Navigation – Plan du site

N°9 L’Agence d’architecture

Dossier thématique coordonné par Gauthier Bolle, Maxime Decommer et Valérie Nègre.
Date limite de réception des propositions d’articles : 31 MAI 2020 (report d’un mois en raison du confinement)

L’Agence d’architecture

Alors que les artistes produisent leurs œuvres dans (et hors) des « ateliers », les architectes travaillent dans des « agences » (et sur des chantiers). En France, le terme « agence » s’est progressivement imposé pour désigner, tant le lieu d’exercice des professionnels que l’équipe et l’organisation du travail déployées autour d’eux. Dispositif nécessaire voire indispensable à l’exercice de la conception et de la maîtrise d’œuvre, l’agence n’a pourtant été que peu étudiée comparativement à l’atelier qui est devenu un champ d’études à part entière (studio studies). Autrefois nommé « bureau », ce lieu de production a subi des changements considérables. Les évolutions économiques, sociales et juridiques ont aussi bien touché les structures d’activités (nombre, localisation, forme et statut juridique), les acteurs (profils socio-démographiques, modes d’exercice) et leurs pratiques (outils et division du travail, partenariat, collaboration) pour remplir leurs missions.

  • 1 Christophe Camus, À la recherche de l’architecture, observation participante d’une agence d’archite (...)

Nous proposons, dans ce numéro, d’interroger les agences sur le temps long, de la période moderne à la période contemporaine, et de manière transversale, en suscitant les contributions de spécialistes de l’architecture, de l’histoire, de la sociologie et de l’anthropologie. Dans le champ de l’histoire de l’architecture, depuis plusieurs années, les approches monographiques ont permis de rendre compte du fonctionnement de certaines agences. En sciences humaines et sociales, quelques recherches ont privilégié les enquêtes in situ pour analyser principalement les processus de conception architecturale1.

  • 2 Bruno Latour et Steve Woolgar, La vie de laboratoire : la production des faits scientifiques, Paris (...)
  • 3 Rachel Esner, « Pourquoi l’atelier compte-t-il plus que jamais ? », Perspective, 2014, n° 1, pp. 7- (...)
  • 4 Steven Shapin, « The Invisible Technician », American Scientist, nov.-déc. 1989, vol. 77, n° 6, pp. (...)
  • 5 Maxime Decommer, Les Architectes au travail. L’institutionnalisation d’une profession, 1795-1940, R (...)
  • 6 Valérie Nègre (dir.), L’art du chantier : construire et démolir du XVIe au XXIe siècle, Paris/Gand, (...)

Dans la lignée des travaux sur les lieux du travail, tels les laboratoires2 et les ateliers3 étudiés par les sociologues et les historiens des sciences, des techniques et de l’art, l’ambition de cet appel est de rendre compte du quotidien du travail des architectes, des formes collectives de travail, des personnages intermédiaires et des « techniciens invisibles4 » qui œuvrent dans ces lieux, dans la poursuite des travaux de déconstruction du mythe de l’architecte-artiste exerçant seul en libéral5. Mais il s’agit aussi de comprendre les spécificités des lieux dédiés à la création, la production et la gestion des projets de ces professionnels en étant, par exemple, attentifs à certaines de leurs particularités, et notamment les relations qu’ils entretiennent avec l’extérieur et les lieux du chantier6.

Aujourd’hui, face aux transitions économiques, écologiques et numériques qui modifient les conditions de conception et de production du cadre bâti, et celles du monde du travail en général, beaucoup de professionnels reconsidèrent leurs manières d’exercer. Face aux évolutions de la commande et de la structuration de la maîtrise d’ouvrage, certains prônent une organisation sous forme de collectifs pluridisciplinaires ou de micro-agences tandis que d’autres délocalisent leurs activités assurant des « permanences architecturales » in situ. Des praticiens questionnent même les contours, le fonctionnement, voire l’existence des agences en tant que modèle, appelant parfois à leur disparition. Ainsi, les perspectives de recherches historiques comme l’émergence – ou la résurgence – de certaines pratiques motivent cet appel à contribution.

Nous proposons trois axes de réflexions dans lesquels les contributeurs peuvent inscrire leurs propositions :

Axe 1. Lieux et supports des activités architecturales : réévaluer les sources ?

Les sources à disposition pour décrire et analyser les lieux du travail architectural sont multiples et de nature aussi bien graphique, iconographique, écrite, orale et matérielle. Elles englobent les aspects concrets du travail, renseignent sur les pratiques, les missions et les manières de faire, et offrent des approches matérielles et situées des phénomènes du travail. On pourra interroger la nature et les statuts de ces sources et l’évolution des politiques mises en place pour les recueillir, les conserver et les diffuser (valorisation des œuvres architecturales et oubli des moyens techniques, humains et économiques ayant permis de les faire advenir).

Ainsi, les contributions pourront amener à relire la place de l’agence – en tant que forme économique et sociale d’organisation du travail – dans l’historiographie ou proposer, au prisme de cette problématique, la relecture inédite de sources et fonds identifiés.

Les articles pourront aussi se focaliser sur la forme physique des lieux (emplacement, organisation spatiale, mobilier, outils et instruments) et sur les supports matériels par lesquels les différents protagonistes de l’agence interagissent : esquisses, dessins au net, détails, maquettes, modélisation 3D, etc.

Axe 2. Acteurs, pratiques et formes d’organisation : déceler des modèles sur le temps long ?

Par l’étude du fonctionnement des agences, il s’agit d’appréhender les lieux et les situations de travail, aussi bien que les individus à l’œuvre, leur nombre, leurs dénominations (changeantes au cours du temps), leurs fonctions et la nature de leurs relations. L’analyse des systèmes d’organisation du travail et de leurs transformations – incluant les origines et les transferts d’éventuels modèles, notamment de la tutelle publique vers la pratique privée –, pourrait permettre de déceler certains phénomènes récurrents en évaluant par exemple le degré d’innovation du modèle actuel des collectifs. Plus largement, l’étude des agences permet d’examiner des situations d’apprentissage, de transmission, de conception collective et de collaborations. Ces structures s’appuient en réalité sur une pluralité d’acteurs, certains restés invisibles (commis, auxiliaires, dessinateurs, toiseurs ou métreurs, inspecteurs, vérificateurs, projeteurs, chefs d’agence…), d’autres mieux connus (commanditaires, entrepreneurs, confrères, visiteurs…).

Axe 3. Dénomination, médiatisation et réception : entre dissimulation et valorisation ?

Nos connaissances partielles sur les agences doivent aussi nous interroger sur les volontés ou les réticences de leurs détenteurs de communiquer sur ces outils du travail. Cette question renvoie à l’histoire des groupes professionnels et à l’identité d’artiste intensément revendiquée par les architectes. Longtemps les auxiliaires ont été gommés par les architectes de leurs discours, et les historiens, à leur suite, ont parfois reproduit ces oublis. Pourquoi user du terme agence, cabinet, bureau, atelier, studio ou collectif, et comment les architectes choisissent-ils la raison commerciale de leur société ? À partir de quand et pourquoi les signes d’une réflexion sur le travail sont revendiqués par certains praticiens comme valeurs de professionnalisme ? Comment certaines agences médiatisent-elles les activités de recherche qu’elles développent depuis peu en leur sein ? Enfin, l’agence d’architecture a-t-elle servi de modèle à d’autres disciplines (urbanistes, paysagistes, autres) ?

Cet axe interroge la place des agences au sein des stratégies de communication des architectes, mais aussi la circulation de ces modèles singuliers en dehors du champ de l’architecture lui-même. En effet, on peut envisager la diffusion et la réception du mode d’organisation du travail « par projet », ou encore la disposition spatiale des agences, en tant que nouveaux concepts de management.


Cet appel à contribution vise donc à ouvrir des pistes de renouvellements scientifiques éclairant l’évolution du lieu et des modes d’organisation du travail des architectes sur la longue durée.

Les contributions pourront explorer des aires culturelles et géographiques diverses, permettant ainsi la confrontation de modèles et de pratiques dans des contextes socioculturels différents. Inscrites dans l’un ou l’autre des trois axes esquissés, elles pourront se fonder tant sur l’étude de cas spécifiques saisis à travers le temps ou dans l’actualité, que sur des terrains mobilisant des outils d’analyse (visual studies, statistique, prosopographie...) éclairant des problématiques transversales. Les auteurs devront clairement indiquer sur quels matériaux (archives, entretiens, autres) ils fondent leur démarche.

Modalités de transmission des propositions d’articles

En raison des difficultés liées au confinement, un délai supplémentaire est accordé pour la remise des articles. Ceux-ci sont attendus pour le 31 mai 2020.

Les propositions d’articles complets seront envoyées par mail au secrétariat de rédaction des Cahiers de la recherche architecturale, urbaine et paysagère : secretariat-craup@culture.gouv.fr

Pour plus d’informations, contacter Aude Clavel au 06 10 55 11 36

Les articles ne doivent pas excéder 50 000 caractères, espaces compris.

Langues acceptées : français, anglais.

Les articles doivent être accompagnés de :

1 notice biobibliographique entre 5 à 10 lignes (nom et prénom du ou des auteur(s), statut professionnel et/ou titres, rattachement institutionnel éventuel, thèmes de recherche, dernières publications, adresse électronique).

2 résumés en français et en anglais.

5 mots clefs en français et en anglais.

Instructions aux auteurs

1/ Règles générales

Italique : mots en langues étrangères par rapport à la langue utilisée, donc op. cit., ibid., cf., a priori, a posteriori

Pas d’usage du gras (à l’exception des titres), ni de capitales (à l’exception du début des noms propres, des institutions, de l’usage des majuscules pour les titres en anglais, etc.).

2/ Corps du texte

Le texte doit être saisi dans le logiciel Word en Times New Roman, taille 12, interligne 1,5, sans mise en forme particulière, hormis les titres, intertitres, légendes et sauts de paragraphes.

3/ Citations

Les citations de moins de 3 lignes seront insérées dans le texte et mise entre guillemets.

Les citations de plus de cinq lignes seront en retrait à gauche et à droite, de taille 10 (et non 12), et sans guillemets.

4/ Références bibliographiques

Les références bibliographiques seront regroupées par ordre alphabétique de nom d’auteur en fin d’article dans une section « Bibliographie », selon le modèle suivant :

Pour un ouvrage : Prénom Nom, Titre, Ville d’édition, Maison d’édition (Collection), année de publication, page.

Pour un ouvrage collectif : Prénom Nom et Prénom Nom (dir./coord./éds./etc.), Titre, Ville d’édition, Maison d’édition, année de publication, page, ou Prénom Nom et al., Titre, Ville d’édition, Maison d’édition, année de publication, page.

Pour un chapitre d’un ouvrage collectif : Prénom Nom, Titre, dans Prénom Nom et Prénom Nom (dir./coord./éds./etc.), Titre, Ville d’édition, Maison d’édition, année de publication, page.

Pour un article de revue : Prénom Nom, « Titre de l’article », Titre de la revue, vol. /n° , date, Ville d’édition, Maison d’édition, année de publication, page.

Pour une référence électronique : Prénom Nom, « Titre de l’article », Titre de la revue, vol. /n° , date, [en ligne] [url], consulté le [date].

5/ Illustrations, graphiques et tableaux

Les photographies et illustrations accompagnant le texte devront être numérisées en haute définition (300 dpi, 15 cm de long ou de large minimum) dans les formats Jpg ou Tiff.

Les fichiers texte seront distincts des fichiers graphiques.

Les tableaux sont considérés comme des figures et doivent faire l’objet des mêmes consignes en matière d’intitulé de fichier, d’appel de figure, de format d’image (jpg ou tif), de taille d’image et de lisibilité.

L’auteur doit vérifier que les images/figures dont il n’est pas l’auteur sont libre de droits.

Dans le cas contraire, il doit faire la demande auprès du propriétaire de l’image/figure avant de la soumettre à la revue.

Les illustrations, graphiques et tableaux doivent être légendés de manière spécifique :

Le titre des illustrations, précédés de « figure [n] : » ou « Tableau [n] : » doit être placé au-dessus de l’illustration.

La légende et les crédits (source, copyright, etc.) doivent être placés sous l’illustration, sur deux lignes distinctes.

Ligne éditoriale

Inscrits dans les champs de la recherche architecturale, urbaine et paysagère, les Cahiers se sont développés à l’origine dans les laboratoires des écoles d’architecture à partir des années 1970. La revue initie aujourd’hui une nouvelle formule en ligne : revue scientifique internationale, elle s’adresse aux communautés de recherche concernées par les transformations spatiales intentionnelles, quelles que soient les échelles. Les Cahiers visent à répondre aux intérêts et questionnements actuels, mais aussi à les renouveler, et ainsi ouvrir de nouvelles voies de recherche. Trois pôles de questionnement sont plus directement visés : l’un concerne spécifiquement le registre des théories, de manière à développer les échanges et les controverses entre théories du design, du planning, de l’architecture et du paysage. Un second pôle renvoie à la matérialité de la ville, aux savoir-faire constructifs impliqués dans la transformation spatiale, mais aussi à la dimension matérielle des phénomènes de transfert et de mobilisation, régulièrement analysés dans d’autres revues sous des angles a-spatiaux. Enfin, le troisième pôle interroge le projet et sa conception, qui occupe une place toute particulière dans les sciences et pratiques de l’espace (rôles performatifs des projets, théories de la pratique). Ces trois pôles appellent à des travaux pluridisciplinaires, préoccupés de tracer des explications approfondies des transformations des environnements construits à l’âge de l’anthropocène. La production scientifique attendue renvoie aux critères usuels d’évaluation en double aveugle par les pairs. Elle sera particulièrement attentive à l’enjeu des images et du visuel dans un domaine où l’iconique peut tenir lieu de discours.

Dossiers thématiques

Les Cahiers de la recherche architecturale, urbaine et paysagère publient trois fois par an un dossier thématique composé d’une dizaine d’articles en français et en anglais, autour d’un thème prédéfini et problématisé.

Un appel à article est diffusé pour chaque dossier thématique. Les propositions d’articles peuvent être rédigées en français ou en anglais. Leur évaluation se fait en double aveugle.

Rubriques

La revue en ligne dispose de 2 rubriques pour accueillir des articles au fil de l’eau, hors dossiers thématiques.

Actualités de la recherche : comptes rendus variés : thèses, habilitations à diriger des recherches (HDR), recensions d’ouvrages, d’expositions...

Matériaux de la recherche : entretiens, paroles d’acteurs, traductions, textes de référence…

Les propositions d’articles peuvent être rédigées en français ou en anglais. Leur évaluation se fait en double aveugle.

Comité de rédaction

Rédacteur en chef
FREDERIC POUSIN

MANUEL BELLO MARCANO
FRANCK BESANÇON
GAUTHIER BOLLE
ENRICO CHAPEL
BENJAMIN CHAVARDES
LAURENT DEVISME
YANKEL FIJALKOW
SANDRA FIORI
FRANCOIS FLEURY
XAVIER GUILLOT
CAROLINE MANIAQUE
BEATRICE MARIOLLE
VALERIE NEGRE
DANIEL SIRET
HELENE VACHER

Secrétariat de rédaction
AUDE CLAVEL

Notes

1 Christophe Camus, À la recherche de l’architecture, observation participante d’une agence d’architecture, Paris, ENSA Paris-La Villette, 1997 ; Sophie Houdart, Chihiro Minato et Kuma Kengo, Une monographie décalée, Paris, Éd. Donner Lieu, 2009 ; Albena Yaneva, Made by the office for metropolitan architecture : an ethnography of design, Rotterdam, 010 Publishers, 2009.

2 Bruno Latour et Steve Woolgar, La vie de laboratoire : la production des faits scientifiques, Paris, La Découverte, 1988. Voir aussi Patrice Bret et Catherine Lanoë, « Laboratoires et ateliers, des espaces de travail entre sciences et arts et métiers, XVIe-XVIIIe siècle », in Liliane Hilaire-Pérez, Fabien Simon et Marie Thébaud-Sorger (dir.), L’Europe des sciences et des techniques, Rennes, PUR, 2016, pp. 149-155.

3 Rachel Esner, « Pourquoi l’atelier compte-t-il plus que jamais ? », Perspective, 2014, n° 1, pp. 7-9. Voir aussi Pascal Griener, « La notion d’atelier de l’Antiquité au XIXe siècle, chronique d’un appauvrissement sémantique », Perspective, n° 1, 2014, pp. 13-26.

4 Steven Shapin, « The Invisible Technician », American Scientist, nov.-déc. 1989, vol. 77, n° 6, pp. 554-563.

5 Maxime Decommer, Les Architectes au travail. L’institutionnalisation d’une profession, 1795-1940, Rennes, PUR, 2017.

6 Valérie Nègre (dir.), L’art du chantier : construire et démolir du XVIe au XXIe siècle, Paris/Gand, Cité de l’Architecture/Snoeck, 2018.

Haut de page
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals