Navigation – Plan du site
2017

À la cour et à la ville

Le logement des ducs et pairs à Versailles
At Court and in the City: Housing Dukes and Peers in Versailles
Alix de Bouvier

Résumés

En 1682, Louis XIV décida de fixer sa cour à Versailles. De nombreux appartements furent créés dans le château, pour loger les membres de la famille royale, les princes du sang et les personnes exerçant une charge auprès de l’un d’entre eux. Indispensables pour participer à la vie de la cour, les logements étaient attribués par le gouverneur et intendant, suivant la charge du courtisan. Ceux des ducs et pairs étaient relativement vastes. La distribution intérieure traduisait une recherche de confort et un besoin d’intimité. Le mobilier, moins luxueux que celui des hôtels parisiens, reflétait tout de même les goûts du jour. Les courtisans possédaient ou louaient également un hôtel en ville, pour les services. Leur architecture était soumise au contrôle des Bâtiments du roi, qui cherchaient à imposer un modèle unitaire, dans un souci esthétique, de propreté et de modernité. L’administration fut donc à l’origine d’une typologie propre à Versailles. Cependant les nombreuses réparations nécessaires furent autant d’occasions de contrevenir au règlement. Ainsi, sous Louis XV, la ville avait-elle perdu tout ce qui faisait son originalité. L’ameublement témoigne de l’importance des services de bouche, mais aussi des espaces de stockage, pour le linge, les aliments, les chevaux et voitures.

Haut de page

Notes de la rédaction

Cet article est issu de deux mémoires : le premier en 1re année de 2e cycle réalisé dans le cadre du groupe de recherche « Versailles » de l’École du Louvre en partenariat avec le Centre de recherche du château de Versailles et dirigé par Raphaël Masson et Mathieu da Vinha (session 2014-2015) ; le second en 2e année de 2e cycle de l’École du Louvre et dirigé par Mathieu da Vinha (session 2015-2016).

Texte intégral

  • 1 Ormesson 1860-1861, t. II (1861), p. 142-143.

1À partir des années 1660, les séjours de la cour à Versailles devinrent de plus en plus fréquents. Le château, tout en ayant été embelli, n’avait pas encore été véritablement agrandi et les courtisans y étaient à l’étroit. Olivier Lefèvre d’Ormesson rapporte que, lors des fêtes de mai 1664, « tous les courtisans estoient enragés ; car le roy ne prenoit aucun soin d’eux, et MM. de Guise, d’Elbeuf n’avoient pas quasy un trou pour se mettre à couvert1. »

  • 2 Croÿ 1906-1907, t. IV (1907), p. 192-193.
  • 3 Da Vinha 2009, p. 64.
  • 4 Himelfarb 1989, p. 86.

2On commença donc à élever des hôtels devant le château, le long de la future place d’Armes, pour la commodité des courtisans suivant le roi. Après de nouveaux travaux, Louis XIV décida de fixer sa cour à Versailles en 1682. De nouveaux travaux furent effectués, et les membres de la famille royale, les princes du sang ainsi que les personnes exerçant une charge à la cour purent bénéficier d’un appartement dans le château. Pour les courtisans, il s’agissait d’une faveur enviée, comme le note encore le duc de Croÿ en 1780 : « J’ai toujours remarqué que les deux seules grâces réellement d’un usage agréable à la cour, sont les entrées et un bon logement au château, et, pour les femmes, le tabouret. Le reste est peu de chose auprès de cela2. » Indispensable, l’appartement offrait un refuge pendant les nombreux temps creux de la vie de cour ; on s’y retirait pour se changer, se reposer ou recevoir ses amis, afin d’entretenir ses réseaux3. Il permettait en outre de faire sa cour avec assiduité sans être obligé de retourner à Paris ou en ville le soir venu et sans craindre de manquer une nouvelle ou une intrigue4. En plus de leur appartement, la plupart des courtisans disposaient également d’un hôtel en ville. Ils y reléguaient tout ce qui, faute de place, ne pouvait rester au château : domestiques, équipages, réserves alimentaires et linge.

  • 5 Newton 2000 et Newton 2006.
  • 6 Solnon 1997 et Newton 2008.
  • 7 Lagny 1990-1992 et J. Portier, Propriétaires versaillais des origines à l’an II, 1982, 4 vol. (manu (...)
  • 8 Jestaz 2008 et Gady 2010.

3Alors que de nombreuses études portent sur les logements de la famille royale, peu d’auteurs se sont penchés sur ceux destinés aux courtisans. La grande monographie de William R. Newton s’est attachée à situer la plupart des habitants au sein du château, depuis le vaste logement jusqu’à la petite mansarde5. D’autres ouvrages ont cherché à redonner vie à ces espaces, décrivant les différents aspects de la vie quotidienne6. Les hôtels versaillais ont d’abord été étudiés par des érudits locaux, tels que Jean Lagny ou Jacques Portier. Ces auteurs ont reconstitué l’histoire d’un quartier ou d’une rue, maison par maison, mais en se limitant à la succession des propriétaires et des locataires7. L’intérêt porté à l’architecture domestique de Versailles, et notamment aux hôtels, est plus récent : le sujet a été abordé dans les grandes monographies d’architectes8. Mais l’ensemble de ces études se concentre sur le bâti, laissant de côté la manière d’habiter ces espaces. Peu d’auteurs se sont en effet intéressés à l’ameublement des appartements et des hôtels des courtisans : étaient-ils aussi richement meublés que les demeures parisiennes ? L’étude du mobilier livre d’ailleurs de précieuses informations sur la vie de la cour, la sociabilité et la convivialité, l’histoire du goût ou les commodités.

4Les appartements des courtisans au château ont pour la plupart disparu avec les aménagements de Louis-Philippe. Quant aux hôtels en ville, bien peu ont été conservés dans leurs dispositions d’origine : outre ceux détruits au xixe siècle, de nombreux bâtiments ont été surélevés, la distribution intérieure sacrifiée aux besoins locatifs. Mais les devis de construction, les plans et élévations qui y sont parfois annexés, permettent de comprendre la façon dont ils étaient bâtis. Les états des logements et la correspondance des gouverneurs de Versailles révèlent des détails non moins intéressants sur les appartements du château. Enfin, les inventaires après décès permettent d’imaginer leur ameublement et leur décor, et donc l’art de vivre à Versailles.

5Parmi tous les logeants, nous nous sommes intéressés aux ducs et pairs, détenteurs pour la plupart de grandes charges. Douze courtisans, grand chambellan, premiers gentilshommes de la Chambre du roi, capitaines des gardes du corps, colonel des gardes-françaises ou grand fauconnier, ont été étudiés, depuis la construction des premiers hôtels en 1665 jusqu’au départ de la cour en 1789. Pour chacun d’entre eux, nous nous sommes attachés à décrire leur logement au château ainsi que leur hôtel en ville, ces deux espaces étant complémentaires. Nous nous apercevrons donc que l’appartement du château constituait un pied-à-terre très demandé, bien que souvent modeste, tandis que l’hôtel en ville, soumis à une réglementation stricte en matière d’architecture et d’urbanisme, apparaissait comme une annexe indispensable au train de vie d’un duc et pair.

L’appartement au château : un pied-à-terre envié

Critères d’attribution et d’emplacement

L’attribution des logements

  • 9 Stratmann-Döhler 1993, p. 175-176.
  • 10 Newton 2000, p. 97 et p. 100.

6La distribution des appartements incombait à l’intendant et gouverneur du château, qui prenait ses ordres du roi. Cette charge garantissait à son propriétaire une proximité avec le souverain, mais l’exposait aussi au harcèlement des courtisans en quête d’un logement9. On distinguait deux types de logements : les appartements de fonction et les appartements de faveur. La distinction entre les deux n’était guère évidente : les premiers étaient attachés à l’office du courtisan, tandis que les autres étaient attribués à titre privé. Le colonel des gardes-françaises logeait ainsi au rez-de-chaussée du pavillon terminal de la Vieille Aile. Il s’agissait d’un appartement de fonction : de 1682 à 1789, il fut toujours occupé par le colonel des gardes françaises, la transmission étant automatique10. Le logement de quartier du capitaine des gardes du corps était situé sous le cabinet du Conseil et les cabinets intérieurs du roi ; les capitaines des gardes, au nombre de quatre, s’y relayaient pendant leur service. Meublé par le Garde-Meuble de la Couronne, cet appartement leur permettait de disposer d’un pied-à-terre proche de la salle des gardes du Roi, et du souverain, qu’ils ne quittaient pas. Le reste de l’année, ils retournaient dans leur appartement privé. Dans les faits, il arrivait fréquemment que les appartements de faveur se transmissent aussi avec la charge, revenant après le décès de l’occupant à son successeur. Mais le transfert n’était pas automatique, car bénéficier d’un appartement était une faveur royale. Le comte d’Évreux l’apprit à ses dépens après la mort de son oncle le comte d’Auvergne en 1707 :

  • 11 Saint-Simon 1879-1931, t. XV (1899), p. 288-289.

Le comte d’Évreux, qui, avec sa charge de colonel général de la cavalerie, qu’il avoit eue [du comte d’Auvergne], se crut toute sa dépouille due, n’eut point son logement à Versailles, qui fut donné au maréchal de Villars, ni son gouvernement du Limousin, qui fut donné au duc de Berwick. Il ne le pardonna à l’un ni à l’autre, se plaignit d’eux amèrement, surtout du dernier, et n’a jamais vécu depuis avec lui qu’en froideur tout à fait marquée. C’est ainsi qu’on essaie de tourner les grâces en patrimoine11.

  • 12 Stratmann-Döhler 1993, p. 176.
  • 13 Newton 2000, p. 184-185, 235 et 532.

7L’importance de la faveur royale et le manque d’espace plaçaient les occupants dans une position instable, puisqu’il suffisait de travaux de transformation, de l’arrivée d’un nouveau venu ou d’une disgrâce pour se voir déplacé, amputé ou délogé. La commodité d’une seule personne entraînait souvent des déménagements en cascade, impliquant jusqu’à douze personnes12. Certains courtisans changeaient constamment de logement, jusqu’à en obtenir un satisfaisant : le duc de Fleury logeait avant 1738 dans l’hôtel de la Surintendance, où il disposait d’un appartement vaste, mais éloigné du château. En 1738, il avait quitté la Surintendance pour trois pièces et six entresols au rez-de-chaussée de l’aile des Princes. Le logement était plus étroit, mais au moins était-il situé dans le château. En 1741, ses fonctions de premier gentilhomme de la chambre du roi lui valurent le confortable appartement du duc de La Trémoille, dans l’attique du corps central, composé de seize pièces et d’un entresol13. La localisation du logement revêtait donc une grande importance.

L’emplacement

  • 14 Croÿ 1906-1907, t. I (1906), p. 115, 149-150, 156-158, 317.
  • 15 Campan 1999, p. 128.

8L’emplacement des logements ne suivait pas de règle stricte. Peu nombreux, les appartements du corps central étaient occupés par de fidèles serviteurs et amis du roi, souvent des premiers gentilshommes de la Chambre. Le duc de Fleury logeait en 1788 au-dessus de la salle des gardes et de l’escalier de la Reine : il faisait partie du cercle de Louis XV et de la marquise de Pompadour, et était régulièrement invité lors des dîners du roi et des voyages à Choisy14. Le duc et la duchesse de Duras, qui occupaient en 1789 l’ancien appartement de Mme de Maintenon, au premier étage, contre la salle des gardes, étaient des amis de Marie-Antoinette, qu’ils recevaient souvent15.

  • 16 Voir Newton 2000, p. 57-59.
  • 17 Appartements numérotés 65, 66 A, 67, 68 et 69 : ibid., p. 183-184.

9Une grande importance était accordée au voisinage, car la présence de la famille et des amis atténuait les heures d’ennui et raffermissait les liens. Après avoir obtenu un logement, les courtisans cherchaient à annexer ou à échanger les pièces voisines, afin d’installer un père, un frère, une fille ou un ami. Si les « rues de Noailles » forment des ensembles remarquables par leur ampleur16, les exemples de regroupements familiaux abondent. Entre 1770 et 1777, le duc de Fleury parvint à réunir à ses côtés, au-dessus de l’appartement de la reine, son frère, l’évêque de Chartres, grand aumônier de la reine, son beau-frère et sa sœur, le marquis et la marquise de Castries, ainsi que sa fille, la duchesse de Beauvillier17 (fig. 1). Le duc de Luynes témoigne des stratégies mises en place par les courtisans pour se rapprocher les uns des autres, stratégies soumises à l’approbation royale. Il évoque en 1737 l’exemple du duc de Béthune, capitaine des gardes du corps, qui logeait le temps de son service dans l’appartement de quartier, et le reste de l’année, soit trois trimestres par an, dans le pavillon terminal de l’aile nord, près de son père le duc de Charost :

  • 18 Luynes 1860-1865, t. I (1860), p. 281.

Depuis que M. de Béthune est en quartier, il loge à l’appartement de quartier au-dessous du roi, ce qui fait que son logement sert à son fils et à sa belle-fille. Le changement de quartier l’embarrassoit, les privant de cette facilité. M. de Charost et lui imaginèrent de proposer à M. de Villeroy, qui va prendre l’appartement de quartier, de vouloir bien prêter le sien à M. de Béthune, à moins qu’il n’aimât mieux rester dans le sien et laisser M. de Béthune dans celui du quartier ; le tout supposant l’agrément du roi. M. de Charost et M. de Béthune dirent hier au roi qu’ils avoient une grâce à lui demander, et lui ayant expliqué de quoi il étoit question, il dit : « J’y consens, et de tout mon cœur. »18

  • 19 Voir Newton 2000, p. 55-57.
  • 20 Logement numéroté 61 et 62. Voir Baulez 2004, p. 42-54.
  • 21 Logement numéroté 58, 59 et 60.
  • 22 Logement numéroté 56 et 57.

10La proximité d’amis était tout aussi recherchée. Au xviie siècle, le regroupement des ducs de Beauvillier et de Chevreuse, dans l’aile nord, fut le théâtre des rencontres du « petit troupeau », autour de Fénelon et de Mme Guyon19. Dans les années 1740, les logements situés au-dessus du grand Appartement du roi constituèrent le quartier des maîtresses de Louis XV. On y accédait par l’escalier d’Épernon, du nom du duc qui occupait le logement en haut de l’escalier. En 1742, Louis XV installa sa maîtresse, la marquise de La Tournelle, future duchesse de Châteauroux, au-dessus des salons d’Apollon et de Mercure20. Les espaces situés au-dessus des salons de Mars et de Diane, dans la continuité21, furent attribués à sa sœur, la duchesse de Lauraguais. En 1744, l’appartement au-dessus des salons de l’Abondance et de Vénus22, qui avait été celui de la duchesse d’Épernon, échut au duc de Richelieu, qui jouait le rôle d’entremetteur auprès du roi.

Fig. 1 : Plan du second étage du château de Versailles (retombes rabattues), vers 1753. Paris, Archives nationales, O1 17662 no 3.

Fig. 1 : Plan du second étage du château de Versailles (retombes rabattues), vers 1753. Paris, Archives nationales, O1 17662 no 3.

Les rassemblements autour de la duchesse de Châteauroux en 1744 (en bleu) et autour du duc de Fleury vers 1770 (en rouge).

Archives nationales (France) – Avec le soutien de la Fondation des sciences du patrimoine / LabEx Patrima

11Ce regroupement, mis en place par le roi lui-même, montre combien la topographie du château a pu jouer dans les cabales et les coteries de la cour. Les trafics et revendications des courtisans concernaient également l’état des logements.

Les conditions de logement

Des appartements en mauvais état ?

  • 23 Paris, Archives nationales (désormais AN), O1 1802, no 536 : lettre du prince de Poix au comte d’An (...)

12À la mort du maréchal de Biron en 1788, le prince de Poix écrivit au comte d’Angiviller : « M. le duc du Châtelet prendra le logement de M. le maréchal de Biron. Il est dans un état affreux et impossible à habiter23. » Peut-être exagérait-il, mais en prenant possession de leur appartement, les courtisans réclamaient fréquemment des travaux de réparation et d’entretien : raccords de plâtre, restauration et blanchiment des plafonds et des lambris, remplacement des fenêtres et des parquets, restauration des cheminées, nettoyage des glaces et des dorures. D’autres demandes relevaient davantage de la fantaisie : création d’entresols, déplacement de cloisons, installation de fourneaux…

  • 24 Saint-Simon 1879-1931, t. VII (1890), p. 1. Voir les ordres de Louis XIV à Jules Hardouin-Mansart c (...)
  • 25 Newton 2000, p. 65-68.
  • 26 Ibid, p. 68-70.

13À la fin du xviie siècle, l’entretien était payé par l’Intendance et les aménagements par les Bâtiments, aussi chaque nouvel arrivant sollicitait-il des travaux, pour mettre le logement à son goût. Afin de réduire les dépenses, Louis XIV décida en 1700 de laisser les travaux à la charge des courtisans. Ceux-ci devaient au préalable obtenir l’autorisation du directeur général24. Sous Marigny, les travaux furent de nouveau payés par les Bâtiments, plus permissifs. Pour réclamer des changements, il fallait écrire au directeur général des Bâtiments, qui envoyait un contrôleur ou inspecteur général (L’Écuyer puis Heurtier) visiter l’appartement. Celui-ci écrivait un rapport. Un devis était ensuite transmis au roi, qui autorisait ou non les travaux25. À partir de 1774, le comte d’Angiviller mit un frein aux nouvelles demandes, et les dépenses trop élevées furent réparties entre l’occupant et l’administration. En quittant leur logement, les courtisans s’arrangeaient pour se faire rembourser par leurs remplaçants26.

De grands appartements

  • 27 Himelfarb 1989, p. 86.
  • 28 AN, Minutier central des notaires parisiens (désormais MC), LXXXVIII/702 : inventaire après décès d (...)
  • 29 État de 1787, cité dans Newton 2000, p. 171.
  • 30 Ibid., p. 164, 170, 185-186, 390.

14Les ducs et pairs de notre corpus disposaient en moyenne de treize à quatorze pièces. C’était peu par rapport à leurs hôtels en ville, mais beaucoup par rapport à la grande majorité des logements du château, composés de deux ou trois pièces seulement27. Les courtisans mariés qui vivaient à Versailles avec leur épouse jouissaient d’un logement double. Ils étaient d’ailleurs censés tenir une table, et avaient donc besoin d’un grand appartement. Les logements « de garçon », destinés aux célibataires, étaient plus petits : le duc de Villeroy, veuf, vécut de 1763 à 1766 dans huit pièces28 et le duc de Richelieu, qui avait obtenu son logement entre la mort de sa deuxième épouse en 1740 et son troisième mariage en 1780, occupait neuf pièces29. Les mieux lotis étaient des premiers gentilshommes de la chambre du roi mariés : les ducs de Rochechouart et de Duras habitaient en 1741 et en 1787 quinze pièces. Le duc de La Trémoille bénéficiait en 1741 de dix-sept pièces, comme le duc de Fleury qui hérita du logement30.

  • 31 Ibid., p. 52.

15Mais la comparaison du nombre de pièces ne donne qu’une indication, car de nombreux logements furent subdivisés au xviiie siècle, pour créer des pièces plus petites et plus nombreuses. En termes de surface, le logement du duc de Saint-Simon, comparable à celui du duc de Rochechouart, faisait deux cent cinquante mètres carrés31.

Des logements modernes et confortables

  • 32 AN, MC, VIII, 896 : inventaire après décès du duc de Chevreuse, commencé le 8 novembre 1712 (désorm (...)
  • 33 Saint-Simon recevait volontiers dans sa chambre pour le dîner : Saint-Simon 1879-1931, t. XXI (1909 (...)

16Au xviie siècle, les appartements étaient généralement constitués d’une antichambre, d’une chambre, d’un cabinet et d’une garde-robe avec, pour les plus chanceux, une cuisine : de 1689 à 1712, le duc et de la duchesse de Chevreuse disposèrent d’un appartement double dans l’attique sur le parterre du Nord. Un réchauffoir leur permettait de maintenir au chaud les plats préparés dans leur hôtel en ville32. Chaque appartement était autonome et s’ouvrait sur une antichambre, où les visiteurs attendaient d’être reçus et où s’arrêtaient leurs domestiques. Lieu de passage, cette pièce ressemblait à une salle d’attente, accueillant de nombreux sièges (douze chez le duc, quinze chez la duchesse), ainsi qu’un poêle quand elle ne disposait pas d’une cheminée. La chambre constituait le cœur de l’appartement. Espace de parade, elle servait à la fois de chambre à coucher et d’espace de réception33 : le meuble de la chambre de la duchesse de Chevreuse était notamment composé d’une grande couche à hauts piliers, d’un canapé, de dix fauteuils et de trois ployants. Il ne semble pas qu’une pièce fût spécifiquement dédiée aux repas : les tables meublaient à la fois des chambres et des antichambres. Dans chaque appartement, la chambre menait à un cabinet, lieu de travail et de détente. Celui de la duchesse renfermait un bureau, plusieurs tables de jeu et un cabaret de porcelaine composé de gobelets, de sucriers, de soucoupes et d’un pot à thé : c’est là qu’elle recevait ses plus proches amis. Les deux appartements, enfin, comprenaient chacun une garde-robe. Souvent contiguë à la chambre, cette pièce servait de lieu d’aisance, de remise pour les vêtements et de chambre pour les valets et femmes de chambre. Les autres domestiques couchaient dans une troisième garde-robe et une petite chambre situées dans l’entresol.

  • 34 AN, MC, XXIII, 526 : inventaire après décès du duc de Rochechouart, commencé le 6 juillet 1743 (dés (...)

17Le xviiie siècle vit croître le besoin de confort et d’intimité. Comme celles des hôtels, les pièces des appartements se spécialisèrent, séparant nettement les espaces dédiés à l’apparat de ceux réservés à la vie privée. Le logement occupé par le duc et la duchesse de Rochechouart dans les années 1740 en témoigne : situé à côté de l’ancien appartement du duc de Chevreuse, dans l’attique de l’aile nord, il comprenait deux antichambres, une salle de compagnie, la chambre du duc, flanquée d’un cabinet et d’une garde-robe entresolée, la chambre de la duchesse, avec un petit cabinet de commodité et une garde-robe. Une cuisine, un office, un garde-manger et une petite chambre de domestique situés en entresol ainsi que deux autres chambres de domestiques complétaient l’habitation34 (fig. 2 et 3).

Fig. 2 : Plan de l’appartement du duc de Rochechouart, dans l’attique de l’aile nord sur le jardin, entre celui du duc de Chaulnes et ceux du duc de Luxembourg et de M. de Courtenvaux (retombe relevée), vers 1741-1743, Traits d’encre de Chine, murs pochés à l’encre de Chine, lavis rose, 24 × 37 cm. Paris, Archives nationales, O1 17991, no 15.

Fig. 2 : Plan de l’appartement du duc de Rochechouart, dans l’attique de l’aile nord sur le jardin, entre celui du duc de Chaulnes et ceux du duc de Luxembourg et de M. de Courtenvaux (retombe relevée), vers 1741-1743, Traits d’encre de Chine, murs pochés à l’encre de Chine, lavis rose, 24 × 37 cm. Paris, Archives nationales, O1 17991, no 15.

Archives nationales (France) – Avec le soutien de la Fondation des sciences du patrimoine / LabEx Patrima

Fig. 3 : Plan de l’appartement du duc de Rochechouart, dans l’attique de l’aile nord sur le jardin, entre celui du duc de Chaulnes et ceux du duc de Luxembourg et de M. de Courtenvaux (retombe rabattue), vers 1741-1743, traits d’encre de Chine, murs pochés à l’encre de Chine, lavis rose, 24 × 37 cm. Paris, Archives nationales, O1 17991, no 15.

Fig. 3 : Plan de l’appartement du duc de Rochechouart, dans l’attique de l’aile nord sur le jardin, entre celui du duc de Chaulnes et ceux du duc de Luxembourg et de M. de Courtenvaux (retombe rabattue), vers 1741-1743, traits d’encre de Chine, murs pochés à l’encre de Chine, lavis rose, 24 × 37 cm. Paris, Archives nationales, O1 17991, no 15.

Archives nationales (France) – Avec le soutien de la Fondation des sciences du patrimoine / LabEx Patrima

  • 35 Newton 2000, p. 52.
  • 36 AN, MC, LI, 1197 : inventaire après décès du duc de Fleury, commencé le 21 avril 1788 (désormais Fl (...)
  • 37 Courtin 2011, p. 44.
  • 38 AN, O1 1811, no 71: lettre de Marigny à L’Écuyer, 23 juillet 1753.

18La première antichambre servait de débarras, accueillant une chaise à porteurs, une fontaine à laver les mains et plusieurs tables. Cette pièce est parfois mentionnée dans les inventaires sous les termes de « vestibule » ou d’ « antichambre de la livrée », car les domestiques s’y tenaient en journée35. Elle menait à une seconde antichambre, plus vaste, souvent commune aux appartements des deux époux, qui faisait office de salle à manger. Dans certains appartements, les repas étaient pris dans la première antichambre : celle du duc de Fleury contenait en 1788 douze chaises, quatre tables à manger à rallonges, ainsi qu’une fontaine et une cuvette de cuivre rouge, pour laver les verres36. Réservée à la sociabilité, la salle de compagnie fit son apparition dans les logements du château au xviiie siècle. Elle était agréablement orientée, donnant souvent sur le jardin et précédant la chambre de la maîtresse de maison. Vaste et richement meublée, elle permettait de recevoir une compagnie nombreuse. Parallèlement, la chambre devint une pièce privée, affectée au repos et à l’intimité. Elle donnait souvent accès à un cabinet et à une garde-robe, pour la toilette et les commodités. Les salles de bains, apparues dès le xviie siècle dans les hôtels parisiens37, restaient au château l’apanage des membres de la famille royale, des princes de sang et de rares privilégiés, comme la duchesse de Tallard, gouvernante des Enfants de France de 1729 à 175438.

19Les services étaient limités, et tous les courtisans ne bénéficiaient pas de cuisines. En 1710, quand il reçut son logement, Saint-Simon nota avec enthousiasme :

  • 39 Saint-Simon 1879-1931, t. XIX (1906), p. 338.

[Le roi] prit un soin marqué de nous former le plus agréable logement de Versailles : il délogea pour cela d’Antin et la duchesse Sforze, pour des deux nous en faire un complet à chacun ; il y ajouta des cuisines dans la cour au-dessous, chose très rare au château, parce que nous donnions toujours à dîner, et souvent à souper, depuis que nous étions au château39.

  • 40 Newton 2000, p. 333.

20Les cuisines privées n’avaient pas été prévues dans les plans originaux du château ; elles furent installées au rez-de-chaussée des ailes latérales au moment de leur construction : celle du duc de Saint-Simon se trouvait dans l’aile nord, sous son appartement40. Mais des cuisines improvisées furent peu à peu établies directement dans les logements. La plupart des ducs et pairs jouissaient donc dans leur appartement d’une cuisine ou du moins d’un petit réchauffoir, équipé d’un fourneau. Les plus chanceux disposaient de plusieurs pièces de service. La cuisine, où l’on préparait et cuisait la viande, renfermait les ustensiles dédiés à la préparation des repas. L’office servait à la préparation du fruit ; on y remisait aussi la vaisselle. Parfois, une petite annexe servait de garde-manger ou de bûcher pour le bois. Ces pièces étaient reléguées dans les entresols ou les attiques, afin de mieux camoufler les odeurs.

  • 41 État de 1741, cité dans ibid., p. 488.
  • 42 AN, MC, II, 564 : inventaire après décès du duc de Gesvres, commencé le 3 octobre 1757 (désormais G (...)

21Quelques appartements enfin présentaient des privilèges dus à leur emplacement : le duc de La Vallière, dans l’ancien hôtel de la Surintendance, avait une cuisine à sa disposition en 1741, mais aussi deux caves, l’une sous un degré, l’autre sous le gros pavillon, dans lesquelles il pouvait remiser son vin41. Les rares terrasses étaient appréciées ; elles constituaient de petits jardins privés : dans les années 1750, le duc de Gesvres avait installé sur la terrasse à l’attique de la Vieille Aile, des treillages, des grottes, des bancs et des volières, ainsi que des pompes, tuyaux et cuvettes de plomb, qui servaient d’abreuvoir aux oiseaux42.

  • 43 Newton 2000, p. 53.

22Relativement modernes et vastes, les logements des ducs et pairs représentaient le « haut de gamme des appartements auxquels pouvaient prétendre les courtisans43 » ; ils permettaient de loger plusieurs domestiques.

Les occupants d’un appartement

  • 44 Gesvres 1757.
  • 45 Fleury 1788.

23Les inventaires après décès montrent que chaque appartement abritait entre trois et dix domestiques. En 1757, le duc de Gesvres logeait deux valets de chambre, six domestiques dont l’activité n’est pas précisée, un frotteur chargé de l’entretien des parquets, et un chirurgien44. Le service du duc et de la duchesse de Fleury requérait en 1788 deux valets de chambre pour le duc, une fille de garde-robe, deux femmes et un valet de chambre pour la duchesse, deux officiers chargés de l’office et un laquais, tous logés au château45. Les domestiques les plus proches, valets et femmes de chambre, couchaient dans une garde-robe à côté de leur maître ou maîtresse, souvent un entresol bas et sans fenêtre. Les officiers logeaient dans une petite chambre à côté de la cuisine, voire dans l’office même. Enfin, les laquais et suisses dormaient dans l’une des antichambres.

  • 46 Saint-Simon 1879-1931, t. XVIII (1905), p. 296.

24Quelques ménages accueillaient aussi des parents qui ne possédaient pas d’appartement : le chancelier de Pontchartrain réservait deux pièces pour son frère, qui venait occasionnellement à la cour. Ce sont ces deux pièces qu’il proposa en 1709 au duc de Saint-Simon qui venait de perdre son logement46. D’autres exemples montrent qu’une sociabilité particulière s’exerçait, ce dont témoigne également le mobilier inventorié.

L’ameublement

Imprécisions et lacunes des inventaires

  • 47 AN, O1 1802, no 430 : lettre de Le Roi à d’Angiviller, 10 mars 1788 ; AN, O1 1802, no 432 : lettre (...)

25Princes de sang, officiers et courtisans ne mouraient pas au château : lorsqu’ils sentaient leur fin approcher, ils se faisaient porter à Paris, ou dans leur hôtel de Versailles s’ils n’étaient pas en état de voyager. Entre le décès et l’inventaire, les héritiers faisaient parfois vider l’appartement, soit pour regrouper les biens appartenant à la succession afin de faciliter le travail du notaire, soit pour libérer le logement. La pénurie de logements voulait en effet que les appartements fussent redistribués assez rapidement : le duc de Richelieu, âgé et malade, quitta son appartement le 10 mars 1788, et sa femme fit transporter ses meubles dans son hôtel de l’avenue de Saint-Cloud ainsi qu’à Paris. Dès le 16 mars, le logement trouvait preneur, avant même le décès du duc, qui eut lieu cinq mois plus tard47. L’inventaire après décès comporte donc des lacunes : si l’appartement n’a pas été complètement vidé après le décès, certains objets, comme l’argenterie, les livres ou les vêtements, sont la plupart du temps inventoriés avec ceux de Paris.

  • 48 AN, MC, CXII, 795 B : inventaire après décès du duc de La Vallière, commencé le 23 novembre 1780 (d (...)
  • 49 AN, O1 3277, no 8 : mémoire, 1740. Sur le fonctionnement du Garde-Meuble, voir Castelluccio 2004.

26La pauvreté de certains inventaires après décès, en matière de tapisserie notamment, laisse penser que l’ameublement privé était complété par des prêts du Garde-Meuble de la Couronne. La valeur des meubles du duc de Richelieu ne dépassait pas 2 110 livres, et celle du mobilier du duc de La Vallière atteignait 930 livres. Chez l’un comme chez l’autre, les notaires ne relevèrent aucune tenture, et très peu de sièges : dix chez La Vallière et dix-huit chez Richelieu, alors qu’à la même époque et pour une surface comparable, le logement du duc de Biron renfermait soixante-cinq sièges et deux banquettes48. Un mémoire de Pierre-Élisabeth de Fontanieu, intendant du Garde-Meuble, rapporte qu’il était d’usage au xviiie siècle de prêter des meubles au premier prince du sang et aux officiers affectés au service de la personne du roi : le capitaine des gardes en quartier, le premier gentilhomme de la Chambre en exercice, le premier valet de chambre, le premier valet de garde-robe et les garçons de la chambre de service. Recevaient également des meubles le premier secrétaire d’État de la Maison du roi, le conseiller général, les commandants et gentilshommes de la vénerie et du vautrait, ainsi que les gouverneurs, concierges et gardes meubles des châteaux royaux, dans le lieu de leur gouvernement49.

  • 50 Voir par exemple AN, O1 3454, p. 169-177 et 381-384 : inventaire des meubles, 1751 et AN, O1 3452, (...)

27En réalité, bien d’autres personnes étaient meublées, les passe-droits étant fréquents malgré les protestations de l’intendant. Si le comte de Noailles devait à sa charge de gouverneur de Versailles le privilège d’être entièrement meublé par la Couronne, les membres de sa famille en profitaient également : son père, le maréchal de Mouchy, sa belle-mère, la marquise d’Arpajon, son gendre et sa fille, le marquis et la marquise de Duras, reçurent de nombreux meubles50. Une lettre non datée de ce gouverneur peu scrupuleux témoigne de ces abus :

  • 51 AN, O1 1076, no 625 : lettre du comte de Noailles au roi.

Le comte de Noailles supplie très humblement Votre Majesté de vouloir bien lui accorder le premier logement vacant à Versailles pour sa fille et de lui permettre de demander en grand secret à M. de Fontanieu la charité de quelques meubles qui passeront pour être du gouvernement. Ce sera une belle œuvre ; la pauvre fille n’ayant que 12 000 livres pour elle, ses gens et tout51.

28Les prêts étaient référencés dans le journal du Garde-Meuble ainsi que dans les inventaires du château. Malheureusement ces derniers n’incluent pas tous les logements. Aucun des ducs et pairs étudiés n’y apparaît.

Un mobilier au goût du jour

  • 52 Dassas 2014, p. 86.
  • 53 Chevreuse 1712.
  • 54 Rochechouart 1743.
  • 55 Gesvres 1757.
  • 56 Rochechouart 1743.
  • 57 Villeroy 1766.
  • 58 Bluche 1973, p. 86.

29Frédéric Dassas voit dans un prix supérieur à 1 000 livres un témoignage de luxe et de très haute qualité52. De telles estimations étaient rares dans les appartements versaillais. Parmi les meubles de menuiserie, seuls le meuble de la chambre de la duchesse de Chevreuse fut estimé à 3 000 livres53, celui du salon du duc et de la duchesse de Rochechouart à 1 000 livres54, et le lit du duc de Gesvres à 1 200 livres55. Aucun meuble d’ébénisterie ne dépasse la centaine de livres, exceptés une « commode de bois satiné à un grand et deux petits tiroirs avec ornemens de bronze doré d’or moulu et son dessus de marbre vert campan56 », prisée 250 livres dans le salon des Rochechouart, ainsi qu’un « secrétaire à pieds de biche verni de la Chine ouvrant sur des tirans de fer, dont les bordures sont en bois de palissandre57 », prisé 120 livres dans la chambre du duc de Villeroy. Le mobilier des appartements versaillais était donc moins luxueux que celui des hôtels parisiens, sans doute parce que les logements du château n’étaient que des pied-à-terre pour les courtisans qui, sous Louis XV et Louis XVI, n’étaient que de passage à Versailles le temps de leur service58.

  • 59 La Vallière 1780.
  • 60 Biron 1788.
  • 61 Pardailhé-Galabrun 1988, p. 275.

30Par ailleurs, l’état de certains meubles laissait à désirer : les meubles sont souvent vieux, les draps élimés et les pieds de table brisés. L’appartement du duc de La Vallière abritait de vieux fauteuils « hors de service59 », et chez le maréchal de Biron, les murs étaient tendus d’une « vieille tenture de satinade cramoisi absolument en lambeaux60 ». Mais le mauvais état de certains objets n’était pas spécifique aux appartements du château : Annik Pardailhé-Galabrun explique que la société des xviie et xviiie siècles avait « le respect des choses », qu’elle ne jetait pas les objets hors d’usage, usés ou cassés61.

  • 62 AN, MC, II, 351 : inventaire après décès du duc d’Aumont, commencé le 9 avril 1704 (désormais Aumon (...)
  • 63 AN, MC, LXXIX, 32 : inventaire après décès du duc de La Trémoille, commencé le 12 juin 1741 (désorm (...)
  • 64 Villeroy 1766 ; Fleury 1788.

31Le mobilier traduit malgré tout une recherche de confort et une volonté de suivre la mode. Le bois doré ou peint, utilisé pour les sièges, remplace ainsi peu à peu le noyer tourné. De même, les inventaires rendent compte de la diversification des formes de lits au xviiie siècle. En 1704, le duc d’Aumont dormait dans un lit à deux rideaux seulement, peut-être un lit à la duchesse62. Apparu sous Louis XIV, celui-ci était surmonté d’un dais de même longueur que la couche, mais ne possédait pas de colonnes au pied. Ne comprenant que deux rideaux, il ne pouvait être entièrement clos. Par la suite, plusieurs chambres se dotèrent d’alcôves, dans lesquelles on installa des lits à deux chevets de même hauteur : quatre lits « en niche » furent inventoriés de 1741 à 178863. Quelques lits à la polonaise, dont les colonnes étaient prolongées par des tiges soutenant un dais de dimensions inférieures à la couche, furent également introduits dans la seconde moitié du siècle64.

32Enfin, les inventaires après décès livrent des renseignements précieux sur la vie des courtisans au château de Versailles, particulièrement sur la convivialité, la préparation des repas et l’hygiène.

L’importance de la sociabilité

  • 65 Ibid.

33Un appartement renfermait en moyenne soixante-deux sièges, ce qui permettait de recevoir de nombreux hôtes : le salon de compagnie du duc et de la duchesse de Fleury était meublé en 1788 d’un canapé, d’une chaise longue, de douze fauteuils, de quinze chaises et de deux bergères. Une commode, deux écrans, deux paravents et deux tables volantes complétaient l’ameublement de cette pièce prodigieusement encombrée65. Les sièges pouvaient être installés autour de tables de jeu. Leur présence évoque les occupations auxquelles on s’adonnait entre deux temps de la vie de cour : les jeux de cartes, notamment l’hombre, le quadrille, le piquet, le brelan, le tri et le quintille, mais aussi le trictrac et les dames.

  • 66 La Trémoille 1741.
  • 67 AN, MC, CII, 368 : inventaire après décès du duc de Boufflers, commencé le 6 octobre 1751 (désormai (...)

34Quelques inventaires décrivent également des instruments de musique : les invités du duc et de la duchesse de La Trémoille pouvaient se réunir autour d’un clavecin, dans la salle de compagnie66. Le duc et la duchesse de Boufflers disposaient d’une épinette et d’une guitare67. Rangés dans leurs étuis, dans un cabinet de toilette et dans la chambre du duc, elles étaient peut-être transportées en-dehors des appartements, afin de briller en société.

  • 68 Gesvres 1757.
  • 69 Luynes 1860-1865, t. XVI (1864), p. 186-187.

35Les nombreuses pièces de vaisselle confortent l’importance de la convivialité : le duc de Gesvres possédait en 1757 un service de porcelaine comprenant vingt-deux assiettes, sept compotiers, quatre saladiers, quatre sucriers, deux jattes à crème, six tasses et huit soucoupes, deux théières ; un service de porcelaine des Indes bleu et blanc comptant dix assiettes et quatre compotiers et un service de faïence composé de vingt-quatre assiettes et quatre pots à l’eau68. Le premier gentilhomme de la Chambre recevait à déjeuner une compagnie nombreuse : « Sa maison à Paris et son appartement ici [à Versailles] ne désemplissoient point depuis qu’il étoit éveillé jusqu’à ce qu’il se couchât. […] Il avoit tous les jours un grand dîner. Il ne paroissoit pas être occupé de la bonne chère, mais il étoit fort aise d’avoir beaucoup de monde69. » Les théières, posées avec des soucoupes et des tasses sur des plateaux de bois verni, de faïence ou de porcelaine, montrent aussi que les courtisans recevaient volontiers autour d’une tasse de thé, dans leur cabinet ou leur salon de compagnie.

La préparation des repas

  • 70 Aumont 1704 ; AN, MC, XXIII, 836 : inventaire après décès du duc de Duras, commencé le 4 novembre 1 (...)

36Lorsqu’ils comportaient une cuisine, les appartements renfermaient d’ailleurs des instruments perfectionnés pour la préparation des repas. Grils, broches, hâtelets et tournebroches permettaient de faire rôtir la viande dans l’âtre. Chaudrons, marmites et poêles étaient posées au-dessus des braises sur un trépied ou une chevrette, cercle de fer sur trois pieds. Les notaires évoquent de nombreux récipients à usages multiples, le plus souvent de cuivre rouge : casseroles, marmites, chaudrons, poêles à frire, à confiture, à caramel, à marrons, à café, poêlons, poissonnières, turbotières, tourtières, bouilloires et coquemars. Quelques fourneaux sont décrits chez le duc d’Aumont et le maréchal de Duras70 ; peut-être étaient-ils fournis par les Bâtiments chez les autres courtisans. Au xviiie siècle apparurent de nouveaux moyens de cuisson, fonctionnant au bois ou au charbon : les inventaires mentionnent fréquemment des réchauds, ainsi que quelques étuves.

L’hygiène : un confort relatif

  • 71 Pardailhé-Galabrun 1988, p. 356.
  • 72 Boufflers 1751.
  • 73 Fleury 1788.

37Outre les fontaines de cuivre, dans lesquelles on conservait l’eau, les appartements renfermaient divers objets destinés aux ablutions : fontaines à laver les mains, pots à l’eau et leurs cuvettes, seaux et bassins, la plupart du temps en faïence, parfois en terre blanche ou en porcelaine. Rares au début du siècle, ils devinrent plus nombreux par la suite. La pratique du bain était inhabituelle : aucune baignoire ne figure dans les inventaires étudiés, sans doute par manque de place, mais aussi parce que son utilisation était encore limitée dans la société, y compris au sein de l’aristocratie71. Les courtisans avaient donc recours à des installations simples : le duc de Boufflers disposait d’une cuvette de propreté, installée sur un chevalet72, le duc de Fleury d’un seau à laver les pieds73. À partir des années 1740, les appartements étaient presque tous équipés d’un bidet.

  • 74 Havard 1894, t. IV, col. 690.

38Mais les soins du corps étaient liés au paraître, plus qu’à l’usage de l’eau. Cinq tables de toilette furent inventoriées, dans des chambres ou des cabinets de toilette. On étendait par-dessus un morceau de tissu appelé toilette ou dessus de toilette, sur lequel étaient disposés gobelets, peignes, coffres à peigne et flacons de cristal, boîtes à poudre, à pâte, à pommade, à mouches ou à racines (certaines racines, celles de guimauves notamment, étaient utilisées pour nettoyer les gencives et les dents74). Au-dessus de la table de toilette était accroché un miroir.

  • 75 Chevreuse 1712.
  • 76 Gesvres 1757.

39Il y avait au château des toilettes publiques, mais, pour éviter leur fréquentation, on disposait d’objets de commodité. Un appartement abritait en général au moins deux chaises percées, l’une pour l’occupant, l’autre pour son épouse. Au début du xviiie siècle, les pièces étaient peu spécialisées : la chaise percée du duc de Chevreuse était installée dans sa chambre75. Par la suite, les commodités furent reléguées dans les garde-robes, qui faisaient aussi office de salles de bain, accueillant les bidets et les récipients destinés à la toilette corporelle. Chez le duc de Gesvres, huit pots-pourris de faïence, de porcelaine et de cristal camouflaient les odeurs dans une petite garde-robe76. Ils participaient en même temps au décor.

Le décor

Les revêtements muraux

  • 77 Stratmann-Döhler 1993, p. 161.

40Les Bâtiments fournissaient pour les pièces principales des boiseries, ornées de moulures simples. Elles pouvaient être de deux sortes : les lambris d’appui s’arrêtaient à mi hauteur, éventuellement complétés par de la toile, et les lambris de hauteur occupaient toute la surface du mur. Les murs des pièces secondaires étaient seulement peints en blanc et recouverts de tentures77.

  • 78 Havard 1894, t. I., col. 297.
  • 79 Pardailhé-Galabrun 1988, p. 373.
  • 80 Fleury 1788.
  • 81 Havard 1894, t. IV, col. 1459.

41Avant la seconde moitié du xviiie siècle, les garde-robes et les chambres de domestiques étaient le plus souvent habillées d’une tapisserie de Bergame, de peu de valeur, représentant de petits motifs. D’aspect grossier, elle était fabriquée sur le métier, avec de la laine, du coton, du chanvre, de la soie ou du poil de bœuf, de vache ou de chèvre. Sa chaîne, habituellement en chanvre, la rendait très solide78. Bien plus belles et nettement plus coûteuses, les tapisseries de Flandres étaient rares ; elles habillaient les murs des antichambres et des salons. Les revêtements de tissus, qui concurrençaient la tapisserie dans les logements parisiens79, s’imposèrent aussi à Versailles, jusqu’à représenter la moitié des tentures inventoriées. Moins coûteux et chatoyants, ils créaient des harmonies colorées entre les différents meubles. Le damas était fréquent dans les pièces principales : la chambre de la duchesse de Fleury était en 1788 ornée d’une tenture de damas cramoisi à motifs de palmes, encadrée de baguettes dorées et accordée aux garnitures du lit et des sièges80. La brocatelle de soie, le satin de Bruges, le gros de Tours, la tripe de laine et la tontisse, faite à partir de tonture de drap ou de laine81, étaient aussi utilisés, mais dans une moindre mesure. Dans la seconde moitié du siècle, quelques tissus peints ou imprimés, siamoises, indiennes et toiles de cotons à fleurs, égayaient les antichambres, les garde-robes et les chambres de domestiques. Les revêtements répondaient donc à la même logique que le mobilier : ils n’étaient guère luxueux, mais suivaient les tendances, reflétant l’exotisme et le goût pour la nature.

  • 82 Dictionnaire de Trévoux 1771, t. III, p. 30.

42Dans quelques chambres, cabinets et salons, des portières obstruaient les portes afin de lutter contre les courants d’air. La plupart étaient en tissu, drap, brocatelle, gros de Tours, damas, soie, moquette ou pluche, parfois ornées des armes du propriétaire. Elles étaient suspendues à une tringle, et éventuellement retenues par un croissant, branche de fer ou de cuivre recourbée82.

  • 83 Voir Villeroy 1766.
  • 84 Fleury 1788.
  • 85 Newton 2008, p. 149.
  • 86 AN, MC, CXVII, 345 : inventaire après décès du duc de Gramont, commencé le 19 septembre 1725 (désor (...)

43Installées au-dessus des cheminées ou entre les fenêtres, dans les chambres, les salons de compagnie et les cabinets, les glaces réfléchissaient la lumière et dilataient l’espace. Elles étaient souvent fournies par les Bâtiments du roi83. Lorsqu’ils ne parvenaient pas à s’en faire prêter, les courtisans pouvaient faire venir les leurs : les deux miroirs octroyés au duc de Fleury pour son salon de compagnie étaient complétés par deux autres qui lui appartenaient en propre84. Les Bâtiments donnaient alors un certificat, pour prouver que les glaces appartenaient bien à l’occupant. Après sa mort, les héritiers pouvaient les faire enlever, ou les laisser en place et les vendre à bas prix aux Bâtiments85. Les glaces enchâssées dans des trumeaux étaient complétées par de nombreux miroirs mobiles, encadrés dans une bordure simple ou à chapiteau, le plus souvent de bois sculpté doré ou peint. Leur hauteur était limitée par le volume des pièces ; elle oscillait généralement autour de 30 pouces (81,21 cm), mais on trouvait parfois des miroirs de plus de 50 pouces (135,35 cm) dans les grandes pièces. En 1725, le cabinet du duc de Gramont renfermait ainsi un miroir de 54 pouces (146,18 cm) de haut. Il complétait un trumeau composé de trois glaces qui, accrochées au-dessus de la cheminée, atteignaient ensemble 80 pouces de haut (216,56 cm)86.

Une « orgie de couleurs »

44Le rouge, notamment le rouge cramoisi, dominait largement dans l’ameublement : housses de sièges, garnitures de lit, tentures et rideaux, certaines pièces en étaient entièrement revêtues. On trouvait parfois des nuances orangées, aurore ou isabelle. Des franges et galons d’or ou d’argent, des broderies de soie rehaussaient ces teintes chaudes. Le jaune, le vert, le blanc, le violet et le bleu étaient également employés. Dans la seconde moitié du siècle, le rouge resta prédominant, malgré un recours de plus en plus fréquent au blanc, apportant plus de luminosité. Les tissus à rayures et à motifs, en particulier à fleurs, se multiplièrent.

  • 87 Pardailhé-Galabrun 1988, p. 400.

45Les couleurs des étoffes se mariaient à celles de bois : bois doré, ébène noir, poirier noirci, palissandre ou bois de violette, bois de placage et de marqueterie, acajou au ton rouge. Elles étaient relevées par des ornements de cuivre doré ou en couleur, et par des dessus de marbre aux teintes vives : marbre de Rance, rouge veiné, taché de blanc et de bleu ; marbre griotte d’Italie, rouge aux marbrures noires et aux taches blanches ; marbre vert Campan, vert clair animé de marbrures vert foncées et de traits gris ; marbre verrette aux veines jaunes, rouges, grises et violettes ; marbre brèche d’Alep, jaune taché de brun et de noir. Dans la seconde moitié du siècle, on préféra des teintes pastel, et on délaissa le bois doré pour le bois peint en blanc, en gris ou en vert. Il régnait donc dans certaines pièces une véritable « orgie de couleurs87 », répondant à la recherche de raffinement.

Les objets de collection : l’importance du portrait

  • 88 Gesvres 1757.
  • 89 Chevreuse 1712.
  • 90 Richelieu 1788.

46Les objets d’art, tableaux, estampes et bibelots permettaient d’agrémenter le logement et d’y ajouter une touche personnelle et sentimentale. Leur petit nombre est toutefois surprenant. Seul l’inventaire après décès du duc de Gesvres fait état d’un ensemble important d’objets, organisés pour former un décor. Cette collection comprenait deux cent vingt figures de porcelaine, seize estampes et soixante tableaux, dont l’artiste est le plus souvent resté inconnu. Seuls deux tableaux de Watteau sont décrits, mais il est malaisé de les identifier, car la description reste vague : « deux petits tableaux de Vateau ceintrés représentant l’un un bain et l’autre divers petits personnages88 ». Les autres appartements étaient décorés avec parcimonie. La grande majorité des tableaux inventoriés étaient des portraits, notamment des portraits de famille. Non compris dans la prisée des biens, les notaires les mentionnaient seulement « pour mémoire » ; leur sujet n’est malheureusement pas identifié. Accrochés dans une chambre, un cabinet ou un salon, ils étaient chargés d’une valeur affective particulière. Les portraits du roi, de la famille royale ou de membres du gouvernement étaient également fréquents. Ils exprimaient souvent des liens de fidélité ou d’amitié, à l’image de ce portrait du Dauphin qui ornait en 1712 le cabinet de la duchesse de Chevreuse89. L’appartement du duc de Richelieu renfermait quatre portraits donnés en 1768 par Louis XVI, alors Dauphin, le représentant, ainsi que son père90.

  • 91 Chevreuse 1712.
  • 92 Fleury 1788.
  • 93 Boufflers 1751.
  • 94 Fleury 1788.

47Les objets décoratifs, porcelaines ou pendules, agrémentaient le plus souvent les tablettes de cheminée : sept jarres de porcelaine bleue et blanche étaient posées au-dessus de la cheminée de la chambre du duc de Chevreuse91. Des bibelots divers étaient installés sur des étagères ou des meubles : des bocaux de verre blanc sur leurs pieds de cuivre argenté décoraient le boudoir de la duchesse de Fleury92. L’engouement pour les chinoiseries semble avoir été fort tout au long du xviiie siècle : on trouvait déjà en 1712 chez la duchesse de Chevreuse un « petit coffre de la Chine ». En 1751, chez la duchesse de Boufflers, plusieurs boîtes à vernis Martin imitaient la laque chinoise93. En 1788, deux « figures de la Chine » en porcelaine, accompagnées de fleurs de Saxe, étaient posées sur un plateau de cuivre dans la chambre de la duchesse de Fleury94.

48L’ameublement des logements suivait donc les tendances, adoptant les formes nouvelles. Les appartements ne renfermaient que peu d’objets de luxe, mais ils étaient équipés de tout le nécessaire pour vivre agréablement et recevoir une nombreuse compagnie. Le décor, faute de place, se limitait souvent au portrait : l’appartement était certes un pied-à-terre, mais les courtisans voulaient se sentir chez eux. Il restait cependant exigu, de sorte que la jouissance d’une annexe en ville était indispensable.

L’hôtel en ville : une annexe indispensable

La construction d’hôtels dans une ville nouvelle

Naissance et développement de la ville

  • 95 Scudéry 1669, p. 20-21.
  • 96 Léry 1922, p. 3-4.
  • 97 Jestaz 1973, p. 186.

49Les premiers hôtels de Versailles furent construits en 1665, peu de temps après les grandes fêtes de 1663 et 1664, pour les grands seigneurs de la cour et le service du roi. Il s’agissait de six pavillons identiques, élevés de part et d’autre de l’avant-cour du château, en avant des communs. Du côté de la future avenue de Saint-Cloud, le premier pavillon était destiné au prince de Condé, grand maître de la Maison du roi ; le second, partagé en deux, au vicomte de Turenne, maréchal général des camps et armées du roi, et au maréchal de Villeroy, ancien gouverneur de Louis XIV et chef du Conseil royal des finances ; le troisième au maréchal de Gramont, colonel des gardes françaises. En face, du côté de la future avenue de Sceaux, s’élevaient le pavillon du roi, celui de la reine, et celui partagé entre le cardinal de Coislin, premier aumônier du roi, et Monsieur. Ces « petits hôtels de campagne95 » étaient modestes. De forme presque carrée, ils ne présentaient qu’un étage entre le rez-de-chaussée et le comble mansardé. Derrière chaque pavillon, un bâtiment rectangulaire plus bas abritait remises et écuries96. Leur architecture s’harmonisait avec les façades du château (fig. 4). Peu de temps après, on édifia en face du château les hôtels de Noailles et de Lauzun-Guitry, plus vastes, sur des plans de Thomas Gobert. Jules Hardouin-Mansart éleva deux hôtels symétriques derrière, les hôtels de Chaulnes et de Bellefonds97. Pendant plusieurs années, ces dix premières constructions restèrent isolées.

Fig. 4 : Pierre Patel, Vue du château et des jardins de Versailles, prise de l’avenue de Paris, 1668, huile sur toile, 115 × 161 cm. Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, MV 765.

Fig. 4 : Pierre Patel, Vue du château et des jardins de Versailles, prise de l’avenue de Paris, 1668, huile sur toile, 115 × 161 cm. Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, MV 765.

© Château de Versailles, Dist. RMN-Grand Palais / Christophe Fouin

  • 98 AN, O1 15, fo 250 : déclaration du roi, 22 mai 1671.
  • 99 AN, O1 1050, p. 161 : déclaration du roi portant décharge d’hypothèques pour les maisons de Versail (...)

50Le nombre d’hôtels augmenta considérablement dans les années 1670. En effet, la fête du Grand Divertissement royal, le 18 juillet 1668, avait consacré l’importance de Versailles, et Louis XIV édicta des mesures pour encourager la construction et stimuler la création d’une ville active. Par la déclaration du 22 mai 1671, il entendait donner un terrain à tous ceux qui en feraient la demande98. Les bénéficiaires ne seraient astreints qu’à un faible cens annuel, et seraient exemptés du logement à la craie (lors des voyages de la cour, les fourriers inscrivaient à la craie sur les maisons le nom d’un courtisan ou d’un service que le propriétaire devait héberger). La déclaration du 24 novembre 1672 plaça les propriétaires à l’abri des créanciers : les maisons bâties à Versailles devinrent insaisissables99. Cette faveur représentait une véritable aubaine pour les courtisans, habituellement mauvais payeurs. Loin de leurs terres, ils dépensaient beaucoup pour mener un train de vie confortable, et accumulaient les créances. Les fournisseurs n’étaient pas toujours payés. Certains s’impatientaient, et faisaient saisir les maisons des débiteurs, ou prenaient sur elles des hypothèques. Conformément à la volonté de Louis XIV, la noblesse accourut donc. Les serviteurs de la cour, ainsi que les commerçants et artisans, attirés par l’essor de la ville et la présence du roi, firent bâtir des maisons plus modestes. La Ville-Neuve, futur quartier Notre-Dame, sortit de terre, au nord du château. Après l’abattement des dernières maisons rurales en 1674, de nouvelles constructions remplacèrent également l’ancien village, au sud.

  • 100 Voir Houth 1980, p. 260-262.
  • 101 Lemoine 1955, p. 255.

51En 1685, Louis XIV se résigna à sacrifier le Parc-aux-Cerfs, sa réserve de chasse, pour donner plus d’étendue à la ville. Un nouveau quartier, futur quartier Saint-Louis, fut donc tracé en prolongement du vieux village, parallèle à la Ville-Neuve. Mais son lotissement fut plus long, l’assèchement restant incomplet et les voies d’accès limitées (les avenues de Paris et de Sceaux étaient séparées par le jardin de l’hôtel de Bellefonds). Il ne fut pourvu d’une paroisse que sous le règne de Louis XV100. Quelques personnes de qualité, telles que la princesse d’Espinoy, le futur maréchal-duc de Villars ou le comte d’Auvergne, y reçurent néanmoins des terrains dès 1685101.

  • 102 Voir Houth 1980, p. 355-356 et 391-401.

52Sous Louis XV et Louis XVI, les limites de Versailles furent étendues au nord, au-delà de l’étang de Clagny, asséché et comblé en 1736, donnant naissance au quartier des Prés. La ville s’étendit également vers l’est : le village de Montreuil fut annexé en 1787. Mais ces nouveaux quartiers restaient éloignés du château, et on n’y construisit guère d’hôtel. En revanche, les grands du royaume y élevèrent des maisons de plaisance, à l’image de la marquise de Pompadour, de la comtesse de Marsan, du prince de Poix, de Madame Élisabeth ou de la comtesse de Provence102.

53Plusieurs possibilités s’offraient aux courtisans désireux d’obtenir une maison en ville : la construction, l’achat et la location.

Propriété et location

  • 103 Fromageot 1900a, p. 25.
  • 104 Ces brevets sont conservés dans les minutes notariales. Les dons étaient également consignés par le (...)
  • 105 AN, O1 1865 (1682-1708) : brevets de place à bâtir, p. 3.

54Pour obtenir un terrain, il convenait de s’adresser au surintendant ou directeur général des Bâtiments du roi. Celui-ci, après avoir obtenu l’accord du roi, délivrait une place en ville. Avant 1682, les dons de place étaient le plus souvent faits verbalement : dans de nombreux actes de vente de maisons, le vendeur dit avoir construit sur une place donnée par le roi sans posséder de titre de propriété103. Après l’installation définitive de la cour à Versailles, les demandes de places à bâtir devinrent plus nombreuses, et on chercha à éviter d’éventuelles contestations. Les Bâtiments délivrèrent systématiquement des brevets signés par le roi et le surintendant, indiquant notamment les dimensions du terrain, sa localisation et les noms des concessionnaires des terrains adjacents104. Près de cinq cents brevets furent ainsi délivrés entre 1682 et 1708. Ils enregistraient parfois un don verbal antérieur : en janvier 1690, les Bâtiments reconnurent avoir accordé au maréchal de Gramont une place, sur laquelle il avait fait bâtir un pavillon vingt-cinq ans auparavant105.

  • 106 Fromageot 1900a, p. 31 et Fromageot 1900b, p. 111-112.

55Si un courtisan ne parvenait pas à obtenir un terrain convenable par le moyen du don royal, il pouvait en acquérir un auprès d’un bénéficiaire d’un brevet. Le coût des places à bâtir dépendait de leur superficie, mais aussi de leur emplacement. Entre 1685 et 1710, les terrains à vendre dans le centre de la ville étaient déjà rares ; ils se vendaient 20 à 80 livres par toise. En revanche, dans le nouveau quartier du Parc-aux-Cerfs, encore peu construit, les prix ne dépassaient guère une livre par toise. Sous Louis XV, ils atteignaient déjà 2 à 20 livres. Mais les prix des terrains du centre étaient bien plus élevés : en 1769, une place à bâtir située rue Royale fut achetée 80 livres par toise106.

  • 107 Wilhelm 1977, p. 228.
  • 108 Levron 1964, p. 98.
  • 109 AN, MC, XCII, 573 : acte de vente, 26 septembre 1751.
  • 110 AN, MC, XXVI, 46 : bail et désistement, 30 novembre 1751.

56Les courtisans ne répugnaient guère à la location, qui évitait les déconvenues liées aux travaux. Les prix étaient moins élevés qu’à Paris, où il fallait en moyenne débourser 2 000 à 4 000 livres par an pour louer un hôtel entier107 : à Versailles, les loyers variaient de 1 000 à 2 000 livres108. La sous-location était également courante : elle permettait de partager le loyer. Après la mort de son mari en 1741, la duchesse de La Trémoille se retira de la cour, quittant son hôtel de la rue des Réservoirs. En 1750, le tuteur de son fils mineur loua l’hôtel pour trois ans à la duchesse de Lauraguais. Celle-ci sous-loua pour 1 500 livres par an une partie de l’hôtel au duc et à la duchesse de Fleury, se réservant quelques pièces. Mais, préférant probablement disposer d’un hôtel en pleine propriété, le duc acquit finalement l’hôtel de La Roche-sur-Yon, rue de l’Orangerie, le 26 septembre 1751109. Il résilia donc le bail de l’hôtel de La Trémoille le 30 novembre suivant. La duchesse de Lauraguais signa alors un nouveau sous-bail avec le marquis de Paulmy, secrétaire d’État de la guerre110. Moyennant 1 500 livres par an et le paiement de la moitié du salaire du portier, soit 15 sols par jour, elle lui abandonnait pour un an et trois mois la jouissance d’une grande écurie, une soupente pour loger les palefreniers, un grenier au-dessus, une remise, un hangar, une grande cuisine, un garde-manger, un office, une cave ainsi que plusieurs chambres. Le jardin et les lieux d’aisance restaient à disposition commune du locataire et du sous-locataire.

  • 111 Fromageot 1900b, p. 95.

57La propriété versaillaise était quelque peu précaire, car en partie dépendante de la présence de la cour : lors de son départ en 1715, les prix de l’immobilier s’effondrèrent111. Par ailleurs, les propriétaires qui souhaitaient faire bâtir n’étaient pas complètement libres : situés autour du château, les hôtels en constituaient le décor, et leur architecture était rigoureusement contrôlée.

Une architecture réglementée

Architectes, entrepreneurs et ouvriers

  • 112 Gady 2010, p. 387, note 2.

58Entre 1665 et 1682, les courtisans firent appel aux meilleurs architectes : Louis Le Vau, Jules Hardouin-Mansart, Antoine Lepautre, Libéral Bruand, Thomas Gobert, Daniel Guittard112… En choisissant des architectes de renom, ils souhaitaient probablement donner à leurs demeures tout le confort et l’élégance possible. Outre l’architecte, un chantier mobilisait de nombreux corps de métier : maçon, charpentier, couvreur, plombier, serrurier, menuisier, marbrier, paveur, carreleur, vitrier, sculpteur, peintre, doreur...

  • 113 Da Vinha 2015, p. 23-36 (« Les Mazière et Bergeron »).
  • 114 Actuelle rue Colbert : Léry 1922, p. 6, 12 et 14.
  • 115 Tiberghien 2002, p. 292.
  • 116 Marie 1972, vol. 1, p. 155 et 174.
  • 117 Tiberghien 2002, p. 292.
  • 118 AN, MC, CVII, 214 : devis et marché de la menuiserie de pavillon à Versailles, 20 janvier 1670.
  • 119 AN, MC, LXXIX, 41 : devis et marché pour des réparations à l’hôtel de La Trémoille, 6 septembre 174 (...)

59Sous Louis XIV, les mêmes personnes menaient à la fois des chantiers privés et des chantiers publics : les courtisans engageaient volontiers des artisans qui s’étaient déjà illustrés au service des Bâtiments du roi. En 1665, André Mazière et Antoine Bergeron113, maçons et entrepreneurs des Bâtiments, élevèrent les hôtels de Condé, de Turenne, de Villeroy et de Gramont le long de la future rue des Hôtels114. Ils avaient été chargés en 1662 par Antoine de Ratabon, surintendant des Bâtiments, des premiers travaux du château de Versailles commandés par Louis XIV115. Ils travaillèrent ensuite à l’église Saint-Julien en 1667 et au Grand Commun en 1682116. André Mazière fut également employé à la Ménagerie, au Grand Canal, à Trianon et aux nouvelles écuries du roi117. Jules Hardouin-Mansart eut lui aussi recours au personnel des Bâtiments du roi : en 1670, il passa marché avec Estienne Carel, menuisier des Bâtiments, pour les pavillons qu’il élevait à Versailles118. Il semble que, sous Louis XV et Louis XVI, la proportion des employés des Bâtiments diminua. En 1743, le tuteur du duc de La Trémoille engagea seulement un serrurier, un paveur et un marbrier des Bâtiments, contre un maçon, un charpentier, un couvreur, un menuisier et un vitrier versaillais, ainsi qu’un plombier et un peintre de Paris119.

Typologie des hôtels

  • 120 Actuelle rue de l’Indépendance américaine.
  • 121 AN, MC, CXIII, 73 : devis et marché pour des augmentations à faire à l’hôtel de Créquy, 15 août 167 (...)

60Sous Louis XIV, trois types d’hôtels furent élevés. Ceux de la place d’Armes, des rues de la Surintendance120 et des Réservoirs prenaient la forme de pavillons perpendiculaires à la rue, légèrement saillants sur la chaussée. Un haut mur de clôture entourait chaque parcelle ; il était percé d’une grande porte cochère. Le portail, particulièrement soigné, était protégé du passage des voitures par deux bouteroues. Une corniche, souvent ornée des armes du propriétaire, le surmontait. Des ordres architecturaux ajoutaient parfois à l’aspect démonstratif et ostentatoire : le portail de l’hôtel de Créquy était flanqué de deux colonnes et de deux pilastres doriques121. Après avoir franchi le portail, on entrait dans une première cour, puis on accédait par un perron au pavillon, rejeté sur le côté du terrain (fig. 5).

Fig. 5 : Antoine Coquart, Vue du château et des jardins de Versailles du côté de l’Orangerie (détail), 1712, eau-forte et burin, 66 ×159 cm. Paris, Bibliothèque nationale de France, Estampes et photographie, FT 6-VA-448 (B).

Fig. 5 : Antoine Coquart, Vue du château et des jardins de Versailles du côté de l’Orangerie (détail), 1712, eau-forte et burin, 66 ×159 cm. Paris, Bibliothèque nationale de France, Estampes et photographie, FT 6-VA-448 (B).

http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b53128079s

Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France

  • 122 Portier 1982, t. II, p. 236.
  • 123 AD, 3E 43/97 : marché pour l’entretien du jardin de l’hôtel de Créquy, 11 juillet 1674.
  • 124 Voir Hirschauer et Léry 1932, p. 37-44.
  • 125 AN, MC, XCI, 1298 : bail de l’hôtel Rousseau, 30 mars 1793.

61Les bâtiments de service (remises à carrosses, écuries, cuisines et offices) se trouvaient le plus souvent en face de la porte cochère, au fond de la cour. Ils s’organisaient autour d’une seconde cour, derrière. Ainsi séparés des écuries et des remises, les habitants échappaient aux odeurs de fumier, et les communs étaient invisibles depuis le château. S’opérait donc une inversion par rapport à la capitale, où le corps de logis était habituellement replié vers le cœur de la parcelle et où les services communiquaient avec la rue. Quelques habitants bénéficiaient d’un jardin, situé sur le côté du terrain, comme à l’hôtel de Créquy, ou derrière le logis, comme à l’hôtel Rousseau. Moins de la moitié des demeures étudiées en possédaient un : l’agrément n’était probablement pas le but premier des propriétaires. Des jardins furent par ailleurs lotis : en 1685, Élisabeth d’Orléans, duchesse de Guise, fit don à l’un de ses valets de chambre et à son concierge d’une place prise sur son terrain, en remerciement des services qu’ils lui avaient rendus122. Le marché passé en 1674 entre le concierge du duc de Créquy et le jardinier du maréchal du Plessis livre quelques informations sur les jardins versaillais : moyennant 75 livres, le jardinier s’engageait à entretenir les parterres de buis et de gazon ainsi que les jasmins, chèvrefeuilles et autres plantes. Des allées et des berceaux de treillage traversaient les parterres123. L’hôtel Rousseau124, construit pour Jules-Antoine Rousseau, sculpteur des Bâtiments du roi, et loué en 1789 par le duc de Duras, jouissait quant à lui d’un potager avec des arbres fruitiers125. Les inventaires après décès ne mentionnent ni statue ni fontaine, ornements pourtant fréquents dans les jardins parisiens.

  • 126 Actuelle rue Carnot.

62Second type d’hôtel versaillais, les demeures élevées sur un vaste terrain étaient moins nombreuses. Elles s’apparentaient à de petits châteaux de campagne, composés d’un corps de logis situé au centre de la parcelle et surmonté d’un dôme. Les dépendances formaient des pavillons latéraux, indépendants. Derrière s’étendait un grand jardin. Il s’agissait principalement des grandes maisons édifiées de part et d’autre de l’avenue de Paris : les hôtels de Lauzun-Guitry et de Noailles, qui furent remplacés par les écuries du roi, ainsi que l’hôtel de Bellefonds et l’hôtel de Chaulnes. Les hôtels de Montausier et de Duras, situés rue de la Pompe126, correspondaient également à ces critères (fig. 6).

Fig. 6 : Plan de la ville et château de Versailles (détail), 1685, eau-forte, 89 x 59 cm, Paris, Bibliothèque nationale de France, Cartes et plans, GE C-4094.

Fig. 6 : Plan de la ville et château de Versailles (détail), 1685, eau-forte, 89 x 59 cm, Paris, Bibliothèque nationale de France, Cartes et plans, GE C-4094.

http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b530636814

Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France

63Dans le vieux Versailles, on retrouvait dans la rue de la Chancellerie (le long de la place d’Armes) et dans la rue de la Surintendance les mêmes pavillons isolés sur le devant de la parcelle que ceux de la Ville-Neuve. Mais dans les autres rues, la plupart des demeures étaient formées de plusieurs bâtiments réunis en quatre ailes autour d’une cour. Peut-être les Bâtiments étaient-ils plus permissifs pour cette partie de la ville, invisible depuis le château.

Le contrôle des Bâtiments du roi

  • 127 Delafosse 1977, p. 95.
  • 128 Comptes des Bâtiments du roi 1881-1901, t. I (1881), col. 786.

64La voierie et l’urbanisme de Versailles relevaient du grand voyer de la ville, charge exercée par le surintendant ou directeur des Bâtiments du roi. Celui-ci donnait les alignements des constructions nouvelles, assurait la police des chantiers et des voies publiques, ainsi que l’entretien des chaussées et la réglementation des baraques. Il était épaulé par un voyer et par des commissaires-voyers127. En 1674, l’architecte Pierre Lambert fut ainsi payé par les Bâtiments pour avoir donné les alignements des maisons de la Ville-Neuve et en avoir surveillé l’exécution, à la demande de François d’Orbay, premier architecte du roi et voyer de Versailles128.

  • 129 Voir par exemple AN, MC, LXVIII, 206 : marché de construction de l’hôtel de Bouillon, 22 mars 1670 (...)
  • 130 Bibliothèque municipale de Versailles (désormais BM), fonds Fromageot, B I : devis de construction (...)
  • 131 Gady 2008, p. 100.
  • 132 Ibid., p. 90.
  • 133 Savot 1673, p. 18.

65Il semble qu’à l’origine, le grand voyer exerçât son autorité en contrôlant les marchés de construction. Plusieurs devis et marchés précisent l’obligation pour les entrepreneurs de construire l’hôtel « conformément aux autres pavillons129 » de la ville. Il s’agissait de respecter les alignements : garder la même hauteur, la même disposition sur la rue et les mêmes matériaux. La hauteur des édifices était limitée à trois niveaux : un rez-de-chaussée, un étage carré et un comble. Le comble de l’hôtel de Gramont atteignait 34 pieds de hauteur, soit 11 mètres, sans compter le terrasson130. Cette horizontalité correspondait à la mode parisienne : les hôtels de la capitale ne comptaient généralement qu’un étage entre le rez-de-chaussée et les combles131. Le comble devait être « à la Mansart », c'est-à-dire brisé. Seule l’ardoise était autorisée en couverture : la tuile, le chaume, les bardeaux et les planches étaient interdits. Les façades et les souches de cheminée devaient être en brique ou « briquetées », soit peintes en rouge. En réalité, le briquetage était passé de mode depuis le premier tiers du siècle : les façades parisiennes étaient blanches, en pierre de taille132 ; mais les hôtels versaillais s’harmonisaient ainsi avec les façades du château donnant sur la ville. Les décorations étaient réduites au minimum : tables de brique, bossage harpé aux angles des pavillons, bandeaux entre le rez-de-chaussée et le premier étage. De petits vases de plomb ornaient parfois les toitures. Cette sobriété coïncidait d’ailleurs avec la mode de la fin du siècle : en 1673, Blondel louait dans la réédition du traité de Louis Savot la « beauté naturelle & simple de la belle architecture, qui contente par la seule symétrie ou juste rapport des parties les unes aux autres & à leur tout133 ». L’espace de liberté de l’architecte et du commanditaire se concentrait principalement sur la façade, côté jardin ou côté cour, qui n’était pas immédiatement visible depuis la rue. Elle pouvait différer légèrement d’un hôtel à l’autre (fig. 7).

Fig. 7 : Israël Silvestre, Vue du château, des jardins et de la ville de Versailles du côté de l’étang (détail), 1674, eau-forte, 51,4 × 71,8 cm, Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, INV. GRAV 6586.

Fig. 7 : Israël Silvestre, Vue du château, des jardins et de la ville de Versailles du côté de l’étang (détail), 1674, eau-forte, 51,4 × 71,8 cm, Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, INV. GRAV 6586.

Entre l’étang de Clagny et la rue des Réservoirs, l’hôtel de Soissons présentait un avant-corps surmonté d’un fronton et rythmé de colonnes.

© Château de Versailles / RMN, Jean-Marc Manaï

  • 134 Cité dans Castex, Céleste et Panerai 1980, p. 53.
  • 135 Voir par exemple AN, MC, XXI, 846 : brevet annexé à l’acte de vente de l’hôtel de Chevreuse, 5 juin (...)
  • 136 AN, O1 15, fo 250 : déclaration du roi, 22 mai 1671.

66À l’exception du briquetage, les hôtels de Versailles correspondaient donc au goût de l’époque ; ils étaient seulement plus modestes par leurs dimensions que ceux de la capitale. Pour faire respecter cette unité architecturale, les Bâtiments du roi glissaient dans les marchés de construction un modèle imprimé : l’archiviste Marcel Delafosse cite un marché passé devant notaire le 13 août 1686, dans lequel il est mentionné que les ouvrages seront faits « de la manière déclarée au devis, conformément au plan et élévation qui en sera dressé par le sieur de Cotte, architecte des Bâtiments du roi et voyer de la ville de Versailles134 ». Une mention fréquente dans les brevets royaux évoque également l’existence d’un modèle : « ladite maison sera bastie suivant les alignemens, plan et élévations donnez et signez par le surintendant et ordonnateur général [des bastiments du roi]135 ». Les architectes et entrepreneurs étaient invités à recopier ces dessins du surintendant et grand voyer ou du voyer. Les propriétaires avaient en outre interdiction de changer la disposition de leurs maisons : la déclaration de 1671 et les brevets royaux imposaient d’entretenir les bâtiments en bon état, dans la « mesme cimétrie qu’ils seront bastis et esdifiez136 ».

  • 137 Castex, Céleste et Panerai 1980, p. 87.
  • 138 AD, B 4300 no 1 : contravention aux règlements royaux relatifs à la hauteur des maisons et nominati (...)

67Le modèle architectural promu par les Bâtiments datait des années 1665 ; il était alors conforme au goût du jour. Mais il passa de mode, et dès le début du xviiie siècle, les règles furent enfreintes, notamment dans le quartier du Parc-aux-Cerfs, où la disposition des bâtiments était très diverse137. Les excroissances, auvents, enseignes ou échoppes se répandirent dans l’ensemble de la ville. La référence dessinée ne suffisait plus : il devint nécessaire de disposer d’une réglementation générale écrite. Le grand voyer, Jules-Robert de Cotte, édicta en 1715 un règlement, dit de Robert de Cotte. Celui-ci fixait la hauteur des enseignes et des balcons à 12 pieds (3,9 mètres), ainsi que les matériaux : l’ardoise pour les toitures, le briquetage pour les façades. Il prohibait les « plys » et les « coudes », c'est-à-dire les angles extérieurs, ainsi que les échoppes en dehors du marché. Il interdisait en outre de changer les façades des maisons sans autorisation des Bâtiments, et chargeait l’architecte voyer Jean Sarda de faire respecter le règlement138.

  • 139 Actuel conservatoire de Versailles, 24 rue de la Chancellerie.

68Il reste peu d’hôtels construits sous Louis XIV. Seul l’ancien hôtel de la Chancellerie, dans la rue éponyme139, est resté dans ses dispositions d’origine. Il évoque ces édifices relativement bas, construits en saillie sur la rue, et dont la pierre blanche, les façades et les souches de cheminées rougies, l’ardoise bleue et la verdure des jardins égayaient la ville (fig. 8 et 9).

Fig. 8 : Hôtel de la Chancellerie, façade sur la rue, 2017.

Fig. 8 : Hôtel de la Chancellerie, façade sur la rue, 2017.

© Alix de Bouvier

Fig. 9 : Hôtel de la Chancellerie, façade sur le jardin, 2017.

Fig. 9 : Hôtel de la Chancellerie, façade sur le jardin, 2017.

© Alix de Bouvier

Des constructions rapides et peu solides

  • 140 Gramont 1665.
  • 141 Bouillon 1670.

69Les demeures versaillaises étaient souvent édifiées à la hâte : le devis de construction de l’hôtel de Gramont, signé le 15 mai 1665, prévoyait la fin des travaux dès le mois de juillet140. Celui de l’hôtel de Bouillon, déposé devant le notaire le 22 mars 1670, fixait le terme de la construction au 1er octobre suivant141. Peut-être les travaux étaient-ils déjà commencés lors du dépôt des devis devant le notaire, mais tous les actes font état de délais très courts : les courtisans avaient hâte de pouvoir s’installer en ville. En outre, les Bâtiments du roi pressaient probablement les entrepreneurs d’achever rapidement les travaux : la multiplication des chantiers nuisait à l’image de la ville.

  • 142 Castex, Céleste et Panerai 1980, p. 60-61.

70L’essentiel de la construction était en moellon ; la pierre de taille était seulement utilisée pour les soubassements, le portail, le bossage harpé aux encoignures des pavillons et les appuis des croisées. Les matériaux de construction, relativement légers et malléables, facilitaient les transformations : il était aisé d’ouvrir une baie ou de casser une cloison. Mais les maisons n’étaient guère solides, le procédé étant appliqué à la hâte, sur un sol souvent composé de terres rapportées142.

  • 143 La Trémoille 1743.

71Moins de cent ans après leur construction, les édifices se trouvaient souvent dans un état lamentable. En 1743, deux ans après la mort de son mari, la duchesse de La Trémoille souhaita louer son hôtel, n’en ayant plus l’utilité. Comme la maison était en mauvais état, elle résolut, avec le tuteur de ses enfants, d’entreprendre des travaux. Un architecte, Jacques-Richard Cochois, effectua une visite et dressa un procès-verbal, qui donne la mesure des dégâts143. Les enduits de plâtre de la façade sur la rue tombaient. Sept souches de cheminée menaçaient de s’effondrer. Le plafond du rez-de-chaussée était affaissé et fracturé : les solives qui le soutenaient étaient cassées ; il ne tenait que par des étais qu’on avait placés provisoirement. Pourri, le parquet du premier étage avait levé. Dans une salle du rez-de-chaussée, les dessus de porte étaient « entièrement usés, déchirés et pourris ». Les eaux usées charriant les urines de l’écurie croupissaient dans le jardin. Comment expliquer que le duc de La Trémoille ait laissé son hôtel dans un tel état ? Son écuyer déclara à l’architecte qu’en réalité, le propriétaire ne l’occupait pas, et que la maison servait aux officiers et aux gens de sa maison.

  • 144 AD, IQ 306, no 656 : lettre d’Henri-Placide Meslier, nouveau propriétaire de l’hôtel, à l’administr (...)

72Les réparations elles-mêmes étaient expédiées à la hâte : cinquante ans après les travaux réalisés en 1743, l’hôtel de La Trémoille fut mis en vente en 1799. Il se trouvait alors dans un « état de délabrement et de dégradation extraordinaire ». Une cheminée s’était effondrée, brisant la toiture et les trois planchers. L’état du bâtiment était également dû, il est vrai, à un mauvais entretien : l’hôtel était inhabité depuis dix ans144. Les réparations étaient aussi l’occasion de mettre l’hôtel au goût du jour, et de contrevenir au règlement.

Les manquements au règlement

  • 145 Castex, Céleste et Panerai 1980, p. 93.
  • 146 AN, MC, LXVIII, 421 : marché des réparations aux hôtels de Bouillon de Paris et de Versailles, 20 a (...)

73Peu à peu, le modèle architectural promu par les Bâtiments fut abandonné. Les façades de briques tombèrent en désuétude ; certains propriétaires les firent donc recouvrir d’un badigeon de plâtre ocre clair ou gris uniforme145. La tuile remplaçait parfois l’ardoise des toitures, notamment sur les bâtiments de service : le devis de réparation de l’hôtel de Bouillon, en 1743, prévoyait la fourniture d’ardoises mais aussi de tuiles, pourtant interdites146. La couleur, qui faisait la particularité de l’architecture versaillaise, fut ainsi abandonnée.

  • 147 Il s’agit des numéros 3 et 3 bis de la rue Baillet-Reviron.
  • 148 Actuel musée Lambinet.

74Les alignements sur la rue n’étaient guère plus respectés. Le portail de l’hôtel Rousseau, par exemple, était situé en retrait sur la rue, le mur de clôture formant de part et d’autre une courbe. Le décochement facilitait les manœuvres des voitures entrant dans la cour. Élevé en 1736, cet hôtel de la rue Neuve-Notre-Dame147 témoigne de l’abandon du modèle architectural du xviie siècle : les façades étaient recouvertes d’un crépi uniforme, les combles mansardés avaient laissé place à un toit plus bas, droit. Le répertoire ornemental empruntait largement au goût du jour, c'est-à-dire à la rocaille : guirlandes de fleurs, cartouches et mascarons, coquilles, consoles chantournées ornaient les façades (fig. 10 et 11). Enfin, la hauteur variait d’une maison à l’autre : l’hôtel Rousseau gardait un étage entre les combles et le rez-de-chaussée, mais son voisin, l’hôtel Porchon148, atteignait trois niveaux sous comble. Les propriétaires agissaient à leur guise, faisant fi du règlement toujours officiellement en vigueur.

Fig. 10 : Hôtel Rousseau, façade sur la rue, 2017.

Fig. 10 : Hôtel Rousseau, façade sur la rue, 2017.

© Alix de Bouvier

Fig. 11 : Hôtel Rousseau, façade sur le jardin, 2017.

Fig. 11 : Hôtel Rousseau, façade sur le jardin, 2017.

© Alix de Bouvier

  • 149 Castex, Céleste et Panerai 1980, p. 93.

75La « cimétrie » originelle, elle aussi, ne devint plus qu’un lointain souvenir. Depuis l’installation définitive de la cour en 1682, les hôtels étaient devenus insuffisants. Peu à peu, on ajouta donc aux premiers pavillons d’autres bâtiments, entassés dans un terrain trop étroit. À la fin du xviiie siècle, certains hôtels comprenaient cinq ou six corps de logis différents, plus ou moins bien reliés entre eux. Alors que la ville de Louis XIV se caractérisait par des bâtiments isolés et une végétation abondante (les ormes des avenues faisaient écho aux arbres des jardins), celle de Louis XV ressemblait davantage aux grandes villes de l’époque, avec des édifices reliés les uns aux autres, autour de cours intérieures149.

  • 150 Sur les baraques, voir Newton 2015.
  • 151 Voir AN, O1 1985 : plans de baraques, 1749-1790.

76Les baraques proliférèrent également au xviiie siècle. De nombreux propriétaires donnaient à un domestique le droit de construire une échoppe devant leur hôtel, et d’en disposer à sa guise. Ces permissions remplaçaient généralement une augmentation des gages, ou même une retraite ; le domestique en question louait la baraque à un commerçant qui y tenait boutique150. Les hôtels formaient une saillie de plusieurs dizaines de centimètres sur la rue : c’est là que s’élevaient les échoppes, du côté de la rue, entre le mur de clôture contre lequel elles prenaient appui et le pavillon151. Elles étaient faites de matériaux de récupération, plâtre, planches et ardoises (fig. 12).

Fig. 12 : Pierre-Denis Martin, Vue du château de Versailles du côté de la place d’Armes (détail), 1722, huile sur toile, 138 × 152 cm. Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, MV 726.

Fig. 12 : Pierre-Denis Martin, Vue du château de Versailles du côté de la place d’Armes (détail), 1722, huile sur toile, 138 × 152 cm. Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, MV 726.

© Château de Versailles / RMN, Jean-Marc Manaï

À droite apparaît le portail de l’hôtel de Gramont, surmonté des armes du propriétaire et de trophées militaires. Une baraque de planches est adossée au mur de clôture et au pavillon.

  • 152 Cité dans Houth 1980, p. 318.

77Nommé commissaire-voyer par Jules-Robert de Cotte en 1732, François Lesueur chercha un remède à la situation, et édicta un nouveau règlement152. Mais il se contentait de rappeler les anciennes règles, et ses prescriptions restèrent sans effet. Ce n’est que sous Louis XVI que le directeur des Bâtiments réforma la voierie versaillaise.

  • 153 AD, B 4302 no 12 : déclaration du roi concernant l’exercice de la grande et de la petite voierie de (...)

78Le comte d’Angiviller souhaita rendre à Versailles son prestige, en se référant à la ville de Louis XIV, non pour la restituer, mais pour récréer une nouvelle ordonnance d’ensemble. La déclaration royale du 12 juillet 1779 procura au grand voyer un moyen de contrôle : le permis de construire. Pour toute construction, y compris pour une modification, le propriétaire ou l’entrepreneur devait fournir avant travaux un plan, une élévation et un profil en deux exemplaires. Après examen par les commissaires-voyers, les plans étaient visés par le grand-voyer, et l’administration pouvait exiger des changements. L’un des documents était ensuite conservé par le grand-voyer, l’autre remis au propriétaire ou à l’entrepreneur. La déclaration entérina également l’abandon d’un modèle de façade et de couverture, au profit de la solidité des bâtiments, et fixa la hauteur maximale à 8 toises (15,59 mètres), bien plus haut que l’élévation des anciennes constructions153.

79Ce nouveau règlement n’était-il qu’un pis-aller ? Le roi reconnaissait en effet que le modèle mis en place au xviie siècle n’était plus suivi. L’administration n’en imposait pas de nouveau, mais elle cherchait à reprendre le contrôle de la ville. La déclaration se préoccupait d’ailleurs de la conservation de l’ordonnance des avenues, et défendait d’y élever « aucun édifice ni bâtiment de quelque nature que ce soit ». Elle rappelait l’obligation d’obtenir une permission des Bâtiments pour construire des baraques dans les autres rues. Par ailleurs, le roi donnait davantage de pouvoirs au personnel de la voierie. Le grand voyer pouvait arrêter de nouveaux règlements, et les faire afficher dans les rues de Versailles. Tous les quinze jours, les commissaires-voyers visitaient les chantiers de Versailles, « à l’effet de reconnoître tout ce qui pourroit se traiter de contraire aux règles de l’art & au préjudice du propriétaire, par le mauvais choix & le mauvais emploi des matériaux ». Ils pouvaient engager des poursuites contre les contrevenants devant le bailliage de la ville.

  • 154 Castex, Céleste et Panerai 1980, p. 149.
  • 155 Ibid., p. 157.
  • 156 Il s’agit du numéro 8 de la rue des Réservoirs : Portier 1982, t. II, p. 103.

80Un nouveau type d’hôtel vit donc le jour dans les années 1770. L’alignement en saillie fut supprimé et le mur de clôture disparut. Les nouvelles demeures étaient alignées sur le devant de la rue, sur toute la largeur du terrain : les recoins éliminés, on ne pouvait plus édifier de baraques. On abandonna aussi le comble brisé, et les mansardes furent remplacées par un attique, au-dessus du rez-de-chaussée et du premier étage. L’attique était surmonté d’un comble droit, d’une pente de 30 degrés en moyenne154. Alors qu’elle se réclamait de Louis XIV, l’architecture promue par d’Angiviller éliminait définitivement les traits distinctifs de l’urbanisme originel, à savoir les alignements en saillie et le comble brisé. Les pavillons bas et isolés firent place à des hôtels plus spacieux et plus hauts. Les façades évoluèrent également : plus larges, elles comprenaient davantage de baies. Leur ornementation était généralement sobre, à l’image du goût néoclassique qui se développait alors : de forts refends ou des bossages marquaient généralement le rez-de-chaussée, délimité par une corniche saillante. Au-dessus, des lignes d’appareil, figurées dans le plâtre, rythmaient le corps de bâtiment. Les bandeaux entre les étages étaient rares, mais les fenêtres étaient souvent surmontées de corniches. On ne copiait plus un modèle comme sous Louis XIV, mais les propriétaires faisaient dessiner leur façade par un architecte de renom, ou en référence à un édifice célèbre, pour la faire approuver par les Bâtiments155 : en 1780, le marquis de Sérent fit appel à Darnaudin pour reconstruire l’ancien hôtel de Rohan, dans la rue des Réservoirs156 (fig. 13).

Fig. 13 : Hôtel de Sérent, 2017.

Fig. 13 : Hôtel de Sérent, 2017.

© Alix de Bouvier

81Les Bâtiments du roi furent donc à l’origine d’une typologie propre à Versailles, différente de celle de la capitale. L’unité des demeures était due à une réglementation stricte, à l’origine respectée, car conforme au goût du jour. Au xviie siècle, de nombreux avantages compensaient d’ailleurs cette atteinte au droit des propriétaires. Mais le modèle passa de mode, et la ville de Louis XIV fut peu à peu dénaturée par des propriétaires méprisant le règlement. L’architecte restait toutefois libre pour la distribution intérieure.

La distribution intérieure

Des pièces de service uniquement ?

  • 157 Gramont 1665.
  • 158 AD, IQ 306 no 656 : affiche imprimée à l’occasion de la vente révolutionnaire du 13 floréal an VII.

82Les hôtels versaillais du xviie siècle peuvent être classés en deux groupes. Les premiers présentaient un corps de logis simple en profondeur et un parti-pris architectural assez modeste, à l’image des constructions de Louis Le Vau. Ces hôtels étaient de petites résidences de campagne, bien plus simples que les demeures parisiennes. L’hôtel de Gramont possédait une rampe d’escalier ornée de balustres de bois tourné, et des manteaux de cheminée en plâtre seulement décorés d’une plinthe157. Les autres édifices, à l’exemple de ceux de Jules Hardouin-Mansart, étaient relativement modernes, confortables et plus ostentatoires. L’hôtel de Créquy avait ainsi un corps de logis double en profondeur et son vestibule était annoncé par un portique formant trois arcades en plein cintre158.

  • 159 Gramont 1665 ; AN, MC, LXXXIII, 166 : inventaire après décès du duc de Gramont, commencé le 11 août (...)
  • 160 Addition de Saint-Simon à Dangeau à la date du 20 juin 1714, après la mort de la duchesse de Bouill (...)
  • 161 Chevreuse 1712.

83Les courtisans disposaient dans leur hôtel d’au moins un appartement. Ils y habitaient avant l’installation définitive de la cour à Versailles et la création de nombreux logements dans le château. Plusieurs logis construits dans les années 1665-1670, comme celui du duc de Bouillon, ne comprenaient qu’un appartement, alors que le propriétaire était marié159. En effet, la duchesse de Bouillon ne fréquentait que rarement la cour : elle s’y rendait une ou deux fois par an, en plus des grandes occasions160. Mais à l’instar de l’hôtel de Chevreuse, d’autres hôtels comprenaient plusieurs appartements ; le maître de maison pouvait y vivre non seulement avec sa femme, mais aussi avec ses enfants161. Après 1682, les détenteurs d’offices furent logés au château. Ils ne demeuraient plus en ville, car c’était au château que l’on guettait les faveurs et que l’on entretenait ses relations. Nommé chancelier en 1699, le comte de Pontchartrain aurait dû loger à la chancellerie, sur la place d’Armes. Mais il demanda au roi de conserver plutôt son appartement au château :

  • 162 Sourches 1882-1893, t. VI (1886), p. 184 – 7 septembre 1699.

Il avoit prévu que, s’il alloit loger à la chancellerie, sa cour deviendroit aussi déserte comme elle avoit été nombreuse pendant qu’il étoit contrôleur général ; et l’on croyoit que sa femme lui avoit inspiré de demander cette grâce au roi, parce qu’elle ne pouvoit se résoudre de voir sa maison devenir une solitude, et cela, sous le prétexte de tenir de plus près son fils de Pontchartrain, secrétaire d’État, et de le former dans les fonctions de sa charge162.

  • 163 Saint-Simon 1879-1931, t. XI (1924), p. 122.
  • 164 Luynes 1860-1865, t. XI (1863), p. 1.

84La majorité des logeants gardèrent néanmoins un appartement en ville. Ils disposaient ainsi d’une position de repli en cas de disgrâce, si le logement au château venait à manquer : en 1703, frappé de discrédit, l’archevêque de Reims quitta le château pour se retirer en ville163. Les hôtels servaient aussi en cas de maladie : pour éviter la contagion, les malades étaient transportés en ville et leurs proches soumis à une quarantaine drastique. Atteinte de petite vérole, la duchesse de Luynes passa le mois de décembre 1750 avec son mari, dans leur hôtel rue de la Surintendance. Le duc interrompit son journal pendant quelque temps, ne pouvant se tenir informé des affaires de la cour. En effet, il ne recevait aucune visite, bien que son hôtel fût voisin du château, car il était astreint à l’isolement le plus complet164.

  • 165 Chevreuse 1712.

85Les logements du maître et de la maîtresse de maison étaient situés au rez-de-chaussée ou au premier étage. Les pièces formaient de beaux volumes, puisque le plafond s’élevait entre 11 et 15 pieds (3,57 et 4,87 mètres). Les appartements comprenaient presque systématiquement une antichambre, une chambre, un cabinet et une garde-robe. La chambre de la duchesse de Chevreuse était flanquée en 1712 d’un oratoire165. Bien que les chapelles aient été fréquentes dans les hôtels parisiens, il s’agit de la seule pièce de notre corpus dédiée à la dévotion.

  • 166 Le salon existait encore un demi-siècle après la mort du duc de Créquy : La Trémoille 1741.
  • 167 Gramont 1665 ; La Trémoille 1741.
  • 168 AN, MC, XCII, 743, inventaire après décès du duc de Chevreuse, commencé le 24 novembre 1771 (désorm (...)

86Les appartements étaient parfois complétés par des espaces de réception. Le duc de Créquy pouvait recevoir ses amis dans un salon166. On trouvait une salle à manger dans les hôtels de Gramont et de Créquy, au rez-de-chaussée, à proximité de la cuisine167. La majorité des hôtels versaillais en étaient toutefois dépourvus. On pouvait éventuellement prendre ses repas dans l’antichambre : celle de la duchesse de Chevreuse renfermait en 1771 une table couverte de cuir, huit chaises ainsi qu’une fontaine à laver les mains, avec sa cuvette168. Mais les courtisans dînaient et soupaient plus probablement dans leurs appartements du château : ils ne revenaient pas en ville au milieu de la journée.

  • 169 Saint-Simon 1879-1931, t. II (1879), p. 382.
  • 170 Dangeau 1854-1860, t. VI (1856), p. 284.
  • 171 Voir par exemple ibid., t. VII (1856), p. 221 (en 1699) et t. VIII (1856), p. 312 (en 1702).
  • 172 Bluche 1973, p. 97.
  • 173 La Trémoille 1741.

87Ces quelques pièces de réception montrent l’importance que certains accordaient au faste. Les hôtels n’étaient pas exclus de la vie mondaine, mais restaient loin du château ; les réceptions y étaient donc occasionnelles. On recevait en ville lorsqu’on cherchait à s’isoler de l’agitation de la cour, comme les ducs de Beauvillier et de Chevreuse, qui dînaient plusieurs fois par semaine avec Mme de Maintenon dans l’un de leurs hôtels169. Des mariages et des bals y étaient également organisés, car ils requéraient plus d’espace. En 1698, le duc de Chevreuse reçut pour le mariage de sa fille et du marquis de Lévis ; la cérémonie eut lieu dans la chapelle du château, la noce dans l’hôtel rue de la Surintendance170. La princesse de Conty donnait aussi de nombreuses fêtes : sa demeure de l’avenue de Paris, ancien hôtel de Bellefonds, était le théâtre de soupers, d’opéras, de comédies et de bals auxquels participaient la famille royale et toute la cour171. Mais il s’agit d’une exception : les fêtes étaient généralement organisées au château, ou, sous Louis XV et Louis XVI, à Paris172. Inusitées, les pièces d’apparat furent parfois converties en lieux de stockage : le salon de l’hôtel de Créquy faisait office de garde-meuble en 1741173.

  • 174 Voir Gramont 1725 ; AN, MC, LXVIII, 416 : inventaire après décès de la duchesse de Bouillon, commen (...)
  • 175 Gramont 1725 ; AN, MC, CXVII, 803 : inventaire après décès de la duchesse de Gramont, commencé le 1 (...)
  • 176 Bouillon 1741.

88Les services comprenaient la bouche, le logement du personnel, le transport et les espaces de stockage. Afin d’éloigner les odeurs, les services de bouche étaient le plus souvent situés dans une aile secondaire. Tous les hôtels disposaient au moins d’une cuisine, équipée d’une cheminée. Spacieuse, elle était située au rez-de-chaussée. Elle s’avérait indispensable pour les courtisans qui n’avaient pas la chance d’en disposer au château. Les inventaires signalent d’ailleurs quelques barquettes, petites armoires portatives servant à transporter les plats cuisinés174. En 1725, les pâtés, tartes, biscuits et brioches du duc de Gramont étaient préparés dans une pâtisserie, transformée en boucherie en 1756175. À côté de la cuisine se trouvaient des espaces de rangement : l’office et le garde-manger. L’hôtel de Bouillon disposait d’une serre, pour la conservation du fruit176. Une pièce à vivre complétait parfois les services de bouche : le même hôtel disposait d’une salle du commun, où les domestiques prenaient leurs repas.

  • 177 Chevreuse 1712.

89Les hôtels versaillais étaient surtout destinés au logement du personnel : les chambres de domestiques représentaient plus de la moitié des pièces. Elles étaient le plus souvent situées dans les mansardes. Dans l’hôtel de Chevreuse, une chambre servait d’infirmerie. Équipée de deux lits, de linge et de matériel médical (bassin de commodité, seringue et palettes à saignées)177, elle permettait de tenir les malades éloignés.

  • 178 Duras 1789.
  • 179 Bouillon 1741.

90Les demeures comprenaient généralement deux écuries, disposées autour d’une basse-cour. Des remises à carrosses, ouvertes ou fermées, abritaient les voitures, encombrantes mais fragiles. Enfin, les espaces de rangement étaient nombreux. Le duc de Duras disposait d’une lingerie, équipée d’armoires où était entreposé son linge178. Situées sous l’escalier principal, les caves servaient au stockage du bois, du vin et des liqueurs. Les inventaires après décès décrivent des caves bien achalandées : la plupart du temps, les appartements du château n’en comprenant pas, on entreposait les bouteilles en ville. Les domestiques opéraient ainsi des allées et venues continuelles entre l’hôtel et le château. Le bois pouvait être conservé dans un bûcher, au rez-de-chaussée. Au-dessus des écuries, un grenier renfermait le foin et l’avoine. On rangeait le mobilier dont on n’avait pas besoin dans un garde-meuble. Quelques hôtels en étaient dépourvus, on entreposait alors les meubles dans des espaces inusités : outre le salon de l’hôtel de La Trémoille en 1741, le palier du grand escalier de l’hôtel de Bouillon était à la même date encombré d’objets divers, chaudière, chaises à porteurs, bois de lit démonté, tables, échelle, tréteaux179… Il était assez fréquent de détourner l’usage des pièces. Même si l’on recevait occasionnellement en ville, l’hôtel demeurait avant tout dévolu aux services.

Les habitants de l’hôtel : domestiques et membres de la famille

  • 180 Gramont 1725.
  • 181 Gady 2008, p. 13.
  • 182 Gramont 1756.
  • 183 Dangeau 1854-1860, t. III (1854), p. 56, note 1.

91Certains ducs et pairs réservaient un appartement à leurs enfants qui, en âge de se produire à la cour, ne bénéficiaient pas d’un logement au château. En 1725, le duc de Gramont offrait l’hospitalité à sa fille aînée et à son mari, la princesse et le prince de Bournonville, à sa seconde fille, la marquise de Gontaut, et à sa belle-fille, la comtesse de Gramont180. La demeure versaillaise était souvent, comme l’hôtel parisien181, une maison familiale. Bien que les enfants ne fussent en principe pas admis à la cour, quelques courtisans gardaient auprès d’eux leur progéniture : le comte de Guiche, âgé de neuf ans, disposait d’une chambre chez sa mère, la duchesse de Gramont, en 1756182. Le duc de Luynes, annotant le Journal de Dangeau à la date du 20 janvier 1690, rapporte également que le duc de Beauvillier perdit en l’espace de huit jours ses deux fils, âgés de quinze et onze ans, qui moururent de la petite vérole dans son hôtel183.

  • 184 Gramont 1678 ; Bouillon 1730 ; Chevreuse 1771.
  • 185 Gramont 1725 ; Chevreuse 1771.

92Lors de leur séjour à la cour, les courtisans étaient accompagnés par une partie seulement de leur maison. La proche domesticité demeurait dans l’appartement du château, mais quelques valets de chambre résidaient dans l’hôtel quand il n’y avait pas assez de place : ils y retournaient le soir, après leur service. Étaient également logés en ville le secrétaire et l’écuyer. Ils bénéficiaient souvent de deux pièces, une chambre et une garde-robe. Des gentilshommes étaient hébergés chez le duc de Gramont en 1678, et des pages séjournaient dans les hôtels de Bouillon en 1730 et de Chevreuse en 1771184. Presque tous les ducs et pairs étudiés avaient à leur service un maître d’hôtel, chargé des dépenses de la maison et de la table. Il dirigeait les officiers, qui s’occupaient de l’office. Un cuisinier ou chef d’office, secondé par des garçons de cuisine, préparait parfois les repas185. Les laquais et valets de pied, qui portaient la livrée, suivaient leur maître dans ses déplacements. Les palefreniers avaient la charge de l’écurie, et les cochers conduisaient les carrosses. Très présents à Versailles, les porteurs transportaient les provisions et l’eau. Ils prenaient également en charge les déplacements en chaise. La présence de ces hommes de peine témoigne des échanges permanents entre le château et l’hôtel. Seul le concierge restait à Versailles toute l’année, indépendamment des séjours du maître de maison : il gardait la porte et l’ouvrait aux visiteurs. Il occupait une ou deux pièces situées près de la porte cochère, parfois dans un bâtiment indépendant.

L’ameublement et le décor

Un mobilier de moindre qualité

  • 186 Pardailhé-Galabrun 1988, p. 33.
  • 187 Gramont 1725.

93Les niveaux de richesse sont, d’un inventaire à l’autre, relativement homogènes. Le mobilier des hôtels versaillais valait en moyenne 3 570 livres, sans l’argenterie, le linge et les bouteilles de vin, qui n’apparaissent pas dans tous les documents. Les objets étaient souvent prisés en-deçà de leur valeur, afin d’avantager les héritiers186, mais cette estimation reste extrêmement basse : à Paris, l’ameublement atteignait des sommes quatre à trente fois supérieures. Les hôtels de Versailles étaient en outre moins bien meublés que les appartements du château : en 1725, les effets de l’hôtel de Gramont n’atteignaient que 5 657 livres, alors que ceux de l’appartement du duc s’élevaient à 7 422 livres187. Tandis que le mobilier des appartements du château reflétait les tendances, certaines matières prisées, comme la laque, étaient absentes des hôtels. Les meubles marquetés ou en bois de placage y étaient relativement peu nombreux, et plus de la moitié des commodes étaient dépourvues de dessus de marbre.

  • 188 Voir Pardailhé-Galabrun 1988, p. 332-337.

94Il semble donc qu’en ville, les courtisans aient renoncé à l’apparat. L’exemple de l’éclairage le confirme : très présents dans les appartements du château, les bras de cheminée, placés de part et d’autre du trumeau de glace, ne représentaient dans les demeures versaillaises que 3,8 % des luminaires inventoriés. Les lustres et les girandoles, objets luxueux, restaient rares. Les habitants s’éclairaient davantage avec des objets mobiles, qu’ils déplaçaient la nuit venue. Très fréquent, le chandelier, en cuivre jaune ou rouge, comportait une ou deux branches ; son prix n’excédait guère quelques livres. Les flambeaux étaient également nombreux ; plus grands, en cuivre argenté ou doré, ils étaient posés sur les tables. L’étude des sources de chauffage montre que le confort n’était pas non plus une préoccupation majeure. On ne retrouve pas dans les inventaires la variété des accessoires des foyers parisiens : peu de poêles, aucun brasier, aucune chaufferette188. De même, les objets de toilette étaient très peu nombreux.

95Les cuisines, en revanche, étaient généralement bien équipées. Les hôtels abritaient d’ailleurs une quantité considérable de linge de table, qui servait probablement en ville et au château. Chaque inventaire décrit en moyenne soixante-deux nappes, quatre cent quatre vingt-neuf serviettes, cent cinquante-huit torchons et cent six tabliers. Quelques nappes de cuisine furent aussi inventoriées.

Le décor

  • 189 Gramont 1756.

96Les appartements ainsi que certaines chambres en galetas étaient boisés. Les lambris n’apparaissent pas toujours dans les inventaires, mais sont mentionnés dans les devis de menuiserie. An milieu du xviiie siècle, la mode était aux lambris colorés : en 1756, ceux de l’antichambre de l’hôtel de Gramont étaient peints en vert d’eau189. Un tiers des pièces étudiées étaient décorées de tentures, en complément ou à la place des lambris. Comme dans les appartements du château, la tapisserie de Bergame était la plus répandue ; elle ornait les chambres des domestiques. Elle semble cependant passer de mode après le milieu du xviiie siècle. Les revêtements de tissus étaient également nombreux dans la seconde moitié du xviiie siècle.

  • 190 Blondel 1752-1756, t. I (1752), p. 29.
  • 191 La Trémoille 1743.
  • 192 Ibid.

97Blondel écrivait en 1752 : « C’est une loi de convenance que depuis l’entrée du bâtiment jusques à la galerie l’on observe une gradation de richesse & de magnificence qui soit relative à la destination & à l’usage de chaque pièce190. » Les hôtels versaillais ne comprenaient pas de galerie, mais les revêtements utilisés pour le sol reflétaient la hiérarchie entre les pièces. Le vestibule était carrelé de pierres, généralement de pierres de Caen blanches et de cabochons noirs. Celui de l’hôtel de La Trémoille était revêtu de pierre de liais blanche et de marbre rouge du Languedoc191. Dans les appartements, dans la chambre, le cabinet, le salon et éventuellement l’antichambre, on trouvait du parquet. En revanche, le sol des pièces secondaires, garde-robes, offices et chambres de domestiques était couvert de carreaux de terre cuite. En 1743, l’architecte qui effectua le procès-verbal des réparations à faire à l’hôtel de La Trémoille estima que l’on pouvait remplacer le parquet pourri de deux pièces par de grands carreaux de terre cuite, puisque ces salles servaient à la domesticité192. Les cuisines étaient, enfin, pavées de grès. Les tapis, disposés sur le sol ou sur les tables, restaient rares.

  • 193 Gramont 1725.
  • 194 Gramont 1678.

98Les tableaux et gravures qui ornaient les hôtels étaient peu nombreux. En général, les courtisans qui possédaient des œuvres d’art dans leur logement au château en possédaient également dans leur demeure en ville. Les œuvres du château étaient d’ailleurs souvent plus belles et plus précieuses : leur valeur atteignait 1 530 livres dans l’appartement du duc de Gramont en 1725, alors que celles de son hôtel valaient 220 livres193. Mais les tableaux conservés dans les hôtels restaient de qualité : leur prix moyen était de 35 livres. Là encore, les tableaux les plus nombreux étaient des portraits. On comptait également plusieurs paysages, notamment d’inspiration flamande, mais aussi des marines et quelques ruines italiennes. Souvent employées en dessus de porte ou en dessus de cheminée, il s’agissait des œuvres les plus chères : une bataille et un embarquement valaient ensemble 250 livres en 1678194. Les scènes de genre étaient un peu moins nombreuses. Bien plus rares, les natures mortes et représentations animalières ne sont mentionnées qu’au xviie siècle. Quant aux tableaux d’histoire, assez nombreux au xviie siècle, leur nombre déclina par la suite. De manière générale, peu d’objets d’apparat ornaient les demeures versaillaises, et la décoration ne faisait pas toujours l’objet de grandes attentions. Les inventaires ne mentionnent par exemple aucune pendule, alors qu’à sa fonction ornementale s’ajoutait un rôle utilitaire.

Conclusion

  • 195 Himelfarb 1989, p. 87.
  • 196 Pardailhé-Galabrun 1988.

99La vie des courtisans se partageait ainsi entre Paris et Versailles, et lorsqu’ils étaient de passage à la cour, entre le château et leur hôtel en ville. Malgré l’exiguïté, le logement du château s’avérait essentiel pour briguer les faveurs royales : « Si la vie de cour [était] une perpétuelle stratégie guerrière, l’appartement du château en constitu[ait] la tranchée, le poste avancé et exposé, et l’hôtel versaillais la position de repli dès longtemps préparée195. » C’est également au château que s’entretenaient les réseaux : les logements des ducs et pairs permettaient de recevoir agréablement. Leur ameublement témoigne de la sociabilité et rend compte de la « naissance de l’intime196 ». Adoptant les formes légères, enrichies de panneaux de laque ou de marqueterie de bois précieux, il suivait les tendances parisiennes, tandis que le mobilier des hôtels versaillais était plus simple.

  • 197 Duras 1789.

100En 1789, à la suite des journées d’octobre, la cour se vida et les appartements furent hâtivement démeublés : après la mort du duc de Duras le 5 septembre 1789, les notaires se rendirent à Versailles le 7 novembre. Ils ne trouvèrent au château que deux poêles, un bas d’armoire, une table et une fontaine de cuivre rouge. Les autres effets avaient été précipitamment transportés dans une maison que le défunt louait en ville197. La plupart des logements furent d’ailleurs détruits lors des aménagements réalisés pour le musée de Louis-Philippe. Quant aux hôtels versaillais, abandonnés par leurs propriétaires à la Révolution, ils ne furent plus entretenus et tombèrent en ruines. Beaucoup d’entre eux furent modifiés voire démolis et reconstruits au xixe siècle. Ce travail, bien qu’il ait été réalisé à partir d’un échantillon réduit, donne déjà plusieurs perspectives ; une histoire plus précise des hôtels versaillais, mettant en valeur les nombreuses sources mentionnées et utilisées (devis et marchés de construction, procès-verbaux et inventaires après décès), reste toutefois encore à écrire.

Haut de page

Bibliographie

Sources imprimées

Blondel Jacques-François, 1752-1756, Architecture françoise, ou Recueil des plans, élévations, coupes et profils des églises, maisons royales, palais, hôtels & édifices les plus considérables de Paris […], Paris, C.-A. Jombert, 4 vol.

Campan Jeanne-Louise-Henriette, 1999 [1988], Mémoires de madame Campan, première femme de chambre de Marie-Antoinette, Paris, Mercure de France.

Comptes des Bâtiments du roi sous le règne de Louis XIV, 1881-1901, éd. J. Guiffrey, Paris, Imprimerie nationale, 5 vol.

Croÿ Emmanuel, duc de, 1906-1907, Journal inédit du duc de Croÿ, 1718-1784, éd. E.-H. de Grouchy et P. Cottin, Paris, Flammarion, 4 vol.

Dangeau Philippe de Courcillon, marquis de, 1854-1860, Journal du marquis de Dangeau […] avec les additions inédites du duc de Saint-Simon, éd. E. Soulié et al., Paris, F. Didot, 19 vol.

Dictionnaire universel françois et latin, vulgairement appelé Dictionnaire de Trévoux : contenant la signification et la définition des mots de l’une et de l’autre langue […], 1771, Paris, Compagnie des libraires associés, 8 vol.

Luynes Charles-Philippe d’Albert, duc de, 1860-1865, Mémoires du duc de Luynes sur la cour de Louis XV (1735-1758), éd. L. Dussieux et E. Soulié, Paris, F. Didot, 17 vol.

Ormesson Olivier Lefèvre d’, 1860-1861, Journal d’Olivier Lefèvre d’Ormesson et extraits des mémoires d’André Lefèvre d’Ormesson, éd. A. Chéruel, Paris, Imprimerie impériale, 2 vol.

Saint-Simon, Louis de Rouvroy, duc de, 1879-1931, Mémoires du duc de Saint-Simon : nouvelle édition augmentée des additions de Saint-Simon au Journal de Dangeau, éd. A.-M. de Boislisle, avec la collaboration de L. Lecestre (à partir du vol. XV) et de J.-M. de Boislisle (à partir du vol. XXI), Paris, Hachette, 43 vol.

Savot Louis, 1673 [1624], L’architecture françoise des bastimens particuliers, avec des figures et des nottes de M. Blondel, Paris, F. Clouzier l’aîné.

Scudéry Madeleine de, 1669, La promenade de Versailles, dédiée au roi, Paris, Claude Barbin.

Sourches Louis-François du Bouchet (marquis de), 1882-1893, Mémoires du marquis de Sourches sur le règne de Louis XIV, éd. G.-J. de Cosnac, A. Bertrand et É. Pontal, Paris, Hachette, 13 vol.

Études

Baulez Christian, 2004, « L’appartement de la duchesse de Châteauroux au château de Versailles », Versalia, no 7, p. 42-54.

Bluche François, 1973, La vie quotidienne de la noblesse française au xviiie siècle, Paris, Hachette.

Castelluccio Stéphane, 2004, Le Garde-Meuble de la Couronne et ses intendants du xvie au xviiie siècle, Paris, Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques.

Castex Jean, Céleste Patrick et Panerai Philippe, 1980, Lecture d’une ville : Versailles, Paris, Le Moniteur.

Courtin Nicolas, 2011, L’art d’habiter Paris au xviie siècle : l’ameublement des hôtels particuliers, Dijon, Faton.

Dassas Frédéric, 2014, « L’esprit du décor », dans J. Durand (dir.), Décors, mobilier et objets d’art du musée du Louvre : de Louis XIV à Marie-Antoinette, Paris, Somogy / Musée du Louvre, p. 31-109.

Da Vinha Mathieu, 2015, Au service du roi : dans les coulisses de Versailles, Paris, Tallandier.

Da Vinha Mathieu, 2009, Le Versailles de Louis XIV : le fonctionnement d’une résidence royale au xviie siècle, Paris, Perrin.

Delafosse Marcel, 1977, « Quelques hôtels seigneuriaux sous Louis XIV », Revue de l’histoire de Versailles et des Yvelines, no 62, p. 87-95.

Fromageot Paul, 1900a, « Les propriétaires versaillais au temps de Louis XIV », Revue de l’histoire de Versailles et de Seine-et-Oise, no 2, p. 18-38.

Fromageot Paul, 1900b, « Les propriétaires versaillais au temps de Louis XV », Revue de l’histoire de Versailles et de Seine-et-Oise, no 2, p. 94-123.

Gady Alexandre (dir.), 2010, Jules Hardouin-Mansart, Paris, éd. de la Maison des sciences de l’homme.

Gady Alexandre (dir.), 2008, Les hôtels particuliers de Paris : du Moyen Âge à la Belle Époque, Paris, Parigramme.

Havard Henry, 1894, Dictionnaire de l’ameublement et de la décoration depuis le xiie siècle jusqu’à nos jours, Paris, Quantin, 4. vol.

Himelfarb Hélène, 1989, « Regards versaillais sur l’hôtel parisien : le silence des chroniqueurs et épistoliers de cour à la fin du règne de Louis XIV (1700-1715) », xviie siècle, no 162, p. 85-100.

Hirschauer Charles et LÉry Edmond, 1932, « L’hôtel Lambinet et l’hôtel de la Banque de France », Revue de l’histoire de Versailles et de Seine-et-Oise, no 34, p. 37-44.

Houth Émile et Madeleine, 1980, Versailles aux trois visages : le Val de Galie, le château des rois, la cité vivante, Versailles, Lefebvre.

Jestaz Bertrand, 2008, Jules Hardouin-Mansart, Paris, Picard, 2 vol.

Jestaz Bertrand, 1973, « Alfred et Jeanne Marie : Versailles, son histoire, tome II : Mansart à Versailles », Bulletin monumental, no 131, p. 185-187.

Lagny Jean, 1990-1992, Versailles, ses rues, Versailles, éd. d’art Lys, 2 vol.

Lemoine Henri, 1955, Versailles, cité royale, Paris, A. Quillet.

Léry Edmond, 1922, « Études de topographie versaillaise : la rue Colbert », Revue de l’histoire de Versailles et de Seine-et-Oise, no 24, p. 270-289.

Levron Jacques, 1964, Versailles, ville royale, Paris, La Nef de Paris.

Marie Alfred et Jeanne, 1972, Versailles, son histoire, t. II : Mansart à Versailles, Paris, V. Fréal, 3 vol.

Newton William R., 2015, Dans l’ombre de la cour : les baraques autour du château de Versailles, le nouveau marché, l’hôtel de Limoges, Paris, Honoré Champion.

Newton William R., 2008, Derrière la façade : vivre au château de Versailles au xviiie siècle, Paris, Perrin.

Newton William R., 2006, La petite cour : services et serviteurs à la cour de Versailles au xviiie siècle, Paris, Fayard.

Newton William R., 2000, L’espace du roi : la cour de France au château de Versailles, 1682-1789, Paris, Fayard.

Pardailhé-Galabrun Annik, 1988, La naissance de l’intime : 3 000 foyers parisiens, xviie-xviiie siècles, Paris, Presses universitaires de France.

Solnon Jean-François, 1997, Versailles, Paris, éd. du Rocher.

Stratmann-Döhler Rosemarie, 1993, « Les logements des courtisans à Versailles », Eighteenth-Century Life, t. 17, no 1, mai, p. 161-181.

Tiberghien Frédéric, 2002, Versailles, le chantier de Louis XIV : 1662-1715, Paris, Perrin.

Wilhelm Jacques, 1977, La vie quotidienne des Parisiens au temps du Roi-Soleil : 1660-1715, Paris, Hachette.

Haut de page

Notes

1 Ormesson 1860-1861, t. II (1861), p. 142-143.

2 Croÿ 1906-1907, t. IV (1907), p. 192-193.

3 Da Vinha 2009, p. 64.

4 Himelfarb 1989, p. 86.

5 Newton 2000 et Newton 2006.

6 Solnon 1997 et Newton 2008.

7 Lagny 1990-1992 et J. Portier, Propriétaires versaillais des origines à l’an II, 1982, 4 vol. (manuscrit, Bibliothèque municipale de Versailles).

8 Jestaz 2008 et Gady 2010.

9 Stratmann-Döhler 1993, p. 175-176.

10 Newton 2000, p. 97 et p. 100.

11 Saint-Simon 1879-1931, t. XV (1899), p. 288-289.

12 Stratmann-Döhler 1993, p. 176.

13 Newton 2000, p. 184-185, 235 et 532.

14 Croÿ 1906-1907, t. I (1906), p. 115, 149-150, 156-158, 317.

15 Campan 1999, p. 128.

16 Voir Newton 2000, p. 57-59.

17 Appartements numérotés 65, 66 A, 67, 68 et 69 : ibid., p. 183-184.

18 Luynes 1860-1865, t. I (1860), p. 281.

19 Voir Newton 2000, p. 55-57.

20 Logement numéroté 61 et 62. Voir Baulez 2004, p. 42-54.

21 Logement numéroté 58, 59 et 60.

22 Logement numéroté 56 et 57.

23 Paris, Archives nationales (désormais AN), O1 1802, no 536 : lettre du prince de Poix au comte d’Angiviller, 3 novembre 1788.

24 Saint-Simon 1879-1931, t. VII (1890), p. 1. Voir les ordres de Louis XIV à Jules Hardouin-Mansart conservés aux AN (O1809) et mentionnés dans Da Vinha 2009, p. 181.

25 Newton 2000, p. 65-68.

26 Ibid, p. 68-70.

27 Himelfarb 1989, p. 86.

28 AN, Minutier central des notaires parisiens (désormais MC), LXXXVIII/702 : inventaire après décès du duc de Villeroy, commencé le 27 mars 1766 (désormais Villeroy 1766).

29 État de 1787, cité dans Newton 2000, p. 171.

30 Ibid., p. 164, 170, 185-186, 390.

31 Ibid., p. 52.

32 AN, MC, VIII, 896 : inventaire après décès du duc de Chevreuse, commencé le 8 novembre 1712 (désormais Chevreuse 1712).

33 Saint-Simon recevait volontiers dans sa chambre pour le dîner : Saint-Simon 1879-1931, t. XXI (1909), p. 18.

34 AN, MC, XXIII, 526 : inventaire après décès du duc de Rochechouart, commencé le 6 juillet 1743 (désormais Rochechouart 1743).

35 Newton 2000, p. 52.

36 AN, MC, LI, 1197 : inventaire après décès du duc de Fleury, commencé le 21 avril 1788 (désormais Fleury 1788).

37 Courtin 2011, p. 44.

38 AN, O1 1811, no 71: lettre de Marigny à L’Écuyer, 23 juillet 1753.

39 Saint-Simon 1879-1931, t. XIX (1906), p. 338.

40 Newton 2000, p. 333.

41 État de 1741, cité dans ibid., p. 488.

42 AN, MC, II, 564 : inventaire après décès du duc de Gesvres, commencé le 3 octobre 1757 (désormais Gesvres 1757).

43 Newton 2000, p. 53.

44 Gesvres 1757.

45 Fleury 1788.

46 Saint-Simon 1879-1931, t. XVIII (1905), p. 296.

47 AN, O1 1802, no 430 : lettre de Le Roi à d’Angiviller, 10 mars 1788 ; AN, O1 1802, no 432 : lettre du duc de Liancourt à d’Angiviller, 16 mars 1788. Sur la crise des logements, voir Newton 2000, p. 44-48.

48 AN, MC, CXII, 795 B : inventaire après décès du duc de La Vallière, commencé le 23 novembre 1780 (désormais La Vallière 1780) ; AN, MC, II, 741 : inventaire après décès du duc de Richelieu, commencé le 19 août 1788 (désormais Richelieu 1788) ; AN, MC, LI, 1200 : inventaire après décès du duc de Biron, commencé le 10 novembre 1788 (désormais Biron 1788).

49 AN, O1 3277, no 8 : mémoire, 1740. Sur le fonctionnement du Garde-Meuble, voir Castelluccio 2004.

50 Voir par exemple AN, O1 3454, p. 169-177 et 381-384 : inventaire des meubles, 1751 et AN, O1 3452, p. 173-253 : inventaire des meubles, 1765.

51 AN, O1 1076, no 625 : lettre du comte de Noailles au roi.

52 Dassas 2014, p. 86.

53 Chevreuse 1712.

54 Rochechouart 1743.

55 Gesvres 1757.

56 Rochechouart 1743.

57 Villeroy 1766.

58 Bluche 1973, p. 86.

59 La Vallière 1780.

60 Biron 1788.

61 Pardailhé-Galabrun 1988, p. 275.

62 AN, MC, II, 351 : inventaire après décès du duc d’Aumont, commencé le 9 avril 1704 (désormais Aumont 1704).

63 AN, MC, LXXIX, 32 : inventaire après décès du duc de La Trémoille, commencé le 12 juin 1741 (désormais La Trémoille 1741) ; Rochechouart 1743 ; Fleury 1788 ; Richelieu 1788.

64 Villeroy 1766 ; Fleury 1788.

65 Ibid.

66 La Trémoille 1741.

67 AN, MC, CII, 368 : inventaire après décès du duc de Boufflers, commencé le 6 octobre 1751 (désormais Boufflers 1751).

68 Gesvres 1757.

69 Luynes 1860-1865, t. XVI (1864), p. 186-187.

70 Aumont 1704 ; AN, MC, XXIII, 836 : inventaire après décès du duc de Duras, commencé le 4 novembre 1789 (désormais Duras 1789).

71 Pardailhé-Galabrun 1988, p. 356.

72 Boufflers 1751.

73 Fleury 1788.

74 Havard 1894, t. IV, col. 690.

75 Chevreuse 1712.

76 Gesvres 1757.

77 Stratmann-Döhler 1993, p. 161.

78 Havard 1894, t. I., col. 297.

79 Pardailhé-Galabrun 1988, p. 373.

80 Fleury 1788.

81 Havard 1894, t. IV, col. 1459.

82 Dictionnaire de Trévoux 1771, t. III, p. 30.

83 Voir Villeroy 1766.

84 Fleury 1788.

85 Newton 2008, p. 149.

86 AN, MC, CXVII, 345 : inventaire après décès du duc de Gramont, commencé le 19 septembre 1725 (désormais Gramont 1725).

87 Pardailhé-Galabrun 1988, p. 400.

88 Gesvres 1757.

89 Chevreuse 1712.

90 Richelieu 1788.

91 Chevreuse 1712.

92 Fleury 1788.

93 Boufflers 1751.

94 Fleury 1788.

95 Scudéry 1669, p. 20-21.

96 Léry 1922, p. 3-4.

97 Jestaz 1973, p. 186.

98 AN, O1 15, fo 250 : déclaration du roi, 22 mai 1671.

99 AN, O1 1050, p. 161 : déclaration du roi portant décharge d’hypothèques pour les maisons de Versailles, 24 novembre 1672. Ce privilège fut aboli en 1713 : AN, O1 57, fo 30, déclaration révoquant les privilèges des maisons de Versailles, 6 mars 1713.

100 Voir Houth 1980, p. 260-262.

101 Lemoine 1955, p. 255.

102 Voir Houth 1980, p. 355-356 et 391-401.

103 Fromageot 1900a, p. 25.

104 Ces brevets sont conservés dans les minutes notariales. Les dons étaient également consignés par les Bâtiments du roi dans un registre : voir AN, O1 1865 (1682-1708) et 1866 (1708-1717).

105 AN, O1 1865 (1682-1708) : brevets de place à bâtir, p. 3.

106 Fromageot 1900a, p. 31 et Fromageot 1900b, p. 111-112.

107 Wilhelm 1977, p. 228.

108 Levron 1964, p. 98.

109 AN, MC, XCII, 573 : acte de vente, 26 septembre 1751.

110 AN, MC, XXVI, 46 : bail et désistement, 30 novembre 1751.

111 Fromageot 1900b, p. 95.

112 Gady 2010, p. 387, note 2.

113 Da Vinha 2015, p. 23-36 (« Les Mazière et Bergeron »).

114 Actuelle rue Colbert : Léry 1922, p. 6, 12 et 14.

115 Tiberghien 2002, p. 292.

116 Marie 1972, vol. 1, p. 155 et 174.

117 Tiberghien 2002, p. 292.

118 AN, MC, CVII, 214 : devis et marché de la menuiserie de pavillon à Versailles, 20 janvier 1670.

119 AN, MC, LXXIX, 41 : devis et marché pour des réparations à l’hôtel de La Trémoille, 6 septembre 1743 (désormais La Trémoille 1743).

120 Actuelle rue de l’Indépendance américaine.

121 AN, MC, CXIII, 73 : devis et marché pour des augmentations à faire à l’hôtel de Créquy, 15 août 1671.

122 Portier 1982, t. II, p. 236.

123 AD, 3E 43/97 : marché pour l’entretien du jardin de l’hôtel de Créquy, 11 juillet 1674.

124 Voir Hirschauer et Léry 1932, p. 37-44.

125 AN, MC, XCI, 1298 : bail de l’hôtel Rousseau, 30 mars 1793.

126 Actuelle rue Carnot.

127 Delafosse 1977, p. 95.

128 Comptes des Bâtiments du roi 1881-1901, t. I (1881), col. 786.

129 Voir par exemple AN, MC, LXVIII, 206 : marché de construction de l’hôtel de Bouillon, 22 mars 1670 (désormais Bouillon 1670).

130 Bibliothèque municipale de Versailles (désormais BM), fonds Fromageot, B I : devis de construction de l’hôtel de Gramont, 25 mai 1665 (désormais Gramont 1665).

131 Gady 2008, p. 100.

132 Ibid., p. 90.

133 Savot 1673, p. 18.

134 Cité dans Castex, Céleste et Panerai 1980, p. 53.

135 Voir par exemple AN, MC, XXI, 846 : brevet annexé à l’acte de vente de l’hôtel de Chevreuse, 5 juin 1824.

136 AN, O1 15, fo 250 : déclaration du roi, 22 mai 1671.

137 Castex, Céleste et Panerai 1980, p. 87.

138 AD, B 4300 no 1 : contravention aux règlements royaux relatifs à la hauteur des maisons et nomination d’un architecte, 5 janvier 1715.

139 Actuel conservatoire de Versailles, 24 rue de la Chancellerie.

140 Gramont 1665.

141 Bouillon 1670.

142 Castex, Céleste et Panerai 1980, p. 60-61.

143 La Trémoille 1743.

144 AD, IQ 306, no 656 : lettre d’Henri-Placide Meslier, nouveau propriétaire de l’hôtel, à l’administration du département, 2 prairial an VII.

145 Castex, Céleste et Panerai 1980, p. 93.

146 AN, MC, LXVIII, 421 : marché des réparations aux hôtels de Bouillon de Paris et de Versailles, 20 avril 1743.

147 Il s’agit des numéros 3 et 3 bis de la rue Baillet-Reviron.

148 Actuel musée Lambinet.

149 Castex, Céleste et Panerai 1980, p. 93.

150 Sur les baraques, voir Newton 2015.

151 Voir AN, O1 1985 : plans de baraques, 1749-1790.

152 Cité dans Houth 1980, p. 318.

153 AD, B 4302 no 12 : déclaration du roi concernant l’exercice de la grande et de la petite voierie de Versailles, 12 juillet 1779.

154 Castex, Céleste et Panerai 1980, p. 149.

155 Ibid., p. 157.

156 Il s’agit du numéro 8 de la rue des Réservoirs : Portier 1982, t. II, p. 103.

157 Gramont 1665.

158 AD, IQ 306 no 656 : affiche imprimée à l’occasion de la vente révolutionnaire du 13 floréal an VII.

159 Gramont 1665 ; AN, MC, LXXXIII, 166 : inventaire après décès du duc de Gramont, commencé le 11 août 1678 (désormais Gramont 1678) ; Bouillon 1670 ; AN, MC, LXVIII, 377 : inventaire après décès du duc de Bouillon, commencé le 5 juin 1730 (désormais Bouillon 1730).

160 Addition de Saint-Simon à Dangeau à la date du 20 juin 1714, après la mort de la duchesse de Bouillon, dans Dangeau 1854-1860, t. XV (1858), p. 170.

161 Chevreuse 1712.

162 Sourches 1882-1893, t. VI (1886), p. 184 – 7 septembre 1699.

163 Saint-Simon 1879-1931, t. XI (1924), p. 122.

164 Luynes 1860-1865, t. XI (1863), p. 1.

165 Chevreuse 1712.

166 Le salon existait encore un demi-siècle après la mort du duc de Créquy : La Trémoille 1741.

167 Gramont 1665 ; La Trémoille 1741.

168 AN, MC, XCII, 743, inventaire après décès du duc de Chevreuse, commencé le 24 novembre 1771 (désormais Chevreuse 1771).

169 Saint-Simon 1879-1931, t. II (1879), p. 382.

170 Dangeau 1854-1860, t. VI (1856), p. 284.

171 Voir par exemple ibid., t. VII (1856), p. 221 (en 1699) et t. VIII (1856), p. 312 (en 1702).

172 Bluche 1973, p. 97.

173 La Trémoille 1741.

174 Voir Gramont 1725 ; AN, MC, LXVIII, 416 : inventaire après décès de la duchesse de Bouillon, commencé le 12 août 1741 (désormais Bouillon 1741) ; Dictionnaire de Trévoux 1771, p. 771.

175 Gramont 1725 ; AN, MC, CXVII, 803 : inventaire après décès de la duchesse de Gramont, commencé le 19 février 1756 (désormais Gramont 1756).

176 Bouillon 1741.

177 Chevreuse 1712.

178 Duras 1789.

179 Bouillon 1741.

180 Gramont 1725.

181 Gady 2008, p. 13.

182 Gramont 1756.

183 Dangeau 1854-1860, t. III (1854), p. 56, note 1.

184 Gramont 1678 ; Bouillon 1730 ; Chevreuse 1771.

185 Gramont 1725 ; Chevreuse 1771.

186 Pardailhé-Galabrun 1988, p. 33.

187 Gramont 1725.

188 Voir Pardailhé-Galabrun 1988, p. 332-337.

189 Gramont 1756.

190 Blondel 1752-1756, t. I (1752), p. 29.

191 La Trémoille 1743.

192 Ibid.

193 Gramont 1725.

194 Gramont 1678.

195 Himelfarb 1989, p. 87.

196 Pardailhé-Galabrun 1988.

197 Duras 1789.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Plan du second étage du château de Versailles (retombes rabattues), vers 1753. Paris, Archives nationales, O1 17662 no 3.
Légende Les rassemblements autour de la duchesse de Châteauroux en 1744 (en bleu) et autour du duc de Fleury vers 1770 (en rouge).
Crédits Archives nationales (France) – Avec le soutien de la Fondation des sciences du patrimoine / LabEx Patrima
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14493/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 676k
Titre Fig. 2 : Plan de l’appartement du duc de Rochechouart, dans l’attique de l’aile nord sur le jardin, entre celui du duc de Chaulnes et ceux du duc de Luxembourg et de M. de Courtenvaux (retombe relevée), vers 1741-1743, Traits d’encre de Chine, murs pochés à l’encre de Chine, lavis rose, 24 × 37 cm. Paris, Archives nationales, O1 17991, no 15.
Crédits Archives nationales (France) – Avec le soutien de la Fondation des sciences du patrimoine / LabEx Patrima
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14493/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Titre Fig. 3 : Plan de l’appartement du duc de Rochechouart, dans l’attique de l’aile nord sur le jardin, entre celui du duc de Chaulnes et ceux du duc de Luxembourg et de M. de Courtenvaux (retombe rabattue), vers 1741-1743, traits d’encre de Chine, murs pochés à l’encre de Chine, lavis rose, 24 × 37 cm. Paris, Archives nationales, O1 17991, no 15.
Crédits Archives nationales (France) – Avec le soutien de la Fondation des sciences du patrimoine / LabEx Patrima
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14493/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 3,3M
Titre Fig. 4 : Pierre Patel, Vue du château et des jardins de Versailles, prise de l’avenue de Paris, 1668, huile sur toile, 115 × 161 cm. Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, MV 765.
Crédits © Château de Versailles, Dist. RMN-Grand Palais / Christophe Fouin
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14493/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,7M
Titre Fig. 5 : Antoine Coquart, Vue du château et des jardins de Versailles du côté de l’Orangerie (détail), 1712, eau-forte et burin, 66 ×159 cm. Paris, Bibliothèque nationale de France, Estampes et photographie, FT 6-VA-448 (B).
Légende http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b53128079s
Crédits Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14493/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 5,3M
Titre Fig. 6 : Plan de la ville et château de Versailles (détail), 1685, eau-forte, 89 x 59 cm, Paris, Bibliothèque nationale de France, Cartes et plans, GE C-4094.
Légende http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b530636814
Crédits Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14493/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Titre Fig. 7 : Israël Silvestre, Vue du château, des jardins et de la ville de Versailles du côté de l’étang (détail), 1674, eau-forte, 51,4 × 71,8 cm, Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, INV. GRAV 6586.
Légende Entre l’étang de Clagny et la rue des Réservoirs, l’hôtel de Soissons présentait un avant-corps surmonté d’un fronton et rythmé de colonnes.
Crédits © Château de Versailles / RMN, Jean-Marc Manaï
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14493/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
Titre Fig. 8 : Hôtel de la Chancellerie, façade sur la rue, 2017.
Crédits © Alix de Bouvier
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14493/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Fig. 9 : Hôtel de la Chancellerie, façade sur le jardin, 2017.
Crédits © Alix de Bouvier
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14493/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 2,6M
Titre Fig. 10 : Hôtel Rousseau, façade sur la rue, 2017.
Crédits © Alix de Bouvier
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14493/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5M
Titre Fig. 11 : Hôtel Rousseau, façade sur le jardin, 2017.
Crédits © Alix de Bouvier
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14493/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5M
Titre Fig. 12 : Pierre-Denis Martin, Vue du château de Versailles du côté de la place d’Armes (détail), 1722, huile sur toile, 138 × 152 cm. Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, MV 726.
Crédits © Château de Versailles / RMN, Jean-Marc Manaï
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14493/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 628k
Titre Fig. 13 : Hôtel de Sérent, 2017.
Crédits © Alix de Bouvier
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14493/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 3,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alix de Bouvier, « À la cour et à la ville », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne], Articles et études, mis en ligne le 18 décembre 2017, consulté le 24 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/crcv/14493 ; DOI : 10.4000/crcv.14493

Haut de page

Auteur

Alix de Bouvier

Alix de Bouvier, titulaire des diplômes de premier et de deuxième cycle de l’École du Louvre. Actuellement étudiante en classe préparatoire au concours de conservateur du patrimoine à l’université Paris-Sorbonne. alixdebouvier@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals