Navigation – Plan du site
Chambord, Tuileries, Fontainebleau et Saint-Germain-en-Laye

Entre restauration et création : le chantier des Tuileries d’André Le Nôtre

Between Restoration and Creation: André Le Nôtre’s Tuileries Project
Anne Allimant-Verdillon

Résumés

Si le savoir-faire architectural de Le Nôtre en matière de jardin n’est plus à prouver, pour autant, ses pratiques de chantier n’avaient jusqu’alors été que peu abordées. Grâce aux recherches historiques et archéologiques menées aux Tuileries en 2012, on en sait désormais un peu plus sur le contexte de son intervention, ainsi que sur la manière dont il a organisé, structuré et mené le chantier de restauration des Tuileries. En maître d’œuvre raisonné, Le Nôtre va faire preuve aux Tuileries d’une remarquable capacité d’adaptation. Il tient compte des usages du jardin (ouvert au public), de la nécessité de le protéger des crues de la Seine, ainsi que des travaux et tracés effectués par ses prédécesseurs. Le jardinier y intervient sans doute bosquet par bosquet, en isolant certaines zones par des palissades et réservant des passages aux charrois. Plantes et matériaux sont prélevés en fonction des besoins, puis mis en pépinière ou stockés à l’intérieur des bosquets. Argiles et plâtre issus des chantiers proches servent à étancher les bassins, remblayer les allées, créer une digue souterraine pour freiner l’eau des crues si besoin. S’il est donc un terme pour définir l’intervention de Le Nôtre aux Tuileries, c’est celui de « constance ». Car pendant les près de 15 ans que durèrent ses travaux, les processus mis en place par l’architecte/jardinier ont été en effet systématiquement appliqués dans le cadre d’un projet global.

Haut de page

Texte intégral

1Si l’on reconnaît assurément à André Le Nôtre un savoir‐faire paysager et une réelle aptitude à révéler les potentialités des sites sur lesquels il travaille, les recherches historiques et archéologiques menées aux Tuileries durant l’été 2012 (fig. 1) ont permis d’identifier et de caractériser certains aspects méconnus de son contexte d’intervention et de ses pratiques de chantiers.

Fig. 1 : Jardin des Tuileries, minute de chantier, relevé stratigraphique du sondage XVII, juillet 2012.

Fig. 1 : Jardin des Tuileries, minute de chantier, relevé stratigraphique du sondage XVII, juillet 2012.

© Anne Allimant-Verdillon et Marianne Alltit-Morvillez

Les Tuileries, entre restauration et création

2On pensait jusqu’alors que la transformation des Tuileries résultait essentiellement de la volonté colbertienne de lier Louis XIV à Paris, justifiant en cela l’intervention de Louis Le Vau et François d’Orbay entre 1659 et 1666 autour du palais, puis de Le Nôtre dans les jardins à partir de 1664.

3Il semblerait qu’il faille ajouter au « grand dessein » de Colbert une donnée environnementale plus pragmatique. D’après nos recherches, les palais et jardin des Tuileries pourraient en effet avoir été grandement altérés par l’inondation massive que connut Paris en février/mars 1658.

  • 1 Montpezat 2012, p. 7.

4Nous nous sommes penchés sur le sujet suite à la découverte en fouilles de fines couches de limons jaunes déposées ponctuellement sur des sols datables du milieu du xviie siècle. L’analyse pédologique effectuée par Philippe de Montpezat en confirma la nature1 : il s’agissait bel et bien de dépôts de crues issus de la Seine toute proche (fig. 2).

Fig. 2 : Jardin des Tuileries, fouilles archéologiques, tranchée VI, détail des couches archéologiques.

Fig. 2 : Jardin des Tuileries, fouilles archéologiques, tranchée VI, détail des couches archéologiques.

Photo et analyse : Montpezat 2012. Image retravaillée par Anne Allimant-Verdillon

5Sachant que le jardin était, jusqu’à l’intervention de Le Nôtre, entouré de hauts murs de protection (fig. 3 et 4), il fallait partir à la recherche de crues de forte amplitude, datables, d’après la chronologie relative définie par les fouilles, de quelques mois ou années seulement avant l’intervention de Le Nôtre. C’est ainsi que nous avons pu mettre en évidence l’impact majeur de la crue de la Seine de 1658 sur les Tuileries.

Fig. 3 : Jacques Gomboust, Plan de Paris, détail, palais et jardin des Tuileries, 1652. Paris, Bibliothèque nationale de France, Cartes et Plans, Rés. Ge AA 573.

Fig. 3 : Jacques Gomboust, Plan de Paris, détail, palais et jardin des Tuileries, 1652. Paris, Bibliothèque nationale de France, Cartes et Plans, Rés. Ge AA 573.

© BNF

Fig. 4 : Israël Silvestre, Vue et perspective des Tuileries et de la Grande Écurie, vers 1650. Paris, Bibliothèque nationale de France, Estampes, Va 219 fol A 17051.

Fig. 4 : Israël Silvestre, Vue et perspective des Tuileries et de la Grande Écurie, vers 1650. Paris, Bibliothèque nationale de France, Estampes, Va 219 fol A 17051.

© BNF

6D’après Maurice Champion, ainsi que nombre de commentateurs du temps, cette crue reste dans les annales de la ville comme la plus importante jamais enregistrée à ce jour (8,96 mètres à Paris, soit 34,86 m N.G.F., dépassant en cela celle de 1910 de 39 centimètres) :

  • 2 Champion 1858, p. 81.

Le pont Marie fut en partie renversé avec plusieurs de ses maisons dont les habitants périrent dans les flots entre autres deux notaires. L’eau couvrit la moitié de ce que l’on appelait la Ville tandis que les environs de la capitale étaient entièrement submergés2.

7Champion cite pour appuyer ses propos le mémorial du père de Thoulouse, chanoine régulier de l’abbaye de Saint-Victor, qui témoigne du phénomène :

  • 3 Ibid, p. 82-84.

L’hyver ayant commencé le 20 décembre 1657 et continué jusqu’à la mi février 1658 en neiges pluies et gelées le 18 dudit mois de février les glaces se fondirent et apportèrent de grands désordres par toute la France. La rivière de Seine par ce dégel commença à déborder dès ledit jour 18 […] Les eaux qui s’étendoient jusqu’à la rue des Prescheurs dans la rue Saint Denys dit M Bonamy n’y étoient pas venues du côté du grand Châtelet mais par les fossés de l’Arsenal d’où l’inondation s’étoit répandue le long des remparts dans les marais au-delà des portes Saint Martin et Saint Denys L’inondation y avoit aussi remonté du côté des Tuileries et toutes ces eaux jointes ensemble avoient reflué dans la ville soit par les embranchemens du grand égout soit même sur le sol du pavé des rues Saint Martin et Saint Denys qui n’étoit pas encore aussi élevé qu’il l’est3

8Eugène Belgrand (1810-1870), inspecteur des eaux et des égouts du temps de Hausmann, établit à ce sujet une carte qui complète partiellement les données décrites par Thoulouse (fig. 5).

Fig. 5 : Eugène Belgrand, « Les crues de la Seine du xviie au xixe siècle », extrait de Carte de Paris indiquant les parties submergées par les grands débordements de la Seine, Paris, Dunod et Pinat, s. d. [milieu xixe siècle].

Fig. 5 : Eugène Belgrand, « Les crues de la Seine du xviie au xixe siècle », extrait de Carte de Paris indiquant les parties submergées par les grands débordements de la Seine, Paris, Dunod et Pinat, s. d. [milieu xixe siècle].

Domaine public

9Les données de l’histoire confirment celles de l’archéologie : en 1658, les palais et jardin des Tuileries furent bel et bien recouverts par l’eau, entraînant une dégradation majeure de la végétation, des sols et des structures architecturées. Dégradation telle qu’il fallut envisager rapidement une restauration des lieux.

10S’il y a donc bien une décision politique à l’origine du « grand dessein » de Colbert, cette décision fut également orientée par une nécessité conservatoire issue de désordres environnementaux. La crue de 1658 a sans doute eu un rôle majeur dans la décision de restructurer entièrement le palais dès 1659, puis le jardin quelques années plus tard.

Une nécessité d’adaptation

11En maître d’œuvre raisonné, économe, et soucieux de s’adapter au lieu et à ses particularités, Le Nôtre va faire preuve aux Tuileries d’une remarquable capacité d’adaptation car, contrairement à certains jardins pour lesquels l’architecte fait abstraction de l’histoire et de la végétation présentes sur le site, Le Nôtre va tenir compte ici du passé du site, de ses usages, ainsi que des travaux et tracés effectués par ses prédécesseurs.

  • 4 Locatelli, p. 157-159.
  • 5 Marana 1883, p. 34.

12Le jardinier va ainsi devoir s’adapter durant l’ensemble de son chantier à la présence du public. D’après les visiteurs de l’époque, le jardin continue en effet durant les travaux à être accessible aux Parisiens, comme il l’était déjà depuis le début du xviie siècle4. Les témoignages du temps sont à ce propos des plus explicites : d’après l’abbé Valentin Dufour qui retranscrit Charles Perrault, Colbert souhaite, dès le chantier terminé, fermer le site aux visiteurs ; ce à quoi l’architecte s’oppose : « Ce sera une affliction publique de ne pouvoir plus venir ici se promener, surtout à présent que l’on entre plus au Luxembourg ni à l’hôtel de Guise. » Il s’appuie en cela également sur le désir des jardiniers « qui y trouvent même leur compte, car l’herbe ne croit pas si aisément dans leurs allées »5 (du fait du piétinement).

  • 6 Guiffrey 1881, p. 1395.
  • 7 Dauchez 2003.

13Ces mêmes jardiniers sont alors associés à la restructuration de leur jardin. Leur organisation reste cependant encore à définir avec justesse. Car, comme l’indique Guiffrey, « la nature des travaux portés au compte laisse souvent une certaine incertitude sur la profession de l’individu : tel figure parmi les jardiniers qui aurait aussi bien pu être rangé dans les terrassiers, et réciproquement6 ». Loin des cadres d’intervention mis en place de nos jours, leur travail s’organise alors autour d’un schéma à la fois hiérarchique, pyramidal et autonome. Claude Carbonnet et Henri Dupuis fournissent ainsi les arbres destinés au jardin. Ils dirigent également en 1666 les ouvriers qui travaillent au nivellement du grand parterre. Guillaume Maçon, Pierre II Desgots, le neveu de Le Nôtre, tracent quant à eux les parterres et dressent les niveaux. Ils plantent aussi les espèces qu’ils fournissent et cultivent, nettoient, déposent et ratissent le sable des allées. D’après Dauchez7, interviennent également en parallèle de nombreuses équipes, chacune dans sa spécialité, avec à leur tête un entrepreneur ou un préposé aux ouvrages : fouilles et transports de terre, terrassiers et maçons, fontainiers… Enfin, des ouvriers rémunérés à la journée travaillent sous la direction du piqueur qui vérifie les présences et distribue les tâches.

14Cette collaboration des jardiniers à la transformation des Tuileries assure une constance aux travaux, car le chantier n’est pas des plus faciles : on y intervient sans doute bosquet par bosquet, isolant certaines zones du passage du public, prélevant les plantes ou matériaux à certains endroits pour les transporter à d’autres, réservant des passages aux charrois de pierres, sable ou terre… Bien que déstructurée en apparence, la progression y est pourtant régulière et continue.

De l’économie humaine à l’économie minérale et végétale

Économie minérale

  • 8 Guiffrey 1881, p. 101.

15De nombreuses données aussi bien historiques qu’archéologiques témoignent de l’aspect économique du chantier de Le Nôtre. On sait ainsi, que durant l’hiver 1665, « des terres de glaise sont transportées des fondations du quay au jardin et d’autres terres prises au quay près le pont Rouge8 ». Pendant toute cette même année, les terres enlevées pour fonder le quai des Tuileries vont servir à l’aménagement du Grand Parterre, dont l’assise est installée sur une banquette artificielle au nord.

  • 9 Archives Nationales, O1, 1680, pièces 8 et 9 : « […] pour l’achevement et embellissemens de son dic (...)

16Les terres glaises issues de ces mêmes réaménagements sont, quant à elles, utilisées pour le corroi d’argile des deux bassins et du rondeau. En 1666 et 1667, on prélève également la terre de la terrasse de Renard9. En 1670‐1671, l’achat du marais des Gourdes en vue de l’agrandissement de la pépinière du Roule permettra de même d’approvisionner le jardin des Tuileries en bonnes terres.

17Cette vision raisonnée du chantier, qui revient à utiliser au mieux le potentiel du site, a été observée à plusieurs occasions lors des sondages réalisés durant l’été 2012. Ainsi, au centre du bosquet nord‐est, une carrière est ouverte durant la campagne des travaux de Le Nôtre. On y prélève de la bonne terre issue des anciens jardins de Catherine de Médicis et d’Henri IV, ainsi que des alluvions de la Seine sur au moins 2,20 mètres de profondeur.

18Cette carrière ne reste pas ouverte très longtemps, comme en témoigne l’absence d’oxydation ou de brunification de ses plans de découpe. Elle est assez rapidement utilisée comme zone de dépôt, remplie en partie basse par des remblais de démolition contenant majoritairement plâtres et fragments de calcaire (fig. 6, 7 et 8).

Fig. 6 : Emplacement de la carrière de limons de la Seine mise au jour lors des fouilles archéologiques de 2012.

Fig. 6 : Emplacement de la carrière de limons de la Seine mise au jour lors des fouilles archéologiques de 2012.

Dessin et analyse : Anne Allimant-Verdillon

Fig. 7 : Sondage II : relevé du profil sud-nord de la carrière de limons jaune, remplissage par des fragments de calcaire et de plâtre.

Fig. 7 : Sondage II : relevé du profil sud-nord de la carrière de limons jaune, remplissage par des fragments de calcaire et de plâtre.

Relevé : Anne Allimant-Verdillon et Marianne Altit-Morvillez

Fig. 8 : Sondage II : carrière du bosquet nord-est, remplissage par des fragments de calcaire et de plâtre.

Fig. 8 : Sondage II : carrière du bosquet nord-est, remplissage par des fragments de calcaire et de plâtre.

© Anne Allimant-Verdillon

19Ce remplacement des limons de la Seine par des fragments de démolition pose question. D’où provenaient ces artefacts et quelle était leur destination ?

  • 10 « Ordonnance du bureau des finances de Paris, du 18 août 1667 », citée par Fleurigeon 1809, p. 328.

20La présence de ces fragments peut être mise en relation directe avec les chantiers parisiens de l’époque. Un an après l’incendie qui dévasta Londres, une ordonnance datée du 18 août 1667 fixe la hauteur maximale des corniches parisiennes à environ 16 mètres. Elle interdit également les encorbellements pour limiter les risques d’incendie et impose le recouvrement des pans de bois des maisons avec des lattes clouées et du plâtre « tant dedans que dehors, en telle manière qu’ils soient en état de résister au feu10 ». Paris devient alors un immense chantier de démolition et de construction où l’on utilise massivement le plâtre, tiré des carrières situées à proximité.

21Que les remblais et les « gravois » issus des chantiers parisiens contiennent du plâtre devient alors une généralité pour l’époque. Dans le jardin, Mazière et Bergeron, entrepreneurs, vont ainsi utiliser ce tout-venant issu des démolitions des façades comme matériau de comblement du Fer à cheval (fig. 9). La structure de ce dernier est montée progressivement, sans échafaudage, au gré des apports progressifs de gravois qui en composent le remplissage interne.

Fig. 9 : « Plan des fondations des terrasses des Thuilleries », 21 août 1668. Paris, Archives nationales, O1, 1683 278.

Fig. 9 : « Plan des fondations des terrasses des Thuilleries », 21 août 1668. Paris, Archives nationales, O1, 1683 278.

© Pierre Bonnaure

22À la différence des remblais utilisés pour la rampe du Fer à cheval, ceux ayant servi au remplissage de la carrière du bosquet nord‐est sont très homogènes, contenant en majorité des fragments de calcaire concassé, de moulures en plâtre et d’enduits peints, volontairement triés (fig. 10). Ainsi transformée en zone de stockage, la carrière permettait sans doute un approvisionnement partiel du site en matériaux de premier choix.

23Ce mélange calcaire/plâtre est en effet employé par le Nôtre dans plusieurs types d’usages spécifiques : apport au sein des trous de plantation, remblai de comblement ou de nivellement, et renfort d’allées.

Fig. 10 : Sondage II : fragments de moulures en plâtre et enduits peints mis au jour dans la carrière de remblais de démolition.

Fig. 10 : Sondage II : fragments de moulures en plâtre et enduits peints mis au jour dans la carrière de remblais de démolition.

© Anne Allimant-Verdillon

24D’après les traités de l’époque, la dépose de matériaux calcaires et gypseux au fond de trous de plantation, usage que l’on retrouve de manière quasiment systématique aux Tuileries, est préconisée essentiellement lorsque l’on souhaite éviter de créer des poches d’eau stagnante en fond de fosse.

25En 1652, dans son ouvrage sur La Manière de cultiver les arbres fruitiers, Arnaud d’Andilly préconise ce mélange comme matériau drainant pour attirer l’eau au fond des fosses de plantation :

  • 11 Arnauld d’Andilly et Le Gendre 1652, p. 160-162.

Dans les terres froides & humides, il est nécessaire de relever les trenchées, soit en espallier, soit en contr’espallier, de deux pieds plus haut que la terre ordinaire, pour planter les arbres sur le haut [...]. On peut encore faire dans le fond de la trenchée une pierrée d’un pied de haut, ou y mettre de la terre pierreuse & grouëtteuse, pour attirer les eaux en fond & les faire couler, & la remplir en suite de gros sable, ou de platras et de marne meslez avec de bonne terre, pour diminuër la trop grande humidité […]11.

26Son usage drainant est confirmé par Van der Groen en 1669 :

  • 12 Van Der Groen 1669.

Manière de planter des pommiers & des poiriers pour en faire un verger. Premièrement il faut fouir la terre où vous voulés faire vostre Verger & pénétrer en remuant jusques au dela du Tuf ; & pour mieux rompre il y faut planter des choux un an auparavant pour oster ainsi le venin de terre, & tirer ce qu il y pourroit avoir de mauvais ; il faut que la terre de ce Verger soit toujours plus haute que l’autre en sorte qu’elle soit élevée 2 pieds au dessus des eaux qui couvrent en hiver presque toute la campagne. Vostre terre estant bien préparée il faut faire les creus où l’on doit planter les arbres, au mois de Novembre à 30 ou 32 pieds de distance l’un de l’autre : Ces creus ou fosses doivent estre carrés, larges de 4 pieds & profonds à proportion Cela fait il faut faire porter 2 brouettes de fumier prés de chaque fosse ; quand en ce fumier il y auroit de la bouë, il n’en est meilleur. Et si vous pouvés avoir des ruines de quelque vieille muraille, mettés en au fond des fosses pour faire mieux écouler l’eau qui entrera dedans afin qu’elle ne croupisse pas l’entour de la racine des arbres qu’on y plantera12...

27En 1691, Bullet, pour sa part, recommande la dépose des remblais de démolition dans les champs, sans pour autant en spécifier l’usage agricole :

  • 13 Bullet 1691, p. 357-359.

[Lorsque l’on démolit un ancien bâtiment] Les meilleurs materiaux desdites démolitions seront mis à part, pour estre remployez audi batiment en cas qu’ils soient trouvez de bonne qualité ; les gravois & immondices seront envoyés aux champs pour rendre la place nette. [...]. Tout le plastre sera des plastieres de Montmartre pour le meilleur13.

28On retrouve également ce même mélange utilisé en alternance avec de la terre comme remblai de comblement à l’intérieur de l’ancien vivier d’Henri IV, réformé en 1667‐1668. De même, dans l’allée centrale, où le terrain a apparemment été partiellement décapé puis reconstitué par l’apport de dépôts de remblais.

29Plus au sud (au niveau de l’exèdre), épandus en couches de près de 40 centimètres d’épaisseur, ces fragments de calcaire/plâtre ont servi à rehausser le terrain au-dessus des niveaux d’allées datables du xvie siècle-début du xviie siècle (fig. 11). La couche ainsi déposée forme alors une sorte de dôme, invisible à l’œil une fois recouvert par la végétation. Cet apport de remblais pourrait avoir deux nécessités : une volonté régulatrice (niveau supérieur de ce dôme de remblais : N.G.F 32,62 mètres), à savoir rehausser le terrain pour occulter tout ou partie de certaines vues, et orienter le regard sur d’autres. Ou le besoin de protéger le jardin de futures inondations en créant de micro‐digues artificielles souterraines. En cela, Le Nôtre, tenant compte des dégâts engendrés par l’inondation de 1658, aurait prévu pour son jardin, outre la construction de la terrasse du bord de l’eau, de subtils et invisibles systèmes de protection.

Fig. 11 : Coupe stratigraphique du sondage VIII, superposition des couches de sols et de remblais du xvie siècle à nos jours.

Fig. 11 : Coupe stratigraphique du sondage VIII, superposition des couches de sols et de remblais du xvie siècle à nos jours.

© Anne Allimant-Verdillon

30Ponctuellement, ce mélange plâtre/calcaire est également utilisé comme renfort des niveaux supérieurs de trous de plantation. Cet usage paraît cependant avoir été réservé aux arbres situés dans les allées, sans doute pour protéger les plantations du piétinement régulier du public. La dépose d’une sous-couche de plâtras, préalablement à l’apport de terre à jardin, pourrait également avoir servi ponctuellement à empêcher l’enfouissement des bulbes, dont les prairies et plates-bandes du jardin sont plus que largement recouvertes.

  • 14 Lavoisier examine de nombreuses variétés de gypse, détermine leur solubilité dans l’eau. Il est l’u (...)

31Enfin, à la lecture de certains traités de l’époque, il semblerait que ce matériau ait été déjà utilisé comme engrais, et ceci bien avant que Lavoisier n’en établisse officiellement les propriétés au milieu du xviiie siècle14.

32Si l’on peut comprendre sans grande difficulté l’usage de ces remblais de calcaire et de plâtre, la question reste ouverte en revanche concernant l’utilisation des limons jaunes prélevés au centre du bosquet nord‐est. Ont-ils été vendus aux fabricants de tuiles, qui ont exploité l’argile du site dès l’Antiquité ? Ont-ils été utilisés pour niveler le jardin ? Il n’est pas impossible, comme en témoignent les écrits du temps, qu’ils aient alors pu être utilisés, une fois amendés, comme de la bonne terre destinée aux plantations. Nicolas de Bonnefons est à ce sujet des plus clairs :

Quant à la Terre, si vous la rencontrez bonne ce vous sera un grand avantage, & une grande épargne, mais rarement en trouverez-vous où il n’y ait beaucoup à travailler, car telle Terre sera bonne au dessus, qui (estant ouverte de la hauteur d’un fer de Besche seulement) se trouvera Argilleuse dessous, ce fonds est pire aux arbres que le Tuf, parce que dans le Tuf les Racines peuvent trouver des petites veines, qui leur donnent passages pour chercher la fraischeur plus bas, & prendre quelque nourriture ; mais la Terre Argileuse, ou Franche, (qui est une Terre avec laquelle les Boulangers de Paris font les Atres de leurs Fours), est comme un plancher, qui par sa dureté, & densité, ne peut estre percé par les Racines, & qui dans les grandes ardeurs de l’Esté empesche que la fraischeur de dessous ne puisse penetrer à travers, ce qui cause que les Arbres, & autres plantes, sont tellement dessechez, qu’au lieu d’avancer en leur acroissement, ils ne font que languir, & périssent enfin.

Pour remédier à ce deffaut, il n’y a qu’un seul moyen ; qui est d’effondrer & rompre cette Terre de trois à quatre pieds de profondeur, commençant par une Tranchée large de quatre pieds à cinq pieds, de toute la longueur de ce que vous voulez faire effondrer, en jettant les terres toutes d’un costé, & vostre tranchée estant vuidée, & curée jusques à la profondeur que vous désirez, vous mettrez au fonds des longs Fumiers, du Marc de Pressoir à Vin, ou à Cidre ; de la Fougère, (si vous en avez à commodité, qui est le meilleur de tous les Fumiers ;) des Fueilles d’Arbres ; jusques mesme à des méchantes Aames de fagot, de la Mousse ; & autres choses semblables ; bref, ce qui sera le plus facile & à moindre despense, car toute l’intention que l’on peut avoir en effondrant, n’est que pour tenir la Terre creuse, afin que la fraischeur de dessous puisse revigorer les Arbres, & Plantes, durant les excessives chaleurs.

Vous en mettrez environ demy pied de haut au fonds de votre Tranchée ; après quoy vous en ferez une seconde de pareille largeur, faisant abatre la Terre de dessus (qui est la meilleure) sur ces Fumiers, & creusant jusques à pareille profondeur que la premiere, vous remplirez vostre première Tranchée, & la Terre de dessous se trouvera dessus ; continuant à faire de semblables Tranchées, jusques à la fin de ce que vous voudrez faire effondrer.

  • 15 Bonnefons 1651, p. 2-5.

Vous me pourrez objecter que cette terre qu’aurez tirée de dessous sera infertile ? J’avouë avec vous que la première année elle ne fera pas paroistre sa bonté ; mais quand par les Pluyes, & Gelées d’un Hyver, elle aura esté meurtrie, (avec le peu d’amendement que l’on y mettra) elle produira bien plus abondamment que ne faisoit celle de dessus, qui estant usée par le longtemps qu’il y a qu’elle porte, a perdu une grande partie de sa vertu15.

Économie végétale

  • 16 Guiffrey 1881.
  • 17 Du 17 mars au 21 may 1668, Forest, jardinier, pour paiement des fossés qu’il a faits aux avenues de (...)

33Cette économie minérale du chantier, qui limite au maximum l’apport extérieur de terres, est également appliquée à la végétation. Dès 1666, les sources évoquent ainsi l’arrachage et la réutilisation, « s’ils sont bons à replanter16 » des arbres déjà présents dans le jardin. Ponctuellement, au niveau des allées, on creuse des fosses pour accueillir certaines espèces arrachées, en prévision de leur replantation future en d’autres points du jardin17. Les plantes du jardin de Renard, détruit par l’aménagement du Fer à cheval dès 1668, sont également transférées directement dans les nouveaux bosquets. Des arbres sont par ailleurs prélevés à Vaux, Versailles, ou encore au Louvre, et amenés en réserve, ou plantés directement sur le site. Parallèlement, on procède à de nombreux achats de plantes, mais aussi, en prévision des futures plantations ou de l’entretien, on met en place la pépinière du Roule en 1669. Cette dernière est alimentée par de jeunes plants, achetés directement à Paris ou prélevés dans les forêts de Picardie, de Normandie, de l’Artois ou du Dauphiné.

Principes d’aménagement du bosquet nord-est

34L’étude historique et archéologique du bosquet nord‐est réalisée en 2012 permet de comprendre plus précisément encore ce système complexe de travaux successifs mis en place par Le Nôtre aux Tuileries.

35Dans un premier temps, la végétation du centre du bosquet est prélevée, laissant place à la carrière de limons jaunes citée plus haut, puis au stockage des fragments de calcaire et de plâtre. Le Nôtre conserve en revanche les bordures végétales de la parcelle, dont il renouvelle ponctuellement les espèces sénescentes ou abîmées par des arbres de grande taille. Cette ancienne limite est ensuite confortée, à l’intérieur, par la mise en place d’un second alignement, séparé du premier par une allée de 3,20 mètres de large.

36La carrière de calcaire/plâtre une fois réformée, de la terre de moyenne qualité est répandue sur la fosse, puis celle-ci est scellée par de la terre à jardin.

37Par la suite, on laboure les sols et un quadrillage de petites rigoles de plantations sont tracées selon une trame de 3,44 mètres de côté. De jeunes arbres sont ensuite plantés au croisement de chaque rigole.

38Le centre du bosquet est alors défini, non en fonction de ses limites extérieures, mais en tenant compte des plantations en alignement de l’allée des Feuillants, au nord. En cela, Le Nôtre intègre le bosquet dans le nouveau tracé du jardin, tout en respectant celui mis en place par ses prédécesseurs (fig. 12).

Fig. 12 : Anciennes trames de plantation du bosquet nord-est mises au jour dans le cadre de l’étude historique et archéologique des Tuileries réalisée en 2012.

Fig. 12 : Anciennes trames de plantation du bosquet nord-est mises au jour dans le cadre de l’étude historique et archéologique des Tuileries réalisée en 2012.

Plan et analyse : Anne Allimant-Verdillon

39On dispose ensuite une bordure de palissades de croisillons de bois en périphérie du centre du bosquet, le long de l’allée de bordure. Le procédé est ingénieux. Il permet tout à la fois de fermer l’accès du centre de la parcelle au public et de dissimuler les travaux, facilitant ainsi la reprise des jeunes plants (fig. 12 et 13).

Fig. 13 : Sondage V. U.S. 464 : base maçonnée, support de palissades.

Fig. 13 : Sondage V. U.S. 464 : base maçonnée, support de palissades.

© Anne Allimant-Verdillon

40D’après nos observations, seuls les éléments porteurs de la palissade ont dû être fondés, sans doute à espaces réguliers, les lattis de bois qui lui étaient associés étant fixés sur les structures porteuses. La structure, dans son ensemble, devait sans doute être assez proche de celle, datée du xixe siècle, visible sur une photo d’Eugène Atget (1857-1927) à Versailles (fig. 14).

Fig. 14 : Eugène Atget, Versailles : bosquet de l’arc de triomphe, les palissades, photographie, 1904. Paris, Bibliothèque nationale de France.

Fig. 14 : Eugène Atget, Versailles : bosquet de l’arc de triomphe, les palissades, photographie, 1904. Paris, Bibliothèque nationale de France.

© BNF

41On répand enfin du sable de rivière sur l’ensemble des sols, sur une épaisseur d’environ 4 centimètres. C’est ce même sable que l’on retrouve utilisé dans les mêmes proportions pour l’ensemble des sols du jardin.

42Le bosquet ainsi créé, tel que le représente très justement la gravure de Nicolas Perelle, est une sorte d’hybride entre ancien et nouveau jardin. En cela, on peut le considérer comme représentatif de l’ensemble des travaux de Le Nôtre aux Tuileries (fig. 15).

Fig. 15 : Nicolas Pérelle (dessin) et A. Meyer (gravure), Veüe du Jardin des Thuileries comme il est à présent (détail), 1680, eau-forte, 18,1 × 26,6 cm. Paris, Bibliothèque nationale de France, Réserve, QB-370 (29)-FT 4 [De Vinck, 4888].

Fig. 15 : Nicolas Pérelle (dessin) et A. Meyer (gravure), Veüe du Jardin des Thuileries comme il est à présent (détail), 1680, eau-forte, 18,1 × 26,6 cm. Paris, Bibliothèque nationale de France, Réserve, QB-370 (29)-FT 4 [De Vinck, 4888].

Voir la notice de l’œuvre sur Gallica.bnf.fr

Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France

  • 18 Serres 1600, p. 504.

43S’il est donc un terme pour définir l’intervention de Le Nôtre aux Tuileries, c’est celui de « constance ». Car, pendant les près de quinze ans que durèrent ses travaux, les processus mis en place par l’architecte/jardinier ont été systématiquement appliqués dans le cadre d’un projet global : choix des matériaux (sables de rivière, plâtre, remblais de démolition, terres végétales), réutilisation de végétaux existants, création d’une pépinière, gestion raisonnée de la main-d’œuvre extérieure, intervention des jardiniers aussi bien dans le cadre des chantiers que dans celui de l’entretien… Ainsi si, lors de leur création ou recréation, chaque parterre ou bosquet a été traité comme un jardin à part entière, et chaque structure architecturale comme un chantier en soi, ce sont la végétation, les matériaux et les hommes qui ont assuré la continuité et l’équilibre du projet. En cela, Le Nôtre, en véritable « orfèvre de la terre18 » cisèle aux Tuileries un jardin sur‐mesure, mosaïque à la fois complexe et harmonieuse alliant passé et présent, horizontalité et verticalité, technicité et savoir‐faire.

Haut de page

Bibliographie

Sources imprimées

Arnauld d’Andilly Robert et Legendre Antoine (curé d’Hénouville), 1652, La manière de cultiver les arbres fruitiers…, Paris, Antoine Vitré.

Bonnefons Nicolas de, 1651, Le Jardinier françois : qui enseigne à cultiver les arbres et herbes potagères, avec la manière de conserver les fruicts, et faire toutes sortes de confitures, conserves, et massepans, 1re édition, Rouen, François Vaultier.

Bullet Pierre, 1691, L’architecture pratique, qui comprend le détail du toisé et du devis des ouvrages de massonnerie, charpenterie, menuiserie, serrurerie, plomberie, vitrerie, ardoise, tuille, pavé de grais et impression : avec une explication de la Coutume sur le titre des servitudes et rapports qui regardent les bastimens…, Paris, E. Michallet.

Fleurigeon Auguste Ménestrier, 1809, Code administratif. Premier supplément au code de la police, jusqu’au premier avril 1809, Paris, Garnery.

Guiffrey Jules, 1881, Comptes des Bâtiments du roi sous le règne de Louis XIV, 16641680, t. I, Paris, Imprimerie nationale.

Serres Olivier de, 1600, Le théâtre d’agriculture et mesnage des champs, Paris, I. Métayer.

Van Der Groen Jan, 1669, Le jardinier hollandois. Ou sont décrites toutes sortes de belles Maisons de plaisance & de campagne ; & comment on les peut planter, semer & embellir de plusieurs herbes, fleurs, & arbres rares, Amsterdam, Marc Doornick.

Études

Allimant-Verdillon Anne, 2013, Jardin des Tuileries. Étude historique, CRBA (étude interne non publiée).

Champion Maurice, 1858, Les inondations en France depuis le vie siècle jusqu’à nos jours : recherches…, Paris Victor Dalmont.

Constans Martine (dir.), 2003, Jardiner à Paris au temps des rois, Paris, Action artistique de la ville de Paris.

Dauchez Chantal, 2003, « Les travaux de 1665‐1679 aux Tuileries », dans Constans (2003), p. 106-115.

Locatelli Sebastiano, 1905, Voyage de France, mœurs et coutumes françaises (1664-1665), relation de Sébastien Locatelli…, éd. A. Vautier, Paris, A. Picard et fils.

Marana Giovanni‐Paolo, 1883, Lettre d’un Sicilien à un de ses amis, éd. V. Dufour, Paris, A. Quantin.

Montpezat Philippe de, 2012, Diagnostic en vue de la restauration du Grand Couvert et de l’Octogone du Jardin des Tuileries : étude pédologique (rapport interne non publié).

Haut de page

Notes

1 Montpezat 2012, p. 7.

2 Champion 1858, p. 81.

3 Ibid, p. 82-84.

4 Locatelli, p. 157-159.

5 Marana 1883, p. 34.

6 Guiffrey 1881, p. 1395.

7 Dauchez 2003.

8 Guiffrey 1881, p. 101.

9 Archives Nationales, O1, 1680, pièces 8 et 9 : « […] pour l’achevement et embellissemens de son dict palais et jardin elle [sa majesté] a besoing des terres qui sont situées au derriere d’Iceluy depuis le jardin du Roy occuppé par led. s. Renard jusques au dessus de la montagne de Challiot. […] »

10 « Ordonnance du bureau des finances de Paris, du 18 août 1667 », citée par Fleurigeon 1809, p. 328.

11 Arnauld d’Andilly et Le Gendre 1652, p. 160-162.

12 Van Der Groen 1669.

13 Bullet 1691, p. 357-359.

14 Lavoisier examine de nombreuses variétés de gypse, détermine leur solubilité dans l’eau. Il est l’un des premiers à expliquer la prise du plâtre, en montrant que le gypse, sous l’action de la chaleur, perd une certaine quantité d’eau, qu’il reprend au cours de sa solidification. Il communique ses travaux sur le gypse à l’Académie royale des sciences en 1765 et 1766.

15 Bonnefons 1651, p. 2-5.

16 Guiffrey 1881.

17 Du 17 mars au 21 may 1668, Forest, jardinier, pour paiement des fossés qu’il a faits aux avenues des Thuilleries pour la conservation des plants. Cité par Guiffrey 1881, p. 187.

18 Serres 1600, p. 504.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Jardin des Tuileries, minute de chantier, relevé stratigraphique du sondage XVII, juillet 2012.
Crédits © Anne Allimant-Verdillon et Marianne Alltit-Morvillez
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14734/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 3,6M
Titre Fig. 2 : Jardin des Tuileries, fouilles archéologiques, tranchée VI, détail des couches archéologiques.
Crédits Photo et analyse : Montpezat 2012. Image retravaillée par Anne Allimant-Verdillon
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14734/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 536k
Titre Fig. 3 : Jacques Gomboust, Plan de Paris, détail, palais et jardin des Tuileries, 1652. Paris, Bibliothèque nationale de France, Cartes et Plans, Rés. Ge AA 573.
Crédits © BNF
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14734/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 4 : Israël Silvestre, Vue et perspective des Tuileries et de la Grande Écurie, vers 1650. Paris, Bibliothèque nationale de France, Estampes, Va 219 fol A 17051.
Crédits © BNF
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14734/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Fig. 5 : Eugène Belgrand, « Les crues de la Seine du xviie au xixe siècle », extrait de Carte de Paris indiquant les parties submergées par les grands débordements de la Seine, Paris, Dunod et Pinat, s. d. [milieu xixe siècle].
Crédits Domaine public
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14734/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 6 : Emplacement de la carrière de limons de la Seine mise au jour lors des fouilles archéologiques de 2012.
Crédits Dessin et analyse : Anne Allimant-Verdillon
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14734/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Fig. 7 : Sondage II : relevé du profil sud-nord de la carrière de limons jaune, remplissage par des fragments de calcaire et de plâtre.
Crédits Relevé : Anne Allimant-Verdillon et Marianne Altit-Morvillez
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14734/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 816k
Titre Fig. 8 : Sondage II : carrière du bosquet nord-est, remplissage par des fragments de calcaire et de plâtre.
Crédits © Anne Allimant-Verdillon
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14734/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Fig. 9 : « Plan des fondations des terrasses des Thuilleries », 21 août 1668. Paris, Archives nationales, O1, 1683 278.
Crédits © Pierre Bonnaure
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14734/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Titre Fig. 10 : Sondage II : fragments de moulures en plâtre et enduits peints mis au jour dans la carrière de remblais de démolition.
Crédits © Anne Allimant-Verdillon
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14734/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 11 : Coupe stratigraphique du sondage VIII, superposition des couches de sols et de remblais du xvie siècle à nos jours.
Crédits © Anne Allimant-Verdillon
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14734/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Fig. 12 : Anciennes trames de plantation du bosquet nord-est mises au jour dans le cadre de l’étude historique et archéologique des Tuileries réalisée en 2012.
Crédits Plan et analyse : Anne Allimant-Verdillon
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14734/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 13 : Sondage V. U.S. 464 : base maçonnée, support de palissades.
Crédits © Anne Allimant-Verdillon
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14734/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Fig. 14 : Eugène Atget, Versailles : bosquet de l’arc de triomphe, les palissades, photographie, 1904. Paris, Bibliothèque nationale de France.
Crédits © BNF
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14734/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Fig. 15 : Nicolas Pérelle (dessin) et A. Meyer (gravure), Veüe du Jardin des Thuileries comme il est à présent (détail), 1680, eau-forte, 18,1 × 26,6 cm. Paris, Bibliothèque nationale de France, Réserve, QB-370 (29)-FT 4 [De Vinck, 4888].
Légende Voir la notice de l’œuvre sur Gallica.bnf.fr
Crédits Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14734/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 293k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Allimant-Verdillon, « Entre restauration et création : le chantier des Tuileries d’André Le Nôtre », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2017, mis en ligne le 28 septembre 2018, consulté le 13 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/crcv/14734 ; DOI : 10.4000/crcv.14734

Haut de page

Auteur

Anne Allimant-Verdillon

Historienne et archéologue spécialisée en jardins historiques, conseil en stratégie de restauration de jardins historiques, chercheur associé au CRBA (Centre de ressources de botanique appliquée). A historian and archaeologist specializing in historic gardens, Anne Allimant-Verdillon is a consultant in restoration strategies and an associate researcher at the CRBA (Centre de Ressources de Botanique Appliquée).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals