Navigation – Plan du site

Bernard Huet et la synthèse du rationalisme exalté d’Aldo Rossi

Julien Correia

Résumés

La dernière décennie a connu un regain d’intérêt pour l’architecte italien Aldo Rossi disparu en 1997. L’article rappelle les étapes et la difficulté de sa réception française. Il s’agit ici de comprendre en quoi l’héritage théorique d’Aldo Rossi est incomplet en France et de définir les contours de la part manquante.
Cet héritage est abordé à partir d’archives inédites de Bernard Huet et d’un corpus d’ouvrages légué à la bibliothèque de l’ENSA Paris-Belleville qui permettent d’en définir les contours. La synthèse des travaux théoriques d’Aldo Rossi par Bernard Huet sera ensuite analysée afin de commencer à identifier les éléments de la part manquante. Celle-ci sera enfin définie sur la base de la présentation de deux principaux recueils de textes écrits par Aldo Rossi qui ont la particularité d’être encore non traduits et très peu distribués en France.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Jean-Louis Cohen, « Aldo Rossi en France l’incompris intime », L’architecture d’aujourd’hui, n°263, (...)
  • 2 « Pianeta Rossi », in Marco Biraghi, Gianni Braghieri et Martina Landsberger (dir.), Aldo Rossi Il (...)
  • 3 Jean-Louis Cohen, « Aldo Rossi en France l’incompris intime », op.cit.

1En 19891, Aldo Rossi (1931-1997) s’apprête à construire deux bâtiments en France, un immeuble de logement à La Villette (1986-1992) et le Centre international d’art et de paysage de Vassivière (1989-1990), qui demeurent ses deux seules réalisations concrètes parmi les onze projets imaginés sur le territoire français2. Dans un dossier que lui consacre L’Architecture d’aujourd’hui en 1989, Jean-Louis Cohen pointe une certaine incompréhension de ses idées du fait de l’intervalle de quinze ans entre la première édition de son livre L’architettura della città et sa traduction française3. Nous souhaitons enrichir ici l’histoire de cette réception différée de la pensée rossienne en montrant les potentialités méconnues de l’héritage théorique d’Aldo Rossi, notamment au prisme du regard et de la synthèse réalisée par Bernard Huet (1932-2001).

Figure 1. Dossier Aldo Rossi dans L’Architecture d’aujourd’hui, n° 263, 1989, pp. 133-187.

Figure 1. Dossier Aldo Rossi dans L’Architecture d’aujourd’hui, n° 263, 1989, pp. 133-187.

© L’Architecture d’aujourd’hui

  • 4 Jean-Louis Cohen, La coupure entre architectes et intellectuels ou les enseignements de l’italophil (...)
  • 5 Daniel Treiber, « Aldo Rossi autobiographe, Le sujet, l’affect, l’écriture », Les cahiers thématiqu (...)
  • 6 Juliette Pommier, Vers une architecture urbaine : la trajectoire de Bernard Huet, Vincennes/Saint-D (...)
  • 7 Beatrice Lampariello, Aldo Rossi : le opere del « razionalismo esaltato », Lausanne, Ecole Polytech (...)
  • 8 Bernard Huet, « Aldo Rossi ou l’exaltation de la raison », article dactylographié du fond Bernard H (...)

2Le rôle de ce dernier dans la transmission des idées d’Aldo Rossi à travers L’Architecture d’aujourd’hui, son enseignement à UP8 dans les années 1970 et les premiers travaux de recherche qu’il dirige, ont été mis en lumière dès les années 19804. L’œuvre et la pensée d’Aldo Rossi sont également régulièrement réexaminées dans le milieu francophone depuis le début des années 20005. Dans sa thèse soutenue en 2010, Juliette Pommier a éclairé, entre autres, le rôle de « passeur » de Bernard Huet au sujet de l’italophilie définie précédemment par Jean-Louis Cohen6. En 2013, Beatrice Lampariello soutient une thèse sur les œuvres du « rationalisme exalté » prenant en compte le travail de Rossi, de ses œuvres de jeunesse jusqu’au milieu des années 1970 avec la città analoga7. Cette recherche fait écho à un article de synthèse inédit de Huet intitulé « Aldo Rossi ou l’exaltation de la raison8 ». À partir de ce texte, nous formulons l’hypothèse que la compréhension de l’« exaltation de la raison » comme fil rouge de l’œuvre de Rossi passe par la relecture de certains textes fondamentaux méconnus et éclairant pourtant ses principales notions théoriques.

  • 9 Aldo Rossi et Rosaldo Bonicalzi (coord.), Scritti scelti sull’architettura e la città 1956-1972, Ma (...)

3Pour cela nous avons enquêté dans le fonds Bernard Huet de la bibliothèque de l’École nationale d’architecture de Paris-Belleville (ENSAPB) pour identifier sa collection de livres signés par ou consacrés à Aldo Rossi. Nous explorerons chronologiquement ces textes dont certains restent encore peu familiers des lecteurs francophones. Une autre partie du corpus est constituée de textes de Bernard Huet dont l’analyse vise à interroger la réception des idées rossiennes au sein de son propre discours. Les dernières sources du corpus, les Scritti scelti9, un ensemble de textes publiés seront analysés afin d’en identifier les éléments saillants.

4Le propos se développera en trois parties. La première présente la collection des écrits d’Aldo Rossi dans la bibliothèque de Bernard Huet, qui illustre l’ampleur de ses connaissances sur le sujet. Son rôle dans la transmission, la synthèse et l’héritage théorique d’Aldo Rossi en France est analysé en seconde partie, pour en révéler les contenus et à en identifier les zones d’ombre. La troisième partie proposera de les mettre au jour et d’appréhender les notions qui fondent ce « rationalisme exalté ».

Les écrits de Rossi dans la bibliothèque de Bernard Huet

  • 10 Précisons que ce fond est relativement précieux. Mis à part L’Architecture de la ville et Autobiogr (...)

5La bibliothèque de Bernard Huet conservée à l’ENSAPB est riche de 2 500 ouvrages dont 240 traitent de l’architecture italienne des XIXe et XXe siècle, parmi lesquels on trouve les principaux écrits d’Aldo Rossi ainsi que des monographies qui lui sont consacrées, ce qui représente environ une trentaine d’ouvrages10.

Figure 2. Tableau des livres d’Aldo Rossi et sur Aldo Rossi contenus dans le Fonds Bernard Huet de la bibliothèque de l’ENSA Paris-Belleville.

Titre

Auteur

Editeur, Date

Description

Cote

Aldo Rossi: théâtre, ville, architecture

Nantes: 303, Recherches et Créations, [s.d.]

35 p., ill., plans

BH0205

Aldo Rossi: buildings and projects

Peter Arnell

New York: Rizzoli International publications, 1985

319 p., ill. coul. et n.et bl., plans

BH0206

Aldo Rossi: disegni di architettura 1967-1985

Milano: Gabriele Mazzotta, 1986

110 p., dessins

BH0449

Deutsches Historisches Museum, Berlin: Aldo Rossi. ,

Milano: , 1998

34 p., ill., plans, dessins

BH0450

Aldo Rossi : Tre Città : Perugia, Milano, Mantova

Bernard Huet

Milano : Electa Editrice, 1984.

127 p., ill. coul. et n. et bl.

BH0451

Aldo Rossi : il teatro domestico

Milano: Molteni & C., s.d.

n.p., ill., dessins

BH0452

Aldo Rossi

s.l.: , s.d.

16 p., ill.

BH0453

Aldo Rossi : opere recenti

s.l.: Edizioni Panini S.p.A., 1983

105 p., ill., plans, dessins

BH0454

Aldo Rossi in America: 1976 to 1979

Kenneth Frampton

New York: Institute for architecture and urban studies, 1979

58 p., ill., dessins

BH0455

Progetto Bicocca: Gruppo Aldo Rossi

Milano: Relazione, 1986

26 p. + ill., ill coul.

BH0456

Aldo Rossi: progetti e disegni 1962-1979

Francesco Moschini

Firenze: Centro Di, 1979

163 p., ill., plans, dessins

BH0457

Arduino Cantàfora : architetture

Aldo Rossi

Milano: Electa, 1984

155 p., ill., bilbiogr.

BH0460

Scritti scelti sull'architettura e la città

Aldo Rossi

Milano: Clup edizioni, 1984

539 p.

BH0737

Architettura razionale : XV Triennale di Milano - Sezione internazionale di architettura

Milano: Franco Angeli Editore, 1973

267 p., ill.

BH0739

L'Architettura di Aldo Rossi

Vittorio Savi

Milano: Franco Angeli Editore, 1976

283 p., ill., plans

BH0740

Aldo Rossi : disegni 1990-1997

Marco Brandolisio

Milano: Frederico Motta, 1999

191 p., dessins

BH0741

Architetture padane

Aldo Rossi

Mantova: Provincia di Mantova Casa del Mantegna, 1984

63 p., photos, plans, dessins

BH0846

Autobiographie scientifique

Aldo Rossi

Marseille: Editions Parenthèses, 1988

158 p., phot., ill.

BH0847

A Scientific Autobiography

Aldo Rossi

Cambridge, Massachusetts: The Mit Press, 1981

119 p., ill., dessins

BH0848

L'Architettura della citta'

Aldo Rossi

Milano: Clup edizioni, 1978

313 p., ill., plans, couv. ill.

BH0849

Il Libro azzurro : I mei progetti 1981

Aldo Rossi

Zürich: Jamileh Weber Galerie, 1983

48 p.

BH0850

Aldo Rossi : il teatro domestico

Milano: Molteni & C., s.d.

n.p., ill., dessins

BH1097

Aldo Rossi par Aldo Rossi, architecte

Paris : Ed. du Centre Georges Pompidou, 1991

[n.p.], ill.

BH1285

Aldo Rossi par Aldo Rossi, architecte

Paris : Ed. du Centre Georges Pompidou, 1991

[n.p.], ill.

BH1326

La città di Padova : saggio di analisi urbana

Carlo Aymonino

Roma : Officina Edizioni, 1970

524 p., ill., plans, photogr., coupes

BH1960

L'architecture de la ville

Aldo Rossi

Paris : L'Equerre, 1981

296 p., photogr., ill., plans, couv. ill.

BH2041

Rapporti tra la morfologia urbana e la tipologia edilizia : documenti del corso di caratteri distributivi degli edifici, anno academico 1965-1966

Gianni Fabbri

Venezia : Editrice Cluva, 1966

136 p.

BH2147

6Bernard Huet se revendiquait comme un des premiers abonnés français à Casabella Continuità autour de 1960, et avait alors étudié un an au Politecnico di Milano auprès d’Ernesto Nathan Rogers (1909-1969), rédacteur en chef de la revue. Les numéros de cette revue auxquels Rossi a participé de 1955 à 1964 sont en grande partie présents dans la bibliothèque de l’ENSAPB, bien que leur origine exacte soit incertaine. Le fonds Huet représente ainsi aujourd’hui un outil de connaissance sur la réception d’Aldo Rossi en France par un des architectes qui l’a certainement le plus lu, ou en tout cas celui qui s’est le plus engagé dans la diffusion de sa pensée.

  • 11 Aldo Rossi, « Tipologia, manualistica, e architettura », in Carlo Aymonino, et al., Rapporti tra la (...)
  • 12 Ibid. p. 81.

7Examinons chronologiquement les écrits théoriques présents dans ce corpus. Le premier est un recueil de textes issu du groupe d’enseignant de l’université IUAV de Venise, dirigé par Carlo Aymonino (1926-2010), dont Rossi fait partie de 1963 à 1966. Cet ouvrage collectif s’intitule Rapporti tra la morfologia urbana e la tipologia edilizia (Rapports entre la morphologie urbaine et la typologie du bâti), et présente notamment deux textes de Rossi. Dans le premier, Tipologia, manualistica e architettura (Typologie, manuels et architecture), il expose des principes didactiques dont « l’objet principal est l’architecture11 ». Rossi explique, à partir de la définition de Quatremère de Quincy (1755-1849) reprise par Giulio Carlo Argan, (1909-1922) que le type est une constante que l’on retrouve dans tous les faits architectoniques, et il envisage la typologie comme le moment analytique de l’architecture et des faits urbains. Il insiste sur la démarche mêlant analyse et architecture, capable de distinguer un aspect logique et un aspect créatif. Selon lui, l’architecte se doit « d’analyser et de méditer les énoncés de l’architecture, s’il veut produire une contribution substantielle à l’architecture de la ville12 ». Un second texte poursuit ces idées et présente les questions de méthode pour étudier la ville à travers le rapport entre morphologie urbaine et typologie bâtie tel que Gianni Fabbri (1939-) et Carlo Aymonino le définissent au sein du même recueil.

  • 13 Carlo Aymonino, et al., La città di Padova. Saggio di analisi urbana, Rome, Officina Edizioni, 1970
  • 14 L’Association pour le développement de la recherche sur les organisations spatiales (ADROS) créée e (...)

8La città di Padova13 rassemble aussi les textes de plusieurs enseignants de l’IUAV proches de Carlo Aymonino. Les réflexions menées en commun présentent une étude urbaine de la ville de Padoue réalisée en collaboration avec des étudiants. Carlo Aymonino rappelle le cadre théorique de l’étude des phénomènes urbains et ses collègues présentent chacun des exemples plus spécifiques comme le développement de la ville médiévale, des échantillons d’analyse urbaine, la construction de la campagne et de l’architecture du paysage, la ville au XIXe siècle, ou encore les caractères urbains des villes de Vénétie dont traite Aldo Rossi. Son article d’une cinquantaine de page est très riche, tant en ce qui concerne la méthode proposée que son contenu. Comme Rossi le précise en introduction, il s’agit pour lui d’approfondir les principales questions qui émergent alors dans les études de typologie et de morphologie urbaine. Les « caractères urbains » indiquent selon lui, de manière synthétique, tous les éléments de l’analyse formelle qui constituent la ville. L’étude traite de l’organisation romaine du territoire, des enceintes comme fait urbain, de Venise en tant que modèle, des types résidentiels gothiques vénitiens, des types de lotissements médiévaux à Padoue, des monuments, de l’architecture palladienne, jusqu’à l’architecture néoclassique et la ville romantique du XIXe siècle. L’ampleur des connaissances mobilisées est considérable et organisée de manière extrêmement synthétique. Si l’ouvrage est régulièrement cité dans des études menées par les premiers laboratoires français de recherche architecturale et urbaine, notamment par l’ADROS à UP3 et l’IERAU à UP8, sa notoriété n’a sans doute pas dépassée un petit cercle d’architectes intellectuels italophiles14.

  • 15 Aldo Rossi, L’architettura della città, Venice, Marsilio, 1966. Traduction française par Françoise (...)
  • 16 Jean-Louis Cohen, op.cit.
  • 17 Voir Cristiana Mazzoni, La Tendenza, une avant-garde architecturale italienne, 1950-1980, Marseille (...)
  • 18 Ezio Bonfanti, et al., Architettura Razionale, Milan, Franco Angeli, 1973.

9L’architettura della città15 fait partie du fonds, mais pas dans son édition originale de 1966. Bernard Huet possède l’édition de 1978 revue par Daniele Vitale (1945-) et dont l’iconographie et les notes ont été augmentées. Ceci nous laisse penser que Bernard Huet avait connaissance des textes de Rossi, mais qu’il a commencé à s’y intéresser vraiment au début des années 1970, ce que Jean-Louis Cohen confirme également dans son ouvrage sur l’italophilie16. L’architettura della città est une pièce majeure dans la pensée de Rossi sur la question de la ville chère à Huet, qui a lui-même œuvré à son édition française. Par ailleurs, les rayons du fonds Huet comptent aussi ce qui est devenu une sorte de manifeste pour la Tendenza17. Le catalogue de la Triennale d’architecture de 1973 dirigée par Aldo Rossi intitulé Architettura Razionale18 regroupe des références du rationalisme moderne et propose un panorama des expériences internationales revendiquant cet héritage dans les années 1960-1970.

  • 19 Aldo Rossi, A Scientific Autbiography, Cambridge, MIT Press, 1981.
  • 20 Raymond Roussel, Comment j’ai écrit certains de mes livres, Paris, Gallimard (L’imaginaire), 2005 ( (...)

10Nous trouvons deux ouvrages des années 1980 qui se font écho. L’édition originale de A Scientific Autobiography19 (1981) qui fait voyager le lecteur dans l’imaginaire de l’architecte, et dans les expériences qui ont nourri sa pensée par analogies. Ce livre rare, publié en 1983 à très peu d’exemplaires, est accompagné d’un petit dessin dédicacé d’Aldo Rossi. L’ouvrage s’intitule Il Libro azzuro : I miei progetti, et mêle production graphique et écrits théoriques manuscrits présentés comme des facsimilés de pages d’un carnet dans lequel Aldo Rossi explique certains de ses projets. Ce livre développe l’idée qu’il est nécessaire d’expliquer ses projets pour mieux les comprendre et mieux en transmettre la signification. L’énoncé des principes, et de la pensée sous-jacente des projets de Rossi fait référence à sa lecture de Comment j’ai écrit certains de mes livres de Raymond Roussel20. Les textes manuscrits sont retranscrits en italien puis traduits en anglais, en français et en allemand. Cette théorie du projet issue d’une analyse de la pratique est tout à fait éclairante pour mieux comprendre la méthode de conception de Rossi.

11Nous ne pouvons qu’émettre l’hypothèse que ces ouvrages ont compté pour Huet dans la mesure où il n’a pas laissé de traces de lecture en marge, ni souligné aucune phrase. Ce dernier avait compris que toute la production théorique de Rossi avait comme principale préoccupation l’architecture en tant que discipline dont l’objectif est le projet architectural et urbain. Pour comprendre la lecture que Huet a fait de l’ensemble de ces écrits, nous proposons d’analyser deux articles dans lesquels il synthétise les principales idées de Rossi.

Bernard Huet : transmission, synthèse et héritage d’Aldo Rossi

Figure 3. Première page du tapuscrit de l’article de Bernard Huet « Aldo Rossi ou l’exaltation de la raison ».

Figure 3. Première page du tapuscrit de l’article de Bernard Huet « Aldo Rossi ou l’exaltation de la raison ».

Archives de l’Architecture du XXe siècle, Cité de l’architecture et du patrimoine, Archives Bernard Huet, boîte n°139.

© Héritiers Bernard Huet

  • 21 Jean-Louis Cohen, La coupure entre architectes et intellectuels ou les enseignements de l’italophil (...)
  • 22 Bernard Huet, « Aldo Rossi, o l’esaltazione della ragione », « Aldo Rossi, or the exaltation of rea (...)
  • 23 Bernard Huet, « Aldo Rossi ou l’exaltation de la raison », op.cit..
  • 24 Aldo Rossi, « Introduzione, in Étienne-Louis Boullée, Architettura saggio sull’arte, Venise, Marsil (...)
  • 25 Ezio Bonfanti, et al., Architettura razionale, op.cit.

12Sans revenir ici sur le phénomène de transmission des idées de Rossi par Huet21 au travers de quelques numéros de L’Architecture d’aujourd’hui entre 1974 et 1977 et ses activités d’enseignant à UP8, nous proposons de mettre en exergue les principales notions et méthodes qu’il a relevé à travers ses lectures de Rossi et restitué dans deux articles synthétiques. Le premier a été publié en italien et en anglais en 1984 dans un ouvrage présentant les projets de Rossi pour les villes de Pérouse, Milan et Mantoue22. Ce texte, qui s’adressait davantage à un public international que francophone, a toutefois été rédigé en français, comme en attestent les notes manuscrites et le tapuscrit inédit trouvé dans le fonds Bernard Huet des archives d’architecture du XXe siècle. L’auteur intitule son article « Aldo Rossi ou l’exaltation de la raison » et cherche à comprendre « quels sont les apports de l’œuvre dans le domaine de la théorie et de la poétique de l’architecture23 ». Huet organise sa synthèse en trois parties qui correspondent à trois moments de l’activité de Rossi, chacun dominé par un thème spécifique : la ville, la raison et enfin la mémoire. L’auteur précise les bornes chronologiques de ces périodes et en expose les œuvres clés. La période de la ville par exemple commencerait en 1959 avec le diplôme de Rossi pour s’achever en 1966 avec la parution de L’architettura della città. La période de la raison serait bornée par l’introduction à l’essai de Boullée24 en 1967 et le catalogue de l’exposition L’architettura razionale25, à la fois « livre-manifeste » et conclusion de la Tendenza. Enfin, la période de la mémoire s’ouvrirait en 1973-1974 avec le début de la carrière internationale de Rossi, et serait donc en cours lorsque l’article est publié. Voyons les points principaux qui caractérisent chaque période selon Huet ainsi que les textes auxquels ils sont souvent rattachés. Le tapuscrit présente des références à des écrits de Rossi sous forme d’appel de citations, alors que ces références n’apparaissent pas dans la version publiée, ceci conférant au tapuscrit original une valeur d’autant plus grande.

Figure 4. Couverture du livre Tre città Perugia, Milano, Mantova, Milan, Electa (Quaderni di Lotus), 1984.

Figure 4. Couverture du livre Tre città Perugia, Milano, Mantova, Milan, Electa (Quaderni di Lotus), 1984.

C’est dans cet ouvrage que l’on trouve l’article de Bernard Huet « Aldo Rossi, o l’esaltazione della ragione ». pp. 9-21 [Cote BH 0451]

© Electa, Gruppo Mondadori

13Sur la ville d’abord, il considère que l’apport de Rossi vient de son souci d’établir entre la recherche et la « projettation » une cohérence qui assure l’existence d’une structure autonome, que Rossi appelle « système logique », soit une théorie permettant de comprendre, de connaître, et d’opérer sur le réel. Huet pointe la position de Rossi qui refuse « toute dichotomie dans l’ordre de la connaissance (entre analyse et projet) et celui du faire (entre ville et architecture) ». Il insiste sur une conception de la ville « comme production sociale et espace stratifié où s’inscrit concrètement l’Histoire totale de la société ». Bernard Huet rappelle « la nouvelle dimension de la ville » et la rapproche de l’intérêt de Rossi pour les périphéries urbaines. Le parti de la forme que prend Rossi est expliqué en tant que tentative de refondation de l’objet de la discipline architecturale. Bernard Huet avait bien compris que cette démarche devait assurer la non-séparation entre l’analyse et le projet, et que cela éclairait la proposition de la ville par partie et le rapport entre ville et architecture. Il ne manque pas non plus de rappeler les notions de type et de typologie, qu’il considère comme le lieu où l’architecture et la ville s’articulent dans un rapport de réciprocités absolues. Bernard Huet, à partir de Rossi, lie le retour à la ville et la tentation de la raison. Pour retrouver la raison de l’architecture, il est alors nécessaire de revenir à la ville comme lieu où l’architecture se fonde comme fait permanent et universel.

  • 26 Aldo Rossi, « Introduzione », op. cit.
  • 27 Aldo Rossi, « L’architettura della ragione come architettura di tendenza », in Illuminismo e archit (...)
  • 28 Aldo Rossi, « Adolf Loos 1870-1933 », Casabella continuità, n° 233, 1959, pp. 5-12 ; réédité dans S (...)
  • 29 Aldo Rossi, « L’ordine Greco », Casabella continuità, n° 228, 1959, pp. 15-16 ; recension de Franço (...)
  • 30 Bernard Huet, op. cit.
  • 31 Aldo Rossi, « Due progetti », Lotus, n° 7, 1970. Cf. Aldo Rossi et Rosaldo Bonicalzi (coord.), Scri (...)
  • 32 Adolf Behne, Der moderne Zweckbau, Munich, Drei MaskenVerlag, 1926 ; traduction française par Maria (...)

14À propos de la période de la Raison, Huet rappelle les articles de jeunesse de Rossi sur l’architecture des Lumières, qui trouvent selon lui une forme plus achevée dans l’Introduzione a Boullée de 196726 et L’architettura della ragione come architettura di Tendenza de 196927, sans oublier son essai sur Adolf Loos28 et la recension du livre de François Cali sur l’architecture grecque29. Huet explique que la clarification des sources historiques entreprise par Rossi servait la reconstruction de l’architecture comme discipline autonome. On comprend l’entreprise critique menée par Rossi sur les théories du Mouvement moderne, visant avant tout à « révéler la logique interne qui liait l’appréhension de la réalité et le travail sur la forme opéré par les rationalistes30 ». En termes de théorie, Huet rappelle que pour Rossi, celle-ci devait pouvoir être appropriée collectivement par un groupe constitué en « tendances », et surtout se vérifier à travers l’enseignement. Pour être appropriable, cette théorie devait être généralisable et fondée sur des principes clairs. Il s’agit en l’occurrence selon Huet de la reconnaissance des référents typologiques inscrits dans l’héritage historique, d’une recherche de pertinence des choix typologiques, d’un dépassement raisonné du caractère fonctionnel et programmatique, il cite à ce propos l’article de Rossi Due progetti31 publié en 1970 dans la revue Lotus, et le met en relation avec l’ouvrage d’Adolf Behne publié en 1926 sur la construction fonctionnelle moderne32. Le dernier point au sujet de l’architecture de la raison concerne l’exaltation, inspirée par Boullée. Cela touche d’après Huet à une forme d’engagement personnel, passionnel et partisan, qui explique que pour Rossi la construction théorique, le rapport à l’histoire, l’analyse urbaine et le projet, ne peuvent être envisagés dans un contexte de neutralité mais doivent au contraire affirmer l’exaltation de la raison.

  • 33 Aldo Rossi, « Architektur und Stadt. Vergangenheit und Gegenwart », Werk, n° 12, 1972, pp. 668-691  (...)

15L’architecture de la mémoire est évidemment liée à la conscience historique revendiquée par Rossi. Huet précise que ce qui importe surtout est l’effet de présence matérielle de l’histoire auquel il est illusoire de vouloir échapper. À partir d’une citation extraite de l’article de Rossi « Architettura e città : passato e presente33 » Huet cherche à démontrer les liens entre histoire et mémoire :

La grande tradition de l’architecture occidentale de Rome à Byzance et d’Alberti à Le Corbusier, s’est toujours alimentée de cette sève archétypique pour retrouver une nouvelle vigueur. Rossi a eu non seulement le mérite de re-connaître ce fait mais surtout de le re-placer au centre de son système théorique et d’en faire un système opératoire. L’architecture de la ville est forcément une architecture de la mémoire, puisque, selon Rossi, la ville est le locus de mémoire collective.

16Bernard Huet, en lecteur attentif de Rossi, relie la période de la ville et son processus analytique de décomposition-recomposition avec la notion de città analoga, qui réconcilierait la ville mythique de Vitruve et Piranèse avec la ville historique réinventée à travers une composition d’exemples typologiques. En conclusion, il désamorce toute confusion entre la nécessité d’énoncer clairement les architectures à l’origine d’un projet et le rapport biographique aux références, en précisant que ce travail va de pair et qu’il est inutile de pister des influences chez Rossi étant donné qu’il les explicite lui-même. Cet article de Huet offre à la fois une synthèse des moments clés de la pensée de Rossi et s’appuie sur des textes théoriques afin de faire émerger les notions qui s’articulent autour de la ville, de la raison et de la mémoire.

  • 34 « Entretien Aldo Rossi/Bernard Huet », in Chantal Noël et Pierette Destanque (coord.), Thierry Gril (...)
  • 35 Bernard Huet, « L’héritage d’Aldo Rossi », Le Moniteur Architecture, AMC, n° 84, 1997, Paris, Le Mo (...)
  • 36 Ibid. p. 61
  • 37 Akos Moravansky et Judith Hopfengärtner (dir.), Aldo Rossi und die Schweiz, Architektonische Wechse (...)

17En 1991, un an après l’attribution du Pritzker Prize à l’architecte milanais, le Centre Pompidou lui dédie une importante exposition et commande à Bernard Huet un entretien inédit avec Rossi34. Six ans plus tard, en guise d’hommage posthume, Huet publie un article dans le magazine AMC35, dans lequel il revient sur les grands moments du parcours de l’architecte italien. et y présente chronologiquement le contexte intellectuel et politique de l’Italie des années 1950, les années de formation, l’expérience au sein de la rédaction de Casabella Continuità, la culture lombarde et française de Rossi, les trois moments « manifestes » de son œuvre à savoir son livre L’architecture de la ville, l’immeuble de logements du Gallaratese, et l’exposition Architettura razionale, sans oublier l’expérience de la città analoga. L’article, plus généraliste que le précédent, souligne toutefois la nécessité de relire l’Architettura razionale, qui n’était pas traduit en français à l’époque – et ne l’est toujours pas en 2019 –. Si Huet a bien conscience qu’il est encore trop tôt, juste après la disparition de Rossi, pour parler d’héritage, il s’intéresse toutefois à « la poursuite d’une architecture éminemment rossienne36 ». Il situe cette supposée filiation en Suisse alémanique, du fait du passage de Rossi en tant que professeur invité à l’École polytechnique fédérale de Zurich dans les années 1970. Ce sujet a d’ailleurs donné lieu à plusieurs ouvrages récents en Suisse et en France37.

18Dans le tapuscrit de l’article « Aldo Rossi ou l’exaltation de la raison », ces textes sont cités en commençant par l’abréviation « S.c » qui renvoie aux Scritti scelti sull’architettura e la città de Rossi. Ces références constituent toujours une zone d’ombre pour le lecteur non italophone, il nous semble donc intéressant de mettre à jour une partie de leur contenu sous forme de brefs commentaires pour (re)découvrir explicitement une partie de l’héritage théorique de Rossi déjà identifié par Bernard Huet il y a trente-cinq ans.

Les Scritti Scelti ou les sources du rationalisme exalté

  • 38 Aldo Rossi Rosaldo Bonicalzi (coord.), Scritti scelti sull’architettura e la città, op. cit.
  • 39 Aldo Rossi, « Prefazione », dans, Scritti scelti sull’architettura e la città 1956-1972, op.cit., p (...)
  • 40 Rosaldo Bonicalzi, « Introduzione », dans Scritti Scelti sull’architettura e la città 1956-1972, op (...)

19Les Scritti scelti38 (Écrits choisis) ont été rassemblés en 1975 par un proche d’Aldo Rossi, l’architecte Rosaldo Bonicalzi (1946-) et publiés par la Cooperativa Libraria del Politecnico di Milano (CLUP), puis ont été réédités de nombreuses fois depuis 1978 jusqu’à la dernière réédition italienne de 2012 par Quodlibet. Toutefois, aucune traduction complète de ce recueil en français n’a encore été publiée. Il rassemble des articles de Rossi parus entre 1956 et 1972, parmi lesquels, comme il le note lui-même dans sa préface de 1975, certains d’entre eux sont « très connus, d’autres, en raison de leur caractère fragmentaire ou de la difficulté à en trouver la source, sont presque inconnus39 ». Il apprécie les choix réalisés par Bonicalzi et la CLUP et qualifie ses propres écrits de complets, car ils « témoignent du développement d’une série de problèmes qui se posent continuellement jusqu’aux derniers écrits et projets ». Rossi explique qu’il a commencé à écrire pour poser des fondements dans l’enseignement du projet d’architecture, qu’il a « été attiré par la nécessité d’établir un élément invariant ou stable ; ([ses] études sur la ville), la typologie urbaine et la morphologie, bien qu’elles aient trouvé une forme plus systématique dans le livre L’architecture de la ville se retrouvent peut-être dans une forme plus libre dans certains de ces écrits ». Leur lecture permet en effet d’appréhender les évolutions et les invariants de la pensée de Rossi sur plus de vingt ans. Bonicalzi, qui a donc œuvré à rassembler ces textes, voit dans ce recueil une contribution critique nécessaire à la compréhension historique des débats des années 1950 aux années 1970. Il s’agit selon lui du « livre d’un architecte » au même titre que ceux de Giuseppe Samonà (1898-1983) et Ernesto Nathan Rogers (1909-1969), il le rapproche de la tradition des écrits d’Adolf Loos (1870-1933) et Le Corbusier (1887-1965), qui malgré leur diversité sont fondés sur la construction de l’architecture40.

Figure 5. Dédicace d’Aldo Rossi à Bernard Huet, première page du catalogue de l’exposition de 1991 Aldo Rossi par Aldo Rossi, architecte, au Centre Pompidou.

Figure 5. Dédicace d’Aldo Rossi à Bernard Huet, première page du catalogue de l’exposition de 1991 Aldo Rossi par Aldo Rossi, architecte, au Centre Pompidou.

Dans ce catalogue se trouve un entretien entre Aldo Rossi et Bernard Huet. [Cote BH 1326]

© Centre Georges Pompidou

20Cette « importante contribution critique » et théorique est pourtant assez méconnue en France. La plupart des articles cités par Bernard Huet dans sa synthèse sur Rossi publiée en 1984 sont présents dans les Scritti scelti – il possédait un exemplaire d’une réimpression de 1984 – même s’il cite toujours la source première des textes auxquels il se réfère.. Plutôt rare dans les bibliothèques françaises, la synthèse établie par Huet en 1984 nous fait comprendre l’importance cruciale de ces textes pour qui s’intéresse à l’œuvre théorique de Rossi.

  • 41 Cristiana Mazzoni, op.cit
  • 42 Aldo Rossi, « Une architecture pour les musées », voir sa première publication française dans L’Arc (...)
  • 43 Aldo Rossi, « Introduction à Boullée », in Cristiana Mazzoni, op. cit, pp. 138-153.
  • 44 Aldo Rossi, « L’architecture de la raison comme architecture de tendance », in Cristiana Mazzoni, o (...)

21Cette méconnaissance a commencé à être comblée par la traduction de trois textes qui en sont issus, publiés dans le livre de Cristiana Mazzoni sur la Tendenza41 : « Une architecture pour les musées, Cours de théorie du projet architectural, IUAV (1965-1966)42 » ; « Introduction à Boullée (1967)43 » ; « L’architecture de la raison comme architecture de tendance (1969)44 ».

  • 45 Aldo Rossi, « Une architecture pour les musées », op. cit.

22Ces textes ont en commun de traiter de théorie du projet architectural, que Rossi considère comme « un moment d’une théorie de l’architecture45 ». « Une architecture pour les musées » est écrit pratiquement en même temps que « L’architecture de la ville » : dans ce texte théorique à vocation pédagogique, Rossi, alors jeune enseignant, annonce en quelque sorte un programme ambitieux qui tente de redéfinir la discipline architecturale et son enseignement. Il affirme que l’objectif d’une école d’architecture est l’élaboration d’une théorie du projet. Il s’agirait en réalité d’explications rationnelles sur la manière de faire une architecture. Rossi propose des définitions de l’architecture en expliquant les critères qui devraient guider la conception. Comme principe premier , il évoque l’importance de l’obstination sur un thème, sur un problème choisi dans l’architecture qu’il s’agit de chercher à résoudre. Il rapproche l’obstination de la cohérence autobiographique, et considère comme fondamental le fait d’expliquer ses projets, une idée qui lui vient de Raymond Roussel. Rossi déclare : « Tous ceux qui prennent l’architecture au sérieux, qui conçoivent et pensent aux bâtiments en même temps, devraient nous dire : comment j’ai fait certaines de mes architectures. » Tel est en quelque sorte le programme, l’ambition qu’il poursuivra toute sa carrière. En conclusion de cette leçon, Rossi réaffirme le point de vue rationaliste selon lequel un discours rigoureux sur le projet architectural doit se baser sur des fondements logiques. C’est dans le monde des formes, logique et précis que l’on trouve le sens transmissible de l’architecture comme de toute autre forme de pensée. Les dernières phrases de Rossi résument le sens du titre et le raisonnement de sa leçon. L’architecture est autonome en tant que discipline, en tant que véritable science, c’est-à-dire qu’il s’en dégage un savoir propre à partir de sa forme la plus élevée. C’est en cela que l’on peut comprendre la référence au musée, qu’il s’agit de bien connaître pour puiser les principes de son art, se les approprier et les réinventer. Cette analogie du musée justifie le besoin de se former à l’analyse des caractères constructifs d’un projet, et c’est là toute l’ambition du cours de théorie du projet. On comprend que ce texte n’est pas tout à fait une théorie du projet en soi, mais plutôt un texte qui définit les contours d’une théorie et d’un enseignement du projet.

Figure 6. Couverture du livre Aldo Rossi et Rosaldo Bonicalzi (coord.), Scritti scelti sull’architettura e la città 1956-1972, Milan, CLUP, 1975 [Cote BH 0737]

Figure 6. Couverture du livre Aldo Rossi et Rosaldo Bonicalzi (coord.), Scritti scelti sull’architettura e la città 1956-1972, Milan, CLUP, 1975 [Cote BH 0737]

© CLUP / Quodlibet

23Revenons aux Scritti scelti, l’ouvrage rassemble trente-quatre textes présentés dans une suite chronologique que nous pourrions diviser en suivant les différentes périodes de la carrière de Rossi entre 1956 et 1972. Le premier article, pour la revue politico-culturelle marxiste Società, témoigne de sa jeunesse communiste dans les années 1950. Suivront ensuite treize articles pour Casabella Continuità de 1958 à 1964, liés à ses activités d’enseignant entre 1963 et 1970, puis des écrits variés comprenant des préfaces d’ouvrages et de catalogues d’expositions, ou encore des articles ponctuels pour diverses revues jusqu’en 1972. Sans rentrer ici en détail de chacun des textes, peut-être pouvons-nous pointer quelques-unes des notions abordées.

  • 46 Aldo Rossi, « Il concetto di tradizione nella architettura neoclassica Milanese », Società, Milan, (...)

24Le premier article du recueil : « Tradizione nella architettura neoclassica milanese46 », qui date de 1956, fait émerger une définition de la notion de tradition qui reviendra chez Rossi, notamment dans les Quaderni azzuri comme nous l’avons vu plus haut. Il explique qu’à Milan, l’époque néoclassique a vu se développer l’idée de tradition, et la définit en tant que :

  • 47 Ibid., p. 12.

libre choix de ce que l’histoire offrait, comme l’acceptation d’un ordre à partir duquel il était possible de revenir à quelque chose de plus large et de nouveau par une critique rationnelle de ce qui avait été fait. En dehors de la continuité de ces éléments, en fait, il n’était pas possible de reconnaître le progrès, mais seulement l’inexactitude et le désordre, alors qu’au nom de ces principes, il s’agissait précisément de construire et de représenter la ville moderne47.

25Rossi consacre cinq articles à l’architecture des XVIIIe et XIXe siècles, dans lesquels il puise de nombreuses références. Son intérêt pour l’architecte Alessandro Antonelli (1798-1888) complète d’une certaine manière son point de vue sur la tradition :

  • 48 Aldo Rossi, « L’influenza del romanticismo europeo nell’architettura di Alessandro Antonelli », Cas (...)

S’il est donc juste de dire qu’Antonelli a ressenti les nouveaux problèmes de l’époque moderne et qu’il a essayé de les représenter surtout dans l’architecture originale du dôme de Turin, nous devons garder à l’esprit la manière dont il est resté enraciné dans la tradition et les coutumes de son temps et de son Piémont. D’une certaine manière, il ressentait alors le besoin d’avancer sans toutefois aller jusqu’à une rupture violente48.

26La notion de tradition revient avec son article sur Emil Kaufmann (1891-1953) et l’architecture des Lumières, il considère à partir des idées de Kaufmann qu’« aux alentours du XVIIIe siècle, l’architecture européenne a atteint un niveau exceptionnel et a remis en question les thèmes les plus importants à résoudre, notamment le renouvellement des formes architecturales traditionnelles ».

27Qu’il introduise l’essai de Boullée, traite de l’architecture des Lumières ou bien qu’il évoque Adolf Loos, sa recherche semble toujours poursuivre le même but : révéler des architectures capables de justifier et de puiser ses principes à partir de l’architecture elle-même. Il cherche donc davantage des exemples de continuité historique, d’héritage, plutôt que de révolution et de rupture. Une citation de son article « L’architettura dell’Illuminismo » exprime précisément ce point de vue :

  • 49 Aldo Rossi, « L’architettura dell’Illuminismo », in Aa.Vv., Bernardo Vitone e la disputa fra classi (...)

Le rationalisme du maître français [Boullée] consiste dans la formulation d’œuvres qui, tout en impliquant toute l’architecture, cherchent leur validité dans des lois objectives. Ainsi, la relation établie avec la tradition est similaire à la relation de la science avec sa propre histoire. Adolf Loos trouve aussi la logique de l’architecture des maisons viennoises dans les façades rigoureuses de l’architecture du XVIIIe siècle, mais aussi dans les conditions qui rendent cette rigueur nécessaire. La rupture entre patrimoine et révolution, jamais résolue par le mouvement moderne, n’est pas produite dans l’œuvre du maître viennois49.

  • 50 Aldo Rossi, « Introduction à Boullée », op. cit., p. 139.

28Boullée inspire à Rossi l’idée d’exaltation de la raison, qui consiste selon lui « d’une part dans l’usage de l’emphase […] et d’autre part dans le rapprochement que l’on peut faire entre Boullée et cette obsession dont parle Giedion à propos de Le Corbusier, pour lequel « seul le fanatisme et l’obsession offrent cette capacité de ne pas couler dans la médiocrité50” ».

29La ville est une autre thématique des Scritti scelti, qu’elle soit abordée sous l’angle notamment de la morphologie urbaine ou de la typologie bâtie. Si ces notions semblent presque évidentes, rappelons tout de même les définitions que Rossi donne à ces notions :

  • 51 Aldo Rossi, « Considerazioni sulla morfologia urbana e la tipologia edilizia », in Aa.Vv., Aspetti (...)

La morphologie urbaine est l’étude des formes de la ville. La typologie bâtie est l’étude des types de bâtiments. Ces deux disciplines étudient deux ordres de faits homogènes ; en outre les types de bâtiments qui se matérialisent dans les constructions sont ceux qui constituent physiquement la ville51.

30Rossi ne s’arrête pas aux définitions, il soulève les questions méthodologiques de la recherche urbaine et développe une perspective de recherche très claire :

  • 52 Aldo Rossi, « I problemi metodologici della ricercar urbana », in Carlo Aymonino (dir.), La formazi (...)

Nous établissons ainsi une hypothèse de recherche, et en même temps, une délimitation du champ d’étude ; de la ville comme artefact, comme architecture totale, nous sommes soucieux de revenir à une compréhension plus précise des caractères des bâtiments individuels, des architectures, des types de bâtiments qui composent cette œuvre52.

31Ces idées, contemporaines de la rédaction de L’architettura della città, permettent aujourd’hui d’enrichir la lecture que nous avons de ce livre rédigé il y a plus de cinquante ans afin de l’articuler aux étapes successives de l’œuvre d’Aldo Rossi.

Après la synthèse, le retour aux notions théoriques

32Si la part active de Bernard Huet dans la diffusion des idées de Rossi est connue, la manière dont il a synthétisé le contenu de cet héritage théorique, en identifiant l’idée structurante d’« exaltation de la raison », permet de dépasser l’incompréhension dont Rossi a si longtemps fait l’objet. L’identification de trois périodes dans l’œuvre de Rossi facilite son interprétation à partir d’idées majeures. Dans un premier temps, il s’est employé à proposer un système logique dans lequel analyse et projet, tout comme architecture et ville, étaient indissociables. Puis, dans un effort de clarification rationnelle des sources historiques remontant souvent aux Lumières, Rossi cherchait la reconstruction de la discipline en opposant au « fonctionnalisme naïf » du Mouvement moderne, le rationalisme des années 1920. Les références et la posture théorique étaient en principe partagées et appropriées collectivement par un groupe de tendances. Enfin, la construction théorique ne pouvant être neutre, Rossi, en référence à Boullée, invitait à aller au-delà de la raison par un engagement passionnel et personnel. Cela touche à la dimension poétique individuelle, à la mémoire et à la conscience historique et autobiographique que l’auteur réussit à mettre en résonnance avec la mémoire collective.

  • 53 Aldo Rossi, « Introduction à Boullée », in Cristiana Mazzoni, op. cit, p. 139.

33Bernard Huet, à travers son texte et la référence récurrente aux Scritti scelti, offre une relecture de cette part méconnue de l’héritage théorique d’Aldo Rossi. Ce dernier nous donne matière à réfléchir aujourd’hui sur le rapport entre la logique et l’art, et sur l’obsession qu’implique le rationalisme exalté53. Les investigations menées dans cet article se poursuivent dans le cadre de notre thèse de doctorat sur la transmission des notions et méthodes d’Aldo Rossi en France autour de 1970.

Haut de page

Bibliographie

Françoise Arnold, L’hypothèse Aldo Rossi Entretiens tirés du film, Paris, Les productions du Effa, 2013.

Carlo Aymonino, Gianni Fabbri, Aldo Rossi et al., La città di Padova saggio di analisi urbana, Rome, Officina Edizioni, 1970.

Adolf Behne, Der moderne Zweckbau, Munich, Drei MaskenVerlag, 1926. Traduction française par Maria Stavrinacki et Guy Ballangé, La construction fonctionnelle moderne, Paris, Editions de La Villette (Textes fondamentaux modernes), 2008.

Rosaldo Bonicalzi, « Introduzione », dans Scritti Scelti sull’architettura e la città 1956-1972, Macerata, Quodlibet, 2012, (1975), p. XV.

Jean-Pierre Chupin, Analogie et théorie en architecture, de la vie de la ville et de la conception même, Gollion (InFolio), 2010.

Jean-Louis Cohen, « Aldo Rossi en France l’incompris intime », L’Architecture d’aujourd’hui, n° 263, 1989, pp. 134-135.

Jean-Louis Cohen, La coupure entre architectes et intellectuels ou les enseignements de l’italophilie, Bruxelles, Mardaga, 2015 (1984), pp. 174-178.

Bernard Huet, « Aldo Rossi ou l’exaltation de la raison », article dactylographié du fond Bernard Huet des Archives d’architecture du XXe siècle, boîte n° 139. L’article a été publié en italien et en anglais : « Aldo Rossi, o l’esaltazione della ragione », « Aldo Rossi, or the exaltation of reason », in Aldo Rossi, Tre città, Three Cities, Perugia, Milano, Mantova, Milan, Electa (Quaderni di Lotus), 1984, pp. 9-21.

Bernard Huet, « L’héritage d’Aldo Rossi », Le Moniteur Architecture, AMC, n° 84, 1997, pp. 58-61.

Beatrice Lampariello, Aldo Rossi e le forme del razionalismo esaltato. Sai progetti scolastici alla « città analoga » (1950-1973), Macerata, Quodlibet (Habitat), 2017.

Cristiana Mazzoni, « Les Mots de l’architecture de la ville, Aldo Rossi in Francia », in Trentin Analisa (dir.), La lezione di Aldo Rossi, Bologne, Bononia University Press, 2008, pp. 146-151.

Cristiana Mazzoni, La Tendenza, une avant-garde architecturale italienne, 1950-1980, Marseille, Parenthèses, 2013.

Akos Moravansky et Judith Hopfengärtner (dir.), Aldo Rossi und die Schweiz, Architektonische Wechselwirkungen, Zurich, GTA Verlag, 2011.

Can Onaner, En quête du temps propre de l’architecture, Aldo Rossi architecte du suspens, Genève, MétisPresses, 2016.

Juliette Pommier, Vers une architecture urbaine : la trajectoire de Bernard Huet, Vincennes/Saint-Denis, Université Paris 8, 2010.

Aldo Rossi, « Il concetto di tradizione nella architettura neoclassica Milanese », Società, Milan, XII, 3 juin 1956, pp. 474-493.

Aldo Rossi, « L’influenza del romanticismo europeo nell’architettura di Alessandro Antonelli », Casabella Continuità, n° 214, 1957, pp. 63-70.

Aldo Rossi, « Considerazioni sulla morfologia urbana e la tipologia edilizia », dans Aa.Vv., Aspetti e problemi della tipologia edilizia. Documenti del corso di caratteri distributive degli edifici. Anno Accademico 1963-1964, Venise, CLUVA, 1964, pp. 15-31.

Aldo Rossi, « I problemi metodologici della ricercar urbana », in Carlo Aymonino (dir.), La formazione del concetto di tipologia edilizia. Atti del corso di caratteri distributive degli edifice. Anno Accademico 1964-1965, Venise, CLUVA, 1965, pp. 81-92.

Aldo Rossi, L’architettura della città, Venice, Marsilio, 1966. Traduction française par Françoise Brun : L’architecture de la ville, Paris, L’équerre, 1981.

Aldo Rossi, « Tipologia, manualistica, e architettura », in AA.VV., Rapporti tra la morfologia urbana e la tipologia edilizia, documenti del corso di caratteri degli edifice anno 1965-1966, Venise, CLUVA, 1966, p. 69.

Aldo Rossi, « Introduzione », in Etienne-Louis Boullée, Architettura : saggio sull’arte, Venise, Marsilio, 1967, pp. 7-24. Traduit en français dans Cristiana Mazzoni, La Tendenza, une avant-garde architecturale italienne, 1950-1980, Marseilles, Parenthèses, 2013, pp. 138-153.

Aldo Rossi, « Architettura per I musei », in Guido Canella, et al., Teoria della progettazione architettonica, Bari, Dedalo Libri, 1968, pp. 122-137. Traduit en français dans Cristiana Mazzoni, La Tendenza, une avant-garde architecturale italienne, 1950-1980, Marseilles, Parenthèses, 2013, pp. 125-137.

Aldo Rossi, « L’architettura della ragione come architettura di tendenza », in Illuminismo e architettura del ‘700 veneto (catalogue de l’exposition dirigée par Manlio Brusatin, 13 août-9 nov. 1969, Palazzo del Monte, Castelfranco Veneto, Trévise, Paroni, 1969, pp. 7-15. Traduit en français dans Cristiana Mazzoni, La Tendenza, une avant-garde architecturale italienne, 1950-1980, Marseilles, Parenthèses, 2013, pp. 154-161.

Aldo Rossi, « Due progetti », Lotus, n° 7, 1970.

Aldo Rossi, « L’architettura dell’Illuminismo », in Aa.Vv., Bernardo Vitone e la disputa fra classicism e barroco nel Settecento : atti del Convegno internazionale promosso dall’Accademia delle scienze di Torino nella ricorenza del secondo centenario della morte di B. Vittone : 21-24 septembre 1970, Turin, Accademia delle scienze, Turin, 1972.

Aldo Rossi, « Prefazione », in Aldo Rossi, Scritti scelti sull’architettura e la città 1956-1972, Quodlibet, 2012, (1975), p. XII.

Aldo Rossi, « Einige meiner Entwürfe », in Texte zur Architektur 4, Zurich, ETH Zürich, 1974, pp. 8-10.

Aldo Rossi, A Scientific Autobiography, Cambridge, MIT Press,1981. Traduction française dans Catherine Peyre, Autobiographie scientifique, Marseille, Parenthèses (Eupalinos), 2010 (1988).

Raymond Roussel, Comment j’ai écrit certains de mes livres, Paris, Gallimard (L’imaginaire), 2005 (1935).

Aldo Rossi et Rosaldo Bonicalzi (coord.), Scritti scelti sull’architettura e la città 1956-1972, Milan, CLUP, 1975. Réédité en italien à Macerata par Quodlibet en 2012.

Guy Rumé, « Écrire l’intranquillité, l’autobiographie comme détour », Les cahiers thématiques, Pratiques du langage, arts, architecture, littérature, Lille/Paris, École d’architecture de Lille/Jean-Michel Place, 2003, pp. 91-105.

Daniel Treiber, « Aldo Rossi autobiographe, Le sujet, l’affect, l’écriture », Les cahiers thématiques, Pratiques du langage, arts, architecture, littérature, Lille/Paris, École d’architecture de Lille/Jean-Michel Place, 2003, pp. 77-89.

Haut de page

Notes

1 Jean-Louis Cohen, « Aldo Rossi en France l’incompris intime », L’architecture d’aujourd’hui, n°263, Paris, 1989, pp. 134-135.

2 « Pianeta Rossi », in Marco Biraghi, Gianni Braghieri et Martina Landsberger (dir.), Aldo Rossi Il Gran Teatro dell’Architettura, Milan, Silvana Editoriale, 2018, p. 161.

3 Jean-Louis Cohen, « Aldo Rossi en France l’incompris intime », op.cit.

4 Jean-Louis Cohen, La coupure entre architectes et intellectuels ou les enseignements de l’italophilie, Bruxelles, Mardaga, 2015 [1984], pp. 174-178.

5 Daniel Treiber, « Aldo Rossi autobiographe, Le sujet, l’affect, l’écriture », Les cahiers thématiques, Pratiques du langage, arts, architecture, littérature, Lille, École d’architecture de Lille, Paris, Jean-Michel Place, 2003, pp. 77-89 ; Guy Rumé, « Écrire l’intranquillité, l’autobiographie comme détour », Les cahiers thématiques, Pratiques du langage, arts, architecture, littérature, Lille, École d’architecture de Lille, Paris, Jean-Michel Place, 2003, pp. 91-105 ; Jean-Pierre Chupin, Analogie et théorie en architecture, de la vie de la ville et de la conception même, Gollion, InFolio, 2010.

Can Onaner, Le Suspens en Architecture  : Adolf Loos et Aldo Rossi, Paris, Université Paris 1, 2011.

Mazzoni Cristiana, La Tendenza, une avant-garde architecturale italienne, 1950-1980, Marseille, Parenthèses, 2013.

Migayrou Frédéric (dir.), La tendenza, architectures italiennes 1965-1985, Paris, Centre Pompidou, 2012.

Tristan Chatot, A. Rossi  : Trajectoire d’un architecte enseignant dans l’Italie des années 1960  : Pour une approche dialectique et épistémologique de la théorie du projet, Strasbourg, Université de Strasbourg, 2014

6 Juliette Pommier, Vers une architecture urbaine : la trajectoire de Bernard Huet, Vincennes/Saint-Denis, Université Paris 8, 2010, pp. 208-214.

7 Beatrice Lampariello, Aldo Rossi : le opere del « razionalismo esaltato », Lausanne, Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne, 2013 ; Voir Beatrice Lampariello, Aldo Rossi e le forme del razionalismo esaltato. Sai progetti scolastici alla « città analoga » (1950-1973), Macerata, Quodlibet (Habitat), 2017.

8 Bernard Huet, « Aldo Rossi ou l’exaltation de la raison », article dactylographié du fond Bernard Huet des Archives d’architecture du XXe siècle, boîte n°139. L’article a été publié en italien et en anglais : « Aldo Rossi, o l’esaltazione della ragione », « Aldo Rossi, or the exaltation of reason », in Aldo Rossi, Tre città, Three Cities, Perugia, Milano, Mantova, Milan, Electa (Quaderni di Lotus), 1984, pp. 9-21.

9 Aldo Rossi et Rosaldo Bonicalzi (coord.), Scritti scelti sull’architettura e la città 1956-1972, Macerata, Quodlibet 2012 (1975).

10 Précisons que ce fond est relativement précieux. Mis à part L’Architecture de la ville et Autobiographie scientifique, les autres ouvrages ne sont accessibles qu’au lecteur italophone et n’ont jamais été réédités, à l’exception des Scritti scelti.

11 Aldo Rossi, « Tipologia, manualistica, e architettura », in Carlo Aymonino, et al., Rapporti tra la morfologia urbana e la tipologia edilizia, documenti del corso di caratteri degli edifice anno 1965-1966, Venise, CLUVA, 1966, p. 69.

12 Ibid. p. 81.

13 Carlo Aymonino, et al., La città di Padova. Saggio di analisi urbana, Rome, Officina Edizioni, 1970.

14 L’Association pour le développement de la recherche sur les organisations spatiales (ADROS) créée en 1973 par Jean Castex et Philippe Panerai, est habilitée en tant que formation de recherche en 1978. Elle intègre l’École d’architecture de Versailles (ancienne UP3) en 1981 et devient le LADRHAUS en 1986 (Laboratoire de recherche, histoire architecturale et urbaine). En 1971, Bernard Huet fonde l’IERAU (Institut d’études et de recherches architecturales et urbaines) intégré à l’UP8 (École d’architecture de Paris-Belleville) et devenu en 1986 l’actuel IPRAUS (Institut parisien de recherche, architecture urbanistique et société).

15 Aldo Rossi, L’architettura della città, Venice, Marsilio, 1966. Traduction française par Françoise Brun : L’architecture de la ville, Paris, L’équerre, 1981.

16 Jean-Louis Cohen, op.cit.

17 Voir Cristiana Mazzoni, La Tendenza, une avant-garde architecturale italienne, 1950-1980, Marseille, Parenthèses, 2013. Aldo Rossi, « L’architecture de la raison comme architecture de tendance », in Cristiana Mazzoni, op.cit, pp. 154-161.

18 Ezio Bonfanti, et al., Architettura Razionale, Milan, Franco Angeli, 1973.

19 Aldo Rossi, A Scientific Autbiography, Cambridge, MIT Press, 1981.

20 Raymond Roussel, Comment j’ai écrit certains de mes livres, Paris, Gallimard (L’imaginaire), 2005 (1935).

21 Jean-Louis Cohen, La coupure entre architectes et intellectuels ou les enseignements de l’italophilie, Bruxelles, Mardaga, 2015 (1984), pp. 174-178 ; Juliette Pommier, op.cit., pp. 208-214.

22 Bernard Huet, « Aldo Rossi, o l’esaltazione della ragione », « Aldo Rossi, or the exaltation of reason », dans Aldo Rossi, Tre città, Three Cities, Perugia, Milano, Mantova, Milan, Electa (Quaderni di Lotus), 1984, pp. 9-21.

23 Bernard Huet, « Aldo Rossi ou l’exaltation de la raison », op.cit..

24 Aldo Rossi, « Introduzione, in Étienne-Louis Boullée, Architettura saggio sull’arte, Venise, Marsilio, 1967, pp. 7-24 ; réédité dans Scritti scelti sull’architettura e la città 1956-1972, op.cit., pp. 321-337 ; traduit en français in Cristiana Mazzoni, La Tendenza, op. cit., pp. 138-153.

25 Ezio Bonfanti, et al., Architettura razionale, op.cit.

26 Aldo Rossi, « Introduzione », op. cit.

27 Aldo Rossi, « L’architettura della ragione come architettura di tendenza », in Illuminismo e architettura del ’700 veneto (catalogue de l’exposition dirigée par Manlio Brusatin, 13 août-9 nov. 1969, Palazzo del Monte, Castelfranco Veneto, Trévise, Paroni, 1969, pp. 7-15 ; traduit en français dans Cristiana Mazzoni, La Tendenza, op. cit., pp. 154-161.

28 Aldo Rossi, « Adolf Loos 1870-1933 », Casabella continuità, n° 233, 1959, pp. 5-12 ; réédité dans Scritti scelti sull’architettura e la città 1956-1972, op. cit., pp. 73-99.

29 Aldo Rossi, « L’ordine Greco », Casabella continuità, n° 228, 1959, pp. 15-16 ; recension de François Cali, L’ordre grec : essai sur le temple dorique, Arthaud, Paris, 1958 ; réédité dans Scritti scelti sull’architettura e la città 1956-1972, op. cit., pp. 67-72.

30 Bernard Huet, op. cit.

31 Aldo Rossi, « Due progetti », Lotus, n° 7, 1970. Cf. Aldo Rossi et Rosaldo Bonicalzi (coord.), Scritti scelti sull’architettura e la città 1956-1972, op. cit., pp. 403-410.

32 Adolf Behne, Der moderne Zweckbau, Munich, Drei MaskenVerlag, 1926 ; traduction française par Maria Stavrinacki et Guy Ballangé, La construction fonctionnelle moderne, Paris, Editions de la Villette (Textes fondamentaux modernes), 2008.

33 Aldo Rossi, « Architektur und Stadt. Vergangenheit und Gegenwart », Werk, n° 12, 1972, pp. 668-691 ; Aldo Rossi et Rosaldo Bonicalzi (coord.), Scritti scelti sull’architettura e la città 1956-1972, op. cit., pp. 439-445.

34 « Entretien Aldo Rossi/Bernard Huet », in Chantal Noël et Pierette Destanque (coord.), Thierry Grillet (resp.) Alberto Ferlenga et Alain Guiheux (conseil scientifique), Aldo Rossi par Aldo Rossi, architecte, album de l’exposition, Paris, Centre Georges Pompidou, 1991, n. p.

35 Bernard Huet, « L’héritage d’Aldo Rossi », Le Moniteur Architecture, AMC, n° 84, 1997, Paris, Le Moniteur, pp. 58-61.

36 Ibid. p. 61

37 Akos Moravansky et Judith Hopfengärtner (dir.), Aldo Rossi und die Schweiz, Architektonische Wechselwirkungen, Zurich, GTA Verlag, 2011 ; Françoise Arnold, L’hypothèse Aldo Rossi Entretiens tirés du film, Paris, Les productions du Effa, 2013.

38 Aldo Rossi Rosaldo Bonicalzi (coord.), Scritti scelti sull’architettura e la città, op. cit.

39 Aldo Rossi, « Prefazione », dans, Scritti scelti sull’architettura e la città 1956-1972, op.cit., p. XII.

40 Rosaldo Bonicalzi, « Introduzione », dans Scritti Scelti sull’architettura e la città 1956-1972, op.cit., p. XV.

41 Cristiana Mazzoni, op.cit

42 Aldo Rossi, « Une architecture pour les musées », voir sa première publication française dans L’Architecture d’aujourd’hui, n° 263, 1989, pp. 184-187 ; et dans Cristiana Mazzoni, op. cit, pp. 125-137.

43 Aldo Rossi, « Introduction à Boullée », in Cristiana Mazzoni, op. cit, pp. 138-153.

44 Aldo Rossi, « L’architecture de la raison comme architecture de tendance », in Cristiana Mazzoni, op. cit, pp. 154-161.

45 Aldo Rossi, « Une architecture pour les musées », op. cit.

46 Aldo Rossi, « Il concetto di tradizione nella architettura neoclassica Milanese », Società, Milan, XII, 3 juin 1956, pp. 474-493. Cf. Aldo Rossi et Rosaldo Bonicalzi (coord.), Scritti scelti …, op. cit., pp. 3-23.

47 Ibid., p. 12.

48 Aldo Rossi, « L’influenza del romanticismo europeo nell’architettura di Alessandro Antonelli », Casabella Continuità, n° 214, 1957, pp. 63-70. Cf. Aldo Rossi et Rosaldo Bonicalzi (coord.), Scritti scelti …, op. cit, p. 44

49 Aldo Rossi, « L’architettura dell’Illuminismo », in Aa.Vv., Bernardo Vitone e la disputa fra classicismo e barroco nel Settecento : atti del Convegno internazionale promosso dall’Accademia delle scienze di Torino nella ricorenza del secondo centenario della morte di B. Vittone : 21-24 septembre 1970, Turin, Accademia delle scienze, Turin, 1972. Cf. Aldo Rossi et Rosaldo Bonicalzi (coord.), Scritti scelti …, op. cit., p. 423

50 Aldo Rossi, « Introduction à Boullée », op. cit., p. 139.

51 Aldo Rossi, « Considerazioni sulla morfologia urbana e la tipologia edilizia », in Aa.Vv., Aspetti e problemi della tipologia edilizia…, op. cit., p. 195

52 Aldo Rossi, « I problemi metodologici della ricercar urbana », in Carlo Aymonino (dir.), La formazione del concetto di tipologia edilizia. Atti del corso di caratteri distributive degli edifice. Anno Accademico 1964-1965, Venise, CLUVA, 1965, pp. 81-92. Cf. Aldo Rossi Rosaldo et Bonicalzi (coord.), Scritti scelti …, op. cit., p. 260.

53 Aldo Rossi, « Introduction à Boullée », in Cristiana Mazzoni, op. cit, p. 139.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Dossier Aldo Rossi dans L’Architecture d’aujourd’hui, n° 263, 1989, pp. 133-187.
Crédits © L’Architecture d’aujourd’hui
URL http://journals.openedition.org/craup/docannexe/image/1663/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre Figure 3. Première page du tapuscrit de l’article de Bernard Huet « Aldo Rossi ou l’exaltation de la raison ».
Légende Archives de l’Architecture du XXe siècle, Cité de l’architecture et du patrimoine, Archives Bernard Huet, boîte n°139.
Crédits © Héritiers Bernard Huet
URL http://journals.openedition.org/craup/docannexe/image/1663/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Figure 4. Couverture du livre Tre città Perugia, Milano, Mantova, Milan, Electa (Quaderni di Lotus), 1984.
Légende C’est dans cet ouvrage que l’on trouve l’article de Bernard Huet « Aldo Rossi, o l’esaltazione della ragione ». pp. 9-21 [Cote BH 0451]
Crédits © Electa, Gruppo Mondadori
URL http://journals.openedition.org/craup/docannexe/image/1663/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Figure 5. Dédicace d’Aldo Rossi à Bernard Huet, première page du catalogue de l’exposition de 1991 Aldo Rossi par Aldo Rossi, architecte, au Centre Pompidou.
Légende Dans ce catalogue se trouve un entretien entre Aldo Rossi et Bernard Huet. [Cote BH 1326]
Crédits © Centre Georges Pompidou
URL http://journals.openedition.org/craup/docannexe/image/1663/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Figure 6. Couverture du livre Aldo Rossi et Rosaldo Bonicalzi (coord.), Scritti scelti sull’architettura e la città 1956-1972, Milan, CLUP, 1975 [Cote BH 0737]
Crédits © CLUP / Quodlibet
URL http://journals.openedition.org/craup/docannexe/image/1663/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 358k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julien Correia, « Bernard Huet et la synthèse du rationalisme exalté d’Aldo Rossi », Les Cahiers de la recherche architecturale urbaine et paysagère [En ligne], 4 | 2019, mis en ligne le 28 juin 2019, consulté le 21 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/craup/1663 ; DOI : 10.4000/craup.1663

Haut de page

Auteur

Julien Correia

Julien Correia est doctorant en architecture à l’Université Paris-Est, ENSA Paris-Belleville IPRAUS / UMR AUSSER 3329, et sous contrat doctoral du ministère de la Culture et de la Communication depuis 2017. Il prépare sa thèse sous la direction d’Estelle Thibault (HDR) et Cristiana Mazzoni (HDR) sur la Transmission des notions et méthodes d’Aldo Rossi en France autour de 1970.
Il a notamment publié « Les archives de l’enseignement de Bernard Huet », Colonnes, n° 34, « Archiver l’enseignement de l’architecture », mai 2018, pp. 67-71 ; « Miroslav Šik : entre tradition et nouveauté », « L’histoire autrement », d’A, n° 266, oct. 2018, pp. 80-85 ; « Aldo Rossi in France, the Complexity of the Transfers 1968-2018 », in Aldo Rossi Perspectives From the World, International Conference, 11-13 juin 2018, Padoue, Il Poligrafo, à paraître en 2019.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de la recherche architecturale, urbaine et paysagère sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals