Navigation – Plan du site

AccueilRubriquesMatériaux de la recherche2022Éléments d’enquête sur la recherc...TRACÉS, Revue suisse romande des ...

2022
Éléments d’enquête sur la recherche et les revues d’architecture, d’urbanisme et de paysage

TRACÉS, Revue suisse romande des techniques et cultures du bâti (Genève, Suisse romande)

Texte intégral

Présentation de la revue

Année de création : 1880.

Institution porteuse : TRACÉS n’est pas une revue de recherche même si elle publie dès ses débuts les résultats de recherche menés dans les écoles polytechnique. Le Bulletin technique de la Suisse romande, pendant romand de la Schweizerische Bauzeitung, est fondé en 1876 comme organe officiel de la Société suisse des ingénieurs et architectes (SIA).

1Éditeur : la revue fait partie d’une maison d’édition, espazium – les Éditions pour la culture du bâti, qui regroupe les trois revues techniques alémanique, tessinoise et romande ainsi qu’une plateforme en ligne (espazium.ch).

Langue : français.

Disciplines/thématiques : revue de référence en architecture, en ingénierie et en urbanisme, qui traite des techniques et des cultures du bâti.

Objectifs : revue qui fait part de l’actualité du bâti en Suisse romande, en publiant les réalisations récentes, en divulguant la recherche académique et en donnant une voix aux prises de position des acteurs du bâti.

Lectorat : professionnels et acteurs de l’aménagement du territoire, société civile, pouvoirs publics ; communauté scientifique et étudiants.

Système d’évaluation : pas d’évaluation en double aveugle par les pairs.

2Périodicité : 19 à 23 numéros par an (deux numéros par mois) jusqu’en 2020, et 11 numéros par an depuis septembre 2020.

3Mode de publication : apier et numérique.

Site internet : https://www.espazium.ch/​fr/​revue-traces

Questionnaire rempli par Marc Frochaux, rédacteur en chef

Gouvernance de la revue et composition des comités

Quel est le pourcentage de titulaire d’un doctorat ou PhD dans votre comité de rédaction ?

Le comité éditorial est en cours de recomposition. Pour indication, il comportera au moins deux personnalités issues de la recherche, trois de groupements professionnels (architecture, ingénierie, paysage), deux représentants des médias.

Avez-vous un comité de lecture ? Quelles personnes y participent-elles ?

Non, les articles académiques publiés sont généralement déjà publiés (puis traduits ou adaptés), ils ont déjà été révisés. Quand nous publions un article scientifique original, il s’agit uniquement de recherches entrant dans le domaine de compétence du chercheur ou d’une chercheuse, par exemple après une thèse doctorale ou qui entre dans le cadre de la recherche/de l’enseignement d’un ou une professeur.

Avez-vous une relation privilégiée avec une institution académique ? si oui laquelle ?

EPFL, ETH, USI (Academia di Architettura Mendrisio), écoles HES (Fribourg, HEPIA, HEAD).

Les alumnis EPFL comptent parmi les partenaires de la revue. De manière générale, les recherches, les expositions, les enseignements et les publications émanant de l’EPFL font régulièrement l’objet de contributions dans la revue TRACÉS.

Avez-vous des débats au sein du comité de rédaction ? Si oui, comment ceux-ci sont-ils reflétés par la revue ?

Nous avons des débats chaque semaine au sein de l’équipe de rédaction lors des séances hebdomadaire.

Le comité de rédaction n’étant pas réuni, je ne peux répondre à cette question. Nous comptons utiliser le comité pour débattre aussi bien de la ligne éditoriale et stratégique que de questions plus générales sur le positionnement à adopter sur des questions contemporaines qui préoccupent la revue (situation de la profession, transition énergétique, positionnements lors de votations, prises de position publiques, parité, etc.).

Quels sont les rapports avec les éditeurs (ressources et contraintes) du point de vue financier, formel, intellectuel ?

Je dois absolument préciser le modèle économique de la revue et la stratégie adoptée pour répondre à cette question : TRACÉS n’est pas une revue de recherche et n’est pas liée à une institution académique, même si historiquement le Bulletin technique de 1876 est né dans le sillage de la création de l’école polytechnique fédérale. Elle fait partie d’une maison d’édition qui regroupe les trois revues techniques alémaniques, tessinoise et romande ainsi qu’une plateforme en ligne (espazium.ch).

Espazium — les éditions pour la culture du bâti est une SA, qui doit assurer son propre financement, sans aide publique (et sans soutien de fondations ou autres formes de mécénat). Son partenaire principal est la SIA — Société suisse des ingénieurs et architectes, qui contribue en partie au financement (je n’aimerais pas articuler de chiffre précis, car une partie du financement peut être allouée, par exemple à une rubrique ou en services, mais cette part ne représente pas plus que 15-20 %). Pour le reste, le modèle d’affaire est traditionnel, basé sur l’abonnement et surtout les annonces d’entreprises publiées dans les revues papier, en tirant parti du lectorat « captif » que composent les membres SIA, qui reçoivent la revue.

Ce modèle, aujourd’hui en crise dans le monde entier, résiste encore, malgré la digitalisation croissante, mais il est contraignant, car il pourrait mener une équipe de rédaction à favoriser le choix de sujets « rentables » d’un point de vue commercial, la publication de projets réalisés au détriment de sujets liés à la recherche ou des positionnements critiques.

Pour mettre fin à une ambiguïté persistante entre les formats et les types d’articles, une ligne rouge a été clairement tracée dans le projet éditorial, désormais scindé en trois parties : « Dossier » , « Journal » (actualités, rubriques), « Réalisations ».

Dans la partie « Dossier », la liberté éditoriale est strictement garantie. Dans la partie « Réalisation », nous favorisons des projets émanant de Suisse romande (et du reste de la Suisse, et parfois d’autres pays), afin de permettre aux annonceurs régionaux de déposer une annonce. Cette séparation garantit qu’aucune pression intellectuelle ne puisse être exercée sur la sélection des thèmes de la partie « Dossier » — qui font le sujet de la couverture de chaque édition.

Du point de vue des auteurs, la liberté éditoriale est strictement garantie, dans chaque partie. Pour information, les annonceurs sont démarchés après rédaction des articles de la partie « Réalisations ». Cela peut paraître évident, mais ce n’est pas du tout le cas de nombreuses revues (magazines) !

Rétribution des auteurs : les articles émanent directement d’une recherche académique financée par une l’institution ou le FNS (Fonds national de la recherche scientifique) ne sont pas rétribués. Les autres articles sont rétribués sur une base tarifaire standardisée de manière à mettre les auteurs sur un pied d’égalité.

Enfin, au sein de la maison d’édition, l’allocation des budgets se fait sur un principe solidaire pratiqué dans un pays organisé en confédération qui favorise les minorités linguistiques, ceci afin d’empêcher la faillite d’un projet éditorial qui serait déficitaire.

Recherche et revues

Dans quel milieu vous inscrivez-vous ? Quel bassin de lecteur visez-vous ?

La revue TRACÉS est une revue professionnelle, elle est distribuée aux membres SIA : architectes — environ 70 % —, ingénieurs, architectes du paysage affiliés, administrations communales et cantonales, donc les services d’urbanisme et d’architecture. Elle est également distribuée dans les écoles (EPFL, HES, EPFZ) et directement auprès de laboratoires ENAC-EPFL.

Selon votre revue, quels sont les attendus d’une recherche en architecture, (en urbanisme, en paysage) ?

Les résultats d’une recherche doivent pouvoir être traduits (sous la forme d’article ou d’entretien) de manière à être accessibles à un lectorat essentiellement professionnel. Dès lors, nous favorisons les articles émanant d’une recherche qui aboutissent à un positionnement critique plutôt que des articles de fonds qui n’intéresseraient que les chercheurs. Si les parties concernant la méthodologie n’est pas essentielle dans cette traduction, l’article doit clairement et précisément référencer ses sources. Les articles ne sont que rarement des commandes, ils émanent plutôt de travaux déjà édités ou exposés, il s’agit parfois de traduction de textes déjà publiés.

Faites-vous un distinguo entre recherche et innovation ? Si oui lequel ? Entre recherche et expertise ?

C’est en priorité dans les domaines de la construction que cette ambiguïté doit être relevée. Il nous est arrivé une seule fois de nommer une rubrique « innovation » pour publier un texte commandé auprès de chercheurs dont l’activité s’avérait être intrinsèquement liée à une entreprise proposant une innovation dans la construction bois. L’innovation constructive ou technique est discutée par les rédacteurs, dans des articles de fonds qui confrontent différentes innovations (notamment dans les enquêtes sur les filières de la construction).

Les textes concernant une expertise entrent dans la rubrique « profession » ; ils concernent par exemple des évolutions de normes ou de standards et sont clairement labellisés comme tels.

Quelle place faites-vous à la recherche dans votre programmation ?

4À la reprise du poste en 2018, création d’une sous-rubrique « Recherche » dédiée dans la partie « Journal » (actualités) avec un chef de rubrique chargé d’organiser la réception et la publication des articles. D’autres rubriques, dédiées à l’histoire, aux nouvelles parutions ou aux matériaux et techniques de mise en œuvre, bénéficient toutes de la recherche. Pour le reste, les dossiers thématiques sont fabriqués en faisant régulièrement appel à des chercheurs pour contribuer.

Combien de chercheurs sont intervenus dans votre revue sur la dernière année de publication ?

En 2020, 19.

À l’échelle d’une dizaine d’années, quelle évolution constatez-vous entre recherche et profession ? entre recherche et intervention ?

Il m’est impossible de répondre à cette question, faute de pouvoir obtenir des données fiables sur l’intérêt porté par les professionnels sur différents champs de recherche, qui me semble peut-être grandissant, mais encore faudrait-il préciser lesquels.

Comment se fait le choix des experts d’articles ? Comment traitez-vous leurs analyses et le retour vers les auteurs ? Problèmes rencontrés (anecdotes significatives)

Dans les dossiers thématiques : commande directe à des chercheur selon le sujet.

Rubrique « Recherche » ou « Histoire » : commande d’article à partir d’une proposition émanant des chercheurs.

Deux tours de relectures avec la rédaction. Lors du premier tour, travail de relecture très intense effectué par la rédaction pour reprendre le fond et le propos, parfois restructurer complètement l'article. Un article scientifique est souvent structuré en état de l’art, méthode, corpus, et finalement une thèse, une hypothèse, ou éventuellement un semblant de proposition. Dès lors, très souvent, les chercheurs sont incapables de rédiger un article dans un style journalistique, qui suppose de faire l’inverse : mettre d'abord en avant une thèse ou une hypothèse, puis indiquer la démonstration en guidant le lecteur dans la réflexion qui a amené à cette thèse. Nous devons systématiquement restructurer les articles, mettre en valeur les propos intéressants.

D’autre part les chercheurs (surtout les jeunes) ont tendance à s’adresser à leur propre communauté, être détachés du réel, pour des questions évidentes d’intérêts professionnels/de carrière : ils favorisent un jargon, des références partagés par leurs pairs, parfois cryptiques. Même si nous comprenons l’importance de garantir une autonomie de la recherche nous demandons aux chercheurs de livrer des textes qui transmettent un savoir accessible, voire utile aux professionnels.

Quel rôle joue la mise en page ? (rapport texte/image, jeu sur la typographie, choix de la couverture).

Depuis septembre 2020, avec le nouveau projet éditorial, la photographie et les dessins ont gagné en importance et en autonomie, avec une clarification des codes employés. Les couvertures sont réalisées avec un agencement typographique (calligramme), une manière de refuser l’importance prise par l’image et de faire entrer les lecteurs dans la réflexion proposée par chaque édition.

La conception de la maquette graphique (issu d’un concours rétribué) a été soigneusement étudiée pour répondre à un lectorat composé essentiellement d’architectes très sensibles à la qualité graphique de la revue. Le projet retenu propose de distinguer clairement TRACÉS des revues commerciales par un traitement radicalement sobre de la mise en page, en refusant les effets inutiles, l’hypertrophie des titres, titraille, cadrages, etc. et autres dispositifs de captation de l’attention que l’on trouve dans la grande presse et qui diminuent graduellement la capacité de concentration du sujet contemporain, déjà sollicité en permanence par une quantité exponentielle de messages et de perturbations quotidiennes. Ce projet traduit en grande partie le souci éthique déployé par le projet éditorial dans son ensemble, un retour à un design essentiel, simple.

Appréciation du rédacteur en chef

Quel type de revue aviez-vous en tête à la fondation de votre revue ou au moment où vous êtes devenu rédacteur en chef/rédactrice en chef et comment cela a-t-il évolué ?

La revue TRACÉS a été fondée en 2000 comme évolution du Bulletin technique de la Suisse romande, renommé entre-temps IAS (Ingénieurs et architectes suisses). Il est resté un « bulletin » bimensuel dont le statut n’était plus très clair, partagé entre le suivi de l’actualité professionnelle, un intérêt pour la recherche académique et la culture du bâti dans son ensemble. En raison d’une programmation défaillante, le temps manquait pour réviser les textes, parfois relus directement sur la mise en page, sans que la rédaction puisse échanger avec les auteurs.

La recherche n’avait pas un statut très clair : régulièrement des ouvrages scientifiques ou des thèses étaient employés pour créer des articles dans lesquels la position de l’auteur de l’article et celle de l’auteur de la recherche étaient mal distinguées ; des spécialistes d’une matière dépassaient parfois allègrement leur champ de compétence ; prises de position et opinions se distinguaient mal du discours scientifique. En résumé, les types de discours et de locuteurs devaient urgemment être clarifiés, ce que nous avons fait immédiatement en créant des rubriques « Recherche », « Opinion », « Événements/expositions » et « Notes de lectures » pour distinguer les types de contribution. Dans le même temps, la distinction stricte entre les dossiers thématiques, l’actualité et les projets (exposée plus haut, voir question 5) était opérée pour les raisons susmentionnées.

L’autre changement concerne la ligne éditoriale a proprement parlé, dirigé désormais vers le débat citoyen et en particulier sur la politique suisse en matière d’aménagement, de mobilité, d’énergie, culture du bâti, etc. La rédaction élabore progressivement et collectivement des prises de position ciblées. Dans ce cadre, une veille régulière de la recherche est essentielle.

Quelles sont les revues que vous consultez aujourd’hui régulièrement ou occasionnellement), — dans le champ de l’architecture, de l’urbanisme et du paysage ou en dehors de ce champs ?

Les deux revues sœurs Archi et Tec21, werk, bauen & wohnen, Hochparterre, archithese, Faces, AS, d’a, l’Architecture d’Aujourd’hui, OASE, matières, Les Cahiers de la recherche architecturale, urbaine et paysagère, Les Carnets du paysage, Volume, Log, The Architectural Review, Arch +, etc.

Suggestions

Avez-vous des remarques ou suggestions supplémentaires en relation avec l’appel à article ?

Je n’ai pu élaborer ce propos (notamment dans la question 5), qui me semblait indispensable : il y a un troisième terme entre profession et recherche, c’est la critique.

Dans le cadre d’une revue professionnelle, c’est une position critique qui doit être élaborée. Or la critique, si elle porte prioritairement sur la pratique, elle se nourrit de la recherche scientifique, elle en est dépendante, elle l’exploite : l’exercice même de la critique (description, analyse, confrontation des données et surtout déconstruction des discours infondés) nécessite une connaissance des méthodes de la recherche. Dans le quotidien d’une rédaction, la connaissance de l’actualité scientifique est indispensable.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/craup/docannexe/image/9698/img-1.png
Fichier image/png, 171k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« TRACÉS, Revue suisse romande des techniques et cultures du bâti (Genève, Suisse romande) »Les Cahiers de la recherche architecturale urbaine et paysagère [En ligne], Matériaux de la recherche, mis en ligne le 01 mars 2022, consulté le 12 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/craup/9698 ; DOI : https://doi.org/10.4000/craup.9698

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search