Navigation – Plan du site
Versailles et Trianon

Coquillages et coquilles au château de Versailles aux xviie et xviiie siècles : entre repas et rocailles de fontaines

Shells and Shellfish in the Château de Versailles: From the Meal to Fountain Decorations
Catherine Dupont

Résumés

L’étude des coquilles découvertes lors des fouilles archéologiques de Versailles a permis de mettre en évidence l’arrivée de ces mollusques marins sous deux formes aux XVIIe et XVIIIe siècles : celle de l’animal vivant et celle de la coquille dépourvue de la chair de l’animal. L’analyse des huîtres plates de la Grille royale témoigne de leur acheminement à Versailles vivantes, dans le but d’être consommées. L’observation de leur surface montre que ces coquilles ont sans doute été nettoyées avant d’être transportées. Les faunes incrustées permettent aussi de décrire les caractéristiques des environnements d’où elles proviennent. D’autres coquilles ont, quant à elles, été recherchées pour leur esthétique et non pour leur vertu alimentaire. Elles ont été découvertes au sein des bosquets de la Reine, ancien Labyrinthe, et du Rond vert, redevenu récemment Théâtre d’eau. Leur analyse montre que la nacre était une matière recherchée. Ces coquilles reflètent, de par leur aspect et leurs origines multiples, le prestige des lieux. Elles participent à la mode du rocaillage, une pratique architecturale qui consistait à mélanger des matériaux naturels (pierre, galets, coquilles…).

Haut de page

Texte intégral

Ceux-ci s’adressent à Annick Heitzmann qui, tout au long des chantiers de fouilles, s’est employée à conserver les coquilles et sans qui cette étude n’aurait jamais vu le jour. Nous tenons également à la remercier pour son aide précieuse dans la recherche bibliographique.

Introduction

  • 1 La coquille est vide tandis que dans le coquillage l’animal est à l’intérieur.
  • 2 Kisch et Trombetta 1986, Champagne, Aoustin et Dupont 2012.
  • 3 Dupont 2012a.

1Si l’étude des coquilles1 découvertes en contexte archéologique est loin d’être systématique, elle reste anecdotique pour les niveaux récents de l’archéologie, comme ceux datés des xviie et xviiie siècles2. Ces vestiges fauniques nous permettent pourtant de redécouvrir des utilisations qui ont évolué au fil de la chronologie et des modes3. À cette redécouverte s’ajoute la complémentarité avec les sources écrites qui se révèlent bien souvent peu loquaces pour les invertébrés marins. Les fouilles engagées depuis plusieurs années au château de Versailles sous la direction d’Annick Heitzmann permettent ainsi de redécouvrir la place qu’avaient ces ressources marines dans le quotidien de la vie à Versailles aux xviie et xviiie siècles.

2Depuis les fouilles de 2002, ce sont plus de 24 kilogrammes de coquilles qui ont été ramassés et analysés. Ces coquilles ont été découvertes près de la Grille royale, dans les bosquets de la Reine (ancien Labyrinthe), du Rond vert (redevenu Théâtre d’eau), des Trois-Fontaines et de l’Étoile. Ce sont celles de la Grille royale, du Labyrinthe et du Théâtre d’eau, qui font l’objet de cette publication. Le but est de décrire la coquille archéologique pour définir ses différentes étapes d’exploitation par l’Homme, de sa collecte sur le littoral à son utilisation, puis son abandon dans l’enceinte du château de Versailles.

Préambule méthodologique

  • 4 Le terme test est synonyme de coquille.
  • 5 Germain 1930-1931, Lindner 1976, Abbott Standström et Zim 1982, Pfleger 1989, Poppe et Goto 1991 et (...)
  • 6 World Register of Marine Species : http://www.marinespecies.org.

3Les coquilles de mollusques prélevées lors de la fouille ont été séparées et quantifiées par espèce en laboratoire. Le nombre de restes (NR) correspond au décompte de tous les restes coquilliers supérieurs à 5 millimètres. Pour les gastéropodes turbinés, comme le buccin, le décompte du nombre minimum d’individus (NMI) est associé à la présence de différentes parties du test4 selon sa morphologie : soit la pointe de la coquille ou apex, soit son ouverture ou péristome. Pour les bivalves, comme l’huître ou la moule, le NMI est obtenu par combinaison, après latéralisation des valves. Celle-ci tient compte, entre autres, de la localisation des dents de la charnière, du ligament, du sinus palléal (lorsqu’il est présent) et de celle des empreintes musculaires. Une des grandes difficultés de cette étude est liée à la présence de coquilles marines aux origines géographiques variées. Le mauvais état de conservation de certains exemplaires ajoute un obstacle supplémentaire. Pour ces raisons, certaines déterminations n’ont pas pu être réalisées au rang de l’espèce. L’identification des coquilles archéologiques nécessite, en plus de la consultation d’ouvrages5, la comparaison avec des coquilles modernes. Cette dernière n’a été possible que pour une partie seulement des espèces, la collection de comparaison du Centre de recherche en archéologie, archéosciences et histoire (CReAAH) Gruet & Dupont (université de Rennes 1) étant principalement composée d’échantillons de la façade atlantique de la France. Les noms latins d’espèces utilisés sont ceux de la base de la WoRMS6.

4Une fois les coquilles identifiées et quantifiées, l’« enquête archéologique » peut débuter. L’identification permet d’obtenir une première information : ces mollusques ont-ils été transportés vivants à Versailles depuis leurs aires géographiques de distribution ? Chaque coquille est observée minutieusement à la recherche de faune incrustée à l’intérieur ou d’indices d’érosion marine. De telles observations permettent de déceler le ramassage de coquilles à l’état d’épaves déjà dépourvues de chair. Si elles ont pu être transportées vivantes, leurs nombre et dimensions permettent d’émettre des hypothèses quant à leur possible consommation. Mais leur utilisation peut toucher d’autres domaines. Tout autre indice est alors recherché sur le test coquillier : modification de la surface, concrétion, coloration…

5Différentes formes de collecte des mollusques marins ont ainsi pu être mises en évidence à Versailles. Pour certains lots, la chair de l’animal a été recherchée, tandis que pour d’autres seule la coquille l’a été.

À la recherche du coquillage, animal vivant

Contexte archéologique

  • 7 Heitzmann et al. 2006.

6Le premier lot de coquillages décrit provient des fouilles de 2006, qui correspondent à la restitution de la Grille royale du château de Versailles. Elles ont permis de mettre au jour de nombreux restes fauniques, et notamment coquilliers. Ces derniers étaient présents au niveau des arcs de la grille, mais aussi dans les fossés nord et sud et les guérites, toutes structures encadrant la Grille royale. Les coquilles archéologiques analysées sont datées du xviie siècle. Un lot a été particulièrement bien calé chronologiquement, puisqu’il correspond à l’ouverture des fossés sur quinze ans, entre 1664 et 1679. Les autres restes fauniques, ceux des vertébrés (mammifères, oiseaux et de poissons), ont fait l’objet d’une publication et ont été attribués à des déchets alimentaires7.

Mollusques identifiés

7Les 14 kilogrammes de coquilles étudiées, provenant de l’un des fossés de la Grille royale, représentent au moins douze espèces (fig. 1). Parmi celles-ci sont présents : un fossile, cinq gastéropodes (la littorine obtuse Littorina obtusata, l’ormeau Haliotis tuberculata, la nasse réticulée Tritia reticulata, Thais sp. et le buccin Buccinum undatum) et six bivalves (la moule Mytilus edulis, l’huître plate Ostrea edulis, la bucarde Acanthocardia sp., la coquille Saint-Jacques Pecten maximus, la coque commune Cerastoderma edule et la moule d’eau douce Unio tumidus).

Fig. 1 : Les mollusques de la Grille royale.

Fig. 1 : Les mollusques de la Grille royale.

1. Ostrea edulis (L = 88 mm). 2. Pecten maximus (L = 53 mm). 3. Acanthocardia sp. (L = 20 mm). 4. Mytilus edulis (L = 39 mm). 5. Cerastoderma edule (L = 17 mm). 6. Unio tumidus (L = 33 mm). 7. Buccinum undatum (L = 65 mm). 8. Tritia reticulata (L = 24 mm). 9. Haliotis tuberculata (L = 20 mm). 10. Littorina obtusata (L = 10 mm).11. Fossile indéterminé (L = 22 mm). 12. Thais sp. (L = 57 mm).

© Catherine Dupont, CNRS

  • 8 Germain 1930-1931, Pfleger 1989.
  • 9 Tebble 1976.
  • 10 Abbott et al. 1982.

8Toutes ces coquilles sont d’origine marine à l’exception de la moule d’eau douce qui vit dans les eaux calmes des rivières, des ruisseaux ou des canaux. Elle est particulièrement abondante dans l’ouest de la France même si sa distribution géographique couvre presque toute la France8. Parmi les espèces marines, la plupart ont pu être pêchées dans la Manche ou sur les côtes françaises atlantiques comme la littorine obtuse, l’ormeau, la nasse, le buccin, la moule, l’huître plate, la bucarde, la coquille Saint-Jacques, et la coque. Ces distributions ne sont pas exclusives puisque certaines espèces (l’ormeau, la coque ou la bucarde par exemple) peuvent également être trouvées jusqu’aux côtes sénégalaises, en Méditerranée ou en mer Noire9. Un fragment de péristome de grand gastéropode de type Thais a également été trouvé (fig. 1, no 12). Sa détermination n’est pas possible et donc, celle de son origine non plus. Selon les espèces, les Thais peuvent vivre en Atlantique est et ouest, en Méditerranée et dans le Pacifique10.

Espèces à la présence anecdotique

9Parmi les coquillages trouvés dans le fossé de la Grille royale, malgré leur association avec des déchets de cuisine, tous n’ont sans doute pas été consommés. C’est le cas de la littorine obtuse et de la nasse réticulée qui sont de petite dimension (24 et 10 millimètres). Aucune preuve de la consommation de ces espèces n’a, à ce jour, été mise en évidence, ni par le biais de l’archéologie, ni par celui d’observations actuelles. La littorine obtuse a pu être amenée sur le site collée sur des algues – en effet, les algues peuvent être utilisées pour maintenir au frais des fruits de mer provenant de la côte –, voire sur une autre coquille. Ces petites coquilles ont aussi pu être transportées mortes dans du sable marin. Ces hypothèses restent difficiles à prouver en l’absence sur ces lots archéologiques d’un tamisage qui aurait permis de trouver d’autres taxons juvéniles qui auraient pu être mêlés à des algues ou du sable marin. Contrairement à la littorine obtuse qui vit avec les algues des zones rocheuses, la nasse est quant à elle inféodée à des environnements sableux. La forme de celle observée au château de Versailles indique qu’elle vivait sur une côte abritée. Elle peut malgré tout se trouver en zones rocheuses lorsqu’un bernard-l’hermite, ou pagure, s’est installé dans sa coquille. Quoi qu’il en soit, ce gastéropode ne correspond pas aux composants directs de repas.

10Parmi les autres espèces, une unique coquille de buccin a été identifiée. La présence de faunes marines, tels des spirorbes, des serpulidés et des bryozoaires, sur la face interne de son péristome permet de déterminer qu’elle était vide lors de son ramassage. De même, le Thais, en raison de sa provenance lointaine, et la coquille à l’état fossile peuvent être exclus des rejets de repas. Ajoutons-y la bucarde et la coquille Saint-Jacques, qui vivent sous le niveau de la mer et qui ne sont représentées que par un reste chacune, une présence anecdotique dans cet ensemble puisqu’elles concernent moins de dix individus sur plus de trois cents identifiés (tableau 1). Malgré des similitudes avec ce que nous décrirons plus bas (choix des espèces, collecte post mortem, caractéristiques esthétiques), aucun indice telles la présence de mortier à l’intérieur ou la modification anthropique des surfaces, ne permet cependant de les identifier avec certitude à des éléments de décor.

Tableau 1 : Bilan quantitatif des mollusques associés à la Grille royale du château de Versailles.

Coquilles rejetées entre 1664 et 1679

Coquilles rejetées vers 1680

Nom vernaculaire

Appellation scientifique

Masse (g)

NMI

NR

Masse (g)

NMI

NR

La littorine obtuse

Littorina obtusata

0,5

1

1

L’ormeau

Haliotis tuberculata

1,4

1

4

L’huître plate

Ostrea edulis

11 380,8

230

1 638

2 654,49

55

1 638

La moule

Mytilus edulis

10,04

5

37

15,22

4

147

La nasse réticulée

Tritia reticulata

1,3

1

1

La bucarde

Acanthocardia sp.

0,49

1

1

2,2

1

1

La coquille Saint-Jacques

Pecten maximus

5,3

1

1

La coque commune

Cerastoderma edule

1,5

1

3

Le buccin

Buccinum undatum

21,4

1

1

Thais sp.

21,24

1

1

La moule d’eau douce

Unio tumidus

1,6

1

1

0,72

1

2

Fossile indéterminé

2,46

2

3

Total

11 445,57

244

1 689

2 675,09

63

1 791

Espèces majoritaires

  • 11 Dupont 2006a.

11Parmi les autres espèces, la moule et surtout l’huître plate se démarquent (fig. 2, tableau 1). Elles représentent à elles seules entre 95 et 96 % des individus identifiés. La moule est sans doute sous-estimée du fait de la grande fragilité de sa coquille11. Seulement trois valves, de 36, 39 et 46 millimètres, ont pu être mesurées. Les quantités de valves d’huîtres mesurées permettent quant à elles une description plus précise de leur gabarit (fig. 3).

  • 12 Kisch et Trombetta 1986.
  • 13 Dupont 2006b, 2006c, Champagne et al. 2012.

12Elles témoignent d’un calibrage des huîtres consommées avec des valves gauches – ou creuses – comprises entre 65 et 100 millimètres pour une moyenne de 83 millimètres. Les études malacofauniques dédiées aux dépotoirs du xviie siècle qui permettraient une comparaison sont rares. Les huîtres exhumées lors des fouilles de la cour Napoléon du Louvre ont une taille moyenne de 100 millimètres12. Celles collectées sur les deux sites ont donc des dimensions largement supérieures, d’après les données dont nous disposons pour l’époque, à celles récoltées sur les sites localisés près de la côte atlantique13. Cette différence vient en partie du fait que, contrairement aux usages dans les habitats côtiers, les huîtres sont détroquées, c’est-à-dire séparées les unes des autres, et triées avant d’être expédiées sur les sites de Versailles et du Louvre. Un stigmate observé sur la face externe d’une des valves d’huître pourrait bien correspondre à ce détroquage (fig. 4, no 1). Il serait cependant intéressant de disposer de lots d’huîtres de la même époque pour des sites localisés près de la Manche pour voir si cette différence de calibre pourrait correspondre à son lieu d’origine. Par ailleurs, les données stratigraphiques précises des lots d’huîtres collectés lors de la fouille de la cour Napoléon manquent pour tenter d’expliquer qu’elles soient de plus grandes dimensions que celles de Versailles.

13Il nous paraissait également intéressant d’avoir des informations sur les modes de consommation de ce bivalve. Malgré le fort taux d’altération des coquilles (68 % d’entre elles étaient trop dégradées pour en observer le bord et la face interne), des stigmates semblent indiquer que les huîtres ont été ouvertes alors qu’elles étaient encore fraîches (fig. 4, no 2). Ils ont été observés sur 32 % des 90 valves plates et 79 % des 57 valves creuses en bon état. La majorité d’entre eux consistent en encoches localisées sur le bord opposé à la charnière. Malheureusement, les limites de l’archéologie ne nous permettent pas de savoir comment les huîtres ont été consommées une fois ouvertes. La présence de ligament au niveau de la charnière de certaines coquilles (14 % des valves droites et 4 % des valves gauches) montre qu’elles ont été rejetées juste après l’extraction de leur chair et que le dépotoir n’a pas subi par la suite de perturbation majeure.

Fig. 2 : Spectres malacofauniques de la Grille royale du château de Versailles.

Fig. 2 : Spectres malacofauniques de la Grille royale du château de Versailles.

DAO : Catherine Dupont, CNRS

Fig. 3 : Histogramme de distribution de la hauteur des valves droites et gauches d’Ostrea edulis trouvées lors des fouilles de la Grille royale du château de Versailles.

Fig. 3 : Histogramme de distribution de la hauteur des valves droites et gauches d’Ostrea edulis trouvées lors des fouilles de la Grille royale du château de Versailles.

Schéma : Catherine Dupont, CNRS

Fig. 4 : Indice d’utilisation d’outils dans la préparation des huîtres de la Grille royale.

Fig. 4 : Indice d’utilisation d’outils dans la préparation des huîtres de la Grille royale.

1. Détroquage des huîtres (L = 70 mm). 2. Ouverture des huîtres (L = 82 mm).

© Catherine Dupont, CNRS

Caractéristiques environnementales du lieu de provenance

14Les huîtres nous informent sur une autre partie de leur histoire : celle de leur lieu de collecte. En effet, plusieurs organismes ont laissé des traces lors de la vie de l’animal, selon qu’ils ont vécu dans l’épaisseur du test (endofaune) ou sur la coquille (épifaune) (fig. 5). Ce type d’analyse reste exploratoire, mais il nous paraissait important de souligner la présence de ces traces. 99 % des valves d’huîtres présentent au moins un stigmate de faune associée. Sur et dans les coquilles, des galeries typiques du ver Polydora indiquent sa présence sur plus de 92 % des valves plates et 87 % des valves creuses. Ce ver est inféodé aux environnements abrités et indique, quand il est présent en grande proportion, comme c’est le cas ici, que les huîtres ont été collectées sur une côte envasée. Les perforations circulaires des gastéropodes de type Ocenebra et les réseaux de perforations d’une éponge, la clione, indiquent qu’il n’y avait pas d’apports d’eau douce dans la proximité immédiate du lieu de collecte. Ces huîtres ne proviennent donc pas d’un estuaire. D’après le nombre de cliones, éponges subtidales, plus de 42 % des huîtres ont vécu dans la partie de l’estran qui se découvre uniquement quelques jours dans l’année ou sous le niveau des plus basses mers. Cette forte proportion est le signe d’une collecte lors de très grands coefficients de marée, dans les plus bas niveaux de l’estran. L’hypothèse d’une exploitation de ces huîtres par dragage ne peut pas non plus être exclue. Plusieurs indices montrent également qu’elles ont vécu dans une zone moyennement dense en huîtres : naissains, présence de fragments d’huîtres sur la face externe, montrant qu’une autre huître était anciennement collée sur la coquille, forme du talon. L’accumulation de ces indices prouve qu’au moins 19 % des huîtres étaient associées à un autre test d’huître. Ainsi, ce lot provient sans doute d’une huîtrière naturelle de très bas estran.

Fig. 5 : L’endofaune et l’épifaune des huîtres de la Grille royale.

Fig. 5 : L’endofaune et l’épifaune des huîtres de la Grille royale.

1. La forme du talon de l’huître correspond à l’empreinte d’une coquille (L = 98 mm). 2. Réseau de perforations lié à l’éponge clione (L = 85 mm). 3. Coquille d’huître et tube d’un ver serpulidé (L = 73 mm). 4. A. réseau de galeries lié aux Polydora ; B. balane (L = 83 mm). 5. Tube de sable d’hermelles (L = 86 mm). 6. Base d’un byssus calcaire d’une valve d’anomie (L = 84 mm). 7. A. réseau de bryozoaires ; B. perforation circulaire d’Ocenebra sp. (L = 78 mm). 8. A. tubes calcaires de serpulidés ; B. naissain d’huîtres (L = 84 mm). 9. Fragments d’huîtres ou ancienne fixation d’huîtres (L = 100 mm).

© Catherine Dupont, CNRS

  • 14 Heitzmann et al. 2006.
  • 15 Ibid.

15Quant aux destinataires de ces fruits de mer (gardes ou tables princières), il est difficile de les identifier. En effet, l’analyse archéozoologique des restes de vertébrés trouvés près de la Grille royale a montré « qu’une part importante du squelette de certains animaux […] retrouvée dans la fosse va aussi à l’encontre de l’hypothèse de restes redistribués » pour les gardes14. La gestion des déchets alimentaires reste une pratique difficile à saisir et la présence de poubelles dans les fossés de la Grille royale ne semble pas avoir dérangé l’accès au château15. Ces déchets peuvent aussi bien correspondre à une consommation dans un bâtiment voisin que sur place.

À la recherche de la coquille, objet de décor

Contexte archéologique

  • 16 Heitzmann 2016b et 2016c.
  • 17 Heitzmann 2016a.

16Des coquilles ont été mises au jour lors des fouilles du Labyrinthe et de celui du Théâtre d’eau dans les jardins de Versailles. Ces deux bosquets ont été aménagés sous Louis XVI, en remplacement des anciens Labyrinthe et Théâtre d’eau de Louis XIV16. Les coquilles découvertes lors des fouilles sont des éléments démantelés de ces anciens aménagements qui datent du xviie siècle. Ce sont des éléments de rocaillage qui décoraient les margelles des bassins et des fontaines ainsi que les supports des sculptures de plomb17.

Mollusques identifiés

  • 18 Dupont 2012b.
  • 19 Champagne et al. 2012.

17Bien que les coquilles aient été découvertes en quantité plus faible dans les bosquets du Labyrinthe (2,4 kg) et du Théâtre d’eau (3,1 kg) que près de la Grille royale, la diversité des espèces observées est bien plus importante (tableau 2, fig. 6 et 7). En effet, plus de 20 taxons ont été reconnues dans ces deux bosquets. Cette diversité est comparable à celle du lot de coquillages provenant du bosquet de l’Étoile, dans lequel 27 espèces avaient été identifiées18. Dix-neuf taxons sont communs entre le lot du Théâtre d’eau et celui du Labyrinthe (tableau 2). Cette diversité est importante pour un site aussi éloigné de la mer. Elle se rapproche de celle que l’on connaît pour les habitats littoraux de la Renaissance et de l’Époque moderne, où les coquillages et coquilles marins arrivaient naturellement sur les lieux d’occupation19. Alors que pour les déchets alimentaires de la Grille royale quelques espèces dominent le spectre malacofaunique, dans les bosquets, aucune espèce ne domine nettement les corpus et beaucoup ne sont représentées que par un unique exemplaire (fig. 8). Les espèces dominantes au Théâtre d’eau (Cerithium atratum, Haliotis tuberculata et Unio tumidus) ne le sont que par 13 individus pour un NMI total de 98. Au Labyrinthe, les espèces dominantes (Haliotis tuberculata, Unio tumidus, Cerithium sp.) sont représentées respectivement par 31, 21 et 19 individus. Dans les bosquets de Versailles, leur présence n’est pas due au hasard. Au contraire, ces coquilles semblent avoir été sélectionnées une à une pour leurs caractéristiques bien spécifiques.

Tableau 2 : Bilan quantitatif des mollusques associés aux bosquets du Théâtre d’eau et du Labyrinthe du château de Versailles, les espèces sur fond gris sont communes aux deux bosquets.

Bosquet de la Reine

Ancien Labyrinthe

Bosquet du Rond vert

Ancien Théâtre d’eau

Nom vernaculaire

Appellation scientifique

Masse (g)

NMI

NR

Masse (g)

NMI

NR

La bucarde à papilles

Acanthocardia echinata

88,85

4

8

26,97

1

3

La bucarde

Acanthocardia sp.

41,62

1

24

18,04

1

8

La bucarde tuberculée

Acanthocardia tuberculata

45,89

2

11

84,35

4

11

L’anomie

Anomia ephippium

21,78

7

31

4,26

2

6

La telline

Arcopagia crassa

16,02

2

11

Bivalve indéterminé

Bivalve indéterminé

1,83

1

1

6,64

1

7

Le buccin

Buccinum undatum

35,88

3

3

Le vernis

Callista chione

10,68

1

1

Cardiidae

6,02

1

1

La coque commune

Cerastoderma edule

11,91

2

7

1,1

1

1

Coque

Cerastoderma sp.

1,92

1

2

Le cérithe

Cerithium sp.

99,14

21

22

Le cérithe

Cerithium atratum

66,68

13

15

Le pétoncle noir

Mimachlamys varia

3,67

1

8

Le troque des Antilles

Cittarium pica

9,28

2

2

160,48

2

4

La cyprée

Cypraea sp.

8,5

1

1

3,67

0

1

La cyprée

Trona stercoraria

12,42

0

1

Gastéropode indéterminé

90,75

1

12

L’amande de mer

Glycymeris glycymeris

79,26

7

16

L’amande de mer

Glycymeris sp.

148,23

10

30

20,71

1

5

L’ormeau

Haliotis tuberculata

602,76

31

351

392

13

155

Indéterminable

Indéterminable

0,25

1

1

6,97

1

3

La bucarde de Norvège 

Laevicardium crassum

71,03

1

4

39

2

6

La mactre

Mactra sp.

10,11

1

7

La mactre fauve

Mactra glauca

5,63

1

4

La moule

Mytilus sp.

0,88

1

5

Le pourpre

Nucella lapillus

5,96

1

1

La monodonte

Phorcus lineatus

0,55

1

1

L’huître plate

Ostrea edulis

324,4

7

191

261,12

4

38

La patelle

Patella vulgata

8,81

1

1

La coquille Saint-Jacques

Pecten maximus

318,22

1

44

103,2

6

11

La coquille Saint-Jacques

Pecten sp.

1,76

1

2

L’huître perlière

Pinctada margaritifera

184,31

1

29

232,45

1

13

La moule d’eau douce

Potomida littoralis

81,72

4

12

La spisule

Spisula sp.

1,28

1

1

10,33

1

10

Le strombe

Lobatus gigas

138,49

7

10

1248,9

2

3

La turritelle

Turritella sp.

1,86

1

1

La turritelle tarière

Turritella terebra

3,41

1

1

Tympanotonos fuscatus

13,85

3

3

La moule d’eau douce

Unio sp.

24,32

3

33

La moule d’eau douce

Unio tumidus

225,79

19

123

95,49

13

33

Vénéridés

Veneridae

26,13

4

17

La praire

Venus verrucosa

1,39

1

1

4,32

1

1

Total

2 444,44

135

939

3 129,22

98

430

Fig. 6 : Les bivalves du Labyrinthe et du Théâtre d’eau.

Fig. 6 : Les bivalves du Labyrinthe et du Théâtre d’eau.

1. Acanthocardia tuberculata (L = 46 mm). 2. Acanthocardia echinata (L = 48 mm) . 3. Laevicardium crassum (L = 56 mm) . 4. Cerastoderma edule (L = 22 mm). 5. Glycymeris glycymeris (L = 44 mm). 6. Mimachlamys varia (L = 42 mm). 7. Pecten maximus (L = 84 mm). 8. Pinctada margaritifera (L = 111 mm). 9. Veneridae (L = 25 mm). 10. Anomia ephippium (L = 34 mm).11. Venus verrucosa (L = 24 mm). 12. Spisula sp. (L = 35 mm) . 13. Ostrea edulis (L = 59 mm). 14. Mytilus sp. (L = 12 mm) . 15. Mactra glauca (L = 47 mm).16. Potomida littoralis (L = 56 mm). 17. Callista chione (L = 61 mm). 18. Arcopagia crassa (L = 36 mm). 19. Unio tumidus (L = 42 mm).

© Catherine Dupont et Laurent Quesnel, CNRS

Fig. 7 : Les gastéropodes découverts lors des fouilles du Labyrinthe et du Théâtre d’eau.

Fig. 7 : Les gastéropodes découverts lors des fouilles du Labyrinthe et du Théâtre d’eau.

1. Lobatus gigas (L = 173 mm). 2. Phorcus lineatus (L = 16 mm). 3. Cittarium pica (L = 56 mm). 4. Buccinum undatum (L = 74 mm). 5. Turritella terebra (L = 44 mm). 6. Patella vulgata (L = 47 mm). 7. Tympanotonos fuscatus (L = 51 mm). 8. Cerithium atratum (L = 41 mm). 9. Trona stercoraria (L = 61 mm). 10. Nucella lapillus (L = 29 mm). 11. Haliotis tuberculata (L = 84 mm).

© Catherine Dupont & Laurent Quesnel, CNRS

Fig. 8 : Spectre malacofaunique du Labyrinthe et du Théâtre d’eau.

Fig. 8 : Spectre malacofaunique du Labyrinthe et du Théâtre d’eau.

DAO : Catherine Dupont et Laurent Quesnel, CNRS

Esthétique et paraître

  • 20 Dupont 2012b.

18Ces trois espèces majoritaires ont un point commun, qui n’est pas lié à leur lieu d’origine, ni à leur environnement mais plutôt à l’une de leurs caractéristiques physiques : la présence de la nacre. Cette caractéristique ne concerne d’ailleurs pas que les espèces dominantes (fig. 9) : elle se retrouve sur plusieurs espèces communes aux lots des anciens Labyrinthe et Théâtre d’eau : Cittarium pica, Haliotis tuberculata, Pecten maximus, Pinctada margatifera, Anomia ephippium, Lobatus gigas, Ostrea edulis et Unio tumidus. La recherche de cette propriété physique que l’on peut rapprocher d’une caractéristique esthétique semble avoir motivé en partie la sélection des espèces de ces lots. Elle a aussi prévalu pour la sélection des coquilles archéologiques précédemment étudiées des bosquets de l’Étoile et des Trois-Fontaines20.

Fig. 9 : Coquillages aux reflets nacrés sur les fouilles du Théâtre d’eau de Versailles.

1. Lobatus gigas (L = 173 mm). 2. Cittarium pica (L = 56 mm). 3. Haliotis tuberculata (L = 71 mm). 4. Potomida littoralis (L = 56 mm). 5. Gastéropode indéterminé (L = 68 mm). 6. Unio tumidus (L = 61 mm). 7. Pinctada margatifera (L = 103 mm). 8. Ostrea edulis (L = 59 mm). 9. Anomia ephippium (L = 42 mm). 10. Pecten maximus (L = 93 mm).

© Catherine Dupont et Laurent Quesnel, CNRS

  • 21 Dupont et Lierville 2012a.

19Le façonnage des coquilles associées aux bosquets a permis de confirmer la recherche des caractéristiques irisées des tests coquilliers. Ainsi, dans le lot issu des fouilles du bosquet du Théâtre d’eau, la surface externe d’une Cittarium pica et d’un gastéropode, que nous n’avons pas pu déterminer, semble avoir été travaillée par petites facettes d’abrasion (fig. 10). Cette action limite les aspérités naturelles du test, fait ressortir la nacre de Cittarium pica et crée des contrastes colorés marqués entre les facettes claires et la surface sombre d’origine de la coquille. Elle a aussi été observée sur un fragment coquillier du Labyrinthe21. Cette modification anthropique du test a été réalisée après la collecte du test et avant son inclusion dans le rocaillage.

Fig. 10 : Facettes d’abrasion pour mettre des zones claires ou la nacre à nu sur les coquilles des fouilles du Théâtre d’eau de Versailles.

1. Gastéropode indéterminé (L = 68 mm). 2. Cittarium pica (L = 56 mm). 3. Cittarium pica (L = 56 mm).

© Catherine Dupont & Laurent Quesnel, CNRS

20Les dimensions des coquilles, si elles sont grandes pour chaque espèce, ne correspondent pas à des modules très précis. Pour exemple, au Labyrinthe, les deux ormeaux intacts mesurent chacun 48 et 84 mm. Les Glycymeris sont compris entre 32 et 41 mm, les Acanthocardia entre 47 et 55 mm, les Cerithium entre 38 et 59 mm et les Unio entre 19 et 34 mm. À la diversité des espèces s’ajoutent celle des dimensions et celle des formes des coquilles utilisées. Les couleurs ont aussi pu jouer un rôle dans la composition de rocaillages complexes, voire figuratifs, mais cette information a, en partie, été effacée par le temps.

Mode de collecte

  • 22 Dupont 2012a.

21Tout au long de la chronologie, les coquilles archéologiques utilisées comme matière première pour la confection de décors ont un point commun : elles ne sont pas issues du recyclage des coquillages alimentaires22. Dans le cas des lots des bosquets du Théâtre d’eau et du Labyrinthe, beaucoup des espèces déterminées sont subtidales, c’est-à-dire qu’elles vivent sous le niveau des plus basses mers (Acanthocardia spp., Laevicardium crassum, Glycymeris glycymeris, Pecten maximus). Elles ne font pas partie des espèces connues pour être commercialisées pour leur valeur alimentaire, à l’exception de l’huître plate et de la coque. Ainsi, les coquilles composant le rocaillage de ces bosquets ont sans doute été ramassées sur la grève, déjà dépourvues de leur chair. Des perforations d’organismes marins ont modifié toute l’épaisseur du test, comme celles d’une éponge marine, la clione, sur une coquille Saint-Jacques. Des organismes marins ont été découverts sur la face interne de certains tests (fig. 11, n° 1). De même, des amandes de mer et des bucardes (fig. 11, n° 2 à 4) présentent des stigmates attribuables à une érosion marine : desquamation de la surface externe du test, perforation du crochet, effacement des dents, cassure et arrondi du bord coquillier. Ces différentes observations confirment que ces coquillages ont été ramassés morts.

Fig. 11 : Indices de collecte de bivalves morts découverts lors des fouilles du Théâtre d’eau et du Labyrinthe de Versailles.

Fig. 11 : Indices de collecte de bivalves morts découverts lors des fouilles du Théâtre d’eau et du Labyrinthe de Versailles.

1 Présence de bryozoaires sur la face interne d’Acanthocardia echinata (L = 59 mm) 2. Érosion de l’umbo de la face externe et des dents de Laevicardium crassum (L = 55 mm), 3. d’Acanthocardia tuberculata (L = 54 mm), 4 et de Glycymeris sp. (L = 32 mm)

© Catherine Dupont et Laurent Quesnel, CNRS

Inclusion dans les rocaillages

  • 23 Dupont 2012b.
  • 24 Information fournie par Annick Heitzmann.

22Plusieurs éléments permettent de comprendre la technique d’incorporation des coquilles dans les rocaillages. Un Unio tumidus présente une perforation ronde d'un diamètre de 1,96 millimètre réalisée au milieu de la valve à partir de la face interne. Ce stigmate rappelle ceux observés sur deux ormeaux de l’Étoile, dont le percement était encore associé à un fil métallique23. La fixation des coquilles par le biais d’un fil métallique permet leur mobilité24.

23À côté de cette technique, l’incorporation des coquilles a aussi été faite à l’aide de mortier. Les parties de coquilles incluses dans le mortier ont d’ailleurs parfois conservé une coloration plus vive que celles exposées aux conditions atmosphériques. C’est le cas par exemple d’un Tympanotonos fuscatus dont le péristome et les derniers tours de spire (les plus grands) présentent encore leurs colorations orangées à marron (fig. 12, n° 6). L’extrémité d’apex de gastéropodes montre quant à elle des cupules de dissolution sans doute liées à l’attaque des facteurs météorologiques ou au ruissellement de l’eau des fontaines (fig. 12, n° 9 et 10). Ces parties des coquilles étaient donc exposées aux intempéries et au regard des personnes fréquentant les lieux.

Fig. 12 : Indices de mortier associé aux coquillages des fouilles du Théâtre d’eau et du Labyrinthe de Versailles.

1. Laevicardium crassum (L = 56 mm). 2. Dans le péristome Cittarium pica (L = 56 mm). 3. Sur les faces interne et externe d’Unio tumidus (L = 32 mm). 4. Dans le péristome de Cerithium atratum (L = 44 mm). 5. Sur la face interne d’Anomia ephippium (L = 42 mm). 6. Sur la face dorsale et sur l’apex Tympanotonos fuscatus (L = 51 mm). 7. Pecten maximum (L = 68 mm). 8. Sur la face interne d’Ostrea edulis (L = 39 mm). 9. Cupules de dissolution sur l’apex de Tympanotonos fuscatus (L = 43 mm). 10. Cupules de dissolution sur l’apex de Cerithium atratum (L = 44 mm).

DAO : Catherine Dupont et Laurent Quesnel, CNRS

24La présence de mortier est également récurrente sur la surface des tests (fig. 12, n° 1, 2, 4 à 8). Sa localisation, quand elle peut être observée, permet de connaître l’orientation des coquilles dans les décors. Pour les gastéropodes turbinés allongés, comme Turritella terebra, Tympanotonos fuscatus et Cerithium atratum, il est situé au niveau soit de l’apex, soit du péristome, montrant que leur orientation a pu varier selon leur position dans le décor. Au contraire, tous les Cittarium pica présentent du mortier au niveau de leur péristome (fig. 12, n° 2). La pointe et les facettes abrasées, contrastant avec l’aspect sombre et violacé du test, étaient sans doute les parties visibles des coquillages de cette espèce, une fois inclus dans le rocaillage. Plusieurs valves de grands bivalves comme les Laevicardium (fig. 12, no 1) ou les Acanthocardia présentent du mortier sur leurs faces internes. Leurs surfaces externes convexes étaient sans doute celles qui étaient présentées à la vue du passant.

25La présence de concrétions sur les deux faces de certaines coquilles comme les moules d’eau douce signifie que ces coquilles ont été constamment soumises au ruissellement de l’eau et se sont encroûtées de dépôts calcaires (fig. 12, no 3). La combinaison de l’eau et de la nacre provoquait, sous l’effet des rayons du soleil, des scintillements qui soulignaient les reflets chatoyants des coquilles sélectionnées.

Lieux potentiels d’origine des coquilles

  • 25 Germain 1930-1931, Adam 1960, Khalloufi et al. 2011.

26Seules les moules d’eau douce que sont Unio tumidus et Potomida littoralis ne vivent pas dans des environnements marins25. Elles peuvent provenir du continent européen comme de France, mais aussi du nord de l’Afrique pour Potomida littoralis.

  • 26 Tebble 1976.

27Parmi les espèces marines, la plupart ont pu être pêchées dans la Manche ou sur les côtes françaises atlantiques, comme l’ormeau, le buccin, la moule, l’huître plate, les bucardes, la coquille Saint-Jacques, le pétoncle, le pourpre, la monodonte, la spisule, la praire, les bucardes, l’anomie, la mactre, l’amande de mer26 Comme signalé précédemment, les distributions biogéographiques de ces espèces sont plus vastes, puisqu’elles peuvent, pour certaines, inclure la côte atlantique de l’Afrique, la Méditerranée…

  • 27 Abbott et al. 1982.
  • 28 Lindner 1976, Harasewych et Moretzsohn 2010, Rosenberg 2012.
  • 29 Lindner 1976, Appleton et al. 2010, Rosenberg 2012.
  • 30 Gervis et Sims 1992, Harasewych et Moretzsohn 2010.

28D’autres coquilles ont une origine exclusivement exotique. Le strombe Lobatus gigas se distribue du sud-est de la Floride au Brésil27, tandis que Cittarium pica se cantonne aux côtes de Floride et des Antilles. Cerithium atratum peut provenir à la fois de cette zone de l’Atlantique, mais aussi de la côte africaine atlantique28. Trona stercoraria et Tympanotonos fuscatus ont des répartitions biogéographiques proches : la côte de l’Afrique occidentale qu’elles partagent avec le Cerithium atratum cité précédemment29. Enfin, un bivalve exotique a été identifié en collaboration avec Yves Gruet et Patrick Rotombe. Il s’agit de l’huître perlière Pinctada margatifera. Ce bivalve a une large distribution biogéographique. Tout comme le Turritella terebra, il est présent sur les côtes est de l’Afrique, dans l’océan Indien, et sur les côtes indo-pacifiques30. La présence de ces espèces est la preuve de contacts ou d’échanges avec les côtes indo-pacifiques, mais aussi avec l’ouest de l’océan Atlantique. La multiplicité des origines des coquilles découvertes lors des opérations archéologiques de Versailles participe également à la diversité des espèces composant les décors des fontaines.

Conclusion

29Les fouilles de Versailles mettent en évidence deux utilisations bien différentes des mollusques, pour la plupart marins. La première, concernant ceux trouvés près de la Grille royale, relève de l’alimentaire, la seconde, associée aux aménagements antérieurs des bosquets, correspond au rocaillage qui ornait les fontaines. Ces deux usages – celui de l’exploitation du coquillage vivant et celui de la coquille en tant que matière première – sont contrastés.

30Le prestige des lieux et des occupants du château est perceptible par la sélection des mollusques consommés entre 1664 et 1680, dont le lieu de collecte, les côtes de la Manche et de l’Atlantique, est éloigné de Versailles. La consommation de l’huître plate est prouvée, tandis que celle de la moule n’est que supposée. Le calibrage des huîtres est compris entre 65 et 100 millimètres. Les huîtres ont été collectées lors de grands coefficients de marée sur des huîtrières naturelles, sans doute localisées sur une côte moyennement exposée aux houles et probablement envasée. Avant d’être acheminées, vivantes, à Versailles, elles ont été nettoyées pour limiter le poids à transporter. Malheureusement, les archives et données de fouille ne permettent pas de connaître les consommateurs de ces fruits de mer. Cependant, cette denrée, hautement périssable, était sans doute réservée aux personnes les plus influentes de la société.

  • 31 Informations fournies par Annick Heitzmann.
  • 32 Heitzmann 2016c.
  • 33 Heitzmann et Bats 2012.
  • 34 Heitzmann 2016b.
  • 35 Le Blond et d’Aviler 1710, p. 839.
  • 36 Dezallier d'Argenville 1747, p. 100.

31Les rocaillages des anciens Théâtre d’eau et Labyrinthe ont été confectionnés au xviie siècle. Celui du Théâtre d’eau a été réalisé en 1672, les coquillages ayant été livrés en 1671. Il a ensuite été restauré à trois reprises en 1680, 1686 et 169831. Il a été transformé en bosquet du Rond vert à partir de 177732. Le bosquet du Labyrinthe a, quant à lui, été aménagé entre 1668 et 1677. Il a ensuite été restauré dans les années 1680, entraînant le « rétablissement ou réfection à neuf du rocaillage33 ». Il a été détruit en 1775 avant de devenir le bosquet de la Reine34. Les rocailles décorant des grottes et des bassins de fontaines avaient pour but d’imiter les rochers naturels et les « coquillages » font partie de leur composition35. La nécessité de leur entretien régulier peut en partie expliquer le désintérêt progressif à leur égard36.

  • 37 Tiberghien 2002, p. 196.

32Ces éléments de rocaillage sont marqués, du point de vue de la malacofaune, par une très forte diversité, qui contraste nettement avec la sélection des coquillages alimentaires découverts, loin du littoral, dans les fossés proches de la Grille royale. Cette diversité est due à la multiplicité des lieux de provenance et à la recherche de formes variées. Sans doute le désir d’exposer des coquillages lointains aux dimensions extravagantes et aux couleurs inédites pour les littoraux, plus proches, de la Manche et de l’Atlantique français a-t-il favorisé leur importation. Des recherches d’archives approfondies seraient nécessaires pour reconstituer les itinéraires suivis par ces multiples « coquillages » aux origines variées. On sait par exemple que « le 16 septembre 1672, Colbert demande à l’intendant des galères de Marseille de lui livrer en grande quantité des rocailles et coquilles pour les grottes du parc37 ».

  • 38 Brunon 2007.
  • 39 Ibid.
  • 40 Ibid.

33Les différents éléments rencontrés à Versailles ne vont pas sans rappeler les grottes artificielles des xvie et xviie siècles, où jeux d’eau et « coquillages » peuvent être associés à d’autres matériaux38. En effet, entre la mode des grottes artificielles de la Renaissance et les coquilles des fontaines de Versailles, on peut observer plusieurs points communs, comme la présence de coquilles d’origine marine de diverses provenances, la présence de la nacre et sa combinaison avec l’eau offrant un scintillement. Hervé Brunon cite d’ailleurs dans son bilan « des inventaires sur les grottes artificielles en Europe à la Renaissance » les « Ingénieurs et fontainiers au tournant des xvie et xviie siècles »39. Dans la description des rocailles, le terme de « nacre » est d’ailleurs parfois ajouté à celui de « coquillage »40, ce qui montre que cette matière était particulièrement recherchée. À Versailles, près de dix espèces présentant un aspect nacré ont enrichi les rocaillages. Après leur mise en place, certains éléments coquilliers ont été travaillés pour faire ressortir les contrastes colorés et le brillant de leur surface. L’exposition des ouvertures de certains gastéropodes formait des creux ou des zones sombres imitant les anfractuosités des rochers. Associés à l’écoulement de l’eau, ces contrastes de couleurs et les reflets nacrés et irisés ont participé à l’esthétique des lieux.

Haut de page

Bibliographie

Abbott Tucker, Standström George et Zim Herbert, 1982, Guide des coquillages de l’Amérique du Nord : guide d’identification sur le terrain, Québec, Marcel Broquet.

Adam William, 1960, Faune de Belgique, t. I : Mollusques terrestres et dulcicoles, Bruxelles. Institut royal des sciences naturelles de Belgique.

Appleton C., Jørgensen A., Kristensen T.K. et Stensgaard A.S., 2015, « Tympanotonos fuscatus », The IUCN Red List of Threatened Species 2010 [en ligne], International Union for Conservation of Nature and Natural Resources : http://dx.doi.org/10.2305/IUCN.UK.2010-3.RLTS.T165803A6137267.en (consulté le 13 février 2013).

Brunon Hervé, 2007, « Une scintillante pénombre : vingt-cinq ans de recherches sur les grottes artificielles en Europe à la Renaissance », Perspective – la revue de l’INHA : actualités de la recherche en histoire de l’art, p. 341-376.

Champagne Alain, Aoustin David et Dupont Catherine, 2012, « La citadelle de Brouage et la dynamique paléoenvironnementale du marais charentais : l’apport de la malacologie et de la palynologie », dans Bilan scientifique de la région Poitou-Charentes, Poitiers, Service régional de l’archéologie, p. 294-303.

Chopin Géraldine et Heitzmann Annick (dir.), 2016, La Vie retrouvée à Versailles et Marly : 25 années d’archéologie royale, cat. exp. (Musée-Promenade de Marly-le-Roi/Louveciennes, 1er oct. 2016-5 févr. 2017), Louveciennes, Musée-promenade Marly-le-Roi-Louveciennes.

Dezallier d’Argenville Antoine-Joseph, 1747, La théorie et la pratique du jardinage […] ; avec les pratiques de géométrie nécessaires pour tracer sur le Terrein toutes sortes de figures ; et un Traité d’hydraulique convenable aux jardins, Par M.*** de l'Académie Royale des Sciences de Montpellier, 4e édit., Paris, Pierre-Jean Mariette.

Dupont Catherine, 2006a, La malacofaune de sites mésolithiques et néolithiques de la façade atlantique de la France : contribution à l’économie et à l’identité culturelle des groupes concernés, British Archaeological Reports, International Series 1571, Oxford, Archeopress.

Dupont Catherine, 2006b, Les coquillages marins, indices de l’importation de ressources marines locales au sein du cloître de l’abbaye de Saint-Amant-de-Boixe pendant la Renaissance (Charente), inédit.

Dupont Catherine, 2006c, La consommation des coquillages dans l’aumônerie Saint-Gilles du xive au xixe s. ap. J.-C. (Surgères, Charente-Maritime), inédit.

Dupont Catherine, 2012a, « Ne confondons pas coquilles et coquillages. Vision diachronique de l’archéologie des mollusques le long de la façade atlantique française », Techniques & Culture, 59, p. 242-259.

Dupont Catherine, 2012b, Rapport préliminaire : éléments de rocaillage en coquillages des Trois-Fontaines, de l’Étoile et du Rond vert du château de Versailles (Versailles, Yvelines), inédit.

Dupont Catherine et Lierville Océane, 2012a, « Les éléments de décoration en coquillages du Labyrinthe du château de Versailles » [en ligne]. URL : http://chateauversailles-recherche.fr/IMG/pdf/bosquet_labyrinthe-3.pdf (consulté le 10 août 2017).

Germain Louis, 1930-1931, Mollusques terrestres et fluviatiles, coll. « Faune de France », Paris, Paul Lechevalier.

Gervis Mark H., Sims Neil Anthony, 1992, « The biology and culture of pearl oysters (Bivalvia : Pteriidae) », ICLARM Stud. Rev., 21.

Harasewych M.G., Moretzsohn Fabio, 2010, The Book of Shells : A life-size Guide to Identifying and Classifying Six Hundred Seashells, Chicago, University of Chicago Press.

Heitzmann Annick, 2016a, « Le rocaillage des bassins de Versailles », dans Chopin et Heitzmann 2016, p. 19.

Heitzmann Annick, 2016b, « Le bosquet de la Reine, ancien Labyrinthe », dans Chopin et Heitzmann 2016, p. 54.

Heitzmann Annick, 2016c, « Le bosquet du Rond vert, ancien Théâtre d’eau », dans Chopin et Heitzmann 2016, p. 51.

Heitzmann Annick et Bats Adeline, 2012, « Que reste-t-il du Labyrinthe ? Quelques sondages archéologiques dans le Bosquet de la reine » [en ligne]. URL : https://chateauversailles-recherche.fr/IMG/pdf/labyrinthe.pdf (consulté le 10 août 2017).

Heitzmann Annick, Vorenger Justine et Treuillot Julien, 2006, « Fouilles archéologiques de la Grille royale du château de Versailles (2006) », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles, Articles et études [en ligne], mis en ligne le 7 mars 2011. URL : http://crcv.revues.org/10941 ; DOI : 10.4000/crcv.1094 (consulté le 7 juillet 2017).

Khalloufi Noureddine, Toledo Carlos, Machordom Annie, Boumaïza Moncef et Araujo Rafael, 2011, « The unionids of Tunisia : taxonomy and phylogenetic relationships, with redescription of Unio ravoisieri Deshayes, 1847 and U. durieui Deshayes, 1847 », Journal of Molluscan Studies, 77 (2), p. 103-115.

Kisch Yves et Trombetta Pierre-Jean (dir.) 1986, Une approche de l’Homme dans son environnement viie-xviie siècle. Grand Louvre – Fouilles archéologiques de la Cour Napoléon. Paléoenvironnement et fouilles urbaines, Paris, Direction régionale des antiquités historiques de l’Île-de-France.

Le Blond Alexandre et Aviler Augustin-Charles d’, 1710, Cours d'architecture […], t. 2, Explication des termes d'architecture, Paris, Chez Jean Mariette.

Lindner Gert, 1976, Guide des coquillages marins, Paris, Delachaux et Niestlé.

Pfleger Vàclav, 1989, Guide des coquillages et mollusques, Paris, Hatier.

Poppe Guido et Goto Yoshihiro, 1991, European Seashell, vol. 1, Polyplacophora, Caudofoveata, Solenogastra, Gasteropoda, Wiesbaden, Verlag Christa Hemmen.

Poppe Guido et Goto Yoshihiro, 1993, European Seashells, vol. 2, Scaphopoda, Bivalvia, Cephalopoda, Wiesbadent, Verlag Christa Hemmen.

Rosenberg Gary, 2012, « Cerithium atratum (Born, 1778) », World Register of Marine Species [en ligne]. URL: http://www.marinespecies.org/aphia.php?p=taxdetails&id=224572 (consulté le 16/2/2013).

Tebble Newell, 1976, British Bivalve Seashells. A handbook for identification, Londres, Trustees of The British Museum (Natural History).

Tiberghien Frédéric, 2002, Versailles : le chantier de Louis XIV, Paris, Perrin.

WoRMS (World Register of Marine Species) [en ligne]; URL : http://www.marinespecies.org (consulté le 06/08/2017).

Haut de page

Notes

1 La coquille est vide tandis que dans le coquillage l’animal est à l’intérieur.

2 Kisch et Trombetta 1986, Champagne, Aoustin et Dupont 2012.

3 Dupont 2012a.

4 Le terme test est synonyme de coquille.

5 Germain 1930-1931, Lindner 1976, Abbott Standström et Zim 1982, Pfleger 1989, Poppe et Goto 1991 et 1993.

6 World Register of Marine Species : http://www.marinespecies.org.

7 Heitzmann et al. 2006.

8 Germain 1930-1931, Pfleger 1989.

9 Tebble 1976.

10 Abbott et al. 1982.

11 Dupont 2006a.

12 Kisch et Trombetta 1986.

13 Dupont 2006b, 2006c, Champagne et al. 2012.

14 Heitzmann et al. 2006.

15 Ibid.

16 Heitzmann 2016b et 2016c.

17 Heitzmann 2016a.

18 Dupont 2012b.

19 Champagne et al. 2012.

20 Dupont 2012b.

21 Dupont et Lierville 2012a.

22 Dupont 2012a.

23 Dupont 2012b.

24 Information fournie par Annick Heitzmann.

25 Germain 1930-1931, Adam 1960, Khalloufi et al. 2011.

26 Tebble 1976.

27 Abbott et al. 1982.

28 Lindner 1976, Harasewych et Moretzsohn 2010, Rosenberg 2012.

29 Lindner 1976, Appleton et al. 2010, Rosenberg 2012.

30 Gervis et Sims 1992, Harasewych et Moretzsohn 2010.

31 Informations fournies par Annick Heitzmann.

32 Heitzmann 2016c.

33 Heitzmann et Bats 2012.

34 Heitzmann 2016b.

35 Le Blond et d’Aviler 1710, p. 839.

36 Dezallier d'Argenville 1747, p. 100.

37 Tiberghien 2002, p. 196.

38 Brunon 2007.

39 Ibid.

40 Ibid.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Les mollusques de la Grille royale.
Légende 1. Ostrea edulis (L = 88 mm). 2. Pecten maximus (L = 53 mm). 3. Acanthocardia sp. (L = 20 mm). 4. Mytilus edulis (L = 39 mm). 5. Cerastoderma edule (L = 17 mm). 6. Unio tumidus (L = 33 mm). 7. Buccinum undatum (L = 65 mm). 8. Tritia reticulata (L = 24 mm). 9. Haliotis tuberculata (L = 20 mm). 10. Littorina obtusata (L = 10 mm).11. Fossile indéterminé (L = 22 mm). 12. Thais sp. (L = 57 mm).
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14407/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 9,7M
Titre Fig. 2 : Spectres malacofauniques de la Grille royale du château de Versailles.
Crédits DAO : Catherine Dupont, CNRS
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14407/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Fig. 3 : Histogramme de distribution de la hauteur des valves droites et gauches d’Ostrea edulis trouvées lors des fouilles de la Grille royale du château de Versailles.
Crédits Schéma : Catherine Dupont, CNRS
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14407/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre Fig. 4 : Indice d’utilisation d’outils dans la préparation des huîtres de la Grille royale.
Légende 1. Détroquage des huîtres (L = 70 mm). 2. Ouverture des huîtres (L = 82 mm).
Crédits © Catherine Dupont, CNRS
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14407/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 6,4M
Titre Fig. 5 : L’endofaune et l’épifaune des huîtres de la Grille royale.
Légende 1. La forme du talon de l’huître correspond à l’empreinte d’une coquille (L = 98 mm). 2. Réseau de perforations lié à l’éponge clione (L = 85 mm). 3. Coquille d’huître et tube d’un ver serpulidé (L = 73 mm). 4. A. réseau de galeries lié aux Polydora ; B. balane (L = 83 mm). 5. Tube de sable d’hermelles (L = 86 mm). 6. Base d’un byssus calcaire d’une valve d’anomie (L = 84 mm). 7. A. réseau de bryozoaires ; B. perforation circulaire d’Ocenebra sp. (L = 78 mm). 8. A. tubes calcaires de serpulidés ; B. naissain d’huîtres (L = 84 mm). 9. Fragments d’huîtres ou ancienne fixation d’huîtres (L = 100 mm).
Crédits © Catherine Dupont, CNRS
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14407/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 6,7M
Titre Fig. 6 : Les bivalves du Labyrinthe et du Théâtre d’eau.
Légende 1. Acanthocardia tuberculata (L = 46 mm). 2. Acanthocardia echinata (L = 48 mm) . 3. Laevicardium crassum (L = 56 mm) . 4. Cerastoderma edule (L = 22 mm). 5. Glycymeris glycymeris (L = 44 mm). 6. Mimachlamys varia (L = 42 mm). 7. Pecten maximus (L = 84 mm). 8. Pinctada margaritifera (L = 111 mm). 9. Veneridae (L = 25 mm). 10. Anomia ephippium (L = 34 mm).11. Venus verrucosa (L = 24 mm). 12. Spisula sp. (L = 35 mm) . 13. Ostrea edulis (L = 59 mm). 14. Mytilus sp. (L = 12 mm) . 15. Mactra glauca (L = 47 mm).16. Potomida littoralis (L = 56 mm). 17. Callista chione (L = 61 mm). 18. Arcopagia crassa (L = 36 mm). 19. Unio tumidus (L = 42 mm).
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14407/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 10M
Titre Fig. 7 : Les gastéropodes découverts lors des fouilles du Labyrinthe et du Théâtre d’eau.
Légende 1. Lobatus gigas (L = 173 mm). 2. Phorcus lineatus (L = 16 mm). 3. Cittarium pica (L = 56 mm). 4. Buccinum undatum (L = 74 mm). 5. Turritella terebra (L = 44 mm). 6. Patella vulgata (L = 47 mm). 7. Tympanotonos fuscatus (L = 51 mm). 8. Cerithium atratum (L = 41 mm). 9. Trona stercoraria (L = 61 mm). 10. Nucella lapillus (L = 29 mm). 11. Haliotis tuberculata (L = 84 mm).
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14407/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 8,4M
Titre Fig. 8 : Spectre malacofaunique du Labyrinthe et du Théâtre d’eau.
Crédits DAO : Catherine Dupont et Laurent Quesnel, CNRS
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14407/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Crédits © Catherine Dupont et Laurent Quesnel, CNRS
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14407/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 796k
Crédits © Catherine Dupont & Laurent Quesnel, CNRS
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14407/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 5,2M
Titre Fig. 11 : Indices de collecte de bivalves morts découverts lors des fouilles du Théâtre d’eau et du Labyrinthe de Versailles.
Légende 1 Présence de bryozoaires sur la face interne d’Acanthocardia echinata (L = 59 mm) 2. Érosion de l’umbo de la face externe et des dents de Laevicardium crassum (L = 55 mm), 3. d’Acanthocardia tuberculata (L = 54 mm), 4 et de Glycymeris sp. (L = 32 mm)
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14407/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 3,5M
Crédits DAO : Catherine Dupont et Laurent Quesnel, CNRS
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14407/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 5,5M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine Dupont, « Coquillages et coquilles au château de Versailles aux xviie et xviiie siècles : entre repas et rocailles de fontaines », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2017, mis en ligne le 23 décembre 2017, consulté le 26 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/crcv/14407 ; DOI : 10.4000/crcv.14407

Haut de page

Auteur

Catherine Dupont

Catherine Dupont est chargée de recherche au CNRS. Elle développe l’analyse des invertébrés marins découverts en archéologie au Centre de recherche en archéologie, archéosciences, histoire de Rennes. Elle a obtenu la médaille de bronze du CNRS en 2014. Son travail consiste à décrire les activités humaines du passé liées aux coquilles et coquillages (alimentation, parure, teinture, matériaux de construction…) de la préhistoire à nos jours. Catherine Dupont is a researcher at the CNRS. She focuses on the analysis of marine invertebrates discovered in the archaeological work of the Centre de Recherche en Archéologie, Archéosciences, Histoire in Rennes. Awarded the CNRS bronze medal in 2014, her work consists of describing the human activities related to shells and shellfish (food, ornament, dye, building material, etc.) from prehistory to today. catherine.dupont@univ-rennes1.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals