Navigation – Plan du site
Chambord, Tuileries, Fontainebleau et Saint-Germain-en-Laye

Ni fait, ni à faire : Chambord, un château à choix multiples

A Monarch’s Work is Rarely Done: Chambord, a Castle of Multiple Choices
Simon Bryant et Cécile Travers

Résumés

Cette communication est l’occasion de présenter le panorama des recherches menées depuis une quinzaine d’années sur le monument et son environnement proche - dépouillements d’archives, études sur le tufeau et les dégradations de la pierre, relevés photogrammétriques, modélisations en 3D de l’édifice - et de parler des interventions archéologiques qui se sont enchaînées depuis 1996 (fouilles programmées, diagnostics archéologiques, fouilles préventives). Ces recherches ont permis d’aborder de façon très concrète les origines mouvementées du chantier Renaissance, ainsi que la vie du château au XVIIIe siècle. La question de l’environnement de l’édifice a pris progressivement de l’importance et a généré des recherches spécifiques sur le bourg, le domaine, la forêt, et tout dernièrement sur les jardins. Nous livrons ici un premier aperçu des informations issues de la fouille des parterres nord réalisée durant l’été 2016 dans le cadre d’un projet de restauration des jardins. Les données sont en cours de traitement et semblent particulièrement prometteuses pour la connaissance de l’évolution du site et de sa mise en valeur progressive depuis le XVIe siècle. Elles ont aussi confirmé l’existence du grand jardin d’agrément de style régulier, créé dans les années 1730 devant les façades nord et est du château, et apporté des éléments de connaissance très précis quant aux dispositions paysagères originelles de ce premier jardin.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Jourd’hueil et Marchant 2016.

1Le titre de cet article correspond au thème de la communication faite lors du colloque « 25 années d’archéologie royale (1990-2015) », lequel invitait à la présentation panoramique des recherches menées sur Chambord depuis une bonne quinzaine d’années. La diversité des approches et des cadres institutionnels a permis d’appréhender les multiples facettes du château, dont les traces des chantiers visibles dans les élévations ou découvertes lors des fouilles. Ces aspects ont fait l’objet d’une communication lors d’un colloque tenu à Orléans en 2010 et dont les actes viennent de paraître1. Notre propos vise à mettre en avant les premiers résultats de la fouille des états successifs des jardins réalisée entre juillet et septembre 2016, laissant ainsi les découvertes associées à l’histoire du chantier de construction du monument et le panorama des recherches sur le site un peu en arrière-plan. Il convient néanmoins de rappeler les points essentiels des recherches archéologiques afin de placer cette fouille dans son contexte.

Un court bilan des recherches sur Chambord

  • 2 Chatenet 2001 ; Guillaume 1968, 1974, 1983, 2005 ; Lesueur et Lesueur 1911 et 1931 ; Lesueur 1951 ; (...)
  • 3 Johannot 2001.

2Le château et son domaine restent toujours un point de convergence de plusieurs disciplines de recherche qui traitent le même objet d’étude dans des optiques bien différentes. Les apports des historiens de l’art et de l’architecture depuis Jacques Androuet du Cerceau et André Félibien sont considérables, avec des ouvrages et des articles qui constituent le fonds de référence2. Le service de la conservation du domaine contribue régulièrement aux recherches historiques à travers les dépouillements des fonds des archives réalisées par Luc Forlivesi (conservateur général du patrimoine) et Denis Grandemenge (régisseur des collections) et l’étude des anomalies de la construction analysées par Eric Johannot (chargé de recherches et de l’action éducative)3.

  • 4 Les communs, les terrasses du donjon, la cour intérieure, les abords, les jardins… (Ponsot 2003, 20 (...)
  • 5 Suivi des altérations, caractérisation et restaurations des monuments en pierre calcaire par l’équi (...)
  • 6 Janvier-Badosa 2012.
  • 7 Stages encadrés par Antoine Pinte, Raphaëlle Héno et Patricia Pellardi de l’École nationale des sci (...)

3En tant qu’ensemble patrimonial, Chambord a généré des recherches documentaires et scientifiques pour répondre aux exigences de la restauration et de la mise en valeur. Ces travaux ont produit un fonds qui se distingue par sa qualité et sa quantité sous la forme des études préalables des architectes en chef des Monuments historiques4 et une thèse de doctorat dans le cadre du projet SACRE5 sur le comportement du tufeau à Chambord6, une pierre emblématique de l’architecture Renaissance du val de Loire. La nécessité de cartographier les dégradations de la pierre a conduit à la réalisation de relevés en élévation et à une modélisation en trois dimensions de l’ensemble de l’édifice. Dans la même veine, les deux campagnes de relevé photogrammétrique par des étudiants de l’ENSG7 ont produit des fonds de plan qui constituent une documentation graphique en soi mais qui peuvent également servir de support pour d’autres études archéologiques ou architecturales.

  • 8 Aubourg-Josset et Josset 1996.
  • 9 Sous la direction de Jean-Sylvain Caillou et Dominique Hofbauer. Voir la contribution de Jean-Sylva (...)
  • 10 Voir la contribution de Sévérine Hurard dans ces actes : https://crcv.revues.org/14090.

4L’archéologie est entrée par la petite porte en 1996 sous la forme d’un diagnostic effectué dans la cour8, puis elle a pu entrer par la grande porte à plusieurs reprises (fig. 1). Elle a permis d’aborder aussi bien les origines même du chantier Renaissance que la vie du château au xviiie siècle avec le programme de recherches sur les latrines qui a jeté une nouvelle lumière sur le vieux débat concernant le plan du donjon9. Le cadre préventif a pu aborder ce chantier et l’évolution des communs par le biais du suivi des travaux dans l’aile sud en 1999 et 2000, et la fouille de la cour intérieure en 2006 et 2007. Ces interventions, avec un diagnostic des cuisines de Polignac en 2015 marquent également la volonté d’appliquer les méthodes archéologiques aux vestiges des périodes plus récentes alors que sa légitimité dans ce contexte reste encore à affirmer10. Le dialogue établi entre les archéologues, les architectes et le personnel du château a réussi à établir un environnement propice à la recherche et les résultats des investigations ont porté un nouveau regard sur le site, parfois en remettant en question les connaissances acquises.

Fig. 1 : Plan général des interventions archéologiques sur les abords du château.

Fig. 1 : Plan général des interventions archéologiques sur les abords du château.

DAO : Simon Bryant, INRAP

  • 11 Étude documentaire et étude préalable (Villeneuve et Jourd’heuil 2015 ; Ponsot 2003), synthèse icon (...)
  • 12 Journot à paraître.

5À l’image des politiques de protection du patrimoine qui tendent à considérer le site dans son environnement à plusieurs échelles, les recherches se sont élargies pour couvrir le château et son domaine dans son paysage. L’implantation du château dans son environnement immédiat a été abordée par deux diagnostics archéologiques en 2010 et 2012, puis par les études menées sur les parterres nord et est des jardins à partir de 201311, culminant avec la fouille de 2016. Un premier bilan de ces recherches et sur le rôle de l’archéologie environnementale figure dans une contribution à paraître en 201712.

  • 13 Melissinos et Marchant, 2003 ; Borjon 2014.
  • 14 Martin-Demézil 1963 et Berdal en cours.
  • 15 http://www.archeoforet.org/.
  • 16 Laboratoire Archéologie et Territoires, UMR 7324 CITERES.

6Le cadre urbain et parcellaire de Chambord fut abordé par une étude patrimoniale du bourg en 2003 puis une étude documentaire sur l’hôtel Saint-Michel13. L’histoire de la forêt médiévale a été étudiée par Jean-Martin Demézil tandis que la thèse en cours de Virginie Berdal (chargée de recherches au service de la conservation du château) concerne la capitainerie de chasse et le domaine entre le xvie et le xviiie siècle14. Ce travail forme un trait d’union avec l’approche globale d’un territoire offerte par les campagnes de prospection menées par Louis Magiorani depuis 199715 et, depuis 2014, par le projet SOLiDAR16 qui comprend également la forêt de Blois.

7Coordonné par Xavier Rodier et Clément Laplaige, la prospection par LiDAR de 25 000 hectares des forêts de Chambord, Russy et Boulogne offre aux chercheurs la possibilité d’appréhender l’aménagement et la transformation de l’environnement par l’homme à plusieurs échelles géographiques et chronologiques. Cette évolution va de pair avec la politique patrimoniale qui vise à mettre en valeur le patrimoine « naturel » en liaison avec le patrimoine architectural. Finalement, l’intégration du site au sens large dans son contexte social et économique dans le cadre du programme « Intelligences des patrimoines » vise à fédérer l’ensemble des organismes de recherche pour mieux appréhender les différents espaces patrimoniaux par le biais de la recherche interdisciplinaire. En cela Chambord a sans doute été un peu pionnier.

Un chantier mouvementé

8Pour revenir à l’échelle du monument, notre vision de la conception du projet architectural initial a été renouvelée par les recherches programmées sur les latrines17 et nos propres observations commencent à partir de ce début de chantier. Pendant un quart de siècle, celui-ci fut jalonné par la direction de plusieurs maîtres maçons, avec des changements de projet sous François Ier, puis des interruptions sous les monarques suivants, jusqu’à son abandon vers 1566. Ces aléas ont laissé de nombreuses irrégularités que l’aspect monumental de l’édifice fait presque oublier.

  • 18 Bryant 2016.
  • 19 Le livre d’architecture (entre 1567 et 1574), conservé à la bibliothèque municipale de Gdansk.
  • 20 Les étages de l’aile orientale furent toutefois amorcés comme le témoigne une gravure du milieu du (...)
  • 21 Étude en cours.

9Ces découvertes ont été publiées avec plus de détails ailleurs18, mais il convient de souligner quelques hésitations des bâtisseurs pour faire le lien avec les abords et les jardins. D’une part, on constate l’abandon d’une galerie couverte entre la façade sud du donjon et l’entrée centrale dans l’aile sud des communs, visible sous la forme d’amorces de voûtes d’arêtes au-dessus des portes du donjon et figurée sur un plan de Jean Chéreau, datant du troisième quart du xvie siècle19. Signalons également la réorganisation importante des fondations des refends de l’aile sud qui marque l’abandon du projet des communs sur deux étages, probablement au cours des travaux des années 1544-1547. Les trois ailes ne seront élevées que sur un seul niveau20 et la fosse des latrines de la tour du Chaudron, prévue pour un grand nombre d’habitants, sera réduite à une petite chambre au xviiie siècle. Les transformations des xviie et xviiie siècles ont été documentées pour l’aile sud lors des travaux de 1999 à 2000 et pour la tour nord-ouest du donjon préalablement à la restauration et à la mise en valeur des cuisines du marquis de Polignac21.

Le château à choix multiple, l’aménagement des abords à partir du xvie siècle

Du xvie au xviie siècle, un état inachevé

  • 22 Un gué et un pont sont mentionnés en 1307 (Chatenet 2001, p. 19).

10La notion d’un château à choix multiples est particulièrement pertinente pour l’aménagement des abords du monument où le château médiéval apparaît en filigrane. Située en fond de vallée et entourée par les marais, l’ancienne forteresse contrôlait un point de passage sur le Cosson22 et était encore occupée au début du xvie siècle. Les textes font état également d’un prieuré à l’intérieur de l’enceinte, dont quelques vestiges ont pu être observés lors du diagnostic des abords en 2012.

11Les incertitudes persistent quant à l’état de l’environnement proche et au cours du Cosson à la fin du Moyen Âge, et l’impact du chantier de François Ier reste également ouvert à discussion. Le château et le prieuré avaient été arasés mais les abords furent de toute évidence laissés dans un état d’abandon à l’arrêt des travaux. Les dessins de Jacques Androuet du Cerceau montrent un état projeté où l’édifice était entouré de fossés en eau rectilignes. Ceux-ci étaient délimités par des murs d’escarpe avec balcons en encorbellement formant fausses braies autour du château et des murs de contrescarpe. Devant la façade nord, un grand plan d’eau carré devait occuper la place des jardins actuels. Si les fausses braies avec leurs balcons ont été réalisées (fig. 2), les plans d’eau et les fossés sont restés inachevés, au grand regret de Du Cerceau.

Fig. 2 : Les vestiges du mur des fausses-braies devant la façade sud et la tour du Chaudron, mis au jour lors du suivi des travaux en 2010.

Fig. 2 : Les vestiges du mur des fausses-braies devant la façade sud et la tour du Chaudron, mis au jour lors du suivi des travaux en 2010.

Le parement en pierre de taille a été en grande partie récupéré, exposant le blocage, mais le départ d’un balcon d’encorbellement est encore visible.

© Simon Bryant, INRAP

  • 23 Cette vue fait partie des treize résidences royales peintes sous Henri IV par Louis Poisson mais re (...)
  • 24 Les tentatives d’assainissement des lieux sont récurrentes et nous avons fait l’expérience de ce pr (...)

12Cet état perdura jusqu’aux années 1640, quand Gaston d’Orléans abandonna son nouveau palais au château de Blois pour se consacrer à la restauration de Chambord. Une vue cavalière du château, réalisée entre 1601 et 160823, donne l’impression générale de l’environnement au début du xviie siècle (fig. 3). Chambord est effectivement dans une île marécageuse entourée par les bras de la rivière Cosson qui serpentent quasiment au pied du château, dont un cours d’eau canalisé. Ce dernier est le résultat des travaux hydrauliques destinés à détourner les eaux du Cosson en amont du château et à les diriger vers le cours principal en aval24.

Fig. 3 : Louis Poisson, Galerie des Cerfs : carte murale du château et de la forêt de Chambord Chambord, début du xviie siècle.

Fig. 3 : Louis Poisson, Galerie des Cerfs : carte murale du château et de la forêt de Chambord Chambord, début du xviie siècle.

Peinture de la série des treize résidences royales dans la galerie des Cerfs du château de Fontainebleau.

© RMN-Grand Palais (Château de Fontainebleau) / Gérard Blot

  • 25 Voir Betgé 1938 ; Martin-Demézil 1966 ; Gatulle 2012.

13En dehors de la restauration du château en lui-même, l’activité de Gaston d’Orléans est en partie connue à travers des marchés passés pour divers travaux d’aménagement des abords et du cours d’eau, dont la démolition de quatre moulins en aval et des plantations d’arbres dans divers endroits qui ne sont pas spécifiés25. Deux alignements de fosses devant la tour de la chapelle ont été mis au jour et pourraient correspondre à ces plantations. En attendant une datation de ces vestiges, la présence de Gaston ne semble pas avoir laissé de trace pérenne dans l’archive archéologique et ce n’est qu’à partir de 1680 que la documentation iconographique et archéologique commence à nous renseigner. À partir de cette période, des campagnes de travaux qui s’échelonnent entre les années 1680 et le milieu du xviiie siècle se succèdent pour créer les espaces à l’ouest et au sud et notamment les jardins dans la forme que nous voyons aujourd’hui.

Les espaces à l’ouest et au sud du château, le bourg et la cour d’honneur

14Entre 1680 et 1686, Louis XIV entreprend de grands travaux sous la direction de Jules Hardouin-Mansart, destinés à moderniser le château et aménager les abords. Cette période correspond également à la réalisation de plusieurs plans qui illustrent l’état du site au début et à l’abandon des travaux, ainsi que des projets pour les jardins et les écuries royales qui devaient flanquer la cour d’honneur devant la façade sud du château. Un plan daté de 1682 ou 1683 représente le château et son environnement dans un état probablement hérité de la fin de la Renaissance (fig. 4). Il est annoté avec des états projetés en sanguine, probablement de la main de Mansart. À la fin de cette série, un plan de 1693 montre l’état du site après l’abandon des travaux vers 1686, avec la superposition d’un projet amorcé puis abandonné à la faveur d’un autre qui ne sera repris qu’à partir de 1730 (fig. 5). Ce document détaillé est une mine de renseignements pour l’aménagement du site et donne un aperçu des infrastructures nécessaires au maintien de la cour.

Fig. 4 : Plan du château et de ses abords vers 1682-1683 (A) avec zoom sur les jardins au nord et à l’est (B). Paris, Archives nationales de France, série O1 1324, no 155.

Fig. 4 : Plan du château et de ses abords vers 1682-1683 (A) avec zoom sur les jardins au nord et à l’est (B). Paris, Archives nationales de France, série O1 1324, no 155.

Domaine public

Fig. 5 : L’état du site en 1693 après l’arrêt des travaux vers 1686. Paris, Bibliothèque nationale de France, Cartes et plans, Ge C 4776.

Fig. 5 : L’état du site en 1693 après l’arrêt des travaux vers 1686. Paris, Bibliothèque nationale de France, Cartes et plans, Ge C 4776.

http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b53064649d

Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France

15Entre ces états de début et de fin, deux autres plans (fig. 6 et 7) montrent des projets pour les jardins et les écuries censés être restés dans les cartons. Or les prospections géophysiques et les sondages archéologiques montrent que certains éléments de ces projets ont été réalisés.

Fig. 6 : Plan-projet de l’avant-cour et des jardins du cabinet de Mansart, réalisé vers 1682. Archives départementales du Loir-et-Cher, Fi_00388.

Fig. 6 : Plan-projet de l’avant-cour et des jardins du cabinet de Mansart, réalisé vers 1682. Archives départementales du Loir-et-Cher, Fi_00388.

Les écuries « provisoires » de 1681 sont déplacées au sud-ouest et la cour d’honneur, au sud, est flanquée respectivement à l’est et à l’ouest par les Grandes et Petites Écuries. Ces dernières ont été réalisées mais le projet pour les jardins fut rejeté.

© Archives Départementales du Loir-et-Cher, Fi_00388

Fig. 7 : Plan-projet de l’avant-cour et des jardins du cabinet de Mansart réalisé vers 1682. L’organisation générale des abords à l’ouest du château correspond à l’état de 1682-1683. Archives départementales du Loir-et-Cher, Fi_00387.

Fig. 7 : Plan-projet de l’avant-cour et des jardins du cabinet de Mansart réalisé vers 1682. L’organisation générale des abords à l’ouest du château correspond à l’état de 1682-1683. Archives départementales du Loir-et-Cher, Fi_00387.

Les écuries de chaque côté de la cour d’honneur, au sud, ont été remplacées par les bâtiments plus importants figurés sur l’autre plan de 1682 et des modifications ont été esquissées à la mine de plomb. Les parterres au nord et à l’est ont été amorcés mais les tracés du projet définitif achevé à partir de 1730 figurent déjà sur ce plan, tracé à la mine de plomb.

image Archives Départementales du Loir-et-Cher, Fi_00387

16Ces documents concernent surtout l’emprise des parterres nord et est des jardins actuels et seront présentés dans la section concernant les résultats des fouilles de l’été 2016. En ce qui concerne les abords à l’ouest du château, les sondages archéologiques de 2012 ont pu retrouver les vestiges des écuries provisoires capables de loger 300 chevaux, érigées en 1680 (fig. 8), et un grand épandage de déchets de taille de tufeau avec une petite cabane qui signalent des aménagements de chantier qui ne figurent pas sur le plan de 1693 (fig. 9). Il a également donné un aperçu de l’étendue des travaux de nivellement de cette partie du site à partir des années 1680. Ils correspondent en partie à la première phase du chantier destiné à créer les canaux qui devaient relier les fossés en eau du château au cours principal du Cosson en délimitant les limites ouest et sud des parterres.

Fig. 8 : Les écuries « provisoires » de 1680-1681. Détail du plan de 1693. Paris, Bibliothèque nationale de France, Cartes et plans, Ge C 4776.

Fig. 8 : Les écuries « provisoires » de 1680-1681. Détail du plan de 1693. Paris, Bibliothèque nationale de France, Cartes et plans, Ge C 4776.

A. Plan des vestiges maçonnés découverts lors du diagnostic de 2012 sur le fond estompé du plan de 1693. B. Vue générale du mur nord du bâtiment, prise depuis l’ouest. C. Les plots maçonnés des poteaux des stalles avec le mur bahut de la paroi extérieure de la travée centrale.

Plan : Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France – DAO : Simon Bryant, INRAP

Fig. 9 : Vue générale des vestiges d’un abri de chantier découvert pendant le diagnostic de 2012.

Fig. 9 : Vue générale des vestiges d’un abri de chantier découvert pendant le diagnostic de 2012.

La structure et les niveaux de circulation associés ont été installés sur une épaisse couche de déchets de taille de tuffeau jaune.

© Simon Bryant, INRAP

17L’importance des terrassements pour préparer le terrain a effectivement effacé des traces de l’occupation médiévale qui n’a été observée que sous la forme de quelques fonds de fosses et des lambeaux de sol. Néanmoins, le faciès des céramiques trouvées dans ces niveaux est homogène avec une fourchette chronologique concentrée sur les xiiie et xive siècles. Sur le talus, près de l’église, des vestiges d’un solin avec des trous de poteau et des niveaux de sol bien conservés laissent entrevoir l’emplacement des bâtiments du prieuré démoli en 1520. Ceux-ci étaient en pans de bois avec des toitures en chaume d’après les textes.

18D’autres sondages réalisés dans le bourg, sur la place Saint-Louis et autour de l’hôtel Saint-Michel ont été moins concluants à cause de l’état de conservation des vestiges qui sont souvent directement sous la surface actuelle. Il a été possible de retrouver une partie d’une ferme signalée sur les plans de 1682 et 1693 mais les contraintes du chantier n’ont pas permis d’appréhender cet espace sur une superficie significative. Cette lacune est d’autant plus regrettable qu’il s’agit d’une zone de constructions légères voire provisoires destinées aux écuries et aux logements des artisans et officiers qui assuraient le fonctionnement au quotidien du château, un aspect qui mérite d’être développé.

L’environnement au nord et à l’est du château jusqu’au début des années 1680

Les données historiques

19Une vue à vol d’oiseau datée de 1600 (voir fig. 3) montre un paysage relativement peu transformé, avec des creux, des bosses, de la végétation éparse, et un Cosson dont les méandres passent très près du château, lequel n’a pas encore de douves. Le seul élément du paysage véritablement structuré est la route de Saint-Dyé – village situé au bord de la Loire dit aussi le « port de Chambord » – qui a dû jouer un rôle capital au moment du chantier de construction du château. Cette route part de l’angle ouest de ce dernier (tour de la Chapelle) et traverse le Cosson au moyen de deux ponts – l’un en bois, l’autre en pierre – s’appuyant sur une île implantée au milieu du lit. Elle est bordée par une balustrade en bois qui forme aussi le parapet du premier pont. Cette balustrade ajourée sépare la route du terrain vague qui s’étend au pied de la façade nord du château. Elle forme un retour en équerre vers l’est afin de délimiter un espace réservé situé devant la tour de la Chapelle à un niveau inférieur à celui de la route. Hormis une masse de végétaux buissonnants, rien n’évoque l’existence d’un jardin bien structuré dans cet espace.

20Une série de gravures réalisées autour de 1680 montre que le paysage a finalement assez peu évolué au cours du xviie siècle (fig. 10, 11, 12) et que l’état du site au début des travaux engagés par Louis XIV était plus ou moins celui hérité du xvie siècle, à deux détails près :

21– l’existence d’un petit jardin régulier situé devant la tour de la Chapelle, à l’emplacement de l’espace réservé observé sur la peinture de 1600 (voir fig. 4, 13). Ce jardin est désaxé par rapport aux axes de composition du château mais épouse l’orientation de l’ancienne route de Saint-Dyé qui longe son côté ouest. Il se compose de quatre carrés de culture délimités par des allées, avec de petits arbustes taillés dans les angles. Sa clôture, figurée par un pointillé, pourrait correspondre à la balustrade en bois représentée sur la peinture de 1600 et les gravures d’Adam Pérelle et d’Israël Silvestre ;

22– la création d’une dérivation du Cosson qui vient faire miroir le long de la façade est du château (voir fig. 4) et qui délimite un espace quadrangulaire aux contours quelque peu irréguliers. Le fait que cet espace soit coloré en vert indique qu’il était végétalisé, mais aucune organisation interne bien définie ne se distingue. Les parterres triangulaires et les alignements d’arbres qui apparaissent en surimpression ont été tracés a posteriori et témoignent du fait qu’on réfléchissait à un projet de jardin de grande envergure pour agrémenter les abords du château.

Fig. 10 : La façade nord du château et les deux ponts sur le Cosson vers 1680, vus depuis l’ouest. Estampe Veüe et perspective du Chateau Royal de Chambor en Berry par Adam Pérelle. Image Domaine national de Chambord, CH.41.0873.

Fig. 10 : La façade nord du château et les deux ponts sur le Cosson vers 1680, vus depuis l’ouest. Estampe Veüe et perspective du Chateau Royal de Chambor en Berry par Adam Pérelle. Image Domaine national de Chambord, CH.41.0873.

© Domaine national de Chambord / Ludovic Letot

Fig. 11 : Détail de la balustrade en bois et du pont extrait de la Veüe et perspective du Chateau Royal de Chambor en Berry par Adam Pérelle. Domaine national de Chambord, 3 O. CH.41.0873.

Fig. 11 : Détail de la balustrade en bois et du pont extrait de la Veüe et perspective du Chateau Royal de Chambor en Berry par Adam Pérelle. Domaine national de Chambord, 3 O. CH.41.0873.

Le côté nord du Petit Jardin est délimité par un retour à angle droit de la balustrade qui sépare le jardin du chemin à l’ouest.

© Domaine national de Chambord / Ludovic Letot

Fig. 12 : Détail de l’espace du Petit Jardin Renaissance devant la tour de la Chapelle, depuis le nord-ouest, vers 1676. Extrait de la gravure , d’Israël Silvestre, Veüe du Chasteau de Chambor du costé du parc, eau-forte, 1676. Archives départementales du Loir-et-Cher, 33 FI 551.

Fig. 12 : Détail de l’espace du Petit Jardin Renaissance devant la tour de la Chapelle, depuis le nord-ouest, vers 1676. Extrait de la gravure , d’Israël Silvestre, Veüe du Chasteau de Chambor du costé du parc, eau-forte, 1676. Archives départementales du Loir-et-Cher, 33 FI 551.

La palissade qui sépare le jardin du chemin de Saint-Dyé est visible derrière le garde-fou du premier pont en bois. Voir la notice sur le site des Archives départementales du Loir-et-Cher.

image Archives départementales du Loir-et-Cher / Thierry Davigny

Fig. 13 : Plan du rez-de-chaussée du château en 1680, avec la partie sud du Petit Jardin devant la tour de la Chapelle, visible dans l’angle supérieur gauche. Paris, Archives nationales de France, F21 – 3701.

Fig. 13 : Plan du rez-de-chaussée du château en 1680, avec la partie sud du Petit Jardin devant la tour de la Chapelle, visible dans l’angle supérieur gauche. Paris, Archives nationales de France, F21 – 3701.

Domaine public

Les données archéologiques mises au jour au nord du château

Un projet de quinconce d’arbres avorté ?

23Deux alignements parallèles (mais décalés) de petites fosses de plantation carrées régulièrement espacées (fig. 14), situés approximativement dans l’axe de l’ancienne route de Saint-Dyé évoquée précédemment, ont été mis au jour dans la zone de fouille no 1 située devant la tour de la Chapelle. Le matériel archéologique issu de ces fosses évoque clairement un contexte xvie siècle. Ces alignements ne se prolongent pas jusqu’au Cosson, et sont plantés en quinconce. A-t-on affaire à un projet de quinconce d’arbres élaboré à l’époque de François Ier ou de Charles IX et avorté en cours de réalisation ? Ou s’agit-il des plantations d’arbres effectuées à l’époque de Gaston d’Orléans ? La datation des céramiques trouvées dans les fosses appuie la première hypothèse, mais cette découverte est inédite, car aucun document d’archives ne laissait supposer l’existence d’un aménagement paysager de ce type à cet endroit.

Fig. 14 : L’alignement des fosses de plantation du deuxième tiers du xvie siècle dans la zone 1 de la fouille de 2016.

Fig. 14 : L’alignement des fosses de plantation du deuxième tiers du xvie siècle dans la zone 1 de la fouille de 2016.

© Simon Bryant, INRAP / Cécile Travers, Archéoverde

Nivellement et assainissement de la zone réservée située devant la tour de la Chapelle

24Nous n’avons pas retrouvé de structures paysagères (fosses de plantation, allées…) clairement assimilables au petit jardin régulier visible sur les plans du début des années 1680 (voir fig. 4, 13). Un niveau de bonne terre rapportée surmontant une succession de remblais, et bordé par un fossé du côté de la route de Saint-Dyé, témoigne cependant de la volonté de niveler et d’assainir cette zone. L’emprise spatiale de ces remblais s’arrête à peu près à l’endroit où devrait se trouver la clôture du petit jardin, mais aucune limite matérielle n’a pu être détectée. L’analyse des données de fouille étant en cours, nous réservons encore notre verdict quant à l’existence ou non de ce petit jardin au xviie siècle.

Réfection de la route de Saint-Dyé et implantation d’une balustrade en bois le long de son côté est

25La découverte d’un muret comportant à intervalles réguliers des petits contreforts latéraux et des négatifs de poteaux quadrangulaires (fig. 14, 15) atteste l’existence de la balustrade en bois visible sur les gravures de la fin du xviie siècle. Ce muret se prolonge au-delà de l’aire de fouille vers le nord – et donc vers le pont en bois figurant sur les gravures du xviie – mais, contrairement à ce qu’on pouvait attendre, il n’effectue pas de retour vers l’est. L’implantation de cette balustrade semble être contemporaine de la dernière réfection de la route de Saint-Dyé, vraisemblablement effectuée à l’époque de Louis XIV. Il reste encore des traces de son épais radier calcaire et quelques lambeaux du pavage qui le recouvrait (fig. 16).

Fig. 15 : Détail d’une des bases maçonnées du muret F.632.

Fig. 15 : Détail d’une des bases maçonnées du muret F.632.

Noter les socles perpendiculaires de chaque côté du négatif du poteau, destinés à soutenir une équerre de raidissement de chaque côté de la balustrade.

© Simon Bryant, INRAP

Fig. 16 : Des vestiges du pavage du xviie siècle dans la zone 1.

Fig. 16 : Des vestiges du pavage du xviie siècle dans la zone 1.

Les rangées sont orientées perpendiculairement à l’axe de la voie. Ce lambeau a été recoupé à l’ouest (droite) par la tranchée de construction du mur de terrasse du parterre et à l’est (gauche) par la tranchée de plantation de l’alignement de marronniers qui formait la limite occidentale du parterre.

© Simon Bryant, INRAP

Les données archéologiques mises au jour à l’est du château

  • 26 Les premiers travaux consistèrent en un fossé qui devait drainer les marais en aval du château et j (...)

26Un angle de mur arasé a été mis au jour en 2009 au fond des douves orientales du château (fig. 17). D’après son implantation, ce mur pourrait correspondre à l’angle de la plate-forme quadrangulaire cernée par une dérivation du Cosson apparaissant sur le plan de 1681-1682 (fig. 6). Manifestement ce mur avait une double fonction : canaliser les eaux du Cosson et retenir les remblais constituant la plate-forme en question. L’ouvrage pourrait donc s’inscrire dans le cadre des derniers travaux hydrauliques entrepris dès 156226.

Fig. 17 : Vue générale des maçonneries arasées dans les douves à l’est du château, prise depuis le nord.

Fig. 17 : Vue générale des maçonneries arasées dans les douves à l’est du château, prise depuis le nord.

© Simon Bryant, INRAP

27Ces derniers sont apparus dans les sondages profonds effectués dans la zone de fouille n° 2 située à l’est du château. Ils sont surmontés par un niveau de bonne terre rapportée situé à environ 2 mètres sous le niveau actuel. Aucune structure paysagère de type fosse de plantation ou surface de circulation aménagée susceptible de traduire la présence d’un jardin d’agrément n’a été repérée dans ce niveau. Le terrain quadrangulaire apparaissant sur le plan de 1681-1682 (voir fig. 6) n’était probablement qu’un simple terrain enherbé. Ce niveau de bonne terre est limité au nord par un imposant talus de terre argileuse rapportée (fig. 18, 19). Ce talus a la même orientation que le chemin visible sur le plan de 1681-1682 reliant le château au double pont qui franchit les deux bras du Cosson à l’est, et pourrait correspondre au large trait brun qui apparaît sur le plan. S’agit-il d’une digue de séparation entre le terrain quadrangulaire exhaussé et drainé grâce à la dérivation du Cosson passant au pied de la façade est du château, et les terrains situés au nord, encore soumis aux fluctuations naturelles du Cosson ? La suite de nos recherches devrait permettre de le dire.

Fig. 18 : Le talus en terre qui formait la limite nord du Grand Jardin après le décapage des remblais du xviiie siècle.

Fig. 18 : Le talus en terre qui formait la limite nord du Grand Jardin après le décapage des remblais du xviiie siècle.

© Simon Bryant, INRAP

Fig. 19 : Détail du talus dans la coupe ouest de la fouille avec la façade orientale du château visible derrière.

Fig. 19 : Détail du talus dans la coupe ouest de la fouille avec la façade orientale du château visible derrière.

La levée de terre se distingue nettement des remblais marno-calcaires sous-jacents et des remblais plus hétérogènes du début du xviiie siècle, visibles au-dessus. À gauche de l’image, on observe le comblement d’un petit bac à chaux creusé dans la surface du talus.

© Simon Bryant, INRAP

Les projets de jardin et de canalisation du Cosson élaborés à l’époque de Louis XIV

Les données historiques

28À l’époque de Louis XIV, deux plans projets témoignent de la volonté de canaliser le Cosson afin sans doute d’éloigner l’eau du château et de créer sur les terrains ainsi libérés et nivelés un grand jardin d’agrément s’étendant au pied des façades est et nord du château (voir fig. 6, 7). L’analyse d’un plan d’existant réalisé en 1693 (voir fig. 5) laissait supposer que les travaux de canalisation du Cosson avaient été amorcés. Sur ce plan, on constate la présence d’un canal qui forme une demi-lune dans l’axe de la façade nord du château et qui se prolonge vers l’est en formant un coude. Les deux bras naturels du Cosson présents de ce côté en 1682 ont été réunis en un seul bras canalisé. Cette configuration correspond exactement aux aménagements projetés sur l’un des plans projets de 1682 (fig. 20). Tout laisse donc à penser que c’est ce projet qui a finalement été retenu.

Fig. 20 : Comparatifs des extraits du plan du projet amorcé de 1682 et de celui de l’état du site en 1693 avec les réalisations communes à chacun et les modifications apportées avant l’abandon du chantier vers 1686. En haut à gauche : Paris, Archives départementales du Loir-et-Cher, Fi 00387 (détail). En haut à droite : Paris, Bibliothèque nationale de France, Cartes et plans, Ge C 4776 (détail).

Fig. 20 : Comparatifs des extraits du plan du projet amorcé de 1682 et de celui de l’état du site en 1693 avec les réalisations communes à chacun et les modifications apportées avant l’abandon du chantier vers 1686. En haut à gauche : Paris, Archives départementales du Loir-et-Cher, Fi 00387 (détail). En haut à droite : Paris, Bibliothèque nationale de France, Cartes et plans, Ge C 4776 (détail).

La photo montre les allées sablées et la terre humifère du parterre de 1682 en cours de décapage.

En haut à gauche : image Archives départementales du Loir-et-Cher Fi 00387. En haut à droite : Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France – DAO et photo : Simon Bryant, INRAP / Cécile Travers, Archéoverde

Les données archéologiques

29La prospection géophysique par méthode électrique menée en 2014 sur l’emprise des jardins par l’entreprise Géocarta confirme ce que le plan de 1693 laissait supposer, à savoir la réalisation du canal dessinant une demi-lune dans l’axe de la façade nord du château, et formant un coude à 45 degrés pour recueillir les eaux du Cosson arrivant par l’est (fig. 21). Mais ce n’est pas tout : les images de résistivité électrique comportent également deux traces linéaires résistantes de même largeur, qui, superposées au plan projet de 1682, correspondent exactement à l’implantation des allées encadrant le parterre trapézoïdal figurant sur le plan (voir fig. 7, 20). Ces données laissaient supposer que le jardin avait été réalisé. Cela a été confirmé par le décapage des niveaux archéologiques de la fin du xviie siècle, lequel a mis au jour une alternance de remblais sableux et de remblais terreux dont les limites évoquent étrangement le dessin de ce parterre tripartite (fig. 20). Le projet a-t-il été mené à son terme ? On peut se le demander car nous n’avons décelé aucune structure de plantation, alors que le plan projet montre que ces parterres étaient bordés par des alignements d’arbres. Notre hypothèse est que le piquetage du projet sur le terrain et les apports sélectifs de sédiments ont bien été effectués, mais que les travaux se sont probablement arrêtés là.

Fig. 21 : Carte de la résistivité apparente à une profondeur de 0 à 100 centimètres. L’emprise du jardin de 1682 avec la demi-lune au nord a été tracée ainsi que les emprises probables des allées sablées (proposition d’interprétation).

Fig. 21 : Carte de la résistivité apparente à une profondeur de 0 à 100 centimètres. L’emprise du jardin de 1682 avec la demi-lune au nord a été tracée ainsi que les emprises probables des allées sablées (proposition d’interprétation).

© Géocarta / Domaine national de Chambord

Un nouveau projet modifiant la structuration de l’espace autour du château

L’analyse des plans historiques

30Les auteurs des projets de 1682 avaient manifestement tenté de s’adapter aux axes structurant les abords du château et de conserver les points de passage sur le Cosson, probablement hérités d’une époque très ancienne (fig. 22). Le plan de 1693 montre qu’un nouveau projet est en cours d’élaboration (voir fig. 5). Celui-ci fait table rase des travaux engagés au début des années 1680 et des anciens axes de circulation. La demi-lune et le coude du premier canal y figurent mais sont englobés dans le projet d’une grande plate-forme en équerre cernée par le futur cours canalisé du Cosson. Les maçonneries des côtés sud et ouest de cette plate-forme sont déjà construites et le terrain est en cours de remblaiement. Sur ce plan on voit très bien que la maçonnerie ouest recoupe l’ancienne route de Saint-Dyé, qui sera abandonnée au profit d’une route parallèle à la nouvelle plate-forme et passant par le pont à construire sur le nouveau canal. D’après les données historiques, ces travaux sont interrompus, mais reprennent lors du séjour de Stanislas Leszczynski – roi de Pologne en exil et beau-père de Louis XV – à Chambord de 1725 à 1733.

Fig. 22 : Plans comparatifs des axes de circulation sur les plans de 1682-1683 (A), 1682 (B) et 1693 (C). La voirie « extérieure » est figurée au trait épais tandis que les axes de circulation à l’intérieur des jardins sont au trait fin. A : Paris, Archives nationales de France, série O1 1324, no 155. B : Archives départementales du Loir-et-Cher, Fi 00387. C : Paris, Bibliothèque nationale de France, Cartes et plans, Ge C 4776.

Fig. 22 : Plans comparatifs des axes de circulation sur les plans de 1682-1683 (A), 1682 (B) et 1693 (C). La voirie « extérieure » est figurée au trait épais tandis que les axes de circulation à l’intérieur des jardins sont au trait fin. A : Paris, Archives nationales de France, série O1 1324, no 155. B : Archives départementales du Loir-et-Cher, Fi 00387. C : Paris, Bibliothèque nationale de France, Cartes et plans, Ge C 4776.

A : Domaine public – B : image Archives départementales du Loir-et-Cher Fi 00387 – C : Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France – DAO : Simon Bryant, INRAP / Cécile Travers, Archéoverde

Les données archéologiques

31Deux sondages implantés perpendiculairement aux murs de terrasse sud et ouest de la plate-forme des jardins ont permis de mettre au jour les contreforts correspondant aux redents visibles sur le plan de 1693 (fig. 23). Ces contreforts enterrés étaient destinés à « raidir » le mur. Celui-ci allait en effet être soumis à de très fortes poussées, tant du côté de l’eau que du côté du jardin où une quantité considérable de remblais a été rapportée, afin de surélever le niveau général du terrain et ainsi mettre le futur jardin à l’abri des débordements du Cosson. La nature de ces remblais a pu être observée dans les coupes : sable, argile, marne calcaire, mélangés à des déblais (fig. 24). Elle reflète bien la nature des travaux en cours à cette époque à Chambord : creusement d’un canal dans les terrains alluvionnaires du Cosson, construction de maçonneries, travaux sur le château. Les sédiments extraits du creusement du nouveau canal sont immédiatement remployés en remblais et répandus en couches superposées au niveau de la future plate-forme.

Fig. 23 : Vue générale du mur ouest du parterre avec les redans maçonnés destinés à raidir la structure contre la poussée des remblais de la plate-forme.

Fig. 23 : Vue générale du mur ouest du parterre avec les redans maçonnés destinés à raidir la structure contre la poussée des remblais de la plate-forme.

© Simon Bryant, INRAP

Fig. 24 : Remblais (fin xviie ou xviiie siècle ?) dans la partie nord du sondage 2a.

Fig. 24 : Remblais (fin xviie ou xviiie siècle ?) dans la partie nord du sondage 2a.

© Simon Bryant, INRAP

Création d’un grand jardin d’agrément régulier dans les années 1730

Les données historiques

32C’est donc à partir de cette plate-forme en cours d’aménagement qu’un nouveau projet de jardin va voir le jour, initié par Stanislas au début des années 1730. Les données d’archives des xviiie et xixe siècles permettaient d’affirmer que ce jardin avait bien été réalisé, mais aussi de se faire une idée assez précise de sa composition et de son évolution au cours du temps, avec parfois des détails fort intéressants comme la largeur des allées, la largeur des plates-bandes, ou encore la nature et le nombre des végétaux plantés. Lors du diagnostic archéologique réalisé en 2013 par l’INRAP, on a pu se rendre compte que beaucoup de composantes de ce jardin étaient conservées dans le sous-sol du jardin actuel, d’où la prescription de fouille préventive ayant donné lieu au chantier de trois mois effectué l’été dernier, dont nous rendons compte ici.

  • 27 Terme utilisé dans les sources d’archives du xviiie siècle pour désigner les sous-parties rectangul (...)

33Ce jardin, d’environ 4 hectares de superficie, se compose de trois carrés répartis autour des façades nord-ouest et sud-est du château (fig. 25) : devant la façade nord-ouest, un parterre à deux « feuilles »27 encadré par des alignements d’arbres ; devant la façade sud-est, un autre parterre à deux « feuilles » encadré par des alignements d’arbres ; et dans l’angle nord, un quinconce de marronniers. Les plantations débutent en 1734 et se poursuivent jusqu’en 1743. C’est un certain Pattard, jardinier, qui en assure l’entretien jusqu’à sa mort en 1750. On sait que le maréchal de Saxe, qui réside à Chambord entre 1745 et 1750, fait faire des modifications sur le parterre, mais on ignore lesquelles. À partir de la fin du xviiie siècle, les documents montrent en effet que le parterre est a évolué en quatre carrés répartis autour d’un puits et que deux allées en croix ont été percées à l’intérieur du quinconce (fig. 26, 27), mais la structuration spatiale de l’ensemble du jardin n’a pas fondamentalement changé.

Fig. 25 : Plan du jardin dans son état de 1745. Il s’agit d’une copie en miniature du plan original commandé par le maréchal de Saxe en 1745, réalisée pour la XVe cohorte de la Légion d’honneur en 1802. Image Domaine national de Chambord, CH/41/0070.

Fig. 25 : Plan du jardin dans son état de 1745. Il s’agit d’une copie en miniature du plan original commandé par le maréchal de Saxe en 1745, réalisée pour la XVe cohorte de la Légion d’honneur en 1802. Image Domaine national de Chambord, CH/41/0070.

© Domaine national de Chambord / Léonard de Serres

Fig. 26 : Plan du jardin dans son état de 1756, extrait du Plan général du parc de Chambord. Paris, Archives nationales, Cartes et plans, NII.

Fig. 26 : Plan du jardin dans son état de 1756, extrait du Plan général du parc de Chambord. Paris, Archives nationales, Cartes et plans, NII.

Domaine public

Fig. 27 : Plan du jardin au début du xixe siècle, extrait de la section A du cadastre de 1819. Fonds du domaine de Chambord / Archives départementales du Loir-et-Cher, 58 Fi 25.

Fig. 27 : Plan du jardin au début du xixe siècle, extrait de la section A du cadastre de 1819. Fonds du domaine de Chambord / Archives départementales du Loir-et-Cher, 58 Fi 25.

image Archives départementales du Loir-et-Cher 58 Fi 25

  • 28 « Devis et condition des ouvrages de jardinage qu’il convient de faire pour entretenir le jardin de (...)

34Une estampe réalisée par Jacques Rigaud en 1745 (fig. 28) représente le parterre nord tel qu’un marché d’entretien très détaillé de 1749 le décrit28 : une allée centrale bordée par deux plates-bandes ponctuées d’ifs taillés en topiaires, deux parterres engazonnés comportant des motifs de palmette en buis, et encadrés d’une plate-bande ponctuée de petits arbustes taillés en boules. Ce grand parterre est bordé de chaque côté par un double alignement d’arbres.

Fig. 28 : Vue du parterre nord en 1748, Autre vuë du Château Royal de Chambord du côté du Parterre, gravure de Jacques Rigaud. Image Domaine national de Chambord, CH/41/0062-1.

Fig. 28 : Vue du parterre nord en 1748, Autre vuë du Château Royal de Chambord du côté du Parterre, gravure de Jacques Rigaud. Image Domaine national de Chambord, CH/41/0062-1.

© Domaine national de Chambord / Léonard de Serres

Les données archéologiques

35Pour ce qui est du parterre nord, le décaissement du terrain en vue de la création de deux boulingrins au niveau des anciennes « feuilles » de parterre, effectué aux alentours de 1900, a fait disparaître toutes les traces superficielles des aménagements réalisés au xviiie siècle, et donc toute possibilité d’en apprendre davantage par le biais de l’archéologie. En revanche la plupart des fosses de plantation des arbres d’alignement qui constituaient l’armature de ce jardin (voir fig. 27) ont été retrouvées, ce qui a permis de les localiser sur plan et de préciser leur rythme de plantation, ainsi que le nombre de sujets par alignement. Un certain nombre de ces fosses de plantation a toutefois été occulté par les travaux de plantation ou de dessouchage postérieurs.

36Ces fosses de plantation sont de plan carré, à fond plat et à parois subverticales. Elles font environ 2 mètres de côté, soit 1 toise, et entre 0,60 et 1 mètre, soit 2 à 3 pieds, de profondeur. D’une façon générale leur comblement est plus homogène et plus humifère (donc plus foncé) que les remblais sableux ou marneux constituant leur encaissant, ce qui a permis de bien les distinguer dans les coupes stratigraphiques et lors du décapage (fig. 29). Celles du quinconce apparaissent aussi de façon très distincte sur les images géophysiques réalisées par Géocarta (fig. 30).

Fig. 29 : Zone 4, une des fosses de plantation du quinconce coupée par la tranchée plantation de la restauration de 1900.

Fig. 29 : Zone 4, une des fosses de plantation du quinconce coupée par la tranchée plantation de la restauration de 1900.

© Simon Bryant, INRAP

Fig. 30 : Relevé géophysique du parterre par Géocarta, méthode de résistivité apparente à 0-50 centimètres de profondeur.

Fig. 30 : Relevé géophysique du parterre par Géocarta, méthode de résistivité apparente à 0-50 centimètres de profondeur.

La forme du jardin abandonné de 1682 est clairement visible ainsi que les fosses de plantation du quinconce dans l’angle nord-est du parterre (zoom en vignette). Ces structures sont repérables sous la forme d’anomalies conductrices ou résistantes en fonction de leurs remplissages et des sédiments encaissants. La partie centrale du quinconce a été perturbée par les fosses d’extraction du sable, visible sous la forme d’anomalies résistantes.

© Domaine national de Chambord – DAO : Simon Bryant, INRAP / Géocarta

  • 29 Ibid.

37Nous avons également retrouvé la fondation du puits circulaire implanté dans un second temps au centre du parterre est (fig. 31), ainsi que les plates-bandes qui cernaient les quatre carrés plantés (fig. 32) dont les textes disent qu’elles devaient être « labourées soigneusement dans les saisons, bien dressées et bombées »29. Ces plates-bandes étaient destinées à accueillir des fleurs (bulbes et vivaces) qui pouvaient varier selon les saisons. Elles étaient ponctuées à intervalles réguliers par de petits arbustes taillés, dont nous avons retrouvé quelques-unes des fosses de plantation, elles aussi carrées, mais plus petites que celles des grands alignements (fig. 33). Ces plates-bandes font environ 2 mètres de large, soit 1 toise, et 0,60 mètre de profondeur.

Fig. 31 : Le puits du parterre est au début de la fouille.

Fig. 31 : Le puits du parterre est au début de la fouille.

© Cécile Travers, Archéoverde

Fig. 32 : Vue de la plate-bande nord du quart nord-ouest du parterre oriental en coupe (a). Elle a été installée dans la couche de marne calcaire compactée (b) déposée sur les horizons de terre végétale du jardin abandonné de la fin du xviie siècle (c).

Fig. 32 : Vue de la plate-bande nord du quart nord-ouest du parterre oriental en coupe (a). Elle a été installée dans la couche de marne calcaire compactée (b) déposée sur les horizons de terre végétale du jardin abandonné de la fin du xviie siècle (c).

Photo et DAO : Cécile Travers, Archéoverde

Fig. 33 : Vue générale des fosses de plantation dans la plate-bande nord du quart nord-est.

Fig. 33 : Vue générale des fosses de plantation dans la plate-bande nord du quart nord-est.

© Simon Bryant, INRAP

Fig. 34 : Vue générale des fosses de plantation des coquilles d’angle du parterre est (a) avec les planches de labour du potager dans le quart nord-ouest (b) visibles devant.

Fig. 34 : Vue générale des fosses de plantation des coquilles d’angle du parterre est (a) avec les planches de labour du potager dans le quart nord-ouest (b) visibles devant.

Photo et DAO : Cécile Travers, Archéoverde

38Quatre groupes de petites fosses de plantation en forme de virgule, répartis de façon symétrique autour du puits, ont été mis au jour au centre du parterre est (fig. 34). Ces ornements végétaux, qui agrémentaient l’angle de chacun des quatre parterres, étaient probablement plantés de pelouse ou de buis.

L’évolution du jardin jusqu’à nos jours

39Dès la fin du xviiie siècle, sans doute par manque d’entretien mais peut-être aussi par conformité à la mode naissante du jardin paysager, le parterre nord perd ses motifs de broderie et ses plates-bandes fleuries, et évolue en un vaste pré fauchable. Il semble toutefois avoir conservé son caractère d’espace d’agrément, au moins jusque dans les années 1850 (fig. 35).

Fig. 35 : Le parterre est au début du xixe siècle, gravure d’Antoine-Louis Goblain, 1821. Le puits au croisement des allées est visible et le parterre oriental est encore bordé au nord par l’alignement des marronniers d’Inde. Paris, Bibliothèque nationale de France, Est., Réserve VE-26 (K).

Fig. 35 : Le parterre est au début du xixe siècle, gravure d’Antoine-Louis Goblain, 1821. Le puits au croisement des allées est visible et le parterre oriental est encore bordé au nord par l’alignement des marronniers d’Inde. Paris, Bibliothèque nationale de France, Est., Réserve VE-26 (K).

© BNF

40Les alignements d’arbres qui faisaient l’armature du jardin xviie étaient encore présents au milieu du xixe siècle. Certains arbres ont même subsisté jusqu’à la fin des années 1890 car on mentionne alors l’emploi d’explosif pour détruire « les troncs des marronniers dans le parterre », probablement ceux du quinconce où nous avons retrouvé énormément de traces de sédiments rubéfiés.

  • 30 Inventaire réalisé à la demande de la princesse de Wagram (Domaine national de Chambord, CH/41/0283 (...)

41En 1817, un inventaire décrit le jardin30. Les trois quarts du parterre est sont en friche, les allées envahies par les mauvaises herbes, et le puits dans un état de délabrement avancé. En revanche, les plates-bandes comportent encore 129 arbres fruitiers de haute et basse tige, et l’un des quatre carrés est cultivé. Les planches potagères mises en évidence lors de la fouille au niveau du carré nord-ouest datent certainement de cette époque (fig. 36).

Fig. 36 : Les plates-bandes potagères de la fin du xixe siècle (a) avec, derrière, la plate-bande du quart nord-ouest du parterre xviiie (b).

Fig. 36 : Les plates-bandes potagères de la fin du xixe siècle (a) avec, derrière, la plate-bande du quart nord-ouest du parterre xviiie (b).

Photo et DAO : Cécile Travers, Archéoverde

42À la fin du xixe siècle, tout est arraché et le terrain est transformé en terre cultivable. Cette mise en culture a laissé des traces d’un point de vue archéologique (fig. 37) et a eu pour conséquence l’effacement des vestiges des aménagements superficiels réalisés au xviiie – essentiellement allées et broderies de buis, dont nous n’avons rien retrouvé.

Fig. 37 : Traces de labour récentes dans la zone 2 en cours de fouille.

Fig. 37 : Traces de labour récentes dans la zone 2 en cours de fouille.

© Simon Bryant, INRAP

43Après le décès du comte de Chambord en 1883, les princes de Bourbon-Parme, ses neveux, envisagent de restituer les jardins. À partir de 1900, de grands travaux de terrassement et de plantation vont se dérouler sur le parterre, mais il n’existe aucun plan de ce nouveau jardin. Ce sont les données textuelles et iconographiques, complétées par les données archéologiques, qui permettent de savoir ce qui a été réellement fait. Tous les alignements d’arbres, y compris ceux du quinconce, ont été replantés. Le mode de plantation en tranchée linéaire utilisé à cette époque se distingue radicalement du mode en fosses isolées pratiqué au xviiie. Ces tranchées de plantation ont été repérées lors de la fouille (fig. 38). Elles sont légèrement décalées par rapport à l’axe des fosses de plantation du xviiie. Au niveau du parterre nord, on aménage deux boulingrins – parterres de pelouse traités en décaissé – entourés de plates-bandes ponctuées d’ifs taillés et de lilas. Le parterre est, quant à lui, ne semble pas avoir été recréé. Le puits central, qui avait été épargné, est déposé en 1914.

Fig. 38 : La zone 1.3 sur la partie sud de l’alignement d’arbres, qui séparait le quinconce du parterre ouest.

Fig. 38 : La zone 1.3 sur la partie sud de l’alignement d’arbres, qui séparait le quinconce du parterre ouest.

On observe les fosses carrées du xviiie siècle (a), recoupées par une tranchée de plantation de 1900 en pointillé (b).

Photo et DAO : Cécile Travers, Archéoverde

44Ce nouveau jardin, sans doute par manque d’entretien, dégénère à son tour au cours de la première moitié du xxe. La totalité des arbres est arrachée en 1970. Avant notre intervention, le jardin avait l’aspect d’un vaste terrain enherbé comportant deux espaces décaissés devant la façade nord (anciens boulingrins).

45Tout récemment, lorsqu’il s’est agi de choisir un parti de restauration, la direction du château de Chambord a tout naturellement opté pour une évocation de l’état xviiie des jardins. En effet, le cadre construit du jardin actuel – une grande plate-forme de niveau cernée par un canal en équerre – est celui du jardin créé à l’époque de Stanislas dans les années 1730. Les mentions d’archives complétées par les données archéologiques mises au jour en 2016 ont permis de préciser quelle était la structure interne de ce jardin et d’ajuster le projet au plus près de la réalité de terrain de l’époque (fig. 39).

Fig. 39 : Superposition du plan des fouilles de 2016 avec le plan de Philippe Villeneuve, ACMH.

Fig. 39 : Superposition du plan des fouilles de 2016 avec le plan de Philippe Villeneuve, ACMH.

DAO : Cécile Travers, Archéoverde

Haut de page

Bibliographie

Aubourg-Josset Viviane et Josset Didier, 1996, Chambord, le château. DFS d’opération de surveillance archéologique, février à juin 1996 (autorisation n°96/21), AFAN, DRAC Centre, Orléans, p. 31-55.

Berdal Virginie, en cours, Chambord, domaine des plaisirs du roi. Histoire d’une capitainerie royale des chasses (xvie-xviiie siècles), thèse d’histoire sous la direction de Benoist Pierre à l’université François-Rabelais de Tours.

Betgé André, 1938, « Les constructions de Gaston d’Orléans au château de Blois », dans Mémoires de la Société des sciences et lettres de Loir-et-Cher, t. XXX, p. 61-137.

Borjon Michel, Garnier Lucile, Jacquey Laetitia et Coudray Anne-Cécile (dir.), 2014, Hôtel du Grand Saint-Michel (Place Saint-Louis, 41250 Chambord). Étude historique et documentaire, rapport final, version I, Paris, Groupe de recherches Art Histoire Architecture et Littérature (Grahal).

Bryant Simon, 2006, Chambord, le château (Loir-et-Cher). L’aile sud du château, rapport de surveillance archéologique des travaux d’aménagement de l’accueil (déc. 1999-janv. 2000), Orléans, Institut national de recherches archéologiques préventives.

Bryant Simon, 2007, Chambord, le château (Loir-et-Cher), rapport de la fouille archéologique de la cour intérieure du château, Orléans, Institut national de recherches archéologiques préventives.

Bryant Simon, 2010, Chambord, le château (Loir-et-Cher). La tour de la Chapelle, la tour des Princes…, rapport de diagnostic des abords du château (déc. 2009 et janv. 2010), Orléans, Institut national de recherches archéologiques préventives.

Bryant Simon, 2013a, Loir-et-Cher, Chambord, le Château de Chambord. Les jardins, parterres nord et est, rapport de diagnostic, avec la collab. de Ph. Gardère, P. Juge, C. Lallet, C. Travers (cabinet Archéoverde), B. Wedajo, Orléans, Institut national de recherches archéologiques préventives.

Bryant Simon, 2013b, Loir-et-Cher, Chambord, le Château de Chambord. Les abords du château et le bourg : des traces d’occupation de la fin du Moyen Âge au xviiie siècle, rapport de diagnostic, avec la collab. de Fl. David, P.-Y. Devillers, P. Juge, Orléans, Institut national de recherches archéologiques préventives.

Bryant Simon, 2015, Loir-et-Cher, Chambord, Place Saint-Louis. L’Hôtel Saint-Michel, rapport de diagnostic, avec la collab. de M.-P. Clement-Pallu-de-Lessert, Fl. David, Ph. François, B. Wedajo, Orléans, Institut national de recherches archéologiques préventives.

Bryant Simon, 2016a, « De nouveaux regards sur le château de Chambord : l’apport des fouilles archéologiques depuis dix ans », dans Jourd’hueil I. et Marchant S. (dir.), Châteaux en Val de Loire. Chantiers et découvertes, actes du colloque « Les châteaux du Val de Loire, chantiers et découvertes » (Orléans, 8 octobre 2010), Tours, Presses universitaires François Rabelais, p. 56-103.

Bryant Simon, 2016b, Loir-et-Cher, Chambord, La Maison d’Accueil et la Place Saint-Louis, rapport de diagnostic, avec la collab. de M.-P. Clement-Pallu-de-Lessert, Fl. David, N. Holzem, J. Tricoire, B. Wedajo, Orléans, Institut national de recherches archéologiques préventives.

Bryant Simon, à paraître, « Un chantier permanent pour un monument pérenne : le château de Chambord dans son écrin », dans Journot à paraître.

Bryant Simon, Ponsot Patrick, Hofbauer Dominique et Caillou Jean-Sylvain, 2007, Le château de Chambord (Loir-et-Cher) : de nouveaux regards sur un monument trop (ou trop peu) connu, actes du colloque « Mediaeval Europe », Paris, INHA.

Caillou Jean-Sylvain et Hofbauer Dominique, 2016, Chambord. L’œuvre ultime de Léonard de Vinci ?, Dijon, Éditions Faton.

Chatenet Monique, 2001, Chambord, Paris, Monum-Éditions du Patrimoine.

Félibien André, 1874 [1681], Mémoires pour servir à l’histoire des maisons royalles et bastiments de France, éd. A. de Montaiglon, Paris, Société de l’histoire de l’art français, J. Baur.

Gatulle Pierre, 2012, Gaston d’Orléans : entre mécénat et impatience du pouvoir, Seyssel, Champ Vallon.

Guillaume Jean, 1968, « Léonard de Vinci, Dominique de Cortone et l’escalier du modèle en bois de Chambord », Gazette des beaux-arts, janv. 1968, p. 93-108.

Guillaume Jean, 1974, « Léonard de Vinci et l’architecture française : 1. Le problème de Chambord », Revue de l’Art, no 25, p. 71-84.

Guillaume Jean, 1983, « Comprendre Chambord », dans Dossiers techniques de la Revue des monuments historiques, no 2.

Guillaume Jean, 2005, « La genèse de Chambord. Réflexions sur un siècle d’historiographie », Revue de l’Art, no 149, p. 33-43.

Janvier-Badosa Sarah, 2012, Le carnet de santé d’un monument : application au château de Chambord, thèse de doctorat en génie civil et science des matériaux dirigée par Kevin Beck et Muzahim Al-Mukhtar, Orléans, Université d’Orléans, École Polytech’.

Johannot Éric, 2001, Nouvelles observations à Chambord, mémoire de maîtrise dirigé par Jean Guillaume, Tours, Centre d’études supérieures de la Renaissance.

Jourd’hueil Irène et Marchant Sylvie (dir.), 2016, Châteaux en Val de Loire. Chantiers et découvertes, actes du colloque « Les châteaux du Val de Loire, chantiers et découvertes » (Orléans, 8 octobre 2010), Tours, Presses universitaires François Rabelais, p. 56-103

Journot Florence (dir.), à paraître, Pour une archéologie indisciplinée. Réflexions croisées autour de Joëlle Burnouf, Paris, INRAP-Éditions du CNRS, coll. « Recherches archéologiques ».

Lesueur Frédéric, 1951, « Les dernières étapes de la construction de Chambord », Bulletin monumental, no 109, p. 7-39.

Lesueur Frédéric et Lesueur Pierre, 1931, « Un nouveau document sur la construction du château de Chambord », Bulletin de la Société de l’histoire de l’art français, 2e fasc.

Lesueur Frédéric et Lesueur Pierre, 1911, « Vues des châteaux du Blésois au xviie siècle par A.F. », Mémoires de la Société des sciences et lettres du Loir-et-Cher, no 21.

Martin-Demézil Jean, 1963, « Les forêts du comté de Blois jusqu’à la fin du xve siècle », dans Mémoires de la Société des sciences et lettres du Loir-et-Cher, no 34, p. 127-236.

Martin-Demézil Jean, 1966, « Gaston d’Orléans et Chambord », dans Gallais Pierre, Riou Yves-Jean (dir.), Mélanges offerts à René Crozet à l’occasion de son soixante-dixième anniversaire, Poitiers, Société d’études supérieures de la civilisation médiévale.

Martin-Demézil Jean, 1986, « Le château de Chambord », dans Congrès Archéologique de France, Blésois-Vendômois (1981), Paris, Société française d’archéologie.

Martin-Demézil Jean, 1988, « Nouvelles remarques sur Chambord », Bulletin monumental, t. 156-III, p. 287-302.

Melissinos Alexandre et Marchant Pascal, 2003, Étude urbaine et patrimoniale du village de Chambord, Paris, Ministère de la Culture et de la Communication, Direction de l’architecture et du patrimoine – Direction régionale des affaires culturelles / Ministère de l’Économie, des Finances et de l’Industrie, Direction générale des impôts – Direction des services fiscaux.

Ponsot Patrick, 2003, Chambord : étude préalable à la restauration des jardins, Blois, Cabinet Ponsot ACMH.

Ponsot Patrick, 2004, Chambord : étude préalable à la restauration de la cour, Blois, Cabinet Ponsot ACMH.

Ponsot Patrick, 2006, Loir-et-Cher, château de Chambord : étude préalable à la restauration du plafond de la salle des Communs d’Orléans, Blois, Domaine national de Chambord-Cabinet Ponsot ACMH.

Ponsot Patrick, 2007, « Les terrasses du donjon de Chambord : un projet de Léonard de Vinci ? », Bulletin monumental, 3, p. 249-261.

Ponsot Patrick, 2009, Loir-et-Cher, château de Chambord : étude préalable à la restauration des couvertures de l’enceinte basse, Blois, Domaine national de Chambord-Cabinet Ponsot ACMH.

Potillion Charlène, 2013, Le château de Chambord : proposition d’étude pour la restauration des jardins nord et est, rapport de stage, Domaine national de Chambord, Direction des publics et du patrimoine (Conservation-Bâtiments et Jardins).

Ruelleu Sébastien, 2014, Cartographie géophysique de Chambord, parterres nord et est, étude géophysique, Paris, agence GÉOCARTA / Domaine national de Chambord.

Samoyault Jean-Pierre, 1990, « Louis Poisson, peintre d’Henri IV. Ses travaux aux châteaux de Fontainebleau et de Saint-Germain-en-Laye », Bulletin de la Société de l’histoire de l’art français, p. 21-42.

Villeneuve Philippe et Jourd’heuil Thierry, 2015, Étude pour la restauration des perspectives nord et sud et la restitution des jardins nord et est, Domaine national de Chambord.

Haut de page

Notes

1 Jourd’hueil et Marchant 2016.

2 Chatenet 2001 ; Guillaume 1968, 1974, 1983, 2005 ; Lesueur et Lesueur 1911 et 1931 ; Lesueur 1951 ; Martin-Demézil 1986 et 1988.

3 Johannot 2001.

4 Les communs, les terrasses du donjon, la cour intérieure, les abords, les jardins… (Ponsot 2003, 2004, 2006, 2007, 2009). Au total, dix-huit études préalables sont recensées pour Chambord entre 1986 et 2009.

5 Suivi des altérations, caractérisation et restaurations des monuments en pierre calcaire par l’équipe « Milieux poreux, patrimoine et vieillissement » du Centre de recherche sur la matière divisée, université d’Orléans.

6 Janvier-Badosa 2012.

7 Stages encadrés par Antoine Pinte, Raphaëlle Héno et Patricia Pellardi de l’École nationale des sciences géographiques à Champs-sur-Marne.

8 Aubourg-Josset et Josset 1996.

9 Sous la direction de Jean-Sylvain Caillou et Dominique Hofbauer. Voir la contribution de Jean-Sylvain Caillou dans ces actes : https://crcv.revues.org/14090.

10 Voir la contribution de Sévérine Hurard dans ces actes : https://crcv.revues.org/14090.

11 Étude documentaire et étude préalable (Villeneuve et Jourd’heuil 2015 ; Ponsot 2003), synthèse iconographique et archivistique (Potillion 2013), prospections géophysiques par le cabinet Géocarta sous la responsabilité de Sébastien Ruelleu en 2014 et diagnostic en 2013 (Bryant 2013).

12 Journot à paraître.

13 Melissinos et Marchant, 2003 ; Borjon 2014.

14 Martin-Demézil 1963 et Berdal en cours.

15 http://www.archeoforet.org/.

16 Laboratoire Archéologie et Territoires, UMR 7324 CITERES.

17 Voir la contribution de Jean-Sylvain Caillou dans ces actes : https://crcv.revues.org/14090.

18 Bryant 2016.

19 Le livre d’architecture (entre 1567 et 1574), conservé à la bibliothèque municipale de Gdansk.

20 Les étages de l’aile orientale furent toutefois amorcés comme le témoigne une gravure du milieu du xviiie siècle.

21 Étude en cours.

22 Un gué et un pont sont mentionnés en 1307 (Chatenet 2001, p. 19).

23 Cette vue fait partie des treize résidences royales peintes sous Henri IV par Louis Poisson mais repeintes sous Napoléon III. Voir Samoyault 1990, p. 21-42.

24 Les tentatives d’assainissement des lieux sont récurrentes et nous avons fait l’expérience de ce problème lors des crues de juin 2016. Une première tentative commencée en 1530 fut abandonnée en 1540 mais des travaux plus ambitieux entre 1544 et 1551 ont réussi à canaliser l’eau autour du château au sud. Ils ont laissé un ouvrage en terre, le « fossé des Italiens », encore visible aujourd’hui. Le dernier ouvrage du xvie siècle consiste en une canalisation maçonnée depuis la ferme du Pinay à 4,5 kilomètres en amont pour rejoindre le fossé des Italiens qui se jette dans le Cosson à 900 mètres en aval (Chatenet 2001, p. 143, 144).

25 Voir Betgé 1938 ; Martin-Demézil 1966 ; Gatulle 2012.

26 Les premiers travaux consistèrent en un fossé qui devait drainer les marais en aval du château et jeter l’eau vers le moulin à la Chaussée-Saint-Victor. Commencés en 1533, ils furent arrêtés en 1540. Une canalisation plus importante fut réalisée entre 1544 et 1551, contournant les eaux en amont, au sud du château, pour les diriger vers le cours principal 900 mètres en aval (Chatenet 2001, p. 143, 144). Son tracé est encore visible aujourd’hui. Les travaux de 1562 réalisèrent d’un « aslin d’eaue en pierre de taille » qui devait partir de la ferme du Pinay, à 4,5 kilomètres en amont, pour rejoindre un fossé qui contourne le château au sud. D’après le dictionnaire Du Cange, aslin serait dérivé du latin « alinus : Agger circa aquam ». Le terme correspond à plusieurs réalités dont un vallum ou une levée de terre défensive ou la chaussée d’une voie empierrée.

27 Terme utilisé dans les sources d’archives du xviiie siècle pour désigner les sous-parties rectangulaires de chaque parterre.

28 « Devis et condition des ouvrages de jardinage qu’il convient de faire pour entretenir le jardin de Chambord », 1749 (Archives nationales [AN], O1 1326, pièce 79).

29 Ibid.

30 Inventaire réalisé à la demande de la princesse de Wagram (Domaine national de Chambord, CH/41/0283-5).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Plan général des interventions archéologiques sur les abords du château.
Crédits DAO : Simon Bryant, INRAP
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14356/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 2 : Les vestiges du mur des fausses-braies devant la façade sud et la tour du Chaudron, mis au jour lors du suivi des travaux en 2010.
Légende Le parement en pierre de taille a été en grande partie récupéré, exposant le blocage, mais le départ d’un balcon d’encorbellement est encore visible.
Crédits © Simon Bryant, INRAP
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14356/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 3,1M
Titre Fig. 3 : Louis Poisson, Galerie des Cerfs : carte murale du château et de la forêt de Chambord Chambord, début du xviie siècle.
Légende Peinture de la série des treize résidences royales dans la galerie des Cerfs du château de Fontainebleau.
Crédits © RMN-Grand Palais (Château de Fontainebleau) / Gérard Blot
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14356/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Titre Fig. 4 : Plan du château et de ses abords vers 1682-1683 (A) avec zoom sur les jardins au nord et à l’est (B). Paris, Archives nationales de France, série O1 1324, no 155.
Crédits Domaine public
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14356/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Fig. 5 : L’état du site en 1693 après l’arrêt des travaux vers 1686. Paris, Bibliothèque nationale de France, Cartes et plans, Ge C 4776.
Légende http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b53064649d
Crédits Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14356/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Titre Fig. 6 : Plan-projet de l’avant-cour et des jardins du cabinet de Mansart, réalisé vers 1682. Archives départementales du Loir-et-Cher, Fi_00388.
Légende Les écuries « provisoires » de 1681 sont déplacées au sud-ouest et la cour d’honneur, au sud, est flanquée respectivement à l’est et à l’ouest par les Grandes et Petites Écuries. Ces dernières ont été réalisées mais le projet pour les jardins fut rejeté.
Crédits © Archives Départementales du Loir-et-Cher, Fi_00388
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14356/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 7 : Plan-projet de l’avant-cour et des jardins du cabinet de Mansart réalisé vers 1682. L’organisation générale des abords à l’ouest du château correspond à l’état de 1682-1683. Archives départementales du Loir-et-Cher, Fi_00387.
Légende Les écuries de chaque côté de la cour d’honneur, au sud, ont été remplacées par les bâtiments plus importants figurés sur l’autre plan de 1682 et des modifications ont été esquissées à la mine de plomb. Les parterres au nord et à l’est ont été amorcés mais les tracés du projet définitif achevé à partir de 1730 figurent déjà sur ce plan, tracé à la mine de plomb.
Crédits image Archives Départementales du Loir-et-Cher, Fi_00387
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14356/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Titre Fig. 8 : Les écuries « provisoires » de 1680-1681. Détail du plan de 1693. Paris, Bibliothèque nationale de France, Cartes et plans, Ge C 4776.
Légende A. Plan des vestiges maçonnés découverts lors du diagnostic de 2012 sur le fond estompé du plan de 1693. B. Vue générale du mur nord du bâtiment, prise depuis l’ouest. C. Les plots maçonnés des poteaux des stalles avec le mur bahut de la paroi extérieure de la travée centrale.
Crédits Plan : Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France – DAO : Simon Bryant, INRAP
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14356/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 3,2M
Titre Fig. 9 : Vue générale des vestiges d’un abri de chantier découvert pendant le diagnostic de 2012.
Légende La structure et les niveaux de circulation associés ont été installés sur une épaisse couche de déchets de taille de tuffeau jaune.
Crédits © Simon Bryant, INRAP
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14356/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Titre Fig. 10 : La façade nord du château et les deux ponts sur le Cosson vers 1680, vus depuis l’ouest. Estampe Veüe et perspective du Chateau Royal de Chambor en Berry par Adam Pérelle. Image Domaine national de Chambord, CH.41.0873.
Crédits © Domaine national de Chambord / Ludovic Letot
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14356/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 3,4M
Titre Fig. 11 : Détail de la balustrade en bois et du pont extrait de la Veüe et perspective du Chateau Royal de Chambor en Berry par Adam Pérelle. Domaine national de Chambord, 3 O. CH.41.0873.
Légende Le côté nord du Petit Jardin est délimité par un retour à angle droit de la balustrade qui sépare le jardin du chemin à l’ouest.
Crédits © Domaine national de Chambord / Ludovic Letot
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14356/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 3,0M
Titre Fig. 12 : Détail de l’espace du Petit Jardin Renaissance devant la tour de la Chapelle, depuis le nord-ouest, vers 1676. Extrait de la gravure , d’Israël Silvestre, Veüe du Chasteau de Chambor du costé du parc, eau-forte, 1676. Archives départementales du Loir-et-Cher, 33 FI 551.
Légende La palissade qui sépare le jardin du chemin de Saint-Dyé est visible derrière le garde-fou du premier pont en bois. Voir la notice sur le site des Archives départementales du Loir-et-Cher.
Crédits image Archives départementales du Loir-et-Cher / Thierry Davigny
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14356/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 620k
Titre Fig. 13 : Plan du rez-de-chaussée du château en 1680, avec la partie sud du Petit Jardin devant la tour de la Chapelle, visible dans l’angle supérieur gauche. Paris, Archives nationales de France, F21 – 3701.
Crédits Domaine public
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14356/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Titre Fig. 14 : L’alignement des fosses de plantation du deuxième tiers du xvie siècle dans la zone 1 de la fouille de 2016.
Crédits © Simon Bryant, INRAP / Cécile Travers, Archéoverde
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14356/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 3,3M
Titre Fig. 15 : Détail d’une des bases maçonnées du muret F.632.
Légende Noter les socles perpendiculaires de chaque côté du négatif du poteau, destinés à soutenir une équerre de raidissement de chaque côté de la balustrade.
Crédits © Simon Bryant, INRAP
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14356/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 2,7M
Titre Fig. 16 : Des vestiges du pavage du xviie siècle dans la zone 1.
Légende Les rangées sont orientées perpendiculairement à l’axe de la voie. Ce lambeau a été recoupé à l’ouest (droite) par la tranchée de construction du mur de terrasse du parterre et à l’est (gauche) par la tranchée de plantation de l’alignement de marronniers qui formait la limite occidentale du parterre.
Crédits © Simon Bryant, INRAP
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14356/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre Fig. 17 : Vue générale des maçonneries arasées dans les douves à l’est du château, prise depuis le nord.
Crédits © Simon Bryant, INRAP
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14356/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre Fig. 18 : Le talus en terre qui formait la limite nord du Grand Jardin après le décapage des remblais du xviiie siècle.
Crédits © Simon Bryant, INRAP
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14356/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre Fig. 19 : Détail du talus dans la coupe ouest de la fouille avec la façade orientale du château visible derrière.
Légende La levée de terre se distingue nettement des remblais marno-calcaires sous-jacents et des remblais plus hétérogènes du début du xviiie siècle, visibles au-dessus. À gauche de l’image, on observe le comblement d’un petit bac à chaux creusé dans la surface du talus.
Crédits © Simon Bryant, INRAP
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14356/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Titre Fig. 20 : Comparatifs des extraits du plan du projet amorcé de 1682 et de celui de l’état du site en 1693 avec les réalisations communes à chacun et les modifications apportées avant l’abandon du chantier vers 1686. En haut à gauche : Paris, Archives départementales du Loir-et-Cher, Fi 00387 (détail). En haut à droite : Paris, Bibliothèque nationale de France, Cartes et plans, Ge C 4776 (détail).
Légende La photo montre les allées sablées et la terre humifère du parterre de 1682 en cours de décapage.
Crédits En haut à gauche : image Archives départementales du Loir-et-Cher Fi 00387. En haut à droite : Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France – DAO et photo : Simon Bryant, INRAP / Cécile Travers, Archéoverde
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14356/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 3,0M
Titre Fig. 21 : Carte de la résistivité apparente à une profondeur de 0 à 100 centimètres. L’emprise du jardin de 1682 avec la demi-lune au nord a été tracée ainsi que les emprises probables des allées sablées (proposition d’interprétation).
Crédits © Géocarta / Domaine national de Chambord
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14356/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Titre Fig. 22 : Plans comparatifs des axes de circulation sur les plans de 1682-1683 (A), 1682 (B) et 1693 (C). La voirie « extérieure » est figurée au trait épais tandis que les axes de circulation à l’intérieur des jardins sont au trait fin. A : Paris, Archives nationales de France, série O1 1324, no 155. B : Archives départementales du Loir-et-Cher, Fi 00387. C : Paris, Bibliothèque nationale de France, Cartes et plans, Ge C 4776.
Crédits A : Domaine public – B : image Archives départementales du Loir-et-Cher Fi 00387 – C : Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France – DAO : Simon Bryant, INRAP / Cécile Travers, Archéoverde
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14356/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Fig. 23 : Vue générale du mur ouest du parterre avec les redans maçonnés destinés à raidir la structure contre la poussée des remblais de la plate-forme.
Crédits © Simon Bryant, INRAP
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14356/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Titre Fig. 24 : Remblais (fin xviie ou xviiie siècle ?) dans la partie nord du sondage 2a.
Crédits © Simon Bryant, INRAP
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14356/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Titre Fig. 25 : Plan du jardin dans son état de 1745. Il s’agit d’une copie en miniature du plan original commandé par le maréchal de Saxe en 1745, réalisée pour la XVe cohorte de la Légion d’honneur en 1802. Image Domaine national de Chambord, CH/41/0070.
Crédits © Domaine national de Chambord / Léonard de Serres
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14356/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 26 : Plan du jardin dans son état de 1756, extrait du Plan général du parc de Chambord. Paris, Archives nationales, Cartes et plans, NII.
Crédits Domaine public
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14356/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Fig. 27 : Plan du jardin au début du xixe siècle, extrait de la section A du cadastre de 1819. Fonds du domaine de Chambord / Archives départementales du Loir-et-Cher, 58 Fi 25.
Crédits image Archives départementales du Loir-et-Cher 58 Fi 25
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14356/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 3,6M
Titre Fig. 28 : Vue du parterre nord en 1748, Autre vuë du Château Royal de Chambord du côté du Parterre, gravure de Jacques Rigaud. Image Domaine national de Chambord, CH/41/0062-1.
Crédits © Domaine national de Chambord / Léonard de Serres
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14356/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5M
Titre Fig. 29 : Zone 4, une des fosses de plantation du quinconce coupée par la tranchée plantation de la restauration de 1900.
Crédits © Simon Bryant, INRAP
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14356/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 2,8M
Titre Fig. 30 : Relevé géophysique du parterre par Géocarta, méthode de résistivité apparente à 0-50 centimètres de profondeur.
Légende La forme du jardin abandonné de 1682 est clairement visible ainsi que les fosses de plantation du quinconce dans l’angle nord-est du parterre (zoom en vignette). Ces structures sont repérables sous la forme d’anomalies conductrices ou résistantes en fonction de leurs remplissages et des sédiments encaissants. La partie centrale du quinconce a été perturbée par les fosses d’extraction du sable, visible sous la forme d’anomalies résistantes.
Crédits © Domaine national de Chambord – DAO : Simon Bryant, INRAP / Géocarta
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14356/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 2,6M
Titre Fig. 31 : Le puits du parterre est au début de la fouille.
Crédits © Cécile Travers, Archéoverde
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14356/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Titre Fig. 32 : Vue de la plate-bande nord du quart nord-ouest du parterre oriental en coupe (a). Elle a été installée dans la couche de marne calcaire compactée (b) déposée sur les horizons de terre végétale du jardin abandonné de la fin du xviie siècle (c).
Crédits Photo et DAO : Cécile Travers, Archéoverde
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14356/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 33 : Vue générale des fosses de plantation dans la plate-bande nord du quart nord-est.
Crédits © Simon Bryant, INRAP
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14356/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 3,0M
Titre Fig. 34 : Vue générale des fosses de plantation des coquilles d’angle du parterre est (a) avec les planches de labour du potager dans le quart nord-ouest (b) visibles devant.
Crédits Photo et DAO : Cécile Travers, Archéoverde
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14356/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Fig. 35 : Le parterre est au début du xixe siècle, gravure d’Antoine-Louis Goblain, 1821. Le puits au croisement des allées est visible et le parterre oriental est encore bordé au nord par l’alignement des marronniers d’Inde. Paris, Bibliothèque nationale de France, Est., Réserve VE-26 (K).
Crédits © BNF
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14356/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Fig. 36 : Les plates-bandes potagères de la fin du xixe siècle (a) avec, derrière, la plate-bande du quart nord-ouest du parterre xviiie (b).
Crédits Photo et DAO : Cécile Travers, Archéoverde
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14356/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 3,6M
Titre Fig. 37 : Traces de labour récentes dans la zone 2 en cours de fouille.
Crédits © Simon Bryant, INRAP
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14356/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 3,2M
Titre Fig. 38 : La zone 1.3 sur la partie sud de l’alignement d’arbres, qui séparait le quinconce du parterre ouest.
Légende On observe les fosses carrées du xviiie siècle (a), recoupées par une tranchée de plantation de 1900 en pointillé (b).
Crédits Photo et DAO : Cécile Travers, Archéoverde
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14356/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Fig. 39 : Superposition du plan des fouilles de 2016 avec le plan de Philippe Villeneuve, ACMH.
Crédits DAO : Cécile Travers, Archéoverde
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14356/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Simon Bryant et Cécile Travers, « Ni fait, ni à faire : Chambord, un château à choix multiples », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2017, mis en ligne le 23 décembre 2017, consulté le 20 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/crcv/14356 ; DOI : 10.4000/crcv.14356

Haut de page

Auteurs

Simon Bryant

Après une formation en archéologie médiévale à l’University College, London, entre 1986 et 1989, Simon Bryant a continué son cursus universitaire en France en même temps que son travail sur des chantiers archéologiques. Ses expériences professionnelles, acquises pour l’essentiel dans le cadre de la restauration du patrimoine architectural, l’ont confronté à une variété de sites de l’époque médiévale à moderne. Elles ont orienté ses recherches vers plusieurs problématiques où l’archéologie de la construction et de son évolution a été un fil conducteur. Cette diversité a fourni les sujets pour l’obtention d’un DEA de l’Université Paris I en 2003, suivi par un doctorat en 2014. Il travaille actuellement en région Centre et Île-de-France où il poursuit ses recherches sur ces thématiques, enrichies par sa participation à l’équipe « Archéologies environnementales » de l’UMR 7041 ArScAn. After a BA in mediaeval archaeology from UCL / Institute of Archaeology in 1989, Simon Bryant continued his studies in France whilst working full time on research and rescue excavations. Much of his professional experience was gained on building surveys and excavations carried out on a wide range of unprotected and listed mediaeval and early modern buildings within the framework of the restoration of architectural heritage. This work naturally directed his research interests towards the role of archaeology in heritage management projects with the history of construction being a common underlying theme. The variety of sites provided research data for a Master’s degree in 2003 followed by a PhD in 2014. Mr. Bryant works in the Centre-Val-de-Loire and Île-de-France regions of France where he pursues his interest in the evolution of construction methods. His participation in the research team of the UMR 7041 ArScAn has allowed him to integrate an environmental archaeological approach to his work.

Cécile Travers

Partant d’une formation d’archéologue généraliste, Cécile Travers s’est spécialisée dans le patrimoine paysager au terme d’un parcours qui lui permet aujourd’hui de faire la synthèse entre deux de ses domaines de prédilection : l’histoire de l’art et les sciences de la vie et de la terre. Au milieu des années 1990, son expérience en archéologie préventive sur le tracé du « TGV Méditerranée » la sensibilise très tôt aux méthodes de la géoarchéologie, branche de l’archéologie orientée vers l’étude des sols et des paysages, dont les principes méthodologiques sont largement utilisés en archéologie des jardins. En 2001, elle obtient le DESS « Jardins historiques, patrimoine et paysages » délivré par l’École nationale supérieure d’architecture de Versailles, tout en forgeant son expertise au sein du CERIAH (Centre d’étude, de recherche et d’information en archéologie et histoire) en participant à l’étude historique et archéologique d’une dizaine de jardins historiques. Depuis 2006, elle œuvre auprès de maîtres d’ouvrage publics et privés en charge de parcs et jardins classés ou inscrits au titre des Monuments historiques et a créé l’agence ARCHEOVERDE, agence d’investigations historiques et archéologiques spécialisée dans le patrimoine paysager en 2011. Initially trained as a general field archaeologist, Cécile Travers has specialised in the studies of heritage landscapes after following studies which allowed her to combine two of her favourite fields of study: the history of art and life and earth sciences. In the middle of the 1990’s, her experience on rescue sites along the “TGV Méditerranée” high speed rail line gave her an early insight into geo-archaeology, a branch of archaeology turned towards the study of soils and landscapes. The principles and methods are those used largely in the archaeology of gardens. In 2001, she obtained a Master degree in historical gardens, heritage and landscape (DESS) from the École nationale supérieure d’architecture of Versailles whilst forging her experiences with the CERIAH (Centre d’étude, de recherche et d’information en archéologie et histoire), taking part in the study of around ten historical gardens. Since 2006, she has undertaken consulting and excavation work for public and private curators of listed parks and gardens. This resulted in the creation in 2011 of her agency ARCHEOVERDE, specialised in the historical and archaeological investigation of heritage landscapes.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals