Navigation – Plan du site

AccueilAppels à contributionAppels closN°11 Projets en échec : déroutes ...

N°11 Projets en échec : déroutes et déréalisations

Dossier thématique coordonné par Laurent Devisme (Ensa Nantes) et Laurent Matthey (Université de Genève)
Date limite de réception des propositions d’articles : 15 mars 2021

Projets en échec : déroutes et déréalisations

  • 1 Boutinet, J.-P. (1990). Anthropologie du projet. Paris, PUF.
  • 2 Boltanski, L., Chiapello, E. (1999), Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard.

Le projet est devenu un principe général d’organisation des univers du travail. Il s’accompagne d’un grand nombre de techniques et technologies du « jeter-en-avant », qui mêlent tout autant une rhétorique (il est une langue du projet, qui des processus aux objectifs, en passant par ses livrables, ses groupes de travail et autres instances de validation, organise une timeline propre à soutenir le cycle de vie projectuel...), qu’une éthique (le projet organise un rapport aux monde, il dispose des corps, il détermine un positionnement dans le temps1…) et une instrumentation (monde croissant de l’artifice, du logiciel, de l’application, smart cities)… La “cité par projet2” s’est imposée, devenant hégémonique dans les univers du travail bien au-delà des seuls mondes de la conception. Cela s’est accompagné d’un entrain certain, entravé toutefois par des crises ponctuelles et sévères (la pandémie et le confinement qui l’accompagne) et par un horizon qui remet en question un certain nombre de caractéristiques de la modernité, qu’il s’agisse de prendre soin, de ralentir ou de réparer par exemple.

  • 3 Chadoin, O. (2001). De la décision à sa traduction: fidélité, re-création et bricolage intellectuel (...)
  • 4 Lévy, A. (2006). « Quel urbanisme face aux mutations de la société postindustrielle ? » Esprit, 11, (...)
  • 5 Arab, N. (2007), A quoi sert l’expérience des autres ? “Bonnes pratiques” et innovation dans l’amén (...)

Le contexte est propice à questionner les promesses du projet. Pourtant, la recherche a eu tendance à sous-documenter les “ratages”, tant elle s’est principalement attachée à analyser les façons de faire ou les bricolages qui rythment le projet3, dénoncer ses effets pernicieux4 ou louer ses bonnes pratiques, ses success stories et autres storytelling, trop rarement questionnées5.

  • 6 Léveillé, A., Canosa, A., Toumi, I., Schaffert, R. & Brun, Ph. (2003). 1896-2001. Projets d’urbanis (...)
  • 7 Maeder, T. (2020), Hybrider pour mieux projeter ? De la critique artiste au nouvel esprit de l’urba (...)

Les cas de projet ayant raté leur « sortie dans le monde » sont nombreux : banques de données urbaines, aérotrain, Aramis, Swissmetro… Ceux-ci relèvent souvent de « gros objets », de grands équipements, d’infrastructures surdimensionnées, mais ils comprennent également des projets de territoire, des planifications directrices adossées à certaines visions prospectives6, des propositions d’espaces publics ou architecturales issues de concours ouverts ou sélectifs7 qui permettent de renouveler un périmètre donné ou d’étendre les capacités d’accueil d’un territoire...

  • 8 Pessis, C., Topçu, S., Bonneuil C. (dir.) (2013). Une autre histoire des "Trente Glorieuses". Moder (...)
  • 9 Fressoz, J.-B., Graber, F., Fabien Locher, F. & Quenet, G. (2014). Introduction à l'histoire enviro (...)

L’analyse des projets en échec offre l’occasion d’une autre histoire, sinon des Trente glorieuses (pour paraphraser le titre d’un ouvrage existant8) du moins de l’urbanisme, de l’architecture et du paysage des soixante-dix dernières années, qui participerait des récents travaux relevant de l’histoire environnementale9.

Car, si l’histoire a surtout documenté des « échecs techniques » entendus comme l’absence de rencontre ou de congruence entre techniques et sociétés, l’intérêt pour les « échecs spatiaux » est dans doute également susceptible de porter une contribution à la compréhension des dimensions écologiques des trajectoires de projet, à la saisir en tant qu’elles s’inscrivent dans un milieu (un ensemble de relations) sur lequel elles aspirent simultanément à agir. Par le prisme des projets inaboutis, il s’agit donc ici non pas de prendre le contre-pieds d’une histoire héroïque des disciplines de la conception pour focaliser sur le point où elles échouent, mais de saisir les infimes désajustements qui désolidarisent projet et lieu, conduisant à diverses formes de renoncements — dont il conviendrait d’identifier les formes, entre confinement (limiter les effets), détournement (en faire un autre usage) ou contournement (ne plus se poser la question d’un projet) — pour mieux saisir la tension qui existe entre échec et abandon. Un projet abandonné est-il un projet en échec ? Un projet en échec est-il pour autant abandonné ? Faut-il plutôt envisager des modalités de recomposition, des retours, des résurgences sous d’autres formes, de projets inaboutis dans d’autres projets ?

La focale des désajustements entre projet et lieu fait ainsi des projets échoués ou abandonnés de puissants analyseurs des temporalités projectuelles et des cadrages analytiques bornant l’histoire en quelque sorte événementielle de l’urbanisme, de l’architecture et du paysage. L’attention aux différentes formes de l’abandon doit également conduire à penser l’épaisseur temporelle de la production spatiale. Le temps long de la planification articule ainsi des projets qui s’inscrivent dans un temps plus ramassé, pour faire progressivement advenir une vision territoriale, dont certains objets, qui font événement et résonnent ou pas avec un temps plus conjoncturel. L’échec tient-il d’une désynchronisation de ces différents rythmes, empêchant de tenir un fil narratif crédible, de consolider un budget qui s’effrite, de mobiliser une équipe en continu ? L’abandon participerait-il d’un moment de resynchronisation dans lequel on prend acte et qui peut être le départ d’une nouvelle aventure de projet ou au-moins d’une clarification des forces en présence ?

  • 10 Komendant, A.E. (2006) 18 années avec Louis I. Kahn, Paris, Linteau.
  • 11 Yaneva, A. (2012), Mapping controversies in architecture, Ashgate.

Mais la focale des désajustements entre projet et lieu est également un analyseur de la fabrication de la ville ou plus largement de la production de l’espace, notamment des rapports entre ses corps de métiers. Que dit un projet en échec ou abandonné, des relations entre ses différents intervenants ? L’échec ou l’abandon d’un projet procède-t-il d’abord d’un désajustement des postures disciplinaires ? Est-il le résultat d’un banal dérèglement dans l’« écologie » des façons de voir et de faire de collectifs au travail ? Est-il le produit d’un « dérangement » d’ordres ou de de mondes que le projet devrait plutôt faire converger, agencer ? On peut ici rejoindre des travaux qui ont mis en avant les spécificités de cultures professionnelles et leurs frictions à l’occasion du travail en commun. On peut songer spontanément aux rapports entre ingénieurs et architectes10 mais aussi entre architectes et artisans et plus généralement à l’ethnographie des pratiques de design11.

  • 12 Latour, B. (1992). Aramis ou l’amour des techniques. Paris, La Découverte.

Il ne s’agit pas dans le cadre de ce numéro des Cahiers de la recherche architecturale urbaine et paysagère de revenir sur des utopies et dystopies ou sur de seuls projets de papier mais bien sur la déréalisation de projets, pour reprendre les termes de Bruno Latour12 : un projet n’est pas réaliste ou irréaliste, il se réalise ou se déréalise progressivement.

  • 13 A l’exemple de Forester, J. (1989), Planning in the face of power, Berkeley, Univ of California Pre (...)

Les propositions attendues pourront s’attacher à l’élaboration de typologies des échecs, à l'analyse des conditions de déréalisation ou de recomposition des projets ou bien encore consister en une relecture attentive d’auteurs ayant approché et conceptualisé les déroutes et échecs de projets13.

Bibliographie

A. Biamonti, Archiflop. A guide to the most spectacular failures in the history of modern and contemporary architecture, Niggli, 2016.

L/ Devisme, « Apprendre des projets qui se déréalisent », Place Publique, 66, printemps 2018, pp. 14-18.

Ph .Genestier, « Des projets en paroles et en images. La rhétorique du projet face à la crise du vouloir-politique », Espaces et sociétés, 105(2), 2001, pp. 101-126, [en ligne] https://www.cairn.info/revue-espaces-et-societes-2001-2-page-101.htm

M. Marié, « De l’aménagement au ménagement du territoire en Provence », Le genre humain n°12, 1985, [en ligne] https://www.cairn.info/revue-le-genre-humain-1985-1-page-71.htm

É. Schultz, « Le temps d'un projet », Temporalités, 18, 2013, [en ligne] http://journals.openedition.org/temporalites/2563

Modalités de transmission des propositions d’articles

Les propositions d’articles complets seront envoyées par mail avant le 15 mars 2021 au secrétariat de rédaction des Cahiers de la recherche architecturale, urbaine et paysagère
secretariat-craup@culture.gouv.fr
Pour plus d’informations, contacter Aude Clavel au 06 10 55 11 36

Les articles ne doivent pas excéder 50 000 caractères, espaces compris.

Langues acceptées : français, anglais.

Les articles doivent être accompagnés de :

1 notice biobibliographique entre 5 à 10 lignes (nom et prénom du ou des auteur(s), statut professionnel et/ou titres, rattachement institutionnel éventuel, thèmes de recherche, dernières publications, adresse électronique).

2 résumés en français et en anglais.

5 mots clefs en français et en anglais.

Instructions aux auteurs

1/ Règles générales

Italique : mots en langues étrangères par rapport à la langue utilisée, donc op. cit., ibid., cf., a priori, a posteriori…

Pas d’usage du gras (à l’exception des titres), ni de capitales (à l’exception du début des noms propres, des institutions, de l’usage des majuscules pour les titres en anglais, etc.).

2/ Corps du texte

Le texte doit être saisi dans le logiciel Word en Times New Roman, taille 12, interligne 1,5, sans mise en forme particulière, hormis les titres, intertitres, légendes et sauts de paragraphes.

3/ Citations

Les citations de moins de 3 lignes seront insérées dans le texte et mise entre guillemets.

Les citations de plus de cinq lignes seront en retrait à gauche et à droite, de taille 10 (et non 12), et sans guillemets.

4/ Références bibliographiques

Les références bibliographiques seront regroupées par ordre alphabétique de nom d’auteur en fin d’article dans une section « Bibliographie », selon le modèle suivant :

Pour un ouvrage : Prénom Nom, Titre, Ville d’édition, Maison d’édition (Collection), année de publication, page.

Pour un ouvrage collectif : Prénom Nom et Prénom Nom (dir./coord./éds./etc.), Titre, Ville d’édition, Maison d’édition, année de publication, page, ou Prénom Nom et al., Titre, Ville d’édition, Maison d’édition, année de publication, page.

Pour un chapitre d’un ouvrage collectif : Prénom Nom, Titre, dans Prénom Nom et Prénom Nom (dir./coord./éds./etc.), Titre, Ville d’édition, Maison d’édition, année de publication, page.

Pour un article de revue : Prénom Nom, « Titre de l’article », Titre de la revue, vol. /n° , date, Ville d’édition, Maison d’édition, année de publication, page.

Pour une référence électronique : Prénom Nom, « Titre de l’article », Titre de la revue, vol. /n° , date, [en ligne] [url], consulté le [date].

5/ Illustrations, graphiques et tableaux

Les photographies et illustrations accompagnant le texte devront être numérisées en haute définition (300 dpi, 15 cm de long ou de large minimum) dans les formats Jpg ou Tiff.

Les fichiers texte seront distincts des fichiers graphiques.

Les tableaux sont considérés comme des figures et doivent faire l’objet des mêmes consignes en matière d’intitulé de fichier, d’appel de figure, de format d’image (jpg ou tif), de taille d’image et de lisibilité.

L’auteur doit vérifier que les images/figures dont il n’est pas l’auteur sont libre de droits.

Dans le cas contraire, il doit faire la demande auprès du propriétaire de l’image/figure avant de la soumettre à la revue.

Les illustrations, graphiques et tableaux doivent être légendés de manière spécifique :

Le titre des illustrations, précédés de « figure [n] : » ou « Tableau [n] : » doit être placé au-dessus de l’illustration.

La légende et les crédits (source, copyright, etc.) doivent être placés sous l’illustration, sur deux lignes distinctes.

Ligne éditoriale

Inscrits dans les champs de la recherche architecturale, urbaine et paysagère, les Cahiers se sont développés à l’origine dans les laboratoires des écoles d’architecture à partir des années 1970. La revue initie aujourd’hui une nouvelle formule en ligne : revue scientifique internationale, elle s’adresse aux communautés de recherche concernées par les transformations spatiales intentionnelles, quelles que soient les échelles. Les Cahiers visent à répondre aux intérêts et questionnements actuels, mais aussi à les renouveler, et ainsi ouvrir de nouvelles voies de recherche. Trois pôles de questionnement sont plus directement visés : l’un concerne spécifiquement le registre des théories, de manière à développer les échanges et les controverses entre théories du design, du planning, de l’architecture et du paysage. Un second pôle renvoie à la matérialité de la ville, aux savoir-faire constructifs impliqués dans la transformation spatiale, mais aussi à la dimension matérielle des phénomènes de transfert et de mobilisation, régulièrement analysés dans d’autres revues sous des angles a-spatiaux. Enfin, le troisième pôle interroge le projet et sa conception, qui occupe une place toute particulière dans les sciences et pratiques de l’espace (rôles performatifs des projets, théories de la pratique). Ces trois pôles appellent à des travaux pluridisciplinaires, préoccupés de tracer des explications approfondies des transformations des environnements construits à l’âge de l’anthropocène. La production scientifique attendue renvoie aux critères usuels d’évaluation en double aveugle par les pairs. Elle sera particulièrement attentive à l’enjeu des images et du visuel dans un domaine où l’iconique peut tenir lieu de discours.

Dossiers thématiques

Les Cahiers de la recherche architecturale, urbaine et paysagère publient trois fois par an un dossier thématique composé d’une dizaine d’articles en français et en anglais, autour d’un thème prédéfini et problématisé.

Un appel à article est diffusé pour chaque dossier thématique. Les propositions d’articles peuvent être rédigées en français ou en anglais. Leur évaluation se fait en double aveugle.

Rubriques

La revue en ligne dispose de 2 rubriques pour accueillir des articles au fil de l’eau, hors dossiers thématiques.

Actualités de la recherche : comptes rendus variés : thèses, habilitations à diriger des recherches (HDR), recensions d’ouvrages, d’expositions...

Matériaux de la recherche : entretiens, paroles d’acteurs, traductions, textes de référence…

Les propositions d’articles peuvent être rédigées en français ou en anglais. Leur évaluation se fait en double aveugle.

Comité de rédaction

Rédacteur en chef
FREDERIC POUSIN

MANUEL BELLO MARCANO
FRANCK BESANÇON
GAUTHIER BOLLE
ENRICO CHAPEL
BENJAMIN CHAVARDES
LAURENT DEVISME
YANKEL FIJALKOW
SANDRA FIORI
XAVIER GUILLOT
CAROLINE MANIAQUE
VALERIE NEGRE
DANIEL SIRET
HELENE VACHER
ANDREA URLBERGER

Secrétariat de rédaction
AUDE CLAVEL

Notes

1 Boutinet, J.-P. (1990). Anthropologie du projet. Paris, PUF.

2 Boltanski, L., Chiapello, E. (1999), Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard.

3 Chadoin, O. (2001). De la décision à sa traduction: fidélité, re-création et bricolage intellectuel. Espaces et sociétés, 105(2), 83-100. https://www.cairn.info/revue-espaces-et-societes-2001-2-page-83.htm.

4 Lévy, A. (2006). « Quel urbanisme face aux mutations de la société postindustrielle ? » Esprit, 11, pp. 61-75 ; Rodríguez-Carmona, A. (2009). El proyectorado. Bolivia tras 20 años de ayuda externa. La Paz, Éditions Plural.

5 Arab, N. (2007), A quoi sert l’expérience des autres ? “Bonnes pratiques” et innovation dans l’aménagement urbain, Espaces et Sociétés n°131 / 4, 33-48 ;Devisme, L., Dumont, M., Roy, E. (2007), Le jeu des bonnes pratiques dans les opérations urbaines, entre norme et fabrique locale, Espaces et Sociétés 131/4, 15-32.

6 Léveillé, A., Canosa, A., Toumi, I., Schaffert, R. & Brun, Ph. (2003). 1896-2001. Projets d’urbanisme pour Genève. Genève, Georg.

7 Maeder, T. (2020), Hybrider pour mieux projeter ? De la critique artiste au nouvel esprit de l’urbanisme, doctorat en urbanisme-aménagement, Université de Genève ; Tranda-Pittion, M. (2011). Pratiques urbanistiques et régulations de la production de la ville ordinaire. Louvain-la-Neuve, Presses universitaires de Louvain.

8 Pessis, C., Topçu, S., Bonneuil C. (dir.) (2013). Une autre histoire des "Trente Glorieuses". Modernisation, contestations et pollutions dans la France d'après-guerre. Paris, La Découverte.

9 Fressoz, J.-B., Graber, F., Fabien Locher, F. & Quenet, G. (2014). Introduction à l'histoire environnementale. Paris, La Découverte.

10 Komendant, A.E. (2006) 18 années avec Louis I. Kahn, Paris, Linteau.

11 Yaneva, A. (2012), Mapping controversies in architecture, Ashgate.

12 Latour, B. (1992). Aramis ou l’amour des techniques. Paris, La Découverte.

13 A l’exemple de Forester, J. (1989), Planning in the face of power, Berkeley, Univ of California Press ; de Hall, P. (1982), Great planning disasters, University of California Press ou encore, plus récemment, de Flyvbjerg, B. (2003). Megaprojects and risk: an anatomy of ambition, Cambridge University Press .

Haut de page
  • Logo Ministère de la culture
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search