Navigation – Plan du site

N° 7 Réparer les territoires post-miniers
Approches territorialistes, paysagères, architecturales et artistiques

Dossier thématique coordonné par Béatrice Mariolle, Sandra Fiori, Daniela Poli.
Date limite de réception des propositions d’articles : 15 novembre 2019
  • 1 Frédéric Joulian, Yann Philippe Tastevin et Jamie Furniss, «  “Réparer le monde” : une introduction (...)

Nés d’une économie sectorielle destructrice au plan écologique, les territoires de l’après-mine portent les stigmates d’un mode de développement qui n’est plus tenable, mais avec les effets duquel il faut encore composer. Territoires fragilisés, à la fois visibles et invisibles, souvent patrimonialisés, ils offrent des situations contemporaines où l’expérimentation des transitions vers une société post-carbone trouve particulièrement sa pertinence. Figures métonymiques d’un monde à réparer1, ils sollicitent les analyses et contributions prospectives de nos disciplines de recherche : paysage, architecture, urbanisme.

L’ambition de ce nouveau dossier des Cahiers de la recherche architecturale, urbaine et paysagère est de dresser un tableau international des contributions les plus récentes qui, à l’articulation entre recherche et projet, s’intéressent aux transformations post-minières sous leurs dimensions à la fois spatiales, socio-économiques, écologiques, paysagères, ou encore esthétiques.

  • 2 Alberto Magnaghi, Le projet local, Sprimont (Belgique), Mardaga, 2003 ; Alberto Magnaghi, La consci (...)
  • 3 Alan Berger, Reclaiming the American West, 1re éd., New York, Princeton Architectural Press, 2002.
  • 4 James Corner, Recovering landscape essays in contemporary landscape architecture, New York, Princet (...)

Dans le prolongement de travaux menés autour des notions de re-territorialisation2, régénération – reclaiming3, récupération – recovering4, les questions que nous souhaitons plus précisément mettre à contribution sont : comment réparer des territoires monofonctionnels ? De quelles manières les outils du concepteur, architecte, urbaniste, paysagiste, artiste, y contribuent-ils  ?

Processus de déterritorialisation

  • 5 Guy Baudelle, «  Le bassin minier du Nord -Pas-de-Calais après le charbon  ; la difficile gestion d (...)
  • 6 Maximilien-Joseph Sorre, Les Fondements de la géographie humaine. Tome 3 l’habitat, Armand Colin et (...)
  • 7 Claude Dubar, Gérard Gayot et Jacques Hédoux, «  Sociabilité minière et changement social à Sallaum (...)

Le «  système spatial de la mine5 » a été analysé par le géographe Max Sorre6 sous le terme de «  complexe physionomique  ». L’implantation minière y est dépeinte comme un ensemble qui, formé à la fois de l’outil de production, des voies d’accès indispensables à l’activité et de l’habitation des employés, se développe de manière autonome : «  surimposition  » des cités ouvrières sur les agglomérations agricoles et l’habitat rural du bassin minier  ; renforcement de l’unité de ces cités autour d’une «  communauté de travail  » et d’un «  lien de solidarité entre ses habitants par le métier  »  ; création d’un «  fossé moral  » entre des populations pourtant spatialement proches, «  celles des mines et celles des villages, des villes, et des fermes  ». À l’image de leur autonomie spatiale, les cités minières ont aussi été largement étudiées sous l’angle de communautés sociales particulières7.

  • 8 Mariana Mazzucato, The Value of Everything: Making and Taking in the Global Economy, 01 edition., L (...)
  • 9 Giuseppe Dematteis, Francesca Governa, Territorialità, sviluppo locale, sostenibilità : il modello (...)

En ce sens, les formes contemporaines de ce qu’on appelle l’«  économie extractive8 » sont décrites comme des économies de rentes, ravageuses pour l’environnement et génératrices d’enclaves sociales. L’exploitation du sol ou du sous-sol, appelée à disparaitre lorsque le gisement est épuisé ou que sa limite de rentabilité est atteinte, repose sur un rendement immédiat sans préoccupation de la «  valeur ajoutée territoriale9 ».

Le post minier, un creuset de recherches internationales

Les équipes de recherche travaillant sur le sujet sont nombreuses et les angles d’approche d’une grande diversité. Ils traitent, notamment des enjeux patrimoniaux, écologiques, paysagers, sociologiques ou artistiques.

  • 10 Michel Deshaies, Les territoires miniers : Exploitation et reconquête, Paris, Ellipses Marketing, 2 (...)
  • 11 www.miningheritage.org/
  • 12 Marion Fontaine, «  ‪Visible/invisible‪. Ce qui reste des mines », Techniques & Culture, 2016, vol. (...)

Parmi ces approches, la patrimonialisation représente aujourd’hui un enjeu important10, comme en témoigne l’inscription de plusieurs sites (anglais, allemands, français, italiens, espagnols, belges…) au Patrimoine mondial de l’Unesco, ou l’existence de réseaux tels que le European Mining Heritage Network11. Ces démarches consistent souvent à articuler la reconnaissance des lieux ou d’architectures d’exception ou déjà légitimés, avec des mémoires et des traces matérielles plus ordinaires, oubliées ou délaissées. Dans ce contexte, comme le souligne Marion Fontaine12, les héritages miniers font l’objet de «  deux tentations contradictoires  » : d’un côté l’effacement des vestiges matériels et des stigmates de l’industrie  ; de l’autre la survalorisation et la mise en scène des «  restes  ».

  • 13 Nimisha Tripathi, Raj S. Singh, Colin D. Hills, Reclamation of Mine-impacted Land for Ecosystem Rec (...)

D’autres approches, portées par les sciences environnementales, consistent à mettre en place des politiques publiques de gestion de l’après-mine en développant des stratégies et des techniques de réhabilitation écologique comme la restauration des sols (reforestation, mise en pâturage…), et la reconstitution d’une biodiversité13.

  • 14 Denis Delbaere et Frédéric Pousin, «  Éditorial  », Espaces et societes, n° 146-3, 2011, p. 715.
  • 15 James Corner, Recovering landscape essays in contemporary landscape architecture, New York, Princet (...)
  • 16 Alan Berger, Reclaiming the American West, 1re éd., New York, Princeton Architectural Press, 2002.

Suivant cet objectif de réparation environnementale, les recherches en paysage permettent d’opérer une confrontation entre demandes de paysage et d’environnement, processus de projet d’aménagement et jeux d’acteurs sur le terrain14. Au sein des landscape Architecture Studies et des Urban Design Studies, l’approche paysagère se définit de manière à la fois complémentaire et décalée par rapport aux conceptions strictement environnementales. Autour des notions de Recovering Landscape15 ou de «  paysages post-technologiques16 », la dimension esthétique y est posée comme un fondement des projets de paysage auxquels redonner formes, significations et fonctionnalités.

  • 17 Michel Rautenberg et Corine Vedrine, Saint-Etienne ville imaginée : Mineurs, artistes et habitants(...)
  • 18 Richard V. Francaviglia, Hard Places: Reading The Landscape Of America’s Historic Mining Districts, (...)

D’une certaine manière, les travaux ethnographiques et sociologiques consacrés aux mémoires minières se situent à l’interface des tendances précédentes. En cherchant à garder trace des usages et des représentations liées à l’histoire, leur intérêt est de donner voix aux communautés locales, d’en reconstruire l’identité, mais aussi de montrer l’ambivalence sous-tendue par les processus mémoriels dans un contexte de gestion post-minière17, entre capacités de résilience des communautés et survivance des conflits sociaux18.

  • 19 Melanie Meunier, « Lucy R. Lippard, Undermining  : A Wild Ride Through Land Use, Politics, and Art (...)
  • 20 Adeline Lausson, « L’enjeu écologique dans le travail des Land et Reclamation Artists », Cybergeo  (...)

Enfin, les démarches portées par des artistes nourrissent l’ensemble de ces approches en générant des regards décalés ouvrant à l’élaboration d’ «  avenirs alternatifs19 » par des actions créatives évoquant des abus de terres dans le but de sensibiliser la société. L’écologie comme système de pensée politique, donne lieu à des pratiques artistiques liées aux questions environnementales comme les Reclamation Artists20.

Axes de contributions proposés

Cet appel à contribution concerne les territoires post-miniers au sens présenté ci-dessus, de territoires marqués par la fin de l’exploitation et de l’activité économique qui en dépend. Néanmoins, d’autres situations d’extraction de ressources (carrières, gravières, gaz…) souterraines ou à ciel ouvert présentent également un intérêt, notamment au travers de leur impact sur les paysages et les populations locales.

En effet, la perspective avec laquelle le devenir des territoires post-miniers est envisagé dans cet appel à contributions est fondée sur les logiques de réparation des paysages et des sociétés, de développement d’un projet s’appuyant sur les communautés et les ressources propres du territoire. À la rencontre entre la croissance de la «  conscience de lieu  » des communautés locales et la découverte du patrimoine territorial, cet appel cherche à mettre en évidence des nouvelles formes de gestion sociales et solidaires des biens communs inscrites dans des processus de projets.

En ce sens, les retours réflexifs pourront relever de travaux académiques, mais également de recherche-action mobilisant des projets architecturaux, paysagers ou encore artistiques et littéraires.

Les deux axes qui suivent ne sont pas limitatifs. Ils veulent témoigner d’un intérêt particulier pour toutes les recherches exploratoires qui tentent de mettre en évidence les ressources culturelles des territoires et les processus de coproduction.

Axe 1 : territoires post-miniers, paysages culturels, évolutifs et vivants.

Sous cet axe nous souhaitons interroger le paysage dans ses multiples facettes : capacité à révéler une épaisseur historique et mémorielle, à dépasser les disciplines (notamment les sciences de l’environnement et les savoirs en jeu dans la création architecturale, urbaine et artistique), à croiser les échelles (du puits de mine au grand territoire), à révéler l’espace topographique (du sous-sol aux terrils, du sol naturel au sol transformé). Les articles pourront notamment interroger la notion de paysage culturel, au sens patrimonial qu’en fait l’Unesco, à travers des regards singuliers et des démarches de reterritorialisation post-minières.

Axe 2 :Territoires post-miniers, bien commun et processus de projet

Ce deuxième axe met en avant le rôle que les communautés locales peuvent jouer dans la (re)construction d’une conscience des lieux et du projet local. En mettant l’habitant au centre du processus de projet, il s’agit d’explorer le territoire comme une construction sociale et non pas seulement comme un produit issu de la pratique technique, ou de la transformation productive. Cet axe interroge les outils de projet de coproduction avec la communauté locale, supprimer l’espace avant la virgule les techniques participatives dans des contextes de territoires à réparer.

Les contributions pourront aussi interroger les outils mobilisés pour développer une vision partagée, concevoir un projet spatial de la réparation, donner à voir autrement, plus intensément les hommes et les paysages transformés.

Modalités de transmission des propositions d’articles

Les propositions d’articles complets seront envoyées par mail avant le 15 novembre 2019

au secrétariat de rédaction des Cahiers de la recherche architecturale, urbaine et paysagère

secretariat-craup@culture.gouv.fr

Pour plus d’informations, contacter Aude Clavel au 06 10 55 11 36

Les articles ne doivent pas excéder 50 000 caractères, espaces compris.

Langues acceptées : français, anglais.

Les articles doivent être accompagnés de :

1 notice biobibliographique entre 5 à 10 lignes (nom et prénom du ou des auteur(s), statut professionnel et/ou titres, rattachement institutionnel éventuel, thèmes de recherche, dernières publications, adresse électronique).

2 résumés en français et en anglais.

5 mots clefs en français et en anglais.

Instructions aux auteurs

1/ Règles générales

Italique : mots en langues étrangères par rapport à la langue utilisée, donc op. cit., ibid., cf., a priori, a posteriori

Pas d’usage du gras (à l’exception des titres), ni de capitales (à l’exception du début des noms propres, des institutions, de l’usage des majuscules pour les titres en anglais, etc.).

2/ Corps du texte

Le texte doit être saisi dans le logiciel Word en Times New Roman, taille 12, interligne 1,5, sans mise en forme particulière, hormis les titres, intertitres, légendes et sauts de paragraphes.

3/ Citations

Les citations de moins de 3 lignes seront insérées dans le texte et mise entre guillemets.

Les citations de plus de cinq lignes seront en retrait à gauche et à droite, de taille 10 (et non 12), et sans guillemets.

4/ Références bibliographiques

Les références bibliographiques seront regroupées par ordre alphabétique de nom d’auteur en fin d’article dans une section « Bibliographie », selon le modèle suivant :

Pour un ouvrage : Prénom Nom, Titre, Ville d’édition, Maison d’édition (Collection), année de publication, page.

Pour un ouvrage collectif : Prénom Nom et Prénom Nom (dir./coord./éds./etc.), Titre, Ville d’édition, Maison d’édition, année de publication, page, ou Prénom Nom et al., Titre, Ville d’édition, Maison d’édition, année de publication, page.

Pour un chapitre d’un ouvrage collectif : Prénom Nom, Titre, dans Prénom Nom et Prénom Nom (dir./coord./éds./etc.), Titre, Ville d’édition, Maison d’édition, année de publication, page.

Pour un article de revue : Prénom Nom, « Titre de l’article », Titre de la revue, vol./n°, date, Ville d’édition, Maison d’édition, année de publication, page.

Pour une référence électronique : Prénom Nom, « Titre de l’article », Titre de la revue, vol./n°, date, [en ligne] [url], consulté le [date].

5/ Illustrations, graphiques et tableaux

Les photographies et illustrations accompagnant le texte devront être numérisées en haute définition (300 dpi, 15 cm de long ou de large minimum) dans les formats Jpg ou Tiff.

Les fichiers texte seront distincts des fichiers graphiques.

Les tableaux sont considérés comme des figures et doivent faire l’objet des mêmes consignes en matière d’intitulé de fichier, d’appel de figure, de format d’image (jpg ou tif), de taille d’image et de lisibilité.

L’auteur doit vérifier que les images/figures dont il n’est pas l’auteur sont libre de droits.

Dans le cas contraire, il doit faire la demande auprès du propriétaire de l’image/figure avant de la soumettre à la revue.

Les illustrations, graphiques et tableaux doivent être légendés de manière spécifique :

Le titre des illustrations, précédés de « figure [n] : » ou « Tableau [n] : » doit être placé au-dessus de l’illustration.

La légende et les crédits (source, copyright, etc.) doivent être placés sous l’illustration, sur deux lignes distinctes.

Ligne éditoriale

Inscrits dans les champs de la recherche architecturale, urbaine et paysagère, les Cahiers se sont développés à l'origine dans les laboratoires des écoles d'architecture à partir des années 1970. La revue initie aujourd’hui une nouvelle formule en ligne : revue scientifique internationale, elle s’adresse aux communautés de recherche concernées par les transformations spatiales intentionnelles, quelles que soient les échelles. Les Cahiers visent à répondre aux intérêts et questionnements actuels, mais aussi à les renouveler, et ainsi ouvrir de nouvelles voies de recherche. Trois pôles de questionnement sont plus directement visés : l’un concerne spécifiquement le registre des théories, de manière à développer les échanges et les controverses entre théories du design, du planning, de l’architecture et du paysage. Un second pôle renvoie à la matérialité de la ville, aux savoir-faire constructifs impliqués dans la transformation spatiale, mais aussi à la dimension matérielle des phénomènes de transfert et de mobilisation, régulièrement analysés dans d’autres revues sous des angles a-spatiaux. Enfin, le troisième pôle interroge le projet et sa conception, qui occupe une place toute particulière dans les sciences et pratiques de l’espace (rôles performatifs des projets, théories de la pratique). Ces trois pôles appellent à des travaux pluridisciplinaires, préoccupés de tracer des explications approfondies des transformations des environnements construits à l’âge de l’anthropocène. La production scientifique attendue renvoie aux critères usuels d’évaluation en double aveugle par les pairs. Elle sera particulièrement attentive à l’enjeu des images et du visuel dans un domaine où l’iconique peut tenir lieu de discours.

Dossiers thématiques

Les Cahiers de la recherche architecturale, urbaine et paysagère en ligne publient deux ou trois fois par an un dossier thématique composé d’une dizaine d’articles en français et en anglais, autour d’un thème prédéfini et problématisé.

Un appel à article est diffusé pour chaque dossier thématique. Les propositions d’articles peuvent être rédigées en français ou en anglais. Leur évaluation se fait en double aveugle.

Rubriques

La revue en ligne dispose de 2 rubriques pour accueillir des articles au fil de l’eau, hors dossiers thématiques.

Actualités de la recherche : comptes rendus variés : thèses, habilitations à diriger des recherches (HDR), recensions d’ouvrages, d’expositions...

Matériaux de la recherche : entretiens, paroles d’acteurs, traductions, textes de référence…

Les propositions d’articles peuvent être rédigées en français ou en anglais. Leur évaluation se fait en double aveugle.

Comité de rédaction/Editorial Board

Rédacteur en chef/Chief Editor

FREDERIC POUSIN

MANUEL BELLO MARCANO
FRANCK BESANÇON
GAUTHIER BOLLE
ENRICO CHAPEL
BENJAMIN CHAVARDES
LAURENT DEVISME
YANKEL FIJALKOW
SANDRA FIORI
FRANCOIS FLEURY
XAVIER GUILLOT
CAROLINE MANIAQUE
BEATRICE MARIOLLE
VALERIE NEGRE
DANIEL SIRET
HELENE VACHER
Secrétariat de rédaction/Editorial Assistant
AUDE CLAVEL

Notes

1 Frédéric Joulian, Yann Philippe Tastevin et Jamie Furniss, «  “Réparer le monde” : une introduction  », Techniques & Culture, 6566-12, 2016, p. 1427.

2 Alberto Magnaghi, Le projet local, Sprimont (Belgique), Mardaga, 2003 ; Alberto Magnaghi, La conscience du lieu, Editions Etérotopia, 2017 ; Daniela Poli, Formes et Figures du Projet Local, Eterotopia, 2018.

3 Alan Berger, Reclaiming the American West, 1re éd., New York, Princeton Architectural Press, 2002.

4 James Corner, Recovering landscape essays in contemporary landscape architecture, New York, Princeton Architectural Press, 1999.

5 Guy Baudelle, «  Le bassin minier du Nord -Pas-de-Calais après le charbon  ; la difficile gestion de l’héritage spatial  », Hommes et Terres du Nord, 1994, vol. 1, no 1, p. 3‑12.

6 Maximilien-Joseph Sorre, Les Fondements de la géographie humaine. Tome 3 l’habitat, Armand Colin et Cie, 1952.

7 Claude Dubar, Gérard Gayot et Jacques Hédoux, «  Sociabilité minière et changement social à Sallaumines et à Noyelles-sous-Lens (1900-1980)  », Revue du Nord, 1982, vol. 64, no 253, p. 365‑463..

8 Mariana Mazzucato, The Value of Everything: Making and Taking in the Global Economy, 01 edition., London, UK, Allen Lane, 2018.

9 Giuseppe Dematteis, Francesca Governa, Territorialità, sviluppo locale, sostenibilità : il modello Slot, Milano, Franco Angeli, 2005.

10 Michel Deshaies, Les territoires miniers : Exploitation et reconquête, Paris, Ellipses Marketing, 2007..

11 www.miningheritage.org/

12 Marion Fontaine, «  ‪Visible/invisible‪. Ce qui reste des mines », Techniques & Culture, 2016, vol. 65‑66, no 1‑2, p. 74‑91..

13 Nimisha Tripathi, Raj S. Singh, Colin D. Hills, Reclamation of Mine-impacted Land for Ecosystem Recovery, Oxford, Wiley-Blackwell, 2016. Voir aussi le Journal of The American Society of Mining and Reclamation: https://www.asmr.us/Publications/Journal-of-the-ASMR

14 Denis Delbaere et Frédéric Pousin, «  Éditorial  », Espaces et societes, n° 146-3, 2011, p. 715.

15 James Corner, Recovering landscape essays in contemporary landscape architecture, New York, Princeton Architectural Press, 1999.

16 Alan Berger, Reclaiming the American West, 1re éd., New York, Princeton Architectural Press, 2002.

17 Michel Rautenberg et Corine Vedrine, Saint-Etienne ville imaginée : Mineurs, artistes et habitants, PU Saint-Etienne, 2017.

18 Richard V. Francaviglia, Hard Places: Reading The Landscape Of America’s Historic Mining Districts, Iowa City, University of Iowa Press, 1997 ; David Robertson, Hard as the Rock Itself: Place and Identity in the American Mining Town, University Press of Colorado, Boulder, 2006 ; Tara Cater et Arn Keeling, « “That’s where our future came from”: Mining, landscape, and memory in Rankin Inlet, Nunavut », Études/Inuit/Studies, 2013, vol. 37, no 2, p. 59‑82.

19 Melanie Meunier, « Lucy R. Lippard, Undermining  : A Wild Ride Through Land Use, Politics, and Art in the Changing West », Transatlantica. Revue d’études américaines. American Studies Journal, 2, 2016.

20 Adeline Lausson, « L’enjeu écologique dans le travail des Land et Reclamation Artists », Cybergeo : European Journal of Geography, 2009.

Haut de page
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals