Navigation – Plan du site
Marly

Étude paléoparasitologique des latrines du Pavillon royal et du 3e Pavillon du Levant du Château de Marly

Parasitological Study of the Latrines of the Royal Pavilion and the 3rd Pavilion du Levant of the Château de Marly
Philippe Charlier, Anaïs Augias, Philippe Sansonetti, Françoise Bouchet, Céline Bon, Sean Kennedy et Laure Segurel

Résumés

Les analyses parasitologiques du 3e pavillon du Levant et du Pavillon royal s’inscrivent dans la continuité de celles menées par Françoise Bouchet dans les latrines du 2e pavillon du Levant, publiées en 1998. L’objectif est de confirmer, dans un premier temps, le caractère excrémentiel de ces différents dépôts, puis de reconstituer l’état sanitaire et la population microbienne de la flore intestinale des sujets de la cour de Louis XIV. Pour répondre à cette problématique, une large équipe scientifique pluridisciplinaire est intervenue afin de mener les diverses analyses parasitologiques et moléculaires. Ce premier rapport fait état des moyens mis en place ainsi que des résultats relatifs à la microscopie optique, aux données toxicologiques et métagénomiques.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Bouchet 1998.
  • 2 Heitzmann 2012.
  • 3 Bouchet 1998.

1Les différentes opérations archéologiques effectuées de 1988 à 2015 par Bruno Bentz (alors doctorant de l’université Paris IV) et Annick Heitzmann (chargée de recherches archéologiques au Centre de recherche du château de Versailles) sur le bâti du domaine du château de Marly ont permis de mettre au jour quatre pavillons sur un total de treize. Tous sont dotés de cabinets d’aisances situés dans les pièces de service. L’emplacement de ces latrines, construites en 1680 et utilisées jusqu’en 17891, induit une utilisation par les domestiques pour leur usage, ainsi que pour la vidange des pots de chambre2. Un premier échantillon a été prélevé dans les latrines du deuxième pavillon du Levant, lors de fouilles archéologiques menées en 1992, et a été soumis à des analyses microbiologiques par le professeur Françoise Bouchet (Faculté de Pharmacie, Reims). Les résultats ont mis en évidence la présence d’œufs de tænia, d’ascaris, de bothriocéphale et de trichocéphale, révélant les conditions sanitaires précaires des utilisateurs3

2Dans le cadre de récentes fouilles archéologiques, notamment réalisées dans le Pavillon royal, de nouvelles analyses parasitologiques, avec une étude archéo-microbiologique complète de ces écofacts, ont été réalisées grâce à une véritable collaboration scientifique interdisciplinaire faisant intervenir des acteurs de communautés de recherche issus de l’archéologie, de la médecine, de la chimie et de la biologie :

3– l’équipe d’anthropologie médicale et médico-légale de l’université de Versailles-Saint-Quentin (UVSQ) pour la coordination du projet, ainsi que pour l’examen à la loupe binoculaire, la microscopie optique et l’échantillonnage secondaire ;

4– le plateau technique paléogénomique et génétique moléculaire du département Hommes, natures et sociétés et l’équipe d’éco-anthropologie et ethnobiologie du musée de l’Homme (CNRS-MNHN-Université Paris Diderot) pour les extractions ADN et la première phase de réaction en chaîne par polymérase (PCR) pour l’amplification du gène 16S ;

5– le département de génomes et génétique et le département de biologie cellulaire et infection (unité de pathologie microbienne moléculaire) de l’Institut Pasteur pour le séquençage des amplicons, puis la détection et l’identification des populations microbiennes ;

6– le département de toxicologie biologique de l’hôpital de Lariboisière (AP-HP) pour les analyses élémentaires.

7L’objectif est double ; il s’agit dans un premier temps de confirmer le caractère fécal de ces dépôts, puis de comparer les échantillons du début et de la fin du xviiie siècle dans le but de déceler d’éventuelles différenciations sanitaires.

Matériels et méthodes

8Vingt-neuf échantillons latrinaires ont été prélevés dans deux pavillons distincts.

9Vingt-sept échantillons sont issus du Pavillon royal ; ils ont été prélevés en 2015 et présentent un aspect sédimentaire et sec, avec des résidus de charbons pour ceux de l’appartement de la Reine :

10– quinze échantillons provenant des fosses d’aisances de l’appartement du Roi (fig. 1) (M11 à M18, M21 à M25, M28 et M36), datables de la première moitié du xviiie siècle. Cinq d’entre eux (M14 à M18) ont été prélevés de haut en bas dans l’US 1409, par tranche de 30 centimètres sur une hauteur dégagée de 120 centimètres, et cinq autres (M21 à M25) de la même manière dans l’US 1326 ;

11– onze échantillons venant de l’appartement de la Reine (M1 à M10 et M30), dont la datation est antérieure à 1806 ;

12– M20 (datation antérieure à 1806) est un échantillon du fond d’un aqueduc d’eaux pluviales (US 4132).

13Deux échantillons issus des latrines du troisième pavillon du Levant (M26 et M27), prélevés en 2014 dans le dépôt latrinaire (fig. 2) (US 1043), datent probablement des derniers séjours de la cour avant 1789. Le sédiment présente une teinte noirâtre et conserve une humidité et un aspect organiques.

Fig. 1 : Fosses d’aisances de l’appartement du Roi au Pavillon royal.

Fig. 1 : Fosses d’aisances de l’appartement du Roi au Pavillon royal.

© Philippe Charlier

Fig. 2 : Coupe stratigraphique des latrines du troisième pavillon du Levant.

Fig. 2 : Coupe stratigraphique des latrines du troisième pavillon du Levant.

© Schéma : Annick Heitzmann, Château de Versailles

14L’étude de ces dépôts se caractérise par l’intervention de plusieurs outils biomédicaux. Tout d’abord la microscopie optique, pour tous ces échantillons, dans le but de détecter la présence d’infections intestinales. Puis, huit échantillons (M21 à M25, M20 et M26-M27), représentatifs de chacun des contextes, ont été sélectionnés pour des analyses élémentaires, afin de détecter d’éventuels métaux lourds provenant de polluants ou de traitements médicamenteux. Enfin, ces mêmes échantillons ont été soumis à des analyses taxonomiques (extraction ADN, PCR V4 16S) permettant d’identifier les micro-organismes (majoritairement bactériens) qui ne sont pas observables au microscope.

Résultats et discussion

15Sur ces prélèvements au pH neutre (7 à 7,5 sur papier Ph 1-14), des premiers éléments parasitologiques ont pu être mis en évidence.

Microscopie optique

16Les résultats de la microscopie optique des vingt-sept prélèvements du Pavillon royal (appartement du Roi, appartement de la Reine et aqueduc d’eaux pluviales) se révèlent être négatifs. Seuls les pavillons des invités (courtisans, personnages militaires et religieux) vont nous renseigner sur l’état de santé des personnes de haut rang de l’époque.

  • 4 Neafie et Connor 1976.
  • 5 Grouchy 1892, Perez 2007, Le Hodey de Saultchevreuil 1790.
  • 6 Cody, McCaffrey, Roberts et Kern 1997, Belgarbi-Dutron 2012.

17L’analyse microscopique du dépôt latrinaire du troisième pavillon du Levant montre, quant à elle, une présence faunique importante, notamment des œufs de Trichuris sp. (fig. 3 et 4) et des diatomées (fig. 5). Ces présences résultent respectivement d’un environnement souillé de matière fécale, provoquant des complications abdominales, cutanées et respiratoires4, et d’environnements aquatiques et humides, voire, indirectement, de la consommation de poisson carnivore. En effet, la consommation de coquillages, de tortues, de moules et de poissons est attestée à la cour, de Louis XIV à Louis XVI, par certains documents anciens5. La présence dans le prélèvement de l’aqueduc du Pavillon royal (M20) du champignon nocif Alternaria alternata (fig. 6 et 7) indique un milieu humide et chaud. Ce dernier se développe sur les plantes, les dépôts détritiques organiques et les aliments ; très répandu dans l’environnement contemporain, il provoque chez l’homme des affections épidermiques, des allergies respiratoires, de l’asthme, des leucopénies (dues aux mycotoxines), des mycoses cutanées, ainsi que des rhinites et des sinusites6.

Fig. 3 : Œufs de Trichuris sp. (x 1000), échantillon M26 du troisième pavillon du Levant.

Fig. 3 : Œufs de Trichuris sp. (x 1000), échantillon M26 du troisième pavillon du Levant.

© Anaïs Augias

Fig. 4 : Œufs de Trichuris sp. (x 1000), échantillon M27 du troisième pavillon du Levant.

Fig. 4 : Œufs de Trichuris sp. (x 1000), échantillon M27 du troisième pavillon du Levant.

© Anaïs Augias

Fig. 5 : Diatomées (x 1000), échantillon M27 du troisième pavillon du Levant.

Fig. 5 : Diatomées (x 1000), échantillon M27 du troisième pavillon du Levant.

© Philippe Charlier

Fig. 6 : Champignons de type Alternaria alternata (x 1000), échantillon M20 de l’aqueduc du Pavillon royal.

Fig. 6 : Champignons de type Alternaria alternata (x 1000), échantillon M20 de l’aqueduc du Pavillon royal.

© Anaïs Augias

Fig. 7 : Champignons de type Alternaria alternata (x 1000), échantillon M20 de l’aqueduc du Pavillon royal.

Fig. 7 : Champignons de type Alternaria alternata (x 1000), échantillon M20 de l’aqueduc du Pavillon royal.

© Anaïs Augias

  • 7 Heitzmann 2012.
  • 8 Ferrières 2007.
  • 9 Leteux 2005.
  • 10 Léonard 1986.
  • 11 Massy 1954.
  • 12 Balland 1913.
  • 13 Lafont 2012.

18Dans ce même pavillon, on note également la présence d’un œuf de Parascaris equorum (fig. 8 et 9). Comme son nom l’indique, il s’agit d’un parasite spécifique du cheval. Sa présence dans les latrines du pavillon des invités interroge. La selle des personnalités de haut rang se faisait généralement dans des seaux, lesquels étaient déversés dans les latrines par les domestiques. On sait que les écuries du château, à l’instar des bâtiments des officiers, se situaient à côté de la grille royale, et étaient dotées de latrines réservées à la domesticité7. On connaît l’existence de seaux d’aisances à cette époque. Ceux-ci pouvaient être entreposés au château de Marly et leur évacuation se faire dans l’écurie. Ce parasite induit une proximité avec les équidés et/ou une possible contamination directe ou indirecte, par la main de domestiques, excréments/main, excréments/bouche de l’homme, par exemple l’utilisation comme engrais d’excréments de chevaux. En effet, lors des fouilles archéologiques, de nombreux branchages dans la fosse du troisième pavillon du Levant ont été découverts ; de l’engrais et autres détritus de jardinage ont alors pu y être jetés. Une contamination postérieure aurait également pu se faire lors de la démolition du domaine en 1806. Il est également possible d’émettre l’hypothèse d’une hippophagie de certains invités. En effet, la consommation de cheval se rencontre dans différents lieux et rangs sociaux depuis le Moyen Âge8, et ce malgré l’interdiction de l’Église chrétienne et le statut noble du cheval. À l’époque du dernier séjour royal à Marly, en 1789, la consommation de cheval faisait débat : les uns accusaient cette viande d’amener des maladies9, tandis que les autres en vantaient les bienfaits nutritifs. Parmi ces derniers : Antoine Parmentier (1737-1813)10, qui était alors pensionnaire du roi Louis XVI aux Invalides depuis 1774 pour ses recherches11. Il fut ensuite censeur royal puis apothicaire-major des hôpitaux militaires (division du Havre et de Bretagne)12. Le curage des latrines royales durant le xviiie siècle ne nous permet pas de confirmer ou d’infirmer cette hippophagie, ni de penser que Parmentier faisait partie de l’entourage du roi et qu’il ait pu l’influencer. Il préconisait en effet le curage récurrent des latrines13. Quoi qu’il en soit, l’hypothèse de la consommation de viande de cheval à la cour de Louis XVI n’est pas fantaisiste. Cette viande a pu être servie à la table de la cour ou avoir été consommée indépendamment par un des invités.

19

Fig. 8 : Parascaris equorum (x 400), échantillon M27 du troisième pavillon du Levant.

Fig. 8 : Parascaris equorum (x 400), échantillon M27 du troisième pavillon du Levant.

© Philippe Charlier et Anaïs Augias

20

Fig. 9 : Parascaris equorum (x 400), échantillon M27 du troisième pavillon du Levant.

Fig. 9 : Parascaris equorum (x 400), échantillon M27 du troisième pavillon du Levant.

© Philippe Charlier et Anaïs Augias

Analyses élémentaires

  • 14 Charlier 2009.
  • 15 Perros 2014.
  • 16 Chevallier et Richard 1827, t. I.

21Huit échantillons, représentatifs des trois contextes (M21 à 25, M20 et M26-M27), ont été sélectionnés pour une analyse toxicologique. Ces prélèvements expriment des taux moyens majeurs à mineurs en métaux lourds (fig. 10), distinguant deux tendances : l’appartement du Roi et l’aqueduc du Pavillon royal d’une part et le troisième pavillon du Levant de l’autre. Les principaux métaux détectés sont le plomb (moyenne respective 6 704, 3 059 et 882 µg/g), l’arsenic (moyenne respective 8, 11 et 20 µg/g), l’étain (moyenne respective 55, 29 et 165 µg/g), l’argent (moyenne respective 9, 37 et 50 µg/g), le zinc (moyenne respective 56, 23 et 478 µg/g), le cuivre (moyenne respective 92, 286 et 245 µg/g) et le mercure (moyenne respective 10, 1 et 16 µg/g). Cette présence de métaux lourds dans les latrines du château de Marly résulterait essentiellement du dépôt d’objets dans le comblement. En effet, des anneaux en alliage cuivreux, un poids d’horloge en plomb, des plombs de vitrail, des fragments de fer ou des clous en cuivre ont été mis au jour dans le comblement des latrines du troisième pavillon du Levant (M26-M27). Aucun mobilier n’a été découvert dans le Pavillon royal puisque ses fosses ont été curées, mais des objets équivalents auraient également pu y être jetés. Ainsi, ne peuvent entrer dans une possible interprétation médicale le plomb, le cuivre et le fer, ni l’étain et le zinc, qui font partie de l’alliage cuivreux. Le taux mineur d’argent (Ag), malgré l’absence de mobilier de ce métal dans les latrines du troisième pavillon du Levant, va dans le sens d’une présence anormale et peut-être d’un traitement médicamenteux14. L’usage thérapeutique de l’argent est attesté, dès l’Antiquité égyptienne, comme cicatrisant, traitement cutané ou contre les ulcères et les parasites15. D’autre part, certaines pilules sont enrobées de feuilles d’argent16. Enfin, si l’argent (Ag) est absent du dépôt latrinaire du troisième pavillon du Levant, sa présence ancienne n’est pas impossible dans celui du Pavillon du roi. Il en est de même pour le mercure (Hg) : bien qu’aucun mobilier de ce métal n’ait été mis au jour dans les latrines analysées, des boules de mercure, utilisées pour les miroirs, l’ont été dans la fosse d’un autre pavillon lors de précédentes opérations archéologiques. Ainsi, seule la présence mineure de l’argent (Ag) pour les latrines du troisième pavillon du Levant pourrait nous interpeller et être interprétée comme une potentielle médication individuelle ou générale des usagers.

Fig. 10 : Présence moyenne de métaux lourds dans les échantillons du Pavillon royal et du troisième pavillon du Levant.

Fig. 10 : Présence moyenne de métaux lourds dans les échantillons du Pavillon royal et du troisième pavillon du Levant.

© Graphique : Joël Poupon et Anaïs Augias

Analyses taxonomiques

22Les huit échantillons choisis ont bénéficié d’une première série d’analyses taxonomiques, à savoir l’extraction ADN suivie d’une amplification (PCR) du gène 16S de la région V4 (permettant la distinction et l’identification des bactéries et archébactéries). Le but étant d’exprimer la présence de micro-organismes non détectés à la microscopie optique et caractéristiques d’un état sanitaire.

  • 17 Shimitzu 2001.

23Certaines présences microbiologiques peuvent déjà renseigner sur d’éventuelles pathologies dont auraient pu être atteints les habitants du château, à l’instar des Clostridium perfringens et tetani (respectivement trois et treize lectures dans la base de données bio-informatique Shaman/Greengenes). Bien qu’isolée dans le sol, la présence de la bactérie pathogène Clostridium perfringens évoque de possibles gangrènes parmi les usagers des latrines17, de même pour la présence de Clostridium tetani qui pourrait indiquer qu’un ou plusieurs usagers étaient atteints du tétanos.

  • 18 Tito, Knights, Metcalf, Obregon-Tito, Cleeland 2012.
  • 19 Pehrsson, Tsukayama, Patel 2016.

24Toutefois, bien que les premières données brutes des espèces montrent une faune pathogène et différentielle (fig. 11) entre les échantillons du début et ceux de la fin du xviiie siècle, on note la présence majoritaire des phyla Proteobacteria et Actinobacteria (fig. 12), lesquels sont respectivement caractéristiques de l’eau et du sol18. En effet, les dépôts latrinaires présentent la difficulté d’être intermédiaires entre le sol et les fèces19. Compte tenu de cette ambiguïté taxonomique, ainsi que de la fragmentation trop importante de l’ADN ancien, il est, à ce stade des études taxonomiques, impossible de tirer des conclusions biologiques fiables.

Fig. 11 : Analyse en composants taxonomiques principaux des échantillons du Pavillon royal et du Shaman/Greengenes pavillon du Levant.

Fig. 11 : Analyse en composants taxonomiques principaux des échantillons du Pavillon royal et du Shaman/Greengenes pavillon du Levant.

© Graphique : Sean Kennedy et Anaïs Augias

Fig. 12 : Abondance des phyla dans la totalité des échantillons.

Fig. 12 : Abondance des phyla dans la totalité des échantillons.

© Graphique : Sean Kennedy et Anaïs Augias

Conclusion

  • 20 Bouchet 1998.

25Ces résultats confirment, dans un premier temps, la présence persistante de matières et de faune excrémentielles certaines dans les latrines maçonnées du troisième pavillon du Levant du château de Marly, malgré les éventuelles contraintes taphonomiques. Les latrines de ce pavillon présentent un profil parasitaire semblable aux premières constatations de Françoise Bouchet, à savoir un état sanitaire précaire généralisé aux utilisateurs des latrines20. Ces données révèlent des comportements d’hygiène à risque, tels que la sous-cuisson de la viande, le manque de lavage des mains et des crudités.

  • 21 Bouchet 1989.

26Bien qu’il soit impossible de distinguer des profils individuels et de proposer un profil infectieux selon le rang social, la récurrence d’une même faune parasitaire dans les deux pavillons testés révèle une atteinte généralisée correspondant à la population de l’époque puisque, outre les sujets de la cour et les domestiques du château de Marly, ce domaine recevait des invités extérieurs de haut rang. De tels spécimens parasitaires ont été également rencontrés lors de l’étude d’ensembles médiévaux de l’île de la Cité de Paris21. Bien que le curage des latrines du Pavillon royal n’ait pas permis de certifier de manière fiable le caractère fécal des sédiments prélevés dans les appartements du Roi et de la Reine ainsi que dans l’aqueduc, rien n’infirme ces atteintes intestinales chez le roi et la reine.

  • 22 Le Marguet 1971.
  • 23 Charlier 2006.

27En effet, les résultats exprimés dans les pavillons annexes s’accordent avec le diagnostic de vers intestinaux fait par Fagon chez le roi Louis XIV, connu pour souffrir de vapeurs et de troubles abdominaux tels que des « indigestions dégoûtantes » et des « orages des voies digestives »22, à une période de sa vie, bien que ces atteintes n’aient pas été révélées lors de l’autopsie23.

28Ces premières observations pourraient confirmer certains comportements sanitaires et alimentaires.

29De futures manipulations biologiques viseront à élargir l’amplification par le biais d’un séquençage massif (Shotgun) et à exclure la contamination environnementale des échantillons par le biais d’un carottage réalisé à proximité du dépôt latrinaire. L’observation future de particularités telles que des parasites « exotiques » supposerait la consommation de mets rares (viandes lointaines parasitées) ou le séjour d’hôtes étrangers (ambassadeurs du Siam à la cour de Louis XIV en 1686 par exemple) ou des séjours à l’étranger de personnages de la cour ou du roi.

Haut de page

Bibliographie

Balland Antoine, 1913, Les pharmaciens militaires français, Paris, Librairie militaire Fournier.

Belgarbi-Dutron Laurence, 2012, « Morphologie de la levure Alternaria Alternata », Publications du département de biologie, Lyon, École normale supérieure de Lyon.

Bouchet Françoise, 1998, « Enquête épidémiologique sur les helminthiases à la cour de Louis XIV », Médecine/Sciences, no 14, p. 463-466.

Bouchet Françoise et al., 1989, « Étude parasitologique des coprolithes et des sédiments de trois ensembles clos médiévaux de la rue de Lutèce (île de la Cité) à Paris », Revue d’archéométrie, 13, p. 13-21.

Charlier Philippe et al., 2009, « Fatal Alchemy. Did Gold Kill a 16th Century French Courtesan and Favourite of Henri II, Ask », BMJ, 339, p. 1402-1403.

Charlier Philippe, 2006, Médecin des morts : récits de paléopathologie, Paris, Fayard.

Chevallier Alphonse et Richard Achille, 1827, Dictionnaire des drogues simples et composées ou Dictionnaire d’histoire naturelle médicale, de pharmacologie et de chimie pharmaceutique, Paris, Béchet jeune.

Cody D. Thane, McCaffrey Thomas V., Roberts Glen, Kern Eugene B., 1997, « Effects of Aspergillus fumigatus and Alternaria alternata on Human Ciliated Epithelium in Vitro », The Laryngoscope, 107, p. 11.

Ferrières Madeleine, 2007, Nourritures canailles, Paris, Seuil.

Grouchy Emmanuel-Henri, 1892, « Comptes de maison du cardinal de Richelieu, des ducs de Nemours et de Candalle, du cardinal Mazarin, du roi Louis XIV, de Mesdemoiselles d’Orléans, de la duchesse de Bourgogne et de la reine Marie Leczinska (1633-1747) », Bulletin de la Société de l’histoire de Paris et de l’Île-de-France, 19, p. 53-59 ; repris et développé par P. Couperie, « Les marchés de pourvoierie : viandes et poissons chez les Grands au xviie siècle », dans Hémardinquer 1970, p. 241-253.

Heitzmann Annick, 2012, « Archéologie à Marly : bilan et perspectives », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 18 décembre 2013. URL : http://crcv.revues.org/11948 ; DOI : 10.4000/crcv.11948.

Hémardinquer Jean-Jacques, 1970, Pour une histoire de l’alimentation, Paris, Armand Colin.

Lafont Olivier, 2012, Parmentier. Au-delà de la pomme de terre, Paris, Pharmathèmes.

Le Hodey de Saultchevreuil Étienne, 1790, Journal des états généraux, convoqués par Louis XVI, Paris, L. M. Cellot.

Le Maguet Paul-Émile, 1971 [1899], Le monde médical parisien sous le Grand Roi, Genève, Slatkine.

Léonard Jacques, 1986, Archives du corps : la santé au xixe siècle, Rennes, Ouest-France.

Leteux Sylvain, 2005, « L’hippophagie en France. La difficile acceptation d’une viande honteuse », Terrains et travaux, vol. 9, n° 2, p. 143-158.

Massy R., 1954, « À l’apothicairerie de l’Hôtel Royal des Invalides. Le conflit de 1772 entre l’administration et les Filles de la Charité », Revue d’histoire de la pharmacie, vol. 42, n° 142, p. 315-324.

Neafie Ronald C. et Connor Daniel H., 1976, « Trichuriasis », dans H. Binford et D.H. Connor (dir.), Pathology of Tropical and Extraordinary Diseases, vol. 2, p. 415-420.

Pehrsson Erica C., Tsukayama Pablo, Patel Sanket et al., 2016, « Interconnected Microbiomes and Resistomes in Low-Income Human Habitats », Nature, n° 533, p. 212-216.

Perez Stanis, 2007, La santé de Louis XIV : une biohistoire du Roi-Soleil, Seyssel, Champ Vallon.

Perros Jeanne, 2014, L’argent colloïdal : un remède en or !, Paris, La Maisnie-Trédaniel.

Shimitzu Tohru et al., 2001, « Complete Genome Sequence of Clostridium perfringens, an Anaerobic Flesh-Eater », Proc. Natl Acad. Sci., n° 99(2), p. 996-1001.

Tito Raul Y., Knights Dan, Metcalf Jessica, Obregon-Tito Alexandra J., Cleeland Laureen et al., 2012, « Insights from Characterizing Extinct Human Gut Microbiomes », Plos One, 7 (12), e51146.

Haut de page

Notes

1 Bouchet 1998.

2 Heitzmann 2012.

3 Bouchet 1998.

4 Neafie et Connor 1976.

5 Grouchy 1892, Perez 2007, Le Hodey de Saultchevreuil 1790.

6 Cody, McCaffrey, Roberts et Kern 1997, Belgarbi-Dutron 2012.

7 Heitzmann 2012.

8 Ferrières 2007.

9 Leteux 2005.

10 Léonard 1986.

11 Massy 1954.

12 Balland 1913.

13 Lafont 2012.

14 Charlier 2009.

15 Perros 2014.

16 Chevallier et Richard 1827, t. I.

17 Shimitzu 2001.

18 Tito, Knights, Metcalf, Obregon-Tito, Cleeland 2012.

19 Pehrsson, Tsukayama, Patel 2016.

20 Bouchet 1998.

21 Bouchet 1989.

22 Le Marguet 1971.

23 Charlier 2006.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Fosses d’aisances de l’appartement du Roi au Pavillon royal.
Crédits © Philippe Charlier
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14092/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Fig. 2 : Coupe stratigraphique des latrines du troisième pavillon du Levant.
Crédits © Schéma : Annick Heitzmann, Château de Versailles
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14092/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre Fig. 3 : Œufs de Trichuris sp. (x 1000), échantillon M26 du troisième pavillon du Levant.
Crédits © Anaïs Augias
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14092/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
Titre Fig. 4 : Œufs de Trichuris sp. (x 1000), échantillon M27 du troisième pavillon du Levant.
Crédits © Anaïs Augias
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14092/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
Titre Fig. 5 : Diatomées (x 1000), échantillon M27 du troisième pavillon du Levant.
Crédits © Philippe Charlier
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14092/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Titre Fig. 6 : Champignons de type Alternaria alternata (x 1000), échantillon M20 de l’aqueduc du Pavillon royal.
Crédits © Anaïs Augias
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14092/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 584k
Titre Fig. 7 : Champignons de type Alternaria alternata (x 1000), échantillon M20 de l’aqueduc du Pavillon royal.
Crédits © Anaïs Augias
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14092/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Titre Fig. 8 : Parascaris equorum (x 400), échantillon M27 du troisième pavillon du Levant.
Crédits © Philippe Charlier et Anaïs Augias
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14092/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 4,0M
Titre Fig. 9 : Parascaris equorum (x 400), échantillon M27 du troisième pavillon du Levant.
Crédits © Philippe Charlier et Anaïs Augias
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14092/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 4,0M
Titre Fig. 10 : Présence moyenne de métaux lourds dans les échantillons du Pavillon royal et du troisième pavillon du Levant.
Crédits © Graphique : Joël Poupon et Anaïs Augias
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14092/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Fig. 11 : Analyse en composants taxonomiques principaux des échantillons du Pavillon royal et du Shaman/Greengenes pavillon du Levant.
Crédits © Graphique : Sean Kennedy et Anaïs Augias
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14092/img-11.png
Fichier image/png, 21k
Titre Fig. 12 : Abondance des phyla dans la totalité des échantillons.
Crédits © Graphique : Sean Kennedy et Anaïs Augias
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14092/img-12.png
Fichier image/png, 12k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Charlier, Anaïs Augias, Philippe Sansonetti, Françoise Bouchet, Céline Bon, Sean Kennedy et Laure Segurel, « Étude paléoparasitologique des latrines du Pavillon royal et du 3e Pavillon du Levant du Château de Marly », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2017, mis en ligne le 23 décembre 2017, consulté le 19 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/crcv/14092 ; DOI : 10.4000/crcv.14092

Haut de page

Auteurs

Philippe Charlier

Maître de conférences et directeur de recherche, laboratoire d’éthique médicale et de médecine légale (EA 4569), université Paris-Descartes. CASH & IPES de Nanterre. Équipe d’anthropologie médicale et médico-légale, UFR des sciences de la santé (UVSQ & EA 4569 Paris-Descartes).

Anaïs Augias

Doctorante au laboratoire d’Éthique médicale et de médecine légale (EA 4569), université Paris-Descartes. ATER en bio-archéologie au Collège de France. Membre de l’équipe d’anthropologie médicale et médico-légale, UFR des sciences de la santé (UVSQ & EA 4569 Paris-Descartes).

Philippe Sansonetti

Professeur au Collège de France, chercheur et directeur de l’unité INSERM 786 « Colonisation et invasion microbienne des muqueuses » et de l’unité de « Pathogénie microbienne moléculaire » à l’Institut Pasteur.

Françoise Bouchet

Professeur à l’UFR de pharmacie de Reims, directrice du laboratoire de Parasitologie environnementale et paléo-parasitologie du GEGENA.

Céline Bon

Enseignant-chercheur, professeur adjoint, Équipe de Génétique des populations humaines, UMR7206 Éco-anthropologie et Ethnobiologie. Plateau technique paléogénomique et génétique moléculaire du département Hommes, Natures et Sociétés. Musée de l’Homme.

Sean Kennedy

Docteur en microbiologie, directeur du pôle Bio-Omics, Centre d’Innovation et recherche technologique, Institut Pasteur.

Laure Segurel

Chercheure CNRS, Équipe de Génétique des populations humaines, UMR 7206 Éco-anthropologie et Ethnobiologie. Département Hommes, Natures et Sociétés. Musée de l’Homme.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals