Navigation – Plan du site
Marly

Bilan de trois années de fouille programmée du château de Marly

Introduction à la journée consacrée à l’archéologie de Marly
Summary of the Three-Year Excavation Programme at the Château de Marly. Introduction to the Day Dedicated to the Archaeology of Marly.
Annick Heitzmann

Résumés

L’histoire du château de Marly commence en 1679 et se termine par sa destruction en 1811, mais l’archéologie le fait revivre depuis 1865. La dernière campagne de fouille archéologique a été réalisée entre 2013 et 2015. Elle a concerné les jardins et les bâtiments. Dans les jardins, ont été étudiés : la grande cascade, dont la maçonnerie de plusieurs marches a été retrouvée, recouverte de mortier hydraulique dans lequel l’empreinte des marbres qui la décoraient était encore visible ; le bassin des Nappes et le bassin des Boules, tous les deux constitués d’un corroi de glaise. Deux bâtiments ont été fouillés. Le troisième pavillon du Levant d’une part (à l’est du Grand Miroir), dont toutes les fondations ont été dégagées, ainsi que le dispositif d’évacuation des eaux pluviales et les bases des arceaux supportant les berceaux de treillage. La fosse d’aisances du pavillon a livré un dépôt latrinaire et du mobilier archéologique. Le Pavillon royal d’autre part, sous lequel ont été trouvées les fosses d’aisances de l’appartement du roi, les caves de celui de la reine et cinq pierrées en étoile sous le salon central. Parmi les gravats qui comblaient ces excavations, il y avait des tessons de canalisation en terre cuite et des éléments de plâtres ou de pierres provenant des structures du château ou de son décor.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Maroteaux 2002, Castelluccio 2014.

1C’est en 1679 que Louis XIV commença à s’intéresser au vallon de Marly, et les travaux de construction du château furent menés entre 1679 et 1683. De nombreuses transformations furent réalisées par la suite, en particulier dans le parc, mais c’est dans ces années-là que la configuration du site fut fixée1.

  • 2 Jestaz 2008.

2Le château était d’une conception architecturale très originale, élaborée par Jules Hardouin-Mansart : il était composé d’un grand pavillon dominant deux perspectives, l’une orientée est-ouest et l’autre nord-sud. D’inspiration palladienne, avec son plan centré, il évoque les villas construites au xvie siècle par Andrea Palladio dans les environs de Venise, notamment la villa Rotonda2.

3Outre ce pavillon, douze petits pavillons étaient réservés aux invités du roi. Ils étaient répartis de part et d’autre de la grande perspective (axée sud-nord), marquée par une succession de bassins (fig. 1). En effet, Marly était une résidence de loisirs et le roi y recevait les personnes qu’il souhaitait privilégier.

Fig. 1 : Pierre-Denis Martin, Vue générale du château, des pavillons et des jardins de Marly, 1723, huile sur toile, 1,37 × 1,55 m. Musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 741.

Fig. 1 : Pierre-Denis Martin, Vue générale du château, des pavillons et des jardins de Marly, 1723, huile sur toile, 1,37 × 1,55 m. Musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 741.

© RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot

  • 3 Cuche 1934.

4Marly a eu une existence relativement brève, puisque le château n’a existé qu’à peine plus d’une centaine d’années. À la fin de la Révolution, en 1799, le domaine fut vendu à un entrepreneur en filature, Alexandre Sagniel3, qui, après avoir fait faillite lors du blocus décrété par Napoléon Ier contre l’Angleterre, vendit les matériaux composant les constructions pour en tirer quelques bénéfices, et le domaine fut détruit de 1805 à 1811 (fig. 2).

Fig. 2 : Plan de la ferme du parc de Marly, Atlas Moléon, 1824. Archives départementales des Yvelines, 5Q385.

Fig. 2 : Plan de la ferme du parc de Marly, Atlas Moléon, 1824. Archives départementales des Yvelines, 5Q385.

© Archives départementales des Yvelines

Les antécédents

  • 4 Heitzmann 2012.

5Les campagnes archéologiques évoquées dans ce chapitre ont été décrites de manière plus approfondie lors d'un colloque consacré à Marly, organisé par le Centre de recherche du château de Versailles (CRCV) en 20124.

Le xixe siècle

  • 5 Guillaumot 1865, Bentz 2015.
  • 6 Bentz 1993.

6Contrairement à Versailles, la prospection archéologique commença très tôt à Marly. À peine plus de cinquante ans après la destruction du château, dès 1865, le graveur Auguste Alexandre Guillaumot publia un ouvrage décrivant l’architecture du château, basée sur la documentation d’archives existante. Il inséra dans ce livre des gravures de carreaux qu’il aurait trouvés au cours de fouilles archéologiques5. Ces carreaux sont ceux des bassins de faïence, qui sont maintenant bien connus grâce aux travaux de Bruno Bentz6.

Le xxe siècle

  • 7 Bonneau 2015.

7Dans les années 1930, suite à un regain d’intérêt pour le parc, stimulé par une association nouvellement fondée, les « Amis du vieux Marly », un architecte, Robert Danis, fut nommé pour y proposer des aménagements7. Des sondages archéologiques furent réalisés pour aider à leur conception (fig. 3) et la grande pièce d’eau, qui avait été partiellement comblée lors de la démolition des bâtiments par les gravats invendus, fut dégagée.

Fig. 3 : Sondage archéologique en 1934. Collection particulière.

Fig. 3 : Sondage archéologique en 1934. Collection particulière.

© Droits réservés

8Plus tard dans le siècle, de 1985 à 1992, de nouvelles recherches furent menées par Bruno Bentz, dans le cadre d’un doctorat. Elles concernèrent à la fois les jardins et les bâtiments. L’archéologue commença par reprendre les travaux de ces prédécesseurs et réalisa six petits sondages dans les bassins de faïence, ce qui, en confrontant les vestiges aux documents d’archives, lui permit de restituer ces bassins (fig. 4). Puis il étudia la Cascade champêtre (fig. 5), le pavillon des bains et les fosses d'aisances de deux autres pavillons des invités : le cinquièmeet le deuxièmedu côté du Levant. Ces deux fosses n’avaient pas été vidangées et ont livré les nombreux objets de toilette, de table et de cuisine qui y avaient été jetés et qui sont conservés au Musée-promenade de Marly-le-Roi/Louveciennes (fig. 6). Fut enfin étudiée la « ramasse », jeu inspiré d’un moyen de transport utilisé dans les Alpes et ancêtre des montagnes russes, qui avait été aménagée sur l’une des pentes du vallon.

Fig. 4 : Restitution du carrelage du bassin d’Atalante, dessin de John Carter.

Fig. 4 : Restitution du carrelage du bassin d’Atalante, dessin de John Carter.

© Omage

Fig. 5 : Quelques marches de la Cascade champêtre en 1989.

Fig. 5 : Quelques marches de la Cascade champêtre en 1989.

© Bruno Bentz

Fig. 6 : Pot à eau chaude trouvé dans la fosse d’aisances du deuxième pavillon du Levant.

Fig. 6 : Pot à eau chaude trouvé dans la fosse d’aisances du deuxième pavillon du Levant.

© Carlos Saldi

Le début du xxie siècle

  • 8 Dufour 2003.

9Les recherches archéologiques reprirent en 2003, avec l’intervention de Jean-Yves Dufour, de l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap), sur les écuries situées près de la Grille royale8.

10Après le rattachement du domaine de Marly à celui de Versailles, en 2009, la première intervention entreprise par l’Établissement public du château de Versailles (EPV) à Marly fut un relevé lidar, réalisé en 2011, qui, en traversant la canopée des arbres, permit de repérer tous les microreliefs et, en particulier, les traces des anciennes allées.

Les dernières campagnes

11Une nouvelle série de chantiers archéologiques a ensuite été réalisée par le Centre de recherche du château de Versailles, entre 2013 et 2015 (fig. 7). Trois campagnes de fouilles programmées ont été menées à bien, financées par l’EPV et subventionnées par la DRAC, grâce à l’intermédiaire du Service régional d’archéologie. Elles ont concerné à la fois les jardins et les bâtiments.

    • 9 Heitzmann 2014.

    en 2013 : la grande cascade dite « la Rivière », tout en haut du parc, et le bassin des Nappes, fermant la perspective tout en bas de la pente9 ;

    • 10 Heitzmann 2015.

    en 2014 : le bassin des Boules, ainsi dénommé car, n’ayant pas de nom, nous lui avons attribué celui de l’allée à l’extrémité de laquelle il est situé, et le troisième pavillon du Levant10 ;

    • 11 Heitzmann 2016. Ce chantier a été réalisé avec l’aide de Florine Menec.

    en 2015, année du tricentenaire de la mort de Louis XIV : le Pavillon royal11.

Fig. 7 : Principales interventions menées dans le parc de Marly.

Fig. 7 : Principales interventions menées dans le parc de Marly.

Fond de plan : @ EPV

Les jardins

La Rivière

12Trois sites ont été appréhendés dans les jardins : la Rivière, les Nappes et les Boules. L’une de ces opérations – la Rivière – a été réalisée pour le seul but de la recherche, les deux autres – les Nappes et les Boules – l’ont été à la demande de l’EPV, en prévision de travaux.

  • 12 Archives nationales, O1, 1470A, no 7, O1, 1470B, no 2 et O1, 1472 nos 8 et 9.

13La Rivière a été aménagée à l’extrême fin du xviie siècle, en 1697. Elle fut d’abord construite en glaise, puis connut de multiples transformations. Dans son état le plus abouti (fig. 8), elle était entièrement recouverte de plaques de marbre, sans arbres, après que les deux alignements eurent été arrachés. Plusieurs aquarelles conservées aux Archives nationales montrent l’évolution de ces aménagements12.

Fig. 8 : La Rivière. Paris, Archives nationales, O1, 1472 no 8.

Fig. 8 : La Rivière. Paris, Archives nationales, O1, 1472 no 8.

© Archives nationales

14La Rivière fut détruite en 1728. En effet, après la mort de Louis XIV, le régent, qui s’intéressait peu à Marly, condamna plusieurs aménagements dont l’entretien coûtait cher. C’est ainsi que cette cascade est devenue le Tapis vert, simplement composé d'un tapis de gazon encadré de deux allées.

15Cinq sondages furent entrepris dans ce secteur en 2013 : deux en décapage, pour retrouver le bassin haut et des marches de la cascade, et trois en tranchées, pour étudier les abords (fig. 9).

Fig. 9 : Les cinq sondages réalisés en haut du Tapis vert.

Fig. 9 : Les cinq sondages réalisés en haut du Tapis vert.

Fond de plan : @ Art graphique et patrimoine

  • 13 Voir Heitzmann 2014, p. 87.
  • 14 Bentz 2017.

16L’emplacement du sondage haut avait été établi par rapport à la configuration actuelle du terrain, que nous pensions n’avoir pas été modifiée depuis l’époque de la Rivière. Or, contre toute attente, nous avons mis au jour les ruines de la maison forestière qui avait été construite en haut du Tapis vert vers 1827 et qui fut détruite en 1970 (fig. 10). Cette erreur a permis, d’une part, de mesurer le déplacement de l’esplanade du haut du Tapis vert entre 1889 et 1934 (fig. 11)13, de l’autre, de retrouver un tronçon de la « rigole de Marly », aménagement antérieur au château14.

Fig. 10 : Les caves de la maison forestière du Tapis vert.

Fig. 10 : Les caves de la maison forestière du Tapis vert.

© Pierre Kervella

Fig. 11 : Évolution de l'esplanade en haut du Tapis vert.

Fig. 11 : Évolution de l'esplanade en haut du Tapis vert.

© CRCV / Romuald Housse

17Le sondage réalisé en contrebas, a permis de découvrir trois marches de la cascade, dont une complète (fig. 12 et 13). C’était une cascade à étanchéité de ciment. On appelle « ciment romain » ou « mortier hydraulique » un mortier composé de chaux et de tuileau concassé, ce qui lui donne une couleur rose. Utilisé depuis l’Antiquité, il prend sous l’eau et devient très étanche. La maçonnerie des marches était coupée par une saignée qui nous a permis de connaître la technique de construction sans avoir à commettre de dégradations. Nous ignorons l'usage de cette saignée ; par contre, nous savons qu’elle a été ouverte lors de la démolition de la cascade. Ce peut être un chemin qui servit pour la dépose des marbres, dans ce cas, les pierres qui se trouvent au fond étaient destinées à recevoir des planches, qui auraient permis la circulation des chariots pour descendre les marbres en bas de la pente. Cependant, ces pierres peuvent aussi avoir soutenu une canalisation de plomb, pour éviter qu’elle ne s’enfonce dans le sol. Cette technique était couramment employée par les fontainiers. Après leur dépose, les marbres ont été offerts à l’église Saint-Sulpice à Paris. Une prospection géophysique a été entreprise par le laboratoire METIS de l’Université Pierre-et-Marie-Curie ; elle permettra peut-être de résoudre cette question, en repérant le tracé complet de la saignée : selon qu’elle descend en zigzag ou ne fait que traverser ponctuellement la cascade.

Fig. 12 : Vues aérienne des marches de la Rivière, sous le Tapis vert.

Fig. 12 : Vues aérienne des marches de la Rivière, sous le Tapis vert.

© CRCV / Annick Heitzmann

Fig. 13 : Vues des marches de la Rivière, sous le Tapis vert.

Fig. 13 : Vues des marches de la Rivière, sous le Tapis vert.

© CRCV / Annick Heitzmann

18Les marbres ont donc disparu – hormis les éclats irrécupérables disséminés dans les remblais. D’après les représentations, le revêtement de marbre semble avoir été tricolore : du vert campan, du blanc – de Carrare vraisemblablement – et du rouge de Languedoc. Par contre, l’empreinte des plaques disparues était visible dans la couche de mortier hydraulique qui tapissait les marches, ce qui permit, avec l’aide des aquarelles conservées aux Archives nationales, une hypothèse de restitution de la Rivière (fig. 14 et 15). De petites cavités ouvertes dans les marches assuraient l’évacuation de l’eau, puisque les margelles montaient un peu plus haut que le fond des marches, constituant les bassins.

19Les tranchées creusées de part et d’autre de la cascade ont montré les anciennes fosses de plantation des arbres d’alignement, qui ont existé à plusieurs périodes dans l’histoire de la Rivière (fig. 16).

Fig. 14 : Restitution de la cascade et détail du système de vidange des bassins.

Fig. 14 : Restitution de la cascade et détail du système de vidange des bassins.

© Simon Taillebois

Fig. 15 : Restitution de la cascade et détail du système de vidange des bassins.

Fig. 15 : Restitution de la cascade et détail du système de vidange des bassins.

© Simon Taillebois

Fig. 16 : Coupe stratigraphique d’une allée bordant la cascade, avec restitution.

Fig. 16 : Coupe stratigraphique d’une allée bordant la cascade, avec restitution.

© CRCV / Romuald Housse

Les Nappes

20Ce bassin fut aménagé en plusieurs étapes, entre 1683 et 1697, au nord de la grande pièce d’eau, terminant la succession de bassins qui constituaient l’axe principal du parc. L’intervention de 2013 fut réalisée à la demande de l’EPV, en prévision du passage de canalisations destinées à l’alimentation de l’Abreuvoir situé en contrebas et récemment restauré. Pour étudier le bassin des Nappes, quatre sondages ont été ouverts (fig. 17).

Fig. 17 : Plan des secteurs de fouilles ouverts en mai 2013 dans l’ancien bassin des Nappes. Superposition du plan lidar et du plan des Archives nationales, O1, 1472, no 35.

Fig. 17 : Plan des secteurs de fouilles ouverts en mai 2013 dans l’ancien bassin des Nappes. Superposition du plan lidar et du plan des Archives nationales, O1, 1472, no 35.

Fon de plan : © Archives nationales – © Art graphique et patrimoine

21Tout d’abord, deux tranchées sur l’axe nord-sud, de part et d’autre du bassin, et au centre, sur le même axe, un petit sondage pour appréhender le fond du bassin. Ces trois sondages, alignés le long du parcours des futures conduites, étaient destinés à obtenir une coupe transversale du bassin. Ils ont été décalés d’environ 5 mètres de l’axe central, pour éviter une canalisation en PVC et la zone perturbée par son passage. Un quatrième sondage a été pratiqué dans le talus qui était autrefois le côté nord-ouest du bassin, pour retrouver le débouché de l’aqueduc de décharge, qui figure sur certains plans et qui existe encore. C’est une branche de l’« aqueduc de l’Abreuvoir » ; on peut y circuler, mais elle est comblée en direction du bassin détruit. L’objectif était de découvrir le raccordement de cet embranchement avec le bassin.

  • 15 Dézallier d’Argenville 1747, p. 405.
  • 16 Gros moellon équarri.

22Le bassin des Nappes était un bassin à étanchéité de glaise (fig. 18). Cette technique, décrite par le théoricien Dézallier d’Argenville15, est effectivement la seule adéquate pour un bassin de cette ampleur. Son corroi mesurait, au fond, de 60 à 70 centimètres d’épaisseur sur les bords, mais, en son centre, son épaisseur n’était plus que de quelques dizaines de centimètres : proche de la surface du sol à cet endroit, il a été raboté. Sur les bords, il remonte verticalement sur environ 1 mètre de hauteur par rapport au fond du bassin, constituant des parois de glaise de 70 à 80 centimètres d’épaisseur. Le « mur de douve » (ou mur intérieur du bassin) avait disparu – sans doute la pierre en a-t-elle été récupérée – mais son emplacement était visible sur le terrain, grâce à une poche sédimentaire laissée par son arrachage. Ce mur, qui supportait la margelle, était seul visible en surface, le corroi de glaise étant recouvert d’une bande de gazon destiné à préserver son humidité. Le « contre-mur » (ou mur extérieur du bassin), qui calait extérieurement le corroi de glaise, était d’une épaisseur exceptionnelle : près de 2 mètres. Sa partie haute, sur laquelle s’appuyait le corroi, avait disparu. Sans doute était-elle constituée de libages16 vendus lors de la démolition du bassin. Le contre-mur a été mis au jour en deux endroits, ce qui permet de caler l’emplacement du bassin.

Fig. 18 : Montage photographique montrant le contre-mur et le corroi de glaise du bassin des Nappes, dans le secteur N3.

Fig. 18 : Montage photographique montrant le contre-mur et le corroi de glaise du bassin des Nappes, dans le secteur N3.

© CRCV / Annick Heitzmann

23Autre avancée pour la connaissance de ce bassin : la compréhension des travaux de terrassement et de maçonnerie colossaux qui l’ont précédé, destinés à combler la différence de niveau entre le plateau des Nappes et celui de l’Abreuvoir. L’épaisseur hors normes des maçonneries était nécessaire pour supporter les masses de terre rapportée et d’eau.

  • 17 Bentz 1993 et 1994, et Van Dam 1993.

24Enfin, la tranchée creusée au sud du bassin des Nappes a prouvé que ce secteur a été remodelé dans les années 1930 par l’architecte Robert Danis. En effet, les remblais coupés par cette tranchée contenaient de nombreux gravats architecturaux antérieurs à l’ère industrielle et les deux seuls artefacts trouvés, un tesson de carreau de faïence et un culot de bouteille, sont antérieurs à la Révolution. Le carreau de faïence, qui est une production hollandaise du xviisiècle, est à rapprocher du carrelage du pavillon des bains17. Nous pouvons émettre l’hypothèse que ces gravats proviennent du curage de la grande pièce d’eau, située en amont des Nappes et partiellement comblée au début du xixe siècle avec les gravats de démolition des pavillons. L’« île » ainsi formée a été supprimée en 1933 et l’on peut supposer que la partie sud du bassin des Nappes, là où se trouvaient jadis les nappes d’eau qui lui ont donné son nom, a été remodelée pour résorber les gravats extraits de la grande pièce d’eau, sans avoir à les transporter hors du site.

  • 18 Bentz 2017, fig. 4.

25Le quatrième sondage, du côté de l’aqueduc (fig. 19), a d’abord dégagé un mur de béton, qui affleurait sous la terre végétale. Ce mur avait été construit dans les années 1930 pour évoquer le bassin disparu. Puis, les substructures subsistantes du bassin ont été découvertes, montrant que, à cet endroit, la paroi verticale du corroi de glaise était doublée d’une deuxième paroi, de 1,10 mètre d’épaisseur. Entre les deux murs de glaise, une poche sédimentaire marquait l’emplacement d’un contre-mur disparu18.

Fig. 19 : Vue aérienne du sondage N4, prise d'un drone.

Fig. 19 : Vue aérienne du sondage N4, prise d'un drone.

© Pierre Kervella

  • 19 Ibid.

26L’aqueduc avait été coupé par le mur de béton (fig. 20 et 21). Il s’est révélé d’une profondeur surprenante : 4 mètres dans la partie supérieure de la voûte, construite obliquement. Il est donc beaucoup plus profond que le bassin, sous lequel il semble passer. Le fond de l’aqueduc était composé d’une cunette encadrée de deux banquettes, ce qui indique que les eaux qui y circulaient étaient « bonnes à boire », c’est-à-dire des eaux de source. Cet aqueduc n’était donc pas uniquement un aqueduc de décharge19.

Fig. 20 : Coupe transversale de l’aqueduc.

Fig. 20 : Coupe transversale de l’aqueduc.

© CRCV / Romuald Housse

Fig. 21 : Coupe transversale de l’aqueduc.

Fig. 21 : Coupe transversale de l’aqueduc.

© CRCV / Annick Heitzmann

Les Boules

27L’opération du bassin des Boules a été entreprise à la demande de l’Établissement public qui souhaite remettre en eau certains bassins. Une prospection géophysique, qui avait été faite de part et d’autre de la grande pièce d’eau, avait détecté une anomalie, à l’ouest, tout au long de l’emplacement des canalisations qui reliaient jadis les deux bassins ronds situés de part et d'autre de l’allée des Boules. Cependant, les archives révolutionnaires indiquent que toutes les conduites métalliques ont été récupérées et fondues.

28Deux sondages ont été ouverts sur l'emprise de ce bassin (fig. 22) : l’un au débouché de l’ancienne canalisation et l’autre du côté de l’exutoire vers le bassin des Nappes. Tous deux ont révélé le corroi de glaise, qui assurait l’étanchéité du bassin (fig. 23). Il avait été arasé, sans doute lors de la démolition de son mur et de son contre-mur pour la récupération des matériaux qui les composaient. Du côté de l’alimentation en eau, la preuve de la dépose de la canalisation a été établie par la découverte du comblement de la tranchée ouverte pour son prélèvement. Les anomalies décelées en prospection ont sans doute été provoquées par une différence de caractéristiques entre les sédiments comblant la tranchée et le terrain environnant.

Fig. 22 : Vue aérienne du bassin des Boules en cours de fouille et de la grande pièce d’eau.

Fig. 22 : Vue aérienne du bassin des Boules en cours de fouille et de la grande pièce d’eau.

© Pierre Kervella

Fig. 23 : Le corroi de glaise du bassin des Boules, du côté amont.

Fig. 23 : Le corroi de glaise du bassin des Boules, du côté amont.

© CRCV / Annick Heitzmann

  • 20 Ibid.

29Du côté de l’évacuation vers les Nappes, a été exhumé un important dispositif composé d’une solide maçonnerie scindée en deux parties et formant deux angles affrontés remplis de glaise (fig. 24). Il est possible qu’un tel aménagement soit destiné à étrangler le débit de l’eau à sa sortie du bassin, de manière à former un jet d’eau en contrebas, dans le bassin des Nappes20. En effet, lors de la construction du bassin des Boules, en 1683, la machine de Marly n’était pas encore construite et il fallait user d’expédients pour obtenir des jeux d’eau.

Fig. 24 : Vue aérienne de l’exutoire du bassin des Boules avec une parcelle du corroi de glaise.

Fig. 24 : Vue aérienne de l’exutoire du bassin des Boules avec une parcelle du corroi de glaise.

© Pierre Kervella

Les pavillons

Le troisième pavillon du Levant

  • 21 Jestaz 2008, t. I, p. 266.

30Ce pavillon est l’un des douze pavillons indépendants encadrant le Pavillon royal et destinés à accueillir des courtisans. Ces pavillons étaient tous bâtis sur un même modèle : des édicules cubiques de 11 mètres de côté et de 11 mètres de hauteur (fig. 25). Ils encadraient les terrasses du jardin bas, le long des « allées des Portiques », surmontant elles-mêmes les « allées des Boules ». Ils reçurent des décors extérieurs peints d’architecture en trompe-l’œil et de scènes mythologiques, tous différents21. Ils avaient deux niveaux, abritant chacun un petit appartement composé d’une chambre et d’un cabinet. Un escalier desservait l’appartement de l’étage. En 1698, l’organisation spatiale des pavillons fut modifiée : l’escalier droit d’origine fut décalé vers l’est et remplacé par un escalier ovale.

31L’emplacement du troisième pavillon du côté du Levant était facilement repérable, sur la terrasse gazonnée qui surplombe l’allée des Portiques, grâce à une légère dépression située dans la visée de la margelle nord du bassin des Gerbes, conformément à l’indication des plans anciens. Il fut fouillé exhaustivement en 2014. La terre végétale a été décapée sur toute la surface du pavillon, augmentée d’une bande du côté sud, pour appréhender les fondations de la première travée du berceau de treillage avec sa niche, et d’une bande du côté est, pour étudier l’évacuation des eaux pluviales à l’arrière du pavillon. En avant du pavillon, en direction des bassins, une tranchée a été creusée pour obtenir une coupe stratigraphique du talus.

32Le plan du bâtiment a été obtenu dans sa totalité (fig. 26). Il était constitué des quatre murs de façade et de deux murs de refend délimitant trois compartiments (fig. 27). Dans l’un d’eux, situé au sud-ouest du pavillon, une épaisse maçonnerie en forme de Z correspond au premier état de l’escalier (fig. 28), sa modification ne s’étant donc pas répercutée dans les fondations. Ces maçonneries sont ancrées très profondément dans le sol, puisqu’un sondage est descendu jusqu’à 2,4 mètres de leur faîte sans que leur base soit atteinte. Cette profondeur est sans doute due à l’importance des remblais, puisqu’il est prescrit dans le devis de construction du château :

  • 22 Archives départementales des Yvelines, 3E44/4 (étude Brisset), devis du 22 février 1680. Partiellem (...)

Sera faite la maçonnerie des murs en fondation des petits pavillons depuis le bon et solide fonds jusques au rez de chaussée avec un rang de libage par bas et un rang par hault, mesme les encoigneures aussy de libage, le surplus de moilon, lesdits murs de deux pieds dix pouces d’espesseur maçonnez avec pareil mortier de chaux et sable que dessus.22

Fig. 25 : Coupe du troisième pavillon du Levant, vers 1715. Paris, Bibliothèque nationale de France, Est., VA-78 (A, 4)-FOL.

Fig. 25 : Coupe du troisième pavillon du Levant, vers 1715. Paris, Bibliothèque nationale de France, Est., VA-78 (A, 4)-FOL.

© BNF

Fig. 26 : Vue aérienne des fondations du troisième pavillon du Levant.

Fig. 26 : Vue aérienne des fondations du troisième pavillon du Levant.

© Pierre Kervella

Fig. 27 : Vue des fondations du pavillon vers le sud-est.

Fig. 27 : Vue des fondations du pavillon vers le sud-est.

© CRCV / Annick Heitzmann

Fig. 28 : Détail de la fondation de l’escalier du troisième pavillon du Levant.

Fig. 28 : Détail de la fondation de l’escalier du troisième pavillon du Levant.

© CRCV / Annick Heitzmann

33Or, un carottage a démontré que le remblai était épais de plus de 5 mètres à cet endroit.

34Les murs étaient construits de moellons de chaux et sable conformément au devis, cependant on ne trouve aucune trace de libages. Il est vrai que le haut des fondations était détruit et que le bas n’a pas été atteint, mais ceux constituant les encoignures auraient dû être visibles…

  • 23 Petit caniveau souterrain.
  • 24 Plan général du 10 mai 1685. Paris, Bibliothèque nationale de France, Va 448d ft 6.

35À l’arrière, ont été mises au jour deux pierrées23 (fig. 29). Elles recueillaient les eaux des toitures, qui s’écoulaient de deux gouttières rejetées en arrière du bâtiment pour ne pas masquer les trompe-l’œil de la façade frontale, et les acheminaient dans l’aqueduc qui longeait les six pavillons du Levant, repérable sur les plans anciens montrant le réseau hydraulique24. Il n'en restait que le fond et les piédroits, qui ont été comblés de terre mêlée de gravats et de mobilier domestique (fig. 30).

Fig. 29 : Vue de la pierrée nord, derrière le pavillon.

Fig. 29 : Vue de la pierrée nord, derrière le pavillon.

© CRCV / Annick Heitzmann

Fig. 30 : Vue de l'aqueduc en arrière du troisième pavillon du Levant.

Fig. 30 : Vue de l'aqueduc en arrière du troisième pavillon du Levant.

© CRCV / Annick Heitzmann

36De part et d’autre du bâtiment, au nord et au sud, les fondations des berceaux de treillage étaient encore en place (fig. 31). Au sud, elles dessinaient la niche contiguë au pavillon et plusieurs d’entre elles possédaient encore le bloc calcaire dans lequel étaient jadis fichés les arceaux métalliques qui soutenaient le treillage, tandis que, des autres, il ne restait qu’une fine semelle de maçonnerie.

Fig. 31 : Les fondations de la niche du berceau sud.

Fig. 31 : Les fondations de la niche du berceau sud.

© CRCV / Annick Heitzmann

  • 25 Heitzmann 2017.
  • 26 Charlier et al. 2017.

37Une fois les photos et les relevés de terrain terminés, la fosse d’aisances a été dégagée. Très profonde, et semblant surdimensionnée, c’est la structure principale des sous-sols du pavillon et la seule excavée (fig. 32). À deux de ses angles, des départs de voussure indiquent qu’elle était voûtée. L’eau qui inondait continuellement le fond de la fosse a empêché qu’il soit complètement dégagé ; cependant, il a pu être déterminé qu’il n’était pas maçonné, mais recouvert d’un lit de pierres de petit module, non jointives (fig. 33)25. La fosse n’avait pas été curée et possédait encore un dépôt latrinaire contenant les objets qui y avaient été jetés dans la période d’occupation du pavillon. Le dépôt a été analysé en parasitologie par Philippe Charlier et Anaïs Augias26 et tous les éléments qui y ont été prélevés ont été étudiés :

    • 27 Rochebrune 2017.

    les objets en faïence et en verre ont été restaurés par Louis de Lisle et expertisés par Marie-Laure de Rochebrune27 ;

    • 28 Lindemann 2016.
    • 29 Terme désuet désignant une matière employée comme papier de toilette.

    les nombreux cachets de cire ont été reconstitués, dessinés et identifiés par Laurence Lindemann28. Ces cachets sont fréquents dans les latrines, soit qu’ils aient été jetés, après lecture, avec les lettres qu’ils scellaient, soit qu’ils aient servi d’aniterge29, soit, probablement, les deux ;

  • les pépins et noyaux de fruits sont en cours d’étude par Marie-Pierre Ruas du Muséum d’histoire naturelle.

38Il est remarquable que cette fosse n’ait pas été séparée par un niveau de cave des pièces d’habitation.

Fig. 32 : Vue de la fosse d’aisances en cours de fouille.

Fig. 32 : Vue de la fosse d’aisances en cours de fouille.

© CRCV / Annick Heitzmann

Fig. 33 : Coupe transversale de la fosse d'aisances, chantier archéologique de 2014.

Fig. 33 : Coupe transversale de la fosse d'aisances, chantier archéologique de 2014.

© CRCV

Le Pavillon royal

39Le Pavillon royal était isolé de l’humidité du vallon par une butte en terrasse surélevée de quelques marches, ce qui accentuait en outre son caractère dominant. Il était composé au rez-de-chaussée de quatre vestibules identiques, placés dans les axes, convergeant vers le salon central, de forme octogonale, qui occupait toute la hauteur du pavillon. Le toit du salon ne dépassait pas la hauteur des frontons et les cheminées s’arrêtaient au niveau des balustrades. Pour éviter que des gouttières ne défigurent les façades peintes en trompe-l’œil architecturé, les toitures du bâtiment étaient composées de deux parties : au centre la toiture en dôme du grand salon et, en périphérie, les toitures des appartements, dont la pente était dirigée vers l’intérieur. Les eaux de pluie ruisselaient ainsi vers un corridor à ciel ouvert appelé « terrasse », qui courait, à l’étage, autour du salon (fig. 34 à 36).

Fig. 34 : Élévation du château du côté de Saint-Germain. Paris, Archives nationales, O1, 1472, no 4.

Fig. 34 : Élévation du château du côté de Saint-Germain. Paris, Archives nationales, O1, 1472, no 4.

© Archives nationales

Fig. 35 : Coupe du château. Paris, Archives nationales, O1, 1472, no 5.

Fig. 35 : Coupe du château. Paris, Archives nationales, O1, 1472, no 5.

© Archives nationales

Fig. 36 : Plans du Pavillon royal et des petits pavillons vers 1690. Paris, Archives nationales, O1, 1470a, no 1.

Fig. 36 : Plans du Pavillon royal et des petits pavillons vers 1690. Paris, Archives nationales, O1, 1470a, no 1.

© Archives nationales

40Entre les vestibules, quatre appartements, tous semblables, étaient chacun composé de trois pièces : antichambre, chambre et cabinet (fig. 36). Louis XIV s’était réservé celui du nord-est, donnant sur la grande pièce d’eau, l’appartement du nord-ouest était destiné à l’origine à Marie-Thérèse, mais, en 1694, il fut attribué à Mme de Maintenon ; les appartements du sud-est, et du sud-ouest, tournés vers la grande cascade, allèrent respectivement à Monsieur, frère du roi, et à son épouse, la Princesse palatine. Cependant, Monsieur abandonna son appartement en 1696, et il fut affecté trois ans plus tard au dauphin, le duc de Bourgogne, et à la dauphine. Dans les espaces irréguliers qui séparaient les trois pièces de chaque appartement des pans coupés du salon, étaient logés des pièces de service et de petits escaliers qui permettaient d’accéder au corridor du premier étage. Ces espaces, mal éclairés, étaient appelés « trous noirs ».

  • 30 Bonneau 2015.
  • 31 Attachements figurés pour la reconstruction des murs du château. Entreprise Chapelle, mai et juin 1 (...)

41Après la destruction du château, la butte fut aplanie en 1852, sur l’ordre de l’impératrice Eugénie30, et les murs de fondation affleurèrent jusqu’au début des années 1930 : ils apparaissent sur plusieurs plans et photographies (fig. 37). Dans les années 1930, Robert Danis reconstitua la terrasse du château : il dessina une esplanade sur laquelle le plan de l’ancien pavillon fut évoqué. Ce projet date de 1934 (fig. 38) et il fut mis en œuvre en 1937 (fig. 39). Les travaux consistèrent à dégager le haut des murs affleurant, à les écrêter sur plusieurs dizaines de centimètres, pour en ôter les parties fragilisées, et à les rehausser, en récupérant les vieux moellons, pour retrouver le niveau du sol d’origine. La tête des nouveaux murs fut surmontée de dalles de pierre matérialisant le plan du bâtiment31.

Fig. 37 : Auguste-Alexandre Guillaumot, « Plan des ruines du Pavillon royal », 1864, dessin. Musée-promenade de Marly-Louveciennes, VM 200.1.

Fig. 37 : Auguste-Alexandre Guillaumot, « Plan des ruines du Pavillon royal », 1864, dessin. Musée-promenade de Marly-Louveciennes, VM 200.1.

© Musée-promenade de Marly-Louveciennes

Fig. 38 : Robert Danis, Projet pour l'aménagement des abords du Pavillon royal, 5 février 1936, dessin. Archives du château de Versailles, (2) 1935-1952 (Marly).

Fig. 38 : Robert Danis, Projet pour l'aménagement des abords du Pavillon royal, 5 février 1936, dessin. Archives du château de Versailles, (2) 1935-1952 (Marly).

© Service des Archives du château de Versailles

Fig. 39 : Élévations des murs extérieurs d’après les attachements figurés de 1937.

Fig. 39 : Élévations des murs extérieurs d’après les attachements figurés de 1937.

© Sylvain Chaumier

42Au cours du chantier de 2015 ont été fouillés deux appartements (ceux du roi et de la reine) et le salon (fig. 40). Il fallait répondre à trois questionnements principaux.

Fig. 40 : Vue à la nacelle de l’ensemble de la fouille.

Fig. 40 : Vue à la nacelle de l’ensemble de la fouille.

© CRCV / Annick Heitzmann

Définir le plan de l’appartement du roi et retrouver ses fosses

43Il n’existe aucun plan ancien représentant les sous-sols du Pavillon royal et, si les murs de façade et les murs de refend principaux ont été rehaussés en 1937 jusqu’au niveau de la terrasse, les murs de refend secondaires sont restés enfouis. Leur mise au jour a précisé le plan d’un appartement et, par extension, de tous les appartements, puisque, hormis les « trous noirs », ils étaient disposés selon un même plan.

44La fouille a démontré que Robert Danis a « idéalisé » le plan du château en plaçant au centre de chaque côté les départs de murs de refend et au centre de l’appartement la dalle de marbre rouge évoquant à la fois la croisée des murs et la couleur de l’ameublement. Dans la réalité, les murs n’étaient pas tous de la même épaisseur et le point de convergence des cinq murs de l’appartement se trouvait légèrement au nord-est du point indiqué par la plaque (fig. 41).

Fig. 41 : Relevé photogrammétrique de l’appartement du roi.

Fig. 41 : Relevé photogrammétrique de l’appartement du roi.

© Aurélia Lureau

45Sous l’antichambre du roi, les remblais ne se présentaient pas comme ceux des deux autres pièces principales : sous la strate brune de terre végétale laissée par la surface herbeuse de la fin du xixe siècle et du début du xxe, ne se trouvait pas directement le remblai de sable jaune, qui constituait la butte d’origine ; elle en était séparée par une épaisse couche de gravats, mise en place au début du xixe siècle. Cela prouve que cet espace était vide au moment de la démolition du château. Au xviie siècle, ces fondations étaient sans doute constituées comme celle des deux autres pièces et l’état dans lequel il a été trouvé serait le résultat d’une transformation qui apparaît sur les plans dans le courant du xviiie siècle. Sous les gravats, ont été repérés deux longs murets de moellons et trois petites structures composées d’un seul rang de briques (fig. 42).

Fig. 42 : Le sous-sol de l’antichambre du roi, avec ses murets de moellons et de briques, son remblai de construction orange du xviie siècle, son remblai de démolition début xixe siècle et son remblai 1937.

Fig. 42 : Le sous-sol de l’antichambre du roi, avec ses murets de moellons et de briques, son remblai de construction orange du xviie siècle, son remblai de démolition début xixe siècle et son remblai 1937.

© CRCV / Annick Heitzmann

  • 32 Décrite dans Dézallier d’Argenville 1747, p. 407.
  • 33 Par Dendrotech.
  • 34 « Mémoire d’ouvrage de terrasse et de maçonnerie fait au château de Marly » en 1768, Archives natio (...)
  • 35 Archives départementales des Yvelines, 3E44, publié dans Bentz 1990.

46Les deux anciennes fosses d’aisances étaient à l’emplacement prévu, mais elles étaient coupées transversalement par deux épais murs de bonne construction, constitués de gros blocs de pierre de taille – dont certains présentaient une mouluration prouvant leur récupération – et partiellement recouverts de plâtre. Ces deux murs, ainsi que le mur de moellons qui séparait les fosses, étaient coupés par des ouvertures qui ont été postérieurement bouchées (fig. 43 et 44), ce qui indique qu’il y eut au moins trois phases d’agencement de ces caves, dont l’interprétation reste encore à faire. Les murs transversaux étaient supportés par des plateformes de bois reposant sur des poutres (fig. 45 et 46), selon la technique utilisée pour les bassins, les douves ou les puits32, ce qui prouve qu’à l’époque de leur construction, le terrain était aussi humide qu’aujourd’hui. Plusieurs morceaux de ces plateformes ont été analysés en dendrochronologie33, révélant une période d’abattage des chênes, à partir desquels ce dispositif a été façonné, comprise entre 1764 et 1787. Cela signifie que la construction de ces murs a probablement fait partie des travaux décrits dans un mémoire de maçonnerie de 176834. Cette intervention peut avoir été réalisée pour réduire des fosses jugées trop grandes, ou bien pour les adapter à un autre usage, dans le cas où elles auraient été abandonnées. Il n’y avait sur le terrain aucun indice du couvrement de ces fosses ; on sait cependant qu’elles étaient voûtées grâce à une mention du devis de construction : « Pour chaque thoise quarrée des voûtes d’aisances bandées avec plastre …… Douze livres35 ».

  • 36 Couche inférieure durcie du dépôt latrinaire (Guerrand 2009, p. 64).
  • 37 Charlier et al. 2017.

47Contrairement aux fosses des pavillons du Levant, les fosses de l’appartement du roi ont été vidangées, de sorte que seules des miettes d’artefacts ont été retrouvées, assez cependant pour affirmer qu’il était de même type que celui des fosses du pavillon du Levant. Des reliquats de « gratin36 » ont pu être prélevés dans les interstices des parois ou du sol, de sorte qu’il a pu être procédé à quelques analyses de parasitologie37.

Fig. 43 : Vues des sous-sols de l’appartement du roi.

Fig. 43 : Vues des sous-sols de l’appartement du roi.

© CRCV / Annick Heitzmann

Fig. 44 : Vues des sous-sols de l’appartement du roi.

Fig. 44 : Vues des sous-sols de l’appartement du roi.

© CRCV / Annick Heitzmann

Fig. 45 : Plateformes et traverses de bois sous un mur coupant une fosse du roi.

Fig. 45 : Plateformes et traverses de bois sous un mur coupant une fosse du roi.

© CRCV / Annick Heitzmann

Fig. 46 : Plateformes et traverses de bois sous un mur coupant une fosse du roi.

Fig. 46 : Plateformes et traverses de bois sous un mur coupant une fosse du roi.

© CRCV / Annick Heitzmann

Retrouver les caves de l’appartement de la reine

  • 38 Archives nationales O/1/1475 p. 67. Ce document m’a été aimablement communiqué par Bruno Bentz.
  • 39 Voir note 34.

48Les caves ne sont mentionnées que par deux documents. Le premier est le « Relevé de paiements de l'année 168638 » : « À Louis Gavinier jardinier de Marly pour son remboursement […] d’une livre de chandelle qu’il a achetée pour éclairer dans les caves du château dans le temps que l’on y transporta du sable de rivière et ce pendant les 2 semaines finies le 9e aoust. » Le second est un document tardif, le mémoire de maçonnerie de 176839. Dans le descriptif des travaux faits au rez-de-chaussée de l’appartement du dauphin, il est fait mention de « 2 petits murs de l’escalier descendant aux caves », et, dans celui de la reine, d’une niche pour un poêle, située au-dessus des « anciennes marches de la cave ».

49Dans l’appartement de la reine, seul le sous-sol du « trou noir » a été fouillé. Une fois les gravats ôtés, les caves ont été trouvées ; elles se prolongeaient par une enclave dans les fondations de l’antichambre, où la présence de gravats de démolition indiquait une excavation. Cette enclave s’est révélée avoir la forme d’une niche : il s’agit sans doute des fondations de celle évoquée par le mémoire de 1768. Partout ailleurs, la présence du remblai de construction, composé de sable jaune orangé, prouvait que les sous-sols n’étaient pas excavés du temps de l’existence du château. Les caves étaient constituées de quatre espaces délimités par plusieurs murs (fig. 47 à 49), en un plan complexe qui a connu au moins un bouleversement, en 1768. Certains de ces murs étaient partiellement recouverts d’un enduit de plâtre, parfois sur deux couches (fig. 50). Deux départs de voûtes y ont été repérés. L’usage, l’organisation et l’évolution de ces caves sont difficiles à comprendre.

Fig. 47 : Relevé photogrammétrique de l’appartement de la reine.

Fig. 47 : Relevé photogrammétrique de l’appartement de la reine.

© Aurélia Lureau

Fig. 48 : Vues des caves de l’appartement de la reine.

Fig. 48 : Vues des caves de l’appartement de la reine.

© CRCV / Annick Heitzmann

Fig. 49 : Vues des caves de l’appartement de la reine.

Fig. 49 : Vues des caves de l’appartement de la reine.

© CRCV / Annick Heitzmann

Fig. 50 : Deux couches d’enduit sur un départ de voûte dans les caves de l’appartement de la reine.

Fig. 50 : Deux couches d’enduit sur un départ de voûte dans les caves de l’appartement de la reine.

© Tiffanie Le Dantec

  • 40 Soulat 2016.

50À la base de l’un de ces espaces, une couche sombre contenant des pépins de raisin et du mobilier archéologique était fort probablement du dépôt latrinaire. Cependant, ce mobilier, et notamment la céramique, de la faïence fine caractéristique des environs de 1800, était d’un tout autre type que celui provenant des autres dépôts. Une petite figurine représentant un hussard du 5e régiment40 (fig. 51) peut être l’indice du passage de cette compagnie dans le Pavillon royal pendant la Révolution. Des latrines auraient été installées dans l’appartement de la reine à cette époque, alors qu’il n’y en avait pas à l’origine.

Fig. 51 : Figurine de hussard.

Fig. 51 : Figurine de hussard.

© EPV / Christian Milet

Retrouver deux aqueducs et comprendre le système d’évacuation des eaux et des « matières »

  • 41 Chaumier Sylvain, « Les deux aqueducs encadrant le pavillon royal », dans Heitzmann 2016.

51Deux aqueducs visitables cernent la terrasse du château à l’est (aqueduc du Levant) et à l’ouest (aqueduc de la Terrasse)41 (fig. 52).

Fig. 52 : Plan des aqueducs encadrant la terrasse du Pavillon royal.

Fig. 52 : Plan des aqueducs encadrant la terrasse du Pavillon royal.

© Sylvain Chaumier

  • 42 Rapport de visite du 18 août 1926 par Jacques Aubry, daté du 29 août 1926, archives du Vieux-Marly, (...)
  • 43 Bentz 2010.

52L’aqueduc du Levant possède deux branches vers l’amont. Celle « du Château » démarre sous le Pavillon royal, à environ 5 mètres du mur est. L’extrémité amont de cet aqueduc est fermée par un mur dont la partie supérieure est constituée de moellons calcaires maçonnés avec un ciment gris relativement récent (travaux de 1937 ?). La partie inférieure du mur est plus ancienne et date peut-être de la démolition du château, car cet aqueduc a été exploré en 1926 – avant donc la construction de la terrasse actuelle – et il s’achevait déjà par un mur42. De l’eau s’écoule dans la cunette qui constitue le fond de l’aqueduc, il se prolonge donc au-delà du mur. L’aqueduc du Levant est antérieur à la construction du château, il canalisait le ru coulant dans le vallon43. De l’autre côté de la terrasse, à quelques mètres à l’ouest, débute l’aqueduc « de la Terrasse ». Il se dirige vers le nord, mais est aujourd’hui à sec, car effondré dans sa partie amont, en direction des fondations du bâtiment disparu. Cet aqueduc servait probablement à évacuer les eaux de pluie du Pavillon royal.

  • 44 Bentz 2017.

53Si le réseau de circulation des eaux pluviales, relié à l’aqueduc de la Terrasse, a été retrouvé au cours du chantier de 201544, ce ne fut pas le cas du départ de l’aqueduc canalisant les eaux du ru originel, ni de sa chambre de captage. Le temps de pelle mécanique restant, ainsi que les précautions de sécurité nécessaires compte tenu de sa grande profondeur, ont empêché de les chercher plus avant. Cependant, après l’échec d’une première prospection géophysique, une seconde tentative, réalisée par l’Institut LaSalle de Beauvais, palliera peut-être cette lacune.

  • 45 Archives départementales des Yvelines, 3E44, publié dans Bentz 1990 et 2017.
  • 46 Archives nationales, O1, 1460, no 169, fol. 5r.

54Certains plans du premier étage du château situent les gouttières du dôme en deux angles du corridor, tandis que, pour l’eau ruisselant des toitures périphériques, les seules canalisations indiquées par les plans se trouvent dans l’angle des cabinets d’aisances du premier étage (voir fig. 36). Servaient-elles à la fois à l’évacuation des eaux et à celle des « matières » et autres déjections provenant des cabinets ? Les textes – le devis de construction du 22 février 168045 et un mémoire de 170146 – ne fournissent que de vagues indications qui ne répondent pas à cette question.

  • 47 Bentz 2017, fig. 24 et Lafarge et Le Dantec 2017.
  • 48 Bentz 2017, fig. 21.

55Mêlés aux gravats qui comblaient les excavations, de nombreux morceaux de terre cuite ont révélé, après remontage, quatre tronçons de canalisations, jadis enserrés dans de la maçonnerie47. Leur état de propreté et les quelques plaques de dépôt calcaire qui les recouvraient intérieurement démontrent qu’il s’agissait de conduites d’eau pluviale et non de chausses d’aisances. Ces canalisations de terre cuite étaient sans doute situées dans les murs séparant le salon des « trous noirs », prolongeant au rez-de-chaussée les gouttières du dôme et conduisant l’eau dans les pierrées en étoile disposées sous le salon48 (fig. 53 et 54). Quant aux eaux des toitures périphériques, elles s’écoulaient sûrement par les chausses et le fait qu’il n’ait pas été retrouvé de terre cuite souillée, pourrait signifier que ces canalisations étaient en plomb et ont été récupérées.

Fig. 53 : Relevé photogrammétrique du salon central.

Fig. 53 : Relevé photogrammétrique du salon central.

© Aurélia Lureau

Fig. 54 : Vue de la pierrée sud-est du système hydraulique situé sous le salon.

Fig. 54 : Vue de la pierrée sud-est du système hydraulique situé sous le salon.

© CRCV / Annick Heitzmann

  • 49 L’étude d’Ivan Lafarge sur les moulures est en cours. Castellucio 2017, Lafarge et Le Dantec 2017.
  • 50 Lafarge et Le Dantec 2017.

56Parmi les gravats invendables, outre les tessons de terre cuite, ont été retrouvés quantité de morceaux de plâtre, et plus rarement de pierre, moulurés, sculptés ou peints. Ils ont été étudiés respectivement par Ivan Lafarge, Stephane Castelluccio et Tiffanie Le Dantec49. Les plâtras portent souvent l’empreinte de leur mise en œuvre, ce qui a permis à Ivan Lafarge de déduire les techniques de construction du château50.

57La journée du colloque « 25 années d’archéologie royale » consacrée au château de Marly a fait le bilan des travaux réalisés lors de la dernière campagne de fouilles, menée dans les années 2010, et de la plupart des expertises scientifiques, terminées ou en cours, induites par ces travaux. Les « Actes » de cette journée marquent une étape supplémentaire dans ce travail, puisque, alors que certaines communications orales avaient rendu compte d’un travail non encore abouti au moment du colloque, ils peuvent maintenant faire état d’études approfondies et finalisées. Cependant, il ne s’agit encore que d’une étape provisoire, puisque toutes les expertises ne sont pas rendues et que le rapport final de ces trois années de campagne archéologique reste encore à rédiger, ainsi que – qui sait ? – une monographie sur Marly étudié par le biais de l’archéologie.

58La recherche archéologique, pionnière à Marly, puisqu’elle a commencé à la fin du xixe siècle, alors que l’archéologie ne s’est intéressée qu’un siècle plus tard à la période moderne, s’arrêtera-t-elle en si bon chemin ? Ce serait fort dommage car elle a toute sa place dans ce parc dont elle serait la meilleure voie de mise en valeur ! Marly offre en effet à l’archéologie un site d’étude privilégié : ce château royal construit au xviie siècle sur un terrain vierge et détruit au début du xixe siècle sans que son emplacement soit réoccupé, présente un seul niveau archéologique. Les substructures de ses bâtiments et de ses jardins n’ont connu qu’un seul état de construction, parfois remanié. Elles sont demeurées en place et n’ont été recouvertes que par les remblais de démolition. Le site n’a pas connu de réaménagement postérieur, si ce n’est des remblaiements destinés à délimiter les bâtiments ou des remises en état d’allées, opérations légères qui n’ont pas entamé l’intégrité des vestiges. Les différentes campagnes archéologiques ont démontré cette survivance, ainsi que la présence d’un mobilier archéologique homogène de la fin de l’Ancien Régime.

Haut de page

Bibliographie

Bentz Bruno, 1989, « Archéologie du domaine de Marly, 130 ans de découvertes », Le Vieux Marly, t. IV, n4, p. 75-87.

Bentz Bruno, 1990, « Fosses d’aisances et caves du château de Marly », Le Vieux Marly, t. IV, n5, p. 41-53.

Bentz Bruno, 1993, « Marly – Les bassins de faïence », Châteaux de faïence, xive-xviiie siècle, cat. exp. (Musée-promenade de Marly-le-Roi-Louveciennes, 9 oct.-12 déc. 1993), Marly-le-Roi, Musée-promenade de Marly-le-Roi-Louveciennes, p. 95-98.

Bentz Bruno, 1994, Archéologie du domaine de Marly : contribution des fouilles réalisées depuis 1985, thèse de doctorat sous la direction de Philippe Bruneau, Université de Paris IV, vol. 1 et 2.

Bentz Bruno, 2010, « Les grandes eaux de Marly sous Louis XIV », Marly art et patrimoine, n° 4, p. 19-28.

Bentz Bruno, 2015, « Auguste Guillaumot et la redécouverte du château de Marly », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne], Articles et études, mis en ligne le 16 octobre 2015. URL : http://crcv.revues.org/13275 ; DOI : 10.4000/crcv.13275.

Bentz Bruno, 2017, « Nouvelles découvertes sur le réseau hydraulique de Marly », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne], mis en ligne le 23 décembre 2017, URL : http://crcv.revues.org/14086 ; DOI : 10.4000/crcv.14086.

Bonneau Cécile, 2015, Robert Danis, initiateur de la renaissance de Marly (1933-1941), mémoire de l’École du Louvre sous la direction de Raphaël Masson et Annick Heitzmann.

Castelluccio Stéphane, 2014, Marly : Art de vivre et pouvoir de Louis XIV à Louis XVI, Paris, Gourcuff Gradenigo.

Charlier Philippe et al., 2017, « Étude paléoparasitologique des latrines du Pavillon royal et du 3e Pavillon du Levant du Château de Marly », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2017, mis en ligne le 23 décembre 2017. URL : http://crcv.revues.org/14092 ; DOI : 10.4000/crcv.14092.

Chopin Géraldine et Heitzmann Annick (dir.), 2016, La vie retrouvée à Marly et à Versailles, 25 années d’archéologie royale, cat. exp. (Musée-promenade de Marly-le-Roi/Louveciennes, 1er oct. 2016-5 févr. 2017), Marly-le-Roi, Musée-promenade de Marly-le-Roi-Louveciennes.

Cuche Roger, 1934, L’agonie du château de Marly-le-Roi, Mostaganem.

Dézallier d’Argenville Antoine-Joseph, 1747, La théorie et la pratique du jardinage, Paris, chez Pierre-Jean Mariette.

Dufour Jean-Yves, 2003, Marly-le-Roi (Yvelines) : les écuries royales, Rapport de diagnostic archéologique, Saint-Denis, Institut national de recherches archéologiques préventives.

Guerrand Roger-Henri, 2009, Les lieux : histoire des commodités, Paris, Éditions La Découverte.

Comptes des bâtiments du Roi sous le règne de Louis XIV (1664-1715), 1881-1901, éd. J. Guiffrey, Paris, Imprimerie nationale, 5 volumes.

Guillaumot Auguste-Alexandre, 1865, Château de Marly-le-Roi construit en 1676, détruit en 1798, dessiné et gravé d’après les documents puisés à la bibliothèque impériale et aux archives, Paris, A. Morel Cie éditeurs.

Hannecart Alice et Van Eck Marion, 2015, Les murs de soutènement du parc de Marly-le-Roi sous le règne de Louis XIV, mémoire d’initiation à la recherche sous la direction de Jean-David Vernhes, Institut Polytechnique LaSalle Beauvais.

Heitzmann Annick, 2012, « Archéologie à Marly : bilan et perspectives », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [en ligne], mis en ligne le 18 décembre 2013. URL : http://crcv.revues.org/11948 ; DOI : 10.4000/crcv.11948.

Heitzmann Annick, 2014, Parc national de Marly : la Rivière et les Nappes, Rapport de fouille archéologique programmée, 15 avr.-28 juin 2013.

Heitzmann Annick, 2015, Parc national de Marly : le 3e pavillon du Levant et le « bassin des Boules » N-O, Rapport intermédiaire de la fouille archéologique programmée, 2014-2016.

Heitzmann Annick, 2016, Parc national de Marly : le Pavillon royal, Rapport intermédiaire de la fouille archéologique programmée, 2014-2016.

Heitzmann Annick, 2017, « Château de Marly : un œil dans la cave », actes du colloque « Caves et celliers au Moyen-Âge et à l’Époque moderne » (Tours, oct. 2017).

Jestaz Bertrand, 2008, Jules Hardouin-Mansart, Paris, Picard.

Lafarge Ivan et Le Dantec Tiffanie, « L’usage du plâtre dans le château de Marly, de la construction au décor », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2017, mis en ligne le 23 décembre 2017. URL : http://crcv.revues.org/14107 ; DOI : 10.4000/crcv.14107.

Lindemann Laurence, 2016, « Cachez ce sceau que je ne saurais voir… : les cachets de cire du 3e pavillon du Levant à Marly », dans Chopin et Heitzmann 2016.

Mabille Gérard, Benech Louis et Castelluccio Stéphane, 1998, Vues des jardins de Marly : le roi jardinier, Paris, Alain de Gourcuff.

Maroteaux Vincent, 2002, Marly. L’autre palais du soleil, éditions Vogèle, Paris.

Maroteaux Vincent, 2010, « Le développement des jardins de Marly de 1679 à 1700 », Marly art et patrimoine, n° 4.

Rochebrune Marie-Laure de, « À propos de quelques pièces de verrerie et de faïence, découvertes en 2014 dans la fosse d’aisances du troisième pavillon du Levant, à Marly », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2017, mis en ligne le 23 décembre 2017. URL : http://crcv.revues.org/14129 ; DOI : 10.4000/crcv.14219.

Soulat Jean, 2016, « La figurine de hussard trouvée au Pavillon royal de Marly », dans Chopin et Heitzmann 2016.

Van Dam, Jan Daniël, 1993, The Splendour of Dutch Delftware : an Exhibition of 17th and 18th Century Delft Tin-Glazed Earthenware, cat. exp. (10-31 mai 1993), Londres, Jacob Stodel.

Haut de page

Notes

1 Maroteaux 2002, Castelluccio 2014.

2 Jestaz 2008.

3 Cuche 1934.

4 Heitzmann 2012.

5 Guillaumot 1865, Bentz 2015.

6 Bentz 1993.

7 Bonneau 2015.

8 Dufour 2003.

9 Heitzmann 2014.

10 Heitzmann 2015.

11 Heitzmann 2016. Ce chantier a été réalisé avec l’aide de Florine Menec.

12 Archives nationales, O1, 1470A, no 7, O1, 1470B, no 2 et O1, 1472 nos 8 et 9.

13 Voir Heitzmann 2014, p. 87.

14 Bentz 2017.

15 Dézallier d’Argenville 1747, p. 405.

16 Gros moellon équarri.

17 Bentz 1993 et 1994, et Van Dam 1993.

18 Bentz 2017, fig. 4.

19 Ibid.

20 Ibid.

21 Jestaz 2008, t. I, p. 266.

22 Archives départementales des Yvelines, 3E44/4 (étude Brisset), devis du 22 février 1680. Partiellement publié dans Jestaz 2008, vol. 2, p. 93.

23 Petit caniveau souterrain.

24 Plan général du 10 mai 1685. Paris, Bibliothèque nationale de France, Va 448d ft 6.

25 Heitzmann 2017.

26 Charlier et al. 2017.

27 Rochebrune 2017.

28 Lindemann 2016.

29 Terme désuet désignant une matière employée comme papier de toilette.

30 Bonneau 2015.

31 Attachements figurés pour la reconstruction des murs du château. Entreprise Chapelle, mai et juin 1937, Archives du château de Versailles, (2) 1935-1952 (Marly).

32 Décrite dans Dézallier d’Argenville 1747, p. 407.

33 Par Dendrotech.

34 « Mémoire d’ouvrage de terrasse et de maçonnerie fait au château de Marly » en 1768, Archives nationales, O1, 1491, I.

35 Archives départementales des Yvelines, 3E44, publié dans Bentz 1990.

36 Couche inférieure durcie du dépôt latrinaire (Guerrand 2009, p. 64).

37 Charlier et al. 2017.

38 Archives nationales O/1/1475 p. 67. Ce document m’a été aimablement communiqué par Bruno Bentz.

39 Voir note 34.

40 Soulat 2016.

41 Chaumier Sylvain, « Les deux aqueducs encadrant le pavillon royal », dans Heitzmann 2016.

42 Rapport de visite du 18 août 1926 par Jacques Aubry, daté du 29 août 1926, archives du Vieux-Marly, Musée-promenade de Marly-Louveciennes.

43 Bentz 2010.

44 Bentz 2017.

45 Archives départementales des Yvelines, 3E44, publié dans Bentz 1990 et 2017.

46 Archives nationales, O1, 1460, no 169, fol. 5r.

47 Bentz 2017, fig. 24 et Lafarge et Le Dantec 2017.

48 Bentz 2017, fig. 21.

49 L’étude d’Ivan Lafarge sur les moulures est en cours. Castellucio 2017, Lafarge et Le Dantec 2017.

50 Lafarge et Le Dantec 2017.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Pierre-Denis Martin, Vue générale du château, des pavillons et des jardins de Marly, 1723, huile sur toile, 1,37 × 1,55 m. Musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 741.
Crédits © RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14656/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 560k
Titre Fig. 2 : Plan de la ferme du parc de Marly, Atlas Moléon, 1824. Archives départementales des Yvelines, 5Q385.
Crédits © Archives départementales des Yvelines
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14656/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre Fig. 3 : Sondage archéologique en 1934. Collection particulière.
Crédits © Droits réservés
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14656/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 964k
Titre Fig. 4 : Restitution du carrelage du bassin d’Atalante, dessin de John Carter.
Crédits © Omage
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14656/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Fig. 5 : Quelques marches de la Cascade champêtre en 1989.
Crédits © Bruno Bentz
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14656/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Fig. 6 : Pot à eau chaude trouvé dans la fosse d’aisances du deuxième pavillon du Levant.
Crédits © Carlos Saldi
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14656/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Fig. 7 : Principales interventions menées dans le parc de Marly.
Crédits Fond de plan : @ EPV
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14656/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Fig. 8 : La Rivière. Paris, Archives nationales, O1, 1472 no 8.
Crédits © Archives nationales
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14656/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Titre Fig. 9 : Les cinq sondages réalisés en haut du Tapis vert.
Crédits Fond de plan : @ Art graphique et patrimoine
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14656/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Fig. 10 : Les caves de la maison forestière du Tapis vert.
Crédits © Pierre Kervella
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14656/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Fig. 11 : Évolution de l'esplanade en haut du Tapis vert.
Crédits © CRCV / Romuald Housse
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14656/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Fig. 12 : Vues aérienne des marches de la Rivière, sous le Tapis vert.
Crédits © CRCV / Annick Heitzmann
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14656/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Fig. 13 : Vues des marches de la Rivière, sous le Tapis vert.
Crédits © CRCV / Annick Heitzmann
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14656/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Fig. 14 : Restitution de la cascade et détail du système de vidange des bassins.
Crédits © Simon Taillebois
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14656/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Fig. 15 : Restitution de la cascade et détail du système de vidange des bassins.
Crédits © Simon Taillebois
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14656/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Fig. 16 : Coupe stratigraphique d’une allée bordant la cascade, avec restitution.
Crédits © CRCV / Romuald Housse
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14656/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 600k
Titre Fig. 17 : Plan des secteurs de fouilles ouverts en mai 2013 dans l’ancien bassin des Nappes. Superposition du plan lidar et du plan des Archives nationales, O1, 1472, no 35.
Crédits Fon de plan : © Archives nationales – © Art graphique et patrimoine
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14656/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Fig. 18 : Montage photographique montrant le contre-mur et le corroi de glaise du bassin des Nappes, dans le secteur N3.
Crédits © CRCV / Annick Heitzmann
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14656/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Fig. 19 : Vue aérienne du sondage N4, prise d'un drone.
Crédits © Pierre Kervella
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14656/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Titre Fig. 20 : Coupe transversale de l’aqueduc.
Crédits © CRCV / Romuald Housse
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14656/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Fig. 21 : Coupe transversale de l’aqueduc.
Crédits © CRCV / Annick Heitzmann
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14656/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Fig. 22 : Vue aérienne du bassin des Boules en cours de fouille et de la grande pièce d’eau.
Crédits © Pierre Kervella
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14656/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Titre Fig. 23 : Le corroi de glaise du bassin des Boules, du côté amont.
Crédits © CRCV / Annick Heitzmann
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14656/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Fig. 24 : Vue aérienne de l’exutoire du bassin des Boules avec une parcelle du corroi de glaise.
Crédits © Pierre Kervella
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14656/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre Fig. 25 : Coupe du troisième pavillon du Levant, vers 1715. Paris, Bibliothèque nationale de France, Est., VA-78 (A, 4)-FOL.
Crédits © BNF
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14656/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 8,1M
Titre Fig. 26 : Vue aérienne des fondations du troisième pavillon du Levant.
Crédits © Pierre Kervella
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14656/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 572k
Titre Fig. 27 : Vue des fondations du pavillon vers le sud-est.
Crédits © CRCV / Annick Heitzmann
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14656/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Fig. 28 : Détail de la fondation de l’escalier du troisième pavillon du Levant.
Crédits © CRCV / Annick Heitzmann
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14656/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Fig. 29 : Vue de la pierrée nord, derrière le pavillon.
Crédits © CRCV / Annick Heitzmann
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14656/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Fig. 30 : Vue de l'aqueduc en arrière du troisième pavillon du Levant.
Crédits © CRCV / Annick Heitzmann
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14656/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Fig. 31 : Les fondations de la niche du berceau sud.
Crédits © CRCV / Annick Heitzmann
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14656/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Fig. 32 : Vue de la fosse d’aisances en cours de fouille.
Crédits © CRCV / Annick Heitzmann
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14656/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Fig. 33 : Coupe transversale de la fosse d'aisances, chantier archéologique de 2014.
Crédits © CRCV
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14656/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Fig. 34 : Élévation du château du côté de Saint-Germain. Paris, Archives nationales, O1, 1472, no 4.
Crédits © Archives nationales
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14656/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Titre Fig. 35 : Coupe du château. Paris, Archives nationales, O1, 1472, no 5.
Crédits © Archives nationales
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14656/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Fig. 36 : Plans du Pavillon royal et des petits pavillons vers 1690. Paris, Archives nationales, O1, 1470a, no 1.
Crédits © Archives nationales
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14656/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre Fig. 37 : Auguste-Alexandre Guillaumot, « Plan des ruines du Pavillon royal », 1864, dessin. Musée-promenade de Marly-Louveciennes, VM 200.1.
Crédits © Musée-promenade de Marly-Louveciennes
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14656/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Fig. 38 : Robert Danis, Projet pour l'aménagement des abords du Pavillon royal, 5 février 1936, dessin. Archives du château de Versailles, (2) 1935-1952 (Marly).
Crédits © Service des Archives du château de Versailles
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14656/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Fig. 39 : Élévations des murs extérieurs d’après les attachements figurés de 1937.
Crédits © Sylvain Chaumier
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14656/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Fig. 40 : Vue à la nacelle de l’ensemble de la fouille.
Crédits © CRCV / Annick Heitzmann
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14656/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Fig. 41 : Relevé photogrammétrique de l’appartement du roi.
Crédits © Aurélia Lureau
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14656/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre Fig. 42 : Le sous-sol de l’antichambre du roi, avec ses murets de moellons et de briques, son remblai de construction orange du xviie siècle, son remblai de démolition début xixe siècle et son remblai 1937.
Crédits © CRCV / Annick Heitzmann
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14656/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Fig. 43 : Vues des sous-sols de l’appartement du roi.
Crédits © CRCV / Annick Heitzmann
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14656/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Fig. 44 : Vues des sous-sols de l’appartement du roi.
Crédits © CRCV / Annick Heitzmann
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14656/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Fig. 45 : Plateformes et traverses de bois sous un mur coupant une fosse du roi.
Crédits © CRCV / Annick Heitzmann
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14656/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Fig. 46 : Plateformes et traverses de bois sous un mur coupant une fosse du roi.
Crédits © CRCV / Annick Heitzmann
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14656/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Fig. 47 : Relevé photogrammétrique de l’appartement de la reine.
Crédits © Aurélia Lureau
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14656/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 48 : Vues des caves de l’appartement de la reine.
Crédits © CRCV / Annick Heitzmann
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14656/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Fig. 49 : Vues des caves de l’appartement de la reine.
Crédits © CRCV / Annick Heitzmann
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14656/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Fig. 50 : Deux couches d’enduit sur un départ de voûte dans les caves de l’appartement de la reine.
Crédits © Tiffanie Le Dantec
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14656/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 608k
Titre Fig. 51 : Figurine de hussard.
Crédits © EPV / Christian Milet
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14656/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Fig. 52 : Plan des aqueducs encadrant la terrasse du Pavillon royal.
Crédits © Sylvain Chaumier
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14656/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Fig. 53 : Relevé photogrammétrique du salon central.
Crédits © Aurélia Lureau
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14656/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 54 : Vue de la pierrée sud-est du système hydraulique situé sous le salon.
Crédits © CRCV / Annick Heitzmann
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14656/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 298k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Annick Heitzmann, « Bilan de trois années de fouille programmée du château de Marly », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2017, mis en ligne le 05 février 2018, consulté le 20 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/crcv/14656 ; DOI : 10.4000/crcv.14656

Haut de page

Auteur

Annick Heitzmann

Annick Heitzmann est chargée de recherches archéologiques au Centre de recherche du château de Versailles. Elle a étudié l’histoire, l’histoire de l’art et l’archéologie à l’université Paris IV-Sorbonne (Master 2) et est diplômée de l’École du Louvre. Elle est spécialisée en archéologie de l’époque moderne et en archéologie des jardins. Elle dirige les chantiers de fouilles dans les domaines de Versailles, de Trianon et de Marly depuis 1994. Annick Heitzmann is an archaeological researcher at the Château de Versailles Research Centre. She studied history, art history and archaeology at the University of Paris IV-Sorbonne (Master 2) and is a graduate of the École du Louvre. She is specializes in archaeology of the modern era and that of gardens. She has been leading the excavation work in the Versailles, Trianon and Marly domains since 1994.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals