Navigation – Plan du site

Sérgio Ferro au prisme d’une histoire brésilienne
(re-)lire Dessin-chantier

Sandra Fiori

Résumés

Exilé en France en 1972, Sérgio Ferro (né en 1938) a marqué l’École d’architecture de Grenoble de ses enseignements et ses recherches pendant 30 ans. Il est en particulier l’auteur de Dessin-chantier (2005, éd. de la Villette), ouvrage dérangeant par sa critique radicale des conditions de production de l’architecture en même temps que pensée originale pour une pratique émancipatrice du métier.
L’ouvrage de Sérgio Ferro repose sur une trajectoire brésilienne peu connue en France et pourtant déterminante, initiée pendant la construction de Brasilia au sein d’un trio de jeunes architectes de Sao Paulo, et dont la contribution architecturale et théorique s’inscrit dans le Brésil des années 1960. Cette trajectoire se confond aussi plus largement avec celle d’une avant-garde intellectuelle et artistique de gauche tiraillée par les tensions entre modernité et sous-développement, perspectives de transformations sociales et résistance au régime militaire d’après 1964.
L’article propose alors une « lecture brésilienne »
du texte Dessin-chantier en retraçant le récit de cette trajectoire biographique d’avant l’exil et en évoquant l’héritage vivant dont les travaux théoriques de Ferro sur l’architecture font l’objet au Brésil ; ce faisant, il met en évidence la dimension fondamentalement politique de l’œuvre de Sérgio Ferro.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Extrait de l’avant-propos de Vincent Michel, in Sérgio Ferro, Dessin-chantier, Paris, éd. de La Vil (...)
  • 2 Avec Chérif Kebbal, Philippe Potié et Cyrille Simonnet, alors enseignants à l'École d'architecture (...)

1Sérgio Ferro est une figure importante dans l’histoire des écoles d’architecture françaises. Né en 1938, « peintre, architecte et professeur, […] brésilien condamné à l’exil par la dictature sévissant dans son pays1 », il fut enseignant à l’École d’architecture de Grenoble de 1972 à 2003, où il cofonda, en 1986 avec plusieurs collègues2 , le laboratoire « dessin-chantier ».

  • 3 Sérgio Ferro, Dessin/Chantier, op. cit.

2Dessin-chantier est aussi le titre d’un des principaux ouvrages publiés par Sérgio Ferro3, dont le propos, directement influencé par la lecture de Karl Marx, est d’analyser l’activité architecturale sous l’angle d’un processus de production matérielle global incluant en particulier les relations de travail sur le chantier. Dessin-chantier propose vers une lecture non conventionnelle de l’histoire du dessin d’architecture : un dessin qui, séparé de la construction depuis la Renaissance, a isolé l’architecte des savoir-faire techniques des métiers, mais a aussi contribué, selon Ferro, au développement d’une organisation manufacturière du bâtiment basée sur l’exploitation de la force de travail d’artisans puis d’ouvriers progressivement dépossédés de leurs moyens de production.

3À la fonction créatrice du dessin d’architecture, Ferro oppose une critique vive et dérangeante, dont la valeur est aussi propositionnelle : en faveur d’une sémiologie associant l’analyse de conditions de production de l’architecture à une lecture architectonique de projets construits ; en faveur aussi d’une pratique architecturale émancipatrice se référant à des auteurs comme William Morris (1834-1896) ou André Gorz (1923-2007).

4À la fois intrigant, déconcertant et stimulant, Dessin-chantier est, somme toute, par sa densité (de références), sa structure complexe (entre essai-manifeste et écrit académique) et son style (une rhétorique marxiste appuyée), un texte dont la lecture est ardue.

  • 4 On en trouve une évocation dans l’avant-propos de V. Michel cité supra.

5Alors que l’ouvrage ne bénéficie pas en France d’une réception à la mesure de son originalité et de sa portée théorique, Dessin-chantier connaît dans le même temps un écho intellectuel important au Brésil, où l’œuvre de Ferro fait aujourd’hui l’objet, comme nous le verrons, de recherches historiques et d’analyses assez abondantes. De fait, la bibliographie brésilienne consacrée à Ferro rend compte d’une part de sa carrière et de son œuvre jusqu’ici méconnue en France : celle qui précède son exil, en 19724.

6La période des années 1960 s’avère pourtant riche. Elle lie la trajectoire de Ferro à celle d’un trio formé à Sao Paulo avec deux autres architectes, Flávio Império (1935-1985) et Rodrigo Brotero Lefèvre (1938-1984) dans une décennie charnière pour le pays.

7En ce sens, si cet article a pour objectif de faire connaître le parcours brésilien de Sérgio Ferro à un public français, il entend aussi faire de ce parcours une clé de lecture pour Dessin-chantier. La première partie est consacrée à la trajectoire biographique avant l’exil, mise en contexte dans le Brésil de l’époque. La seconde revient sur ce que l’ouvrage Dessin-chantier doit à ces années brésiliennes et évoque les héritages vivants dont fait l’objet, dans son pays d’origine, la théorie développée par Ferro sur la production architecturale. Cette seconde partie met ainsi en perspective l’apparente coupure à laquelle donne lieu l’œuvre de Ferro entre : l’avant et l’après exil ; le Brésil et la France.

  • 5 Pedro Arantes (UNIFESP et collectif Usina), Miguel Buzzar et Lucia Shimbo (IAU-USP), João Marcos Lo (...)
  • 6 Pedro Fiori Arantes, Arquitetura Nova: Sérgio Ferro, Flávio Império e Rodrigo Lefèvre, de Artigas a (...)

8Deux types de sources ont été mobilisés : des entretiens et un corpus bibliographique brésilien. Les entretiens, réalisés à l’été 2017 avec Sérgio Ferro et des collègues universitaires et architectes5 à Sao Paulo, nous ont fourni des repères biographiques et interprétatifs pour mieux circuler dans les écrits existants qui, très liés au contexte et à l’histoire brésilienne et de Sao Paulo, ne sont pas toujours faciles à appréhender de l’étranger. Du point de vue bibliographique, deux travaux universitaires soutenus à l’Université de Sao Paulo en 1999 et publiés au début des années 20006 constituent aujourd’hui les principaux éléments historiographiques.

Figure 1 : Couverture du recueil de l’œuvre écrite de Ferro publiée au Brésil.

Figure 1 : Couverture du recueil de l’œuvre écrite de Ferro publiée au Brésil.

Pedro Fiori Arantes (coord.), Sérgio Ferro, arquitetura e trabalho livre, Sao Paulo, Cosac Naify, 2006.

  • 7 Sérgio Ferro, « Arquitetura Nova », Teoria e Prática, n°1, 1967, pp. 3-15, in Pedro Fiori Arantes, (...)
  • 8 Pedro Fiori Arantes (coord.), Sérgio Ferro, arquitetura e trabalho livre, Sao Paulo, Cosac Naify, 2 (...)

9Ces recherches retracent et mettent en contexte la collaboration liant Sérgio Ferro, Flávio Império et Rodrigo Lefèvre, dont la production est pour la première fois étudiée comme un ensemble faisant sens collectivement ; à ce titre, elles consacrent l’usage de l’expression « Arquitetura Nova » (Architecture nouvelle) empruntée à un article écrit par Ferro en 19677, pour désigner un trio à son époque informel. En 2006, Arantes réunit dans un même ouvrage la majorité des textes écrits par Ferro depuis 19638, et rend ainsi visible la continuité de son œuvre.

  • 9 Par exemple Miguel Antonio Buzzar, João Batista Vilanova Artigas - Elementos para a compreensão de (...)

10Par la suite, les travaux consacrés directement ou indirectement au trio – ou à chacun de ses membres – représentent un corpus assez conséquent dédié aux architectures et aux débats qui ont traversé l’« école pauliste » à laquelle Ferro est rattaché9. Il faut ajouter que Rodrigo Lefèvre et Flávio Império étant décédés, Ferro est aujourd’hui le seul témoin à même de discuter la période Arquitetura Nova et ses prolongements, sous la forme de commentaires, conférences et entretiens régulièrement donnés au Brésil depuis 2002.

11Outre l’accès aux textes originaux et 0 leur contextualisation, l’ensemble de ces sources contribue à la construction d’un récit rétrospectif de l’histoire d’Arquitetura Nova.

Sérgio Ferro avant l’exil : les années Arquitetura Nova (1959-1972)

12Les années Arquitetura Nova débutent dans un climat d’optimisme et de bouillonnement culturel et s’achèvent sous la dictature avec l’emprisonnement de Ferro et Lefèvre fin 1970. Indissociables du trio formé avec ce dernier et avec Império, ces années mêlent étroitement engagement politique et architectural, production construite et production théorique.

Le trio Ferro-Lefèvre-Império

13Ferro, Império et Lefèvre sont étudiants à la Faculté d’architecture et d’urbanisme (FAU) de l’Université de Sao Paulo (USP) au tournant des années 1950-1960. Amis d’enfance, Ferro et Lefèvre y entrent en 1957. Ils y rencontrent Império, alors déjà reconnu dans le milieu du théâtre d’avant-garde pour ses créations de costumes, de décors et ses mises en scène10.

Figure 2 : Sao Paulo en 1958.

Figure 2 : Sao Paulo en 1958.

Source : Arquivo Digital do Instituto Brasileiro de Geografia e Estatística.

© A.J.T Guerra et T. Jablonsky.

14En 1959, Ferro et Lefèvre adhèrent au parti communiste brésilien (PCB), qui domine alors la gauche et auquel appartiennent aussi leurs enseignants de la FAU. Ferro, Lefèvre et Império y sont notamment élèves de Paulo Mendes da Rocha (né en 1928) ; ils reçoivent surtout l’enseignement de João Batista Vilanova Artigas (1915-1985) qui, dans la deuxième moitié des années 1950, devient le chef de file d’un brutalisme local. Très proche d’Artigas, le trio participe au développement de ce que l’on nommera plus tard l’« école pauliste ».

15Dès 1959, seuls ou associés, Ferro et Lefèvre conçoivent leurs premiers projets – alors qu’ils ne sont pas encore diplômés –, dont plusieurs maisons particulières à Sao Paulo et sa région. Cette carrière débutée très jeune les amène aussi à prendre part à la construction de Brasilia. Les projets qui leur y sont commandés – par l’intermédiaire du père de Ferro, promoteur immobilier – portent en particulier sur des logements collectifs, dont un superquadra (1962, non réalisé). En 1961, Império rejoint le près de quarante œuvres réalisées – essentiellement des logements signés à deux, quatre ou six mains – pendant les années 1960.

  • 11 État de Sao Paulo.
  • 12 Escola de Arte Dramática, Escola do Museu de Arte de Sao Paulo…

16Dès 1962-1963, tous trois deviennent aussi assistants à la FAU : Lefèvre y enseigne l’histoire de l’architecture contemporaine, Império la communication visuelle, Ferro l’histoire de l’art et l’esthétique. Cette expérience les conduit à s’engager dans la réforme du cursus de la FAU initiée en 1962. En 1967-1968, Lefèvre et Ferro s’impliquent avec d’autres jeunes collègues dans la création de la FAU de Santos11 et y développent un enseignement pratique de première année en contact avec la réalité sociale des quartiers populaires proches de la faculté ; Ferro et Império enseignent aussi dans d’autres établissements12, respectivement en lien avec la peinture et le théâtre.

17Trente ans plus tard, Ferro évoque ce parcours de jeunesse à trois comme bien plus qu’un compagnonnage :

  • 13 Référence à la faculté de philosophie, lettres et sciences humaines de l’USP alors située dans cett (...)
  • 14 Sérgio Ferro, « Flavio arquiteto », in Pedro Fiori Arantes, Sérgio Ferro, arquitetura e trabalho li (...)

Durant des années, Flavio, Rodrigo et moi avons occupé la chambre d’employées de maison rue Marquês de Paranaguà. Douze mètres carrés. […] Là vivaient plein d’étudiants et de professeurs de la FAU et de la faculté de la rue Maria Antonia13, gens de théâtre, peintres. Nos tables étaient collées – comme nos plans d’architecture, comme ce que nous nous imaginions, comme notre aversion pour la gauche de salon. Mais comment savoir qui, quand, avait le premier suggéré ce que l’autre déjà commençait à esquisser, corrigeant ce que le troisième n’avait pas fini d’imaginer14 ?

Figure 3 : Flàvio Império dans les années 1970 et Rodrigo Lefèvre dans les années 1980.

Figure 3 : Flàvio Império dans les années 1970 et Rodrigo Lefèvre dans les années 1980.

D.R.

À la recherche d’une modernité brésilienne : une « poétique de l’économie » appliquée à l’architecture

  • 15 Marcelo Ridenti, « Intelectuais e artistas brasileiros nos anos 1960/70: entre a pena e o fuzil », (...)
  • 16 Idem, p. 186.

18La collaboration du trio reflète l’effervescence qui traverse dans les années 1960, à gauche, les milieux intellectuels et artistiques brésiliens des nouvelles classes moyennes métropolitaines15. Le sociologue Marcelo Ridenti qualifie ces années de floraison « d’un sentiment de brasilianité en même temps romantique et révolutionnaire16 ». Sur fond d’interrogations sur le sous-développement et de critique anti-impérialiste, ce mouvement s’inscrit dans une société alors vue comme « dualiste » : à la fois moderne et archaïque, et clivée socialement. Il se traduit par la quête d’une modernité nationale où les transformations sociales auraient pour base l’identité culturelle brésilienne. L’« onde révolutionnaire », souvent portée par des adhérents au Parti communiste brésilien, touche de nombreux domaines.

  • 17 Yves Bruand, Arquitetura contemporânea no Brasil, Sao Paulo, Perspectiva, 1981.
  • 18 Sérgio Ferro, « Arquitetura Nova », in Pedro Fiori Arantes, Sérgio Ferro…, op. cit.

19En architecture, la question d’une modernité brésilienne – dans ses relations ambivalentes au mouvement moderne international –, donne lieu, à Rio, au courant porté par Lucio Costa (1902-1998) et Oscar Niemeyer (1907-2012). Dans les années 1960, les débats et projets se restructurent autour d’une démarcation entre cette « école carioca » et la nouvelle « école pauliste » développée à Sao Paulo par Artigas17. Ferro, bien que critique comme on le verra, s’inscrit dans cette filiation : en 1967, l’expression Arquitetura Nova désigne pour lui « les groupes de la nouvelle génération brésilienne » et plus particulièrement les architectes « d’orientation rationnelle à Sao Paulo18 ».

  • 19 Marcelo Ridenti, Em busca do povo brasileiro : artistas da revolução, do CPC à era da tv, Rio/Sao P (...)

20La vague nationale et populaire de ces années s’incarne aussi dans un cinéma et un théâtre critiques envers la « politisation du quotidien », dans lesquels les auteurs débattent sur la situation sociale du pays19. Le Cinema Novo filme avec réalisme l’ordinaire du « peuple » des favelas et du Nordeste. Cette critique s’accompagne d’une esthétique des faibles moyens assumés, en adéquation avec les réalités décrites. À São Paulo, le mouvement trouve son expression dans les théâtres Arena et Oficina de Sao Paulo, avec lesquels collabore Império. Son univers scénographique, fait de réappropriation de techniques artisanales, d’objets et de matériaux populaires, influence directement le trio Arquitetura Nova et sa revendication d’une « poétique de l’économie » formulée en 1963 :

  • 20 Sérgio Ferro, Rodrigo Brotero Lefèvre, « Proposta inicial para um debate: possibilidade de atuação  (...)

C’est ainsi du minimum utile, du minimum constructif et du minimum didactique nécessaires que nous tirons, presque, les bases d’une nouvelle esthétique que nous pourrions appeler la poétique de l’économie, de l’absolument indispensable, de l’élimination de tout superflu, de l’“économie de moyens pour la formulation d’un nouveau langage, pour nous, entièrement établi sur les bases de notre réalité historique20.

L’expérience des chantiers de Brasilia : le « développement national » mis en doute

  • 21 S. Ferro, in Pedro Fiori Arantes, Sérgio Ferro…, op. cit., p. 306.

21La réalité historique qu’observe Ferro est aussi celle de la construction de Brasilia. Encore étudiant, il y suit les chantiers des projets conçus avec Lefèvre, et accède à ceux de Niemeyer. Le contraste de « la misère, la souffrance, l’exploitation effrénée21 » avec la rationalité apparente du plan urbain et des architectures en construction lui « est brutal :

  • 22 Nom donné aux ouvriers d’origine rurale des chantiers de Brasilia, immigrés intérieurs du Nordeste (...)
  • 23 Sérgio Ferro, in Pedro Fiori Arantes, Sérgio Ferro…, op. cit., pp. 305-306.

[Ce contraste] s’inscrivait dans le paysage même : terre rouge de végétation rase, blessée ici et là par des tours et des machines énormes – et par les ornières des eaux de pluie torrentielles. Errant au milieu, une multitude d’immigrants et leurs familles. Sous la marquise des premières églises de quartier de Niemeyer, ils se protégeaient du soleil ou de la pluie ; les candangos22 attendaient un éventuel travail. […] Plusieurs années après, en prison, j’étais avec des ouvriers qui avaient participé à cette construction [de Brasilia]. Ils m’ont raconté une souffrance que nous imaginions mal alors : nombreux suicides, ouvriers qui se jetaient sous les camions, dysenterie quasi quotidienne, enclos dont ils ne pouvaient pas sortir23.

Figure 4 : Ouvriers candangos sur les chantiers de Brasilia en construction.

Figure 4 : Ouvriers candangos sur les chantiers de Brasilia en construction.

Source : Arquivo Publico do Distrito Federal.

© Mario Fontenelle.

22Cette perception s’écarte de l’optimisme qui accompagne dans le pays la construction de la nouvelle capitale et suscite chez Ferro le pressentiment d’une rupture avec la modernité et l’émancipation nationale affichées par les discours politiques :

  • 24 Idem, p. 307.

Au début […] le projet d’un développement national paraissait viable […] principalement parce que la stratégie pour y arriver (d’abord construire des usines, puis redistribuer les revenus, quand nous serions devenus riches) n’était pas de plus osées. Ainsi, malgré quelques crises et soubresauts critiques, le projet parvient à se maintenir et débouche sur Brasilia. Mais comme il n’y a aucun moyen de penser, à l’intérieur du capitalisme, une telle promotion nationale sans une grande accumulation de capitaux, ou plutôt d’exploitation, il commence à être clair que le développement sera celui de quelques-uns et que ladite redistribution sera pour bien plus tard. Et le projet national devient le projet du pouvoir et des groupes dominants24.

23L’expression « développement national » relève d’une question centrale de la scène politique de l’époque. L’objectif de combler le retard de développement du pays par l’industrialisation est alors largement partagé, fondé sur une doctrine « développementiste » qui mise sur le développement des exportations de produits manufacturés pour soutenir une croissance et un marché internes, parallèlement à une réforme du secteur agricole, alors jugé peu rentable et rétrograde sur les plans politique et social.

  • 25 Ces réformes prévoyaient notamment l’accès à la terre des travailleurs ruraux, la régulation par l’ (...)

24En 1956-1961, le programme du gouvernement Kubitschek s’appuie ainsi sur la planification des industries de biens d’équipement et sur la construction civile : réalisation de Brasilia, ouverture de milliers de kilomètres de routes… Malgré les capitaux étrangers sur lesquels s’appuie l’État et les débats retardant une possible réforme agraire, la gauche brésilienne adhère à ce programme. Le développement industriel suffit alors à susciter l’espoir d’un progrès qui serait aussi social. Même le parti communiste brésilien (PCB) adhère à la politique de renforcement du capitalisme national, pour qui la modernisation industrielle portée par la bourgeoisie progressiste constitue le moyen de former une classe ouvrière qui, à son tour, mènera un jour la transition vers le socialisme : à la « révolution démocratique bourgeoise » pourra succéder la « révolution socialiste ». En 1962-1964, le programme de « réformes de base25 » du gouvernement Goulart est mis au point dans un climat de mobilisations syndicales et sociales, mais aussi de contestations conservatrices. L’annonce officielle de ces réformes progressistes à la mi-mars 1964 contribue à déclencher le coup d’État militaire du 31 mars 1964.

  • 26 Par exemple : Chico de Oliveira « L’ornithorynque », Agone, n°57, 2015/2, pp. 41-64, [en ligne] htt (...)

25La même année, Ferro fréquente le « séminaire Marx » de l’USP, à la suite duquel d’autres jeunes participants, dont le sociologue Francisco de Oliveira (né en 1933) et le critique littéraire Roberto Schwarz (né en 1938), s’écarteront de l’orthodoxie du PCB. Chacun développe, dans son domaine26, une critique marxiste renouvelée de la situation de sous-développement du pays, davantage centrée sur la réalité de ses rapports de production et de classes.

26Pour le trio d’Arquitetura Nova, les conséquences à tirer de ce nouveau contexte sont directes : la pratique de l’architecture doit se détourner d’une impossible industrialisation et trouver des voies alternatives aux rapports d’exploitation.

Une pratique architecturale à l’épreuve de la résistance et de la radicalisation politique après 1964

  • 27 Roberto Schwarz, « Remarques sur la culture et la politique au Brésil, 1964-1969 », Les Temps Moder (...)

27La dictature issue du coup d’État de 1964 dure jusqu’en 1985. En décembre 1968, l’« acte institutionnel n° 5 » représente une étape importante : pressions militaires, censure envers les productions culturelles, emprisonnements et torture portent à partir de ce moment directement atteinte à la gauche intellectuelle à laquelle appartient Ferro. Les premières années du régime sont toutefois décrites comme une période de doute et de trouble pour ce milieu : « Malgré la dictature de la droite, il existe une relative hégémonie culturelle de la gauche dans le pays […], signe de lutte, mais aussi de compromis27. »

  • 28 Idem.
  • 29 Idem, pp. 39-41 et 50.
  • 30 Marcelo Ridenti, « Intelectuais e artistas brasileiros nos anos 1960/70: entre a pena e o fuzil », (...)

28L’analyse que fait de cette période Roberto Schwarz en 1970 (alors exilé à Paris), est très proche des positions et de la réalité vécues par Ferro, dont il est l’ami. Selon Schwarz, la stratégie d’alliance du PCB avec la « bourgeoisie nationale » n’aura représenté qu’une « méprise28 », le nouveau régime militaire ayant reçu l’appui d’une bonne partie de la bourgeoisie progressiste et des classes moyennes. De même, le renforcement des investissements étrangers et le maintien de bas salaires, n’offrant finalement aucune perspective de redistribution des richesses, donne d’abord l’illusion à une partie de la gauche de poursuivre la modernisation engagée29. Sur le plan culturel aussi, la dictature entretient des ambiguïtés dans ses premières années : elle soutient le développement d’une nouvelle culture de masse, en laquelle certains artistes de gauche voient de nouveaux lieux d’expression, et semble poursuivre la démocratisation de l’enseignement, en permettant à l’université d’accueillir plus d’étudiants et en créant un système national de soutien à la recherche ; le régime offre alors « une alternative d’accommodement institutionnel aux secteurs intellectuels de l’opposition30 ».

  • 31 Roberto Schwarz, op. cit., p. 47.

29Le regard porté par Schwarz31 sur sa génération est sévère : le coup d’État a mis fin au rapprochement de la gauche intellectuelle avec « les masses » et les mouvements sociaux et sa critique marxiste s’est vidée des perspectives d’action du « vent pré-révolutionnaire » pour se réduire à des réflexions idéologiques éloignées des « problèmes réels » ; « la période la plus intéressante et la plus joyeuse de l’histoire brésilienne récente était réduite à matière à réflexion ».

  • 32 Sérgio Ferro, Rodrigo Brotero Lefèvre, « Proposta inicial para um debate: possibilidade de atuação  (...)
  • 33 Acropole, n°319, 1965, [en ligne] http://www.acropole.fau.usp.br/edicao/319, page consultée le 18 a (...)
  • 34 Rodrigo Brotero Lefèvre, « Uma crise em desenvolvimento » Acropole, n°333, 1966, pp. 22-23, [en lig (...)
  • 35 Sérgio Ferro, in Pedro Fiori Arantes, Sérgio Ferro…, op. cit.

30La radicalisation politique et architecturale de Ferro et d’Arquitetura Nova participe à ce contexte où la résistance et l’opposition au régime ont souvent été décrites comme un dilemme entre « la plume et le fusil ». Plusieurs textes sont publiés par le trio juste avant et après le coup d’État : « Proposition initiale pour un débat : possibilités d’action », de Ferro et Lefèvre, paraît dans la revue des étudiants de la FAU en 196332 ; en 1965, Ferro, Império et Lefèvre écrivent une courte introduction à leur production architecturale dans la revue Acropole33, Lefèvre publie aussi en 1966 « Une crise dans le développement34 » ; en 1967, dans la revue Teoria e Prática qu’il cofonde, Ferro fait paraître « Architecture Nouvelle35 ».

  • 36 Idem, p 49.

31Ces textes contribuent aux débats sur l’engagement politique. Ils s’appuient sur la conviction d’une d’une responsabilité de l’architecte à répondre aux enjeux de l’époque : la planification urbaine et la production « urgente36 » de logements pour le plus grand nombre, dans un pays à l’urbanisation déjà très rapide. Critiques sur leur propre production, les membres d’Arquitetura Nova expriment dans ces textes les contradictions qui traversent alors leur activité et celle de leurs confrères.

  • 37 Sérgio Ferro, Rodrigo Lefèvre, « Proposta inicial para um debate: possibilidade de atuação », op. c (...)
  • 38 Rodrigo Brotero Lefèvre, « Uma crise em desenvolvimento », op. cit.

32L’article de 196337, malgré les premiers doutes émis sur un « développement national » profitant aux « classes qui en ont le moins besoin », conserve une part de confiance pour « accompagner cette évolution » ; il en appelle à se restructurer « dans le conflit » de ces contradictions. Les textes d’après 1964 se lisent comme un retour sur les effets du coup d’État et témoignent d’un ton de plus en plus sombre. Dans celui de 1966, Lefèvre évoque ainsi un rétrécissement du marché du travail qui cantonne les architectes à des pratiques marginales (communication visuelle, design…) et tend à transformer l’architecture en « article de luxe38 ».

  • 39 Sérgio Ferro, in Pedro Fiori Arantes, Sérgio Ferro…, op. cit., pp. 49-53.

33Leur critique se fait aussi de plus en plus acérée envers les productions architecturales. Pour Ferro39, l’impossibilité d’agir en dehors de cercles restreints et l’éloignement de toute perspective progressiste contraignent à s’enfermer « dans des œuvres isolées et particulières (du type maison bourgeoise, boutique ou club, par exemple) » et à se replier sur une supposée « nature intrinsèque de l’œuvre » ; à une architecture « sobre et directe, […] dotée de la clarté, de l’ouverture et du courage constructif » s’est substituée un maniérisme de la « virtuosité individuelle et superficielle », emprunt de formalisme excessif ou de « fétichisme » technique.

  • 40 En tant que membres du PCB et dans le cadre d’enquêtes militaro-policières menées au sein de la FAU (...)
  • 41 Pedro Fiori Arantes, Arquitetura Nova: Sérgio Ferro, Flávio Império e Rodrigo Lefèvre, de Artigas a (...)

34La critique de Lefèvre et Ferro s’adresse notamment à Niemeyer et Artigas. Ce dernier, bien que victime comme eux de répression politique dès 196440, continue de voir dans le régime des possibilités de transformation du pays ; la position d’Artigas s’affirme notamment dans la leçon inaugurale qu’il donne à son retour à la FAU en 1967 et dont le titre, « Le dessin41 », appuiera sans doute le choix de celui affiché en contrepoint par Ferro autour du « chantier ».

35La même année, la position d’alliance avec l’aile démocratique de la bourgeoisie maintenue par le PCB crée une rupture au sein de ses membres. Nombre de ceux qui voient dans la ligne officielle une incapacité de se confronter à la dictature s’engagent dans une dissidence de lutte armée : c’est ce que font Ferro et Lefèvre, tandis qu’Artigas reste au PCB.

  • 42 Idem, p. 45.

36Ces divergences politiques marquent en 1968 les discussions de la réforme de la FAU. Les débats sur l’enseignement deviennent le lieu d’une radicalisation des dissensions entre Artigas et Ferro, entre « d’un côté, la défense de la conception et de la pratique professionnelle et, de l’autre, la disposition pour une action politique plus véhémente42 ».

L’œuvre construite, un brutalisme orienté par la production sur le chantier

37La relation à Artigas est pourtant l’histoire d’une filiation. Ses enseignements sont un lieu de transmission privilégiée pour Ferro, Império et Lefèvre, faits de visites de chantiers, de débats organisés hors des cours… Les années Arquitetura Nova sont aussi celles pendant lesquelles l’influence d’Artigas sur l’architecture pauliste et brésilienne est la plus déterminante43 : les grandes lignes de son brutalisme, particulièrement exprimées dans le bâtiment qu’il conçoit pour la FAU en 1962-1969, poussent la recherche d’une « morale » et d’une « vérité » constructives distinctes de la veine plus formaliste de Niemeyer.

Figure 5 : Le bâtiment de la FAU-USP (inauguration en 1969), des architectes J.B. Vilanova Artigas et Carlos Cascaldi.

Figure 5 : Le bâtiment de la FAU-USP (inauguration en 1969), des architectes J.B. Vilanova Artigas et Carlos Cascaldi.

© Nelson Kon

  • 44 Gymnase et école normale à Brotas (1966) ; gymnase de Vila Ercilia à São José do Rio Preto (1967).
  • 45 Plusieurs projets sont visibles [en ligne] http://www.flavioimperio.com.br/area/468806, page consul (...)
  • 46 Sérgio Ferro, in Pedro Fiori Arantes, Sérgio Ferro…, op. cit., p. 261.

38Les maisons ou projets scolaires44 qu’élaborent Ferro, Império et Lefèvre au cours des années 1960 empruntent aux principes formels d’Artigas45 : matériaux et éléments techniques apparents ; couvertures structurellement indépendantes laissant place à un agencement libre du programme sous leurs volumes ; porosité des espaces intérieurs et extérieurs… Comme le souligne Ferro, « notre groupe a été formé par Artigas dans un moment de radicalisation énorme. […] Tout était très déterminé par la politique. […] Nous avons employé les mêmes éléments formels, mais les avons développés dans une autre direction46 ».

  • 47 Projet décrit dans Ana Paula Koury, Grupo Arquitetura Nova: Flávio Império, Rodrigo Lefèvre e Sérgi (...)

39En 1961, les maisons Simon Fausto (F. Império ; Ubatuba), Boris Fausto (S. Ferro ; Sao Paulo) et Bernardo Issler (S. Ferro ; Cotia), forment leurs premières expérimentations. La maison Boris Fausto47 explore l’adaptation du dessin à la production industrielle : à la structure d’une grande toiture plane de béton armé reposant sur quatre piliers centraux, Ferro associe un cloisonnement par panneaux préfabriqués, dont la mise en œuvre sur le chantier, compliquée par une série de défauts de fabrication, appellera de nombreux repentirs. Ce projet est un semi-échec ; il conduit le trio à se détourner d’une possible industrialisation pour se concentrer sur l’utilisation de matériaux et de méthodes constructives courants et bon marché.

Figure 6 : Maison Boris Fausto – vue extérieure et plan (Sérgio Ferro architecte, 1961).

Figure 6 : Maison Boris Fausto – vue extérieure et plan (Sérgio Ferro architecte, 1961).

© Photo : J. Moscardi ; © plan R. Ferrari Wittman

Figure 7 : Maison Bernardo Issler – vue extérieure (Sérgio Ferro architecte, 1961)

Figure 7 : Maison Bernardo Issler – vue extérieure (Sérgio Ferro architecte, 1961)

Source : Biblioteca FAU-USP.

© D.R.

  • 48 Repris par Koury, op. cit., pp. 74-77, et Pedro Fiori Arantes, Arquitetura Nova…, op. cit., pp. 83- (...)
  • 49 NdE : À propos des voûtes, il faut certainement rappeler les travaux de Le Corbusier de la Maison M (...)

40L’usage de la brique et le choix de la voûte pour la toiture, déjà contenus dans la maison Simon Fausto, deviennent des éléments caractéristiques de leur architecture. À contre-courant du modernisme affiché des grandes dalles d’Artigas, les voûtes d’Arquitetura Nova cherchent à rationaliser des techniques traditionnelles. Les avantages des voûtes développées au fil des projets sont décrits par Lefèvre ou Ferro48 sous l’angle d’une économie de matériaux liée à un comportement en compression (voiles de béton très fins, peu de ferraillage) et au recours à des composants légers, matériaux non préfabriqués et facilement manipulables (terre cuite…). Réalisables en quelques jours, ces voûtes mettent rapidement les ouvriers à l’abri tout en leur offrant, sous leurs volumes, une certaine liberté de mise en œuvre49. C’est à cette même rationalisation de la production que répond le choix d’installations techniques et de matériaux apparents : béton laissé brut pour l’exécution rapide de la maçonnerie, regroupement des fonctions hydrauliques dans des modules indépendants pour faciliter l’intervention des équipes successives.

Figure 8 : Maison Simon Fausto – vues extérieure et intérieure (F. Império architecte, 1961).

Figure 8 : Maison Simon Fausto – vues extérieure et intérieure (F. Império architecte, 1961).

Source : Acervo Flávio Império

© Photo : B. Lima de Toledo.

  • 50 Sérgio Ferro, Rodrigo Brotero Lefèvre, « Proposta inicial para um debate: possibilidade de atuação  (...)

41Ces éléments sont ainsi des réponses aux réflexions livrées par les membres du trio dans leurs textes : en particulier, l’économie de moyens est celle du programme d’une « poétique de l’économie50 » énoncée en 1963.

La fin d’Arquitetura Nova : l’habitation populaire laissée entre parenthèses

Figure 9 : Favela du quartier de Barra Funda à Sao Paulo en 1972.

Figure 9 : Favela du quartier de Barra Funda à Sao Paulo en 1972.

Source : Arquivo Digital do Instituto Brasileiro de Geografia e Estatística.

  • 51 Sérgio Ferro, Acropole, op. cit.

42Les maisons d’Arquitetura Nova, bien que réalisées pour des clients de la classe moyenne supérieure, sont conçues comme des expérimentations censées apporter une réponse aux besoins de logement à grande échelle51.

  • 52 Pedro Fiori Arantes, Arquitetura Nova…, op. cit., pp. 94-95.

43De ce point de vue, la maison Juarez Brandão Lopes (Sao Paulo, 1968), généralement donnée comme la dernière réalisation collective d’Arquitetura Nova, est décrite par Arantes comme un projet contradictoire, dans lequel culminent les recherches formelles menées par le groupe, mais où s’efface la perspective d’applicabilité à l’habitation populaire ; imaginée comme une réponse provocante aux conditions « idiotes » imposées par la propriété privée et ses découpages parcellaires, elle sera pourtant reçue comme l’une des plus belles maisons bourgeoises du Sao Paulo d’alors, conduisant Lefèvre à mettre sa pratique entre parenthèses52.

Figure 10 : Maison Juarez Brandão Lopes (1968), chantier et vue de la rue vers 1970.

Figure 10 : Maison Juarez Brandão Lopes (1968), chantier et vue de la rue vers 1970.

Sources : Acervo Flávio Império et Acervo Rodrigo Lefévre (Biblioteca FAU-USP)

  • 53 Op. cit.

44En 1969, Ferro publie l’article « A casa popular53 », dans lequel il examine la production brésilienne du logement des années 1960 à partir de trois entrées : logement auto-construit des périphéries, grande maison bourgeoise des quartiers riches et marché de masse pour la classe moyenne des centres urbains. Ce long article manifeste l’intérêt éprouvé par Ferro pour la question du logement populaire, mais d’un point de vue théorique. Ainsi, la situation du Brésil et celle vécue personnellement par le trio dans la deuxième moitié des années 1960 laisseront leurs propositions architecturales au stade expérimental.

45La période Architetura Nova se solde 2 décembre 1970 par l’arrestation de Ferro et Lefèvre pour participation à la lutte armée. Tous deux sont torturés et emprisonnés pendant un an. À leur libération, aucun enseignement ne leur est proposé à la FAU54 : Ferro s’exile ; il arrive en France en avion le 2 avril 1972, et obtient une promesse d’embauche pour enseigner à l’école d’architecture de Grenoble dès le mois suivant.

  • 55 Dont, entre 1972 et 1975, le siège social du Departamento Nacional de Estradas de Rodagem (DNER) à (...)
  • 56 R. B. Lefèvre, Projeto de um acampamento de obra: uma utopia, tese de mestrado, Sao Paulo, FAU-USP, (...)

46Dans les années 1970-1980, Império poursuit son activité de scénographe et peintre. Lefèvre rejoint une grande entreprise (Hidroservice), dans laquelle il dirige le département d’architecture et travaille sur de grands projets55, tout en continuant d’enseigner (il réintègre notamment la FAU en 1977). En 1981, continuant à sa manière l’engagement d’Arquitetura Nova, il soutient une recherche dans laquelle les réflexions menées sur le système constructif des voûtes sont systématisées dans la perspective d’un chantier-école inspiré de la pédagogie de Paulo Freire (1921-1997)56. Lefèvre décède d’un accident de voiture en 1984, Império de maladie en 1985.

Figure 11 : Maison Dino Zammataro (R. Lefèvre architecte, 1970) et extrait du mestrado de R. Lefèvre.

Figure 11 : Maison Dino Zammataro (R. Lefèvre architecte, 1970) et extrait du mestrado de R. Lefèvre.

Source : Biblioteca FAU-USP

© Photo. B. Lima de Toledo.

Dessin-chantier lu depuis le Brésil

47L’exil marque incontestablement une rupture dans la trajectoire de Sérgio Ferro : contraint d’abandonner sa pratique architecturale faute de reconnaissance de son diplôme brésilien, sa carrière française se tourne vers l’enseignement, la recherche et la peinture. Si cette dernière lui offre matière à redéployer son activité pratique, les années d’après l’exil confèrent aussi à l’œuvre théorique une importance particulière.

  • 57 Sérgio Ferro, Chérif Kebbal, Philippe Potié, Cyrille Simonnet, Le Couvent de la Tourette. Le Corbus (...)
  • 58 Sérgio Ferro, Michel-Ange : architecte et sculpteur de la chapelle Médicis, Paris, éd. de La Villet (...)

48Les recherches menées par Ferro en France lui permettent ainsi de prolonger et d’affiner, par une entrée historique et en dehors du Brésil, ses thèses sur le chantier et les conditions de production de l’architecture initiées à Sao Paulo. La recherche sur le Couvent de la Tourette57 met ainsi à l’épreuve la « vérité constructive de l’icône brutaliste » et montre les entorses faites à la rationalité structurelle du modèle lors du chantier, en un mot les écarts entre le projet dessiné et le projet construit. De même, l’ouvrage sur Michel-Ange58 conduit Ferro à développer à la fois son interprétation des différences entre travail de l’architecte et travail de l’artiste et sa lecture sémiologique de la relation entre production et produit.

  • 59 Grenoble : Villeneuve (1981), école des Buttes (1983), école Joseph Vallier (1990) ; Sao Paulo : mé (...)
  • 60 Dans la Drôme à partir de 2002.

49De manière générale, les années françaises dessinent à leur tour un parcours et une production riches et complexes. L’accueil en France et les relations intellectuelles qui y ont été construites, les enseignements développés dès la rentrée de 1972 à l’École d’architecture de Grenoble à partir des expériences brésiliennes (dans un contexte de refonte post-68 du programme pédagogique et d’installation dans le quartier de la Villeneuve), la contribution abandonnée à la création des Grands Ateliers de l’Isle d’Abeau, la production de fresques en France et au Brésil59, ou encore la généalogie de l’actuelle maison-atelier de Grignan60 demeurent autant de matériaux complémentaires qui restent à réunir et étudier, notamment dans la perspective de mieux analyser les continuités et les ruptures créées par l’exil.

50On s’en tiendra toutefois ici à une mise en perspective de la part brésilienne de l’œuvre de Ferro, en commençant par faire retour sur louvrage Dessin-chantier

Retour sur l’origine brésilienne de Dessin-chantier

  • 61 Cf. T. M. Nobre et al., « Conversa com Sérgio Ferro », [en ligne] http://www.fau.usp.br/depprojeto/ (...)
  • 62 Qu’on peut lire sous le titre « A produção da casa no Brasil », in Pedro Fiori Arantes, Sérgio Ferr (...)
  • 63 Dessin-chantier, n°2-3, 1983.

51La rédaction de Dessin-chantier se fonde sur les notes de cours donnés par Ferro à la FAU dans les années 1960. Pour contourner la surveillance et la censure imposées par la dictature militaire jusque dans les salles de l’université après 1964, ces notes avaient été rédigées dans un langage semi-codé, qui explique en partie la lecture encore aujourd’hui ardue de Dessin-chantier61. Sous le titre « A casa popular », le texte actuel connaît une ébauche préalable62 publiée dans la revue des étudiants de la FAU l’année où Ferro s’exile en France, en 1972. La version définitive est rédigée en France au début des années 1970 mais elle est d’abord publiée au Brésil : en 1976, dans la revue Almanaque dirigée par des enseignants de littérature et philosophie de l’USP avec qui Ferro reste en contact ; et en 1979 sous la forme d’un ouvrage dont le titre est O canteiro e o desenho (« Le chantier et le dessin »). En France, le texte parait dans la revue du laboratoire Dessin-Chantier63 puis en un ouvrage augmenté de commentaires en 2005.

  • 64 Roland Barthes, Jean Baudrillard, Jacques Lacan, Claude Lévi-Strauss, Michel Foucault.

52L’écriture et la publication de Dessin-chantier tracent ainsi une ligne de partage floue entre l’avant et l’après exil. Le texte est nourri d’auteurs français structurant les débats intellectuels d’après mai 6864. En ce sens, la courte période qui sépare l’exil de la première publication brésilienne instaure une certaine continuité théorique entre le Brésil et la France. Pour autant, Dessin-chantier reste, selon Ferro lui-même, un texte brésilien. Forgés avant l’exil, sa matière et son propos sont avant tout issus de son expérience brésilienne.

53C’est ainsi à la suite des conditions archaïques du travail observées à Brasilia que Ferro tire de la lecture du Capital de Marx sa propre analyse. Selon lui, les chantiers du bâtiment, qui privilégient le travail d’une main d’œuvre abondante sur une production plus mécanisée, relèvent d’une organisation manufacturière. Signe de retard de développement mais très rentable, cette organisation de la construction soutient l’industrialisation brésilienne des années 1960 : la force de travail des ouvriers du bâtiment, peu rémunérés, est source d’une importante masse de plus-value et d’accumulation du capital qui alimentent des secteurs dits plus avancés. Ce processus d’accumulation et de captation, tout en engendrant des rapports d’exploitation sur les chantiers, est ce qui empêche une véritable industrialisation de la construction.

  • 65 Sérgio Ferro, in Pedro Fiori Arantes, Sérgio Ferro…, op. cit., pp. 61-101.

54Ferro garde du miroir grossissant offert par le Brésil de l’époque le schéma fondamental d’une pensée qui traverse en filigrane Dessin-chantier, à savoir : le rôle déterminant accordé aux conditions et aux processus de production matérielle comme lieux où s’affrontent les rapports entre travail et capital ; la place ainsi donnée au chantier et à la construction, qui inscrit l’architecture dans une économie politique plus générale. De même, « A casa popular65 », ébauche du futur Dessin-chantier, est le texte dans lequel Ferro, analysant la production brésilienne de logements des années 1960, développe sa théorisation de l’architecture comme marchandise et son analyse du secteur de la construction comme lieu de rapports foncièrement inégalitaires entre travail et capital.

  • 66 Sérgio Ferro, Dessin-chantier, op. cit., pp. 39-41.
  • 67 Idem, pp. 52-58.
  • 68 Idem, pp. 144-145.
  • 69 Idem, pp. 138 et suiv.

55L’ouvrage Dessin-chantier s’appuie en outre sur l’expérience des architectures construites pendant la période Arquitetura Nova : la vive critique des revêtements qu’y dresse Ferro66, tout comme l’attention portée à « la main67 » et aux traces du « faire » laissées visibles68, résonnent ainsi avec les respects concomitants du matériau et du travail recherchés dans la conception des maisons des années 1960. Ces maisons sont aussi des essais de « manufacture » : à la « manufacture hétérogène » (basée sur la préfabrication) de la maison Boris Fausto succède la « manufacture sérielle » assumée des projets suivants, que Ferro développe de manière plus théorique, dans les pages de commentaires de l’édition française de Dessin-chantier, sous la forme d’une « esthétique de la séparation69 ».

  • 70 Idem, p. 141.

56Bien qu’à l’origine de l’exploitation de la force de travail des travailleurs de la construction, la séparation des étapes de production et la spécialisation des équipes sur le chantier, caractéristiques de la manufacture sérielle, y sont reprises par Ferro70 dans le sens d’une « une autre pratique » de l’architecture, « plus heureuse » : celle d’un travail libre, d’un chantier fondé sur la formation et la valorisation de l’autonomie des équipes et de leurs savoir-faire, dont « l’unité viendra de la libre coopération », à la manière des musiciens de jazz, soit « un thème commun, des parties jouées ensemble et des solos où les variations sont possibles. Un groupe décidé à collaborer étroitement pour que chacun ait son propre moment ». Dessin-chantier puise ainsi d’abord sa signification dans le projet de repenser la production architecturale à partir du contexte économique, politique et social d’un Brésil travaillé par les contradictions mêlées de son histoire politique et de sa « modernisation » économique.

Héritages et prolongements brésiliens

  • 71 Il expose notamment à Sao Paulo (au MASP en 1981, à la Galeria Millan en 1988, etc.), où il reçoit (...)

57Au Brésil justement, la critique radicale développée par Ferro dans Dessin-chantier a d’abord été reçue comme une « trahison » envers la profession et le texte vécu dans une certaine indifférence une vingtaine d’années. Ferro ne s’est jamais coupé de son pays d’origine (notamment par le biais de la peinture71), mais ses relations avec le milieu de l’architecture furent longtemps distendues.

  • 72 Pedro Fiori Arantes, Arquitetura Nova, op. cit., et Ana Paula Koury, Grupo Arquitetura Nova…, op. c (...)
  • 73 Pedro Fiori Arantes, « O retorno de Sérgio Ferro », octobre 2003, [en ligne]. http://www.au.pini.co (...)

58À l’origine de la « redécouverte » de son œuvre dans les années 2000 se trouvent les recherches menées à l’USP par Ana Paula Koury et par Pedro Fiori Arantes72. À ce titre, en février 2002, Arantes invite Ferro à une rencontre avec des étudiants de la FAU autour de sa pensée du chantier. Cette rencontre marque pour Arantes « le retour de Sérgio Ferro73 ». Car si c’est bien l’expression d’un retour intellectuel plutôt que physique (Ferro, en dépit d’invitations aujourd’hui régulières, continue à vivre en France), elle inaugure les liens depuis renoués autour de ses travaux au Brésil – en particulier à Sao Paulo.

  • 74 Pedro Fiori Arantes, Arquitetura Nova, op. cit., chap. 6.

59Comme le souligne Arantes, les architectures d’Arquitetura Nova n’ont pas produit d’héritiers directs, mais les critiques et les propositions développées par le trio ont trouvé au Brésil des prolongements. Arantes en fait la généalogie tout en s’y rattachant lui-même74.

  • 75 E. Maricato coord., A produção capitalista da casa (e da cidade) no Brasil industrial, S. Paulo, Al (...)

60Au tournant des années 1970-1980, dans un contexte de reprise du processus démocratique et de renouveau de la gauche brésilienne (développement de mouvements sociaux et urbains, création du Parti des travailleurs…), de jeunes architectes formés à la FAU participent aux enseignements de Rodrigo Lefèvre : leurs préoccupations et leurs recherches convergent autour de l’urgence à traiter des conditions d’urbanisation et de logement des périphéries autoconstruites. Les études de ce groupe à tendance marxiste se voient publiées en 1979 dans un ouvrage coordonné par une jeune enseignante de l’équipe de Lefèvre, Erminia Maricato (née en 1947)75. Les textes de Ferro, dont son analyse de l’autoconstruction dans « A casa popular », y jouent un rôle important.

61L’intérêt partagé avec Rodrigo Lefèvre pour la démocratisation du projet d’architecture et la pédagogie du travail participatif se concrétise pour ces jeunes architectes dans les années 1980 : aux côtés de mouvements de lutte pour le logement et au sein de la Faculté des beaux-arts de Sao Paulo (où enseignent Império et Lefèvre), ils mènent dans les quartiers populaires de premières expériences participatives inspirées du mouvement coopératif uruguayen et d’architectes comme John F. Turner (né en 1927).

  • 76 Mot sans traduction française ; étymologiquement issu de pratiques indiennes (sa racine, motyrõ, s (...)

62En 1989-1992, cet engagement rencontre la volonté politique de la maire de Sao Paulo, Luiza Erundida (Parti des travailleurs), de donner accès à un logement abordable et de qualité aux populations à bas revenus des périphéries. Un ambitieux programme de logements par mutirão autogéré76 est lancé comme alternative à la production dominante du logement social de masse et à l’autoconstruction informelle. Son principe repose sur l’attribution de terrains et de financements publics à des communautés habitantes organisées juridiquement en « associations de construction » et qui reçoivent l’appui technique (assessoria técnica) d’architectes tout en restant au centre de l’ensemble du processus : négociations avec l’institution, administration des ressources, choix du projet architectural, organisation du travail sur le chantier…

  • 77 Pedro Fiori Arantes, Arquitetura Nova, op. cit., pp. 191-209.
  • 78 Icaro Vilaça et Paula Constante (org.), Usina: entre o projeto e o canteiro, (préface de S. Ferro), (...)

63Malgré les vicissitudes auxquelles l’alternance politique soumit l’achèvement des 11 000 logements entrepris, ce programme fait figure de modèle. À ce titre, Arantes y voit une forme de concrétisation des réflexions avancées par Arquitetura Nova et développées par Ferro et Lefèvre : rationalisation de techniques populaires et démocratisation des savoirs techniques ; retour à un dessin « instrument d’un projet collectif » mené avec des habitants « auteurs et producteurs » ; introduction de relations de production du logement basées sur une « autogestion populaire » avec laquelle le travail manuel du chantier acquiert une valeur émancipatrice77. Au-delà de cette sorte de filiation théorique, Pedro Arantes, lui-même impliqué dans les mutirões au cours des années 2000, a contribué à (re)créer une relation intellectuelle concrète entre Ferro et les assessorias técnicas, en particulier le collectif USINA78.

  • 79 Aujourd’hui moins de 5 % de la production du logement social au Brésil.
  • 80 Voir par exemple : J. Marcos de Almeida Lopes et C. Saliba Rizek, « L'entraide autogérée, un proc (...)

64Les suites données à l’expérience des premiers mutirões autogérés restent marginales79, mais ont permis d’évaluer la mise en pratique du modèle, du point de vue du travail – non rémunéré – des futurs habitants dans le chantier, du rôle de médiation des groupes d’appui technique, ou de l’articulation avec les politiques publiques80.

  • 81 Par exemple, J. Marcos Lopes et J.T.C. Lira (dir.), Memória, Trabalho e Arquitetura, Sao Paulo, EDU (...)
  • 82 Par exemple, J.E. Baravelli, Trabalho e tecnologia no programa MCMV, Sao Paulo, Annablume, 2017 ; o (...)

65Ces discussions relèvent de travaux universitaires qui font encore écho à la pensée de Ferro au sein d’une recherche critique élargie articulant la question de la production du logement à celle de l’espace urbain brésilien. Erminia Maricato, théoricienne de la question urbaine ou Nabil Bonduki (né en 1955) spécialiste du logement social, sont quelques-uns des initiateurs des mutirões paulistes des années 1990 qui animent ces recherches contemporaines. Aujourd’hui professeurs à l’USP, ils ont eux-mêmes formé la génération de ceux qui, comme Arantes ou Koury, ont remobilisé Ferro dans leurs travaux à partir des années 2000, que ce soit dans une veine historiographique81, dans le cadre d’une critique des conditions contemporaines de production du logement82, ou d’un point de vue plus orienté vers la pratique.

66Ces héritages et ces prolongements d’Arquitetura Nova dessinent la cartographie en réseau d’une communauté académique et intellectuelle d’architectes, comme Ferro, très engagés à gauche, qui témoignent du caractère vivant et actuel de sa pensée dans un pays toujours traversé par de fortes inégalités sociales. En ce sens, un des intérêts d’une « lecture brésilienne » de Dessin-chantier et des travaux théoriques de Ferro sur l’architecture est sans doute de remettre en évidence leur dimension fondamentalement politique.

Icaro Vilaça et Paula Constante (dirs.), Usina : entre o projeto e o canteiro (préface de S. Ferro), Sao Paulo, Edições Aurora, 2015, [en ligne] https://issuu.com/​usinactah/​docs/​usina, consulté le 30 septembre 2017.

Haut de page

Bibliographie

Miguel Antonio Buzzar, João Batista Vilanova Artigas - Elementos para a compreensão de um caminho da arquitetura brasileira, 1938-1967, Sao Paulo, Unesp/Senac, 2014.

Yves Bruand, Arquitetura contemporânea no Brasil, Sao Paulo, Perspectiva, 1981.

rgio Ferro, A história da arquitetura vista do canteiro: três aulas, Sao Paulo, GFAU, 2010.

Sérgio Ferro, Dessin-chantier, Paris, éd. de La Villette, 2005.

rgio Ferro, Michel-Ange : architecte et sculpteur de la chapelle Medicis, Paris, éd. de La Villette, 2002 (édition originale : Lyon, Plan fixe édition, 1998).

rgio Ferro, O canteiro et o desenho, Sao Paulo, Projeto, 1979.

rgio Ferro, Chérif Kebbal, Philippe Potié, Cyrille Simonnet, Le Couvent de la Tourette. Le Corbusier, Marseille, Parenthèses, 1988.

Pedro Fiori Arantes (coord.), Sérgio Ferro, arquitetura e trabalho livre, Sao Paulo, Cosac Naify, 2006.

Pedro Fiori Arantes, Arquitetura Nova : Sérgio Ferro, Flávio Império e Rodrigo Lefèvre, de Artigas aos mutirões, Sao Paulo, Ed. 34, 2002.

Ana Paula Koury, Grupo Arquitetura Nova : Flávio Império, Rodrigo Lefèvre e Sérgio Ferro, Sao Paulo, Romano Guerra, EDUSP/FAPESP, 2003.

Marcelo Ridenti, « Intelectuais e artistas brasileiros nos anos 1960/70 : entre a pena e o fuzil », ArtCultura, Uberlândia, UFU, vol. 9, n° 14, 2007, pp. 185-194, [en ligne] page http://historiapolitica.com/datos/biblioteca/brasil_ridenti.pdf, consultée le 8 octobre 2017.

Marcelo Ridenti, Em busca do povo brasileiro: artistas da revolução, do CPC à era da tv, Rio/Sao Paulo, Editora Record, 2000.

Roberto Schwarz, « Remarques sur la culture et la politique au Brésil, 1964-1969 », Les Temps Modernes, n° 288, juillet 1970, pp. 37-73.

Haut de page

Notes

1 Extrait de l’avant-propos de Vincent Michel, in Sérgio Ferro, Dessin-chantier, Paris, éd. de La Villette , 2005.

2 Avec Chérif Kebbal, Philippe Potié et Cyrille Simonnet, alors enseignants à l'École d'architecture de Grenoble.

3 Sérgio Ferro, Dessin/Chantier, op. cit.

4 On en trouve une évocation dans l’avant-propos de V. Michel cité supra.

5 Pedro Arantes (UNIFESP et collectif Usina), Miguel Buzzar et Lucia Shimbo (IAU-USP), João Marcos Lopes (IAU-USP et Usina), Kaya Lazarini (Usina), Karina Leitao, Caio Santo Amore et João Whittaker (FAU-USP). Formés à la FAU-USP et/ou y enseignant, les uns font partie d’un cercle très proche de Ferro, les autres relèvent d’une affinité d’engagement et de sujet pour son œuvre.

6 Pedro Fiori Arantes, Arquitetura Nova: Sérgio Ferro, Flávio Império e Rodrigo Lefèvre, de Artigas aos mutirões, Sao Paulo, Ed. 34, 2002, et Ana Paula Koury, Grupo Arquitetura Nova: Flávio Império, Rodrigo Lefèvre e Sérgio Ferro, Sao Paulo, Romano Guerra, EDUSP/FAPESP, 2003.

7 Sérgio Ferro, « Arquitetura Nova », Teoria e Prática, n°1, 1967, pp. 3-15, in Pedro Fiori Arantes, Sérgio Ferro, arquitetura e trabalho livre, Sao Paulo, Cosac Naify, 2006, pp. 45-58.

8 Pedro Fiori Arantes (coord.), Sérgio Ferro, arquitetura e trabalho livre, Sao Paulo, Cosac Naify, 2006.

9 Par exemple Miguel Antonio Buzzar, João Batista Vilanova Artigas - Elementos para a compreensão de um caminho da arquitetura brasileira, 1938-1967, São Paulo, éd. Unesp/Senac, 2014.

10 L’œuvre de Flávio Império est consultable sur son site, voir [en ligne] http://www.flavioimperio.com.br, page consultée le 15 juin 2018.

11 État de Sao Paulo.

12 Escola de Arte Dramática, Escola do Museu de Arte de Sao Paulo…

13 Référence à la faculté de philosophie, lettres et sciences humaines de l’USP alors située dans cette rue.

14 Sérgio Ferro, « Flavio arquiteto », in Pedro Fiori Arantes, Sérgio Ferro, arquitetura e trabalho livre, op. cit., p. 266. Toutes les citations extraites de textes brésiliens dans la suite de l’article ont été traduites par l’auteur.

15 Marcelo Ridenti, « Intelectuais e artistas brasileiros nos anos 1960/70: entre a pena e o fuzil », ArtCultura, Uberlândia, UFU, vol.9, n°14, 2007, pp. 185-194, [en ligne] http://historiapolitica.com/datos/biblioteca/brasil_ridenti.pdf, page consultée le 8 octobre 2017.

16 Idem, p. 186.

17 Yves Bruand, Arquitetura contemporânea no Brasil, Sao Paulo, Perspectiva, 1981.

18 Sérgio Ferro, « Arquitetura Nova », in Pedro Fiori Arantes, Sérgio Ferro…, op. cit.

19 Marcelo Ridenti, Em busca do povo brasileiro : artistas da revolução, do CPC à era da tv, Rio/Sao Paulo, Editora Record, 2000, pp. 89-113.

20 Sérgio Ferro, Rodrigo Brotero Lefèvre, « Proposta inicial para um debate: possibilidade de atuação », Encontros GFAU 63, Sao Paulo, 1963, reproduit in Pedro Fiori Arantes, Sérgio Ferro, arquitetura e trabalho livre, op. cit., p. 36.

21 S. Ferro, in Pedro Fiori Arantes, Sérgio Ferro…, op. cit., p. 306.

22 Nom donné aux ouvriers d’origine rurale des chantiers de Brasilia, immigrés intérieurs du Nordeste peu qualifiés.

23 Sérgio Ferro, in Pedro Fiori Arantes, Sérgio Ferro…, op. cit., pp. 305-306.

24 Idem, p. 307.

25 Ces réformes prévoyaient notamment l’accès à la terre des travailleurs ruraux, la régulation par l’État des investissements étrangers, etc.

26 Par exemple : Chico de Oliveira « L’ornithorynque », Agone, n°57, 2015/2, pp. 41-64, [en ligne] http://www.cairn.info.inshs.bib.cnrs.fr/revue-agone-2015-2-page-41.htm, page consultée le 14 septembre 2017.

27 Roberto Schwarz, « Remarques sur la culture et la politique au Brésil, 1964-1969 », Les Temps Modernes, n°288, juillet 1970, pp. 37-38.

28 Idem.

29 Idem, pp. 39-41 et 50.

30 Marcelo Ridenti, « Intelectuais e artistas brasileiros nos anos 1960/70: entre a pena e o fuzil », op. cit., p. 194.

31 Roberto Schwarz, op. cit., p. 47.

32 Sérgio Ferro, Rodrigo Brotero Lefèvre, « Proposta inicial para um debate: possibilidade de atuação », op. cit.

33 Acropole, n°319, 1965, [en ligne] http://www.acropole.fau.usp.br/edicao/319, page consultée le 18 août 2017.

34 Rodrigo Brotero Lefèvre, « Uma crise em desenvolvimento » Acropole, n°333, 1966, pp. 22-23, [en ligne] http://www.acropole.fau.usp.br/edicao/333, page consultée le 18 août 2017.

35 Sérgio Ferro, in Pedro Fiori Arantes, Sérgio Ferro…, op. cit.

36 Idem, p 49.

37 Sérgio Ferro, Rodrigo Lefèvre, « Proposta inicial para um debate: possibilidade de atuação », op. cit.

38 Rodrigo Brotero Lefèvre, « Uma crise em desenvolvimento », op. cit.

39 Sérgio Ferro, in Pedro Fiori Arantes, Sérgio Ferro…, op. cit., pp. 49-53.

40 En tant que membres du PCB et dans le cadre d’enquêtes militaro-policières menées au sein de la FAU en 1964, Ferro et Lefèvre sont interrogés dans leurs salles de cours ; Artigas et d’autres sont une première fois détenus plusieurs jours. Pour une chronologie plus complète, voir [en ligne] http://www.vilanovaartigas.com/cronologia/por-tipo/biografia, page consultée le 17 juillet 2017.

41 Pedro Fiori Arantes, Arquitetura Nova: Sérgio Ferro, Flávio Império e Rodrigo Lefèvre, de Artigas aos mutirões, Sao Paulo, Ed. 34, 2002, p. 9.

42 Idem, p. 45.

43 Voir le site dédié à Artigas [en ligne] www.vilanovaartigas.com, consulté le 18 septembre 2017.

44 Gymnase et école normale à Brotas (1966) ; gymnase de Vila Ercilia à São José do Rio Preto (1967).

45 Plusieurs projets sont visibles [en ligne] http://www.flavioimperio.com.br/area/468806, page consultée le 15 octobre 2017.

46 Sérgio Ferro, in Pedro Fiori Arantes, Sérgio Ferro…, op. cit., p. 261.

47 Projet décrit dans Ana Paula Koury, Grupo Arquitetura Nova: Flávio Império, Rodrigo Lefèvre e Sérgio Ferro, Sao Paulo, Romano Guerra, EDUSP/FAPESP, 2003, p. 76 ; Pedro Fiori Arantes, Arquitetura Nova…, op. cit., pp. 72-73 et Bruand, op. cit., pp. 317-318.

48 Repris par Koury, op. cit., pp. 74-77, et Pedro Fiori Arantes, Arquitetura Nova…, op. cit., pp. 83-89.

49 NdE : À propos des voûtes, il faut certainement rappeler les travaux de Le Corbusier de la Maison Monol aux maisons Jaoul (ou encore la maison Sarabhai). Voir à ce propos Caroline Maniaque, Le Corbusier et les Maisons Jaoul, Projet et fabrique, Paris, Picard, 2005.

50 Sérgio Ferro, Rodrigo Brotero Lefèvre, « Proposta inicial para um debate: possibilidade de atuação », op. cit.

51 Sérgio Ferro, Acropole, op. cit.

52 Pedro Fiori Arantes, Arquitetura Nova…, op. cit., pp. 94-95.

53 Op. cit.

54 Sérgio Ferro, « O silencio da FAU », juin 2015, [en ligne] http://www.viomundo.com.br/denuncias/sergio-ferro-o-silencio-da-usp-e-da-fau-usp-faz-delas-aliadas-dos-crimes-da-ditadura.html, page consultée le 30 octobre 2017.

55 Dont, entre 1972 et 1975, le siège social du Departamento Nacional de Estradas de Rodagem (DNER) à Brasília et l’Hospital das Clínicas à Sao Paulo.

56 R. B. Lefèvre, Projeto de um acampamento de obra: uma utopia, tese de mestrado, Sao Paulo, FAU-USP, 1981.

57 Sérgio Ferro, Chérif Kebbal, Philippe Potié, Cyrille Simonnet, Le Couvent de la Tourette. Le Corbusier, Marseille, Parenthèses, 1988.

58 Sérgio Ferro, Michel-Ange : architecte et sculpteur de la chapelle Médicis, Paris, éd. de La Villette, 2002 (édition originale : Lyon, Plan fixe édition, 1998).

59 Grenoble : Villeneuve (1981), école des Buttes (1983), école Joseph Vallier (1990) ; Sao Paulo : mémorial de l’Amérique Latine (1990) ; Lyon : jardin de Fourvière (1995) ; Curitiba : mémorial de Curitiba (1995).

60 Dans la Drôme à partir de 2002.

61 Cf. T. M. Nobre et al., « Conversa com Sérgio Ferro », [en ligne] http://www.fau.usp.br/depprojeto/labhab/biblioteca/textos/nobre_conversa_sf.pdf, page consultée le 18 octobre 2017.

62 Qu’on peut lire sous le titre « A produção da casa no Brasil », in Pedro Fiori Arantes, Sérgio Ferro…, op. cit., pp. 61-101.

63 Dessin-chantier, n°2-3, 1983.

64 Roland Barthes, Jean Baudrillard, Jacques Lacan, Claude Lévi-Strauss, Michel Foucault.

65 Sérgio Ferro, in Pedro Fiori Arantes, Sérgio Ferro…, op. cit., pp. 61-101.

66 Sérgio Ferro, Dessin-chantier, op. cit., pp. 39-41.

67 Idem, pp. 52-58.

68 Idem, pp. 144-145.

69 Idem, pp. 138 et suiv.

70 Idem, p. 141.

71 Il expose notamment à Sao Paulo (au MASP en 1981, à la Galeria Millan en 1988, etc.), où il reçoit en 1987 le Prix du meilleur peintre de l’Associação Paulista de Críticos de Arte.

72 Pedro Fiori Arantes, Arquitetura Nova, op. cit., et Ana Paula Koury, Grupo Arquitetura Nova…, op. cit.

73 Pedro Fiori Arantes, « O retorno de Sérgio Ferro », octobre 2003, [en ligne]. http://www.au.pini.com.br/arquitetura-urbanismo/115/artigo23575-1.aspx, page consultée le 15 août 2017.

74 Pedro Fiori Arantes, Arquitetura Nova, op. cit., chap. 6.

75 E. Maricato coord., A produção capitalista da casa (e da cidade) no Brasil industrial, S. Paulo, Alfa Omega, 1979.

76 Mot sans traduction française ; étymologiquement issu de pratiques indiennes (sa racine, motyrõ, signifie travail en commun en langue tupi guarani), le terme s’applique à des formes auto-organisées et populaires d’entraide (en agriculture, autoconstruction…).

77 Pedro Fiori Arantes, Arquitetura Nova, op. cit., pp. 191-209.

78 Icaro Vilaça et Paula Constante (org.), Usina: entre o projeto e o canteiro, (préface de S. Ferro), Sao Paulo, Edições Aurora, 2015, [en ligne] https://issuu.com/usinactah/docs/usina, page consultée le 30 septembre 2017.

79 Aujourd’hui moins de 5 % de la production du logement social au Brésil.

80 Voir par exemple : J. Marcos de Almeida Lopes et C. Saliba Rizek, « L'entraide autogérée, un procédé innovant dans la production de l’habitat populaire. Une approche critique », in Isabel Georges et Pierre Tripier (dir.), La démocratie participative au Brésil, Bruxelles, PLE. Peter Lang, 2012, pp. 113-131.

81 Par exemple, J. Marcos Lopes et J.T.C. Lira (dir.), Memória, Trabalho e Arquitetura, Sao Paulo, EDUSP, 2013.

82 Par exemple, J.E. Baravelli, Trabalho e tecnologia no programa MCMV, Sao Paulo, Annablume, 2017 ; ou L. Zanin Shimbo, Habitação social de mercado: a confluência entre Estado, empresas construtoras e capital financeiro, Belo Horizonte, C/Arte, 2012.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Couverture du recueil de l’œuvre écrite de Ferro publiée au Brésil.
Crédits Pedro Fiori Arantes (coord.), Sérgio Ferro, arquitetura e trabalho livre, Sao Paulo, Cosac Naify, 2006.
URL http://journals.openedition.org/craup/docannexe/image/591/img-1.jpg
Fichier image/, 472k
Titre Figure 2 : Sao Paulo en 1958.
Légende Source : Arquivo Digital do Instituto Brasileiro de Geografia e Estatística.
Crédits © A.J.T Guerra et T. Jablonsky.
URL http://journals.openedition.org/craup/docannexe/image/591/img-2.jpg
Fichier image/, 108k
Titre Figure 3 : Flàvio Império dans les années 1970 et Rodrigo Lefèvre dans les années 1980.
Crédits D.R.
URL http://journals.openedition.org/craup/docannexe/image/591/img-3.jpg
Fichier image/, 264k
Titre Figure 4 : Ouvriers candangos sur les chantiers de Brasilia en construction.
Légende Source : Arquivo Publico do Distrito Federal.
URL http://journals.openedition.org/craup/docannexe/image/591/img-4.jpg
Fichier image/, 784k
Titre Figure 5 : Le bâtiment de la FAU-USP (inauguration en 1969), des architectes J.B. Vilanova Artigas et Carlos Cascaldi.
Crédits © Nelson Kon
URL http://journals.openedition.org/craup/docannexe/image/591/img-5.jpg
Fichier image/, 2,8M
Titre Figure 6 : Maison Boris Fausto – vue extérieure et plan (Sérgio Ferro architecte, 1961).
URL http://journals.openedition.org/craup/docannexe/image/591/img-6.jpg
Fichier image/, 1,0M
Légende Source: www.arquiteturabrutalista.com.br
URL http://journals.openedition.org/craup/docannexe/image/591/img-7.jpg
Fichier image/, 404k
Titre Figure 7 : Maison Bernardo Issler – vue extérieure (Sérgio Ferro architecte, 1961)
Légende Source : Biblioteca FAU-USP.
URL http://journals.openedition.org/craup/docannexe/image/591/img-8.jpg
Fichier image/, 644k
Titre Figure 8 : Maison Simon Fausto – vues extérieure et intérieure (F. Império architecte, 1961).
URL http://journals.openedition.org/craup/docannexe/image/591/img-9.png
Fichier image/, 2,7M
Légende Source : Acervo Flávio Império
URL http://journals.openedition.org/craup/docannexe/image/591/img-10.png
Fichier image/, 1,5M
Titre Figure 9 : Favela du quartier de Barra Funda à Sao Paulo en 1972.
Crédits Source : Arquivo Digital do Instituto Brasileiro de Geografia e Estatística.
URL http://journals.openedition.org/craup/docannexe/image/591/img-11.jpg
Fichier image/, 920k
Titre Figure 10 : Maison Juarez Brandão Lopes (1968), chantier et vue de la rue vers 1970.
URL http://journals.openedition.org/craup/docannexe/image/591/img-12.png
Fichier image/, 7,5M
Crédits Sources : Acervo Flávio Império et Acervo Rodrigo Lefévre (Biblioteca FAU-USP)
URL http://journals.openedition.org/craup/docannexe/image/591/img-13.png
Fichier image/, 5,9M
Titre Figure 11 : Maison Dino Zammataro (R. Lefèvre architecte, 1970) et extrait du mestrado de R. Lefèvre.
URL http://journals.openedition.org/craup/docannexe/image/591/img-14.jpg
Fichier image/, 712k
Légende Source : Biblioteca FAU-USP
URL http://journals.openedition.org/craup/docannexe/image/591/img-15.jpg
Fichier image/, 1,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sandra Fiori, « Sérgio Ferro au prisme d’une histoire brésilienne
(re-)lire Dessin-chantier
 », Les Cahiers de la recherche architecturale urbaine et paysagère [En ligne], 2 | 2018, mis en ligne le 10 septembre 2018, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/craup/591 ; DOI : 10.4000/craup.591

Haut de page

Auteur

Sandra Fiori

Sandra Fiori est urbaniste, docteur et maître de conférences dans le champ « ville et territoire » à l’École nationale supérieure d’architecture de Lyon, où elle est coresponsable du domaine d’étude de master « Architecture, stratégies et pratiques émergentes » et responsable de l’équipe de recherche LAURE (MCC et UMR EVS 5600). Elle a travaillé ces dernières années, dans une approche ethnographique, sur l’analyse d’espaces publics conflictuels et développe actuellement une collaboration scientifique avec le Lab-Hab de la Faculté d’architecture et d’urbanisme de l’Université de Sao Paulo (FAU-USP).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de la recherche architecturale, urbaine et paysagère sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals