Navigation – Plan du site

N°10 Penser l’architecture par la ressource

Dossier thématique coordonné par Nicolas Fiévé et Xavier Guillot.
Date limite de réception des propositions d’articles : 15 octobre 2020

Penser l’architecture par la ressource

  • 1 Jacques Ellul, Le système technicien, Paris, Cherche-Midi, 2012 [1977 ; Alain Gras, Le Choix du feu (...)

Dans le présent débat sur la transition écologique, la question des ressources naturelles et les enjeux de leur exploitation occupent une place centrale dans les disciplines de l’architecture, de l’espace et du projet. Qu’il s’agisse d’extraction et de production de matériaux pour la construction de nos habitations, ou d’énergie pour leur fonctionnement, le défi qui s’impose à nos sociétés est celui de la relation à la Terre, comme espace ressource, et à la finitude de ses ressources naturelles. Un enjeu qui, sur le plan historique, philosophique ou anthropologique, interroge les logiques d’une pensée de l’établissement et de la transformation de notre cadre de vie héritée de la Révolution industrielle, selon laquelle l’humain s’approprie pour son bien-être le capital naturel de la Terre, grâce aux progrès de la technoscience, dont il a été à la fois l’artisan et le maître1.

  • 2 Bruno Latour, Face à Gaïa, Huit conférences sur le nouveau régime climatique, Paris, La Découverte, (...)
  • 3 Serge Audier, L'âge du productivisme. Hégémonie prométhéenne, brèches et alternatives écologiques, (...)
  • 4 Yanni Gunnel (coord.), Écologie et société, Paris, Armand Colin, 2009 ; Dominique Bourg et Augustin (...)

Cette approche du monde a marqué les doctrines et les pratiques de l'architecture, de l’urbanisme et de l’aménagement dans tous les domaines, et dans celui de l’habitat en particulier. Aujourd’hui, à l’ère de l’Anthropocène, cet héritage intellectuel et le rapport aux ressources de la Terre doivent être globalement remis en question pour y substituer de nouveaux paradigmes2, parce qu’ils sont au fondement d'un système économique productiviste et extractiviste3, issu d’une trajectoire culturelle et historique singulière développée en Occident, dont chacun s’accorde à reconnaître l’écueil qu’il représente pour la survie de l’espèce humaine du point de vue de l’écologie4. Sur ce plan – et c’est dans ce domaine que notre questionnement se focalise – cette trajectoire a omis la connaissance d'autres histoires culturelles, qui ont existé ou existent aujourd'hui encore, et dans lesquelles s'est développé un autre rapport à la ressource, au progrès, à la technique et à la modernité.

  • 5 Philippe Descola, La composition des mondes. Entretiens avec Pierre Charbonnier, Paris, Flammarion, (...)
  • 6 Pascal Chabot, L’âge des transitions, Paris, Presses universitaire de France, 2015.

De ce point de vue, un des objectifs du présent appel à communication est de mettre au jour et d’analyser d’autres manières de concevoir la préservation et la transformation de nos espaces habités, afin d'agir non plus contre le monde, mais bien avec le monde, en y associant ses ressources dans une perspective pérenne. Ceci afin d'œuvrer à une « composition des mondes », pour reprendre la belle formule de Pierre Charbonnier et de Philippe Descola5. D'où la question de fond de cet appel à contribution : interroger la dialectique qui unie l’établissement humain à ses ressources, et voir, par ce biais, en quoi d’autres modes de penser la ressource pourraient renouveler la pratique de projets relevant de la transition écologique6. Cette vaste question est abordée en donnant une place singulière à la notion de « ressource », entendue dans un sens large, qui est à l'origine et sur laquelle repose tout établissement humain, toute conception architecturale, urbaine ou paysagère.

Dans ce dossier thématique, seront ainsi exposées des approches théoriques s’appuyant sur des études de cas (réalisations, pratiques de projets, techniques constructives, voire systèmes ou innovations technologiques), qui illustrent une approche singulière de la notion de ressource dans une logique d'évolutions vertueuses des écosystèmes. Deux approches de la notion de ressource sont introduites pour ouvrir le débat et nourrir les usages de cette notion dans les disciplines de l’espace et du projet, tant dans sa dimension pratique que théorique.

  • 7 Alberto Magnaghi, Le Projet local, Liège, Mardaga, 2003.

La première renvoie à la dimension matérielle de la ressource. Quelle que soient l’échelle traitée et la nature de l’œuvre édifiée, tout acte de transformation de notre cadre de vie nécessite l'utilisation de ressources matérielles, et engage ainsi une modification des conditions physiques du lieu. On s'intéresse ici à une réflexion sur les pratiques de projet qui relèvent d'une utilisation raisonnée de la ressource terrestre dans la conception des établissements humains : utilisation de matériaux extraits localement, recours à des techniques de constructions ou d'équipements à faible coût énergétique ; processus de recyclage et de réemploi ; œuvre bâtie conçue en harmonie avec le monde végétal et animal, avec les milieux et les paysages. Se rejoignent autour de ces enjeux un ensemble de débats faisant valoir, notamment, la question du local dans le projet7, la mise en avant de pratiques façonnées par les contraintes contextuelles de réalisation et la réinterprétation de pratiques vernaculaires.

  • 8 Philippe Descola, Par-delà nature et culture, Paris, Gallimard (Folio essais), 2015.
  • 9 Augustin Berque, Histoire de l’habitat idéal. De l’Orient vers l’Occident, Paris, Le Félin, 2010 ; (...)
  • 10 Catherine et Raphael Larrère, Penser et agir avec la nature. Une enquête philosophique, Paris, La D (...)

La seconde approche porte sur la dimension symbolique et esthétique de la notion de ressource. Elle vise à faire valoir l’idée que la mise en œuvre de notre cadre bâti relève aussi d'une interrelation étroite avec les ressources immatérielles. Si les sociétés modernes ont puisé dans la ressource naturelle pour sa fonction matérielle, les travaux d'archéologie, d'anthropologie et d'histoire montrent que la dimension esthétique et symbolique de la ressource est également conviée dans la conceptualisation et la construction des établissements humains. Toutes les cultures humaines accordent une valeur à certaines espèces, à certains sites ou aux éléments. Au-delà des besoins de première nécessité (fourniture de matières premières et d’énergie, usages alimentaires ou thérapeutiques, etc.), il faut ainsi tenir compte de la ressource comme relevant d'une approche désintéressée, fondée sur une relation au monde vivant et au paysage, qui met en valeur les liens de l’architecture avec son milieu et d'où procède la diversité des cultures du vivant, comme le montre les récents travaux d’anthropologie8, de géographie humaine9, de philosophie de l’environnement10.

Ces deux approches de la notion de ressource n’ont pas vocation à séparer les contributions en deux catégories. Cette distinction a au contraire pour objet de nourrir la réflexion sur les liens entre architecture et ressources, prenant en compte leurs croisements et leurs interactions.

L’appel à contribution concerne l’architecture, l’urbanisme et le paysage des sociétés passées et contemporaines (quelles qu'en soient les échelles, de la maison au quartier, de la ville au territoire), et vise à intégrer différentes trajectoires culturelles à l’échelle du monde. Il s'adresse aussi bien aux théoriciens et aux praticiens de l’espace – architectes, urbanistes, paysagistes –, qu'aux chercheurs travaillant dans les disciplines des sciences humaines et sociales.

Modalités de transmission des propositions d’articles

Les propositions d’articles complets seront envoyées par mail
avant le 15 octobre 2020
au secrétariat de rédaction des Cahiers de la recherche architecturale, urbaine et paysagère
secretariat-craup@culture.gouv.fr
Pour plus d’informations, contacter Aude Clavel au 06 10 55 11 36

Les articles ne doivent pas excéder 50 000 caractères, espaces compris.

Langues acceptées : français, anglais.

Les articles doivent être accompagnés de :

1 notice biobibliographique entre 5 à 10 lignes (nom et prénom du ou des auteur(s), statut professionnel et/ou titres, rattachement institutionnel éventuel, thèmes de recherche, dernières publications, adresse électronique).

2 résumés en français et en anglais.

5 mots clefs en français et en anglais.

Instructions aux auteurs

1/ Règles générales

Italique : mots en langues étrangères par rapport à la langue utilisée, donc op. cit., ibid., cf., a priori, a posteriori

Pas d’usage du gras (à l’exception des titres), ni de capitales (à l’exception du début des noms propres, des institutions, de l’usage des majuscules pour les titres en anglais, etc.).

2/ Corps du texte

Le texte doit être saisi dans le logiciel Word en Times New Roman, taille 12, interligne 1,5, sans mise en forme particulière, hormis les titres, intertitres, légendes et sauts de paragraphes.

3/ Citations

Les citations de moins de 3 lignes seront insérées dans le texte et mise entre guillemets.

Les citations de plus de cinq lignes seront en retrait à gauche et à droite, de taille 10 (et non 12), et sans guillemets.

4/ Références bibliographiques

Les références bibliographiques seront regroupées par ordre alphabétique de nom d’auteur en fin d’article dans une section « Bibliographie », selon le modèle suivant :

Pour un ouvrage : Prénom Nom, Titre, Ville d’édition, Maison d’édition (Collection), année de publication, page.

Pour un ouvrage collectif : Prénom Nom et Prénom Nom (dir./coord./éds./etc.), Titre, Ville d’édition, Maison d’édition, année de publication, page, ou Prénom Nom et al., Titre, Ville d’édition, Maison d’édition, année de publication, page.

Pour un chapitre d’un ouvrage collectif : Prénom Nom, Titre, dans Prénom Nom et Prénom Nom (dir./coord./éds./etc.), Titre, Ville d’édition, Maison d’édition, année de publication, page.

Pour un article de revue : Prénom Nom, « Titre de l’article », Titre de la revue, vol. /n° , date, Ville d’édition, Maison d’édition, année de publication, page.

Pour une référence électronique : Prénom Nom, « Titre de l’article », Titre de la revue, vol. /n° , date, [en ligne] [url], consulté le [date].

5/ Illustrations, graphiques et tableaux

Les photographies et illustrations accompagnant le texte devront être numérisées en haute définition (300 dpi, 15 cm de long ou de large minimum) dans les formats Jpg ou Tiff.

Les fichiers texte seront distincts des fichiers graphiques.

Les tableaux sont considérés comme des figures et doivent faire l’objet des mêmes consignes en matière d’intitulé de fichier, d’appel de figure, de format d’image (jpg ou tif), de taille d’image et de lisibilité.

L’auteur doit vérifier que les images/figures dont il n’est pas l’auteur sont libre de droits.

Dans le cas contraire, il doit faire la demande auprès du propriétaire de l’image/figure avant de la soumettre à la revue.

Les illustrations, graphiques et tableaux doivent être légendés de manière spécifique :

Le titre des illustrations, précédés de « figure [n] : » ou « Tableau [n] : » doit être placé au-dessus de l’illustration.

La légende et les crédits (source, copyright, etc.) doivent être placés sous l’illustration, sur deux lignes distinctes.

Ligne éditoriale

Inscrits dans les champs de la recherche architecturale, urbaine et paysagère, les Cahiers se sont développés à l’origine dans les laboratoires des écoles d’architecture à partir des années 1970. La revue initie aujourd’hui une nouvelle formule en ligne : revue scientifique internationale, elle s’adresse aux communautés de recherche concernées par les transformations spatiales intentionnelles, quelles que soient les échelles. Les Cahiers visent à répondre aux intérêts et questionnements actuels, mais aussi à les renouveler, et ainsi ouvrir de nouvelles voies de recherche. Trois pôles de questionnement sont plus directement visés : l’un concerne spécifiquement le registre des théories, de manière à développer les échanges et les controverses entre théories du design, du planning, de l’architecture et du paysage. Un second pôle renvoie à la matérialité de la ville, aux savoir-faire constructifs impliqués dans la transformation spatiale, mais aussi à la dimension matérielle des phénomènes de transfert et de mobilisation, régulièrement analysés dans d’autres revues sous des angles a-spatiaux. Enfin, le troisième pôle interroge le projet et sa conception, qui occupe une place toute particulière dans les sciences et pratiques de l’espace (rôles performatifs des projets, théories de la pratique). Ces trois pôles appellent à des travaux pluridisciplinaires, préoccupés de tracer des explications approfondies des transformations des environnements construits à l’âge de l’anthropocène. La production scientifique attendue renvoie aux critères usuels d’évaluation en double aveugle par les pairs. Elle sera particulièrement attentive à l’enjeu des images et du visuel dans un domaine où l’iconique peut tenir lieu de discours.

Dossiers thématiques

Les Cahiers de la recherche architecturale, urbaine et paysagère publient trois fois par an un dossier thématique composé d’une dizaine d’articles en français et en anglais, autour d’un thème prédéfini et problématisé.

Un appel à article est diffusé pour chaque dossier thématique. Les propositions d’articles peuvent être rédigées en français ou en anglais. Leur évaluation se fait en double aveugle.

Rubriques

La revue en ligne dispose de 2 rubriques pour accueillir des articles au fil de l’eau, hors dossiers thématiques.

Actualités de la recherche : comptes rendus variés : thèses, habilitations à diriger des recherches (HDR), recensions d’ouvrages, d’expositions...

Matériaux de la recherche : entretiens, paroles d’acteurs, traductions, textes de référence…

Les propositions d’articles peuvent être rédigées en français ou en anglais. Leur évaluation se fait en double aveugle.

Comité de rédaction

Rédacteur en chef
FREDERIC POUSIN

MANUEL BELLO MARCANO
FRANCK BESANÇON
GAUTHIER BOLLE
ENRICO CHAPEL
BENJAMIN CHAVARDES
LAURENT DEVISME
YANKEL FIJALKOW
SANDRA FIORI
FRANCOIS FLEURY
XAVIER GUILLOT
CAROLINE MANIAQUE
BEATRICE MARIOLLE
VALERIE NEGRE
DANIEL SIRET
HELENE VACHER

Secrétariat de rédaction
AUDE CLAVEL

Notes

1 Jacques Ellul, Le système technicien, Paris, Cherche-Midi, 2012 [1977 ; Alain Gras, Le Choix du feu. Aux origines de la crise climatique, Paris, Fayard, 2007.

2 Bruno Latour, Face à Gaïa, Huit conférences sur le nouveau régime climatique, Paris, La Découverte, 2015 ; Rémi Beau et Catherine Larrère, Penser l'Anthropocène, Paris, Presses de Sciences Po, 2020. 

3 Serge Audier, L'âge du productivisme. Hégémonie prométhéenne, brèches et alternatives écologiques, Paris, La Découverte, 2019.

4 Yanni Gunnel (coord.), Écologie et société, Paris, Armand Colin, 2009 ; Dominique Bourg et Augustin Fragnière, La pensée écologique, une anthologie, Paris, PUF, 2014 ; Arthur P. J. Mol, « Ecological Modernisation Theory in Debate: A Review », Environmental Politics, vol. 9, n°1, 2000, pp. 17-49 ; Helaine Selin (ed.), Nature Across Cultures. Views of Nature and the Environment in Non-Western Cultures, Netherlands, Springer, 2003.

5 Philippe Descola, La composition des mondes. Entretiens avec Pierre Charbonnier, Paris, Flammarion, 2014. 

6 Pascal Chabot, L’âge des transitions, Paris, Presses universitaire de France, 2015.

7 Alberto Magnaghi, Le Projet local, Liège, Mardaga, 2003.

8 Philippe Descola, Par-delà nature et culture, Paris, Gallimard (Folio essais), 2015.

9 Augustin Berque, Histoire de l’habitat idéal. De l’Orient vers l’Occident, Paris, Le Félin, 2010 ; Poétique de la Terre. Histoire naturelle et histoire humaine, essai de mésologie, Paris, Belin, 2014 ; Descendre des étoiles, monter de la Terre. La Trajection de l’architecture, Bastia, Éditions Éoliennes, 2019 ; Marie Augendre, Jean-Pierre Llored, Yann Nussaume, La mésologie, un autre paradigme pour l'anthropocène ? Autour et en présence d'Augustin Berque, Paris, Hermann, 2018.

10 Catherine et Raphael Larrère, Penser et agir avec la nature. Une enquête philosophique, Paris, La Découverte (Poche), 2018.

Haut de page
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals