Navigation – Plan du site

AccueilRubriquesActualités de la recherche2024Julien Damon, Toilettes publiques...

2024

Julien Damon, Toilettes publiques : essai sur les commodités urbaines

Compte rendu d’ouvrage
Céline Barrère
Référence(s) :

Julien Damon, Toilettes publiques : essai sur les commodités urbaines, Presses de Sciences Po, 2023

Texte intégral

  • 1 Roger-Henri Guerrand, Les Lieux. Histoire des commodités, Paris, Éditions La Découverte, 1985.

1Le court, dense et foisonnant essai de Julien Damon, sociologue et enseignant à Sciences Po, vise à réhabiliter des équipements trop souvent réduits à l’anecdotique ou passés sous silence : les toilettes publiques. Se situant dans la filiation de l’histoire des « lieux » de Roger-Henri Guerrand1, il transforme cet objet mésestimé en observatoire des problématiques urbaines et sociétales contemporaines. S’y côtoient les thématiques des rapports public/privé, des inégalités économiques (la place des pauvres), des inégalités de genre (les femmes dans l’espace public), de l’hospitalité et de l’accessibilité des lieux et de la justice sociale. À cette fin, l’auteur convoque un ensemble de sources et références diversifiées et complémentaires relevant de l’histoire des techniques, de l’histoire culturelle comme de l’histoire urbaine, ainsi que des textes législatifs ou des rapports et recommandations d’institutions internationales telles que l’Organisation internationale du travail ou l’Unicef, des statistiques de l’Insee ou de la Banque mondiale, comme une abondante production académique anglo-saxonne pionnière dans les études des relations entre toilettes, sociétés et espaces. Les corpus mobilisés montrent bien le parti pris et les enjeux de l’essai de lier la dimension technologique et les dispositifs matériels aux questions sociétales et urbaines.

2L’essai s’ouvre sur le constat d’un manque de toilettes publiques en France, que la crise de la Covid-19 a rendu plus prégnant et visible, notamment du fait de la fermeture des cafés et restaurants auxquels a été progressivement délégué ce service. Ce constat lui permet de développer une réflexion multidimensionnelle articulant physiologie individuelle, enjeux de développement humain, logiques d’aménagement urbain et écologie.

3Si les toilettes publiques sont l’objet principal de l’essai — c’est-à-dire « les édicules singuliers établis dans l’espace public afin d’y soulager certains des premiers besoins humains » (p. 8) —, il s’agit d’ouvrir un questionnement plus large sur les commodités urbaines — au sens de « l’offre de commodités urbaines, présente sur la voirie ainsi que dans des lieux ouverts au public tels que les administrations à guichets, les restaurants, cafés et bureaux de tabac, les gares, les écoles, les musées, les bibliothèques et les universités » (p. 8). En effet, la dimension spatiale est ici au cœur du propos, car toilettes et commodités mobilisent autant les registres des dispositifs d’aménagement, des équipements, des services que des lieux, conduisant à interroger les relations entre espaces privés et espaces publics, entre rue et chez-soi, entre situations urbaines et situations rurales. Les coulisses deviennent ainsi la scène principale du quotidien, où se côtoient normes sanitaires, intimité et morale.

  • 2 Yankel Fijalkow, Récits de la ville malade. Essai de sociologie urbaine, Grâne, Créaphis (Poche), 2 (...)

4Afin de couvrir le large périmètre de cette investigation, l’ouvrage se structure suivant une triple trame historique, thématique et prospective. Le premier chapitre relit l’histoire à grands traits allant du « tout-à-la rue au tout-à-l’égout » (p. 11), de l’Antiquité gréco-latine aux grands travaux d’urbanisme du XIXe siècle à Londres et à Paris. L’histoire de l’assainissement s’y révèle une histoire de la lutte contre la ville malade2 et les peurs sociales, corrélant propreté et civilité. Cette histoire est aussi celle des dispositifs et des techniques, qui se poursuit au sein des quatre chapitres suivants. Le chapitre 2 s’attache plus particulièrement aux espaces publics en contrepoint des espaces domestiques, le renforcement des normes de décence dans l’habitat provoquant petit à petit la disparition des toilettes publiques. L’évolution et l’effacement du mobilier urbain et de l’offre en surface et en sous-sol, des années 1920 aux années 1980, y sont le fil conducteur d’une réflexion sur l’évolution des comportements et des rôles sociaux au prisme d’une montée de la pudeur (par exemple, la lutte contre la prostitution). Celle-ci se traduit par une esthétique discrète et de plus en plus normative des équipements, par leur automatisation progressive et par le caractère payant du service. Aujourd’hui encore, la question des toilettes publiques est prise dans une hésitation entre service et offre, entre nécessité des usagers et malaise des acteurs gestionnaires. Ce que montre bien le chapitre 3, à partir d’un état comparatif de l’offre et des réglementations dans les transports publics, au travail et à l’école. Y sont identifiées des inégalités d’accès, principalement de genre dans des espaces pensés par les hommes et pour les hommes, mais également parce que les normes en vigueur ne tiennent pas compte des différences de physiologies (déshabillage et rhabillage plus complexes et longs pour les femmes) et de comportements (les femmes se lavant plus les mains que les hommes (p. 97).

5Le chapitre 4, lui, élargit l’échelle de réflexion et examine les politiques et les projets publics promus par les organisations internationales comme l’Onu, mais aussi par des ONG et des fondations telles que la fondation Bill & Melinda Gates, afin de développer un accès à des toilettes décentes en suivant deux constats : celui d’une « insuffisance préoccupante de l’offre sanitaire dans les pays pauvres » et celui « des déficiences de l’espace public urbain dans les pays riches » (p. 123). Cela amène Julien Damon à tenter un inventaire des méthodes et innovations en termes de recyclage et d’adaptation des dispositifs low et high-tech visant à répondre à ces défis.

6Enfin, le dernier chapitre, résolument prospectif, appelle à un changement de modèle et de relation aux infrastructures d’assainissement pour aller vers une individualisation des dispositifs, tout en posant la question des financements et des obligations des collectivités locales. Il documente en même temps les leviers d’action, les potentiels de développement comme des systèmes d’aide au financement par les municipalités pour la délégation de ce service à des commerces, ou encore la multiplication d’initiatives (applications Internet et systèmes de repérage cartographique) permettant aux individus d’accéder à des toilettes gratuites, propres et sécurisées.

  • 3 Guillaume Le Blanc et Fabienne Brugère, La Fin de l’hospitalité, Paris, Flammarion, 2017.
  • 4 Isaac Joseph, Le Passant considérable, Paris, Librairie des Méridiens (Sociologie des formes), 1984 (...)
  • 5 Marc Breviglieri, « Penser l’habiter, estimer l’habitabilité », Tracés, n° 23, 2006, p. 9-14 ; et M (...)
  • 6 Olivier Mouate, « Vers une meilleure compréhension du concept d’aménité culturelle dans le contexte (...)
  • 7 Voir Claire Lévy-Vroélant, « Les Bains douches, une aménité solidaire », dans Jean Badaroux, Jean F (...)
  • 8 À ce sujet, voir Mike Davis, City of quartz. Los Angeles, capitale du futur, Paris, La Découverte, (...)
  • 9 Voir [en ligne] [https://tokyotoilet.jp/en/].
  • 10 Jérôme Denis et David Pontille, Le Soin des choses. Politiques de la maintenance, Paris, La Découve (...)

7Embrassant beaucoup de sujets, cet essai est en fait un manifeste pour un « droit aux toilettes » participant d’un droit à la ville, qui conjugue justice spatiale et hospitalité entendue comme une dimension protectrice3 renvoyant non seulement à l’accessibilité4, mais plus encore à l’habitabilité5 des espaces. Plus qu’une commodité, les toilettes y sont une ressource et une aménité, c’est-à-dire un bénéfice ou une qualité qui ne réduisent pas un équipement à son utilité, mais mettent l’accent sur ce qu’il permet, ce qu’il facilite, ce qu’il améliore. « L’aménité améliore la qualité des interactions sociales en dehors des forces du marché6. » En ce sens, le travail de Julien Damon se place à la suite d’autres travaux documentant et réfléchissant ce que font la disparition ou la transformation, dans les villes françaises, des lieux de l’hygiène publique, tels que les bains douches, et comment cela travaille la place faite à l’autre7. Julien Damon aborde ce sujet par le prisme de la précarité économique et du sans-abrisme, relève les tactiques et les potentiels d’accès ou non aux toilettes — urinoirs de rue, sanisettes sur les trottoirs, cafés, centres d’accueil de jour, bibliothèques, musées, hôpitaux, locaux associatifs, transports publics, interstices urbains. Il montre ainsi combien le double mouvement de réduction quantitative de l’offre et de multiplication des obstacles à l’accès — tels que la tarification — participe d’une hostilité croissante à l’égard des indésirables. Un tel lissage des espaces urbains contribue à « stériliser » l’espace public le rendant toujours plus inhabitable pour les plus vulnérables, mais également pour tout un chacun. Le passage et la circulation y étant les modes de fréquentation privilégiés par ces mesures plutôt que le séjour, renforçant d’autant l’expérience d’un espace sous contrôle et sous contrainte8. À l’inverse, le récent film de Wim Wenders, Perfect Days (2023), nous montre les effets positifs d’une politique publique en faveur de la présence visible de toilettes publiques dans le quartier de Shibuya, à Tokyo dans le cadre du projet « The Tokyo Toilet9 ». La création de chacun des 17 édicules a été confiée à un architecte ou designer reconnu internationalement, de manière à changer les représentations attachées à ces lieux. Perfect Days met ainsi en scène une double relation à ces objets, tant l’exceptionnalité de leur réalisation et de leur matérialité que la quotidienneté de leurs usages, à travers le prisme de la maintenance, une dimension peu traitée dans le présent essai qui renvoie au « soin des choses10 » et des personnes.

Haut de page

Notes

1 Roger-Henri Guerrand, Les Lieux. Histoire des commodités, Paris, Éditions La Découverte, 1985.

2 Yankel Fijalkow, Récits de la ville malade. Essai de sociologie urbaine, Grâne, Créaphis (Poche), 2021.

3 Guillaume Le Blanc et Fabienne Brugère, La Fin de l’hospitalité, Paris, Flammarion, 2017.

4 Isaac Joseph, Le Passant considérable, Paris, Librairie des Méridiens (Sociologie des formes), 1984 ; Isaac Joseph, « L’Accessibilité comme expérience sociale et interactionnelle », dans Louis-Pierre Grosbois, Paul Sautet et Isaac Joseph (dir.), Habiter une ville accessible. Des usages à la conception, Paris/La Défense, PUCA, 2002.

5 Marc Breviglieri, « Penser l’habiter, estimer l’habitabilité », Tracés, n° 23, 2006, p. 9-14 ; et Marc Breviglieri, « L’Horizon du ne plus habiter et l’absence du maintien de soi en public », dans Daniel Cefaï et Isaac Joseph (dir.), L’Héritage du pragmatisme. Conflits d’urbanité et épreuves de civisme, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, 2002, p. 319-336.

6 Olivier Mouate, « Vers une meilleure compréhension du concept d’aménité culturelle dans le contexte urbain », Revue d’Économie Régionale & Urbaine, n° 3, 2019, p. 517-538.

7 Voir Claire Lévy-Vroélant, « Les Bains douches, une aménité solidaire », dans Jean Badaroux, Jean Frébault, François Ménard et Gaëlle D’Aboville (dir.), Aménager sans exclure, faire la ville incluante, Paris, Le Moniteur, 2018, p. 77-79 ; Claire Lévy-Vroélant, Lucie Bony, Sophie Fesdjian, Les Bains douches de Paris : une enquête sur les lieux et leurs usages, rapport de recherche pour la Ville de Paris, 2019, [en ligne] Hal-02160483 ; Chantal Deckmyn, Les Bains publics, rapport pour la Fondation Abbé Pierre, 2017. Voir également les travaux du collectif indépendant de recherche et création LALCA sur les bains douches de Lyon autour du projet Hospitalité(s), [en ligne] [https://www.lalca.org/journal-de-bord/2-hospitalite-s].

8 À ce sujet, voir Mike Davis, City of quartz. Los Angeles, capitale du futur, Paris, La Découverte, 2000 [1997] ; et Mickaël Labbé, Rependre place. Contre l’architecture du mépris, Paris, Payot (Essai), 2019.

9 Voir [en ligne] [https://tokyotoilet.jp/en/].

10 Jérôme Denis et David Pontille, Le Soin des choses. Politiques de la maintenance, Paris, La Découverte (Terrains philosophiques), 2022.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/craup/docannexe/image/14423/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 644k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Céline Barrère, « Julien Damon, Toilettes publiques : essai sur les commodités urbaines »Les Cahiers de la recherche architecturale urbaine et paysagère [En ligne], Actualités de la recherche, mis en ligne le 24 avril 2024, consulté le 28 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/craup/14423 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11o21

Haut de page

Auteur

Céline Barrère

Céline Barrère est sociologue et urbaniste, docteur en urbanisme, maître de conférences en sciences humaines et sociales à l’ENSAP Lille, codirectrice du Lacth. Elle codirige la recherche « L’Hôpital comme milieu ». Ses travaux de recherche portent sur les narrations urbaines, les stratégies discursives du « faire mémoire », à la fois les manières dont on se souvient et ce qui constitue un héritage, afin de questionner les pratiques sociales et la production de valeurs, les formes de résistance des cultures populaires et leurs ressources spécifiques.
Elle est l’autrice de : avec Caroline Rozenholc, Les Lieux de mobilité en questionActeurs, enjeux, formes, situations, Paris, Karthala (coll. du CIST), 2018 ; avec Grégory Busquet et Muriel Girard, Mémoires et patrimoines. Des revendications aux conflit, Paris, L’Harmattan (Habitat et sociétés), 2017 ; et a récemment publié « “Faire mémoire” de New Orleans East : prendre place dans la ville et produire un contre-récit de citadinité », « The Yellow House de Sarah M. Broom », Atlante. Revue d’études romanes, n° 17 « Socio-poétiques urbaines : construire le discours social de la ville dans la littérature », sous la dir. de Pilar Andrade Boué et Angel Clemente Escobar, 2023, [en ligne] [https://journals.openedition.org/atlante/26719].

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search