Navigation – Plan du site
Marly

Le décor sculpté du pavillon royal de Marly

The Sculptural Decoration of the Royal Pavilion of Marly
Stéphane Castelluccio

Résumés

La richesse des gisements archéologiques du site du château de Marly est tout aussi intéressante que frustrante. Les nombreux fragments exhumés confirment les textes d'archives et les descriptions quant aux techniques employées pour la construction des pavillons et pour leur décor intérieur. En revanche, à quelques rares exceptions, l'identification des éléments d'architecture et leur localisation dans les intérieurs demeurent souvent difficiles en raison de leur petitesse et de leur manque de caractéristique. La destruction systématique des bâtiments pendant le Premier Empire explique sans doute ces menus morceaux.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Saint-Simon 1983-1988, VI, p. 167.
  • 2 Benech-Castelluccio-Mabille 2011, pl. 23, 32, 33, 45 ; Castelluccio, 2014, p. 130.

1Les conditions de la disparition du château de Marly permettent de comprendre la nature des potentielles trouvailles archéologiques. Les premières atteintes au domaine laissé par Louis XIV commencèrent un an après sa mort, quand le duc d’Antin, directeur des Bâtiments du roi, décida en 1716, pour des raisons d’économie, de faire combler les bassins de Diane et de Bacchus, ceux des coureurs autour du Pavillon royal et les deux d’Amphitrite et d’Aréthuse, au-dessus des Appartements verts. En 1728, il ordonna, soutenu par le cardinal de Fleury, le comblement de la Rivière pour les mêmes raisons, dénoncées par Saint-Simon comme indignes d’un roi de France1. Dans ces cas de destruction programmée, en raison du coût élevé des matériaux, l’administration des Bâtiments du roi récupéra les décors de marbre et de faïence pour de futurs remplois, tandis que les structures maçonnées restèrent en place, recouvertes par les remblais de terre2.

2Après la chute de la monarchie, en 1792-1793, les révolutionnaires procédèrent à la récupération presque systématique des éléments métalliques, matière première fort coûteuse avec : à l’extérieur, les grilles, les balustrades, les conduites de fonte et de plomb (pour fondre des balles), les renforts des treillages ; à l’intérieur, les balcons du Salon, les attaches métalliques… Ils vendirent les briques et les moellons des substructions de certains bassins et escaliers, ainsi que les cheminées de marbre et de pierre, une partie du mobilier, certains tableaux…, mais ne touchèrent pas aux bâtiments eux-mêmes.

  • 3 Maroteaux 1987, p. 71-96 ; Castelluccio 1996, p. 40, 44-45 ; Maroteaux 2002, p. 218-229 ; Castelluc (...)

3Ces derniers disparurent au cours du Premier Empire, lorsque le filateur Alexandre Sagniel, alors propriétaire du château de Marly, ruiné, fit démolir, entre 1806 et 1808, toutes les constructions afin d’en vendre les matériaux pour payer ses créanciers. Il céda ensuite le domaine vide de bâtiments à Napoléon Ier en 18113.

4Après cette destruction systématique, la vente des matériaux entraîna leur transport hors du domaine par des entrepreneurs intéressés par ces matières premières au coût réduit. Il ne resta sur place que des débris estimés inutilisables.

Le Pavillon royal

5La structure du bâtiment du Pavillon royal se composait de murs en moellons et mortier de chaux avec des chaînages de pierre aux angles. Les entourages des portes et fenêtres étaient également en pierre, ainsi que la corniche, la balustrade, les rampants des frontons et les sculptures au-dessus (fig. 1).

Fig. 1 : Coupe ou profil du château de Marly. Élévation du château de Marly. A Paris, chez de Fer, vers 1680-1685. Château de Versailles, GR139_081.

Fig. 1 : Coupe ou profil du château de Marly. Élévation du château de Marly. A Paris, chez de Fer, vers 1680-1685. Château de Versailles, GR139_081.

© Château de Versailles, Dist. RMN-Grand Palais / Christophe Fouin

6L’enduit recouvrant les murs avait reçu un décor peint en trompe-l’œil (fig. 2). Des fragments d’enduits ont été retrouvés lors des fouilles, mais leur petitesse ne permet pas de localiser leur emplacement d’origine (fig. 3). Parallèlement, les moellons, majoritaires dans la construction, furent emportés par les entrepreneurs. Les éléments de la façade en moellons et en pierre restent peu caractérisés, à l’exception des sculptures, ainsi les fragments retrouvés demeurent difficiles à identifier.

Fig. 2 : Élévation de la façade ouest du Pavillon royal du château de Marly, 1714. Paris, Archives nationales, O1 1472.4.

Fig. 2 : Élévation de la façade ouest du Pavillon royal du château de Marly, 1714. Paris, Archives nationales, O1 1472.4.

Photo : Domaine public

Fig. 3 : Fragments d’enduits peints retrouvés lors des fouilles du Pavillon royal du château de Marly, 2015.

Fig. 3 : Fragments d’enduits peints retrouvés lors des fouilles du Pavillon royal du château de Marly, 2015.

© EPV / Florine Menec

L’intérieur

  • 4 Castelluccio 1996, p. 50-52, 64-73 ; Maroteaux 2002, p. 82-89 ; Castelluccio 2014, p. 22-40.

7Au rez-de-chaussée, seuls les quatre vestibules et le Salon avaient reçu un décor sculpté, bien connu grâce à la coupe dessinée en 1714 (fig. 4). Ces ensembles, sculptés en haut et en bas relief, mêlaient des moulures aux motifs décoratifs, des représentations humaines et, particulièrement dans le Salon, un riche vocabulaire architectural avec pilastres ioniques, corniches, termes… Les matériaux employés, bois, plâtre, stuc et pierre, sont connus par les comptes ou les marchés passés avec les artisans. Ces cinq pièces avaient été simplement peintes en blanc, à l’exception des balcons du Salon, seuls éléments dorés de la pièce, avec les cadres des trumeaux de glaces et des tableaux4.

Fig. 4 : Coupe sur l’axe est-ouest du Pavillon royal du château de Marly, 1714. Paris, Archives nationales, O1 1472.5.

Fig. 4 : Coupe sur l’axe est-ouest du Pavillon royal du château de Marly, 1714. Paris, Archives nationales, O1 1472.5.

Photo : Domaine public

8Dans les appartements d’une résidence de plaisance non officielle, les décors et l’ameublement devaient être simples et peu coûteux. Dans chacun d’eux avait été appliqué le principe d’un bas lambris de menuiserie moulurée, surmonté par une tenture de damas avec, au-dessus, une corniche en plâtre et un plafond en calotte simplement peint en blanc.

9En 1699-1700, Louis XIV fit poser des cheminées « à la royale », avec de hauts trumeaux de glace dans un cadre de bois sculpté dans les appartements du rez-de-chaussée, puis dans ceux de l’attique. Au rez-de-chaussée, ceux de l’appartement du Roi et des pièces d’angle des trois autres appartements sont connus par des gravures, mais tous disparurent au cours du xviiie siècle lors de l’entresolement progressif de ces appartements. Cependant, aucun dessin des boiseries et des nouveaux trumeaux de glace, dessus-de-porte et chambranles de cheminée posés au rez-de-chaussée pendant le règne de Louis XV puis de Louis XVI n’est actuellement identifié.

10Si le décor de certaines boiseries est connu grâce à des dessins, telles celles de la salle à manger et du buffet du Petit Appartement de Louis XV à l’attique, elles ont toutes été démontées et vendues avec les trumeaux de glace à la Révolution, ainsi peu d’éléments sont restés sur place. De toute façon, si de tels panneaux avaient éventuellement été enterrés, ils n’auraient résisté ni à l’humidité de la terre ni aux insectes.

11Seuls ont traversé le temps les éléments sculptés dans des matières pérennes, comme le marbre, la pierre, le plâtre et le stuc.

Les marbres

12À Marly, si une partie des cheminées posées pendant le règne de Louis XIV est connue par des gravures, en l’absence de dessin de celles placées au XVIIIe siècle, leurs formes et décors restent inconnus. Les comptes et la correspondance ne nous précisent que la nature de leur marbre.

13Devant les fragments retrouvés dans les fouilles (fig. 5), il est simplement possible de suggérer des provenances en comparaison avec les textes d’archives. Ainsi, les morceaux de marbre blanc peuvent provenir des carreaux des vestibules est et ouest ou des cheminées des premier et second cabinets entresolés de l’appartement de Marie-Antoinette.

Fig. 5 : Fragments d’éléments en marbre retrouvés lors des fouilles du Pavillon royal du château de Marly, 2015.

Fig. 5 : Fragments d’éléments en marbre retrouvés lors des fouilles du Pavillon royal du château de Marly, 2015.

© EPV / Florine Menec

14Les éléments de marbre vert Campan sont probablement issus des cheminées des vestibules nord et sud, de l’Antichambre de la reine ou encore de celle de la comtesse de Provence.

15En revanche, le marbre rouge Languedoc provenait assurément des bandes disposées au pourtour du Salon.

16Enfin, les fragments de marbre brèche violette, très à la mode pendant le règne de Louis XV, peuvent provenir de nombreuses cheminées, avec celles de la chambre du Roi, du cabinet de retraite en entresol de l’appartement du Roi, de la chambre de la Reine ou encore de la chambre de la comtesse d’Artois.

Les fragments de plâtre

17Le plâtre était généralement employé pour la fabrication des corniches et des moulures décoratives. Ces fragments soulèvent toutefois un autre type de difficulté : si les motifs décoratifs sont bien identifiables (oves, feuilles d’eau, acanthe…) (fig. 6), l’absence de dessin représentant les nouveaux décors intérieurs, complètement renouvelés tout au long du xviiie siècle par l’entresolement progressif des appartements du rez-de-chaussée et d’une partie de ceux de l’attique et par d’autres aménagements, empêche l’identification de leurs emplacements d’origine.

Fig. 6 : Fragments d’éléments en plâtre retrouvés lors des fouilles du Pavillon royal du château de Marly, 2015.

Fig. 6 : Fragments d’éléments en plâtre retrouvés lors des fouilles du Pavillon royal du château de Marly, 2015.

© EPV / Florine Menec

Les fragments de pierre et de stuc

Fig. 7 : Fragment en pierre sculpté en forme de pied retrouvé lors des fouilles du Pavillon royal du château de Marly, 2015. N° Inv. MPR15-2000-PiS9.

Fig. 7 : Fragment en pierre sculpté en forme de pied retrouvé lors des fouilles du Pavillon royal du château de Marly, 2015. N° Inv. MPR15-2000-PiS9.

© EPV / Florine Menec

Fig. 8 : Fragment en pierre sculpté en forme d’œil retrouvé lors des fouilles du Pavillon royal du château de Marly, 2015. N° Inv. MPR15-1526-PiS7.

Fig. 8 : Fragment en pierre sculpté en forme d’œil retrouvé lors des fouilles du Pavillon royal du château de Marly, 2015. N° Inv. MPR15-1526-PiS7.

© EPV / Florine Menec

18Pour les fragments de pierre et de stuc, l’éventail des hypothèses est plus réduit. Le pied (fig. 7) et l’œil (fig. 8) sont en pierre recouverte d’un badigeon de chaux. Deux origines peuvent être suggérées : soit ils proviennent des amours sculptés en ronde-bosse en haut du rampant d’un des frontons du Pavillon royal (voir fig. 2) ; soit, plutôt, des autres amours sculptés en haut relief au-dessus d’un des frontons des quatre vestibules (voir fig. 4)… De telles pièces étaient considérées comme espace extérieur et ornées avec le vocabulaire et les matériaux de l’architecture extérieure.

19L’œil pourrait éventuellement provenir d’un des termes du Salon (voir fig. 4), mais l’usage privilégiait l’emploi du stuc dans les intérieurs.

20Il serait possible de confirmer ou d’infirmer ces hypothèses en comparant les échelles des dessins et les dimensions des fragments pour calculer la taille des sculptures originales. Cela permettrait peut-être de préciser si ces fragments proviennent des sculptures des frontons extérieurs de la façade, de plus grande taille que celles placées au-dessus des portes des vestibules.

  • 5 AN, Minutier central, XX, 394, 8 février 1699. Castelluccio 1996, p. 52 ; Castelluccio 2014, p. 22.

21Le fragment de pierre sculpté de feuilles d’acanthe (fig. 9) est à rapprocher des cadres de pierre sculptés de « feuilles de refand [sic] sur le gros rond et de ruban sur la baguette », selon le marché signé entre Jules Hardouin-Mansart et les sculpteurs Nicolas Coustou et Noël Jouvenet, le 8 février 1699, pour les cadres des tableaux de Van der Meulen placés dans les vestibules5.

Fig. 9 : Fragment en pierre sculpté de feuilles d’acanthe retrouvé lors des fouilles du Pavillon royal du château de Marly, 2015. N° Inv. MPR15-1310-PiS4.

Fig. 9 : Fragment en pierre sculpté de feuilles d’acanthe retrouvé lors des fouilles du Pavillon royal du château de Marly, 2015. N° Inv. MPR15-1310-PiS4.

Provient probablement d’un des cadres des tableaux de Van der Meulen placés dans les vestibules.

© EPV / Florine Menec

22Le seul élément dont l’identification ne semble laisser aucun doute est la volute d’un chapiteau ionique (fig. 10). Elle ornait le sommet d’un pilastre et non d’une colonne car elle n’est pas disposée en angle et son autre face ne présente pas de volute. Réalisée en stuc, elle provenait donc d’un décor intérieur, or la seule pièce du Pavillon royal présentant un tel décor architectural de pilastres d’ordre ionique était le Salon. Ce fragment a donc été le témoin de la vie de la cour de France à Marly pendant un siècle dans le Salon, depuis les mascarades des carnavals de la fin du règne de Louis XIV jusqu’aux parties de pharaon de Marie-Antoinette.

Fig. 10 : Fragment en stuc sculpté en volute retrouvé lors des fouilles du Pavillon royal du château de Marly, 2015. N° Inv. MPR15-4131-PiS14.

Fig. 10 : Fragment en stuc sculpté en volute retrouvé lors des fouilles du Pavillon royal du château de Marly, 2015. N° Inv. MPR15-4131-PiS14.

Provient du chapiteau ionique d’un des pilastres du Salon du Pavillon royal du château de Marly.

© EPV / Florine Menec

23Ces quelques exemples montrent la complexité de la reconstitution du décor d’un bâtiment ancien. D’un côté, les fragments découverts lors des fouilles sont nombreux mais partiels ; de l’autre, les dessins et autres représentations figurées de l’intérieur du Pavillon royal sont rares, tout comme les textes d’archives décrivant avec une précision suffisante les décors intérieurs. Nous nous retrouvons devant les pièces d’un puzzle sans modèle à suivre.

24Toutefois, les éléments retrouvés confirment les techniques et les matériaux employés (marbre, plâtre, pierre, stuc) dans la construction et le décor intérieur du Pavillon royal décrits dans les marchés, les comptes, les correspondances… Même si leur provenance exacte n’est pas identifiée, ces fragments témoignent de la qualité des décors sculptés du Pavillon royal exécutés au xviie comme au xviiie siècle. Si Marly avait reçu des décors plus simples en raison de son statut de résidence de plaisance non officielle, leur qualité était équivalente à ceux exécutés à Versailles ou aux Trianons par les équipes successives qui travaillèrent pour les Bâtiments du roi pendant deux siècles.

Haut de page

Bibliographie

Benech Louis, Castelluccio Stéphane et Mabille Gérard, 2011, Vues des jardins de Marly. Le roi jardinier, Montreuil, Gourcuff-Gradenigo.

Castelluccio Stéphane, 1996, Le château de Marly sous le règne de Louis XVI, Paris, Réunion des musées nationaux, Notes et documents des musées de France, n° 29.

Castelluccio Stéphane, 2014, Marly, Montreuil, Gourcuff-Gradenigo.

Maroteaux Vincent, 1987, « La Révolution au château de Marly », Revue de l’histoire de Versailles et des Yvelines, p. 71-96.

Maroteaux Vincent, 2002 Marly. L’autre palais du Soleil, Genève, Vögele éditions.

Saint-Simon Louis de Rouvroy, duc de, 1983-1988, Mémoires, éd. Y. Coirault, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 8 vol.

Haut de page

Notes

1 Saint-Simon 1983-1988, VI, p. 167.

2 Benech-Castelluccio-Mabille 2011, pl. 23, 32, 33, 45 ; Castelluccio, 2014, p. 130.

3 Maroteaux 1987, p. 71-96 ; Castelluccio 1996, p. 40, 44-45 ; Maroteaux 2002, p. 218-229 ; Castelluccio 2014, p. 221.

4 Castelluccio 1996, p. 50-52, 64-73 ; Maroteaux 2002, p. 82-89 ; Castelluccio 2014, p. 22-40.

5 AN, Minutier central, XX, 394, 8 février 1699. Castelluccio 1996, p. 52 ; Castelluccio 2014, p. 22.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Coupe ou profil du château de Marly. Élévation du château de Marly. A Paris, chez de Fer, vers 1680-1685. Château de Versailles, GR139_081.
Crédits © Château de Versailles, Dist. RMN-Grand Palais / Christophe Fouin
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14091/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Titre Fig. 2 : Élévation de la façade ouest du Pavillon royal du château de Marly, 1714. Paris, Archives nationales, O1 1472.4.
Crédits Photo : Domaine public
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14091/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 3,4M
Titre Fig. 3 : Fragments d’enduits peints retrouvés lors des fouilles du Pavillon royal du château de Marly, 2015.
Crédits © EPV / Florine Menec
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14091/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Fig. 4 : Coupe sur l’axe est-ouest du Pavillon royal du château de Marly, 1714. Paris, Archives nationales, O1 1472.5.
Crédits Photo : Domaine public
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14091/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Fig. 5 : Fragments d’éléments en marbre retrouvés lors des fouilles du Pavillon royal du château de Marly, 2015.
Crédits © EPV / Florine Menec
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14091/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Titre Fig. 6 : Fragments d’éléments en plâtre retrouvés lors des fouilles du Pavillon royal du château de Marly, 2015.
Crédits © EPV / Florine Menec
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14091/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Fig. 7 : Fragment en pierre sculpté en forme de pied retrouvé lors des fouilles du Pavillon royal du château de Marly, 2015. N° Inv. MPR15-2000-PiS9.
Crédits © EPV / Florine Menec
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14091/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre Fig. 8 : Fragment en pierre sculpté en forme d’œil retrouvé lors des fouilles du Pavillon royal du château de Marly, 2015. N° Inv. MPR15-1526-PiS7.
Crédits © EPV / Florine Menec
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14091/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Titre Fig. 9 : Fragment en pierre sculpté de feuilles d’acanthe retrouvé lors des fouilles du Pavillon royal du château de Marly, 2015. N° Inv. MPR15-1310-PiS4.
Légende Provient probablement d’un des cadres des tableaux de Van der Meulen placés dans les vestibules.
Crédits © EPV / Florine Menec
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14091/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Titre Fig. 10 : Fragment en stuc sculpté en volute retrouvé lors des fouilles du Pavillon royal du château de Marly, 2015. N° Inv. MPR15-4131-PiS14.
Légende Provient du chapiteau ionique d’un des pilastres du Salon du Pavillon royal du château de Marly.
Crédits © EPV / Florine Menec
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14091/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 707k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane Castelluccio, « Le décor sculpté du pavillon royal de Marly », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2017, mis en ligne le 23 décembre 2017, consulté le 22 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/crcv/14091 ; DOI : 10.4000/crcv.14091

Haut de page

Auteur

Stéphane Castelluccio

Stéphane Castelluccio est chargé de recherche au CNRS HDR au centre André Chastel UMR 8150 à Paris. Spécialisé dans l’histoire des résidences royales, des décors intérieurs, du mobilier, des collections d’objets d’art et du commerce du luxe en France aux XVIIe et XVIIIe siècles, il a publié plusieurs articles et livres, dont Les Collections royales d’objets d’art de François Ier à la Révolution et Le Commerce des meubles et des objets d’art par les marchands merciers parisiens pendant le règne de Louis XIV. Vient de paraître L’Éclairage, le chauffage et l’eau aux XVIIe et XVIIIe siècles et il prépare pour 2017 un ouvrage sur Le Goût pour les laques de Chine et du Japon aux XVIIe et XVIIIe siècles.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals