Navigation – Plan du site

AccueilDossiers14Bâtir avec le moustique tigre : t...

Bâtir avec le moustique tigre : trois villes des Bouches-du-Rhône à l’épreuve de la prolifération d’Aedes albopictus, insecte nuisant et vecteur de maladies

Building with Tiger Mosquitoes: The perspectives of three Bouches-du-Rhône cities on the proliferation of Aedes albopictus, a nuisance and a vector of disease
Julie Cardi

Résumés

Cet article présente les résultats de recherches d’une thèse en urbanisme portant sur l’implication des espaces bâtis du sud de la France dans la prolifération du moustique vecteur Aedes albopictus. Il s’appuie sur une démarche socio-urbaine mêlant approche par les formes urbaines et architecturales et approche par les acteurs, au travers d’entretiens menés auprès de différents professionnels impliqués dans la conception et la gestion des bâtiments et des villes d’Arles, Marseille et Salon-de-Provence. Le but de cette recherche est d’identifier les obstacles et les leviers à une lutte antivectorielle intégrée au milieu urbain du sud de la France et adaptée à ses acteurs.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Frédéric Darriet, Des moustiques et des hommes . Chronique d’une pullulation annoncée, Marseille, I (...)
  • 2 DGS, « Cartes de présence du moustique tigre (Aedes albopictus) en France métropolitaine », Ministè (...)
  • 3 G. Dalla Pozza et G. Majori, « First record of Aedes albopictus establishment in Italy », Journal o (...)
  • 4 Roger Eritja et al., « Direct Evidence of Adult Aedes albopictus Dispersal by Car », Scientific Rep (...)

1En 2004, un nouveau moustique s’implante sur le territoire hexagonal, à Menton, dans les Alpes-Maritimes1. Originaire d’Asie du Sud-Est, Aedes albopictus, communément appelé « moustique tigre », est une espèce de Culicidae particulièrement invasive, diurne, anthropophile et vectrice de maladies, parmi lesquelles la dengue, le chikungunya et Zika. Ae. albopictus est aujourd’hui présent sur tous les continents (Antarctique excepté) et dans 56 départements français de l’Hexagone, dont tous ceux de la façade méditerranéenne2. Une prolifération permise par les flux importants du commerce international, ainsi que la densité des réseaux de transport maritimes3 et routiers4.

  • 5 Laura Valerio et al., « Host-Feeding Patterns of Aedes albopictus (Diptera: Culicidae) in Urban and (...)
  • 6 Marco Carrieri et al., « Aedes albopictus (Diptera: Culicidae) Population Size Survey in the 2007 C (...)

2Bien qu’Ae. albopictus ait d’abord été identifié comme un vecteur rural d’arboviroses, l’expansion de son aire de répartition a révélé l’aptitude remarquable de ce moustique à prospérer dans les milieux urbains et périurbains5, au point d’être qualifié de « domestique » ou d’« urbain » par les entomologistes qui l’étudient6. Ce caractère d’Ae. albopictus, à la fois invasif, domestique et vecteur de maladies, fait de sa prolifération un enjeu environnemental, sanitaire et de qualité de vie en ville : autant de questions qui s’imposent à la conception d’un habitat urbain durable.

3Cet article s’interroge ainsi sur les leviers, les freins et les obstacles à l’intégration de potentielles stratégies de lutte antivectorielle (LAV) propres aux domaines architecturaux et urbains, dans le département des Bouches-du-Rhône, en France. Il émet l’hypothèse que la nature et les caractéristiques des gîtes larvaires d’Ae. albopictus, entravent l’intégration d’une telle problématique dans les pratiques des professionnels de la ville. À cela s’ajoute le fait que la LAV relève de questions sanitaires mais aussi environnementales, sans correspondre pleinement à la notion de salubrité, prégnante en architecture et en urbanisme, rendant son inscription parmi les nombreux enjeux de la conception durable d’autant plus difficile. En effet la salubrité, telle que définie dans les codes de l’urbanisme et de la construction, est liée à la sécurité et à l’hygiène : aucun bâtiment ne doit représenter un danger pour les personnes à l’intérieur ou à proximité. Or, la présence de moustiques n’est pas considérée comme liée à un caractère dangereux ou non-hygiénique de la construction. Ceci constitue un frein, encore accentué par la pluralité des métiers, des responsabilités et des injonctions dans les domaines professionnels du bâtiment et de la ville, très encadrés par différentes exigences, réglementations et normes techniques en perpétuelle évolution.

  • 7 Assemblée nationale, « Rapport fait au nom de la commission d’enquête chargée d’évaluer les recherc (...)

4Les résultats présentés ci-dessous se basent sur une approche interdisciplinaire à la fois urbanistique, architecturale et sociologique, mêlant approche par la forme et approche par les acteurs. La première consiste en un travail non exhaustif de cartographie des risques d’apparition de gîtes larvaires sur trois terrains, situés dans trois villes : Arles, Marseille et Salon-de-Provence. Ce travail a pour but de révéler les interactions et les imbrications entre les usages et les équipements présents sur les sites, qui aboutissent à l’apparition et à la persistance de gîtes larvaires et donc de moustiques tigres. La seconde se concentre sur l’étude de 25 entretiens sociologiques semi-directifs menés auprès de 27 professionnels de la conception et de la gestion des bâtiments et de la ville, ainsi que sur l’analyse du travail réalisé pour la commission d’enquête de l’Assemblée nationale (AN) chargée d’évaluer les recherches, la prévention et les politiques publiques à mener contre la propagation des moustiques Aedes et des maladies vectorielles7. Les entretiens effectués portent non seulement sur le moustique et la LAV, mais aussi sur des questions plus générales de santé publique et d’environnement, dans les contextes urbains du sud de la France, afin de comprendre la place actuelle et potentielle de la LAV dans les préoccupations de ces acteurs.

5Dans un premier temps, cet article s’attarde sur les stratégies de LAV pratiquées en France, puis sur les trois terrains choisis. Le texte présente ensuite les résultats de l’approche par la forme, puis ceux de l’approche par les acteurs. Il se termine avec les implications de ces découvertes dans la prise en compte d’un être vivant aussi petit, dans le territoire immense et en perpétuelle expansion des villes contemporaines, démontrant que les freins à la LAV dans l’environnement urbain sont autant une question d’usages et d’entretien que de conception du bâti et de culture professionnelle.

Contextes : lutte antivectorielle et terrains d’étude

  • 8 Elisabeth Dorier-Apprill, Environnement et santé à Brazzaville (Congo), thèse de doctorat en géogra (...)
  • 9 Gérard Salem, Urbanisation et santé en Afrique de l’Ouest  : géographie d’un petit espace dense  : (...)

6Malgré les risques sanitaires et leur impact sur la qualité de vie en ville, peu d’approches urbanistiques et architecturales ont été tentées pour comprendre les liens entre les environnements urbains et les problématiques liées aux moustiques et aux maladies vectorielles. Des recherches semblables, concernant les afflictions transmises par divers insectes en ville, ont été menées par des géographes de la santé, à Brazzaville, la capitale de la République du Congo8 et dans d’autres villes d’Afrique et d’Asie9. Depuis la prolifération d’Ae. albopictus en France, les travaux à propos des risques vectoriels qu’impliquent sa présence sur de nouvelles latitudes, l’impact de l’environnement urbain sur sa prolifération et la perception des habitants humains sur ce nouveau venu, sont principalement issus de disciplines telles que l’entomologie, la sociologie, l’écologie et la santé publique.

  • 10 John G. Vontas et al., « Insecticide Resistance in the Major Dengue Vectors Aedes albopictus and Ae (...)
  • 11 Audrey Thier, « Balancing the Risks: Vector Control and Pesticide Use in Response To Emerging Illne (...)

7Ces travaux sont d’autant plus importants qu’il est nécessaire d’introduire des méthodes LAV qui ne reposent pas exclusivement sur l’usage de biocides. En effet, des résistances aux produits utilisés contre eux ont émergé chez des moustiques vecteurs, notamment chez Ae. albopictus et son cousin, Ae. aegypti10. Le recours aux épandages de biocides devient donc de plus en plus exceptionnel, réservé à l’apparition de cas de maladies vectorielles sur le territoire. La gestion du risque vectoriel et le choix de maintenir une certaine qualité de vie pour les habitants humains dépendent alors de la délicate balance entre les bénéfices, les risques et les moyens à disposition11. Le choix des méthodes de LAV change en fonction des espèces de moustiques visées, mais aussi des situations épidémiologiques, socio-économiques et politiques, ainsi que des outils disponibles. La résistance aux procédés chimiques a finalement poussé les autorités à recourir à d’autres méthodes de LAV, notamment des stratégies de prévention.

8Dans l’Hexagone et en Corse, le plan de lutte anti-dissémination des maladies vectorielles, adopté en 2006, par le ministère chargé de la Santé, encadre principalement les démarches institutionnelles de LAV. Ce plan prévoit à la fois la surveillance entomologique et épidémiologique, la prévention et l’évaluation les risques de dissémination, la lutte contre les moustiques vecteurs, mais aussi l’information et la mobilisation des professionnels de santé et de la population générale, encouragée à adopter des gestes de LAV dans leur vie courante. De ce fait, la LAV relève à la fois d’une responsabilité collective et individuelle, à laquelle les pouvoirs publics et les habitants répondent par la mise en place de stratégies impliquant la collaboration spécifique de plusieurs acteurs, y compris la population générale, qui devient sujet des politiques de lutte contre les moustiques et non plus simple objet.

  • 12 ACSES et ARS Guadeloupe, Les gîtes larvaires du moustique Aedes aegypti dans le bâti en Guadeloupe, (...)

9Dans le cas d’Ae. Albopictus, son affinité particulière avec l’urbain pourrait permettre une autre approche de la LAV. En effet, dans cet environnement très anthropisé qu’est la ville, les gîtes larvaires du moustique tigre les plus fréquents ne sont plus les troncs d’arbre creux et le pli des feuilles qu’il trouve dans ses forêts d’origine, mais des coupelles de pots de fleurs, des objets éparpillés dans le jardin, des outils de jardinage, ainsi que du mobilier, des équipements de gestion des eaux pluviales, les imperfections ou la mauvaise inclinaison d’une chape éventuellement protégée du soleil par des dalles sur plots, etc12. Tout contenant d’eau peut être utilisé comme lieu de ponte par le moustique tigre, tant qu’il s’agit de petits volumes d’eau claire : de ce fait, ils sont à la fois multiples, temporaires et éparpillés dans chaque lieu qu’Ae. albopictus peut atteindre.

10Les emplacements des contenants peuvent également les rendre plus inaccessibles et invisibles, particulièrement lorsqu’ils se trouvent dans le bâti même, au niveau des toitures. Leur dispersion change également : certains gîtes se vidant quand d’autres se remplissent, ils varient d’un cycle de reproduction sur l’autre. À l’intérieur de l’enceinte de propriétés privées, les larves de ces gîtes sont non seulement à l’abri des interventions des agents chargés de la démoustication mais, en plus, extrêmement difficiles à éliminer via des épandages de larvicide à large échelle, puisque trop petits et potentiellement couverts. L’action la plus efficace est alors d’éliminer mécaniquement chaque gîte : en le vidant, en le gardant sec ou en empêchant l’accès des moustiques à l’eau. Ainsi, les stratégies de LAV se fondent de plus en plus sur des campagnes d’information cherchant à faire adopter aux habitants un certain nombre de gestes simples et réguliers, visant le repérage et l’élimination systématique des petits volumes d’eau autour des habitations.

  • 13 Cécilia Claeys et al., « Socio-Ecological Factors Contributing to the Exposure of Human Populations (...)
  • 14 Idem, pp. 318‑325.

11Ces gîtes larvaires, dont on peut se débarrasser en adoptant des gestes particuliers, sont qualifiés de « gîtes comportementaux », car leur existence découle des comportements et usages humains13. Ils s’opposent aux « gîtes structurels », qui dépendent des équipements et des structures solidaires du bâti et ne peuvent par conséquent pas être déplacés ou modifiés aussi facilement14. En ville, Ae. albopictus peut tirer parti de divers usages de l’eau, pour l’arrosage des plantes et les activités de nettoyage, par exemple. Ainsi, les gîtes larvaires en milieu urbain peuvent être remplis y compris sous les climats plus secs, car la présence d’eau ne dépend plus exclusivement des conditions climatiques et géographiques du milieu, mais également des activités humaines, qu’elles soient effectuées à des échelles domestiques ou plus larges.

  • 15 Jean-Sébastien Deheck et al., « Guide à l’attention des collectivités souhaitant mettre en œuvre un (...)

12Cette affinité avec l’urbain et les espaces bâtis a poussé le Centre national d’expertise sur les vecteurs (CNEV) à publier, en 2016, un guide à l’attention des collectivités territoriales, dans lequel il est proposé d’intégrer la LAV dans les textes d’urbanisme et les normes de construction15, principalement dans les plans locaux d’urbanisme (PLU) ou les plans locaux d’urbanisme intercommunaux (PLUI), mais aussi, « idéalement » dans les documents techniques unifiés (DTU) concernant les ouvrages identifiés comme particulièrement propices à l’apparition de gîtes larvaires structurels. Malheureusement, il est pour le moment difficile d’identifier l’origine de ce qui crée la formation de ces gîtes larvaires et si les mesures devraient plutôt se concentrer sur les normes de fabrication et de mise en œuvre, ou bien sur leur entretien et les usages générés par les constructions et leurs équipements.

  • 16 Laura Valeriob et al., « Host-Feeding Patterns of Aedes albopictus (Diptera : Culicidae) in Urban a (...)
  • 17 Cécilia Claeys et al., « Socio-Ecological Factors Contributing to the Exposure of Human Populations (...)

13Pour davantage explorer les problématiques de la LAV dans les domaines de l’architecture et de l’urbanisme, dans la France de l’Hexagone, la région Provence-Alpes-Côte-d’Azur (PACA) a été choisie car il s’agit de la première sur le territoire à avoir été colonisée par le moustique tigre. Trois terrains se trouvant dans trois villes des Bouches-du-Rhône ont ensuite été sélectionnés afin de favoriser l’accumulation de données variées sur leurs environnements bâtis. Ces terrains ont été visités chaque été entre 2018 et 2020 et ont fait l’objet d’un travail photographique et de relevé des gîtes larvaires potentiels et avérés, mais sans prélèvement de larve. En effet, contrairement aux méthodologies qui ont déjà été tentées, notamment en Italie, à Rome, où une approche plus entomologique a participé à démontrer l’affinité du moustique tigre avec les quartiers pavillonnaires en comparant les comportements du moustique en milieu urbain et rural16, l’approche de cet article se base sur l’observation de la ville, du bâti et de son équipement. Il ne s’agit pas de procéder à une comparaison de différents quartiers, basée sur le nombre de gîtes larvaires observés, comme dans les travaux italiens précédemment cités, mais plutôt à une accumulation de données urbaines et architecturales diversifiées. Pour cela, les cartes de chaque terrain représentent à la fois le bâti et les espaces plantés qui, s’ils n’impactent pas directement l’emplacement des gîtes larvaires, représentent un abri pour les adultes, particulièrement lorsque la végétation est fortement stratifiée17.

Figure 1. Carte des Bouches-du-Rhône représentant l’emplacement des différents terrains dans leurs communes et leurs métropoles, communauté d’agglomération ou communauté de communes

Figure 1. Carte des Bouches-du-Rhône représentant l’emplacement des différents terrains dans leurs communes et leurs métropoles, communauté d’agglomération ou communauté de communes

Julie Cardi

  • 18 Cécilia Claeys, Le lien politique à l’épreuve de l’environnement. Expériences camarguaises, Bruxell (...)
  • 19 Cécilia Claeys, « Les “bonnes” et les “mauvaises” proliférantes. Controverses camarguaises », Étude (...)
  • 20 INSEE provence-Alpes-Côte d’Azur, « Grand Arles  : Des difficultés à surmonter, des atouts à exploi (...)

14Le choix de la ville d’Arles fut immédiat car sa proximité avec l’estuaire du Rhône et la zone humide du Parc naturel régional de la Camargue (PNRC) en fait un territoire dans lequel les rapports entre humains et moustiques ont déjà été étudiés18. De plus, les culicidés actifs en zone urbaine sont considérés comme venant de la Camargue19 et pas directement de la ville. À l’intérieur d’Arles, le terrain choisi correspond à l’emprise du Plan de sauvegarde et de mise en valeur du secteur sauvegardé de 2018, à l’intérieur des remparts. Ce terrain présente une typologie urbaine dense, avec un bâti ancien constitué de petites bâtisses de deux ou trois étages et peu d’espaces verts privés et publics. Antique cité romaine, Arles profite de ses vestiges (théâtre et amphithéâtre romain notamment) et de la proximité du PNRC pour orienter son développement économique vers la culture et le patrimoine20. La municipalité soigne l’apparence de son centre-ville par l’entretien et le nettoyage régulier des rues les plus attractives pour le tourisme et encourage les habitants à végétaliser les espaces publics avec leurs propres plantes et pots, une action inscrite parmi les réalisations de 2017 du plan Climat Air Énergie territorial de la ville. Cinq journées ont été consacrées à ce terrain, une en juin et deux en août 2018, une en août 2019, puis une dernière en août 2020.

Figure 2. Carte du terrain d’Arles avec représentation de la végétation

Figure 2. Carte du terrain d’Arles avec représentation de la végétation

Julie Cardi

  • 21 Cécilia Claeys et al., « Socio-ecological factors contributing to the exposure of human populations (...)
  • 22 Idem, p. 318‑325.

15Marseille est la plus grande ville de la région PACA, ce qui permet de rencontrer de nombreux professionnels, notamment ceux travaillant pour la métropole Aix-Marseille-Provence (AMP). Le terrain qui y a été choisi se trouve à la limite entre le VIIIe et le IXe arrondissement de la ville, à proximité du stade Orange Vélodrome. Il a déjà été étudié lors d’un premier programme de recherche portant sur Ae. Albopictus, mêlant approche sociologique et écologique21. Au croisement des grands axes du boulevard Michelet et de l’avenue du Prado se trouvent deux équipements majeurs de Marseille : le parc d’exposition Chanot et le stade Orange Vélodrome. Leur présence et l’arrivée du tunnel Prado-Carénage au niveau du rond-point ont motivé la construction d’un programme immobilier achevé en 2017. La communication sur ce projet s’est largement articulée autour de démarches déclarées écoresponsables, briguant un label ÉcoQuartier qui n’a finalement pas été obtenu. L’emplacement de ce programme est longé par l’Huveaune, un petit fleuve côtier qui représente un coupable idéal pour les habitants, afin de justifier la présence de moustiques22. Dans ce quartier, les bâtiments s’organisent dans un tissu urbain divers, globalement moins dense que celui d’Arles, émaillés d’espaces verts privés (villas et résidences fermées), semi-privés (résidences ouvertes, parties fermées du parc Chanot) et publics (alignements végétaux du boulevard Michelet, parc Chanot et berges de l’Huveaune). Dans le cadre de ce travail, une première visite de site a eu lieu en juillet 2018, puis deux autres en juillet et août 2019 et une dernière en septembre 2020.

Figure 3. Carte du terrain de Marseille avec représentation de la végétation

Figure 3. Carte du terrain de Marseille avec représentation de la végétation

Julie Cardi

16Enfin, Salon-de-Provence, une ville moyenne marquée par de vastes quartiers pavillonnaires, a été choisie car il s’agit d’une des premières de la région à avoir mis en application les préconisations du guide publié par le CNEV. La direction de l’Urbanisme a effectivement intégré des préconisations antivectorielles dans son PLU, révisé en 2016. Les nouvelles règles concernent la pente des toitures et les bassins de rétention, de manière à éviter que les moustiques y pondent leurs œufs et/ou empêcher la stagnation des eaux pluviales. Le quartier choisi est résidentiel pavillonnaire, composé de nombreux lotissements datant pour l’essentiel des années 2000, dont deux résidences très récentes : l’une achevée en 2015 et l’autre en 2018. Le terrain se trouve en contrebas de l’autoroute et du chemin de fer qui clôturent son espace. Il est longé, au sud, par une petite section du canal de Craponne, qui passe également par le centre d’Arles. De nombreuses noues paysagères longent les talus et permettent d’évacuer les eaux qui ruissellent des voies. Celles situées le long du chemin de la Sagne ont été enterrées durant l’automne 2020. Sur ce terrain, trois visites ont eu lieu à intervalles rapprochées en août 2019, afin de suivre l’évolution de deux potentiels gîtes larvaires, et une dernière en août 2020, pour constater l’évolution du site d’une année sur l’autre.

Figure 4. Carte du terrain de Salon-de-Provence avec représentation de la végétation

Figure 4. Carte du terrain de Salon-de-Provence avec représentation de la végétation

Julie Cardi

17Chaque terrain a été observé de la même manière : en arpentant le périmètre avec un appareil photo et une carte pour relever les éléments pouvant constituer des gîtes larvaires. Pour les évacuations d’eau pluviale, et surtout les avaloirs, un endoscope a permis des observations et la prise d’images dans des espaces étroits et sombres. Deux analyses d’ambiance lumineuse ont également été réalisées sur les terrains d’Arles et de Marseille, dans deux lieux précis, afin d’identifier le temps d’ensoleillement et de relever les masques solaires générés par le mobilier ou les bâtiments, pouvant affecter la présence d’eau dans les avaloirs.

Approche par la forme : usage de l’eau dans les espaces urbains

18La densité du terrain d’Arles rend compliquée l’observation de larves de moustique. En effet, les lieux où auraient pu être relevés de potentiels gîtes se trouvaient essentiellement en hauteur, au niveau des toits et dans les tuyaux des évacuations pluviales. Certaines gouttières étaient visiblement humides, tordues ou endommagées et des descentes d’eau pluviale étaient illégalement reliées, en façade, à des équipements ménagers.

Figure 5. Photo d’une gouttière cassée au niveau du toit et de la descente (Arles)

Figure 5. Photo d’une gouttière cassée au niveau du toit et de la descente (Arles)

Julie Cardi

Figure 6. Photos de deux descentes d’eaux pluviales reliées en façade (Arles)

Figure 6. Photos de deux descentes d’eaux pluviales reliées en façade (Arles)

Julie Cardi

Figure 7. Photo d’une descente d’une gouttière tordue et percée à plusieurs endroits (Arles)

Figure 7. Photo d’une descente d’une gouttière tordue et percée à plusieurs endroits (Arles)

Julie Cardi

19Les larves de moustique découvertes sur le site ont donc uniquement été trouvées dans les avaloirs des évacuations d’eau pluviale, dans les rues étroites et en pente de l’hôtel de ville et Reattu. Très touristiques, ces rues sont fréquemment lavées et leurs avaloirs sont traités au Bacillus thuringiensis israelensis (BTI) : un larvicide uniquement efficace sur les larves de moustiques. Des dispositifs confirmés lors d’un entretien avec la directrice de l’Urbanisme d’Arles. Un relevé complet de la rue de l’Hôtel de ville a également été réalisé, avec une visualisation des emplacements de chaque regard d’avaloir et de l’ensoleillement correspondant.

Figure 9. Photo de potentiels gîtes larvaires – végétalisation de particulier dans l’espace public

Figure 9. Photo de potentiels gîtes larvaires – végétalisation de particulier dans l’espace public

Julie Cardi

Figure 10. Photo de potentiels gîtes larvaires – débordement au niveau d’une bouche d’égout

Figure 10. Photo de potentiels gîtes larvaires – débordement au niveau d’une bouche d’égout

Julie Cardi

Figure 11. Carte du terrain d’Arles avec relevé des potentiels gîtes larvaires

Figure 11. Carte du terrain d’Arles avec relevé des potentiels gîtes larvaires

Julie Cardi

20L’orientation Nord/Sud des rues et leur étroitesse laissent effectivement peu de temps d’ensoleillement : une heure ou deux de soleil par jour en plein été. La présence de masques supplémentaires, sous la forme de parasols prévus pour les tables en terrasse des restaurants, réduit la période où la lumière atteint les regards. L’usage de l’espace public comme terrasse privée pour les commerces de bouche a également pour conséquence la présence de nombreux mégots de cigarettes, au fond des avaloirs ; des déchets qui y retiennent l’eau.

Figure 12. Relevé de la rue de l’Hôtel de ville

Figure 12. Relevé de la rue de l’Hôtel de ville

Julie Cardi

Figure 13 à 16. Diagrammes et masques solaires au niveau des regards dans la rue de l’Hôtel de ville, pour mesurer le temps d’ensoleillement à ces emplacements

Figure 13 à 16. Diagrammes et masques solaires au niveau des regards dans la rue de l’Hôtel de ville, pour mesurer le temps d’ensoleillement à ces emplacements

21Ce sont les rues moins fréquentées qui sont végétalisées par les habitants et les commerçants. À chaque visite de terrain, les coupelles des pots de fleurs, qui constituent pourtant des lieux idéaux pour la ponte d’Ae. albopictus, étaient sèches ou vierges de toute présence larvaire. Cette absence peut être due à un traitement régulier au BTI, comme pour les avaloirs, ou résulter de l’efficacité des campagnes de communication sur les gestes de LAV, réalisées par l’Entente interdépartementale de démoustication Méditerranée (EID Med) et relayées par la municipalité arlésienne auprès des habitants et commerçants. La disposition de gîtes larvaires dans l’espace public et dans des endroits accessibles rend les gestes de LAV, comme les traitements, plus facilement réalisables.

22Ce n’est pas le cas du terrain marseillais, où un seul gîte larvaire a pu être formellement identifié comme tel, avenue du Général de Négrier, dans un caniveau envahi d’herbes et de feuilles mortes. Il était situé juste à côté d’une villa abandonnée, ce qui peut expliquer le manque d’entretien de la voirie. Le gîte était, de plus, abrité par l’ombre d’une voiture garée sur le trottoir.

23L’analyse d’ambiance a été effectuée dans un petit parking, entre le bâtiment d’une toute nouvelle résidence et la clinique Monticelli. Le lieu a été choisi à cause du caractère récent des constructions et de la présence de différents avaloirs, comme dans Arles. Le premier est situé le long d’un mur de la clinique et l’autre plus à l’écart des bâtiments. Les deux sont encombrés par de nombreux déchets (mégots, nourriture, tissus, débris végétaux), particulièrement le second. Contrairement à ce dernier, l’avaloir le plus proche de la clinique est régulièrement mis en eau, grâce au condensat qui s’échappe de l’unité externe de la climatisation du bâtiment. Comme les avaloirs de la rue de l’Hôtel de ville d’Arles, il est régulièrement utilisé comme cendrier par les différents travailleurs de l’établissement, qui prennent leur pause devant et derrière le bâtiment.

Figure 17. Photo d’un potentiel gîte larvaire – flaques de condensat issues des unités externes de la climatisation sur les toits du bâtiment de France 3

Figure 17. Photo d’un potentiel gîte larvaire – flaques de condensat issues des unités externes de la climatisation sur les toits du bâtiment de France 3

Julie Cardi

Figure 18. Photo d’un potentiel gîte larvaire – seau rempli du condensat d’une unité externe de climatisation de la clinique Monticelli

Figure 18. Photo d’un potentiel gîte larvaire – seau rempli du condensat d’une unité externe de climatisation de la clinique Monticelli

Julie Cardi

Figure 19. Photo de larves trouvées dans un caniveau chargé en eau et encombré de végétation, avenue du Général de Négrier

Figure 19. Photo de larves trouvées dans un caniveau chargé en eau et encombré de végétation, avenue du Général de Négrier

Julie Cardi

Figure 20. Carte du terrain de Marseille avec relevé des potentiels gîtes larvaires

Figure 20. Carte du terrain de Marseille avec relevé des potentiels gîtes larvaires

Julie Cardi

24Malgré une distance entre les nouvelles constructions bien plus élevées qu’à Arles, leur hauteur et leur orientation Est-Ouest offre un ombrage important sur le parking et les regards. Les places de stationnement couvrent également certaines parties de la grille qui longe la clinique. En été particulièrement, les regards profitent d’un temps d’ensoleillement très réduit.

Figure 21. Relevé du parking entre la clinique et une nouvelle résidence

Figure 21. Relevé du parking entre la clinique et une nouvelle résidence

Julie Cardi

Figure 22 à 24. Diagrammes et masques solaires au niveau des regards dans le parking entre la clinique et la résidence, pour mesurer le temps d’ensoleillement à ces emplacements

Figure 22 à 24. Diagrammes et masques solaires au niveau des regards dans le parking entre la clinique et la résidence, pour mesurer le temps d’ensoleillement à ces emplacements

25Ici, comme à Arles, l’accessibilité des gîtes représente un frein à leur relevé comme à leur traitement. Un jardin partagé, les toitures des immeubles, équipées d’un voilage pouvant produire un ombrage adéquat à la rétention d’eau pluviale, les arrière-cours où se trouvent souvent des systèmes de climatisations et des tuyaux d’évacuation n’ont pu être inspectés car situés derrière des grilles et des portes fermées. Ces espaces ne sont pas plus accessibles aux agents responsables de la démoustication qu’aux chercheurs et constituent un frein non négligeable à la LAV. Les toitures-terrasses, quant à elles, ne sont pas non plus accessibles aux usagers et habitants, ce qui rend l’identification d’un problème de rétention d’eau encore plus difficile. L’obstacle que représente l’accessibilité dans la LAV a également été souligné dans le rapport de la commission d’enquête de l’AN, qui propose d’autoriser les agents à pénétrer dans les enceintes privées. Cela leur permettrait d’étendre l’aire de surveillance des moustiques, mais aussi de traiter les gîtes larvaires présents dans les espaces privés, et donc de limiter les angles morts de la stratégie de LAV actuellement mise en œuvre en France. Cette proposition tendrait, en revanche, à replacer cette lutte sous la responsabilité des pouvoirs publics et à décharger les habitants.

Figure 25. Photo du lit de l’Huveaune avec la clinique Monticelli et les nouvelles résidences

Figure 25. Photo du lit de l’Huveaune avec la clinique Monticelli et les nouvelles résidences

Julie Cardi

Figure 26. Photos du bassin du Parc Chanot

Figure 26. Photos du bassin du Parc Chanot

Julie Cardi

Figure 27. Photo du jardin partagé d’une résidence

Figure 27. Photo du jardin partagé d’une résidence

Julie Cardi

Figure 28. Photo d’un tuyau d’évacuation du stade Vélodrome

Figure 28. Photo d’un tuyau d’évacuation du stade Vélodrome

Julie Cardi

26L’Huveaune, seule source d’eau naturelle présente sur le site, est soit asséchée, soit en eau vive, et dispose de sa propre faune prédatrice de larves. Le fleuve n’a donc pas été identifié comme un potentiel gîte larvaire et encore moins pour Ae. albopictus, qui préfère des volumes plus petits. Ce sont les déchets abandonnés dans son lit à sec qui peuvent constituer des lieux de ponte pour le moustique tigre lorsqu’ils se remplissent durant les pluies. Un entretien avec le directeur de la direction des Eaux et de l’Assainissement de la métropole AMP a permis d’apprendre qu’une campagne de traitement des macrodéchets est justement prévue à Marseille le long de l’Huveaune, en vue des Jeux olympiques de 2024, la cité phocéenne prévoyant d’accueillir les épreuves aquatiques.

27Dans le quartier pavillonnaire de Salon-de-Provence, la majorité des potentiels gîtes larvaires observables se trouve à l’intérieur de parcelles privées et fermées. Comme pour le terrain de Marseille, cette situation représente un obstacle au traitement larvicide. Mais les tailles plus modestes des parcelles pavillonnaires facilitent davantage l’observation que dans le terrain marseillais, tant que les haies et les grilles ne sont pas trop hautes ou opaques. Cela permet de repérer les installations et équipement propices à l’apparition de gîtes larvaires, tout en laissant la responsabilité des gestes de LAV aux occupants. Conformément à la littérature étudiée, ce sont essentiellement des gîtes comportementaux qui ont pu être observés : accumulations d’objets en extérieur (mobilier, jeux pour enfants), installations pérennes mal ou peu entretenues (piscine, bâches, ruines), mais aussi situations temporaires, lors de chantiers ou de travaux, qui laissent équipements, outils, crevasses et tranchées en plein air et non-protégés de la pluie.

Figure 29. Photo d’un potentiel gîte larvaire - une gouttière tordue

Figure 29. Photo d’un potentiel gîte larvaire - une gouttière tordue

Julie Cardi

Figure 30. Photos d’un potentiel gîte larvaire - une noue entre deux parcelles

Figure 30. Photos d’un potentiel gîte larvaire - une noue entre deux parcelles

Julie Cardi

Figure 31. Photo d’un potentiel gîte larvaire – une maison en ruines

Figure 31. Photo d’un potentiel gîte larvaire – une maison en ruines

Julie Cardi

Figure 32. Carte du terrain de Salon-de-Provence avec relevé des potentiels gîtes larvaires

Figure 32. Carte du terrain de Salon-de-Provence avec relevé des potentiels gîtes larvaires

Julie Cardi

28La typologie urbaine et les formes architecturales du terrain ont un impact sur les méthodes utilisées lors de l’analyse de ce quartier. Peu d’avaloirs se trouvent dans l’espace public étudié à Salon-de-Provence. Celui qui contenait de l’eau, au nord de la voie aurélienne, était en plein soleil et ceux qui se trouvaient à l’ombre des arbres, le long du chemin du Quintin, étaient remplis de débris végétaux mais continuellement secs à chaque visite. Ainsi il n’a pas été jugé nécessaire de procéder à la représentation de diagrammes et de masques solaires dans l’espace public, puisqu’il n’y avait aucun masque solaire bâti.

Figure 33. Canal de Craponne

Figure 33. Canal de Craponne

Julie Cardi

Figure 34. Une piscine pleine et abandonnée

Figure 34. Une piscine pleine et abandonnée

Julie Cardi

Figure 35. Matériel de chantier stocké en plein-air

Figure 35. Matériel de chantier stocké en plein-air

Julie Cardi

Figure 36. Unité externe de climatisation posée sur une terrasse en bois sur plots

Figure 36. Unité externe de climatisation posée sur une terrasse en bois sur plots

Julie Cardi

29Comme l’Huveaune, les noues et le canal, dont la présence a été préalablement relevée, ne posent apparemment aucun problème vis-à-vis de la prolifération des moustiques. Les noues sèchent vite, lorsqu’elles se remplissent et pour celles qui se trouvent à l’ombre, comme illustré sur les photos du terrain, l’évacuation se fait en moins de quarante-huit heures, ce qui est insuffisant pour permettre le développement complet des larves. Enfin, le canal de Craponne, dont le lit est sans aspérité ni berge, contient une eau vive, limitant les possibilités des moustiques à l’eau contenue à l’intérieur des parcelles privées.

30Les observations sur le terrain confirment qu’il y a bien un lien entre les usages liés à l’eau, notamment les usages domestiques, et la présence de gîtes larvaires, malgré l’été méditerranéen, chaud et sec, avec de faibles précipitations, qui ne devrait pas être propice à la reproduction d’Ae. albopictus. Dans ce contexte, les gîtes larvaires du moustique tigre dépendent donc presque entièrement d’autres sources régulières en eau, très présentes en ville : via l’arrosage, le nettoyage et les loisirs, mais aussi via les équipements prévus pour le refroidissement des bâtiments, qui rejettent un condensat lors de leur fonctionnement, particulièrement important durant les chaleurs estivales. L’eau peut ensuite stagner dans des objets ou dans les installations architecturales et urbaines initialement prévues pour la gestion des eaux pluviales ou sur des chapes à l’inclinaison insuffisante.

31De facto, il est possible d’identifier deux origines aux gîtes larvaires structurels : l’une liée à la construction, sa vétusté et des problèmes d’entretien, l’autre directement liée à un équipement et à la conception du bâti et des aménagements. Cet environnement propice à la formation de petits volumes d’eaux se couple avec des comportements, et surtout des usages de l’eau, qui fonctionnent à l’avantage du moustique tigre, en dépit d’un climat qui devrait représenter un frein à sa prolifération, au moins jusqu’à l’automne méditerranéen, doux, mais bien plus humide que l’été.

Approche par les acteurs : limites de l’approche réglementaire et normative

32Pour les entretiens, le choix a été fait de se concentrer sur les métiers de la conception architecturale et urbaine, ainsi que les professionnels chargés de l’administration, des régulations et des préconisations, encadrant les pratiques en rédigeant et en faisant appliquer le règlement. Ces entretiens se focalisent sur les métiers agissant dans la phase amont des projets et se concentrent plus spécifiquement sur trois catégories : les équipes de maîtrise d’ouvrage (MO), commanditaires des projets et responsable du programme ; les équipes de maîtrise d’œuvre (MOE), qui les conçoivent dans le respect des règles de l’art ; puis les professionnels travaillant dans les différents organismes d’encadrement, comme les collectivités territoriales et leurs directions de l’Urbanisme ou du Patrimoine, ainsi que certaines associations de professionnels du secteur.

33Ces professions sont multiples et divergent en disciplines, compétences et responsabilités. De plus, elles interagissent continuellement entre elles dans les processus de conception, construction, gestion et entretien de la ville et des bâtiments, au travers d’une variété de rôles, fonctions, statuts et importances. Certains profils, au travers de leur expériences, passent par plusieurs postes et connaissent à la fois la MO, la MOE et l’encadrement, si bien qu’il est difficile de déterminer une culture professionnelle spécifique pour chacun d’eux. Aux concepteurs et encadrants auraient pu également s’ajouter les constructeurs, chargés de la mise en œuvre du projet, ainsi que les fournisseurs, qui produisent et vendent les matériaux, l’outillage et les machines, qui participent aussi à la mise en œuvre d’un environnement urbain favorable à la prolifération d’Ae. Albopictus.

34Cette multiplicité des acteurs du BTP renforce les risques de report de responsabilités et donc une difficulté supplémentaire dans la définition de nouvelles normes. La nature du domaine du bâtiment, qui est à la fois une industrie, un marché et un enjeu d’intérêt public, implique que les intérêts de chaque parti peuvent être contradictoires et varier entre et à l’intérieur de chaque corps de métier. Il existe ainsi de nombreuses disparités en termes de positions idéologiques et de pouvoirs décisionnels.

35Vingt-sept personnes ont été interrogées sur des sujets mêlant à la fois leur expérience professionnelle du moustique tigre, leur approche de problématiques environnementales et de santé publique plus générales, ainsi que leurs représentations des textes réglementaires encadrant leurs professions. L’image ci-dessous représente les données de l’enquête, notamment la profession de chacun, ainsi que leurs liens à différentes échelles territoriales en fonction de la localisation de leurs bureaux, lorsqu’il s’agit d’entreprises privés, ou avec une collectivité territoriale, lorsqu’ils travaillent dans des organismes relevant du pouvoir public. Ce document précise également leur domaine d’activité principale et la description du ou des fonctions qu’ils occupaient lors de l’entretien afin de prendre la mesure de la diversité des profils interrogés.

Figure 37. Infographie représentant les données de l’enquête : la profession des différents enquêtés et les échelles territoriales sur lesquelles ils officient ou leurs lieux de travail

Figure 37. Infographie représentant les données de l’enquête : la profession des différents enquêtés et les échelles territoriales sur lesquelles ils officient ou leurs lieux de travail

Julie Cardi

36Le guide du CNEV suggère une approche réglementaire de la LAV dans le domaine de la ville et du bâtiment. Mais une telle intégration ne peut se faire sans difficultés, ni opposition, particulièrement sur une question aussi différente de celles que gèrent habituellement l’urbanisme et l’architecture. Pour mettre en place de nouvelles mesures réglementaires et normatives, il est nécessaire de s’assurer de leur efficacité, de l’échelle d’action désirée et de l’adhésion, ou tout du moins d’un certain degré de compréhension, d’acceptation et de tolérance, de la part des professionnels concernés.

37Or la présence d’Ae. albopictus représente des enjeux sanitaires et environnementaux, principalement confiés aux autorités de santé, comme les agences régionales de santé (ARS). De tels enjeux sont difficiles à lier aux questions du bâtiment ou de la ville, dont les codes (codes de l’urbanisme, Code de la construction et de l’habitat) évoquent principalement la notion de salubrité. Contrairement à d’autres « nuisibles », comme les termites, la présence d’Ae. albopictus ne représente effectivement pas une atteinte à l’hygiène ou à l’intégrité du bâtiment telle que définie par ces textes, et n’est donc pas prise en compte. Un autre obstacle à l’intégration de nouvelles normes et réglementations provient de la culture professionnelle des divers métiers de la ville et de la conception architecturale. Leurs pratiques sont déjà fortement encadrées par de nombreux textes en perpétuelle évolution, à diverses échelles territoriales (ex : schéma de cohérence territoriale pour les métropoles, PLU et PLUI pour les communes et les intercommunalités), des normes techniques (ex : normes internationales, européennes et françaises, DTU, avis techniques) et, bien-sûr, des impératifs économiques, sanitaires, environnementaux, ergonomiques, d’accessibilité, de bien-être et de confort. Cela génère un sentiment d’étouffement, exprimé par certains enquêtés, qui les pousse à ne pas souhaiter intégrer textuellement la LAV dans un règlement, ou alors sous forme de recommandations non obligatoires, même lorsqu’ils apprennent et reconnaissent leur rôle en la matière.

  • 23 Florent Champy, Sociologie de l’architecture, Paris, La Découverte, 2001, [en ligne] [http://www.ca (...)

38Pour les architectes les normes et la réglementation sont à la fois parts intégrantes de leur travail et contraintes à leur créativité et à leur force d’adaptation23. Un constat corroboré par les discours tenus lors des entretiens. En effet, les plus réticents à l’ajout ou à la modification de normes sont les professionnels ayant reçu une formation en école d’architecture, même lorsqu’ils n’exercent pas ou plus le métier d’architecte. Ces derniers préféreraient intégrer progressivement la problématique en passant par des labels ou des préconisations, avant qu’elle ne fasse l’objet de mesures coercitives. Les ingénieurs, au contraire, ont tendance à favoriser l’approche réglementaire, lorsqu’ils sont interrogés à ce sujet. À leurs yeux, la norme est une protection et un argument supplémentaire de la MOE face à la MO, à qui revient les décisions finales. Autre constat, partagé à la fois par les ingénieurs en bureau d’étude et les professionnels chargés de l’encadrement : pour qu’une problématique soit effectivement prise en compte dans la conception architecturale et urbaine, elle doit être intégrée dans un règlement.

39La difficile coordination entre les aspirations des professionnels et celles des différentes échelles de gouvernance a été évoquée lors d’un entretien avec un professionnel de l’urbanisme de la métropole AMP. Travaillant sur un nouveau PLUI, il décrit les difficultés qu’il rencontre face à des objectifs contradictoires qu’il doit néanmoins intégrer dans la planification, et la façon dont elles se retrouvent au niveau du ministère chargé de l’Aménagement territorial et de la direction départementale des Territoires et de la Mer (DDTM) : « Il faut avoir conscience qu’on doit jongler avec des obligations très contradictoires. D’ailleurs l’État, la DDTM nous faisait remarquer que même eux ont de plus en plus de mal à écrire leur portée à connaissance pour les PLU. »

40Le cadre législatif doit effectivement ménager des enjeux opposés en matière de développement urbain : densifier en impactant le moins possible la qualité de vie des habitants humains ; construire davantage de logements tout en préservant de plus en plus d’espaces non bâtis pour protéger les espaces naturels (et l’habitat des espèces non humaines), ainsi que les structures des risques naturels et environnementaux, comme les inondations.

41Le service d’Urbanisme de la métropole AMP a eu également l’occasion de s’interroger sur la possible introduction de mesure de LAV dans le PLUI, grâce aux informations transmises par l’ARS PACA et l’association locale de la ville de La Ciotat contre Ae. albopictus, l’ACCA. La Métropole a alors introduit la mention de la LAV dans le document et a réitéré l’importance d’une pente minimale de 2 % en toiture. Au cours de l’entretien avec ce professionnel de la direction de l’Urbanisme d’AMP, ce dernier s’est montré assez critique de l’approche salonaise. En effet le PLU de Salon-de-Provence, révisé en 2016, rend obligatoire une pente minimale de 5 %, ainsi que des préconisations supplémentaires pour limiter les gîtes larvaires dans les bassins de rétention. Des précautions que l’urbaniste d’AMP juge trop restrictives. Le service d’Urbanisme d’Arles n’a pas intégré de mesure de LAV directement dans son PLU, bien que la ville ait dû gérer un cas importé de maladie vectorielle transmise par Ae. albopictus, ainsi que deux démoustications en août 2019, et une nouvelle à la rentrée de la même année. Le raisonnement est le même dans ces deux cas : les outils de l’urbanisme ne sont pas considérés comme adaptés à la LAV. Un constat partagé dans les conclusions publiées dans le rapport de la commission d’enquête de l’AN. La commission juge en effet que le problème posé par le bâti, dans le cadre de la LAV, émane davantage de soucis d’entretien et de non-respect des règles existantes, et non d’une absence de réglementation spécifique sur le sujet.

42En plus de l’hostilité face à l’approche réglementaire, il faut ajouter que, dans le bâtiment, certaines tendances artistiques ou esthétiques, certaines techniques ou certaines recommandations peuvent entrer directement en conflit avec de potentielles préconisations antivectorielles. C’est le cas, par exemple, des terrasses à dalles sur plots, jugées indispensables à l’accessibilité des personnes en fauteuil, mais abritant de potentiels gîtes larvaires lorsque la chape sur laquelle elles sont posées est irrégulière, dotée d’une pente insuffisante ou d’évacuations d’eau mal posées. C’est aussi un problème pour les toits terrasses, qui sont souvent inaccessibles, car utilisés comme une cinquième façade technique, et donc encombrés par les systèmes de ventilation, de climatisation et d’évacuation d’eau pluviale, mais aussi par la mécanique des ascenseurs ou des panneaux solaires. Des installations qui peuvent représenter des abris et des obstacles pour l’évacuation de l’eau.

43Dans les entretiens, il apparaît que la plupart des professionnels sont peu confrontés à la question de la LAV au travers de leur métier et certains ne se considèrent même pas impactés dans leur vie personnelle. Cela est particulièrement vrai pour les personnes travaillant dans des entreprises privées, qui n’ont presque aucun contact avec la sphère de la santé publique. Enfin, même pour les professionnels reconnaissant la place de l’urbanisme ou de l’architecture dans une stratégie de LAV plus transversale, les acteurs interrogés en dehors du domaine de la santé publique souffrent généralement d’un manque de connaissances en la matière, même s’ils se montrent intéressés. Une attitude qu’une professionnelle de la santé publique de la ville de Marseille ayant travaillé à sensibiliser ces professionnels à la LAV décrit comme : « une écoute polie, un étonnement et rien derrière ». En revanche, des retours de certains enquêtés ayant une activité de bailleur ou de promoteur immobilier, en contact direct avec les habitants, montrent que les nuisances des moustiques commencent à représenter un souci pour eux. L’impact d’Ae. albopictus sur le confort pourrait faire changer la perception du problème par certains professionnels du bâtiment.

44En effet, comme le présente le tableau ci-dessous, les gîtes larvaires ont des origines liées à la fois à la façon dont est conçu, construit et entretenu le bâtiment, mais également aux comportements adoptés par ses occupants. Ce qui signifie que certains gîtes structurels dépendent aussi des pratiques et habitudes des occupants et des usagers, troublant la limite entre gîtes comportementaux et structurels. De là, il est possible de déduire plusieurs types de freins : principalement économiques, ergonomiques pour ceux qui relèvent de l’entretien, ainsi que des cas de mésusages mêlés à des facteurs culturels pour les gîtes comportementaux. Mais il existe également des obstacles professionnels, institutionnels et réglementaires pour ce qui concerne la conception des espaces bâtis, avec des normes et des conditions qui permettent et génèrent la stagnation d’eau dans les bâtiments et leurs équipements techniques.

Tableau 1. Natures et origines des gîtes larvaires, freins et obstacles à la LAV

Tableau 1. Natures et origines des gîtes larvaires, freins et obstacles à la LAV

Julie Cardi

45L’approche réglementaire, proposée par le CNEV afin d’intégrer la conception architecturale et urbaine dans des stratégies de LAV, souffre donc de plusieurs limites à son efficacité supposée. D’une part, les divergences entre la règle, sa mise en œuvre et les usages qui en découlent : le travail de terrain et les entretiens soulignent l’importance de la qualité des constructions dans les problèmes de formation des gîtes larvaires. De plus, si une réglementation intègre un souci de LAV, il faudrait également qu’elle prenne en compte la hiérarchie entre les normes déjà en place, en particulier les enjeux du développement durable, de plus en plus prégnants dans le cadre législatif du BTP, avec l’arrivée de la Réglementation environnementale 2020, entrée en vigueur en janvier 2022.

46Dans son rapport, le comité d’enquête de l’AN propose de concentrer encore davantage la responsabilité de la LAV dans les mains des autorités de santé et, plus précisément, dans celles des ARS. La lutte contre les moustiques vecteurs et la communication des gestes antivectoriels risquent de continuer de se faire entre professionnels de la santé et de la démoustication, et une population générale, indifférenciée, sans prise en compte des spécificités de certaines sphères d’activité, comme celle du bâtiment. Une approche de la LAV qui ne permet pas de prendre en compte l’impact quotidien sur la qualité de vie, ni d’anticiper les risques sanitaires au travers d’une approche environnementale. Comment lutter efficacement contre une espèce invasive de moustiques lorsque l’environnement urbain construit par l’être humain est si favorable à sa prolifération ?

Conclusion

  • 24 Michael L. McKinney, « Urbanization as Major Cause of Biotic Homogenisation », Biological Conservat (...)

47Espèce invasive et prolifique, surtout dans les milieux urbains, Ae. albopictus illustre, à l’échelle d’un tout petit insecte, les différents processus d’homogénéisation et de globalisation à l’œuvre partout dans le monde. Changement climatique, urbanisation, globalisation et diminution de la biodiversité sont parmi les facteurs qui permettent la croissance de sa population et l’expansion de son territoire, ainsi que l’augmentation des risques sanitaires liées aux maladies infectieuses24. L’impact de la prolifération du moustique soulève des questions transdisciplinaires et trans-scalaires : des grands réseaux internationaux aux plus petits recoins des constructions, en passant par les grandes infrastructures métropolitaines de gestion des eaux pluviales.

48Ce travail dans les Bouches-du-Rhône a permis de mieux se figurer ce qui fait de l’environnement urbain un milieu adéquat pour Ae. albopictus à des échelles petites (équipement, objet) et intermédiaires (le bâtiment, le quartier). En ville, les gîtes larvaires trouvent leurs sources autant dans les structures et les équipements du bâti qu’au travers des usages qui en sont faits, même dans un climat à priori défavorable, comme celui des bords de la Méditerranée.

49Ce contexte bénéfique à Ae. albopictus l’est d’autant plus qu’il court-circuite les méthodes habituelles de LAV : épandage et traitement chimique ne peuvent pas se faire aussi efficacement dans les villes que dans les vastes étendues marécageuses. La typologie urbaine n’est pas le seul frein à ces stratégies de lutte contre les moustiques. Mésusages et entretien défaillant des équipements urbains, ainsi que mauvaise mise en œuvre dans la construction s’avèrent tous aussi coupables de créer les rétentions de volumes d’eau qui sont autant de lieux de ponte pour le moustique et de développement pour ses larves.

  • 25 Benoît Bréville et Jean-Michel Dumay, « Pour une géographie volontaire », Le Monde diplomatique, 20 (...)

50La LAV, si elle peut figurer parmi les préoccupations de la conception urbaine et architecturale, devra cependant également s’aménager une place en congruence avec d’autres problèmes : économie, gestion des eaux, imperméabilisation des sols et confort d’été. En tant qu’enjeu environnemental, la LAV rejoint les soucis d’intégration de biodiversité en ville, incluant aussi le traitement d’autres espèces animales urbaines considérées comme nuisibles ou sales (rats, punaises de lit, cafards, termites, etc.). En tant que préoccupation sanitaire, la LAV souligne le souci des épidémies de maladies infectieuses en ville, réveillé par la pandémie de Covid-1925, comme l’a aussi souligné le rapport de la commission d’enquête de l’AN.

51Pourtant, en France, la LAV continue d’être principalement traitée comme une question de santé publique. Cette gestion en silo a montré depuis longtemps ses limites. Depuis 1955 et le premier Global Malaria Eradication Program de l’OMS, qui a entraîné la généralisation de l’usage des biocides contre ces insectes, considérer les moustiques au mieux comme une nuisance et au pire comme un risque à éliminer systématiquement ne suffit plus. Ae. albopictus a trouvé en ville un milieu adéquat qui permet sa subsistance et sa prolifération. Si sa présence est désignée comme un problème, alors il s’agit désormais de construire avec le moustique tigre et la contrainte qu’il représente pour la santé et le confort des humains.

Haut de page

Bibliographie

ACSES et ARS Guadeloupe, Les Gîtes larvaires du moustique Aedes aegypti dans le bâti en Guadeloupe, 2006.

Assemblée nationale, « Rapport fait au nom de la commission d’enquête chargée d’évaluer les recherches, la prévention et les politiques publiques à mener contre la propagation des moustiques Aedes et des maladies vectorielles », 3280, Assemblée nationale, Paris, 2020, [en ligne] [https://www.assemblee-nationale.fr/dyn/15/rapports/ceaedes/l15b3280-ti_rapport-enquete, consulté le 15/03/2021].

Benoît Bréville et Jean-Michel Dumay, « Pour une géographie volontaire », Le Monde diplomatique, 2021, [en ligne] [https://www.monde-diplomatique.fr/mav/175/BREVILLE/62742], consulté le 26/01/2021.

M. Carrieri, P. Angelini, C. Venturelli, B. Maccagnani et R. Bellini, « Aedes albopictus (Diptera : Culicidae) Population Size Survey in the 2007 Chikungunya Outbreak Area in Italy. I. Characterization of Breeding Sites and Evaluation of Sampling Methodologies », Journal of Medical Entomology, vol. 48, n° 6, 2011, pp. 1214‑1225, [en ligne] [https://academic-oup-com.lama.univ-amu.fr/jme/article/48/6/1214/822458], consulté le 14/05/2020.

Florent Champy, Sociologie de l’architecture, Paris, La Découverte, 2001, [en ligne] [http://www.cairn.info/sociologie-de-l-architecture--9782707134707-p-110.htm], consulté le 09/10/2018.

Florent Champy, « La Culture professionnelle des architectes », dans Didier Demazière et Charles Gadéa (dir.), Sociologie des groupes professionnels. Acquis récents et nouveaux défis, Paris, La Découverte, 2009, [en ligne] [https://www-cairn-info.lama.univ-amu.fr/sociologie-des-groupes-professionnels--9782707152145.htm], consulté le 10/10/2018.

Y. C. Chan, K. L. Chan, et B. C. Ho, « Aedes aegypti and Aedes albopictus in Singapore City », Bulletin de l’Organisation mondiale de la Santé, n° 4, 1971, pp. 629‑633, [en ligne] [http://europepmc.org/article/MED/5316745 ?singleResult =true], consulté le 27/10/2021.

Cécilia Claeys, « Le lien politique à l’épreuve de l’environnement », Expériences camarguaises, Bruxelles, P.I.E. Peter Lang, 2003, [en ligne] [https://journals-openedition-org.lama.univ-amu.fr/developpementdurable/1892], consulté le 27/10/2021.

Cécilia Claeys, « Les “bonnes” et les “mauvaises”» proliférantes. Controverses camarguaises », Études rurales, n° 185, 2010, pp. 101‑118, [en ligne] [http://journals.openedition.org/etudesrurales/9084], consulté le 02/08/2018.

Cécilia Claeys, Valérie Bertaudière-Montes, Christine Robles, Magali Deschamps-Cottin et Julie Cardi, « Gardens, Pesticides and Mosquitoe-Borne Diseases : an Interdisciplinary Comparison between Mainland France and the French Antilles », dans Cécilia Claeys (dir.), Mosquitoes management : Environmental issues and health concern, Bruxelles, P.I.E. Peter Lang, 2019, pp. 173‑199.

Cécilia Claeys, Christine Robles, Valérie Bertaudière-Montes, Magali Deschamps-Cottin, Hervé Tepongning Megnifo, Renélise Pelagie-Moutenda, Charles Jeannin, Fabrice Sonor, Christelle Dollin, Manon Sense, Pauline Bravet, Laura Weill, Claire Demerrisse, Hubert Mazurek, Louis Arrhegini, Manuel Etienne, André Yebakima, Joël Gustave et Florence Fouque, « Socio-Ecological Factors contributing to the Exposure of Human Populations to Mosquito Bites that transmit Dengue Fever, Chikungunya and Zika Viruses : a Comparison between Mainland France and the French Antilles », Environnement Risque Santé, 2016, pp. 318‑325.

Cécilia Claeys et Julien Sérandour, « Ce que le moustique nous apprend sur le dualisme anthropocentrisme/biocentrisme  : perspective interdisciplinaire sociologie/biologie », Natures Sciences Sociétés, vol. 17, n° 2, 2009, pp. 136‑144, [en ligne] [https://www.nss-journal.org/articles/nss/abs/2009/02/nss9202/nss9202.html], consulté le 03/08/2018.

G. Dalla Pozza et G. Majori, « First Record of Aedes albopictus Establishment in Italy », Journal of the American Mosquito Control Association, vol. 8, n° 3, 1992, pp. 318‑320.

Frédéric Darriet, Des moustiques et des hommes. Chronique d’une pullulation annoncée, Marseille, IRD Éditions, 2014.

Jean-Sébastien Deheck, Roger Eritja, Manuel Étienne, Frédéric Jourdain, Christophe Paupy, Yvon Perrin et Fabien Walicki, « Guide à l’attention des collectivités souhaitant mettre en œuvre une lutte contre les moustiques urbains vecteurs de dengue, de chikungunya et de Zika », 2016, [en ligne] [https://www.nouvelle-aquitaine.ars.sante.fr/system/files/2018-05/Guide_Moustiques_Collectivites.pdf], consulté le 30/07/2018.

DGS, « Cartes de présence du moustique tigre (Aedes albopictus) en France métropolitaine », Ministère des Solidarités et de la Santé, 2021, [en ligne] [https://solidarites-sante.gouv.fr/sante-et-environnement/risques-microbiologiques-physiques-et-chimiques/especes-nuisibles-et-parasites/article/cartes-de-presence-du-moustique-tigre-aedes-albopictus-en-france-metropolitaine], consulté le 08/10/2021.

Elisabeth Dorier-Apprill, Environnement et santé à Brazzaville (Congo), thèse de doctorat en géographie, Paris, 1993.

Roger Eritja, John R. B. Palmer, David Roiz, Isis Sanpera-Calbet et Frederic Bartumeus, « Direct Evidence of Adult Aedes albopictus Dispersal by Car », Scientific Reports, vol. 7, n° 1, 2017, pp. 14399, [en ligne] [https://doi.org/10.1038/s41598-017-12652-5], consulté 25/05/2018.

Duane J. Gubler, « Dengue, Urbanization and Globalization: The Unholy Trinity of the 21(st) Century », Tropical Medicine and Health, vol. 39, n° 4 Suppl, 2011, pp. 3‑11, [en ligne] [http://europepmc.org/article/MED/22500131?singleResult=true], consulté le 06/07/2020.

Guillet Fanny et Mermet Laurent, « L’expertise, composante essentielle mais insuffisante des stratégies pour la biodiversité  : le cas de la démoustication en Camargue (France) », VertigO, vol. 13, n° 2, 2013, [en ligne] [https://journals.openedition.org/vertigo/14025 ?lang =pt], consulté le 01/08/2018.

Jacob Hounkpe, Gîtes larvaires d’Aedes albopictus dans le bâti et les ouvrages de gestion des eaux pluviales  : état des lieux et enjeux en termes de stratégie de contrôle, mémoire d’ingénierie du génie sanitaire (IGS), Rennes, 2012.

INSEE Provence-Alpes-Côte d’Azur, « Grand Arles  : des difficultés à surmonter, des atouts à exploiter », Analyses, n° 31, mai 2013.

Yiji Li, Fatmata Kamara, Guofa Zhou, Santhosh Puthiyakunnon, Chunyuan Li, Yanxia Liu, Yanhe Zhou, Lijie Yao, Guiyun Yan et Xiao-Guang Chen, « Urbanization Increases Aedes albopictus Larval Habitats and Accelerates Mosquito Development and Survivorship », PLOS Neglected Tropical Diseases, vol. 8, n° 11, 2014, p. 3301, [en ligne] [https://journals.plos.org/plosntds/article ?id =10.1371/journal.pntd.0003301], consulté le 07/07/2020.

Mattia Manica, Giorgio Guzzetta, Piero Poletti, Federico Filipponi, Angelo Solimini, Beniamino Caputo, Alessandra Della Torre, Roberto Rosà et Stefano Merler, « Transmission Dynamics of the Ongoing Chikungunya Outbreak in Central Italy: from Coastal Areas to the Metropolitan City of Rome, Summer 2017 », Eurosurveillance, vol. 22, n° 44, 2017, [en ligne] [https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5710132/], consulté le 14/05/2020.

Michael L. McKinney, « Urbanization as Major Cause of Biotic Homogenisation », Biological Conservation, n° 127, 2006, pp. 247‑260, [en ligne] [https://www-sciencedirect-com.lama.univ-amu.fr/science/article/pii/S0006320705003563], consulté le 27/07/2021.

Gérard Salem, Urbanisation et santé en Afrique de l’Ouest  : géographie d’un petit espace dense  : Pikine (Sénégal), diplôme d’habilitation à diriger les recherches en géographie, Montpellier, 1995.

Gérard Salem et Émile Jeannée (dir.), Urbanisation et santé dans le Tiers-Monde : transition épidémiologique, changement social et soins de santé primaires, Paris, ORSTOM, 1989.

M. Salvan et J. Mouchet, « Aedes albopictus et Aedes aegypti à l’île de La Réunion », Annales de la société belge de médecine tropicale, n° 74, 1994, pp. 323‑326, [en ligne] [https://horizon.documentation.ird.fr/exl-doc/pleins_textes/pleins_textes_6/b_fdi_35-36/42567.pdf], consulté le 27/10/2021.

E. J. Scholte, E. Dijkstra, H. Ruijs, F. Jacobs, W. Takken, A. Hofhuis, C. Reusken, M. Koopmans et A. Boer (de), « The Asian Tiger Mosquito (Aedes albopictus) in the Netherlands: Should We Worry ? Proceedings of the Section Experimental and Applied Entomology », Netherlands Entomological Society, vol. 18, 2017, pp. 131‑136, [en ligne] [https://www.nev.nl/pages/publicaties/proceedings/nummers/18/131-136.pdf], consulté le 10/06/2020.

Audrey Thier, « Balancing the Risks: Vector Control and Pesticide Use in Response to Emerging Illness », Journal of Urban Health, vol. 78, n° 2, 2001, pp. 372‑381, [en ligne] [https://doi.org/10.1093/jurban/78.2.372], consulté le 18/06/2020.

Sandra Urbanelli, Romeo Bellini, Marco Carrieri, Pina Sallicandro et Giorgio Celli, « Population Structure of Aedes albopictus (Skuse): the Mosquito which is Colonizing Mediterranean Countries », Heredity, vol. 84, n° 3, 2000, pp. 331‑337, [en ligne] [http://www.nature.com/articles/6886760], consulté le 09/06/2020.

Laura Valerio, Francesca Marini, Gioia Bongiorno, Luca Facchinelli, Marco Pombi, Beniamino Caputo, Michele Maroli et Alessandra Della Torre, « Host-Feeding Patterns of Aedes albopictus (Diptera: Culicidae) in Urban and Rural Contexts within Rome Province, Italy », Vector-Borne and Zoonotic Diseases, vol. 10, n° 3, 2009, pp. 291‑294, [en ligne] [https://www.liebertpub.com/doi/abs/10.1089/vbz.2009.0007], consulté le 14/05/2020.

John G. Vontas, Elias Kioulos, Nena Pavlidi, Evangelia Morou, Alessandra Della Torre et Hilary A. Ranson, « Insecticide Resistance in the Major Dengue Vectors Aedes albopictus and Aedes aegypti », Pesticide Biochemistry and Physiology, vol. 104, n° 2, 2012, pp. 126‑131, [en ligne] [http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0048357512000818], consulté le 10/12/2019.

Haut de page

Notes

1 Frédéric Darriet, Des moustiques et des hommes . Chronique d’une pullulation annoncée, Marseille, IRD Éditions, 2014

2 DGS, « Cartes de présence du moustique tigre (Aedes albopictus) en France métropolitaine », Ministère des Solidarités et de la Santé, 2021, [en ligne] [https://solidarites-sante.gouv.fr/sante-et-environnement/risques-microbiologiques-physiques-et-chimiques/especes-nuisibles-et-parasites/article/cartes-de-presence-du-moustique-tigre-aedes-albopictus-en-france-metropolitaine], consulté le 08/10/2021.

3 G. Dalla Pozza et G. Majori, « First record of Aedes albopictus establishment in Italy », Journal of the American Mosquito Control Association, vol. 8, n° 3, 1992, pp. 318‑320 ; Sandra Urbanelli et al., « Population structure of Aedes albopictus (Skuse): the mosquito which is colonizing Mediterranean countries », Heredity, vol. 84, n° 3, 2000, pp. 331‑337, [en ligne] [http://www.nature.com/articles/6886760], consulté le 09/06/2020 ; E. J. Scholte et al., « The Asian tiger mosquito (Aedes albopictus) in the Netherlands: should we worry? Proceedings of the Section Experimental and Applied Entomology », Netherlands Entomological Society, vol. 18, 2017, pp. 131‑136, [en ligne] [https://www.researchgate.net/publication/40105637_The_Asian_tiger_mosquito_Aedes_albopictus_in_the_Netherlands_should_we_worry], consulté le 10/06/2020.

4 Roger Eritja et al., « Direct Evidence of Adult Aedes albopictus Dispersal by Car », Scientific Reports, vol. 7, n° 1, 2017, p. 14399, [en ligne] [https://doi.org/10.1038/s41598-017-12652-5], consulté 25/05/2018.

5 Laura Valerio et al., « Host-Feeding Patterns of Aedes albopictus (Diptera: Culicidae) in Urban and Rural Contexts within Rome Province, Italy », Vector-Borne and Zoonotic Diseases, vol. 10, n° 3, 2009, pp. 291‑294, [en ligne] [https://www.liebertpub.com/doi/abs/10.1089/vbz.2009.0007], consulté le 14/05/2020.

6 Marco Carrieri et al., « Aedes albopictus (Diptera: Culicidae) Population Size Survey in the 2007 Chikungunya Outbreak Area in Italy. I. Characterization of Breeding Sites and Evaluation of Sampling Methodologies », Journal of Medical Entomology, vol. 48, n° 6, 2011, pp. 1214‑1225, [en ligne] [https://academic.oup.com/jme/article/48/6/1214/822458], consulté le 14/05/2020 ; Y. C. Chan et al., « Aedes aegypti and Aedes albopictus in Singapore City », Bulletin de l’Organisation mondiale de la Santé, n° 4, 1971, pp. 629‑633, [en ligne] [https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/5316746/] consulté le 27/10/2021 ; M. Salvan et J. Mouchet, « Aedes albopictus et Aedes aegypti à l’île de La Réunion », Annales de la société belge de médecine tropicale, n° 74, 1994, pp. 323‑326, [en ligne] [https://horizon.documentation.ird.fr/exl-doc/pleins_textes/pleins_textes_6/b_fdi_35-36/42567.pdf] consulté le 27/10/2021.

7 Assemblée nationale, « Rapport fait au nom de la commission d’enquête chargée d’évaluer les recherches, la prévention et les politiques publiques à mener contre la propagation des moustiques Aedes et des maladies vectorielles », 3280, 2020, [en ligne] [https://www.assemblee-nationale.fr/dyn/15/rapports/ceaedes/l15b3280-ti_rapport-enquete] consulté le 15/03/2021.

8 Elisabeth Dorier-Apprill, Environnement et santé à Brazzaville (Congo), thèse de doctorat en géographie, Paris, 1993.

9 Gérard Salem, Urbanisation et santé en Afrique de l’Ouest  : géographie d’un petit espace dense  : Pikine (Sénégal), diplôme d’habilitation à diriger les recherches en géographie, Montpellier, 1995 ; Gérard Salem et Emile Jeannée (dir.), Urbanisation et santé dans le Tiers-Monde : transition épidémiologique, changement social et soins de santé primaires, Paris, ORSTOM, 1989.

10 John G. Vontas et al., « Insecticide Resistance in the Major Dengue Vectors Aedes albopictus and Aedes aegypti », Pesticide Biochemistry and Physiology, vol. 104, n° 2, 2012, pp. 126‑131, [en ligne] [http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0048357512000818%5d consulté le 10/12/2019.

11 Audrey Thier, « Balancing the Risks: Vector Control and Pesticide Use in Response To Emerging Illness », Journal of Urban Health, vol. 78, n° 2, 2001, pp. 372‑381, [en ligne] [https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3456351/pdf/11524_2006_Article_35.pdf] consulté le 18/06/2020.

12 ACSES et ARS Guadeloupe, Les gîtes larvaires du moustique Aedes aegypti dans le bâti en Guadeloupe, 2006 ; Jacob Hounkpe, Gîtes larvaires d’Aedes albopictus dans le bâti et les ouvrages de gestion des eaux pluviales  : état des lieux et enjeux en termes de stratégie de contrôle, mémoire d’ingénierie du génie sanitaire (IGS), Rennes, 2012.

13 Cécilia Claeys et al., « Socio-Ecological Factors Contributing to the Exposure of Human Populations to Mosquito Bites that Transmit Dengue Fever, Chikungunya and Zika Viruses : a comparison between Mainland France and the French Antilles », Environnement Risque Santé, 2016, pp. 318325.

14 Idem, pp. 318‑325.

15 Jean-Sébastien Deheck et al., « Guide à l’attention des collectivités souhaitant mettre en œuvre une lutte contre les moustiques urbains vecteurs de dengue, de chikungunya et de Zika », 2016, [en ligne] [https://www.paca.ars.sante.fr/media/36510/download?inline] consulté le 30/07/2018.

16 Laura Valeriob et al., « Host-Feeding Patterns of Aedes albopictus (Diptera : Culicidae) in Urban and Rural Contexts within Rome Province, Italy », Vector-Borne and Zoonotic Diseases, vol. 10, n° 3, 2009, pp. 291‑294, [en ligne] [https://www.liebertpub.com/doi/abs/10.1089/vbz.2009.0007], consulté le 14/05/2020 ; Mattia Manica et al., « Transmission Dynamics of the Ongoing Chikungunya Outbreak in Central Italy: from Coastal Areas to the Metropolitan City of Rome, summer 2017 », Eurosurveillance, vol. 22, n° 44, 2017, [en ligne] [https://www.eurosurveillance.org/content/10.2807/1560-7917.ES.2017.22.44.17-00685], consulté le 14/05/2020.

17 Cécilia Claeys et al., « Socio-Ecological Factors Contributing to the Exposure of Human Populations… », op. cit., pp. 318‑325 ; Cécilia Claeys et al., « Gardens, Pesticides and Mosquitoe-Borne Diseases… », op. cit., pp. 173‑199.

18 Cécilia Claeys, Le lien politique à l’épreuve de l’environnement. Expériences camarguaises, Bruxelles, P.I.E. Peter Lang, 2003 ; Cécilia Claeys et Julien Sérandour, « Ce que le moustique nous apprend sur le dualisme anthropocentrisme/biocentrisme  : perspective interdisciplinaire sociologie/biologie », Natures Sciences Sociétés, vol. 17, n° 2, 2009, pp. 136‑144, [en ligne] [https://www.nss-journal.org/articles/nss/abs/2009/02/nss9202/nss9202.html%5d], consulté le 03/08/2018 ; Fanny Guillet et Laurent Mermet, « L’expertise, composante essentielle mais insuffisante des stratégies pour la biodiversité  : le cas de la démoustication en Camargue (France) », VertigO, vol. 13, n° 2, 2013, [en ligne] [https://journals.openedition.org/vertigo/14025] consulté le 01/08/2018.

19 Cécilia Claeys, « Les “bonnes” et les “mauvaises” proliférantes. Controverses camarguaises », Études rurales, n° 185, 2010, pp. 101‑118, [en ligne] [https://journals.openedition.org/etudesrurales/9084], consulté le 02/08/2018.

20 INSEE provence-Alpes-Côte d’Azur, « Grand Arles  : Des difficultés à surmonter, des atouts à exploiter, Analyse, n° 31, mai 2013.

21 Cécilia Claeys et al., « Socio-ecological factors contributing to the exposure of human populations… », op. cit., pp. 318‑325.

22 Idem, p. 318‑325.

23 Florent Champy, Sociologie de l’architecture, Paris, La Découverte, 2001, [en ligne] [http://www.cairn.info/sociologie-de-l-architecture--9782707134707-p-110.htm%5d], consulté le 09/10/2018 ; Florent Champy, « La culture professionnelle des architectes », dans Didier Demazière et Charles Gadéa (dir.), Sociologie des groupes professionnels. Acquis récents et nouveaux défis, Paris, La Découverte, 2009, [en ligne] [https://www.cairn.info/sociologie-des-groupes-professionnels--9782707152145-page-13.htm] consulté le 10/10/2018.

24 Michael L. McKinney, « Urbanization as Major Cause of Biotic Homogenisation », Biological Conservation, n° 127, 2006, pp. 247‑260, [en ligne] [https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S0006320705003563], consulté le 27/07/2021 ; Duane J. Gubler, « Dengue, Urbanization and Globalization: The Unholy Trinity of the 21(st) Century », Tropical Medicine and Health, vol. 39, n° 4 Suppl, 2011, pp. 3‑11, [en ligne] [http://europepmc.org/article/MED/22500131?singleResult=true], consulté le 06/07/2020 ; Yiji Li et al., « Urbanization Increases Aedes albopictus Larval Habitats and Accelerates Mosquito Development and Survivorship », PLOS Neglected Tropical Diseases, vol. 8, n° 11, 2014, p. 3301, [en ligne] [https://journals.plos.org/plosntds/article?id=10.1371/journal.pntd.0003301], consulté le 07/07/2020.

25 Benoît Bréville et Jean-Michel Dumay, « Pour une géographie volontaire », Le Monde diplomatique, 2021, [en ligne] [https://www.monde-diplomatique.fr/mav/175/BREVILLE/62742], consulté le 26/01/2021.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Carte des Bouches-du-Rhône représentant l’emplacement des différents terrains dans leurs communes et leurs métropoles, communauté d’agglomération ou communauté de communes
Crédits Julie Cardi
URL http://journals.openedition.org/craup/docannexe/image/9743/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Figure 2. Carte du terrain d’Arles avec représentation de la végétation
Crédits Julie Cardi
URL http://journals.openedition.org/craup/docannexe/image/9743/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 658k
Titre Figure 3. Carte du terrain de Marseille avec représentation de la végétation
Crédits Julie Cardi
URL http://journals.openedition.org/craup/docannexe/image/9743/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 573k
Titre Figure 4. Carte du terrain de Salon-de-Provence avec représentation de la végétation
Crédits Julie Cardi
URL http://journals.openedition.org/craup/docannexe/image/9743/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 310k
Titre Figure 5. Photo d’une gouttière cassée au niveau du toit et de la descente (Arles)
Crédits Julie Cardi
URL http://journals.openedition.org/craup/docannexe/image/9743/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Titre Figure 6. Photos de deux descentes d’eaux pluviales reliées en façade (Arles)
Crédits Julie Cardi
URL http://journals.openedition.org/craup/docannexe/image/9743/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Titre Figure 7. Photo d’une descente d’une gouttière tordue et percée à plusieurs endroits (Arles)
Crédits Julie Cardi
URL http://journals.openedition.org/craup/docannexe/image/9743/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Titre Figure 9. Photo de potentiels gîtes larvaires – végétalisation de particulier dans l’espace public
Crédits Julie Cardi
URL http://journals.openedition.org/craup/docannexe/image/9743/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Titre Figure 10. Photo de potentiels gîtes larvaires – débordement au niveau d’une bouche d’égout
Crédits Julie Cardi
URL http://journals.openedition.org/craup/docannexe/image/9743/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Titre Figure 11. Carte du terrain d’Arles avec relevé des potentiels gîtes larvaires
Crédits Julie Cardi
URL http://journals.openedition.org/craup/docannexe/image/9743/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 656k
Titre Figure 12. Relevé de la rue de l’Hôtel de ville
Crédits Julie Cardi
URL http://journals.openedition.org/craup/docannexe/image/9743/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Titre Figure 13 à 16. Diagrammes et masques solaires au niveau des regards dans la rue de l’Hôtel de ville, pour mesurer le temps d’ensoleillement à ces emplacements
URL http://journals.openedition.org/craup/docannexe/image/9743/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
URL http://journals.openedition.org/craup/docannexe/image/9743/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
URL http://journals.openedition.org/craup/docannexe/image/9743/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Crédits Julie Cardi
URL http://journals.openedition.org/craup/docannexe/image/9743/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Figure 17. Photo d’un potentiel gîte larvaire – flaques de condensat issues des unités externes de la climatisation sur les toits du bâtiment de France 3
Crédits Julie Cardi
URL http://journals.openedition.org/craup/docannexe/image/9743/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Titre Figure 18. Photo d’un potentiel gîte larvaire – seau rempli du condensat d’une unité externe de climatisation de la clinique Monticelli
Crédits Julie Cardi
URL http://journals.openedition.org/craup/docannexe/image/9743/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Figure 19. Photo de larves trouvées dans un caniveau chargé en eau et encombré de végétation, avenue du Général de Négrier
Crédits Julie Cardi
URL http://journals.openedition.org/craup/docannexe/image/9743/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 221k
Titre Figure 20. Carte du terrain de Marseille avec relevé des potentiels gîtes larvaires
Crédits Julie Cardi
URL http://journals.openedition.org/craup/docannexe/image/9743/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 564k
Titre Figure 21. Relevé du parking entre la clinique et une nouvelle résidence
Crédits Julie Cardi
URL http://journals.openedition.org/craup/docannexe/image/9743/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
Titre Figure 22 à 24. Diagrammes et masques solaires au niveau des regards dans le parking entre la clinique et la résidence, pour mesurer le temps d’ensoleillement à ces emplacements
URL http://journals.openedition.org/craup/docannexe/image/9743/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 203k
URL http://journals.openedition.org/craup/docannexe/image/9743/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 209k
Crédits Julie Cardi
URL http://journals.openedition.org/craup/docannexe/image/9743/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 190k
Titre Figure 25. Photo du lit de l’Huveaune avec la clinique Monticelli et les nouvelles résidences
Crédits Julie Cardi
URL http://journals.openedition.org/craup/docannexe/image/9743/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Figure 26. Photos du bassin du Parc Chanot
Crédits Julie Cardi
URL http://journals.openedition.org/craup/docannexe/image/9743/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Titre Figure 27. Photo du jardin partagé d’une résidence
Crédits Julie Cardi
URL http://journals.openedition.org/craup/docannexe/image/9743/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Figure 28. Photo d’un tuyau d’évacuation du stade Vélodrome
Crédits Julie Cardi
URL http://journals.openedition.org/craup/docannexe/image/9743/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Figure 29. Photo d’un potentiel gîte larvaire - une gouttière tordue
Crédits Julie Cardi
URL http://journals.openedition.org/craup/docannexe/image/9743/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Titre Figure 30. Photos d’un potentiel gîte larvaire - une noue entre deux parcelles
Crédits Julie Cardi
URL http://journals.openedition.org/craup/docannexe/image/9743/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Figure 31. Photo d’un potentiel gîte larvaire – une maison en ruines
Crédits Julie Cardi
URL http://journals.openedition.org/craup/docannexe/image/9743/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Titre Figure 32. Carte du terrain de Salon-de-Provence avec relevé des potentiels gîtes larvaires
Crédits Julie Cardi
URL http://journals.openedition.org/craup/docannexe/image/9743/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 305k
Titre Figure 33. Canal de Craponne
Crédits Julie Cardi
URL http://journals.openedition.org/craup/docannexe/image/9743/img-32.png
Fichier image/png, 1,4M
Titre Figure 34. Une piscine pleine et abandonnée
Crédits Julie Cardi
URL http://journals.openedition.org/craup/docannexe/image/9743/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Titre Figure 35. Matériel de chantier stocké en plein-air
Crédits Julie Cardi
URL http://journals.openedition.org/craup/docannexe/image/9743/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Figure 36. Unité externe de climatisation posée sur une terrasse en bois sur plots
Crédits Julie Cardi
URL http://journals.openedition.org/craup/docannexe/image/9743/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Titre Figure 37. Infographie représentant les données de l’enquête : la profession des différents enquêtés et les échelles territoriales sur lesquelles ils officient ou leurs lieux de travail
Crédits Julie Cardi
URL http://journals.openedition.org/craup/docannexe/image/9743/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 251k
Titre Tableau 1. Natures et origines des gîtes larvaires, freins et obstacles à la LAV
Crédits Julie Cardi
URL http://journals.openedition.org/craup/docannexe/image/9743/img-37.png
Fichier image/png, 439k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julie Cardi, « Bâtir avec le moustique tigre : trois villes des Bouches-du-Rhône à l’épreuve de la prolifération d’Aedes albopictus, insecte nuisant et vecteur de maladies »Les Cahiers de la recherche architecturale urbaine et paysagère [En ligne], 14 | 2022, mis en ligne le 30 avril 2022, consulté le 27 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/craup/9743 ; DOI : https://doi.org/10.4000/craup.9743

Haut de page

Auteur

Julie Cardi

Architecte de formation et doctorante en urbanisme à l’université d’Aix-Marseille (LIEU, UMR 889 et LPED, UMR 151), sa thèse porte sur l’implication des espaces bâtis dans la prolifération d’Aedes albopictus (le moustique tigre), ainsi que les solutions architecturales et urbaines aux problématiques sanitaires et environnementales que pose la présence de ce moustique, vecteur de maladies, en ville. Ses travaux s’intéressent donc principalement à la place de la santé et de la nature (particulièrement des animaux) dans les environnements urbains.

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search