Navigation – Plan du site

N° 4 - Héritages théoriques

Date de réception des articles : 30 septembre 2018
  • 1 Jacques Lucan, Précisions sur un état présent de l’architecture, Lausanne, presses polytechniques r (...)

Cette thématique s’attache aux sources des théories avec lesquelles opèrent les architectes, les urbanistes, les paysagistes et plus généralement les concepteurs des espaces de vie contemporains. Ainsi, dans la pluralité des approches de conception1, on interrogera la part héritée, issue de théories ou doctrines déjà énoncées précédemment. Ce sujet questionne ainsi les interrelations entre le parcours et la culture des concepteurs comme la nature de leurs champs de références. En quoi les processus de projet s’inscrivent-ils au sein d’une démonstration à caractère théorique ? À quelles sources disciplinaires les concepteurs puisent-ils afin de fonder leurs discours et leurs pratiques ?

  • 2 De nombreux travaux sont consacrés à la question des écrits et des architectes voir Pierre Chabard (...)
  • 3 Georg Germann, Vitruve et le vitruviannisme, introduction à l’histoire de la théorie architecturale (...)
  • 4 Hanno-Walter Kruft, Geschichte der Architekturtheorie von der Antike bis zur Gegenwart, München, C. (...)
  • 5 Françoise Choay, La règle et le modèle, Paris Seuil, 1980.
  • 6 Dominique Rouillard, Superarchitecture, Paris, Éd. de la Villette, 2004.
  • 7 Ian L. McHarg Design with Nature, 1969 tr fr.Max Falque, Cahiers de l’IAURIF, 1980.
  • 8 Goffman Erving, The Presentation of Self in Everyday Life, New York, Doubleday Anchor Books, 1959, (...)

La longue tradition du livre et du traité2 se développe fortement à partir de la Renaissance, époque où les jardins entrent pleinement dans le domaine des arts, où l’on propose des conceptions utopiques et où l’on redécouvre le traité de Vitruve3. C’est ainsi que l’on a pu retracer jusqu’au XIXe siècle, une histoire des théories de l’architecture, de la ville et du paysage sur la longue durée4 fondée notamment sur la notion de modèle5. Au fil du XXe siècle, les formats d’expression et de transmission sont renouvelés, particulièrement à partir des années 19606 lorsque des notions nouvelles sont introduites. L’histoire, l’écologie et l’environnement7, l’expérience du quotidien8 deviennent notamment supports de développement projectuel. L’éclectisme des théories, nées à cette période, configure en partie la diversité des postures contemporaines, qu’elles soient en rupture avec l’idéologie du Mouvement moderne ou qu’elles s’affilient à une tendance singulière.

Les entreprises de théorisation traduisent, à travers le temps, la volonté de formulation d’un discours transmettant les hypothèses et résultats attestés ou non, à travers l’histoire ou par la pratique. Ainsi, la théorie se définit comme un champ de réflexion et d’opérationnalité dépassant les poétiques et doctrines individuelles. Le champ théorique vise à forger des méthodes et concepts permettant l’analyse de situations existantes ou déterminant une attitude de transformation de l’espace.

  • 9 François Hartog, Régimes d’historicité : présentisme et expérience du temps, Paris, Éd. du Seuil, 2 (...)

La théorie est éminemment tiraillée par l’histoire et la géographie, dans lesquelles chacun puise ses références, tout comme par les idéologies caractérisant son contexte d’émission. Ainsi, face au présentisme9 et aux défis du XXIe siècle, comment les acteurs contemporains font-ils évoluer leurs concepts ? Quels champs et disciplines nourrissent le processus de théorisation ? In fine, quelles sont les lignes de continuités qui caractérisent les corpus et appareils théoriques hérités de ces cinquante dernières années si ce n’est au-delà ? L’appréhension des ces permanences pourrait offrir de nouvelles clés d’analyse de la production contemporaine, en l’inscrivant dans une perspective longue.

Pour esquisser des pistes de réponses – et sans prétendre à l’exhaustivité –, ce numéro thématique propose d’éclairer la diversité voire l’articulation des héritages théoriques présents en architecture, en urbanisme et en paysage à partir de trois axes principaux :

Formats et modalités de transmission

  • 10 Paola Vigano, Les territoires de l’urbanisme, Le projet comme producteur de connaissance, Genève, M (...)

Il s’agit d’appréhender ici les supports de construction et transmission d’un énoncé théorique. Comment se positionne le théoricien ? Quelle forme prend la théorisation, parfois en dehors de la tradition écrite (expérience bâtie, conférence, exposition, enseignement) ? Selon quelles méthodes est-elle élaborée et transmise ? Dans quelle mesure la pratique devient-elle productrice d’une pensée théorique « recyclable10 » ? On pourra, par exemple, interroger la notion même de références et les modalités de leur exploitation au sein d’un discours théorique donné.

Usages, transferts, détournements

Par ailleurs, les usages et transformations d’un héritage théorique peuvent être mobilisés. La pérennité et la réception d’un appareil théorique sont ici au centre des questionnements tout comme les transferts et emprunts exercés depuis d’autres champs disciplinaires et scientifiques.

A ce titre, on pourra ici examiner l’évolution de l’enseignement de la théorie dans les écoles et universités ainsi que la diffusion et réception de méthodes spécifiques par des acteurs praticiens et/ou théoriciens. Quelle place pour des outils de comparaison ou d’analogie ? Ainsi, le poids de certaines filiations et de certains contre-modèles pourront émerger : certains architectes formés avant 1968 en France ont par exemple construit leur positionnement en réaction à une forme d’enseignement qu’ils rejettent.

Contextes de formulation, terrains d’opération

Enfin, l’énoncé d’une théorie ou d’un positionnement théorique ne nous renseigne pas que sur l’œuvre ou la vision d’un acteur singulier, mais éclaire un contexte culturel bien plus large. La théorie émerge à la croisée entre une pratique et un contexte. On pourra donc investiguer les porosités entre l’histoire des idées, les évolutions socio-culturelles et l’évolution de l’architecture, de la ville et du paysage.

Dans quelle mesure l’appareil théorique mobilisé est-il dépendant d’un contexte singulier ou du parcours de son concepteur ? Comment est-il éventuellement interprété dans des contextes distincts ?

Les sujets des articles proposés pourront s’inscrire plus spécifiquement à l’intérieur d’un de ces axes de questionnement ou proposer une analyse plus transversale, en mobilisant des corpus inédits.

Ce cahier thématique a pour ambition de rassembler des contributions éclairant la multiplicité des usages et formulations théoriques convoquant les échelles architecturales, urbaines et paysagères. Ce numéro participera à enrichir le regard sur la pratique du projet, entendu comme une pensée à l’œuvre, et à caractériser le pluralisme théorique et doctrinal de ces dernières décennies. Il permettra également de mieux comprendre l’inscription des processus de transformation spatiale dans des contextes culturels variés et, à la fois, toujours plus interdépendants.

Modalités de transmission des propositions d’articles

Les propositions d’articles seront envoyées par mail avant le 30 septembre 2018
au secrétariat de rédaction des Cahiers de la recherche architecturale, urbaine et paysagère
secretariat-craup@culture.gouv.fr
Pour plus d’informations, contacter Aude Clavel au 06 10 55 11 36

Les articles ne doivent pas excéder 50 000 caractères, espaces compris.

Langues acceptées : français, anglais.

Les articles doivent être accompagnés de :

1 notice biobibliographique entre 5 à 10 lignes (nom et prénom du ou des auteur(s), statut professionnel et/ou titres, rattachement institutionnel éventuel, thèmes de recherche, dernières publications, adresse électronique).

2 résumés en français et en anglais.

5 mots clefs en français et en anglais.

Notes

1 Jacques Lucan, Précisions sur un état présent de l’architecture, Lausanne, presses polytechniques romandes, 2015.

2 De nombreux travaux sont consacrés à la question des écrits et des architectes voir Pierre Chabard et Marilena Kourniati, Raisons d’écrire : livres d’architectes, 1945-1999, Paris, Éd. de la Villette, 2013. Voir aussi Jean-Philippe Garric, Émilie d’Orgeix et Estelle Thibault, Le Livre et l’architecte, actes du colloque, Paris, 31 janvier-2 février 2008, Wavre, Mardaga, 2011. André Tavares, The Anatomy of the Architectural Book, Zurich, Lars Müller Publishers, 2016. Beatriz Colomina, Clip, Stamp, Fold : The Radical Architecture of Little Magazines, Barcelone, Actar, 2006.

3 Georg Germann, Vitruve et le vitruviannisme, introduction à l’histoire de la théorie architecturale, Lausanne, presses polytechniques romandes, 2016 (éd. Originale 1987).

4 Hanno-Walter Kruft, Geschichte der Architekturtheorie von der Antike bis zur Gegenwart, München, C. H. Beck, 1985. Michel Baridon, Les jardins : paysagistes – jardiniers – poètes, Paris, Robert Laffont, 1998.

5 Françoise Choay, La règle et le modèle, Paris Seuil, 1980.

6 Dominique Rouillard, Superarchitecture, Paris, Éd. de la Villette, 2004.

7 Ian L. McHarg Design with Nature, 1969 tr fr.Max Falque, Cahiers de l’IAURIF, 1980.

8 Goffman Erving, The Presentation of Self in Everyday Life, New York, Doubleday Anchor Books, 1959, tr. fr. La Présentation de soi, Paris, Éditions de Minuit, 1973. Henri Lefebvre, Critique de la vie quotidienne II. Fondements d’une sociologie de la quotidienneté, Paris, L’Arche, 1961,  

9 François Hartog, Régimes d’historicité : présentisme et expérience du temps, Paris, Éd. du Seuil, 2003.

10 Paola Vigano, Les territoires de l’urbanisme, Le projet comme producteur de connaissance, Genève, Métis Presses, 2014.

Haut de page
  • Logo Ministère de la culture
  • OpenEdition Journals