Navigation – Plan du site

N°6 Architectures des milieux hyper-conditionnés

Dossier coordonné par Daniel Siret et Ignacio Requena (AAU-Crenau, ENSA Nantes)
Date limite de réception des propositions d’articles : 1er juin 2019 ? PROLONGEE AU 21 JUIN 2019.

Longtemps reléguées dans les champs des sciences de la construction, les techniques de conditionnement – ventilation, climatisation, illumination, sonorisation, odorisation – ont pris une place décisive dans la production architecturale et urbaine contemporaine. Elles sont pleinement à l’œuvre dans l’architecture commerciale qui promeut le marketing expérientiel et sensoriel. Elles se développent à travers les règlementations qui répondent aux enjeux de la maîtrise de l’énergie dans les bâtiments et instaurent de nouvelles régulations des flux entre architecture et environnement. Elles sont rendues nécessaires dans les climats inhospitaliers (tropiques, déserts, pôles), dans certains espaces sous contraintes (lieux de soins, de spectacles, de conservation, d’activités spécifiques) ou dans les milieux extrêmes (architectures sous-marines, souterraines, extraterrestres). Elles posent bien évidemment la question de notre relation à l’environnement et aux milieux que nous habitons, aux flux d’énergie et de matières et aux technologies visibles et invisibles qui gouvernent nos espaces de vie.

  • 1 Mumford, Lewis. 1934. Technics and civilization. New York, Harcourt-Brace.
  • 2 Giedion, Sigfried. 1948. Mechanization takes command: a contribution to anonymous history. New York (...)
  • 3 Banham, Reyner. 1969. Architecture of the Well-Tempered Environment. Chicago, University of Chicago (...)
  • 4 Voir par exemple au sujet de l’air conditionné : Cooper, Gail. 1998. Air-Conditioning America: Engi (...)
  • 5 On pense au monde dystopique décrit par Stanislas Lem dans son roman Le congrès de futurologie (197 (...)
  • 6 Comme ceux produits par les systèmes d’éclairage de la société Coelux, faux ciels de printemps et f (...)

Discutées dès les années 1930 par L. Mumford1, analysées après-guerre par S. Giedion2 ou R. Banham3 et largement étudiées depuis4, les techniques de conditionnement de l’architecture ont pris possession de nombreux aspects des environnements habités. L’air est conditionné en température et humidité, désodorisé voire potentiellement imprégné de substances aux effets régis par une psycho-chimie en devenir5. La lumière dite naturelle, largement anthropisée par le filtrage de produits verriers de plus en plus complexes, est modulée jour et nuit par des dispositifs d’éclairage artificiels aux effets parfois saisissants6. Les bruits de l’environnement et des activités humaines se mêlent aux signaux informatifs, récréatifs ou publicitaires diffusés dans des bulles sonores individuelles et collectives aux limites floues. L’apparence visuelle même du monde est désormais conditionnée par les écrans et projections de toutes sortes et l’avènement de la réalité dite augmentée.

La mise en œuvre convergente des techniques de conditionnement dans la production contemporaine de l’espace habité conduit à ce que nous désignons dans cet appel comme des milieux « hyper-conditionnés ». En dernière limite, les espaces qui en résultent n’offrent plus de prise avec l’environnement (naturel, urbain) dans lequel ils sont plongés. Décontextualisés, ils se définissent alors par la rupture qu’ils imposent avec les conditions prévalant alentour. Hermétiques, ils s’appréhendent exclusivement de l’intérieur, à travers l’immersion et l’expérience personnelle ou collective, les rendant réfractaires aux modalités de représentation classiques par le plan, le dessin ou la photographie. Le récit d’expérience ou les tableaux d’indicateurs biostatistiques (températures, niveaux sonores, lumineux, chimie de l’air, flux) deviennent finalement les outils de description les plus solides, mais aussi les plus ambigus, de tels espaces.

La compréhension de la manière dont les techniques d’hyper-conditionnement des milieux impactent la conception que nous avons de l’architecture, les compétences des architectes et des autres concepteurs, et les mécanismes de production d’espace sont l’objet du présent dossier thématique. Trois angles d’analyse sont proposés.

L’expérience de l’espace hyper-conditionné

  • 7 Voir à ce sujet Böhme, Gernot. 2017. The Aesthetics of Atmospheres. New York, Routledge.
  • 8 Sennett, Richard. 2002. La Chair et la pierre. Le corps et la ville dans la civilisation occidental (...)
  • 9 Voir par exemple : Shove, Elizabeth. 2003. Converging Conventions of Comfort, Cleanliness and Conve (...)
  • 10 Comme celles proposées par exemple par Philippe Rahm.

Le premier s’intéresse à l’expérience des milieux hyper-conditionnés, entre ravissement et rejet, saisissement et apeurement, dépaysement et familiarité. La caractérisation de cette expérience soulève des questions liées aux nouvelles esthétiques atmosphériques7 désormais indissociables des galeries marchandes et des espaces de la mobilité (aéroports, gares), des lieux festifs ou sportifs, de certains espaces de travail ou de logement. Se posent également de nouvelles questions sur les limites du corps humain au regard du confinement, de la saturation sensorielle, des « sensations dérangeantes »8 ou de l’expérience du passage d’un conditionnement à un autre (du bureau à la galerie commerciale, des transports au chez-soi). On peut mettre en débat l’hypothèse d’une désensibilisation des habitants éventuellement concomitante à la standardisation des ambiances et à l’homogénéisation d’un confort normalisé9. Les articles attendus ici s’appuieront sur des études de cas d’espaces hyper-conditionnés à travers le monde ou sur des installations qui en reproduisent temporairement les caractéristiques10.

Faire de l’architecture à l’ère du conditionnement

  • 11 Voir par exemple : Erwine, Barbara. 2017. Creating Sensory Spaces. The Architecture of the Invisibl (...)

Il s’agit ici de comprendre comment les techniques du conditionnement renouvellent les manières de concevoir l’architecture et plus particulièrement les modes de représentation, d’évaluation ou d’expérimentation des espaces conditionnés ou reconditionnés. On s’intéressera notamment aux relations entre les architectes et leurs partenaires des diverses sciences et techniques qui concourent au conditionnement de l’espace11, de l’ingénierie thermique ou acoustique à la psychologie environnementale, de la simulation numérique à l’expérimentation psychophysique, et aux nouveaux métiers émergeant dans ces articulations. La prise de conscience écologique contemporaine soulève par ailleurs la question de l’évolution des techniques de conditionnement – entre low-tech et high-tech – et des rapports entre architecture, technologies et normes. On pourra parallèlement s’intéresser aux imaginaires du conditionnement qui traversent les pratiques de l’architecture et leurs expressions littéraires ou cinématographiques par exemple. Des articles à portée sociotechnique partant de situations de projets construits ou de propositions fictionnelles sont attendus ici.

L’hyper-conditionnement comme emprise

  • 12 Voir par exemple : Pillon, Thierry. 2018. Les couleurs d'ambiance. L'exemple des bureaux dans les a (...)
  • 13 Un sujet de recherche ouvert par les travaux de Philip Kotler au début des années 1970 (Atmospheric (...)
  • 14 Voir l’exposition du Centre Canadien d’Architecture, Nos jours heureux. Architecture et bien-être à (...)

Le dernier angle d’analyse intéresse les mises en œuvre du conditionnement, ses potentialités d’emprise sur les corps et les esprits, la vulnérabilité qui en résulte et les manipulations potentielles qui lui sont liées. Longtemps canalisé au sein des approches hygiénistes, productivistes12 ou marchandes13, le conditionnement de l’architecture s’inscrit désormais dans la perspective du « capitalisme émotionnel »14 et prend place dans les lieux de vie les plus ordinaires. Il faut alors questionner ses modes d’emprise et ses effets sur les usages, et s’interroger parallèlement sur de nouvelles relations entre architecture, environnement et paysage. Sont attendus ici des articles basés sur des approches socio-anthropologiques, historiques ou politiques du conditionnement, du reconditionnement ou du déconditionnement de l’architecture.

Modalités de transmission des propositions d’articles

Les propositions d’articles seront envoyées par mail avant le 1er juin 2019

au secrétariat de rédaction des

Cahiers de la recherche architecturale, urbaine et paysagère :

secretariat-craup@culture.gouv.fr

Pour plus d’informations, contacter Aude Clavel au 06 10 55 11 36

Les articles ne doivent pas excéder 50 000 caractères, espaces compris.

Langues acceptées : français, anglais.

Les articles doivent être accompagnés de :

1 notice biobibliographique entre 5 à 10 lignes (nom et prénom du ou des auteur(s), statut professionnel et/ou titres, rattachement institutionnel éventuel, thèmes de recherche, dernières publications, adresse électronique).

2 résumés en français et en anglais.

5 mots clefs en français et en anglais.

Instructions aux auteurs

1/ Règles générales

Italique : mots en langues étrangères par rapport à la langue utilisée, donc op. cit., ibid., cf., a priori, a posteriori

Pas d’usage du gras (à l’exception des titres), ni de capitales (à l’exception du début des noms propres, des institutions, de l’usage des majuscules pour les titres en anglais, etc.).

2/ Corps du texte

Le texte doit être saisi dans le logiciel Word en Times New Roman, taille 12, interligne 1,5, sans mise en forme particulière, hormis les titres, intertitres, légendes et sauts de paragraphes.

3/ Citations

Les citations de moins de 3 lignes seront insérées dans le texte et mise entre guillemets.

Les citations de plus de cinq lignes seront en retrait à gauche et à droite, de taille 10 (et non 12), et sans guillemets.

4/ Références bibliographiques

Les références bibliographiques seront regroupées par ordre alphabétique de nom d’auteur en fin d’article dans une section « Bibliographie », selon le modèle suivant :

Pour un ouvrage : Prénom Nom, Titre, Ville d’édition, Maison d’édition (Collection), année de publication, page.

Pour un ouvrage collectif : Prénom Nom et Prénom Nom (dir./coord./éds./etc.), Titre, Ville d’édition, Maison d’édition, année de publication, page, ou Prénom Nom et al., Titre, Ville d’édition, Maison d’édition, année de publication, page.

Pour un chapitre d’un ouvrage collectif : Prénom Nom, Titre, dans Prénom Nom et Prénom Nom (dir./coord./éds./etc.), Titre, Ville d’édition, Maison d’édition, année de publication, page.

Pour un article de revue : Prénom Nom, « Titre de l’article », Titre de la revue, vol. /n° , date, Ville d’édition, Maison d’édition, année de publication, page.

Pour une référence électronique : Prénom Nom, « Titre de l’article », Titre de la revue, vol. /n° , date, [en ligne] [url], consulté le [date].

5/ Illustrations, graphiques et tableaux

Les photographies et illustrations accompagnant le texte devront être numérisées en haute définition (300 dpi, 15 cm de long ou de large minimum) dans les formats Jpg ou Tiff. Les fichiers texte seront distincts des fichiers graphiques.

Les tableaux sont considérés comme des figures et doivent faire l’objet des mêmes consignes en matière d’intitulé de fichier, d’appel de figure, de format d’image (jpg ou tif), de taille d’image et de lisibilité.

L’auteur doit vérifier que les images/figures dont il n’est pas l’auteur sont libre de droits.

Dans le cas contraire, il doit faire la demande auprès du propriétaire de l’image/figure avant de la soumettre à la revue.

Les illustrations, graphiques et tableaux doivent être légendés de manière spécifique :

Le titre des illustrations, précédés de « figure [n] : » ou « Tableau [n] : » doit être placé au-dessus de l’illustration.

La légende et les crédits (source, copyright, etc.) doivent être placés sous l’illustration, sur deux lignes distinctes.

Ligne éditoriale

Inscrits dans les champs de la recherche architecturale, urbaine et paysagère, les Cahiers se sont développés à l’origine dans les laboratoires des écoles d’architecture à partir des années 1970. La revue initie aujourd’hui une nouvelle formule en ligne : revue scientifique internationale, elle s’adresse aux communautés de recherche concernées par les transformations spatiales intentionnelles, quelles que soient les échelles. Les Cahiers visent à répondre aux intérêts et questionnements actuels, mais aussi à les renouveler, et ainsi ouvrir de nouvelles voies de recherche. Trois pôles de questionnement sont plus directement visés : l’un concerne spécifiquement le registre des théories, de manière à développer les échanges et les controverses entre théories du design, du planning, de l’architecture et du paysage. Un second pôle renvoie à la matérialité de la ville, aux savoir-faire constructifs impliqués dans la transformation spatiale, mais aussi à la dimension matérielle des phénomènes de transfert et de mobilisation, régulièrement analysés dans d’autres revues sous des angles a-spatiaux. Enfin, le troisième pôle interroge le projet et sa conception, qui occupe une place toute particulière dans les sciences et pratiques de l’espace (rôles performatifs des projets, théories de la pratique). Ces trois pôles appellent à des travaux pluridisciplinaires, préoccupés de tracer des explications approfondies des transformations des environnements construits à l’âge de l’anthropocène. La production scientifique attendue renvoie aux critères usuels d’évaluation en double aveugle par les pairs. Elle sera particulièrement attentive à l’enjeu des images et du visuel dans un domaine où l’iconique peut tenir lieu de discours.

Dossiers thématiques

Les Cahiers de la recherche architecturale, urbaine et paysagère en ligne publient deux ou trois fois par an un dossier thématique composé d’une dizaine d’articles en français et en anglais, autour d’un thème prédéfini et problématisé.

Un appel à article est diffusé pour chaque dossier thématique. Les propositions d’articles peuvent être rédigées en français ou en anglais. Leur évaluation se fait en double aveugle.

Rubriques

La revue en ligne dispose de 2 rubriques pour accueillir des articles au fil de l’eau, hors dossiers thématiques.

Actualités de la recherche : comptes rendus variés : thèses, habilitations à diriger des recherches (HDR), recensions d’ouvrages, d’expositions...

Matériaux de la recherche : entretiens, paroles d’acteurs, traductions, textes de référence…

Les propositions d’articles peuvent être rédigées en français ou en anglais. Leur évaluation se fait en double aveugle.

Comité de rédaction/Editorial Board

Rédacteur en chef : FREDERIC POUSIN

MANUEL BELLO MARCANO

FRANCK BESANÇON

GAUTHIER BOLLE

ENRICO CHAPEL

BENJAMIN CHAVARDES

LAURENT DEVISME

YANKEL FIJALKOW

SANDRA FIORI

FRANCOIS FLEURY

XAVIER GUILLOT

CAROLINE MANIAQUE

BEATRICE MARIOLLE

VALERIE NEGRE

DANIEL SIRET

HELENE VACHER

Secrétariat de rédaction : AUDE CLAVEL

Notes

1 Mumford, Lewis. 1934. Technics and civilization. New York, Harcourt-Brace.

2 Giedion, Sigfried. 1948. Mechanization takes command: a contribution to anonymous history. New York, Oxford University Press.

3 Banham, Reyner. 1969. Architecture of the Well-Tempered Environment. Chicago, University of Chicago Press.

4 Voir par exemple au sujet de l’air conditionné : Cooper, Gail. 1998. Air-Conditioning America: Engineers and the Controlled Environment, 1900-1960. Baltimore, John Hopkins University Press ; Ackermann, Marsha E. 2002. Cool Comfort: America's Romance With Air-Conditioning. Washington, Smithsonian Institution Press.

5 On pense au monde dystopique décrit par Stanislas Lem dans son roman Le congrès de futurologie (1971) ou au projet Hormonorium présenté par Décosterd et Rahm en 2002 à la 8e Biennale d’architecture de Venise.

6 Comme ceux produits par les systèmes d’éclairage de la société Coelux, faux ciels de printemps et faux soleils figés dans un éternel été méditerranéen. Cf. https://www.coelux.com

7 Voir à ce sujet Böhme, Gernot. 2017. The Aesthetics of Atmospheres. New York, Routledge.

8 Sennett, Richard. 2002. La Chair et la pierre. Le corps et la ville dans la civilisation occidentale. Paris, Éditions de la Passion.

9 Voir par exemple : Shove, Elizabeth. 2003. Converging Conventions of Comfort, Cleanliness and Convenience. Journal of Consumer Policy, 26:4. DOI: 10.1023/A:1026362829781 ; Healy, Stephen. 2008. Air-conditioning and the ‘homogenization’ of people and built environments. Building Research & Information, 36:4. DOI: 10.1080/09613210802076351

10 Comme celles proposées par exemple par Philippe Rahm.

11 Voir par exemple : Erwine, Barbara. 2017. Creating Sensory Spaces. The Architecture of the Invisible. New York, Routledge ; Edensor, Tim & Sumartojo, Shanti. 2015. Designing Atmospheres: introduction to Special Issue. Visual Communication, 14:3. DOI: 10.1177/1470357215582305

12 Voir par exemple : Pillon, Thierry. 2018. Les couleurs d'ambiance. L'exemple des bureaux dans les années 1950-1960. Communications, n°102. « Exercices d'ambiances. Présences, enquêtes, écritures », sous la direction de Maxime Le Calvé et Olivier Gaudin.

13 Un sujet de recherche ouvert par les travaux de Philip Kotler au début des années 1970 (Atmospherics as a marketing tool, Journal of Retailing. 49:4, 1973) qui se poursuit dans de nombreux travaux contemporains. Voir par exemple : Healy, Stephen. 2014. Atmospheres of consumption: Shopping as involuntary vulnerability. Emotion Space and Society. 10(1). DOI: 10.1016/j.emospa.2012.10.003 ; Julmi, Christian. 2016. Conquering new frontiers in research on store atmospheres: Kinetic and synesthetic qualities. Ambiances [En ligne]. DOI: 10.4000/ambiances.723

14 Voir l’exposition du Centre Canadien d’Architecture, Nos jours heureux. Architecture et bien-être à l’ère du capitalisme émotionnel, CCA, Montréal, du 8 mai au 13 octobre 2019.

Haut de page
  • Logo Ministère de la culture
  • OpenEdition Journals