Navigation – Plan du site
Marly

Nouvelles découvertes sur le réseau hydraulique de Marly

New Discoveries on the Marly Hydraulic Network
Bruno Bentz

Résumés

Dans le cadre des fouilles programmées réalisées dans le parc de Marly en 2013 (les Nappes et la Rivière), en 2014 (le 3e pavillon du Levant et le bassin des Boules du nord-ouest), puis en 2015 (le Pavillon royal), sous la direction d’Annick Heitzmann, de nombreux ouvrages du réseau hydraulique ont été mis au jour. Ces ouvrages témoignent, par leur diversité, des multiples fonctions de ce réseau : captage des eaux vives, évacuation et drainage des eaux de surface, alimentation des fontaines.

Haut de page

Texte intégral

1Le réseau hydraulique du parc de Marly a été aménagé lors de la création du château et des jardins à la fin du xviie siècle, hormis la rigole pour les jardins de Versailles ou l’aqueduc pour le château de Saint-Germain, qui l’avaient été quelques années auparavant. D’une manière générale, le traitement des eaux répondait à trois objectifs : la fabrication des jardins avec ses fontaines et ses jeux d’eaux, l’alimentation des personnes en eau à boire, les besoins en eau domestique. Ces usages étaient imbriqués dans un maillage complexe de captage, de stockage et de conduite des eaux. Les vestiges découverts lors des nouvelles fouilles de Marly, réalisées sous la direction d’Annick Heitzmann de 2013 à 2015, ont révélé certains dispositifs encore inconnus.

2Quelques ouvrages hydrauliques de Marly sont encore en fonctionnement (les réservoirs, certains aqueducs et plusieurs bassins), d’autres sont abandonnés et ont parfois disparu. Il est remarquable que la quasi-totalité des anciens ouvrages maçonnés soient conservés ; cependant, les galeries de drainage de petites dimensions ne sont pas mentionnées sur les plans d’archives, si bien que leur emplacement demeure encore très incertain. Parmi les vestiges hydrauliques, les pertes les plus importantes concernent les tuyauteries et la robinetterie, presque entièrement détruites sous la Révolution.

3Une documentation d’archives importante pour ce type d’ouvrages existe dans les fonds des Bâtiments du roi (inventaires, mémoires de travaux, paiements). Elle vient compléter la redécouverte d’une grande partie des anciens aqueducs. Ces sources permettent de pallier certaines destructions et elles contribuent à la compréhension des vestiges – qui, à leur tour, éclairent des textes et des dessins parfois imprécis, obscurs, erronés ou lacunaires. Néanmoins certains dispositifs ne peuvent être retrouvés, puis étudiés, que grâce aux fouilles archéologiques (fig. 1).

Fig. 1 : Plan de situation des ouvrages hydrauliques découverts lors des fouilles archéologiques de Marly (2013-2015).

Fig. 1 : Plan de situation des ouvrages hydrauliques découverts lors des fouilles archéologiques de Marly (2013-2015).

1. La galerie des Nappes. 2. La rigole. 3. L’aqueduc des pavillons du Levant. 4. L’exutoire du bassin des Boules. 5. Les conduites et galeries d’évacuation du Pavillon royal.

Schéma : © Bruno Bentz

La galerie des Nappes

4La fouille du bassin des Nappes en 2013 a mis au jour les vestiges d’une galerie d’aqueduc. Le programme d’intervention prévoyait un sondage dans le secteur de la galerie provenant de ce bassin. Cet aqueduc, connu par les plans anciens, était également repéré depuis plusieurs années à partir d’un puits d’accès situé quelques mètres en aval du bassin des Nappes. L’objectif était de comprendre la liaison entre l’aqueduc et le bassin. Les fouilles ont montré un dispositif plus complexe que prévu, dont l’interprétation a remis en question la fonction initiale de cette galerie. Elle fait partie d’un vaste ensemble dénommé l’aqueduc de l’Abreuvoir, dont elle forme la branche principale qui, passant sous le Grand Abreuvoir situé à l’extrémité des jardins de Marly, est rejointe par deux autres branches, l’une (venant de l’actuelle avenue des Combattants) qui conduisait les eaux de l’aqueduc des pavillons du Couchant et celles du lavoir de la blanchisserie, l’autre (venant de l’actuelle avenue du Cœur-Volant) qui conduisait les eaux de l’aqueduc des pavillons du Levant et de l’Allée royale.

  • 1 Des détails de ces plans, exécutés entre mars et mai 1685, sont reproduits dans les illustrations.
  • 2 Bentz 2006.

5Les trois premiers plans du réseau hydraulique de Marly représentant la galerie des Nappes datent de 16851. Malgré quelques variantes sur le tracé de la galerie vers l’aval, ils montrent un aqueduc relié à l’un des petits côtés du bassin des Nappes : la position de cet exutoire, exactement au milieu de ce côté, laissait penser que l’emplacement avait été dicté par le plan du bassin. Le tracé de la galerie vers l’aval présente un puits à une quinzaine de mètres du bassin, à l’endroit où la galerie bifurque vers l’est. En 1687, un premier abreuvoir avait été aménagé plus loin, en contrebas du parc : il est probable que cet aqueduc servit à l’alimenter. Ensuite, jusqu’à la construction du grand Abreuvoir, en 1698, l’aqueduc s’achevait dans le lit de l’ancien ruisseau de Marly2. Dès lors, il se prolongeait jusqu’au bassin de la Grosse Gerbe, puis ses eaux se jetaient dans le cours de l’ancien ruisseau de Marly (fig. 2).

Fig. 2 : Plan de mai 1685 avec le bassin des Nappes et la galerie (détail). Paris, Bibliothèque nationale de France, Est., Va 448d [H 188516].

Fig. 2 : Plan de mai 1685 avec le bassin des Nappes et la galerie (détail). Paris, Bibliothèque nationale de France, Est., Va 448d [H 188516].

© BNF

6L’exploration de la galerie venant du bassin des Nappes avait confirmé la configuration générale de cet aqueduc et quelques observations complémentaires avaient pu être faites : la présence d’une vaste chambre en aval du premier abreuvoir ; l’arrivée de deux pierrées à proximité du bassin des Nappes ; l’aménagement d’une cunette au fond de la galerie et la hauteur importante sous la voûte (plus de 2 mètres) ; l’excellent état général des maçonneries ; l’absence d’écoulement en provenance de l’ancien bassin des Nappes ; enfin l’obstruction volontaire de la galerie du côté du bassin. Seule la fouille de cette partie obstruée pouvait permettre de comprendre la configuration de cette galerie.

7Le bassin des Nappes est situé à l’extrémité nord des jardins. Dès les premiers projets d’aménagement, en 1679, un bassin rond avait été envisagé à cet endroit ; en mai 1681, un jet central est dessiné. Puis, à partir de la seconde moitié de l’année 1681, les plans sont modifiés et le bassin prend sa forme polygonale définitive, d’abord avec un jet central, puis, à partir de 1685, avec cinq jets. Entre-temps, le bassin avait été creusé et l’arrivée des eaux de Seine, élevées par la machine de Marly, avait permis d’augmenter le nombre de jets. Ainsi, le bassin des Nappes n’était pas encore réalisé lors de la première présentation des jardins de Marly, en novembre 1683, ni lors de la mise en service des premiers jets d’eau, en juillet 1684. Par contre, le bassin était en fonctionnement lors de la création des grandes eaux en avril 1685.

8L’alimentation du bassin des Nappes se faisait par la décharge du Grand Bassin situé en contre-haut : la galerie de son exutoire existe encore, à peu près dans l’axe central des jardins, dénommé l’aqueduc du Grand Bassin. L’alimentation des jets des Nappes était fournie, en 1685, par des tuyaux branchés sur les réservoirs du Levant et du Couchant, sur les bassins des Boules et aussi sur le bassin des Quatre Gerbes. Lors de la construction du Grand Abreuvoir, en 1698, le bassin des Nappes fut utilisé pour l’alimenter et pour former les trois jets du bassin supérieur. Un aqueduc, dénommé aqueduc de l’Éperon, fut alors aménagé entre le bassin des Nappes et l’Abreuvoir dans l’axe central des jardins. Il est encore en fonctionnement et il est relié par une conduite récente à l’aqueduc du Grand Bassin. Le bassin des Nappes était encore en fonctionnement en 1789. Les conduites des jets ont été supprimées en 1793 et les maçonneries ont probablement été récupérées au début du xixe siècle. Ce bassin n’a jamais été remis en eau.

9En 2013, le dégagement de l’entrée de la galerie des Nappes a été entravé par une maçonnerie récente en béton, qui s’appuie sur le comblement de l’aqueduc. Elle a été construite vers 1930 pour la réalisation d’une margelle factice évoquant l’emplacement de l’ancien bassin. Par ailleurs, la profondeur des maçonneries anciennes (environ 5 mètres) et leur imbrication n’ont pas permis un dégagement complet des structures. Néanmoins, la fouille a permis de relever plusieurs indices importants (fig. 3 et 4). D’abord, la galerie, dont le départ de la voûte est conservé à moins de 3 mètres du bassin, mesure 4 mètres de hauteur ; la voûte s’incline ensuite vers l’aval pour atteindre environ 2 mètres au niveau du puits situé une quinzaine de mètres plus loin. Dans l’espace entre l’ancien mur extérieur du bassin et cet aqueduc, le couvrement de la galerie a entièrement disparu ; il est probable que la voûte était interrompue à cet endroit pour permettre un accès au bassin. En outre, le radier de la galerie est situé 3,50 mètres plus bas que le fond du bassin des Nappes. Enfin, la maçonnerie du radier, avec sa cunette, se prolonge sous la fondation du contre-mur du bassin des Nappes.

Fig. 3 : Fond de la galerie des Nappes, avec la cunette.

Fig. 3 : Fond de la galerie des Nappes, avec la cunette.

© Annick Heitzmann, 2013

Fig. 4 : Fouilles du bassin des Nappes, coupe longitudinale de l’aqueduc.

Fig. 4 : Fouilles du bassin des Nappes, coupe longitudinale de l’aqueduc.

Dessin : © Romuald Housse, 2013

10Ces observations nous apprennent que la galerie n’a pas été réalisée pour servir d’exutoire au bassin des Nappes. Dans un premier état, la galerie se prolongeait au-delà du mur de fondation. Aucune observation n’ayant pu être faite dans cette direction, nous pouvons seulement constater que l’axe de la galerie est orienté précisément vers le Grand Bassin. Comme nous n’avons aucune indication sur l’évacuation des eaux du Grand Bassin entre son achèvement en octobre 1681 et les travaux de construction du bassin des Nappes, commencés en novembre 1683, il est désormais envisageable que l’aqueduc du Grand Bassin se prolongeait jusqu’à la galerie des Nappes.

11Cette hypothèse permet également d’expliquer l’écoulement de l’ancien ruisseau de Marly. En effet, lors des premiers travaux de construction du château en 1679, la source a été définitivement détournée dans la galerie de l’aqueduc bâti en 1669-1670, dénommé dès lors aqueduc du Levant. Jusqu’à l’achèvement du Grand Bassin, nous ignorons comment ces eaux de source étaient canalisées au-delà du parc. L’aqueduc du Levant s’achevait par une modeste bâche remplacée par un réservoir aménagé en 1682 (puis transformé en bassin des Muses). Ensuite, il est probable qu’une pierrée, une conduite ou une simple rigole ait dirigé les eaux de l’aqueduc du Levant dans le Grand Bassin, ne serait-ce que pour le mettre en eau.

12La présence d’une cunette au fond de la galerie des Nappes (et au-delà vers l’amont, sous le mur de fondation) indique qu’on avait bâti cet aqueduc pour canaliser des eaux de source : l’hypothèse d’une alimentation initiale de cette galerie par l’ancien ruisseau est ainsi confortée. La création, quelques années plus tard, en 1687, d’un premier abreuvoir (à proximité du Grand Abreuvoir réalisé en 1698) alimenté par cette galerie était peut-être en projet, celui-là nécessitant une eau de source. On peut remarquer que l’aménagement de la cunette s’arrête vers l’emplacement de ce premier abreuvoir. Enfin, il est certain que la galerie des Nappes se déversait au-delà dans le cours de l’ancien ruisseau.

  • 3 Archives nationales (AN), O1 1468 n° 87, plan d’arpentage de Robert Prudhomme.

13Un autre indice important est donné par la fouille : le radier est profond, car il semble au niveau du sol naturel, c’est-à-dire au niveau du cours du ruisseau. En outre, d’après un plan d’arpentage de 16793, qui représente l’ancien ruisseau, il serpentait dans le vallon à l’emplacement du Grand Bassin en direction du bassin des Nappes. Curieusement, le tracé est interrompu au passage d’un ancien chemin vers l’emplacement de la galerie des Nappes. Le ruisseau avait-il été canalisé dans ce secteur avant l’aménagement des jardins ? Quoi qu’il en soit, la galerie des Nappes serait donc, à l’origine, la canalisation de l’ancien ruisseau de Marly (fig. 5 et 6).

Fig. 5 : Plan d’arpentage de 1679 par Prudhomme (détail). Paris, Archives nationales, O1468 no 87.

Fig. 5 : Plan d’arpentage de 1679 par Prudhomme (détail). Paris, Archives nationales, O1 1468 no 87.

Le ruisseau est relevé en bleu, le bassin des Nappes est restitué.

© Bruno Bentz

Fig. 6 : Plans du réseau hydraulique de Marly entre 1679 et 1683, avec l’emplacement du ruisseau de Marly et des aqueducs entre le Grand Bassin et le bassin des Nappes.

Fig. 6 : Plans du réseau hydraulique de Marly entre 1679 et 1683, avec l’emplacement du ruisseau de Marly et des aqueducs entre le Grand Bassin et le bassin des Nappes.

Schémas : © Bruno Bentz, 2014

14Cette nouvelle hypothèse concernant l’origine de cet ouvrage n’exclut pas pour autant que la galerie ait été transformée en exutoire du bassin des Nappes en 1684. Outre la facilité d’un tel réaménagement (documenté par les plans de 1685), c’est la hauteur de la voûte et l’élévation des piédroits qui témoignent de l’existence d’une jonction entre le bassin et la galerie. La hauteur de cette galerie, dès lors qu’elle n’avait pas été creusée mais enterrée par le rehaussement des terres formant le jardin dans ce secteur, n’induisait pas de contrainte technique supplémentaire ou de surcoût financier. La présence d’un puits d’accès n’était sans doute pas indispensable à proximité immédiate du bassin, en raison de l’existence d’un puits en aval à proximité ; par contre, un dispositif de vidange était probable, tandis qu’une ouverture pour un trop-plein était nécessairement placée dans la partie haute, mais il n’en restait plus aucune trace.

La rigole

15Des vestiges de la rigole ont été découverts dans le cadre de la fouille de la Rivière en 2013. L’étude de cet ouvrage ne faisait pas partie du programme d’intervention mais l’extension de la fouille à l’emplacement de l’ancienne maison forestière du Tapis vert a permis d’en retrouver un petit tronçon sous les fondations de ce bâtiment. La configuration de la galerie est apparue sous un aspect inattendu.

16Peu après avoir acquis la seigneurie de Marly-le-Châtel en 1676, Louis XIV fit construire la rigole, en 1677, pour les eaux de Versailles. Ce vaste ouvrage hydraulique fut aménagé par les Bâtiments du roi en bordure du plateau du Trou d’Enfer. Il s’agit d’un fossé drainant d’environ 5 kilomètres de longueur, qui alimentait les étangs des Gressets (La Celle Saint-Cloud) ; les eaux étaient ensuite conduites par un aqueduc souterrain et aérien (disparu) jusqu’aux réservoirs de Bel-Air (Le Chesnay), puis, par des tuyaux, jusqu’à l’étang de Clagny qui servait de réservoir pour les fontaines de Versailles. Lorsque Louis XIV décida la création du parc de Marly, en 1679, une partie de cette rigole se trouvait dans l’emprise des jardins sur une longueur d’environ 1 kilomètre. Les aménagements du parc ont entraîné progressivement la couverture d’une grande partie de l’ouvrage, d’abord par de simples buses au passage des allées, puis par une transformation en aqueduc souterrain dans les secteurs aménagés (fig. 7 et 8).

Fig. 7 : Plan général de la rigole du parc de Marly.

Fig. 7 : Plan général de la rigole du parc de Marly.

Schéma : © Bruno Bentz, 2006

Fig. 8 : Plan détaillé de la rigole du parc de Marly.

Fig. 8 : Plan détaillé de la rigole du parc de Marly.

Schéma : © Bruno Bentz, 2006

17En 1679, la rigole est traversée par une allée tracée dans l’axe du château. Avant 1683, elle est franchie par un large pont à cet endroit. Quelques années plus tard, en 1697, lors de l’aménagement de la grande cascade de la Rivière, une vaste place est créée en haut de la pente, en partie sur l’emplacement de la rigole, entraînant un allongement de la galerie vers l’est, côté aval. La galerie est ensuite allongée vers l’ouest au-delà de la route de Bacchus, avant 1699, puis vers l’est au-delà de la ramasse et du Belvédère. Ainsi, dans le secteur de la Rivière, la rigole a été progressivement intégrée à la galerie du Belvédère (section E du plan fig. 8). L’abandon de l’étang de Clagny au début du xviiie siècle rendit la rigole inutile et son entretien fut probablement délaissé. Néanmoins, dans l’emprise du parc de Marly, le parcours de la rigole est demeuré assez bien conservé, bien que certaines galeries soient obstruées, notamment dans le secteur du Tapis vert, où l’accès est désormais impossible. La fouille a donc permis de découvrir un tronçon jusqu’alors inconnu (fig. 9 à 12).

Fig. 9 : Passage de la rigole en 1685 dans le secteur du haut de la Rivière. Paris, Bibliothèque nationale de France, Est., Va 448d [H188516], détail.

Fig. 9 : Passage de la rigole en 1685 dans le secteur du haut de la Rivière. Paris, Bibliothèque nationale de France, Est., Va 448d [H188516], détail.

© BNF

18

Fig. 10 : Passage de la rigole en 1697 dans le secteur du haut de la Rivière. Paris, Bibliothèque nationale de France, Est., Va 425 [H 188731], détail.

Fig. 10 : Passage de la rigole en 1697 dans le secteur du haut de la Rivière. Paris, Bibliothèque nationale de France, Est., Va 425 [H 188731], détail.

© BNF

Fig. 11 : Passage de la rigole en 1699 dans le secteur du haut de la Rivière. Versailles, château de Versailles, Vms 73, pl. 2, détail.

Fig. 11 : Passage de la rigole en 1699 dans le secteur du haut de la Rivière. Versailles, château de Versailles, Vms 73, pl. 2, détail.

© Château de Versailles, Dist. RMN / Jean-Marc Manaï

Fig. 12 : Passage de la rigole en 1714 dans le secteur du haut de la Rivière. Paris, Archives nationales, O1471, pl. 9, détail.

Fig. 12 : Passage de la rigole en 1714 dans le secteur du haut de la Rivière. Paris, Archives nationales, O1 1471, pl. 9, détail.

Domaine public

  • 4 La maison forestière du Tapis vert a été bâtie quelques années après la création des tirés de Marly (...)

19C’est donc dans les fondations de la maison forestière du Tapis vert bâtie vers 18274 qu’une galerie d’aqueduc a été retrouvée sur le parcours de l’ancienne rigole. Cette galerie avait été partiellement arasée par la construction du bâtiment, car elle traversait les caves. Cependant, elle présente une configuration inhabituelle : à l’intérieur d’une galerie large de 2,70 mètres sur 1,40 mètre de haut, se trouve une seconde galerie plus petite, large de 1 mètre sur 1 mètre de haut. L’imbrication des maçonneries montre que la galerie intérieure a été bâtie postérieurement à la galerie extérieure : il a donc été procédé à un rétrécissement de l’aqueduc. La galerie extérieure correspond à l’état initial du voûtement, réalisé vers 1680 pour le passage de l’allée située dans l’axe du château, à l’emplacement de la future cascade qui sera remplacée par le Tapis vert en 1728. Ce passage busé formait un pont dont la largeur intérieure est comparable à celui qui existe encore plus loin sur la rigole près des réservoirs (fig. 13 et 14).

Fig. 13 : Fouilles de la Rivière, restitution en coupe des deux galeries de la rigole.

Fig. 13 : Fouilles de la Rivière, restitution en coupe des deux galeries de la rigole.

Dessin : © Romuald Housse, 2013

Fig. 14 : Fouilles de la Rivière, vestiges des deux galeries de la Rigole.

Fig. 14 : Fouilles de la Rivière, vestiges des deux galeries de la Rigole.

© Annick Heitzmann

20Une observation des autres tronçons souterrains de la rigole, notamment la partie encore accessible de la galerie du Belvédère, située en aval après le Tapis vert, montre qu’ils sont de dimensions proches de la galerie intérieure. La transformation de la rigole en galerie souterraine, dans ce secteur sur plusieurs centaines de mètres, ne nécessitait pas un ouvrage de grande largeur en raison du faible débit. Lorsqu’il fut décidé, après 1697, de relier la galerie existante vers la ramasse puis vers le Belvédère (où une galerie étroite avait été réalisée quelques années auparavant), c’est probablement pour adapter la section de la galerie aux dimensions de la suite du parcours qu’on effectua cette réduction pour éviter la création d’un entonnoir souterrain. Cette découverte inattendue, dont aucune mention n’a été retrouvée dans les archives, illustre le soin apporté au fonctionnement des ouvrages hydrauliques.

L’aqueduc des pavillons du Levant

21En 2014, la fouille du troisième pavillon du Levant avait notamment pour objectif d’étudier l’arrière du bâtiment où la documentation indiquait la présence d’un aqueduc souterrain. En effet, les plans du réseau hydraulique réalisés en 1685, peu après l’achèvement des travaux de construction du pavillon en 1683, complétés par quelques rares documents écrits, signalent l’existence d’un aqueduc destiné à évacuer les eaux de toiture. Cet aqueduc, qui récupérait les eaux des six pavillons de l’aile est, a été dénommé l’aqueduc des pavillons du Levant ; il servait également à récupérer plus en amont les eaux d’écoulement des bâtiments du corps de garde et de la chapelle, ainsi que les eaux de ruissellement de l’Allée royale. Il se déversait au-delà du parc dans un fossé drainant bordant l’actuelle route du Cœur-Volant. Ensuite les eaux rejoignaient l’aqueduc de l’Abreuvoir, puis le cours de l’ancien ruisseau de Marly. Un aqueduc presque symétrique existait du côté des pavillons du Couchant.

22Deux tronçons de l’aqueduc du Levant avaient été préalablement repérés dans le parc : dans le secteur amont vers l’origine de la galerie, du côté de l’Allée royale ; dans le secteur aval, au-delà des pavillons. Les vestiges d’une voûte entièrement obstruée entre le 5e et le 6e pavillon permettaient de supposer que la galerie avait été démolie avec les bâtiments, l’aqueduc étant situé à faible profondeur. L’absence de description et de mémoire de construction pour cet aqueduc ne permettait pas de connaître exactement le dispositif de liaison entre le pavillon et la galerie, que seule la fouille permit de révéler (fig. 15).

Fig. 15 : Aqueduc des pavillons du Levant, plan de 1685. BNF, Est., Va 448d [H 188516], détail.

Fig. 15 : Aqueduc des pavillons du Levant, plan de 1685. BNF, Est., Va 448d [H 188516], détail.

© BNF

  • 5 Petits caniveaux souterrains.

23Les pavillons des invités avaient été bâtis entre 1679 et 1683 sur les plans de Jules Hardouin-Mansart. Bien que la construction de l’aqueduc ne soit pas documentée, il a nécessairement été bâti en même temps ; il est probablement resté en fonctionnement jusqu’à la démolition des pavillons en 1806. Lors des fouilles, une zone d’effondrement correspondant à l’aqueduc des pavillons du Levant a été repérée à environ 4 mètres de la face arrière du pavillon, parallèlement au côté du bâtiment. Dans cette section, la voûte avait été démolie et la galerie entièrement comblée par des gravats de démolition. Par contre, deux pierrées5 d’écoulement reliées aux extrémités de la face arrière du pavillon étaient mieux conservées. Elles sont légèrement désaxées par rapport au tracé perpendiculaire représenté sur les plans et s’amorcent devant le mur, contre lequel étaient probablement fixées des conduites de descente du toit. Cette façade n’étant pas peinte, ni même visible depuis les jardins, il n’était sans doute pas nécessaire de dissimuler les conduites dans la maçonnerie. La présence des deux pierrées s’explique par la double pente du toit du pavillon, représentée sur le dessin de la coupe du bâtiment. Ce système d’évacuation par l’arrière protégeait les autres façades, peintes à fresque (fig. 16 et 17).

Fig. 16 : Vue aérienne de la fouille du troisième pavillon du Levant, arrière du bâtiment, 2014.

Fig. 16 : Vue aérienne de la fouille du troisième pavillon du Levant, arrière du bâtiment, 2014.

© Pierre Kervella, 2014

Fig. 17 : Coupe du troisième pavillon du Levant, vers 1715. Paris, Bibliothèque nationale de France, Est., VA-78 (A, 4)-FOL.

Fig. 17 : Coupe du troisième pavillon du Levant, vers 1715. Paris, Bibliothèque nationale de France, Est., VA-78 (A, 4)-FOL.

© BNF

L’exutoire du bassin des Boules

24Le bassin des Boules du nord-ouest a fait l’objet d’une campagne de fouilles en 2014, en prévision d’éventuels travaux de remise en état. Le sondage réalisé du côté de la sortie d’eau du bassin a mis au jour une importante maçonnerie. Ce bassin était en symétrie avec le bassin des Boules du nord-est du côté de l’aile du Levant. Dès les premiers projets d’aménagement des jardins, en 1679, des bassins de forme rectangulaire, échancrés aux angles, apparaissent à leur emplacement, mais, dès 1681, ils sont représentés sous leur forme circulaire définitive (avec un jet central). Ils ont été réalisés au cours de l’été 1684 et mis en eau au printemps 1685. Ils ont fonctionné jusqu’à la Révolution et ont disparu ensuite (fig. 18 et 19).

Fig. 18 : Plan du réseau hydraulique de Marly en mars 1685, détail, le bassin des Boules, N-O. Paris, Archives nationales, Va 62, n° 7.

Fig. 18 : Plan du réseau hydraulique de Marly en mars 1685, détail, le bassin des Boules, N-O. Paris, Archives nationales, Va 62, n° 7.

© Bruno Bentz

Fig. 19 : Plan du réseau hydraulique de Marly en mai 1685, détail, le bassin des Boules, N-O. Paris, Bibliothèque nationale de France, Est., Va 448d [H 188516].

Fig. 19 : Plan du réseau hydraulique de Marly en mai 1685, détail, le bassin des Boules, N-O. Paris, Bibliothèque nationale de France, Est., Va 448d [H 188516].

© BNF

25La maçonnerie découverte à l’extérieur du bassin forme une chambre souterraine d’environ 6 mètres x 2,5 mètres, remplie de glaise, complètement ouverte du côté de la margelle et avec une ouverture plus petite du côté du bassin des Nappes. Cet aménagement original ne peut s’expliquer que pour la création d’un dispositif de mise sous pression et de réglage d’une conduite destinée à former un jet dans le bassin situé en contrebas. En effet, le plan hydraulique le plus ancien, dressé en mars 1685, montre une conduite reliant le bassin au jet dans le bassin des Nappes. La légende du plan précise en outre que ce jet marqué D est plus bas de 15 pieds 7 pouces et demi (5 mètres) que le bassin marqué C qui lui « sert de réservoir ». Ce branchement sur le jet n’apparaît plus sur les plans réalisés à partir de mai 1685, il a donc certainement été rapidement abandonné. Ainsi, l’exutoire découvert dans les fouilles du bassin des Boules révèle le projet initial (fig. 20).

Fig. 20 : Vue des fouilles du bassin des Boules, secteur BB2, vestiges de l’exutoire.

Fig. 20 : Vue des fouilles du bassin des Boules, secteur BB2, vestiges de l’exutoire.

© Annick Heitzmann

Les conduites et galeries d’évacuation du Pavillon royal

  • 6 Par le service des fontaines du château de Versailles : Bultez 2007.

26La campagne de fouilles réalisée en 2015 à l’emplacement du Pavillon royal a été conduite dans trois secteurs principaux : l’appartement du roi, l’appartement de la reine, le grand salon. En outre, un sondage a été réalisé sur le terre-plein entourant le socle central, pour retrouver les vestiges d’un aqueduc dont la présence était attendue puisque, d’une part, l’existence d’une galerie d’évacuation, dénommée « aqueduc de la Terrasse », avait été retrouvée en 20066 à l’ouest du pavillon et, d’autre part, les archives mentionnent un système d’évacuation des eaux de toiture à l’intérieur du bâtiment. C’est la nature de ces conduites et la configuration des galeries qui étaient inconnues : le résultat des fouilles a permis de combler ces lacunes en mettant au jour un dispositif original.

27Par contre, il n’a pas été possible d’étudier l’origine de l’aqueduc du Levant qui devait détourner les eaux de la source du vallon pour le château de Saint-Germain. Lors de la construction du pavillon, la source a été définitivement captée et canalisée dans cet aqueduc. D’après le plan d’arpentagede 1679, la source se trouvait exactement au centre du futur pavillon. Actuellement, et probablement depuis l’arasement du bâtiment au xixe siècle, le départ de la galerie est inaccessible, l’aqueduc ayant été muré sous l’ancien vestibule est (en ménageant une ouverture pour l’écoulement des eaux). Les fouilles de 2015 n’ont pas été réalisées dans ce secteur et n’ont donc pas permis de localiser l’éventuelle ancienne chambre de captage. Celles réalisées à l’emplacement de l’ancien salon n’ont mis au jour aucun vestige de cet aqueduc, ce qui suppose que son origine se trouve sous l’ancien vestibule, entre le mur obstruant la galerie et le mur du salon. Néanmoins, la mesure de sa profondeur (il était situé à environ 5 mètres au-dessous du rez-de-chaussée) fournit l’altimétrie du terrain d’origine et permet d’expliquer l’importance des fondations du pavillon (fig. 21).

Fig. 21 : Fouilles du Pavillon royal, vestiges de l’aqueduc sous le salon, 2015.

Fig. 21 : Fouilles du Pavillon royal, vestiges de l’aqueduc sous le salon, 2015.

© Bruno Bentz, 2015

  • 7 AN, O1 1472, pl. 5, coupe du Pavillon royal vers 1710, dessin aquarellé.

28Les ouvrages hydrauliques directement liés à l’architecture du Pavillon royal concernaient uniquement l’évacuation des eaux de pluie, car il n’y avait pas d’alimentation en eau à l’intérieur du bâtiment. La configuration du pavillon nécessita une évacuation par l’intérieur. À Marly, les toitures étaient invisibles depuis les jardins : les combles des appartements du premier étage et le dôme du salon étaient inclinés vers une terrasse octogonale découverte qui entourait le salon au niveau du premier étage. Les toitures et le dôme étaient recouverts de feuilles de plomb, tandis que des gouttières et leurs tuyauteries d’écoulement, également en plomb, conduisaient les eaux jusqu’au sol de cette terrasse intérieure, elle aussi recouverte d’une épaisse plaque de plomb7. Aucun élément en plomb n’a été retrouvé, la récupération de ces matériaux ayant été réalisée durant la Révolution, quelques années avant la démolition du bâtiment.

29Les archives mentionnent les tuyaux de décharge dans le « devis et marché » de construction du château, puis lors de travaux d’entretien ou de réparation, mais aucun plan ne permet de localiser précisément leur emplacement. De même, aucun plan ni aucune description n’indiquent l’emplacement et la configuration des galeries souterraines. La découverte d’une galerie provenant du Pavillon royal, obstruée en limite du terre-plein, à l’ouest, permettait de supposer le prolongement de cette galerie sous le bâtiment, bien que les plans hydrauliques de 1685 ne représentent pas l’origine de la galerie. Elle est bien conservée sous la terrasse du château : elle est rejointe par plusieurs pierrées puis se dirige vers le bassin rond à l’ouest de la seconde terrasse. Les plans de 1685 montrent qu’il fut d’abord envisagé de conduire les eaux directement vers le Grand Bassin, mais que, finalement, les eaux de toiture du pavillon ont été mêlées à d’autres eaux venant des parterres au sud du Pavillon royal, puis se dirigeant vers plusieurs bassins du jardin central (fig. 22 et 23).

Fig. 22 : Plan du réseau hydraulique de Marly en avril 1685, détail, avec les changements de tracés de l’aqueduc de la Terrasse. Paris, Bibliothèque nationale de France, Est., Va 425-4 [H 186743].

Fig. 22 : Plan du réseau hydraulique de Marly en avril 1685, détail, avec les changements de tracés de l’aqueduc de la Terrasse. Paris, Bibliothèque nationale de France, Est., Va 425-4 [H 186743].

© BNF

Fig. 23 : Plan du réseau hydraulique de Marly en mai 1685, détail, avec les changements de tracés de l’aqueduc de la Terrasse. Paris, Bibliothèque nationale de France, Est., Va 448d [H 188516].

Fig. 23 : Plan du réseau hydraulique de Marly en mai 1685, détail, avec les changements de tracés de l’aqueduc de la Terrasse. Paris, Bibliothèque nationale de France, Est., Va 448d [H 188516].

© BNF

30Le Pavillon royal a été bâti en 1679-1680 : les paiements datent le début des travaux en juin 1679, le marché définitif n’a été signé devant notaire qu’en février 1680 après qu’il y eut probablement un premier marché sous seing privé. La construction de la galerie souterraine et des conduites de décharge est mentionnée dans le « devis et marché » conclu entre les entrepreneurs et Jean-Baptiste Colbert :

(12/ 3v) Seront faits les acqueducs nécessaires pour la descharge et conduitte des eaues des combles des hauteurs et largeurs qui seront données ou marquées aux entrepreneurs, lesquels seront construits de moislon dur de cailloux et meulières avec bon mortier comme dessus, lesquels acqueducs seront cintrez en arcade et seront thoisez à thoise cube sans diminution des vuides.

(13/ 3v-4r) Sera mise une dalle de pierre dure de Meudon tout de la largeur du vuide dudit acqueduc, et six / pouces de chaque costé soubs les murs d’iceluy, laquelle sera posée sur le massif et les joincts coulez et fichez avec mortier de chaux et ciment, et sera observé à chacune pierre, lesquelles auront au moins deux pieds et demy de longueur sur la largeur dudit acqueduc, un recouvrement de trois pouces, lesquelles dalles auront six pouces d’espesseur et seront taillées et creusées environ d’un pouce et demy pour faciliter l’escoulement des eaues.

  • 8 Archives départementales des Yvelines (AD78), 3E44 (étude Brisset), Devis et marché de construction (...)

(14/ 4r) Seront faits tous les légers ouvrages comme planchers, cloisons, carreaux, coquilles d’escaliers et lambrys qu’il conviendra dans ledit bastiment et la maçonnerie des chausse d’aisance et passages de thuyaux pour la decharge des eaues des combles comme aussy les corniches et scellement des lambourdes8.

  • 9 AN, O1 1491, IVe partie, p. 70.
  • 10 AN, O1 1460 n° 169, « Mémoire de ce qu'il convient faire au château de Marly [...] pendant le voyag (...)

31Lorsque le Pavillon royal est vendu en 1799, il n’a subi que quelques dégradations, notamment la disparition des éléments en plomb ; en 1806, le dôme central est détruit puis, en 1810, le reste du bâtiment. Lors des fouilles, de nombreux vestiges d’éléments de tuyaux en terre cuite ont été retrouvés dans les remblais de démolition. Le remontage de plusieurs d’entre eux a permis la restitution de formes tronconiques emboîtables mesurant environ 24 centimètres de hauteur avec un diamètre supérieur de 28 centimètres (épaisseur de 2 centimètres) et un diamètre inférieur de 23 centimètres (épaisseur de 1 centimètre). Il s’agit probablement des anciennes conduites de descente qui reliaient la base de la terrasse intérieure du premier étage aux galeries d’évacuation. Ce dispositif nécessitait donc entre 40 et 50 éléments par conduite verticale. Ces tuyaux de décharge des eaux pluviales sont cités dans un mémoire de travaux de 1769 (appartement de la Dauphine, rez-de-chaussée du Pavillon royal, dans la chambre noire en entresol), qui mentionne « la maçonnerie dans l’angle obtus circulaire où passe un tuyau de decente9 ». Ces conduites n’apparaissent pas sur les plans du pavillon, mais il est probable que des orifices avaient été aménagés dans le sol du corridor extérieur (ou terrasse) entourant le dôme du salon au premier étage. Ces orifices devaient être largement ouverts puisqu’un mémoire de travaux de 1701 stipule : « Faire un regard sur l’aqueduc qui passe sous le château afin de pouvoir ôter les ordures qui tombent dedans, par les tuyaux de décente de terrasse du château10 » (fig. 24).

Fig. 24 : Tuyaux de descente en terre cuite, vestiges découverts dans les fouilles du Pavillon royal. Reconstitution d’un emboîtement.

Fig. 24 : Tuyaux de descente en terre cuite, vestiges découverts dans les fouilles du Pavillon royal. Reconstitution d’un emboîtement.

© EPV / Didier Saulnier

32Les fouilles ont mis au jour des galeries d’aqueduc situées sous le salon, dans lesquelles se déversaient les conduites de décharge en terre cuite. Quatre galeries orthogonales sont reliées aux petits angles du salon octogonal. Malheureusement, la jonction entre ces galeries et les murs était totalement détruite, ce qui ne permet pas de relever exactement la position des conduites de décharge. Néanmoins, l’origine des galeries du côté des petits angles du salon et le mémoire de travaux de 1769 permettent de restituer leur emplacement dans l’épaisseur ou à l’arrière de ces murs. À l’origine de la construction, la partie centrale des murs était ajourée au rez-de-chaussée pour éclairer les pièces de service situées entre les appartements et le salon (fig. 25 et 26).

Fig. 25 : Plan du rez-de-chaussée du Pavillon royal, 1679, détail, avec les ouvertures dans les petits angles du salon. Stockholm, Nationalmuseum, THC 25.

Fig. 25 : Plan du rez-de-chaussée du Pavillon royal, 1679, détail, avec les ouvertures dans les petits angles du salon. Stockholm, Nationalmuseum, THC 25.

Voir la notice sur le site du Nationalmuseum.

CC PD – Photo : Cecilia Heisser / Nationalmuseum

Fig. 26 : Plan du rez-de-chaussée du Pavillon royal, 1693, détail, avec les ouvertures dans les petits angles du salon. Paris, Archives nationales, Va-62, no 1.

Fig. 26 : Plan du rez-de-chaussée du Pavillon royal, 1693, détail, avec les ouvertures dans les petits angles du salon. Paris, Archives nationales, Va-62, no 1.

© Bruno Bentz

33En conséquence, les tuyaux de descente ne pouvaient pas être posés au milieu des petits côtés. D’ailleurs, à l’étage, il y eut également des ouvertures dans les petits côtés jusqu’en 1699, date à laquelle elles ont été bouchées pour l’installation dans le salon de cheminées et de leurs conduits. Des puits de lumière furent alors aménagés, entre la terrasse et les pièces du rez-de-chaussée, dans les angles des petits côtés. Il est impossible que ces puits de lumière aient pris la place des conduites de décharge. Ils sont représentés encadrant les petits côtés de l’octogone sur la terrasse du premier étage dans seulement six angles, sans qu’il soit possible d’expliquer à quoi correspond le petit cercle représenté dans les deux autres angles (fig. 27). Il est certain qu’à l’origine, les tuyaux de descente étaient déportés vers l’un des angles, ou peut-être étaient-ils disposés par paire de chaque côté des angles. Ce doublement des conduites verticales pour chaque galerie permettrait en outre d’expliquer la grande différence d’ouverture entre les conduites en terre cuite (21 cm de diamètre) et les galeries maçonnées (1 mètre de largeur).

Fig. 27 : Plan du premier étage du Pavillon royal, 1711, avec le détail d’un angle de la terrasse. Paris, Bibliothèque nationale de France, Est., Va 78a-3 [B7712].

Fig. 27 : Plan du premier étage du Pavillon royal, 1711, avec le détail d’un angle de la terrasse. Paris, Bibliothèque nationale de France, Est., Va 78a-3 [B7712].

© Bruno Bentz

34L’emplacement des décharges verticales ne peut donc être précisé avec exactitude, d’autant que nous ignorons également comment étaient reliés les chéneaux récoltant les eaux de la toiture des appartements du premier étage et ceux du dôme du salon. Au point le plus bas du dispositif, le sol de la terrasse extérieure entourant le dôme récupérait également une partie des eaux pluviales. Au total, la surface plane de la toiture était d’environ 2 000 mètres carrés : les tuyaux de terre cuite avaient donc une fonction essentielle. Chaque conduite de descente, avec un débit d’évacuation théorique d’environ 30 litres/seconde, pouvait évacuer une surface de toiture d’environ 500 mètres carrés. Si quatre conduites paraissent suffisantes, il est probable qu’en cas de précipitations intenses ce dimensionnement aurait été trop juste et qu’un débordement aurait eu des conséquences extrêmement néfastes, puisque les eaux auraient inondé les appartements du premier étage du pavillon. L’hypothèse de huit conduites de décharge peut donc être retenue.

35Le déversement se faisait ensuite dans les galeries mises au jour sous le salon. Ces aqueducs, d’une largeur intérieure d’environ 3 pieds (1 mètre), étaient encadrés par des piédroits de 55 centimètres d’épaisseur, conservés sur une hauteur maximale de 1 mètre. Aucune trace de couverture n’a été observée. Par contre, les dalles du sol sont bien conservées et possèdent la découpe centrale mentionnée sur le devis de 1680. Les quatre galeries se rejoignent au centre du bâtiment, tandis qu’une cinquième, chargée d’évacuer les eaux hors du pavillon, se dirige vers l’ouest (dans l’axe du vestibule). Au point de jonction des cinq galeries a été retrouvé un important bloc de pierre dont la fonction était probablement liée au soutènement du plancher du salon (fig. 28).

Fig. 28 : Fouilles du Pavillon royal, aqueduc sous le salon, bloc de pierre à la jonction des galeries, 2015.

Fig. 28 : Fouilles du Pavillon royal, aqueduc sous le salon, bloc de pierre à la jonction des galeries, 2015.

© Bruno Bentz, 2015

  • 11 Musée-Promenade de Marly-le-Roi/Louveciennes, archives du Vieux-Marly, Estimation du château de Mar (...)

36Les fouilles ont permis de suivre la cinquième galerie au-delà du pavillon sous l’emplacement du perron et de l’escalier qui donnait accès à la grande terrasse entourant le pavillon. Sous les anciennes marches, la galerie est détruite et se désaxe vers le nord pour rejoindre la partie de l’aqueduc redécouverte en 2006. C’est probablement à cet endroit qu’il faut situer le regard réalisé en 1701, car il était certainement impossible d’accéder aux galeries de l’aqueduc de l’intérieur du Pavillon royal ou de son perron. Dans cette partie, il n’a pas été non plus découvert de trace de couverture, bien que les piédroits mesurent plus de 1 mètre de haut. Toutefois, une description réalisée en 1806 avant la démolition complète du château indique à proximité du Pavillon royal : « Au pourtour des bâtiments sont des aqueducs recouverts en dalles de pierre11 » (fig. 29 et 30).

Fig. 29 : Fouilles du Pavillon royal, vestiges de l’aqueduc sous le perron, 2015.

Fig. 29 : Fouilles du Pavillon royal, vestiges de l’aqueduc sous le perron, 2015.

© Bruno Bentz, 2015

Fig. 30 : Fouilles du Pavillon royal, vestiges de l’aqueduc sous le perron, 2015.

Fig. 30 : Fouilles du Pavillon royal, vestiges de l’aqueduc sous le perron, 2015.

© Bruno Bentz, 2015

  • 12 Sur ce point, on ne peut pas suivre l’opinion de Bertrand Jestaz à propos de la terrasse du Pavillo (...)

37Cet aqueduc, dénommé « aqueduc de la Terrasse », est donc un élément architectural du Pavillon royal, dans lequel il s’insère en fondation dans une configuration régulière et symétrique. L’étanchéification des toitures avec des ouvrages en plomb, la descente intérieure verticale avec des ouvrages en terre cuite, enfin le drainage souterrain avec des ouvrages maçonnés forment un dispositif complet, original, qui doit être attribué à l’architecte du château, Jules Hardouin-Mansart12. Comme pour les pavillons et les jardins, les ouvrages hydrauliques du château de Marly ont été conçus dès l’origine des travaux ; les nouvelles découvertes illustrent le détail de chaque dispositif et l’imbrication des réseaux de captage, de stockage, d’alimentation et d’évacuation des eaux. Dans un parc où les eaux abondaient de toutes parts, chaque aménagement comptait pour garantir l’écoulement des eaux naturelles et assurer la plénitude du spectacle des grandes eaux.

Haut de page

Bibliographie

Bentz Bruno, 2006, « L’abreuvoir de Marly : mythes et réalité », Polia, n° 6, p. 65-82.

Bultez Gilles, 2007, « Redécouverte et réhabilitation d’ouvrages hydrauliques souterrains dans le parc de Marly », Marly, art et patrimoine, n° 1, p. 62-63.

Jestaz Bertrand, 2008, Jules Hardouin-Mansart, 2 vol., Paris, Picard.

Haut de page

Notes

1 Des détails de ces plans, exécutés entre mars et mai 1685, sont reproduits dans les illustrations.

2 Bentz 2006.

3 Archives nationales (AN), O1 1468 n° 87, plan d’arpentage de Robert Prudhomme.

4 La maison forestière du Tapis vert a été bâtie quelques années après la création des tirés de Marly en 1819 ; elle servit initialement de rendez-vous de chasse.

5 Petits caniveaux souterrains.

6 Par le service des fontaines du château de Versailles : Bultez 2007.

7 AN, O1 1472, pl. 5, coupe du Pavillon royal vers 1710, dessin aquarellé.

8 Archives départementales des Yvelines (AD78), 3E44 (étude Brisset), Devis et marché de construction du château de Marly, par Jean-Baptiste Colbert, avec Jean Bailly et François Lespée, sur les plans de Jules Hardouin-Mansart, à Saint-Germain-en-Laye le 22 février 1680 (Jestaz 2008, t. II, p. 93).

9 AN, O1 1491, IVe partie, p. 70.

10 AN, O1 1460 n° 169, « Mémoire de ce qu'il convient faire au château de Marly [...] pendant le voyage de Fontainebleau », 1701.

11 Musée-Promenade de Marly-le-Roi/Louveciennes, archives du Vieux-Marly, Estimation du château de Marly, 1806, p. 27.

12 Sur ce point, on ne peut pas suivre l’opinion de Bertrand Jestaz à propos de la terrasse du Pavillon royal : « Il est surprenant […] que Mansart, qui s’était montré à Clagny et aux Invalides inventif de solutions ingénieuses pour l’évacuation des eaux, ne s’en soit pas préoccupé à Marly, où le risque d’infiltration était plus grand » ; Jestaz 2008, t. i, p. 188.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Plan de situation des ouvrages hydrauliques découverts lors des fouilles archéologiques de Marly (2013-2015).
Légende 1. La galerie des Nappes. 2. La rigole. 3. L’aqueduc des pavillons du Levant. 4. L’exutoire du bassin des Boules. 5. Les conduites et galeries d’évacuation du Pavillon royal.
Crédits Schéma : © Bruno Bentz
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14086/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Titre Fig. 2 : Plan de mai 1685 avec le bassin des Nappes et la galerie (détail). Paris, Bibliothèque nationale de France, Est., Va 448d [H 188516].
Crédits © BNF
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14086/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Fig. 3 : Fond de la galerie des Nappes, avec la cunette.
Crédits © Annick Heitzmann, 2013
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14086/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 4 : Fouilles du bassin des Nappes, coupe longitudinale de l’aqueduc.
Crédits Dessin : © Romuald Housse, 2013
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14086/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Titre Fig. 5 : Plan d’arpentage de 1679 par Prudhomme (détail). Paris, Archives nationales, O1468 no 87.
Légende Le ruisseau est relevé en bleu, le bassin des Nappes est restitué.
Crédits © Bruno Bentz
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14086/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 6 : Plans du réseau hydraulique de Marly entre 1679 et 1683, avec l’emplacement du ruisseau de Marly et des aqueducs entre le Grand Bassin et le bassin des Nappes.
Crédits Schémas : © Bruno Bentz, 2014
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14086/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre Fig. 7 : Plan général de la rigole du parc de Marly.
Crédits Schéma : © Bruno Bentz, 2006
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14086/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 776k
Titre Fig. 8 : Plan détaillé de la rigole du parc de Marly.
Crédits Schéma : © Bruno Bentz, 2006
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14086/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre Fig. 9 : Passage de la rigole en 1685 dans le secteur du haut de la Rivière. Paris, Bibliothèque nationale de France, Est., Va 448d [H188516], détail.
Crédits © BNF
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14086/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Fig. 10 : Passage de la rigole en 1697 dans le secteur du haut de la Rivière. Paris, Bibliothèque nationale de France, Est., Va 425 [H 188731], détail.
Crédits © BNF
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14086/img-10.png
Fichier image/png, 264k
Titre Fig. 11 : Passage de la rigole en 1699 dans le secteur du haut de la Rivière. Versailles, château de Versailles, Vms 73, pl. 2, détail.
Crédits © Château de Versailles, Dist. RMN / Jean-Marc Manaï
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14086/img-11.png
Fichier image/png, 464k
Titre Fig. 12 : Passage de la rigole en 1714 dans le secteur du haut de la Rivière. Paris, Archives nationales, O1471, pl. 9, détail.
Crédits Domaine public
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14086/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre Fig. 13 : Fouilles de la Rivière, restitution en coupe des deux galeries de la rigole.
Crédits Dessin : © Romuald Housse, 2013
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14086/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Fig. 14 : Fouilles de la Rivière, vestiges des deux galeries de la Rigole.
Crédits © Annick Heitzmann
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14086/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre Fig. 15 : Aqueduc des pavillons du Levant, plan de 1685. BNF, Est., Va 448d [H 188516], détail.
Crédits © BNF
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14086/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Titre Fig. 16 : Vue aérienne de la fouille du troisième pavillon du Levant, arrière du bâtiment, 2014.
Crédits © Pierre Kervella, 2014
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14086/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 604k
Titre Fig. 17 : Coupe du troisième pavillon du Levant, vers 1715. Paris, Bibliothèque nationale de France, Est., VA-78 (A, 4)-FOL.
Crédits © BNF
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14086/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 8,1M
Titre Fig. 18 : Plan du réseau hydraulique de Marly en mars 1685, détail, le bassin des Boules, N-O. Paris, Archives nationales, Va 62, n° 7.
Crédits © Bruno Bentz
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14086/img-18.png
Fichier image/png, 475k
Titre Fig. 19 : Plan du réseau hydraulique de Marly en mai 1685, détail, le bassin des Boules, N-O. Paris, Bibliothèque nationale de France, Est., Va 448d [H 188516].
Crédits © BNF
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14086/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Fig. 20 : Vue des fouilles du bassin des Boules, secteur BB2, vestiges de l’exutoire.
Crédits © Annick Heitzmann
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14086/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Titre Fig. 21 : Fouilles du Pavillon royal, vestiges de l’aqueduc sous le salon, 2015.
Crédits © Bruno Bentz, 2015
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14086/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Titre Fig. 22 : Plan du réseau hydraulique de Marly en avril 1685, détail, avec les changements de tracés de l’aqueduc de la Terrasse. Paris, Bibliothèque nationale de France, Est., Va 425-4 [H 186743].
Crédits © BNF
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14086/img-22.png
Fichier image/png, 459k
Titre Fig. 23 : Plan du réseau hydraulique de Marly en mai 1685, détail, avec les changements de tracés de l’aqueduc de la Terrasse. Paris, Bibliothèque nationale de France, Est., Va 448d [H 188516].
Crédits © BNF
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14086/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Fig. 24 : Tuyaux de descente en terre cuite, vestiges découverts dans les fouilles du Pavillon royal. Reconstitution d’un emboîtement.
Crédits © EPV / Didier Saulnier
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14086/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 4,5M
Titre Fig. 25 : Plan du rez-de-chaussée du Pavillon royal, 1679, détail, avec les ouvertures dans les petits angles du salon. Stockholm, Nationalmuseum, THC 25.
Légende Voir la notice sur le site du Nationalmuseum.
Crédits CC PD – Photo : Cecilia Heisser / Nationalmuseum
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14086/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Fig. 26 : Plan du rez-de-chaussée du Pavillon royal, 1693, détail, avec les ouvertures dans les petits angles du salon. Paris, Archives nationales, Va-62, no 1.
Crédits © Bruno Bentz
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14086/img-26.png
Fichier image/png, 291k
Titre Fig. 27 : Plan du premier étage du Pavillon royal, 1711, avec le détail d’un angle de la terrasse. Paris, Bibliothèque nationale de France, Est., Va 78a-3 [B7712].
Crédits © Bruno Bentz
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14086/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Fig. 28 : Fouilles du Pavillon royal, aqueduc sous le salon, bloc de pierre à la jonction des galeries, 2015.
Crédits © Bruno Bentz, 2015
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14086/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Fig. 29 : Fouilles du Pavillon royal, vestiges de l’aqueduc sous le perron, 2015.
Crédits © Bruno Bentz, 2015
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14086/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 30 : Fouilles du Pavillon royal, vestiges de l’aqueduc sous le perron, 2015.
Crédits © Bruno Bentz, 2015
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14086/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bruno Bentz, « Nouvelles découvertes sur le réseau hydraulique de Marly », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2017, mis en ligne le 23 décembre 2017, consulté le 24 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/crcv/14086 ; DOI : 10.4000/crcv.14086

Haut de page

Auteur

Bruno Bentz

Bruno Bentz est docteur en archéologie. Il a été responsable des fouilles archéologiques de Marly de 1985 à 1992. Ses travaux ont notamment porté sur le réseau hydraulique et les jardins de Marly.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals