Navigation – Plan du site

AccueilRubriquesActualités de la recherche2024Donatella Calabi, Ghetto de Venis...

2024

Donatella Calabi, Ghetto de Venise. 500 ans et des poussières

Compte rendu d’ouvrage
Pierre Savy
Référence(s) :

Donatella Calabi, Ghetto de Venise. 500 ans et des poussières, traduit de l’italien par Marie-George Gervasoni, Paris, Liana Levi (piccolo), 2023.

Texte intégral

1« … et des poussières » : quelques années ont passé depuis la première édition de ce livre, d’abord intitulé Ghetto de Venise. 500 ans. En 2016, avec d’autres manifestations éclatantes, dont la grande exposition Venezia, gli ebrei et l’Europa (« Venise, les juifs et l’Europe ») au palais des Doges et l’important livre collectif portant ce même titre, dirigé par Donatella Calabi, il s’agissait de commémorer le cinquième centenaire de la création, par la Sérénissime République, du premier « ghetto » dans l’histoire, en 1516. En 2023, l’autrice publie une édition révisée et augmentée de son livre.

2Le ghetto : un quartier qui regroupait dans un espace clos, dont les portes étaient fermées la nuit, tous les habitants juifs de la ville tandis que, dans cet espace, aux dimensions modestes, plus aucun habitant non juif ne pouvait demeurer. Il ne s’agit donc pas d’un simple « quartier juif », d’un quartier à dominante juive ou d’un lieu de résidence privilégié par les juifs eux-mêmes : dès sa conception, il est un lieu doublement exclusif et à la signification ambiguë (accueil d’une présence juive, mais ségrégée ; surveillance des juifs, mais aussi protection).

3L’institution est dotée à tout jamais d’un nom vénitien : le ghetto était d’abord le nom de « l’endroit où étaient jetés [gettare] les déchets provenant de la fonderie de cuivre voisine » (p. 22). Une appellation qui, à l’origine, n’a donc « rien à voir avec la ségrégation ou avec la minorité juive » (p. 31), mais vient de ce que, en mars 1516, la ville résolut d’affecter à cet usage ce lieu, ainsi dénommé dans la toponymie vénitienne. Cette décision est prise face à l’afflux de juifs à Venise et, surtout, comme le rappelle très opportunément l’autrice, du fait de la volonté nouvelle de permettre une présence juive, jugée bénéfique. Venise était déjà une ville accueillant des communautés, italiennes ou d’origines plus lointaines (Allemands, Turcs, Arméniens, etc.) : elle voulait y faire place aux juifs aussi mais, dans un souci religieux, elle voulait les distinguer des chrétiens, afin d’éviter tout mélange, d’où cette solution assez nouvelle.

4Le livre parcourt l’histoire de ce quartier et de sa population à travers huit chapitres, chronologiques pour le début et la fin du volume (chapitres I, « Avant le Ghetto », et 2, « Le “château” du Ghetto », pour la « préhistoire » et la création ; chapitres 7, « Napoléon abat les portes », et 8, « Sortir du ghetto », pour la fin du ghetto comme institution et son devenir après la suppression) et thématiques pour les autres, qui décrivent le fonctionnement et les aspects majeurs de cette histoire, en faisant place bien sûr aux principales évolutions survenues entre 1516 et 1797 (chapitres 4 à 7 : les agrandissements, les métiers, la vie religieuse, la vie communautaire). Un plan remarquablement clair, comme est parfaitement clair tout le propos qui, pourtant, ne renonce pas à un usage approfondi de l’historiographie et des sources, bref, à une érudition maîtrisée, qui donne au lecteur le plaisir de prendre connaissance d’un grand nombre de citations de documents, avec dans les notes, irréprochables, non seulement des renvois à la bibliographie secondaire, mais aussi de nombreuses références d’archives. On aurait parfois aimé quelques explications ou éclaircissements de plus (sur l’énigmatique « échelle de Spalato » ou sur « un personnage politiquement gênant comme Hieronimo Adorno », ou encore sur ce pourvoyeur embauché avec « un père beccher »), mais un volume aux dimensions réduites comme celui-ci ne peut se lancer dans toutes les explications imaginables.

5L’autrice retrace d’abord l’histoire urbaine du quartier : historienne de la ville, elle n’écrit pas — et c’est heureux — l’histoire abstraite d’un lieu de ségrégation. Elle s’intéresse bel et bien ici, comme dans ses travaux précédents consacrés au ghetto, à son emplacement, à sa forme ou, plutôt, à ses formes successives, à son évolution, et même, changeant d’échelle d’observation, au bâti, aux immeubles, aux logements. Elle présente aussi les lieux de l’activité économique, les espaces collectifs, le rapport avec les canaux (et l’histoire de ceux-ci quand il y a lieu), sans oublier les synagogues, bien sûr : les trois grandes, dûment décrites (la tedesca, l’allemande, fondée une douzaine d’années après la création du ghetto et, peu après elle, la scuola canton, toutes deux pour les Ashkénazes ; puis la synagogue italienne), et bientôt les deux synagogues vénitiennes, l’espagnole (spagnola ou ponentina) et la levantine, de la fin du siècle, sans oublier les institutions communautaires de bienfaisance ou d’étude.

6Autre idée que le livre démontre avec force : pensé comme une place entourée d’édifices (et, malgré les modifications, c’est ce que voient les touristes encore aujourd’hui quand ils sont sur le campo, la place centrale du quartier), le ghetto n’en paraît pas moins avoir toujours été en proie à une tension vers l’ouverture — des ouvertures souvent modestes, non déclarées, furtives — et avoir été continuellement pris dans des processus d’ouverture et d’extension. Car l’un des principaux phénomènes est bien l’extension, du fait du manque de place pour les habitants et leurs activités : de ce fait, ceux-ci grignotent des espaces sur les toits, sur les terrasses et sur l’eau, consentent à vivre dans des espaces plus réduits, divisent les appartements et s’étendent en hauteur (les immeubles sont plus hauts qu’ailleurs à Venise) tout en diminuant considérablement les hauteurs sous plafond (parfois à peine plus de deux mètres). Enfin, la République consent des agrandissements du quartier (au Ghetto Nuovo initial, paradoxalement « nuovo » car ayant abrité jadis la « nouvelle » fonderie, s’ajoutent le Ghetto Vecchio, en 1541, et le Nuovissimo, en 1633).

7Dans ces agrandissements, la Seigneurie et ses institutions jouent un rôle décisif, mais il ne faut pas oublier l’action des acteurs privés, chrétiens (le quartier originel a été développé par la famille Da Brolo) et juifs. Car si la pleine propriété demeure aux mains des chrétiens tandis que les juifs sont locataires, il reste que, graduellement, un régime juridique spécifique a dû être mis en place, dans ce quartier où propriété et location étaient régies par la contrainte : les juifs s’approprient les modifications faites sur le bâti initial, bénéficiant du système dit du « jus  casacà » (une ḥazaqah désigne en hébreu le processus par lequel, comme par une sorte d’inertie, un usage répété produit une situation pérenne). Il permet aux usagers de modifier, disposer, sous-louer et céder librement leurs biens tant que le loyer est payé au propriétaire initial.

8On peut rapprocher de la tendance à l’ouverture que nous avons évoquée une autre tendance, bien mise en avant par le livre, au contact avec la société englobante, avec des phénomènes de sorties de la communauté juive ou de retours (c’est l’époque du marranisme), de conversions, d’échanges, avec de nombreux individus se déplaçant de part et d’autre des « frontières entre communautés » (p. 46). Haut lieu de vie culturelle et religieuse, le ghetto de Venise est aussi et, sans doute, surtout un lieu d’activité économique intense, dès ses débuts et, plus encore, après une délibération du Sénat, en 1589, qui ouvre grand les portes de la ville à quiconque veut développer le commerce. À cette date, de 700 juifs environ accueillis en 1516, on est passé à une population de 1 600 personnes ; elle atteindra 4 870 habitants en 1654, soit 3 % de la population vénitienne. Si la vente de biens d’occasion (vêtements surtout) et la banque, c’est-à-dire le prêt d’argent (à Venise, il est utile, bien contrôlé et bien adapté aux besoins des pauvres comme des classes aisées), sont et demeurent de grands métiers des juifs de Venise (et d’ailleurs), on voit aussi, à partir de la deuxième moitié du XVIe siècle, se développer parmi les activités pratiquées par les juifs le trafic maritime et le grand commerce, y compris international, la médecine (une centaine de juifs l’étudie à Padoue entre 1517 et 1619 : un chiffre très élevé), l’imprimerie et les métiers du livre malgré certaines limites, etc., ainsi que des activités plus modestes, comme celles des senseri, « pourvoyeurs d’affaires » dont on aurait aimé voir l’activité professionnelle plus précisément expliquée.

9Formellement, le ghetto cesse d’exister quand disparaît la République de Venise, qui tombe aux mains de Napoléon en 1797 : en fait, le processus de dispersion des juifs et d’arrivée de non-juifs dans le ghetto et celui de normalisation du quartier, qui fera de lui « un quartier comme les autres » (p. 136), sont très graduels. Ils commencent à l’orée du XIXe siècle, mais ne s’accélèrent qu’avec le rattachement de Venise à l’Italie, tardif (1866), après un demi-siècle de domination autrichienne. En ce siècle modernisateur, la municipalité est l’acteur principal de cette évolution. L’intégration et le développement se poursuivent jusqu’à la rupture brutale du siècle dernier, quand l’Italie fasciste promulgue les lois raciales (1938), qui entraînent de nombreuses discriminations pour toute la population juive italienne ; la situation s’aggrave encore quand les Allemands procèdent à la déportation des juifs d’Italie vers les camps d’extermination. La Shoah laisse bien sûr une marque indélébile dans l’histoire et la mémoire de la population juive de Venise.

10Le livre s’arrête en 1945 : on peut regretter que la situation postérieure ne soit pas évoquée davantage. Le devenir de ce quartier et de cette communauté, modestes mais centraux dans la représentation contemporaine de Venise, le développement (et la crise) d’une vie juive peut-être en partie artificielle mais répondant visiblement aux attentes de certains touristes ou encore l’évolution de la situation immobilière sont quelques-unes des questions passionnantes que pose le ghetto aujourd’hui : elles restent extérieures à ce livre. Cette absence n’empêche pas le livre de paraître remarquablement complet, quoiqu’il soit assez bref, et de bout en bout d’une lecture passionnante. On apprécie la présence à la fin d’un glossaire et d’une précieuse liste des magistratures vénitiennes (une bibliographie aurait été bienvenue, car son absence oblige à éplucher les notes pour retrouver les travaux utilisés).

11Surtout, le livre parvient à se caractériser par un parti pris fort sur le plan de la méthode : celui de consacrer des développements, pas si brefs que cela, à des personnages (ou, dans un cas, à des immeubles : aux pages 143 à 148 est présenté le sort de trois palais prestigieux en ville qui furent un temps la propriété de juifs, telle la Ca’ d’Oro) représentatifs et dont le portrait, esquissé en quelques pages, permet d’incarner mais aussi de mieux faire comprendre le propos général. Nous pourrions donner de très nombreux exemples de cette méthode mise en place avec beaucoup d’efficacité par l’autrice, comme pour nous présenter la vie extraordinaire du juif baptisé et restant juif, Simele (p. 41-42), bon exemple de ces passages entre les frontières communautaires dont nous parlions. Mais il y en a mille autres : Daniel Rodriguez, l’armateur Treves, l’imprimeur Marc’Antonio Giustinian et, surtout, le portrait de Saul Levi Morteira, une figure haute en couleurs que l’on signale particulièrement (p. 100-102 : mais on trouve p. 123 un presque homonyme, un certain Saul Levi Mortera, actif en 1797).

12On terminera cette recension par deux questions. La première porte sur les autres ghettos italiens de l’époque moderne : une monographie de 200 pages sur le ghetto de Venise ne peut guère traiter cette question complexe, mais il faut rappeler que, après Venise, Rome (1555), Florence (1571) et bientôt des dizaines de villes d’Italie où il y avait encore des juifs eurent recours à cette solution et édifièrent leur ghetto. Qu’est-ce qui rapproche et qu’est-ce qui distingue le ghetto vénitien des autres ghettos ? Est-il une exceptionnalité du ghetto de Venise ? Il ne différait pas fondamentalement sur le plan des principes, mais il semble moins convertisseur ou politique que d’autres, plus mercantiliste sans doute, peut-être un peu moins violent (on pense à Rome, où le sort des juifs paraît plus cruel). Mais, de cela, le livre ne parle guère (voir p. 57).

13Deuxièmement, quelle vision générale de cette institution faut-il retenir ? Comment convient-il de regarder ce ghetto pour la période 1516-1797 ? Bien sûr, quoique le livre parle parfois d’osmose, il semble que « nous sommes loin d’une véritable intégration » (p. 119). L’institution paraît assurément odieuse à nos esprits modernes, car profondément discriminante. Mais le livre de Donatella Calabi donne une image tout en nuances, celle d’un quartier entravant la liberté, contraignant à la promiscuité et actant de façon brutale l’infériorité juridique des juifs, mais aussi celle d’un quartier qui semble avoir évité toute violence. Nous parlions à l’instant du sort des juifs de Venise comparé à celui de leurs coreligionnaires romains : dans ce livre, il n’est pas question de violences contre les juifs sur toute la période 1516-1797. Cela pour redire l’ambiguïté essentielle de cette institution.

14Sur ces deux points, l’exceptionnalité du ghetto de Venise et sa signification historique, ce livre précieux, à la fois riche et concis, invite à poursuivre la réflexion.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/craup/docannexe/image/13965/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Savy, « Donatella Calabi, Ghetto de Venise. 500 ans et des poussières »Les Cahiers de la recherche architecturale urbaine et paysagère [En ligne], Actualités de la recherche, mis en ligne le 02 février 2024, consulté le 18 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/craup/13965 ; DOI : https://doi.org/10.4000/craup.13965

Haut de page

Auteur

Pierre Savy

Pierre Savy est maître de conférences en histoire du Moyen Âge à l’université Gustave-Eiffel. Il étudie l’histoire de l’Italie centro-septentrionale à la fin du Moyen Âge (XIVe-début XVIe siècles) et, particulièrement, la manière dont les Juifs et les Juives prennent place dans la société du temps. Il a dirigé, avec Audrey Kichelewski et Katell Berthelot, Histoire des Juifs. Un voyage en 80 dates, de l’Antiquité à nos jours, publié par les PUF, en 2020, et il a publié, toujours aux PUF, en 2023, Les Princes et les Juifs dans l’Italie de la Renaissance. Depuis quelques années, il est l’un des responsables d’un programme de recherche collectif consacré à l’histoire de l’agentivité politique des Juifs dans l’Italie de la longue Renaissance. Diverses informations et la liste de ses publications sont visibles sur https://pagespro.univ-gustave-eiffel.fr//pierre-savy

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search