Navigation – Plan du site

« Description du batteau presenté l’an 1660 par les Jurats de la Ville de Bordeaux, à leurs Majestés revenant de la frontiere faite la ceremonie de leur mariage »

Édition d’un texte sur le prince, les arts et les citoyens
Description du bateau presenté l’an 1660 par les Jurats de la Ville de Bordeaux, à leurs Majestés revenant de la frontiere faite la ceremonie de leur mariage.” Edition of a Text on the Prince, the Arts and the Citizens
Mark Hengerer

Résumés

En 1660, Louis XIV et son épouse Marie-Thérèse d’Autriche se rendirent de Bayonne, où avaient eu lieu leurs noces, à Paris. Chemin faisant, il leur fallut traverser la Garonne. La ville de Bordeaux mit à la disposition du couple royal un bateau, un « palais naval ». La très riche décoration de ce bateau rendait hommage, dans son programme iconographique, à la paix, à l’amour et à la dynastie royale, tout en soulignant la soumission et la fidélité de la ville dont le rôle dans la Fronde n’était pas encore oublié. Cette contribution présente une description de ce bateau conservée aux archives municipales de Bordeaux.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Ces mélanges rendent hommage à Gérard Sabatier, dont les analyses des objets et stratégies de représentation proposent une interprétation convaincante de la magnificence, de la richesse et de la beauté mises au service du pouvoir monarchique, en particulier celui de Louis XIV. Notre contribution n’a d’autre ambition que d’ajouter une œuvre bordelaise inédite à la vaste collection de productions artistiques érudites qui exaltaient la gloire de ce roi exceptionnel. L’objet en question – un bateau – tentait d’orienter le roi vers la paix que souhaitaient tant ses sujets après que la Fronde eut vu la ville de Bordeaux choisir infortunément le champ des frondeurs.

  • 1 Zanger 1997, qui ne se réfère pas à la description présentée ci-dessous, et Delpont 2007.
  • 2 Michaud-Fréjaville, Dauphin et Guilhembet 2006, Schenk 2002.

2Pour cette raison, la visite du jeune couple Louis XIV et Marie-Thérèse d’Autriche à Bordeaux en 1660, revenant de la fameuse île des Faisans, était l’occasion d’un renouement, d’un éclaircissement des rôles que jouaient une ville grande, riche, commerçante et un jeune roi qui venait de récolter les fruits d’un triomphe sur la monarchie d’Espagne et qui prenait au sérieux son statut de maître1. C’est dans ce contexte que les jurats de Bordeaux commandèrent la création d’un objet de représentation dont la fonction rappelle celle des arcs de triomphe éphémères, tels qu’ils étaient édifiés dans de nombreuses villes européennes pour la visite des princes. Leur programme iconographique était politique, mettant en valeur à la fois le monarque, avec des figurations de sa gloire et les attributs du pouvoir, et ses sujets, dont il évoquait l’autonomie, la paix – évitant le sujet des impôts2

3Pour la venue des jeunes souverains, c’est un bateau qui fut créé, et la raison en est simple : à Bordeaux, on empruntait la Garonne pour se rendre à Blaye car le fleuve offrait un trajet bien plus agréable et sûr que les routes de l’époque. Et si la visite de l’année 1660 constituait un événement extraordinaire, la construction d’un tel bateau ne l’était pas : plusieurs membres de la famille royale, pour se rendre en Espagne depuis la France ou inversement, avaient déjà utilisé ce type d’embarcation appelée « palais naval ».

  • 3 Archives municipales de Bordeaux, AA 22, Relation de l’arrivée, entrée et reception de Madame la Da (...)
  • 4 Archives municipales de Bordeaux, AA 22, liasse « Passage des Princes ».

4Les descriptions du xviiie siècle suggèrent que le bateau de 1660 était tiré par des bateaux à rames, et accompagné d’autres embarcations dont l’une avait à son bord des musiciens3. Il offrait un intérieur luxueux, « orné[e] d’un riche daiz, et d’autres meubles de prix4 », décoré de tableaux, d’inscriptions et de sculptures. L’auteur de la description qui suit, qui ne révèle pas son identité, énumère les œuvres présentes à bord et nous en donne son interprétation complétée de commentaires historiques et philologiques, citant les inscriptions présentes mais aussi d’autres textes, ce qui nous éclaire sur le sens de cet objet de représentation. Il ne nous donne cependant aucun élément sur la disposition des différents éléments. En outre, il se trompe dans la numérotation des tableaux : celui figurant un dragon avec l’inscription « Immota manet » [inscr. 11] est signalé comme le quatrième, mais il s’agit en fait du quatrième vers attribué à la grande salle du bateau, la peinture elle-même y occupe la troisième place. Ci-dessous, nous proposerons un schéma sur lequel manquent cependant les tableaux sans devise auxquels il est fait allusion :

Le dehors du batteau tout le long de la galerie qui regne autour d’icelui, et dans les paneaux inferieurs est orné de plusieurs chiffres de leurs majestés, trophées, dauphins et autres représentations d’or et d’argent.

  • 5 Il cite une multitude de textes de Claudien qui étaient à l’époque rassemblés dans une seule éditio (...)
  • 6 C’est probablement le cas avec les références « Clem. alex. livre 5 peristr. D. Basil. Seleuc. or. (...)

5L’auteur était un latiniste curieux, scrupuleux, mais pas méticuleux. Amateur de Claudien5 et Stace, qui étaient moins bien connus que Virgile, ou Ovide dont il n’y a curieusement aucune citation, il explique son utilisation d’une variante d’un vers de Virgile dans la devise « Regales agnoscis aves » [inscr. 22] en se référant, non à l’œuvre, mais à un commentaire de Virgile. Ses citations d’auteurs de l’Antiquité païenne et chrétienne6 sont tirées d’écrits d’érudits qui essayaient de synthétiser le savoir des époques antérieures, tout en le mettant en relation avec des images, des symboles, des médailles et des emblèmes modernes.

  • 7 Valeriano 1621.
  • 8 Valeriano 1615.
  • 9 Il est par exemple cité dans un manuel datant d’environ 1620, la Lvcerna Principis Christiani, util (...)
  • 10 Il semble que Piero Valeriano (ainsi que les inventeurs du « batteau » de 1660) se soit inspiré de (...)

6Le premier de ces érudits est Piero Valeriano (1477-1560), dont il utilise les Hiéroglyphes, probablement dans une des éditions du xviie siècle (l’édition latine7, ou sa traduction française par Montlyard8) : elles sont divisées en chapitres, contrairement à une édition latine plus ancienne. Oublié aujourd’hui, Valeriano était alors connu9. Il avait étudié les hiéroglyphes non pas en égyptologue mais à partir d’une approche épistémologique, comme le proposait Clément d’Alexandrie dans ses Stromates également cités par notre auteur10.

  • 11 Alsted 1649.

7Le deuxième érudit auquel l’auteur fait appel a donné de longues listes de citations qui permettaient aux lecteurs d’accéder aux auteurs de l’Antiquité sans lire les textes originaux : il s’agit de Johann Alsted11 (1588-1638) dont la célèbre Cursus Philosophici Encyclopaedia, tout comme les Hiéroglyphes de Valeriano, constitua probablement une source d’inspiration plus grande pour la création du bateau bordelais que l’auteur ne l’admettait. On peut d’ailleurs imaginer que c’est ce dernier qui a choisi les citations ou qu’il a du moins fourni des idées aux commanditaires.

  • 12 Verg. Aen. VI, 852 — Discours d’Anchise à son fils Énée : « Tu regere imperio populos, Romane, meme (...)
  • 13 Ces vers se trouvent cités, eux aussi, dans la Lvcerna Principis Christiani (voir note 9 et Augusti (...)

8Souvent, les devises servent d’emblèmes : associés aux images, les vers acquièrent une signification et il n’est pas nécessaire de connaître leur provenance pour comprendre l’emblème. Il semble cependant y avoir quelques exceptions à cette règle. La plus importante en est le vers « Hæ tibi erunt artes » [inscr. 23]. L’image de Pallas et de la Justice qui orne ce tableau n’éclaire que partiellement le sens de ce fameux vers de Virgile qui résume un programme politique impérial : chez l’auteur latin, il ne s’agit pas en première ligne de sagesse et de justice ; certes, il propose ici un programme de paix, mais d’une paix garantie par un seul pouvoir suprême, une législation et domination impériales12. Même s’il est possible que les symboles de la Sagesse et de la Justice accompagnant cette citation se veuillent en être une réinterprétation, ce programme qui se trouve au centre de l’Énéide était assez bien connu13. Il en est de même pour la devise « longe refulget » [inscr. 20] : l’arc-en-ciel, comme le signifie notre auteur en le combinant avec cette inscription, est un symbole de paix ; mais il est très peu probable que les spectateurs ayant appris le latin n’aient pas su que ce qui « resplendissait loin » chez Virgile, c’étaient les armes forgées par Vulcain que Vénus remit à Énée pour son combat décisif contre les Latins.

9Le programme proposé par les Bordelais n’en insiste pas moins sur la paix. La majorité des tableaux ainsi que d’autres représentations accompagnées de devises évoquent la paix et ses fruits [inscr. 2, 4, 9, 10, 11, 12, 13, 17, 20, 22, 23, 24, 31]. Que l’amour (conjugal) vienne en second [inscr. 14, 17, 25, 26, 27, 28, 32, 33, 34] est aussi peu surprenant que l’accent mis sur la descendance royale et la grandeur de la dynastie, parfois divinisée [inscr. 3, 15, 16, 30]. La reconnaissance envers la reine Anne d’Autriche, mère de Louis XIV et tante de son épouse espagnole, n’est pas oubliée [inscr. 1, 7, 8]. Évoquant l’univers des étoiles et du ciel, quelques emblèmes inscrivent la paix, l’amour, la dynastie dans l’ordre cosmologique [inscr. 5, 6, 21, 29]. Enfin, les représentations de la ville Bordeaux transmettent un message très clair : la ville est soumise et obéissante [inscr. 18], elle est fidèle [inscr. 19], et elle ne demande que la paix [inscr. 35]. Ce propos se distingue profondément de l’univers de l’ensemble des représentations et cérémonies autour du mariage du roi Louis XIV et de l’Infante Marie-Thérèse, en soulignant que les représentants urbains offraient un compromis politique mais se refusaient à une adhésion totale à la manifestation du pouvoir monarchique.

10Le programme politique et idéologique de la ville de Bordeaux est réparti en plus de trente tableaux accompagnés de devises : à l’intérieur, huit dans la chambre préparée pour les majestés royales et encore huit dans la salle du bateau ; à l’extérieur, douze (six et six) ornant les deux côtés du pavillon naval, quatre (deux et deux) décorant les deux côtés de la poupe et de la proue, deux représentations sur l’éperon et un groupe de sept sur le toit du bateau – il est probable que ces derniers étaient tous des sculptures.

Chambre du roi

Ange avec devises

Matre dea monstrante viam

1

Chiffre du roi

Plus egit inermis

2

Un petit et un grand dauphin

Non omnis honorem

Annus habet, cupiuntque decem nova numina menses

3

Chiffre de la reine

Pacis Solum Inviolabile pignus

4

Ciel brillant et astre

Ajecto sidere fulget

5

Ciel obscur et ténébreux

Alio posuit sua sidere caelo

6

Initiales de la reine mère avec triple couronne

Dux foemina facti

7

Initiales de la reine mère avec triple couronne

Cui vincla jugalia curae

8

Grande salle du bateau

Main sortant des nues avec rameau d’olivier

Cede deo

9

Pluie de lys et grêle de roses

Certa fides caeli

10

Dragon et olivier

Immota manet

11

Armes rompues

Nec sat rationis in armis

12

Déesse avec branches d’olivier et de myrte rejetant palmes et lauriers

Suos invidet honores

13

Ange portant deux cœurs couronnés

Quae surgere Regna Conjugio tali

14

Serpent avec L

Dis genite, et geniture deos

15

Cupidon avec chiffre de la reine

Magnorum soboles Regum, parituraque Reges

16

Au-dessus du pavillon

Paix avec deux couronnes et deux cœurs

Foelicitas temporum

17

Enfant avec globe

Cupidon tirant sur les cœurs

Aux quatre angles, quatre enfants avec étendards blancs ornés de lys d’or et des palmes dorées

Éperon [les armes de Bordeaux]

Lion couronné

Vereri, edidicit, nullasque ruit nisi jussus in iras

18

Croissant

Uni serviet astro

19

Galerie droite

Arc-en-ciel

Longe refulget

20

Flammes tombant du ciel

Caelestes illustrant omnia flammae

21

Deux pigeons avec des rameaux d’olivier

Regales agnoscis aves

22

Au-dessus de la porte : Pallas [Athènes] portant un rameau d’olivier et la Justice avec sa balance

Hae tibi erunt artes

23

Chêne avec chiffres du roi et de la reine

Dat cultoribus umbram

24

Palmes se joignant

Nutant ad mutua Palmae foedera

25

Galerie gauche

Dieu Hymen

Tu festas, hymenaee faces

26

Trois grâces nues avec des fleurs

Tu gratia, flores elige

27

Déesse et deux corneilles

Tu geminas, concordia, necte coronas

28

Au-dessus de la porte : trois étoiles

Monstrant Regibus astra viam

29

Nid flottant sur des eaux

His Thalamis cessant venti

30

Branches de laurier et de myrte

Utraque digna coli

31

Poupe

Sur le côté droit : représentation de la Garonne

Hoc mallet nasci cythercea profundo

32

Sur la gauche : représentation d’un triton

Triton ab alto cecinit himenaeum choro

33

Proue

Ange avec une coupe

Concordia augustorum

34

Représentation de la ville de Bordeaux avec branches d’olivier et fruits

Nil poscimus ultra

35

  • 14 Thesaurus… 1990.
  • 15 À l’exception de la devise « Certa fides caeli » (inscr. 10), toutes les citations des œuvres de Cl (...)

11Pour faciliter la compréhension du texte et sa mise en relation avec son contexte, les devises (ou les vers qui les contiennent) ont été traduites dans les notes. Lorsque cela me semblait utile, et sauf pour l’Énéide qui reste suffisamment connue, j’ai donné l’intégralité des vers desquels notre auteur a tiré sa citation. Aux éditions que propose le Thesaurus Linguae Latinae dans son édition de 199014, j’ai préféré autant que possible des éditions françaises, avec le même objectif de faciliter l’accès aux œuvres citées15. Les annotations que l’auteur a placées en marge des feuilles sont données en notes, entre crochets.

  • 16 Winkelbauer 2008, p. 116-117.

12L’établissement du texte suit les normes proposées par l’historien autrichien Thomas Winkelbauer16 pour l’édition des textes de l’époque moderne : les lettres u/v, les lettres y/i/ï/ÿ ont été « normalisées » ; la plupart des mots sont donnés en minuscules (sauf quelques exceptions comme « Roi », le titre du texte et les devises). Quand notre auteur utilise une ligature, comme entre « presente » et « un », qui élimine le « e » avant « un », nous rétablissons « presente un ». Aucun accent (à l’exception de l’accent grave sur la préposition « à ») n’a été ajouté, mais ceux qui étaient présents ont été « normalisés », c’est-à-dire que « chêne » remplace « chéne ». Les abréviations de citations en marge du texte sont données telles quelles.

Édition de la source : « 1660. Description du batteau presenté l’an 1660 par les Jurats de la Ville de Bordeaux, à leurs Majestés revenant de la frontiere faite la ceremonie de leur mariage »

13Ce batteau est sans doute plus superbe et magnifique que tous les fameux navires de l’antiquité, et que celui que le siecle passé portoit le nom de la victoire ; non pas qu’il ait cet avantage par le prix de sa matiere, par l’ordre de la structure, par l’eclat de l’or et de l’argent qui y reluisent de touttes parts ; par les peintures, eloges, emblemes, devises et inscriptions, et par tous les autres ornements qui peuvent le rendre agreable aux yeux des spectateurs. Il empromte toutte sa beauté, toutte sa gloire, et tout ce qui le fait admirer, des personnes sacrées de leurs Majestés qu’il doit porter :

  • 17 [« Stat. lib. 1 s’y lit. »] — Stat. silv. I, I, 19-20 : « Exhaustis Martem non altius armis / Bisto (...)

Magnoque Superbit pondere17

14Le dessein de ce petit discours est de contenter tout à la fois la curiosité de plusieurs personnes qui le verront, et de beaucoup d’autres qui ne le verront pas.

15Dans la chambre du Roi ornée d’un riche daiz, et d’autres meubles de prix : sur le paneau inferieur de la premiere fenestre, qui est à la droite se voit le grand chifre de leurs majestés, composé des premieres lettres de leurs noms, qu’un ange / [fol. 1v] tient d’une main, et de l’autre un rouleau avec cette inscription :

  • 18 [« Æn. 1. »] — Verg. Aen. I, 382 : « j’ai embarqué sur la mer […], ma mère, la déesse, m’indiquant (...)

Matre Dea monstrante viam18 [inscr. 1]

16Elle est tirée du prince des poetes qui fait ainsi parler Aenée sortant de son pays et suivant le chemin qui lui estoit marqué par une déesse sa mere : ce n’est pas ici une invention poetique et nostre Reine quittant l’Espagne pour venir en France, suit l’exemple et tient le chemin qui lui a esté monstré par la Reine mere, que la naissance, le mariage, et la vertu ont elevé si haut, qu’il n’y a rien dans son auguste personne qui ne tienne de la divinité.

17Au paneau superieur il y a le chifre particulier du Roi acompagné de cette devise :

  • 19 [« Claud. lib. 1 de Laudibus Stiliconis »] — Claudiani de consulatu Stilichonis liber I, 17 : « Arm (...)

Plus Egit Inermis19 [inscr. 2]

18A l’oposite du costé gauche l’on voit un petit dauphin caché et couvert sous les eaux, lequel est suivi d’un grand dauphin couroné, au dessus il y a cette devise :

Non omnis honorem

  • 20 [« Stat. livre 4 s’y lit au lieu de nova numina il y a tua nomina »] — Stat. silv. IV, I, 42f : « n (...)

Annus habet, cupiuntque decem nova numina menses20 [inscr. 3]

  • 21 [« arist. lib. 6 de hist. anim. c. 12. et lib. 9 c. 48. plin. lib. 9. hist. nat. c. 8 »] — 1. Arist (...)

19Cette devise est un peu longue, mais il falloit quelques parolles, pour marquer que toutte la ceremonie du mariage de leurs majestés n’est / [fol. 2] pas achevée, et pour exprimer la passion et l’impatience que tous les françois ont pour la naissance d’un Dauphin, la nature s’apliquant dix mois entiers à former ce Roi des poissons, lequel pendant qu’il est petit, et jusqu’à sa derniere perfection, est toujours acompagné et suivi d’un grand dauphin pour sa garde et deffense21.

20Dans le haut il y a le chiffre de la Reine avec cette inscription :

  • 22 [« Æn. 11. »] — Verg. Aen. XI, 363 : « Aucun salut ne vient par la guerre; c’est la paix que nous d (...)

Pacis Solum Inviolabile pignus22 [inscr. 4]

21Au deuxiesme paneau inferieur de la chambre royale & du costé droit, est peint un ciel tout brillant de rayons et de lumiere, qui est le ciel de la france, eclairé et mis dans un grand jour par un nouvel astre. La devise en donne l’explication :

  • 23 [« Claud. lib. 2 in Rufenum »] — Cl. Claudiani in Rufinum Liber II, vers 3 : « Iam post edomitas Al (...)

Adjecto sidere fulget23 [inscr. 5]

22Dans celui qui est vis a vis du costé gauche, l’on voit un ciel, qui au contraire est obscur et tenebreux avec cette devise :

  • 24 [« Stat. livre 5. s’y lit. »] — Stat. silv. V, I, 241 : « Est hic, agnosco, minister / illius, aete (...)

Alio posuit sua Sidere cælo24 [inscr. 6]

  • 25 [« Pier. lib. 41 hieroglifi. cap. 17. »] — Valeriano, Hiéroglyphiques, livre XLI, chap. XVII: « On (...)

23Et aux deux paneaux superieurs qui sont de l’un et de l’autre costé, sont couchées les premieres lettres du nom auguste de la Reine mere, avec trois couronnes au milieu à l’imitation des Egiptiens25, qui par cette triple couronne posée sur la teste d’une princesse faisoient entendre qu’elle estoit fille / [fol. 2v] de Roi, femme de Roi, et mere de Roi : les deux inscriptions sont dans le premier

  • 26 [« Æn. 1 »] — Verg. Aen. I, 364 : « Une femme a conduit l’entreprise. »

Dux foemina facti26 [inscr. 7]

24Dans le deuxieme :

  • 27 [« Æn. 4. »] — Verg. Aen. IV, 59 : « elles immolent des brebis choisies selon le rite à Cérès légis (...)

Cui vincla jugalia curæ27 [inscr. 8]

25Retournant vers le troisieme paneau inferieur du costé droit, lequel est hors de la chambre du Roi, et se trouve le premier de la grande sale du batteau, l’on y remarque une main sortant des nuës, qui presente un rameau d’olivier, & un rouleau avec cette inscription :

  • 28 [« Æn. 5. »] — Verg. Aen. V, 467, allocution d’Énée à Entelle : « “Malheureux, quel excès de folie (...)

Cede deo28 [inscr. 9]

26Ce sont deux parolles qu’Aenée prononce dans le divin ouvrage qui porte son nom, et avec lesquelles il met fin à un combat sanglant estant dit ensuit :

  • 29 Verg. Aen. V, 467, voir note précédente.

Dixitque & prœlia voce diremit29

  • 30 [« Dan. 5. »] — Dan. 5, 5 : « In eadem hora apparuerunt digiti, quasi manus hominis scribentis cont (...)

27Ces parolles portées par une main mysterieuse et envoyées du ciel, ne sont pas semblables à celles qui parurent de la meme maniere à un Roi ennemi de dieu30. Dans un dessein plus juste et plus glorieux elles font savoir aux deux plus puissans monarques de la terre, dont le premier porte le titre de tres chrestien, l’autre de catholique, que tous les Rois sont soumis à dieu, et qu’ils doivent recevoir la paix signifiée par l’olivier, lors qu’elle leur est envoyée du ciel. / [fol. 3]

28Dans le paneau oposé, est la representation d’une pluie de lys, et d’une grele de roses avec cette devise :

  • 31 [« Claud. de bello gildonico. »] — Cl. Claudiani de bello gildonico liber, vers 499 : « Certa fides (...)

Certa fides cæli31 [inscr. 10]

  • 32 Je n’ai pu trouver de source pour « procella liliorum, et grandinem rosarum » (« une pluie de lys, (...)

29Le corps d’icelle est emprompte d’Apulée, qui dans l’une de ses milesienes voulant marquer les faveurs extraordinaires que le ciel communique à la terre en fait tomber, Procella liliorum, et grandinem rosarum32, à quoi se raportent ces vers de claudian :

Nec miles pluviae flores dispergere ritu

  • 33 [« De nuntpiis honorii et mariæ »] — Cl. Claudiani Epithalamium de nuptiis Honorii et Mariae, vers (...)

Cessat, purpureoque ducem perfundere nimbo33

30Et dans un autre endroit, il dit presque dans le mesme sens :

Densos currentia munera nimbos

  • 34 [« In probini et olybrii fratrum consulatum »] — Cl. Claudiani in Olybrii et Probini fratrum consul (...)

cernere semper erat34

  • 35 [« Clem. alex. livre 5 peristr. D. Basil. Seleuc. or. 1 de adam. Pind. olimp. ode 6. columella lib. (...)

31Les naturalistes et plusieurs historiens35 font mention de diverses pluies miraculeuses, et il ne faut pas s’estonner si pour le pronostic d’une felicité publique l’on a fait monter des fleurs dans le ciel pour les redonner à la terre, puis que les plus curieux ont peu trouver dans les livres que le ciel est comparé à une prairie couverte et meslée d’une agreable quantité de fleurs, que les fleurs y sont apellées les estoiles de la terre, & les estoiles les fleurs & les roses du ciel.

  • 36 Cf. Alsted 1649, t. III, livre XXIII, « Policita Hieroglyphica », p. 220 : « Hannibal cum e Pyrenae (...)

32Le quatriesme quarré du costé dextre represente / [fol. 3v] un dragon qui porte la ruine de la desolation par tout, qui couvre la terre de grands arbres abatus, et renversés, c’est la figure de la guerre dans un songe que fit Hannibal36, parmi lesquels arbres un olivier desmure ferme & conserve sa verdure, avec cette inscription :

  • 37 [« Georg 2. »] — Verg. Georg. II, 294 : « il demeure inébranlable » (Virgile 1956).

Immota manet37 [inscr. 11]

  • 38 [« Jud. 9. »] – source non identifiée, mais il est probable que l’auteur se réfère au Livre des Jug (...)
  • 39 [« Pier. lib. 53 hieroglip. c. 1. & seq[uentes] »] — Valeriano, Hiéroglyphiques, livre LI, chap. 1: (...)

33Parolles qui par le poëte sont apliquées à un grand et beau chesne, et qui convienent mieux à l’olivier que la saint escriture dit38 estre le Roi des arbres, lequel ches une infinité d’autheurs, et parmi touttes les nations est le symbole de la paix39. La durée et l’éternité de celle qu’il a pleu au Roi donner à son peuple, nous doit faire adjouster avec le mesme poëte :

Multosque per annos

  • 40 Verg. Georg. II, 294f : « immota manet multosque nepotes, / multa uirum uoluens durando saecula uin (...)

Multa virum voluens durando sæcula vincit40

34Dans celui qui est vis a vis, se presentent à la veue des armes rompues, des canons demontés, des afuts mis en pieces, il y a cette devise :

  • 41 [« Æn. 2. »] — Verg. Aen. II, 314 : « y avait-il chance que les armes servissent ! ».

Nec sat rationis in armis41 [inscr. 12]

Encore du costé droit l’ont voit une Deesse tenant à une main des branches d’olivier et de mirthe, de l’autre rejettant des palmes et des lauriers avec cette inscription : / [fol. 4]

  • 42 [« Claud. livre 2 de laudib. stiliconis »] — Cl. Claudiani de Consulatu Stilichonis, liber secundus(...)

Suos invidet honores42 [inscr. 13]

35A l’oposite il y a un petit ange portant deux cœurs couronés qui representent ceux du Roi et de la Reine couverts des aisles et esclaires des rayons d’un Saint Esprit, au dessous on voit plusieurs couronnes et sceptres avec cette embleme :

Quæ surgere Regna

  • 43 [« Æn. 4. » — Verg. Aen. IV, 47f., allocution d’Anne à sa sœur Didon: « Que sera notre ville, ma sœ (...)

Conjugio tali43 [inscr. 14]

  • 44 [« Tertull. lib. 2 ad uxorem. »] — Tert. ad uxorem, lib. II, VIII, 6 : « Vnde sufficiamus ad enarra (...)

36Si parmi les païens et ches les poëtes, les mariages des princes estoint particulierement favorisés des dieux, il ne faut pas douter qu’entre les chrestiens, ils ne soint comblés des graces et benedictions du ciel, et que celui de notre glorieux monarque « quod obsignatum angeli renunctians44 » ne soit une source feconde de Rois et de royaumes.

37Sur le paneau qui est a l’une des faces du costé droit il paroit un serpent mordant sa queue, et au milieu une L couronnée avec cette inscription :

  • 45 [« Æn. 9. »] — Verg. Aen. IX, 642, « dis genite et geniture deos », allocution d’Apollon à Iulus, l (...)

Diis genite, et geniture deos45 [inscr. 15]

  • 46 [« Io. henr. alstedius tom. 3 Encicloped. livre 23. »] — Alsted, Encycl., t. III, livre XXIII, « Po (...)

38Le Roi est representé par la premiere lettre de son auguste nom, & par le serpent tourné et replié, qui dans les livres est tout ensemble l’hierogliphique de la royauté & de la paix46. / [fol. 4v]

39Dans le paneau de l’autre face l’on a peint un cupidon tenant le chifre de la Reine, au dessus duquel est escrit cet eloge :

Magnorum soboles Regum, parituraque

  • 47 [« Claud. de nupt. honor. et mariæ »] — Cl. Claudiani Epithalamium de nuptiis Honorii et Mariae, ve (...)

Reges47 [inscr. 16]

40Ces deux devises tirées de deux poetes differens conviennent dans l’expression de la naissance royale de leurs majestés, et sont comme un presage certain de celle d’une divine lignée.

41Tous les autres paneaux superieurs de la sale du batteau contiennent les mots de ce beau distique :

Bellum, Pax, & amor subeunt

certamina, bellum victum est,

  • 48 Source non identifiée : « La guerre, la paix, et l’amour entrent en guerre ; la guerre est vaincue, (...)

pax vincit, pace triumphat amor48.

42Sur le dome ou pavillon qui couvre le batteau, il y a sept figures, la principale est au milieu, elevée sur des trophées d’armes, et represente la paix, tenant à la main droite deux couronnes, qui sont celles de France et d’Espagne heureusement reunies : et de l’autre deux cœurs couronés qui sont ceux de leurs majestés, la devise est composée de ces deux mots :

  • 49 [« Pier. lib. 15 hierog. cap. 47 »] — Valeriano, Hiéroglyphiques, livre XV, chap. XLVII, p. 195: «  (...)

Fœlicitas temporum49 [inscr. 17]

43qui estoient gravés dans quelques medailles anciennes ou il y avoit une semblable representation. La deuxieme figure est d’un petit enfent qui avec la main droite represente un globe pour signifier que les deux Rois faisant la paix l’ont donnée à tout le monde, duquel autrement ils peuvent se rendre maitres. La troisiesme un cupidon decochant sa fleche vers les deux cœurs.

44Aux quatre angles il y a un pareil nombre de statues d’enfans tenant d’une main des estandars blancs, enrichis et parfumés de fleurs de lys d’or, & de l’autre des palmes dorées.

45Sur l’esperon du batteau il y a un lion couroné et un croissant aux deux costés avec trois figures marines, le lion et le croissant sont les armes de bordeaux, à l’entour du lion l’on voit cette inscription :

Vereri,

  • 50 [« Stat. lib. 2 achilleidos »] — Stat. Ach. I, 859f. : « Vt leo, materno cum raptus ab ubere mores (...)

Edidicit, nullasque ruit nisi jussus in iras50 [inscr. 18]

  • 51 Par exemple : Valeriano, Hiéroglyphiques, livre I, chap. 31 et 33, avec une illustration titrée : « (...)

46Ceux qui ont leu dans les livres qu’elle est la douceur et l’obeissance du lion51 aprivoisé en fairont l’aplication. / [fol. 5v]

47Au dessus de croissant des deux costés il y a cette devise :

  • 52 [« Stat. lib. 1. s’y lit. »] — Stat. Silv. V, I, 55 : « Hic domini numquam mutabit habenas / perpet (...)

Uni serviet astro52 [inscr. 19]

48Le dehors du batteau tout le long de la galerie qui regne autour d’icelui, et dans les paneaux inferieurs est orné de plusieurs chiffres de leurs majestés, trophées, dauphins et autres representations d’or et d’argent.

49Sur les paneaux superieurs et à commencer par le premier du costé droit, il y a un arc en ciel qui est le plus ancien symbole de la paix, au dessous cette devise :

  • 53 [« Æn. 8. »] — Verg. Aen. VIII, 623 : « solis inardescit radiis longeque refulget » (« … la cuirass (...)

Longe refulget53 [inscr. 20]

50Pour marquer que cette paix s’estend bien loin par la grande estendüe des lieux ou l’on voit les couleurs lumineuses et mystiques de ce signe celeste.

51Dans le deuxieme paneau il y a des flames qui tombent du ciel avec cet embleme :

  • 54 [« Claud. de quarto consulatu honorii augusti »] — Cl. Claudiani de quarto consulatu Honorii August (...)

Cælestes illustrant omnia flammæ54 [inscr. 21]

52La paix estant signifée par l’arc en ciel et par les coulombes qui sont au paneau suivant, les flammes celestes, lesquelles / [fol. 6] representent le mariage du Roi et de la Reine, et l’amour sacré qui embrasse leurs cœurs :

  • 55 [« Claud. 1. de raptu proserpinæ »] — Claud. rapt. II, 231 : « Nimbis Hymenaeus hiulcis / Intonat, (...)

Testes firmant connubia flammæ55

53accompagnent heureusement avec beaucoup d’eclat et de lustre ces deux favorables presages.

54Sur le troisieme en voit deux coulombes portant chacune au bec un rameau d’olivier avec cette inscription :

  • 56 [« Æn. 6. ubi servius et æn. 1 »] — Verg. Aen. VI, 193 : « maternas agnouit auis » (« Alors le gran (...)

Regales agnoscis aves56 [inscr. 22]

  • 57 Le commentaire de Gualterus Valkenier (Virgile 1646, p. 601) ne donne pas la variante « regales », (...)
  • 58 [« Pier. lib. 22. hierogl. c. 1. et seqq. Floard et Baron. ann. to. 6 an 499 »] : 1. — Valeriano, H (...)

55Le poete parlant de son Aenée dit : « Maternas agnoscit aves ». Le mot « Regales », a esté pris du comentateur57, lequel en deux endroits observe que ces oiseaux ne servent d’augure que pour les Rois. Et ce n’est pas sans raison que les coulombes sont ici un corps de devise, puisque dans la Sainte Escriture et ches les autheurs profanes, elles sont tout à la fois le symbole de la victoire, de la paix, et de l’amour ; et que c’est une coulombe, laquelle porta du ciel la Sainte Ampoule qui sert au sacre de nos Rois58.

56Sur une des grandes portes par laquelle Le Roi doit entrer dans la sale du batteau / [fol. 6v] et au dessus du grand escusson doré des armes de france, il y a la déesse pallas, qui presente un rameau d’olivier, et la justice qui tient une balance avec cette devise au milieu :

  • 59 [« Æn. 6. »] — Verg. Aen. VI, 852 : « ce seront là tes arts, à toi » (voir note 12).

Hæ tibi erunt artes59 [inscr. 23]

57Nostre incomparabile monarque va appliquer touttes ses pensées à faire jouir ses sujets des avantages de la paix, & regner la justice dans son royaume.

58Dans le carré qui suit il y a un chêne, arbre consacré par les païens à leur Jupiter, sur les feuilles duquel sont escrits les chifres du Roi et de la Reine. La devise :

  • 60 [« Io. Henr. alstedius tom. 3. Enciclopædiæ lib. 23. »] — Alsted, Encyclop. (voir note 36), t. III, (...)

Dat cultoribus umbram60 [inscr. 24]

  • 61 [« Virgil. ecloga 3 & laud in probini & olibrii fratrum consulatum, dit « te varijs scribent in flo (...)

59Si les poëtes ont parlé de certaines fleurs sur lesquelles la nature a gravé les noms des Rois, et si les historiens des Indes enseignent qu’on y voit des arbres sur les feuilles desquels on remarque des croix et d’autres figures61, l’invention de nostre arbre ne sera pas condemnée, puisque c’est un des symboles de la royauté, et qu’il ne couvre de son ombre que ceux qui l’aprochent / [folio non foliato] avec respect, et quelque espece d’adoration.

60Au dernier paneau l’on voit des palmes se joignans par le haut avec cette inscription :

  • 62 Cl. Claudiani Epithalamium de nuptiis Honorii et Mariae, vers 66-67 : « Vivunt in Venerem frondes o (...)

Nutant ad mutua Palmae fœdera62 [inscr. 25]

  • 63 [« Plin. livre 13. ch. 4 »] — Plin. nat. Liber XIII, VII, 34 : « Cetero sine maribus non gignere fe (...)

61C’est pour marquer la paix des deux royaumes et l’union qui est establie par le sacré mariage de leurs majestés, la palme en est le hieroglyphique dans Philostrate, et les naturalistes remarquent qu’il y a un tel amour entre le premier masle, et la palme femelle, qu’estans separés par une riviere, ils courbent leurs branches, et les avancent l’un vers l’autre pour se joindre vers le milieu63.

62Du costé gauche ces deux vers ont fourni trois inscriptions :

Tu festas, himenæe, faces, tu, gratia, flores,

  • 64 [« Claud. de nupt. Ho. et Mariæ. »] — Cl. Claudiani Epithalamium de nuptiis Honorii et Mariae, vers (...)

Elige, tu geminas, concordia, necte coronas64

63Dans le premier carré est la representation du dieu hymen, qui parmi les païens presidoit aux nopces dont la ceremonie ne se faisoit jamais sans flambeaux alumés. L’inscription :

Tu festas, hymenæe faces [inscr. 26] / [folio verso non foliaté]

  • 65 « Pind. olimp. od 14. »] — Cf. Valeriano, Hiéroglyphiques, livre LIX, chap. 98, qui en propose une (...)

64Au deuxiesme celle de trois graces ainsi qu’elles estoint peintes par les anciens touttes nües65, ayant leurs mains pleines de fleurs et des aisles aux pieds de l’inscription :

Tu gratia, flores elige [inscr. 27]

  • 66 [« Pier. hierogl. lib. 20, cap. 27. »] — Valeriano, Hiéroglyphiques, livre XX, chap. 27, p. 255, su (...)

65Dans le troisiesme est une deesse sur laquelle voltigent deux corneilles, image de la concorde ches les anciens66 avec ces mots :

Tu geminas, concordia, necte coronas [inscr. 28]

66Sur l’autre grande porte par laquelle leurs majestés fairont leur entrée ou sortie, il y a trois estoilles qui sont l’heureuse constellation de laquelle la france reçoit touttes ses favorables influances. Devise :

  • 67 [« C’est celle des anciens chevaliers de l’Estoile. »] : « Les étoiles montrent la route aux Rois » (...)

Monstrant Regibus astra viam67 [inscr. 29]

67Dans le paneau qui suit il y a un nid flotant sur les eaux avec cette inscription :

his Thalamis cessant venti. [inscr. 30]

  • 68 [« Omnes cadunt ventorum procellæ, statusque aurarum quiescunt. Ambros. livre 5 her. c. 13 »] — Amb (...)

68L’histoire des alcyons est si commune, neantmoins si convenable au sujet, que cette devise n’a pas deu estre oublée,68 quoi qu’elle n’ait pas besoin d’explication.

69Sur le dernier paneau l’on represente une branche de laurier et une autre de mirthe. La premiere est le symbole de la victoire, & l’autre de l’amour. Devise :

  • 69 [« Claud. lib. 3. de raptu proserp. »] — Cl. Claudiani de raptu Proserpinae, liber III, vers 283 : (...)

Utraque digna coli69 [inscr. 31]

70A l’une des extremités du batteau, & sur la poupe il y a dans le paneau du costé droit la representation de la garonne. L’Inscription :

  • 70 [« Stat. lib. 1 s’y lit »] — Stat. Silv. I, V, 54  : « hoc mallet nasci Cytherea profundo » (« C’es (...)

hoc mallet nasci cytheræ profundo70 [inscr. 32] / [fol. 7]

71Dans celui de l’autre costé, celle d’un Triton, et ce vers de Seneque :

  • 71 [« Sen. in Troade »] — Sen. Tro. 202 : « Immoti iacent / tranquilla pelagi, uentus abiecit minas / (...)

Triton ab alto cecinit himenæum choro71 [inscr. 33]

72A l’autre extremité, sur la proue et dans le premier carré il y a un ange tenant une coupe à la main. Devise :

  • 72 [« Pier. livre 56 hierog cap. 35 »] — Valeriano, Hiéroglyphiques, livre XVI, chap. 35, p. 746-747 : (...)

Concordia augustorum72 [inscr. 34]

73Le corps & la devise sont tirés d’une medaille ancienne, de laquelle il est parlé par l’autheur des hierogliphiques.

74De l’autre costé se void la representation de la ville de bordeaux entourée de deux branches d’olivier chargés de fruits. Devise :

  • 73 [« Claud. de bello gildonico. »] — Cl. Claudiani de bello gildonico liber, vers 314 : « nil poscimu (...)

Nil poscimus ultra73 [inscr. 35]

  • 74 [« Cum pura sit oliva puros petit messores florent. »] — source non identifiée : « L’olive, pour qu (...)

75Elle ne demande que d’estre de touttes parts environée de la paix, dans son enceinte, au dehors de ses murailles, sur son port, dans ses campagnes, sans aucune marque ni vestige de guerre, & que ses habitans puissent en gouter les plaisirs & les douceurs, puis qu’ils ont cette gloire de posseder la pureté et l’innocence, qu’il falloit avoir ches les anciens pour cuillir et moissoner ce fruit delicieux qui est le symbole de la paix74 ;

76[fol. 7v]

77[Quatre mains différentes, sans doute des fonctionnaires voire archivistes]

78Passage des Princes. 1660

79Maison navalle.

80Description du bateau presenté au Roi l’an 1660 par les jurats de la ville de bordeaux

81Description du batteau présenté l’année 1660 par Messieurs les Jurats de Bordeaux, à leurs Majestés lors de leur arrivée en cette ville au Retour de la frontière où s’étoit faitte la célébration de leur mariage.

82[en bas, crayon bleu] : Entrée le 22 juin 1660

Haut de page

Bibliographie

Sources imprimées

Alsted Johann Heinrich [Ioan. Henrici Alstedii], 1649, Scientiarum omnium encyclopaediae, 4 tomes, Lyon, chez Johann Anton Huguetan fils et Marcus Antonius Ravaud.

Ambroise de Milan 1896, Sancti Ambrosii opera pars prima, qua continentur libri Exameron […], recensuit Carolus [Carolvs] Schenkl, Prague/Vienne/Leipzig, F. Tempski/Hölder-Pichler-Tempsky/G. Freitag.

Aristote, 1968-1969, Histoire des Animaux, t. II, livres V-VII, et t. III, livres VIII-X, éd. et trad. P. Louis, Paris, Les Belles Lettres.

Baronio Cesare, 1864, Annales ecclesiastici, t. 8, éd. A. Theiner, Bar-le-Duc, Ludovicus Guérin.

Basile de Séleucie, 1604, B. Basilii,... Orationes 44, Cl. Dausqueis,... nunc primum latine fecit et illustravit notis…, Heidelberg, in bibliopolio Commeliniano.

Claudien, 1830-1833, Œuvres complètes de Claudien, traduction nouvelle par MM. Héguin de Guerle […] et Alph. Trognon, Paris, Planckoucke.

Claudien, 1876, Claudii Claudiani Carmina, vol. I, éd. L. Jeep, Leipzig, Teubner.

Claudien, 1991, Œuvres, t. I., Le rapt de Proserpine, éd. et trad. J.-L. Charlet, Paris, Les Belles Lettres.

Clément d’Alexandrie, 1981, Les Stromates, t. I, éd. Alain Le Boullec, trad. Pierre Voulet, Paris, Le Cerf.

Flodoard de Reims, 1853, Flodoardi, canonici remensis, Opera omnia… Sequuntur Joannis XIII et Benedicti VI, summorum pontificum, epistolae et decreta. Intermiscentur Gumpoldi Mantuani, Eraclii Leodiensis, Udalrici Augustani, episcoporum, scripta vel scriptorum fragmenta quae supersunt, Petit-Montrouge, J.-P. Migne.

La Bible de Jérusalem : la sainte bible traduite en français sous la direction de l'École biblique de Jérusalem, 1977, nouvelle édition revue et augmentée, Paris, Cerf/Desclée de Brouwer.

Lucain, Silius Italicus, Claudien, 1871, Œuvres complètes avec la traduction en français, publiées sous la direction de M. Nisard, Paris, Firmin Didot Frères, fils et Cie.

Pline l’Ancien, 1955, Histoire naturelle, livre IX, éd. et trad. E. de Saint-Denis, Paris, Les Belles Lettres.

Pline l’Ancien, 1956, Histoire naturelle, livre XIII, éd. et trad. A. Ernout, Paris, Les Belles Lettres.

Sénèque, 1996, Tragédies, t. I, éd. et trad. Fr.-R. Chaumartin, Paris, Les Belles Lettres.

Stace, 1971, Achilléide, éd. et trad. J. Méheust, Paris, Les Belles Lettres.

Stace, 1944, Silves, t. I et II, éd. H. Frère, trad. H. J. Izaac, Paris, Les Belles Lettres.

Tertullien, 1980, À son épouse, éd. et trad. Ch. Munier, Paris, Le Cerf.

Thesaurus linguae latinae : editus iussu et auctoritate consilii ab academiis societatibusque diversarum nationum electi : Index librorum scriptorum inscriptionum ex quibus exempla afferuntur, editio altera, 1990, vol. IX, Leipzig, Teubner.

Valeriano Piero [Johannis Pierii Valeriani Bellunensis], 1621, Hierogylyphica, sive de sacris Aegyptiorum aliorumque gentium litteris commentariorum […], Lyon, Paul Frellon.

Valeriano Piero [Valerian Jan-Pierre], 1615, Les Hiéroglyphiques… nouvellement donnez aux François par J. de Montlyart…, Lyon, Paul Frellon.

Virgile 1646, P. Virgilii Maronis cum Veterum omnium commentariis et Selectis recentiorum notis Nova Editio Inscripta Viro Amplissimo Gualtero Valkenier, Amsterdam, Abrahami Commelini.

Virgile [P. Vergili Maronis], 1977, Aeneidos, liber sextus, éd. R. G. Austin, Oxford, Oxford University Press.

Virgile, 1956, Géorgiques, éd. et trad. E. de Saint-Denis, Paris, Les Belles Lettres.

Virgile, 1977-1980, Énéide, éd. et trad. J. Perret, 3 vol. , Paris, Les Belles Lettres.

Études

Augustin Christian, Hengerer Mark, Mayr Stefan, Schnadenberger Eva et Voegel Michael, 2008, « Ambrosius Roggerius OP : Lvcerna Principis Christiani. Ein Fürstenspiegel für Erzherzog Ernst (Kaiser Ferdinand III) », Römische Historische Mitteilungen, 50, p. 209-312.

Bastl Beatrix et Hengerer Mark, 2012, « Les funérailles impériales des Habsbourg d’Autriche, xvie-xviiie siècle », dans J. Chrośćicki, M. Hengerer et G. Sabatier (dir.), Les funérailles princières en Europe, xvie-xviiie siècle, vol. 1, Le grand théâtre de la mort, Paris, p. 91-116.

Delpont Hubert, 2007, Parade pour une Infante : le périple nuptial de Louis XIV à travers le Midi de la France (1659-1660), Éditions d’Albret.

Michaud-Fréjaville Françoise, Dauphin Noëlle et Guilhembet Jean-Pierre (dir.), 2006, Entrer en ville, actes du colloque (Université d’Orléans, 26-27 oct. 2001), Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Schenk Gerrit Jasper, 2002, Zeremoniell und Politik: Herrschereinzüge im spätmittelalterlichen Reich, Cologne/Weimar/Vienne, Böhlau.

Thesaurus Linguae Latinae

Winkelbauer Thomas, 2008, Gundaker von Liechtenstein als Grundherr in Niederösterreich und Mähren. Normative Quellen zur Verwaltung und Bewirtschaftung eines Herrschaftskomplexes und zur Reglementierung des Lebens der Untertanen durch einen adeligen Grundherrn sowie zur Organisation des Hofstaats und der Kanzlei eines “Neufürsten” in der ersten Hälfte des 17. Jahrhunderts, Vienne, Böhlau.

Zanger Abby, 1997, Scenes from the marriage of Louis XIV: Nuptial fictions and the making of absolutist power, Stanford (Cal.), Standford University Press.

Haut de page

Notes

1 Zanger 1997, qui ne se réfère pas à la description présentée ci-dessous, et Delpont 2007.

2 Michaud-Fréjaville, Dauphin et Guilhembet 2006, Schenk 2002.

3 Archives municipales de Bordeaux, AA 22, Relation de l’arrivée, entrée et reception de Madame la Dauphine dans la Ville de Bordeaux le 27. Janvier 1745, Bordeaux, Jean-Baptiste Lacornée.

4 Archives municipales de Bordeaux, AA 22, liasse « Passage des Princes ».

5 Il cite une multitude de textes de Claudien qui étaient à l’époque rassemblés dans une seule édition, dédiée au dauphin : Cl. Claudiani Poetae in suo opere principis opera. Serio emendata, neque non aucta [...], Paris, Veuve de Guillaume Chaudière, 1602.

6 C’est probablement le cas avec les références « Clem. alex. livre 5 peristr. D. Basil. Seleuc. or. 1 de adam. Pind. olimp. ode 6. columella lib. 10 & D. chrisost. » (voir dessous note 35) ainsi que les références à Pindare.

7 Valeriano 1621.

8 Valeriano 1615.

9 Il est par exemple cité dans un manuel datant d’environ 1620, la Lvcerna Principis Christiani, utilisé pour l’éducation du futur empereur Ferdinand III : voir Augustin et al. 2008, p. 241. Le livre de Valeriano et ses illustrations ont par ailleurs apparemment influencé d’autres œuvres en hommage à des princes, comme par exemple un livre riche en emblèmes créé par les jésuites de Graz à l’occasion de la mort de la duchesse Marie-Anne de Bavière, épouse de l’archiduc Ferdinand de Styrie (futur empereur Ferdinand II) en 1616 : Ferdinandi II Boem. Regis Maria Anna defuncta coniux serenissimo coniugi liberisque solatium posteritati venturae exemplum. A collegio societatis Iesv Gratiensi 1618, Bayerische Staatsbibliothek München (Res 4 livre eleg. misc. 132). Voir Bastl et Hengerer 2012.

10 Il semble que Piero Valeriano (ainsi que les inventeurs du « batteau » de 1660) se soit inspiré de la méthode que décrit Clément d’Alexandrie en l’attribuant aux Égyptiens et pour qui « la méthode hiéroglyphique, [qui,] en partie, exprime au propre au moyen des premiers éléments et [qui], en partie, est symbolique. En tant que symbolique, tantôt elle s’exprime au propre par l’imitation, tantôt elle s’écrit au moyen des tropes pour ainsi dire, ou encore elle est franchement allégorique, par l’usage d’énigmes » (Stromates V, 20, 3, dans Clément d’Alexandrie 1981). Il définit ainsi les tropes : « C’est dans ce style qu’ils transmettent les louanges de leurs rois par des mythes concernant les dieux et qu’ils les inscrivent dans les bas-reliefs » (ibid. V, 21, 1).

11 Alsted 1649.

12 Verg. Aen. VI, 852 — Discours d’Anchise à son fils Énée : « Tu regere imperio populos, Romane, memento / Haec tibi erunt artes, pacisque imponere morem, / parcere subiectis et debellare superbos » (« À toi de diriger les peuples sous ta loi, Romain, qu’il t’en souvienne – ce seront là tes arts, à toi – et de donner ses règles à la paix : respecter les soumis, désarmer les superbes »). Une excellente traduction anglaise par R. G. Austin s’en trouve, répartie dans un commentaire et ici rassemblée, dans Virgile [1977], p. 263 : « these skills you shall have, to set the stamp of civilized usage upon peace, to be merciful to the submissive, and to crush in war those who are arrogant ». Austin interprète ces vers comme « final definition of the fusion of pax with imperium » (« définition définitive de la fusion de la paix et de l’empire »).

13 Ces vers se trouvent cités, eux aussi, dans la Lvcerna Principis Christiani (voir note 9 et Augustin et al. 2008, p. 272).

14 Thesaurus… 1990.

15 À l’exception de la devise « Certa fides caeli » (inscr. 10), toutes les citations des œuvres de Claudien sont tirées de Claudien 1876 ; les citations et traductions des Silves de Stace (notées Stat. silv.) sont extraites de Stace 1944 ; et les traductions de l’Énéide, de Virgile (Verg. Aen.) 1977-1980. Mes propositions de traduction sont signalées par les initiales M.H.

16 Winkelbauer 2008, p. 116-117.

17 [« Stat. lib. 1 s’y lit. »] — Stat. silv. I, I, 19-20 : « Exhaustis Martem non altius armis / Bistonius portat sonipes magnoque superbit / Pondere nec… » (« Il n’est pas plus fier de porter Mars après la bataille, le coursier de Bistonie qui s’enorgueillit de son pesant fardeau et qui… »).

18 [« Æn. 1. »] — Verg. Aen. I, 382 : « j’ai embarqué sur la mer […], ma mère, la déesse, m’indiquant la route, j’obéissais aux oracles qui m’étaient donnés ».

19 [« Claud. lib. 1 de Laudibus Stiliconis »] — Claudiani de consulatu Stilichonis liber I, 17 : « Armati referam vires ? plus egit inermis » (« sans armes, il a plus fait encore », Claudien 1830-1833, t. II, p. 4).

20 [« Stat. livre 4 s’y lit au lieu de nova numina il y a tua nomina »] — Stat. silv. IV, I, 42f : « nondum omnis honorem / annus habet, cupiuntque decem tua nomina menses » (« l’année entière n’a pas encore revêtu sa dignité, et dix mois aspirent à recevoir de toi leur nom ») — [Nova numina : noveaux forçes divines].

21 [« arist. lib. 6 de hist. anim. c. 12. et lib. 9 c. 48. plin. lib. 9. hist. nat. c. 8 »] — 1. Arist. hist. an. VI, 12 : : « Et la gestation dure dix mois. […] Les petits suivent la mère pendant longtemps, et celle-ci leur est très attachée » (Aristote1968-1969, t. II, livre VI, chap. 12) ; 2. Arist. hist. an IX, 48 : « En ce qui concerne les animaux marins, on cite une multitude de faits qui montrent de la douceur et de la familiarité chez les dauphins, et en particulier leurs manifestations d’amour et de passion pour des enfants […]. Les petits dauphins sont toujours accompagnés d’un grand, pour assurer la protection » (Aristote 1968-1969, t. III, livre IX, chap. 48) ; 3. Plinius, Liber IX, VIII (7), 21: « Vagantur fere coniugia; pariunt catulos decimo mense aestiuo tempore, interim et binos. Nutriunt uberibus, sicut ballaena, atque etiam gestant fetus infantia infirmos; quin et adultos diu comitantur magna erga partum caritate » (« Généralement ils voyagent par couples; ils mettent bas au bout de dix mois, en été, parfois deux petits à la fois; ils les allaitent comme la baleine, et même les portent lorsqu’ils ont la faiblesse du premier âge; même lorsqu’ils ont grandi, ils les accompagnent encore longtemps, pleins de tendresse pour leur progéniture », Pline l’Ancien1955).

22 [« Æn. 11. »] — Verg. Aen. XI, 363 : « Aucun salut ne vient par la guerre; c’est la paix que nous demandons tous, Turnus, et avec la paix ce qui en est le seul gage inviolable. »

23 [« Claud. lib. 2 in Rufenum »] — Cl. Claudiani in Rufinum Liber II, vers 3 : « Iam post edomitas Alpes defensaque regna / Hesperiae merita complexus sede parentem / auctior adiecto fulgebat sidere mundus » (« Après avoir soumis les Alpes à sa loi, après avoir rendu là paix à l’Occident, Théodose pour prix de ses vertus est admis au séjour des dieux, et le ciel brille de tout l’éclat que lui donne ce nouvel astre », Claudien 1830-1833, t.  I, p. 59.)

24 [« Stat. livre 5. s’y lit. »] — Stat. silv. V, I, 241 : « Est hic, agnosco, minister / illius, aeternae modo qui sacraria genti / condidit inque alio posuit sua sidera caelo » (« Voici bien, je le reconnais, le ministre de celui qui a fondé naguère un sanctuaire pour sa famille immortelle et a établi ses propres astres dans un autre ciel »).

25 [« Pier. lib. 41 hieroglifi. cap. 17. »] — Valeriano, Hiéroglyphiques, livre XLI, chap. XVII: « On void aux vieux monuments des Aegyptiens, une certaine femme, ayant le chef orné de trois Diademes. Ce qu’ils disent signifier qu’elle fut fille de Roy, femme de Roy, & mere de Roy » (Valeriano 1615, p. 543).

26 [« Æn. 1 »] — Verg. Aen. I, 364 : « Une femme a conduit l’entreprise. »

27 [« Æn. 4. »] — Verg. Aen. IV, 59 : « elles immolent des brebis choisies selon le rite à Cérès législatrice, à Phébus, au vénérable Lyaeus, à Junon avant tous autres, qui veille sur les liens du mariage. »

28 [« Æn. 5. »] — Verg. Aen. V, 467, allocution d’Énée à Entelle : « “Malheureux, quel excès de folie s’est emparé de toi? Ne sens-tu pas que d’autres forces interviennent et que les dieux ont changé de camp? Cède à la divinité.” Il dit et sa voix sépara les combattants. »

29 Verg. Aen. V, 467, voir note précédente.

30 [« Dan. 5. »] — Dan. 5, 5 : « In eadem hora apparuerunt digiti, quasi manus hominis scribentis contra candelabrum in superficie parietis aulae regiae: et rex aspiciebat articulos manus scribentis » (« Soudain apparurent des doigts de main humaine qui se mirent à écrire, derrière le lampadaire, sur le plâtre du mur du palais royal, et le roi vit la paume de la main qui écrivait », La Bible… 1979).

31 [« Claud. de bello gildonico. »] — Cl. Claudiani de bello gildonico liber, vers 499 : « Certa fides caeli » (« Certaine confiance dans le ciel ».

32 Je n’ai pu trouver de source pour « procella liliorum, et grandinem rosarum » (« une pluie de lys, une grêle de roses », M.H.), bien que la majuscule et la ponctuation indiquent qu’il s’agit d’une citation.

33 [« De nuntpiis honorii et mariæ »] — Cl. Claudiani Epithalamium de nuptiis Honorii et Mariae, vers 297-298 : « Nec miles pluviae flores dispergere ritu / Cessat purpureoque ducem perfundere nimbo » (« Il n’est ni chef, ni soldat, qui ne cesse de faire pleuvoir les fleurs sur le héros et de le couvrir de ce nuage parfumé », Lucain, Silius Italicus, Claudien 1871, p. 612.

34 [« In probini et olybrii fratrum consulatum »] — Cl. Claudiani in Olybrii et Probini fratrum consulatum panegyricus, vers 45-46 : « Quippe velut densos currentia munera nimbos / Cernere semper erat populis undare Penates, / Assiduos intrare inopes, remeare beatos » (« on voyait chaque jour ses bienfaits s’épancher, comme une pluie abondante; le peuple inondait son palais; il entrait pauvre et s’en retournait heureux », Lucain, Silius Italicus, Claudien 1871, p. 554).

35 [« Clem. alex. livre 5 peristr. D. Basil. Seleuc. or. 1 de adam. Pind. olimp. ode 6. columella lib. 10 & D. chrisost. »] Les auteurs cités sont : Clément d’Alexandrie (Stromates), Basile de Séleucie (Homélies), Pindare, Columelle et Chrysostome, auxquels il est très probable que notre auteur ne fasse qu’une référence indirecte, sa source étant sans doute un « Florilegium » tiré de Alsted 1649.

36 Cf. Alsted 1649, t. III, livre XXIII, « Policita Hieroglyphica », p. 220 : « Hannibal cum e Pyrenaeis montibus descendisset, vidit in somnis effigiem belli huiusmodi. Serpens mira magnitudine, cum ingenti strage arbores & virgulta prosternebat: nimbusque cum fragore coeli, grandine ac fulminibus gravidus, villarum culmina corripiebat, domumque tecta ac summas urbium arces » (« Après sa descente des montagnes de Pyrénées, Hannibal voyait dans ses rêves cette image de la guerre : un serpent de dimension stupéfiante mettait, avec sa force extraordinaire, à terre les arbres et les buissons, et le nuage, avec les bruits du ciel, plein de grains et d’éclairs, détruisait les toitures des chalets, les toits des maisons et les miradors des villes », M.H.).

37 [« Georg 2. »] — Verg. Georg. II, 294 : « il demeure inébranlable » (Virgile 1956).

38 [« Jud. 9. »] – source non identifiée, mais il est probable que l’auteur se réfère au Livre des Juges 9, 8 : « Ierunt ligna, ut ungerent super se regem : dixeruntque olivae : Impera nobis » (« Les arbres allaient oindre un roi pour eux-mêmes : ils disaient à l’olivier : règne sur nous ! », M.H.)

39 [« Pier. lib. 53 hieroglip. c. 1. & seq[uentes] »] — Valeriano, Hiéroglyphiques, livre LI, chap. 1: « C’est une chose vulgaire & commune tant aux Poëtes qu’Orateurs de signifier par l’Olivier la paix » (Valeriano 1615, p. 709).

40 Verg. Georg. II, 294f : « immota manet multosque nepotes, / multa uirum uoluens durando saecula uincit »« per annos » est une variante donnée par plusieurs manuscrits. La phrase se réfère à un chêne au feuillage persistant (comme le Quercus ilex) : « il demeure inébranlable et survit au déroulement de nombreuses années » L’édition de Saint-Denis donne « nepotes » au lieu d’« annos » et traduit par conséquent « postérités » plutôt qu’« années », M.H. : « de nombreuses générations humaines ». Voir Virgile 1956.

41 [« Æn. 2. »] — Verg. Aen. II, 314 : « y avait-il chance que les armes servissent ! ».

42 [« Claud. livre 2 de laudib. stiliconis »] — Cl. Claudiani de Consulatu Stilichonis, liber secundus, vers 232 : « Cuncta mihi semper Stilicho, quaecumque poposci, / Concessit tantumque suos invidit honores » (« Insensible à mes vœux, Stilichon, qui toujours m’accorda tout ce que je lui demandai, refuse les honneurs prix de ses services », Claudien 1833, t. II, p. 53).

43 [« Æn. 4. » — Verg. Aen. IV, 47f., allocution d’Anne à sa sœur Didon: « Que sera notre ville, ma sœur, quel empire va-tu voir grandir à la faveur d’un tel mariage ! »

44 [« Tertull. lib. 2 ad uxorem. »] — Tert. ad uxorem, lib. II, VIII, 6 : « Vnde sufficiamus ad enarrandam felicitatem eius matrimonii, quod ecclesia conciliat et confirmat oblatio et obsignat benedictio, angeli renuntiant, pater rato habet ? Nam nec in terris filii sine consensu patrum rite et iure nubunt » (« Que vais-je puiser la force de décrire de manière satisfaisante le bonheur du mariage que l’Église ménage, que confirme l’offrande, que scelle la bénédiction ; les anges le proclament, le Père céleste le ratifie. Ici-bas, non plus, les enfants ne peuvent se marier selon les formes et selon le droit sans le consentement paternel », Tertullien 1980).

45 [« Æn. 9. »] — Verg. Aen. IX, 642, « dis genite et geniture deos », allocution d’Apollon à Iulus, le fils d’Énée, une allusion à César et Auguste : « Honneur à cette neuve vertu, enfant, c’est ainsi qu’on va jusqu’aux astres, fils de dieux et qui seras père de dieux. »

46 [« Io. henr. alstedius tom. 3 Encicloped. livre 23. »] — Alsted, Encycl., t. III, livre XXIII, « Politica Hieroglyphica », p. 220: « Regis optimi nota erat anguis, quem Aegyptij effingebant in orbem collectum, cauda mordicus apprehensa. In spirae istius medio scribebant nomen regis. Quo ipso significabant omnia maxima, medioxima & minima debere curae cordique esse bono principi » (« Signe du meilleur roi est le serpent, que les Égyptiens représentent en forme de cercle, mordant sa propre queue. Au milieu de cette spire, ils écrivaient le nom du roi, et par cela, ils indiquaient qu’un bon prince devait prendre soin de bon cœur des plus grandes, des moyennes, et des moindres choses », M.H.). Le mot « ensemble » remplace « semblable », qui a été effacé par l’auteur.

47 [« Claud. de nupt. honor. et mariæ »] — Cl. Claudiani Epithalamium de nuptiis Honorii et Mariae, vers 253 : « Salve sidereae proles augusta Serenae, / Magnorum suboles regum parituraque reges » (« Salut, auguste fille de la céleste Serena, illustre rejeton du plus grand des rois, qui donneras aussi le jour à des rois », trad. Claudien 1830-1833, t. I, p. 195.

48 Source non identifiée : « La guerre, la paix, et l’amour entrent en guerre ; la guerre est vaincue, la paix est victorieuse, et l’amour triomphe au moyen de la paix » (M.H.).

49 [« Pier. lib. 15 hierog. cap. 47 »] — Valeriano, Hiéroglyphiques, livre XV, chap. XLVII, p. 195: « Nous avons aussi veu en une monnoye d’Antonin le Pie un Caducee & une branche d’olivier chargee de fruicts & de feuilles avec ceste inscription, Felicitas Temporvm. S. C. c’est-à-dire Heureuse saison par l’orde du Senat. »

50 [« Stat. lib. 2 achilleidos »] — Stat. Ach. I, 859f. : « Vt leo, materno cum raptus ab ubere mores / accepit pectique iubas hominemque vereri / edidicit nullasque rapi nisi iussus in iras, / si semel aduerso radiauit lumine ferrum, / eiurata fides domitorque inimicus, in illum / prima fames, timidoque pudet servisse magistro » (« C’est ainsi que le lion arraché aux mamelles de sa mère s’est apprivoisé, qu’il a appris à laisser peigner sa crinière, à craindre l’homme, à ne pas s’emporter en fureur sans en avoir reçu l’ordre, mais, qu’une seule fois ses yeux aient vu en face briller le fer, alors il abandonne tout esprit de soumission et le dompteur devient son ennemi: c’est contre lui que s’exerce d’abord sa voracité, et il a honte d’avoir été l’esclave d’un maître peureux », Stace 1971).

51 Par exemple : Valeriano, Hiéroglyphiques, livre I, chap. 31 et 33, avec une illustration titrée : « Douceur ayant despouillé la fierté ».

52 [« Stat. lib. 1. s’y lit. »] — Stat. Silv. V, I, 55 : « Hic domini numquam mutabit habenas / perpetuus frenis atque uni seruiet astro » (« Ce coursier-là ne se pliera jamais aux rênes d’un autre maître; ce mors sera toujours le sien, et il obéira toujours au même astre »).

53 [« Æn. 8. »] — Verg. Aen. VIII, 623 : « solis inardescit radiis longeque refulget » (« … la cuirasse que le bronze raidit, couleur de sang, énorme, semblable à une nuée sombre quand elle s’embrase aux rayons du soleil et flamboie au loin »).

54 [« Claud. de quarto consulatu honorii augusti »] — Cl. Claudiani de quarto consulatu Honorii Augusti panegyricus, dans Claudien 1876, vers 196. Ici, notre auteur introduit une variante dans le texte, « omnia » au lieu de « omina », ce qui donne : « Les flammes célestes illustrent tout » (M.H.) alors que Claudien écrivait : « At tua caelestes illustrant omina flammae » (« Mais pour toi ce sont les feux mêmes du ciel qui présagent ta grandeur future », Lucain, Silius Italicus, Claudien 1871, p. 593).

55 [« Claud. 1. de raptu proserpinæ »] — Claud. rapt. II, 231 : « Nimbis Hymenaeus hiulcis / Intonat, et testes firmant conubia flammae » (« Par les nuées béantes / L’hyménée tonne et les flammes témoins confirment le mariage », Claudien 1991).

56 [« Æn. 6. ubi servius et æn. 1 »] — Verg. Aen. VI, 193 : « maternas agnouit auis » (« Alors le grand héros reconnut les oiseaux de sa mère et, tout joyeux, il prie: “Soyez mes guides […]” »).

57 Le commentaire de Gualterus Valkenier (Virgile 1646, p. 601) ne donne pas la variante « regales », mais il explique : « Bene autem a columbis Aeneae datur augurium, & Veneris filio & regi. Nam ad reges pertinet columbarum augurium: quia numquam solae sunt, sicut nec reges quidem » (« Mais le présage est bien donné à Énée, fils de Vénus et roi, par des pigeons. En effet, le présage des pigeons revient aux rois, car jamais ils ne sont seuls, de même que les rois », M.H.). Il mentionne cet augure en se référant à Verg. Ecl. IX, 13 et Verg. Aen. III, 466. Cette interprétation du pigeon est aussi donnée par Valeriano, Hiéroglyphiques, livre XXII, chap. 9, p. 274, qui en parle comme « Preasage royal ».

58 [« Pier. lib. 22. hierogl. c. 1. et seqq. Floard et Baron. ann. to. 6 an 499 »] : 1. — Valeriano, Hiéroglyphiques, livre XXI, chap. I, p. 260: « Le Sacre a plusieurs & diverses significations, attendu qu’ils representent par iceluy la victoire, soudaineté, l’air, la prestrise, le Soleil, Dieu, l’ame, Mars & Venus, & plusieurs autres choses en termes hieroglyphiques, que nous desduirons par le menu. » Le chapitre II traite longuement du « soleil ». Cf. ibidem, pages 271-278 sur le pigeon; 2. Flodoardi Historiæ Ecclesiæ Remensis libri quator, liber I, caput XIII (De conversione Francorum), dans Flodoard de Reims 1853, col. 52, C-D: « Et ecce subito columba, ceu nix, advolat candida, rostro deferens ampullam cœlestis doni chrismate repletam. Rex […] divoque consecratur insignitus unguine » (« et voilà qu’arrive soudainement la colombe toute blanche, dans son bec remettant l’ampoule rempli de saint chrême du don céleste. Le roi est consacré nettement par le doigt divin », M.H.) ; 3. Baronio 1867, p. 596 (an 499, chap. 29) : « … illud plane ingens recolitur ab Amonio, tum etiam ab Hincmaro ejusdem Rhemensis civitatis episcopo, nempe ampullam chrismatis columbæ ore cælitus advenientis allatam esse […], tum etiam rex Clodoveus sacratus est, cujus exemplo et reliqui omnes successores Francorum reges consueverunt inungi » (« … qu’était apportée dans le bec d’une colombe venant du ciel l’ampoule du saint chrême […] avec laquelle le roi Clovis était sacré, et selon son exemple tous ses successeurs prirent l’usage d’être oints comme rois des Francs », M.H.)

59 [« Æn. 6. »] — Verg. Aen. VI, 852 : « ce seront là tes arts, à toi » (voir note 12).

60 [« Io. Henr. alstedius tom. 3. Enciclopædiæ lib. 23. »] — Alsted, Encyclop. (voir note 36), t. III, livre XXIII, Policita Hieroglyphica, page 220: « Sacrum boni principis hieroglyphicum est arbor illa, Dan. 4 quae admodum magnifice ob oculos ponit principi omne ipsius officium. Radix iustius arboris debet esse pietas: truncus prudentia: ramus potentia: fructus iustitia & clementia. Admonet quoque subditos officij sui: vt scil. arborem istam non violent, sed protegant & honorent. Huc pertinet illud vulgatum: Arbor honoretur, eius nos vmbra tuetur » (« Le saint hieroglyphe du bon prince est cet arbre (Dan. 4) qui démontre parfaitement aux yeux du prince la totalité de son office. La racine d’un très juste arbre doit être la piété, son tronc la prudence, les rames la puissance, ses fruits la justice et la clémence. L’arbre admoneste aussi les sujets de leurs devoirs: qu’ils n’infligent pas de la violence à l’arbre, mais qu’ils le protègent et honorent; pour cela, on dit: « L’arbre doit être honoré, son ombre nous protège », M.H.).

61 [« Virgil. ecloga 3 & laud in probini & olibrii fratrum consulatum, dit « te varijs scribent in floribus horæ »] : 1. Verg. Ecl. 3, 106-107 : « Dic, quibus in terris inscripti nomina regum / nascantur flores » (Dis-moi où sur la terre poussent les fleurs, auxquelles sont inscrits les noms des rois ? » M.H.) ; 2. Claud. Claudiani panegyricus dictus Olybrio et Probino consulibus, vers 278 : « te cuncta loquetur / Tellus, te variis scribent in floribus Horae / Longaque perpetui ducent in saecula fasti. »Cl. Claudiani in Olybrii et Probini fratrum consulatum panegyricus, dans Claudien 1876 (« la terre entière parlera de toi; les Heures graveront ton nom sur plus d’une fleur, et nos fastes immortelles te livreront à l’admiration des siècles », Claudien 1830-1833, t. I, p. 23).

62 Cl. Claudiani Epithalamium de nuptiis Honorii et Mariae, vers 66-67 : « Vivunt in Venerem frondes omnisque vicissim / Felix arbor amat, nutant ad mutua palmae / Foedera, populeo suspirat populus ictu / Et platano platanus alnoque assibilat alnus » (« Les plantes ne vivent que pour aimer, et l’arbre aimé aime à son tour. Le Palmier s’incline pour s’unir au palmier; rapproché du peuplier, le peuplier soupire; l’aune frémit pour l’aune, et le platane pour le platane », Lucain, Silius Italicus, Claudien 1871, p. 607).

63 [« Plin. livre 13. ch. 4 »] — Plin. nat. Liber XIII, VII, 34 : « Cetero sine maribus non gignere feminas sponte edito nemore confirmant, circaque singulos plures nutare in eum pronas blandioribus comis » (« D’autre part on affirme que dans une forêt naturelle, les palmiers femelles privés de mâles n’engengendrent pas spontanément, que les dattiers femelles entourant à plusieurs un arbre mâle, elles s’inclinent vers lui pour caresser de leur couronne de feuillage [… ] », Pline l’Ancien 1956).

64 [« Claud. de nupt. Ho. et Mariæ. »] — Cl. Claudiani Epithalamium de nuptiis Honorii et Mariae, vers 202-203 : « Tu festas, Hymenaee, faces, tu, Gratia, flores / Elige, tu geminas, Concordia, necte coronas » (« Hymen, allume tes flambeaux ; Grâce, choisis les fleurs; et toi, Concorde, tresse deux girlandes », Lucain, Silius Italicus, Claudien 1871, p. 610).

65 « Pind. olimp. od 14. »] — Cf. Valeriano, Hiéroglyphiques, livre LIX, chap. 98, qui en propose une illustration.

66 [« Pier. hierogl. lib. 20, cap. 27. »] — Valeriano, Hiéroglyphiques, livre XX, chap. 27, p. 255, sur « Le lien de mariage » : « Par […] ceste mesme paire de Corneilles, ils monstroyent le legitime congrez de l’accouple maritale, par ce qu’on dit qu’elles s’apparient ensemble à la manière ordinaire des creatures humaines. C’est pourquoy le vulgaire estime qu’elles s’accouplent par le bec. D’ailleurs tout ce qui tient de l’espece de corbeau chauche rarement sa femelle: ne plus ne moins que la saincte alliance de mariage ne doit estre polluee par aucune petulance ou friponnerie lascive; comme nous lisons de plusieurs, qui ne se sont iamais conioincts que pour avoir lignee. Ceste coustume & manière de faire sobrement & honestement praticquee, fut cause de marquer l’hieroglyphique des nopces par deux Corneilles. »

67 [« C’est celle des anciens chevaliers de l’Estoile. »] : « Les étoiles montrent la route aux Rois » (M.H.).

68 [« Omnes cadunt ventorum procellæ, statusque aurarum quiescunt. Ambros. livre 5 her. c. 13 »] — Ambr. hex. (Ambroise 1896), V, 13, 40 : « itaque ab alcyone sermonem adoriamur. Ea est auis maritima, quae in litoribus fetus suos edere solet, ita ut in harenis ova deponat medio fere hiemis. […] namque ubi undosum fuerit mare, positis ouis subito mitescit, et omnes cadunt uentorum procellae flatusque aurarum quiescunt, ac placidum uentis stat mare, donec oua fouet alcyone sua » (« C’est un oiseau de mer qui élève sa couvée sur les plages; il dépose les œufs dans le sable d’environ au milieu de l’hiver. Et quand la mer est battue par les vagues, tout à coup, dès que les œufs sont déposés, il y a un calme plat ; toutes les tempêtes et le souffle des airs se calment, et la mer est paisible, aussi longtemps que l’Alcyon couve ses œufs », M.H.). La légende voulait que lorsque l’alcyon construisait son nid sur le rivage, les vents cessaient pour qu’aucune vague ne leur cause de soucis: voir Valeriano, Hiéroglyphiques, livre XXV, chap. 22-25, qui l’identifie comme une espèce de martinet.

69 [« Claud. lib. 3. de raptu proserp. »] — Cl. Claudiani de raptu Proserpinae, liber III, vers 283 : « O templis Scythiae atque homines sitientibus aris / Utraque digna coli ! » (« Ô divinités bien dignes des hommages de la Scythie, et d’un autel abreuvé de sang humain », Claudien 1830-1833, t. II, p. 343).

70 [« Stat. lib. 1 s’y lit »] — Stat. Silv. I, V, 54  : « hoc mallet nasci Cytherea profundo » (« C’est dans ces profondeurs que Cythérée eût préféré naître », M.H.).

71 [« Sen. in Troade »] — Sen. Tro. 202 : « Immoti iacent / tranquilla pelagi, uentus abiecit minas / placidumque fluctu murmurat leni mare, / Tritonum ab alto cecinit hymenaeum chorus » (« Les flots de la mer immobile s’étalent paisibles, le vent a éloigné ses menaces et l’onde tranquille murmure en vagues douces, le chœur des Tritons a entonné de ses profondeurs le chant d’hyménée », Sénèque 1996).

72 [« Pier. livre 56 hierog cap. 35 »] — Valeriano, Hiéroglyphiques, livre XVI, chap. 35, p. 746-747 : « La figure des anciennes monnoyes sept [sic !] pareillement a la confirmation d’amitié, où lon void maintes fois trotter une coupe: comme és monnoyes d’Orbiana, avec ceste devise concoria avgvstorvm. La concorde des Empereurs. Ceste mesme Deesse y est assise sur une selle, ayant une couppe en sa main droite: & deux cornes d’abondance en la gauche. » D’autres exemples suivent – voir ibid., livre XVI, chap. 42, p. 748: « & l’Imperatrix Martia Otacilla Severa avoit pareillement la tasse avec deux conres d’abondance en sa monnoye, avec ceste devise, concoria avgvst. la concorde d’Augusta. Laquelle mesme se void en la monnoye de l’Imperatrix Orbiana […]. »

73 [« Claud. de bello gildonico. »] — Cl. Claudiani de bello gildonico liber, vers 314 : « nil poscimus ultra » (« alors quelles peuples, quelles nations du Rhin et de l’Ister [Danube, M.H.] eussent resisté à vos forces réunies, à l’accord de vos sentiments? […] je ne te demande rien de plus », Claudien 1830-1833, t. I, p. 241.

74 [« Cum pura sit oliva puros petit messores florent. »] — source non identifiée : « L’olive, pour qu’elle soit pure, exige des faucheurs purs » (M.H.).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mark Hengerer, « « Description du batteau presenté l’an 1660 par les Jurats de la Ville de Bordeaux, à leurs Majestés revenant de la frontiere faite la ceremonie de leur mariage » », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne], Le promeneur de Versailles, mis en ligne le 03 avril 2018, consulté le 16 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/crcv/14698

Haut de page

Auteur

Mark Hengerer

Mark Hengerer a fait ses études à Münster (Westphalie), à Vienne en Autriche et à Constance (Bade-Wurtemberg). Depuis 2013 il est professeur d’histoire moderne à l’université Louis-et-Maximilien de Munich (LMU). Son domaine de recherche concerne l’histoire sociale et culturelle de l’Europe centrale et orientale. Mark Hengerer studied in Münster/Westphalia, Vienna and Konstanz/Baden-Wurttemberg. Since 2013 he is Professor of Early Modern History at Ludwig-Maximilians-Universität in Munich (LMU). His research area is Central and Eastern European social and cultural history. Principales publications/notable publications : Les Funérailles princières en Europe, xvie-xviiie siècle, sous la dir. de G. Sabatier, M. Hengerer et Juliusz A. Chrościcki (3 vol., Versailles-Paris, CRCV-Éditions de la Maison des sciences de l’homme ; Presses universitaires de Rennes, 2012-215), Kaiserhof und Adel in der Mitte des 17. Jahrhunderts. Eine Kommunikationsgeschichte der Macht in der Vormoderne (Constance, Université de Constance, 2004), et Ludwig XIV. Das Leben des Sonnenkönigs (Munich, Beck, 2015).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals