Navigation – Plan du site

AccueilRubriquesActualités de la recherche2024Thibault Tellier, Humaniser le bé...

2024

Thibault Tellier, Humaniser le béton. Les origines de la politique de la ville en France (1969-1983)

Compte rendu d’ouvrage
Yankel Fijalkow
Référence(s) :

Thibault Tellier, Humaniser le béton. Les origines de la politique de la ville en France (1969-1983), Paris, L’Harmattan, 2022.

Texte intégral

  • 1 Kenny Cupers, La Banlieue, un projet social. Ambitions d'une politique urbaine, 1945-1975, Paris, P (...)
  • 2 Renaud Epstein, « Gouverner à distance. Quand l'État se retire des territoires », Esprit, 11, 2006, (...)

1La politique de la ville que l’État mène depuis plus de quarante ans dans les quartiers de grands ensembles de logements sociaux intéresse beaucoup les urbanistes hors de France. La tentative d’accompagner le traitement du cadre bâti et de l’environnement avec celui des populations (éducation, sécurité, justice…) soulève beaucoup de questions relatives aux dispositifs locaux de gouvernance et aux résultats. À la suite de la publication d’ouvrages sur le projet social de la banlieue1 et de l’interrogation sur le rôle actuel de l’État face à la rénovation urbaine des quartiers d’habitat social2, l’ouvrage Humaniser le béton. Les origines de la politique de la ville en France (1969-1983), qui décrit la genèse de cette politique, est dédié à Robert Lion (directeur de la Construction au ministère de l’Équipement de 1969 à 1974 et délégué général de l’Union sociale pour l’habitat de 1974 à 1981). Ses archives personnelles et les entretiens menés avec lui (ainsi qu’avec une vingtaine d’acteurs institutionnels) entre 2007 et 2012 ont permis à Thibault Tellier, professeur d’histoire contemporaine à l’Institut d’études politiques de Rennes, de réaliser un livre important retraçant un pan d’histoire trop souvent éludé et mal connu. Il apporte des éclairages nouveaux par le croisement inédit d’archives multiples (archives ministérielles, présidentielles, locales, et syndicales, littérature grise) et la sollicitation de la mémoire collective de ce groupe d’acteurs.

2Contrairement à ce qu’on lit trop souvent, la politique de la ville n’est pas née en 1981 de la réaction gouvernementale à des évènements médiatisés. Thibault Tellier montre les courants de réflexion qui ont alimenté, dès la fin des années 1960, la réflexion gouvernementale à l’égard des grands ensembles de logements sociaux. La première partie du livre est consacrée aux réflexions des divers acteurs concernés par « l’avenir du logement social (1969-1972) » soucieux de lutter depuis l’après-guerre contre la crise du logement et la volonté d’œuvrer à une « réforme de la société », portée par le logement social, outil de promotion sociale et urbaine. Ces débats, qui ont animé des cercles de hauts fonctionnaires, d’élus, des acteurs syndicaux et des universitaires ont modélisé une ambition pour les quartiers dès la fin des années 1960. Ils montrent que les premières réflexions sur la politique de la ville se sont développées à l’intérieur de l’État, capable d’intégrer, au sein d’une administration hiérarchisée et centralisée, des positionnements divergents. La notion « d’animation sociale » préalable à toute intervention physique est une innovation de l’époque, expérimentée notamment par la SCIC, acteur immobilier de la Caisse des dépôts, opérateur central en région parisienne de la production des grands ensembles. La seconde partie du livre est centrée sur l’invention d’une politique publique « inédite », c’est-à-dire le dispositif Habitat et vie sociale (HVS) entre 1973 et 1977, qui constitue un « moment » particulier favorable au développement des initiatives locales et des cadres d’action moins cloisonnés et même interministériels. La procédure HVS se présente alors comme une réponse à la dégradation physique des quartiers d’habitat social, à leur paupérisation et aux difficultés d’intégration de ces quartiers à leur environnement, ce qui est désigné sous le terme de « ségrégation ». La multiplicité des problèmes nécessite d’aller au-delà d’une intervention sur le bâti, pour construire une « politique globale d’intervention », territorialisée, en lien avec l’ensemble des acteurs (municipalités, bailleurs, services de l’État, associations, habitants). Elle engage une politique d’animation sociale et s’appuie sur une concertation locale faisant apparaître la notion de « participation », entendue différemment par les différents acteurs (ceux porteurs du courant autogestionnaire et les autres plus enclins à une politique top down à l’égard des locataires). Alors que le peuplement du logement social se recompose en direction des milieux populaires, occasionnant des questionnements sur la « cohabitation », et veut se donner un autre visage architectural plus expérimental que tourné vers les grandes barres (les Courtillières, à Pantin, la Grande Borne, citées par l’auteur…), ce dispositif s’insère entre le projet de la « nouvelle société » formulée dans la foulée de la révolte de Mai 68 et le tournant de la rigueur par la gauche socialiste en 1983. L’orientation prioritaire des « quartiers HLM » vers les populations les plus modestes et la crise économique et sociale à partir du milieu des années 1970 ont engendré leur paupérisation. Le chapitre 5 détaille en particulier les premières opérations HVS conduites à titre expérimental : le quartier de Belfort, à Lille, la ZUP Kervénanec, à Lorient-Ploemeur, le quartier du Grammont, à Rouen et la cité du Frais-Vallon, à Marseille. Face à ces défis, « les hommes qui ont eu à piloter la procédure [HVS] après 1974 ont dû se résigner à prioriser la lutte contre les inégalités sociales sans toutefois disposer pour cela des leviers nécessaires » (p. 417).

3La dernière partie montre enfin le basculement « vers la politique de la ville » au tournant des décennies 1970 et 1980. L’objectif d’intégration politique par le logement social disparaît ; il s’agit désormais de lutter contre la précarité sociale, l’« insécurité et les violences urbaines ». L'accompagnement social des habitants devient le nouveau mot d’une politique qui se veut à la fois territoriale, interministérielle et participative. « Le problème de la banlieue » et l’image des grands ensembles dans l'opinion publique sont au centre du positionnement des acteurs du logement et des élus locaux.

4Humaniser le béton regorge de citations de rapports et d’entretiens. Il retrace les évolutions des diverses institutions en charge du logement social, ainsi que les mutations de l’action publique et des quartiers d’habitat social. Mais l’histoire qu’il dresse à partir de la mémoire des acteurs est surtout le récit de la prise en charge territoriale de la question sociale. C’est donc un ouvrage de référence pour qui s’intéresse à la destinée au long cours des quartiers populaires.

Haut de page

Notes

1 Kenny Cupers, La Banlieue, un projet social. Ambitions d'une politique urbaine, 1945-1975, Paris, Parenthèses, 2018.

2 Renaud Epstein, « Gouverner à distance. Quand l'État se retire des territoires », Esprit, 11, 2006, p. 96-111.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/craup/docannexe/image/14009/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 366k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yankel Fijalkow, « Thibault Tellier, Humaniser le béton. Les origines de la politique de la ville en France (1969-1983) »Les Cahiers de la recherche architecturale urbaine et paysagère [En ligne], Actualités de la recherche, mis en ligne le 16 février 2024, consulté le 20 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/craup/14009 ; DOI : https://doi.org/10.4000/craup.14009

Haut de page

Auteur

Yankel Fijalkow

Sociologue et urbaniste, professeur HDR en sciences humaines et sociales en architecture (SHSA) à l’École nationale supérieure d’architecture de Paris-Val de Seine (ENSAPVS), chercheur au sein de l’UMR 7218 LAVUE (Laboratoire architecture, ville, urbanisme, environnement), codirecteur du Centre de recherche sur l’habitat (LAVUE).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search