Navigation – Plan du site

Le portrait du roi, de la tête aux pieds

The King’s Portrait, from Head to Toe
Sylvène Édouard

Résumés

Dans le domaine de l’histoire des représentations du prince, le corps – dans ses trois dimensions politique, historique et symbolique – fut souvent négligé. Cet article propose une mise au point sur le portrait du prince qui fait du corps un objet signifiant en revenant, dans un premier temps, sur le rapport entre civilité et représentation du corps qui permet d’établir le profil moral du prince. Puis, un retour sur les quelques essais consacrés à des parties anatomiques royales en soulignera toute la possible symbologie, tandis que, pour finir, une lecture plus sociale du portrait permettra d’émettre d’autres hypothèses pour comprendre certaines de ces valorisations anatomiques.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Les études médiévales sont en revanche dynamiques, comme en témoignent Le Goff et Truong 2003.
  • 2 Memmi, Guillo et Martin 2009, p. 14.
  • 3 Ripa 1988 et 2007 ; Corbin 2008 ; Memmi, Guillo et Martin 2009 ; la revue des Annales a consacré se (...)
  • 4 Mandressi 2009, p. 160.

1À la cour comme à la ville, le corps du prince fut l’objet de multiples regards qui l’ont pérennisé, cherchant à rendre compte de ce corps perçu comme la sublime incarnation d’un pouvoir d’origine divine. La première modernité fut, à ce titre, le temps d’une complexification des cérémonies et des discours qui représentaient le prince tout en façonnant son corps. Or ce dernier – corps du prince et corps du commun – est relativement absent de l’histoire des représentations et de l’historiographie en général1. Il est pourtant le lieu et l’instrument d’une lecture de l’ordre social et de ses mécanismes, « à travers quoi le pouvoir s’exerce (Foucault), la domination se reproduit (Bourdieu), les places et les tactiques sociales sont signifiées (Goffman, Douglas), la progressive civilisation des mœurs se manifeste (Elias)2 ». Mais l’histoire n’est venue au corps que tardivement et timidement en dépit des invitations et des protestations : 1970, Michelle Perrot affirmait que « le corps a son histoire », au moins d’un point de vue strictement médical ; 1974, Jacques Revel, dans Faire de l’histoire, en regrettait d’autant plus l’absence qu’il le considérait comme « un de ses lieux »… et les exemples pourraient être multipliés, sans oublier le dynamisme de ces dernières années3. Ce fut le cas grâce aux nombreuses contributions de Georges Vigarello, lequel a inscrit sa démarche d’historicisation du corps dans une histoire plus vaste des représentations en recherchant, comme l’a formulé Rafaël Mandressi, « les indices majeurs sur l’univers corporel d’une culture et d’un temps4 ». C’est assurément dans cette perspective foucaldienne que le corps prend une véritable dimension politique pour l’époque moderne et s’étend au corps biologique et politique du prince à travers ses portraits, les cérémonies et ses manières d’être aux autres.

  • 5 Pour la période moderne, il faut toutefois noter l’initiative, peu suivie d’effet, du colloque inte (...)

2Mais la richesse supposée d’un tel domaine de recherche sur le corps en politique n’a d’égale que la pauvreté de son traitement historiographique en France5. En leur temps, les cérémonialistes américains – à la suite de Ralph Giesey – l’ignorèrent complètement, quand d’autres, à l’instar de Louis Marin, commençaient à en révéler toute la dimension sémiologique. En dépit d’une interdisciplinarité certaine et fructueuse, le corps du prince demeure encore pour une grande part l’apanage de l’histoire des portraits comme ce fut le cas pour Élisabeth Ire d’Angleterre. Cette contribution à l’anatomie royale – comme possible objet d’histoire – s’appuiera donc elle aussi sur le portrait du prince qui fait du corps un objet signifiant en revenant, dans un premier temps, sur le rapport entre civilité et représentation du corps qui permet d’établir le profil moral du prince. Puis, un retour sur les quelques essais consacrés à des parties anatomiques royales en soulignera toute la possible symbologie, tandis que, pour finir, une lecture plus sociale du portrait permettra d’émettre d’autres hypothèses pour comprendre certaines de ces valorisations anatomiques.

Moralisation idéale

3Cette première partie s’intéressera surtout au visage du roi et à son maintien en tant que signes prédictifs de son être moral. Le portrait permet alors, dans son rapport aux préceptes de civilité, d’établir des types physionomiques redoublant l’autorité du modèle :

  • 6 « perche gli conciliava somma gratia il fiore dell’éta, ch’era di ventidue anni, la belleza egregia (...)

parce qu’il conciliait avec grâce la fleur de l’âge, qui était de 22 ans, un physique vraiment superbe, une très grande libéralité, une humanité avec tout le monde et informé en beaucoup de choses6.

  • 7 Paschal 1560.

Il estoit de stature grande, d’un corps plein et ferme, d’une belle proportion de tous ses membres, de face un peu longue. Il avait le nez droit et éminent, le front grand et ouvert, les yeux gris, le regard doux et arresté, le visage si sévère et bénin, qu’une grande sévérité se voyoit en lui conjointe avecques une grande humanité. Il avoit la couleur brune et un peu vermeille, la barbe assez espoisse, et non pas longue7

  • 8 L’Histoire ecclésiastique, commencée par l’abbé Fleury, reprit ainsi la description posthume de Hen (...)

4Le premier portrait est celui de François Ier, à son avènement, que brossa Guicciardini dans son Historia d’Italia. Le second représente Henri II sous la plume de Pierre de Paschal dans son oraison funèbre. Il est avant tout question, dans ces deux portraits littéraires, de la beauté du prince que son corps révèle à travers la proportion de ses membres, des qualités physiognomoniques certaines et de quelques vertus dignes d’un prince. La représentation est ici signifiante d’un pouvoir incarné et chaque figure royale ainsi établie devient alors pérenne par réemploi littéraire selon des procédés également repérables dans les productions artistiques8.

  • 9 Cicéron 1994, p. 227 : « la dignité, un prestige que quelqu’un a bien acquis et qui mérite le respe (...)

5Le portrait du gouvernant alors obtenu se pose en recours de la reconnaissance – par imitation selon des critères contingents qui ne signifient d’ailleurs pas nécessairement une imitation physionomique – et/ou de la connaissance par l’expression d’une idéalisation. En cela, le portrait crée plus qu’il ne reproduit. Il est une figure dont l’enseignement dépasse les apparences et dit la vocation à incarner une stature en renvoyant la figura à ce qu’elle représente. Or, de ce point de vue, la dignitas en est souvent l’un des caractères récurrents et à rapprocher de la louange civique qu’évoquaient les Anciens et Cicéron, en particulier, dans le De inventione au livre II. Cette qualité paraissait associée à l’auctoritas qui rend honorable parce qu’elle se fonde avant tout sur la vertu : alicuius honesta et cultu et honore et uerecundia digna auctoritas (II, 166)9. Puis, au-delà de la légitimité acquise, la dignité concourt elle-même à la beauté du sujet. Ainsi, les quelques témoignages contemporains sur des portraits peints peuvent rendre compte d’une beauté qui n’est pas seulement dans la belle apparence des justes proportions et de la physionomie, mais aussi, et surtout, dans la réception de l’image du pouvoir. La dignité et la grâce en sont la marque, et Brantôme, racontant la visite de Catherine de Médicis à l’atelier de Corneille de Lyon, semble d’ailleurs les associer à l’apparence pour dire toute la beauté de cette reine lorsqu’il vient à commenter le portrait de celle-ci peinte avec ses filles :

  • 10 Brantôme 1722, p. 44.

Sur quoy il me souvient qu’estant allée un jour voir à Lyon un peintre qui s’appelloit Corneille, qui avoit peint tous les grands Seigneurs, Princes, Cavaliers, et grandes Reynes, Princesses, Dames et filles de la Cour de France ; estant donc en ladite chambre de ses peintures, nous y vismes cette Reyne paroistre peinte très-bien en sa beauté, et en sa perfection habillée à la Françoise10

6Le portrait était déjà ancien mais, qu’importe, tous se plurent à louer sa beauté : « le tout si bien représenté au vif avec son beau visage qu’il n’y falloit rien plus que la parolle ». Le portrait peint intègre ici le portrait littéraire composé par Brantôme et dans lequel l’apparence de Catherine avait déjà été évoquée en reprenant les critères de beauté susceptibles de signifier l’autorité et donc la dignitas :

  • 11 Ibid., p. 43.

Elle estoit de fort belle et riche taille, de grande majesté, toutesfois fort douce quand il falloit, de belle apparence et bonne grace, le visage beau et agreable, la gorge très-belle et blanche et pleine, fort blanche aussi par le corps, et la charnure belle, et son cuir net, ainsi que j’ay oüy dire à aucunes de ces Dames, et un embonpoint très-riche, la jambe et la greve très-belle, ainsi que j’ay oüy dire aussi à ses Dames11

  • 12 L’adage grec est au cœur d’une importante production en sociologie et en ethnologie : voir notammen (...)

7Si la majesté et la « bonne grace » concourent à l’autorité du modèle, la beauté, quant à elle, s’attacherait ici plutôt à l’anatomie du visage, de la gorge, de la taille, de la peau et de la jambe. Mais il ne pourrait en être autrement au moment d’évoquer l’incarnation du pouvoir puisque, selon l’adage grec, « ce qui est beau est bon » d’un point de vue moral12.

  • 13 Cicéron 1994, p. 92. Voir Goyet 2009, p. 238.
  • 14 Chastel 1987.

8La dignitas peut donc bien être considérée comme un caractère contingent de la culture humaniste de la Renaissance héritée de l’Antiquité qui renvoie aussi à un type civique que Cicéron, ou encore Quintilien, posèrent en modèle idéal et imposèrent ensuite par le succès de leurs œuvres. Or la maîtrise de soi et donc de l’apparence qui contribue à ce modèle est le résultat d’un travail que Cicéron illustre à travers les manières d’être, à savoir ce que habitum autem appellamus (« On entend par manière d’être »). Ces dernières apparaissent comme une perfection de l’âme et du corps, comme une vertu acquise par l’étude – non natura datam, sed studio industriaque partam13 (« qui ne soit pas un don de la nature, mais issu de l’exercice et du travail ») – qui relève d’ailleurs du concept aristotélicien de l’habitus tiré de l’Éthique à Nicomaque, lequel consiste en des manières acquises et non innées qui fondent l’être vertueux. Puis ce fut dans les Tusculanae quaestiones, et plus tard dans le De officiis, que Cicéron réduisit l’idéal de l’orateur au decorum et donc à cette bienséance qui conduit celui-ci à modérer sa parole et ses gestes comme il en fut aussi du courtisan « habitué » à l’école de la cour. Du côté du portrait iconique, les mêmes préceptes s’appliquent puisqu’il s’agit de créer une figure et, dans le cas du prince, un discours qui peut être celui de la vertu politique. Ce fut dans la même perspective qu’André Chastel montra ainsi l’importance de la dimension psychologisante de la figure à travers sa posture et ses gestes afin que celle-ci ait bien l’apparence de ce qu’elle incarne14.

9Le decorum qui en découle a déjà fait l’objet de nombreuses études partant des traités de savoir-vivre qui mettent en évidence le caractère social de cette construction du corps pacifié et tempéré. Les « bonnes manières » s’intériorisent et civilisent le corps. Elles créent un discours sur soi dont la réception délimite un champ de représentations sociales qui fondent et manifestent ainsi la supériorité d’une élite. Les « bonnes manières » entretiennent alors une culture du corps qui fait triompher les apparences et fixe le statut social. Le Courtisan de Castiglione, en 1528, puis La civilité puérile d’Érasme n’ont fait que mettre au goût littéraire du jour les préceptes de conduite énoncés par le pseudo-Caton dans ses Distiques et par la philosophie stoïcienne en général. Parmi ces textes anciens à partir desquels une culture prédictive du corps s’est perpétuée, figure le Secretum secretorum du pseudo-Aristote qui fut en réalité composé au ixe siècle par Yuhanna ibn al-Bitriq et largement diffusé à travers la version établie par Philippe de Tripoli au début du xiiie siècle. Ce texte, qui n’est autre qu’un Speculum, connut un immense succès au Moyen Âge et, grâce à l’imprimerie, circula encore beaucoup jusqu’au milieu du xvie siècle. Vers 1490-1495, une version française manuscrite fut illustrée par Jean Poyet à destination d’un jeune public nobiliaire, comme l’atteste la présence du Bréviaire des nobles d’Alain Chartier dans le même recueil. Adressé aux nobles et présent dans les bibliothèques royales, le Secretum secretorum fut traduit en plusieurs langues pour enseigner aux princes comment se tenir physiquement, se conduire moralement, se vêtir, se nourrir et rendre justice. Cet ouvrage portant aussi bien sur le gouvernement du prince que sur l’habitus et donc sur le gouvernement de soi, son enseignement familiarisa les futurs gouvernants à une culture des apparences fondée sur la modération et la tempérance et que les traités de savoir-vivre ultérieurs approfondirent sans pour autant en modifier le socle moral qui transparaît à travers les portraits aristocratiques.

10Le portrait est alors politique en ce que le maintien signifie la capacité du modèle à se gouverner lui-même et, par transposition, à gouverner ses sujets et à fonder ainsi la légitimité de son autorité. Les traités de civilité rejoignent, sur ce point, ceux de la physiognomonie en inscrivant sur le corps les marques de la civilité, lesquelles se résument à des postures : les yeux mi-clos, la bouche à peine entrouverte et le reste du visage exempt de tout mouvement. Le corps, quant à lui, est resserré dans un maintien impeccable : bras et jambes ne sont jamais trop écartés mais souvent asymétriques pour donner un léger mouvement – « au vif » – à une allure somme toute figée. Le vêtement concourt d’ailleurs à cette apparence grave et distante du prince. De ce point de vue, la manière espagnole s’imposa en particulier du côté du costume féminin dès les années 1540 avec l’encorsetamiento lorsque se répandit, dans les cours européennes, la mode du busc et du vertugadin. Le vêtement, « corps du corps », concourut ainsi au redressement du corps et à la moralisation du sujet.

11Par ce type d’idéalisation, le sujet devient ce qu’il est et cela signifie devenir un être moral pour légitimer une autorité d’emblée et toujours inscrite dans l’horizon d’attente du prince vertueux. Gare au tyran ! Sa damnatio memoriae commencera par une mise à mal de son portrait qui doit forcément être enlaidi pour dire la noirceur de son âme. Louis-Sébastien Mercier, dans son Portrait de Philippe II roi d’Espagne, annonçait ainsi en préambule de sa pièce :

  • 15 Mercier 1785, p. 2-3.

J’ai voulu peindre son despotisme terrible et superstitieux, rassembler les traits de cette physionomie cruelle qui fait horreur dans l’histoire ; j’ai voulu inspirer aux autres l’indignation dont j’ai été pénétré moi-même. […] Combien cette tête devenoit effrayante à mesure que je la considérois ! Si l’on vit jadis un statuaire tomber au pied du Jupiter que son ciseau venoit de finir, je puis aussi dire avoir reculé d’effroi devant l’image que j’avois tracée15.

Symbologie de l’anatomie royale

  • 16 Voir toutefois Sabatier 2011, et 2010 p. 324-347.

12Le portrait littéraire et iconique du prince relève dans son ensemble d’un discours sur la moralisation du pouvoir utilisant les moyens de la rhétorique pour idéaliser l’acte de gouverner les autres, y compris soi-même. Mais au-delà du décorum, l’anatomie royale peut devenir elle aussi l’objet d’une représentation et nourrir de signes l’imaginaire politique et social du portraituré. De ce point de vue, Gérard Sabatier a fortement contribué à mettre en place les présupposés d’une histoire des représentations du prince. Il a consacré beaucoup d’études aux institutions iconiques, aux contenus symboliques de leurs œuvres et à leur diffusion. Pour autant, le corps anatomique proprement dit est moins présent si l’on considère la plupart de ses travaux, qui s’intéressent avant tout à la transfiguration du corps qui devient tour à tour olympien, macrocosmique ou encore impérial16. Certes, le corps du prince n’est pas indispensable à la compréhension de la politique iconique du roi, bien que, quelle que soit la nature du régime politique, celui-ci passe nécessairement par un processus d’incarnation, d’embodiment.

  • 17 Bande 2009 et Nagle 1998.

13Il est possible d’en déduire que l’histoire du corps a pour tâche de singulariser l’objet – sans doute en le nommant à outrance – pour le sortir de son propre anonymat et l’éclairer par le croisement de nouveaux questionnements issus en particulier de l’anthropologie et de la sociologie historiques. L’objet de l’incarnation du pouvoir n’a toutefois pas encore donné lieu à une nouvelle lecture des cérémonies royales et se limite encore à la symbolique. À titre d’exemple, Alexandre Bande, dans Le cœur du roi, a recentré sur le Moyen Âge le propos de Jean Nagle consacré à La civilisation du cœur17, tous deux ayant insisté sur cette partie hautement politique de l’anatomie royale, tant sur le plan métaphorique que symbolique. L’approche d’Alexandre Bande est cependant davantage de son temps puisque l’auteur a intégré des notions empruntées à la sociologie comme celle de la corporéité.

  • 18 Brantôme 1722, p. 43.

14Les yeux pourraient aussi donner lieu à de fructueuses études puisqu’ils étaient considérés comme les fenêtres de l’âme et, à ce titre, minutieusement traités pour signifier la grandeur et l’autorité. En effet, cette partie de l’anatomie royale concentrait, par cet accès direct à l’âme, le siège du pouvoir. Ils ne devaient donc rien laisser transparaître des passions, comme la colère ou l’envie, mais, bien au contraire, fixer vers un horizon lointain et indéfini leur regard, détaché le plus souvent du spectateur pour établir une distance et rappeler le mystère inhérent à tout pouvoir. Le regard s’impose sans retour, tandis qu’il revient sans doute aux mains d’établir un contact. Ce dernier est d’autant mieux établi que les mains sont bien visibles, s’occupant à tenir un gant, un livre, le dossier d’un fauteuil, adoptant en général une pose signifiante. Elles deviennent également un indice de la beauté, comme Brantôme le rappelle, de nouveau occupé au portrait de Catherine de Médicis : « Du reste la plus belle main qui fut jamais veuë, si crois-je18. » Le rapprochement établi plus loin, par l’auteur, avec les doigts de rose de l’Aurore d’Homère en soulignerait cependant la dimension symbolique. Si elles tiennent le pommeau d’une épée ou un bâton de commandement, l’autorité du regard n’en est que redoublée. Entre crainte et amour, les yeux et les mains jouent ainsi une partition symbolique du pouvoir. Les jambes, quant à elles, reprennent inlassablement la même posture : une jambe verticale et l’autre légèrement pliée en avançant le pied ou en le plaçant en arrière par un effet de chiasme souvent présent dans la statuaire antique. Toutefois, la jambe de Louis XIV fait exception en modifiant le canon de représentation des jambes dans les portraits en pied et, à ce titre, elle fut sans doute la plus sujette à interprétations.

  • 19 Bertelli 1995 et 2002.
  • 20 Ellenius 1998 ; Alföldi 1970 ; Pope-Hennessy 1966 ; Müntz 1900.
  • 21 Sabatier 2010, p. 324-347.
  • 22 Ibid., p. 331.

15Partant d’une conférence donnée à Ferrare en 1986, Sergio Bertelli – auteur d’Il corpo del re – publia, en 2002, un ouvrage d’anatomie symbolique (politique et religieuse) sur le roi, la vierge et l’épouse19. Sur le chapitre du roi en morceaux, la tête, la jambe et le pied sont traités dans une perspective essentiellement historicisante, s’attachant ainsi à en retrouver le sens à travers les représentations écrites, cérémonielles et iconiques20. L’anatomie royale relèverait alors avant tout d’une symbologie de l’autorité. La jambe, par exemple, que le roi dégage de son ample manteau fleurdelysé dans le portrait peint par Hyacinthe Rigaud en 1701, renvoie de prime abord à une lecture antique de la posture, évoquant la jambe droite de Zeus ou de Trajan qui fut le siège principal de la force physique. La mise en relief de la jambe de celui qui incarne l’autorité – debout ou assis avec un genou en avant – pourrait en effet souligner le caractère impérial, à l’antique, de la posture, comme ce fut le cas avec les représentations de Charles Quint par Martin Heemskerck au milieu du xvie siècle dans sa série de gravures consacrées aux triomphes de l’empereur. Gérard Sabatier a choisi, quant à lui, d’inscrire la jambe souveraine du roi de France dans le contexte des rivalités hégémoniques avec les Habsbourg qui remontent à Charles Quint21. Dans ce que Gérard Sabatier nomme un « parti iconographique » – celui de la jambe gauche sortant du manteau fleurdelysé –, l’apparition anachronique du haut-de-chausses à la mode du xvie siècle viendrait confirmer cette hypothèse en évoquant l’habit de cour en vigueur lors de la cérémonie fondatrice des chevaliers de l’ordre du Saint-Esprit en 1578. La monstration de la jambe se serait ensuite imposée comme un insigne de la force du roi22.

  • 23 Zanger 1998.
  • 24 « his own sexual potency to project the strength of his political body », ibid., p. 34 (traduction (...)
  • 25 Zanger 1997.
  • 26 Reichler 1987.
  • 27 Ibid., p. 126.

16Mais cette valorisation de la jambe pourrait aussi s’inscrire dans une double lecture verticale du corps : le haut majestueux comme lieu de l’essence morale et spirituelle du roi, et le bas, avec la jambe, le lieu de sa corporéité quasi sexuelle si on se réfère aux travaux d’Abby Zanger sur la jambe de Louis XIV23. En se situant radicalement hors de la perspective kantorowiczienne, Abby Zanger considère les fictions corporelles de Louis XIV comme relevant d’une stratégie non pas théologico-politique mais bio-politique qui tendrait à privilégier le corps biologique dans la glorification du roi. Selon une démarche anthropologique centrée sur les rites de passage et la théorie du don de Marcel Mauss, la puissance et l’autorité du prince s’inscriraient dès lors dans le corps, et certains membres, comme la jambe en particulier, en seraient les signes privilégiés. Ainsi, les figurations de Louis XIV dans les almanachs précédant la paix des Pyrénées – ceux de 1658 et de 1659 – fonderaient la visibilité de la souveraineté sur le jeu entre sceptre et jambe. Debout ou assis, à la romaine ou en tenue de sacre, le roi montrerait alors sa jambe comme « sa propre puissance sexuelle pour figurer la force de son corps politique24 ». Dans la perspective de la paix des Pyrénées et donc dans celle du mariage franco-espagnol, la jambe devient non seulement un emblème de puissance politique mais aussi la promesse d’une union fertile. Abby Zanger avait alors déjà consacré un ouvrage aux « fictions nuptiales » dans le discours de grandeur de Louis XIV. En reprenant les récits et les images décrivant le mariage de juin 1660, l’historienne américaine avait approfondi cette grande thématique de la fabrique du roi à laquelle s’ajoutait celle de sa puissance sexuelle25. Dans la même optique érotisante, Claude Reichler avait soutenu une thèse similaire à propos du portrait de Louis XIV réalisé par Hyacinthe Rigaud26. Il n’était plus question de démontrer la capacité sexuelle et reproductive du futur époux – Louis XIV a alors soixante-trois ans – mais d’user du corps comme d’un objet de désir, puisque, selon l’auteur, « il n’y a pas d’image du corps sans érotique ». Le portrait s’appuierait donc sur les signes de la puissance et de l’attrait amoureux souligné par « la charge sexuelle » se dégageant des jambes et amorçant un pas de danse. Seule la tête serait dépositaire du lieu symbolique du pouvoir, tandis que les jambes – selon la même lecture du haut vers le bas – rejetteraient l’érotisation vers le bas27.

17Cette lecture érotisante de la jambe du roi présente l’inconvénient de circonscrire la symbolique du pouvoir au seul prisme de l’érotisme. Il est donc nécessaire de considérer également cette savante juxtaposition du sacré – le manteau fleurdelysé – et du biologique – la jambe – comme une figuration de la théorie des deux corps qui se fondent en la personne du roi par le phénomène d’incorporation. Sans pour autant créer de précédent du point de vue de l’association manteau / jambe, pouvoir / biologique, invisible / visible – se reporter de nouveau aux dessins de Heemskerck représentant Charles Quint –, la posture de Louis XIV ancre un type de portrait en pied repris ensuite par ses successeurs et d’autres princes étrangers comme Pierre le Grand en 1698, voire jusque dans le portrait du maréchal de Tessé peint par Laumosnier au début du xviiie siècle. Pour autant, d’autres lectures que celle de la théorie des deux corps permettent de regarder différemment les jambes du roi en replaçant les portraits princiers dans leur contexte curial.

Le roi biologique : un homme de cour

18Les portraits du prince semblent reprendre invariablement d’anciennes formules. Toutefois, certains portraits de Louis XIV ou encore celui d’Henri VIII par Hans Holbein le Jeune proposent quelques variantes. Le premier a été largement interprété, entre autres par toute une école érotisante, tandis que le second soulève d’autres questions. En 1536, Hans Holbein le Jeune se trouvait en Angleterre depuis dix ans et était déjà le peintre officiel d’Henri VIII en ayant intégré sa Maison au titre de valet de chambre. L’année suivante, il réalisa un portrait en pied du roi Henri VIII, les jambes écartées et les poings serrés, pour une peinture murale de Whitehall. Ce portrait valorise une posture a priori en contradiction avec les préceptes de civilité qui rejetaient l’arrogance d’une telle posture et l’inconvenant écartement des jambes. Mais, replacé dans le cadre architectural de la fresque qui évoque un arc de triomphe, la posture devient symbolique en évoquant celle d’un colosse. Elle dit la puissance du souverain qui s’associe à son imposant physique. L’écartement des jambes et l’ampleur de la carrure valorisent un corps puissant dont Henri VIII était particulièrement fier. Pour autant, cette interprétation par la puissance virile est insatisfaisante. En effet, Édouard VI fut représenté vers 1547 dans la même posture à l’âge de dix ans environ, ainsi qu’en 1552 par le peintre William Scrots, mais ces portraits révèlent avant tout une frêle carrure. Tout semble éloigner le jeune roi de la puissance du père. Le modèle toutefois s’hérita. Les signes attachés à l’autorité légitime des Tudors paraissent alors très originaux et, s’ils ne correspondent pas à des canons de civilité, ils sont toutefois susceptibles d’être révélateurs d’un habitus de cour, à savoir des manières d’être bien identifiables. Il n’est pas nécessaire de revenir ici sur les traités de civilité et de l’honnête courtisan pour dresser le portrait de l’homme de cour auquel s’associe celui du roi. Dans le Secretum secretorum du pseudo-Aristote, il était déjà question des manières de cour susceptibles de devenir un habitus et de forger ainsi une culture de cour. En 1528, Baldassare Castiglione fut encore plus prolixe sur le sujet des mœurs et, trois ans plus tard, Sir Thomas Elyot apporta lui aussi sa contribution au genre avec The Governour.

  • 28 Florange 1786, p. 277.
  • 29 Ibid., p. 278.

19Selon Elyot, les vertus physiques du prince et du futur gouvernant en général relevaient de la danse, comme en Italie et en France, mais davantage encore des pratiques guerrières qui furent aussi des jeux de cour comme le tir à l’arc et la lutte. Ainsi Henri VIII s’était entouré de quelques lutteurs autant pour ses exercices que pour ses divertissements. Alexander Korda, réalisateur de La vie privée d’Henry VIII en 1933, reprit, parmi tant d’autres stéréotypes, le goût de ce prince à travers une scène du film : deux lutteurs s’affrontent devant le roi dévorant son repas et buvant trop, quand celui-ci, pour plaire à une dame, se jette dans la mêlée, ôte son pourpoint et affronte son lutteur. La passion du roi d’Angleterre pour cet exercice était bien connue et fort répandue en France également. Florange « l’Adventureux » évoque d’ailleurs la rencontre de 1520 et les joutes qui se firent à l’occasion : « Après les joustes, les luiteurs de France et d’Angleterre venoient avant ; et luitoient devant les roys et devant les dames, qui feust beau passe-temps, et y avoient de puissans luiteurs28… » Après cela, ils allèrent tirer à l’arc, et Florange fait, à cette occasion, l’éloge du roi d’Angleterre qui était un « merveilleusement bon archer et fort ». Au cours de l’entrevue fort arrosée qui suivit, Henri VIII attrapa le roi de France par son collet et l’engagea à lutter avec lui : « Et lui donna une attrape ou deux, et le roy de France qui est fort bon luiteur, lui donna un tour et le jetta par terre, et luy donna un merveilleux sault29. » Il aurait bien voulu prendre sa revanche mais il était temps d’aller souper.

  • 30 Ascham 1868.
  • 31 Jordan 1970, p. 400.

20Vraie ou fausse, l’anecdote souligne l’importance de la lutte à la cour. Dans cette perspective, l’écartement des jambes d’Henri VIII, devenu un topos de sa représentation, pourrait ainsi évoquer la position du lutteur et rendre hommage à l’une des activités préférées du roi. Toutefois, le tir à l’arc fut aussi une activité fort goûtée des courtisans et du roi lui-même. Non seulement les Mémoires du maréchal de Florange témoignent de son importance parmi les divertissements de 1520, mais Henri VIII se fit également dédicacer en 1545 par Roger Ascham, futur précepteur d’Élisabeth, une apologie de l’art de l’archer intitulée Toxophilus30. L’auteur présentait cette pratique comme étant utile aussi bien à l’exercice physique qu’à la formation militaire et à la restauration des vertus. En tant qu’exercice militaire, le tir à l’arc contribuait à la formation des jeunes nobles et surtout au dressage de leur corps afin d’affirmer leur caractère martial. Édouard VI, le prince le plus studieux et le plus érudit de sa génération sans doute, n’avait commencé d’ailleurs à s’intéresser à ces jeux physiques que vers douze ans, grâce à l’influence du futur duc de Northumberland, lequel s’attacha à donner des allures plus viriles à son jeune protégé. Le tir à l’arc figurait dans sa préparation militaire, dont le comportement fut significativement plus rude dès 154931. Cette attitude impliqua-t-elle une entorse aux apparences de la civilité ? Quoi qu’il en soit, la pratique de la lutte et du tir à l’arc autorise une lecture plus sociale du portrait d’Henri VIII.

  • 32 Marin 1986. Sabatier (2010, p. 342) reprend également cette idée du pied qui danse en rappelant l’i (...)
  • 33 Ménestrier 1682, p. 40.
  • 34 Perez 2003.

21Il pourrait en être de même du portrait de Louis XIV réalisé par Hyacinthe Rigaud en 1701. Majestueux dans son manteau de sacre, le roi présente un visage un peu vieilli, mais ses jambes ne font pas du tout leur âge et amorceraient élégamment, comme certains l’ont prétendu, un pas de danse32. Autre temps, autres mœurs puisque, de la cour des derniers chevaliers à celle de l’honnête courtisan, la politesse et le raffinement avaient gagné l’apparence dans son ensemble. En dépit des critiques des moralistes et sans doute contre elles, la danse fut élevée, dans le sillage de la musique, au rang d’art symbolisant la maîtrise des passions et le triomphe de l’harmonie, comme voulut sans doute le démontrer le tableau représentant des courtisans exécutant une volte à la cour d’Henri III à l’occasion du mariage du duc de Joyeuse. Même le père Ménestrier prit sa défense un siècle plus tard dans un traité qui lui reconnaissait des vertus civilisatrices et la capacité d’exprimer « les habitudes de l’âme33 ». Pacificatrice et source d’harmonie, la danse était alors le gage d’une victoire sur les vices. À travers elle, le roi triomphait de ses propres passions et démontrait sa capacité à gouverner, s’étant gouverné lui-même. L’importance de la maîtrise fut d’ailleurs signifiée, entre autres, à travers la gravure de l’almanach de 1658 – Le triomphe magnifique – montrant le jeune roi assis sur un char écrasant l’Envie, la Colère et la Sédition. La danse valorisait les vertus du roi et par extension celles du courtisan et s’imposait comme un signe de l’homme vertueux. Le portrait de Louis XIV pourrait dès lors s’inscrire dans une stratégie identitaire rappelant le goût du roi pour cet art et signifiant un habitus de cour, comme le suggère Stanis Perez à partir des gravures de Le Paultre dans lesquelles la posture est commune aux courtisans qui se tiennent avec raffinement34. La question n’est pas tant alors de savoir si Louis XIV amorce vraiment un pas de danse malgré son âge avancé, que de considérer la posture comme une manière de cour peut-être héritée de la pratique de la danse.

22En dépit des hypothèses avancées ici et là pour envisager le corps du roi, il est difficile de trancher entre les interprétations. Il n’est pas non plus question ici de minimiser l’importance du symbolique dans la représentation du roi et de remettre en question la pertinence du portrait politique. Ce que ces quelques mises au point soulignent en revanche, c’est la nécessité de considérer aussi la dimension sociale du portrait du roi qui le renvoie à sa vocation nobiliaire et aux usages de sa cour.

Haut de page

Bibliographie

Sources

Ascham Roger, 1868 [1545], Toxophilus, éd. Edward Arber, Londres.

Brantôme Pierre de Bourdeille, seigneur de, 1722, Les vies des dames illustres de France de son temps, Leyde, Jean Sambix.

Cicéron, 1994, De l’invention, éd. G. Achard, Paris, Les Belles Lettres.

Fleury Claude, abbé, 1730, Histoire ecclésiastique, Bruxelles, t. XXXI.

Florange Robert de La Marck, seigneur de, 1786, Mémoires de Fleuranges, t. XVI de la Collection universelle des mémoires particuliers relatifs à l’histoire de France, Paris.

Guicciardini Francesco, 1574, La historia d’Italia, Venise, Giorgio Angelieri.

Ménestrier Claude-François, 1682, Des ballets anciens et modernes selon les règles du théâtre, Paris, René Guignard.

Mercier Louis-Sébastien, 1785, Portrait de Philippe II, roi d’Espagne, Amsterdam.

Paschal Pierre de, 1560, Henrici II, Galliarum regis, elogium, cum ejus verissime expressa effigie, Petro Paschalio autore, Lutetiae Parisiorum, apud Vascosanum.

Études

Alföldi Andreas, 1970, Die Monarchische Repräsentation in römischen Kaiserreiche, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft.

Bande Alexandre, 2009, Le cœur du roi : les Capétiens et les sépultures multiples (xiiie-xve siècle), Paris, Tallandier.

Bertelli Sergio, 1995, Il corpo del re : sacralità del potere nell’Europa medievale e moderna, Florence, Ponte alle Grazie.

Bertelli Sergio, 2001, The King’s Body : Sacred Rituals of Power in Medieval and Early Modern Europe, University Park, Pennsylvania State University Press.

Bertelli Sergio, 2002, Il re, la vergine, la sposa : eros, maternità e potere nella cultura figurativa europea, Rome, Donzelli.

Bruchon-Schweitzer Marilou, 1989, « “Ce qui est beau est bon” : l’efficacité d’un stéréotype social », dans L’apparence, dossier thématique de la revue Ethnologie française, t. 19, no 2, p. 111-117.

Cascione Giuseppe, Mansueto Donato et Guarino Gabriel (dir.), 2007, Images of the Body Politic, The LII Meeting of the Renaissance Society of America (San Francisco, 23-25 mars 2006), Milan, Ennerre.

Céard Jean, Fontaine Marie-Madeleine et Margolin Jean-Claude (dir.), 1990, Le corps à la Renaissance, actes du XXXe colloque de Tours (1987), Paris, Aux amateurs de livres.

Chastel André, 1987, « L’art du geste à la Renaissance », Revue de l’art, no 75, p. 9-16.

Corbin Alain, 2008, « Le corps… enfin ! », L’Histoire, no 331, mai, p. 24-27.

Diehl Paula et Koch Gertrud (dir.), 2007, Inszenierungen der Politik : der Körper als Medium, Munich, W. Fink.

Edelman Murray, 1985, The Symbolic Uses of Politics, Chicago, University of Illinois Press.

Ellenius Allan (dir.), 1998, Iconography, Propaganda, and Legitimation, Oxford, Clarendon Press.

Goyet Francis, 2009, Les audaces de la prudence : littérature et politique aux xvie et xviie siècles, Paris, Garnier.

Jordan Wilbur Kitchener, 1970, Edward VI : The Threshold of Power. The Dominance of the Duke of Northumberland, Londres, G. Allen & Unwin.

Kertzer David I., 1988, Ritual, Politics and Power, New Haven, Yale University Press.

Le Goff Jacques et Truong Nicolas, 2003, Une histoire du corps au Moyen Âge, Paris, Liana Levi.

Mandressi Rafaël, 2009, « Le corps et l’histoire : de l’oubli aux représentations », dans Memmi, Guillo et Martin 2009, p. 143-170.

Marin Louis, 1986, La parole mangée, et autres essais théologico-politiques, Paris, Klincksieck.

Martin Olivier et Memmi Dominique, 2009, « Marcel Mauss : la redécouverte tardive des Techniques du corps », dans Memmi, Guillo et Martin 2009, p. 23-36.

Melzer Sara E. et Norberg Kathryn (dir.), 1998, From the Royal to the Republican Body : Incorporating the Political in Seventeenth- and Eighteenth-Century France, Los Angeles, University of California Press.

Memmi Dominique, Guillo Dominique et Martin Olivier (dir.), 2009, La tentation du corps, Paris, Éd. de l’École des hautes études en sciences sociales.

Mensch James Richard, 2009, Embodiments : From the Body to the Body Politic, Evanston, Northwestern University Press.

Merelman Richard M. (dir.), 1992, Language, Symbolism and Politics, Oxford, Westview Press.

Müntz Eugène, 1900, Le musée de portraits de Paul Jove : contributions pour servir à l’iconographie du Moyen Âge et de la Renaissance, Paris, Imprimerie nationale, 1900.

Nagle Jean, 1998, La civilisation du cœur : histoire du sentiment politique en France, du xiie au xixe siècle, Paris, Fayard.

Perez Stanis, 2003, « Les rides d’Apollon : l’évolution des portraits de Louis XIV », Revue d’histoire moderne et contemporaine, vol. 3, no 50-3, p. 62-95.

Pope-Hennessy John, 1966, The Portrait in the Renaissance, New York, Bollingen Foundation.

Reichler Claude, 1987, L’âge libertin, Paris, Éd. de Minuit.

Ripa Yannick, 1988, « L’histoire du corps, un puzzle en construction », Histoire de l’éducation, vol. 37, no 1, p. 47-54.

Ripa Yannick, 2007, « L’histoire du corps, un puzzle inachevé », Revue historique, no 644, p. 887-898.

Sabatier Gérard, 2010, Le prince et les arts : stratégies figuratives de la monarchie française, de la Renaissance aux Lumières, Seyssel, Champ Vallon.

Sabatier Gérard, 2011, « Un morceau de roi : l’exhibition de la jambe sur les portraits des Bourbons (xviie-xviiie siècle) », dans M. Fantoni (dir.), I gesti del potere, Florence, Le Cariti, p. 155-177.

Zanger Abby E., 1997, Scenes from the Marriage of Louis XIV : Nuptial Fictions and the Making of Absolutist Power, Stanford, Stanford University Press.

Zanger Abby E., 1998, « Lim(b)inal Images : “Betwixt and Between” Louis XIV’s Martial and Marital Bodies », dans Melzer et Norberg 1998, p. 32-63.

Haut de page

Notes

1 Les études médiévales sont en revanche dynamiques, comme en témoignent Le Goff et Truong 2003.

2 Memmi, Guillo et Martin 2009, p. 14.

3 Ripa 1988 et 2007 ; Corbin 2008 ; Memmi, Guillo et Martin 2009 ; la revue des Annales a consacré ses comptes rendus à l’histoire du corps dans son premier numéro de 2010.

4 Mandressi 2009, p. 160.

5 Pour la période moderne, il faut toutefois noter l’initiative, peu suivie d’effet, du colloque international de Tours en 1987 sur « Le corps à la Renaissance » : voir Céard, Fontaine et Margolin 1990. Outre les travaux de Marc Bloch, d’Antoine de Baecque, de Jean Nagle et d’Alexandre Bande sur le cœur du roi, de Stanis Perez, de Naïma Ghermani ou encore – et j’en oublie – de ma modeste contribution au Corps d’une reine, l’historiographie du corps du prince demeure surtout étrangère avec Ernst Kantorowicz, Marie Axton, Sergio Bertelli, Regina Schulte, ou encore d’autres ouvrages tels que : Diehl et Koch 2007 ; Mensch 2009 ; Cascione, Mansueto et Guarino 2007 ; Bertelli 2001 ; Merelman 1992 ; Melzer et Norberg 1998 ; Edelman 1985 ; Kertzer 1988. On peut aussi mentionner le livre, à venir, de Marie-Claude Canova-Green, Faire le roi : l’autre corps de Louis XIII, Paris, Fayard, coll. « Lieux et expressions du pouvoir », 2018.

6 « perche gli conciliava somma gratia il fiore dell’éta, ch’era di ventidue anni, la belleza egregia del corpo, liberalità grandissima, humanità somma con tutti, e notitia piena di molte cose », Guicciardini 1574, Liv. XII, fo 352ro (traduction de l’auteur).

7 Paschal 1560.

8 L’Histoire ecclésiastique, commencée par l’abbé Fleury, reprit ainsi la description posthume de Henri II : « Ce monarque étoit d’une taille haute et bien proportionnée ; il avoit le visage un peu long, le nez droit et relevé, le front grand et ouvert, le regard doux et arrêté, paroissoit très-affable, la couleur brune et un peu vermeille » (Fleury 1750, p. 360).

9 Cicéron 1994, p. 227 : « la dignité, un prestige que quelqu’un a bien acquis et qui mérite le respect, les honneurs et la déférence ».

10 Brantôme 1722, p. 44.

11 Ibid., p. 43.

12 L’adage grec est au cœur d’une importante production en sociologie et en ethnologie : voir notamment Bruchon-Schweitzer 1989.

13 Cicéron 1994, p. 92. Voir Goyet 2009, p. 238.

14 Chastel 1987.

15 Mercier 1785, p. 2-3.

16 Voir toutefois Sabatier 2011, et 2010 p. 324-347.

17 Bande 2009 et Nagle 1998.

18 Brantôme 1722, p. 43.

19 Bertelli 1995 et 2002.

20 Ellenius 1998 ; Alföldi 1970 ; Pope-Hennessy 1966 ; Müntz 1900.

21 Sabatier 2010, p. 324-347.

22 Ibid., p. 331.

23 Zanger 1998.

24 « his own sexual potency to project the strength of his political body », ibid., p. 34 (traduction de l’auteur).

25 Zanger 1997.

26 Reichler 1987.

27 Ibid., p. 126.

28 Florange 1786, p. 277.

29 Ibid., p. 278.

30 Ascham 1868.

31 Jordan 1970, p. 400.

32 Marin 1986. Sabatier (2010, p. 342) reprend également cette idée du pied qui danse en rappelant l’importance de la pratique de la danse dans l’éducation nobiliaire et les usages de la cour.

33 Ménestrier 1682, p. 40.

34 Perez 2003.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvène Édouard, « Le portrait du roi, de la tête aux pieds », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne], Le promeneur de Versailles, mis en ligne le 03 avril 2018, consulté le 20 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/crcv/14785

Haut de page

Auteur

Sylvène Édouard

Sylvène Édouard, docteur et agrégée en histoire, est maître de conférences habilitée à diriger des recherches à l’université Lyon 3 et membre du Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes (LARHRA). Spécialiste de la société des princes de la fin du xve au xvie siècle en Europe. Sylvène Edouard, PhD and associate professor in history, is a senior lecturer, authorized to oversee research at the Université Lyon 3 and is a member of the Laboratoire de Recherche Historique Rhône Alpes (LARHRA). A specialist in Europe’s society of princes of the late fifteenth and sixteenth centuries. Publications: Le corps d’une reine. Histoire singulière d’Élisabeth de Valois (1546-1568), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2009, et Les devoirs du prince, Paris, Garnier, 2015. she has published Le Corps d’une reine. Histoire singulière d’Élisabeth de Valois (1546-1568) (Rennes: PUR, 2009) and Les Devoirs du Prince (Paris: Classiques Garnier, 2015).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals