Navigation – Plan du site

AccueilDossiers19Vers une méthode de réhabilitatio...

Vers une méthode de réhabilitation des grands ensembles plus respectueuse des habitants et des valeurs d’usages. Le cas d’Ancely, à Toulouse

To a Method of Social Housing Estate’s Rehabilitation More Respectful of Residents and Use Values. The Case of Ancely, in Toulouse
Natacha Issot

Résumés

Les transformations dans les grands ensembles de logements ont aujourd’hui lieu sans réelle prise en compte de ce qui fait leur identité. Pourtant, les grands ensembles se composent d’éléments matériels et immatériels qui leur sont propres. Les habitants et usagers, par leurs pratiques des lieux sont les premiers témoins des besoins, et des enjeux qui caractérisent le grand ensemble. Le savoir d’usage et l’analyse de terrain sont une base pour un diagnostic et des transformations plus respectueuses des qualités patrimoniales et des valeurs d’usages du grand ensemble.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 André Micoud et Jacques Roux (dir.), « L’Architecture en procès de réhabilitation : réflexions sur (...)

1Depuis les années 1970, les ensembles de logements collectifs construits entre 1953 et 1973 font l’objet de diverses procédures de transformation, allant de simples adaptations à des démolitions partielles, voire totales. Dès 1996, dans le numéro 72 « L’Architecture en procès de réhabilitation : réflexions sur l’appropriation patrimoniale des traditions constructives » des Annales de la recherche urbaine, André Micoud et Jacques Roux alertaient déjà sur la standardisation des solutions proposées dans ces procédures, indiquant qu’il s’agissait d’un « procès de réhabilitation des ensembles de logements », et que « là où on attendait des solutions différenciées, adaptées à chaque particularité des sites, on a une réponse unifiante, stéréotypée et en définitive faussement requalifiante1 ». Ce constat perdure aujourd’hui, et la plupart du temps, les transformations s’avèrent loin d’être adaptées aux spécificités des lieux et/ou aux besoins énoncés par les habitants. Même si la notion de maîtrise d’usage dans le champ de l’habitat fait aujourd’hui partie des modalités de conception et de programmation, qu’en est-il de sa prise en compte réelle ? Qu’en est-il de l’identification des pratiques en vue de la transformation des habitats existants ? La parole des usagers est-elle prise en considération pour penser le futur des lieux ?

  • 2 Denis La Mache, L’Art d’habiter un grand ensemble HLM, Paris, L’Harmattan, 2006. p. 18.
  • 3 Dans le cadre du programme de recherche pluriannuel « Architecture du XXe siècle, matière à projet (...)

2Dans le champ des sciences sociales, un certain nombre de recherches portent sur la question des grands ensembles. En ce sens, Denis La Mache précise que les regards sont la plupart du temps cloisonnés entre, d’un côté, une approche sociale, qui s’intéresse plutôt aux manières de vivre dans les ensembles, et de l’autre, une approche plutôt « concentrée sur les espaces », qui, selon l’auteur, « ont scruté les pratiques qui s’y développent […], ont exploré la puissance symbolique des formes […], ont décrypté les significations dont les lieux sont porteurs et les manières dont ils pèsent sur les conduites », mais mettent « au second plan la complexité des motivations qui poussent les individus à s’engager ou à résister à ces conduites guidées2 ». Depuis les années 2010, des groupes de recherche pluridisciplinaires3 se sont intéressés à la question de l’habitat du XXe siècle comme constitutive de la ville du XXIe siècle et, à ce titre, comme support de la « transition ».

3Notre réflexion associe l’analyse du cadre bâti et l’approche sociale du lieu, l’un ne pouvant aller sans l’autre. Les deux démarches simultanées et croisées constituent des clés de compréhension autant que des problématiques, des besoins autant que des potentialités futures. L’objectif est de nourrir une méthode pour la réhabilitation des grands ensembles, toujours autant stigmatisés et peu considérés dans leurs réalités concrètes (tant matérielles qu’immatérielles) et leurs qualités d’usage. Nous nous interrogerons sur la manière de valoriser les pratiques, perceptions, appropriations comme vecteurs de compréhension de l’espace et supports de sa transformation.

  • 4 Thèse réalisée grâce à un contrat doctoral du ministère de la Culture (2021-2023), sous la directio (...)

4Cet article propose d’appliquer ces réflexions dans le cadre du grand ensemble Ancely, en s’interrogeant sur les méthodes de relevés de terrain et sur la manière dont ces relevés permettent un diagnostic et un état des lieux précis, à partir duquel élaborer des prospectives singulières par la réalisation d’un cahier de recommandations. La compréhension des formes, des espaces, des pratiques sociales, des usages, des perceptions, mises en liens et problématisées, permet une lecture plus complète du grand ensemble. La compétence de chaque habitant, fondée sur sa propre expérience du lieu, et les actions réalisées sur l’espace seraient un socle de compréhension des besoins et permettraient une lecture tant du passé et du présent, qu’un mode de pensée pour le futur. Pour interroger ces éléments, nous nous appuyons sur notre thèse de doctorat, en cours, portant sur « la prise en compte de la valeur d’usage dans la patrimonialisation et la réhabilitation des grands ensembles en France » dans le cas du grand ensemble Ancely, à Toulouse4 ».

De l’analyse historique et patrimoniale des grands ensembles à la prise en compte des paroles habitantes et des observations de terrain

  • 5 Edmond Préteceille, La Production des grands ensembles, Paris, Mouton, 1973.
  • 6 Annie Fourcault, Frédéric Dufaux et Remi Skoutelsky, Faire l’histoire des grands ensembles : biblio (...)

5La littérature scientifique portant sur les grands ensembles est très abondante depuis les années 1970. Le sujet est abordé depuis divers points de vue ou disciplines, majoritairement issues des sciences sociales et de l’urbanisme et appréhendant diverses problématiques, telles que l’évolution des formes urbaines, la réception du modèle par les habitants à l’origine, les problématiques sociales, la patrimonialisation de la forme architecturale et du grand ensemble, ou la réhabilitation, pour n’en citer que quelques-unes5. Les approches sont généralement comparatives, théoriques ou monographiques6.

  • 7 Évoqués par différents auteurs tels que Christine Mengin, Frédéric Dufaux, Annie Fourcault, Denis L (...)
  • 8 Dont des auteurs tels qu’Emmanuel Amougou, Jean-Noël Blanc, Jacques Donzelot ou François Tomas nous (...)
  • 9 Nous pouvons citer ici les travaux de Elizabeth Auclair, Anne Hertzog, Géraldine Djament, Jean Gaut (...)
  • 10 Emmanuel Amougou, Les Grands Ensembles, un patrimoine paradoxal, Paris, L’Harmattan, 2006.

6Plusieurs périodes de l’étude du modèle des grands ensembles sont identifiables. Le « temps de la construction », que nous délimitons entre 1953 et 1973, a nourri des études historiques du modèle architectural, urbain, social, tant dans la forme, dans l’évocation du progrès que dans la réception des habitants7. Une seconde période, plutôt sujette aux « remises en question » des modèles initiaux et face aux critiques grandissantes, questionnant le « devenir des grands ensembles », a aussi été marquée par de nombreuses recherches8. Enfin, le troisième temps est celui d’une certaine reconnaissance et de l’amorce d’un processus de patrimonialisation énoncé par de nombreux auteurs9, notamment Emmanuel Amougou10.

  • 11 Rachid Kaddour, Les Grands Ensembles, patrimoines en devenir : chroniques de la valorisation, déval (...)
  • 12 Ce label fait suite, depuis 2016, au label Patrimoine du XXe siècle créé en 1999, en France.
  • 13 Stéphanie Guilmeau, Alexandre Burtard, Rebecca Joly, Léo Noyer-Duplaix, et Hugo Massire, « Retour d (...)
  • 14 Guilmeau, Burtard et al., op. cit.

7Le processus de patrimonialisation des grands ensembles passe alors par la construction d’une reconnaissance, qui n’apparaît que tardivement dans les textes11, et qui s’est officialisée en France par la mise en place du label Patrimoine du XXe siècle, transformé depuis en label Architecture contemporaine remarquable12. Son objectif est d’être un « outil de connaissance et de mise en valeur des constructions du siècle dernier13 », et il est conçu comme « une mesure de sensibilisation14 ». Cependant, ces phases de reconnaissances n’ont pas été suivies de mesures de protection ou de réelle prise en compte des qualités reconnues dans les processus de transformation.

  • 15 L’auteur prend l’exemple de la cité Billardon, démolie entièrement en 2003 ; Vincent Veschambre, Tr (...)
  • 16 Emmanuel Amougou, op. cit., p. 21.
  • 17 Ryma Hadbi, « Révéler ce qui fait patrimoine pour penser le renouvellement urbain des cités d’habit (...)
  • 18 Géraldine Djament-Tran, « La Place des habitants dans la patrimonialisation conflictuelle du logeme (...)

8Vincent Veschambre souligne que malgré l’octroi du label, les démolitions persistent15. Emmanuel Amougou remet en question les valeurs qui fondent les processus de patrimonialisation des grands ensembles, différentes selon lui de celles du patrimoine dit « ancien ». Il propose de partir de valeurs ou de critères « plus pertinents16 ». En ce sens, nous nous intéressons à l’approche d’un triptyque de valeurs énoncées par Ryma Hadbi, qui se compose de la valeur historique, de la valeur d’usage et de la valeur de renouvellement17, que nous interprétons comme s’ancrant dans trois temporalités, le passé, le présent et le futur. Nous nous appuyons également sur la théorie de la patrimonialisation du logement social énoncée par Géraldine Djament, qui évoque plusieurs types de patrimonialisations : par « appropriation habitante », « par expertise », « institutionnelle », « par les collectivités locales », mais le plus souvent, « hybride18 ». L’auteure souligne également les limites d’une « omnipatrimonialisation » du logement social, considérée comme fragile.

  • 19  Nous faisons surtout référence ici au programme de recherche « Toulouse du grand ensemble à la vil (...)
  • 20 Philippe Dufieux, Olivier Balaÿ, Mathilde Padilla, et Laurent Volay. « La Réhabilitation des façade (...)
  • 21 Aurélie Cousi, « Avant-propos », dans L’Architecture du XXe siècle : patrimoine culturel et matière (...)

9Les études sur les grands ensembles s’intéressent aux usages, mais les ont rarement mis en rapport avec les espaces, ou encore à l’évolution des formes bâties, mais sans lien direct avec l’évolution des usages ou des récits habitants. L’analyse des formes et celle des usages sont généralement déconnectées. Depuis les années 2010, plusieurs programmes de recherche s’intéressant à la question du patrimoine du XXe siècle19 comme faisant partie de la « ville durable » participent d’une évolution de ces approches. Nous nous intéressons particulièrement à la question de la transformation du bâti du XXe siècle étudié ici au prisme de la ville du XXIe siècle, notamment au moyen d’une analyse architecturale et d’outils pluridisciplinaires. Nous retenons de ces recherches que les grands ensembles sont « une ressource foncière et économique importante » et qu’à ce titre, ils peuvent « s’adapter aux mutations des modes de vies actuels20 ». Aurélie Cousi, directrice adjointe au directeur général des Patrimoines et de l’Architecture, chargée de l’Architecture au ministère de la Culture, ajoute sur ce thème que « mieux connaître l’architecture du XXsiècle pour l’adapter, la transformer, la repenser, la transmettre permet de répondre aux enjeux contemporains et l’impératif de la sobriété énergétique21 ».

  • 22 Stéphane Berthier, « À la recherche de la résilience. Entretien avec l’architecte et historien Raph (...)
  • 23 Phillippe Grandvoinnet, « L’Architecture du XXe siècle, ressource matérielle et culturelle », dans (...)
  • 24 Stéphane Berthier, « Faire plus avec moins, entretien avec Frédéric Druot », DA, n° 289, 2021.
  • 25 Audrey Courbebaisse et Natacha Issot, « Les Grands Ensembles ou comment concilier réhabilitation et (...)
  • 26 Raphaël Labrunye, « Évaluer et diagnostiquer les architectures du XXe siècle », dans L’architecture (...)

10Dans ce contexte d’étude, plusieurs constats peuvent être formulés. D’une part, la nécessité de cibler le « cas par cas » pour identifier des singularités et « comprendre les qualités de ce patrimoine avant d’agir de façon trop systématique22 ». Ensuite, la « connaissance fine de l’existant, historique et matérielle autant que sociale et culturelle » est nécessaire pour « poser un regard sur l’architecture récente » et la construction d’un « diagnostic à partir duquel pourront émerger des stratégies d’interventions adaptées, tout en tenant compte des ressources disponibles », comme le souligne Philippe Granvoinnet23. Les réhabilitations sont aujourd’hui abordées majoritairement sous l’angle technique, voire seulement énergétique24 (thermique, acoustique, chaleur, froid…) et fondées sur des relevés et des calculs plus que sur une prise en compte du rapport à l’usage et au confort ressenti. Enfin, il est nécessaire d’appréhender le grand ensemble dans une approche dite globale, à toutes les échelles et dans toutes les dimensions, « architecturales, sociales, techniques, paysagères, esthétiques, mémorielles25 », cette connaissance d’ensemble qui permettant « de prendre en compte l’évolution des usages, des modes de vie et des aspirations des habitants en matière de logements26 ». La valeur d’usage est alors placée au cœur des réflexions autour de la patrimonialisation de l’espace habité. Comprendre ce qui fait valeur d’usage permet de se situer dans un état des lieux au plus proche des réalités du terrain, dans une compréhension de ce qui fait patrimoine, des besoins et des potentialités de projet.

Le grand ensemble Ancely au prisme de ses évolutions et de ses transformations d’usage

  • 27 « Au recensement de 1954, Toulouse comptait 268 863 habitants », voir Daniel Faucher, « Du nouveau (...)
  • 28 Bernard Kayser, « Le Nouveau Visage de Toulouse », Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest, (...)
  • 29 Un recensement a estimé que 10 000 logements sur 86 000 pouvaient être considérés comme des taudis, (...)
  • 30 1 logement sur 5 (source : Daniel Faucher, op. cit.).
  • 31 6 logements sur 7 (source : Daniel Faucher, op. cit.).
  • 32 2 logements sur 3 (source : Daniel Faucher, op. cit.).
  • 33 Ces ensembles ont été recensés dans Audrey Courbebaisse, La Répétition dans le projet de l’habitati (...)
  • 34 La résidence se compose de 766 appartements répartis dans 23 immeubles, allant du T1 au T6, ainsi q (...)

11Dans les années 1960, Toulouse comptait moins de 270 000 habitants27 et faisait face à une grave crise du logement  les deux tiers du parc immobilier datent alors d’avant la Première Guerre mondiale28 , et dont une bonne part pouvait être considérée comme des taudis29, sans eau courante30, sans salle de bains31, sans WC32, et surpeuplés. Les immeubles neufs et les ensembles de logements construits dans les années 1960 représentaient alors un net progrès et une amélioration du confort sans précédent par la présence d’équipements de cuisine, de sanitaires, de surfaces supérieures par habitant, etc. Entre 1953 et 1973, 17 grands ensembles ont été construits à Toulouse33. Dans ce corpus de bâtiments, on trouve un grand ensemble, construit dans le nord de la ville, dont le nom est « Ancely ». Il tire son nom du précédent propriétaire du terrain sur lequel la résidence a été construite, Georges Ancely, dernier propriétaire du château du même nom. Dans les années 1960, la société Coopérative HLM de la Haute-Garonne (aujourd’hui, le bailleur social Les Chalets) a acquis le terrain dans l’objectif d’y construire un ensemble de logements collectifs et de maisons individuelles34 sous la coordination de l’architecte français Henri Brunerie, mandaté pour ce projet (fig 1).

Figure 1. Ancely, au nord-ouest de la ville de Toulouse, dans le quartier Ancely-Purpan-Arènes romaines

Figure 1. Ancely, au nord-ouest de la ville de Toulouse, dans le quartier Ancely-Purpan-Arènes romaines

Natacha Issot, 2022

  • 35 « Une partie du site d’Ancely, dont les berges de la Garonne et de la rivière du Touch, fait l’obje (...)

12À l’origine, la résidence se situait en périphérie de Toulouse, entourée par des champs agricoles. Elle est implantée sur un promontoire, à la confluence de la Garonne et du Touch, dans un paysage remarquable35 d’une quinzaine d’hectares de verdure, avec un parc central où les pins centenaires de l’allée de l’ancien château ont été conservés. Les immeubles y sont installés entre plateaux et pentes, offrant des vues à chacun, soit sur les espaces paysagers, soit sur les berges alentour (fig. 2).

Figure 2. Ancely, composition paysagère entre plateaux et pentes, arbres centenaires, vues dégagées sur le paysage et les berges de la Garonne

Figure 2. Ancely, composition paysagère entre plateaux et pentes, arbres centenaires, vues dégagées sur le paysage et les berges de la Garonne

Natacha Issot, 2022

13La cité se caractérise par l’esthétique des façades, composées de petits carreaux de céramique d’Empeaux rose, ainsi que par son principe de construction en préfabrication lourde, selon le procédé Costamagna (fig. 3)

Figure 3. Composition de façades avec des petits carreaux de céramique d’Empeaux donnant une esthétique singulière à l’ensemble

Figure 3. Composition de façades avec des petits carreaux de céramique d’Empeaux donnant une esthétique singulière à l’ensemble

Les verticales et horizontales sont marquées en façade par les panneaux.

Natacha Issot, 2022

14La résidence est pensée comme relativement autonome vis-à-vis de la ville dès son origine, avec des commerces de proximité, des services, des équipements, des stationnements, des associations permettant l’installation d’un esprit de « petit village », dont témoignent les primo-arrivants. Lors de la conception et de la réalisation, chaque immeuble a été pensé selon son emplacement dans le grand ensemble, la topographie, les vues sur le parc ou les berges. Les édifices possèdent tous une façade principale sur laquelle donne le salon, avec les balcons et les vues les plus agréables, et une façade secondaire, du côté de la cuisine, donnant sur la voirie. Cette composition savante de l’ensemble induit que chaque immeuble soit étudié selon ses propres caractéristiques et selon la disposition des appartements (fig. 4).

Figure 4. Relevés de micro-situations d’usage dans le grand ensemble : liens entre immeubles et ses abords et relevés de situations particulières (plantations, stationnements, regroupement, passage le long des immeubles, extension de la crèche sur l’espace extérieur…)

Figure 4. Relevés de micro-situations d’usage dans le grand ensemble : liens entre immeubles et ses abords et relevés de situations particulières (plantations, stationnements, regroupement, passage le long des immeubles, extension de la crèche sur l’espace extérieur…)

Natacha Issot, 2022

  • 36 Audrey Courbebaisse, Marianne Pommier, « Vieillir chez soi. Formes spatiales et sociales propices a (...)

15Aujourd’hui, le grand ensemble est complètement inséré dans le tissu urbain de la ville, dans un quartier dense, accolé à la rocade et à la ville de Blagnac : il est habité par près de 3 000 résidents, avec différents profils, trajectoires résidentielles et implications dans la vie collective du grand ensemble. La résidence a été construite sur un principe de « location-coopérative », donnant accès à « un droit à bail accessible et transmissible en contrepartie d’une contribution du locataire au financement de la construction36 ». Les primo-accédants sont, pour certains, arrivés dès la première phase de livraison des appartements, encore dans la terre et avant les travaux des autres phases. « Quand on est arrivé, il y avait encore de la terre partout. Seule une tranche des immeubles était réalisée », se souvient une résidente arrivée à Ancely en 1965.

16La plupart des primo-arrivants travaillaient, dans les années 1960, comme employés ou cadres dans les secteurs de l’aviation et de l’aéronautique dans des communes limitrophes et dans le secteur hospitalier, à l’hôpital de Purpan. De nombreux résidents de cette époque partageaient également des idées sociales et des valeurs communes, notamment par leur implication syndicale, politique, militante et associative : « Je venais de passer mon diplôme d’État d’infirmière, j’étais affectée à Purpan, mon père travaillait avec M. D., dont la femme travaillait ici, aux Chalets. […] elle m’a affecté un appartement », nous explique Mme B., 75 ans, qui vit à Ancely depuis 1970.

  • 37 Les chiffres évoluent rapidement en raison de nombreuses ventes d’appartements, autour d’une cinqua (...)

17À partir des années 1970, avec la loi Chalandon favorisant l’accession à la propriété, la Société anonyme des Chalets a été dissoute et a mis en vente la plupart des logements sous sa gestion, dont ceux de la résidence Ancely. À ce moment-là, la majorité des résidents ont acheté leur appartement et sont restés vivre dans le grand ensemble. Aujourd’hui, la copropriété se compose d’une très grande majorité de propriétaires privés (autour de 65 % de propriétaires occupants et 25 % de bailleurs37) et d’une petite part d’appartements appartenant encore au bailleur social Les Chalets (10 %). À ce jour, Ancely est la plus grande copropriété de Haute-Garonne, avec plus de 1 000 lots. Sa gestion très complexe est divisée entre plusieurs sous-entités de copropriété, avec une gestion par immeuble, voire par cage d’escalier. Les décisions concernant les espaces extérieurs sont tout aussi complexes, puisque communes à tous les lots (et concernent donc des résidents locataires, des propriétaires occupants, des propriétaires bailleurs, un bailleur social, la mairie… dont les points de vue et intérêts diffèrent). Les statuts de propriété et la gestion de l’ensemble constituent des clés fondamentales de compréhension des espaces, des appropriations et de leurs significations.

Construire un diagnostic à travers la pratique de terrain

18Le grand ensemble se trouve dans une phase de transformation matérielle (isolation par l’extérieur de deux des immeubles) et immatérielle (changement de l’esprit familial d’origine du fait de la vente de nombreux appartements transformés en colocations étudiantes ou en locations saisonnières). À ces modifications s’ajoutent des besoins grandissants concernant l’amélioration de l’accessibilité, la réparation des sols de circulation piétonne, l’amélioration des espaces de loisirs ou de sport pour ne citer que ces exemples. Certains habitants sont soucieux de préserver l’esprit familial d’origine et souhaitent fédérer à nouveau des valeurs qui tendent à être oubliées.

  • 38 Alain Vulbeau, « La Maîtrise d’usage, entre ingénierie participative et travail avec autrui », Rech (...)
  • 39 Sabrina Bresson, Du plan au vécu : analyse sociologique des expérimentations de Le Corbusier et de (...)

19Dans ce contexte social mais également patrimonial, nous proposons un diagnostic du terrain au plus proche de sa réalité, en soulignant que « la pratique génère un savoir38 » et une connaissance du lieu. L’expérience de l’espace habité, à toutes les échelles, renvoie à une aptitude des habitants « à s’approprier l’espace et à intervenir sur leur lieu de vie » et « aux évolutions générales des modes de vie et des représentations sociales39 ». Pour mettre en place ce diagnostic, plusieurs étapes ont été nécessaires.

20Dans un premier temps, il supposait la compréhension de l’espace complexe du grand ensemble, par le biais d’une analyse architecturale, urbaine et paysagère fondée sur les plans conservés aux archives. Dans un second temps, la découverte s’est poursuivie par l’arpentage de terrain et l’observation in situ. Durant une période de deux ans précédent la thèse et les trois ans de la thèse, plus d’une cinquantaine de visites ont eu lieu, avec différentes méthodes ou objectifs. L’arpentage de l’espace avait pour but de comprendre l’espace disponible et d’inventorier et de localiser des formes d’appropriations. Les visites étaient également des moments partagés avec des associations et des résidents pour échanger sur les espaces du grand ensemble et sur leurs visions, les enjeux et les besoins qu’ils pouvaient souligner, ainsi que l’occasion de participer à des réunions et fêtes de la cité. Depuis le début de l’année 2023, une concertation habitante est en cours, qui nous permis de réaliser deux nouvelles visites collectives avec les représentants des associations puis avec l’équipe d’animation de la concertation. Ces moments sont aussi l’occasion de faire remonter les besoins autour de thématiques ciblées (paysage, circulation, loisirs, sport, santé, stationnement, etc.).

21À l’échelle du grand ensemble, un des enjeux de notre diagnostic est la manière de représenter les éléments collectés afin de matérialiser la complémentarité entre des observations de terrains et des récits habitants. Pour cela, nous avons utilisé différentes méthodes exploratoires, mêlant dessin (plans, coupes, croquis, schémas) et citations habitantes, allant de la grande échelle du commun à de plus petits détails (fig. 5).

Figure 5. Situations singulières des immeubles implantés sur le terrain, entre plateaux et pentes, offrant des vues et paysages variés

Figure 5. Situations singulières des immeubles implantés sur le terrain, entre plateaux et pentes, offrant des vues et paysages variés

Natacha Issot, 2022

  • 40 Audrey Courbebaisse, « Appropriations habitantes dans les espaces intermédiaires des grands ensembl (...)

22Les temps d’observation à Ancely ont été l’occasion de constater que chacun utilise l’espace, les objets, les services, crée des opportunités, des possibles, s’approprie, détourne, transforme les lieux au fil du temps et de ses besoins. Comme souligné par Audrey Courbebaisse, « les espaces intermédiaires des grands ensembles sont aussi le support d’appropriations par les habitants et un terrain d’expression de leurs compétences créatrices40 ».

  • 41 Alain Vulbeau, op. cit., p. 60
  • 42 Ibid., p. 64
  • 43 Ryma Hadbi, « Révéler ce qui fait patrimoine pour penser le renouvellement urbain des cités d’habit (...)

23Selon Alain Vulbeau, les usages sont ici pensés comme désignant à la fois une habitude, et comme « une pratique caractérisée par la fréquence et l’ancienneté », qualifiant « les règles qui régissent des rapports sociaux couramment observés41 ». Nous identifions les usages, dans leur multiplicité, leur diversité et leurs manières de se produire dans l’espace, ceux-ci sont liés aux appropriations ou expériences du lieu, dans la manière dont « on prend possession de l’espace42 ». À l’usage, nous associons la valeur d’usage indispensable dans le cas de l’espace habité qu’est le grand ensemble. La valeur d’usage, toujours selon Alain Vulbeau, « spécifie la propriété de satisfaire des besoins pour des biens et des services », qui allie deux points de vue, celui de la « fonctionnalité », c’est-à-dire « la durée de vie de l’objet réel », et sa « durée de vie symbolique ». Selon Pascal Amphoux, la valeur d’usage serait alors définie comme « les espaces utiles inscrits dans la vie quotidienne, support de la vitalité qu’ils représentent43 », en lien avec les valeurs historique et de renouvellement.

  • 44 Sabine Dupuy, « Contre les démolitions, la patrimonialisation d’un savoir-habitant ? », rapport du (...)

24Ces éléments nous permettent d’indiquer que la durée de la résidence dans le grand ensemble, le choix d’y habiter ou non, l’investissement financier, la location courte ou longue durée ont un impact non négligeable sur l’approche de la résidence, sur les appropriations et sur la vision des espaces et de leurs transformations. Ces éléments nourrissent le concept de « savoir d’usage », une « compétence spécifique fondée sur l’usage et sur la proximité » par les habitants, et qu’à ce titre, « ils peuvent identifier le bien commun car ils sont les premiers à souffrir des dysfonctionnements de l’habitat et du quartier44 », et souligner tout autant ce qui fonctionne (fig. 6).

Figure 6. Relevés d’observations et de situations d’usages dans le grand ensemble : regroupements, activités, marquage de l’espace (stockage, plantations…) et parcours de visite avec un groupement d’habitants

Figure 6. Relevés d’observations et de situations d’usages dans le grand ensemble : regroupements, activités, marquage de l’espace (stockage, plantations…) et parcours de visite avec un groupement d’habitants

Les points d’arrêts sont illustrés par des paroles énoncées sur le moment.

Natacha Issot, 2022

25Nous avons identifié des appropriations, certaines avec un marquage de l’espace et d’autres sans : avec marquage de l’espace, nous observons des appropriations et détournements en lien avec la matérialité physique du grand ensemble. L’extension du logement est possible par une modification des limites entre le dedans et le dehors, avec la création de jardinets dans deux cas précis : le premier dans l’angle d’un mur en béton marquant la rampe vers l’accès à un parking souterrain, et le second par l’appropriation d’un pied d’immeuble avec une zone engazonnée. Dans les deux cas, le jardinet est à la fois un espace supplémentaire pour le logement en rez-de-chaussée, sans accès direct, et un embellissement de la cité de la part d’un résident. Nous pouvons ajouter à cette thématique les plantations par les résidents au pied des immeubles, ainsi que l’ajout de plantes en pots sur les murets, le long des escaliers, ou d’une ruche dans un carré planté (fig. 7).

Figure 7. Relevés de micro-situations : extensions des appartements à l’extérieur, création de jardinets dans les dispositifs existants et plantations en pied d’immeuble

Figure 7. Relevés de micro-situations : extensions des appartements à l’extérieur, création de jardinets dans les dispositifs existants et plantations en pied d’immeuble

Natacha Issot, 2022

26L’extension du « chez soi » par l’extérieur se retrouve également dans l’utilisation des balcons comme « une pièce en plus », avec des plantations, du mobilier, ou comme espace de stockage. De plus en plus, les balcons servent également d’accueil pour des équipements de climatisation. On y trouve également des protections solaires, des brise-soleil ou des toiles tendues, mettant en avant le besoin de confort d’été dans ces immeubles composés à 70 % de vitrages, et montrent une adaptation des résidents face au confort ressenti.

27Autre modification recensée, une rampe d’accès pour personnes à mobilité réduite (PMR) dans un immeuble en angle offrant la possibilité d’insérer le linéaire nécessaire. Cet ajout souligne le besoin grandissant des personnes à mobilités réduites et les personnes âgées du grand ensemble d’accéder à leur logement dans des conditions décentes, et répond dans une certaine mesure à la mise aux normes réglementaires d’un accès PMR dans les immeubles collectifs.

28La résidence a été conçue comme un cœur central entièrement piéton, composé d’espaces paysagers, et accessible en périphérie aux véhicules par une voie desservant l’ensemble des immeubles sur une de leur façade. Ces accès, voies carrossables et trottoirs, sont aujourd’hui grandement utilisés pour du stationnement sauvage, nuisible au confort visuel et gênant l’accès des véhicules comme des piétons.

29Enfin, nous avons constaté également de nombreuses appropriations de l’espace par des usages sans marquage, avec des promenades, des regroupements sur les bancs, l’utilisation des espaces de jeux, de sport par les usagers ou par le personnel de la petite enfance travaillant à proximité (école, crèche). On remarque à certaines périodes de l’année des regroupements festifs (fête de l’école, de la MJC), ou, de manière hebdomadaire, avec le marché implanté sur le parking devant la cité. Les cheminements piétons sont également détournés par l’utilisation de vélo ou de scooters (fig. 8).

Figure 8. Appropriations avec et sans marquage de l’espace : stationnement sauvage, stockage, fête et regroupements habitants

Figure 8. Appropriations avec et sans marquage de l’espace : stationnement sauvage, stockage, fête et regroupements habitants

Natacha Issot, 2022

Construire un diagnostic d’usage des appartements à travers le relevé habité et l’entretien

  • 45 Entre 2018 et 2023.

30Associés aux visites déjà citées, une trentaine d’entretiens semi-directifs45 ont été réalisés au domicile des résidents pour recenser leurs points de vue, leurs profils habitants et la composition de leurs appartements. La méthodologie mise en place partait d’une grille d’entretien préétablie permettant d’aborder l’ensemble des thématiques (usages, transformations, confort, attentes, besoins, travaux prévus, etc.), mais laissait aussi la place au récit des habitants au fil de l’échange.

  • 46 Daniel Pinson, « L’Habitat, relevé et révélé par le dessin : observer l’espace construit et son app (...)

31Associés aux entretiens, des relevés habités ont été réalisés tels que définis par Daniel Pinson46, permettant « d’observer l’espace et ses appropriations » et mobilisant les outils de l’architecte adaptés à la situation observée. Les relevés habités comportent un plan des transformations (où les éléments démolis sont représentés en jaune et les éléments construits en rouge), un plan d’occupation (avec le détail des aménagements et du mobilier), des coupes perspectives montrant les liens entre l’intérieur et l’extérieur (rapport aux extérieurs, aux vues,  etc.), des croquis et des photographies révélant les ambiances, les dispositifs particuliers ou les vues, le tout complété par des récits et des citations des habitants racontant leurs choix et leur manière de vivre.

32À Ancely, on trouve six types d’appartements « de base » (du T1 au T6), qui se répètent par des jeux d’assemblage autour d’une cage d’escalier. À ces six types initiaux s’ajoutent des types d’angle pour les immeubles s’adaptant à la pente notamment, rendant chaque immeuble singulier selon son implantation. À cette échelle d’appréhension du grand ensemble, nous nous intéressons à ce qui fait valeur d’usage pour les habitants interrogés en partant de leur point de vue, de leur trajectoire résidentielle, des transformations opérées dans leur logement, de leur rapport aux usages de départ, aux extérieurs, aux appropriations, voire aux détournements qu’ils mettent en place. La connaissance fine du lieu permet de saisir des singularités dans le modèle initial et montre à quel point nous sommes face à un ensemble savant rempli de singularités.

33Le choix des appartements étudiés répond à différents contextes (types d’appartements, rez-de-chaussée, étage, appropriation des pieds d’immeuble ou non, balcon ou pas, isolation thermique ou non, vue, etc.), nous permettant d’identifier des curseurs d’intervention et les motivations liées. À ces transformations sont associées le profil de la personne interrogée (son âge, son genre, son statut professionnel, la composition du ménage vivant dans l’appartement et le temps passé dans la résidence).

34Cette méthodologie propose d’appréhender l’« occupation effective de l’espace », par les usages, les ameublements, les dispositifs, les transformations, les différentes formes d’occupations autour des thématiques liées à la valeur d’usage (fig. 9).

Figure 9. Relevés de l’espace habité et expérimentation de représentation en plan

Figure 9. Relevés de l’espace habité et expérimentation de représentation en plan

Natacha Issot

35Les observations permettent d’établir des types de transformation, associés aux manières de vivre et aux profils. Par exemple, certains résidents décident de manière consciente de conserver l’état d’origine de l’appartement pour garder la mémoire du lieu et du plan d’origine, soit pour des questions d’affect, des souvenirs liés à l’enfance dans un appartement familial par exemple, soit pour l’intérêt architectural du projet d’origine et ses qualités.

36Certaines modifications ont été repérées de manière fréquente et peuvent être considérées comme ayant un faible impact sur l’authenticité du plan d’origine. C’est par exemple le cas de la salle de bains agrandie vers la chambre (les plans ne prévoyaient qu’une seule salle de bains du T1 au T6), de l’espace du salon utilisé pour créer une chambre supplémentaire, de la suppression du couloir central pour agrandir les espaces communs ou de l’ouverture de la cuisine sur le séjour. Ces transformations sont d’ailleurs possibles grâce à la flexibilité pensée dès l’origine avec l’installation d’un système de cloisons en bois fixées par des vérins et donc « démontables ». Ces transformations sont relativement réversibles (fig. 10).

Figure 10. Relevés et observations d’appropriation et vues depuis les appartements

Figure 10. Relevés et observations d’appropriation et vues depuis les appartements

Natacha Issot, 2022

37Certaines modifications ont un impact plus fort sur le plan d’origine, comme le redécoupage d’une chambre en deux espaces contigus, l’ajout d’une seconde, voire d’une troisième salle de bains, la transformation du cellier pour un autre usage, le redécoupage des espaces en chambres ou le regroupement d’appartements sur un palier ou sur deux niveaux. Ces éléments permettent de révéler de nouveaux besoins ou de nouvelles manières de vivre : colocation étudiante, location saisonnière, appartement plus grand avec des divisions différentes… mais aussi les limites de certaines transformations, qui générent des conflits d’usages.

38D’autres modifications sont évoquées par les résidents, ainsi que par le syndic de copropriété, gestionnaire majoritaire du grand ensemble. Ils soulignent l’augmentation des investissements immobiliers, soit pour la création de colocations étudiantes, soit pour des locations saisonnières, deux typologies de location avec des temporalités plutôt courtes, voire très courtes. Pour ces transformations d’usages, on note des transformations matérielles des appartements (augmentation du nombre de salles de bains, séparations des espaces en petites entités…), mais également des nuisances d’usage et des conflits de voisinage (plus de passage, de bruit, rythmes de vies différents…).

39Certains évoquent des investissements dans la vie de la cité différents entre des résidents de longue durée et les résidents de plus courte durée, qui sont moins, voire pas du tout, investis dans la vie du grand ensemble. L’esprit coopératif d’origine de « petit village », de cohésion est mis à mal notamment pour les prises de décision : « On constate une perte de personnalité de la copropriété […] », « des choses existent et devraient pourtant faire vivre la copropriété […] mais tout est prétexte à râler » souligne Mme B., qui vit à Ancely depuis 2014.

  • 47 Paola Vigano, Anne Grillet-Aubert, « Introduction », dans Paola Vigano, Les Territoires de l’urbani (...)
  • 48 Alain Findeli, « La Recherche-projet : une méthode pour la recherche en design », communication, Pr (...)

40Des conflits d’usages éclatent également entre un public venu chercher « l’esprit familial » et le calme de la résidence d’origine et des étudiants en colocation ou des locataires de passage qui, pour certains, occasionnent des problèmes sonores entre les appartements, comme en témoigne Mme B. : « J’ai dû appeler la police, car il n’y avait pas de dialogue possible avec la colocation du dessus. » Ces transformations dans l’ambiance de la résidence impliquent de nouvelles manières d’appréhender l’espace, de le percevoir, de l’utiliser… Les relevés et les entretiens soulignent la complexité des processus, des enjeux et des schémas d’acteurs engagés dans la gestion et la vie du grand ensemble. Les outils architecturaux et les méthodes des sciences sociales permettent de décrire et comprendre les « processus d’individualisation », d’« identifier les situations » et de faire « émerger les possibilités47 ». Nous cherchons à « révéler des situations et pour recueillir des discours dans une relation directe avec le réel48 ».

La valeur d’usage au cœur des enjeux prospectifs pour Ancely

  • 49 « Étude architecturale et énergétique des enveloppes de la cité du Lignon », réalisée au Laboratoir (...)
  • 50 Masterplan dirigé par l’équipe de ARCHI + I (aujourd’hui B2AI architects) avec A33 et Jan Maenhout.

41Comment ces observations, ces relevés de l’espace habité, ces entretiens avec les habitants et leur analyse peuvent permettre d’esquisser des évolutions à la fois au cœur des besoins et respectueuses de l’aspect patrimonial et authentique du grand ensemble ? À Ancely, la demande émane directement des habitants désireux d’être épaulés dans leurs prises de décision et dans l’évolution de la cité. Démunis face à la complexité des normes, des besoins de chacun, des conflits entre résidents, ils cherchent à retrouver une cohérence d’ensemble. La réalisation d’un cahier de recommandations pour la résidence est explorée. Il s’agit d’une forme d’étude et de recherche ancrée dans les réalités préalablement identifiées et dont la parole habitante et les transformations sont la matière première en vue de la réalisation d’un état des lieux énonçant les caractéristiques, les besoins ou les problématiques. Le cahier de recommandations se veut un outil d’aide à la décision, de conseil, de prescription pour envisager le futur d’Ancely dans une cohérence d’ensemble, proposant une méthode de compréhension puis de prospective qui sort des schémas traditionnels de standardisation des transformations. Pour la réalisation de ce cahier de recommandations, nous nous appuyons sur des démarches innovantes réalisées dans d’autres ensembles de logements collectifs, tels que la recherche-action menée à la cité du Lignon49 ou du masterplan mis en place à la Cité modèle de Bruxelles50, par exemple.

42Les différentes observations dans le cas d’Ancely, identifient à la fois les besoins et les lieux de potentialités. Dans certains cas, elles mettent en avant le besoin d’agir sur les dispositions d’origine pour répondre à un besoin concret mais également face aux évolutions normatives des logements. La question thermique du confort d’été et d’hiver est centrale dans l’évolution des logements construits au XXe siècle. La seule isolation thermique par l’extérieur (ITE) ne répond pas, dans le cadre de ce grand ensemble, au besoin de confort des habitants. Chaque immeuble, avec sa situation propre dans le grand ensemble, avec son rapport à la chaleur, au vent, ses masques végétaux ou physiques, devrait faire l’objet d’une étude avant la réalisation d’une ITE.

43L’observation et la compréhension des usages via la réalisation de relevés habités et les entretiens nous permet de mettre aussi en avant des besoins, mais aussi la flexibilité minimale et maximale des espaces et leur capacité à être transformés. Nous proposons des transformations possibles pour guider les futurs travaux. Par exemple, concernant les aménagements intérieurs, de nouvelles partitions (murs porteurs, cloisons démontables, systèmes flexibles), l’ajout de salles de bains, les capacités maximum, les emplacements possibles dans le respect de l’appartement et du voisinage ; concernant les améliorations thermiques (avec différents impacts selon l’épaisseur des menuiseries, dessins, matériaux…), des transformations des menuiseries ; les lieux possibles pour l’appropriation des espaces entre intérieurs et extérieurs (balcons, appuis de fenêtres, porte d’entrée, paliers…), etc.

44À ces réflexions s’ajoutent les nouveaux enjeux liés notamment aux crises sanitaires, climatiques et à l’évolution des modes de vie. À Ancely, les appartements spacieux permettent une flexibilité d’usages et une adaptation aux nouveaux besoins et modes d’habiter, tout comme la présence d’espaces possiblement partagés en rez-de-chaussée pour l’implantation de nouveaux usages (travailler de chez soi, coworking, espaces intergénérationnels, etc.).

45L’impact sur l’œuvre architecturale et la cohérence d’ensemble sont à mesurer en fonction des transformations des façades ou du grand ensemble, par l’esthétique ou la cohérence générale. Les degrés d’impact sont jaugés en fonction de l’ingéniosité, du besoin qu’ils énoncent et de la possibilité d’une réversibilité. L’observation des interventions et des réalisations permet la compréhension du besoin, et à terme, la proposition de dispositifs plus mesurés, plus en accord avec les éléments de site. L’objectif est également de retrouver une sorte de cohérence globale, et donc de proposer des solutions adaptables à chaque cas, avec différents degrés d’intervention et différentes gammes de prix.

Conclusion

46À Ancely, chaque entretien, échange, relevé de l’espace habité (de l’appartement au grand ensemble), nous permet de saisir une forme d’identité, une histoire, un rapport à l’espace particulier. L’analyse patrimoniale, architecturale, urbaine, sociale s’appuie sur le vécu et les usages, pratiques, transformations, appropriations. Observer, relever, retranscrire est une manière de comprendre puis de transmettre l’identité du lieu.

47L’observation d’Ancely montre une diversité des appropriations des espaces tant extérieurs qu’intérieurs et souligne des éléments singuliers, propres à chaque lieu et à chaque situation du grand ensemble. Les usagers sont les témoins particuliers de tout ce qui se joue dans ces espaces, leur présence et leur connaissance sont indispensables à une bonne compréhension de ce qui constitue le lieu. Pour penser les transformations du grand ensemble, il ne faut pas se tourner vers la standardisation mais plutôt aller chercher les besoins réels au cœur des lieux.

48Enfin, la manière de valoriser ces éléments ancre les réflexions pour une vision prospective de l’ensemble. À Ancely, les disparités des réalisations, des implications et des approches justifient la nécessité d’une prise en compte globale du lieu et des préconisations pour des transformations plus en accord avec les réalités observées sur le terrain. Pour cela, le cahier de recommandations fondées sur la valeur d’usage, directement issue des entretiens avec les habitants et des relevés de l’espace habité, constitue un outil dans le cas de la résidence Ancely, et une première étape vers la mise en place d’une méthodologie qui se voudrait applicable à d’autres ensembles de logements.

Haut de page

Bibliographie

Hélène Bailleul, Savoirs citoyens ou compétences habitantes ?, colloque « Savoirs citoyens et démocratie participative dans la question urbaine », École nationale supérieure d'architecture de Paris-Val-de-Seine, 2009.

Hélène Bélanger et Nadine Roudil, « Inégalités d’appropriation du logement et de l’habitat », Lien social et Politiques, nᵒ 87, 2021, p. 5-19.

Sabrina Bresson, Du plan au vécu : analyse sociologique des expérimentations de Le Corbusier et de Jean Renaudie pour l’habitat social, thèse de doctorat, Tours, 2010.

Phillipe Boudon, Pessac de Le Corbusier, 1927-1967 : étude socio-architecturale ; suivi de Pessac II, Le Corbusier, 1969-1985., Paris, Aspects de l’urbanisme, 1985.

Audrey Courbebaisse, Toulouse, le sens caché des grands ensembles, Toulouse, Presses universitaires du Midi, 2017.

Audrey Courbebaisse, « Appropriations habitantes dans les espaces intermédiaires des grands ensembles toulousains », Revue scientifique sur la conception et l’aménagement de l’espace, nᵒ 24, 2021, [en ligne] [https://doi.org/10.4000/paysage.19680].

Audrey Courbebaisse et Natacha Issot. « Les Grands Ensembles ou comment concilier réhabilitation et patrimonialisation ? », In Situ. Revue des patrimoines, nᵒ 47, 2022, [en ligne] [https://doi.org/10.4000/insitu.34440].

Sabine Dupuy, Contre les démolitions, la patrimonialisation d’un savoir-habitant ?, rapport du PUCA, 2008.

Géraldine Djament, « La Patrimonialisation du logement social, observatoire de l’omnipatrimonialisation fragile. Le cas de Plaine Commune », Les Cahiers de la recherche architecturale urbaine et paysagère, nᵒ 8, 2020), [en ligne] [https://doi.org/10.4000/craup.4776].

Géraldine Djament-Tran, « La Place des habitants dans la patrimonialisation conflictuelle du logement social. Études de cas croisés à Plaine Commune », EchoGéo, nᵒ 33, 2015, [en ligne] [https://doi.org/10.4000/echogeo.14349].

Frédérica Gatta, Alice Sotgia, L’Habiter comme patrimoine, Marseille, Imbernon, 2020.

Rachid Kaddour, « Firminy-vert : connaissance et réhabilitations d’un grand ensemble », dans L’Architecture du XXe siècle : patrimoine culturel et matière à projet, Éditions du Patrimoine, p. 58‑65 ; Programme de recherche incitatif pluriannuel (2016-2021) « Architecture du XXe siècle, matière à projet pour la ville durable du XXIe siècle », 2022.

Rachid Kaddour, Jean-Michel Dutreuil, Fazia Ali-Toudert, Georges Gay, Franck Le Bail, Christelle Morel-Journel, Lionel Ray, Valérie Sala Pala et Iseline Wodey, « Firminy, de la ville moderne à la ville durable ? », rapport BRAUP/GRF Architectures et Transformations/ENSA Saint-Étienne/Université Jean Monnet de Saint-Étienne (UMR 5600 EVS-Isthme ; UMR 5206 Triangle ; chaire partenariale « Habitat du futur »)/OPH Firminy, 2020, [en ligne] [https://hal.science/hal-03760859].

Denis La Mache, « Faire territoire au quotidien dans les grands ensembles HLM », Métropoles, nᵒ 10, 2011, [en ligne] [https://doi.org/10.4000/metropoles.4528].

André Micoud, et Jacques Roux, « L’Architecture en procès de réhabilitation. Réflexions sur l’appropriation patrimoniale des traditions constructives », Les Annales de la recherche urbaine, 72, nᵒ 1, 1996, [en ligne] [https://doi.org/10.3406/aru.1996.1989].

Ryma Hadbi, « Révéler ce qui fait patrimoine pour penser le renouvellement urbain des cités d’habitations à bon marché de Grenoble », Les Cahiers de la recherche architecturale urbaine et paysagère, nᵒ 8, 2020, [en ligne] [http://journals.openedition.org/craup/4606], consulté le 20/05/2023.

Rémi Papillault, Audrey Courbebaisse et Cédric Dupuis, « Toulouse, du grand ensemble à la ville durable. Prospectives et actions », Research Report, Laboratoire de Recherche en Architecture (LRA)/École nationale supérieure d’architecture de Toulouse (ENSAT)/Bureau de la recherche architecturale, urbaine et paysagère (BRAUP), 2020, [en ligne] [https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-03122588].

Rémi Papillault, Audrey Courbebaisse, Cédric Dupuis, Natacha Issot, Christian Barani et Nathalie Prat, « Pour une vision collective de la transformation des grands ensembles “Ancely 2050”. L’habitant au cœur du projet “Recherche en vidéo concertation” », rapport de recherche, Bureau de la recherche architecturale, urbaine et paysagère (BRAUP), 2022, [en ligne] [https://hal.science/hal-03792667].

Daniel Pinson, « L’Habitat, relevé et révélé par le dessin : observer l’espace construit et son appropriation », Espaces et sociétés, n° 164-165, 2016, p. 49-66, [en ligne] [https://www.cairn.info/revue-espaces-et-societes-2016-1-page-49.htm], consulté le 27/05/2023.

Haut de page

Notes

1 André Micoud et Jacques Roux (dir.), « L’Architecture en procès de réhabilitation : réflexions sur l’appropriation patrimoniale des traditions constructives », Les Annales de la recherche urbaine, n° 72, 1996, p. 136-143.

2 Denis La Mache, L’Art d’habiter un grand ensemble HLM, Paris, L’Harmattan, 2006. p. 18.

3 Dans le cadre du programme de recherche pluriannuel « Architecture du XXe siècle, matière à projet pour la ville durable du XXIe siècle ».

4 Thèse réalisée grâce à un contrat doctoral du ministère de la Culture (2021-2023), sous la direction de Rémi Papillault (LRA T) et Audrey Courbebaisse (UC Louvain). Le grand ensemble Ancely a également fait l’objet de plusieurs études préalables : il a fait partie du corpus d’étude d’une recherche doctorale (Audrey Courbebaisse, La Répétition dans le projet de l’habitation collective, les grands ensembles de Toulouse, thèse de doctorat en architecture, sous la direction de Rémi Papillault, soutenue le 16 octobre 2015, université Toulouse 2), puis il fut présent dans celui de la recherche interministérielle « Toulouse du grand ensemble à la ville durable, prospectives et actions », coordonné par Rémi Papillault et Audrey Courbebaisse au LRA de Toulouse de 2016 à 2020.

5 Edmond Préteceille, La Production des grands ensembles, Paris, Mouton, 1973.

6 Annie Fourcault, Frédéric Dufaux et Remi Skoutelsky, Faire l’histoire des grands ensembles : bibliographie 1950-1980, Lyon, ENS Éditions, 2003.

7 Évoqués par différents auteurs tels que Christine Mengin, Frédéric Dufaux, Annie Fourcault, Denis La Mache, René Kaës, Thibault Tellier, Hervé Vieillard-Baron.

8 Dont des auteurs tels qu’Emmanuel Amougou, Jean-Noël Blanc, Jacques Donzelot ou François Tomas nous parlent par exemple.

9 Nous pouvons citer ici les travaux de Elizabeth Auclair, Anne Hertzog, Géraldine Djament, Jean Gautier, Rachid Kaddour, Benoît Pouvreau, Michel Rautenberg, Vincent Veschambre.

10 Emmanuel Amougou, Les Grands Ensembles, un patrimoine paradoxal, Paris, L’Harmattan, 2006.

11 Rachid Kaddour, Les Grands Ensembles, patrimoines en devenir : chroniques de la valorisation, dévalorisation et revalorisation d’opérations exemplaires à Saint-Étienne, Saint-Étienne, Publications de l’université de Saint-Étienne, 2019, p. 43.

12 Ce label fait suite, depuis 2016, au label Patrimoine du XXe siècle créé en 1999, en France.

13 Stéphanie Guilmeau, Alexandre Burtard, Rebecca Joly, Léo Noyer-Duplaix, et Hugo Massire, « Retour d’expérience sur des campagnes de labellisation “Patrimoine du XXe siècle/Architecture contemporaine remarquable” : critériologie et méthodologie », In Situ Revue des patrimoines, nᵒ 47, avril 2022.

14 Guilmeau, Burtard et al., op. cit.

15 L’auteur prend l’exemple de la cité Billardon, démolie entièrement en 2003 ; Vincent Veschambre, Traces et mémoires urbaines : enjeux sociaux de la patrimonialisation et de la démolition, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2008.

16 Emmanuel Amougou, op. cit., p. 21.

17 Ryma Hadbi, « Révéler ce qui fait patrimoine pour penser le renouvellement urbain des cités d’habitations à bon marché de Grenoble », Les Cahiers de la recherche architecturale urbaine et paysagère [En ligne], nᵒ 8, 2020.

18 Géraldine Djament-Tran, « La Place des habitants dans la patrimonialisation conflictuelle du logement social. Études de cas croisés à Plaine Commune ». EchoGéo, nᵒ 33, 2015.

19  Nous faisons surtout référence ici au programme de recherche « Toulouse du grand ensemble à la ville durable prospectives et actions ».

20 Philippe Dufieux, Olivier Balaÿ, Mathilde Padilla, et Laurent Volay. « La Réhabilitation des façades légères dans l’habitat du XXe siècle, de l’étude à l’expérimentation », Research Report, septembre 2021, p. 9.

21 Aurélie Cousi, « Avant-propos », dans L’Architecture du XXe siècle : patrimoine culturel et matière à projet, Éditions du Patrimoine, 2022, p. 5.

22 Stéphane Berthier, « À la recherche de la résilience. Entretien avec l’architecte et historien Raphaël Labrunye », DA, n° 289, 2021, p. 8.

23 Phillippe Grandvoinnet, « L’Architecture du XXe siècle, ressource matérielle et culturelle », dans L’Architecture du XXe siècle : patrimoine culturel et matière à projet, Éditions du Patrimoine, 2022, p. 11.

24 Stéphane Berthier, « Faire plus avec moins, entretien avec Frédéric Druot », DA, n° 289, 2021.

25 Audrey Courbebaisse et Natacha Issot, « Les Grands Ensembles ou comment concilier réhabilitation et patrimonialisation ? », In Situ. Revue des patrimoines, nᵒ 47, 2022.

26 Raphaël Labrunye, « Évaluer et diagnostiquer les architectures du XXe siècle », dans L’architecture du XXsiècle : patrimoine culturel et matière à projet, Éditions du Patrimoine, p. 38‑47 ; Programme de recherche incitatif pluriannuel (2016-2021) « Architecture du XXe siècle, matière à projet pour la ville durable du XXIe siècle », 2022.

27 « Au recensement de 1954, Toulouse comptait 268 863 habitants », voir Daniel Faucher, « Du nouveau sur Toulouse », Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest, t. 32, n° 3, 1961.

28 Bernard Kayser, « Le Nouveau Visage de Toulouse », Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest, t. 32, no 3, 1961.

29 Un recensement a estimé que 10 000 logements sur 86 000 pouvaient être considérés comme des taudis, voir Daniel Faucher, op. cit.

30 1 logement sur 5 (source : Daniel Faucher, op. cit.).

31 6 logements sur 7 (source : Daniel Faucher, op. cit.).

32 2 logements sur 3 (source : Daniel Faucher, op. cit.).

33 Ces ensembles ont été recensés dans Audrey Courbebaisse, La Répétition dans le projet de l’habitation collective…, op. cit.

34 La résidence se compose de 766 appartements répartis dans 23 immeubles, allant du T1 au T6, ainsi que de 97 maisons individuelles groupées.

35 « Une partie du site d’Ancely, dont les berges de la Garonne et de la rivière du Touch, fait l’objet de plusieurs arrêtés de protection, Biotope, Natura 2000, ZNIEFF de types 1 et 2. Le grand ensemble se trouve également situé sur d’anciens vestiges archéologiques dont ceux toujours visibles d’une natatio et d’un amphithéâtre gallo-romain. Ces éléments et l’intégration paysagère des immeubles dans le site font partie des critères ayant prévalu à la labellisation « Architecture contemporaine remarquable » du grand ensemble, en juin 2019. » (Audrey Courbebaisse, « Appropriations habitantes dans les espaces intermédiaires des grands ensembles toulousains », Revue scientifique sur la conception et l’aménagement de l’espace, nᵒ 24, 2021, [en ligne] [https://doi.org/10.4000/paysage.19680]).

36 Audrey Courbebaisse, Marianne Pommier, « Vieillir chez soi. Formes spatiales et sociales propices au maintien à domicile des personnes âgées dans les grands ensembles, le cas toulousain », Les Cahiers de la recherche architecturale urbaine et paysagère [En ligne], n° 8, 2020.

37 Les chiffres évoluent rapidement en raison de nombreuses ventes d’appartements, autour d’une cinquantaine par an.

38 Alain Vulbeau, « La Maîtrise d’usage, entre ingénierie participative et travail avec autrui », Recherche sociale, 209, n° 1, 2014, p. 62.

39 Sabrina Bresson, Du plan au vécu : analyse sociologique des expérimentations de Le Corbusier et de Jean Renaudie pour l’habitat social, thèse de doctorat, Tours, 2010, p. 2.

40 Audrey Courbebaisse, « Appropriations habitantes dans les espaces intermédiaires des grands ensembles toulousains », op. cit.

41 Alain Vulbeau, op. cit., p. 60

42 Ibid., p. 64

43 Ryma Hadbi, « Révéler ce qui fait patrimoine pour penser le renouvellement urbain des cités d’habitations à bon marché de Grenoble », Les Cahiers de la recherche architecturale urbaine et paysagère [En ligne], nᵒ 8, 2020.

44 Sabine Dupuy, « Contre les démolitions, la patrimonialisation d’un savoir-habitant ? », rapport du PUCA, 2008, p. 64.

45 Entre 2018 et 2023.

46 Daniel Pinson, « L’Habitat, relevé et révélé par le dessin : observer l’espace construit et son appropriation », Espaces et sociétés, n° 164-165, 2016, p. 49-66, [en ligne], [https://www.cairn.info/revue-espaces-et-societes-2016-1-page-49.htm], consulté le 27/05/2023.

47 Paola Vigano, Anne Grillet-Aubert, « Introduction », dans Paola Vigano, Les Territoires de l’urbanisme : le projet comme producteur de connaissance, Genève, MetisPresses, 2016.

48 Alain Findeli, « La Recherche-projet : une méthode pour la recherche en design », communication, Premier Symposium de recherche sur le design, Bâle, 2004.

49 « Étude architecturale et énergétique des enveloppes de la cité du Lignon », réalisée au Laboratoire des techniques et de la sauvegarde de l’architecture moderne (TSAM), dirigé par Franz Graf, de l’École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL).

50 Masterplan dirigé par l’équipe de ARCHI + I (aujourd’hui B2AI architects) avec A33 et Jan Maenhout.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Ancely, au nord-ouest de la ville de Toulouse, dans le quartier Ancely-Purpan-Arènes romaines
Crédits Natacha Issot, 2022
URL http://journals.openedition.org/craup/docannexe/image/13598/img-1.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre Figure 2. Ancely, composition paysagère entre plateaux et pentes, arbres centenaires, vues dégagées sur le paysage et les berges de la Garonne
Crédits Natacha Issot, 2022
URL http://journals.openedition.org/craup/docannexe/image/13598/img-2.png
Fichier image/png, 1,7M
Titre Figure 3. Composition de façades avec des petits carreaux de céramique d’Empeaux donnant une esthétique singulière à l’ensemble
Légende Les verticales et horizontales sont marquées en façade par les panneaux.
Crédits Natacha Issot, 2022
URL http://journals.openedition.org/craup/docannexe/image/13598/img-3.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Figure 4. Relevés de micro-situations d’usage dans le grand ensemble : liens entre immeubles et ses abords et relevés de situations particulières (plantations, stationnements, regroupement, passage le long des immeubles, extension de la crèche sur l’espace extérieur…)
Crédits Natacha Issot, 2022
URL http://journals.openedition.org/craup/docannexe/image/13598/img-4.png
Fichier image/png, 1,4M
Titre Figure 5. Situations singulières des immeubles implantés sur le terrain, entre plateaux et pentes, offrant des vues et paysages variés
Crédits Natacha Issot, 2022
URL http://journals.openedition.org/craup/docannexe/image/13598/img-5.png
Fichier image/png, 2,8M
Titre Figure 6. Relevés d’observations et de situations d’usages dans le grand ensemble : regroupements, activités, marquage de l’espace (stockage, plantations…) et parcours de visite avec un groupement d’habitants
Légende Les points d’arrêts sont illustrés par des paroles énoncées sur le moment.
Crédits Natacha Issot, 2022
URL http://journals.openedition.org/craup/docannexe/image/13598/img-6.png
Fichier image/png, 579k
Titre Figure 7. Relevés de micro-situations : extensions des appartements à l’extérieur, création de jardinets dans les dispositifs existants et plantations en pied d’immeuble
Crédits Natacha Issot, 2022
URL http://journals.openedition.org/craup/docannexe/image/13598/img-7.png
Fichier image/png, 3,1M
Titre Figure 8. Appropriations avec et sans marquage de l’espace : stationnement sauvage, stockage, fête et regroupements habitants
Crédits Natacha Issot, 2022
URL http://journals.openedition.org/craup/docannexe/image/13598/img-8.png
Fichier image/png, 5,0M
Titre Figure 9. Relevés de l’espace habité et expérimentation de représentation en plan
Crédits Natacha Issot
URL http://journals.openedition.org/craup/docannexe/image/13598/img-9.png
Fichier image/png, 1,3M
Titre Figure 10. Relevés et observations d’appropriation et vues depuis les appartements
Crédits Natacha Issot, 2022
URL http://journals.openedition.org/craup/docannexe/image/13598/img-10.png
Fichier image/png, 2,3M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Natacha Issot, « Vers une méthode de réhabilitation des grands ensembles plus respectueuse des habitants et des valeurs d’usages. Le cas d’Ancely, à Toulouse »Les Cahiers de la recherche architecturale urbaine et paysagère [En ligne], 19 | 2023, mis en ligne le 15 décembre 2023, consulté le 18 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/craup/13598 ; DOI : https://doi.org/10.4000/craup.13598

Haut de page

Auteur

Natacha Issot

Natacha Issot est architecte D.E. et doctorante en troisième année de thèse en architecture, sous contrat doctoral du ministère de la Culture depuis janvier 2021. Sa thèse porte sur « la prise en compte de la valeur d’usage dans la patrimonialisation et la réhabilitation de grands ensembles ; le cas de la résidence Ancely à Toulouse ». Cette recherche interroge les manières d’appréhender le grand ensemble dans toutes ses singularités, et propose de réfléchir à de nouvelles manières de penser les transformations.
natacha.issot@toulouse.archi.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search