Navigation – Plan du site
Marly

L’usage du plâtre dans le château de Marly, de la construction au décor

Uses of Gypsum Plaster in the Château de Marly, from Construction to Decoration
Ivan Lafarge et Tiffanie Le Dantec

Résumés

Les fouilles réalisées en 2015 sur le Pavillon royal de Marly ont mis au jour d’importantes quantités de plâtre et très peu d’autres matériaux de construction mis à part les pierres. L’étude de ces éléments amène à formuler des hypothèses de restitution de la structure constructive du pavillon. De la même manière, l’observation des traces de peinture sur les enduits de plâtre éclaire aussi bien la construction du Pavillon royal que l’ensemble de la construction du xviie siècle, qu’elle soit courante ou prestigieuse.

Haut de page

Texte intégral

1Un des objets de l’archéologie est de restituer la forme des monuments disparus du passé. Le cas du Pavillon royal de Marly en est un exemple éloquent. En effet, grâce aux représentations, on connaît l’édifice du temps de sa splendeur, mais les sources écrites et iconographiques restent imprécises quant à sa construction. En outre, si elles éclairent d’une certaine manière l’économie de cette construction, elles n’en donnent pas à comprendre la structure et les informations qu’elles nous livrent sont très largement relativisées par les données archéologiques, de sorte qu’on en arrive à se demander jusqu’à quel point ces dernières doivent être interprétées.

  • 1 En 2015, à l’occasion du tricentenaire de la mort de Louis XIV, le programme trisannuel d’études ar (...)

2Avant de développer les résultats des observations réalisées sur les fragments de plâtre exhumés lors des fouilles de 2015 du Pavillon royal1, il convient de donner quelques précisions au sujet des matériaux et des approvisionnements potentiels de ce chantier royal.

Les matériaux

  • 2 Lafarge 2013.
  • 3 La réintégration de l’eau de cristallisation émet un léger échauffement. Ce phénomène, appelé « pri (...)

3Le plâtre est un matériau courant de la construction en Île-de-France depuis le ier siècle après J.-C., soit sous la forme de blocs de gypse issus de carrières, soit sous la forme de liant, enduit, éléments décoratifs ou éléments préfabriqués tels que plaques, briques etc.2. C’est à l’origine une roche, le gypse, dont la composition chimique (CaSO4 2H2O – sulfate de calcium dihydrate) permet la déshydratation à une température facile à atteindre (à partir de 120 °C), cette déshydratation totale ou partielle du plâtre est réversible : le gypse se réhydrate sans difficulté. Une fois la roche cuite réduite en poudre et remouillée, la reprise d’eau de cristallisation permet au mélange de durcir3. Le plâtre pris a la même formule chimique que le gypse dont il est issu, ce processus est donc reproductible (fig. 1).

Fig. 1 : Le cycle du plâtre.

Fig. 1 : Le cycle du plâtre.

Photos et dessin : © Ivan Lafarge

4La chaux (CaO) est issue de la combustion du calcaire (CaCO3, carbonate de calcium). Sa production est issue d’un processus similaire à celui du plâtre à cette différence que la production de chaux nécessite des températures beaucoup plus élevées (900 à 1 100 °C), elle est donc techniquement et économiquement plus contraignante. Les qualités intrinsèques de la chaux comme liant ou enduit diffèrent de celles du plâtre, notamment du point de vue du temps de prise, rapide pour le plâtre, long pour la chaux.

  • 4 Nous devons des remerciements à Hugues de Bazelaire et Josette Desrues de l’association Port-Marly (...)

5Le gypse et le calcaire sont des ressources disponibles dans les proches environs de Marly4 :

  • 5 BRGM 1987.

Sous les Marnes supragypseuses, le gypse et ses marnes existent sous le faciès typique dans la butte de Villennes-sur-Seine (au nord-ouest de Marly) où une ancienne exploitation de gypse est connue. Le faciès marneux (marnes calcaires blanchâtres) existe seul (ép. 1 à 5 mètres) dans la région de Saint-Germain et de Versailles ainsi que sur les bordures de l’anticlinorium de Beynes5. (fig. 2)

  • 6 Oudiette 1817.

6Ces carrières de gypse seraient donc à rechercher vers l’ouest entre Chambourcy et Nivelles-sur-Seine. Par ailleurs, des fours à plâtre sont signalés au début du xixe siècle au Port-Marly. Le terroir de cette commune est en terres labourables et vignes. On y trouve des carrières et fours à chaux. Des fours à plâtre y sont également établis, mais la pierre qu’on y emploie provient d’Argenteuil et de La Frette ; un port, sur l’un des bras de la Seine, facilite le transport de diverses marchandises telles que grains, foins, paille, bois, pierre de taille, chaux, plâtre6.

Figure 2 : Carte géologique.

Figure 2 : Carte géologique.

© BRGM – InfoTerre

  • 7 Farion et Hantraye 2007.
  • 8 Lafarge 2013.
  • 9 Lafarge 2013 et Lardin 2002.
  • 10 Marché de maçonnerie du pavillon de la Perspective, Archives nationales (désormais AN), O1 1465, pi (...)
  • 11 Ou bâtiment des offices, construit un peu plus tardivement que le Pavillon royal (à partir de 1684) (...)
  • 12 Saint-Leu-d’Esserent, dans l’Oise.
  • 13 Lafarge 2013. Sur l’usage des moellons, voir Louis Savot (1673) qui considère le moellon comme un e (...)
  • 14 Comptes des bâtiments du roi… 1887, t. II, col. 470 (année 1684).

7Le gypse mentionné provient des environs de Cormeilles-en-Parisis, où les exploitations de gypse ne sont systématisées qu’à partir des années 18307. Ainsi, la ressource locale en plâtre dépend de carrières assez éloignées. Les fours à plâtre sont des aménagements fréquents depuis l’époque médiévale8, de Paris jusqu’en Normandie9. Quant aux pierres à bâtir, malgré les mentions de carrières locales, elles sont extraites de carrières plus lointaines encore10. Selon la carte des chasses, les centres carriers les plus proches paraissent être Carrières-sur-Seine (Carrières-Saint-Denis) et Nanterre (fig. 3), mais les comptes de construction du pavillon de la Perspective11 mentionnent Arcueil, Meudon et Saint-Leu12. Les « moilons de Marly » sont certainement des remplois13 et les pierres de taille utilisées pour la construction du Pavillon royal paraissent provenir de Saint-Leu. La mention de « plastre de Marly14 » reste sujette à interprétation : s’agit-il de plâtre cuit aux fours du Port-Marly, ou bien de plâtre issu de gypse extrait localement ? Comme on l’a évoqué plus haut, la provenance la plus vraisemblable du plâtre est Cormeilles-en-Parisis et c’est le fait que la pierre soit cuite dans les fours de Port-Marly qui serait à l’origine de cette appellation de « plastre de Marly ».

Fig. 3 : Les extractions reconnues sur la carte des chasses du roi, feuille 1 Versailles et feuille 2 Poissy (relevés début xviiie, édition 1764).

Fig. 3 : Les extractions reconnues sur la carte des chasses du roi, feuille 1 Versailles et feuille 2 Poissy (relevés début xviiie, édition 1764).

© Fond Département de la Seine-Saint-Denis – DAO : Ivan Lafarge

La structure

  • 15 Le plâtre était en effet régulièrement récupéré, soit pour recuisson, soit pour utiliser les plâtra (...)

8L’étude des matériaux de construction du Pavillon royal reste partielle, tant du fait du peu de mentions les concernant dans les Comptes des bâtiments du Roi, que de la faible quantité d’éléments significatifs retrouvés sur place, signe d’une récupération systématique de la pierre de taille, mais aussi des moellons, carreaux, briques et même du plâtre15. Malgré ces lacunes documentaires, l’étude encore en cours permet de dégager des tendances assez fortes.

  • 16 Hartmann 2013. Le Pavillon royal est construit de 1679 à 1683, le reste fut prêt à la fin de 1685 ( (...)

9Le château de Marly est construit entre 1680 et 1685, sur un projet établi en 1679 sous la maîtrise d’œuvre de Jules Hardouin-Mansart (fig. 4), assisté de Charles Le Brun pour l’ornementation16. Si quelques travaux ont lieu jusque dans la seconde moitié du xviiie siècle (construction du Grand Degré en 1711, aménagements pour Louis XV en 1768-1770 ou pour Marie-Antoinette en 1784), ils n’ont pas affecté profondément la structure maçonnée du bâtiment.

Fig. 4 : Marly, projet de plan pour le rez-de-chaussée du Pavillon royal, 1679. Stockholm, Nationalmuseum, CC 2259.

Fig. 4 : Marly, projet de plan pour le rez-de-chaussée du Pavillon royal, 1679. Stockholm, Nationalmuseum, CC 2259.

© Nationalmuseum, Stockholm / Cecilia Heisser

10La construction du Pavillon royal, documentée par la fouille, est surtout interprétable en négatif par l’observation des gravats issus des démolitions. Il en ressort une forte prédominance du plâtre dans les maçonneries, même s’il ne faut pas négliger l’impact des récupérations différentielles.

  • 17 La meulière peut être d’origine locale.
  • 18 Lots 255, 256, 257 lapidaire hors contexte ; piédroits et claveaux liés au plâtre.

11Le bâtiment était fondé sur des maçonneries de moellons de meulière17 et de calcaire lutétien, provenant probablement du banc de Saint-Leu liées au mortier de chaux et sable jaune (fig. 5). Ces maçonneries constituent aussi les murs des caves et des fosses d’aisances. La pierre de taille (calcaire lutétien) formait les soubassements, les chaînes d’angles et les harpages, ainsi que les encadrements de baies (fig. 6 et 7). Les quelques fragments qui ont pu être recueillis montrent clairement que ces blocs de pierre de taille étaient liés entre eux par du plâtre (fig. 7)18. Les vestiges archéologiques, ainsi que les nombreux exemples de comparaison suggèrent que les maçonneries des murs de façade étaient constituées de moellons liés au plâtre. La brique peut avoir été utilisée pour raidir la structure des façades (fig. 6 et 7).

Fig. 5 : Fouilles du Pavillon royal, maçonneries de caves et fondations.

Fig. 5 : Fouilles du Pavillon royal, maçonneries de caves et fondations.

© Annick Heitzmann

Fig. 6 : Restitution hypothétique des élévations extérieures en maçonnerie de moellons et/ou briques liés au plâtre avec chaînages d’angle, harpages et encadrement en pierre de taille pour les murs extérieurs. École de Charles Le Brun, Projet pour la décoration à fresque du Pavillon royal. Paris, musée du Louvre, département des Arts graphiques, inv. 30272ro (GM 8412).

Fig. 6 : Restitution hypothétique des élévations extérieures en maçonnerie de moellons et/ou briques liés au plâtre avec chaînages d’angle, harpages et encadrement en pierre de taille pour les murs extérieurs. École de Charles Le Brun, Projet pour la décoration à fresque du Pavillon royal. Paris, musée du Louvre, département des Arts graphiques, inv. 30272ro (GM 8412).

Voir la notice du dessin du Louvre.

DAO : © Ivan Lafarge

Fig. 7 : Éléments de maçonnerie issus des remblais fouillés ou dégagés en 2015, des blocs de harpage et de piédroit en calcaire lutétien (Saint-Leu ?), dont au moins un claveau.

Fig. 7 : Éléments de maçonnerie issus des remblais fouillés ou dégagés en 2015, des blocs de harpage et de piédroit en calcaire lutétien (Saint-Leu ?), dont au moins un claveau.

© Ivan Lafarge

Fig. 8 : Fragments de maçonnerie de briques.

Fig. 8 : Fragments de maçonnerie de briques.

© Ivan Lafarge

12Ce système constructif se développe dès la Renaissance, mais devient extrêmement fréquent au xviie siècle. Il permet un gain de temps considérable sur le chantier, en réduisant les temps de prise et la masse des matériaux pondéreux. Il facilite les approvisionnements et allège les coûts. En effet, le plâtre faisant prise beaucoup plus rapidement que la chaux, en particulier la chaux aérienne, ce type de mise en œuvre accélère le chantier. En contrepartie, il présente une plus grande sensibilité à l’humidité et aux intempéries pendant les travaux.

  • 19 Babelon 1965.
  • 20 Depuis la Renaissance, on peut citer parmi les plus connus : Du Cerceau, Delorme, Savot, Le Muet...
  • 21 Savot 1673.

13On observe ce type de bâti au château de Versailles, à l’église voisine Saint-Vigor de Marly, ou encore sur la place des Vosges, pour ne citer que des exemples proches et connus (fig. 9, 10 et 11)19. Les architectes contemporains ont beaucoup écrit20, mais s’ils développent largement leurs propos quant à la forme du bâti, ils sont généralement peu loquaces quant aux matériaux utilisés. Louis Savot, cependant, donne des précisions sur le prix des matériaux à Paris et s’intéresse notamment aux moellons et au plâtre, tant pour leur qualité que pour leur intérêt économique21.

14Ce mode de construction, s’il n’est pas décrit par les archives pour le Pavillon royal, l’est pour d’autres pavillons, notamment celui de la Perspective :

À la veuve Veret, plâtrière, pour son payement de 19 voyes de plâtre de chacune 12 sacs, employés à l’enduit du petit bastimen entre les pavillons des offices où l’on doit faire la perspective, et ce pendant les 2 semaines finies le 12e jour de may, la somme de 57.

  • 22 AN, O1 1475, p. 27-28, documents indiqués par Virginie Bergeret que nous remercions.

À Gilles Juel, plâtrier, pour son payement des 19 voyes de plâtre de 12 sacs pour voye qu’il a livré au petit batimen entre les pavillons des offices pour y faire les enduits de la perspective ; à 3l la voye, et ce pendant les 2 semaines finies le 26e may, la somme de 5722.

  • 23 Comptes des bâtiments du roi… 1887, t. II, col. 470 (année 1684).
  • 24 Ibid.
  • 25 Ibid. ; Bergeret 2013, p. 13-15, et AN, O1 1465 n° 374.

15On a très peu d’informations sur les sols du Pavillon royal. Ils ne sont quasiment pas documentés par l’archéologie, seuls quelques fragments et quelques empreintes de tomettes dans du plâtre ont été trouvés, mais en nombre insuffisant pour conclure que ce matériau a recouvert des surfaces de sols significatives dans le bâtiment. Les quelques mentions des Comptes des bâtiments du Roi sont imprécises. Il y est question de parquets : « A Lamoureux et Bonnart, pour deux muids et 1/2 10 sacs de plastre de Marly pour mettre sous le parquet que l’on a posé au chasteau. 48tt 15’23. » On peut supposer que le Salon et les vestibules étaient dallés de marbre, que les appartements étaient parquetés et que les sols de tomettes étaient cantonnés aux lieux d’aisances et de service. Au pavillon de la Perspective, les sources indiquent que les briques doivent être « les meilleures qui s’emploient audit lieu et bien cuites24 ». Cela pourrait signifier un approvisionnement local, avec un contrôle méticuleux des matériaux fournis. Les « carreaux à six pans » sont « posés en plastre pur25 », cette technique est décrite dans le Dictionnaire technologique de Lenormand et Francœur :

  • 26 Francœur et Lenormand 1822-1835, t. 4, p. 227 ; entrée : Carreleur.

Le plâtre est beaucoup meilleur [sic] pour le carrelage que le mortier ; lorsqu’il a fait prise, les carreaux sont pour ainsi dire inébranlables, tandis qu’avec le mortier, le moindre choc les déplace26.

Fig. 9 : Église Saint-Vigor de Marly construite par Jules Hardouin-Mansart, dessin de Robert de Cotte, 1688. Paris, Bibliothèque nationale de France, Estampes, RESERVE HA-18 (41)-FOL.

Fig. 9 : Église Saint-Vigor de Marly construite par Jules Hardouin-Mansart, dessin de Robert de Cotte, 1688. Paris, Bibliothèque nationale de France, Estampes, RESERVE HA-18 (41)-FOL.

http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b55001004t

Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France

Fig. 10 : Paris, place des Vosges (ancienne Place royale) par Louis Métezeau, 1605-1612. Photo de 1982.

Fig. 10 : Paris, place des Vosges (ancienne Place royale) par Louis Métezeau, 1605-1612. Photo de 1982.

© D. Bontemps / RMN

Fig. 11 : Paris, place des Vosges (ancienne Place royale) par Louis Métezeau, 1605-1612. Photo de 1992.

Fig. 11 : Paris, place des Vosges (ancienne Place royale) par Louis Métezeau, 1605-1612. Photo de 1992.

© A. Guérinet / RMN

Fig. 12 : Fragments de plâtre issus de pans de bois avec des exemples de comparaison à Villemomble vers 1760.

Fig. 12 : Fragments de plâtre issus de pans de bois avec des exemples de comparaison à Villemomble vers 1760.

Photos et DAO : © Ivan Lafarge

  • 27 Comptes des bâtiments du roi… 1887, t. II, col. 69 (année 1681).
  • 28 AN, O1 1472-5, signalé par Bruno Bentz, historien et archéologue spécialiste du château de Marly, s (...)
  • 29 Les « trous noirs » sont les espaces sombres situés entre les appartements et le Grand Salon centra (...)

16De la même manière, si les Comptes mentionnent à de très nombreuses reprises la livraison et le travail du plomb, les indications concernant la couverture sont vagues. Le plomb a certainement servi pour les toitures et pour les gouttières d’évacuation des eaux de la coupole centrale : « 12 may [1681] : à eux [Bailli et l’Espée ; entrepreneurs], sur les aqueducs et aires pour poser les plombs des terrasses du grand pavillon. 500tt27. » Une coupe28 montre clairement l’existence de gouttières, d’un sol en plomb sur la terrasse et de puits de lumière qui éclairaient les trous noirs29 du rez-de-chaussée, éléments garnis de plomb. On voit des gouttières sur d’autres documents figurés, notamment celle ceinturant la coupole centrale du pavillon (fig. 14, signalée par une flèche).

Fig. 13 : Plan structurel des maçonneries. Anonyme, Plan du château et des pavillons de Marly (détail), v. 1690. Paris, Archives nationales, O1 1470a, no 1.

Fig. 13 : Plan structurel des maçonneries. Anonyme, Plan du château et des pavillons de Marly (détail), v. 1690. Paris, Archives nationales, O1 1470a, no 1.

Maçonneries en briques et/ou moellons liés au plâtre pour les éléments porteurs (structurels) à l’extérieur, pans de bois hourdis de plâtre sur moellons, briques et lattis pour les cloisonnements intérieurs, brique liée au plâtre pour les cheminées.

DAO : © Ivan Lafarge

  • 30 1472-3 (vers 1714) et Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la Photograp (...)
  • 31 Heitzmann 2015.

17Certains plans30 indiquent aux angles nord-est et sud-ouest des descentes de toiture de la même taille et d’une forme similaire à celles situées dans les angles opposés, correspondant aux lieux d’aisances de l’étage et du rez-de-chaussée. Selon toute vraisemblance, ces descentes sont à associer aux structures découvertes en sous-sol : quatre aqueducs convergeant au centre du bâtiment et servant à récupérer les eaux pluviales sous le Grand Salon et fosses d’aisances sous les appartements rouge (celui du roi) et aurore (celui de la Princesse palatine)31. Le devis de construction mentionne des « chausses d’aisance » qu’il distingue des tuyaux de décharge des eaux de toiture :

Seront faits les acqueducs nécessaires pour la descharge et conduitte des eaues des combles… lesquels acqueducs seront cintrez en arcade…

  • 32 Cet élément est en fait la cunette du fond de l’aqueduc.

Sera mise une dalle de pierre dure de Meudon tout de la largeur du vuide dudit acqueduc ... et [les pierres] seront taillées et creusées environ un pouce et demy pour faciliter l’escoulement des eaux32 ...

  • 33 AN, O1 1472-3, plans de 1714 ; nous devons ces informations à Bruno Bentz, elles sont confirmées po (...)

Seront faits ... la maçonnerie des chausses d’aisance et passage de thuyaux pour la descharge des eaues des combles33.

  • 34 PlA21 et PlA32 (diamètre 220 à 250 millimètres).
  • 35 PlA46 (diamètre similaire : 220-250 millimètres).
  • 36 PlA10 (diamètre 130 millimètres).

18La fouille a mis au jour des éléments de ces descentes d’eaux pluviales et d’eaux usées en terre cuite. Or, des fragments de plâtre34 correspondent à des structures présentant des concavités de même diamètre que ces poteries, ils sont marqués des empreintes d’une armature de bois et d’un lattis. Les canalisations de descente se trouvaient donc à l’intérieur de coffrages constitués de pans de bois hourdis de plâtre (fig. 14). Un fragment de plâtre35 correspond au liant de fixation sur la canalisation : on y voit les empreintes de stries de tournage du tuyau, ainsi que des tuyauteries en terre cuite maintenues par le plâtre et dont les diamètres correspondent. Un autre morceau36 dont la concavité est d’un plus petit diamètre, enserrait une canalisation secondaire (fig. 15).

Fig. 14 : Plan du rez-de-chaussée du château de Marly, vers 1714. Descentes d’eau pluviale indiquées par des flèches. Paris, Archives nationales de France, O1 1472-3.

Fig. 14 : Plan du rez-de-chaussée du château de Marly, vers 1714. Descentes d’eau pluviale indiquées par des flèches. Paris, Archives nationales de France, O1 1472-3.

Photo : Domaine public

Fig. 15 : Plan du premier étage du château de Marly, 1711. Descentes d’eau pluviale indiquées par des flèches. Paris, Bibliothèque nationale de France, Va78a-3 B7712 ; 1711.

Fig. 15 : Plan du premier étage du château de Marly, 1711. Descentes d’eau pluviale indiquées par des flèches. Paris, Bibliothèque nationale de France, Va78a-3 B7712 ; 1711.

© Bibliothèque nationale de France

Fig. 16 : Éléments de descentes d’eaux pluviales et usées.

Fig. 16 : Éléments de descentes d’eaux pluviales et usées.

DAO et photos : © Ivan Lafarge

  • 37 PlA35 ; PlA61 (diamètre 370 millimètres) et PlA62 (diamètre 490 millimètres).
  • 38 PlA11.
  • 39 PlA64.

19Plusieurs fragments de plâtre proviennent de conduits ou de hottes de cheminées plus ou moins teintés par les suies37. L’un d’eux38, dressé en enduit, fortement calciné et portant d’importantes traces d’oxyde de fer, est un fragment de contrecœur de cheminée (fig. 17) ; un autre39 montre le surmoulage d’une maçonnerie de tuile du type contrecœur ou sole de cheminée. Il s’agit sans doute de remplois.

Fig. 17 : Éléments de cheminées.

Fig. 17 : Éléments de cheminées.

DAO et photos : © Ivan Lafarge

  • 40 Le principe de positionnement des moulurations est simple : il faut placer l’écoulement de la goutt (...)

20Parmi les fragments de plâtre exhumés à la fouille, le nombre le plus conséquent correspond à des morceaux de moulures (fig. 18). Il est encore difficile, l’étude n’en étant pas achevée, de les caractériser pleinement mais il est possible de distinguer les éléments qui étaient à l’intérieur de ceux qui étaient à l’extérieur du bâtiment. Cependant, l’abandon du Pavillon royal une vingtaine d’années avant sa démolition a provoqué la disparition des toitures, ce qui fait planer un doute sur l’état de conservation des moulures intérieures. Bien que le corpus n’ait encore été que partiellement examiné, il semble que les fragments intérieurs dominent. S’il est quasiment impossible de distinguer précisément la position architectonique de ces fragments (arases, encadrements, piédroits, cimaises…), on peut déduire leur positionnement par rapport à la verticale et l’horizontale théoriques, ce qui permettra d’en faire le catalogue40.

Fig. 18 : Positionnement des principaux corps de moulure vers 1680 d’après une élévation du projet décoratif ; la flèche signale la gouttière. Projet de décor pour le Salon central du Pavillon royal de Marly. Stockholm, Nationalmuseum, CC 121.

Fig. 18 : Positionnement des principaux corps de moulure vers 1680 d’après une élévation du projet décoratif ; la flèche signale la gouttière. Projet de décor pour le Salon central du Pavillon royal de Marly. Stockholm, Nationalmuseum, CC 121.

Voir la notice du dessin sur le site du Nationalmuseum.

© Nationalmuseum, Stockholm / Cecilia Heisser

21On peut déjà faire deux constatations :

22– Les moulures sont parfois travaillées directement à main levée, mais la majorité d’entre elles sont traînées au calibre (fig. 19).

Fig. 19 : Catalogue des moulures intérieures du devis des travaux de 1768-1769.

Fig. 19 : Catalogue des moulures intérieures du devis des travaux de 1768-1769.

© Bruno Bentz

23– Parmi les éléments correspondant à de la maçonnerie moellonnée, on note de nombreux remplois de fragments moulurés, significatifs de reprises de travaux. Reste à établir si les formes de moulures sont les mêmes aux différentes campagnes de travaux.

24Il s’agira donc, lorsque le corpus sera établi, de constituer un catalogue complet des moulures grâce auquel on pourra peut-être établir des comparaisons directes et des éléments de chronologie entre Marly et Trianon ou Versailles, voire d’autres sites. Les recherches en archives demeurent essentielles, puisque certains documents montrent des profils de moulures (fig. 18, 19 et 21).

Fig. 20 : a. Exemple de calibre (Aulnay-sous-Bois xixe ou xxe siècle) ; b. Technique du tirage ; c. Épures de moulures tracées à la main (château de Villemomble, vers 1760).

Fig. 20 : a. Exemple de calibre (Aulnay-sous-Bois xixe ou xxe siècle) ; b. Technique du tirage ; c. Épures de moulures tracées à la main (château de Villemomble, vers 1760).

Photos et relevé : © Ivan Lafarge

Fig. 21 : Échantillon des moulures trouvées en fouille.

Fig. 21 : Échantillon des moulures trouvées en fouille.

Dessin : © Ivan Lafarge

Des façades peintes au xviie siècle

  • 41 Lafarge 2013.
  • 42 L’Anglais 1301-1400.
  • 43 Décret du 26 mars 1852 : « Art. 5. – Les façades des maisons seront constamment tenues en bon état (...)

25Le sujet des enduits au plâtre peint du château de Marly peut sembler anecdotique, mais il sert de base à la question plus large de la finition des façades enduites en Île-de-France. Le plâtre a été largement utilisé en façade dans tout le Bassin parisien dès l’époque médiévale41 et les visiteurs acclament un Paris blanc de plâtre dès le xiiie siècle42. Mais les enduits de façades étaient-ils nus ? De rapides stratigraphies à la surface d’enduits au plâtre ancien sur des édifices révèlent plusieurs couches de peintures, de badigeons… Tous impossibles à dater et dont les couleurs passées avec le temps offrent des camaïeux d’ocres ternis. Ces couleurs étaient-elles d’origine ? Ne sont-elles pas des ajouts tardifs des xixe et xxe siècles pour rafraîchir les façades à moindre coût43 ? Et si des peintures vives avaient été grattées et remplacées ? Certaines peintures sont encore visibles, épargnées par l’érosion, mais la difficulté de les dater ne permet pas d’en tirer des enseignements sur l’évolution de la couleur du paysage urbain à travers les époques, ni donc d’aider les architectes du patrimoine responsables des restaurations d’aujourd’hui.

Marly : Un cas unique dans l’histoire de l’architecture ?

  • 44 Ibid.
  • 45 « Les pilastres imitaient le marbre rouge du Languedoc avec des bases et des chapiteaux en or. Les (...)
  • 46 Allouche 2012.

26Les enduits au plâtre peints retrouvés lors des fouilles archéologiques du Pavillon royal semblent une exception dans l’histoire de l’architecture. Le château de Marly est-il un cas unique dans l’architecture française44 ? Ses murs de moellons enduits au plâtre et peints de couleurs chatoyantes (fig. 22) tranchent avec la sobriété des matériaux nus traditionnellement employés dans l’architecture de cette époque. La peinture rouge, blanche et grise imite le marbre du Languedoc45 à la manière des marbres feints très présents en décoration intérieure46. Le roi voulait un château simple, festif et peu coûteux pour accueillir ses amis dans un lieu moins marqué par l’étiquette. L’architecture de plâtre répond à ces conditions : elle est bon marché et se prête également très bien au jeu de l’imitation par sa plasticité.

  • 47 Comme le souligne Jacques Moulin dans sa communication au colloque international « Couleurs de l’ar (...)

27Le sujet de la peinture sur l’architecture est très récent et peu documenté, les témoignages ayant disparu avec l’érosion ou l’effacement volontaire. S’il est largement connu que les cathédrales étaient peintes au Moyen Âge, on commence juste à s’apercevoir que les châteaux de la Renaissance l’étaient aussi et que la beauté des matériaux nus de l’architecture française relève du même désir de nudité de l’architecture antique, rêvée au xixe siècle et remise en question actuellement47.

Fig. 22 : Pierre-Denis Martin, Vue générale du château de Marly, prise de l’abreuvoir, 1724, huile sur toile, 1,37 × 1,55 mètre. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 741.

Fig. 22 : Pierre-Denis Martin, Vue générale du château de Marly, prise de l’abreuvoir, 1724, huile sur toile, 1,37 × 1,55 mètre. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 741.

© RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot

  • 48 Maroteaux 2013.
  • 49 « Le pavillon du roi. Son extérieur est orné de peintures à fresque, consistant en pilastres corint (...)
  • 50 « Plâtras. Morceau de Plâtre qu’on tire des démolitions & dont les plus gros servent pour faire le (...)

28Les façades du Pavillon royal ont vraisemblablement été enduites et peintes vers 168348. Cependant, le château fut peu entretenu par les successeurs de Louis XIV et les façades sont décrites comme « délavées » en 178749. Très dégradé pendant la Révolution, transformé en caserne, vendu et finalement détruit en 1808, il est dépouillé de ses matériaux et les gravats restants sont enfouis pour égaliser le terrain. Il est remarquable que quelques fragments de ces enduits peints soient parvenus jusqu’à nous dans leur état d’origine car le plâtras50 est un matériau de remploi très fréquent. Ces enduits, soumis aux intempéries pendant 135 ans et enfouis pendant 207 ans, nous offrent aujourd’hui une information sur la mise en œuvre d’une peinture sur plâtre extérieure en 1683.

Les enduits au plâtre du pavillon royal : une grande hétérogénéité du support à la finition

À la recherche des enduits extérieurs

  • 51 Stéphane Castelluccio, chargé de recherche au CNRS, communication du 7 octobre 2016 à l’auditorium (...)
  • 52 Bergeret 2013.

29Plusieurs centaines de fragments d’enduit au plâtre ont été retrouvés en fouille, illustrant les nombreux usages du plâtre dans la construction du Pavillon royal de Marly. Le plâtre y a été utilisé en enduit extérieur aussi bien qu’en enduit intérieur ; il s’agit donc d’identifier la provenance des échantillons retrouvés, afin de reconnaître la peinture utilisée en façade. Quarante-cinq échantillons portent une trace de finition peinte. Au niveau des couleurs, 40 % d’entre eux ont une couche picturale ocre, 19 % blanche, 17 % grise, 17 % rouge, 5 % verte et 2 % bleue (fig. 23). Il est très difficile de conclure sur ces couleurs : les ocres peuvent être le résultat des pollutions du sol lors de l’enfouissement et les gris dus aux suies, le plâtre étant très utilisé en fumisterie. Cependant, on peut affirmer que le rouge était utilisé en peinture extérieure et le blanc en intérieur51. Il ne faut pas oublier la galerie supérieure également enduite en plâtre, qui n’était pas couverte : d’après les gravures à notre disposition (fig. 24), les décors y semblent peints en gris, mais on peut imaginer d’autres couleurs telles que les verts ou les bleus. Le bleu et le vert peuvent aussi provenir d’éléments intérieurs des appartements « bleu » et « vert ». Enfin, on ne peut écarter l’hypothèse que les gravats enfouis puissent appartenir à d’autres édifices du domaine de Marly, que les Comptes des bâtiments du Roi indiquent être enduits et peints : le pavillon de la Perspective, les pavillons des invités… Ainsi les couleurs bleu et vert pourraient provenir de la perspective peinte sur l’édifice des communs52.

Fig. 23 : Enduits peints retrouvés lors des fouilles du Pavillon royal de 2015 et 2016.

Fig. 23 : Enduits peints retrouvés lors des fouilles du Pavillon royal de 2015 et 2016.

© Tiffanie Le Dantec

Fig. 24 : Coupe du Pavillon royal du château de Marly dans l’axe est-ouest, 1711-1714. Paris, Archives nationales, O1 1472, no 5.

Fig. 24 : Coupe du Pavillon royal du château de Marly dans l’axe est-ouest, 1711-1714. Paris, Archives nationales, O1 1472, no 5.

Photo : Domaine public

La grande diversité des mises en œuvre

  • 53 Nadaud 1895, p. 223.

30Une observation du support de la peinture révèle une grande hétérogénéité dans la composition et la mise en œuvre du plâtre. Les enduits ont des épaisseurs très variées, de 2,5 à 4 centimètres pour certains, entre 6 et 10 centimètres pour d’autres ; ils sont de qualités différentes, allant d’un plâtre fin très pur à un plâtre grossier comportant du charbon, du gypse incuit, des impuretés d’un diamètre supérieur à 10 millimètres. Le nombre de passes de plâtre varie également de une à trois (fig. 25). Enfin, sur les 45 échantillons, 36 ont leur support imprimé en sous-face dans le plâtre : 15 sont mis en œuvre sur des moellons, 13 sur un lattis bois et 8 sur de la brique. Loin de nous permettre de « ranger » les échantillons dans des cases bien définies, cette variété illustre la grande diversité des mises en œuvre sur le chantier d’un même édifice. Il est fréquent sur des édifices encore en élévation et peu modifiés de trouver pour un même enduit un nombre de passes aléatoire ou des qualités de plâtre différentes. Si le chantier d’une maison dans Paris au milieu du xixe siècle requiert le travail d’une douzaine de compagnons et garçons maçons53, on peut aisément imaginer la foule de ceux employés pour un ouvrage aussi vaste que le château de Marly. L’hétérogénéité des échantillons retrouvés illustre ainsi la diversité des savoir-faire des maçons à l’œuvre.

Fig. 25 : Enduit composé de deux passes de plâtre, 2016.

Fig. 25 : Enduit composé de deux passes de plâtre, 2016.

© Tiffanie Le Dantec

Les compositions variées du matériau

  • 54 « Caractérisation de plâtres peints, Pavillon royal de Marly-le-Roi (78) », analyses (Dimbsthal : B (...)
  • 55 Bulletin de la Société d’encouragement pour l’industrie nationale, 1807, p. 292 ; Monroy 1785, p. 8
  • 56 Puisais 1995.

31Cette hétérogénéité se lit également dans la composition des mélanges employés. Le plâtre, comme partout en Île-de-France avant l’industrialisation de la filière, était utilisé pur, tel qu’issu des fours dits « à culée », et battu puis tamisé par les maçons sur le chantier. Les analyses physico-chimiques entreprises sur cinq échantillons révèlent une composition variable54. Quatre corps d’enduits échantillonnés sont de plâtre pur, l’analyse montrant des taux de gypse entre 79 et 97 %, le reste étant de la calcite probablement issue d’impuretés calcaires présentes dans le gypse de carrière. Un cinquième échantillon est un plâtre plus mélangé : 75 % de gypse, 12 % de calcite et 12 % de quartz, ces impuretés provenant vraisemblablement aussi de la carrière. Enfin, la couche de finition de l’un des échantillons est un enduit bâtard : 22 % de gypse pour 59 % de calcite. De la poudre de pierre a sans doute été ajoutée pour obtenir une finition particulière. Cependant, il ne faut pas oublier que le plâtre était l’un des matériaux les plus contrefaits, et ce depuis le Moyen Âge. De nombreux ouvrages des xviiie et xixe siècles mettent en garde le lecteur contre l’ouvrier malavisé qui, pour son bénéfice personnel, mêlerait plâtre, poudre de pierre, poudre de plâtras, poussière de carrière ou sable à son mélange55. Afin de protéger la profession des plâtriers de la contrefaçon, très lucrative, et de préserver la qualité du matériau, le métier de « jaugeur de plâtre56 » a été créé dès le xive siècle et les rois des xvie et xviie siècles ont fondé des offices pour surveiller le marché. Peut-être avons-nous ici une gâchée d’un plâtre contrefait et coupé à la poussière de carrière.

Plâtre ou chaux ? Au croisement des fouilles et des sources écrites

32À propos de la composition des enduits, on relèvera l’étonnante différence entre les matériaux retrouvés en fouille et les informations tirées des Comptes des bâtiments du roi concernant Marly pendant les années de construction des différents édifices du domaine (1679-1685). Toutes les mentions d’enduits font état des fresques faites sur un enduit de chaux et sable, à l’exemple de ces lignes tirées des comptes de 1680 :

22 janvier 1680 - À Ozanne au paiement des chartiers [charretiers] qui ont voituré la chaux pour les crépis et enduits des peintures à fresque aux murs de face et pavillons de Marly

  • 57 Comptes des bâtiments du roi… 1887, t. I, col. 1333 (année 1680).

[Du 28 novembre au 3 décembre 1679] et 13 octobre 1680 - À Hamon pour 213 battelées de sable de rivière pour servir aux crépys et enduits des murs57.

33Le plâtre n’est jamais mentionné, sauf pour des groupes sculptés en août 1683 et des enduits, en mai 1685 :

20 mai 1685 : à la veuve Veret, plastrier, pour 19 voyes de plastre, de chacune douze sacs, pour l’enduit des pavillons.

  • 58 Ibid.

27 may 1685 : à Juger, autre, pour 19 voyes de plastre pour idem58.

  • 59 Savot 1673.
  • 60 Le « muid » est une unité de capacité de l’Ancien Régime, valant 3 voyes ou 144 boisseaux, ce qui é (...)

34On peut se demander où ont disparu toute cette chaux et ce sable et pourquoi le plâtre n’est pas mentionné dans les comptes. Il est difficile d’imaginer une erreur d’appréciation entre plâtre et chaux, les deux matériaux n’ayant vraisemblablement pas le même prix dans les années 1680 : la chaux nécessite pour sa fabrication un apport considérable de combustible pour monter à 800 °C, là où il ne faut que 130 °C pour le plâtre. Les prix de l’année 1673 nous sont donnés par les notes de Blondel dans l’ouvrage de Savot59 : 1 muid60 de chaux vive coûte 42 livres et 1 muid de plâtre en coûte 8 ou 9. Si ces divergences ne nous permettent pas de conclure sur le mystère de la provenance du plâtre, elles attirent l’attention sur l’importance de croiser les sources pour documenter un édifice. Sans les fouilles archéologiques, on penserait encore que le Pavillon royal était enduit de chaux et sable et peint a fresco.

La peinture en « marbre feint » des façades du pavillon royal

En finir avec la fresque

35Abordons maintenant le sujet de la peinture des façades. Un seul échantillon (fig. 26) peut être définitivement considéré comme enduit extérieur. Sa coloration rouge veinée de gris et de blanc est un témoin fidèle des descriptions écrites et de l’iconographie ancienne relative aux façades du Pavillon royal. Malgré un siècle d’exposition aux intempéries et deux siècles d’enfouissement, les couleurs sont encore vives, bien que pulvérulentes, manifestant une durée de vie exceptionnelle pour une peinture. Mais de quoi cette peinture est-elle composée et comment a-t-elle été posée ?

Fig. 26 : Enduit MPR15-1405-PlP7 extérieur et peint en faux marbre du Languedoc, 2016.

Fig. 26 : Enduit MPR15-1405-PlP7 extérieur et peint en faux marbre du Languedoc, 2016.

© Tiffanie Le Dantec

  • 61 « Caractérisation de plâtres peints, Pavillon royal de Marly-le-Roi (78) », op. cit., n. 56, p. 14.

36Les écrits, anciens comme récents, concernant la peinture des façades, abusent du terme « fresque ». En réalité, une peinture murale est une peinture sur un mur et la fresque une technique de peinture murale qui consiste à appliquer la peinture sur un enduit de chaux encore frais : celui-ci, en prenant puis en carbonatant, va enfermer le pigment dans son calcin. La peinture des enduits de Marly est une peinture murale à sec appliquée sur un support de plâtre, une observation visuelle suffit à l’affirmer. Cette peinture est composée d’un liant et de pigments. Les analyses physico-chimiques entreprises sur l’échantillon ne permettent pas d’identifier le liant et sont trop imprécises pour déterminer certains pigments avec exactitude61. Cependant, on tentera ici de formuler quelques hypothèses.

Description de l’enduit « faux marbre »

  • 62 Ibid., p. 7. Des analyses de la fraction soluble confirment 91,5 % de gypse.

37Cet échantillon est un morceau de plâtre d’environ 15 centimètres de côté et de 5 centimètres d’épaisseur (fig. 27). Le plâtre est fin, avec des morceaux de charbons et de gypse incuits, visibles à la loupe et inférieurs à 1 millimètre. Par contre, de larges morceaux de brique ou de tuileau supérieurs à 20 millimètres sont inclus dans le plâtre en sous-face. Les analyses par spectrométrie de fluorescence X sur un fragment de l’échantillon donnent 92,88 % de gypse, 1,72 % de calcite, 4,13 % de quartz, 1,26 % d’oxydes62 ; il s’agit donc d’un enduit au plâtre très pur. Il est mis en œuvre en une seule couche. La surface de l’échantillon est moulurée et peinte. La moulure et la peinture ne semblent pas très soignées : des traces de traînage de calibre sont imprimées dans le plâtre et certaines moulurations ne sont pas droites. De même, la peinture en imitation du marbre est relativement grossière. Tous ces indices montrent que cet élément se trouvait éloigné des regards, peut-être en haut de l’édifice, dans une corniche ou un fronton.

38La peinture de surface est composée de plusieurs couches. À l’œil, on distingue une première couche rouge, puis les veines du marbre feint comportent une couche de bleu-gris, puis une couche de blanc. Les coups de pinceaux sont très nettement visibles de près (fig. 28).

Fig. 27 : Enduit MPR15-1405-PlP7 détail de la tranche, 2016.

Fig. 27 : Enduit MPR15-1405-PlP7 détail de la tranche, 2016.

© Tiffanie Le Dantec

Fig. 28 : Enduit MPR15-1405-PlP7 détail de la couche picturale, 2016.

Fig. 28 : Enduit MPR15-1405-PlP7 détail de la couche picturale, 2016.

© Tiffanie Le Dantec

Identification des peintures

39D’après les analyses scientifiques sur les différentes strates de peinture, il ressort qu’elles sont toutes à base de plomb (inclusions de grains de plomb dans un liant d’oxyde de plomb). Le pigment de la couche gris-bleu n’a pas été identifié. Quant à celui qui donne sa couleur à la strate rouge, le rapport reste évasif en proposant d’une part des terres naturelles (silicium, oxydes de fer et aluminium) qui peuvent correspondre à des ocres, mais en n’excluant pas la présence de cinabre : les spectres d’analyse au microscope électronique à balayage montrent des pics de mercure (3 %).

Le liant

  • 63 AN, MC, XX 394, 1699, 25 mars : devis et marché avec Philippe Meusnier de la peinture de façade du (...)

40Trois traités ont été consultés pour comparer ces analyses aux pratiques historiques, L’Art du peintre, doreur, vernisseur […] de Jean-Félix Watin, édité en 1773, le Traité de la peinture au pastel […] de Paul-Romain Chaperon de 1788 et, plus tardif, le Traité complet de la peinture de Jacques-Nicolas Paillot de Montabert édité entre 1829 et 1851. Au niveau du liant, Watin identifie trois techniques de peinture appliquées à des murs extérieurs ou des parois en plâtre : la détrempe commune, qui est une peinture à la colle, le badigeon, qui est une peinture transparente à la chaux, et la peinture à l’huile. On peut éliminer le badigeon qui n’est pas une peinture couvrante et dont la chaux, basique, est incompatible avec des pigments au plomb. La mise en œuvre d’une peinture à la colle se fait en passant deux ou trois couches d’eau de chaux, en brossant le mur puis en appliquant les couches de peinture composées d’un pigment délayé dans une colle animale. La peinture à l’huile s’applique en plusieurs étapes : il faut appliquer deux ou trois couches d’huile de lin bouillante afin de durcir les plâtres, puis quelques couches de blanc de céruse ou d’ocre broyé dans de l’huile de lin pour sécher le mur, puis peindre à l’huile. Les deux techniques sont envisageables. Cependant, un devis de 1699, concernant un autre édifice du domaine de Marly, évoque l’usage de la peinture à l’huile selon la mise en œuvre suivante : « Les murs de face seront imprimés de deux couches à l’huile, l’une rouge l’autre grise, pour recevoir les décorations d’architecture marquées sur le modèle ; tous les fonds seront façon de marbre de différentes couleurs63. » L’hypothèse d’une peinture à l’huile semble donc la plus probable.

Les pigments

  • 64 Watin 1773, p. 20.
  • 65 Chaperon 1788, p. 28.
  • 66 Watin 1773, p. 94.

41Concernant la forte teneur en plomb relevée par les analyses, l’usage du blanc de céruse en pigment semble ne pas faire de doute, surtout qu’il était très largement utilisé en peinture. Il était également employé couramment en siccatif ou couche d’impression pour des peintures à l’huile, mais surtout, toujours selon Watin, le blanc de céruse était employé « comme base de toutes les couleurs, c’est-à-dire qu’on la mélange avec toutes ; elle leur donne du corps, les rend plus belles & plus brillantes64 ». La couleur rouge est plus énigmatique, mais l’emploi d’une terre naturelle, telle que l’ocre, semble plus probable que celui de cinabre. En effet, ce pigment rouge à base de mercure et de soufre est le plus cher après le rouge de cochenille : si l’on en croit les prix donnés en 1788 par Chaperon, la livre « d’ochre de rue » est à 16 sous, tandis que la livre de cinabre est à 8 livres, soit dix fois plus cher65 ! Un rapide calcul de la surface de façades à peindre nous donne 1 754 mètres carrés de surface en plâtre pour la totalité des façades du Pavillon royal, soit 520 mètres carrés de peinture rouge en comptant les pilastres, chaînes d’angle, corniches et moulures de fronton. Concernant la peinture à l’huile, Watin indique qu’il faut « trois livres de couleurs pour trois couches d’une toise quarrée66 » ; en faisant correspondre cette mesure d’ancien régime (1 toise carrée équivaut à 3,8 mètres carrés environ), on peut évaluer un budget de 3 284 livres, juste pour le cinabre du Pavillon royal. Ce calcul est très approximatif, mais permet de démontrer que l’emploi de cinabre serait revenu trop cher pour un château devant être peu dispendieux. On peut tout de même supposer des usages ponctuels du cinabre, pour des tests ou la pose de segments de référence, comme cela se fait encore parfois aujourd’hui, mais il n’est pas possible, dans l’état actuel de la recherche, de trancher .

Conclusion

42L’étude archéologique des vestiges du Pavillon royal de Marly met en évidence l’application de techniques mises en place et théorisées à partir de la Renaissance, pour lesquelles on note une forte permanence, jusqu’au xixe siècle, au cours duquel des changements significatifs interviennent dans l’organisation de la construction. Les sources d’archives offrent un éclairage relatif de ces éléments, mais elles restent sujettes à interprétation et certaines assertions sont troublantes, telles que les nombreuses mentions de chaux et de peinture à fresque du Pavillon royal. On en vient à se demander dans quelle mesure les opérateurs n’ont pas manipulé les maîtres d’ouvrage en facturant de la chaux là où il a été utilisé du plâtre, bien qu’on ait du mal à croire à une telle naïveté.

  • 67 Les masses du gypse correspondent aux différents niveaux géologiques de cette roche, en Île-de-Fran (...)

43S’il subsiste des incertitudes quant aux lieux d’extraction de matériaux fournis au chantier, l’information à chercher dans les sources sera plus « quel(s) plâtrier(s) ? » que « quelle carrière ? » : un exploitant peut avoir travaillé en plusieurs endroits, alors qu’il est encore délicat, voire impossible, de reconnaître les carrières. En revanche, on peut parfois repérer la masse d’où le gypse a été extrait. Par exemple, ici, on a des fragments d’une cristallisation en pied-d’alouette non broyé, généralement significative des dépôts de deuxième masse67.

44Les Comptes des bâtiments du roi évoquent des livraisons de plâtre pour le pavillon de la Perspective et celui de la chapelle ou, antérieurement, pour les autres pavillons. La chaux n’est pour ainsi dire pas mentionnée pour ces constructions. On note cependant que dans les Comptes, le plâtre est essentiellement cité pour des travaux de sculpture, des travaux de réparation ou de menus travaux. Peut-on croire que pour son usage sur les maçonneries de pleine masse, lui soit préféré le terme de chaux, peut-être par mimétisme fonctionnel, alors que le terme de « mortier » nous semblerait ici plus approprié ?

  • 68 Jestaz 2008.
  • 69 Les noms de Rousseau, Bonnemer, Nocret, Meusnier reviennent dans les comptes (Jestaz 2008, p. 266, (...)

45Le temps qui passe et les hivers pluvieux font disparaître en premier la matière des peintures, puis érodent les enduits de plâtre qui les ont reçus. De notre patrimoine ancien en plâtre, il ne reste généralement qu’une surface grêlée de petits cratères et quelques écailles ocre, souvenir d’un badigeon antérieur. Lorsqu’un architecte doit restaurer l’ouvrage, il applique un badigeon ocré, d’après la trace retrouvée sous une corniche, dernier témoin d’une couche picturale lessivée. On notera cependant que le badigeon n’est pas considéré dans la littérature comme une technique noble. Il est ignoré par la plupart des architectes auteurs de traités. La peinture, à l’huile ou à la colle, semble par contre avoir été utilisée pour peindre des murs extérieurs, notamment en plâtre, car on en retrouve la mention dans les traités, mais il faudrait consacrer un temps de recherche conséquent pour démontrer toute sa richesse. L’enduit peint de Marly, même en tant qu’unicum royal qui semble loin des façades bourgeoises parisiennes, est le témoin le plus ancien de cette pratique et nous offre de premiers éléments de réponse. En effet, même s’il s’agissait d’un marbre feint qu’on a qualifié de « fresque à l’italienne68 », il s’agissait bien d’une technique française mise en œuvre par des peintres français69. Si on n’est pas encore en mesure de répondre à la question « les façades d’Île-de-France en plâtre étaient-elles peintes ? », on voit ici que les conditions techniques en étaient réunies et maîtrisées ; c’est donc possible à défaut d’être prouvé.

Haut de page

Bibliographie

Sources manuscrites et imprimées

Aviler Augustin-Charles d’ et Le Vignole, 1710, Cours d’architecture qui comprend les ordres de Vignole […], vol. 2, Paris, J. Mariette.

Chaperon Paul-Romain, 1788, Traité de la peinture au pastel […], Paris, Defer de Maisonneuve.

Comptes des bâtiments du roi sous le règne de Louis XIV, 1887, t. I et II (années 1679-1685), éd. Jules Guiffrey, Paris, Imprimerie nationale.

Dulaure Jacques-Antoine, 1787, Nouvelle description des environs de Paris : contenant les détails historiques & descriptifs des maisons royales […], Paris, Lejay.

Félibien André, 1676, Des principes de l’architecture, de la sculpture, de la peinture, et des autres arts qui en dépendent […], Paris, J.-B. Coignard.

Francœur Louis-Benjamin et Lenormand Louis-Sébastien, 1822-1835, Dictionnaire technologique ou nouveau dictionnaire universel des arts et métiers, et de l’économie industrielle et commerciale par une société de savants et d’artistes, Paris, Thomine et Fortic, 22 tomes.

L’Anglais Barthélemy, 1301-1400, Livre des proprietés des choses […], trad. Jean Corbichon, Bibliothèque nationale de France, département des Manuscrits, Ms. Français 22531.

Le Muet Pierre, 1681, Maniere de bien bastir pour toutes sortes de personnes […], Paris, F. Jollain.

« Machines à broyer le plâtre », 1807, Bulletin de la Société d’encouragement pour l’industrie nationale, n° 25, p. 292.

Monroy Jean-François, 1785, Traité d’architecture pratique […], Paris, chez l’auteur et Prault.

Nadaud Martin, 1895, Mémoires de Léonard, ancien garçon maçon, Bourganeuf, A. Duboueix.

Oudiette Charles, 1817, Dictionnaire topographique des environs de Paris, Paris, chez l’auteur.

Savot Louis, 1673, L’architecture françoise des bastimens particuliers […] avec des figures et des nottes de M. Blondel, Paris, F. Clouzier l’aîné.

Watin Jean-Félix, 1773, L’art du peintre, doreur, vernisseur […], 2e édit., Paris, Grangé.

Études

Allouche Sabine, 2012, « Le “marbre feint” aux xviie et xviiie siècles », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 19 janvier 2016. URL : http://crcv.revues.org/13643 ; DOI : 10.4000/crcv.13643.

Babelon Jean-Pierre, 1965, Demeures parisiennes sous Henri IV et Louis XIII, Paris, Les Éditions du Temps.

Bentz Bruno, 1995, Archéologie du domaine de Marly, contribution des fouilles réalisées depuis 1985, thèse dirigée par Philippe Bruneau, université de Paris IV-Sorbonne.

Bergeret Virginie, 2013, Le pavillon de la Perspective à Marly, un bâtiment central aux fonctions multiples, mémoire d’étude (1re année, 2e cycle) dirigé par Benjamin Ringot, École du Louvre.

Bureau des recherches géologiques et minières (BRGM), 1987, Notice de la carte géologique au 1/50000e, feuille de Versailles.

Carvais Robert, 2001, La chambre royale des bâtiments : juridiction professionnelle et droit de la construction à Paris sous l’Ancien Régime, thèse de doctorat d’État en droit, université Panthéon-Assas (Paris II).

Castelluccio Stéphane, 2014, Marly : art de vivre et pouvoir de Louis XIV à Louis XVI, Montreuil, Gourcuff Gradenigo.

Farion Vincent et Hantraye Jacques, 2007, Agriculture, commerce et industrie : l’ascension de la famille Lambert de Cormeilles-en-Parisis (xviie-xixe siècle), vol. 1, Cormeilles-en-Parisis, Musée du plâtre.

Hartmann Claudia, 2013, « La création de Marly : les rôles de Charles Le Brun, Jules Hardouin-Mansart et Louis XIV dans la conception de l’ensemble », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 18 décembre 2013. URL : http://crcv.revues.org/12220 ; DOI : 10.4000/crcv.12220.

Heitzmann Annick 2015, Parc national de Marly : Pavillon royal, rapport intermédiaire de la fouille archéologique programmée 2014-2016 : année 2015, Versailles, Centre de recherche du château de Versailles.

Jestaz Bertrand, 2008, Jules Hardouin-Mansart, Paris, Picard, 2 vol.

Lafarge Ivan, 2013, Le plâtre dans la construction en Île-de-France ; techniques, morphologie et économie avant l’industrialisation, thèse de doctorat en histoire des techniques dirigée par Anne-Françoise Garçon, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2 vol.

Lardin Philippe, 2002, « Le plâtre dans la construction courante à Rouen aux xiiie et xive siècles », dans La maison médiévale en Normandie et en Angleterre. Actes des tables rondes de Rouen et de Norwich (1998-1999), Rouen, Société libre d’émulation de la Seine-Maritime, p. 95-102.

Maroteaux Vincent, 2013, « Marly, un bilan historiographique », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 18 décembre 2013. URL : http://crcv.revues.org/11897 ; DOI : 10.4000/crcv.11897.

Mester de Parajd Gabor, 2013, « Le domaine de Marly aujourd’hui », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 18 décembre 2013. URL : http://crcv.revues.org/11953 ; DOI : 10.4000/crcv.11953.

Moulin Jacques, 2007, « Quand les châteaux étaient peints », 2002, Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2002, mis en ligne le 05 juin 2007, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://crcv.revues.org/1692 ; DOI : 10.4000/crcv.1692.

Puisais Joël, 1995, L’encyclopédie de la plâtrerie, le staff et le stuc, Paris, Librairie du compagnonnage.

Haut de page

Notes

1 En 2015, à l’occasion du tricentenaire de la mort de Louis XIV, le programme trisannuel d’études archéologiques du château de Marly mené par le Centre de recherche du château de Versailles (CRCV) s’est intéressé au Pavillon royal ; voir Heitzmann 2015.

2 Lafarge 2013.

3 La réintégration de l’eau de cristallisation émet un léger échauffement. Ce phénomène, appelé « prise », est distinct du séchage.

4 Nous devons des remerciements à Hugues de Bazelaire et Josette Desrues de l’association Port-Marly Mémoire Vivante pour les renseignements qu’ils nous ont fournis sur la question.

5 BRGM 1987.

6 Oudiette 1817.

7 Farion et Hantraye 2007.

8 Lafarge 2013.

9 Lafarge 2013 et Lardin 2002.

10 Marché de maçonnerie du pavillon de la Perspective, Archives nationales (désormais AN), O1 1465, pièces 332 et 374 ; Bergeret 2013.

11 Ou bâtiment des offices, construit un peu plus tardivement que le Pavillon royal (à partir de 1684), dont la fonction était polyvalente : gestion des repas, du mobilier, du personnel, accueil d’invités. Son rôle esthétique dans l’ensemble du parc et du château de Marly était essentiel.

12 Saint-Leu-d’Esserent, dans l’Oise.

13 Lafarge 2013. Sur l’usage des moellons, voir Louis Savot (1673) qui considère le moellon comme un excellent matériau pour les fondations ; en cela il s’oppose à Pierre Le Muet (1681).

14 Comptes des bâtiments du roi… 1887, t. II, col. 470 (année 1684).

15 Le plâtre était en effet régulièrement récupéré, soit pour recuisson, soit pour utiliser les plâtras comme moellons ou comme « granulat » dans les maçonneries coffrées en béton de plâtre : voir Lafarge 2013, Carvais 2001 et Aviler et Le Vignole 1710.

16 Hartmann 2013. Le Pavillon royal est construit de 1679 à 1683, le reste fut prêt à la fin de 1685 (pavillons des invités, etc.).

17 La meulière peut être d’origine locale.

18 Lots 255, 256, 257 lapidaire hors contexte ; piédroits et claveaux liés au plâtre.

19 Babelon 1965.

20 Depuis la Renaissance, on peut citer parmi les plus connus : Du Cerceau, Delorme, Savot, Le Muet...

21 Savot 1673.

22 AN, O1 1475, p. 27-28, documents indiqués par Virginie Bergeret que nous remercions.

23 Comptes des bâtiments du roi… 1887, t. II, col. 470 (année 1684).

24 Ibid.

25 Ibid. ; Bergeret 2013, p. 13-15, et AN, O1 1465 n° 374.

26 Francœur et Lenormand 1822-1835, t. 4, p. 227 ; entrée : Carreleur.

27 Comptes des bâtiments du roi… 1887, t. II, col. 69 (année 1681).

28 AN, O1 1472-5, signalé par Bruno Bentz, historien et archéologue spécialiste du château de Marly, sur lequel il travaille depuis une trentaine d’années – il y a consacré sa thèse (Bentz 1995) ; nous le remercions pour les précieuses indications qu’il nous a fournies.

29 Les « trous noirs » sont les espaces sombres situés entre les appartements et le Grand Salon central, où se trouvaient les débarras, garde-robes et escalier d’accès à l’étage. Ils étaient éclairés par le haut.

30 1472-3 (vers 1714) et Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la Photographie, Va 78a t. 3 / B 7712 (1711).

31 Heitzmann 2015.

32 Cet élément est en fait la cunette du fond de l’aqueduc.

33 AN, O1 1472-3, plans de 1714 ; nous devons ces informations à Bruno Bentz, elles sont confirmées pour les aqueducs, au moins la cunette, par les données archéologiques ; voir Heitzmann 2015.

34 PlA21 et PlA32 (diamètre 220 à 250 millimètres).

35 PlA46 (diamètre similaire : 220-250 millimètres).

36 PlA10 (diamètre 130 millimètres).

37 PlA35 ; PlA61 (diamètre 370 millimètres) et PlA62 (diamètre 490 millimètres).

38 PlA11.

39 PlA64.

40 Le principe de positionnement des moulurations est simple : il faut placer l’écoulement de la goutte vers le bas.

41 Lafarge 2013.

42 L’Anglais 1301-1400.

43 Décret du 26 mars 1852 : « Art. 5. – Les façades des maisons seront constamment tenues en bon état de propreté. Elles seront grattées, repeintes ou badigeonnées, au moins une fois tous les dix ans […] », et l’arrêté du 7 mai 1936 portant règlement sanitaire pour la Ville de Paris : « Art. 100 – […] Si ces façades sont enduites en plâtre, elles seront repeintes ou badigeonnées après nettoyage. »

44 Ibid.

45 « Les pilastres imitaient le marbre rouge du Languedoc avec des bases et des chapiteaux en or. Les bas-reliefs, également d’or, se détachaient sur un fond bleu lapis » (Le Mercure galant, 1686 cité dans Castelluccio 2014).

46 Allouche 2012.

47 Comme le souligne Jacques Moulin dans sa communication au colloque international « Couleurs de l’architecture » au château de Versailles : « Les controverses qui se sont développées au xixe siècle sur l’emploi de la couleur sur les bâtiments antiques et sur les sculptures ont manifestement eu des répercussions sur l’interprétation actuelle des architectures françaises de la Renaissance et de l’époque classique ». Moulin 2007.

48 Maroteaux 2013.

49 « Le pavillon du roi. Son extérieur est orné de peintures à fresque, consistant en pilastres corinthiens, en trophées et en devises. Les peintures de ce pavillon […], sont aujourd’hui presque entièrement effacées par les ravages de l’air. », Dulaure 1787, p. 58.

50 « Plâtras. Morceau de Plâtre qu’on tire des démolitions & dont les plus gros servent pour faire le haut des Murs de pignon, les Panneaux des Pans de bois & de Cloison, les Jambages de Cheminée […] », Aviler et Le Vignole 1710.

51 Stéphane Castelluccio, chargé de recherche au CNRS, communication du 7 octobre 2016 à l’auditorium du château de Versailles.

52 Bergeret 2013.

53 Nadaud 1895, p. 223.

54 « Caractérisation de plâtres peints, Pavillon royal de Marly-le-Roi (78) », analyses (Dimbsthal : BPE Laboratoires, Pôle Monuments historiques, 18 novembre 2016).

55 Bulletin de la Société d’encouragement pour l’industrie nationale, 1807, p. 292 ; Monroy 1785, p. 8.

56 Puisais 1995.

57 Comptes des bâtiments du roi… 1887, t. I, col. 1333 (année 1680).

58 Ibid.

59 Savot 1673.

60 Le « muid » est une unité de capacité de l’Ancien Régime, valant 3 voyes ou 144 boisseaux, ce qui équivaut à environ 18 hectolitres de poudre de plâtre (autour de 2,3 tonnes selon la granulométrie de la matière).

61 « Caractérisation de plâtres peints, Pavillon royal de Marly-le-Roi (78) », op. cit., n. 56, p. 14.

62 Ibid., p. 7. Des analyses de la fraction soluble confirment 91,5 % de gypse.

63 AN, MC, XX 394, 1699, 25 mars : devis et marché avec Philippe Meusnier de la peinture de façade du bâtiment rond.

64 Watin 1773, p. 20.

65 Chaperon 1788, p. 28.

66 Watin 1773, p. 94.

67 Les masses du gypse correspondent aux différents niveaux géologiques de cette roche, en Île-de-France on compte quatre masses. Contrairement à l’habitude des géologues, elles sont décrites du bas vers le haut : la quatrième masse, la plus profonde et la moins épaisse est la plus ancienne, relativement discontinue, elle est très peu exploitée ; la troisième mesure en moyenne 2 à 3 mètres d’épaisseur; la deuxième, environ 8 mètres, et la première, également appelée « haute masse », peut atteindre une vingtaine de mètres de puissance. Entre chaque masse, des dépôts de marnes marquent les variations environnementales de l’ère tertiaire. Généralement ces couches géologiques sont conservées sous la forme de buttes témoins, mais, en certains endroits, elles peuvent avoir été largement recouvertes de dépôts géologiques ultérieurs (80 mètres à Montmorency par exemple).

68 Jestaz 2008.

69 Les noms de Rousseau, Bonnemer, Nocret, Meusnier reviennent dans les comptes (Jestaz 2008, p. 266, et Bergeret 2013).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Le cycle du plâtre.
Crédits Photos et dessin : © Ivan Lafarge
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14107/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Titre Figure 2 : Carte géologique.
Crédits © BRGM – InfoTerre
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14107/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 4,0M
Titre Fig. 3 : Les extractions reconnues sur la carte des chasses du roi, feuille 1 Versailles et feuille 2 Poissy (relevés début xviiie, édition 1764).
Crédits © Fond Département de la Seine-Saint-Denis – DAO : Ivan Lafarge
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14107/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Fig. 4 : Marly, projet de plan pour le rez-de-chaussée du Pavillon royal, 1679. Stockholm, Nationalmuseum, CC 2259.
Crédits © Nationalmuseum, Stockholm / Cecilia Heisser
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14107/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 876k
Titre Fig. 5 : Fouilles du Pavillon royal, maçonneries de caves et fondations.
Crédits © Annick Heitzmann
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14107/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 6 : Restitution hypothétique des élévations extérieures en maçonnerie de moellons et/ou briques liés au plâtre avec chaînages d’angle, harpages et encadrement en pierre de taille pour les murs extérieurs. École de Charles Le Brun, Projet pour la décoration à fresque du Pavillon royal. Paris, musée du Louvre, département des Arts graphiques, inv. 30272ro (GM 8412).
Légende Voir la notice du dessin du Louvre.
Crédits DAO : © Ivan Lafarge
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14107/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Titre Fig. 7 : Éléments de maçonnerie issus des remblais fouillés ou dégagés en 2015, des blocs de harpage et de piédroit en calcaire lutétien (Saint-Leu ?), dont au moins un claveau.
Crédits © Ivan Lafarge
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14107/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 648k
Titre Fig. 8 : Fragments de maçonnerie de briques.
Crédits © Ivan Lafarge
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14107/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 612k
Titre Fig. 9 : Église Saint-Vigor de Marly construite par Jules Hardouin-Mansart, dessin de Robert de Cotte, 1688. Paris, Bibliothèque nationale de France, Estampes, RESERVE HA-18 (41)-FOL.
Légende http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b55001004t
Crédits Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14107/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1004k
Titre Fig. 10 : Paris, place des Vosges (ancienne Place royale) par Louis Métezeau, 1605-1612. Photo de 1982.
Crédits © D. Bontemps / RMN
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14107/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 11 : Paris, place des Vosges (ancienne Place royale) par Louis Métezeau, 1605-1612. Photo de 1992.
Crédits © A. Guérinet / RMN
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14107/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 12 : Fragments de plâtre issus de pans de bois avec des exemples de comparaison à Villemomble vers 1760.
Crédits Photos et DAO : © Ivan Lafarge
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14107/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 956k
Titre Fig. 13 : Plan structurel des maçonneries. Anonyme, Plan du château et des pavillons de Marly (détail), v. 1690. Paris, Archives nationales, O1 1470a, no 1.
Légende Maçonneries en briques et/ou moellons liés au plâtre pour les éléments porteurs (structurels) à l’extérieur, pans de bois hourdis de plâtre sur moellons, briques et lattis pour les cloisonnements intérieurs, brique liée au plâtre pour les cheminées.
Crédits DAO : © Ivan Lafarge
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14107/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Fig. 14 : Plan du rez-de-chaussée du château de Marly, vers 1714. Descentes d’eau pluviale indiquées par des flèches. Paris, Archives nationales de France, O1 1472-3.
Crédits Photo : Domaine public
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14107/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 2,6M
Titre Fig. 15 : Plan du premier étage du château de Marly, 1711. Descentes d’eau pluviale indiquées par des flèches. Paris, Bibliothèque nationale de France, Va78a-3 B7712 ; 1711.
Crédits © Bibliothèque nationale de France
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14107/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 16 : Éléments de descentes d’eaux pluviales et usées.
Crédits DAO et photos : © Ivan Lafarge
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14107/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 984k
Titre Fig. 17 : Éléments de cheminées.
Crédits DAO et photos : © Ivan Lafarge
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14107/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 3,1M
Titre Fig. 18 : Positionnement des principaux corps de moulure vers 1680 d’après une élévation du projet décoratif ; la flèche signale la gouttière. Projet de décor pour le Salon central du Pavillon royal de Marly. Stockholm, Nationalmuseum, CC 121.
Légende Voir la notice du dessin sur le site du Nationalmuseum.
Crédits © Nationalmuseum, Stockholm / Cecilia Heisser
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14107/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Fig. 19 : Catalogue des moulures intérieures du devis des travaux de 1768-1769.
Crédits © Bruno Bentz
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14107/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 20 : a. Exemple de calibre (Aulnay-sous-Bois xixe ou xxe siècle) ; b. Technique du tirage ; c. Épures de moulures tracées à la main (château de Villemomble, vers 1760).
Crédits Photos et relevé : © Ivan Lafarge
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14107/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 2,9M
Titre Fig. 21 : Échantillon des moulures trouvées en fouille.
Crédits Dessin : © Ivan Lafarge
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14107/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 22 : Pierre-Denis Martin, Vue générale du château de Marly, prise de l’abreuvoir, 1724, huile sur toile, 1,37 × 1,55 mètre. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 741.
Crédits © RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14107/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Titre Fig. 23 : Enduits peints retrouvés lors des fouilles du Pavillon royal de 2015 et 2016.
Crédits © Tiffanie Le Dantec
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14107/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 24 : Coupe du Pavillon royal du château de Marly dans l’axe est-ouest, 1711-1714. Paris, Archives nationales, O1 1472, no 5.
Crédits Photo : Domaine public
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14107/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Fig. 25 : Enduit composé de deux passes de plâtre, 2016.
Crédits © Tiffanie Le Dantec
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14107/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre Fig. 26 : Enduit MPR15-1405-PlP7 extérieur et peint en faux marbre du Languedoc, 2016.
Crédits © Tiffanie Le Dantec
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14107/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 2,8M
Titre Fig. 27 : Enduit MPR15-1405-PlP7 détail de la tranche, 2016.
Crédits © Tiffanie Le Dantec
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14107/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Titre Fig. 28 : Enduit MPR15-1405-PlP7 détail de la couche picturale, 2016.
Crédits © Tiffanie Le Dantec
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14107/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 3,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ivan Lafarge et Tiffanie Le Dantec, « L’usage du plâtre dans le château de Marly, de la construction au décor », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2017, mis en ligne le 23 décembre 2017, consulté le 22 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/crcv/14107 ; DOI : 10.4000/crcv.14107

Haut de page

Auteurs

Ivan Lafarge

Ivan Lafarge est archéologue, il travaille au Bureau du patrimoine archéologique du Département de Seine-Saint-Denis depuis 1998. En tant que responsable d’opération en archéologie préventive sur un territoire bien défini, il intervient sur tous les types de chantiers archéologiques, notamment sur le bâti, selon une approche diachronique. C’est le constat de la prééminence du plâtre dans la construction qui le pousse à s’intéresser en 2006 à l’archéologie de ce matériau. Cet intérêt le mène à préparer une thèse d’histoire des techniques soutenue à la Sorbonne (Paris I) en 2013 sous la direction d’Anne-Françoise Garçon : Le plâtre dans la construction en Île-de-France ; techniques, morphologie et économie avant l’industrialisation. Plusieurs articles et rapports d’opérations d’archéologie préventive accompagnent ce travail.

Tiffanie Le Dantec

Affiliée aux laboratoires CHCSC (Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines, université Versailles-Saint-Quentin), LéaV (Laboratoire de l’École d’architecture de Versailles) et LRMH (Laboratoire de recherche des Monuments historiques, ministère de la Culture et de la Communication), Tiffanie Le Dantec est architecte diplômée d’État depuis 2011 et, après quelques années d’expérience professionnelle à Shanghai, Singapour et Paris, elle suit le cursus de l’École de Chaillot dont elle sort diplômée en 2015. Elle commence à travailler en tant que stagiaire au LRMH sur le thème des enduits de façade, matériau peu étudié, puis poursuit cette étude en thèse de doctorat financée par le labEx PATRIMA de la Fondation des sciences du patrimoine. Sa thèse porte sur les relations entre l’architecture et le matériau qui entrent en jeu dans la durée de vie d’un édifice.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals