Navigation – Plan du site

AccueilDossiers9|10Une entreprise comme les autres ?Entre ethos professionnel et logi...

Une entreprise comme les autres ?

Entre ethos professionnel et logiques d’entreprises : La recherche et l’innovation dans les agences d’architecture

Between Professional Ethos and Business Logic: Research and Innovation in Architectural Agencies
Mélanie Guenot

Résumés

Encouragés par une politique publique, incitative et de réforme, les dirigeants d’agences montrent un intérêt certain pour l’intégration de pratiques de recherche ou d’innovation dans leurs structures. Cependant, les dispositifs de droit commun ouverts aux agences d’architecture et prévus pour valoriser la recherche et l’innovation sont jugés insuffisamment investis par le champ de l’architecture (CIR, CII, CIFRE). Pour participer à la compréhension de ce phénomène, nous interrogeons les manières dont les architectes dirigeants appréhendent ces notions, les pratiques qu’ils leur associent et leur possible intégration au sein des structures. Nous avons pu vérifier ainsi la dualité à laquelle ils se confrontent : penser l’évolution des pratiques professionnelles et des structures qui les accueillent en réponse aux multiples défis auxquels est confronté le champ de l’architecture, tout en respectant les codes, valeurs et normes hérités d’une profession libérale.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Stéphane Berthier, « Le développement expérimental en situation de projet. Études des modes constru (...)

1Les agences d’architecture sont de plus en plus encouragées, voire fortement conviées à s’approprier les champs lexicaux de la recherche et de l’innovation. Au sein du premier numéro de la nouvelle formule des Cahiers de la recherche architecturale, urbaine et paysagère, titré Innover ?, Stéphane Berthier écrit « l’innovation est un mantra de notre époque en crise1 » ; nous proposons d’interroger comment cette maxime anime le champ de l’architecture et plus particulièrement, comment la recherche et l’innovation sont appréhendées et pensées au sein des agences d’architecture.

  • 2 L’architecte ne constitue qu’une seule et même personne avec son cabinet et est solidairement et in (...)
  • 3 Entreprise individuelle ou entreprise individuelle à responsabilité limitée.
  • 4 Ordre des architectes, Archigraphie 2018, Observatoire de la profession d’architecte, 2018, p. 142. (...)
  • 5 Isabelle Chesneau (dir.), Profession architecte, Paris, Eyrolles, 2019, p. 73.
  • 6 En droit, l’intuitus personae fait appel à la considération de la personne. Voir Raymond Guillien, (...)
  • 7  Valérie Champetier, Cédric Fischer, « Transmission et reprise des entreprises culturelles : Quels (...)

2La dénomination « agence » est généralement préférée à celle d’« entreprise d’architecture », et ce malgré une baisse du nombre d’architectes exerçant en libéral, c’est-à-dire au sein d’entreprises individuelles2 (EI ou EIRL3), au bénéfice d’une structuration des agences en sociétés. Toutefois, il est important de rappeler que l’abandon progressif de l’exercice d’une activité libérale en nom propre ne doit pas être confondu avec le caractère libéral de la profession d’architecte4. Ce dernier renvoie à des qualités, des valeurs qui sont au cœur de l’ethos professionnel : l’indépendance, le désintéressement et le caractère intellectuel de la profession5. Le développement des agences d’architecture oscille ainsi entre logiques entrepreneuriales et ethos d’une profession libérale. Valérie Champetier et Cédric Fischer parlent même d’un passage d’une « forte culture individualiste, celle de l’intuitu personae6 » à « la construction de marques7 ». Entre codes, valeurs et habitus d’une profession libérale et développement de stratégies entrepreneuriales, comment la recherche et l’innovation deviennent-elles des composantes des stratégies de développement des agences d’architecture ?

3La recherche et l’innovation semblent être des mots d’ordre que toute entreprise d’architecture se doit d’adopter. L’intégration de telles pratiques au sein des agences d’architecture apparaît comme bénéfique tant pour l’image de la profession que pour le développement économique de ses structures. Les différentes politiques publiques relatives à la recherche et l’innovation en architecture l’affirment. Elles incitent les agences à s’investir pour le développement de la recherche et de l’innovation en architecture. Les initiatives émergent, les discours et communications autour de ces thèmes se multiplient autant que les controverses à l’échelle de la profession comme dans le monde institutionnel.

  • 8 Culture et Recherche, n 138 « Architecture. Pratiques Plurielles de la recherche », automne-hiver 2 (...)
  • 9 d’a, « E (V) LAN ! », n°262, mai 2018.
  • 10 Les Cahiers Techniques du Bâtiment, n°383 « L’innovation selon vous, Paroles d’experts », déc. 2019 (...)
  • 11 Les Cahiers de la recherche architecturale urbaine et paysagère, n 1 « Innover ? », 2018.

4Les publications – qu’elles soient ministérielles, professionnelles ou scientifiques – relayent et interrogent le développement de pratiques de recherche nouvelles. Ainsi, la revue institutionnelle Culture et Recherche consacre son numéro 138 aux « pratiques plurielles de la recherche en architecture » et recense une série de collaborations entre praticiens, étudiants, enseignants et chercheurs8 ; la revue d’a propose un dossier spécial sur le crédit d’impôt recherche dans lequel sont présentées plusieurs agences d’architecture qui tirent profit de ce dispositif9 ; Les Cahiers Techniques du Bâtiment ont également édité un dossier nommé « L’innovation selon vous. Paroles d’experts10 ». Enfin, le premier numéro de la nouvelle formule des Cahiers de la recherche architecturale, urbaine et paysagère interroge l’évolution de la profession d’architecte parallèlement au développement d’une recherche en architecture appliquée issue d’interactions entre praticiens et chercheurs11.

  • 12 Ministère de la Culture, Innovation architecturale, Restitution des travaux du groupe de travail, 2 (...)

5Malgré cette mise en lumière d’expériences au cours desquelles des praticiens s’impliquent dans des processus de recherche ou d’innovation, il est reproché aux agences d’architecture de ne pas s’investir suffisamment relativement aux attentes des politiques publiques. La constitution d’un « groupe de travail innovation architecturale » en juillet 2019, qui fait suite à une demande étatique, en atteste. Ce dernier est composé de représentants des différents ministères, de l’ordre des architectes, des syndicats de l’architecture, des écoles nationales supérieures d’architecture et de praticiens reconnus pour leurs expertises. Il lui a été donné pour mission « d’identifier les difficultés qui se posent en matière d’innovation architecturale et de proposer des solutions pour y remédier12 ».

  • 13 Société Française des Architectes, « L’enseignement du projet en danger », Bulletin n°56, 2trim. (...)

6Parallèlement, les controverses s’exposent et notamment au sein des écoles. Le récent appel publié par la Société française des architectes, intitulé « L’enseignement du projet en danger » et les contributions qui ont suivi témoignent des débats et controverses sur la place de la recherche au sein des écoles d’architecture, mais aussi plus largement dans le champ de l’architecture13. Ces discours donnent à voir les tensions et dynamiques de repli qui animent le champ et qui participent à retarder le développement de pratiques nouvelles entre chercheurs et praticiens.

  • 14  Véronique Biau, « Stratégies de positionnement et trajectoires d’architectes », Sociétés contempor (...)
  • 15  Guy Tapie, « Maîtrise d’œuvre : l’image vecteur d’identité », dans Thérèse Évette (dir.), « Interp (...)
  • 16  Idem., p. 162.
  • 17 Vera Borges, Manuel Villaverde Cabral, « Les architectes au Portugal : entre la vocation et la prof (...)

7Véronique Biau a interrogé les pratiques de positionnement des architectes14, mettant en exergue une dualité forte entre enjeux économique et symbolique, entre la nécessité d’obtenir de nouvelles commandes et une quête de reconnaissance par les pairs. La constitution d’une image est, selon Guy Tapie, une nécessité pour les architectes. Elle traduit « sous forme syncrétique une identité et une stratégie15 ». À travers elle, les architectes justifient et légitiment leurs pratiques en affirmant « la vocation et la tradition de la profession à servir et à garantir cet intérêt général16 ». Ces valeurs associées à la profession assoient le rôle des architectes et le recours nécessaire à ces derniers. Elles inspirent et servent également des logiques de marques au service des territoires et de leurs politiques17. L’intégration de pratiques de recherche ou d’innovation au sein des agences d’architecture peut-elle réconcilier enjeux économiques et enjeux symboliques au sein des pratiques de positionnement des architectes et permettre le développement économique des agences d’architecture tout en satisfaisant l’ethos professionnel ?

8Nous formulons l’hypothèse selon laquelle les dirigeants d’agence doivent construire l’intégration de ces activités nouvelles en conciliant et nourrissant tant les préceptes de l’ethos professionnel que les stratégies entrepreneuriales de leurs structures. Cet équilibre complexe expliquerait en partie le retard, ou du moins le temps nécessaire pour que ces pratiques émergent en masse.

9Nous souhaitons apporter un éclairage nouveau quant aux stratégies de positionnements des agences en tant qu’entreprises, ainsi que sur la place de la recherche et de l’innovation en leur sein. Pour ce faire, nous décrirons les perceptions et représentations de dirigeants d’agence vis-à-vis des pratiques de recherche et d’innovation à travers la manière dont ils envisagent de les intégrer à leur propre entreprise. L’objectif de notre contribution n’est donc pas d’évaluer la nature des productions que les architectes placent derrière les intitulés recherche ou innovation, ni même de chercher à définir ce qu’elles doivent ou devraient être, mais bien d’analyser l’écart entre les pratiques de recherche ou d’innovation telles que promues par les politiques incitatives à la recherche et la manière dont les dirigeants d’agence les appréhendent. D’autre part, nous n’interrogerons pas les effets réels de l’intégration de telles pratiques sur le quotidien des agences en termes de restructuration ou de recomposition des modes de travail et de collaboration de ses membres, les projets de recherche ou d’innovation du corpus d’agence étudié étant encore majoritairement au stade de projet.

10Pour ce faire, nous analyserons tout d’abord la manière dont les paradigmes de la recherche et de l’innovation prennent place au sein du champ de l’architecture, par l’étude du rôle des politiques publiques. Au sein des parties deux et trois, nous exposerons ensuite un travail d’enquête réalisé auprès de dix dirigeants d’agence. En premier lieu, nous rapporterons la manière dont les architectes interrogés pensent leurs agences (structuration, politique de développement et relation à la commande). Par la suite, nous livrerons leurs appréhensions et représentations vis-à-vis des pratiques de recherche et d’innovation et les questions qu’ils rencontrent lorsqu’ils souhaitent les intégrer à leurs structures.

La recherche et l’innovation en architecture, solution ou injonction ?

  • 18 André Lichnerowicz, Rapport de la Commission ministérielle de la recherche architecturale, ministèr (...)
  • 19  Véronique Biau, Pour une problématique de l’innovation en architecture, recherche exploratoire sub (...)
  • 20 Véronique Biau, « Innovations architecturales. Logiques de recherche, logiques d’action », Villes e (...)

11Les questions liées au développement de la recherche et de l’innovation en architecture ne sont pas nouvelles. Pour rappel, le rapport de la Commission ministérielle de la recherche architecturale rédigé en 1970 appelait déjà au développement d’une « recherche action-développement au contact de la profession18 ». La notion d’innovation a également fait l’objet de commande de recherche, à l’initiative cette fois du ministère de l’Équipement. Ainsi, il fut confié à Véronique Biau, en 1983, une recherche exploratoire nommée « Problématique de l’innovation en architecture19 ». L’auteure décrit dans son rapport une tendance à une « innovation-coup médiatique » et invite à se concentrer davantage sur la compréhension du processus d’innovation plutôt que sur une évaluation de type monographique des objets architecturaux produits. Elle conclut qu’il est nécessaire de « situer l’innovation dans l’ensemble des stratégies dont elle est l’objet et d’aider ainsi à mieux évaluer les implications des choix passionnés qui la font exister20 » ; une logique dans laquelle nous souhaitons, ici, nous inscrire.

Les politiques publiques relatives à la recherche et l’innovation en architecture

  • 21  Ministère de la Culture et de la Communication, Délégation à l’information et à la communication, (...)

12La stratégie nationale pour l’architecture (SNA), énoncée en 2015, préconise d’encourager et d’accompagner « une nouvelle culture architecturale dans laquelle l’innovation sera centrale21 ». Pour ce faire, elle recommande l’émergence de synergies nouvelles entre la formation, la recherche et les métiers. Cette directive invite la profession d’architecte à ne plus subir les évolutions, mais à construire sa transition. En effet, au-delà des préconisations, les politiques publiques de l’architecture justifient et motivent leurs recommandations en pointant les divers aspects sur lesquels la profession peut ou doit agir. Elles viennent ainsi répondre aux difficultés que les agences d’architecture rencontrent, aux problématiques que la profession affronte, mais aussi aux grands enjeux sociétaux. Pour affronter l’ensemble de ces défis, la recherche et l’innovation sont présentées comme des solutions à tous les maux.

  • 22 Pierre-Damien Huyghe, Contre-temps. De la recherche et de ses enjeux. Arts, architecture, design, P (...)
  • 23  Idem., p. 18.
  • 24 Idem., p. 16.

13Concernant la mise en œuvre de ces préconisations, mais aussi leurs définitions et caractérisations, la SNA est moins précise. Pierre-Damien Huyghe parle d’un impératif sans référent, celui de faire émerger une recherche en art, en architecture et en design : « S’il “faut” faire de la recherche ou qu’il faut faire quelque chose sous ce nom, qu’est-il au juste demandé22 ? » L’auteur qualifie le mot « recherche », « d’indécis, baladé et, si j’ose dire, devenu baladable23 ». Il émet l’hypothèse selon laquelle l’un des objectifs de cette injonction est d’abord d’initier du changement24.

  • 25 Loi n 2016-925 du 7 juillet 2016 relative à la liberté de la création, à l’architecture et au patri (...)
  • 26 Décret n°2018-105 du 15 février 2018 portant statut particulier du corps des professeurs et du corp (...)
  • 27 Ordonnance n°2020-71 du 29 janvier 2020 relative à la réécriture des règles de construction et reco (...)

14Afin d’encourager les initiatives, une série de mesures ont été prises. Tout d’abord, la loi relative à la liberté de la création, à l’architecture et au patrimoine25 (LCAP) a ainsi fait naître le « permis d’innover » en 2016. Elle a également donné lieu à plusieurs décrets26 en 2018 qui ont transformé le cadre de l’enseignement supérieur et de la recherche dans les écoles nationales supérieures d’architecture (ENSA). Ces derniers modifient le statut des ENSA en empruntant les principes et modalités de gouvernances appliqués dans les autres établissements d’enseignement supérieur. Ils réglementent le recrutement des intervenants extérieurs, des maîtres de conférences, des professeurs associés ou invités au sein des écoles et créent le statut d’enseignant-chercheur des ENSA. Parallèlement, un Conseil national des enseignants-chercheurs des écoles d’architecture (CNECEA) inspiré du Conseil national des universités (CNU) est institué. Enfin, la seconde ordonnance prévue par la loi pour un État au service d’une société de confiance27 (ESSOC II) publiée en janvier 2020, relative à la réécriture des règles de construction, généralise le permis d’expérimenter à travers l’emploi ou l’invention de « solutions d’effet équivalent ». L’innovation n’est alors plus présentée comme l’exception, mais comme la future norme.

Les dispositifs de droit communs

  • 28 d’a, « E (V) LAN ! », n°262, mai 2018, p. 57.

15Par ailleurs, les dispositifs de droit communs ont été ouverts aux entreprises d’architecture. En 2012, l’architecture est recensée parmi les champs d’activités éligibles au crédit impôt recherche (CIR), et au crédit impôt innovation (CII). Comme toute entreprise française, les agences peuvent prétendre à une réduction d’impôt calculée à partir de leurs dépenses de « recherche & développement » (R&D) ou d’innovations. Pour ce faire, elles doivent justifier de telles pratiques. D’après la revue d’a, il s’agit alors d’évaluer si les démarches engagées « font avancer l’état des connaissances (quand bien même elles n’aboutiraient pas), lèvent un verrou scientifique ou technique et présentent un caractère de nouveauté28 ». La convention industrielle de la formation par la recherche (CIFRE) a quant à elle été mise en place en 1981 et est ouverte à tous les domaines socio-économiques. Le dispositif subventionne le travail d’un doctorant en contrat avec une entreprise.

  • 29 Ministère de la Culture, Direction générale des patrimoines, Service de l’architecture, Catalogue 2 (...)
  • 30 Association nationale recherche technologie, Rapport d’activité 2019, Pour une France forte de sa r (...)
  • 31 Ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, Le crédit d’impôt recher (...)

16Des campagnes de promotion de ces différents dispositifs ont été mises en place pour inviter le champ de l’architecture à s’en saisir : plaquette CIFRE en architecture relayée par l’ordre des architectes, catalogue des CIFRE en architecture réalisé par le ministère de la Culture, etc. Malgré ces efforts, les dispositifs restent peu exploités par les agences. Sur la seule année 2019, 1450 CIFRE ont été acceptées alors que seulement 77 ont été engagées dans le domaine de l’architecture depuis l’origine du dispositif29. En 2019, les secteurs d’activité qui ont eu le plus recours au dispositif CIFRE sont les services R&D et ingénierie (19 %) et l’électronique communication & informatique30 (18 %). Le CIR quant à lui bénéficie majoritairement aux entreprises de l’industrie manufacturière, lorsque le CII sert davantage les entreprises de services31.

17Ces dispositifs ont été pensés pour inciter les entreprises françaises à développer leurs pratiques de R&D. Leurs ouvertures au champ de l’architecture n’ont pas été accompagnées d’une adaptation des prérequis relativement aux organisations et pratiques du champ. Les agences d’architecture doivent justifier des mêmes attendus que les autres domaines d’activité, davantage accoutumés aux pratiques de R&D. Il s’agit alors pour elles d’identifier ce qu’est ou pourrait être la recherche, la R&D et l’innovation en architecture relativement aux exigences des dispositifs de droit commun, mais aussi de leurs propres besoins, pratiques et références.

  • 32 Ministère de la Culture, Innovation architecturale, Restitution des travaux du groupe de travail, o (...)

18Au sein du groupe de travail « innovation architecturale » présenté préalablement et auquel nous avons été conviée, plusieurs temps d’échanges ont été consacrés, à l’initiative des acteurs présents, à rappeler l’importance de bien différencier recherche et innovation. Tous s’accordaient pour dire qu’« il est nécessaire de clarifier en quoi consiste l’innovation architecturale32 ». Plutôt que de revenir sur l’ensemble des propositions et définitions émises au sein de ce groupe, mais aussi dans la littérature, sans aboutir à de réels consensus, nous proposons d’interroger comment les dirigeants d’agence appréhendent la recherche et l’innovation relativement à l’évolution de leurs structures et quelles représentations ils ont de ces deux notions.

« Recherche - Développement - Innovation » (RDI) du point de vue des dirigeants d’agence

  • 33  L’association Région Architecture regroupe : le conseil régional de l’ordre des architectes du Gra (...)
  • 34 http://www.regionarchitecture.eu/de/
  • 35 Extrait du dossier de candidature déposé par l’association Région Architecture dans le cadre du PIA (...)

19L’initiative Région Architecture33 réunit des acteurs de l’architecture de la région Grand Est dans le but « d’accélérer la marche vers l’excellence d’une filière de l’architecture, de l’urbanisme, du paysage et de la construction, levier de l’innovation et du développement économique dans le Grand Est34 ». Elle s’organise en association en avril 2017. Par là, elle souhaite « s’engager de manière significative pour la structuration de la filière notamment par la RDI en architecture (Recherche-Développement-Innovation)35 ».

  • 36  La première mission de recherche exploratoire s’est étendue de juin 2017 à février 2018 ; la secon (...)

20Le choix de la dénomination RDI revient à l’association. Le sigle, associé au groupe professionnel des architectes, traduit une volonté de voir émerger une recherche appliquée en architecture, valorisée et financée en s’inspirant des systèmes de production de connaissances des secteurs privés. La RDI en architecture permet ainsi de désigner l’ensemble des démarches de recherche, de développement et d’innovation à l’initiative des acteurs de l’architecture. L’association souhaite voir les agences d’architecture s’investir davantage au sein de pratiques de recherche et d’innovations, les penser relativement à leurs propres stratégies entrepreneuriales et prétendre aux dispositifs de valorisation tels que le CIR, le CII ou la CIFRE. Région Architecture s’engage par ailleurs pour faire connaître ces dispositifs aux architectes (tables rondes autour du CIR, présentation de la CIFRE, etc.). Elle a également porté deux missions de recherche exploratoires, pour lesquelles nous avons été recrutée en 2017 et 201836. L’objectif donné était de déterminer les freins et les leviers d’actions pour accompagner le développement d’une « RDI en architecture ».

  • 37 Région Architecture est à l’initiative d’un « appel collectif » lancé en 2015 : « Les acteurs de l’ (...)

21Afin de confirmer l’intérêt porté par les architectes à la recherche et l’innovation et leur envie de s’y investir, mais aussi d’identifier des agences prêtes à s’engager dans de telles pratiques, l’association a souhaité sonder les architectes de la région Grand Est. Ainsi, un questionnaire a été envoyé aux professionnels de l’architecture et de l’urbanisme de la région en juin 2017. Les 760 professionnels signataires de l’appel collectif37 lancé par Région Architecture ont d’abord été sollicités, puis le formulaire a été diffusé par l’ordre des architectes du Grand Est à l’ensemble de ses inscrits. Nous avons obtenu 171 réponses. Les répondants ont affirmé à hauteur de 81 % ne pas connaître les différents dispositifs de droit commun qui permettent de subventionner des travaux de recherche ou d’innovation. Cependant, 85 % d’entre eux se sont dits intéressés pour participer à une demi-journée d’information et d’échange sur la RDI en architecture. Enfin, il a été demandé aux interrogés s’ils identifiaient des sujets de recherche à investir : 116 thèmes ont ainsi été proposés (fig. 1). Cette première enquête a donc permis de confirmer que le retard déploré par l’État concernant l’investissement des agences d’architecture dans la recherche et l’innovation n’est pas dû à un manque d’intérêt.

Figure 1. Thèmes de recherche proposés par les acteurs de l’architecture, de l’urbanisme et du paysage de la région Grand Est.

Figure 1. Thèmes de recherche proposés par les acteurs de l’architecture, de l’urbanisme et du paysage de la région Grand Est.

Réalisation par l’auteure.

22Par la suite, nous avons réalisé des entretiens semi-dirigés d’une heure à deux heures et demie auprès d’architectes associés ou dirigeants d’agences au sein de leurs structures. Le choix des dirigeants interrogés revient à l’association. Elle a souhaité sélectionner dix agences réparties sur le territoire de la région Grand Est dans le but de questionner la relation aux écoles et aux territoires dans le cadre de projet de recherche ou d’innovation en architecture. Huit agences d’architecture ont été retenues et deux de maîtrise d’œuvre urbaine (aussi nommées agences d’urbanisme) afin de comparer les deux types de structures. Enfin, l’ensemble des agences ont été sélectionnées parce qu’elles présentaient une motivation vis-à-vis d’un projet de RDI identifiée et connue par Région Architecture. Cette démarche avait une visée opérationnelle pour l’association : le but était aussi d’inciter les dirigeants d’agence à enclencher des démarches et à se projeter rapidement dans ces nouvelles pratiques. Région Architecture a souhaité les interroger concernant leurs besoins et sur la manière dont l’association pourrait les y aider.

  • 38 Ordre des architectes, Archigraphie 2018, op.cit., p. 39.
  • 39 Ordre des architectes, L’essentiel des chiffres de la profession. Démographie des architectes, mode (...)
  • 40 Idem.

23Les agences retenues par l’association sont toutes organisées en sociétés. Ce constat va dans le sens des ambitions de l’association et notamment d’agir pour que les agences d’architecture se pensent davantage en tant qu’entreprises d’architecture. Il reflète également la baisse du nombre d’architectes libéraux qui représentaient encore 64,4 % des inscrits à l’ordre en 2000, pour ne plus être que 46,2 % en 201738. Cette même année, 10 882 sociétés d’architecture ont été recensées au lieu des 8445 comptées en 201139. Enfin, la part des montants de travaux déclarés par les architectes exerçant en société est nettement supérieure à celle des architectes libéraux : 77,2 % contre 22,8 %40.

  • 41 Elles possèdent moins de dix salariés et ont un chiffre d’affaires inférieur à 2 millions d’euros. (...)

24D’autre part, le corpus d’agence retenu illustre la diversité des structures qui composent le champ de l’architecture, notamment en termes de forme juridique, de chiffre d’affaires (de 220 k€ à 3,20 M€), de nombre de salariés (de 3 associés travaillant seuls jusqu’à 24 salariés), mais aussi de pratiques (nature des commandes : répartition publique/privée, maîtrise d’œuvre urbaine). Sur les 10 agences, 3 intègrent le classement des 400 agences d’architecture françaises aux chiffres d’affaires les plus élevés alors que 6 sont considérées par l’Insee comme des microentreprises41 (Tableau 1).

Tableau 1. Caractéristiques des agences enquêtées.

Tableau 1. Caractéristiques des agences enquêtées.

Réalisation par l’auteure.

25La grille d’entretien a été réalisée en collaboration avec l’association et les échanges menés majoritairement par son directeur. Nous avons assisté à l’ensemble des rencontres. Il a été décidé d’axer les échanges sur la gestion entrepreneuriale des agences d’architecture. Pour cela, la grille était composée de quatre entrées : l’agence, votre entreprise, votre outil de travail ; la recherche ; les subventions publiques, les outils de valorisation de la RDI (CIR, CIFRE) ; Région Architecture.

26Nous reviendrons ici sur trois axes permettant d’apprécier la manière dont les agences s’approprient leurs statuts de sociétés organisées, premièrement en termes de structuration, deuxièmement à travers leurs politiques de développement. Le troisième axe est quant à lui dédié à la relation qui lie l’architecte à la commande et à la manière dont cette dernière influence l’organisation et les pratiques de l’agence.

Les agences d’architecture et la structuration en entreprise

  • 42 Ordre des architectes, L’essentiel des chiffres de la profession. Démographie des architectes, mode (...)

27Les architectes rencontrés ont choisi les formes juridiques les plus répandues pour leurs entreprises (tableau 1). En effet, selon l’ordre des architectes, les sociétés d’architecture sont majoritairement des sociétés à responsabilité limitée (SARL) à hauteur de 43 % ou des SARL à associé unique (19 %) et des entreprises unipersonnelles à responsabilité limitée (EURL) pour 14 %. Les sociétés par actions simplifiées (SAS) représentent quant à elle 9 % des entreprises d’architecture42. Cependant, en échangeant avec les dirigeants d’agence, nous avons découvert un second degré de complexité. Deux d’entre elles ont fait le choix de créer une seconde entreprise responsable d’études techniques ou du suivi des chantiers. Deux autres ont opté pour des montages originaux.

28La première agence, une SARL au chiffre d’affaires de 500 k euros composée de cinq salariés et de trois associés, fait partie d’un groupement d’intérêt économique (GIE). Les associés expliquent cette structuration par la volonté de réunir quatre pôles répartis sur le territoire français et de partager des savoir-faire et des expériences culturelles et techniques à travers des temps de rencontre ou de voyage. Le GIE leur permet de structurer un travail de groupe et des échanges. De plus, le groupement a également créé son propre bureau d’études, une SAS où chaque pôle est représenté par un actionnaire.

29Le second cas concerne le regroupement de six architectes, chacun structuré en EURL, à travers une société civile de moyens (SCM) pour un chiffre d’affaires cumulé de 640 k€ (agence n° 10). Les architectes partagent ainsi les locaux, les frais de fonctionnement, les quatre salariés, mais aussi les références. Cette organisation leur offre, selon leurs dires, plus d’agilité et ouvre l’accès à davantage de commandes puisque les EURL se couplent en fonction des besoins (partage d’expériences et de références). Les architectes reconnaissent en cette structuration la possibilité de conserver une indépendance dans le travail et dans les responsabilités.

  • 43 Ordre des architectes, Archigraphie 2018, op.cit., p. 115.

30À travers ces échanges, nous avons pu constater des montages ingénieux témoins d’une réelle appropriation de la structuration en société au service des pratiques professionnelles. Des agences, de taille moyenne relativement à notre échantillon (chiffre d’affaires et nombre de salariés) créent des sociétés parallèles ou des montages spécifiques afin d’enrichir leur manière de travailler. Elles justifient cet investissement de différentes façons. Elles souhaitent enrichir leurs pratiques en se rapprochant d’autres experts ou professionnels (bureau d’études ou architectes), mais aussi regagner leur place dans le champ de la construction en investissant de nouvelles missions. Ce constat fait écho aux résultats de l’étude Archigraphie 2018, puisque 77 % des architectes interrogés ont cité au moins une fois l’évolution de la place de l’architecte au sein de la maîtrise d’œuvre comme un défi pour la profession43.

31En revanche, plusieurs dirigeants d’agence s’accordent sur l’importance de conserver une certaine souplesse voire une forme d’autonomie, qui n’est pas sans rappeler l’exercice en libéral. En effet, malgré une structuration en société, certaines agences s’organisent de manière plus ou moins individuelle et les associés souhaitent conserver une part d’autonomie.

Les politiques de développement des agences

32Les dirigeants d’agences ont été interrogés sur la politique de développement de leur entreprise. Le premier aspect, qui semble le plus intuitif au regard d’une logique entrepreneuriale, concerne le développement économique. Cependant, seul un architecte, déjà familier au crédit d’impôt recherche, a fait part d’un objectif de 10 % de marge supplémentaire à réaliser (agence n° 8). Associé, celui-ci a par ailleurs témoigné de réflexions personnelles sur l’évolution de la profession et sur l’importance du rôle des architectes gérants, de la structuration et de l’organisation des entreprises d’architecture. Il a ainsi présenté une série d’outils de gestion qu’il a intégrée dans son entreprise : carnets de bords pour chaque projet, désignation d’un duo composé d’un chef de projet et d’un « pilote » chargé du respect du planning et des ressources, etc. Il souhaite aller plus loin et continue d’imaginer de nouvelles façons d’organiser et de penser l’activité (désignation d’un responsable prospective, d’un autre pour la recherche, etc.). Ce témoignage confirme qu’il est possible, pour des agences de taille moyenne (15 salariés et 678 k€ de chiffre d’affaires), d’intégrer des pratiques valorisées par un crédit d’impôt recherche, mais aussi de repenser ces structures et leurs organisations à travers des logiques d’entreprises. Les autres dirigeants interrogés n’ont pas évoqué d’ambitions du point de vue économique.

33L’élargissement du territoire géographique d’intervention est une seconde forme de développement citée. Néanmoins, les agences s’accordent sur la nécessité d’échanges fréquents avec la maîtrise d’ouvrage et de visites régulières sur site. Les solutions proposées, qui restent à l’étape d’idées ou de projets, sont de développer un système de franchise, afin d’aider de jeunes architectes à s’installer (agence n° 8), ou de créer une seconde antenne (agence n° 7).

34D’autre part, pour l’ensemble des agences, l’augmentation du nombre de salariés n’est pas une fin en soi. Plusieurs d’entre elles s’interrogent sur la « bonne taille » d’agence. Les dirigeants émettent des craintes face à l’embauche (agences n° 1, 2, 5 et 9). Ils redoutent une complexification des échanges internes à l’agence, mais aussi un accroissement de la charge de travail liée à la gestion des ressources humaines et financières nécessaires pour supporter l’augmentation de la masse salariale. Ils craignent également de ne plus contrôler pleinement la production de l’agence et ses valeurs. Un architecte va même jusqu’à parler de « décroissance voulue » (agence n° 5). Il a fait ce choix afin de retrouver une relation privilégiée avec la commande et de ne plus subir les contraintes d’une gestion d’agence. La petite taille des agences d’architecture apparaît donc pour une majorité comme un choix nécessaire au bénéfice des conditions de travail et de la qualité de la production en minimisant notamment les problématiques liées à la gestion et au management.

35Les dirigeants d’agences se rejoignent sur l’importance de penser leurs politiques de développement au service du projet « sur le fond ». Tous ont évoqué une volonté d’enrichir le projet et, pour ce faire, de pouvoir se consacrer davantage aux problématiques transversales qui émergent de la production de l’agence. Les thèmes ou projets de recherche évoqués vont dans ce sens : ils émanent de la production de l’agence, ils viennent en réponse à des questions soulevées au cours de projets.

La commande

36La relation qui lie l’architecte à la commande est, selon les dirigeants interrogés, garante de la qualité de la production. Elle repose sur une forme « d’appropriation intellectuelle, voire affective, qu’éprouve l’architecte pour son projet » pour reprendre les termes d’un associé (agence n 2). Ce rapport est gage, toujours selon les répondants, d’engagement et d’implication et ainsi de qualité. La répartition et la gestion du travail se font alors de manière à privilégier cette relation.

  • 44 Idem., p. 142.

37En premier lieu se pose la question de l’obtention des commandes. Les dirigeants expliquent procéder par affinité et sélectionnent les appels à candidatures en fonction d’une série de critères relatifs à chacun (lieu du projet, intérêt porté au programme, maîtrise d’ouvrage connue, etc.). Ils souhaitent cependant accéder à un panel de commandes le plus varié possible pour des raisons de sécurité financière et de visibilité. Ils expriment également un goût pour les nouveaux programmes, pour les commandes moins récurrentes, et ce malgré les phénomènes de diversification et de spécialisation qui touchent les métiers de la maîtrise d’œuvre44. Ont été cités pour exemples des projets pour lesquels il n’y a habituellement pas de recours à un architecte (la conception d’un cimetière, la réalisation de mobiliers, etc.), mais aussi des commandes aux programmes originaux ou engagés (mise en valeur d’une filière locale, ambitions sociales ou environnementales, etc.). Cet appétit pour des projets davantage stimulants intellectuellement, artistiquement ou éthiquement s’exprime au détriment d’une recherche d’optimisation des processus de production, à travers le caractère reproductible d’un certain savoir-faire ou de points de méthode, et par là, d’une certaine efficience et de bénéfices économiques. Toutefois, plusieurs agences identifient des commandes récurrentes qui leur assurent du travail (promoteurs avec qui l’agence travaille régulièrement, aménagement d’agences commerciales de téléphonie, etc.).

38Parallèlement, les architectes dirigeants nous ont fait part d’un manque de reconnaissance de leur travail à travers une rémunération trop faible de leurs prestations. Ils décrivent un marché « ultra-compétitif » où ils sont obligés de s’aligner aux taux qui se pratiquent plus qu’à un réel chiffrage de leur travail. De plus, les recettes ne sont jamais régulières, contrairement aux dépenses, et rendent la gestion financière des entreprises plus difficile et par conséquent frileuse. Néanmoins, ils souhaitent donner le même investissement à chaque commande indépendamment de la rémunération.

  • 45 Valérie Champetier, Cédric Fischer, op.cit
  • 46  Jean-Noël Kapferer, « France : Pourquoi penser marque ? », Revue française de gestion, no218-219, (...)

39Cet engagement au service de la commande sert la communication des agences. Même si les architectes se décrivent comme peu impliqués dans des stratégies de communication, ils apprécient qu’on les reconnaisse, voire que l’on vienne les chercher pour leurs spécificités (emploi d’un matériau, programme spécifique, etc.). De cette manière, ils entretiennent et nourrissent une logique « de marque45 », dont Jean-Noël Kapferer dit qu’elle « projette des valeurs, nourrit des identifications et suscite la mobilisation tant en externe qu’en interne46 ». Ainsi, les spécificités de l’agence servent les stratégies de communication, mais aussi stimulent la production de l’agence autour de thèmes ou de valeurs. Les architectes voient alors en la recherche et l’innovation, un moyen d’enrichir cette dynamique.

Introduire des activités de recherche ou d’innovation au sein des agences d’architecture

40Les architectes dirigeants se sont dits peu outillés et ignorants vis-à-vis de la recherche et de l’innovation. Au cours des entretiens, ils ont eu recours à l’acronyme RDI insufflé par Région Architecture. Ce dernier leur a permis d’associer à leurs propres postures des ambitions de recherche ou d’innovation en s’appropriant les discours portés et diffusés par l’association. Cependant, au fil des échanges, l’acronyme était régulièrement remplacé par « recherche », mais quasiment jamais par « innovation ». En associant ce choix de langage aux exposés des dirigeants d’agence, nous constatons que ces derniers s’interrogent sur la manière de construire les activités encouragées par les politiques publiques.

Se couper de la production courante

  • 47  Miguel Delattre, Renaud Petit et Véronique Zardet, « Ar (t) chitectes et management : histoires d’ (...)
  • 48  Idem.

41Le rôle de l’architecte gérant apparaît alors déterminant. En tant que chef d’entreprise, il est responsable de l’orientation des stratégies de développement et de communication de l’agence comme de l’organisation de la structure et de ses activités. Miguel Delattre, Renaud Petit et Véronique Zardet le décrivent comme « coincé entre une dimension artistique de son métier (ce pour quoi il l’a sans doute choisi) et son rôle de manager autodidacte, qui apparaît indispensable dès lors qu’il souhaite pérenniser l’activité de son agence47 ». De là, l’architecte dirigeant rencontrerait « une difficulté à prendre du recul par rapport au quotidien et une incapacité à se projeter au-delà des activités de dessin et de création architecturale48 ». Les propos des dirigeants rencontrés vont dans ce sens. Ainsi, ce qui justifie l’intérêt porté à la recherche et l’innovation selon les interrogés – nourrir le projet – est aussi ce qui semble freiner le développement de telles pratiques – ne pas avoir suffisamment de temps à distance de leurs préoccupations courantes pour penser de futures activités de recherche ou d’innovation.

42Des pratiques hors agence ont pourtant été rapportées par une grande majorité d’interrogés : enseignement, implication auprès d’associations ou de syndicats, mandat politique ou au sein de l’ordre des architectes (tableau 1). Les architectes dirigeants décrivent ces activités comme des temps d’ouverture, extérieurs à l’agence, mais qui participent à enrichir la production de leurs structures. Ils souhaitent reproduire au sein des agences des conditions permettant ce recul nécessaire. Pour ce faire, plusieurs pistes ont été mentionnées : la création d’un espace au sein de la structure dédié à la RDI (agence n° 6), la planification de temps dédiés ou l’accueil d’une personne extérieure – formateur, doctorant ou docteur (toutes les agences). En somme, selon les interrogés, il est nécessaire d’introduire un élément extérieur – lieu, temps ou personne – pour créer une distanciation.

Construire un projet de recherche

  • 49  Pierre Bourdieu, Les usages sociaux de la science, Pour une sociologie clinique du champ scientifi (...)
  • 50  Pierre-Damien Huyghe, op.cit., p. 75.

43Au fil des échanges, les architectes dirigeants ont été invités à décrire le processus de recherche ou d’innovation envisagé et par là, à en définir les fondements. Ils ont alors rappelé leurs méconnaissances vis-à-vis de la production des laboratoires de recherche. La notion de recherche renvoie à la production des savoirs, aux pratiques et activités cognitives, mais aussi au champ social qui en est responsable49. L’exercice est alors complexe pour les architectes qui cherchent à se positionner et à construire leurs propres rôles relativement à une recherche « attestée50 ». Les écoles d’architecture permettent certes la rencontre entre ces différentes pratiques et leurs agents. Elles contribuent à augmenter leurs connaissances mutuelles, mais elles accueillent également d’autres dynamiques. En effet, le contexte mouvant, dû aux politiques de réformes qui touchent les ENSA et exacerbé par le manque de moyens qu’elles subissent, attise les tensions entre les différents milieux, chacun tenant à protéger sa propre position. Ces dynamiques desservent l’émergence de porosités entre les pratiques pourtant souhaitées par les politiques publiques.

44Par ailleurs, les architectes dirigeants doivent également penser leurs futures activités de recherche ou d’innovation en fonction de leurs propres pratiques et besoins. Ils peinent à définir le cadre ou l’organisation qui accueillera les activités, mais aussi quelles seront les interactions avec la production usuelle de l’agence. Concernant le choix du sujet et sa relation à la commande interroge, deux façons de l’appréhender se distinguent. L’approche par projet permet de visualiser plus rapidement les bénéfices d’une recherche, mais aussi son financement et ses résultats. L’approche transversale semble s’inscrire dans un temps plus long et soulève la question des financements, mais aussi des aboutissants convoités. Le caractère situé de l’architecture et la diversité des thèmes proposés ne garantissent pas une forme de reproductibilité des acquis et donc de rentabilisation à terme. Le financement de ces activités doit donc être potentiellement soutenu par les maîtres d’ouvrage en plus de subventions publiques. Au-delà de devoir les convaincre de l’intérêt d’une telle production, la prise en compte des calendriers des projets complexifie à nouveau les démarches.

Prétendre aux dispositifs de droits communs

  • 51  Miguel Delattre, Véronique Zardet, Renaud Petit, « Art et normes techniques en architecture : quel (...)
  • 52 Michel Huet, Architecture et droit d’auteur en France, thèse de doctorat, Paris II, 1975.
  • 53  Aurélie Chapon, « La protection de l’œuvre architecturale par le droit d’auteur », Droit et Ville, (...)

45Concernant les dispositifs de droits communs, les architectes non bénéficiaires du CIR ou CII ont évoqué plusieurs craintes à leurs égards. La première inquiétude concerne le temps à dédier pour prétendre à de tels dispositifs. La seconde vise le contrôle fiscal qui peut suivre toute demande. Enfin, la dernière appréhension implique la capacité à caractériser les activités de recherche et/ou d’innovation au regard des exigences de ces dispositifs non spécifiés pour le champ de l’architecture. Il n’est ni usuel ni simple pour les architectes de contractualiser des performances et des résultats51. Un architecte dirigeant a notamment soulevé la question du droit d’auteur. L’originalité de ce dernier, liée aux spécificités du processus de production architecturale, a été démontrée par Michel Huet52. Aurélie Chapon parle d’un droit d’auteur qui est généralement entendu à travers la protection et la reconnaissance « d’un apport intellectuel créatif reflétant la personnalité et le talent de son auteur53 ». Les architectes œuvrent ainsi pour la protection de leur marché, pour la reconnaissance et la sauvegarde de leur position au sein du champ de la construction. La valorisation d’innovations implique de nouvelles logiques, organisationnelles, économiques, voire commerciales, à concilier avec l’ethos professionnel.

46Toutefois, quelques expériences d’appréciation technique d’expérimentation (ATEx) ont été rapportées en tant qu’engagement au sein de développement de nouveaux matériaux ou techniques. Cette procédure, spécifique au champ de la construction, a été décrite comme coûteuse, chronophage et trop peu destinée aux architectes. Une analyse approfondie de l’investissement des architectes au sein d’ATEx servirait l’étude de la notion d’innovation en architecture. D’autre part, les dispositifs de droits communs (CIR, CII, CIFRE) renvoient aux pratiques et aux secteurs d’activité habitués à les solliciter. Il s’agit alors, et à nouveau, pour les architectes de se positionner relativement à ses activités, leurs logiques et leurs représentations.

  • 54  Pierre Bourdieu, op.cit., p. 47.
  • 55  Idem.

47La notion d’innovation est un mot d’ordre qui anime les politiques publiques comme les stratégies entrepreneuriales. Selon Pierre Bourdieu, elle renvoie, lorsqu’elle est entendue « au sens que la tradition économique donne à ce mot54 », à « la transformation des inventions en innovations génératrices de nouveaux produits et de nouveaux profits dans le monde économique55 ». Elle peut être technique, mais aussi technologique ou sociale. Les architectes interrogés ont peu employé ce terme, qui semble donc peu en adéquation avec la manière dont ils appréhendent leurs futures pratiques de RDI.

48Les dirigeants d’agence rencontrés sont donc à la tête d’entreprises spécifiques organisées pour et autour du projet. Elles héritent des valeurs et habitus d’une profession longtemps rompue à l’exercice d’une activité libérale en nom propre et en conserve des traits. L’ethos professionnel se perçoit à travers plusieurs caractéristiques : des entreprises de relative petite taille, une relation à la commande et au projet spécifique, une forme de rejet de l’intendance, mais aussi une valorisation du rôle de l’architecte et du désintéressement. Les projets de recherche ou d’innovation sont utiles s’ils nourrissent la production des agences. Cet investissement entier sert la communication des agences tout en satisfaisant l’appétence des architectes. Cependant, pour ce faire, les architectes dirigeants doivent se confronter à d’autres logiques, se positionner relativement à d’autres références. Ils doivent construire leurs propres démarches à l’image de la profession et en adéquation avec la réalité de leurs pratiques. L’exemple de l’agence n° 8 confirme que les pratiques ne sont pas incompatibles, mais que le rôle du dirigeant d’agence est essentiel pour le développement de pratiques de recherche ou d’innovation subventionnées.

Conclusion

  • 56  Christophe Camus, « L’architecte : entre le service et l’œuvre », dans Thérèse Évette, op. cit., p (...)

49Les dirigeants d’agences montrent un intérêt certain pour la recherche et l’innovation, ils leur associent des postures, des activités ou des gains. Bien sûr, ils voient en la recherche et l’innovation un moyen de développer leurs missions, de servir leurs structures, mais aussi d’œuvrer pour une production architecturale de qualité et la reconnaissance de la profession qui en est responsable. La notion d’utilité se fait ainsi de plus en plus prégnante et l’architecte se doit, à travers son exercice, de résoudre des problèmes économiques ou sociaux56. Cela est rendu possible, dans les discours, par la recherche et l’innovation.

  • 57 Eric Lengereau, « Aux origines de la recherche architecturale en France », dans Jean-Louis Cohen (d (...)

50La mise en œuvre des démarches à engager continue cependant d’interroger. La recherche et l’innovation en architecture sont certes convoquées, mais la caractérisation et la reconnaissance des pratiques associées animent toujours les débats. Eric Lengereau nomme ainsi « les questions existentielles de la recherche architecturale57 » qui ont fait l’objet de nombreux colloques et travaux depuis la création d’une politique publique de la recherche architecturale en 1972. Dès lors, différentes mesures se sont succédé pour inciter à la recherche et à l’innovation en architecture. Elles ont influencé le regard porté par le milieu professionnel sur ces notions et la manière dont les architectes les appréhendent et se positionnent relativement, mais toujours insuffisamment.

  • 58 Pierre-Damien Huyghe, op.cit., p. 75.
  • 59  Sylvie Monchatre, « 6. Métiers et entreprises : une articulation en tension », dans Didier Demaziè (...)

51Les termes, recherche et innovation, font aujourd’hui écho à une recherche « attestée58 » de référence universitaire ou à l’expérience d’autres secteurs d’activité qui éloignent les architectes de leurs propres pratiques et de la représentation qu’ils ont de leur profession. Les dirigeants d’agence sont alors tenus de penser et construire leurs investissements vis-à-vis de la recherche ou de l’innovation en intégrant les dispositifs et normes préexistants. La dualité entre logique d’entreprise et profession est bien perceptible59 au sein du champ de l’architecture. Elle se vérifie lorsque l’on s’intéresse à la recherche et à l’innovation dans les agences d’architecture.

  • 60 Pierre-Damien Huyghe, op.cit., p. 18.

52Les politiques publiques mettent en œuvre des outils incitatifs afin de voir les initiatives accroître. Il s’agit cependant de ne pas contraindre les agences d’architecture à s’engager dans un rapport performatif60 vis-à-vis de la recherche et de l’innovation en niant les spécificités du champ – pratiques professionnelles, formation et pratiques de recherche. Les initiatives de la part de professionnels se multiplient. Une analyse des processus mis en œuvre est nécessaire pour penser les dispositifs d’accompagnement en cohérence avec le champ de l’architecture et les sociétés qui le composent. Les architectes ont des qualités particulières à faire valoir vis-à-vis des pratiques de recherche : la gestion par projet ou le caractère pluridisciplinaire de leur formation et de leurs pratiques en sont des exemples manifestes.

Haut de page

Bibliographie

Association nationale recherche technologie, Rapport d’activité 2019. Pour une France forte de sa recherche, 2019, [en ligne] http://www.anrt.asso.fr/fr/actualites/rapport-dactivite-2019-34194, consulté le 30 septembre 2020.

Stéphane Berthier, « Le développement expérimental en situation de projet. Études des modes constructifs en bois dans l’architecture de Lipsky + Rollet », Les Cahiers de la recherche architecturale urbaine et paysagère [En ligne], 1|2018, mis en ligne le 30 janvier 2018, consulté le 31 mars 2020.

Véronique Biau, « Innovations architecturales. Logiques de recherche, logiques d’action », Villes en parallèle, no17-18, avril 1991, pp. 282-289.

Véronique Biau, « Stratégies de positionnement et trajectoires d’architectes », Sociétés contemporaines, no29, 1998, pp. 7-25.

Véronique Biau, Pour une problématique de l’innovation en architecture, recherche exploratoire subventionnée par le ministère de l’Équipement, du Logement, de l’Aménagement du Territoire et des Transports, 1988.

Vera Borges, Manuel Villaverde Cabral, « Les architectes au Portugal : entre la vocation et la profession », Sociologie de l’Art, 2016, 25 & 26, pp. 153-176.

Pierre Bourdieu, Les usages sociaux de la science, Pour une sociologie clinique du champ scientifique, Versailles, Éditions Quæ, 1997 [2éd. 2019].

Christophe Camus, « L’architecte : entre le service et l’œuvre », dans Thérèse Évette (dir.), Interprofessionnalité et action collective dans les métiers de la conception, Cahiers RAMAU, no2, Paris, Éditions de La Villette, 2001, pp. 193-208.

Valérie Champetier, Cédric Fischer, « Transmission et reprise des entreprises culturelles : Quels enjeux de politique publique ? », ministère de la Culture — DEPS, Culture études, no2, 2015, pp. 1-18.

Aurélie Chapon, « La protection de l’œuvre architecturale par le droit d’auteur », Droit et Ville, no76, 2013, pp. 11-24.

Isabelle Chesneau (dir.), Profession architecte, Paris, Eyrolles, 2019.

Miguel Delattre, Renaud Petit et Véronique Zardet, « Ar(t) chitectes et management : histoires d’introduction d’outils de management chez les architectes », Annales des Mines - Gérer et comprendre, no120, 2015, pp. 4-15.

Miguel Delattre, Véronique Zardet, Renaud Petit, « Art et normes techniques en architecture : quelle cohabitation ? », dans Laurent Cappelletti (dir.), Dynamique normative. Arbitrer et négocier la place de la norme dans l’organisation, Caen, EMS Éditions, 2015, pp. 133-142.

Lydia Di Martino, Gwénaëlle Creno, « Activité libérale, société d’architecture : toutes les formalités de création », Cahiers de la profession, no22, 2005, pp. 7-20.

Raymond Guillien, Jean Vincent (dir.), Lexique des termes juridiques, Paris, Dalloz, 2005 [15e éd.].

Michel Huet, Architecture et droit d’auteur en France, thèse de doctorat, Paris II, 1975.

Pierre-Damien Huyghe, Contre-temps. De la recherche et de ses enjeux. Arts, architecture, design, Paris, B42, 2017.

Jean-Noël Kapferer, « France : Pourquoi penser marque ? », Revue française de gestion, no218-219, 2011, pp. 13-23.

Éric Lengereau, « Aux origines de la recherche architecturale en France », dans Jean-Louis Cohen (dir), L’architecture entre pratique et connaissance scientifique. Actes de la rencontre du 16 janvier 2015 au collège de France, Paris, Éditions du patrimoine, 2018, pp. 20-29.

André Lichnerowicz, Rapport de la Commission ministérielle de la recherche architecturale, ministères des Affaires culturelles, 1970.

Société Française des Architectes, « L’enseignement du projet en danger », Bulletin n°56, 2trim. 2020, [en ligne] https://sfarchi.org/wp-content/uploads/Bulletin-56-lenseignement-du-projet-en-danger.pdf

Ministère de la Culture, Direction générale des patrimoines, Service de l’architecture, Catalogue 2004-2018, Doctorat en CIFRE. La recherche architecturale, urbaine et paysagère au sein d’une structure professionnelle, 2019.

Ministère de la Culture, Innovation architecturale, Restitution des travaux du groupe de travail, 2020.

Ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, Le crédit d’impôt recherche (CIR) en 2017 (données semi-définitives), mai 2020. [en ligne] https://cache.media.enseignementsup-recherche.gouv.fr/file/Chiffres_CIR/13/7/Publi_courte_CIR2017sd_en_ligne_1327137.pdf, consulté le 26 septembre 2020.

Sylvie Monchatre, « Métiers et entreprises : une articulation en tension », dans Didier Demazière (dir.), Sociologie des groupes professionnels. Acquis récents et nouveaux défis, Paris, La Découverte, 2009, pp. 84-94.

Ordre des architectes, L’essentiel des chiffres de la profession. Démographie des architectes, modes d’exercices, activités et revenus, [en ligne], https://www.architectes.org/l-essentiel-des-chiffres-de-la-profession, publié le 19 octobre 2015, modifié le 31 juillet 2020, consulté le 28 septembre 2020.

Ordre des architectes, Archigraphie 2018, Observatoire de la profession d’architecte, 2018, [en ligne], https://issuu.com/ordre-national-des-architectes/docs/archigraphie-2018, consulté le 30 mars 2020.

Guy Tapie, « Maîtrise d’œuvre : l’image vecteur d’identité », dans Thérèse Évette (dir.), Interprofessionnalité et action collective dans les métiers de la conception, Cahiers RAMAU, no2, Paris, Éditions de La Villette, 2001, pp. 149-165.

Haut de page

Notes

1 Stéphane Berthier, « Le développement expérimental en situation de projet. Études des modes constructifs en bois dans l’architecture de Lipsky + Rollet », Les Cahiers de la recherche architecturale urbaine et paysagère, 2018, no1, p. 1.

2 L’architecte ne constitue qu’une seule et même personne avec son cabinet et est solidairement et indéfiniment responsable des dettes de son activité sur son patrimoine personnel. Vor Lydia Di Martino, Gwénaëlle Creno, « Activité libérale, société d’architecture : toutes les formalités de création », Cahiers de la profession, no22, 2005.

3 Entreprise individuelle ou entreprise individuelle à responsabilité limitée.

4 Ordre des architectes, Archigraphie 2018, Observatoire de la profession d’architecte, 2018, p. 142., [en ligne] https://issuu.com/ordre-national-des-architectes/docs/archigraphie-2018, consulté le 30 mars 2020.

5 Isabelle Chesneau (dir.), Profession architecte, Paris, Eyrolles, 2019, p. 73.

6 En droit, l’intuitus personae fait appel à la considération de la personne. Voir Raymond Guillien, Jean Vincent (dir.), Lexique des termes juridiques, 15e éd., Paris, Dalloz, 2005, p. 352.

7  Valérie Champetier, Cédric Fischer, « Transmission et reprise des entreprises culturelles : Quels enjeux de politique publique ? », Culture études, no2, ministère de la Culture/DEPS, 2015, pp. 9-10.

8 Culture et Recherche, n 138 « Architecture. Pratiques Plurielles de la recherche », automne-hiver 2018.

9 d’a, « E (V) LAN ! », n°262, mai 2018.

10 Les Cahiers Techniques du Bâtiment, n°383 « L’innovation selon vous, Paroles d’experts », déc. 2019-janv. 2020,

11 Les Cahiers de la recherche architecturale urbaine et paysagère, n 1 « Innover ? », 2018.

12 Ministère de la Culture, Innovation architecturale, Restitution des travaux du groupe de travail, 2020, p. 9.

13 Société Française des Architectes, « L’enseignement du projet en danger », Bulletin n°56, 2trim. 2020, [en ligne] https://sfarchi.org/wp-content/uploads/Bulletin-56-lenseignement-du-projet-en-danger.pdf

14  Véronique Biau, « Stratégies de positionnement et trajectoires d’architectes », Sociétés contemporaines, no29, 1998, p. 9.

15  Guy Tapie, « Maîtrise d’œuvre : l’image vecteur d’identité », dans Thérèse Évette (dir.), « Interprofessionnalité et action collective dans les métiers de la conception », Cahiers RAMAU, no2, Paris, Éditions de la Villette, 2001, p. 149.

16  Idem., p. 162.

17 Vera Borges, Manuel Villaverde Cabral, « Les architectes au Portugal : entre la vocation et la profession », Sociologie de l’Art, 2016, OPuS 25 & 26, p. 157.

18 André Lichnerowicz, Rapport de la Commission ministérielle de la recherche architecturale, ministères des Affaires culturelles, 1970.

19  Véronique Biau, Pour une problématique de l’innovation en architecture, recherche exploratoire subventionnée par le ministère de l’Équipement, du Logement, de l’Aménagement du Territoire et des Transports, 1988.

20 Véronique Biau, « Innovations architecturales. Logiques de recherche, logiques d’action », Villes en parallèle, no17-18, 1991, p. 289.

21  Ministère de la Culture et de la Communication, Délégation à l’information et à la communication, Stratégie nationale pour l’Architecture, 2015.

22 Pierre-Damien Huyghe, Contre-temps. De la recherche et de ses enjeux. Arts, architecture, design, Paris, B42, 2017, p. 12.

23  Idem., p. 18.

24 Idem., p. 16.

25 Loi n 2016-925 du 7 juillet 2016 relative à la liberté de la création, à l’architecture et au patrimoine.

26 Décret n°2018-105 du 15 février 2018 portant statut particulier du corps des professeurs et du corps des maîtres de conférences des écoles nationales supérieures d’architecture; décret n°2018-106 du 15 février 2018 relatif au conseil national des enseignants-chercheurs des écoles nationales supérieures d’architecture; décret n°2018-107 du 15 février 2018 relatif aux maîtres de conférences et professeurs associés ou invités des écoles nationales supérieures d’architecture; décret n°2018-108 du 15 février 2018 relatif aux intervenants extérieurs des écoles nationales supérieures d’architecture; décret n°2018-109 du 15 février 2018 relatif aux écoles nationales supérieures d’architecture.

27 Ordonnance n°2020-71 du 29 janvier 2020 relative à la réécriture des règles de construction et recodifiant le livre I du code de la construction et de l’habitation.

28 d’a, « E (V) LAN ! », n°262, mai 2018, p. 57.

29 Ministère de la Culture, Direction générale des patrimoines, Service de l’architecture, Catalogue 2004-2018, Doctorat en CIFRE. La recherche architecturale, urbaine et paysagère au sein d’une structure professionnelle, 2019.

30 Association nationale recherche technologie, Rapport d’activité 2019, Pour une France forte de sa recherche, 2019, [en ligne], http://www.anrt.asso.fr/fr/actualites/rapport-dactivite-2019-34194, consulté le 30 septembre 2020.

31 Ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, Le crédit d’impôt recherche (CIR) en 2017 (données semi-définitives), mai 2020. [en ligne] https://cache.media.enseignementsup-recherche.gouv.fr/file/Chiffres_CIR/13/7/Publi_courte_CIR2017sd_en_ligne_1327137.pdf, consulté le 26 septembre 2020.

32 Ministère de la Culture, Innovation architecturale, Restitution des travaux du groupe de travail, op.cit. p. 10.

33  L’association Région Architecture regroupe : le conseil régional de l’ordre des architectes du Grand Est ; l’école nationale supérieure d’architecture de Nancy et celle de Strasbourg ; l’institut national des sciences appliquées de Strasbourg, département Architecture ; l’Union régionale des conseils d’architecture, d’urbanisme et de l’environnement du Grand Est ; les maisons de l’architecture de Champagne-Ardenne, de Lorraine et les syndicats des architectes d’Alsace, de Champagne-Ardenne et de Lorraine.

34 http://www.regionarchitecture.eu/de/

35 Extrait du dossier de candidature déposé par l’association Région Architecture dans le cadre du PIA3 Filière d’avenir du Grand Est.

36  La première mission de recherche exploratoire s’est étendue de juin 2017 à février 2018 ; la seconde de mai à septembre 2018.

37 Région Architecture est à l’initiative d’un « appel collectif » lancé en 2015 : « Les acteurs de l’architecture se rassemblent pour dire d’une seule voix leur volonté de participer à la construction de la nouvelle région, Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine. Ils lancent un appel ambitieux et inédit fondé sur une alliance nouvelle entre profession, économie et formation vers une filière d’excellence. » Voir [en ligne] http://www.regionarchitecture.eu/de/#appelsigner

38 Ordre des architectes, Archigraphie 2018, op.cit., p. 39.

39 Ordre des architectes, L’essentiel des chiffres de la profession. Démographie des architectes, modes d’exercices, activités et revenus, [en ligne], https://www.architectes.org/l-essentiel-des-chiffres-de-la-profession, publié le 19 octobre 2015, modifié le 31 juillet 2020, consulté le 28 septembre 2020.

40 Idem.

41 Elles possèdent moins de dix salariés et ont un chiffre d’affaires inférieur à 2 millions d’euros. Les quatre autres font partie de la catégorie des petites et moyennes entreprises.

42 Ordre des architectes, L’essentiel des chiffres de la profession. Démographie des architectes, modes d’exercices, activités et revenus, op.cit.

43 Ordre des architectes, Archigraphie 2018, op.cit., p. 115.

44 Idem., p. 142.

45 Valérie Champetier, Cédric Fischer, op.cit

46  Jean-Noël Kapferer, « France : Pourquoi penser marque ? », Revue française de gestion, no218-219, 2011, p. 14.

47  Miguel Delattre, Renaud Petit et Véronique Zardet, « Ar (t) chitectes et management : histoires d’introduction d’outils de management chez les architectes », Annales des Mines - Gérer et comprendre, no120, 2015, p. 9.

48  Idem.

49  Pierre Bourdieu, Les usages sociaux de la science, Pour une sociologie clinique du champ scientifique, Versailles, Éditions Quæ, 2019 [1997].

50  Pierre-Damien Huyghe, op.cit., p. 75.

51  Miguel Delattre, Véronique Zardet, Renaud Petit, « Art et normes techniques en architecture : quelle cohabitation ? », dans Laurent Cappelletti (dir.), Dynamique normative. Arbitrer et négocier la place de la norme dans l’organisation, Caen, EMS Éditions, 2015, p. 140.

52 Michel Huet, Architecture et droit d’auteur en France, thèse de doctorat, Paris II, 1975.

53  Aurélie Chapon, « La protection de l’œuvre architecturale par le droit d’auteur », Droit et Ville, no76, 2013, p. 17.

54  Pierre Bourdieu, op.cit., p. 47.

55  Idem.

56  Christophe Camus, « L’architecte : entre le service et l’œuvre », dans Thérèse Évette, op. cit., p. 198.

57 Eric Lengereau, « Aux origines de la recherche architecturale en France », dans Jean-Louis Cohen (dir), L’architecture entre pratique et connaissance scientifique. Actes de la rencontre du 16 janvier 2015 au collège de France. Paris, Éditions du patrimoine, 2018, p. 20

58 Pierre-Damien Huyghe, op.cit., p. 75.

59  Sylvie Monchatre, « 6. Métiers et entreprises : une articulation en tension », dans Didier Demazière (dir.), Sociologie des groupes professionnels. Acquis récents et nouveaux défis, Paris, La Découverte, 2009, p. 84.

60 Pierre-Damien Huyghe, op.cit., p. 18.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Thèmes de recherche proposés par les acteurs de l’architecture, de l’urbanisme et du paysage de la région Grand Est.
Crédits Réalisation par l’auteure.
URL http://journals.openedition.org/craup/docannexe/image/5891/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Titre Tableau 1. Caractéristiques des agences enquêtées.
Crédits Réalisation par l’auteure.
URL http://journals.openedition.org/craup/docannexe/image/5891/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 206k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mélanie Guenot, « Entre ethos professionnel et logiques d’entreprises : La recherche et l’innovation dans les agences d’architecture »Les Cahiers de la recherche architecturale urbaine et paysagère [En ligne], 9|10 | 2020, mis en ligne le 28 décembre 2020, consulté le 24 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/craup/5891 ; DOI : https://doi.org/10.4000/craup.5891

Haut de page

Auteur

Mélanie Guenot

Mélanie Guenot est architecte diplômée d’État, titulaire d’un master 2 en urbanisme & aménagement ASPU (Architecture, structures et projets urbains) et doctorante en architecture sous contrat doctoral du ministère de la Culture. Sa thèse est menée sous la direction d’Hélène Vacher et Frédéric Rossano, au sein des laboratoires Lhac (ENSA Nancy) et AMUP (ENSA Strasbourg). Son travail porte sur la recherche et l’innovation en architecture, et plus particulièrement sur les rapports entre recherche et pratiques professionnelles propres au champ de l’architecture.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search