Navigation – Plan du site

AccueilRubriquesMatériaux de la recherche2022Éléments d’enquête sur la recherc...Projets de paysage. Revue scienti...

2022
Éléments d’enquête sur la recherche et les revues d’architecture, d’urbanisme et de paysage

Projets de paysage. Revue scientifique sur la conception et l’aménagement de l’espace (France)

Texte intégral

Présentation de la revue

Année de création : 2008.

Institutions porteuses : cinq écoles nationales supérieures du paysage : Agrocampus Angers, l’ENSAP de Bordeaux, l’ENSAP de Lille, l’ENSP de Versailles-Marseille, l’INSA CVL-ENP de Blois.

Éditeur : ENSP de Marseille, ENSAP de Bordeaux, ENSAP de Lille, Agrocampus Angers, INSA CVL.

Langues : français, anglais.

Disciplines/thématiques : études environnementales, géographie et développement, géographie, histoire et philosophie des sciences, sciences sociales interdisciplinaires.

Objectifs : la revue se consacre aux problématiques émergentes de la recherche en paysage, sur l’action paysagère et sur le projet de paysage.

Lectorat : communauté scientifique et étudiants, professionnels et acteurs de l’aménagement du territoire, société civile, pouvoirs publics.

Système d’évaluation : évaluation en double aveugle par les pairs.

Périodicité : 2 numéros par an.

Mode de publication : numérique (OpenEdition).

Sites internet : https://www.projetsdepaysage.fr et https://journals.openedition.org/​paysage/​

Questionnaire rempli par le comité de rédaction

Gouvernance de la revue et composition des comités

Quel est le pourcentage de titulaire d’un doctorat ou PhD dans votre comité de rédaction ?

100 %.

Avez-vous un comité de lecture ? Quelles personnes y participent-elles ?

Notre revue est pilotée par un comité de rédaction composé de 10 membres (2 représentants par école supérieure de paysage), tous enseignants-chercheurs. Ces 10 membres du comité de rédaction sont rattachés à une unité de recherche, UMR ou EA.

Un comité de lecture est constitué d’experts extérieurs, chercheurs également, pour chaque numéro. Ils sont choisis en fonction de la thématique explorée et des champs disciplinaires convoqués par les textes.

Avez-vous une relation privilégiée avec une institution académique ? si oui laquelle ?

Avec les cinq écoles nationales supérieures de paysage du réseau faisant de la recherche, puisque la revue est constituée par ce réseau.

Avez-vous des débats au sein du comité de rédaction ? Si oui, comment ceux-ci sont-ils reflétés par la revue ?

Les membres du comité de rédaction se réunissent deux fois par an et débattent à partir d’un ordre du jour. Ils échangent quasi quotidiennement par mail, la coordination étant assurée par la secrétaire de rédaction.

Ces débats se reflètent dans les thématiques choisies pour chaque numéro qui sont discutées et par les divers contenus adoptés dans la revue. Ils ont pour effet de faire évoluer la revue, son fonctionnement et sa ligne éditoriale.

Quels sont les rapports avec les éditeurs (ressources et contraintes) du point de vue financier, formel, intellectuel ?

La revue est codirigée par les cinq écoles nationales supérieures du paysage : Agrocampus Angers, l’ENSAP de Bordeaux, l’ENSAP de Lille, l’ENSP de Versailles-Marseille, l’INSA CVL-ENP de Blois.

La revue reçoit une subvention annuelle du ministère de la Transition écologique et solidaire. Elle est perçue et donc soutenue par le ministère depuis le début comme une ressource permettant un travail concerté entre les écoles (faire en sorte que le réseau soit actif et porteur d’initiatives) et les chercheurs de ces écoles afin de rendre publique la recherche en cours, voire de la susciter. C’est un espace-temps et une production collaboratifs interécoles de paysage.

La subvention permet la rétribution d’un secrétariat de rédaction et de réaliser les traductions en anglais des résumés par un traducteur.

Recherche et revues

Dans quel milieu vous inscrivez-vous ? Quel bassin de lecteur visez-vous ?

La revue Projets de paysage revendique d’être au service des chercheurs et des praticiens en ce qu’elle met à leur disposition des connaissances sur les paysages et sur leurs processus de transformation, sur les manières de les représenter et de les analyser, ainsi que sur les modalités opératoires d’intervention (conception, gestion, transformation, sensibilisation, médiation, etc.).

Lectorat visé : communauté scientifique et étudiants, professionnels et acteurs de l’aménagement du territoire, société civile, pouvoirs publics…

Selon votre revue, quels sont les attendus d’une recherche en paysage ?

La revue se consacre aux problématiques émergentes de la recherche en paysage et de l’action en ce domaine. À cet égard, elle entend construire un point de vue critique sur les frontières disciplinaires que le paysage interroge et déstabilise. Pour cela, elle met en avant la nécessité de mobiliser des savoirs et des savoir-faire situés à l’interface des sciences de la nature, des sciences de l’homme et de la société et des sciences politiques. Ce positionnement à la croisée des disciplines est le garant d’une production scientifique riche, singulière et inédite, servant l’objectif affiché de porter un regard réflexif sur les grands enjeux environnementaux, culturels et sociétaux de notre temps.

Faites-vous un distinguo entre recherche et innovation ? Si oui lequel ? Entre recherche et expertise ?

Nous nous méfions des termes « innovation » et « expertise ». Nous nous intéressons à la compréhension de l’actualité des enjeux, des approches et des transformations au sein de la société, des interprétations concernant le et les paysages et du projet de paysage, aux transitions socio-environnementales.

Quelle place faites-vous à la recherche dans votre programmation ?

Indiscutable. La revue offre également une plate-forme aux jeunes chercheurs à travers la publication tous les deux ans des communications présentées lors des journées doctorales dès lors qu’elles ont passé avec succès les différentes étapes de la procédure d’évaluation.

Combien de chercheurs sont intervenus dans votre revue sur la dernière année de publication ?

Une quarantaine de chercheurs ont publié des articles dans les numéros parus en 2020 (numéros 22 et 23).

Les articles publiés dans les rubriques « Dossier thématique », « Varia » et « Chercheurs en devenir » sont tous issus de travaux de recherche.

Les auteurs des textes publiés dans la rubrique « Matières premières » peuvent être des chercheurs mais aussi des professionnels car cette rubrique accueille des témoignages, des retours d’expériences ou des écrits moins conventionnels et plus personnels sans l’appareillage scientifique.

À l’échelle d’une dizaine d’années, quelle évolution constatez-vous entre recherche et profession ? entre recherche et intervention ?

Cette évolution concerne non seulement la recherche mais aussi les doctorats et la place des jeunes chercheurs dans la revue (publication des actes des Journées doctorales en paysage dans la rubrique « Chercheurs en devenir »). Les jeunes docteurs apportent une évolution de par leur sujet et leur condition de réalisation de leur thèse (par exemple en contrat Cifre). L’intérêt que la Fédération française du paysage (FFP) porte à la recherche et au doctorat témoigne d’une évolution : d’une curiosité et d’une considération des apports réciproques.

Comment se fait le choix des experts d’articles ? Comment traitez-vous leurs analyses et le retour vers les auteurs ? Problèmes rencontrés (anecdotes significatives).

Les articles présentés pour les trois rubriques « Dossier thématique », « Varia » et « Chercheurs en devenir » font l’objet d’une double expertise anonymisée : par un membre du comité de rédaction et par un expert extérieur. Ces derniers sont choisis en fonction de leur spécialité et de l’adéquation de celle-ci à la thématique du numéro par le comité de rédaction, et plus particulièrement par les responsables du numéro thématique.

Les deux experts doivent remplir une fiche d’évaluation très précise et les responsables du numéro décident, en relation avec le comité de rédaction, de la suite à donner à chaque contribution : 1) proposition retenue en l’état ; 2) demande de modifications mineures ; 3) demande de modifications majeures ; 4) proposition non retenue. Un courriel est envoyé à l’auteur afin de lui signifier l’acceptation de son article ou son refus avec les avis des évaluateurs sans que soient précisés les noms de ces derniers. Si une seconde version est demandée aux auteurs et qu’ils acceptent de la faire, elle sera alors soumise à la même procédure d’évaluation. Le comité de rédaction se réserve in fine le droit de refuser cette ultime version si elle ne remplit pas les conditions exigées par les experts.

En cas de désaccord ou de contradiction entre les avis, les responsables du numéro proposent une médiation (comité de rédaction ou expert extérieur spécialiste du sujet).

Pour la rubrique « Matières premières », qui accueille des textes non scientifiques, la procédure est quelque peu allégée : chaque texte présenté est expertisé par un seul membre du comité de rédaction.

Quel rôle joue la mise en page ? (rapport texte/image, jeu sur la typographie, choix de la couverture) 

Projets de paysage est une revue numérique, elle est membre de la plateforme OpenEdition depuis novembre 2019. Elle n’a donc pas de couverture mais une photo, en lien avec la thématique du numéro, illustrant, depuis le numéro 22, le sommaire.

Le comité de rédaction a choisi une des maquettes proposées par OpenEdition avec une mise en page prédéfinie. La revue utilise le logiciel d’édition électronique Open Source Lodel, fourni par OpenEdition, avec ses propres styles typographiques.

Le comité de rédaction a toutefois choisi son propre bandeau présent sur le site (réalisé par une graphiste) qui devait à la fois rappeler, par la typographie, les couleurs et les formes, l’ancien site de la revue tout en étant plus contemporain.

La revue étant numérique, il n’y a aucune contrainte concernant le nombre d’images.

Appréciation du rédacteur en chef

Quel type de revue aviez-vous en tête à la fondation de votre revue ou au moment où vous êtes devenu rédacteur en chef/rédactrice en chef et comment cela a-t-il évolué ?

Le début de la question n’est pas adapté à la revue. En revanche, à partir de 2013, les cinq écoles ont été parties prenantes de la revue et ont constitué un comité de rédaction collaboratif. Cette transformation a apporté une autre dynamique dans la revue et dans le réseau des écoles. Cette ouverture s’est poursuivie lorsque les thématiques ont été portées par des chercheurs de plusieurs écoles en des croisements disciplinaires.

Quelles sont les revues que vous consultez aujourd’hui régulièrement ou occasionnellement), – dans le champ de l’architecture, de l’urbanisme et du paysage ou en dehors de ce champs ?

Compte tenu de la diversité des approches menées dans les articles publiés, une réponse est difficile/impossible à formuler.

Suggestions

Avez-vous des remarques ou suggestions supplémentaires en relation avec l’appel à articles ?

Avez-vous envisagé dans vos thématiques ou questions posées d’inclure une prise en compte des « revues en lutte » ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Projets de paysage. Revue scientifique sur la conception et l’aménagement de l’espace (France) »Les Cahiers de la recherche architecturale urbaine et paysagère [En ligne], Matériaux de la recherche, mis en ligne le 01 mars 2022, consulté le 11 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/craup/9690 ; DOI : https://doi.org/10.4000/craup.9690

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search