Navigation – Plan du site

AccueilDossiers14L’espace animalier dans les maiso...

L’espace animalier dans les maisons rurales en Algérie, territorialité vernaculaire, résurgence informelle et controverses institutionnelles

Animal Space in Rural Homes in Algeria: Vernacular territoriality, illicit resurgence and institutional controversies
Latifa Khettabi

Résumés

Cet article tente de restituer une réflexion issue d’une observation empirique de l’espace animalier dans les maisons rurales en Algérie, en considérant les processus qui interviennent dans leur consolidation vernaculaire et ceux qui participent à leur redéfinition contemporaine. L’espace animalier et son rapport à l’espace domestique sont ainsi questionnés dans la perspective de soulever les enjeux rattachés à la problématique de l’identité de l’habitat rural, au travers des persistances, des mutations et des recompositions des spatialités domestiques, dans les logements des programmes officiels de l’habitat rural en Algérie.
La relation de la cohabitation homme-animal est ainsi explorée à partir d’une logique socioculturelle, en confrontation avec les logiques institutionnelles. Le propos développé vise à dresser un constat des tendances nationales pour asseoir et orienter de nouvelles perspectives de recherche sur l’architecture de l’habitat.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 D’après Jean-Claude Bontron, « Le concept de ruralité à l’épreuve du changement social », dans Terr (...)
  • 2 Paul Demangeon, « L’habitation rurale en France, essai de classification des principaux types », An (...)
  • 3 Voir les travaux de : Henri, Raulin « Le corpus de l’architecture paysanne et de l’habitat rural. C (...)

1La cohabitation animal-famille dans l’espace domestique rural est un fait universel1, voire originel, qui ne concerne pas seulement les maisons rurales en Algérie. Cependant, peu d’études ont abordé cette forme de spatialité dans ses dimensions socioculturelles. L’analyse de la cohabitation animal-famille2 a été surtout abordée par le biais de la relation de la maison rurale aux activités de production. Cette forme de cohabitation a également été confirmée par des ethnologues et des anthropologues comme caractère fondamental de la ruralité3.

  • 4 Michel Parent, « L’architecture vernaculaire rurale, ses modes de conservation et ses limites à l’a (...)

2Pourtant, la maison rurale est porteuse d’autres dimensions, corrélatives d’un mode de pensée et d’un mode d’habiter identitaire. Michel Parent4 précise que :

C’est simultanément une machine à habiter et une machine à produire, mais c’est évidemment bien aussi une machine à penser : de multiples signes qui qualifient les types d’architecture rurale se réfèrent en effet aussi bien aux systèmes de croyances traditionnelles, à la symbolique qui double, voire multiplie l’attachement matériel de la communauté à son territoire.

3De ce fait, l’espace animalier dans les maisons rurales vernaculaires en Algérie a été généré par un mode de cohabitation spécifique. Il ne s’agit pas d’une simple juxtaposition des espaces de la famille et de l’animal, mais d’une topologie spatiale dont les conjonctures domestiques sont multiples. En revanche, l’espace animalier est une constante de l’espace domestique rural vernaculaire. Il est ainsi corrélé à une structure spatiale récurrente et à une matrice de pratiques sociospatiales avérée.

  • 5 Notamment les relevés d’architecture de maisons vernaculaires dans différentes régions, restitués p (...)
  • 6 Plusieurs terrains d’enquêtes ont été investis dans le cadre de mes recherches personnelles et des (...)

4En conséquence, les convergences de la territorialité de l’espace domestique rural, à travers les différents types régionaux des maisons rurales algériennes justifient l’hypothèse d’un ancrage culturel et identitaire de l’espace animalier. C’est une hypothèse bâtie sur une double observation : d’une part, l’observation de l’ordonnancement spatial de différentes maisons vernaculaires algériennes, par l’exploitation d’un ensemble d’études relatives à l’habitat rural en Algérie5 ; d’autre part, l’observation des formes d’appropriation des habitants du logement rural contemporain, en confrontation avec le cadrage institutionnel en vigueur, restituée par un ensemble d’enquêtes de terrain, menées dans le cadre de plusieurs travaux de recherches personnels 6.

5Cet article restitue une synthèse de ces observations et questionne la résurgence informelle de l’espace animalier générée par les habitants d’origine rurale dans les nouvelles habitations contemporaines. Il ne s’agit pas simplement de souligner l’insertion d’anciennes formes de spatialité dans un nouveau cadre bâti, ou d’alimenter le débat sur la dialectique urbain/rural. D’autant que le phénomène de la résurgence informelle de l’espace animalier a déjà été observé dans les années 1970-1980, lors du relogement des habitants issus de l’exode rural dans les logements sociaux des zones d’habitat urbain nouvelles (ZHUN) dans les villes algériennes. Différentes formes sommaires d’élevages d’animaux (poules, moutons, vaches) ont pris effet de façon informelle dans les appartements et autour des bâtiments, dans des enclos de fortune.

  • 7 Instituée au plan d’aménagement territorial 19, cadré par le schéma national d’aménagement du terri (...)

6Dans les cités contemporaines du logement rural, c’est une autre dimension de ce phénomène qui est apparue. En considération des modalités de consolidation d’une nouvelle forme de la ruralité en Algérie, portée par deux échelles d’actions contingentes, celles des politiques du renouveau rural7, dont la modernisation de l’habitat est un levier, et celles, plus pragmatiques et spontanées, des habitants. Il s’agit ainsi de mettre en lumière la façon dont la réactualisation des rapports d’espace animal/logis soutient la tension entre ancrage vernaculaire et relocalisation populaire dans l’espace domestique rural. En effet, la question de la modernisation de la maison rurale vernaculaire algérienne a généré une confrontation entre l’organisation standard du logement contemporain et la structure spatiale vernaculaire, mais aussi et surtout avec l’espace domestique réaménagé illicitement par les habitants.

7De ce fait, l’interdépendance entre la recomposition du territoire domestique rural et ses implications sociospatiales constitue un large champ d’investigation. Aussi, au prisme des rapports d’espace animal/logis, quelles perspectives de recherche peuvent être mobilisées pour repenser, voire redéfinir les statuts identitaires de l’espace domestique rural en Algérie, entre territorialité et spatialité, et entre ruralité et urbanité ?

Figure 1. Petit élevage dans les cités d'habitat rural à Annaba (Algerie)

Figure 1. Petit élevage dans les cités d'habitat rural à Annaba (Algerie)

Latifa Khettabi, 2021

L’espace animalier dans la maison rurale du nord et du sud en Algérie, ordre et symbolique vernaculaire

8La maison rurale en Algérie a été historiquement marquée par diverses formes de bâti, selon les multiples régions géographiques du pays. La tente des steppes, la maison en pierre des montagnes, le gourbi des forêts, la grande maison des plaines, ou les maisons des ksours du sud constituent autant de types vernaculaires, porteurs de territorialités variées. Toutefois, au-delà des variations régionales, la maison rurale traditionnelle en Algérie présente une organisation spatiale récurrente. L’espace du logis et l’espace animalier sont regroupés au sein d’une enceinte bâtie, introvertie sur la cour intérieure. Marc Côte résume ainsi les caractéristiques partagées de la maison rurale traditionnelle :

  • 8 Marc Côte, « L’habitat rural en Algérie : formes et mutations », Annuaire de l’Afrique du Nord, t.  (...)

L’élément majeur est l’organisation autour d’une cour centrale, c’est la fermeture sur l’extérieur, la structure en coquille assurant le maximum d’intimité à la famille par rapport au groupe social. La coexistence sous le même toit de toute la famille élargie, la polyvalence des pièces, la fonction de production combinée avec celle d’habitation, sont autant de traits qui se retrouvent également dans la plupart des habitations rurales8.

  • 9 Pour plus d’information sur l’espace m’rah (étymologie, premières formes et évolutions) voir Daniel (...)

9Déjà, dans la tente du nomade, l’animal et notamment les nouveau-nés étaient accueillis occasionnellement en hiver, dans la partie polyvalente de l’espace interne, habituellement réservé aux hommes ou aux invités. Autour de la tente du berger, l’espace m’rah (espace central ou centré9) est aménagé en enclos délimité par des branches de jujubier ou de grillages, pour servir de parc pour le bétail la nuit. À plus grande échelle, le m’rah du douar (agglomération circulaire de tentes) servait à la fois au regroupement du bétail et à celui des hommes.

10Dans les maisons en dur, l’espace animalier était indifférencié : étable, écurie, bergerie, il pouvait même faire office de basse-cour. Adaynin en amazigh, Kouri ou Zeriba en arabe (selon les régions), il était souvent aménagé avec un accès indépendant direct à la cour centrale de la maison, départageant le circuit des animaux et des humains, à l’exemple des maisons des ksours du sud. Pour les maisons kabyles, l’accès à l’étable est aussi l’accès principal de la maison, même si les deux espaces s’imbriquent en demi-niveau. Dans les maisons chaoui des hauts plateaux, l’espace animalier et l’espace du logis familial se superposaient en étages distincts.

11La maison rurale traditionnelle, dressée en petits groupements communautaires paysans (hameaux, mechtas, dachras, villages) ou éparse, selon la mobilité pastorale, restait structurée par l’espace animalier qui spécifiait aussi son statut économique et distinguait celle du riche de celle du pauvre.

12Socialement, l’animal n’était pas considéré comme un simple élément de la chaîne de production agraire. Il est rattaché par la croyance musulmane à toute une symbolique et un code de pratiques locales qui ordonnent et hiérarchisent la cohabitation homme/ animal dans l’espace domestique : le chat est admis dans tous les espaces du logis familial, contrairement au chien qui est interdit dans l’espace interne des maisons: sa présence est restreinte à la cour ou à l’étable, sa fonction principale étant le gardiennage.

  • 10 Amos Rapoport, House form and culture, Englewood Cliffs, Prentice-Hall, 1969 ; Emmanuelle Gouabault (...)

13La possession d’animaux est un signe de richesse et de distinction sociale10. Elle régule en conséquence les pratiques de sacrifices et d’offrandes religieuses et sociales. La présence des animaux dans la maison est considérée comme une protection contre les esprits malveillants. La croyance islamique leur attribue le pouvoir de voir les êtres invisibles à l’homme. Ainsi, le chant du coq annonce les anges, le hennissement des ânes alerte des présences malveillantes… Toutefois, l’agencement des espaces animaliers dans les maisons rurales vernaculaires était surtout conditionné par des considérations d’hygiène et d’usages pratiques. L’étable était toujours intégrée au corps bâti de la maison, au même titre que les chambres ou la cuisine. Son emplacement à proximité de la cuisine et de la porte d’entrée soutenait la division de l’espace domestique entre espace souillé et espace sain. Le sol de l’étable était incliné vers l’extérieur de la maison pour permettre de dégager par gravité l'urine des animaux.

14L’organisation de l’espace animalier est ainsi régie par les critères de rationalité, d’hygiène et d’usage pratique. S’il reste admis que l’animal caractérise l’espace domestique rural par la fonction d’élevage, il est évident qu’il détient une valeur socioculturelle dans la tradition vernaculaire domestique en Algérie par rapport au symbolisme religieux et à la distinction socio-économique qu’il incarne.

La maison rurale, du vernaculaire aux programmes de productions étatiques contemporains

15Les ruptures brusques de l’organisation spatiale de la maison rurale en Algérie ont été une conséquence des bouleversements politiques et économiques subis par les territoires ruraux en Algérie au XXe siècle. La maison rurale, massivement éparse avant 1830, a été contrainte à l’agglomération par les autorités coloniales françaises pendant plus d’un siècle. En effet,

  • 11 Marcel Larnaude, « Les habitations et leur groupement, en relation avec le genre de vie, des indigè (...)

l’obligation de ne pas construire d’habitation isolée figure dans le code de l’indigénat, qui n’a été supprimé qu’à partir de 1928. Mais cette prescription a été appliquée moins strictement par l’Administration civile que par l’autorité militaire11.

  • 12 Xavier Planhol, « Les transformations récentes de l’habitat et du paysage rural en Algérie », Cahie (...)
  • 13 Alberto, Arecchi et Cyrille, Megdiche, « Les villages socialistes en Algérie », Cahiers de la Médit (...)
  • 14 Délégation générale du Gouvernement en Algérie, Direction du plan et des études économiques, Chapit (...)

16Puis, pendant la guerre de libération nationale (1954-1962), les autorités coloniales ont imposé l’abandon des maisons rurales. L’exode généré à cette occasion a transposé les paysans vers les territoires urbains des villes ou vers les camps de regroupement où la dissociation animal-logis était de rigueur12. En effet, plus de 8 000 établissements ruraux indigènes ont été détruits et remplacés par des camps de groupement. En 1961, plus de 3 425 camps peuplaient le territoire rural, « dont 1 200 furent euphémiquement appelés “villages de l’avenir13” ». Ces « villages de l’avenir », à caractère européen devaient être concrétisés par le programme des 1 000 villages inclus dans le plan de Constantine (programme colonial de réforme socio-économique 1959-1963), dans l’objectif de transformer le bled et l’habitat des indigènes14.

17Ce même programme est repris par le projet des 1 000 villages socialistes (soutenu par la politique de la révolution agraire entre 1972 et 1982), où le caractère urbain imprime l’habitation et son groupement. Au nom du progrès, une nouvelle territorialité est décrétée, par la dissociation des espaces de la résidence et de la production et la greffe d’un tiers espace de services urbains. Le village socialiste était considéré comme plus qu’

  • 15 Circulaire ministérielle n° 15230 du 25 juillet 1972.

un simple regroupement d’habitations, pour devenir un élément et une résultante d’un processus de transformation portant à la fois sur les structures de la production et sur les structures de la vie sociale15.

18La politique des villages socialistes soutenait l’ambition de faire du nomade un sédentaire et du paysan un citadin afin d’établir un nouvel ordre sociospatial dans l’espace rural.

19En conséquence, l’espace domestique a été raisonné en logement, conçu selon les directives des circulaires ministérielles qui prévoyaient des logements F2 (pour des familles de 7 à 8 personnes), annexés d’une cour dotée d’un petit jardin potager. L’espace animalier est totalement éliminé des cellules de logement. Il est intégré à l’unité d’exploitation agraire en tant qu’espace de production économique. Ce changement de statut et de localisation de l’espace animalier, remet en cause tout un faisceau de relations d’usage, de pratiques spatiales et socioculturelles.

20Cette dissociation volontariste de deux espaces historiquement solidaires dans l’organisation spatiale de la maison rurale vernaculaire a été déterminante dans la redéfinition institutionnelle des spatialités et des territorialités de l’habitation rurale modernisée. Une redéfinition qui cherche encore ses références, et ses modalités de concrétisation. En témoignent les multiples formules de production testées depuis les années 1970 dans la perspective de consolider un type moderne de logement rural.

  • 16 Selon l’instruction interministérielle n° 02 du 26/01/2012, relative à la Promotion de lotissements (...)
  • 17 Idem.

21En effet, le plan type opérationnalisé depuis les programmes de villages socialistes est sommairement réajusté selon chaque formule de production mise en œuvre. En définitive, c’est un logement F3 de surface n’excédant pas 80 m² qui est retenu par les derniers dispositifs de production du logement rural en lotissement16. Le logement est réalisé en rez-de-chaussée, en continuité d’une cour centrale ou latérale. Il est composé, dans sa phase initiale, d’un séjour de 20 à 25 m², d’une cuisine de 12 à 15 m², de deux chambres de 14 à 16 m², d’une salle d’eau, de toilettes et d’un jardin potager. Il est spécifié que « les fonctions d’accompagnement de l’habitation rurale (enclos, bergeries…) ne sont tolérées, qu’exceptionnellement, au niveau des localités à forte vocation agraire17 ».

22Les groupements de ces logements ne doivent pas excéder les 50 lots, en favorisant de petits groupements de 10 à 20 lots. La taille des lots varie de 150 à 120 m² pour les wilayas (division territoriale) du nord et de 200 à 250 m² pour celles des hauts plateaux et du sud.

  • 18 Article 4. Prescriptions relatives à l’organisation spatiale des lotissements destinés à des opérat (...)

23Les plans types proposés soutiennent un modèle spatial distribué par un couloir central, dont la morphologie copie le pavillon rural français, avec sa toiture en tuile et ses façades lisses, marquées par la symétrie de disposition des fenêtres par rapport à l’axe central de la porte d’entrée. Une configuration qui entre en contradiction avec ce qui est clairement recommandé par les directives ministérielles : « Les typologies à adapter doivent par leurs aspects architecturaux constituer des composantes fonctionnelles et ce en relation avec les particularités et références locales18. »

  • 19 Pierre Donnadieu, Campagnes urbaines, Actes Sud/ENSP, Arles-Versailles, 1998.
  • 20 François Poulle et Yves Gorge, Essai sur l’urbanité rurale, cinq territoires ruraux, leurs serments (...)

24La recomposition étatique réduit la maison rurale à un programme de logements urbains, amputés de ses particularités et références territoriales. Les lotissements du logement rural sont en fait des lotissements urbains en zone rurale ou périurbaine. Leur caractère rural est seulement signifié par le jardin potager, la cour et la faible densité de groupe (20 à 50 logements). L’habitation rurale dans la vision étatique est ainsi une unité d’urbanisation « des campagnes urbaines19 », ce qui soutient le renvoi à une réflexion sur l’« urbanité rurale20 » comme une nouvelle modalité de l’habitat rural en Algérie.

L’espace animalier informel dans les lotissements du logement rural, conflit d’appropriation et de production

25Si l’espace animalier a été banni de l’habitation rurale contemporaine depuis les années 1960, la fonction d’élevage, en revanche, a persisté dans les pratiques des habitants, ce qui met en évidence la conjoncture de pérennité d’une pratique sociospatiale ancrée dans la culture de l’habiter rural local.

  • 21 Les pourcentages présentés résultent d'une étude menée sur un échantillon de 20 cités d’habitat rur (...)

26En effet, l’ensemble des lotissements de logements ruraux présentent, avec une intensité variable, une réinsertion informelle de l’espace animalier, au sein même des maisons ou dans des espaces annexés. Ce phénomène s’intensifie surtout au niveau des villes moyennes et des petites villes en Algérie, de façon homogène du nord au sud et de l’est à l’ouest. En moyenne, dans plus de 65 % des cas observés, les cours sont partiellement réaménagées en basse-cour ou en petit enclos pour l’élevage de bétail. Dans 15 % des cas, la cour est réaménagée en étable-bergerie sur toute sa surface, et dans 20 % des cas, l’étable-bergerie est construite en extension illicite de la maison21.

27L’impact de ces territorialités populaires face à la recomposition spatiale de l’habitation rurale contemporaine semble mettre au défi le modèle architectural et spatial opérationnalisé par les plans types étatiques.

28Les habitants tentent ainsi de légitimer la réadaptation d’une matrice spatiale et, au vu des dimensions des élevages pratiqués, réaffirment une valorisation plutôt symbolique de l’espace animalier: parfois seulement un petit poulailler d’une quinzaine de poules, une étable comptant une à deux vaches ou encore quatre à six moutons. Ces petits élevages sont surtout destinés à une consommation domestique et éventuellement à une commercialisation réduite.

29L’espace animalier réaménagé illicitement par les actions d’appropriation des habitants reconfigure l’espace de la maison et son territoire de proximité. Les habitants redéfinissent leur spatialité au sein des habitations contemporaines par des pratiques de l’espace référencées aux anciens modes d’habiter rural. Les formes d’appropriations relevées font état d’une revendication sociale de l’espace animalier, désormais interdit par le cadrage de la production des lotissements du logement rural.

  • 22 Jean-Claude Bontron, « Le monde rural : un concept en évolution », Revue internationale d’éducation (...)

30Les habitants soutiennent ainsi leur propre vision d’« une ruralité renouvelée22 » en adaptant des pratiques spatiales rurales au cadre bâti urbain du lotissement de logements ruraux contemporains. Les enjeux contradictoires soulevés par cette confrontation espace-pratiques pointent le brouillage identitaire de la ruralité en Algérie, entre déni institutionnel délibéré et réinsertion illicite activée par les habitants.

  • 23 R. Trevor Wilson, « Domestic livestock in African cities : Production, problems and prospects », Op (...)

31Sur un autre volet, les nuisances générées par l’élevage dans un cadre urbain contrebalancent les modalités de la cohabitation homme-animal à l’échelle de l’habitation et du lotissement comme espace urbain. Outre les désagréments d’hygiène occasionnés dans un cadre bâti non aménagé pour recevoir l’animal et gérer son cycle de vie quotidien, les problèmes de santé publique menacent tant l’homme que l’animal. La majorité des animaux vivant dans ce cadre urbain se nourrissent dans les poubelles publiques. L’ingestion de produits plastiques, doublée d’une alimentation à base de déchets périmés représentent une réelle préoccupation sanitaire23, même si des formes sommaires d’écopâturage sont observées dans les espaces verts ou les terrains naturels des alentours.

32Pourtant, aucune action coercitive n’est entreprise par les autorités locales. Ce laxisme dans le contrôle de la présence ouvertement affichée de l’animal dans l’habitation et dans l’espace public souligne certes les conflits de production et d’appropriation de l’habitation rurale modernisée, mais affirme aussi implicitement la valeur de l’animal comme composante de la ruralité domestique.

33En effet, la résurgence informelle de l’espace animalier dans les lotissements ruraux contemporains en Algérie et la production étatique du logement rural divergent sur le consensus de ce que doit être l’habitation rurale modernisée. Si les références vernaculaires constructives et stylistiques sont renouvelées, les spatialités populaires résistent à l’innovation institutionnelle. L’espace du logement et celui du lotissement sont refaçonnés par rapport aux polarités fonctionnelles traditionnelles. L’espace animalier y est imposé par les habitants comme arbitrage identitaire par rapport à leur nouveau cadre de vie et comme modérateur du caractère urbain auquel ils sont confrontés.

34Aussi, mieux régir la cohabitation homme/animal dans l’espace domestique et l’espace urbain contemporains reste un objectif qui interroge en premier lieu la radicalisation du rapport interespèces à travers les critères culturels de leurs partitions spatiales et des logiques d’inscription de leurs processus d’identification socioculturelle. Cela permettra le passage d’une logique d’adaptation informelle à une logique de production transversale pour une hybridation urbain/rural, mieux assumée et localisée.

La cohabitation homme/animal, perspectives de recherche

  • 24 Jean-Daniel Cesaro et Andrea Apolloni, « Élevage et urbanité, dans les villes développées ou en dév (...)

35La recomposition des urbanités rurales en Algérie est conforme aux dynamiques identifiées en Asie et au Maghreb, par J.-D. Cesaro et A. Apolloni en 2020 : d’une part, la persistance traditionnelle des petits élevages domestiques (moins d’une dizaine d’animaux) en milieu urbain, d’autre part, la pratique d’un même type d’élevage (dit « divaguant »). Ce dernier est aussi perçu comme « le garant du maintien d’une identité villageoise dans des quartiers à vocation urbaine24 ».

  • 25 Voir Nathalie Blanc, « La place de l’animal dans les politiques urbaines », Communications, n° 74, (...)
  • 26 Jocelyne Porcher, Vivre avec les animaux. Une utopie pour le XXIe siècle, Paris, La Découverte, 201 (...)

36Traditionnellement définis par leurs fonctions rurales, l’élevage et l’agriculture participent dorénavant au réajustement durable du rapport ville/nature. Ils sont progressivement introduits dans l’espace urbain sous l’égide des conceptions écologiques des villes. Contrairement à l’agriculture urbaine favorisée par les perspectives de végétalisation des villes, l’animal est resté aux marges des pratiques d’aménagement durable. Toutefois, les approches de la conception architecturales et urbaines par la biodiversité ont permis de réintégrer plus tardivement l’animal dans les villes25. Les statistiques soutiennent ainsi qu’en moyenne 10 % des animaux d’élevage dans le monde vivent en milieu urbain ou périurbain26.

37La recherche scientifique autour du rapport de cohabitation homme/animal est pluridisciplinaire : la géographie, la sociologie, l’anthropologie, l’ethnologie, l’urbanisme, l’économie, l’agronomie… développent différentes optiques sur la question. Les études sont structurées par une approche socio-économique pour les pays du Sud et par une approche agroécologique pour les pays du Nord.

38Trop peu d’études en architecture ont abordé les dimensions relatives à la cohabitation homme/animal et les travaux relatifs à l’habitation rurale ou plus largement à l’architecture rurale se sont développés selon des approches patrimoniale ou historique, plutôt descriptives et monographiques.

39Les approches contemporaines s’appuient sur la biodiversité et tentent de créer des écosystèmes vivants sur les parois du bâti en ville. L’architecture est considérée comme médiatrice de la symbiose entre milieu urbain et niches écologiques. Cependant, l’espace animalier en tant que partition spatiale de la maison ou de la ville ne figure pas dans le champ d’investigation des architectes ou des urbanistes. Jocelyne Porcher résume ainsi ce vide de réflexion autour de la cohabitation animal/homme :

  • 27 Cité par J.-D. Cesaro et A. Apolloni en 2020, à la base des données d’ILRI/FAO (2005)-présentées au (...)

Ce qui est en cause, c’est le rapport domestique aux animaux, c’est l’insertion des animaux dans la domus humaine. Après avoir vécu 10 000 ans avec des animaux, nous sommes en train de mettre en place un monde social dont ils seront exclus27.

  • 28 Voir Sébastien Mouret, Élever et tuer des animaux, Paris, PUF, 2012 ; Claire Delfosse et Adrien Bay (...)

40En contrepartie, la recherche scientifique commence à réactiver le sujet de la cohabitation homme/animal dans les villes. Autant, le statut social de l’animal que les modalités d’approvisionnement alimentaire urbain focalisent l’attention des études récentes28.

41C’est ainsi une réflexion pluridisciplinaire qui refonde la question scientifique de la cohabitation animal/homme. Le rapport entre l’humain et l’animal est réexaminé à la lumière des mutations multiples en cours au XXIe siècle, dans l’optique de pouvoir concevoir des espaces adéquats au partage interespèces dans la ville durable.

42L’enjeu culturel de la relation spatiale à l’animal reste ainsi un axe fondamental qui se doit d’être plus exploré. Le cas de la recomposition des spatialités contemporaines de l’habitation rurale en Algérie peut soutenir certaines facettes de ce large sujet.

43Au-delà de l’étude du rapport d’indicialité entre espace et pratiques, et au-delà des confrontations des logiques institutionnelles et des logiques habitantes, l'étude du sens et des implications de la résurgence de l’espace animalier reste à mener. En effet, sa persistance peut être interprétée comme une forme de résilience sociospatiale du système de l’habitat rural algérien face aux perturbations relatives à la réorganisation institutionnelle. Cette hypothèse ouvre une perspective de recherche pour saisir un autre versant du statut de l’espace animalier dans les dynamiques de réadaptation territoriale de l’habitat rural algérien, en interrogeant les phases de changement/persistance des spatialités domestiques rurales, leurs impacts de recomposition socio-économique, ainsi que les mutations des types d’habitat et leurs territorialités.

Conclusion

44La réflexion restituée par ce développement autour de l’espace animalier et sa résurgence informelle dans les maisons rurales en Algérie a porté empiriquement sur le rapport culturel et identitaire que peut exprimer la cohabitation contemporaine : homme/animal. En effet, la résurgence illicite de l’espace animalier renseigne un phénomène à dimension multiple. La recherche en sciences sociales a déjà explicité certains de ses aspects fondamentaux, à l’exemple des relations espace/société, la confrontation espace produit/appropriation sociale et même la dichotomie traditionnel/moderne ou urbain/rural. Ces thématiques de recherche sont encore d’actualité pour l’architecture de l’habitat, qui aspire à prendre en compte plus finement l’action des habitants dans et sur leur espace de vie. Plus qu’une architecture de l’habitat, c’est une architecture du lieu qu’il faut mobiliser pour aborder la résurgence de l’espace animalier dans les maisons rurales contemporaines. L’architecture du lieu implique une approche intégrée pouvant combiner les caractéristiques spatiales du cadre de vie et les modèles culturels de l’habiter, ainsi que les dynamiques qu’ils suscitent.

45Sur un autre plan réflexif, la résurgence illicite de l’espace animalier dans les maisons rurales en Algérie peut prétendre à une forme de résilience. En témoignent les dynamiques de transformation et d’auto-organisation corrélées au phénomène de persistance de l’espace animalier depuis les maisons vernaculaires et la capacité adaptative affichée par son insertion illicite aux habitations contemporaines. La résurgence illicite de l’espace animalier propose un aspect important à étudier pour la recherche sur la résilience des systèmes socioécologiques complexes.

46Au-delà des thématiques évoquées ci-dessus, il importe également de souligner la nécessité d’approfondir des sujets soulevés à l’échelle de la recherche interdisciplinaire, en particulier en ce qui concerne les espaces partagés des animaux et des humains dans les villes, le rapport homme-animal défini par les spatialités écologiques hybrides (rurale/urbaine), ainsi que le questionnement écologique de la relation hommes-animaux dans la ville durable.

47Dans ce cadre, la problématique écologique de la cohabitation homme-animal n’est qu’un des aspects du débat de la durabilité et s’inscrit alors dans une réflexion plus large, par essence conflictuelle et porteuse de polémique sociale, économique et politique. La question écologique sous son aspect scientifique, géographique, urbain, ou architectural renvoie aux nouvelles modalités de la gestion de nos relations avec les animaux.

48Au final, il s’avère que le tâtonnement interdisciplinaire autour de la question de cohabitation homme-animal exprime la difficulté de définir les nouvelles bases d’une spatialité hybride qui doit dépasser la dichotomie urbain/rural. En ce sens, il reste encore beaucoup d’axes de recherche à investir pour éclairer les zones de complexité qui interférent sur la dimension déjà historique de la cohabitation homme-animal et celle désormais transitoire vers une nouvelle culture de l’habiter écologique, voire une autre utopie de la durabilité de l’habitat au XXIe siècle.

Haut de page

Bibliographie

Samia. Adjali, Habitat traditionnel dans les Aurès, Le cas de la vallée de l’Oued Abdi, CNRS Édition, 1986, Paris.

Alberto Arecchi, Cyrille Megdiche, « Les villages socialistes en Algérie. », Cahiers de la Méditerranée, n° 19, 1 « Villages socialistes en Algérie. Le Dahir berbère de 1930 et le monde arabe », 1979, pp. 3-14.

Omar Bessaoud, « La stratégie de développement rural en Algérie », Options Méditerranéennes, série A, n° 71, 2006.

Nathalie Blanc, Les Animaux et la ville, Paris, Odile Jacob., 2000.

Nathalie Blanc, « La place de l’animal dans les politiques urbaines », Communications, n° 74, 2003, pp. 159-175.

Jean Bisson, « Ksour du Gourara et du Tafilelt, de l’ouverture de la société oasienne à la fermeture de la maison », Annuaire de l’Afrique du Nord, t. XXV, 1986, pp. 229-345.

Jean-Claude Bontron, « Le concept de ruralité à l’épreuve du changement social », dans Martine Berlan-Darqué, Yves Demarne et Catherine Courtet, Territoires ruraux et développement, Quel rôle pour la recherche ?, Cemagref Éditions/Association Descartes, 1994, p. 162-166.

Jean-Claude Bontron « Le monde rural : un concept en évolution », Revue internationale d’éducation de Sèvres, 10,  1996, pp. 25-30.

Nadia Chabi, « Les villages socialistes, une image fabriquée pour l’espace rural », Sciences & Technologie D, n° 27, juin 2008, pp. 53-60.

Salah Chaouche, « L’habitat rural en Algérie : Vers une uniformisation de L’architecture », Science et Technologie, n° 20, décembre 2003.

Marc Côte, Mutation rurale en Algérie, le cas des hautes plaines de l’est, Alger, Édition OPU, 1951.

Marc Côte, Pays paysages paysans d’Algérie, Paris CNRS Édition s, 1990.

Jean-Daniel Cesaro et Andrea Apolloni, « Élevage et urbanité, dans les villes développées ou en développement, quelles oppositions et quelles complémentarités ? », Territoire en mouvement. Revue de géographie et aménagement, [En ligne], [http://journals.openedition.org/tem/6131] ; consulté le 28 octobre 2021.

Mustapha Ameur Djeradi, « L’architecture ksourienne (Algérie) entre signes et signifiants », dans L’Architecture vernaculaire, t. 36-37, 2012-2013.

Claire Delfosse et Adrien Baysse-Lainé, « L’élevage en milieu urbain entre nature et nourriture », Géo carrefour [En ligne] [http://journals.openedition.org/geocarrefour/12239], consulté le 05/10/2021.

Pierre Donadieu, Campagnes urbaines, Actes Sud/ENSP, Arles-Versailles, 1998.

Emmanuelle Gouabault. et Claudine Burton-Jeangros, « L’ambivalence des relations humain-animal : une analyse socioanthropologique du monde contemporain », Sociologie et sociétés, 42, 1, 2010, p. 299-324, [en ligne] [https://doi.org/10.7202/043967ar].

Abida Hamouda et Saliha Outtas, « Étude topologique et diachronique de l’habitat rural, Cas d’El-Kantara, Biskra », Sciences & Technologie D, n° 34, décembre 2011, pp. 28-37.

Marcel Larnaude, « Les habitations et leur groupement, en relation avec le genre de vie, des indigènes du Tell algérien », Bulletin de l’Association de géographes français, n° 159-162, 21e année, 1er semestre 1944. pp. 31-40.

Sébastien Mouret, Élever et tuer des animaux, Paris, PUF, 2012.

Joceline Porcher, Vivre avec les animaux. Une utopie pour le XXIe siècle, Paris, La Découverte, 2011.

François Poulle et Yves Gorgeu, Essai sur l’urbanité rurale, cinq territoires ruraux, leurs serments et leurs modes de gouvernement, Paris, Syros, 1997.

Amos Rapoport,« Identity and Environment », in J. S. Duncan, Housing and Identity: a Cross-Cultural Perspective, New York, Holmes & Meier, 1981.

Amos Rapoport, House Form and Culture, Englewood Cliffs, Prentice-Hall, 1969.

Jean Robert, « Un type de cohabitation avec les animaux : la maison rurale de Saint-Martin-de-Belleville », Revue de géographie alpine, t. 21, n° 4, 1933, pp. 819-829.

R, Trevor, Wilson, « Domestic Livestock in African Cities: Production, Problems and Prospects », Open Urban Studies and Demography Journal, vol. 4, n° 1, 2018, DOI 10.2174/2352631901804010001 [en ligne] https://benthamopen.com/FULLTEXT/OUSDJ-4, consulté le 15/10/2021

Xavier Planhol, « Les transformations récentes de l’habitat et du paysage rural en Algérie », Cahiers d’Outre-Mer, n° 51, 13e année, juillet-septembre 1960, pp. 355-365.

Badreddine Yousfi, « Mutation de l’habitat. Dans le sud-ouest algérien », Le Sociographe, n° 44 « Nébuleuses du logement social en France et Afrique du Nord », 2013, pp. 45-52.

Haut de page

Notes

1 D’après Jean-Claude Bontron, « Le concept de ruralité à l’épreuve du changement social », dans Territoires ruraux et développement, Quel rôle pour la recherche ?, Cemagref Éditions/Association Descartes, 1994, pp. 162-166 ; « Le monde rural : un concept en évolution », Revue internationale d’éducation de Sèvres, 10, 1996, pp. 25-30.

2 Paul Demangeon, « L’habitation rurale en France, essai de classification des principaux types », Annales de géographie, vol. 29, n° 161,1920, pp. 352-375.

3 Voir les travaux de : Henri, Raulin « Le corpus de l’architecture paysanne et de l’habitat rural. Complément ethnologique aux études d’architecture », Revue d’ethnologie française, nouvelle série, t. 3, n° ½, 1973, pp. 15-42 ; ainsi que l’ouvrage récent de Hassan Rachik, Socio-anthropologie rurale. Structure, organisation et changement au Maghreb, Casablanca, Éditions La Croisée des chemins, 2020.

4 Michel Parent, « L’architecture vernaculaire rurale, ses modes de conservation et ses limites à l’adaptation », Monumentum, vol. XV-XVI, 1977, [en ligne] [https://www.icomos.org/monumentum/vol15-16], consulté le 10/10/2021.

5 Notamment les relevés d’architecture de maisons vernaculaires dans différentes régions, restitués par les travaux de mémoires de master 2en architecture et des thèses de doctorat, qui ont permis de constater la présence de l’espace animalier et son positionnement dans le plan des maisons (région nord-est)). Voir aussi les travaux suivants sur l’habitat rural en Algérie qui couvrent les régions du sud et des hauts plateaux :

Samia Adjali, Habitat traditionnel dans les Aurès, Le cas de la vallée de l’Oued Abdi, Paris, CNRS Éditions, 1986 ; Marc Côte, Mutation rurale en Algérie, le cas des hautes plaines de l’Est, Alger, OPU, 1952 ; Abida Hamouda et Saliha Outtas, « Étude topologique et diachronique de l’habitat rural, Cas d’El-Kantara », Biskra, Sciences & Technologie, n° 34, décembre 2011, Université Mentouri (Algérie), pp. 28-37 ; Mustapha Ameur Djeradi, « L’architecture ksourienne (Algérie) entre signes et signifiants », in L’Architecture vernaculaire, tome 36-37 (2012-2013).

6 Plusieurs terrains d’enquêtes ont été investis dans le cadre de mes recherches personnelles et des encadrements de master 2 que j’ai assuré, à savoir : un projet de recherche CNEPRU, « Le contexte et le projet architectural : perspective de conservation patrimoniale et prospective d’une qualité urbaine à Annaba », code G01120130052, 2007-2014 ; ma thèse de doctorat, Lecture interprétative de l’uniformisation morphologique de la maison individuelle à Annaba, université Badji Mokhtar-Annaba (Algérie), 2015 ; l’encadrement de master 2 « Enjeux et échelles de la conception architecturale de l’habitat rural », 2016-2017 ; un projet de recherche PRFU, « La résilience, un assortiment pour l’habitat à Annaba », code N00N01UN23012021000, 2021-en cours.

7 Instituée au plan d’aménagement territorial 19, cadré par le schéma national d’aménagement du territoire 2030, publié au Journal officiel n° 61 du 21 octobre 2010. Le plan d’aménagement territorial (PAT 19) soutient une stratégie de renouvellement du monde rural basée sur l’« égalité des chances d’accès pour l’ensemble des citoyens du territoire national : à un logement répondant aux moyens d’hygiène, eau, assainissement, énergie, sécurité, à l’emploi, aux services publics notamment les transports, à la santé, à l’éducation et la formation »(p. 83). Aussi, l’action ciblée des projets de proximité du développement rural intégrés (PPDRI, outils opérationnels du renouveau rural) soutient entre autres « la modernisation et/ou réhabilitation de villages et de petites agglomérations, amélioration de la qualité et des conditions de vie en milieu rural et la diversification des activités économiques en milieu rural (tourisme rural, artisanat, produits locaux, valorisation des sites culturels, PME/PMI, énergies renouvelables, technologies de l’information et de la communication… » (p. 83).

8 Marc Côte, « L’habitat rural en Algérie : formes et mutations », Annuaire de l’Afrique du Nord, t. XXV, 1986. Éditions du CNRS.

9 Pour plus d’information sur l’espace m’rah (étymologie, premières formes et évolutions) voir Daniel Pinson et Mohamed Zakrani ; « Maroc : l’espace centré et le passage de la maison médinale à l’immeuble urbain », Les Cahiers de la recherche architecturale, n° 20/21 « Espace centré, Figures de l’architecture domestique dans l’Orient méditerranéen », 1987, pp. 104-111.

10 Amos Rapoport, House form and culture, Englewood Cliffs, Prentice-Hall, 1969 ; Emmanuelle Gouabault et Claudine Burton-Jeangros, « L’ambivalence des relations humain-animal : une analyse socioanthropologique du monde contemporain », Sociologie et sociétés, 42 (1), 2010, pp. 299-324, [en ligne] [ https://doi.org/10.7202/043967ar].

11 Marcel Larnaude, « Les habitations et leur groupement, en relation avec le genre de vie, des indigènes du Tell algérien », Bulletin de l’Association de géographes français, n° 159-162, 1er semestre 1944. pp. 31-40.

12 Xavier Planhol, « Les transformations récentes de l’habitat et du paysage rural en Algérie », Cahiers d’Outre-Mer, n° 51, juillet-septembre 1960, p. 355-365.

13 Alberto, Arecchi et Cyrille, Megdiche, « Les villages socialistes en Algérie », Cahiers de la Méditerranée, n° 19 « Villages socialistes en Algérie. Le Dahir berbère de 1930 et le monde arabe », 1, 1979, pp. 3-14.

14 Délégation générale du Gouvernement en Algérie, Direction du plan et des études économiques, Chapitre « Le développement rural », section I « La transformation du Bled » du « Plan de Constantine 1959-1963 : Rapport Général », pp. 179-187.

15 Circulaire ministérielle n° 15230 du 25 juillet 1972.

16 Selon l’instruction interministérielle n° 02 du 26/01/2012, relative à la Promotion de lotissements destinés à l’habitat rural.

17 Idem.

18 Article 4. Prescriptions relatives à l’organisation spatiale des lotissements destinés à des opérations de logements ruraux groupés, correspondance du 7 mai 2012 aux directions de l’Urbanisme et de la Construction et de la direction des Équipements publics et du Logement (Algérie).

19 Pierre Donnadieu, Campagnes urbaines, Actes Sud/ENSP, Arles-Versailles, 1998.

20 François Poulle et Yves Gorge, Essai sur l’urbanité rurale, cinq territoires ruraux, leurs serments et leurs modes de gouvernement, Paris, Syros, 1997.

21 Les pourcentages présentés résultent d'une étude menée sur un échantillon de 20 cités d’habitat rural (programme groupé et en lotissement). L’observation est répartie sur cinq wilayas de l’est algérien (Skikda, Annaba, Guelma, Souk-Ahras, El Taraf) pour la période 2015-2017, soit un corpus cumulé de 450 logements. L’observation a porté sur les modifications entreprises par les habitants et plus spécifiquement l’action de réaménagement de l’espace animalier.

22 Jean-Claude Bontron, « Le monde rural : un concept en évolution », Revue internationale d’éducation de Sèvres, 10, 1996, pp. 25-30.

23 R. Trevor Wilson, « Domestic livestock in African cities : Production, problems and prospects », Open Urban Studies and Demography Journal, vol. 4, n° 1, 2018, DOI: 10.2174/2352631901804010001 [en ligne] https://benthamopen.com/FULLTEXT/OUSDJ-4, consulté le 15/10/2021

24 Jean-Daniel Cesaro et Andrea Apolloni, « Élevage et urbanité, dans les villes développées ou en développement, quelles oppositions et quelles complémentarités ? », Territoire en mouvement, Revue de géographie et aménagement [en ligne], (http://journals.openedition.org/tem/6131], consulté le 28/10/2021.

25 Voir Nathalie Blanc, « La place de l’animal dans les politiques urbaines », Communications, n° 74, 2003, pp. 159-175.

26 Jocelyne Porcher, Vivre avec les animaux. Une utopie pour le XXIe siècle, Paris, La Découverte, 2011.

27 Cité par J.-D. Cesaro et A. Apolloni en 2020, à la base des données d’ILRI/FAO (2005)-présentées au tableau 1 « Estimation mondiale du cheptel par espèce élevée dans des contextes urbains » (paragraphe 13).

28 Voir Sébastien Mouret, Élever et tuer des animaux, Paris, PUF, 2012 ; Claire Delfosse et Adrien Baysse-Lainé, « L’élevage en milieu urbain entre nature et nourriture », Géo Carrefour [En ligne] [http://journals.openedition.org/geocarrefour/12239 consulté le 05 /10/ 2021].

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Petit élevage dans les cités d'habitat rural à Annaba (Algerie)
Crédits Latifa Khettabi, 2021
URL http://journals.openedition.org/craup/docannexe/image/9919/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Latifa Khettabi, « L’espace animalier dans les maisons rurales en Algérie, territorialité vernaculaire, résurgence informelle et controverses institutionnelles »Les Cahiers de la recherche architecturale urbaine et paysagère [En ligne], 14 | 2022, mis en ligne le 30 avril 2022, consulté le 27 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/craup/9919 ; DOI : https://doi.org/10.4000/craup.9919

Haut de page

Auteur

Latifa Khettabi

Latifa Khettabi, titulaire d’un doctorat et d’une HDR en architecture et urbanisme, est maitre de conférences au département d’architecture de l’université Badji Mokhtar-Annaba (Algérie), et membre du laboratoire Architecture et urbanisme.
Ses thèmes de recherche portent sur l’architecture de l’habitat et la spatialité et la territorialité domestique. Elle a récemment publié « La spatialité domestique, transversalités disciplinaires et repères pratiques au revers d’une socio-anthropologie de l’architecture », TAWASSOL, vol. XXV, n° 2, juin 2019, pp. 392-407.
latifa.khattabi.23@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search