Navigation – Plan du site

Naissances princières : Rome, février 1662

Princely births. Rome, February 1662
Martine Boiteux

Résumés

Dans le cadre d’une recherche sur les stratégies de légitimation dynastique, l’article présente une analyse morphologique et symbolique de ces pratiques, en s’appuyant sur un exemple. En 1662, sur la scène de la Rome pontificale, la France et l’Espagne rivalisent. Les célébrations des naissances princières, composées de rituels et cérémonies religieuses, profanes et toujours politiques, utilisent les mêmes lieux pour des spectacles pyrotechniques, aux scénographies somptueuses dues à des artistes connus, dans l’espace public d’une société de cour où la fête est utilisée comme instrument de représentation et de communication. Les documents écrits et figurés sont mis en relation.

Haut de page

Notes de l’auteur

Première anticipation, par l’étude d’un cas exemplaire d’un corpus établi dans la longue durée, d’un programme de recherche sur les célébrations à Rome des naissances princières, et les stratégies de légitimation dynastique des monarchies européennes à l’époque moderne. L’enquête se fonde sur l’analyse morphologique et symbolique de ces pratiques dans le théâtre de la Rome pontificale. La publication définitive présentera des analyses croisées, transversales et diachroniques, faisant apparaître une histoire de ces fêtes rituelles et les étapes de leurs transformations artistiques et politiques.

Texte intégral

1En Carnaval, saison des fêtes, la France et l’Espagne, qui ont récemment établi des relations pacifiques, célèbrent, successivement, de manière parallèle, croisée et rivale, la naissance des princes héritiers des monarchies « très chrétienne » et « catholique » Des brochures imprimées – Relations et Poèmes – et des images des événements sont publiées et largement diffusées, rendant compte des projets, des réalisations et de leurs interprétations ; des correspondances et des comptes complètent la documentation. Les manifestations sont complexes, à la fois religieuses et profanes ; elles utilisent les mêmes instruments en usage dans les cérémonies romaines, et prennent possession des mêmes lieux réels et symboliques, piazza Navona et piazza di Spagna, et les églises nationales respectives, Saint-Louis-des-Français et San Giacomo degli Spagnoli : mêmes célébrations religieuses d’actions de grâces, mêmes réjouissances avec des spectacles joyeux, lumineux et bruyants, et mêmes libations aristocratiques privées et populaires publiques. Les deux nations puisent dans un riche capital symbolique, toutefois les identités s’expriment et se défendent dans l’espace public de manière spectaculaire, rivalisant de magnificence pour mieux démontrer la gloire souveraine de leur monarque.

2La fête est une obligation politique et la célébration des monarchies européennes à Rome répond à un rituel dont le faste et la somptuosité sont l’instrument privilégié ; le superlatif est de rigueur dans les créations artistiques, et dans leurs représentations, commentaires écrits ou figurés. Les artistes les plus renommés sont appelés à participer à l’élaboration et à la réalisation des scénographies des spectacles allégoriques aux messages symboliques forts, sans préoccupation de leur nationalité. De grandes machines, architectures éphémères qui peuvent s’apparenter aux actuelles « installations » des artistes, sont construites pour l’occasion, créations à partir de modèles, qui fleurissent à l’époque baroque.

3La nécessaire magnificence, vertu publique des souverains, suscite concurrence et émulation. L’évergétisme se conforme aux normes sociales du temps du baroque et s’exprime publiquement ; il se fonde sur des dépenses de prestige pour des créations qui doivent frapper par leur nouveauté resplendissante. Il convient donc de fonder l’analyse de ce rituel obligé, dans la Rome pontificale, sur la description des modalités de réalisation des splendides apparats, du déroulement de la scénographie bien réglée, et des représentations programmatiques et mémorielles.

4La continuité dynastique est un souci et une force des grandes monarchies, et il convient de valoriser l’événement qui la fonde : la naissance de l’héritier du trône des nations « très chrétienne » et « catholique », tout particulièrement à Rome où l’État pontifical, monarchique, est fondé sur la discontinuité, et la précarité du pouvoir des grandes familles, tout en affirmant la continuité de l’autorité de l’Église universelle. Dans ces temps où la mortalité est forte, il importe de souligner l’importance de la naissance d’un héritier, d’annoncer la joie qu’elle suscite et à laquelle il est de bonne politique de s’associer.

Le Dauphin de France

5La France ouvre les festivités qui débutent dès que la nouvelle est parvenue à Rome. Ce n’est pas l’ambassadeur qui préside aux cérémonies car les relations sont fraîches entre le Saint-Siège et la France, et l’ambassadeur de Louis XIV, le duc de Créqui n’arrive qu’au mois de juin pour imposer la présence française rappelée vigoureusement par le jeune roi qui, désormais, assume personnellement le pouvoir. Le cardinal Antonio Barberini, très lié à la France et qui avait commissionné les célébrations du Dauphin, futur Louis XIV, en 1638 en tant que protecteur du royaume, joue alors le rôle d’ambassadeur, comme le disent les textes, et c’est lui qui reçoit, le 1er novembre 1651, le courrier rapide envoyé par la cour de France ; il ne manque pas de le régaler d’un collier d’or auquel est suspendue une grande médaille de son oncle Urbain VIII, souverain pontife de 1623 à 1644. Trois soirs de suite, sa magnificence s’exprime par la large illumination de son palais et les nombreuses aumônes faites aux pauvres, associant le peuple de Rome à la joie de ce succès. Une lettre adressée au duc de Modène énumère les nobles romains qui s’associent à ces manifestations de joie, pour des raisons de dépendance ou d’affection pour les deux couronnes : les cardinaux des deux factions, française et espagnole, l’ambassadeur don Luigi Ponz de Leon, nombreux princes et nobles.

6Le soir même, un Te Deum est chanté à Saint-Jean-de-Latran, basilique traditionnellement liée à la France, en présence des cardinaux des deux factions. Ce soir et le suivant, les illuminations animent les façades de l’église et du palais ainsi que la guglia, l’obélisque sur la place devant la loggia des bénédictions, dans le vacarme des pétards, trompes et tambours, qui annoncent le joyeux événement.

7Mais la générosité du cardinal Antonio ne peut se satisfaire de ces prémices et il prépare de plus grandes fêtes qui, après le temps nécessaire, seront à la mesure de sa générosité. En effet, les applaudissements doivent être universels pour la naissance du premier fils, héritier d’un roi de France, fille aînée de l’Église rappellent les sources, et l’apparat doit être somptueux et superbe pour Rome « caput mundi » et chef du christianisme.

8La première célébration est, comme il est de tradition, religieuse ; il s’agit de remercier Dieu de la grâce reçue avec cette naissance. L’église nationale, Saint-Louis-des-Français, prend toute sa part des manifestations, et la communauté des Pères de Saint-Louis se montre entreprenante.

9Mgr de Bourlemont, auditeur de la Santa Rota et recteur, Jean François Cousin, trésorier, avec les autres administrateurs de Saint-Louis, ordonnent de considérables démonstrations différées de vingt jours pour mieux répondre à leur dévotion envers leur prince, un don de Dieu. Jean François Cousin, Guillaume Bousquet et Louis Paradan sont désignés pour veiller à la bonne préparation. Ils associent la célébration de la naissance à celle de la récente béatification de saint François de Sales, dont un portrait est dressé sur l’autel majeur tandis que la façade est parée de damas et d’un autre portrait. Le dimanche 29 février 1662, en présence des cardinaux Antonio Barberini et Mancini, une messe est chantée par Mgr de Soissons, un des évêques envoyés par le clergé de France pour la béatification, tandis que l’évêque du Puy vante les mérites du béatifié dans son éloquente oraison.

10Le 1er février 1662, le cardinal Antonio reçoit les cardinaux Mancini (français), Colonna et d’Aragon (espagnols) ainsi que quarante prélats venus assister à la messe d’action de grâces et au Te Deum. Le fracas des pétards, trompes et tambours publie l’événement. Pour l’occasion, la façade de l’église a été transformée : sur la corniche de la porte centrale trône le blason du cardinal Antonio, deux statues de fleuves – le Rhône et la Seine – soutiennent les armes et le portrait du Dauphin surmontés de la couronne royale. Les deux portes latérales sont surmontées de deux putti aux lys d’or et des deux blasons, respectivement à droite du pape soutenu par la Religion et la Charité, à gauche du roi porté par la Force et la Prudence. Les niches sont occupées par, à droite, la Navarre et, à gauche, la nouvelle France. La grande fenêtre de l’ordre supérieur est masquée par un tableau : chevauchant un féroce cheval, une femme à l’allure virile, la France guerrière, porte une grande bannière bleue parsemée de lys d’or et, sur le frontispice deux angelots soutiennent un lys. Les niches accueillent des statues : à droite la Justice porte le portrait du roi soutenu par deux putti, à gauche la Paix porte celui de la reine. De chaque côté, des dauphins : l’un précède un navire aux voiles déployées et l’autre est suivi d’un crocodile et d’une hydre. Sur le grand frontispice, la statue du bon roi Saint Louis, les mains jointes et les yeux au ciel, semble remercier Dieu d’avoir préservé la continuité de son royaume. Le soir, à la tombée du jour, pour la plus grande joie des spectateurs, mille torches illuminent le décor, suscitant une admiration unanime.

11Dans le même temps, à peu de distance, sur la piazza Navona, centre de la vie citadine et festive, surgit dans la partie nord, en face du bâtiment qui appartient à la France, le flamboiement d’une grande machine, réalisée par Gio Andrea Carlone et parfaitement décorée, d’où jaillit un superbe feu d’artifice. Le spectacle pyrotechnique a également été commandé par les administrateurs de Saint-Louis : sur la haute architecture, les toiles peintes et les statues suivent le schéma d’une iconographie symbolique et complexe à la gloire du Dauphin, du roi et de Rome. La base en forme de rocher évoque la fontaine voisine, au centre de la place, élevée par Bernini. Les statues évoquent des Vertus, les quatre âges du monde, les quatre saisons ; quatre tritons soufflent dans leur trompette la gloire, soutenant un globe entouré des palmes de la victoire ; inscriptions et devises parsèment l’édifice éphémère, dont l’image restitue la forme et diffuse la mémoire (fig. 1), surmonté de la couronne royale : c’est la domination, par la monarchie française, du temps et de l’espace qui est ainsi illustrée, tandis que l’explosion visuelle et sonore proclame l’heureux événement.

Fig. 1 : Célébration de la naissance du Dauphin piazza Navona, machine pour le feu d’artifice, dessin de Gio Andrea Carlone, gravure de Dominique Barrière, 1662.

Fig. 1 : Célébration de la naissance du Dauphin piazza Navona, machine pour le feu d’artifice, dessin de Gio Andrea Carlone, gravure de Dominique Barrière, 1662.

© Martine Boiteux

12Le lendemain, 2 février, jour de la Chandeleur et de la Vierge Marie mère du Christ, date symbolique choisie consciemment, le cardinal Antonio offre un magnifique spectacle pyrotechnique. La fête se poursuit dans un lieu encore réputé français, la piazza di Spagna, dans sa partie nord au pied de la colline de la Trinité-des-Monts, église de la communauté française des Pères Minimes ; l’espace dilaté disponible ouvre par la via Condotti jusqu’au Corso, offrant une vaste perspective à la contemplation du peuple. La France, sur ordre du commanditaire qui ne lésine pas sur les dépenses et suit sur place l’avancement des travaux, prend possession de l’espace comme l’exprime le décor imaginé par Gianlorenzo Bernini, assisté de Giovan Paolo Schor, et dont la gravure de Dominique Barrière rend compte (fig. 2).

Fig. 2 : Décor de la piazza di Spagna pour célébrer la naissance du Dauphin, dessin de Gianlorenzo Bernini et Giovan Paolo Schor, gravure de Dominique Barrière.

Fig. 2 : Décor de la piazza di Spagna pour célébrer la naissance du Dauphin, dessin de Gianlorenzo Bernini et Giovan Paolo Schor, gravure de Dominique Barrière.

© Martine Boiteux

13L’impression de magnificence est donnée par l’immense développement spatial, la qualité de l’iconographie, explicitée par les brochures distribuées, et celle de la réalisation des artistes, y compris l’habile ingénieur Marcello Gondi qui dispose le feu d’artifice. Le projet prévoit d’utiliser la nature et de s’appuyer sur les ormes existant sur la montée, qui sont taillés pour l’occasion, doublés par de nombreuses torchères, et parsemés de grandes inscriptions à la gloire de la France et de poèmes de vœux pour le bonheur du nouveau-né. Le décor donne l’impression d’une continuité depuis la via Condotti jusqu’au sommet de l’église. À mi-pente, une grande statue de Fama volante souffle dans sa trompe ; continuant la montée, on rencontre un amas de cailloux en forme de gouffre où est précipitée la Discorde dans les flammes de l’enfer, puisque la paix est établie. Plus haut, sur les toiles disposées sur la façade de l’église et peintes sur place, des putti portent les trois lys du blason de la France, puis un dauphin d’argent repose sur des nuées et est surmonté de la couronne royale soutenue par les statues de la Paix et d’Hyménée ; dans les deux clochers apparaissent un L et un M, initiales des royaux parents, Louis et Marie-Thérèse, entourés de palmes liées de ruban d’or et de pourpre.

14À la tombée du jour, des quantités de torches illuminent tout le décor offert à l’admiration des spectateurs. Pour le confort de ses invités, le cardinal Antonio avait fait construire un balcon appuyé sur les maisons en face du mont, décoré de damas cramoisis et précieuses tapisseries, et fermé par une vitre pour protéger des rigueurs du climat hivernal ou des éclats qui pouvaient surgir du feu d’artifice. Un concert de voix et d’instruments enchante les cardinaux, prélats et princes bien installés pour profiter de la délicieuse collation servie avec force douceurs et vins recherchés. Devant l’impatience du peuple rassemblé, en carrosse ou à pied, le cardinal Antonio donne le signal des feux d’artifice : le vacarme des explosions assourdit les spectateurs stupéfaits et émerveillés par les lumières et la pluie d’étoiles, qui se prolongent pendant plus d’une heure.

15Les diverses sources insistent sur les grands personnages romains qui s’associent aux manifestations de joie. Le duc de Bracciano, chef de file du parti français à Rome, illumine les fenêtres sur la piazza Navona de son palais de Pasquino, décorées de lys surmontés d’une couronne, et offre une fontaine de vin. Le duc Cesarini installe une fontaine de vin dans le cortile de son palais dont la façade est décorée d’un grand L enguirlandé de palmes et de lauriers, et sur la tour de l’Argentina, où habite sa famille, un lys surmonté de la couronne royale brille dans la clarté des lampes à huile. Mgr de Bourlemont, auditeur de la Sacra Rota pour la France, illumine sa demeure dont la porte est décorée d’un tableau représentant le royal Dauphin entouré de deux dauphins, de tritons jetant des fleurs comme les anges tandis qu’une Fama sonne sa trompe et brandit le blason des armes de France, l’ensemble étant dominé par une couronne. Louis Paradan, consul de la nation française, fait jaillir en abondance un bon clairet de France devant sa maison sise piazza Navona, illuminée, tendue de damas cramoisis et décorée d’une couronne royale et des portraits du roi et de la reine.

16Les particuliers de la nation française ne sont pas les seuls. Le duc de Modène, absent de Rome, parent du royal Dauphin, illumine largement sa résidence romaine, tandis que les princes Ludovisi et Gaetano, également absents, font de même. Le prince Pamphilj se comporte bien mais Borghese mieux encore, et aussi le connétable Colonna, traditionnellement du parti espagnol.

L’Infant d’Espagne

17L’Espagne prend le relais quelques jours après la France. Les fêtes durent du 17 au 19 février sous la conduite du commanditaire, l’ambassadeur D. Luigi de Guzman Ponz de Leon, dont les prières ont permis cette naissance attendue après la mort d’un premier-né. Sa joie est grande et il la manifeste fortement. Pendant trois jours, son palais de la piazza di Spagna, résidence désormais des ambassadeurs, est illuminé. Sa générosité et sa prodigalité sont infinies et un peu de temps est nécessaire pour les préparatifs. Le même souci de visibilité que le cardinal Antonio l’anime ; et le spectacle, concentré dans la partie sud de la piazza di Spagna, est visible sur toute l’enfilade de la via del Babuino jusqu’à la piazza del Popolo. Le jour venu, dès l’aube, les torches, les pétards et les tambours annoncent à tout Rome la piété dévote des remerciements espagnols. Une tour construite, aussi haute que le palais, ressemble à une montagne en feu. Le jour suivant, fête de l’apôtre protecteur de l’Espagne, l’ambassadeur accompagné de prélats et de nobles, pas moins de deux cents carrosses, se rend en une sorte de triomphe à l’église nationale de San Giacomo degli Spagnoli, dont la façade sur la piazza Navona est somptueusement décorée sur un projet de l’architecte Gio Antonio de’ Rossi et peinte par Gio Francesco Grimaldi. La Relation publiée s’étend largement sur la description de l’apparat de l’intérieur tendu de damas cramoisis frangés d’or et parsemé d’objets précieux ; sur la façade intérieure sont suspendus trois grands tableaux, les portraits du pape, du roi et de la reine ; quatre tribunes accueillent les musiciens les plus réputés, et six chœurs chantent la messe célébrée par l’archevêque Colonna. Des salves éclatent tandis qu’un allègre Te Deum est entonné. Le peuple, venu par curiosité ou affection, peut admirer la façade éphémère hérissée de torches, dont la décoration du sommet surprenait : l’apôtre protecteur de l’Espagne apparaît en guerrier à cheval brandissant son épée et prêt à défendre la couronne royale, d’or et de pierres précieuses, portée au-dessus de lui par une Fama ailée ; le lion royal dressé, brillant comme l’or et posant sa patte sur un globe terrestre, semble le vrai seigneur et roi ; de chaque côté, aux extrémités du frontispice, deux figures, la Méditerranée et l’Océan, confirment la domination mondiale de l’Espagne. En dessous à droite, le portrait du roi dans un médaillon sur fond d’or est avec deux Vertus à ses pieds, la Piété et la Constance, et à gauche la reine avec la Bonté et la Fécondité ; au milieu, un grand cadre montre le Soleil assis sur un char tiré par quatre chevaux avec la mer à l’horizon ; en avant, le Temps rapide s’enfuit en volant avec la Fama. À peine plus bas, les armes du pape et du roi voisinent, soutenues par des femmes assises, respectivement : la Clémence et l’Autorité ecclésiastique, et la Justice et la Force. Deux hautes constructions posées sur la corniche achevaient de rendre l’ensemble prodigieux, les statues de la Vieille et de la Nouvelle-Castille. En bas, entre les colonnes, deux grandes médailles avec, à droite, les trois Parques tenant une inscription, à gauche, Hercule vainqueur de l’Hydre ; et au centre, une femme couronnée du diadème royal représente la Castille, chef de la grande monarchie, assistée de la Nouvelle-Espagne et du royaume du Pérou ; à leurs pieds, les sceptres, couronnes, boucliers des provinces tributaires et cornes d’abondance démontrent les victoires, les richesses accumulées et l’extension du pouvoir monarchique. Sur la porte d’entrée, deux angelots déploient une peau de lion, nouveau rappel de l’arme de l’ambassadeur. Cette façade sur la piazza Navona, peinte de couleurs à la ressemblance de la nature par le célèbre Gio Francesco Grimaldi, est parsemée d’inscriptions qui précisent le message allégorique de l’iconographie. Mais l’apparat ne se limite pas à cette façade postiche ; comme pour la fête française, une imposante machine est construite devant l’église. Une architecture éphémère, toute militaire, est élevée : la cité de Troie rappelle l’histoire de Rome puisque c’est de là que proviennent les héros qui la fondèrent. La construction, en forme de forteresse surmontée de créneaux, est octogonale avec des tourelles à chaque angle ; la hauteur des tours, des pyramides et des figures dressées sur les murailles en font une merveille imposante. De l’une des quatre portes sort Énée, portant sur ses épaules son vieux père Anchise et tenant par la main son fils Ascanius, qui fuit la destruction de sa patrie. Tout autour, une enceinte sert de support aux illuminations qui font écho à celles de la façade de l’église, et simulent l’incendie de la ville. En émule du glorieux cavaliere Bernini, auteur de la fameuse fontaine, l’architecte Antonio Del Grande a également construit des gradins pour la commodité des spectateurs sur la place tandis que les fenêtres des palais qui l’entourent ont été décorées de tissus précieux et illuminées. Sur ordre de l’ambassadeur, une tribune, si spacieuse et riche qu’elle ressemblait à une galerie d’un palais royal, a été élevée contre la maison de la nation espagnole ; protégée des risques des flammèches brûlantes par une vitre, elle accueille confortablement les prélats invités auxquels sont servis des mets et des vins délicieux et abondants, tandis que sur la place s’installe le chaos en raison de la foule rassemblée au milieu des carrosses. L’explosion des pétards ouvre la représentation, suscitant la stupeur des spectateurs et la peur des chevaux, ce qui amplifie la confusion générale sur la place. De la maison de la nation espagnole sort un cheval, automate bourré d’explosif à l’imitation du fameux toro de fuego de la tradition espagnole ; il se dirige vers la cité de Troie, y pénètre et explose, déclenchant l’incendie simulé de la ville-forteresse : des feux d’artifice jaillissent, se mêlant aux étoiles du ciel, tandis que les murs s’écroulent ; des vestiges émerge une femme assise sur un globe terrestre, la tête ceinte d’une couronne de lumières, brandissant de la main droite trois sceptres dorés et de la gauche un cartel avec l’inscription « OMNIBUS UNUS », à ses pieds une quantité de couronnes, sceptres et trophées devant lesquels étaient assis deux rois couronnés enchaînés, et derrière eux un lion et un serpent ; cette machine représentait la monarchie catholique ; son piédestal montrait les armes du roi et, sur les trois autres côtés, les trois parties du monde où il a établi sa domination, l’Europe, l’Afrique et l’Amérique ; l’Espagne semble ainsi assumer l’héritage de Rome et de son empire. Cette merveille resplendissante de lumières reste offerte à l’admiration du peuple romain les jours suivants.

18Comme la France à Saint-Jean-de-Latran, l’Espagne rend grâce en la basilique de Sainte-Marie-Majeure, avec illuminations de l’église et des maisons voisines, une messe solennelle avec Te Deum accompagné de créations musicales des meilleurs musiciens de Rome.

19Le jour suivant, l’église de Notre-Dame de Monserrato, qui représente l’union des quatre provinces de la monarchie, Aragon, Valence, Catalogne, Majorque, veut montrer sa joie ; l’ambassadeur ne manque pas de participer aux festivités, messe avec Te Deum, musique et pétards.

20L’ambassadeur avait, bien évidemment fait décorer la piazza di Spagna devant sa résidence. La vaste place est transformée en théâtre grâce à la générosité de l’ambassadeur qui a largement distribué les cierges pour illuminer l’espace a giorno. Une grande tribune, protégée par une vitre aux joints dorés, accueille les prélats, princes et grands personnages. Le palais lui aussi a été décoré ; les armes des royaumes et des provinces soumis à la monarchie dominent la façade, ornées de festons de verdure enrichis d’or d’où pendent deux globes, céleste et terrestre, avec les armes du pape et du roi ; plus bas, deux grandes niches accueillent les statues de la Religion et de l’Espérance ; au-dessus de la porte centrale, l’écu de l’ambassadeur, plus petit que les autres mais d’une bonne taille ; toute la façade était parée de guirlandes de végétaux, de tissus aux multiples couleurs et de lumières.

21En avant, dans le théâtre de la place garni de gradins pour les spectateurs, avait été dressé un édifice de forme carrée qui servait de piédestal à un lion, qui semblait réel malgré sa grande taille et représentait l’arme de la Castille ; au-dessus apparaissait une forteresse défendue par des sentinelles armées. Cette forteresse semble un rappel, de taille plus réduite, de la forteresse construite piazza Navona : la gloire de l’Espagne hérite ainsi, piazza di Spagna où siège son ambassade, de la gloire de Rome, fille de Troie. Devant cette architecture, une fontaine versait en abondance des liqueurs chères à Bacchus qui réjouissaient le peuple présent en grand nombre et qui ne ménageait pas ses applaudissements (fig. 3).

Fig. 3. Décoration du palais de l’ambassadeur d’Espagne, piazza di Spagna, et machine pour un feu d’artifice, tableau attribué à Willem Reutter et mis en relation avec la célébration de la naissance de l’Infant en 1662. Vienne, Akademie der bildenden Künste.

Fig. 3. Décoration du palais de l’ambassadeur d’Espagne, piazza di Spagna, et machine pour un feu d’artifice, tableau attribué à Willem Reutter et mis en relation avec la célébration de la naissance de l’Infant en 1662. Vienne, Akademie der bildenden Künste.

© Gemäldegalerie der Akademie der bildenden Künste Wien

22Arrive finalement l’aube du troisième et dernier jour, favorisé par un soleil resplendissant. Le palais est tellement illuminé qu’il semble en feu, tandis que s’élèvent les prières pour la conservation du monarque soutenues par l’éclat sonore des trompes.

23En haut de la place, devant le palais du Collège de Propaganda Fide, une machine a été construite : une haute montagne au relief accidenté, avec rochers et cavernes, couverte d’une forêt ; au sommet, sur un nuage, un Soleil irradiant assis sur un char guide quatre fringants destriers et semble voler dans le ciel ; ce sont les quatre parties du monde et de la journée selon leur couleur, selon une gradation progressive du blanc pour l’aurore jusqu’au noir pour la nuit. En face du Soleil, un phénix renaît de ses cendres. Une femme ailée sort du fond des bois, tenant dans la main un serpent qui se mord la queue, le fameux Uroboro qui signifie le temps cyclique et l’éternité ; l’immortalité de la dynastie fait ainsi face au nouveau Soleil de l’Espagne, livré à l’admiration et à l’humble vénération d’un grand lion sorti de la caverne ; les armes du monarque se mêlent à celles de l’ambassadeur ; les figures symboliques du lion et du serpent, pour le roi et l’éternité du pouvoir monarchique, rappellent la première machine de la piazza Navona. Avec cette troisième installation, la gloire du roi et de la dynastie espagnole toujours renaissante triomphe définitivement. La gravure d’Antonio Giorgetti (fig. 4), mentionnée dans la Relation imprimée, évoque l’admirable machine sans pouvoir donner l’idée de son resplendissement dû aux couleurs, aux dorures et aux illuminations.

Fig. 4 : Célébration de la naissance de l’Infant piazza di Spagna, le char du Soleil, 1662, machine pour le feu d’artifice, Antonio Giorgetti, gravure de Dominique Barrière.

Fig. 4 : Célébration de la naissance de l’Infant piazza di Spagna, le char du Soleil, 1662, machine pour le feu d’artifice, Antonio Giorgetti, gravure de Dominique Barrière.

© Martine Boiteux

24Personne ne ménage ses applaudissements devant pareille merveille. Les plus hautes personnalités sont régalées dans le palais de mets et boissons exquis et rares, servis en abondance par l’ambassadeur, tandis que l’ambassadrice s’occupe des femmes. Brusquement le vacarme fait croire à un tremblement de terre, c’est le signal donné par l’explosion des pétards du lancement du spectacle pyrotechnique. Les feux jaillissent de toutes parts, les flammes semblent sortir de l’enfer de la caverne, rappelant le gouffre où la Discorde était précipitée sur le décor de la fête française. Ici aussi, le spectacle dure plus d’une heure. Vers la fin, le char du Soleil disparaît dans l’ombre, tel le premier Infant d’Espagne qui était mort, mais la continuité est réassurée comme le rappellent le Phénix et le retour du Soleil Nouveau qui surgit dans la gloire de la lumière renaissante. Et la fête se conclut sur un magnifique arc-en-ciel multicolore dans le ciel étoilé.

Esquisse de conclusion

25La présente analyse est l’occasion de présenter un exemple du corpus rassemblé sur les célébrations des naissances princières à Rome, soulignant les points communs et les différences qui marquent les identités nationales. Le souci de la mémoire des événements est identique, concrétisé par les Relations qui, publiées avant la manifestation, sont des projets plus que des comptes rendus. Pour l’Espagne, toutes les images ne semblent pas avoir été conservées.

26Les installations françaises apparaissent plus focalisées sur le décor architectural, son ampleur et la qualité des artistes impliqués qui s’emparent de la partie nord de la piazza di Spagna et de la colline jusqu’à la Trinité-des-Monts, utilisant les données naturelles, la pente et la végétation, d’un espace fragmenté pour créer un lieu globalement recomposé, unitaire et grandiose ; une lecture ascendante est suggérée pour culminer avec l’évocation du couple royal en position dominante ; l’action est évoquée de manière statique et synthétique ; le haut lieu symboliquement créé impose l’image de la France dans le paysage urbain. L’Espagne pointe sur le dynamisme des spectacles qui s’appuient sur des installations multiples, dont les symboles repris s’imposent, et qui racontent une histoire avec des épisodes successifs ; le déroulement de l’action suit un scénario à rebondissements selon les règles du théâtre à machines, avec des effets de surprise qui raniment l’attention ; les places, Navona et di Spagna, sont utilisées comme des théâtres et aménagées comme tels. L’Espagne s’appuie plus que la France sur des traditions populaires, nécessaires pour mieux démontrer l’union nationale. Ainsi, comme dans d’autres de ses fêtes, on retrouve la présence des automates mobiles, par exemple ce cheval de Troie piazza Navona qui porte, tels les kamikazes des attentats d’aujourd’hui, des charges explosives, armes de destruction ; dans le cas présent, le feu d’artifice est le signal, visuel et sonore, de l’affaissement de l’architecture fictive qui s’évanouit pour laisser place à une sculpture symbolique émergeant des ruines, tel le phénix renaissant de ses cendres représenté sur la machine de la piazza Navona, présentée comme l’épisode suivant de la fête espagnole.

27La durée de la fête et la permanence pour quelques jours des installations éphémères, au message symbolique fort et assez explicite, suscitent l’attention des spectateurs, éblouis par la nouveauté du décor et le spectacle de feu, abasourdis par les musiques suaves, et rassasiés par les distributions de vin et, pour les invités privés, de mets délicats. Les cinq sens sont sollicités pour une jouissance totale des participants à la représentation qui s’associent par leur présence à l’allégresse de l’événement et intègrent le message communiqué par le commanditaire à la gloire du pouvoir souverain.

Haut de page

Bibliographie

Sources

Di Virgilio Benedetto, 1661, Breve panegirico della nascità del novo Infante della Maestà cattolica, e delle feste celebrate in Roma e in Napoli, dedicato alla Santità di N. Sig. Papa Alessandro Settimo, in Roma, per Ignazio de’ Lazari.

Di Virgilio Benedetto, 1661, Breve panegirico in lode del novo nato Delfino primogenito della Maestà Christianissima, e delle feste celebratene in Roma, dedicato alla Santità di N. Sig. Papa Alessandro Settimo, in Roma, nella stamperia della R. Camera Apostolica.

Lupardi Bartolomeo, 1662, I luminosi splendori del Sole nelle feste giocose d’incendiarii artificy de’fuochi fatti rappresentare nel gran teatro delle meraviglie di Roma, dalla generosa Magnificenza dell’eccellentissimo Mosignor D. Luigi di Guzman Ponz de Leon, ambasciator ordinario per sua Maestà cattolica Alessandro Settimo per la nascità felicissima del Gran Prencipe e monarca delle Spagne descritte con historico racconto, e dedicato al singolar Patrocino dell’Illustriss. e reverendiss. Sig. Abbate D. Emanuele Di Portogallo, in Roma, per il Moneta MDCLXII, con licenza de’ Superiori.

Relazione dell’allegrezze e feste fatte in Roma per la nascità del Delfino, 1662, all’illustriss. e reverendiss. Sig. Monsign. Di Bourlement, auditor di Santa Rota, Roma, per Stefano Cavalli, ad istanza di Evangelista Dozza, libraro in piazza Navona.

Études

Fagiolo Marcello, 1997, La festa a Roma : dal Rinascimento al 1870, Turin, Allemandi, 2 vol.

Fagiolo dell’Arco Maurizio, 1997, La festa barocca, Rome, De Luca, t. I de Corpus delle feste a Roma.

Fagiolo dell’Arco Maurizio et Carandini Silvia, 1977-1978, L’effimero barocco : strutture della festa nella Roma del’600, Rome, Bulzoni.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Célébration de la naissance du Dauphin piazza Navona, machine pour le feu d’artifice, dessin de Gio Andrea Carlone, gravure de Dominique Barrière, 1662.
Crédits © Martine Boiteux
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14763/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 3,4M
Titre Fig. 2 : Décor de la piazza di Spagna pour célébrer la naissance du Dauphin, dessin de Gianlorenzo Bernini et Giovan Paolo Schor, gravure de Dominique Barrière.
Crédits © Martine Boiteux
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14763/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 3,8M
Titre Fig. 3. Décoration du palais de l’ambassadeur d’Espagne, piazza di Spagna, et machine pour un feu d’artifice, tableau attribué à Willem Reutter et mis en relation avec la célébration de la naissance de l’Infant en 1662. Vienne, Akademie der bildenden Künste.
Crédits © Gemäldegalerie der Akademie der bildenden Künste Wien
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14763/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 9,6M
Titre Fig. 4 : Célébration de la naissance de l’Infant piazza di Spagna, le char du Soleil, 1662, machine pour le feu d’artifice, Antonio Giorgetti, gravure de Dominique Barrière.
Crédits © Martine Boiteux
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14763/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,9M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Martine Boiteux, « Naissances princières : Rome, février 1662 », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne], Le promeneur de Versailles, mis en ligne le 20 février 2018, consulté le 20 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/crcv/14763

Haut de page

Auteur

Martine Boiteux

Historienne, ancien membre de l’École française de Rome et professeur à l’École des hautes études en sciences sociales. Ses recherches portent sur les rituels et fêtes de la Rome pontificale (xve-xviiie siècle). Environ 150 articles, 4 livres et 2 en préparation ; création et direction de 2 revues : Temps libre (1981-1986) et Épure (1983-1998). Historian, former member of the École Française de Rome and professor at the École des hautes études en sciences sociales. Her research focuses on the rituals and festivals of Pontifical Rome (fifteenth–eighteenth centuries). She has written some 150 articles, four books and two in preparation, and created and edited two reviews: Temps Libre (1981–1986) and Epure (1983–1998).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals