Navigation – Plan du site

25 années d’archéologie royale, 1990-2015 : Introduction

Annick Heitzmann

Texte intégral

Je tiens à remercier les « personnes de l’ombre » qui m’ont aidée à organiser ce colloque :

– Mes collègues du Centre de recherche du château de Versailles qui m’ont assistée dans ce projet : Alexandre Maral, Matilde Cassandro-Malphettes, Olivia Lombardi, Bernard Ancer et Benjamin Ringot.

– Béatrix Saule, alors directrice de l’Établissement public du musée, du château et du domaine de Versailles (EPV), et Christian Milet, chef du service audiovisuel de l’EPV, pour la mise à disposition et la gestion du nouvel auditorium du château de Versailles, dans lequel ce colloque fut la première manifestation publique.

– Bertrand Triboulot, du Service régional d’archéologie, par l’intermédiaire duquel j’ai pu bénéficier du mécénat de Kaufman et Broad pour offrir des « mallettes » aux participants.

– Géraldine Chopin, du Musée-promenade de Marly-le-Roi/Louveciennes qui, en me proposant d’accueillir dans son musée une exposition-rétrospective sur les chantiers archéologiques versaillais et marlychois, m’a ouvert l’opportunité d’organiser un colloque sur le même sujet.

Pour les actes :

– Bruno Bentz et Dominique Maisonneuve pour leur aide bénévole à la relecture des textes.

– Gregor Jagerschmidt, bénévole de l’association Volutes, pour la transcription de certains documents audio.

– Alexandra Pioch, du Centre de recherche du château de Versailles, pour tout son travail d’édition.

Pour leur soutien à ma carrière archéologique :

– Bruno Bentz, qui m’a « mis le pied à l’étrier »

– Daniel Sancho, ancien directeur du patrimoine et des jardins de l’EPV, et Bertrand Triboulot, qui m’ont soutenue et encouragée pendant une bonne partie de ces « 25 années ».

1« Archéologie » dans son étymologie grecque signifie « science de l’ancien ». Mais où s’arrête cet ancien ? Il a tendance, au fil du temps, à se rapprocher de nous, selon l’axiome que « le passé commence à hier », de sorte que l’on en arrive à parler, de manière antagoniste, d’« archéologie du récent ».

  • 1 Bentz 1990.

2L’année 1990 est une année importante dans l’histoire de cette archéologie du récent : après une lente émergence au fil des années 1970-1980, tirée par les pays anglo-saxons, cette science éclôt et foisonne à partir de cette année charnière, qu’avait déjà remarquée Bruno Bentz1. Auparavant, comme les historiens considéraient que l’Époque moderne pouvait être connue par les archives, ils peinaient à la juger digne d’investigation par la fouille. De même que les archéologies préhistorique et antique avaient été difficilement prolongées par l’archéologie médiévale, l’archéologie de la période moderne, bien que poussée par la nécessaire continuité avec la période précédente, ne fut que progressivement reconnue. Aussi fut-elle longtemps qualifiée, dans les formulaires officiels, de « post-médiévale ». La prochaine étape vers notre époque fut moins longue à atteindre et la période contemporaine fut abordée par le biais des deux guerres mondiales, suite à la découverte, en 1991, de la fosse commune dans laquelle gisait l’écrivain Alain-Fournier.

  • 2 Journot et Bellan 2011.
  • 3 Hurard, Roumégoux et Chaoui-Derieux 2014.

3Alors qu’il était encore à peine toléré, en 1990, que la connaissance apportée par les archives soit concurrencée par la fouille, ce que celle-ci dévoile tend aujourd’hui à devenir prépondérant par rapport à ce que celles-là révèlent, comme le disent si bien Florence Journot et Gilles Bellan : « les archéologues des Temps modernes et contemporains […] montrent ce qui se fit, en relativisant ce qui se disait2 ». Les sources archivistiques de l’histoire et les sources « sédimentaires » de l’archéologie sont, selon Séverine Hurard, comme une émulsion ou « comme les fils d’une même trame qui, tout en se tissant l’un avec l’autre, ne se mélangent pas3 ».

4L’archéologie de ces périodes est caractérisée par l’existence d’une documentation écrite et figurée, ce qui rend ses méthodes fondamentalement différentes de celles des archéologies plus anciennes : les ouvrages sont souvent connus avant leur exhumation. Cette documentation est particulièrement abondante pour les anciens domaines royaux, ce qui fonde la spécificité de l’archéologie royale d’Époque moderne.

  • 4 Kisch et Trombetta 1986, Trombetta 2004.

5L’année 1990 est aussi une date importante pour l’ouverture à l’archéologie des anciennes résidences royales françaises, devenues domaines nationaux. Bien sûr, la voie avait été frayée dans les années 1980 par les grands chantiers « trans-chronologiques » du Louvre4, mais ces fouilles, importantes par les surfaces explorées et les moyens déployés, n’ont pas donné lieu à un processus s’inscrivant dans la durée.

61990 est l’année où l’archéologue médiéviste Jean Chapelot s’attacha à la destinée du château de Vincennes et prit la direction d’un important programme de recherches interdisciplinaires historiques, architecturales et archéologiques s’intéressant à toutes les époques traversées par cet édifice.

7En 1990 encore, le 3 février, une tempête révéla la précarité de la couverture forestière des parcs nationaux de la région parisienne, et la nécessité d’une vaste opération de replantation s’imposa. Quand Jack Lang, alors ministre de la Culture, se rendit dans le parc de Versailles le 6 mai 1990 pour lancer cette opération, il put visiter les sondages qui venaient d’être réalisés dans le bosquet de l’Encelade, en prévision de la première campagne de cette opération. Ces sondages marquent l’introduction de l’archéologie à Versailles. Une deuxième tempête, le 26 décembre 1999, relança la replantation du parc de Versailles et déclencha celle du parc de Saint-Germain-en-Laye, qui fut, elle aussi, accompagnée d’interventions archéologiques.

8Depuis cette date, les opérations archéologiques se sont multipliées dans les anciennes résidences royales, dans leurs parcs le plus souvent, accompagnant l’essor de l’« archéologie des jardins », corollaire de l’archéologie moderne, puisque c’est de cette époque que relèvent la plupart des jardins historiques. L'intérêt pour ces jardins se développait en effet dans les pays européens, notamment en Grande-Bretagne où fut réalisée la belle fouille du Privy Garden de Hampton Court en 1992. En France, cette science a été initiée par les travaux d’Anne Allimant dans les années 1990.

9Ainsi, les interventions archéologiques réalisées à Versailles depuis 1990 sont presque exclusivement des fouilles de cette époque : elles concernent d’anciens aménagements de Louis XIV, détruits ou abandonnés par la suite. Plus rares sont les vestiges datant du règne de son père, Louis XIII, premier roi à s’installer sur le site, ou de ses descendants, Louis XV et Louis XVI. Exceptionnelles sont les structures de l’époque contemporaine trouvées au cours de ces chantiers. Une seule opération concerne une époque antérieure : une prospection pédestre réalisée en 2012 à la recherche d’un site gallo-romain soupçonné dans les fins fonds du Grand Parc, près de la ferme de Gally. Mais cette prospection n’a pas été concluante.

10Le rattachement, en 2009, du domaine de Marly à celui de Versailles a réuni sous une même administration les trois châteaux fondés par Louis XIV. Rasé peu de temps après la Révolution, il ne reste de Marly qu’un écrin vide, mais ce site magnifique, modelé par les terrassiers de Louis XIV sous la direction d’un maître d’œuvre génial, Jules Hardouin-Mansart – inspiré sans doute par les idées d’André Le Nôtre en matière de perspective – renferme des richesses en sous-sol. Le colloque organisé en 2012 par le Centre de recherche du château de Versailles, en montrant l’intérêt que suscitait ce château disparu, a servi de déclencheur à la reprise des opérations archéologiques, que des archéologues pionniers avaient engagées dès le xixe siècle.

11Le jardin des Tuileries, le parc et le château de Fontainebleau ont aussi bénéficié de l’élan du début du xxie siècle en matière d’archéologie moderne, mais si le château de Chambord fit lui aussi l’objet d’une opération récente d’archéologie des jardins, il faut mentionner l’exploration de ses latrines, commencée en 1994. Le chantier du fort Saint-Sébastien, près de Saint-Germain-en-Laye, est un cas à part, puisque ce site n’est pas une résidence. Il n’en concerne pas moins une fondation royale, ce fort étant un champ d’entraînement pour les troupes de Louis XIV. Cette opération ne relève pas de l’archéologie des jardins, mais de l’archéologie militaire, discipline qui s’est, comme on l’a vu, particulièrement développée pour la période contemporaine.

12Le colloque « 25 années d’archéologie royale, 1990-2015 » a été organisé pour faire le bilan de ces recherches. Il a été, une fois de plus, l’occasion de mesurer l’extension chronologique de l’archéologie : la période moderne fait résolument partie de son champ de compétence et est désormais solidement implantée dans le paysage scientifique français. L’archéologie des jardins, devenue discipline scientifique à part entière, a été amplement évoquée.

13Une autre évolution récente a été mise en lumière au cours de ce colloque : l’apport des sciences dites « dures » à l’archéologie. Géologie, carpologie, malacologie, parasitologie, palynologie, dendrochronologie et xylologie… toutes ces sciences sont devenues indispensables pour l’interprétation de ses données.

Haut de page

Bibliographie

Actes du colloque « Marly : architecture, usages et diffusion d'un modèle français » (château de Versailles, 31 mai, 1er et 2 juin 2012), Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne], | 2012, mis en ligne le 24 septembre 2012, URL : http://crcv.revues.org/12004; DOI : 10.4000/crcv.12004.

Bentz Bruno, 1990, « Les fouilles modernes et contemporaines », Ramage, no 8, p. 17-39.

Bruneau Philippe et Balut Pierre-Yves, 1982, « Positions », Ramage, no 1, p. 3-33.

Burnouf Joëlle et Journot Florence, 2004, « L’archéologie moderne : une archéologie opportuniste et dérobée ?  », Les nouvelles de l’archéologie, no 96, p. 5-6.

Burnouf Joëlle, Arribet-Deroin Danielle, Desachy Bruno, Journot Florence et Nissen-Jaubert Anne, 2009, Manuel d’archéologie médiévale et moderne, Paris, Armand Colin.

Chopin Géraldine et Heitzmann Annick (dir.), 2016, La vie retrouvée à Marly et à Versailles, 25 années d’archéologie royale, cat. exp. (Musée-promenade de Marly-le-Roi Louveciennes, 1er oct. 2016-5 févr. 2017), Louveciennes, Musée-promenade de Marly-le-Roi Louveciennes.

Demoule Jean-Paul (dir.), 2009, L’Europe, un continent redécouvert par l’archéologie, Paris, Gallimard.

Journot Florence et Bellan Gilles (dir.), 2011, Archéologie de la France moderne et contemporaine, Paris, La Découverte.

Kisch Yves de et Trombetta Pierre-Jean (dir.), 1986, Une approche de l’homme dans son environnement viie-xviie siècle. Grand Louvre – Fouilles archéologiques de la Cour Napoléon. Paléoenvironnement et fouilles urbaines, rapport de fouilles reprographié, Paris, Direction régionale des antiquités historiques de l’Île-de-France.

Le Goff Jacques, 2014, Faut-il vraiment découper l’histoire en tranches ?, Paris, Le Seuil.

Trombetta Pierre-Jean, 2004, « Archéologie du plus récent que l’ancien (xvie-xxie siècles) », Les nouvelles de l’archéologie, no 96, p. 7-13.

Pour les conférences ne figurant pas dans ces actes :

Jean-Yves Dufour : le Grand Commun de Versailles

Dufour Jean-Yves et Le Guillou Jean-Claude, 2008a, « L’enceinte du château de Louis XIII à Versailles », Bulletin monumental, no 166-4, p. 305-313.

Dufour Jean-Yves et Le Guillou Jean-Claude, 2008b, « The enclosure wall of Louis XIII’s Versailles residence », Antiquity, vol. 82, issue 315, mars [En ligne]. URL : http://www.antiquity.ac.uk/projgall/dufour315/.

Dufour Jean-Yves, 2009, « La cour du château de Versailles livre le jeu de Paume de Louis XIII (Yvelines) », chronique de la fouille [En ligne], mis en ligne le 9 juin 2009. URL : http://www.inrap.fr/la-cour-du-chateau-de-versailles-livre-le-jeu-de-paume-de-louis-xiii-yvelines-992.

Dufour Jean-Yves, 2013, Nécropole mérovingienne et jeu de paume du roi Louis XIII, rapport de fouille, Versailles, château royal, cour du Grand Commun, vol. 1 (Étude générale), vol. 2 (Études spécialisées), Pantin, Inrap Centre Île-de-France.

Du Bouëtiez Emmanuelle et Dufour Jean-Yves, 2015, « Les carreaux de pavement en terre cuite du XVIIe siècle du jeu de paume du roi à Versailles (Yvelines) », Archéologie médiévale, t. 45, p. 131-152.

Séverine Hurard : archéologie de la période moderne

Hurard Séverine, Tixador Arnaud et Lorin Yann, 2014a, « Une archéologie de la guerre de siège moderne (xviie-xviiie siècles) à l’échelle européenne », Les nouvelles de l’archéologie, n° 137, nov.-déc., p. 19-24.

Hurard Séverine, Roumégoux Yves et Chaoui-Derieux Dorothée, 2014b, « L’archéologie à l’épreuve de la modernité », Les nouvelles de l’archéologie, n° 137, p. 3-9.

Hurard Séverine, à paraître, « L’archéologie des mondes moderne et contemporain en Europe », dans Demoule J.-P., Garcia D., Schnapp A. Histoire universelle des civilisations, Paris, La Découverte.

Séverine Hurard : le fort Saint-Sébastien

Hurard Séverine, 2012, « Le fort Saint-Sébastien de Saint-Germain-en-Laye, camp d’entraînement du xviie siècle », dans Burnouf J., Arribet-Deroin D., Desachy B., Journot F., Nissen-Jaubert A. (dir.), Manuel d’archéologie médiévale et moderne, Paris, Armand Colin, p. 45-46.

Hurard Séverine et Mercé Gwenaël, 2015, « Fortifier en terre au xviie siècle : l’escarpe maçonnée en terre crue du Fort Saint-Sébastien de Saint-Germain-en-Laye », Archéopages, n° 42, p. 106-115. En ligne, URL : http://dolia.inrap.fr/flora/ark:/12345/0143820.

Hurard Séverine et Rochart Xavier, 2013, « Le Fort Saint-Sébastien de Saint-Germain-en-Laye. Camp d’entraînement des troupes de Louis XIV », Actes des journées archéologiques d’Île-de-France, p. 65-78.

Hurard Séverine et Rochart Xavier, 2015, « Régiments de cavalerie des troupes de Louis XIV. Les écuries du fort Saint-Sébastien de Saint-Germain-en-Laye », Archéopages, n° 41, p. 66-77. En ligne, URL : http://dolia.inrap.fr/flora/ark:/12345/0143693.

Marmol Laurent et Lossignol Frédéric, 2014, Louis XIV, l’énigme du fort Saint-Sébastien, documentaire audiovisuel, Gédéon programme, 52 min.

Fabienne Ravoire : la céramique du Grand Commun

Ravoire Fabienne, 2013a, « Le mobilier céramique », « Les pipes en terre cuite », « Synthèse des études de mobilier sur le niveau de vie des occupants du site au xviies. » et « Le mobilier céramique du Grand Commun (xviiis.) », dans Dufour 2013, vol. 1, p. 205-233.

Ravoire Fabienne, 2013b, « Inventaire du mobilier céramique de l’époque moderne », dans Dufour 2013, vol. 2, p. 321-361.

Marc Viré : Saint-Germain-en-Laye

Viré Marc, 2007, « Parc de Saint-Germain-en-Laye, recherches sur la terrasse haute et le boulingrin », chronique de fouille [En ligne], mis en ligne le 6 juin 2007. URL : http://www.inrap.fr/parc-de-saint-germain-en-laye-recherches-sur-la-terrasse-haute-et-le-boulingrin-4906.

Viré Marc, 2011, « À Saint-Germain-en-Laye (Yvelines), la terrasse haute du château révèle l’ancien boulingrin », chronique de fouille [En ligne], mis en ligne le 25 mars 2011 : URL : http://www.inrap.fr/saint-germain-en-laye-yvelines-la-terrasse-haute-du-chateau-revele-l-ancien-1133.

Haut de page

Notes

1 Bentz 1990.

2 Journot et Bellan 2011.

3 Hurard, Roumégoux et Chaoui-Derieux 2014.

4 Kisch et Trombetta 1986, Trombetta 2004.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Annick Heitzmann, « 25 années d’archéologie royale, 1990-2015 : Introduction », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2017, mis en ligne le 23 décembre 2017, consulté le 16 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/crcv/14406 ; DOI : 10.4000/crcv.14406

Haut de page

Auteur

Annick Heitzmann

Chargée de recherche en archéologie, Centre de recherche du château de Versailles

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals