Navigation – Plan du site

AccueilRubriquesActualités de la recherche2023Dave Lüthi, Cousins germains. Les...

2023

Dave Lüthi, Cousins germains. Les architectes suisses formés en Allemagne 1800-1920

Compte rendu d’ouvrage
Anne-Marie Chatelet
Référence(s) :

Dave Lüthi, Cousins germains. Les architectes suisses formés en Allemagne 1800-1920, Lausanne, EPFL Press (Architecture), 2023

Texte intégral

1Les cousins sont ces parents souvent nombreux, mais aussi mal connus, qui gravitent autour de chacun d’entre nous ; qu’ils soient germains les rend plus proches que ceux dits « d’Amérique », mais ici, le qualificatif est à entendre dans un autre sens, celui des cousins de Germanie. Dave Lüthi ouvre ainsi les pages d’un vaste album de famille, retraçant les liens qui ont uni les architectes suisses aux allemands et, plus largement, l’architecture des deux pays. L’ambition est d’offrir une mise en perspective européenne de la production helvétique ainsi que de combattre l’idée reçue selon laquelle cette production aurait été essentiellement débitrice de la France et de sa puissante École des beaux-arts. Le panorama embrasse villes et villages de Lausanne à Berlin, une étendue géographique que les historiens de l’architecture ont rarement saisie dans son ensemble. Il se déroule sur un long XIXe siècle, durant lequel le métier s’est professionnalisé, et s’interrompt avant que l’Allemagne, longtemps considérée comme un modèle, ne devienne un « repoussoir ». L’objectif, inédit à cette échelle, est de proposer une « étude des architectes et de leurs œuvres au prisme de leur formation » (p. 19). L’exposé est structuré en deux temps d’inégale ampleur : une centaine de pages consacrée à l’éducation de ces professionnels, suivie de deux cents autres dédiées à leur production.

2« 962 architectes suisses en Allemagne », tel est le titre du premier volet et le nombre de ceux qui ont fréquenté une école allemande, contre 340 passés par les Beaux-Arts à Paris. La disparité est frappante, d’autant que l’incomplétude des sources incite à penser qu’ils furent plutôt 2000 à se rendre en Allemagne. Cela laisse aussi entrevoir l’une des difficultés de l’enquête : le fédéralisme allemand à l’origine de la démultiplication des établissements. Pour y faire face, Dave Lüthi a procédé à une sélection en se fondant « sur une approche biographique des architectes suisses de l’époque » (p. 12). Il a retenu les quatre villes les plus plébiscitées par ces derniers pour leur formation : Karlsruhe, Munich, Stuttgart et Berlin. Privilégiant l’idée d’« aire culturelle germanique », plutôt que de nation au sens politique du terme, il a associé à ce quatuor l’École polytechnique de Zurich, créée en 1855 et dans laquelle enseigna Gottfried Semper, demeurée « durant la seconde moitié du XIXe siècle, une véritable colonie allemande » (p. 18). Environ 150 élèves y furent inscrits jusqu’en 1920, dont un tiers poursuivit sa formation en Allemagne. Ainsi, le corpus des 962 architectes est-il étoffé de 99 autres ayant uniquement étudié à Zurich. Dave Lüthi retrace brièvement le développement de ces établissements, ce qui offre une intéressante introduction à l’histoire de la pédagogie de l’architecture dans le monde germanique. À partir d’une analyse fine des registres matricules, il dessine les contours du groupe des étudiants qui les ont fréquentés et de leur cursus. Ce sont « avant tout des jeunes gens issus des plus importants cantons alémaniques et protestants du plateau » (p. 48) qui, âgés de 18 à 20 ans, sont plutôt partis vers la Bavière (Munich : 378) et le Bade-Wurtemberg (Stuttgart : 314, Karlsruhe : 142), que vers la Prusse (Berlin : 85). Ils ont consacré six ans en moyenne à des études qu’ils ont souvent faites dans trois, voire quatre établissements, sans chercher à y obtenir un diplôme qui ne le leur aurait été d’aucune utilité en Suisse. À travers le cas de quelques personnalités, Dave Lüthi évoque d’autres aspects encore, dont leur goût du voyage et la variété de leurs carrières dont certaines ont été poursuivies dans un contexte binational.

3À ce premier volet succède un interlude explorant les voies de diffusion de l’architecture à travers les publications professionnelles, alors en plein essor ; précocement apparues en Allemagne, celles-ci ont non seulement nourri les architectes helvétiques, mais aussi constitué un modèle pour leurs propres revues. S’ouvre ensuite le second et substantiel volet de cet ouvrage pour lequel Dave Lüthi a choisi une approche différente et complémentaire de la précédente. Quittant le quantitatif pour le qualitatif, il conserve comme fil rouge le parcours des architectes suisses partis étudier en Allemagne, mais se concentre sur leurs œuvres, plutôt que sur leur scolarisation. Jouant sur la polysémie du terme « école », il délaisse le sens jusqu’ici privilégié d’établissement de formation, pour celui de mouvement artistique. Il examine ainsi comment a été exporté en Suisse le Rundbogenstil, ce « style de l’arc en plein cintre » qui, développé à Munich par Leo von Klenze et Friedrich von Gärtner, à Karlsruhe par Heinrich Hübsch, à Berlin dans l’entourage de Schinkel… est devenu « l’une des marques majeures de la germanité » (p. 168). Il montre comment il a été employé par divers architectes suisses : Félix Wilhelm Kubly (1802-1872), resté fidèle à son apprentissage chez Gärtner malgré un passage ultérieur dans l’atelier de Vaudoyer et Lebas, à Paris, Casper Joseph Jeuch (1811-1895) et Johann Jakob Weibel (1812-1851), eux aussi formés à Munich, ainsi que Ferdinand Stadler (1861-1918) qui fit, lui, ses classes chez Hübsch, à Karlsruhe. Il s’attarde sur le « chef-d’œuvre du Rundbogenstil » en pays helvétique, le Palais fédéral de Berne, conçu à partir des projets de Kubly et Stadler (fig. 1), tout en interrogeant la signification de cette démarche : « Que faire de l’humanisme et du mécénat (voulus tant par les Médicis que par les Wittelsbach) quand le discours iconographique bernois s’articule autour de l’histoire nationale suisse […] ? ». Et de conclure que « visiblement l’architecture a perdu sa valeur culturelle au profit de sa seule valeur formelle » (p. 182). L’analyse, on le voit, est stylistique et symbolique. Elle est également typologique et aborde tout autant l’expression des façades que les choix de plan.

Figure 1. Berne, Palais fédéral (1852-1857)

Figure 1. Berne, Palais fédéral (1852-1857)

Architecte : Friedrich Studer, à partir des projets de Ferdinand Stadler et Félix Wilhelm Kubli.

4L’exposé, chronologique, est structuré en deux temps : le cœur du XIXe siècle et le tournant de 1900 marqué par l’émergence de formes de la modernité. Il débute par l’étude de solutions importées d’Allemagne « qui visiblement satisfont aux attentes des Suisses » (p. 152), pour les grands magasins ou les plans d’extension des villes par exemple. Il se poursuit par l’évocation des productions des émules de Weinbrenner et de Schinkel, du Rundbogenstil juste évoqué, de l’architecture religieuse néogothique, des élèves de Semper… et s’achève par la confrontation, à la fin du siècle, d’un régionalisme « anhistorique » exporté d’Allemagne et d’un style fédéral qui peine à trouver son expression, partagée entre un Rundbogenstil tardif et un éclectisme Beaux-arts. Cependant, autour de 1900, le renouveau architectural bat en brèche l’idée de style, aussi, Dave Lüthi substitue-t-il par la suite à cette grille de lecture celle formulée par l’architecte et critique André Lambert dans une série d’articles publiés entre 1895 et 1908 sur « L’Architecture moderne en Allemagne ». Ses chapitres correspondent alors aux catégories définies par Lambert, le « modernisme reniant toute filiation avec le passé », les « monuments commémoratifs avec formes préhistoriques », l’« adaptation de l’esprit de l’architecture du Moyen Âge aux besoins modernes », l’« art local sans style historique déterminé » ou « avec reprise de la tradition historique des styles du XVIIIe siècle ». Il s’agit toujours d’analyser l’influence de l’Allemagne sur l’architecture suisse, mais en empruntant à ce classement inusité. Dave Lüthi ne relève que peu de « ricochets helvétiques » du Jugendstil, sinon les premières maisons de « style Sapin » que signe un Charles Édouard Jeanneret, fasciné par les réalisations d’Hermann Billing à Karlsruhe, ou le crématoire, lui aussi construit à La Chaux-de-Fonds par Henri Robert (1880-1928) et Robert Belli (1877-inc) formé à Zurich. Il ne note pas de traces d’une monumentalité colossale, en dehors de l’utilisation d’un appareil cyclopéen dans de modestes édicules, comme celui dessiné par Robert Rittmeyer (1868-1960), ancien élève de Stuttgart, pour célébrer la bataille de Morgarten. Cependant, il souligne combien l’apport germanique est dominant et diffus. Les architectes suisses ont puisé leurs modèles en Allemagne plutôt qu’en France, en particulier pour la production courante, celle de bâtiments de bureaux, commerciaux ou d’habitation (fig. 2). « Il suffit de comparer, écrit-il, l’hiératisme de la table des matières des cours publiés par Julien Guadet à celle, très réactive, des manuels allemands pour s’en convaincre » (p. 326). Face aux professionnels entraînés dans leur jeunesse aux concours par l’École des beaux-arts, ceux passés par les établissements allemands apparaissent mieux armés pour répondre à des commanditaires privés soucieux d’économie et de prestance, désireux de ce que Dave Lüthi qualifie comme une « Realarchitektur ».

Figure 2. Saint Gall, immeuble Zur Quelle (1905)

Figure 2. Saint Gall, immeuble Zur Quelle (1905)

Architecte : Adolf Müller, auditeur à la Technische Universität de Munich.

5La Suisse fut-elle un cas d’espèce, un « Sonderfall » ? s’interroge l’auteur en conclusion. Ses architectes ont eu le regard tourné vers l’Allemagne où nombre d’entre eux ont été formés à l’instar de ceux de plusieurs pays du Nord, Danemark, Suède ou Norvège. Ils firent des carrières semblables à leurs collègues allemands, immergés dès leurs études dans un monde d’ingénieurs au fait des évolutions constructives et souvent associés, comme en témoigne la composition de plus de 70 agences. Ils répondirent à tous types de programmes par des solutions apprises durant leur scolarité et accordèrent peu d’intérêt à la portée idéologique des expressions architecturales qu’ils exportèrent. Au terme de son enquête, Dave Lüthi laisse la réponse en suspens, mais au regard de la situation de ce pays qui compte aujourd’hui deux des écoles les plus réputées d’Europe, celle-ci ne peut qu’être positive : de périphérique, il est devenu central en ce domaine.

6Résultat d’années de recherches nées d’une intuition formulée au cours de l’écriture de sa thèse, l’ouvrage de Dave Lüthi est dense, riche d’informations et de pistes de réflexion. Il est scandé d’abondantes illustrations dont les longues légendes étoffent la démonstration. Il est stimulant à double titre pour l’histoire de l’enseignement de l’architecture. D’une part, le parti pris d’interroger les débuts et le corps de la carrière des architectes, sans chercher dans le contenu de leur cursus les clefs d’explication de leurs orientations et de leurs pratiques, inaugure une voie souple pour explorer la circulation des modèles et des idées. La méthode repose sur des rapprochements visuels d’édifices qui font apparaître la similarité des conceptions, mais elle ne permet pas toujours d’expliciter les filiations et d’en comprendre les raisons. D’autre part, le choix d’un regard transnational permet à Dave Lüthi de montrer quel contrepoids à l’École parisienne des beaux-arts ont constitué les écoles polytechniques et universités techniques d’outre-Rhin dès le début du XIXe siècle et laisse entrevoir un troisième pôle, plus oriental, celui de Vienne. À travers les jeux d’emprunts et d’interprétation qu’il décèle, il ne cesse d’interroger la possible définition d’une identité helvétique. Cependant, la question se posait tout autant du côté de l’Allemagne : dans quelle mesure peut-on parler d’« architecture allemande » ? La réponse est d’autant moins évidente que ce pays n’existait pas dans sa configuration actuelle, que ses frontières et son organisation politique ont été fluctuantes entre 1800 et 1920, et qu’il est constitué de régions aussi diverses que le sont les cantons suisses.

7La lecture des Cousins germains, qui dévoile un paysage bâti taillé à la mesure d’une aire culturelle mal connue en France et incite à poursuivre l’exploration à l’échelle européenne, passionnera tout autant ceux qui s’intéressent à l’histoire de l’architecture qu’à celle de son enseignement.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/craup/docannexe/image/13894/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Titre Figure 1. Berne, Palais fédéral (1852-1857)
Crédits Architecte : Friedrich Studer, à partir des projets de Ferdinand Stadler et Félix Wilhelm Kubli.
URL http://journals.openedition.org/craup/docannexe/image/13894/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Figure 2. Saint Gall, immeuble Zur Quelle (1905)
Crédits Architecte : Adolf Müller, auditeur à la Technische Universität de Munich.
URL http://journals.openedition.org/craup/docannexe/image/13894/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 945k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne-Marie Chatelet, « Dave Lüthi, Cousins germains. Les architectes suisses formés en Allemagne 1800-1920 »Les Cahiers de la recherche architecturale urbaine et paysagère [En ligne], Actualités de la recherche, mis en ligne le 27 décembre 2023, consulté le 20 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/craup/13894 ; DOI : https://doi.org/10.4000/craup.13894

Haut de page

Auteur

Anne-Marie Chatelet

Architecte DPLG, docteure en histoire de l’art contemporain, habilitée à diriger les recherches en histoire contemporaine, Anne-Marie Châtelet est professeure émérite en histoire et culture architecturales. Elle est membre de l’unité de recherche UR3400 ARCHE (Arts, civilisations, histoire de l'Europe) de l’université de Strasbourg. Ses champs de recherche concernent l'architecture des types d'édifices, la formation et le métier d'architecte, les théories et l'historiographie de l'architecture, dans le cadre de l'Europe et plus particulièrement de la France et de l'Allemagne, durant la période contemporaine. Elle a récemment codirigé la publication de deux ouvrages sur l’histoire de l’enseignement de l’architecture : L’Architecture en ses écoles. Une encyclopédie du XXe siècle (Locus Solus, 2022) et Les mondes de l’enseignement de l’architecture (Métis Presses, 2023).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search