Navigation – Plan du site
Chambord, Tuileries, Fontainebleau et Saint-Germain-en-Laye

La cour des Offices du château de Fontainebleau : genèse d’un espace et aperçu du quotidien

The Cour des Offices of the Château de Fontainebleau: Origins of a Place and an Overview of Daily Life
Sébastien Ronsseray

Résumés

C’est à l’occasion des récents travaux de réhabilitation du quartier Henri IV au château de Fontainebleau qu’un diagnostic d’archéologie préventive a pu être réalisé dans sa cour. Cette opération avait pour objectif de reconnaître les constructions antérieures aux bâtiments existants, qui étaient documentés par une série de dessins et gravures réalisés au xvie siècle par l’architecte Du Cerceau. C’était également l’opportunité d’en apprendre davantage sur la genèse de cette partie du château et sur son interaction avec l’agglomération de Fontainebleau. À l’exception d’un tronçon de fossé protohistorique, les vestiges rencontrés appartiennent, pour une partie, à la fin du Moyen Âge et pour l’essentiel au xvie siècle. Si l’organisation et la caractérisation des bâtiments observés pour la fin du Moyen Âge n’ont pu être déterminées, ceux qui se succèdent sur cet espace au XVIe siècle ont été confrontés aux dessins et gravures de l’époque. Cela a permis de mettre en évidence certaines discordances qui invitent à la prudence dans l’exploitation de ces documents graphiques et soulignent l’intérêt d’une approche archéologique. La fouille d’une fosse de latrine comblée dans la seconde moitié du XVIe siècle a apporté un éclairage sur le régime alimentaire, les arts de la table ainsi que sur les soins du corps et de l’esprit au sein de la société complexe d’un palais royal. Parmi ces vestiges du quotidien ont été découverts trois bijoux en or émaillé dont une épingle à cheveux au chiffre de Catherine de Médicis.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Département de Seine-et-Marne, région Île-de-France.
  • 2 Opération réalisée de mai à juin 2012.

1L’ancienne cour des Offices du château de Fontainebleau1, aujourd’hui connue sous le nom de quartier Henri IV, fait l’objet depuis plus de dix ans d’un programme de restauration et de réhabilitation important, après plus de trente années de désaffection. Ces travaux nécessitant la réfection des réseaux enterrés sous la cour centrale, ils étaient susceptibles d’entraîner la destruction de vestiges enfouis. Afin de prévenir cette éventualité, un diagnostic d’archéologie préventive a été réalisé sur cette emprise par le Service départemental d’archéologie de Seine-et-Marne, à la demande de l’Établissement public du château de Fontainebleau2 (fig. 1).

Fig. 1 : Vue plongeante sur les tranchées de diagnostic.

Fig. 1 : Vue plongeante sur les tranchées de diagnostic.

© Sébastien Ronsseray, SDASM

2En effet, si le programme architectural de la cour des Offices, construite au début du xviie siècle pour parer le château d’une nouvelle entrée monumentale, est assez bien documenté, l’occupation de cet espace avant ce grand chantier figure parmi les plus mal connues du lieu. D’autre part, les sources écrites et iconographiques disponibles, parfois contradictoires, laissaient présager une évolution complexe au cours du temps et ont, dans une certaine mesure, guidé les problématiques archéologiques poursuivies lors de l’opération.

3Le palais de Fontainebleau est un monument composite, développé autour d’un noyau primitif dont témoigne encore l’ensemble formant la Cour ovale. Les représentations graphiques dont nous disposons ne remontant pas au-delà du milieu du xvie siècle, la question d’un développement du château vers l’est au détriment d’un espace occupé auparavant se posait.

4Ces représentations graphiques suscitent de sérieux problèmes d’interprétation : quel crédit donner aux plans et dessins que donne l’architecte Jacques Androuet Du Cerceau de cette partie du château avant la construction du quartier Henri IV ? Nous verrons plus loin que la question est délicate.

5Bien entendu, dans le cadre restreint d’un diagnostic, les réponses à ces larges questions sont restées partielles, et souvent hypothétiques, mais la fouille a apporté des éléments de réponse, ainsi que d’autres informations qui ont permis de dépasser les problématiques initiales.

Problématiques archéologiques

Le château et la ville

  • 3 François d’Orbay, Fontainebleau, plan du château au rez-de-chaussée, dessiné et gravé par…, 1682, P (...)

6Les origines de la ville de Fontainebleau, ainsi que les étapes et les mécanismes de son développement topographique, restent mal connues. S’il est probable que l’agglomération primitive soit née du château, sa relation topographique avec ce dernier nous échappe. Les premiers plans de Fontainebleau faisant apparaître l’agglomération aux portes du château ne sont pas antérieurs à la fin du xviie siècle3.

  • 4 Jestaz 1995, p. 62.
  • 5 Ibid., p. 42.

7À cette date, le quartier Henri IV et la place d’Armes qui la précède fixent déjà la topographie urbaine que nous connaissons à cet endroit. Nous savons par les Comptes des bâtiments du roi que la création de la place d’Armes a nécessité l’achat et la destruction de plusieurs maisons au début du xviie siècle4. Par contre, nous ignorons si l’espace occupé par la cour des Offices s’est également formé au détriment de l’urbanisme bellifontain. Yvonne Jestaz, dans son ouvrage sur Fontainebleau, propose de situer à l’emplacement de la cour des Offices un « carrefour des vieilles halles » connu seulement au xvie siècle par des actes notariés5. Si l’extension urbaine à cet endroit avant le milieu du xvie siècle reste très hypothétique, la présence de constructions dépendantes du château, avant l’édification du quartier Henri IV, est confortée par un véritable dossier iconographique qui n’est pas sans poser quelques problèmes.

Le « dossier » de Jacques Androuet Du Cerceau sur Fontainebleau

  • 6 Androuet Du Cerceau 1579.
  • 7 Jacques Androuet Du Cerceau, « Château de Fontainebleau », plan (détail), plume sur vélin, Londres, (...)

8L’architecte Jacques Androuet Du Cerceau reproduit dans son Second volume des plus excellents bastiments de France, publié en 1579, quatre planches gravées figurant le château de Fontainebleau6. En parallèle avec la préparation de cet ouvrage, un plan et un dessin du château, conservés à présent au British Museum, furent réalisés avec de sensibles différences par rapport aux planches publiées7.

9Le plan du British Museum, tracé vers 1570, représente, à l’emplacement qui nous occupe, un bâtiment nommé le Logie de feue Madame la régente, bordé au nord par la Cour de feue madame la régente et au sud par une Cour des offices (fig. 2). L’inscription fait référence à Marie de Lorraine, régente d’Écosse, morte en 1560. Le traitement apporté à cette partie du plan est beaucoup plus schématique que les autres : seul un plan-masse est donné du bâtiment et les limites des espaces associés sont simplement esquissées.

Fig. 2 : Jacques Androuet Du Cerceau, Château de Fontainebleau, plan (détail), plume sur vélin. Londres, The British Museum, Prints and Drawings, 1972, U.858.

Fig. 2 : Jacques Androuet Du Cerceau, Château de Fontainebleau, plan (détail), plume sur vélin. Londres, The British Museum, Prints and Drawings, 1972, U.858.

Voir la notice sur le site du British Museum.

CC BY-NC-SA 4.0

10Sur la vue à vol d’oiseau accompagnant le plan, on a volontairement ignoré cet ensemble, seule figure la mention « ici est la cour des offices », comme si la représentation de cet espace utilitaire n’était pas nécessaire au portrait que l’on voulait donner du palais royal (fig. 3).

Fig. 3 : Jacques Androuet Du Cerceau, Château de Fontainebleau, vue à vol d’oiseau, plume sur vélin. Londres, The British Museum, Prints and Drawings, 1973, U.1354.

Fig. 3 : Jacques Androuet Du Cerceau, Château de Fontainebleau, vue à vol d’oiseau, plume sur vélin. Londres, The British Museum, Prints and Drawings, 1973, U.1354.

Voir la notice sur le site du British Museum.

CC BY-NC-SA 4.0

11Les plans gravés et publiés dans l’ouvrage de l’architecte montrent des dispositions radicalement différentes au même endroit. Ce sont ici trois ailes en retour qui sont représentées, encadrant une cour rectangulaire ouverte vers la Cour ovale (fig. 4).

Fig. 4 : Jacques Androuet Du Cerceau, « Fontainebleau. Le plan de tout le bastiment », dans Androuet Du Cerceau 1579, planche 9.

Fig. 4 : Jacques Androuet Du Cerceau, « Fontainebleau. Le plan de tout le bastiment », dans Androuet Du Cerceau 1579, planche 9.

http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​bpt6k1041137z/​f55.item

Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France

12Les dispositions intérieures sont, cette fois-ci, détaillées. On y voit les refends portant des cheminées qui divisent ces ailes en autant de pièces de taille régulière. Il s’agit ici des offices et des cuisines qui semblent avoir été construits sous Charles IX vers 1570.

13Les vues à vol d’oiseau qui accompagnent le plan permettent d’apprécier l’élévation de l’ensemble, où l’on voit que les bâtiments disposent d’un étage et d’un niveau sous les combles éclairé de lucarnes (fig. 5).

Fig. 5 : Jacques Androuet Du Cerceau, « Vues du logis du coste de lestang », dans Androuet Du Cerceau 1579, planche 11.

Fig. 5 : Jacques Androuet Du Cerceau, « Vues du logis du coste de lestang », dans Androuet Du Cerceau 1579, planche 11.

http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​bpt6k1041137z/​f46.item

Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France

14Enfin, la dernière vue montre le portail d’entrée percé dans l’aile nord et donnant accès de l’extérieur du château (fig. 6).

Fig. 6 : Jacques Androuet Du Cerceau, « Fontainebleau, Veues du lieu du coste du bourg », dans Androuet Du Cerceau 1579, planche 12.

Fig. 6 : Jacques Androuet Du Cerceau, « Fontainebleau, Veues du lieu du coste du bourg », dans Androuet Du Cerceau 1579, planche 12.

http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​bpt6k1041137z/​f49.item

Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France

15Ces précieux documents sont les premiers à nous donner une image détaillée du monument, cependant il ne faut pas y voir une stricte représentation de l’état existant au moment de leur publication.

16Tout d’abord, il y a des discordances entre les plans et les vues à vol d’oiseau, tant sur le plan et le dessin du British Museum que sur les planches éditées. Sur le plan du British Museum, Androuet Du Cerceau représente une salle ovale fermant la Cour ovale (voir fig. 2), alors que, sur la vue à vol d’oiseau, il dessine au même endroit une galerie basse et un pont traversant le fossé vers l’espace des offices (voir fig. 3). Sur le plan gravé, on retrouve cette même salle ovale, cette fois-ci ouverte sur le pont donnant accès aux offices (voir fig. 4). Par contre, sur la vue à vol d’oiseau correspondante, c’est un bâtiment à toiture en croupe garnie de tourelles dans les angles, qui figure au même endroit (voir fig. 5).

17Ces différences notables ont de quoi laisser perplexe si l’on ne remet pas l’œuvre de Du Cerceau dans le contexte de sa réalisation. L’architecte dédicace ses Plus excellents bastiments de France à Catherine de Médicis et au roi de France, son fils, Charles IX. Ces derniers en sont les commanditaires. Il s’agit donc là d’une commande royale de plans et vues des palais et demeures de la famille régnante et des grands du royaume. L’objectif d’un tel ouvrage est moins de fournir un traité d’architecture que de glorifier la famille royale et la haute aristocratie capables d’édifier ces constructions. Dans ces conditions, les variantes figurées sur les plans et dessins doivent être comprises comme des propositions faites par l’architecte pour modifier cette partie du château.

18La vue à vol d’oiseau publiée représente, selon toute vraisemblance, l’ancien bâtiment du guet, connu par d’autres sources et qui ferme la Cour ovale vers l’est depuis la période médiévale (voir fig. 5). Son remplacement par une salle ovale ou une galerie, comme le propose l’architecte, ne semble pas avoir eu lieu. La Cour ovale ne sera ouverte vers l’est que plus tard, par Henri IV.

  • 8 Minutier central, ET/XIX/361, n° 72, mentionné dans Boudon et Blecon 1998, p. 256.

19Par contre, il est admis que les cuisines et offices attribués à Charles IX ont été réalisés, si l’on en croit le « devis et marché » de maçonnerie du 3 mars 1609, pour la construction de l’aile sud du quartier Henri IV, où il est indiqué que le maçon pourra s’aider de la démolition des anciennes cuisines8. Pour autant, on est en droit de se demander si les cuisines de Charles IX représentées par Du Cerceau relèvent de l’existant ou du projet, et dans ce cas, si celui-ci a bien été réalisé et sous quelle forme ?

Les vestiges découverts

20Le diagnostic a ouvert une surface correspondant à environ 14 % de l’emprise totale de la cour. Trois tranchées ont ainsi été disposées de manière à tenter de répondre au mieux aux questions posées (fig. 7). Trois périodes sont principalement représentées : la Protohistoire, le Bas Moyen Âge et les xvie et xviie siècles.

Fig. 7 : Plan cumulé des vestiges découverts.

Fig. 7 : Plan cumulé des vestiges découverts.

DAO : © Sébastien Ronsseray, SDASM

Protohistoire

21Un tronçon de fossé au profil en V, creusé dans le substrat sableux, est apparu dans la tranchée 3 (fig. 8). Les quelques tessons de céramique retrouvés dans son comblement nous amènent à l’attribuer à la Protohistoire sans que l’on puisse affiner la datation en l’état.

  • 9 Benhaddou 2013, p. 50.

22Aucune autre structure de cette période n’a été observée dans les tranchées que nous avons faites. Par contre, le diagnostic archéologique réalisé en août et septembre 2012 par Sophie Benhaddou (INRAP) sur la place d’Armes, a également livré deux tronçons de fossés laténiens qu’il faut sans doute associer à celui que nous avons observé9.

Fig. 8 : Plan du fossé protohistorique.

Fig. 8 : Plan du fossé protohistorique.

DAO : © Sébastien Ronsseray, SDASM

Bas Moyen Âge

23Un ensemble de maçonneries, dont un bâtiment, est attribué à la fin du Moyen Âge. Ces structures ont en commun d’être construites avec un mortier argileux de couleur ocre. Elles se répartissent entre les trois fenêtres d’observation selon des orientations sensiblement différentes (fig. 9).

Fig. 9 : Plan des vestiges attribués à la fin du Moyen Âge ou au début de l’époque moderne.

Fig. 9 : Plan des vestiges attribués à la fin du Moyen Âge ou au début de l’époque moderne.

DAO : © Sébastien Ronsseray, SDASM

24Dans la tranchée 1, c’est un bâtiment aux soubassements de moellons de grès et de meulière qui est apparu. Le plan de ce bâtiment, tronqué par les constructions postérieures, semble dessiner un rectangle, peut-être ouvert vers le nord. Il a conservé une partie de son sol intérieur, constitué d’un cailloutis grossier, mêlé de limon brun, de cendres et de scories métallurgiques (fig. 10 et 11).

Fig. 10 : Vue prise vers le nord du bâtiment en moellons de grès et de son sol intérieur dans la tranchée 1.

Fig. 10 : Vue prise vers le nord du bâtiment en moellons de grès et de son sol intérieur dans la tranchée 1.

© Sébastien Ronsseray, SDASM.

Fig. 11 : Vue rapprochée prise vers le nord-ouest du bâtiment en moellons de grès et de son sol intérieur dans la tranchée 1.

Fig. 11 : Vue rapprochée prise vers le nord-ouest du bâtiment en moellons de grès et de son sol intérieur dans la tranchée 1.

© Sébastien Ronsseray, SDASM

25Dans la tranchée 2, il est plus difficile de comprendre l’organisation des maçonneries observées. Orientés globalement nord-sud et est-ouest, ces murs, dont il ne reste qu’une à deux assises de moellons ou simplement le négatif laissé par les tranchées d’épierrement, peuvent appartenir à une ou plusieurs constructions dont le développement nous échappe largement. La présence de lambeaux de sols pavés de grès au contact de ces murs marque le niveau de circulation contemporain de ces constructions et peut indiquer un espace extérieur (fig. 12 et 13).

Fig. 12 : Vue prise vers le sud-ouest sur les constructions rencontrées dans la partie sud de la tranchée 2.

Fig. 12 : Vue prise vers le sud-ouest sur les constructions rencontrées dans la partie sud de la tranchée 2.

© Sébastien Ronsseray, SDASM

Fig. 13 : Vue prise vers l’ouest sur les constructions rencontrées dans la partie sud de la tranchée 2.

Fig. 13 : Vue prise vers l’ouest sur les constructions rencontrées dans la partie sud de la tranchée 2.

© Sébastien Ronsseray, SDASM

26Dans la tranchée 3, c’est un unique lambeau de mur, conservé sur une assise de moellons, que l’on peut rattacher à cette phase (fig. 14). Son extrémité sud montre l’amorce d’un mur en retour vers l’est, et donc un possible développement d’une construction en dehors de la tranchée de diagnostic dans cette direction.

Fig. 14 : Vue prise vers l’est sur le mur nord-ouest/sud-est et son retour vers le nord-est. Ce mur est recoupé par un autre mur postérieur orienté nord-est/sud-ouest.

Fig. 14 : Vue prise vers l’est sur le mur nord-ouest/sud-est et son retour vers le nord-est. Ce mur est recoupé par un autre mur postérieur orienté nord-est/sud-ouest.

© Sébastien Ronsseray, SDASM

  • 10 Les datations des formes céramiques ont été aimablement réalisées par Fabienne Ravoire que je remer (...)

27Les éléments de datation pour cette phase d’occupation reposent sur quelques fragments de céramique retrouvés dans les niveaux de remblais sur lesquels est installé le bâtiment de la tranchée 1, ainsi que sur un fragment de carreau de pavement bicolore contenu dans un niveau de remblai sur lequel reposent les maçonneries de la tranchée 210.

28La céramique se compose d’un fragment de cruche d’un modèle connu au xiiie siècle, associé à un fond de tasse polylobée courante pour le xive siècle (fig. 15).

Fig. 15 : Col de cruche à bec tubulaire et fond de tasse polylobée.

Fig. 15 : Col de cruche à bec tubulaire et fond de tasse polylobée.

DAO : © Sébastien Ronsseray, SDASM

  • 11 Togni 2010, p. 215.

29Le fragment de carreau bicolore à décor animalier est, quant à lui, d’une facture et d’un décor répandus du xiiie au début du xvie siècle (fig. 16). Il appartient au même ensemble de carreaux que ceux retrouvés en place au château, dans la salle entre la porte Dorée et l’escalier du roi11.

Fig. 16 : Fragment de carreau de sol en terre cuite à décor animalier.

Fig. 16 : Fragment de carreau de sol en terre cuite à décor animalier.

© Sébastien Ronsseray, SDASM

30Le terminus ante quem pour cette période est fourni par la phase suivante qui n’est pas antérieure au xvie siècle.

Milieu xvie siècle-début xviie siècle

31La destruction des bâtiments attribués à la fin du Moyen Âge est suivie d’un apport massif de remblais, observé dans les trois tranchées, afin de rehausser les sols avant la construction des bâtiments de la période suivante.

32Cette dernière s’étend du milieu du xvie siècle au début du siècle suivant et comprend plusieurs bâtiments, dont certains se succèdent dans le temps (fig. 17).

Fig. 17 : Plan cumulé des vestiges du milieu du xvie siècle au début du xviie siècle.

Fig. 17 : Plan cumulé des vestiges du milieu du xvie siècle au début du xviie siècle.

DAO : © Sébastien Ronsseray, SDASM

33La succession chronologique, que nous proposons, des constructions de cette période, est établie à partir des séquences de destruction successives qu’elles ont subi. En effet, la récupération très importante des matériaux arrachés à ces constructions, à des fins de remploi, a fait disparaître l’essentiel des revêtements de sol qui devaient compléter ces bâtiments, et a également effacé les traces liées à la mise en œuvre des fondations, comme les tranchées de fondations, qui ont été oblitérées par les tranchées d’épierrement. Dans ces conditions, seule la succession des destructions était lisible dans la stratigraphie et a servi de base à notre phasage. Deux phases ont ainsi été différenciées.

34Dans la tranchée 1, un premier corps de bâtiment, partiellement observé, se développe selon un axe nord-est/sud-ouest. Son mur gouttereau sud traverse toute la fenêtre de diagnostic, tandis que son mur gouttereau nord s’interrompt dans la tranchée (fig. 18 et 19).

Fig. 18 : Plan du premier état pour la période du milieu du xvie siècle au début du xviie siècle.

Fig. 18 : Plan du premier état pour la période du milieu du xvie siècle au début du xviie siècle.

DAO : © Sébastien Ronsseray, SDASM

Fig. 19 : Vue prise vers l’est sur le mur gouttereau nord montrant le degré d’épierrement de cette maçonnerie.

Fig. 19 : Vue prise vers l’est sur le mur gouttereau nord montrant le degré d’épierrement de cette maçonnerie.

© Sébastien Ronsseray, SDASM

35Un mur de refend divise l’espace intérieur sur les deux tiers de la largeur avant de tourner à angle droit et de disparaître hors des limites de la fenêtre. Le long du parement est de ce refend, un niveau organique assez riche en mobilier archéologique a été simplement aperçu à la fouille, laissant présager l’installation d’une fosse de latrine à cet endroit.

36Le long du mur gouttereau nord de ce bâtiment, deux petits murs de soutènement, l’un parallèle et l’autre perpendiculaire à ce dernier, annoncent l’aménagement d’un espace extérieur dans cette direction (fig. 20). Une tranchée d’épierrement associée à une dalle de grès pourrait indiquer la présence d’un bâtiment léger (de type appentis) le long de cette façade nord (fig. 21).

Fig. 20 : Vue prise vers l’ouest sur l’aménagement accolé au mur gouttereau nord.

Fig. 20 : Vue prise vers l’ouest sur l’aménagement accolé au mur gouttereau nord.

© Sébastien Ronsseray, SDASM

Fig. 21 : Vue prise vers le sud sur les vestiges d’un probable appentis le long de la façade nord.

Fig. 21 : Vue prise vers le sud sur les vestiges d’un probable appentis le long de la façade nord.

© Sébastien Ronsseray, SDASM

37Le mobilier céramique contenu dans les niveaux de démolition de cet édifice date de la deuxième moitié du xvie siècle. Ces niveaux nous renseignent également un peu sur les matériaux employés dans l’élévation du corps de bâtiment et dans sa couverture.

38Les fondations conservées mettent en œuvre le calcaire de Brie et le mortier de chaux, mais les élévations font également place à la brique dans des proportions difficiles à apprécier. La récupération des matériaux réutilisables lors de la destruction du corps de bâtiment n’a épargné que quelques rares individus. Certaines de ces briques sont vitrifiées en surface, ce qui leur donne une teinte verdâtre (fig. 22). Il est envisageable que le contraste de couleur entre elles ait été mis à profit pour composer un effet décoratif dans le parement.

Fig. 22 : Échantillons de briques de couleurs différentes mises en œuvre dans la maçonnerie.

Fig. 22 : Échantillons de briques de couleurs différentes mises en œuvre dans la maçonnerie.

© Sébastien Ronsseray, SDASM

39L’emploi de la pierre dans les élévations est plus difficile à apprécier : quelques fragments de calcaire en sont les seuls indices. Les fréquentes tranchées d’épierrement des murs, parfois jusqu’au radier de fondation, témoignent d’une récupération systématique de ce matériau pour le remettre en œuvre immédiatement dans les nouvelles constructions.

40Plusieurs fragments de plaquage en porphyre vert et rouge proviennent de la démolition de ce corps de bâtiment : un porphyre vert provenant de carrières grecques situées dans le Péloponnèse et un porphyre rouge originaire d’Égypte, où l’on a extrait cette pierre durant l’Antiquité (fig. 23).

Fig. 23 : Fragments de plaquage en porphyre vert provenant de Grèce.

Fig. 23 : Fragments de plaquage en porphyre vert provenant de Grèce.

© Sébastien Ronsseray, SDASM

  • 12 Information orale d’Annie Blanc que je remercie ici.

41Ces carrières antiques ne sont plus en activité depuis longtemps au xvie siècle. L’approvisionnement en porphyre à cette époque ne peut se faire que par la récupération de ce matériau sur les monuments romains, ce qui donne lieu à un véritable marché de la récupération de ce marbre, que l’on fait venir à grands frais de Rome pour en parer les plus belles demeures12. Sa présence pose la question du statut de ce bâtiment, où a apparemment été mise en œuvre une telle pierre d’ornement.

42La toiture était couverte d’ardoises. Les individus les mieux conservés sont des ardoises d’arêtier et de noue, ce qui suggère une toiture en croupe agrémentée de lucarnes sous combles (fig. 24, 25 et 26).

Fig. 24 : Échantillon d’ardoises montrant des ardoises de noue ronde et d’arêtier.

Fig. 24 : Échantillon d’ardoises montrant des ardoises de noue ronde et d’arêtier.

© Sébastien Ronsseray, SDASM

Fig. 25 : Détail de mise en œuvre d’une noue ronde en ardoise.

Fig. 25 : Détail de mise en œuvre d’une noue ronde en ardoise.

© Pierre Lebouteux 1980

Fig. 26 : Disposition des ardoises arêtières dans une toiture.

Fig. 26 : Disposition des ardoises arêtières dans une toiture.

© Pierre Lebouteux 1980

43Après sa destruction, ce bâtiment est remplacé par un autre corps de bâtiment qui reprend le même emplacement et la même orientation, tout en étant moins large (fig. 27).

Fig. 27 : Plan du second état pour la période du milieu du xvie siècle au début du xviie siècle.

Fig. 27 : Plan du second état pour la période du milieu du xvie siècle au début du xviie siècle.

DAO : © Sébastien Ronsseray, SDASM

44Ses murs gouttereaux traversent la fenêtre de diagnostic et se poursuivent vers l’est et l’ouest. Aucun mur de refend n’a été identifié à l’intérieur (fig. 28 et 29).

Fig. 28 : Vue prise vers l’ouest du mur gouttereau nord montrant le niveau de récupération de ces maçonneries.

Fig. 28 : Vue prise vers l’ouest du mur gouttereau nord montrant le niveau de récupération de ces maçonneries.

© Sébastien Ronsseray, SDASM

Fig. 29 : Vue prise vers l’ouest montrant les murs gouttereaux sud accolés des deux corps de bâtiments qui se sont succédé dans la tranchée 1 au cours de la deuxième moitié du xvie siècle.

Fig. 29 : Vue prise vers l’ouest montrant les murs gouttereaux sud accolés des deux corps de bâtiments qui se sont succédé dans la tranchée 1 au cours de la deuxième moitié du xvie siècle.

© Sébastien Ronsseray, SDASM

45Ce bâtiment borde une cour pavée de grès qui s’étend directement au sud. Elle accuse un pendage nord-sud qui suit la pente naturelle et possède un caniveau pour l’évacuation des eaux de pluie (fig. 30).

Fig. 30 : Vue prise vers le nord sur la cour pavée, avec son caniveau au premier plan.

Fig. 30 : Vue prise vers le nord sur la cour pavée, avec son caniveau au premier plan.

© Sébastien Ronsseray, SDASM

46Cette cour vient buter au sud sur une tranchée d’épierrement qui marque la trace d’un mur disparu, seul vestige d’un bâtiment bordant la cour à cet endroit (fig. 31).

Fig. 31 : Vue prise vers l’est sur la tranchée d’épierrement du mur bordant la cour pavée au sud.

Fig. 31 : Vue prise vers l’est sur la tranchée d’épierrement du mur bordant la cour pavée au sud.

© Sébastien Ronsseray, SDASM

47Pour la même période, comprise entre le milieu du xvie siècle et le début du siècle suivant, d’autres constructions ont été repérées dans les tranchées 2 et 3 (voir fig. 17).

48Un bâtiment quadrangulaire partiellement observé dans la partie nord de la tranchée 2 possède une fosse de latrine voûtée le long de son mur nord. Son comblement a livré un mobilier archéologique caractéristique de la deuxième moitié du xvie siècle et du début du xviie siècle (fig. 32).

Fig. 32 : Vue prise vers le sud-est sur la fosse de latrine dans la tranchée 2.

Fig. 32 : Vue prise vers le sud-est sur la fosse de latrine dans la tranchée 2.

© Sébastien Ronsseray, SDASM

49Les matériaux de construction qui scellent la fin de l’utilisation de cette latrine témoignent de l’utilisation de la brique dans les élévations et notamment les mêmes briques vitrifiées rencontrées pour lepremier état du corps de bâtiment de la tranchée 1. On peut donc avancer l’hypothèse que ces deux bâtiments appartiennent au même programme architectural.

50Dans la dernière tranchée à l’est, un long mur orienté nord-ouest/sud-est, associé à deux murs qui lui sont parallèles, forme les vestiges attribués à cette période (voir fig. 17). Il est plus délicat, ici, d’identifier des bâtiments (fig. 33).

Fig. 33 : Vue prise vers le nord sur la tranchée 3.

Fig. 33 : Vue prise vers le nord sur la tranchée 3.

© Sébastien Ronsseray, SDASM

  • 13 La dynamique de destruction et de récupération observée dans la stratigraphie de la tranchée 1 témo (...)

51En définitive, la surface de la cour actuelle du quartier Henri IV est occupée par plusieurs bâtiments dans la seconde moitié du xvie siècle et jusqu’aux premières années du xviie siècle, avec la succession de deux phases pour les constructions observées dans la tranchée 1. Les bâtiments qui subsistent lors du démarrage du chantier de construction des offices par Henri IV en 1603 disparaîtront progressivement pendant celui-ci13.

Confrontation des sources historiques et archéologiques

52L’éventualité d’un quartier ancien de Fontainebleau qui aurait disparu sous l’extension du château reste, pour le moment, en suspens. La nature des constructions relevées pour la fin de la période médiévale n’est pas déterminable en l’état. Avons-nous affaire à des dépendances du château ou sommes-nous à l’extérieur de celui-ci ?

53En revanche, pour le xvie siècle, l’existence de documents iconographiques impose la comparaison avec les vestiges de cette époque. Les deux phases de construction enregistrées dans la tranchée 1 rappellent les différents états donnés par Androuet Du Cerceau sans y correspondre véritablement. Lorsque l’on superpose le plan du British Museum avec la première phase de la tranchée 1, on note des différences importantes : le bâtiment représenté par l’architecte est moins large et n’indique pas les aménagements accolés à la façade nord (fig. 34). On en vient à douter qu’il s’agisse de la même construction. Il faut pourtant se rappeler que ce Logis de feue Mme la régente n’a pas reçu le même traitement graphique que le reste du plan : il figure pour information sur le plan et n’est pas représenté sur la vue à vol d’oiseau. Il ne faut sans doute pas trop s’étonner que le plan-masse qui en est donné soit faux, les erreurs de tracé, d’échelle ou de report topographique faisant le reste.

Fig. 34 : Superposition du plan du British Museum avec le premier état pour la deuxième moitié du xvie siècle.

Fig. 34 : Superposition du plan du British Museum avec le premier état pour la deuxième moitié du xvie siècle.

DAO : © Sébastien Ronsseray, SDASM / fond de plan : Cabinet Ponsot

54La superposition du plan gravé avec la deuxième phase de la tranchée 1 pose moins de problèmes d’identification (fig. 35). Si les dispositions intérieures de l’aile nord ne se retrouvent pas à la fouille et qu’il y a un décalage topographique entre le plan et les vestiges, la largeur de cette aile ainsi que celle de la cour et l’implantation de l’aile sud sont très similaires. La comparaison suffit à avancer que les cuisines figurant dans Les plus excellents bastiments de France ont bien été construites, même si le projet n’a pas forcément été suivi en ce qui concerne la distribution intérieure.

Fig. 35 : Superposition du plan publié dans Les plus excellents bastiments de France avec le second état pour la deuxième moitié du xvie siècle.

Fig. 35 : Superposition du plan publié dans Les plus excellents bastiments de France avec le second état pour la deuxième moitié du xvie siècle.

DAO : © Sébastien Ronsseray, SDASM / fond de plan : Cabinet Ponsot

55L’autre intérêt de ces superpositions de plans est de mettre en évidence ce que ne représentent pas les plans de Du Cerceau, à savoir les constructions des tranchées 2 et 3 qu’il faut assurément associer au château ; en particulier, le bâtiment de la tranchée 2 avec sa fosse de latrine, dont la fouille permet d’entrevoir quelques fragments de vie quotidienne au château, à travers les déchets et objets mis au rebut.

Témoignages du quotidien au xvie siècle et au début du xviie siècle

L’alimentation carnée

  • 14 L’ensemble des informations retranscrites ici provient de l’étude de Le Blay 2012 sur les lots de f (...)

56L’étude des ossements d’animaux provenant de la préparation culinaire ou de la consommation nous renseigne, dans une certaine mesure, sur les pratiques alimentaires de l’époque et sur leur contexte social14.

  • 15 Ce nombre ne prend pas en compte une partie de la microfaune dont l’étude reste à compléter après t (...)

57Pour la deuxième moitié du xvie siècle et le début du xviie siècle, on dispose d’un ensemble de 1 056 restes osseux15. Cet ensemble provient du comblement de la latrine rencontrée dans la tranchée 2 et de la fouille partielle des remblais de destruction des bâtiments de la tranchée 1.

58La latrine de la tranchée 2 a livré 700 ossements permettant d’identifier 26 espèces animales : des animaux de basse-cour, comme le porc, le mouton, le coq, l’oie, le dindon, le canard colvert, le pigeon ; du gibier, comme le cerf, le sanglier, le lièvre, la perdrix grise, la grive, le merle ; plusieurs sortes de passereaux ; des poissons d’eau douce, comme le brochet, la carpe, le barbeau, la brème ; des coquillages d’eau douce, comme la moule d’eau douce (anodonte). Sont également représentés la chauve-souris, le rat noir, la souris grise, mais nous sortons là du domaine des pratiques alimentaires. En revanche, on constate l’absence étonnante de restes de bovins pourtant généralement en bonne place sur la table de la Renaissance.

59Le poids des ossements, en fonction de l’espèce, permet d’évaluer, avec une certaine fidélité, la masse de viande fournie par espèce (fig. 36). Sur le diagramme correspondant, on voit que le gros gibier constitue 60 % de l’apport carné avec 1 cerf et 4 sangliers représentés. Le porc arrive juste après le gibier, il s’agit d’une viande devenue ordinaire et populaire au xvie siècle. On note par contre la présence du dindon, animal du Nouveau Monde encore peu répandu en France dans la deuxième moitié du xvie siècle et qui a été consommé ici. Le mouton par contre est sous-représenté malgré le succès de cette viande au xvie siècle. On enregistre également l’absence surprenante des poissons de mer pourtant largement consommés durant toute la période. Cependant cette constatation sera sans doute amenée à être largement nuancée lorsque l’étude complémentaire sur la microfaune, à partir du tamisage des sédiments recueillis dans le comblement de la latrine, sera menée.

Fig. 36 : Diagramme circulaire de répartition des espèces animales représentées dans le comblement de la latrine en fonction du poids total des restes, en grammes.

Fig. 36 : Diagramme circulaire de répartition des espèces animales représentées dans le comblement de la latrine en fonction du poids total des restes, en grammes.

DAO : © Sébastien Ronsseray, d’après Jean-Claude Le Blay

60Ces résultats donnent une impression de table « ordinaire » – d’un milieu toutefois privilégié, comme en témoigne l’activité cynégétique. En effet, on est loin de la profusion d’espèces sauvages représentées dans les ensembles osseux découverts au Louvre pour le xve siècle, au château des ducs de Normandie ou dans les offices du château de Brie-Comte-Robert pour le xive siècle lorsque Jeanne d’Évreux y réside.

61L’interprétation de ces résultats doit également prendre en compte la faiblesse relative du nombre de restes étudiés et ne peut guère renvoyer qu’un écho lointain de pratiques sociales complexes qui se déroulent dans un lieu où se croise, sans se côtoyer, tout un pan de la hiérarchie sociale de l’époque. C’est ici, semble-t-il, un échantillon de la table du quotidien au château de Fontainebleau qui est représenté, à l’écart des fastueux banquets de cour donnés par la famille royale.

62Plusieurs autres lots d’ossements animaux provenant des niveaux de démolition des bâtiments de la tranchée 1 étaient suffisamment fournis pour pouvoir faire l’objet d’une étude. Si l’éventail des espèces représentées se rapproche du précédent lot, on observe de notables différences (fig. 37). Ces lots d’ossements se composent de rebuts de préparation culinaire mais aussi de consommation. On y relève une représentation majoritaire des bovins et des ovins : la viande de mouton étant particulièrement prisée à cette période, à tous les niveaux de la société, il est naturel de voir cet animal en bonne place dans les résultats. Le gibier tient également une place importante dans les répartitions. La fréquence des traces de découpe de filet observées sur les ossements, associée à la présence de crânes, confirme la préparation des viandes sur place.

Fig. 37 : Diagramme circulaire de répartition des espèces animales représentées dans les niveaux de démolition de la tranchée 1, en fonction du poids total des restes, en grammes.

Fig. 37 : Diagramme circulaire de répartition des espèces animales représentées dans les niveaux de démolition de la tranchée 1, en fonction du poids total des restes, en grammes.

DAO : © Sébastien Ronsseray d’après Jean-Claude Le Blay

63Les vestiges mobiliers recueillis dans la latrine donnent également un reflet de la table où étaient servies ces viandes après leur passage en cuisine.

La vaisselle de table

  • 16 Information orale communiquée par Fabienne Ravoire que je remercie.

64La céramique est cependant beaucoup moins abondante que ce que l’on aurait pu attendre d’un contexte archéologique comme celui d’un comblement de latrine. Il s’agit majoritairement de céramique de préparation culinaire ou de conservation comme le classique coquemar, pot à tout faire depuis l’époque médiévale. Cependant le comblement de la latrine a livré un peu de vaisselle de table ainsi qu’un lot significatif de verrerie. Un réchauffoir, ustensile en céramique qui, comme son nom l’indique, sert à maintenir au chaud les plats, figure parmi les pièces archéologiquement complètes. Son usage se répand dans la seconde moitié du xvie siècle. On introduit dans la partie basse des braises, la chaleur passe à travers la partie ajourée à décor de rosace pour réchauffer le plat qui est posé sur les trois protubérances en forme de bouton fixées sur le rebord (fig. 38). Un pichet glaçuré, d’une forme inédite, présente un décor rapporté de cordons digités appliqués verticalement. L’anse de ce récipient a disparu mais une trace d’arrachement sur la panse en marque le point de fixation. L’autre extrémité de l’anse devait se raccorder à la lèvre ou au col (fig. 39). La forme de ce pichet le rapproche de modèles en métal et pourrait en être une imitation céramique16. Ces deux pièces témoignent d’un certain soin apporté au service de la table, sans pour autant pouvoir être qualifiées de vaisselle de luxe.

Fig. 38 : Réchauffoir en céramique glaçurée.

Fig. 38 : Réchauffoir en céramique glaçurée.

DAO : © Sébastien Ronsseray, SDASM

Fig. 39 : Pichet glaçuré.

Fig. 39 : Pichet glaçuré.

DAO : © Sébastien Ronsseray, SDASM

  • 17 Barrera 1990.

65La verrerie retrouvée dans le comblement de la latrine regroupe des verres, des coupes, des fiasques, ainsi qu’une aiguière en opaline. Ce mobilier a été stabilisé et en partie restauré par Pascale Leroy-Lafaurie. La typologie des verres bellifontains est bien identifiée depuis les travaux de Jorge Barrera sur la verrerie des fouilles du Louvre17. On retrouve des verres de type biconique à liseré bleu, diffusés entre le milieu du xvie et le début du xviie siècle, des verres à boule creuse renflée ainsi que des verres à tige creuse renflée de la même époque. Cet ensemble comprend également des verres à pied balustre plus caractéristiques du premier quart du xviie siècle (fig. 40 et 41). On note, par contre, l’absence de verre à la « façon de Venise », aux décors sophistiqués, que l’on aurait pu s’attendre à trouver dans un contexte comme celui du château de Fontainebleau. Seul un unique fragment de flacon en laticcino évoque les techniques italiennes.

Fig. 40 : Verres à pied retrouvés dans la latrine.

Fig. 40 : Verres à pied retrouvés dans la latrine.

© Sébastien Ronsseray, SDASM

Fig. 41 : Verre à pied balustre retrouvé dans la latrine.

Fig. 41 : Verre à pied balustre retrouvé dans la latrine.

© Sébastien Ronsseray, SDASM

66L’aiguière en opaline figure néanmoins parmi les pièces exceptionnelles que l’on peut qualifier de vaisselle de luxe. La technique de l’opaline se développe au xviie siècle (fig. 42).

Fig. 42 : Aiguière en opaline en cours de restauration.

Fig. 42 : Aiguière en opaline en cours de restauration.

© Sébastien Ronsseray, SDASM

  • 18 Information donnée par de Pascale Leroy-Lafaurie que je remercie.

67Beaucoup moins connues sont les petites coupes à pied refoulé, dont deux ont pu être remontées (fig. 43). Cette forme, jusqu’à présent retrouvée très incomplète dans des contextes archéologiques du xviie siècle, était identifiée comme étant celle de pieds de verres tronconiques du xve siècle, ce qui posait problème18. Les deux exemplaires de Fontainebleau montrent qu’il s’agit en réalité de petites coupes à pied refoulé que l’on peut qualifier de contenant et qu’il faut très probablement ranger dans la famille des pots à onguents. Ces objets dateraient du début du xviie siècle.

Fig. 43 : Coupes à pied refoulé.

Fig. 43 : Coupes à pied refoulé.

© Sébastien Ronsseray, SDASM

68Comme l’étude de la faune, la vaisselle renvoie l’image d’une table relativement modeste pour le lieu. Mise à part l’aiguière en opaline, on est ici loin des fastes royaux aux grandes heures des banquets.

Les soins du corps

69L’usage de petits flacons en grès du Beauvaisis pour conserver des préparations pharmaceutiques se répand dans la seconde moitié du xvie siècle. Deux exemplaires ont été retrouvés dans la latrine, ainsi que deux ustensiles de toilette en os à la fonction polyvalente (fig. 44). En effet, une extrémité spatulée servait à se curer les oreilles, alors que l’autre, pointue, servait à se curer les dents. Les petits pots à onguent présentés ci-dessus viennent compléter la connaissance de la pharmacie de l’époque.

Fig. 44 : Pots à onguent en verre, flacons en grès du Beauvaisis et ustensile de toilette en os.

Fig. 44 : Pots à onguent en verre, flacons en grès du Beauvaisis et ustensile de toilette en os.

© Sébastien Ronsseray, SDASM

Les jeux de hasard

70Pour achever cette évocation du quotidien, les plaisirs de l’esprit trouvent leur illustration dans la présence de dés, témoignage du goût pour les jeux de hasard malgré l’opposition farouche de l’Église (fig. 45). Ces petits dés de 8 millimètres de côté sont fabriqués à partir d’ossements d’animaux disponibles sur place, comme en témoigne un exemplaire simplement ébauché.

Fig. 45 : Dés à jouer en os, 8 millimètres de côté.

Fig. 45 : Dés à jouer en os, 8 millimètres de côté.

© Y. Bourhis DAC, Département 77

71Au travers des différents thèmes abordés ci-dessus au chapitre de la vie quotidienne, c’est le reflet lointain du monde complexe et hétéroclite d’un palais royal qui se dessine. Les déchets et objets mis au rebut nous renvoient au petit peuple des offices, et, par quelques témoins, nous emmènent jusqu’à la table des seigneurs… et peut-être même beaucoup plus loin : jusqu’aux appartements de la reine !

Une découverte exceptionnelle : trois pièces d’orfèvrerie du xvie siècle

72Trois bijoux en or émaillé ont été trouvés, à proximité les uns des autres, dans les niveaux supérieurs d’utilisation de la fosse de latrine. Il s’agit d’une épingle à cheveux, d’une petite croix et d’une médaille.

La petite croix reliquaire

  • 19 L’analyse en laboratoire reste à faire.

73La petite croix reliquaire en or ciselé mesure 16 millimètres de haut pour 2,5 millimètres d’épaisseur. Elle est creuse et possède un système d’ouverture bloqué par une clavette (fig. 46 et 47). Elle porte sur une face l’inscription Maria et sur l’autre le monogramme du Christ IHS, communément traduit par Iesus homo salvator (« Jésus sauveur des hommes »). Un autre monogramme appartenant probablement au propriétaire de l’objet reste pour le moment indéchiffrable. Cette croix/ce reliquaire contient ce qui semble être un peu de poussière d’os19.

Fig. 46 : Avers de la petite croix reliquaire et de la médaille de pèlerinage.

Fig. 46 : Avers de la petite croix reliquaire et de la médaille de pèlerinage.

© Y. Bourhis, DAC, Département 77

Fig. 47 : Revers de la petite croix reliquaire et de la médaille de pèlerinage.

Fig. 47 : Revers de la petite croix reliquaire et de la médaille de pèlerinage.

© Y. Bourhis, DAC, Département 77

La médaille de pèlerinage

  • 20 Information orale donnée par Béatrice Beillard, que je remercie.

74La médaille en or a la forme d’une tunique portant d’un côté le Christ en croix sur fond étoilé et de l’autre une Vierge à l’Enfant figurée debout. Elle fait 28 millimètres de haut pour 20 millimètres de large (voir fig. 46 et 47). L’ensemble est rehaussé d’émaux blancs, verts, rouges et bleus avec des effets de transparence selon une technique caractéristique des émaux d’orfèvres au xvie siècle20.

75La forme de cette médaille fait référence à une relique vestimentaire. Elle renvoie donc à un pèlerinage vers ce type de relique. Les reliques de tuniques du Christ et de la Vierge sont peu nombreuses : les deux candidates sont celle de la Vierge à Chartres et celle du Christ à Argenteuil.

  • 21 Forgeais 1863, p. 28 à 34. Forgeais 1865, p. 115, 118, 120.
  • 22 Ibid., p. 99 à 104.
  • 23 Ibid., p. 50 à 53.

76Les enseignes de pèlerinages à la tunique de la Vierge à Chartres présentent des caractéristiques stéréotypées éloignées de notre médaille : une face montre une Vierge à l’Enfant assise sur un trône soulevé par deux porteurs, tandis que l’autre face figure la tunique dans une châsse soutenue par deux porteurs ou simplement la tunique dans sa châsse21. Notre exemplaire relève plutôt du modèle d’Argenteuil qui prend systématiquement la forme de la relique22. Pour autant, la médaille de Fontainebleau diffère sur un point du modèle d’Argenteuil. Les enseignes en plomb connues pour ce pèlerinage représentent le Christ en croix sur une face et rien sur l’autre, alors que notre exemplaire possède sur une face le Christ et sur l’autre une Vierge à l’Enfant. Cependant, il n’est pas surprenant de voir les deux figures adossées de la sorte, c’est une association que l’on retrouve couramment sur les petits crucifix de l’époque23.

L’épingle à cheveux

  • 24 Brantôme 1867, p. 233.
  • 25 Urseau 1904, p. 463.
  • 26 Beaurepaire 1882, p. 12.
  • 27 Information aimablement communiquée par Vincent Droguet que je remercie ici.

77L’épingle en or mesure 84,2 millimètres de long, sa pointe a une largeur maximale de 3 millimètres pour une épaisseur de 1,3 millimètre et elle pèse un peu plus de 3 grammes (fig. 48). Elle est coiffée d’un chiffre composé de deux C entrelacés, rehaussés d’un émail vert pour l’un et blanc pour l’autre (fig. 49). Ce chiffre est utilisé par plusieurs personnages au xvie siècle et n’est donc pas, à lui seul, un facteur déterminant pour identifier le propriétaire de ce bijou. Par contre, associé aux couleurs vert et blanc, il en va tout autrement. Parmi les personnes utilisant les deux C comme chiffre, il vient naturellement à l’esprit la reine de France, Catherine de Médicis (1519-1589), dont le chiffre orne encore les murs de la salle de bal du château de Fontainebleau. Brantôme nous apprend dans ses mémoires que la reine a « aymé et porté toujours le vert, jusqu’à la mort du roy, son seigneur et mary24 ». Un fragment de comptes de la reine fait état d’un « panache de plumes fines colombin blanc et vert, garny de grandes plumes d’egrettes, pour servir » à un chapeau25. Un autre, tiré des comptes de l’écurie de la reine, décrit les tenues portées par ses pages : ces derniers sont vêtus de blanc et de vert de la tête aux pieds26. C’étaient donc des couleurs arborées couramment par Catherine de Médicis et son entourage. Ce furent également les couleurs utilisées officiellement par la reine lors de la réception des ambassadeurs de Pologne, venus proposer le trône de Pologne au futur Henri III27. Associées aux deux C entrelacés, elles inclinent à faire de la reine la propriétaire de ce bijou féminin.

Fig. 48 : Épingle à cheveux au chiffre de Catherine de Médicis.

Fig. 48 : Épingle à cheveux au chiffre de Catherine de Médicis.

© Sébastien Ronsseray, SDASM

Fig. 49 : Détail sur le chiffre de Catherine de Médicis.

Fig. 49 : Détail sur le chiffre de Catherine de Médicis.

© Sébastien Ronsseray, SDASM

78Si l’on peut, en toute vraisemblance, attribuer cette épingle à la reine Catherine, sa présence aux côtés de deux autres bijoux dans une fosse de latrine laisse perplexe. Plusieurs hypothèses peuvent être avancées sans que l’on puisse trancher. Ont-ils été cachés là suite à un larcin ou pendant une période de troubles, ou ont-ils été simplement perdus ? Nous quittons là les domaines stricts de l’archéologie et de l’histoire pour rejoindre celui du roman historique. L’enquête reste ouverte !

Conclusion

79Malgré les limites évidentes de l’opération, celle-ci a apporté une moisson d’informations non négligeables sur le développement topographique des offices et des cuisines du château, ainsi que sur la vie quotidienne dans ces murs. Elle souligne également la légitimité d’une archéologie de l’époque moderne qui permet une nécessaire confrontation entre les vestiges conservés et la documentation écrite et iconographique, quand celle-ci existe.

Haut de page

Bibliographie

Sources imprimées

Androuet Du Cerceau Jacques, 1576, Le second volume des plus excellents bastiments de France [...], Paris, « pour ledit Jacques Androuet, du Cerceau ».

Androuet Du Cerceau Jacques, 1579, Le second volume des plus excellents Bastiments de France, Paris, « pour ledit Jacques Androuet, du Cerceau ».

Études

Aspects méconnus de la Renaissance en Île-de-France, 1998, Guiry-en-Vexin-Paris, Musée archéologique du Val-d’Oise-Éditions d’art Somogy.

Barrera Jacques, 1990, « Le verre à boire des fouilles de la cour Napoléon du Louvre (Paris) », dans Annales du 11e congrès de l’Association internationale pour l’histoire du verre (Bâle, 29 août-3 septembre 1988), Amsterdam, AIHV, p. 347-364.

Barrera Jacques, 1998, « La verrerie », dans Aspects méconnus… 1998, p. 197-207.

Beaurepaire de Robillard Charles de, 1882, Notice sur un compte de l’écurie de la reine Catherine de Médicis de 1558, Rouen, impr. de H. Boissel.

Benhaddou Sophie, 2013, Fontainebleau, place d’Armes : rapport de diagnostic, Pantin, INRAP Centre Ile-de-France.

Boudon Françoise, 2010, « Du Cerceau et Les plus excellents bastiments de France », dans J. Guillaume (dir.), Jacques Androuet du Cerceau « un des plus grands architectes qui se soient jamais trouvés en France », Paris, Picard/Cité de l’architecture et du patrimoine, p. 257-274.

Boudon Françoise et Mignot Claude, 2010, Jacques Androuet du Cerceau. Les dessins des plus excellents bâtiments de France. Paris, Picard-Cité de l’architecture et du patrimoine-Le Passage.

Boudon Françoise et Blécon Jean, 1998, Le château de Fontainebleau, de François Ier à Henri IV : Les bâtiments et leurs fonctions, Paris, Picard.

Bourges Ernest, 1896, Recherches sur Fontainebleau, Fontainebleau, Maurice Bourges imprimeur.

Braemer François, 1992, « Les pierres ornementales au Haut-Empire romain », dans « Le marbre dans l’Antiquité », Dossiers d’archéologie, n° 173, p. 8-15.

Brantôme, Pierre de Bourdeille, 1867, Œuvres complètes, éd. L. Lalanne, t. III, Paris, chez Mme veuve Jules Renouard.

Bray Albert, 1935, Les origines de Fontainebleau. Fontainebleau avant François Ier, Paris, Société française d’archéologie.

Forgeais Arthur, 1858, Notice sur des plombs historiés trouvés dans la Seine, Paris, chez l’auteur.

Forgeais Arthur, 1863, Collection de plombs historiés trouvés dans la Seine. Deuxième série : enseignes de pèlerinages, Paris, chez l’auteur.

Forgeais Arthur, 1865, Collection de plombs historiés trouvés dans la Seine. Quatrième série : imagerie religieuse, Paris, chez l’auteur.

Jestaz Yvonne, 1995, Fontainebleau : une ville entre château et Forêt, Paris, Artlys.

Le Blay Jean-Claude, 2012, Étude des restes osseux mis au jour dans la cour Henri IV du château de Fontainebleau (Seine-et-Marne), n. p.

Lebouteux Pierre, 1980, « Restaurer. Conseils techniques et méthodes d’intervention », Cahiers médiévaux, n° 19, Paris, Club du vieux manoir.

Les Comptes des bâtiments du roi (1528-1571), 2 vol., éd. L. de Laborde, Paris, J. Baur.

Pérouse de Montclos Jean-Marie, 1998, Fontainebleau, Paris, Scala.

Ponsot Patrick, 2011, Quartier Henri IV, étude de diagnostic et établissement d’un cahier des charges patrimoniales, Blois.

Ravoire Fabienne, 1991, « Un ensemble céramique du xvie siècle : la fosse L1 des thermes de Cluny à Paris », Archéologie médiévale, t. XXI, p. 209-270.

Ravoire Fabienne, 1998a, « La céramique », dans Aspects méconnus… 1998, p. 184-196.

Ravoire Fabienne, 1998b, « La production céramique en Île-de-France », dans Aspects méconnus… 1998, p. 234-237.

Ravoire Fabienne, 1998c, « Diffusion du grès du Beauvaisis », dans Aspects méconnus… 1998, p. 292-293.

Ravoire Fabienne, 1998d, « La vaisselle de faïence », dans Aspects méconnus… 1998, p. 297-298.

Ravoire Fabienne, 2009, « Les productions céramiques d’Île-de-France à la fin du Moyen Âge (xive-xvie siècle), modalités et formes d’une évolution », dans Ravoire F. et A. Dietrich A. (dir.), La cuisine et la table dans la France de la fin du Moyen Âge, Caen, Publications du CRAHM, p. 249-269.

Ronsseray Sébastien, 2014, Fontainebleau, château, quartier Henri IV : rapport de diagnostic archéologique, Melun, Conseil général de Seine-et-Marne.

Togni Bruno, 2010, Carrelages et dallages du xiie au xixe siècle, Paris, Éditions du Patrimoine-Centre des monuments nationaux.

Urseau Charles, 1904, « Fragments de comptes de Catherine de Médicis », Mémoires de la société nationale d’agriculture, sciences et arts d’Angers, Angers, Germain & G. Grassin, p. 451-465.

Haut de page

Notes

1 Département de Seine-et-Marne, région Île-de-France.

2 Opération réalisée de mai à juin 2012.

3 François d’Orbay, Fontainebleau, plan du château au rez-de-chaussée, dessiné et gravé par…, 1682, Paris, Bibliothèque nationale, Estampes, Topo Va 77/tome 6, fig. 23. Fontainebleau, plans d’ensemble et de détails, fin xviie siècle-xviiie siècle, projets et réalisations. Archives nationales (AN), VA album LX 1-49, relevés de D’Orbay, 1676. Cités et partiellement reproduits dans Boudon et Blecon 1998.

4 Jestaz 1995, p. 62.

5 Ibid., p. 42.

6 Androuet Du Cerceau 1579.

7 Jacques Androuet Du Cerceau, « Château de Fontainebleau », plan (détail), plume sur vélin, Londres, The British Museum, Prints and drawings. Inv. N° 1972, U.858. Reproduit dans Boudon et Mignot 2010, p. 159, 161.

8 Minutier central, ET/XIX/361, n° 72, mentionné dans Boudon et Blecon 1998, p. 256.

9 Benhaddou 2013, p. 50.

10 Les datations des formes céramiques ont été aimablement réalisées par Fabienne Ravoire que je remercie.

11 Togni 2010, p. 215.

12 Information orale d’Annie Blanc que je remercie ici.

13 La dynamique de destruction et de récupération observée dans la stratigraphie de la tranchée 1 témoigne d’une destruction des bâtiments simultanée à l’édification du quartier Henri IV. Par ailleurs, une monnaie présente dans les niveaux de démolition scellant l’utilisation de la fosse de latrine laisse penser que le bâtiment qui la contenait n’était pas encore tout à fait rasé lorsque le quartier Henri IV fut achevé.

14 L’ensemble des informations retranscrites ici provient de l’étude de Le Blay 2012 sur les lots de faune issus du diagnostic.

15 Ce nombre ne prend pas en compte une partie de la microfaune dont l’étude reste à compléter après tamisage des sédiments prélevés dans la latrine.

16 Information orale communiquée par Fabienne Ravoire que je remercie.

17 Barrera 1990.

18 Information donnée par de Pascale Leroy-Lafaurie que je remercie.

19 L’analyse en laboratoire reste à faire.

20 Information orale donnée par Béatrice Beillard, que je remercie.

21 Forgeais 1863, p. 28 à 34. Forgeais 1865, p. 115, 118, 120.

22 Ibid., p. 99 à 104.

23 Ibid., p. 50 à 53.

24 Brantôme 1867, p. 233.

25 Urseau 1904, p. 463.

26 Beaurepaire 1882, p. 12.

27 Information aimablement communiquée par Vincent Droguet que je remercie ici.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Vue plongeante sur les tranchées de diagnostic.
Crédits © Sébastien Ronsseray, SDASM
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14131/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Fig. 2 : Jacques Androuet Du Cerceau, Château de Fontainebleau, plan (détail), plume sur vélin. Londres, The British Museum, Prints and Drawings, 1972, U.858.
Légende Voir la notice sur le site du British Museum.
Crédits CC BY-NC-SA 4.0
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14131/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 3 : Jacques Androuet Du Cerceau, Château de Fontainebleau, vue à vol d’oiseau, plume sur vélin. Londres, The British Museum, Prints and Drawings, 1973, U.1354.
Légende Voir la notice sur le site du British Museum.
Crédits CC BY-NC-SA 4.0
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14131/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 4 : Jacques Androuet Du Cerceau, « Fontainebleau. Le plan de tout le bastiment », dans Androuet Du Cerceau 1579, planche 9.
Légende http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​bpt6k1041137z/​f55.item
Crédits Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14131/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 700k
Titre Fig. 5 : Jacques Androuet Du Cerceau, « Vues du logis du coste de lestang », dans Androuet Du Cerceau 1579, planche 11.
Légende http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​bpt6k1041137z/​f46.item
Crédits Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14131/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 6 : Jacques Androuet Du Cerceau, « Fontainebleau, Veues du lieu du coste du bourg », dans Androuet Du Cerceau 1579, planche 12.
Légende http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​bpt6k1041137z/​f49.item
Crédits Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14131/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1000k
Titre Fig. 7 : Plan cumulé des vestiges découverts.
Crédits DAO : © Sébastien Ronsseray, SDASM
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14131/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Titre Fig. 8 : Plan du fossé protohistorique.
Crédits DAO : © Sébastien Ronsseray, SDASM
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14131/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Titre Fig. 9 : Plan des vestiges attribués à la fin du Moyen Âge ou au début de l’époque moderne.
Crédits DAO : © Sébastien Ronsseray, SDASM
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14131/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Fig. 10 : Vue prise vers le nord du bâtiment en moellons de grès et de son sol intérieur dans la tranchée 1.
Crédits © Sébastien Ronsseray, SDASM.
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14131/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Fig. 11 : Vue rapprochée prise vers le nord-ouest du bâtiment en moellons de grès et de son sol intérieur dans la tranchée 1.
Crédits © Sébastien Ronsseray, SDASM
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14131/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Fig. 12 : Vue prise vers le sud-ouest sur les constructions rencontrées dans la partie sud de la tranchée 2.
Crédits © Sébastien Ronsseray, SDASM
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14131/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Fig. 13 : Vue prise vers l’ouest sur les constructions rencontrées dans la partie sud de la tranchée 2.
Crédits © Sébastien Ronsseray, SDASM
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14131/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 14 : Vue prise vers l’est sur le mur nord-ouest/sud-est et son retour vers le nord-est. Ce mur est recoupé par un autre mur postérieur orienté nord-est/sud-ouest.
Crédits © Sébastien Ronsseray, SDASM
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14131/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Fig. 15 : Col de cruche à bec tubulaire et fond de tasse polylobée.
Crédits DAO : © Sébastien Ronsseray, SDASM
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14131/img-15.png
Fichier image/png, 11k
Titre Fig. 16 : Fragment de carreau de sol en terre cuite à décor animalier.
Crédits © Sébastien Ronsseray, SDASM
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14131/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Fig. 17 : Plan cumulé des vestiges du milieu du xvie siècle au début du xviie siècle.
Crédits DAO : © Sébastien Ronsseray, SDASM
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14131/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Fig. 18 : Plan du premier état pour la période du milieu du xvie siècle au début du xviie siècle.
Crédits DAO : © Sébastien Ronsseray, SDASM
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14131/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Fig. 19 : Vue prise vers l’est sur le mur gouttereau nord montrant le degré d’épierrement de cette maçonnerie.
Crédits © Sébastien Ronsseray, SDASM
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14131/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Fig. 20 : Vue prise vers l’ouest sur l’aménagement accolé au mur gouttereau nord.
Crédits © Sébastien Ronsseray, SDASM
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14131/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Fig. 21 : Vue prise vers le sud sur les vestiges d’un probable appentis le long de la façade nord.
Crédits © Sébastien Ronsseray, SDASM
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14131/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Fig. 22 : Échantillons de briques de couleurs différentes mises en œuvre dans la maçonnerie.
Crédits © Sébastien Ronsseray, SDASM
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14131/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 23 : Fragments de plaquage en porphyre vert provenant de Grèce.
Crédits © Sébastien Ronsseray, SDASM
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14131/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 852k
Titre Fig. 24 : Échantillon d’ardoises montrant des ardoises de noue ronde et d’arêtier.
Crédits © Sébastien Ronsseray, SDASM
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14131/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Fig. 25 : Détail de mise en œuvre d’une noue ronde en ardoise.
Crédits © Pierre Lebouteux 1980
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14131/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Fig. 26 : Disposition des ardoises arêtières dans une toiture.
Crédits © Pierre Lebouteux 1980
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14131/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Fig. 27 : Plan du second état pour la période du milieu du xvie siècle au début du xviie siècle.
Crédits DAO : © Sébastien Ronsseray, SDASM
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14131/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Fig. 28 : Vue prise vers l’ouest du mur gouttereau nord montrant le niveau de récupération de ces maçonneries.
Crédits © Sébastien Ronsseray, SDASM
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14131/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5M
Titre Fig. 29 : Vue prise vers l’ouest montrant les murs gouttereaux sud accolés des deux corps de bâtiments qui se sont succédé dans la tranchée 1 au cours de la deuxième moitié du xvie siècle.
Crédits © Sébastien Ronsseray, SDASM
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14131/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Titre Fig. 30 : Vue prise vers le nord sur la cour pavée, avec son caniveau au premier plan.
Crédits © Sébastien Ronsseray, SDASM
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14131/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 2,9M
Titre Fig. 31 : Vue prise vers l’est sur la tranchée d’épierrement du mur bordant la cour pavée au sud.
Crédits © Sébastien Ronsseray, SDASM
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14131/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 32 : Vue prise vers le sud-est sur la fosse de latrine dans la tranchée 2.
Crédits © Sébastien Ronsseray, SDASM
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14131/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 33 : Vue prise vers le nord sur la tranchée 3.
Crédits © Sébastien Ronsseray, SDASM
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14131/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 2,7M
Titre Fig. 34 : Superposition du plan du British Museum avec le premier état pour la deuxième moitié du xvie siècle.
Crédits DAO : © Sébastien Ronsseray, SDASM / fond de plan : Cabinet Ponsot
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14131/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Fig. 35 : Superposition du plan publié dans Les plus excellents bastiments de France avec le second état pour la deuxième moitié du xvie siècle.
Crédits DAO : © Sébastien Ronsseray, SDASM / fond de plan : Cabinet Ponsot
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14131/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Fig. 36 : Diagramme circulaire de répartition des espèces animales représentées dans le comblement de la latrine en fonction du poids total des restes, en grammes.
Crédits DAO : © Sébastien Ronsseray, d’après Jean-Claude Le Blay
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14131/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre Fig. 37 : Diagramme circulaire de répartition des espèces animales représentées dans les niveaux de démolition de la tranchée 1, en fonction du poids total des restes, en grammes.
Crédits DAO : © Sébastien Ronsseray d’après Jean-Claude Le Blay
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14131/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Fig. 38 : Réchauffoir en céramique glaçurée.
Crédits DAO : © Sébastien Ronsseray, SDASM
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14131/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Titre Fig. 39 : Pichet glaçuré.
Crédits DAO : © Sébastien Ronsseray, SDASM
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14131/img-39.png
Fichier image/png, 88k
Titre Fig. 40 : Verres à pied retrouvés dans la latrine.
Crédits © Sébastien Ronsseray, SDASM
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14131/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 796k
Titre Fig. 41 : Verre à pied balustre retrouvé dans la latrine.
Crédits © Sébastien Ronsseray, SDASM
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14131/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 892k
Titre Fig. 42 : Aiguière en opaline en cours de restauration.
Crédits © Sébastien Ronsseray, SDASM
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14131/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 800k
Titre Fig. 43 : Coupes à pied refoulé.
Crédits © Sébastien Ronsseray, SDASM
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14131/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Fig. 44 : Pots à onguent en verre, flacons en grès du Beauvaisis et ustensile de toilette en os.
Crédits © Sébastien Ronsseray, SDASM
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14131/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 800k
Titre Fig. 45 : Dés à jouer en os, 8 millimètres de côté.
Crédits © Y. Bourhis DAC, Département 77
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14131/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Titre Fig. 46 : Avers de la petite croix reliquaire et de la médaille de pèlerinage.
Crédits © Y. Bourhis, DAC, Département 77
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14131/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 47 : Revers de la petite croix reliquaire et de la médaille de pèlerinage.
Crédits © Y. Bourhis, DAC, Département 77
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14131/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 48 : Épingle à cheveux au chiffre de Catherine de Médicis.
Crédits © Sébastien Ronsseray, SDASM
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14131/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 876k
Titre Fig. 49 : Détail sur le chiffre de Catherine de Médicis.
Crédits © Sébastien Ronsseray, SDASM
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14131/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Ronsseray, « La cour des Offices du château de Fontainebleau : genèse d’un espace et aperçu du quotidien », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2017, mis en ligne le 23 décembre 2017, consulté le 16 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/crcv/14131 ; DOI : 10.4000/crcv.14131

Haut de page

Auteur

Sébastien Ronsseray

Sébastien Ronsseray, archéologue médiéviste au Service départemental d’archéologie de Seine-et-Marne. Direction des affaires culturelles, 40, chemin des Trois Noyers, 77350 Le Mée-sur-Seine, 01 64 87 37 73, sebastien.ronsseray@departement77.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals