Navigation – Plan du site

AccueilRubriquesMatériaux de la recherche2022Éléments d’enquête sur la recherc...Urbanistica (Italie)

2022
Éléments d’enquête sur la recherche et les revues d’architecture, d’urbanisme et de paysage

Urbanistica (Italie)

Texte intégral

Présentation de la revue

Date de création : 1932.

Institution porteuse : Istituto Nazionale di Urbanistica (INU), entité de droit publique et institution de haute culture, fondée en 1932, dont le statut a été approuvé en 1949.

Éditeur : la revue est soutenue économiquement par INU Edizioni, une société à responsabilité limitée constitué par INU en 1995, dans le but de gérer les activités éditoriales de l’Institut.

Langues : italien, anglais.

Disciplines/thématiques : planification et territoriale.

Objectifs : offrir un cadre interprétatif et largement documenté des expériences de planification urbaine et territoriale, notamment dans le contexte européen. Décrire et rendre compte, selon une approche critique, les transformations qui touchent les villes, suite à la mise en place de politiques publiques qui les concernent. Porter à la connaissance d’un public élargi (chercheurs mais aussi praticiens, administrateurs publics, entrepreneurs) le débat autour de sujets d’intérêt collectif, selon des différents points de vue.

Lectorat : la revue a depuis longtemps deux types de lecteurs, les chercheurs et les administrateurs publics, en Italie. Les articles sont traduits et publiés aussi en anglais.

Système d’évaluation : adapté à la nature des articles : une partie des articles (rubrique « Contributi ») est soumise à des experts identifiés par le comité de rédaction. La plupart des auteurs sont des chercheurs. Néanmoins la revue publie chaque année une sélection d’articles à partir des contributions qui ont été présentées au sein de la conférence nationale de l’INU. Dans ce cas, les auteurs ont des profils mixtes, il y a des chercheurs, mais aussi des professionnels, des administrateurs.

Périodicité : 2 numéros par an (actuellement).

Mode de publication : papier.

Site internet : http://www.inuedizioni.com/​it/​catalogo-inu-edizioni/​urbanistica

Questionnaire rempli par Paolo Galuzzi et Paola Savoldi, éditeurs

Gouvernance de la revue et composition des comités

Quel est le pourcentage de titulaire d’un doctorat ou PhD dans votre comité de rédaction ?

100 %.

Avez-vous un comité de lecture ? Quelles personnes y participent-elles ?

Une partie des articles (rubrique « Contributi ») est soumise à des experts identifiés par le comité de rédaction.

Avez-vous une relation privilégiée avec une institution académique ? si oui laquelle ?

La revue a toujours été l’un des outils de documentation et de débat au sein de l’Istituto Nazionale di Urbanistica (INU), une entité de droit publique et une institution de haute culture, fondée en 1932. Le statut de l’Institut a été approuvé en 1949.

Il faut préciser que INU n’est pas une institution académique. Il s’agit d’une institution qui promeut les études dans le domaine de l’urbanisme et en supporte la mise en œuvre, en entretenant des liens avec les institutions de recherche et les administrations publiques centrales et locales.

Avez-vous des débats au sein du comité de rédaction ? Si oui, comment ceux-ci sont-ils reflétés par la revue ?

Le comité de rédaction travaille notamment à la construction de trois sections de la revue : « Città », « Temi e questioni », « Studi e ricerche ». Chaque section accueille normalement plusieurs articles. Dans chaque numéro de la revue la section « Città » est consacrée à une ville d’Europe, sous la coordination d’un auteur ou plus ; la section « Temi e questioni » traite souvent un sujet actuel, avec des contributions écrites par plusieurs auteurs, coordonnés par l’un entre eux. Dans les deux cas, la plus parte des fois un/e des coordinateurs fait partie du comité de rédaction.

Lorsque l’un des rédacteurs, à l’occasion des réunions du comité de rédaction, fait une proposition (une ville, un sujet), un débat a lieu. Le comité discute les approches possibles, les auteurs qui peuvent être invités à contribuer, l’organisation de la section thématique.

Quels sont les rapports avec les éditeurs (ressources et contraintes) du point de vue financier, formel, intellectuel ?

La revue est soutenue économiquement par INU Edizioni, une société à responsabilité limitée constitué par INU en 1995, avec le but de gérer les activités éditoriales de l’Institut.

Les contraintes plus fortes concernent les temps de publication, puisque l’éditeur procède selon une programmation qui touche plusieurs produits éditoriaux, parfois peu compatibles avec la temporalité qui conviendrait à la revue.

Recherche et revues

Dans quel milieu vous inscrivez-vous ? Quel bassin de lecteurs visez-vous ?

La revue a depuis longtemps deux types de lecteurs : les chercheurs et les administrateurs publics en Italie. Les articles sont traduits et publiés aussi en anglais, un public plus large pourrait être ainsi impliqué.

Selon votre revue, quels sont les attendus d’une recherche en architecture, (en urbanisme, en paysage) ?

Offrir un cadre interprétatif et largement documenté des expériences de planification urbaine et territoriale, notamment dans le contexte européen.

Décrire et rendre compte, selon une approche critique, les transformations qui touchent les villes, suite à la mise en place de politiques publiques qui les concernent.

Porter à la connaissance d’un public élargi (chercheurs mais aussi praticiens, administrateurs publics, entrepreneurs), le débat autour de sujets d’intérêt collectif, selon des différents points de vue.

Offrir une lecture contemporaine des études, des plans, des documents et plus en général des textes qui ont marqué le débat sur la ville, notamment à partir du XIXe siècle.

Faites-vous un distinguo entre recherche et innovation ? Si oui lequel ? Entre recherche et expertise ?

La revue est historiquement ouverte à accueillir la voix des urbanistes directement impliqués dans les processus d’élaboration des documents et des outils d’aménagement. Le choix des expériences (et des sujets qui les ont guidées) par le comité de rédaction se base sur l’innovation des approches et des implications.

La dimension plus forte de l’innovation est explorée en privilégiant le rapport entre les théories, des discours et la mise en place des plans et de projets urbains.

Quelle place faites-vous à la recherche dans votre programmation ?

La programmation de la revue donne une place importante à la publication de recherches d’intérêt national et international. C’est par exemple de cas du dossier « Servizi ecosistemici, infrastrutture verdi e pianificazione urbanistica » (Urbanistica 159, 2018), à partir d’une recherche nationale conduite par le centre national de recherche sur l’artificialisation des sols (Centro di ricerca sui consumi di suolo) ; c’est aussi le cas du dossier « A cose fatte. Tre progetti a Milano, Copenhagen, Amburgo » (Urbanistica 153, 2014), à partir de la recherche « La mixité fonctionnelle à l’épreuve. Une perspective européenne : les expériences de Milan, Copenhaugue, Hamburg », conduite par DAStU, Politecnico di Milano pour le Puca. Il y a d’ailleurs des dossiers thématiques qui constituent le point de départ d’une recherche possible, comme cela a été le cas de « Le “città europee” nel programma Capitale europea della cultura » (Urbanistica 155, 2015) à partir du débat sur l’European Capital of Culture.

Combien de chercheurs sont intervenus dans votre revue sur la dernière année de publication ?

La plupart des auteurs sont des chercheurs. Néanmoins la revue publie chaque année une sélection d’articles issus des contributions été présentées à la conférence nationale de l’INU. Dans de cas, les auteurs ont des profils mixtes : il y a des chercheurs, mais aussi des professionnels, des administrateurs.

Les photographes sont traités comme des auteurs et la photographie joue un rôle important par rapport aux articles publiés.

À l’échelle d’une dizaine d’années, quelle évolution constatez-vous entre recherche et profession ? entre recherche et intervention ?

Quelques premières remarques :

1) La présence de plus en plus évidente d’experts chercheurs qui prennent part à la vie politique en tant qu’adjoints à l’urbanisme : par exemple à Bologna, Roma, Trieste, Milano, Bari, ces dix dernières années.

2) Les collectivités locales demandent souvent la collaboration des chercheurs, experts dans le domaine de l’urbanisme et des politiques urbaines, pour faire face aux tâches plus complexes ; cela provoque parfois des conflits entre le monde de la recherche académique et le monde des professionnels.

Comment se fait le choix des experts d’articles ? Comment traitez-vous leurs analyses et le retour vers les auteurs ? Problèmes rencontrés (anecdotes significatives)

Le comité discute et recueille périodiquement une série de noms d’experts à partir des sujets traités par les articles proposés. Une partie des articles peut être révisée aussi par les membres du comité de rédaction, selon leurs compétences et domaines de recherche, notamment lorsque les articles font partie d’un dossier thématique que l’un des membres du comité de rédaction coordonne. Les avis des experts sont ensuite transmis aux auteurs des articles.

En ce qui concerne les problèmes rencontrés, il est arrivé que les auteurs n’aient pas répo,du selon l’avis de l’expert ses recommandations pour modifier certains aspects de leurs articles. Et il est également arrivé qu’une partie du travail ait été faite par l’un des membres du comité de rédaction. Il devient difficile de refuser l’article une fois qu’il a été accepté, quoique sous condition de prendre en compte les indications des experts. Parfois le comité prend du temps supplémentaire et de publier les articles plus tard, une fois retravaillés.

Quel rôle joue la mise en page ? (rapport texte/image, jeu sur la typographie, choix de la couverture) ?

La revue a été jusqu’à présent publié en format papier. Le changement vers un format digital est en cours de définition.

1Pour le format papier, la mise en page est très importante et très soignée. De nombreuses images font partie de matériaux qui composent la revue, ce qui exige un grand travail de mise en page. Cet aspect est traité dans une première phase par les responsables des dossiers et des contributions acceptées par la revue, qui définissent avec les auteurs des possibilités de mise en page. Ensuite, la définition finale de la mise en page est prise en charge par une personne experte au sein de INU Edizioni. L’image de couverture de chaque numéro de la revue est choisie par le rédacteur en chef, après en avoir discuté avec le comité de rédaction.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/craup/docannexe/image/9704/img-1.png
Fichier image/png, 164k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Urbanistica (Italie) »Les Cahiers de la recherche architecturale urbaine et paysagère [En ligne], Matériaux de la recherche, mis en ligne le 01 mars 2022, consulté le 09 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/craup/9704 ; DOI : https://doi.org/10.4000/craup.9704

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search