesse formant un polygone avec la zone communément appelée Concombre4 ».

3Deux manières de « faire ville » se sont alors juxtaposées : d’abord l’établissement du camp Corail par les acteurs de l’aide internationale ; ensuite l’installation spontanée de populations sur tout le territoire concerné, appelé plus généralement « Canaan ». En résultent des discours contrastés de la part des nombreux acteurs, témoignant de la fabrication de ce territoire par une constante négociation des espaces et de leurs usages et dans une pluralité d’échelles et de temporalités.

  • 5  ONU-Habitat et al., « Initiative de développement urbain (URDI) pour la zone de Canaan, Port-au-Pr (...)
  • 6  Voir notamment Alice Corbet, « Dynamiques d’encampement : comparaison entre un camp formel et un c (...)
  • 7  Voir notamment Anne-Marie Petter et al., « City Profile : Canaan, Haiti. A New Post Disaster City  (...)
  • 8  Voir notamment Neptune Prince et al., « Gestion environnementale dans l’aire métropolitaine de Por (...)

4On trouve de nombreuses études sur la mise en place des solutions provisoires de logements pour les populations sinistrées : préconisations et recommandations des agences onusiennes, notamment ONU-Habitat, UN-HCR, catalogues et typologies des différents shelters émanant souvent d’organisations internationales, etc. Il existe également et plus spécifiquement plusieurs études scientifiques ou rapports d’intervenants professionnels analysant la situation du territoire de Canaan dans une visée prospective, avec propositions de plans stratégiques d’aménagement5. Le territoire de Canaan est également un sujet de recherches essentiellement quantitatives de la part de certains acteurs de l’humanitaire, mais les études architecturales, urbaines et paysagères sont peu nombreuses. Entre 2010 et 2019, des organismes satellites du monde de l’humanitaire (groupe Urgence, Réhabilitation, Développement-URD, Humanitarian Policy Group, Institut de recherche et développement-IRD, etc.), rassemblant des chercheurs architectes ou urbanistes, ont produit plusieurs rapports analysant l’évolution de Canaan, sans toutefois s’intéresser précisément au camp Corail. Certains travaux d’anthropologues sont plus particulièrement orientés sur la zone de Canaan, comme ceux d’Alice Corbet6, qui s’intéresse depuis plusieurs années aux interconnexions entre le camp de shelters et le quartier qui s’est constitué autour. Une communauté de chercheurs canadiens s’intéresse également depuis 2010 à l’histoire de Canaan, notamment l’architecte Anne-Marie Petter, qui travaille sur la question des espaces publics dans un quartier informel7. En Haïti, plusieurs chercheurs s’intéressent également à Canaan, notamment par le prisme de la géographie8. L’enchevêtrement des échelles, la multiplicité des acteurs et des temporalités, la complexité de la situation politique, sociale et sécuritaire en Haïti rendent la compréhension des dynamiques territoriales en place compliquée.

5Notre recherche se base sur l’étude d’un corpus large de rapports, recherches scientifiques, actes de colloques, plans et stratégies d’aménagements, mais aussi d’articles de périodiques et de blogs, qui reflètent une certaine représentation du territoire étudié. Ces narrations, si elles ne constituent pas des sources objectives (du moins rationnelles), nous paraissent essentielles dans la compréhension du vécu des habitants, de l’expérience physique de l’espace habité et de la perception individuelle et collective du territoire. Ces récits, relus au regard du discours initial institutionnel, permettent une lisibilité des transformations, adaptations, appropriations des différentes formes de logements proposées à travers l’histoire des projets et des usages sur un territoire donné. Plusieurs entretiens avec des architectes, urbanistes, anthropologues, ingénieurs, historiens, membres d’ONG et étudiants en sociologie notamment, ont été réalisés entre 2019 et 2022. Enfin, cet article s’appuie sur une connaissance du contexte haïtien à travers plusieurs visites en 2011 et 2012.

6Deux axes prédisposeront notre recherche sur ce territoire. D’abord, le choix de la structure urbaine de camp, renvoyant à des questions de castramétation, de stratégies d’intervention et de temporalités de projet, propres aujourd’hui aux méthodes utilisées par les organisations humanitaires. Puis, l’interaction entre les différents acteurs cristallisée dans une temporalité post-catastrophe. Ce contexte particulier, dans lequel les pratiques de construction de la ville se voient désorganisées, accueille pour un temps de nouvelles méthodologies portées par des intervenants, le plus souvent étrangers au pays ou à la zone d’intervention. Différents mondes de conception et de représentation se superposent engageant un dialogue épistémologique parfois déséquilibré et/ou contradictoire.

Le contexte haïtien post-séisme

7Les conséquences du séisme sur Haïti sont multiples ; la catastrophe humaine et matérielle survenue dans un contexte d’importante vulnérabilité a entraîné des répercussions dans tous les domaines de la vie des Haïtiens.

Un État faible partenaire d’un système de l’aide humanitaire aguerri

8Au lendemain du séisme du 12 janvier 2010 en Haïti, environ 1,2 million de personnes se trouvent sans abri dans une partie du monde où l’État, déjà considérablement faible, se voit dans l’impossibilité d’offrir une réponse adéquate à sa population. Avant 2010, l’organisation du territoire et sa gouvernance étaient assurées par différents organes qui peinaient à mettre en place de véritables politiques urbaines faute de moyen. Le séisme a mis à mal un système déjà affaibli mais où les instances existaient. Différents ministères sont impliqués dans la gestion des territoires. Le ministère de la Planification et de la Coopération externe (MPCE) est en charge de l’élaboration des plans nationaux de développement économique et social, le ministère des Travaux publics Transports et Communications (MTPTC) assure la conception, la mise en œuvre et la gestion des infrastructures et des aménagements urbains, l’Unité de construction de logements de bâtiments publics (UCLBP) est entre autres chargée de la question du logement. Un comité, créé quelques années avant le séisme, est en charge de la cohérence et la coordination des actions menées dans le domaine de l’aménagement du territoire :

  • 9  Bezunesh Tamru, Marie Redon, « Introduction », Les Cahiers d’Outre-mer, 279, n° 72 « Sociétés et e (...)

En 2009, l’État haïtien se dote d’une nouvelle agence dédiée à l’aménagement du territoire, le Comité interministériel d’aménagement du territoire (CIAT), avec comme objectif de « coordonner et d’harmoniser les actions du Gouvernement en matière d’aménagement du territoire, de gestion des bassins-versants, de gestion de l’eau, d’équipement9. »

9Malgré des instances existantes, le gouvernement haïtien dans la période post-catastrophe ne semblait pas en mesure d’assurer le redressement du pays. Si le séisme a été dévastateur y compris au sein des organes décisionnels, il n’est pas seul responsable de la situation gouvernementale de Haïti. Un article de Jan Verlin publié dans les Cahiers des Amériques en 2014 et intitulé « Haïti : État failli, État à (re)construire » analyse précisément comment ont évolué les modes de gouvernements en Haïti à partir des années 1990 et comment la perception du pays comme État failli a intercédé dans la mise en place des programmes de l’aide internationale après le 12 janvier 2010.

  • 10  Jan Verlin, « Haïti : État failli, État à (re)construire », Cahiers des Amériques latines, no 75 « (...)

La perception de Haïti comme État quasiment inexistant pèse fortement sur les politiques de l’humanitaire. […] l’État est systématiquement déconsidéré comme partenaire de l’aide internationale. En termes de chiffres et de coordination, il joue un rôle mineur10.

  • 11  Le PIB d’Haïti en 2010 s’élevait à 11,86 milliards de dollars américains, tandis que les promesses (...)
  • 12  Le Moniteur, Journal officiel de la République de Haïti, n° 29, 165e année, le 19 avril 2010, sign (...)
  • 13  Voir notamment Marcel Dorigny et al., Haïti-France. Les chaînes de la dette. Le rapport Mackau (18 (...)

10Les mois qui ont suivi le séisme en Haïti ont été le théâtre de deux principaux phénomènes qui ont conditionné l’ensemble de la phase de reconstruction : un déversement historique d’aide humanitaire et l’incapacité des instances gouvernementales à agir. La situation de crise a mis en exergue la faiblesse de l’État en termes d’assistance aux populations, mais aussi, plus généralement, de gestion de la question du logement des personnes les plus vulnérables. Les sommes promises pour le relèvement et l’aide à la reconstruction d’Haïti par la communauté internationale ont été historiquement élevées au regard de la situation économique du pays11. Aussi, une instance spéciale a été imaginée afin d’organiser l’aide au mieux : la Commission intérimaire pour la reconstruction de Haïti (CIRH) a été créée par décret présidentiel en avril 201012. Cette commission rassemblait les principaux acteurs de la communauté internationale et du gouvernement haïtien. Malgré une volonté de coordination des moyens, les intervenants haïtiens sont apparus écrasés sous le poids de l’appareil humanitaire qui s’est imposé à eux dans toute sa force d’intervention. La Commission était coprésidée par Bill Clinton et Jean-Max Bellerive, alors Premier ministre du gouvernement Préval. Ce nouvel organe décisionnel est intervenu dans une situation juridique, économique et politique chaotique ayant pris racine bien antérieurement au séisme13. La mission de la CIRH était la coordination des projets mais aussi la gestion de l’utilisation des fonds de reconstruction, qui n’ont pas été versés directement aux structures haïtiennes. La coordination des projets, notamment liés à l’urbain, puisque la reconstruction suite à un séisme s’articule en premier lieu autour du relèvement et de la consolidation des éléments bâtis, aurait pu être l’occasion exceptionnelle d’ajouter à des dynamiques locales des compétences extérieures.

Port-au-Prince et sa région

  • 14  OCHA est le bureau de coordination des affaires humanitaires, créé en 2004, suite à la difficile c (...)
  • 15  OCHA, « Haïti Earthquake : Situation Report n° 24 », 2010, p. 1-10.
  • 16  Les populations des camps étaient à 81,7 % locataires avant le séisme selon les chiffres de l’OIM.

11Port-au-Prince, point d’entrée de l’aide internationale, a connu dans les jours et les mois suivants le 12 janvier un afflux important de déplacés internes. Aux habitants de la capitale, ayant pour beaucoup perdu leur logement dans la catastrophe, se sont ajoutées des personnes sinistrées des communes alentour. Chaque espace libre de la ville a très vite été occupé par des campements de fortune constitués de bâches et de tentes, où se sont amoncelées pendant des mois des familles dans des conditions d’extrême précarité. Les rapports de l’OCHA14 font état en 2010 de plus de 414 camps dispersés dans la ville de Port-au-Prince, dont 21 accueillaient plus de 5 000 personnes15 Ces populations font partie des plus vulnérables dans un contexte de précarité et d’urgence absolue ; elles n’ont aucune solution alternative et ne possèdent rien car elles étaient majoritairement locataires16.

  • 17  Johann-Christian Hannemann, Christian Werthmann, Thomas Hauck, « Designing for Uncertainty: The Ca (...)

12Un premier mouvement migratoire s’est donc effectué vers Port-au-Prince dans les mois suivants le séisme. Le territoire de Canaan, objet de cet article, a été largement occupé à partir d’avril 2010, suite à la déclaration d’utilité publique par le gouvernement. Il est le lieu d’un second mouvement migratoire plus complexe. En effet, si le camp Corail a permis de relocaliser 10 000 personnes, les raisons de l’arrivée des populations s’installant sur le territoire de Canaan sont multiples. Certaines familles ont fui des bidonvilles ou des camps informels insalubres de la capitale. D’autres ont vu dans ce territoire une manière d’obtenir une terre de manière officieuse ou de participer sans entrave à la spéculation de ce territoire en devenir. D’autres encore en ont profité pour fuir des zones rurales17.

Le cas du camp Corail

  • 18  Commission intérimaire pour la reconstruction de Haïti.
  • 19  Anne-Laurence Verret et al., « De la citoyenneté active vers le développement de la ville durable  (...)

13Parmi les terrains squattés se trouve le terrain de golf de Pétion-Ville, commune de l’agglomération de Port-au-Prince, situé dans les hauteurs sur un terrain pentu, pouvant s’avérer dangereux pendant la saison des pluies. C’est en partie l’appropriation de ce territoire privilégié qui déclenche le projet du camp Corail-Cesselesse, à l’initiative de la CIRH18. Un terrain est choisi, à un peu moins de 20 kilomètres de la ville, sur une zone très peu construite appelée « Canaan ». Ce territoire appartenant à des firmes haïtiennes devait devenir une zone économique intégrée (ZEI). Elle deviendra en quelques mois une zone d’utilité publique (ZUP) et en quelques années seulement un territoire s’étalant sur 27 kilomètres carrés et abritant plus de 200 000 personnes19.

  • 20  Isabelle Leroy, « Camp de déplacé-e-s Corail-Cesselesse », rapport de terrain, Observatoire des ca (...)

14Dès la déclaration d’utilité publique du territoire de Canaan, un projet de construction de camp est envisagé pour la relocalisation des déplacés du Club de golf de Pétion-ville. Le camp Corail devait à l’origine être composé de quatre secteurs. Seuls les secteurs trois et Corail CesseLesse (désignés aussi « secteur 3 » et « secteur 4 ») verront le jour, absorbés dès l’installation des premières familles dans les shelters par l’occupation spontanée des terrains tout autour. Encore présentes aujourd’hui, les deux parties de camps ont été construites en très peu de temps par les acteurs de la communauté internationale. Dès avril 2010, les deux terrains ont été préparés, terrassés, divisés et quadrillés. Dans un premier temps, des tentes ont été montées sur le secteur 4, abritant sommairement 2 000  familles déplacées sur ce territoire aride et coupé de la reprise progressive de l’activité à Port-au-Prince. L’OIM construit alors les 300 premiers shelters sur le secteur 3. Avec l’arrivée de la saison des pluies, sur ce territoire partiellement inondable et ne comportant aucun système d’assainissement ou d’évacuation des eaux, les tentes du secteur 4 ont été remplacées par des shelters. Le camp Corail abrite en juin 2013 pas moins de 10 000 personnes20.

Figure 1. Secteur 3 du camp Corail entouré de zones d’habitations spontanées

Figure 1. Secteur 3 du camp Corail entouré de zones d’habitations spontanées

Image satellite Google Maps, 2021

Figure 2. Secteur 4 du camp Corail entouré de zones d’habitations spontanées

Figure 2. Secteur 4 du camp Corail entouré de zones d’habitations spontanées

Image satellite Google Maps, 2021

15Les deux parties du camp sont organisées selon une trame régulière. Chaque secteur est subdivisé en six « blocs ». Les shelters du camp Corail sont composés d’une dalle en béton, d’une structure bois, d’un parement en contre-plaqué et d’une toiture en tôles ondulées. La structure et la matérialité de ces constructions, mises en place dans un contexte précaire et déstabilisé, affichent un caractère pérenne et définitif. Les structures bois sont bien dimensionnées et contreventées, les assemblages sont suffisamment nombreux et prévus pour résister aux conditions climatiques de Haïti, les matériaux sont neufs. Les shelters sont ancrés dans le sol par des longrines et une dalle en béton. Ils s’inscrivent inexorablement dans le territoire dans une temporalité qui dépasse celle du provisoire.

16Certains shelters comportent une galerie couverte donnant sur des axes piétons en terre battue. Les shelters sont constitués d’une pièce unique de 18 mètres carrés conçus pour accueillir une famille de quatre personnes. Ils sont disposés sur le territoire selon une trame régulière, alignés les uns à côté des autres. Les espaces extérieurs entre shelters ne dépassent pas 5 mètres sur les côtés, 10 à l’arrière, laissant peu de possibilités à l’ordonnancement d’une vie domestique protégée à l’extérieur du shelter.

  • 21  Michel Agier, Un monde de camps, La Découverte, 2014.

17Le choix de la construction de shelters sous la forme de camps interroge la question de l’urgence au prisme de l’urbanisme et des enjeux de territoire. L’encampement, notion développée par Michel Agier dans plusieurs ouvrages dont Un monde de camps21 est un procédé qui a été longtemps utilisé par les acteurs de l’aide humanitaire. Aujourd’hui remise en question, la mise en place de camps est le plus souvent évitée comme précisé sur le site de l’UN-HCR :

  • 22  Traduction de l’auteur : « UNHCR and the wider humanitarian community are not in favour of creatin (...)

Le HCR et la communauté humanitaire au sens large ne sont pas favorables à la création de camps car nous pensons que d’autres dispositions offrent une vie plus normale aux personnes contraintes de fuir. Lorsqu’il n’y a pas d’alternative, nous concevons soigneusement des camps, des sites ou des installations pour assurer la sécurité des personnes et leur offrir un abri22.

  • 23  Isabelle Leroy, op. cit.

18La création d’un camp répond à un besoin urgent de mise à l’abri instantané, dans une logique de protection des corps mais aussi de contrôle des populations. À Corail, comme pour de nombreux camps mis en place par des organisations humanitaires, les process ont été appliqués en fonction de recommandations établies en partie par l’UN-HCR, concernant la division de l’espace en blocs, le nombre de shelters par unités, la quantité d’espace indispensable à une famille type, le nombre de sanitaires à prévoir et leurs distances maximums, la quantité de denrées à distribuer à chaque personne, le nombre de litres d’eau nécessaires, etc. Sans création d’infrastructures, le fonctionnement du camp n’était possible qu’à la condition de distributions d’aide journalière par les ONG, réduisant la perspective d’une autonomisation des populations et donc d’une reconstruction réelle d’un lieu de vie. Selon un récent rapport de l’Observatoire des camps de réfugiés23, la décision de la création d’un camp de logements provisoires s’est faite sur insistance de la communauté internationale et de l’armée américaine, malgré l’opposition au projet du gouvernement haïtien. Le camp Corail a été créé sans vision d’ensemble d’aménagement du territoire où l’encampement aurait été envisagé comme véritable phase provisoire d’un projet plus global.

  • 24  Les shelters ont une durabilité selon les rapports des organisations internationales de trois à ci (...)
  • 25  Sandra, « Le fiasco de camp Corail. », Haïti Libre, 4 juin 2010, [en ligne] [https://www.haitilibr (...)

19Après l’installation des familles, la gestion du camp a été attribuée à l’ONG Oxfam, déléguant certains services de base à d’autres organisations : Oxfam pour l’accès à l’eau et l’hygiène, l’OIM pour la gestion des déplacés, la Minustah pour la sécurité du camp. D’autres intervenants se sont vu attribuer des projets pouvant être considérés comme de l’aide au développement, tel que la FAO pour la distribution de semences agricoles ou l’ONG World Vision, en charge de la construction d’une école et de la reforestation. Assez ironiquement au vu du contexte, elle assurait également la formation d’agents municipaux dans les questions de droits humains et de protection de l’environnement. Cette multitude d’intervenants essentiels au fonctionnement du camp et à la survie des populations habitantes dénote d’une profonde contradiction : d’une part le caractère temporaire24 de la situation répondant à l’urgence ; d’autre part, l’application à mettre en place les prémices d’une implantation urbaine pérenne et le discours officiel suggérant le caractère évolutif de ce nouveau quartier d’habitation. René Préval, alors Président de la République, annonçait dès juin 2010 la construction de rues, d’infrastructures et la création d’une « vraie communauté25 » !

  • 26  Jonas Laurince, « La Mairie de la Croix-des-Bouquets, nouveau gestionnaire du Camp Corail, Haiti » (...)

20Jusqu’au transfert de la gestion du camp Corail à la mairie de Croix-des-Bouquets le 15 mai 201126, les seuls organismes autorisés à construire étaient des acteurs humanitaires (ARC et OIM). Le territoire a été ordonnancé avec une rigueur laissant peu de possibilités d’appropriation ou d’adaptabilité aux populations habitantes. Cette maîtrise à l’extrême de l’espace s’étend également à l’organisation du temps au quotidien des habitants, dépossédés de leur ancien habitat perdu lors de la catastrophe, mais également, par cet encampement à Corail, de toute la structure sociale, communautaire et économique de leur vie. L’intervention de l’aide en contextes d’urgence s’est développée avec des logiques d’efficacité, de rapidité, de technicité qui produisent lors de la mise en place de camps de relocalisation, des structures où les sinistrés peuvent difficilement retrouver leur rôle d’« habitant ». Des groupes de recherche, comme l’Humanitarian Policy Group et l’URD, cherchent à analyser les pratiques et les politiques de l’humanitaire. On peut lire dans un de leur rapport sur l’intervention humanitaire en Haïti après le séisme de 2010 :

  • 27  Simon Levine et al., « Faire fi des réalités ! Problématiques foncières, institutions locales et a (...)

Les organisations humanitaires se refusent à prendre des risques et mettent donc en œuvre des programmes prédéterminés qu’elles prétendent vouloir contrôler. Le système humanitaire repose ainsi sur une bureaucratie et une culture qui vise à apporter des réponses en termes de mécanismes et de résultats prévisibles. Cela conduit inévitablement à considérer les personnes affectées, et leur gouvernement, comme des bénéficiaires plutôt que des partenaires actifs, pouvant avoir leurs propres stratégies (imparfaites et chaotiques) pour solutionner eux-mêmes leurs problèmes27.

21En 2012, les habitants du camp Corail ont profondément remis en question le travail des organisations encore présentes. Alice Corbet, dans un article intitulé Dynamiques d’encampement : comparaison entre un camp formel et un camp informel en Haïti, décrypte les dynamiques sociales et politiques ayant amené à ce mouvement. Faisant preuve d’une organisation remarquable, plusieurs centaines d’habitants du camp Corail ont affrété des bus afin de se rendre à Pétion-Ville, où se trouvaient la plupart des bureaux des ONG. Demandant à l’origine une plus grande transparence dans les choix des programmes humanitaires, les décisions et les projets pour l’avenir, le mouvement populaire s’est finalement transformé en soulèvement contre les organisations gestionnaires.

  • 28  Alice Corbet, « Dynamiques d’encampement… », op. cit., p. 87-108.

[…] à travers ces protestations, toutes les ONG étaient ciblées car elles cristallisaient l’ensemble des frustrations des habitants de Corail, notamment au sujet de l’incompréhension qu’ils avaient de leurs méthodes. Suite à ces tensions, l’ensemble des organisations de solidarité se retira du camp lors de l’été 201228.

22Par cette action, la population du camp Corail a transformé son statut de « bénéficiaire » de l’aide en acteur de sa propre reconstruction. La structure spatiale du camp est devenue à partir de ce moment, la base d’un nouveau système urbain, que les habitants vont se réapproprier lentement. Dix années après sa mise en place, les adaptations spatiales du camp sont visibles à l’échelle des habitations, parfois regroupées en deux ou trois shelters. Les unités d’habitation ont souvent été agrandies par une extension sur un des côtés, permettant une adaptation du logement à une réalité domestique. Surtout, on note une forme de sécurisation et d’appropriation du territoire par la mise en place de clôtures (tôles, bois, maçonnerie ou parfois végétation épineuse) qui entourent souvent plusieurs shelters à la fois. On peut supposer une redistribution des familles et/ou groupes sociaux par blocs de deux ou trois shelters. Malgré ces adaptations à l’échelle de l’unité du shelter, le système du camp à une échelle plus grande a été peu transformé, présentant une certaine forme de résistance à l’initiative individuelle et collective. La négociation entre la structure existante du camp et les possibilités des habitants dans ce contexte d’extrême précarité semble déséquilibrée, même après le départ des acteurs structurels.

Développement du territoire de Canaan

  • 29  Magally Constant, « Canaan ou la terre refuge », Reconstruire, n° 7, janvier 2013, Delmas, L’Obser (...)
  • 30  Alice Corbet, « Community After All?...”, op. cit., p. 166-186.

23Si les collines de Canaan tiennent apparemment leur nom d’un lieu de pèlerinage de croyants de l’Armée du Salut29, le territoire alentour dénommé du même nom enferme une histoire plus sombre. La zone de Canaan comporte notamment un endroit appelé « Titanyen » (en créole haïtien, signifie « titanesque » en français), connu pour avoir été le lieu d’exécutions sommaires sous la dictature Duvalier. Par ailleurs, la plaine de Canaan a accueilli des fosses communes après le séisme de 201030.

Figure 3. Cartographie de la zone de Canaan

Figure 3. Cartographie de la zone de Canaan

Plan de la zone de Canaan avec les deux secteurs du camp Corail.

Astrid Lenoir, 2022

  • 31  Johann-Christian Hannemann, Christian Werthmann, Thomas Hauck, op. cit., p. 326.

24Il s’agit d’un territoire aride et difficile d’accès où l’eau ravine sans nourrir le sol. Début 2010, la zone n’était longée dans sa partie sud que par la route nationale n° 1 partant vers l’ouest et la route nationale n° 3 vers l’est. Une partie du territoire de Canaan est également sujette à de fortes inondations pendant les saisons des pluies. Pourtant, dès l’installation des premières tentes sur le secteur 3 de Corail, des familles ne faisant pas partie du programme de relocalisation se sont établies tout autour. Très rapidement, des parcelles ont été délimitées et des abris plus ou moins solides ont été construits. Les chiffres estimés font état de 10 000 personnes habitant dans le camp Corail et 300 000 personnes habitant l’aire de Canaan au mois de juin 201331

25Le développement extrêmement rapide de Canaan dans une temporalité récente rend l’analyse de la construction de ce territoire complexe. Si l’organisation urbaine de Canaan a échappé aux instances gouvernementales, elle ne s’est pour autant pas constituée par simple agglomération d’installations spontanées individuelles.

Établissements spontanés et création de quartiers

  • 32  Anne-Marie Petter et al., op. cit.

26À partir de la fin 2010, de véritables quartiers d’habitations ont vu le jour. Toujours sans planification globale, ni situation légale, la plaine a été délimitée en milliers de petites parcelles sur lesquelles chacun construisait son habitat comme il le pouvait. Au-delà de l’installation d’habitations, des rues furent dessinées et nommées, des terrains réservés comme espaces communs, un réseau de transports locaux (« tap-tap ») mis en place, sans intervention de l’État ni des organisations humanitaires, qui n’ont commencé à intervenir que plus tard pour pallier certains besoins. Si certains chercheurs comme Joan Clos, directeur exécutif d’ONU-Habitat en 2013, insistent sur la notion d’espace public qui différencie le quartier urbanisé du bidonville, d’autres recherches montrent que Canaan ne s’est pas constitué exactement de la même manière que les autres bidonvilles du pays. Les travaux d’Anne-Marie Petter en particulier s’intéressent justement à la manière dont les habitants de Canaan se sont organisés pour réserver certains espaces dits « publics32 ».

  • 33  Privées, souvent gérées par des organisations religieuses.

27Avec l’installation massive de populations, des communautés se sont recréées, des quartiers ont été nommés et définis et gérés lors de réunions de « tables de quartiers ». La zone urbaine dite « de Canaan » compte aujourd’hui de nombreuses écoles33, des centres de santé, une multitude de petits commerces, plusieurs marchés, des terrains de sport, des espaces communautaires, etc. Un monde économique et social s’est créé, avec l’aide ponctuelle d’associations, mais sans planification globale et sans stratégie viable à l’échelle de la ville ou de la région.

28À l’échelle du logement, les maisons de Canaan (aussi bien que les shelters du camp) ont changé plusieurs fois de locataire ou de propriétaire sans que l’État n’intervienne. Un système parallèle à l’organisation administrative officielle s’est mis en place, s’inscrivant à une échelle macroscopique dans une dynamique habitante de substitution face à un manque d’engagement de l’État.

  • 34  Quotidien haïtien.

29Cependant, l’organisation territoriale par les habitants de Canaan met en évidence la difficulté de pratiques foncières non encadrées par un cadre légal. Magally Constant, dans son article « Canaan ou la terre refuge », précédemment cité, nous rappelle un extrait de l’éditorial du Nouvelliste34 du 11 décembre 2012 :

  • 35  Monnaie haïtienne ayant un ratio approximatif de 40 : 1 avec le dollar américain en 2013, soit env (...)

[…] C’est l’histoire d’un petit lopin de terre en face de chez elle, enfin, de sa tente. Un premier citoyen a acheté le lopin de terre et a commencé à placer tôles, bâches et bois. Il s’est déplacé. On a revendu sa « terre » en son absence. Un deuxième citoyen s’amène et fait bâtir : tôles et bois, pas de bâche. Cela avance lentement. Il s’absente. On revend la terre. Le même « on » qui, spoliant un premier propriétaire, lui avait vendu son lopin. Un troisième citoyen qui achète au prix assez fort (30 000 gourdes35) les quelques mètres carrés débute les fondations en pierre de taille… Il s’essouffle, le travail s’arrête. Il s’absente pour aller brasser et chercher des fonds. À son retour, le terrain est revendu. Un quatrième achète et finit, enfin, la construction. Il est propriétaire d’une maison contestée. Sitôt informé de la situation, il se met en quête d’un pigeon et vend la terre et la maison, rentrant donc son argent avec un petit bénéfice et le grand avantage de transférer les futures poursuites au nouvel heureux propriétaire.

Initiatives habitantes

  • 36  Anne-Laurence Verret et al., op. cit., p. 28.

30Pourtant, depuis 2012, alors que le caractère provisoire des installations avait été définitivement écarté, de nombreuses organisations communautaires de base (OCB) ont été créées par les habitants de Canaan. Ces OCB sont coordonnées par un Centre de ressources communautaires (CRC)36. Elles interviennent et prennent en charge dans la mesure de leurs moyens mis en commun, des problématiques relatives à l’urbanisation de la zone : assainissement, approvisionnement en eau, réseaux électriques, accès à internet, mais aussi entretien des routes, rues et chemins, reboisement, etc. Elles tentent également de gérer les conflits, notamment fonciers, générés par un système informel. Ces OCB se substituent à la défaillance notoire des institutions gouvernementales et rendent les habitants acteurs de la transformation de leur espace de vie.

31Des organisations locales sont également particulièrement actives dans les quartiers les plus anciennement habités de la zone de Canaan, à savoir Canaan I, II, III, IV et V. Quatre organisations sont évoquées dans l’article de Magally Constant :

  • Haïti en Action pour le Progrès (HAP), qui aurait procédé au premier traçage géo-urbain de la zone et installé les premiers « repères ;

  • le Rassemblement des Citoyens Conséquents pour le Progrès (RADICOP), qui aurait contribué au traçage de plusieurs voies de circulations à Canaan III ;

  • l’Organisation des victimes du séisme de Canaan (OVISEC), qui procéderait dans certaines zones (notamment Canaan II) à la distribution des terres, à la « gestion foncière » en donnant son autorisation pour la passation des terrains entre « propriétaires » ;

  • le Comité de Développement des Citoyens Conséquents pour le Progrès (CDSCSC), qui organiserait la gestion de l’accès des habitants à l’électricité ; il exigerait également une rétribution à l’installation de chaque nouvelle famille sur les terrains des différentes zones (entre 2500 et 5000 gourdes par famille).

32Sans la présence active des autorités publiques, une multitude de systèmes se sont mis en place avec lesquels les habitants doivent constamment négocier. De plus, de nombreuses organisations humanitaires développent des projets ponctuels sans véritable volonté de coordination.

  • 37  Antoine Rivière, « Haïti : des collectivités territoriales écartées de la reconstruction », Cahier (...)

C’est ainsi qu’au sein des périphéries, l’aide au développement s’est imposée comme un important producteur d’espaces urbains à travers la réalisation de travaux ciblés d’infrastructures et d’aménagements qui participent, à leur manière, à la viabilisation de quartiers dont l’origine est souvent informelle voire illégale. Elle encourage ainsi directement leur structuration et la pérennisation de cette forme d’occupation, caractéristique du développement urbain en Haïti37.

Canaan, l’image d’un développement non contrôlé

  • 38  Nous prenons ici la notion d’« habiter » au sens large telle que définie par Heidegger dans « Bâti (...)

33Parallèlement aux initiatives habitantes maintenant malgré tout un ordonnancement de leur habitat38, les discours notamment de la presse haïtienne qualifient ce territoire de « bidonville » tout en reconnaissant sa spécificité organisationnelle.

  • 39  Les « maisons de matériaux » sont des petits commerces de matériaux de construction de base (blocs (...)
  • 40  Claude-Bernard Serant, « Canaan le camp des camps », Le Nouvelliste, 11 janvier 2012, [en ligne], (...)

Le petit peuple construit quand le Parlement et le Gouvernement commencent à penser à la reconstruction. Hyperbidonville, Canaan s’élève dans les collines environnantes de la route nationale n° 1 à la route nord de Port-au-Prince à une vitesse vertigineuse. Boulangeries, maisons de matériaux39 de construction, blanchisseries, écoles, églises, cliniques, unité de traitement de choléra, cybercafé, studio de photo, restaurant, salle de cinéma, bank bòlèt [« loterie »], gagè [«  gaguère »], marché, dépôts de provisions alimentaires, station de véhicules de transports en commun, citernes d’eau privées, kiosques de traitement d’eau traitée par osmose inverse, terrain de football, poste de police, etc.40.

34L’initiative habitante représente ici à la fois une force d’action de transformation et d’appropriation des territoires, mais aussi le désengagement et la déresponsabilisation de l’État face aux problématiques de logement des populations vulnérables. Comme développé dans l’article d’Anne-Laurence Verret « De la citoyenneté active vers le développement : le cas de Canaan », les dynamiques habitantes auraient pu être envisagées comme cocréatrice de fabrication de l’espace urbain, si elles avaient été accompagnées par un système gouvernemental capable.

  • 41  Jonathan M. Katz, « Haiti Recovery paralyzed 6 Months after Deadly Quake », NBCNews, 11 juillet 20 (...)

35La différence de développement au cours de ces dix dernières années des quartiers de Canaan et des deux secteurs du camp Corail est particulièrement remarquable dans la possibilité et la manière dont les habitants ont réinvesti et transformé le territoire qu’ils habitent. À l’installation des premiers habitants dans des shelters, certaines personnalités publiques avançaient l’idée d’un grand projet de transformation de la zone en pôle d’activité regroupant industries et zones de logements pouvant fournir de la main-d’œuvre41. Cumulant les schémas directeurs, mais sans moyens, l’espoir que Canaan puisse devenir le « New Haïti », extension moderne et industrielle de Port-au-Prince permettant de désengorger la capitale et annoncée comme un futur pôle d’attractivité de la Caraïbe, est resté lettre morte. Du point de vue des investisseurs et industriels, mais aussi de la presse étrangère et haïtienne, Canaan souffre de l’image d’un territoire au développement anarchique stigmatisant les populations habitantes.

Des initiatives superposées dans des temporalités multiples

36Les instances gouvernementales, si elles ont été absentes au moment de l’établissement massif de populations à Canaan, tentent aujourd’hui de reprendre le contrôle de ce territoire.

  • 42  « L’équipe pays » est un terme utilisé dans le langage du domaine de l’humanitaire pour désigner l (...)

37En 2013 le Programme d’appui à la reconstruction du logements et des quartiers (PARLQ), financé en grande partie par le Fond de reconstruction en Haïti, avait pour ambition d’outiller le gouvernement haïtien et les collectivités territoriales en matière de reconstruction et de planification urbaine. À Canaan, depuis 2015, le gouvernement haïtien accompagné de partenaires internationaux essaye d’établir un projet de développement global. Plusieurs initiatives, d’abord destinées à faire l’état des lieux de la situation puis à établir un plan stratégique de développement, ont été mises en place. L’Initiative de développement urbain (URDI) est un projet financé par Usaid et coordonné par l’UCLBP, qui a vu le jour en 2015. Trois rapports ont été produits : premièrement, l’analyse et le diagnostic urbains de l’existant, puis le cadre stratégique de développement urbain, et enfin le plan de la structure urbaine. Ces travaux de recherche et de projection ont été mis au point par l’équipe d’ONU-Habitat, composée d’urbanistes ainsi que « l’équipe pays42 en Haïti, avec le support de l’Usaid, de l’UCLBP, de la Croix-Rouge américaine et de la Croix-Rouge haïtienne. Il semble néanmoins que les temporalités de projets des acteurs de la reconstruction (institutions haïtiennes ou organisations internationales) se heurtent à des dynamiques habitantes plus rapidement engagées.

Figure 4. Route séparant le camp Corail de Canaan

Figure 4. Route séparant le camp Corail de Canaan

Croquis : Astrid Lenoir, 2021

Conclusion

38Le temps, par la survivance des habitus, au sens sociologique du terme, ancre les populations bénéficiaires dans un rapport au monde qui dépasse le caractère provisoire des camps de logements. Sur le territoire étudié, considérant l’appropriation des espaces et des territoires vécus, un écart est notable entre le développement des deux secteurs du camp Corail et les autres quartiers de Canaan. On l’a vu, la réduction des temporalités de la période d’urgence engendre des méthodologies de projet qui ne permettent pas le temps de la recherche et empêchent la compréhension des spécificités locales, d’autant plus lorsqu’elles sont menées par des intervenants extérieurs. Parallèlement, les membres d’une collectivité ont une connaissance organique de leurs propres besoins et modes de vie mais aussi du territoire qu’elles habitent. La création du camp Corail marque une rupture dans un processus de fabrication des quartiers par l’usage et la négociation. Simultanément, à travers les discours et l’imaginaire associés à ce lieu regroupant pendant un temps une potentielle aide humanitaire, le camp Corail a été le point d’entrée du développement d’un nouveau territoire habité, Canaan, où la dimension domestique individuelle s’articule avec une forme d’organisation du territoire collective.

  • 43  Joern Birkmann, « First-and Second-Order Adaptation to Natural Hazards and Extreme Events in the C (...)

39Au-delà du sujet de l’assistance des personnes vulnérables et de l’apport d’une aide matérielle, l’échelle du temps long nous permet d’envisager les réponses mises en place en situation de crise dans un rapport systémique où plusieurs processus s’imbriquent. Joern Birkmann43 distingue les adaptations possibles en deux catégories : les « adaptations de premier ordre », ayant trait à la sphère de l’action institutionnelle dans des mesures de transformations structurelles de grande échelle, et les « adaptations de second ordre », prenant en compte les conséquences des « adaptations de premier ordre ».

40À Corail, les acteurs locaux concernés n’ont été que peu entendus, n’ayant pas les capacités institutionnelles nécessaires pour engager d’autres dynamiques que celles de l’humanitaire. L’« adaptation de premier ordre » n’a pas répondu aux besoins des populations et n’a pas permis la mise en place de mesures structurelles permettant de faire face à la récurrence des aléas naturels de ce territoire. Pourtant, dans un contexte où l’État est faible et désengagé de la question du logement, l’occupation et l’implantation de la zone urbaine de Canaan montrent que les dynamiques habitantes peuvent s’organiser rapidement et spontanément, même dans un contexte post-catastrophe. Cette « adaptation de second ordre » peut être lue comme une réponse aux conséquences d’une « adaptation de premier ordre » défaillante.

41Le 14 avril 2021, onze ans après le séisme du 12 janvier, un nouveau tremblement de terre a fait de nombreux dégâts dans les départements du Grand Sud haïtien. La catastrophe, si elle n’a pas provoqué d’effondrement comparable à la situation de 2012, nous fait constater une évolution dans le positionnement des instances gouvernementales haïtiennes. La mise en place de camps a été catégoriquement rejetée et des centres d’urgence départementaux équipés avaient préalablement été mis en place (services liés au ministère de l’Intérieur et des Collectivités territoriales). Ces centres ont permis, dans une certaine mesure, d’apporter une réponse rapide en situation de crise. Ils ont une mission d’alerte, de diffusion de l’information liée aux aléas, mais aussi de sensibilisation et de formation afin de favoriser les techniques constructives adaptées aux risques. Dans un mécanisme d’apprentissage collectif, la situation de la zone de Canaan a indéniablement influencé la mise en place de systèmes d’« adaptation de premier ordre » plus efficients. Fondée sur un retour critique et théorique de l’expérience passée, l’évaluation des changements introduits par les adaptations de premier et de second ordres dans une temporalité longue, met en perspective le caractère évolutif du système.

Haut de page

Bibliographie

Liste des sigles

ARC: American Refugee Council
CIAT : Comité interministériel d’aménagement du territoire 
CIRH : Commission intérimaire pour la reconstruction en Haïti
CRC : Centre de ressources communautaires
FAO: Food and Agriculture Organization (of the United Nations)
IFRC: International Federation of the Red Cross and Red Crescent
MINUSTAH : Mission des Nations unies pour la stabilisation en Haïti
MPCE : ministère de la Planification et de la Coopération externe
MTPTC : ministère des Travaux publics, Transports et Communications en Haïti
OCB : organisation communautaire de base
OCHA: Office of the Coordination of Humanitarian Affairs
OIM : Organisation internationale pour les migrations
ONG : organisation non gouvernementale
ONU : Organisation des Nations unies
ONU-Habitat : Programme des Nations unies pour les établissements humains
UCLBP : Unité de construction de logements et de bâtiments publics
UN : United Nations
UN-HCR : agence des Nations unies pour les réfugiés, autrefois appelé Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés ou Haut-Commissariat aux réfugiés
URD : Urgence, Réhabilitation, Développement. Think-tank indépendant spécialisé dans l’analyse des pratiques et le développement de politiques pour l’action humanitaire et la gestion des fragilités

Michel Agier, Clara Lecadet, Un monde de camps, Paris, La Découverte, 2014.

Chadia Boudarssa, « Le Modèle humanitaire occidental dominant en question ? », Grotius International, 2 décembre 2012, [en ligne] [https://grotius.fr/le-modele-humanitaire-occidental-dominant-en-question/], consulté le 18/02/2021.

Chantal Céant, Sabine Malebranche, « L’Haïtien, son habitat et son bien-être », Le Nouvelliste, 1er mars 2020, [en ligne] [https://lenouvelliste.com/article/213247/lhaitien-son-habitat-et-son-bien-etre], consulté le 28/12/2021.

Patrice Ceccarini. « Ethics of Care au regard de l’architecture : le projet architectural comme projet réparateur, soignant et thérapeutique », Specificites, n° 1, Nîmes, Champ Social, 2012, p. 57-76.

Alice Corbet, « Community After All? An Inside Perspective on Encampement in Haïti », Journal of Refugee Studies, vol. 26, n° 2, Oxford, Oxford University Press, 2016, p. 166-186.

Alice Corbet, « Dynamiques d’encampement : comparaison entre un camp formel et un camp informel en Haïti », Cultures et conflits, n° 93, Paris, L’Harmattan, 2014.

Valéry Daudier. « Canaan, 10 ans après… », Le Nouvelliste, 10 janvier 2020, [en ligne] [https://lenouvelliste.com/article/210985/canaan-10-ans-apres], consulté le 17/03/2022.

Marcel Dorigny et al., Haïti-France. Les chaînes de la dette. Le rapport Mackau (1825), Paris, Hémisphères, 2021.

Haïti Libre, « Le Dossier noir des camps aux illusions », Haïti Libre, 19 mai 2010, [en ligne] [https://www.haitilibre.com/article-112-le-dossier-noir-des-camps-aux-illusions.html], consulté le 07/04/2022.

Haïti Libre (Sandra), « Le Fiasco de camp Corail », Haïti Libre, 4 juin 2010, [en ligne] [https://www.haitilibre.com/article-262-haiti-humanitaire-le-fiasco-de-camp-corail.html], consulté le 30/08/2021.

Johann-Christian Hannemann et al., « Designing for Uncertainty: The Case of Canaan, Haiti », Revising Green Infrastructure: Concepts Between Nature and Design, Boca Raton, CRC Press., 2014, p. 323-351.

Bernard Hours, L’Idéologie humanitaire ou le spectacle de l’altérité perdue, Paris, L’Harmattan, 2000.

Laënnec Hurbon, « Démocratisation, identité culturelle et identité nationale en Haïti », Pouvoirs dans la Caraïbe, n° 10, Paris, L’Harmattan, 1998, p. 214-233.

Cyrus Mechkat, Hossein Sarem-Kalali, « De l’habitat d’urgence et de la reconstruction au développement », Le Globe. Revue genevoise de géographie, n° 139, 1999, p. 16186.

Milo Milfort, « Controverse autour du camp Corail », Actualités Politiques – Haïtinews2000, 2013, [en ligne] [https://haitinews2000.net/8789/controverse-autour-du-camp-corail/], consulté le 18/02/2021.

Paul Moral, « La Maison rurale en Haïti », Les Cahiers d’Outre-Mer, n° 38, Pessac, Presses universitaires de Bordeaux, 1957, p. 117-130.

Claire Antone Paytone, « City of Water Port-au-Prince, Inequality, and the Social Meaning of Rain », Journal of Urban History, 2021, The Urban History Association, p. 1-22.

Raoul Peck, Assistance mortelle, une occasion en or pour piller Haïti pour les blancs et nos politiciens, documentaire, Arte France/Entre Chien et Loup/RTBF/Velvet Film, 2013.

Anne-Marie Petter et al., « City Profile: Canaan, Haïti. A New Post Disaster City », Cities, n° 104, 2020.

Neptune Prince et al., « Gestion environnementale dans l’aire métropolitaine de Port-au-Prince : entre le droit et la participation citoyenne, le cas de Canaan », Haïti Perspectives, n° 6, Laval (Québec), Grahn-Monde, 2018, p. 42-48.

Giovanna Salomé, « L’Habitat post-désastre entre urgence et reconstruction. Un site transitionnel en Haïti après le séisme du 12 janvier 2010 », Journal des anthropologues, Association française des anthropologues, n° 136137, 2014, p. 327-351.

Claude-Bernard Serant, « Canaan le camp des camps », Le Nouvelliste, 11 janvier 2012, [en ligne], [https://lenouvelliste.com/article/101538/canaan-le-camp-des-camps], consulté le 15/07/2021.

Angela Sherwood et al., Supporting Durable Solutions to Urban, Post-Disaster Displacement: Challenges and Opportunities in Haiti, Washington, Brooking, 2014.

Mathis Stock, « Habiter comme “faire avec l’espace”. Réflexions à partir des théories de la pratique », Annales de géographie, vol. 704, n° 4, 2015, p. 424-441.

Mathis Stock, « Pratiques des lieux, modes d’habiter, régimes d’habiter : Pour une analyse trialogique des dimensions spatiales des sociétés humaines », Travaux de l’Institut géographique de Reims, n° 115, 2003, Reims, p. 213-329.

Jean-Marie Théodat et al., « Sociétés et espaces haïtiens contemporains : nouveaux regards », Les Cahiers d’Outre-mer, 279, Pessac, France, Presses universitaires de Bordeaux, 2020.

Anne-Laurence Verret et al., De l’informalité à la gestion alternative d’une ville soutenable : le cas de Canaan, cte du colloque « Quel développement urbain pour la ville post-crise ? », Pétion-Ville, Pédagogie Nouvelle S.A., 2017, p. 115-121.

Haut de page

Notes

1  Radio Canada, « Le Bilan grimpe à 230 000 morts. », Radio-Canada.ca, 10 février 2010, [en ligne] [https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/463074/haiti-bilan], consulté le 01/09/2022.

2  Le terme de Canaan est utilisé par les populations et par les autorités pour désigner une zone incluant les quartiers de Canaan I, II, III, IV, V, Village Moderne, Village Bellevue, Jérusalem, Source Puante, Corail Cesselesse, et jusqu’à Village Découverte et Village des Pêcheurs.

3  ONU-Habitat, « Une vision stratégique et une structure urbaine pour Canaan. Première charrette de planification urbaine », Port-au-Prince, 2015.

4  Le Moniteur, Journal officiel de la République de Haïti, 165e année, n° 21, le 22 mars 2010, signé par le président René Préval.

5  ONU-Habitat et al., « Initiative de développement urbain (URDI) pour la zone de Canaan, Port-au-Prince. Plan de la structure urbaine », Port-au-Prince, 2016.

6  Voir notamment Alice Corbet, « Dynamiques d’encampement : comparaison entre un camp formel et un camp informel en Haïti », Cultures et conflits, no 93, 8 juillet 2014, CECLS/L’Harmattan, p. 87-108 ; Alice Corbet, « Community After All ? An Inside Perspective on Encampement in Haïti », Journal of Refugee Studies, 2016, vol. 26, n° 2, 2016, Oxford, Oxford University Press, p. 166-186.

7  Voir notamment Anne-Marie Petter et al., « City Profile : Canaan, Haiti. A New Post Disaster City », Cities, vol. 104, septembre 2020.

8  Voir notamment Neptune Prince et al., « Gestion environnementale dans l’aire métropolitaine de Port-au-Prince : entre le droit et la participation citoyenne, le cas de Canaan », Haïti Perspectives, vol. 6, no 3, 2018, Port-au-Prince, p. 42-48 ; Anne-Laurence Verret, Anie Bras, Evens Emmanuel, « De l’informalité à la gestion alternative d’une ville soutenable : le cas de Canaan », Quel développement urbain pour la ville post-crise ?, Pétion-Ville, Pédagogie Nouvelle S.A., avril 2017, p. 115-121.

9  Bezunesh Tamru, Marie Redon, « Introduction », Les Cahiers d’Outre-mer, 279, n° 72 « Sociétés et espaces haïtiens contemporains : nouveaux regards », Pessac, Presses universitaires de Bordeaux, 2020, p. 15.

10  Jan Verlin, « Haïti : État failli, État à (re)construire », Cahiers des Amériques latines, no 75 « Modes de gouvernement en HaÏti après le séisme de 2010 », 3 septembre 2014, IHEAL/CREDA, p. 25-40.

11  Le PIB d’Haïti en 2010 s’élevait à 11,86 milliards de dollars américains, tandis que les promesses de dons recueillies par la Conférence internationale des Nations unies du 31 mars 2010 se sont élevées à 10 milliards de dollars américains (source Banque mondiale).Voir notamment Raoul Peck (réalisateur), Assistance mortelle, une occasion en or pour piller Haïti pour les blancs et nos politiciens, Arte France/Entre Chien et Loup/RTBF/Velvet Film, 2013.

12  Le Moniteur, Journal officiel de la République de Haïti, n° 29, 165e année, le 19 avril 2010, signé par le président René Préval.

13  Voir notamment Marcel Dorigny et al., Haïti-France. Les chaînes de la dette. Le rapport Mackau (1825), Paris, Hémisphères, 2021.

14  OCHA est le bureau de coordination des affaires humanitaires, créé en 2004, suite à la difficile coordination de l’aide humanitaire en Indonésie.

15  OCHA, « Haïti Earthquake : Situation Report n° 24 », 2010, p. 1-10.

16  Les populations des camps étaient à 81,7 % locataires avant le séisme selon les chiffres de l’OIM.

17  Johann-Christian Hannemann, Christian Werthmann, Thomas Hauck, « Designing for Uncertainty: The Case of Canaan, Haiti », dans Daniel Czechowski, Thomas Hauck, Georg Hausladen, Revising Green Infrastructure: Concepts Between Nature and Design, Boca Raton, CRC Press, 2014, p. 326.

18  Commission intérimaire pour la reconstruction de Haïti.

19  Anne-Laurence Verret et al., « De la citoyenneté active vers le développement de la ville durable : le cas de Canaan », Haïti Perspectives, n° 3, 2016, Grahn (Quebec), p. 25.

20  Isabelle Leroy, « Camp de déplacé-e-s Corail-Cesselesse », rapport de terrain, Observatoire des camps de réfugiés, juin 2020, p. 4.

21  Michel Agier, Un monde de camps, La Découverte, 2014.

22  Traduction de l’auteur : « UNHCR and the wider humanitarian community are not in favour of creating camps because we think other arrangements offer a more normal life for people forced to flee. When there is no alternative, we design camps, sites or settlements carefully to keep people safe and give them shelter », UN-HCR, The UN Refugee Agency, Shelter, Alternative to Camps, [en ligne], [https://www.unhcr.org/shelter.html], consulté le 01/08/2022.

23  Isabelle Leroy, op. cit.

24  Les shelters ont une durabilité selon les rapports des organisations internationales de trois à cinq ans maximum, aucune viabilisation des terrains n’a été envisagée.

25  Sandra, « Le fiasco de camp Corail. », Haïti Libre, 4 juin 2010, [en ligne] [https://www.haitilibre.com/article-262-haiti-humanitaire-le-fiasco-de-camp-corail.html], consulté le 15/03/2019.

26  Jonas Laurince, « La Mairie de la Croix-des-Bouquets, nouveau gestionnaire du Camp Corail, Haiti », ReliefWeb, 30 mai 2011, [en ligne], [https://reliefweb.int/report/haiti/la-mairie-de-la-croix-des-bouquets-nouveau-gestionnaire-du-camp-corail], consulté le 12/03/2020.

27  Simon Levine et al., « Faire fi des réalités ! Problématiques foncières, institutions locales et action humanitaire après le tremblement de terre en Haïti », Working Paper, London, Humanitarian Policy Group/URD, 2012, p. 4.

28  Alice Corbet, « Dynamiques d’encampement… », op. cit., p. 87-108.

29  Magally Constant, « Canaan ou la terre refuge », Reconstruire, n° 7, janvier 2013, Delmas, L’Observatoire de la reconstruction, 2013, p. 9.

30  Alice Corbet, « Community After All?...”, op. cit., p. 166-186.

31  Johann-Christian Hannemann, Christian Werthmann, Thomas Hauck, op. cit., p. 326.

32  Anne-Marie Petter et al., op. cit.

33  Privées, souvent gérées par des organisations religieuses.

34  Quotidien haïtien.

35  Monnaie haïtienne ayant un ratio approximatif de 40 : 1 avec le dollar américain en 2013, soit environ 750 dollars.

36  Anne-Laurence Verret et al., op. cit., p. 28.

37  Antoine Rivière, « Haïti : des collectivités territoriales écartées de la reconstruction », Cahiers d’Outre-mer, n° 279 « Sociétés et espaces haïtiens contemporains : nouveaux regards », Pessac, Presses universitaires de Bordeaux, 2020, p. 250.

38  Nous prenons ici la notion d’« habiter » au sens large telle que définie par Heidegger dans « Bâtir, habiter, penser » (conférence prononcée au mois d’août 1951 à Darmstadt)

39  Les « maisons de matériaux » sont des petits commerces de matériaux de construction de base (blocs de béton, claustras en béton, sacs de ciment, sable, gravier, sections de bois, consommables, outils, etc.). De même que pour les commerces de proximité, ces revendeurs permettent aux artisans d’acheter en petite quantité, au jour le jour, les matériaux dont ils ont besoin.

40  Claude-Bernard Serant, « Canaan le camp des camps », Le Nouvelliste, 11 janvier 2012, [en ligne], [https://lenouvelliste.com/article/101538/canaan-le-camp-des-camps], consulté le 10/02/2019.

41  Jonathan M. Katz, « Haiti Recovery paralyzed 6 Months after Deadly Quake », NBCNews, 11 juillet 2010, [en ligne], [https://www.nbcnews.com/id/wbna38184951], consulté le 21/03/2020.

42  « L’équipe pays » est un terme utilisé dans le langage du domaine de l’humanitaire pour désigner l’équipe résidant dans le pays d’intervention qu’il s’agisse de professionnels expatriés ou locaux. Elle se distingue souvent des équipes de professionnels situées au siège de l’organisation humanitaire et des consultants envoyés ponctuellement.

43  Joern Birkmann, « First-and Second-Order Adaptation to Natural Hazards and Extreme Events in the Context of Climate Change », Natural Hazards, 2011, p. 811-840.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Secteur 3 du camp Corail entouré de zones d’habitations spontanées
Crédits Image satellite Google Maps, 2021
URL http://journals.openedition.org/craup/docannexe/image/11128/img-1.png
Fichier image/png, 3,2M
Titre Figure 2. Secteur 4 du camp Corail entouré de zones d’habitations spontanées
Crédits Image satellite Google Maps, 2021
URL http://journals.openedition.org/craup/docannexe/image/11128/img-2.png
Fichier image/png, 3,3M
Titre Figure 3. Cartographie de la zone de Canaan
Légende Plan de la zone de Canaan avec les deux secteurs du camp Corail.
Crédits Astrid Lenoir, 2022
URL http://journals.openedition.org/craup/docannexe/image/11128/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Figure 4. Route séparant le camp Corail de Canaan
Crédits Croquis : Astrid Lenoir, 2021
URL http://journals.openedition.org/craup/docannexe/image/11128/img-4.png
Fichier image/png, 806k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Astrid Lenoir, « Au croisement des temporalités et des processus post-catastrophe : Canaan et le camp Corail »Les Cahiers de la recherche architecturale urbaine et paysagère [En ligne], 15 | 2022, mis en ligne le 21 novembre 2022, consulté le 30 janvier 2023. URL : http://journals.openedition.org/craup/11128 ; DOI : https://doi.org/10.4000/craup.11128

Haut de page

Auteur

Astrid Lenoir

Astrid Lenoir est architecte praticienne cogérante d’XYZ architectes depuis 2015. Par ailleurs, elle mène un doctorat depuis janvier 2021, sous la direction de Gilles-Antoine Langlois, portant sur les systèmes de logements provisoires mis en place en situation d’urgence et leur pérennité dans le temps long. Son travail s’oriente plus précisément sur la notion d’encampement et les incidences de cette forme urbaine particulière sur la construction de l’espace de la ville. Ses terrains d’études vont des camps de logements provisoires en France dans l’immédiat après Seconde Guerre mondiale à la situation post-séisme de 2010 à aujourd’hui en Haïti.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Ministère de la culture
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search