Navigation – Plan du site

Le Seigneur de la charité : une image de Charles Le Brun pour les Filles de la Charité

The Lord of Charity: An Image by Charles Le Brun for the Daughters of Charity
Alexandra Woolley

Résumés

Dans les années 1630, Vincent de Paul promit à Louise de Marillac qu’il enverrait « quérir le peintre » pour réaliser une image religieuse pour les Filles de la Charité. L’estampe appelée Le Seigneur de la charité fut dessinée par Charles Le Brun, gravée par Pierre Daret et imprimée en 1640 chez Antoine Hérault, proche de Dames de la compagnie vincentienne. Elle présente le Christ en pied sur un nuage où il est inscrit « La charité de Jésus-Christ nous presse. Cor. 2, 5 ». Il protège l’action des Filles de la Charité, placées au second plan, qui soignent des nécessiteux dans un hôpital. Largement distribuée au sein de la compagnie et copiée par ses membres à maintes reprises, cette gravure devait éduquer spirituellement les « Filles des campagnes » qui s’étaient engagées auprès de saint Vincent en tant que « servantes des pauvres ».

Haut de page

Texte intégral

1Si la carrière et l’œuvre de Charles Le Brun sont intimement liées à l’histoire politique et artistique de la France du xviie siècle, elles méritent également d’être revues à la lumière de l’histoire religieuse du royaume, notamment pour la période clef des années 1640. À cette époque, en effet, alors que le jeune peintre constituait les liens et les réseaux qui allaient être les fondements de son ascension, les élites dévotes parisiennes qu’il côtoyait étaient fortement impliquées dans l’action charitable.

  • 1 Sur ce réseau dévot, voir les études de Depauw 1999, p. 214-215 ; Diefendorf 2004, p. 203-238 ; et (...)
  • 2 Abelly 1664, t. I, p. 133.

2Dans le pieux cercle de Pierre Séguier, protecteur de Le Brun, gravitaient notamment les fondateurs de la congrégation des Filles de la Charité, Vincent de Paul et Louise de Marillac dite « Mlle Le Gras1 ». Cette dernière était particulièrement proche de l’épouse du chancelier, Madeleine Fabry, qui apporta son fervent soutien à la compagnie vincentienne des « servantes des pauvres » en tant que Dame de la Charité. Dans ce rôle, au côté de Mlle Le Gras et d’autres « demoiselles de piété », elle veillait sur l’investissement spirituel des sœurs hospitalières2. Les Dames entretenaient une vision idéalisée des bonnes œuvres dans laquelle les pauvres secourus étaient perçus comme « membres du Christ », susceptibles d’assurer le rachat de l’âme par l’assistance qui leur était adressée.

3Sous l’égide de ces femmes dévotes, M. Vincent et Louise de Marillac firent appel à Le Brun pour illustrer cette communion avec Dieu afin de lier l’entendement des Filles de la Charité. Un dessin réalisé vers 1639, destiné à la gravure et reproduit à maintes reprises au sein de la compagnie, que Mlle Le Gras nomma Le Seigneur de la charité ou La charité (fig. 1), offrit aux sœurs hospitalières une image de vertu à laquelle elles devaient se conformer dans l’Imitatio Christi. Par là même, Le Brun répondit aux attentes particulières d’une religiosité guidée par une certaine idée de l’assistance.

Fig. 1 : Pierre Daret d’après Charles Le Brun, Le Seigneur de la charité, 1640, eau-forte, 47 × 35,5 cm. Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la photographie, Da 35, fo 52.

Fig. 1 : Pierre Daret d’après Charles Le Brun, Le Seigneur de la charité, 1640, eau-forte, 47 × 35,5 cm. Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la photographie, Da 35, fo 52.

© BNF

La genèse d’une commande

  • 3 M. Vincent les appelle soit des « pauvres filles de village » ou des « bonnes filles de village » d (...)
  • 4 Brejon de Lavergnée 2011, p. 145.

4Lorsque Louise de Marillac rassembla les premières Filles de la Charité, elle choisit pour soigner les corps souffrants dans les hôpitaux de « bonnes filles de village », robustes et munies d’une grande patience3, mais pour la plupart illettrées et spirituellement bien moins avancées que leurs directeurs. Aussi, avant même de les réunir officiellement sous son toit parisien, le 29 novembre 1633, elle souhaita disposer d’images pour l’éducation pieuse de ces « servantes des pauvres4 ».

  • 5 Paul 1920-1960, t. I, lettre 43, p. 79.
  • 6 Ibid., t. I, lettre no 92, p. 141-142.
  • 7 Ibid., t. I, lettre no 182. Celle-ci a été datée entre 1634 et 1638.
  • 8 L’espace géographique occupé par les Filles de la Charité connut une nette expansion entre 1630 et (...)

5Ainsi, pour encourager ces jeunes femmes hospitalières à cultiver leur piété, la fondatrice insista à plusieurs reprises auprès de M. Vincent pour qu’il fasse confectionner des images de dévotion qui serviraient à conformer leurs vies à l’imitation de saints modèles figurés. Dans une lettre rédigée vers 1631, le directeur lui écrivit : « Je me réjouis de l’établissement de vos bonnes filles [et] loue votre désir de leur donner quelque tableau5. » Pour satisfaire ses exigences et nourrir son enthousiasme, Vincent de Paul lui promit dans une autre lettre qu’il enverrait « quérir le peintre » et agirait selon les « instructions » de son interlocutrice6. Quelques années plus tard, toutefois, entre 1634 et 1638 au moment même où la compagnie hospitalière commençait à éclore, le directeur confessait à Louise de Marillac qu’il « oublie toujours à faire acheter les images » de ses « filles7 ». Cependant, l’accroissement de la compagnie religieuse, se développant aux quatre coins du royaume, finit par le pousser à trouver un moyen de fournir des images aux sœurs8.

  • 9 Brejon de Lavergnée, Lavalle et Thuillier 1990, p. 269-271 ; Gardelle 1992, p. 291-294 ; et sur les (...)
  • 10 Gady 2010, p. 79-125 ; Gady et Milovanovic 2016, p. 106-161.
  • 11 Celle-ci avait tenu sur les fonts baptismaux la fille de l’éditeur qui souhaitait probablement célé (...)
  • 12 Gady 2010, ill. 75, p. 111.

6L’attente infligée par Vincent de Paul à Mlle Le Gras dut l’inciter à évoquer son problème de manque de support de dévotion auprès de ses amies, Dames de la Charité. Or, plusieurs d’entre elles connaissaient le jeune Le Brun. Celui-ci bénéficiait en effet de la protection de l’époux de Mme Séguier et avait participé, entre 1634 et 1636, sous la direction de Simon Vouet, à la décoration de sa chapelle privée attenante à sa demeure parisienne, l’hôtel de Bellegarde9. De même, en tant que « client » du chancelier, il avait aussi réalisé d’autres gravures et tableaux de dévotion pour le couple et son entourage immédiat10. Il avait également mis son talent au service d’une des premières Dames de la Charité, Geneviève Fayet, veuve du président de la Chambre des comptes, Antoine Goussault, mort en 1634. Entre 1637 et 1639, l’artiste peignit un petit tableau sur bois qui a été gravé par Jeremias Falck et édité chez Roland Leblond représentant Mme Goussault sous les traits de sa sainte patronne, Geneviève11. Durant ces mêmes années, ce type d’exercice fut renouvelé dans une gravure d’après son invention de Jean Couvay où sont apposées les armoiries de « Madame la Chancelière » représentant la Vierge Marie apparaissant à sainte Madeleine12. Ainsi, ces deux femmes purent recommander au supérieur des Filles de la Charité un peintre qui s’était montré capable d’inventer des compositions religieuses propres à satisfaire les exigences de Mlle Le Gras.

  • 13 Paul 1920-1960, t. II, lettre 421, p. 9-10.
  • 14 Il est possible que Le Brun ait réalisé ce dessin aux alentours de 1635 et que Vincent de Paul ait (...)
  • 15 Le peintre prit un domestique de la marquise en apprentissage en 1628 (AN, Minutier central, ET/XXX (...)
  • 16 La figure du Christ évoque aussi les sceaux utilisés dès le début des années 1630 par Vincent de Pa (...)
  • 17 II Cor. V, 14.

7Le 28 janvier 1640 enfin, Vincent de Paul annonça la nouvelle tant attendue à son amie : « Voici une image qu’on a fait imprimer à la Charité. Vous êtes la première à qui j’en envoie. C’est un peintre qui l’a fait graver ; il lui coûte quatre-vingts écus13. » L’estampe, nommée par les directeurs Le Seigneur de la charité, joua un rôle essentiel au sein de la compagnie des Filles de la Charité (voir fig. 1). Le Brun en fournit le dessin vers 1639 qui fut gravé par Pierre Daret pour Antoine Hérault14. Ce dernier, peintre et marchand, était proche de la marquise de Maignelay, Claude-Marguerite de Gondi, que connaissait très bien M. Vincent, pour avoir été le précepteur de son neveu, Jean-François Paul de Gondi, futur cardinal de Retz15. L’association entre ces artistes pour mener à bien ce projet suggère que Vincent de Paul œuvra aux côtés de ces femmes dévotes et des Gondi pour voir naître l’image qui devint l’emblème de la vocation des sœurs hospitalières16. Celle-ci présente le Christ en pied sur un nuage où est inscrit « La charité de Jésus-Christ nous presse. Cor. 2517 ». Il protège l’action des Filles de la Charité qui soignent les pauvres dans un hôpital, placées au second plan.

  • 18 Paul 1920-1960, t. I, lettre 50, p. 86-87.
  • 19 Il subsiste encore aujourd’hui à la maison mère des Filles de la Charité de Paris une interprétatio (...)

8L’implication de Mlle Le Gras dans l’élaboration de ce dessin est confirmée par une autre lettre de M. Vincent dans laquelle il désigne Le Seigneur de la charité comme « votre notre tableau18 ». Mais si elle apprécia tout particulièrement la composition proposée par Le Brun, au point de la reproduire elle-même19, son supérieur l’empêcha d’en changer le texte lorsqu’elle souhaita le modifier sur sa copie :

  • 20 Paul 1920-1960, t. I, lettre 50, p. 86-87.

Il me semble que ce sera assez de mettre […] les mêmes paroles de l’original. Mademoiselle, mettez-les-y donc, s’il vous plaît, et moi je conserverai dans mon cœur celles que vous m’écrivez de votre généreuse résolution d’honorer l’adorable vie cachée de Notre-Seigneur20.

9L’image, en effet, n’était pas seulement destinée à être utilisée par la fondatrice pour ses dévotions personnelles, au gré de ses propres élans : elle allait devenir le principal support de dévotion des Filles de la Charité.

Une image exemplaire : « suivre et servir le Christ »

  • 21 Cette dévotion christique fut très répandue chez les sœurs hospitalières en France au xviie siècle. (...)

10Le Seigneur de la charité de Le Brun fut effectivement le moteur de la vocation et le modèle de la mission charitable des sœurs hospitalières21. Cet aspect de l’enseignement vincentien apparaît clairement dans les « Règlements de l’établissement de la Charité » où il est stipulé que :

  • 22 Gossin 1834, p.159.

La supérieure aura soin de faire mettre un tableau de la charité dans la chapelle où est établie la confrérie, laquelle sera marquée dans l’acte de l’établissement d’icelle. Ce tableau doit être pris du fonds de ladite confrérie, si ce n’est que quelque personne charitable en voulût bien faire la dépense, ce qu’elle doit tâcher de procurer22.

  • 23 Abelly 1664, livre I, chap. 18, p. 57.
  • 24 Grenade 1661, p. 364.

11Nourri par la littérature spirituelle post-tridentine, Vincent de Paul prêchait, selon son hagiographe Louis Abelly, le fait que les images religieuses exhortent « de les suivre en leur foi et en leurs bonnes œuvres23 ». Leur utilisation était recommandée par les manuels catholiques que lisait le supérieur des Filles de la Charité, notamment à l’adresse de celles et ceux qui ne savaient pas lire. Le Catéchisme de Louis de Grenade, par exemple, précise que « toute nostre connoissance s’acquiert par nos sens, qui sont les portes par où les images des choses passent dans nos âmes, d’où se forme la connoissance24 » et explique les vertus pédagogiques des images :

  • 25 Ibid., p. 584.

Si nous nous servons d’images, c’est pour nous remettre devant les yeux & pour nous exciter par la veüe des images des Saints, & par la représentation des mystères de nostre redemption, à une plus grande devotion ; en effet qui ne voit la devotion qui est causée par les Tableaux où la nativité de nostre Sauveur est representée ? par ceux de sa Transfiguration glorieuse ? du lavement de ses pieds ? de son oraison en Jardin ? de sa flagellation ? de son couronnement d’épines ? de le voir chargé de sa Croix sur ses épaules, & enfin de l’y voir souffrir la mort ? Combien de larmes est-ce que ces peintures ont tiré des yeux des fidèles ? Ceux qui sçavent lire sont à la verité touchez de compassion à la lecture de ces pitoyables objets ; mais les peintures servent aussi de livres à ceux qui n’ont pas de connoissance des lettres, pour leur faire lire par les yeux ce qu’ils liroient dans les livres mesmes, s’ils étoient capables de lecture25.

12Ce genre d’argumentation fut également omniprésent dans la littérature catholique française et notamment jésuite dont M. Vincent et ses Dames étaient familiers. Louis Richeome, par exemple, exposa ce principe dans ses Tableaux sacrez en expliquant

  • 26 Richeome 1609, p.7.

qu’il n’y a rien qui plus delecte, ne qui face plus suavement glisser une chose dans l’ame que la peinture, ne qui plus profondement la grave en la mémoire, ne qui plus efficacement pousse la volonté pour luy donner branle & l’esmouvoir avec energie à aymer ou haïr l’object bon ou mauvais qui luy aura esté proposé26.

13Ce discours sur l’éloquence de la peinture fut perpétué par Antoine Girard qui en justifia l’emploi ainsi :

  • 27 Girard 1657, p. 61-64.

Tous n’estant pas capables de lire le livre du Monde, & moins encore celuy de la Bible, […] nous exprimons en plusieurs peintures tout ce que ces deux livres ont de plus rare, dans la creance que les traits de la Peinture donnent plus souvent dans les yeux, & font plus d’impression sur les esprits, que tous les caractères d’un livre27.

  • 28 Sur ces considérations, voir Dekoninck 2005 et Cousinié 2007.

14En s’appuyant sur l’Ut pictura poesis d’Horace, les théologiens catholiques défendirent le fait que les choses vues avaient plus d’effet qu’un discours parce qu’elles imprègnent durablement l’esprit28. L’image est matérielle et demeure, tandis que l’écoute disparaît. Fondée sur ce principe, l’image du Seigneur de la charité distribuée au sein de la compagnie devint un modèle exemplaire destiné à fixer les apprentissages.

  • 29 Brejon de Lavergnée 2011, p. 321.
  • 30 I Cor. XII, 12-27.
  • 31 Paul 1920-1960, t. IX, « Explication du Règlement, conférence du 31 juillet 1634 », p. 5.
  • 32 Brejon de Lavergnée 2011, p. 107.
  • 33 I Jn IV, 16.

15En effet, cette image de l’amour divin avait pour objet de représenter la double incarnation du « Dieu pauvre » et du « Dieu amour29 ». L’existence terrestre du Christ était perçue comme vécue dans le dénuement et les pauvres qu’il assistait furent considérés comme « ses membres30 ». Vincent de Paul expliquait cela aux Filles de la Charité ainsi : « Sachez que, quand vous quitterez l’oraison et la sainte messe pour le service des pauvres, vous n’y perdrez rien, puisque c’est aller à Dieu que servir les pauvres ; et vous devez regarder Dieu en leurs personnes31. » La compagnie des Filles était précisément placée sous le patronage de Jésus-Christ en l’honneur de « l’amour que Notre-Seigneur a pour les pauvres32 ». Mais Jésus était lui-même incarnation de la charitas, comme l’avait précisé saint Jean33.

  • 34 Matt. XXV, 34 et XXV, 42.

16Au sein de la compagnie hospitalière, comme chez la plupart des dévots, ces formes de ferveur conduisirent non seulement à l’amour divin mais également à une imitation de ses actions dans l’Imitatio Christi. Ce sont précisément ces deux aspects de la divinité que représente l’estampe du Seigneur de la charité de Le Brun. Le Christ qui ouvre ses bras montre les stigmates de la crucifixion mais accueille également les Filles de la Charité parce que, en arrière-plan, elles prodiguent les œuvres de miséricorde à ses « membres ». Sous la direction et protection de son amour et de son sacrifice, elles prient pour un malade qui reçoit l’extrême-onction (fig. 2) alors que d’autres donnent à boire et à manger à des nécessiteux alités. L’un de ces malades, qui reçoit les soins d’une sœur, est allongé sur des coussins au sol (fig. 3). Son torse dénudé et sa posture élégante évoquent la figure du Christ dans les tableaux représentant des dépositions de croix. Pour ancrer le message dans le for intérieur des Filles, les phylactères portés par les anges rappellent les versets de l’Évangile de Matthieu prononcés par le Christ au sujet des œuvres de miséricorde : « Venez les biens aymez de mon père possedez le Royaume qui vous a esté preparé des le Commencement du monde » (fig. 4) et « Pource que j’ay eu faim et vous m’avez donné à manger, j’ay eu soif et vous m’avez donné à boire. J’ay esté malade et vous m’avez visité. Matth. 25 » (fig. 5)34. Le texte inscrit sous les pieds du Sauveur rappelle aux sœurs étudiant l’image que « la charité de Jésus-Christ nous presse » avec la référence à l’épître aux Corinthiens. Au second plan, les scénettes permettent une identification directe avec la mission prescrite par Matthieu. Ainsi apparaissent les actions faites pour le Sauveur selon la parabole des œuvres de miséricorde et l’amour salutaire du Christ qui pousse les sœurs à agir. C’était cet amour de Dieu et d’autrui, soit les deux composantes de la vocation des Filles de la Charité, que M. Vincent et Mlle Le Gras voulaient transmettre.

Fig. 2 : Détail de la figure 1.

Fig. 2 : Détail de la figure 1.

© BNF

Fig. 3 : Détail de la figure 1.

Fig. 3 : Détail de la figure 1.

© BNF

Fig. 4 : Détail de la figure 1.

Fig. 4 : Détail de la figure 1.

© BNF

Fig. 5 : Détail de la figure 1.

Fig. 5 : Détail de la figure 1.

© BNF

  • 35 Louise de Marillac écrivait souvent dans ses lettres que c’était « la charité de Jésus crucifié » q (...)
  • 36 Sales 1747, p. 25.
  • 37 Marillac 1983, L. 695, citée par Brejon de Lavergnée 2011, p. 325.

17Ces deux thématiques étaient constamment répétées dans la compagnie. « La charité de Jésus-Christ nous presse », expression biblique chère à Louise de Marillac, devint ainsi la devise des Filles35. En s’appuyant sur François de Sales, selon lequel « une vie toute de charité est encore le fruit de l’incarnation, & l’effet de la venue de Jésus-Christ dans ce monde, qui y a réuni tous les cœurs par l’amour qu’il y a répandu36 », la fondatrice rappelait que, par la crucifixion, Dieu réconcilie l’homme à celui-ci et lui permet de vivre pour le Christ : « Dans l’abjection de ce supplice, [le Fils de Dieu] a uni les créatures à Dieu37. » Ainsi, la formule retenue pour les vœux des Filles de la Charité faisait logiquement référence au sacrifice du Christ :

  • 38 Vœu cité par Dinet-Lecomte 2005, p. 365.

Je soussignée en la présence de Dieu et de toute la cour céleste, renouvelle les promesses de mon baptême et fais vœu à Dieu de pauvreté, chasteté et obéissance au vénérable supérieur général de la Congrégation de la Mission, conformément à nos règles pour un an et de m’employer au service corporel et spirituel des pauvres malades, nos véritables maîtres en la compagnie des filles de la Charité, ce que je lui demande par les mérites de Jésus Christ crucifié et l’intercession de la Très Sainte Vierge38.

  • 39 « Conférence du 19 juillet 1640 », citée par Brejon de Lavergnée 2011, p. 173.
  • 40 « Conférence du 9 mars 1642 », citée par Brejon de Lavergnée 2011, p. 173.

18Si Mlle Le Gras faisait la promotion de l’amour de Dieu à ses Filles, M. Vincent encouragea la dévotion aux bonnes œuvres. Il les invitait à suivre la volonté de Dieu et à « aimer, servir et honorer la vie de son Fils sur terre39 » en secourant concrètement les pauvres. Vincent de Paul leur enseigna que le Christ « guérissait les malades […] et les instruisait de leur salut » et qu’elles devaient poursuivre ainsi son œuvre sur terre : « Quel bonheur, mes filles, que Dieu vous ait choisies pour continuer l’exercice de son fils sur terre ! […] Ô quel bonheur, mes sœurs, de faire ce qu’un Dieu a fait sur terre40. » Lors de l’un des Entretiens durant lesquels il dispensait son enseignement, l’une d’elles restitua ainsi sa parole :

  • 41 Paul 1920-1960, t. IX, « Conférence du 16 mars 1642 sur le service des malades », p. 60-66, voir p. (...)

Le premier motif, dit une sœur, est que les pauvres ont l’honneur de représenter les membres de Jésus-Christ, qui tient les services qu’on leur fait comme faits à lui-même. Le deuxième, que les âmes des pauvres ont en elles l’image de Dieu, et partant que nous devons en eux honorer la Sainte Trinité. Le troisième est la recommandation que le Fils de Dieu nous en a faite de paroles et d’exemples. Pour démontrer aux disciples de saint Jean qu’il était le Messie, il leur dit que les pauvres étaient évangélisés et les malades guéris. Le quatrième est que aider une âme à se sauver, c’est coopérer à l’accomplissement parfait du dessein de Dieu en la mort de Jésus-Christ41.

  • 42 « Conférence du 16 mars 1642 », citée par Brejon de Lavergnée 2011, p. 173.

19M. Vincent fit en sorte que les Filles de la Charité identifient les pauvres comme des figures du Christ pour qu’elles les traitent comme leurs « Seigneurs et Maîtres ». Il excella dans l’art de la transposition en développant ce thème classique de l’identification du Christ au pauvre en citant l’exemple d’une religieuse : « Une sœur remarqua qu’il est bon, en entrant dans la chambre des malades, de voir en eux Notre-Seigneur en croix, et de leur dire que leur lit devait leur représenter la croix de Notre-Seigneur, sur laquelle ils souffrent avec lui42. » Par cet exemple auquel elles pouvaient s’identifier et grâce à la gravure du Seigneur de la charité illustrant ces deux aspects de la théologie vincentienne, à travers le Christ allongé et soigné par les hospitalières, celles-ci étaient à même d’identifier le pauvre à Dieu tout en l’aimant dans son dénuement.

Consolider les acquis des sœurs

20Utiliser l’estampe présenta bien des avantages pour les fondateurs des Filles de la Charité. En effet, avec la gravure, Mlle Le Gras et M. Vincent avaient trouvé le moyen le plus économique et le plus efficace pour mener à bien une partie de leur enseignement et consolider les acquis spirituels des sœurs, où qu’elles soient. Il est certain qu’elles utilisèrent d’autres images de dévotion, dont on peut soupçonner que certaines aient été également fournies par Le Brun, de même qu’elles eurent pour lecture des ouvrages que celui-ci avait contribué à illustrer. Ce fut toutefois l’image du Seigneur de la charité qui connut l’engouement le plus durable dans leur compagnie, au point de donner lieu à de multiples copies et interprétations disséminées dans les différentes villes où elles œuvraient.

  • 43 Cette lettre fut rédigée entre 1640 et 1645 : Marillac 1983, L. 3, p. 334.
  • 44 En décembre 1659, par exemple, elle adressa aux sœurs d’Ussel une cinquantaine d’images de tailles (...)

21L’apport de l’estampe de Le Brun au sein de la congrégation féminine fut considérable. Nombre de lettres conservées de la supérieure rapportent qu’elle les envoyait par dizaines dans les maisons où elles étaient destinées tant aux sœurs qu’aux salles de soins : « Voilà des images que je vous envoie : un Seigneur de la Charité est pour mettre en votre salle des Pauvres et un pour votre chambre43. » La demande fut telle qu’il venait effectivement souvent à manquer d’exemplaires pour satisfaire les sœurs hospitalières et leurs supérieures44. Louise de Marillac sollicita M. Vincent pour d’autres gravures, comme par exemple, dans une lettre de 1647 :

  • 45 Ibid., L. 190, p. 222-223, et Paul 1920-1960, t. III, lettre 999, p. 254.

Je supplie très humblement votre charité, si elle a, dans quelques-uns de ses livres, quelque image approchante de la ressemblance des images de la charité, me faire le bien m’en donner une, et vous demande pardon de cette liberté. C’est que je n’en puis recouvrer comme je le souhaite, et j’espère que cela m’aiderait beaucoup, aidée aussi des prières de votre charité, de qui je suis, mon très honoré Père, très obéissante servante et tout indigne fille45.

  • 46 Marillac 1983, L. 605, p. 621-622. En décembre 1658, par exemple, Louise de Marillac lui faisait pa (...)
  • 47 Ibid. Les lettres de Louise de Marillac rendent compte de cette mission évangélique. Les images éta (...)
  • 48 Ibid. Elle expédia à Angers des images des « saints protecteurs de l’année » à la sœur Cécile Angib (...)
  • 49 Selon les circulaires de la compagnie du xviiie siècle, aucune de ces images n’a été conservée. Bre (...)
  • 50 Gady 2010, p. 40-59.

22Cet appétit de supports visuels commandités pour forger l’esprit des Filles ne se limita pas à l’unique gravure du Seigneur de la charité. En effet, bien qu’elle fût leur principale source de méditation, Louise de Marillac veilla à ce qu’à chaque mission les sœurs aient d’autres images dévotes pour soutenir leur action charitable. En décembre, des estampes étaient bénies par M. Vincent46, puis envoyées aux sœurs en début de chaque année pour qu’elles en tirent le « fruit des instructions47 ». En dehors du Seigneur de la charité et des « saints protecteurs de l’année » cités mais jamais nommés, la nombreuse correspondance conservée ne permet pas de préciser l’iconographie ni l’origine de ces images48. Bien que l’on n’ait aucune trace de la manière dont avaient été fournies ces nouvelles estampes, on peut présager que Le Brun participa à leur confection49. Il est effectivement connu qu’entre 1634 et 1642 l’artiste fournit les modèles de saints qui furent respectivement gravés par Rousselet et plus tard son frère, Gabriel Le Brun50. La destination de ces images n’est pas connue mais elles correspondent parfaitement aux usages de la compagnie, répondant pleinement aux exigences spirituelles des fondateurs qui souhaitaient offrir aux sœurs des modèles de piété.

  • 51 Gobillon 1676, p. 13, et Paul 1920-1960, t. I, p. 155-156, lettre 107, mai 1632. Sur les versions i (...)
  • 52 Dinet-Lecomte 2005, p. 368. Ces ouvrages étaient tellement familiers aux supérieures qu’au début du (...)
  • 53 Woolley, à paraître.
  • 54 Suffren 1640-1641 et Bonnefons 1650.
  • 55 Pierre-Jean Mariette (1740-1770) cité par Gady 2010, p. 106 et note 350, p. 435.

23Aux images du Seigneur de la charité et de saints exemplaires s’ajoutaient des livres qui devaient nourrir les âmes des Filles et leurs bonnes œuvres. Certains ouvrages servirent d’usuels dont les supérieures faisaient la lecture, tels que L’imitation de Jésus-Christ attribuée à Gerson – non celle de Thomas a Kempis qu’avait notamment traduite l’oncle de Louise, Michel de Marillac – et l’Introduction à la vie dévote de François de Sales, appelée précisément par Vincent de Paul les « méditations51 ». Apparaissent aussi, parmi les références méthodiquement sélectionnées par les directeurs, d’autres qui « excitent à l’amour de Dieu », dont des traductions de l’espagnol du dominicain Louis de Grenade et du jésuite Alphonso Rodriguez52. Ces références fréquemment citées apportaient de plus amples explications sur les exercices de méditation que devaient pratiquer les sœurs et dans lesquels Le Seigneur de la charité servait de support53. D’autres ouvrages venaient aussi compléter l’enseignement des « images de l’année ». En effet, plusieurs livres jésuites sur la vie des saints étaient distribués aux supérieures, dont L’année chrestienne, ou Le sainct et profitable employ du temps pour gaigner l’éternité de Jean Suffren imprimé entre 1640 et 1641, et Les vies des saincts en abrégé et leur doctrine en maximes d’Amable Bonnefons paru en 165054. L’œuvre de Suffren se compose de deux tomes en quatre volumes ornés de frontispices de différents auteurs, parmi lesquels se trouve Le Brun qui dessina ceux du premier tome divisé en deux volumes. Ainsi, peu de temps après Le Seigneur de la charité, le jeune artiste mit à nouveau son talent au service des âmes dévotes. En effet, la première page de titre gravée par Michel Lasne présente saint François Xavier et saint Ignace de Loyola qui admirent « l’Âme fidele s’élevant par la contemplation jusques dans les Cieux où Jésus-Christ est assis dans sa gloire entre la sainte Vierge, et saint Jean » (fig. 6)55.

Fig. 6 : Michel Lasne d’après Charles Le Brun, frontispice pour L’année chrestienne, ou Le sainct et profitable employ du temps pour gaigner l’éternité de Jean Suffren (Paris, Claude Sonnius, 1640, t. I, partie I), eau-forte, 22,5 × 17 cm.

Fig. 6 : Michel Lasne d’après Charles Le Brun, frontispice pour L’année chrestienne, ou Le sainct et profitable employ du temps pour gaigner l’éternité de Jean Suffren (Paris, Claude Sonnius, 1640, t. I, partie I), eau-forte, 22,5 × 17 cm.

© BNF

  • 56 Kerspern 2015.

24La seconde présente à nouveau les fondateurs de la compagnie de Jésus, dessinés dans des positions très proches de la première image, presque en miroir. Ils sont en extase devant l’apparition céleste du Christ adolescent tenant un globe crucifère, encadré par des faisceaux de lumière divine d’où surgissent des têtes de putti (fig. 7)56.

Fig. 7 : Anonyme d’après Charles Le Brun frontispice pour L’année chrestienne, ou le Sainct et profitable employ du temps pour gaigner l’éternité de Jean Suffren (Paris, Claude Sonnius, 1640, t. I, partie II), eau-forte, 22,5 × 17 cm.

Fig. 7 : Anonyme d’après Charles Le Brun frontispice pour L’année chrestienne, ou le Sainct et profitable employ du temps pour gaigner l’éternité de Jean Suffren (Paris, Claude Sonnius, 1640, t. I, partie II), eau-forte, 22,5 × 17 cm.

© BNF

  • 57 Gady 2010, p. 42-47, ill. nos 8, 10, 11 et 14.

25Bien que ce second frontispice ne porte aucune signature, il se rapproche des premiers modèles de Le Brun où des figures saintes sont présentées en pied dans des paysages dépouillés à horizons bas57. Plus encore, la figure du Christ dans la partie supérieure du frontispice (fig. 8) évoque fortement celle du Iesus Amabilis gravé par Rousselet et daté vers 1634-1638 (fig. 9).

Fig. 8 : Détail fig. 7.

Fig. 8 : Détail fig. 7.

© BNF

Fig. 9 : Gilles Rousselet d’après Charles Le Brun chez Pierre Mariette, Iesus Amabilis, vers 1634-1638, eau-forte, 37 × 24 cm. Nancy, musée des Beaux-Arts, INV.TH.99.15.4196.(1). Donation Jacques et Guy Thuillier.

Fig. 9 : Gilles Rousselet d’après Charles Le Brun chez Pierre Mariette, Iesus Amabilis, vers 1634-1638, eau-forte, 37 × 24 cm. Nancy, musée des Beaux-Arts, INV.TH.99.15.4196.(1). Donation Jacques et Guy Thuillier.

© Ville de Nancy, P. Buren

26Cette dernière image et son pendant, intitulé Mater Amabilis (fig. 10), qu’avait alors aussi conçu Le Brun, devaient être connus des jésuites, car une copie naïve de chacune d’entre elles orne l’édition de 1650 des Vies de saincts de Bonnefons, que lisaient les Filles de la Charité (fig. 11et 12).

Fig. 10 : Gilles Rousselet d’après Charles Le Brun, chez Pierre Mariette, Mater Amabilis, vers 1634-1638, eau-forte, 37 × 24 cm. Nancy, musée des Beaux-Arts, INV.TH.99.15.4196.(2). Donation Jacques et Guy Thuillier.

Fig. 10 : Gilles Rousselet d’après Charles Le Brun, chez Pierre Mariette, Mater Amabilis, vers 1634-1638, eau-forte, 37 × 24 cm. Nancy, musée des Beaux-Arts, INV.TH.99.15.4196.(2). Donation Jacques et Guy Thuillier.

© Ville de Nancy, P. Buren

Fig. 11 : Anonyme d’après Charles Le Brun, Iesus Amabilis, frontispice pour Les vies des saincts en abrégé et leur doctrine en maximes d’Amable Bonnefons (Paris, Sébastien Piquet, 1650, t. I), eau-forte, environ 22 × 15 cm.

Fig. 11 : Anonyme d’après Charles Le Brun, Iesus Amabilis, frontispice pour Les vies des saincts en abrégé et leur doctrine en maximes d’Amable Bonnefons (Paris, Sébastien Piquet, 1650, t. I), eau-forte, environ 22 × 15 cm.

© BNF

Fig. 12 : Anonyme d’après Charles Le Brun, Mater Amabilis, frontispice pour Les vies des saincts en abrégé et leur doctrine en maximes d’Amable Bonnefons (Paris, Sébastien Piquet, 1650, t. II), eau-forte, environ 22 × 15 cm.

Fig. 12 : Anonyme d’après Charles Le Brun, Mater Amabilis, frontispice pour Les vies des saincts en abrégé et leur doctrine en maximes d’Amable Bonnefons (Paris, Sébastien Piquet, 1650, t. II), eau-forte, environ 22 × 15 cm.

© BNF

27En absence de toutes sources, rien ne permet d’affirmer le rôle que purent jouer Le Brun et ses graveurs dans la conception et la diffusion de telles images, cependant il est certain que le jeune artiste œuvrait alors au sein d’un réseau dévot, fortement impliqué dans les bonnes œuvres, dans lequel il était particulièrement sollicité pour des images édifiantes. Le succès de son Seigneur de la charité auprès de la compagnie des sœurs rend d’autant plus possible le fait qu’on ait fait appel à lui pour illustrer les frontispices du premier tome de Suffren et ce fut certainement pour cette même raison que furent reprises ses gravures isolées du Christ et de la Vierge, utilisés pour illustrer l’ouvrage de Bonnefons.

  • 58 Voir note 19. Pour les copies peintes de la gravure, voir notamment, sur la base Palissy, les numér (...)
  • 59 Les exemples du Grand Est témoignent matériellement de la présence des Filles de la Charité en Cham (...)
  • 60 Cette gravure a été recensée par John E. Rybolt et est visible sur son site : ˂http://stvincentimag (...)

28En effet, de nombreuses copies du Seigneur de la charité furent réalisées par les Filles elles-mêmes ainsi que par des artistes régionaux peu connus. Louise de Marillac, nous l’avons vu, fut la première à inciter à ce type de pratique artistique méditative de sensibilité capucine58. De même, il existe d’autres tableaux inspirés du dessin de Le Brun en Île-de-France, dans le Grand Est et les Hautes-Alpes, soit là où la compagnie fut particulièrement active59. L’image fut aussi reprise pour une xylographie anonyme dont la destination nous est inconnue. Présentant la forme d’un bandeau de livre, cette gravure très fruste de la fin du xviie siècle fut certainement réalisée dans l’une des maisons de la compagnie où la réalité des tâches hospitalières des sœurs allait bien au-delà de l’idéalisation christique du dessin de Le Brun (fig. 13)60. En effet, au-delà des prières et de la nourriture des malades, l’image présente des sœurs qui veillent sur la désinfection des maisons des pestiférés et leur mise en quarantaine ou encore assurent l’enseignement fait aux filles et aux garçons, qui se développa dans la seconde moitié du siècle.

Fig. 13 : Anonyme, La charité de Jésus-Christ nous presse, vers 1660, eau-forte. Collection John Rybolt.

Fig. 13 : Anonyme, La charité de Jésus-Christ nous presse, vers 1660, eau-forte. Collection John Rybolt.

© John Rybolt

  • 61 Voir parmi d’autres : Cojannot-Le Blanc 2012 et 2015, p. 51-61 ; Cousinié 2007, p. 9-28 ; Gady 2010 (...)

29Outre le nombre de copies déjà localisées, l’estampe conçue par Le Brun dut connaître bien d’autres reprises dessinées ou peintes susceptibles d’être retrouvées, qu’elles aient été réalisées par des membres de la compagnie vincentienne ou par des artistes répondant à leur demande. Sa capacité à créer des images aptes à satisfaire pleinement les exigences des milieux dévots a déjà été soulignée, pour des tableaux ou des ensembles picturaux prestigieux61. Son Seigneur de la charité prouve que sa puissance figurative pouvait s’exprimer dans une simple gravure, une image christique d’humble support mais de grande diffusion, soigneusement pensée pour s’adapter à la mission de saint Vincent de Paul. Son dessin devint par là même le pilier des dévotions des sœurs, essentiel à la perfection de leur parcours spirituel, une image en miroir de leur engagement.

Haut de page

Bibliographie

Sources

Abelly Louis, 1664, La vie du vénérable serviteur de Dieu, Vincent de Paul, instituteur et premier superieur général de la congrégation de la Mission, divisée en trois livres, par Messire Louys Abelly, Evesque de Rodez, Paris, Florentin Lambert.

Bonnefons Amable, 1650, Les vies des saincts en abrégé et leur doctrine en maximes, avec des réflexions morales sur leurs plus belles actions et un recueil des saincts de France, Paris, Sébastien Piquet.

Girard Antoine, 1657, Les peintures sacrées de la Bible, Paris, Antoine de Sommaville.

Gobillon Nicolas, 1676, Vie de la Mademoiselle Le Gras, fondatrice et première supérieure de la compagnie des Filles de la Charité, servantes des pauvres malades, Paris, André Pralard.

Grenade Louis de, 1661, Catéchisme, ou L’introduction au symbole de la foy : où il est traité du mystère de la Redemption & de la certitude de la venüe de Jésus-Christ, composé en espagnol par le R. P. Louys de Grenade, traduit de nouveau en français, par M. Girard, conseiller du roy en ses conseils, Paris, Pierre Le Petit.

Mariette Pierre Jean, Notes manuscrites sur les peintres et graveurs, Paris, Bibliothèque nationale de France, Ya2 4, pet. Fol.

Marillac Louise de, 1983, Écrits spirituels, éd. sœur Élisabeth Charpy, Paris, compagnie des Filles de la Charité de Saint-Vincent-de-Paul.

Paul Vincent de, 1920-1960, Correspondance, entretiens, documents, éd. Pierre Coste, Paris, J. Gabalda, 15 vol.

Richeome Louis, 1609, Tableaux sacrez des figures mystiques du tres-auguste sacrifice et sacrement de l’eucharistie, Paris, Laurent Sonnius.

Sales François de, 1747, Instructions et exhortations à l’usage des monastères de la Visitation Sainte-Marie, Toul, Louis & Étienne Rolin.

Suffren Jean, 1640-1641, L’année chrestienne, ou Le sainct et profitable employ du temps pour gaigner l’éternité, Paris, Claude Sonnius.

Études

Bonnet Philippe, 1989, « La pratique des arts dans les couvents de femmes au xviie siècle », Bibliothèque de l’École des chartes, t. 147, p. 433-472.

Boyer Jean-Claude, 1998, « Les Œuvres de miséricorde de Claude Vignon : une suite inédite gravée par Jérôme David », dans P. Pacht-Bassani et C. Mignot (dir.), Claude Vignon en son temps (actes du colloque international de l’université de Tours, 28-29 janvier 1994), Paris, Klincksieck, p. 37-43.

Brejon de Lavergnée Barbara, Lavalle Denis et Thuillier Jacques (dir.), 1990, Vouet, cat. exp. (Paris, Galeries nationales du Grand Palais, 6 novembre 1990-11 février 1991), Paris, Éd. de la Réunion des musées nationaux.

Brejon de Lavergnée Matthieu, 2011, Histoire des Filles de la Charité (xiie-xviiie siècle), Paris, Fayard.

Chazal Gilles, 1982, L’art au xviie siècle dans les carmels de France, cat. exp. (Paris, musée du Petit Palais, 17 novembre 1982-15 février 1983), Paris, Y. Rocher.

Cojannot-Le Blanc Marianne, 2012, À la recherche du rameau d’or : l’invention du « Ravissement de saint Paul », de Nicolas Poussin à Charles Le Brun, Nanterre, Presses universitaire de Paris-Ouest.

Cojannot-Le Blanc Marianne, 2015, « Charles Le Brun, peintre du sublime ? Sur quelques tableaux sacrés des années 1650 », dans S. Hache et T. Favier (dir.), À la croisée des arts : sublime et musique religieuse en Europe (xviie-xviiie siècle), Paris, Classiques Garnier, p. 51-61.

Coquery Emmanuel, 2000, « La vie terrestre du Christ », dans O. Bonfait et N. MacGregor (dir.), Le Dieu caché : les peintres du Grand Siècle et la vision de Dieu, cat. exp. (Rome, Académie de France, 19 octobre 2000-28 janvier 2001), Rome, Ed. de Luca, p. 121-123.

Cousinié Frédéric, 2007, Images et méditation au xviie siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Dekoninck Ralph, 2005, Ad Imaginem : statuts, fonctions et usages de l’image dans la littérature spirituelle jésuite du xviie siècle, Genève, Droz.

Depauw Jacques, 1999, Spiritualité et pauvreté à Paris au xviie siècle, Paris, La Boutique de l’Histoire.

Diefendorf Barbara, 2004, From Penitence to Charity : Pious Women and the Catholic Reformation in Paris, Oxford, Oxford University Press.

Dinet-Lecomte Marie-Claude, 2005, Les sœurs hospitalières en France aux xviie et xviiie siècles : la charité en action, Paris, Champion.

Gady Bénédicte, 2010, L’ascension de Charles Le Brun : liens sociaux et production artistique (thèse de doctorat d’histoire de l’art, université Paris 4, 2006), Paris, Éd. de la Maison des sciences de l’homme.

Gady Bénédicte et Milovanovic Nicolas (dir.), 2016, Charles Le Brun (1619-1690), cat. exp. (musée du Louvre-Lens, 18 mai-29 août 2016), Lens-Paris, musée du Louvre-Lens-Lienart.

Gardelle Anne-Marie de, 1992, « Le Lavement des pieds peint par Simon Vouet pour la chapelle Séguier retrouvé en Auvergne », dans S. Loire (dir.), Simon Vouet (actes du colloque international, Paris, Galeries nationales du Grand Palais, 5-7 février 1991), Paris, La Documentation française, p. 291-294.

Gossin Jules, 1834, Saint Vincent de Paul, peint par ses écrits, ou Recueil des maximes, des conseils, des pratiques et des lettres de saint Vincent de Paul, Paris, Jean-Jacques Blaise.

Kazerouni Guillaume (dir.), 2012, Les couleurs du ciel : peintures des églises de Paris au xviie siècle, cat. exp. (Paris, musée Carnavalet, 4 octobre 2012-24 février 2013), Paris, Paris Musées, cat. 81, p. 206-211.

Kerspern Sylvain, 2015, « L’adoration des bergers de Condé-en-Brie, œuvre de jeunesse de Charles Le Brun », D’histoire et d’art [en ligne], mis en ligne le 12 octobre 2015, ˂http://www.dhistoire-et-dart.com/approche/LeBrun_Adoration-Bergers_Conde.html˃ (consulté le 6 janvier 2016).

Le Pas de Sécheval Anne, 2000a, « Lamentations sur le Christ mort », dans O. Bonfait et N. MacGregor (dir.), Le Dieu caché : les peintres du Grand Siècle et la vision de Dieu, cat. exp. (Rome, Académie de France, 19 octobre 2000-28 janvier 2001), Rome, Ed. de Luca, p. 149-151.

Le Pas de Sécheval Anne, 2000b, « Peinture et spiritualité au xviie siècle : l’église parisienne des Carmélites de l’Incarnation, entre bérullisme et tradition carmélitaine », revue xviie siècle, no 208, p. 387-406.

Le Pas de Sécheval Anne, 2012a, « Charles Le Brun architecte : ses projets pour des maîtres-autels d’églises parisiennes, entre ambitions artistiques et stratégies de carrière », Zeitschrift für Kunstgeschichte, no 4, p. 473-486.

Le Pas de Sécheval Anne, 2012b, « Le crucifix aux anges de Charles Le Brun : genèse et enjeux d’une commande d’Anne d’Autriche », Revue de l’art, no 176, p. 43-49.

Le Pas de Sécheval Anne, 2014, « De la vision mystique à l’“invention mystique” du tableau d’autel dans la France du xviie siècle : Anne d’Autriche et l’abbé Jean-Jacques Olier, commanditaires de Charles Le Brun et Eustache Le Sueur », dans B. d’Hainaut-Zveny et R. Dekoninck (éd.), Machinae spirituales : les retables baroques dans les Pays-Bas méridionaux et en Europe. Contributions à une histoire formelle du sentiment religieux au xviie siècle, actes du colloque (Bruxelles, IRPA et l’Université livre de Bruxelles, 18-19 novembre 2010), Turnhout, Brepols, p. 253-268.

Le Pas de Sécheval Anne, 2016, « Le Brun décorateur d’église : peinture sacrée et usages universels du dessin », dans B. Gady et N. Milovanovic (dir.), Charles Le Brun (1619-1690), cat. exp. (Lens, musée du Louvre-Lens, 18 mai-29 août 2016), Lens-Paris, musée du Louvre-Lens-Lienart, p. 18-25.

Meyer Véronique, 2011, « Suites et cycles : les éditions illustrées de L’imitation de Jésus-Christ au xviie siècle », dans M. Delaveau et Y. Sordet (dir.), Édition et diffusion de « L’imitation de Jésus-Christ » (1470-1800) : études et catalogue collectif des fonds conservés à la bibliothèque Sainte-Geneviève, à la Bibliothèque nationale de France, à la bibliothèque Mazarine et à la bibliothèque de la Sorbonne, Paris, Bibliothèque nationale de France, p. 53-70.

Milovanovic Nicolas, 2003, « La résurrection de Charles Le Brun : un exemple de propagande colbertienne ? », Mélanges en hommage à Dominique Brachlianoff, numéro spécial des Cahiers du musée des Beaux-Arts de Lyon, p. 24-29.

Nexon Yannick, 2015, Le chancelier Séguier (1588-1672) : ministre, dévot et mécène au Grand Siècle, Paris, Champ Vallon.

Olivereau Christian (dir.), 2004, Les collections du carmel de Pontoise : un patrimoine spirituel à découvrir, cat. exp. (Pontoise, musée Tavet-Delacour de Pontoise, 20 novembre 2004-27 février 2005), Paris, Créaphis.

Richefort Isabelle, 1998, Peintre à Paris au xviie siècle, Paris, Imago.

Rybolt John E., 2001, « The Emblem and Motto of the Congregation of the Mission », Vincentian Heritage Journal, vol. 22, no 2, p. 123-152.

Somon Matthieu, 2014, « Des bienfaits des séjours romains : la Piétà de Charles Le Brun pour le chancelier Séguier », Studiolo, no 11, p. 189-198.

Somon Matthieu, 2015, « The Ineffability of Incarnation in Le Brun’s Silence or Sleep of the Child », dans W. S. Melion et L. Palmer Wandel (éd.), Image and Incarnation : The Early Modern Doctrine of the Pictorial Image, Leyde / Boston, Brill, p. 137-160.

Woolley Alexandra, à paraître, « “Interpréter la volonté de Dieu” : Vincent de Paul et la sculpture des âmes », dans F. Cousinié (éd.), Du corpus à l’exégèse : interpréter la peinture du xviie siècle en France, entre provinces et capitales européennes, actes du cycle de journée d’études (2014-2016).

Haut de page

Notes

1 Sur ce réseau dévot, voir les études de Depauw 1999, p. 214-215 ; Diefendorf 2004, p. 203-238 ; et plus récemment : Brejon de Lavergnée 2011, p. 186-192, et Nexon 2015, p. 299-302.

2 Abelly 1664, t. I, p. 133.

3 M. Vincent les appelle soit des « pauvres filles de village » ou des « bonnes filles de village » dans l’« Explication du Règlement, conférence du 31 juillet 1634 » : Paul 1920-1960, t. IX, p. 1-14.

4 Brejon de Lavergnée 2011, p. 145.

5 Paul 1920-1960, t. I, lettre 43, p. 79.

6 Ibid., t. I, lettre no 92, p. 141-142.

7 Ibid., t. I, lettre no 182. Celle-ci a été datée entre 1634 et 1638.

8 L’espace géographique occupé par les Filles de la Charité connut une nette expansion entre 1630 et 1660. Voir la carte de Brejon de Lavergnée 2011, p. 387.

9 Brejon de Lavergnée, Lavalle et Thuillier 1990, p. 269-271 ; Gardelle 1992, p. 291-294 ; et sur les connotations spirituelles de cet ensemble, voir Coquery 2000, p. 121-123.

10 Gady 2010, p. 79-125 ; Gady et Milovanovic 2016, p. 106-161.

11 Celle-ci avait tenu sur les fonts baptismaux la fille de l’éditeur qui souhaitait probablement célébrer la vie de cette dévote femme, morte en 1639 (voir son inventaire après décès, AN, Minutier central, ET/CXVII/508). Sur cette gravure, voir : Gady 2010, ill. 22 et 23, p. 52-53 ; Gady et Milovanovic 2016, cat. 27, p. 118-119.

12 Gady 2010, ill. 75, p. 111.

13 Paul 1920-1960, t. II, lettre 421, p. 9-10.

14 Il est possible que Le Brun ait réalisé ce dessin aux alentours de 1635 et que Vincent de Paul ait tardé à le faire graver et/ou imprimer. Sur l’estampe, voir Gady 2010, ill. 104, p. 53 et p. 167-169, où l’auteur la compare à la série gravée des œuvres de miséricorde de Jérôme David d’après Claude Vignon. Elle rappelle aussi que ce dernier fut chargé de décorer, avec Jean de Saint-Igny, la chapelle privée des Goussault-Fayet, dite la « Chapelle dorée » de l’église Saint-Gervais-Saint-Protais. Sur la suite gravée, voir Boyer 1998, p. 37-43, et sur la chapelle familiale, voir Kazerouni 2012, cat. 81, p. 206-211. Je tiens à remercier ici Bénédicte Gady qui m’a signalé la gravure du Seigneur de la charité et éclairée sur le réseau dévot de Charles Le Brun.

15 Le peintre prit un domestique de la marquise en apprentissage en 1628 (AN, Minutier central, ET/XXXVI/72) et, peut-être en retour de la fidélité de l’artiste, elle tint son enfant sur les fonts baptismaux en 1643 : Richefort 1998. Notons enfin que Mme Fayet était proche de Jean-François de Gondi, archevêque de Paris, qui lui apporta son soutien en tant que première présidente des Dames de la Charité, voir à ce propos, Diefendorf 2004, p. 228-229.

16 La figure du Christ évoque aussi les sceaux utilisés dès le début des années 1630 par Vincent de Paul pour cacheter ses lettres, voir à ce propos : Rybolt 2001, p. 123-152, et plus particulièrement p. 133.

17 II Cor. V, 14.

18 Paul 1920-1960, t. I, lettre 50, p. 86-87.

19 Il subsiste encore aujourd’hui à la maison mère des Filles de la Charité de Paris une interprétation peinte de la gravure qui lui est traditionnellement attribuée. Pour une reproduction de ce tableau, voir Brejon de Lavergnée 2011, cahier couleurs entre les pages 336 et 337. Louise de Marillac évoque dans ses lettres différentes peintures qu’elle réalisa en l’honneur du Christ et de la Vierge pour différents lieux de culte. Voir Marillac 1983, p. 727. Cette pratique, que Louise avait apprise au couvent durant sa jeunesse, était courante chez les religieuses : voir Chazal 1982 ; Bonnet, 1989, p. 433-472 ; et Olivereau 2004.

20 Paul 1920-1960, t. I, lettre 50, p. 86-87.

21 Cette dévotion christique fut très répandue chez les sœurs hospitalières en France au xviie siècle. Dinet-Lecomte 2005, chap. viii : « Spiritualité et pastorale caritatives des sœurs hospitalières », p. 359-421.

22 Gossin 1834, p.159.

23 Abelly 1664, livre I, chap. 18, p. 57.

24 Grenade 1661, p. 364.

25 Ibid., p. 584.

26 Richeome 1609, p.7.

27 Girard 1657, p. 61-64.

28 Sur ces considérations, voir Dekoninck 2005 et Cousinié 2007.

29 Brejon de Lavergnée 2011, p. 321.

30 I Cor. XII, 12-27.

31 Paul 1920-1960, t. IX, « Explication du Règlement, conférence du 31 juillet 1634 », p. 5.

32 Brejon de Lavergnée 2011, p. 107.

33 I Jn IV, 16.

34 Matt. XXV, 34 et XXV, 42.

35 Louise de Marillac écrivait souvent dans ses lettres que c’était « la charité de Jésus crucifié » qui la poussait à agir charitablement : Brejon de Lavergnée 2011, p. 325.

36 Sales 1747, p. 25.

37 Marillac 1983, L. 695, citée par Brejon de Lavergnée 2011, p. 325.

38 Vœu cité par Dinet-Lecomte 2005, p. 365.

39 « Conférence du 19 juillet 1640 », citée par Brejon de Lavergnée 2011, p. 173.

40 « Conférence du 9 mars 1642 », citée par Brejon de Lavergnée 2011, p. 173.

41 Paul 1920-1960, t. IX, « Conférence du 16 mars 1642 sur le service des malades », p. 60-66, voir p. 61.

42 « Conférence du 16 mars 1642 », citée par Brejon de Lavergnée 2011, p. 173.

43 Cette lettre fut rédigée entre 1640 et 1645 : Marillac 1983, L. 3, p. 334.

44 En décembre 1659, par exemple, elle adressa aux sœurs d’Ussel une cinquantaine d’images de tailles différentes : « Je vous envoie un peu plus que votre demi cent d’images ; les grandes valent plus que les petites, c’est avec celles que vous avez déjà ; en tout y en a pour 2 livres, 5 sols ; vous aussi vous n’avez que dix-sept images et non 17 feuilles doubles » (ibid., L. 642, p. 656-657).

45 Ibid., L. 190, p. 222-223, et Paul 1920-1960, t. III, lettre 999, p. 254.

46 Marillac 1983, L. 605, p. 621-622. En décembre 1658, par exemple, Louise de Marillac lui faisait parvenir les images pour qu’il les bénisse : « Voilà nos images et sentences de l’année que j’envoie à votre charité pour qu’il lui plaise que nous en fassions la distribution à l’ordinaire de votre part, après y avoir donné bénédiction pour nous obtenir grâce d’en faire bon usage. »

47 Ibid. Les lettres de Louise de Marillac rendent compte de cette mission évangélique. Les images étaient envoyées au plus tard au mois de février. En 1645, elle envoya « neuf images » aux sœurs d’Angers (L. 113 bis, p. 122-123) ; en 1647, « les images que la sainte Providence vous a fait échoir, tirez bien fruit des instructions qu’elles vous donnent » aux sœurs de Richelieu (L. 168, p. 188-189) ; en 1650, les « images de l’année » aux sœurs de Chantilly (L. 276, p. 313). En janvier 1657, elle envoya aux sœurs de Brienne et d’Angers leurs « images de l’année bénites par M. Notre Très Honoré Père » (pour Brienne, voir L. 393, p. 533, et L. 506, p. 531-532 ; et pour Angers L. 505, p. 529-530). En janvier 1658, elle posta à Barbe Angiboust résidant alors à Châteaudun « les images de l’année et celle d’une autre sœur » (L. 559, p. 579). En janvier 1659, elle adressa aux sœurs de Bernay des « images » bénites par M. Vincent (L. 608, p. 625-626). En décembre 1659, elle offrit celles déjà mentionnées aux Filles d’Ussel (L. 642, p. 656-657) et, en janvier 1660, elle en donna aux sœurs de Châteaudun (L. 648, p. 664-665), de La Fère (L. 650, p. 666-667), d’Arras (L. 651, p. 668-669) et de Bernay (L. 652, p. 669-670). Louise de Marillac veillait également à la qualité de ces images. En effet, dans une lettre envoyée à une sœur de Chars, en janvier 1652, elle explique qu’elle ne peut donner ses « images des années passées » à d’autres religieuses parce qu’il y a « de l’écrit pareil dessus or cela n’est pas raisonnable » (L. 339, p. 386-387).

48 Ibid. Elle expédia à Angers des images des « saints protecteurs de l’année » à la sœur Cécile Angiboust en février 1653 (L. 360 bis, p. 410) et mentionne une « sainte » dans une lettre adressée aux sœurs de Chantilly en janvier 1650, qu’elle décrit ainsi : « C’est cette sainte qui nous doit montrer notre métier puisqu’elle a été si heureuse de servir les pauvres en la personne de Notre-Seigneur, ainsi que nous servons Notre-Seigneur en la personne des pauvres » (L. 276, p. 313).

49 Selon les circulaires de la compagnie du xviiie siècle, aucune de ces images n’a été conservée. Brejon de Lavergnée 2011, p. 562, note 56.

50 Gady 2010, p. 40-59.

51 Gobillon 1676, p. 13, et Paul 1920-1960, t. I, p. 155-156, lettre 107, mai 1632. Sur les versions illustrées de L’imitation de Jésus-Christ que consultaient aussi certainement les sœurs, voir Meyer 2011, p. 53-70.

52 Dinet-Lecomte 2005, p. 368. Ces ouvrages étaient tellement familiers aux supérieures qu’au début du siècle suivant elles les nommaient par des titres raccourcis. Voir le « Catalogue des livres usités dans la compagnie des Filles de la Charité [15 décembre 1727] », retranscrit par Brejon de Lavergnée 2011, p. 373-376.

53 Woolley, à paraître.

54 Suffren 1640-1641 et Bonnefons 1650.

55 Pierre-Jean Mariette (1740-1770) cité par Gady 2010, p. 106 et note 350, p. 435.

56 Kerspern 2015.

57 Gady 2010, p. 42-47, ill. nos 8, 10, 11 et 14.

58 Voir note 19. Pour les copies peintes de la gravure, voir notamment, sur la base Palissy, les numéros de référence suivants : Île-de-France, PM78000544 ; Grand Est, OA010031004117, OA010031027257, PM10002672, OA010031024943, PM10000305 ; Hautes-Alpes, IVR93_82050377. Voir aussi, à propos de ces images, Gady 2010, p. 425, note 206, et Rybolt 2001.

59 Les exemples du Grand Est témoignent matériellement de la présence des Filles de la Charité en Champagne pendant la guerre de Trente Ans. Cette mission avait été menée à l’instigation de la compagnie du Saint-Sacrement dont faisait partie saint Vincent, et plus particulièrement grâce à l’influence de l’un de ses membres, le janséniste Charles Maignart de Bernières (1616-1662). Voir à ce sujet : Depauw 1999, p. 196-206.

60 Cette gravure a été recensée par John E. Rybolt et est visible sur son site : ˂http://stvincentimages.cdm.depaul.edu/˃.

61 Voir parmi d’autres : Cojannot-Le Blanc 2012 et 2015, p. 51-61 ; Cousinié 2007, p. 9-28 ; Gady 2010, p. 221-231 et p. 282-285 ; Le Pas de Sécheval 2000a, p. 149-151, et, du même auteur, 2000b, p. 387-406 ; 2012a, p. 473-486 ; 2012b, p. 43-49 ; 2014, p. 253-268, et 2016, p. 18-25 ; Milovanovic 2003, p. 24-29, et Somon 2014, p. 189-198, et 2015, p. 137-160.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Pierre Daret d’après Charles Le Brun, Le Seigneur de la charité, 1640, eau-forte, 47 × 35,5 cm. Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la photographie, Da 35, fo 52.
Crédits © BNF
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14489/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 2 : Détail de la figure 1.
Crédits © BNF
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14489/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Fig. 3 : Détail de la figure 1.
Crédits © BNF
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14489/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Fig. 4 : Détail de la figure 1.
Crédits © BNF
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14489/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 3,4M
Titre Fig. 5 : Détail de la figure 1.
Crédits © BNF
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14489/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Fig. 6 : Michel Lasne d’après Charles Le Brun, frontispice pour L’année chrestienne, ou Le sainct et profitable employ du temps pour gaigner l’éternité de Jean Suffren (Paris, Claude Sonnius, 1640, t. I, partie I), eau-forte, 22,5 × 17 cm.
Crédits © BNF
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14489/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 7 : Anonyme d’après Charles Le Brun frontispice pour L’année chrestienne, ou le Sainct et profitable employ du temps pour gaigner l’éternité de Jean Suffren (Paris, Claude Sonnius, 1640, t. I, partie II), eau-forte, 22,5 × 17 cm.
Crédits © BNF
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14489/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 4,3M
Titre Fig. 8 : Détail fig. 7.
Crédits © BNF
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14489/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 4,6M
Titre Fig. 9 : Gilles Rousselet d’après Charles Le Brun chez Pierre Mariette, Iesus Amabilis, vers 1634-1638, eau-forte, 37 × 24 cm. Nancy, musée des Beaux-Arts, INV.TH.99.15.4196.(1). Donation Jacques et Guy Thuillier.
Crédits © Ville de Nancy, P. Buren
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14489/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 5,7M
Titre Fig. 10 : Gilles Rousselet d’après Charles Le Brun, chez Pierre Mariette, Mater Amabilis, vers 1634-1638, eau-forte, 37 × 24 cm. Nancy, musée des Beaux-Arts, INV.TH.99.15.4196.(2). Donation Jacques et Guy Thuillier.
Crédits © Ville de Nancy, P. Buren
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14489/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 5,6M
Titre Fig. 11 : Anonyme d’après Charles Le Brun, Iesus Amabilis, frontispice pour Les vies des saincts en abrégé et leur doctrine en maximes d’Amable Bonnefons (Paris, Sébastien Piquet, 1650, t. I), eau-forte, environ 22 × 15 cm.
Crédits © BNF
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14489/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Fig. 12 : Anonyme d’après Charles Le Brun, Mater Amabilis, frontispice pour Les vies des saincts en abrégé et leur doctrine en maximes d’Amable Bonnefons (Paris, Sébastien Piquet, 1650, t. II), eau-forte, environ 22 × 15 cm.
Crédits © BNF
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14489/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 648k
Titre Fig. 13 : Anonyme, La charité de Jésus-Christ nous presse, vers 1660, eau-forte. Collection John Rybolt.
Crédits © John Rybolt
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14489/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandra Woolley, « Le Seigneur de la charité : une image de Charles Le Brun pour les Filles de la Charité », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2017, mis en ligne le 22 décembre 2017, consulté le 22 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/crcv/14489 ; DOI : 10.4000/crcv.14489

Haut de page

Auteur

Alexandra Woolley

Docteur en histoire de l’art, chargée de cours à l’université Jean-Jaurès, Toulouse. Thèse de doctorat soutenue en décembre 2015, intitulée Du bon usage de la vertu : images de charité dans l’art français du xviie siècle.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals