Navigation – Plan du site
Chambord, Tuileries, Fontainebleau et Saint-Germain-en-Laye

Chambord d’après ses latrines

Jean-Sylvain Caillou et Dominic Hofbauer

Résumés

Les latrines du château de Chambord ont fait l’objet d’un programme d’études spécifique de 1995 à 2009. Les résultats de ces recherches architecturales, complétées par des fouilles archéologiques et la consultation des archives, permettent de retracer l’évolution des lieux d’aisances durant cinq siècles. Grâce à ce travail, il est désormais possible de restituer le plan d’origine du château de François Ier avant qu’il ne soit modifié en cours de construction. Le projet initial, d’une conception particulièrement novatrice, révèle l’influence de Léonard de Vinci. Les aménagements qui ont été effectués ultérieurement dans chaque latrine permettent de retracer l’évolution des pratiques hygiéniques et sociales des occupants du château.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Un historique des recherches se trouve en annexe.
  • 2 Caillou et Hofbauer 2007 ; Caillou et Hofbauer 2016. Les fosses d’aisances sont contemporaines des (...)

1Le château de Chambord comporte de nombreuses latrines, transformées au fil des siècles et finalement condamnées. Leur exploration a débuté en 1994 et a rapidement justifié la mise en place d’un programme archéologique pluridisciplinaire s’intéressant à l’architecture et au mobilier recueilli dans les fosses d’aisances1. Parmi les résultats obtenus, la restitution du plan initial du château – abandonné dès le début de la construction en 1519 – et son attribution à Léonard de Vinci ont déjà fait l’objet de deux ouvrages2. Le présent article rassemble et détaille les observations qui ont été faites sur l’ensemble des latrines, toutes périodes confondues. La première partie traite des systèmes d’aisances du donjon. La seconde examine les autres latrines du château, y compris celles qui ne sont plus connues que par les textes.

Les latrines du donjon

  • 3 Androuet du Cerceau 1988, p. 48.
  • 4 Disposition qui se retrouve dans d’autres châteaux de François Ier ; voir Androuet du Cerceau 1988, (...)
  • 5 Monestier 1997, p. 94, rappelle de manière générale que l’évent présente quelques garanties contre (...)
  • 6 Codex Atlanticus, fol. 76v. b ; cité d’après Vinci 1987, p. 411. Nos visites et enquêtes dans les p (...)
  • 7 Ordonnance royale du 24 septembre 1819 (n° 7687) qui détermine le mode de construction des fosses d (...)

2Chacune des quatre tours du donjon abrite un système d’aisances comprenant deux fosses en sous-sol – une grande et une petite, reliées par un tunnel voûté – et des toilettes situées en bas et en haut des escaliers (fig. 1 et 2). Au xvie siècle, le plan de Jacques Androuet du Cerceau montre des bancs percés installés au rez-de-chaussée, à l’aplomb des petites fosses (fig. 3)3. Celles-ci recevaient aussi les déjections provenant des galetas, au cinquième étage, par un conduit vertical ménagé dans la maçonnerie (fig. 4 et 5). Les latrines étaient ainsi placées aux extrémités du donjon pour limiter la propagation des effluves4. Un second conduit vertical, parallèle au premier, devait assurer la ventilation du système en se prolongeant jusque sous les toits. L’aménagement ne dut pas paraître efficace et les sommets des conduits furent bouchés, peut-être avant même d’être achevés5. Les fosses d’aisances construites ensuite dans le château en sont dépourvues, y compris dans la tour de l’aile royale pourtant assez similaire. À notre connaissance, le principe d’évent des latrines du donjon n’a pas d’équivalent exact à cette période, hormis dans les carnets de Léonard de Vinci : « Les lieux d’aisance seront pourvus d’ouvertures pour l’aération, prises dans l’épaisseur des murs, de façon que l’air puisse y venir des toits6. » L’intérêt du système ne fut reconnu qu’en 1819, lorsqu’une ordonnance royale le rendit obligatoire, trois siècles après la mort de Léonard et la mise en chantier de Chambord7.

Fig. 1 : Plan du donjon et des fosses d’aisances.

Fig. 1 : Plan du donjon et des fosses d’aisances.

© Jean-Sylvain Caillou et Dominic Hofbauer, Programme archéologique de Chambord

Fig. 2 : Disposition schématique des systèmes de latrines du donjon.

Fig. 2 : Disposition schématique des systèmes de latrines du donjon.

© Jean-Sylvain Caillou et Dominic Hofbauer, Programme archéologique de Chambord

Fig. 3 : Plan du donjon par Jacques Androuet Du Cerceau dans Le Premier volume des plus excellents bastiments de France, 1576. Paris, Bibliothèque nationale de France, département Arsenal, FOL-S-1623 (1).

Fig. 3 : Plan du donjon par Jacques Androuet Du Cerceau dans Le Premier volume des plus excellents bastiments de France, 1576. Paris, Bibliothèque nationale de France, département Arsenal, FOL-S-1623 (1).

http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​bpt6k10411354/​f63.item

Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France

Fig. 4 : Coupe d’une tour du donjon avant exploration scientifique des fosses d’aisances par Jean-Louis Delagarde (1984), reproduite dans Martin-Demézil 1986, p. 17.

Fig. 4 : Coupe d’une tour du donjon avant exploration scientifique des fosses d’aisances par Jean-Louis Delagarde (1984), reproduite dans Martin-Demézil 1986, p. 17.

Fig. 5 : Vestiges des toilettes situées au galetas de la tour ouest.

Fig. 5 : Vestiges des toilettes situées au galetas de la tour ouest.

Il ne reste que la porte d’entrée. Le conduit a été partiellement détruit lors de l’électrification du château.

© Jean-Sylvain Caillou

  • 8 Martin-Demézil 1986, fig. 39. Un autre château de François Ier, La Muette, dont le plan rappelle ce (...)
  • 9 Le mur de bouchage fut d’abord interprété à tort comme un filtre dans Caillou et Hofbauer 2000.
  • 10 La hauteur moyenne des sédiments se situe 30 centimètres au-dessus du sol. La miction moyenne quoti (...)
  • 11 En considérant arbitrairement que l’infiltration était nulle pendant l’utilisation, cela correspond (...)

3Le système a connu des évolutions. Dans le projet primitif, les grandes et les petites fosses n’étaient peut-être pas reliées entre elles. Aucune trace d’un passage dans le mur de refend originel n’a été discernée lors des relevés architecturaux et des fouilles. Chaque tour aurait pu avoir deux systèmes de latrines indépendants comme cela apparaît sur l’énigmatique plan de Jean Chéreau8. Le volume des fosses serait alors proportionné à l’usage initialement prévu pour chacune d’elles et n’aurait pas forcément de rapport avec la disposition finale. Celle-ci présentait d’ailleurs des inconvénients, au point qu’au xviie siècle il fut décidé de condamner les grandes fosses en murant les tunnels9. Les traces de sédimentation visibles sur les parois permettent d’apprécier le niveau d’inondation maximum. Dans la tour sud, où la nappe phréatique n’a pas pu interférer, le volume des urines peut être estimé à 13 mètres cubes environ10. Les sédiments recouvrant le bouchage, c’est sous Louis XIV ou, plus vraisemblablement, sous le maréchal de Saxe, que l’usage a été le plus intensif11.

4Pour permettre un accès direct depuis la cour, des fenêtres d’aération furent converties en portes dans les tours nord, est et ouest (fig. 6). Aujourd’hui, seule celle de la tour est subsiste, les deux autres ont été reconverties en fenêtres à la fin du xixe siècle, alors que les bancs percés cessaient d’être utilisés. Après la seconde guerre mondiale, les conduits de latrines ont servi pour faire passer l’électricité dans les étages du donjon.

Fig. 6 : Portes d’accès aux latrines des tours ouest et nord à la fin du xixe siècle. Cartes postales L.K.F., éditeurs d’Arts, collection privée.

Fig. 6 : Portes d’accès aux latrines des tours ouest et nord à la fin du xixe siècle. Cartes postales L.K.F., éditeurs d’Arts, collection privée.

Domaine public

Le module de base des fosses d’aisances des tours ouest, sud et est

  • 12 Les boulins des échafaudages sont disposés de la même manière dans les tours nord et est (trois dan (...)
  • 13 Hofbauer 2005 ; Caillou et Hofbauer 2007, p. 50-51 ; Caillou et Hofbauer 2016, p. 56-59.
  • 14 Le marquage au charbon des hauteurs d’assises fut un principe constant lors de la construction du d (...)

5Les fosses du donjon ont toutes été conçues à l’identique sauf dans la tour nord, pour des raisons évoquées plus loin. Elles présentent des dimensions similaires, environ 2,85 x 4,60 mètres (13 mètres carrés) pour les petites et 5,75 x 7,50 mètres (43 mètres carrés) pour les grandes. Les parois, composées d’un appareil de moellons, se dressent sur un sol de ciment compact. Les petites fosses sont voûtées en berceau de grand appareil de calcaire, alors que les grandes sont en anse de panier de grand appareil de tuffeau. Les boulins laissés dans les parois des grandes fosses laissent deviner l’emplacement des échafaudages et des cintres employés pour l’édification des voûtes12. Ces dernières présentent un bel ensemble de marques tracées au charbon ou gravées. Trois types de signes se distinguent, souvent associés sur une même pierre : des marques de pose, quelques signes identitaires et une série de chiffres romains13. Ils révèlent un système numérique d’identification de blocs en fonction de leur hauteur : le chiffre IIII pour les assises de 26 centimètres, V pour celles de 28 centimètres, VI pour celles de 30 centimètres et VII pour celles de 32 centimètres14.

  • 15 Dans le premier état, les petites fosses avaient une largeur de 2,15 mètres. Le réagencement a auss (...)

6Dans chaque fosse, l’examen des angles révèle que tous les murs sont chaînés – donc contemporains –, sauf le mur de refend séparant les deux fosses. Les petites fosses conservent les vestiges d’un mur de refend plus ancien et solidaire des autres parois, situé à quelque 70 centimètres en avant du mur de refend actuel15. Les traces de son arrachement, visibles jusqu’au sommet des petits côtés, montrent qu’initialement les voûtes n’existaient pas ou que leur départ était plus haut. Ce déplacement du mur de refend constitue la première modification discernable du plan du donjon. Il ne résulte pas d’une modification du système d’aisances lui-même, mais d’un réagencement des salles supérieures car le refend des fosses constitue le support des murs qui se superposent d’étage en étage pour séparer les chambres des garde-robes. Les latrines ont ensuite subi des modifications que nous allons détailler au cas par cas.

Particularités des latrines de la tour sud

Construction et premier usage des fosses

  • 16 Martin-Demézil 1986, p. 41.
  • 17 Bryant, Ponsot et al. 2007, p. 3-4 ; Bryant 2016, p. 62-63.
  • 18 Altitude du sol des grandes fosses dans chaque tour : est 74,85 mètres, nord 74,90 mètres, ouest 74 (...)

7Il est admis, sur la base d’observations architecturales, que la tour sud est la première à avoir été bâtie16. L’étude des latrines permet d’avancer une explication. En effet, la grande fosse de cette tour est la seule à présenter un pan coupé, sans doute à cause d’un obstacle empêchant la réalisation d’un angle droit. En outre, son sol est surélevé d’environ 60 centimètres par rapport aux autres fosses. La tour sud étant la plus proche de la colline où se trouve la chapelle du village, seul promontoire des environs, un affleurement rocheux pourrait expliquer ces spécificités. Toutefois, une autre hypothèse paraît plus convaincante : pour ériger son palais, François Ier fit raser une forteresse médiévale, dont des fondations ont été découvertes juste au nord de la fosse17. La présence de maçonneries anciennes pourrait être à l’origine du pan coupé et de la surélévation du sol18. Les fondations préexistantes ont sans doute été utilisées pour faciliter la construction de la partie sud du donjon, ce qui expliquerait pourquoi elle a été bâtie en premier.

  • 19 Identifications par Marc Bompaire (CNRS) qui signale que A. Morel-Fatio, dans son Histoire monétair (...)
  • 20 Pour un témoignage contemporain sur les jeux de dés et d’argent, voir Thenaud 2010 [1519], p. 232-2 (...)
  • 21 Bryant, Ponsot et al. 2007, p. 8-11, fig. 14-15 ; Ponsot 2007.

8Les fouilles menées dans la grande fosse ont livré des tessons de céramique du xvie siècle, qui ont permis de reconstituer une jatte et trois coquemars (fig. 7). Huit dés à jouer (fig. 8) ont aussi été découverts, ainsi que deux monnaies. L’une, mal conservée, a été frappée sous un prédécesseur de François Ier ; l’autre a été émise par Sébastien de Montfaucon, évêque de Lausanne entre 1517 et 153619. Selon toute vraisemblance, elles ont été perdues sous le règne de François Ier. Comme la fosse sud fut le premier espace couvert du château, il est possible que les objets aient été laissés par des ouvriers utilisant cette salle comme une cabane de chantier éphémère, cuisinant et jouant aux dés en misant peut-être des sommes d’argent20. Les restes d’un foyer découvert à même le sol, sous les sédiments des latrines (fig. 9), sont à l’origine de cette hypothèse, ainsi que deux objets qui semblent avoir servi de fils à plomb (fig. 10). Toutefois, ces derniers peuvent aussi être arrivés dans la grande fosse en même temps que les fragments de tomettes, tuiles, ardoises et autres morceaux de plomb qui, eux, ont nécessairement transité par les conduits et la petite fosse. En effet, les tuiles plates et les tegulae vernissées (fig. 11) proviennent d’une restauration des terrasses au xviie siècle21. Par conséquent, à cette époque, l’un des conduits était accessible depuis le niveau des terrasses et le tunnel reliant les deux fosses n’était pas encore muré.

Fig. 7 : Coquemars et jatte du xvie siècle trouvés dans la grande fosse de la tour sud.

Fig. 7 : Coquemars et jatte du xvie siècle trouvés dans la grande fosse de la tour sud.

© Jean-Sylvain Caillou

Fig. 8 : Dés retrouvés dans la grande fosse de la tour sud.

Fig. 8 : Dés retrouvés dans la grande fosse de la tour sud.

© Jean-Sylvain Caillou

Fig. 9 : Cendres sur le sol de la grande fosse de la tour sud et sous la couche de sédiments.

Fig. 9 : Cendres sur le sol de la grande fosse de la tour sud et sous la couche de sédiments.

© Jean-Sylvain Caillou

Fig. 10 : Fils à plomb (?) provenant de la grande fosse sud.

Fig. 10 : Fils à plomb (?) provenant de la grande fosse sud.

© Jean-Sylvain Caillou

Fig. 11 : Tuile plate et tuile à rebords vernissée provenant de la grande fosse de la tour sud.

Fig. 11 : Tuile plate et tuile à rebords vernissée provenant de la grande fosse de la tour sud.

© Jean-Sylvain Caillou

Modifications du conduit et utilisation des latrines aux étages

  • 22 Certains plans indiquent le premier et le deuxième étage, d’autres le rez-de-chaussée, l’entresol d (...)

9Les plans de 1682-1684 figurent l’ajout d’un grand conduit sanitaire, accolé à celui d’origine et traversant toute la tour sud, du rez-de-chaussée aux galetas (fig. 12). Il est difficile de préciser à quels niveaux les toilettes étaient utilisables car les indications sont contradictoires22. Toutefois, les remaniements successifs ont laissé des traces qui permettent de proposer des restitutions, du haut vers le bas de la tour.

Fig. 12 : Plans des 1er et 2e étages du donjon avec le conduit complémentaire, 1682. Paris, Bibliothèque nationale de France, Est., Va 41, t. 6 (Robert de Cotte 2731). Reproduits d'après Chatenet 2001, p. 180, fig. 168 et 169.

Fig. 12 : Plans des 1er et 2e étages du donjon avec le conduit complémentaire, 1682. Paris, Bibliothèque nationale de France, Est., Va 41, t. 6 (Robert de Cotte 2731). Reproduits d'après Chatenet 2001, p. 180, fig. 168 et 169.

Voir les plans sur les vues 9 et 14 : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b55005435d

© Bibliothèque nationale de France

  • 23 Sauf si la transformation est intervenue après la numérotation de l’édifice sous Louis XIV, la latr (...)
  • 24 Archives départementales du Loir-et-Cher (AD 41), minutier, dépôt no 8, 113, voir Martin-Demézil 19 (...)
  • 25 Le Rouge 1750.

10Au troisième étage, la salle où se trouvait le conduit a été dédoublée par une cloison afin de ménager une latrine utilisable depuis les terrasses. La porte d’origine ne menait plus qu’aux toilettes, sans fenêtre et exiguës à cause du conduit23. L’accès à la salle mitoyenne se faisait par une fenêtre transformée en porte. L’aménagement peut être antérieur au plan de 1682-1684. Un devis du 20 décembre 1641 (règlement 7 avril 1642) mentionne une « cloison de bois de pain pour fermer une petitte lattrine24 ». Il est tentant d’y voir la cloison séparant la salle en deux pièces. Le plan de Le Rouge atteste que ces toilettes étaient en usage en 175025.

  • 26 Archives nationales (AN), département des cartes et plans, F21 3701. Mes rêveries… 2002, p. 64.
  • 27 L’absence du conduit sur le plan de Le Rouge peut être considérée comme un oubli ou comme un marque (...)

11Au troisième entresol les murs sont muets. De même au second étage où un plan de 1754 figure un banc percé ou un conduit26. La présence d’une cloison est suggérée mais on ignore s’il s’agit d’un projet ou d’une réalisation27. Elle aurait dissocié les toilettes, accessibles depuis l’escalier, du reste de la salle, accessible depuis la chambre. 

  • 28 D’après le plan réalisé sous la principauté de Wagram.

12Le deuxième entresol a bien été modifié (fig. 13). Au xviiie siècle, une cloison fut posée pour isoler le grand conduit du reste de la salle et un nouvel accès fut ménagé dans la maçonnerie. La porte d’origine, qui ne menait plus qu’au conduit, fut condamnée28.

Fig. 13 : Schéma des trois états successifs du deuxième entresol.

Fig. 13 : Schéma des trois états successifs du deuxième entresol.

© Jean-Sylvain Caillou et Dominic Hofbauer, Programme archéologique de Chambord

  • 29 Chatenet 2001, fig. 174.
  • 30 . La datation des transformations est déduite de Chatenet 2001, p. 190, qui signale que « des trava (...)
  • 31 Selon Denis Grandemenge, l’entresol servait alors de chambre de repos après les bains ou de pièce d (...)

13La pièce du premier étage, appelée garde-robe au lieu de cabinet sur le plan de Le Rouge, présente un conduit dont les traces rappellent celle du premier entresol (fig. 14)29. Cependant des modifications ont été faites peu avant la Révolution, sous les Polignac. Une cloison fut posée pour séparer la pièce en deux espaces. Le plus petit destiné à abriter la cage d’escalier, l’autre une pièce de plan rectangulaire (3 x 3,75 mètres). Une alcôve a été installée au milieu de la cloison pour abriter une baignoire. En face, la cheminée a été décalée pour respecter la symétrie et recevoir un poêle. Toujours par soucis de symétrie, l’embrasure de la fenêtre a été agrandie et une nouvelle porte fut percée au milieu du mur lui faisant face. Les murs étaient recouverts de tentures et le plafond était stuqué. L’accès à la cage d’escalier se faisait depuis la grande salle mitoyenne par la porte d’origine ou depuis la salle de bain par la porte ménagée dans la cloison, à gauche de l’alcôve – celle de droite fermant un placard30. Une autre cloison fut posée pour isoler totalement les toilettes. Dès lors, le passage de l’escalier ne menant plus qu’à ces lieux, deux nouveaux accès furent conçus pour desservir la pièce adjacente. Une porte fut percée dans le mur qui la sépare de la chambre, tandis qu’un escalier fut construit pour la relier directement à l’entresol31.

Fig. 14 : Schéma des trois états successifs du 1er étage.

Fig. 14 : Schéma des trois états successifs du 1er étage.

© Jean-Sylvain Caillou et Dominic Hofbauer, Programme archéologique de Chambord

  • 32 L’inventaire de la principauté de Wagram, AD 41, Q (1re partie) 1708, dressé en 1817, mentionne deu (...)

14À l’entresol du rez-de-chaussée, le plan de Le Rouge figure un banc percé ou le conduit complémentaire. Des traces de peinture jaune, visibles dans toute la pièce, s’arrêtent à son emplacement. Les trous de scellement d’une porte y sont aussi apparents. La peinture recouvre un graffiti de 1787, ce qui laisse penser que le dispositif existait encore à cette date32. Les deux conduits communiquaient alors ensemble car le mur qui les séparait a été reconstruit après la destruction du grand conduit, dont le plafond conserve aussi les stigmates.

  • 33 Ibid.
  • 34 AD 41, 3E 27, 280, 1er mai 1641, et Minutier, dépôt n°35, 338, 18 février 1681, publiés par Martin- (...)
  • 35 Bryant, Ponsot et al. 2007, p. 8-11 ; Ponsot 2007, p. 249 sq., fig. 3. Thibaud Fourrier, guide-conf (...)

15Au rez-de-chaussée, aucune trace d’aménagement ne subsiste. Un dessin de clystère semblant dater de 1555 (fig. 15) laisse penser que les latrines ne furent condamnées qu’ensuite par l’ajout du grand conduit. Celui-ci aurait disparu au plus tard en 1794 d’après d’autres graffitis apposés sur la paroi. En 1817, un inventaire mentionne une « porte ouvrant sur les latrines, voûtée ayant quatre lunettes, une croisée à deux panneaux en plomb33 ». La fenêtre donnant sur la cour n’a jamais été transformée en porte, contrairement à ce qui s’est passé dans les autres tours du donjon. Cela s’explique par la présence du conduit complémentaire qui réduisait ou condamnait l’utilisation des toilettes au rez-de-chaussée. La construction du grand conduit serait donc antérieure ou contemporaine à celle des portes. Les objets découverts dans les fosses montrent qu’elle est aussi antérieure à la restauration des terrasses. Celle-ci peut être datée soit de 1641, sur la base d’un marché passé pour réparer les voûtes et les plafonds, soit de 1681, suivant le seul autre marché connu pour le xviie siècle pour « achever […] les ragraymans, rejointemens et incrustations des quatre voûltes des quatre salles au dessous des terrasses34 ». Patrick Ponsot opte pour une réfection en 1641 car l’exécutant a laissé sa signature à la retombée de la voûte d’une des salles du second étage35. En outre, ce marché stipule qu’il faut « réparer tous les balustrades et appuis de toute la circonférence du chasteau », et une forme en plomb découverte dans la grande fosse aurait pu servir de gabarit pour les moulures (fig. 16).

Fig. 15 : Graffiti de clystère dans les latrines de la tour sud.

Fig. 15 : Graffiti de clystère dans les latrines de la tour sud.

© Jean-Sylvain Caillou

Fig. 16 : Gabarit ( ?) de la moulure des balustrades provenant de la grande fosse sud.

Fig. 16 : Gabarit ( ?) de la moulure des balustrades provenant de la grande fosse sud.

© Jean-Sylvain Caillou

Condamnation de la grande fosse et ultimes utilisations

  • 36 Le remploi de matériaux est implicitement évoqué par deux documents de 1683. Un contrat du 29 janvi (...)
  • 37 Comptes des bâtiments du roi sous Louis XIV, 1891, éd. J. Guiffrey, Paris, Imp. nationale, t. II, c (...)
  • 38 Monestier 1997, p. 101.

16Suivant les déductions exposées ci-dessus, la condamnation du tunnel reliant les deux fosses n’a pu intervenir qu’après 1641. Le bouchage contenait un bloc mouluré issu de la base de l’enceinte du château (fig. 17), probablement démonté lors de la réalisation du porche royal entre 1682 et 168436. Nous serions enclins à dater son remploi dans les fosses de 1690, année pour laquelle les Comptes des bâtiments du roi rapportent le paiement, les 8 janvier et 7 mai, « à Louis Loyau, vuidangeur à Blois à compte des vidanges des fosses d’aysances qui sont dans la tour C [sud] et ailleurs aud. château (2 payements) 155lt 7s 9d » et le 6 août, « à Mathieu Lachamp, maçon, pour ouvrage de la fouille et vidange de 3 fosses d’aysances au château de Chambord dans les tours A. [nord ] B. [ouest] D, [est]199lt 18s »37. Il est curieux que des maçons soient passés après Loyau pour curer trois fosses du donjon. En effet, un arrêt rendu à Paris en mai 1671 renouvelle la « prohibition aux maçons, manœuvres et tous autres gens sans qualité, d’entreprendre sur les ouvrages dépendant du métier de vidangeur38 ». L’activité des maçons ne s’est peut-être pas limitée à une simple vidange des fosses. Le tunnel compliquait les curages et, en l’absence d’aération dans la grande fosse, la décantation des matières provoquait un risque d’asphyxie ou d’explosion à l’approche d’une bougie. De telles difficultés expliquent peut-être l’intervention de maçons pour murer les grandes fosses, où ils auraient au préalable jeté les sédiments restants. L’ajout dans les comptes du terme « fouille » à celui de « vidange » irait dans ce sens et, bien que non mentionnée à cause du curage effectué trois mois auparavant, la grande fosse de la tour sud aurait pu être murée en même temps.

Fig. 17 : Blocs en remploi dans le bouchage du tunnel reliant les fosses de la tour sud.

Fig. 17 : Blocs en remploi dans le bouchage du tunnel reliant les fosses de la tour sud.

© Jean-Sylvain Caillou

  • 39 Les petites fosses ouest et nord ont été curées pour la dernière fois vers 1800. Le curage plus tar (...)
  • 40 Lebouteux 1983, p. 108, Martin-Demézil 1986, p. 107, Chatenet 2001, p. 212 datent l’incendie du 7 j (...)

17Un ultime curage eut lieu pendant la seconde moitié du xixe siècle, selon les tessons découverts au plus bas de la dernière couche d’utilisation. L’un d’eux, avec un décor imprimé, fait état de différentes médailles gagnées, la dernière lors du concours de 184939. La faible épaisseur de la couche indique que les latrines ne furent quasiment plus utilisées ensuite. Les combles de la tour sud furent victimes d’un violent incendie le 6 juillet 1945, comme le rappelle un graffiti laissé au bas de l’escalier par « un pompier de Blois à Chambord le jour du feu40 ». Le sinistre détruisit les toilettes disposées au niveau des galetas avant que le conduit ne soit utilisé pour l’électrification de la tour. Deux graffitis au noir de bougie et une page de journal trouvés dans la grande fosse indiquent que celle-ci était à nouveau accessible le 21 décembre 1948 et qu’elle fut aussi visitée en 1949. Il est difficile de connaître les motivations et la date exacte du percement du muret entre les deux fosses.

Particularités des latrines de la tour est

18Les latrines de la tour est sont les mieux conservées. Il est encore écrit « cabinet de toilette » à la mine de plomb sur la porte en bois des galetas (fig. 18) et, au rez-de-chaussée, la porte qui donnait directement accès à la cour existe encore. Un graffiti de 1748 visible sur le montant fournit d’ailleurs un terminus ante quem à sa réalisation.

Fig. 18 : Porte des toilettes des galetas de la tour est.

Fig. 18 : Porte des toilettes des galetas de la tour est.

© Jean-Sylvain Caillou

  • 41 Contrairement à ce qui avait été indiqué par erreur dans Caillou et Hofbauer 2001, n. 15.
  • 42 Chatenet 2001, p. 237-238.
  • 43 Des tessons de faïence du xviiie siècle ont été observés en surface. La moitié ouest des sédiments (...)

19Dans la petite fosse, deux matériaux ont été utilisés pour construire la voûte. Les assises inférieures sont en calcaire comme dans les tours sud et ouest, alors que les assises supérieures sont en tuffeau comme dans la tour nord. L’emploi progressif de ce matériau suggère l’ordre de construction suivant : 1. sud, 2. ouest, 3. est, 4. nord41. Le retard pris dans la construction de la tour est par rapport aux tours sud et ouest est confirmé par la dendrochronologie42. Il pourrait s’expliquer par la nature du sous-sol et des difficultés pour établir les fondations. Les fosses y sont en effet inondées en permanence. L’humidité a conservé des restes organiques et une fouille adaptée serait nécessaire43.

Particularités des latrines de la tour ouest

  • 44 Bibliothèque de l’Institut de France, Ms. 1001, fol. 104. Chatenet 2001, fig. 213.
  • 45 Dans l’hypothèse que le dessin soit juste car la petite fenêtre des latrines n’y est pas représenté (...)
  • 46 Mes rêveries… 2002, p. 64.
  • 47 L’absence de conduit sur le plan de Le Rouge peut être considérée comme un oubli ou comme un marque (...)
  • 48 Chatenet 2001, p. 189-190 (localisation erronée au 3e étage). Martin-Demézil 1986, p. 97, rappelle (...)

20Un dessin du donjon de Chambord du début du xviie siècle montre la tour ouest sans la porte menant directement de la cour aux latrines44. D’après ce document et ceux mentionnés plus haut, ces portes furent ajoutées, au plus tôt, sous Gaston d’Orléans et, au plus tard, au tout début du séjour du maréchal de Saxe45. Au second étage, un plan de 1754 indique un banc percé ou un conduit46. Comme pour la tour sud, une cloison est suggérée mais on ignore si elle fut réalisée47. Elle aurait dissocié les toilettes, avec un accès depuis l’escalier, du reste de la salle, avec un accès depuis la chambre. Aucune trace n’est décelable dans la salle qui fut réaménagée et pourvue d’un décor en trompe-l’œil, probablement sous les Polignac48.

  • 49 Caillou et Hofbauer 2002. Étude préliminaire dans Aubourg-Josset et Josset Didier 1996, p. 31-55.
  • 50 AN, MC XXXI, 145, rés. 620, f° 114-116 et AD 41, série B, scellés de Chambord après le décès du mar (...)
  • 51 Pline (Histoire naturelle 17, 6) signale que les excréments humains sont le meilleur engrais possib (...)
  • 52 Monestier 1997, p. 261.
  • 53 Pièce de 5 centimes émise entre 1796 et 1801.
  • 54 Un seul parallèle connu, dans Caude et Pougetoux 2009, p. 24 et 108, n° 27. Pour un autre cadeau de (...)

21Les fragments de près de deux cents objets de la période Saxe-Polignac (1748-1790) ont été découverts dans la petite fosse49. Un médaillon aux armes de Maurice de Saxe (fig. 19) renvoie aux trois cent cinquante bouteilles mentionnées dans son inventaire après décès de 175150. Le document indique que la vaisselle du maréchal était en métal précieux, d’où la faible quantité de céramique fine retrouvée. Il mentionne aussi des chaises percées dans chaque chambre du château, d’où le grand nombre de pots de chambre découverts. Tous les objets ont été ramassés contre le mur ouest de la fosse, alors qu’ils auraient dû être retrouvés au milieu, sous les ouvertures. Les fouilles ont établi que, lors du dernier curage, la matière organique fut prélevée pour servir d’engrais, tandis que les détritus inutiles furent déplacés à l’extrémité de la fosse, où ils n’étaient pas visibles depuis le rez-de-chaussée en cas d’inspection51. Le tri opéré par les vidangeurs se justifie parce que « les cultivateurs ne recherchent que les excréments et refusent comme leur enjoint la réglementation, de se servir des autres immondices de toutes natures qui encombrent les dépotoirs52 ». Le curage eut lieu vers 1800, d’après une monnaie retrouvée au bas de la nouvelle couche d’utilisation53. Celle-ci contenait plus de soixante objets du début du xixe siècle, dont une bouteille au chiffre de Napoléon Ier, probable cadeau de l’empereur au maréchal Berthier (fig. 20)54.

Fig. 19 : Médaillon aux armes de Saxe trouvé dans la petitefosse de la tour ouest.

Fig. 19 : Médaillon aux armes de Saxe trouvé dans la petite fosse de la tour ouest.

© Jean-Sylvain Caillou

Fig. 20 : Bouteille au chiffre de Napoléon Ier trouvée dans la petitefosse de la tour ouest.

Fig. 20 : Bouteille au chiffre de Napoléon Ier trouvée dans la petite fosse de la tour ouest.

© Jean-Sylvain Caillou

Particularités des latrines de la tour nord

22Les fosses d’aisances de la tour nord ont un emplacement et des dimensions atypiques. La petite fosse n’est pas voûtée en berceau, mais en demi-berceau, et sa longueur est celle de la grande fosse. La largeur cumulée des fosses et du mur de refend atteint presque 7 mètres, soit celle des grandes fosses primitives situées dans les autres tours. Enfin, leur emplacement dans le périmètre de la tour correspond à celui que devrait justement occuper une grande fosse primitive, si la symétrie centrale visible dans les autres tours du donjon était respectée. Ainsi, les apparences suggèrent que la grande fosse nord était déjà édifiée lorsqu’une inversion du plan de la tour intervint. Cela entraîna l’abandon de la petite fosse initiale et la construction d’un mur de refend au travers de la grande pour rétablir un système à deux fosses. Suivant cette hypothèse, la petite fosse primitive aurait dû se trouver dans la portion nord-ouest de la tour, ce qui a été vérifié par des prospections microgravimétriques, électriques et géo-radar. Elles ont révélé la présence d’une voûte et le contour de la fosse attendue, comblée par un sédiment meuble, ce qui a été confirmé par des carottages.

  • 55 Concernant les fenêtres de cette partie du château, les archives (AD 41, minutier, dépôt n°8, 113) (...)
  • 56 Chatenet 2001, p. 149.
  • 57 Les pots de fleurs rappellent ceux visibles sur une carte postale de 1910 intitulée « Fleurs de Cha (...)

23Les fouilles ont livré de nombreux objets et ossements animaux dans la petite fosse nord et une stratigraphie similaire à celle de la petite fosse ouest. Lors du dernier curage, vers 1800, les détritus non organiques furent jetés à l’extrémité nord de la fosse, avant que celle-ci ne soit à nouveau utilisée puis finalement condamnée lors de l’électrification du château. Les objets du xviiie siècle épargnés par le curage sont nombreux. Il s’agit de céramiques mais aussi de centaines de tessons de vitre. La plupart sont des verres soufflés de forme carrée, dont un très grand nombre de déchets de coupe qui attestent de l’activité d’un vitrier. À cela s’ajoutent quelques fragments de vitraux, dont certains représentent le collier de l’ordre de Saint-Michel avec le monogramme d’Henri IV et de Marie de Médicis (fig. 21)55. Cette découverte ouvre de nouvelles perspectives car, jusqu’à présent, il était admis qu’Henri IV n’avait jamais prévu de venir à Chambord ni d’y faire des travaux56. Par ailleurs, la découverte de pinceaux et de céramiques contenant de la peinture témoigne de la proximité d’un atelier au xixe siècle ou au début du xxe siècle (fig. 22). Les peintres ont réutilisé des pots à conserve, des pichets, une soupière, un pot à crème et même trois pots de fleurs (fig. 23)57.

Fig. 21 : Vitrail au chiffre d’Henri IV issu de la petite fosse de la tour nord.

Fig. 21 : Vitrail au chiffre d’Henri IV issu de la petite fosse de la tour nord.

© Jean-Sylvain Caillou

Fig. 22 : Ensemble de pots remployés pour contenir de la peinture trouvé lors de la fouille de la petite fosse de la tour nord.

Fig. 22 : Ensemble de pots remployés pour contenir de la peinture trouvé lors de la fouille de la petite fosse de la tour nord.

© Jean-Sylvain Caillou

Fig. 23 : Ensemble de pots remployés pour contenir de la peinture après nettoyage.

Fig. 23 : Ensemble de pots remployés pour contenir de la peinture après nettoyage.

© Jean-Sylvain Caillou

Les autres latrines du château

Les latrines de l’aile royale

  • 58 Buzon 1984, p. 5.

24Les appartements de François Ier étaient situés dans l’angle nord de l’enceinte, là où aucune latrine n’était connue. La présence d’un conduit dans l’épaisseur des murs de la tour laissait pourtant supposer qu’il y en avait eu une58. Des prospections géophysiques confirmèrent l’existence d’une fosse d’aisances et un forage permit d’y pénétrer en juin 2001. Presque rectangulaire et voûtée en berceau, la fosse présente de nombreuses traces de repentirs architecturaux qui restent à étudier. Des graffitis indiquent qu’elle fut fréquentée au xixe siècle par des « cataphiles » :

Aujourd’hui 30 mars 1845 Defeings domestique de md le comte adrien de Calonne résidant à Chambord, et jacques loreau laboureur chez md Michon, garde général du domaine sont descendu ici à une heure moins 3 minutes du soir, jours de la quasimodo.

Noter le nommé Lauro est le même qui est descendu deux ans plus tôt avec mon prédécesseur ex valet de chambre du comte de Calonne.

  • 59 Le même Defeings a aussi écrit sur la paroi trois poèmes naïfs ; voir Caillou et Hofbauer 2016, p.  (...)

Defeings59

25Juste au-dessus, d’une autre main :

Et 45 ans après le nommé Chassat du Dorat

– Haute Vienne – 1890

Les latrines de l’enceinte

  • 60 Bryant, Ponsot et al. 2007, p. 16, fig. 19 et 23. Bryant 2016, p. 81-83, fig. 50-53.

26Le plan d’Androuet du Cerceau figure de larges bancs percés à l’extrémité sud-est de l’enceinte basse (fig. 24). Ces latrines collectives n’apparaissent plus sur les plans postérieurs et aucun accès à une fosse d’aisances n’était connu. En prévision de travaux imminents dans cette zone, des analyses géophysiques furent menées en 1999 pour déterminer si la fosse pressentie avait été détruite, remblayée ou simplement condamnée. La microgravimétrie décela un vide qui présentait une orientation et des dimensions contraires aux attentes. Lors des travaux, la cavité fut dégagée et un accès aménagé (fig. 25). L’analyse architecturale permit de comprendre qu’il s’agissait de la réduction d’une fosse qui, avant d’être partiellement détruite et remblayée, occupait tout le sous-sol de la salle. Simon Bryant, chargé de la surveillance archéologique du chantier, a établi que cette réduction eut lieu sous Louis XIV dans les années 1682-168660.

Fig. 24 : Tour sur le plan du donjon d’Androuet Du Cerceau dans Le Premier volume des plus excellents bastiments de France, 1576, Paris, Bibliothèque nationale de France, département Arsenal, FOL-S-1623 (1) ; et anomalie microgravimétrique.

Fig. 24 : Tour sur le plan du donjon d’Androuet Du Cerceau dans Le Premier volume des plus excellents bastiments de France, 1576, Paris, Bibliothèque nationale de France, département Arsenal, FOL-S-1623 (1) ; et anomalie microgravimétrique.

Plan : © BNF – Schéma : Jean-Sylvain Caillou

Fig. 25 : L’accès à la fosse de l’enceinte lors des travaux de 1999.

© Jean-Sylvain Caillou

Dans un marché du 29 janvier 1683, deux pierriers de Blois, Jolly et Berson, s’engagent auprès de Jean-Baptiste Moscot, entrepreneur des bâtiments du roi à Chambord à

  • 61 Chatenet 2001, p. 164.

démollir touttes les voustes et murs quy sont depuis le vestibule de l’antrée du chasteau jusques au bastimens quy est parfait de la tour du Chaudron, ainsy qu’y leur en sera marquez par le led. Sr Moscot, et de jetter touttes les terres quy se trouveront tant sur les voustes que celles quy viendrons desd. murs sur la fausse braye vers la rivière61.

  • 62 Ibid.
  • 63 Martin-Demézil 1986, p. 91. Il nous semble que le mot « terre » peut être compris comme un terme gé (...)
  • 64 Voir Bryant, Ponsot et al. 2007, fig. 23 ou Bryant 2016, fig. 51. Surélévation et voûte semblent in (...)
  • 65 Chatenet 2001, p. 164.
  • 66 Chatenet 2001, fig. 170.
  • 67 Les latrines de l’étage sont également mentionnées dans les comptes de Chambord en 1790 : « la port (...)

27La mention de voûtes surprend. Pour Monique Chatenet, les offices étaient couverts de voûtes portant les terrasses du côté droit de la porte d’entrée62. Pour Jean Martin-Demézil, les seules pièces voûtées se trouvaient près de la tour du Chaudron et leurs voûtes auraient été recouvertes de terre pour éviter l’action des pluies et des gels63. L’explication est plausible mais il est aussi possible que ces voûtes soient celles de la fosse d’aisances, gênante parce que surélevée de 1,50 mètre par rapport au niveau de sol général64. Quoi qu’il en soit, la transformation de la fosse remonte certainement à 1683 puisque, dans un marché du 20 février, François Jacquet, maçon à Blois et Charles Gueslé, pierrier à Huisseau, s’obligent à « remplir de massonnerie tous les fondemens qui leurs seront marquez aux logemens qu’y doivent faire dans les offices de Chambort65 ». En outre, un plan de 1683-1684, conservé à la Bibliothèque nationale de France, montre des « lieux » à l’étage ainsi qu’un conduit desservant la fosse66. Les latrines n’étaient alors pas utilisables au rez-de-chaussée où le plan de Le Rouge montre une chambre en 1750. En revanche, le plan de Merle et Périé indique en 1821 deux conduits côte à côte. L’un utilisable depuis le rez-de-chaussée, l’autre depuis l’étage67. Une épaisse couche de sédiments organiques tapisse encore le fond de la fosse d’où émerge, dans l’angle sud, un petit amas d’objets en faïence, grès, terre cuite vernissée et verre, qui paraissent dater de la fin du xviiie siècle ou du début du xixe siècle (fig. 26 et 27).

Fig. 26 : Intérieur de la fosse de l’enceinte.

Fig. 26 : Intérieur de la fosse de l’enceinte.

© Jean-Sylvain Caillou

Fig. 27 : Intérieur de la fosse de l’enceinte.

© Jean-Sylvain Caillou

Les latrines de la tour de la Chapelle

28Aucun plan du xvie ou du xviie siècle ne représente de latrines dans cette tour ; rien d’étonnant puisqu’elle abrite la chapelle du château. Toutefois, un devis de 1684 stipule qu’il était prévu que

  • 68 Devis des ouvrages de massoneries que le Roy a ordonné estre faits en son Château de Chambord, pour (...)

Ledit Entrepreneur fera pareillement faire les fouilles & vuidanges de terres necessaires pour l’enfoncement des fosses d’aisances qu’il conviendra faire dans lesdits bastimens, & fera épancher & répendre les terres & décombres qui proviendront desdites fouilles comme cy-dessus, moyennant le prix & somme qui sera ci-après convenuë pour chacune toise cubbe de la dite vuidange68.

  • 69 Voir supra à propos des latrines de l’enceinte.
  • 70 Curieusement, il n’y a pas d’autre mention de latrines dans le devis si bien qu’on peut se demander (...)
  • 71 AD 41, liasse 2A7, d’après le dépouillement réalisé par Corinne Langlois.
  • 72 Androuet du Cerceau 1988, p. 55 ; Chatenet 2001, fig. 48.
  • 73 Chatenet 2001, fig. 108 et 152.
  • 74 Leur emplacement est visible sur un plan de Michel Ranjard reproduit dans Martin-Demézil, 1986, fig (...)

29Le vocabulaire pourrait prêter à confusion : il ne s’agit pas de curer des fosses d’aisances existantes mais bien de creuser la terre pour en installer. En effet, les boues contenues dans des fosses d’aisances constituent un engrais de qualité qui n’est pas jeté comme de vulgaires gravats. Or, le texte indique que les déblais devront être répandus « aux lieux les plus proches qui pour celuy seront ordonnés », comme les terres et décombres issus du creusement d’autres fondations69. En l’état des connaissances, le projet ne semble pas avoir été mené à terme70. Aucun aménagement de ce type n’est visible dans la tour ni sur les plans. Il faut attendre 1786 pour que les archives mentionnent la « construction de latrines sous l’escalier de la chapelle71 ». Celles-ci occupent un passage voûté qui semble muré sur les gravures et dessins d’Androuet du Cerceau72. Une porte apparaît sur une gravure d’Israël Silvestre de 1676 et se retrouve vers 1684 sur un plan de Jules Hardouin-Mansart ainsi que sur une gravure de Pérelle de la fin du xviiie siècle73. Elle a probablement été murée en 1786 lors de l’installation des latrines. Seule une petite ouverture est visible sur les photographies de Mieusement, vers 1860. Les lieux, réaménagés au xixe siècle, abritent des toilettes à la turque désaffectées (fig. 28 et 29)74.

Fig. 28 : Latrines de la tour de la Chapelle (tour ouest de l’enceinte).

Fig. 28 : Latrines de la tour de la Chapelle (tour ouest de l’enceinte).

© Jean-Sylvain Caillou

Fig 29 : Latrines de la tour de la Chapelle (tour ouest de l’enceinte).

Fig 29 : Latrines de la tour de la Chapelle (tour ouest de l’enceinte).

© Jean-Sylvain Caillou

  • 75 Merle et Périé 1821, p. 31 ; Merle 1832, p. 70 ; La Saussaye 1875, p. 37, Dreux 1904, p. 60.
  • 76 La Saussaye 1875, p. 3 et 77 ; Chatenet 2001, p. 264-265.

30Étant donné la faible distance qui sépare ces toilettes des douves, une évacuation par écoulement est envisageable. Toutefois, les fossés ont été comblés et ne furent remis en eaux qu’en 1972. La date exacte du comblement n’est pas connue. Selon Merle, repris par La Saussaye, Dreux et d’autres, il serait intervenu sous Stanislas Leszczynski75. Dans les rééditions de son livre, La Saussaye ajoute avec prudence qu’il ne s’agit que d’une tradition et, de fait, elle paraît clairement démentie par le Mémoire de La Hite du 31 décembre 174176. Le maréchal de Saxe fut, semble-t-il, le seul à s’intéresser ensuite aux aménagements hydrauliques et à disposer de moyens importants. Il est tentant de lui attribuer la paternité du comblement. Dans ce cas, l’écoulement des latrines dans les douves paraît peu probable en 1786 et il se peut qu’une fosse, actuellement inaccessible, ait été construite.

Les latrines disparues et autres lieux

31Certaines latrines mentionnées dans les textes ont disparu. Dans l’aile basse, les archives fournissent les indications suivantes pour 1865 et 1866 :

  • 77 AD 41, liasse 37Q6.

Communs ; logement du garde général : réfection des souches de cheminées, construction d’une fosse d’aisance voûtée77.

  • 78 AD 41, liasse 37Q7.

Logement du concierge de la porte royale ; construction d’une fosse d’aisance78.

32Des ouvriers ayant participé aux campagnes de restauration menées dans les années 1970 évoquent la présence d’une petite fosse sous l’aile orientale, à l’extrémité nord de la salle dite des Communs d’Orléans, précisément à l’endroit où le sol se surélève par rapport au niveau de la cour extérieure.

  • 79 Devis des ouvrages de massoneries qu’il convient faire au Château de Chambord, pour la construction (...)

33Un devis mentionne d’autres latrines79 :

Les pierres des chausses d’aisances seront aussi de ladite pierre de Menards de six pouces d’épaisseur, posées en recouvrements de feuillieüres de deux pouces de hauteur & deux pouces de profondeur les unes sur les autres, tant en leur joints montants, qu’en leur joints des lits pour empescher les urines de les traverser. Les devantures des sieges desdits aisances, seront faites de pettis parpins de ladite pierre de Menards, de huict pouces d’épaisseur ou environ.

Ledit Entrepreneur fera pareillement faire cesdits frais & dépens les autres foüilles & vuidanges de terre necessaires pour l’enfoncement des fosses d’aisances, & fera répandre les terres comme cy-dessus, moyennant le prix & somme qui sera cy-après convenu pour chacune toise cube desdites vuidanges de terres

Seront faites les chausses d’aisances desdits pavillons de dix-neuf pouces de largeur en la hauteur de la première assise sur laquelle il sera fait retraite d’un pouce en chacune desdites faces, & ce faisant icelles chausses réduites à dix-huit pouces de largeur, au surplus de leur hauteur, le tout construit des qualitez de matereaux, formes & façons cy-devant déclarées. Les sièges desdites aisances seront aussi faits des qualitez des matereaux forme & façons cy-devant declarées. Les fosses d’icelles aisances seront faites des grandeurs marquées sur les plants ou qui seront ordonnées, & de neuf pieds de hauteur sous clefs les murs qu’il conviendra faire pour icelle, seront enfoncez au moins de deux pieds plus bas que les fonds desdites fosses, & seront faits & construits de deux pieds d’épaisseur jusques à la hauteur du dessus du couronnement d’icelles, qui sera à peu prés à trois ou quatre pouces plus bas que le rez de chaussée, le tout avec moillons & mortiers des qualitez & façons dessusdites. Les voutes desdites fosses seront faites en plein ceintre avec moillons posez de champ en formes de coupes bien massonnez à boin avec mortiers, & les raines d’icelles remplis de niveau jusques après le dessus du couronnement desdites voutes, avec pareils moillons posez de champs en formes de décharges, aussi bien massonnez à boin avec pareils mortiers. Sur chacune desdites voutes à l’endroit qui sera jugé le plus commode & convenable pour la vuidange & nettoyement desdites fosses, il sera observé une ouverture qui sera garnie d’un chassis de pierre de Menards, de neuf pouces d’épaisseur, & de deux pieds huit pouces en caré dans œuvre, feüillée en son pourtour par le costé de dessus, de deux pouces de largeur, & deux pouces de profondeur pour recevoir deux pierres de pareille qualité & épaisseur avec pareilles feüilleures du chassis, & fermeront la susdite ouverture dans le milieu de chacune desdites pierres, il sera sellé un anneau de fer pour les lever lors qu’il conviendra faire ouvertures desdites fosses. Au fonds de chacune desquelles fosses, il sera fait un massif d’un pied d’épaisseur avec moillons posez de champ massonez à boin avec mortiers, des qualitez cy-dessus. Tous les autres sièges, chausses & fosses d’aisances des autres bastimens cy-après declarez, seront des mesmes qualitez de matereaux formes & façons de celles cy-dessus.

34En 1786, les archives signalent la construction ou la réfection de latrines dans l’« Hôtel de la Maréchaussée », un lieu difficile à identifier qui pourrait correspondre à une maison du village, peut-être la ferme de Lina :

  • 80 AD 41, liasse 2A7.

Lattrinne : Avoir taillé et posé pour la voûtte de la fosse, deux cintres de charme […] Avoir taillé et posé pour le pourtour des cloisons desdittes lattrinnes deux poteaux de porte et charme80

35Les fosses d’aisances servaient occasionnellement de dépotoirs. Naturellement, elles ne pouvaient contenir tous les déchets du château, qui, pour la plupart, finissaient à la décharge. L’emplacement de cette dernière a peut-être varié mais, vers 1900, elle se situait au sud de la route de Thoury. Le dépôt témoigne d’une utilisation assez longue qu’il conviendrait de préciser par des fouilles.

Haut de page

Bibliographie

Androuet du Cerceau Jacques, 1988 [1576], Les plus excellents bastiments de France, éd. D. Thomson, Paris, L’Aventurine.

Aubourg-Josset Viviane et Josset Didier, 1996, Chambord, le château. DFS d’opération de surveillance archéologique, février à juin 1996 (autorisation n°96/21), AFAN, DRAC Centre, Orléans, p. 31-55.

Bryant Simon, 2016, « De nouveaux regards sur le château de Chambord : l’apport des fouilles archéologiques depuis dix ans », dans I. Jourd’hueil, S. Marchant (dir.), Châteaux en Val de Loire. Chantiers et découvertes, actes du colloque « Les châteaux du Val de Loire, chantiers et découvertes » (Orléans, 8 octobre 2010), Tours, Presses universitaires François Rabelais, p. 56-103.

Bryant Simon, Ponsot Patrick, Hofbauer Dominic et Caillou Jean-Sylvain, 2007, « Le château de Chambord (Loir-et-Cher) : un monument trop (peu) regardé », dans Medieval Europe, 4e Congrès international d’archéologie médiévale et moderne, actes du colloque (Paris, 3-8 septembre 2007) [en ligne], URL : http://medieval-europe-paris-2007.univ-paris1.fr/S.Bryant.pdf (consulté le 18 mars 2010).

Buzon Christine de, 1984, Le château de Chambord, fiche pédagogique réalisée par le Service éducatif et de la formation de la CNMHS en collaboration avec Claudine Lagoutte, CNMHS.

Caillou Jean-Sylvain et Hofbauer Dominic, 2000, « Les secrets du château de Chambord », Archéologia, no 363, janvier, p. 24-29.

Caillou Jean-Sylvain et Hofbauer Dominic, 2001, « Chambord et son interprétation : l’apport de l’archéologie », dans Chatenet 2001, p. 224-227.

Caillou Jean-Sylvain et Hofbauer Dominic, 2002, « Le quotidien d’une vie exceptionnelle », dans Mes rêveries… 2002, p. 96-97.

Caillou Jean-Sylvain et Hofbauer Dominic, 2007, Chambord, le projet perdu de 1519, Chemillé-sur-Dême, Archéa.

Caillou Jean-Sylvain et Hofbauer Dominic, 2016, Chambord, l’œuvre ultime de Léonard de Vinci ?, Dijon, Faton.

Caude Élisabeth et Pougetoux Alain (dir.), 2009, La cave de Joséphine : le vin sous l’Empire à Malmaison, Paris, Réunion des musées nationaux.

Chatenet Monique, 2001, Chambord, Paris, Monum-Éditions du Patrimoine.

Dreux G., 1904, Chambord : le château et son histoire, Chambord.

Hofbauer Dominic, 2005, « Les signes lapidaires du château de Chambord, premières observations », XIVe colloque international de glyptographie, actes du colloque (Chambord, 19-23 juillet 2004), Braine-le-Château, éditions La Taille d’Aulme, p. 319-332.

La Saussaye Louis de, 1875 [1834], Notice sur le domaine de Chambord, Blois, 12e éd.

Lebouteux Pierre, 1983, « Les travaux de restauration », Dossier technique, 2, Paris, Centre national des monuments historiques et des sites, p. 107-110.

Le Rouge Georges-Louis, 1750, Description de Chambord, Paris, Jombert.

Martin-Demézil Jean, 1986, « Chambord », dans Congrès archéologique de France, Blésois et Vendômois, 139e session (1981), Paris, Société française d’archéologie.

Merle Jean-Toussaint, 1832, Chambord, Paris, Urbain Canel.

Merle Jean-Toussaint et Périé Hilaire, 1821, Description historique et pittoresque du château de Chambord, Paris, Impr. P. Didot.

Mes rêveries…, le maréchal de Saxe à Chambord, 2002, cat. exp. (Chambord, 28 sept. 2002-5 janv. 2003), Association des amis de Chambord.

Monestier Martin, 1997, Histoire et bizarreries sociales des excréments, des origines à nos jours, Paris, Le Cherche-Midi.

Ponsot Patrick, 2007, « Les terrasses du donjon de Chambord : un projet de Léonard de Vinci ? », Bulletin monumental, 165.3, p. 249-261.

Thenaud Jean, 2010 [1519], Le triumphe des vertuz, quatrième traité, le triumphe de Tempérance, éd. T. Schuurs-Janssen et R. Stuip, Genève, Droz.

Vinci Léonard de, 1987, Les carnets, trad. de l’anglais et de l’italien par Louise Servicen, introd. et notes d’Edward MacCurdy, t. II, Paris, Gallimard.

Haut de page

Annexe

Annexe : historique des recherches

1995 : ramassage de céramiques dans la grande fosse sud et dans les petites fosses ouest et nord.

1996 : étude de la céramique de la petite fosse ouest par V. Aubourg, de l’Association pour les fouilles archéologiques nationales (AFAN). Relevé architectural des fosses du donjon par F. Lebec.

1999 : Dendrochronologie des restes d’échafaudage pris dans les maçonneries de la grande fosse est par Archéolabs. Résultat d’un intérêt limité, l’abattage du bois est postérieur à 1485. Prospections géophysiques par une équipe des universités de Paris VI et de La Rochelle.

2000 : topographie par le cabinet de géomètre Géo3D. Prélèvements et analyse de mortier par S. Buttner, du Centre d’études médiévales d’Auxerre. Fouille des fosses sud. Analyses parasitologiques infructueuses dans la grande fosse sud par F. Bouchet, de l’université de Reims.

2001 : fouille de la petite fosse ouest.

2002 : restauration de céramiques par A. Volka.

2003 : prélèvements complémentaires de mortiers et analyse confiée « en aveugle » à S. Buttner81. Résultats incohérents, remise en cause de la fiabilité de la méthode ou du praticien et invalidation, par précaution, des résultats précédents exposés dans Caillou et Hofbauer 2001. Relevés architecturaux de la fosse de l’aile royale par P. Mahy.

2004 : restauration de céramiques par A. Volka.

2007 : inventaire du mobilier de la petite fosse ouest par des stagiaires de l’École de Condé.

2008 : fouille de la petite fosse nord.

2009 : inventaire et restauration d’objets de la petite fosse nord par des stagiaires de l’École de Condé.

Haut de page

Notes

1 Un historique des recherches se trouve en annexe.

2 Caillou et Hofbauer 2007 ; Caillou et Hofbauer 2016. Les fosses d’aisances sont contemporaines des premières phases de construction et apportent des éléments concrets pour restituer le « projet perdu » du château de Chambord. De l’avis général, le plan originel du donjon se caractérisait par une symétrie rigoureuse qui ne put être pleinement réalisée. Deux hypothèses ont été avancées pour retracer cette symétrie. Celle du plan parallèle a longtemps recueilli la préférence des chercheurs aux dépens de celle du plan giratoire. Les similitudes observées entre les fosses des tours ouest, sud et est ainsi que les transformations subies par celles de la tour nord ne laissent désormais plus de doute sur le projet de 1519. Le donjon s’organisait suivant un plan giratoire, en ailes de moulin, ayant comme axe l’escalier central. Cette disposition, si élaborée qu’elle fut longtemps jugée improbable, trouve seulement un parallèle dans les carnets d’architecture de Léonard de Vinci qui comportent aussi des préconisations sur l’aération des fosses d’aisances adoptées dans les latrines de Chambord.

3 Androuet du Cerceau 1988, p. 48.

4 Disposition qui se retrouve dans d’autres châteaux de François Ier ; voir Androuet du Cerceau 1988, p. 56 et 293.

5 Monestier 1997, p. 94, rappelle de manière générale que l’évent présente quelques garanties contre l’accroissement de pression dans l’atmosphère de la fosse, accroissement qui tend à favoriser l’infiltration des gaz fétides dans l’habitation, les bassins de la fosse elle-même, et à prévenir le soulèvement des pierres ou des explosions. Mais la direction du courant circulant dans ce tuyau dépend de la différence existant entre les températures des atmosphères extérieure et intérieure de la fosse. Aussi ce courant variable s’inversait-il couramment et entraînait-il des émanations dans les habitations. La plupart du temps, d’ailleurs, ces évents ne fonctionnaient pas, obstrués par des nids d’oiseaux ou bouchés au niveau des fosses par les matières.

6 Codex Atlanticus, fol. 76v. b ; cité d’après Vinci 1987, p. 411. Nos visites et enquêtes dans les principaux châteaux du Val-de-Loire et de la région parisienne n’ont pas permis de trouver un parallèle.

7 Ordonnance royale du 24 septembre 1819 (n° 7687) qui détermine le mode de construction des fosses d’aisances : « Art. 15. Il sera établi parallèlement au tuyau de chute, un tuyau d’évent, lequel sera conduit jusqu’à la hauteur des souches de cheminées de la maison […] »

8 Martin-Demézil 1986, fig. 39. Un autre château de François Ier, La Muette, dont le plan rappelle celui de Chambord, comporte deux latrines par tour. Androuet du Cerceau 1988, p. 102.

9 Le mur de bouchage fut d’abord interprété à tort comme un filtre dans Caillou et Hofbauer 2000.

10 La hauteur moyenne des sédiments se situe 30 centimètres au-dessus du sol. La miction moyenne quotidienne pour un adulte est comprise entre de 1,2 et 1,5 litre.

11 En considérant arbitrairement que l’infiltration était nulle pendant l’utilisation, cela correspond à l’usage quotidien de 476 personnes pendant trois semaines, durée habituelle des séjours de Louis XIV, ou de 14 personnes durant deux ans, période correspondant à la présence du maréchal de Saxe à Chambord (30 novembre 1748-10 novembre 1750).

12 Les boulins des échafaudages sont disposés de la même manière dans les tours nord et est (trois dans les grands côtés). Dans la tour sud, trois boulins sont visibles dans les petits côtés alors que, dans la tour ouest, un seul a été ménagé dans les petits et grands côtés.

13 Hofbauer 2005 ; Caillou et Hofbauer 2007, p. 50-51 ; Caillou et Hofbauer 2016, p. 56-59.

14 Le marquage au charbon des hauteurs d’assises fut un principe constant lors de la construction du donjon. Bien que souvent estompé, il est attesté du rez-de-chaussée aux combles. Son absence hors du donjon conforte l’hypothèse de tranches de travaux distinctes.

15 Dans le premier état, les petites fosses avaient une largeur de 2,15 mètres. Le réagencement a aussi provoqué le rétrécissement des grandes fosses. En retranchant l’épaisseur minimum du refend et le décalage du mur, leur largeur originale semble avoir été de 6,75 mètres à l’est, 6,78 mètres à l’ouest et 7,11 mètres au sud, soit une superficie moyenne de 51 mètres carrés environ. La restitution pourrait être vérifiée par des sondages dans les maçonneries, ce qui n’est pas sans risque pour la stabilité de l’édifice et n’a pas été autorisé.

16 Martin-Demézil 1986, p. 41.

17 Bryant, Ponsot et al. 2007, p. 3-4 ; Bryant 2016, p. 62-63.

18 Altitude du sol des grandes fosses dans chaque tour : est 74,85 mètres, nord 74,90 mètres, ouest 74,86 mètres et sud 75,53 mètres. Niveau d’arasement de la tour médiévale suivant les indications publiées par Bryant 2016, fig. 11 : 75,45 mètres.

19 Identifications par Marc Bompaire (CNRS) qui signale que A. Morel-Fatio, dans son Histoire monétaire de Lausanne, évoque la circulation de ces pièces en France dans les boutiques de Paris en 1533, en Poitou, à Bordeaux, La Rochelle, Bayonne, et qu’en 1540 un employé de la Monnaie de Paris en avait réuni 90 000 qui furent refondues.

20 Pour un témoignage contemporain sur les jeux de dés et d’argent, voir Thenaud 2010 [1519], p. 232-233.

21 Bryant, Ponsot et al. 2007, p. 8-11, fig. 14-15 ; Ponsot 2007.

22 Certains plans indiquent le premier et le deuxième étage, d’autres le rez-de-chaussée, l’entresol du rez-de-chaussée et le deuxième étage. Parfois, les conduits ne sont même pas figurés, par négligence. Chatenet 2001, fig. 157, 158, 168, 170.

23 Sauf si la transformation est intervenue après la numérotation de l’édifice sous Louis XIV, la latrine des terrasses n’était pas numérotée, à l’instar de celles du rez-de-chaussée du donjon et du deuxième étage de l’aile basse, contre la tour du Chaudron.

24 Archives départementales du Loir-et-Cher (AD 41), minutier, dépôt no 8, 113, voir Martin-Demézil 1986, p. 97-98, n. 5 avec transcription erronée « petite lattrème ».

25 Le Rouge 1750.

26 Archives nationales (AN), département des cartes et plans, F21 3701. Mes rêveries… 2002, p. 64.

27 L’absence du conduit sur le plan de Le Rouge peut être considérée comme un oubli ou comme un marqueur chronologique des travaux.

28 D’après le plan réalisé sous la principauté de Wagram.

29 Chatenet 2001, fig. 174.

30 . La datation des transformations est déduite de Chatenet 2001, p. 190, qui signale que « des travaux de menuiserie furent alors effectués dans le donjon pour ménager des alcôves dans les chambres ».

31 Selon Denis Grandemenge, l’entresol servait alors de chambre de repos après les bains ou de pièce des cuves.

32 L’inventaire de la principauté de Wagram, AD 41, Q (1re partie) 1708, dressé en 1817, mentionne deux chambres peintes en jaune dans cette tour.

33 Ibid.

34 AD 41, 3E 27, 280, 1er mai 1641, et Minutier, dépôt n°35, 338, 18 février 1681, publiés par Martin-Demézil en 1966 ; voir Chatenet 2001, p. 153-154 ; Bryant, Ponsot et al. 2007, p. 8 ; Ponsot 2007, p. 249.

35 Bryant, Ponsot et al. 2007, p. 8-11 ; Ponsot 2007, p. 249 sq., fig. 3. Thibaud Fourrier, guide-conférencier à Chambord, a relevé un graffiti du même Bruneau « au service de Monsieur » daté de 1630 dans l’escalier qui mène à la terrasse de l’oratoire.

36 Le remploi de matériaux est implicitement évoqué par deux documents de 1683. Un contrat du 29 janvier, relatif à la démolition des anciens murs des offices, stipule « de conserver toutte les pierre de thaille quy leurs seront marquez et de chauffauderons de chafaux quy leur sera necessaire à leur despans [… ». Un autre du 26 juin, relatif à la construction de cloisons aux offices, indique que tous les matériaux nécessaires seront fournis aux entrepreneurs « qu’y prandront dans la cour dud. Chasteau […] ». Chatenet 2001, p. 249-250.

37 Comptes des bâtiments du roi sous Louis XIV, 1891, éd. J. Guiffrey, Paris, Imp. nationale, t. II, col.485-487.

38 Monestier 1997, p. 101.

39 Les petites fosses ouest et nord ont été curées pour la dernière fois vers 1800. Le curage plus tardif de la tour sud est sans rapport avec la présence du grand conduit qui avait alors disparu.

40 Lebouteux 1983, p. 108, Martin-Demézil 1986, p. 107, Chatenet 2001, p. 212 datent l’incendie du 7 juillet mais la Nouvelle République de ce même jour indique : « Hier après-midi, un incendie s’est déclaré au château de Chambord. L’émotion fut très vive, car il contient encore, à l’heure actuelle, des trésors inestimables : des collections du Louvre qui y avaient été entreposées depuis la guerre. Non seulement les pompiers de tous les environs furent alertés, mais on fit appel également aux pompiers d’Orléans et de Blois. »

41 Contrairement à ce qui avait été indiqué par erreur dans Caillou et Hofbauer 2001, n. 15.

42 Chatenet 2001, p. 237-238.

43 Des tessons de faïence du xviiie siècle ont été observés en surface. La moitié ouest des sédiments a été enlevée dans le passé, peut-être lors des travaux d’électrification.

44 Bibliothèque de l’Institut de France, Ms. 1001, fol. 104. Chatenet 2001, fig. 213.

45 Dans l’hypothèse que le dessin soit juste car la petite fenêtre des latrines n’y est pas représentée.

46 Mes rêveries… 2002, p. 64.

47 L’absence de conduit sur le plan de Le Rouge peut être considérée comme un oubli ou comme un marqueur chronologique de la construction.

48 Chatenet 2001, p. 189-190 (localisation erronée au 3e étage). Martin-Demézil 1986, p. 97, rappelle que le canton nord-ouest était habité par les gouverneurs aux xviie et xviiie siècles, et utilisé par Maurice de Saxe comme appartements à offrir.

49 Caillou et Hofbauer 2002. Étude préliminaire dans Aubourg-Josset et Josset Didier 1996, p. 31-55.

50 AN, MC XXXI, 145, rés. 620, f° 114-116 et AD 41, série B, scellés de Chambord après le décès du maréchal, f°12. Un médaillon identique a été découvert dans la petite fosse nord

51 Pline (Histoire naturelle 17, 6) signale que les excréments humains sont le meilleur engrais possible, ce qui revient sous la plume de Victor Hugo (Les Misérables, V, 2,1) : « La science, après avoir longtemps tâtonné, sait aujourd’hui que le plus fécondant et le plus efficace des engrais, c’est l’engrais humain. … »

52 Monestier 1997, p. 261.

53 Pièce de 5 centimes émise entre 1796 et 1801.

54 Un seul parallèle connu, dans Caude et Pougetoux 2009, p. 24 et 108, n° 27. Pour un autre cadeau de l’empereur en rapport avec les latrines, voir Monestier 1997, p. 48.

55 Concernant les fenêtres de cette partie du château, les archives (AD 41, minutier, dépôt n°8, 113) signalent le 15 octobre 1639 des travaux de vitrerie commandés à Claude Baudouin, maître peintre et vitrier à Blois, qui intéressent une « tour… du costé des jardins et une gallerye qui est entre ladite tour et les appartemans de S. A. » ; les verres neufs seront exécutés « en bon verre de France du plus fort, clert et net, posé en mis en plomb » ; les travaux comprendront aussi des réparations et remises en plomb. Un rapport de René-Honoré Marie daté du 2 août 1791 (AD 41, Q 291), stipule que « la partie du château qui n’est meublée est absolument abandonnée. M. de Polignac en avoit fait ôter toutes les fenêtres ». Des représentations, dont un dessin de Viollet-le-Duc de 1833, laissent penser que c’était le cas de l’aile royale. Celle-ci fut restaurée par la suite comme l’atteste une photographie de Mieusement prise en 1868. Voir Martin-Demézil 1986, p. 97-98, n. 5 ; Chatenet 2001, p. 190 et fig. 192 et 195.

56 Chatenet 2001, p. 149.

57 Les pots de fleurs rappellent ceux visibles sur une carte postale de 1910 intitulée « Fleurs de Chambord » et légendée à la main « spécialité d’œillets Chambord rose de toute beauté et de campanules pyramidales mauves superbes de 2,50 m de haut » par l’expéditeur, un certain Gonzague, qui indique aussi qu’il s’agit d’une photographie de son petit-fils.

58 Buzon 1984, p. 5.

59 Le même Defeings a aussi écrit sur la paroi trois poèmes naïfs ; voir Caillou et Hofbauer 2016, p. 62.

60 Bryant, Ponsot et al. 2007, p. 16, fig. 19 et 23. Bryant 2016, p. 81-83, fig. 50-53.

61 Chatenet 2001, p. 164.

62 Ibid.

63 Martin-Demézil 1986, p. 91. Il nous semble que le mot « terre » peut être compris comme un terme générique désignant des gravats.

64 Voir Bryant, Ponsot et al. 2007, fig. 23 ou Bryant 2016, fig. 51. Surélévation et voûte semblent indiquées sur le plan de Chéreau par une croix.

65 Chatenet 2001, p. 164.

66 Chatenet 2001, fig. 170.

67 Les latrines de l’étage sont également mentionnées dans les comptes de Chambord en 1790 : « la porte des latrinnes n°I dans le corridor, levé la serrure, netoyé et rajusté, fourny deux clef, pausé en place, ajusté la gache » (AD 41, liasse 1031), et en 1845 : « réparation faites aux latterines au bout du corridor des Mansardes, avoir fait et fourni un siège neuf avec son couvercle, réparé le plancher au-dessus, avoir remis des enciennes croisées et portes » et, en maçonnerie, pour « avoir réparé les lieux qui se trouve à l’extrémité des corridors » (AD 41, liasse 37Q3). Dans ce document, il est aussi question de la « réparation d’une paire de latterines dans une des tours du château ».

68 Devis des ouvrages de massoneries que le Roy a ordonné estre faits en son Château de Chambord, pour achever la Tour de la Chapelle, Aisle ensuite, Escalier & Gallerie à côté et revestements de fossez. AN, O1 1325, pièce 48, p. 9.

69 Voir supra à propos des latrines de l’enceinte.

70 Curieusement, il n’y a pas d’autre mention de latrines dans le devis si bien qu’on peut se demander s’il ne s’agit pas d’un simple « copier-coller » du devis jumeau concernant l’avant-cour, cf. infra.

71 AD 41, liasse 2A7, d’après le dépouillement réalisé par Corinne Langlois.

72 Androuet du Cerceau 1988, p. 55 ; Chatenet 2001, fig. 48.

73 Chatenet 2001, fig. 108 et 152.

74 Leur emplacement est visible sur un plan de Michel Ranjard reproduit dans Martin-Demézil, 1986, fig. 15.

75 Merle et Périé 1821, p. 31 ; Merle 1832, p. 70 ; La Saussaye 1875, p. 37, Dreux 1904, p. 60.

76 La Saussaye 1875, p. 3 et 77 ; Chatenet 2001, p. 264-265.

77 AD 41, liasse 37Q6.

78 AD 41, liasse 37Q7.

79 Devis des ouvrages de massoneries qu’il convient faire au Château de Chambord, pour la construction de l’Avant-Court que le Roy a ordonné d’y faire, AN, O1 1325, pièce 49. Devis imprimé en 1684 comme celui concernant l’achèvement de la chapelle. Cf. M. Chatenet, 2001, p. 176 et 252. Je remercie D. Grandemenge de m’avoir signalé ce passage.

80 AD 41, liasse 2A7.

81 Les premières analyses de mortiers confirmaient parfaitement l’hypothèse que nous voulions vérifier et que nous avions exposée au préalable à S. Buttner. À l’occasion d’une étude complémentaire incluant les nouvelles fosses découvertes, nous avons décidé de faire les prélèvements nous-même, dont certains dans les fosses déjà étudiées, et de les envoyer sans localisation géographique pour nous assurer que S. Buttner ne serait pas influencé par ce que nous cherchions à établir.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Plan du donjon et des fosses d’aisances.
Crédits © Jean-Sylvain Caillou et Dominic Hofbauer, Programme archéologique de Chambord
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14386/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 2 : Disposition schématique des systèmes de latrines du donjon.
Crédits © Jean-Sylvain Caillou et Dominic Hofbauer, Programme archéologique de Chambord
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14386/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Fig. 3 : Plan du donjon par Jacques Androuet Du Cerceau dans Le Premier volume des plus excellents bastiments de France, 1576. Paris, Bibliothèque nationale de France, département Arsenal, FOL-S-1623 (1).
Légende http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​bpt6k10411354/​f63.item
Crédits Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14386/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 664k
Titre Fig. 4 : Coupe d’une tour du donjon avant exploration scientifique des fosses d’aisances par Jean-Louis Delagarde (1984), reproduite dans Martin-Demézil 1986, p. 17.
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14386/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Fig. 5 : Vestiges des toilettes situées au galetas de la tour ouest.
Légende Il ne reste que la porte d’entrée. Le conduit a été partiellement détruit lors de l’électrification du château.
Crédits © Jean-Sylvain Caillou
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14386/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 6 : Portes d’accès aux latrines des tours ouest et nord à la fin du xixe siècle. Cartes postales L.K.F., éditeurs d’Arts, collection privée.
Crédits Domaine public
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14386/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 568k
Titre Fig. 7 : Coquemars et jatte du xvie siècle trouvés dans la grande fosse de la tour sud.
Crédits © Jean-Sylvain Caillou
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14386/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Titre Fig. 8 : Dés retrouvés dans la grande fosse de la tour sud.
Crédits © Jean-Sylvain Caillou
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14386/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Fig. 9 : Cendres sur le sol de la grande fosse de la tour sud et sous la couche de sédiments.
Crédits © Jean-Sylvain Caillou
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14386/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Fig. 10 : Fils à plomb (?) provenant de la grande fosse sud.
Crédits © Jean-Sylvain Caillou
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14386/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Fig. 11 : Tuile plate et tuile à rebords vernissée provenant de la grande fosse de la tour sud.
Crédits © Jean-Sylvain Caillou
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14386/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Fig. 12 : Plans des 1er et 2e étages du donjon avec le conduit complémentaire, 1682. Paris, Bibliothèque nationale de France, Est., Va 41, t. 6 (Robert de Cotte 2731). Reproduits d'après Chatenet 2001, p. 180, fig. 168 et 169.
Légende Voir les plans sur les vues 9 et 14 : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b55005435d
Crédits © Bibliothèque nationale de France
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14386/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 640k
Titre Fig. 13 : Schéma des trois états successifs du deuxième entresol.
Crédits © Jean-Sylvain Caillou et Dominic Hofbauer, Programme archéologique de Chambord
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14386/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Fig. 14 : Schéma des trois états successifs du 1er étage.
Crédits © Jean-Sylvain Caillou et Dominic Hofbauer, Programme archéologique de Chambord
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14386/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Fig. 15 : Graffiti de clystère dans les latrines de la tour sud.
Crédits © Jean-Sylvain Caillou
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14386/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Fig. 16 : Gabarit ( ?) de la moulure des balustrades provenant de la grande fosse sud.
Crédits © Jean-Sylvain Caillou
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14386/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Fig. 17 : Blocs en remploi dans le bouchage du tunnel reliant les fosses de la tour sud.
Crédits © Jean-Sylvain Caillou
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14386/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 18 : Porte des toilettes des galetas de la tour est.
Crédits © Jean-Sylvain Caillou
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14386/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 19 : Médaillon aux armes de Saxe trouvé dans la petite fosse de la tour ouest.
Crédits © Jean-Sylvain Caillou
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14386/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 544k
Titre Fig. 20 : Bouteille au chiffre de Napoléon Ier trouvée dans la petite fosse de la tour ouest.
Crédits © Jean-Sylvain Caillou
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14386/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 6,2M
Titre Fig. 21 : Vitrail au chiffre d’Henri IV issu de la petite fosse de la tour nord.
Crédits © Jean-Sylvain Caillou
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14386/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 744k
Titre Fig. 22 : Ensemble de pots remployés pour contenir de la peinture trouvé lors de la fouille de la petite fosse de la tour nord.
Crédits © Jean-Sylvain Caillou
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14386/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Fig. 23 : Ensemble de pots remployés pour contenir de la peinture après nettoyage.
Crédits © Jean-Sylvain Caillou
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14386/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Titre Fig. 24 : Tour sur le plan du donjon d’Androuet Du Cerceau dans Le Premier volume des plus excellents bastiments de France, 1576, Paris, Bibliothèque nationale de France, département Arsenal, FOL-S-1623 (1) ; et anomalie microgravimétrique.
Crédits Plan : © BNF – Schéma : Jean-Sylvain Caillou
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14386/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Crédits © Jean-Sylvain Caillou
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14386/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Fig. 26 : Intérieur de la fosse de l’enceinte.
Crédits © Jean-Sylvain Caillou
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14386/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 504k
Crédits © Jean-Sylvain Caillou
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14386/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
Titre Fig. 28 : Latrines de la tour de la Chapelle (tour ouest de l’enceinte).
Crédits © Jean-Sylvain Caillou
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14386/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig 29 : Latrines de la tour de la Chapelle (tour ouest de l’enceinte).
Crédits © Jean-Sylvain Caillou
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14386/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Sylvain Caillou et Dominic Hofbauer, « Chambord d’après ses latrines », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2017, mis en ligne le 23 décembre 2017, consulté le 21 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/crcv/14386 ; DOI : 10.4000/crcv.14386

Haut de page

Auteurs

Jean-Sylvain Caillou

Jean-Sylvain Caillou est archéologue. Il dirige avec Dominic Hofbauer un programme de recherches archéologiques sur Chambord depuis 1997 (www.chambord-archeo.com). Il a publié : Chambord, l'œuvre ultime de Léonard de Vinci ? (Faton, 2016) ; Chambord, le projet perdu de 1519 (Archéa, 2007) ; Les Tombeaux royaux de Judée dans l'Antiquité, essai d'archéologie funéraire (Geuthner, 2008).

Dominic Hofbauer

Dominic Hofbauer est guide-conférencier et animateur du Patrimoine. Il dirige avec Jean-Sylvain Caillou un programme de recherches archéologiques sur Chambord depuis 1997 (www.chambord-archeo.com). Il a publié : Chambord, l'œuvre ultime de Léonard de Vinci ? (Faton, 2016) ; Chambord, le projet perdu de 1519 (Archéa, 2007) ; Chambord, forêt de pierres (Éditions du Patrimoine, 2006).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals