Navigation – Plan du site

Avignon 1701

Un hommage rendu par le pape Clément XI à la monarchie française au moment de la succession d’Espagne : l’entrée des princes dans la ville d’Avignon en 1701.
Avignon 1701: A Homage to the French Monarchy by Pope Clement XI at the Spanish Succession – The Entry of the Princes Into the City of Avignon in 1701
Jérôme de La Gorce

Résumés

Après avoir quitté leur frère, le duc d’Anjou devenu roi d’Espagne, à Saint-Jean-de-Luz, les ducs de Bourgogne et de Berry bénéficièrent à Avignon d’une entrée solennelle, dont se firent l’écho de nombreuses sources. Registres capitulaires, comptes des consuls assurant le pouvoir municipal, relations imprimées, lettres de voyageurs, correspondances diplomatiques ont été conservés et rappellent l’indépendance de la capitale du Comtat Venaissin à l’égard du royaume de France. Secondé par un vice-légat, le pape Clément XI entendait tirer parti de cette situation pour renforcer son autorité à Avignon. De son côté, Louis XIV ne devait-il pas s’assurer, à la veille de la guerre de la Succession d’Espagne, du soutien du Vatican, de manière à rallier à sa cause le plus grand nombre de puissances européennes ? Au cœur de ces intérêts, le jésuite Bontous, auteur du programme des réjouissances, occupa un rôle capital en privilégiant comme sujet la religion catholique romaine défendue par la maison de Bourbon. Le thème de la révocation de l’édit de Nantes est même plus développé que celui de l’accession de Philippe V sur le trône d’Espagne. En incitant à la création par Pierre Peru d’une statue équestre de Louis XIV terrassant une hydre qui symbolisait le calvinisme, ne s’opposait-il pas à toute contestation de l’autre côté du Rhône, théâtre, l’année suivante, de la révolte des camisards ? La dimension artistique de cette réception princière ne saurait être oubliée : à côté de l’influence de la Rome antique et papale, de l’indéniable originalité des créateurs d’Avignon et de Provence, il convient de mentionner le choix de Jean II Cotelle, les références à la peinture de Le Brun et la musique de Michel Richard Delalande, contribuant à évoquer les fastes de Versailles pour mieux accueillir dans la cité papale les descendants du Roi-Soleil.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Saint-Simon 1983, t. I, p. 866.
  • 2 Ibid., p. 867.
  • 3 Ibid.

1Dans ses Mémoires, Saint-Simon a évoqué le voyage qu’entreprirent les ducs de Bourgogne et de Berry durant les premiers mois de l’année 1701, depuis Saint-Jean-de-Luz, où, le 22 janvier, ils se séparèrent de leur frère, le duc d’Anjou, devenu roi d’Espagne, jusqu’à leur retour auprès de Louis XIV, leur grand-père, au mois d’avril suivant. Malgré « la fâcheuse saison de l’hiver, les provinces qu’ils parcoururent n’oublièrent rien pour les recevoir avec les plus grands honneurs et les fêtes les plus galantes. Le Languedoc s’y distingua, le Dauphiné fit de son mieux1 ». Saint-Simon a également rappelé qu’en Provence « Marseille et Toulon leur donnèrent des spectacles, dont la nouveauté releva pour eux de la magnificence et de la galanterie par tout ce que la marine exécuta2 ». Mais, avant de conclure par Lyon, où « tous ces superbes plaisirs » furent couronnés, il a précisé : « Avignon se piqua de surpasser les villes du Royaume par la réception qu’elle leur fit3. »

  • 4 Malgré de regrettables erreurs dans les références relatives à la bibliographie et aux sources d’ar (...)
  • 5 Nous remercions vivement Madame Jacqueline Gaillard de l’aide qu’elle a bien voulu nous apporter av (...)
  • 6 L’intérêt artistique de ces dessins nécessite une étude particulière que nous envisageons prochaine (...)
  • 7 Sabatier 1996, p. 109-172.

2En dépit de cette remarque, l’accueil réservé aux princes dans la célèbre cité pontificale a encore peu suscité l’intérêt des historiens4. Pourtant, les sources ne manquent pas : outre des registres capitulaires, de précieux comptes et plusieurs « prix-faits », conservés aux Archives départementales du Vaucluse5, il existe des relations imprimées, dont une, officielle et très détaillée, est illustrée d’estampes, mais aussi des lettres de contemporains ayant pris part au voyage, des correspondances diplomatiques, car, tout en étant avec son territoire une entité politique distincte du Comtat Venaissin, Avignon était alors considérée comme la capitale de cet État indépendant du royaume de France. Les projets originaux de Jean II Cotelle pour des décors éphémères ont même été récemment retrouvés6. En raison de l’abondance de la documentation et pour mieux répondre à l’approche adoptée par Gérard Sabatier dans son article consacré à l’entrée qui suivit celle d’Avignon, à Grenoble7, notre étude propose de privilégier ici la portée historique de l’étape qu’effectuèrent lors de leur tour de France les ducs de Bourgogne et de Berry dans la ville papale au moment de l’avènement de leur frère sur le trône d’Espagne.

3On ne saurait aborder ce sujet sans rappeler d’abord le contexte très particulier dans lequel s’inscrivait la fête à laquelle ils prirent part à Avignon. Dès son élection, le 23 novembre 1700, le nouveau pape Clément XI (fig. 1) voulut poursuivre la politique de son prédécesseur, Innocent XII, désormais tournée vers la France, après une longue période favorable depuis Urbain VIII aux Habsbourg.

Fig. 1 : Portrait du pape Clément XI, placé devant la dédicace qui lui est consacrée dans l’ouvrage du père Bontous, L’auguste piété de la royale maison de Bourbon, Paris, collection particulière.

Fig. 1 : Portrait du pape Clément XI, placé devant la dédicace qui lui est consacrée dans l’ouvrage du père Bontous, L’auguste piété de la royale maison de Bourbon, Paris, collection particulière.

© Jérôme de La Gorce

4À ce changement d’attitude, il n’était pas étranger. Quand, connu comme cardinal Gian Francesco Albani, il avait été conseiller d’Innocent XII, il était déjà intervenu personnellement auprès de Charles II d’Espagne pour lui suggérer de céder sa couronne à un héritier de France plutôt qu’à un prince d’Autriche. Ce choix ayant été retenu et consigné dans le testament du monarque espagnol, il ne pouvait après la mort de ce dernier, le 1er novembre 1700, qu’apprécier la reconnaissance à Versailles, le 16 novembre suivant, du duc d’Anjou comme légitime successeur, sous le nom de Philippe V. Devenu souverain pontife une semaine plus tard, il allait profiter du passage des princes dans sa ville d’Avignon pour montrer publiquement son attachement à la famille de Louis XIV et par là son approbation de la désignation récente du roi d’Espagne.

  • 8 Saint-Simon 1983, t. I, p. 786.
  • 9 Rome, Archives secrètes du Vatican, Nunziatura di Francia, vol. 200, fo 586.
  • 10 Ibid., fo 583vo.
  • 11 Ibid., fo 597-597vo.

5Pour l’entrée solennelle qu’il fit donner à Avignon, il put d’abord être redevable de la nomination à Paris, avec l’agrément de Louis XIV, du nonce Filippo Antonio Gualterio, qui était vice-légat dans la cité des papes. Cet archevêque, très acquis à la cause de la France, s’était distingué par son enthousiasme lors de la « déclaration du roi d’Espagne » à Versailles. D’après Saint-Simon, il aurait été le premier avec l’ambassadeur de Venise à « fendre la presse » pour aller témoigner sa « joie au Roi et au nouveau roi, ce qui fut extrêmement remarqué », laissant les « autres ministres étrangers » présents « sous la réserve, assez embarrassés8 ». Le même jour, il s’était empressé de rendre compte au Vatican de cet événement auquel il venait d’assister, le matin même, « en présence de toute la cour9 », et annonçait dans un autre courrier expédié également à Rome « que le nouveau Roi » devait « partir, le premier ou le second du mois prochain », accompagné jusqu’à Fontarabie des deux princes, ses frères, et d’un « grand nombre de noblesse10 ». Le 20 novembre, il précisait qu’à l’occasion du voyage des ducs de Bourgogne et de Berry avec leur frère pour se rendre à la frontière, il était convenu qu’ils feraient également « un petit tour dans le royaume, en passant par le Languedoc, la Provence et par d’autres provinces pour leur retour ». Et il ajoutait : « Dans une telle conjoncture, il est très probable qu’ils arrivent non seulement dans les états du Saint-Siège, mais qu’ils entrent aussi à Avignon et peut-être qu’ils s’y arrêtent quelque jour11 ».

  • 12 Ibid.
  • 13 Ibid., fo 622vo.
  • 14 Ibid., fos 691, 748 et 748vo.
  • 15 Rome, Archives secrètes du Vatican, Nunziatura di Francia, vol. 201, fos 12-12vo et 26.

6Tout en informant le vice-légat du pape en cette ville, Gualterio estimait qu’il était de son devoir d’en rendre compte à Rome, au cas où un « ordre particulier » serait donné à ce sujet12. Le 29, après un entretien avec le marquis de Torcy, secrétaire d’État des Affaires étrangères, il faisait part au nouveau souverain pontife que les princes n’iraient pas seulement dormir à Avignon et qu’ils passeraient encore une nuit dans le Comtat Venaissin, à Cavaillon. À mesure que les nouvelles arriveraient, le vice-légat préparerait « les choses » nécessaires pour « subvenir de manière opportune » aux besoins de la cour, afin qu’elle ne manquât « ni logements, ni ravitaillement, ni sécurité13 ». Aussi, avant même le départ des princes de Versailles, qui fut retardé au 4 décembre, leur séjour à Avignon était-il déjà sérieusement envisagé et, d’après d’autres lettres des 13 et 20 décembre14, puis des 10 et 17 janvier de l’année suivante15, le nonce, par l’intermédiaire du marquis de Torcy, allait tenir au courant Louis XIV des instructions données par Clément XI pour leur réception dans l’État pontifical, le roi étant très attentif aux conditions dans lesquelles se déroulerait leur voyage.

7De son côté, le représentant du pape à Avignon, le vice-légat Sanvitali, échangeait également des courriers avec l’intendant de Provence, Pierre Cardin Le Bret, qui rendait compte à la cour de France de ses intentions et de celles de Clément XI pour préparer l’accueil des princes. Le 12 janvier 1701, Sanvitali, chargé de veiller à leur défraiement et à celui de « toute leur cour », écrivait à ce correspondant :

  • 16 Avignon, bibliothèque Ceccano, ms. 3882, no 8, fo 130-130vo.

Pour ce qui du foin et de l’avoine, nécessaires pour la subsistance de deux mille chevaux qui sont à leur suite, j’ai déjà donné ordre pour qu’il y en eut en abondance et à l’égard du prix, Notre Saint Père ne veut point qu’il y en ait, se chargeant lui-même de tous les frais dans une occasion où il n’a pas de plus grand empressement que de témoigner à ces illustres princes une partie de sa paternelle affection. Je m’estimerai très heureux si je puis donner à mon particulier toutes les marques du profond respect et de la vénération que je dois aux dignes petits-fils de Louis le grand16.

  • 17 D’après la relation du père Bontous 1701, p. 6. Le « Chevalier Mignard » est Pierre II Mignard, né (...)
  • 18 Ibid.
  • 19 Lettre du 26 mars 1701, Paris, Bibliothèque nationale de France, Arts du spectacle, Fonds Rondel, m (...)

8Le vice-légat se préoccupa de leur logement à Cavaillon et à Bollène, où les princes devaient passer, et à Avignon, dans son « Palais apostolique », où il fit réparer et embellir les appartements « sur le modèle de ceux que Monsieur le nonce Gualtery [sic] avait déjà revêtu d’une forme moderne selon le dessein du Chevalier Mignard17 ». Il publia « de bonne heure des ordres » pour pourvoir « à l’abondance des vivres » et « sans se borner aux délices que la province pouvait procurer », il « fit venir d’Italie des présents magnifiques de fruits exquis18 », dont il comptait bien régaler ses invités d’honneur. D’après une lettre de Daniel Larroque, il reçut de Clément XI non moins de 50 000 écus pour les tables qui leur seraient servies en compagnie de tous leurs officiers et défendit « à tous les cabarets » de la ville « de recevoir aucun argent de tout ce qui appartient à la cour19 ».

  • 20 Voir à ce sujet Feuillas 1990, p. 146-147.

9Les désirs de Clément XI et de son vice-légat furent secondés par les consuls et leurs assesseurs représentant un pouvoir municipal fort, soucieux de conserver pour Avignon, sous l’autorité pontificale, son statut de ville royale, les habitants ayant obtenu le privilège d’être reconnus comme « régnicoles ». Il convient à ce propos de rappeler qu’après la visite de Louis XIV en 1660, d’importantes tensions étaient nées entre la population et le palais, conduisant les Avignonnais à se soulever, quatre ans plus tard, contre le pape pour se donner au roi. Ce dernier, lié au traité de Pise qu’il venait de signer avec Alexandre VII, les contraignit cependant, dès le mois de février 1665, à se soumettre à leur souverain légitime20. Depuis ces événements, ils adoptaient une attitude de résignation polie et le rapprochement de la politique du Vatican avec celle de la France au sujet de la succession d’Espagne dut contribuer à apaiser les esprits.

  • 21 Bontous 1701, p. 4.
  • 22 Ibid.

10Dès l’annonce de l’arrivée prochaine des ducs de Bourgogne et de Berry à Avignon, les consuls et leurs assesseurs convoquèrent un conseil extraordinaire, au cours duquel « on résolut tout d’une voix de ne rien oublier pour donner dans cette occasion de nouvelles marques de leur profonde vénération envers le Roy et envers Messeigneurs les Princes, ses petits-fils21 ». Afin de mieux préparer cette entrée, ils désignèrent six nouveaux députés parmi les plus remarquables et décidèrent « que le Conseil de Ville s’assemblerait tous les jours » précédant l’événement tant attendu, afin de « prendre sur chaque projet des mesures d’autant plus justes qu’elles seraient examinées avec plus d’attention et d’assiduité22 ».

  • 23 Avignon, Archives départementales du Vaucluse, CC 296 et 297.
  • 24 Avignon, Archives départementales du Vaucluse, ii 176, fos 573vo-577vo et 617-618vo.

11D’après les livres de comptes qu’ils tinrent23 et les actes notariés qu’ils passèrent24, ils financèrent le renouvellement du pavage des rues, la réparation des chemins que les princes devaient emprunter hors de la ville, tous les décors éphémères érigés en leur honneur, les musiciens et les artificiers appelés à célébrer leur venue, les médailles chargées de commémorer leur séjour dans la cité, la publication illustrée de la relation de leur entrée et l’auteur de cet écrit : le révérend père Bontous.

  • 25 Bontous 1701, p. 5.
  • 26 Ibid., p. 128.

12Ce jésuite, choisi par le recteur du collège de la Compagnie de Jésus à la demande des « magistrats de la ville », joua un rôle essentiel dans la fête qu’on souhaitait organiser. Il en donna le sujet et en prit la direction, permettant ainsi de coordonner les initiatives prises par les consuls et le vice-légat. Selon lui, « on tâcha de répondre à cet honneur avec tout l’empressement que doit inspirer le désir » de « seconder les intentions de Sa Sainteté » et de témoigner sa reconnaissance « aux bienfaits continuels de Messieurs les Consuls », considérés comme « les illustres fondateurs de l’un des plus grands et plus beaux collèges » du royaume : celui des jésuites d’Avignon25. Lors de la visite des princes, ce bâtiment bénéficia d’illuminations exceptionnelles rendant hommage « aux bienfaits de Louis le Grand et de la royale Maison de Bourbon26 ». Bontous en était certainement l’inventeur.

  • 27 Ibid., « Avertissement », non paginé.

13À l’instar du célèbre Claude-François Ménestrier du même ordre religieux, il excellait dans l’art des emblèmes et des devises au service des décorations éphémères et mit tous ses talents dans le programme qu’il élabora pour l’entrée des ducs de Bourgogne et de Berry. Le titre qu’il donna à son « dessein général », L’auguste piété de la royale maison de Bourbon, lui permit de rappeler à la fois « les effets » d’un « zèle héréditaire que les Rois très chrétiens ont toujours fait paraître pour les intérêts du Saint Siège » et « cette affection paternelle » qu’ont accordée les papes à ces « Fils aînés de l’Église ». La « riche matière » qu’un tel sujet « présentait naturellement » l’engagea « à insérer plusieurs faits curieux qui concernent l’Histoire d’Avignon et celle de l’Église de France », afin de montrer « des preuves de cette constante union qui a toujours régné entre l’Empire et le Sacerdoce27 ».

  • 28 Ibid.
  • 29 Voir Mamone 1990, p. 107.

14Tout en remontant jusqu’au « Grand Clovis », il s’attacha « singulièrement à ce qui touche de plus près Messeigneurs les Princes », c’est-à-dire la « Royale Maison de Bourbon, qui a pour tige Saint Louis et qui a commencé à régner dans la personne de Henry Le Grand28 », Henri IV. En 1600, la ville d’Avignon avait rendu hommage à ce dernier souverain lors de l’entrée de Marie de Médicis, organisée par les jésuites de la cité, capables de donner à cette occasion l’une des « réalisations les plus accomplies » de ces manifestations29. Malgré l’absence du destinataire, la fête resta mémorable : publiée l’année suivante sous le titre de Labyrinthe royal de l’Hercule gaulois triomphant, sa relation témoignait déjà d’une attitude très élogieuse à l’égard de la France. Un siècle plus tard, Bontous ne put s’empêcher de la citer à propos des délais de parution de ces descriptions chargées de pérenniser leur portée historique. Tout en étant désireux de s’inscrire dans la voie tracée par ses prédécesseurs, le jésuite entendait bien, dans L’auguste piété de la royale maison de Bourbon, se distinguer de ses contemporains auxquels était confiée une pareille tâche. Après avoir justifié le choix de son sujet, il en vantait « l’unité de dessein » qui s’y trouvait « observée dans toutes les parties de cet Appareil » et remarquait :

Il est assez rare de rencontrer cette unité dans les différentes décorations que l’on doit faire pour s’accommoder aux coutumes de ce temps et des villes où se font ces réceptions solennelles. Ce n’est pas tout de fournir à des arcs de triomphe pour lesquels un auteur doit prendre un dessein qui en demande plus ou moins, selon les endroits où l’on peut les placer.

  • 30 Bontous 1701, « Avertissement », non paginé.

15Bontous ajoutait qu’il fallait « que tout cela eût du rapport et de la liaison avec les arcs de triomphe », ayant « trouvé le moyen de conserver dans les ornements qu’on y a voulu mettre un ordre qui revient à celui de la chronologie » des thèmes développés30.

  • 31 Avignon, Archives départementales du Vaucluse, ii 176, fos 573vo-577vo.
  • 32 À cette date, Jacques Chabert et Pierre Pons reçurent en effet la somme de 166 écus 40 sols. Avigno (...)

16L’ambitieux programme destiné à figurer sur des constructions éphémères fut rapidement élaboré par le père Bontous. Dès le 17 janvier 1701, on arrêta par-devant notaire un « prifaix de la charpente, toile et peinture pour la salle des harangues hors la porte Saint Lazare et arcs triomphaux qui se doivent dressés pour l’Entrée de Nosseigneurs les Princes, le Duc de Bourgogne et de Berri31 ». Cet acte était passé « dans la salle basse de la maison commune » d’Avignon entre « Maîtres Jacques Chabert, sculpteur, et Pierre Pons, menuisier, habitants de cette ville », et d’autre part les consuls François Gaspard de Sade, « gentilhomme de la Chambre du Roy », Jean Baptiste Barbier et Pierre Gollier, assistés de Crespin Bayol, « assesseur de la dite ville » et de « Messieurs les députés du Clergé et Université, et autres » de la cité. Il prévoyait la réalisation successive de ces édifices provisoires « entre ici et le quinzième février prochain » moyennant la somme de 500 écus payables par tiers, et dont le premier versement aurait lieu « au commencement des ouvrages », soit deux jours plus tard, le 19 janvier, d’après les comptes conservés32.

  • 33 Avignon, Archives départementales du Vaucluse, G. 446, fo 81.

17Peu de temps auparavant, le 14 janvier, le chapitre de la cathédrale Notre-Dame-des-Doms s’était réuni pour préparer également « la réception de Messieurs les Princes de France ». Il désigna les sieurs Sicard et Guyon pour dresser un « état de ce qui sera nécessaire de faire pour la décoration de son église », tout en leur demandant déjà de réaliser « les écussons des armes desdits princes pour les arborer à la porte » du sanctuaire « avec celles de notre Saint Père et du Roy33 ». Le 24 janvier suivant, lors d’une nouvelle assemblée, « Messieurs de Tulle, Bernard et Guyon » furent chargés des tâches suivantes :

  • 34 Ce motet, composé sur le psaume 60 par Michel Richard Delalande, aurait été créé vers 1688. Voir Sa (...)
  • 35 Avignon, Archives départementales du Vaucluse, G. 446, fo  81.

Faire les réparations nécessaires aux grands degrés de notre église, tant aux marches qu’à la petite muraille joignant. Plus faire tapisser l’église et prendre conseil de Monsieur Mignard pour faire peindre le portique en détrempe avec les armoiries du Pape et du Roy et de Messeigneurs les Princes qui doivent venir. Plus de prendre soin d’employer tous les meilleurs musiciens de la ville et même de faire venir Monsieur Valentin, d’ordonner aussi de faire chanter l’Exaudi Deus de Lalande34, la première fois qu’ils nous feront l’honneur de venir dans notre église. Finalement, de régler tout ce qui sera nécessaire pour la réception de Messeigneurs les Princes, sans épargner la bourse du chapitre, puisqu’il s’agit de l’honneur de notre église35.

  • 36 Ibid., fo 82.

18Après avoir donné aux chanoines investis de ces ordres « un plein pouvoir » pour les exécuter, le chapitre devait encore, le 4 février, décider « de faire blanchir toute l’argenterie qu’on a coutume de mettre sur l’autel » et tout ce qui se trouvait « contre ledit autel, comme aussi les lampes et généralement toute l’argenterie », « afin que le tout soit en état, lorsque Messieurs les Princes viendront à cette église et la dépense sera payée de l’argent du trésor36 ».

  • 37 Bontous 1701, p. 6.
  • 38 Ibid., p. 7.
  • 39 D’après Saint-Simon 1983, t. I, p. 784.
  • 40 Les dates sont fournies par des nouvelles à la main des 14 et 21 mars 1701, insérées dans la corres (...)
  • 41 Avignon, Archives départementales du Vaucluse, CC 296, p. 59, no 152.

19C’est pendant ces différents préparatifs qu’on apprit à Avignon l’arrivée prochaine des princes à Montpellier. Le vice-légat envoya dans cette ville du Languedoc le commandant Maldachini « pour les inviter de la part » du pape « à honorer ses états de leur présence37 ». De leur côté, après un conseil extraordinaire à l’Hôtel de Ville, le marquis de Sade, premier consul, les marquis de Brissac et de Murs, ainsi que messieurs les chevaliers de Donis et de Castelet, prirent le même chemin et furent introduits « immédiatement » après Maldachini auprès des deux petits-fils du roi afin de les convier également à Avignon de la part du « Corps de ville38 ». Ils appuyèrent leur demande par d’autres lettres qu’ils remirent au maréchal duc de Noailles, qui, ayant remplacé à Saint-Jean-de-Luz le duc de Beauvillier, gouverneur des enfants de France, avait « l’autorité dans tout le voyage sur les princes et les courtisans, et le commandement seul sur les gardes, la troupe, les officiers et la suite39 ». D’après les dates du passage de cet équipage à Montpellier40, les deux entrevues eurent lieu entre le 26 et le 28 février. Les comptes du consulat d’Avignon font état, le 4 mars suivant, d’une dépense de 147 écus 50 sols pour les frais « de bouche, chaise roulante, louage de chevaux et autres » déboursés par « Monsieur le marquis de Sade, premier consul », quand il se rendit « à Montpellier pour saluer les princes41 ».

  • 42 Avignon, bibliothèque Ceccano, ms. 3882, no 7 : Route du Roy d’Espagne qui est parti de Versailles, (...)
  • 43 L’auguste piété de la maison de Bourbon… 1701, p. 2.
  • 44 Bontous 1701, « Avertissement », non paginé.
  • 45 Ibid., p. 8.

20L’arrivée des princes fut plusieurs fois retardée. D’après quatre pages rendant compte de leur voyage, imprimées à Avignon avant leur départ de Saint-Jean-de-Luz, ils devaient parvenir à Cavaillon dès le 28 février avant de demeurer dans la cité papale, les 1er, 2 et 3 mars 170142. Le 7 mars, ce séjour avignonnais allait cependant être annoncé pour le « 24 du mois courant ». Cette date, qui correspondait au jeudi saint, ne fut pas un obstacle à l’organisation de la fête qu’on préparait à grands frais. Pour l’auteur du programme diffusé avant cet événement auprès des futurs spectateurs, son « dessein » ne paraissait « point mal trouvé », étant destiné à une ville « consacrée à la religion », et le fait « que son exécution s’en fasse la semaine sainte » serait « encore heureux43 ». Comme le rapporte plus tard le père Bontous, cette période propice aux « spectacles de piété » convenait en effet parfaitement au sujet qu’il proposait pour l’entrée solennelle44. Le jour du 24 mars n’était cependant pas encore bien fixé. Vers le 13, le vice-légat avait envoyé « Monsieur Lily » à Marseille « pour s’informer plus particulièrement du temps précis de cette arrivée ». Le 20 mars, dimanche des Rameaux, il se rendit à Cavaillon, où il « employa le lundi saint à donner tous les ordres » nécessaires à la réception de leurs invités d’honneur dans cette ville épiscopale du Comtat Venaissin. Le lendemain, 22 mars, il put rencontrer, près de la Durance où il devait les accueillir, le maître de cérémonie de la cour de France, M. Desgranges, afin de préparer leur première entrevue45.

  • 46 Ibid.
  • 47 Duché de Vancy 1830, p. 288 (lettre lxvii, Avignon, le 27 mars – « jour de Pâques » – 1701).
  • 48 Paris, Bibliothèque nationale de France, Manuscrits, ms. Français nouvelles acquisitions 9639, fo 2 (...)

21Venant de Lambesc, les ducs de Bourgogne et de Berry ne tardèrent pas à paraître sur la rivière qu’ils traversèrent à Mallemort dans une barque. Le passage de la Durance, qui marquait au sud d’Avignon la frontière entre la Provence et le Comtat Venaissin, leur procura un spectacle impressionnant. Tandis qu’une « infinité de peuple accouru de tous les environs46 » s’était amassée sur les rives en voiture, à dos de mulet ou à pied, ils virent d’un côté le comte de Grignan, lieutenant du roi en Provence, à la tête d’un régiment de cavalerie, qui était venu prendre congé, et de l’autre le vice-légat, arrivé jusqu’au bord de la Durance pour les accueillir avec plusieurs carrosses tirés par six chevaux. D’après Duché de Vancy, Mgr Sanvitali, originaire d’une riche famille de Parme, ne manquait pas d’allure : c’était un « homme grand et de très belle physionomie47 ». Pour l’accompagner en cette circonstance, il bénéficiait de la garde suisse, « outre l’ordinaire », et d’un « corps de soixante maîtres habillés et montés comme les gendarmes en chevaux légers de la Maison du roi », qu’on appelait « les troupes du Pape ». Le commandant Maldachini en était « le général », car, comme le rapporte Larroque, c’était « là son titre48 ».

  • 49 Louis de France 1759, t. II, p. 218.
  • 50 Abbé Pierre de Morey, « Journal du voyage des ducs de Bourgogne et de Berry », dans Melchior 1900, (...)

22Pour les princes, âgés respectivement de dix-huit et quatorze ans, la situation était nouvelle : jusqu’alors, leur voyage s’était déroulé dans le royaume de leur grand-père. À Marseille, et à Toulon, où ils venaient de passer, « rien », aux yeux du duc de Bourgogne49, ne pouvait mieux marquer « la grandeur du roi » et mériter « d’être vu à loisir » que les galères et les vaisseaux de la flotte du Levant qu’ils avaient admirés et dont ils pouvaient être fiers. En traversant la Durance, ils pénétraient sur une terre étrangère qui appartenait au pape et où ils seraient guidés et pris en charge par son représentant. Le vice-légat profita, du reste, des circonstances pour affirmer son autorité auprès de ses invités. Dès leur arrivée dans le Comtat Venaissin, il commença, d’après l’abbé Pierre de Morey, « à faire le pape magnifique » en tenant « sept tables de vingt couverts chacune » à Cavaillon50, où ils furent logés à l’évêché. Ils y rencontrèrent les députés des trois ordres de l’État pontifical, qui leur offrirent cent soixante médailles d’or, qu’ils avaient fait frapper à leur honneur, où figuraient sur une face les portraits des deux petits-fils de Louis XIV (fig. 2).

Fig. 2 : Louis David (d’après Jean Peru), vignette reproduisant l’une des médailles frappées lors de l’entrée des princes, avec à gauche leurs portraits et à droite, au revers, la ville d’Avignon sous la figure d’une femme auprès d’un obélisque consacré à leur heureuse arrivée, Paris, collection particulière.

Fig. 2 : Louis David (d’après Jean Peru), vignette reproduisant l’une des médailles frappées lors de l’entrée des princes, avec à gauche leurs portraits et à droite, au revers, la ville d’Avignon sous la figure d’une femme auprès d’un obélisque consacré à leur heureuse arrivée, Paris, collection particulière.

© Jérôme de La Gorce

  • 51 Bontous 1701, p. 10.
  • 52 Ibid.

23Le lendemain, 23 mars, les princes partirent pour Avignon : après un repas pris à environ dix kilomètres de Cavaillon, à Caumont, ils gravirent le relief surplombant cette dernière localité par une route qu’on avait améliorée et purent jouir des paysages de la région, accueillis par un important concours de peuple. Bientôt précédés par la compagnie des chevau-légers du pape, ils ne tardèrent pas à découvrir les « murailles d’Avignon, dont ils admirèrent la beauté », considérée par le père Bontous comme étant « sans pareille51 ». Leur arrivée dans le carrosse « du Roy », leur grand-père, fut annoncée « par le son de toutes les cloches de la ville, dont le bruit majestueux ranima la joie publique52 ».

  • 53 Ibid., p. 12.
  • 54 Ibid., p. 11.

24Avant de pénétrer dans la ville, ils s’arrêtèrent près de la porte Saint-Lazare, « près de l’endroit où François 1er avait campé, lorsqu’Avignon se déclarant en sa faveur contre Charles Quint, lui ouvrit ses portes et que ce monarque en déclara les habitants régnicoles53 ». Ce lieu, chargé de signification, avait été choisi pour édifier un premier édifice éphémère, « la salle des harangues », où les princes eurent droit à un hommage officiel de la part du vice-légat et des consuls d’Avignon. Avant de prendre place sous un dais dans deux fauteuils servant de trône, ils assistèrent debout à l’offre qu’ils reçurent du représentant du pape de la cité « dans la personne de ses magistrats qu’il leur présenta54 ». Puis, s’étant assis et couverts, ils écoutèrent M. Bayol, assesseur, qui s’adressa au duc de Bourgogne en ces termes :

  • 55 Ibid.

Monseigneur,
En vous présentant les clefs de cette ville, nous venons vous offrir nos biens, nos personnes et nos cœurs. Nous vous supplions, Monseigneur, de recevoir cet hommage comme une preuve et une protestation solennelle de notre zèle et de notre soumission. La France verra continuer dans votre Royale Personne, et dans celle de votre Auguste Frère, les merveilles de LOUIS LE GRAND, et celle de Monseigneur. Elle nous verra aussi conserver pour les Petits fils de cet invincible Monarque les sentiments de respect, de vénération et d’amour que nous avons toujours eus pour sa Sacrée Personne55.

  • 56 Ibid., p. 22.

25Le décor du pavillon où les deux petits-fils de Louis XIV s’étaient rendus venait compléter cet éloge. La façade (fig. 3) du « magnifique temple », consacré à « la piété de la royale Maison de Bourbon », offrait, entre les huit colonnes de marbre jaspé, réparties de chaque côté de son entrée, « quatre grandes figures d’or d’une taille héroïque », chargées de rappeler la généalogie de cette illustre famille : elles « représentaient Henry le Grand, Louis le Juste, Louis le Grand et Monseigneur le Dauphin, qui semblaient attendre Messeigneurs les Princes pour les introduire dans ce Palais de Gloire ». Vêtues à la romaine et couronnées de lauriers, elles arboraient chacune un sceptre ou un « bâton de commandement semé de fleurs de lys56 ».

Fig. 3 : Louis David (d’après Jean II Cotelle), façade du Temple de la Piété, Paris, collection particulière.

Fig. 3 : Louis David (d’après Jean II Cotelle), façade du Temple de la Piété, Paris, collection particulière.

© Jérôme de La Gorce

  • 57 Ibid., p. 41.
  • 58 Le portrait du pape avait été confié au peintre Taillandier, qui reçut, le 31 mars 1701, la somme d (...)

26Au-dessus d’elles, entre des devises, des médaillons surmontés d’une tiare livraient les profils des papes ayant entretenu d’étroites relations avec les rois de France. Au sommet de l’édifice, on voyait également l’allégorie de la Piété de cette maison, tenant d’une main le portrait de Saint Louis, « qu’elle élevait au ciel57 ». Il convient cependant de remarquer dans ce programme iconographique, qui était encore enrichi de nombreux emblèmes et inscriptions, qu’une place privilégiée était réservée à Clément XI. L’effigie du souverain pontife58 paraissait en effet au milieu de l’élévation architecturale, dans un cartouche porté par des Génies qui incarnaient la Foi, l’Espérance, la Charité et la Religion, et qui en dominaient d’autres occupés à montrer les armes du roi et du Dauphin.

  • 59 À propos de cet artiste, voir Lacroix-Vaubois 1999, p. 503-504.

27L’artiste, sollicité pour mettre en valeur avec tant d’habileté les pensées du père Bontous, n’était pas d’Avignon. Né à Paris en 1646, Jean II Cotelle, connu aussi sous le nom de Cotelle le Jeune59, s’était fait connaître à partir de 1696 comme peintre à Marseille, où il décora la grande salle de l’hôtel de ville, et où il exerça ses talents pour l’Opéra. À Avignon, où il fut appelé à poursuivre son activité, il réalisa un plafond aujourd’hui perdu pour le couvent des Dames de la Miséricorde et s’illustra dans l’entrée des princes en 1701, en étant le principal auteur des constructions provisoires qu’il imagina pour cette fête aux côtés de l’architecte et sculpteur de la cité des papes, Jean Peru.

  • 60 Vederico Raggvaglio dell’arrivo de principi della Casa reale di Francia in Avignone, Rome, 1701, p. (...)
  • 61 Mercure galant, avril 1701, t. II, p. 112-113.

28Des trois édifices pour lesquels il donna des projets, celui du temple de la Piété était le plus somptueux. Cela lui valut d’être qualifié de « fameux » dans la relation publiée dès 1701 à Rome, où il est précisé qu’il était aussi « peintre du roi de France et de son académie » et qu’il sut répondre à l’attente du public, ne pouvant procurer à cette occasion « une œuvre plus accomplie60 ». De son côté, le Mercure galant loua son imagination « fort féconde » et rappela qu’il était l’auteur de « plusieurs tableaux » représentant les bosquets de Versailles, « remplis de fontaines, de figures et d’autres ornements », visibles à « Trianon61 ». Le pavillon « à trois faces », qu’il conçut pour accueillir les ducs de Bourgogne et de Berry à Avignon, ne témoignait pas cependant d’un goût entièrement français. Si la partie inférieure de « la plus grande » s’inscrivait encore dans la tradition des arcs de triomphe élaborés à la gloire de Louis XIV depuis celui de Claude Perrault pour la place du Trône à Paris, son couronnement au-dessus de l’attique puisait en revanche son inspiration dans d’autres sources, notamment dans l’architecture romaine de Borromini. Cette double influence n’était-elle pas judicieuse pour honorer à la fois le pape et la monarchie française ?

  • 62 Bontous 1701, p. 12.
  • 63 Paris, Bibliothèque nationale de France, Arts du spectacle, Fonds Rondel, ms. 21, fo 12.

29Après avoir refusé en quittant ce riche bâtiment les clés de la cité et le magnifique dais de velours bleu aux armes du duc de Bourgogne, orné de franges et de nattes d’or, afin de manifester par ce renoncement leur respect à l’égard de leurs hôtes, les princes assistèrent, quand ils remontèrent dans leur carrosse, à un autre hommage traditionnel, préparé par la population d’Avignon. De la salle des Harangues à la porte Saint-Lazare, ils virent, rangées « en haie », la compagnie de l’Arbalète d’un côté et celle de l’Arc de l’autre. La première, commandée par le marquis de Brante, vêtue à la française, arborant des « écharpes blanches et bleues sur les reins », l’arbalète sur l’épaule, était coiffée de chapeaux « bordés d’argent avec des plumets et des nœuds de rubans fort riches62 », signes réservés, selon Daniel de Larroque, aux villes opulentes63. L’autre, conduite par le marquis d’Orsan, retenait davantage l’attention.

  • 64 Bontous 1701, p. 12.
  • 65 Mercure galant, avril 1701, t. II, p. 57.
  • 66 Duché de Vancy 1830, p. 287 (lettre du 27 mars 1701).
  • 67 Bontous 1701, p. 134. À propos de ce graveur, voir aussi Grivel 2010, p. 366-367.
  • 68 Bontous 1701, p. 12.

30Elle était habillée « à la Turque, avec des robes de couleurs écarlates, bordées d’hermine sur des vestes bleues chamarrées d’or, le turban garni d’aigrettes et de diamants64 ». Armée de sabres et d’arcs dorés, elle portait des carquois remplis de flèches, suspendus « avec un ruban bleu ». D’après le Mercure galant, ces chevaliers « avaient des barbes postiches si bien contrefaites et si adroitement mises, qu’il était aisé de s’y tromper65 ». Duché de Vancy66 et l’estampe, « tirée sur le dessein de Monsieur Bassinet d’Augard67 » pour conserver le souvenir de ces personnages (fig. 4), révèlent cependant le port de moustaches, comme il se doit pour camper des Ottomans. Leur capitaine était accompagné de six grands valets incarnant des sauvages armés de massues et, devant eux, des enfants suivaient un « chameau chargé de bagage militaire68 ». Tout cela répondait davantage à la mise en scène d’une mascarade, divertissement de carnaval par excellence, qu’à une entrée solennelle organisée pendant le carême.

Fig. 4 : Bassinet d’Augard, Chevalier et officier de l’arc, de la compagnie de monsieur le marquis d’Orsan, Paris, collection particulière.

Fig. 4 : Bassinet d’Augard, Chevalier et officier de l’arc, de la compagnie de monsieur le marquis d’Orsan, Paris, collection particulière.

© Jérôme de La Gorce

  • 69 Ibid., p. 13.
  • 70 Avignon, Archives départementales du Vaucluse, CC 296, p. 62, no 168.
  • 71 Bontous 1701, p. 14.

31La présence de ces compagnies d’archers était pourtant justifiée par le père Bontous. Le décor éphémère consacré à la gloire des princes, dont était parée la porte Saint-Lazare, venait en effet rappeler le rôle qu’elles avaient joué dans le passé pour défendre l’unité de l’Église et « les terres du Saint-Siège69 ». Sur cet édifice devenu arc de triomphe, on devait cependant surtout remarquer à son sommet une « Renommée qui semblait voler » au-devant des ducs de Bourgogne et de Berry « pour annoncer au peuple leur arrivée » à Avignon. Réalisée par deux peintres, Albert et Salomon70, elle était couronnée de lys et de laurier, tout en tenant d’une main des palmes et de l’autre une trompette, dont la bannière, « semée de fleurs de lys d’or et de clefs d’argent en sautoir », marquait « l’union de la France avec le Saint Siège71 ».

  • 72 Voir Mamone 1990, p. 118, fig. 124.
  • 73 Bontous 1701, p. 43.

32Ce thème était développé dans l’obélisque que trouvèrent les princes, « au milieu de la rue » qu’ils venaient d’emprunter en pénétrant dans la ville, à la jonction de celle des Enfermières et de celle de la Carreterie, comme on peut l’observer sur un plan datant de 160872. Ce « second monument de gloire, consacré à l’auguste piété de la royale Maison de Bourbon », avait été en effet élevé au-dessus d’un autre pérenne, plus ancien, appelé « vulgairement la Belle croix », où l’on vénérait le souvenir de la dévotion du cardinal de Foix, légat d’Avignon, « l’un des plus illustres ancêtres » d’Henri IV73.

  • 74 Ibid., p. 44.
  • 75 Ibid.

33La nouvelle construction éphémère ne fut pas également choisie au hasard. D’après le père Bontous, « l’Antiquité n’a pas eu de plus illustres monuments que les Obélisques et les Pyramides pour rendre éternelle et vénérable la mémoire des plus grands hommes74 ». Le jésuite ne manque pas de rappeler leur usage par « les Égyptiens, les Grecs et les Romains ». Il cite celui découvert à Rome sous le pape Alexandre VII, et dont les hiéroglyphes avaient donné lieu à « une savante explication » de la part d’un de ses prédécesseurs à Avignon, le jésuite Athanase Kircher. Bontous mentionne aussi l’obélisque qu’on venait de trouver non loin d’Avignon, à Arles, et qui fut aussitôt « consacré à la gloire du roi » de France75. C’est néanmoins à Rome qu’on pouvait en admirer le plus grand nombre, sur les places de la ville vaticane. Celui dressé à Avignon pour l’entrée des princes n’est malheureusement pas connu par l’estampe, mais on sait qu’il était « terminé » par un soleil, rejoignant ainsi le modèle fourni par Charles Le Brun pour le décor du feu d’artifice tiré en 1674 sur le Grand Canal de Versailles, lors des célèbres fêtes chargées de célébrer la seconde conquête de la Franche-Comté.

  • 76 Ibid., p. 46.
  • 77 Ibid., p. 47.

34Toutes ces références ne sauraient être fortuites et servent à mieux comprendre le dessein de Bontous. Dans le double hommage qu’il désirait rendre au pape et au Roi-Soleil, il sut tirer parti des quatre faces de l’obélisque pour y développer sa pensée à travers des inscriptions latines, susceptibles d’évoquer celles de l’Antiquité, gravées dans la pierre afin d’en conserver « éternellement le souvenir76 ». Dès la première, où étaient à la fois rappelées « l’heureuse arrivée des deux Augustes Frères Enfants de France », « la première année du xviiie siècle de l’Ère chrétienne », « la première du pontificat de Clément XI et la cinquante huitième » du « règne de Louis Le Grand », il ne manqua pas d’y ajouter « la première de celui de Philippe V, roi d’Espagne77 ».

  • 78 Ibid., p. 51.
  • 79 Ibid., p. 52.
  • 80 Ibid., p. 55.

35La succession de Charles II figurait encore dans le troisième côté du monument éphémère, où il était fait « allusion à l’admirable alliance de la France et de l’Espagne78 ». En recourant aux animaux symbolisant les deux pays, on pouvait affirmer que le lion d’Espagne, autrefois effrayé par le chant du coq gaulois, se sentait désormais en sûreté auprès de cet oiseau, connu pour sa vigilance et donc capable de « désigner les soins » qu’il serait conduit à prendre « pour les intérêts » de son voisin79. Et Bontous profita d’une devise pour tisser des liens subtils entre Philippe duc de Bourgogne, connu pour avoir institué l’ordre de la Toison d’or, « dont les rois d’Espagne sont les grands maîtres », et le frère de Philippe V, « Monseigneur le duc de Bourgogne », qui lui céda « ses droits sur cette couronne ». Parmi les « oracles » destinés aux princes, Bontous en réservait enfin un à Philippe V : ce souverain devait être protégé par la « Croix de Jérusalem, dont les ducs d’Anjou ont porté le titre, avec une autre de Caravaca, qu’il a dans ses états comme roi d’Espagne80 ».

  • 81 Ibid., p. 58.
  • 82 Mercure galant, avril 1701, t. II, p. 58.
  • 83 Bontous 1701, p. 59.

36Accompagnés de deux corps de milice, appelés troupes de Bourgogne et de Berry pour rendre hommage à leurs invités, les princes continuèrent à Avignon leur chemin au son « des tambours, des fifres, des hautbois et des trompettes81 » dans des « rues tapissées et remplies de monde, ainsi que toutes leurs fenêtres82 ». Non loin de l’obélisque, une fontaine de vin coulait « comme une marque de la joie publique », suscitée par leur arrivée. Elle était « placée à l’entrée de la Carreterie, l’une des plus grandes rues de la ville », au milieu de laquelle était élevé un arc de triomphe « consacré à la piété triomphante d’Henry le grand, qui apporta la couronne de France à la Maison de Bourbon83 » (fig. 5).

Fig. 5 : Louis David (d’après Jean II Cotelle), L’arc de triomphe d’Henry le Grand, Paris, collection particulière.

Fig. 5 : Louis David (d’après Jean II Cotelle), L’arc de triomphe d’Henry le Grand, Paris, collection particulière.

© Jérôme de La Gorce

  • 84 Ibid., p. 61.
  • 85 Ibid., p. 64.

37Proche du couvent des Augustins, ce monument, conçu par Cotelle, livrait en effet dans le tableau de son grand fronton, au milieu de l’attique, l’allégorie de « l’Église de France sous la figure d’une majestueuse Vestale » offrant « un lys à ce pieux monarque ». Qualifié aussi de « héros chrétien » par le père Bontous, Henri IV paraissait ici « vêtu à la romaine et couronné de laurier », côtoyant dans cette peinture la Religion et l’Europe qui « semblaient applaudir à la juste reconnaissance que la France lui témoignait ». N’avait-il pas embrassé « la véritable religion » en provoquant ainsi « la joie des Catholiques français et la consternation du parti protestant84 » ? Encadrée de deux autres toiles réalisées en camaïeu, où étaient rappelées les grandes actions du souverain, cette représentation était surmontée des armes du pape, lesquelles dominaient celles qu’on voyait de chaque côté, au pied de deux pyramides « de marbre vert » : celles de France et de Navarre, réunies par Henri IV, et d’autre part celles du duc de Bourgogne ayant « pour tenants le Génie de Bourgogne et celui de la Bresse dépendante de ce gouvernement », qu’avait ajoutées ce roi à la couronne en incluant le Bugey, lors du traité signé à Lyon en 160185. Plus bas, entre les colonnes, « deux grandes figures d’or », la Valeur et la Clémence, étaient chargées d’exprimer « le double caractère de force et de douceur chrétienne qui firent celui de ce grand monarque ».

  • 86 Ibid., p. 65.

38La structure de cet arc de triomphe, pour lequel « le temps ne permit pas d’achever la décoration de la seconde face86 », n’était guère nouvelle. Comme celle des deux autres constructions comparables, érigées plus loin dans le trajet emprunté par les princes, celui de Louis le Juste, rue Philonardi, et celui de Louis le Grand, devant le palais des Papes, elle est déjà notable lors de l’entrée d’Henri IV à Lyon en 1595. On y retrouve en effet le modèle surmonté de deux pyramides symétriques, terminées par des boules, à côté de celui qui supporte, au-dessus d’une corniche, un attique et des socles, capables d’accueillir d’importants groupes sculptés, appelés à figurer sur les côtés ou au sommet de l’édifice.

  • 87 Ibid., p. 68-69.

39Le monument consacré à « la Piété de Louis le Juste » était l’œuvre de l’architecte Jean Peru (fig. 6). D’ordre composite, il offrait au spectateur quatre colonnes mises en relief par leurs piédestaux et les pilastres qu’elles précédaient. Au-dessus de son ouverture, un grand cadre digne d’un somptueux retable d’église arborait, sous un fronton curviligne paré de Renommées et des armes de France, un tableau où était représenté Louis XIII, agenouillé devant la Vierge et l’Enfant, lui « faisant hommage de son sceptre et de sa couronne87 ».

Fig. 6 : Louis David (d’après Jean Peru), L’arc de triomphe de Louis le Juste, Paris, collection particulière.

Fig. 6 : Louis David (d’après Jean Peru), L’arc de triomphe de Louis le Juste, Paris, collection particulière.

© Jérôme de La Gorce

40Cette peinture ne manquait pas de rappeler le fameux vœu qu’avait rendu officiel ce souverain, le 10 février 1638, en prenant la mère de Dieu pour protectrice de ses États, décision, dont il voulut renouveler la mémoire tous les ans, le 15 août, jour de l’Assomption. L’importance de cet acte n’incitait guère au développement d’autres thèmes. Outre des génies, assis sur des trophées, brandissant de chaque côté les armes des ducs de Bourgogne et de Berry, les portraits de Charlemagne et de Saint Louis, illustres prédécesseurs de Louis XIII dans leurs actes de piété, n’avaient droit qu’à des bustes.

  • 88 Ibid., p. 91-92.
  • 89 Ibid., p. 94 et 96.

41Le parti adopté par Cotelle pour le dernier arc de triomphe (fig. 7) différait par une ornementation beaucoup plus présente et foisonnante, qui envahissait l’ensemble de l’architecture. Ce n’est plus seulement, à l’instar du monument consacré à Henri IV offrant les mêmes dimensions, le recours à des nuées pour mieux glorifier le monarque au sommet de l’édifice. Les festons de fleurs et de fruits, révélateurs du goût de l’artiste, occupaient désormais cette porte triomphale de haut en bas jusqu’aux bases des colonnes « de marbre vert et rouge », dont les chapiteaux adoptaient un « ordre français » en révélant comme principaux motifs « des coqs engagés dans des lauriers88 ». Des éléments végétaux surgissaient également des grands vases d’or, qui encadraient sur la corniche l’empereur Constantin et le « grand Théodose ». Les statues de ces hommes « illustres par leur piété » avaient été choisies pour rendre hommage à Louis XIV représenté dans un grand tableau placé entre eux, surmonté de sa devise, soit un Soleil accompagné des mots « Nec pluribus impar89 ».

Fig. 7 : Louis David (d’après Jean II Cotelle), L’arc de triomphe de Louis le Grand, Paris, collection particulière.

Fig. 7 : Louis David (d’après Jean II Cotelle), L’arc de triomphe de Louis le Grand, Paris, collection particulière.

© Jérôme de La Gorce

  • 90 Ibid., p. 93.
  • 91 Ibid., p. 96.

42Dans la cité des papes, on ne put s’empêcher de célébrer dans cette toile la révocation de l’édit de Nantes. D’après le père Bontous, le roi « y paraissait d’une taille héroïque, élevé sur les monstres de l’Hérésie et de la Discorde, dont la ruine fait le chef-d’œuvre le plus glorieux de son règne et le plus capable de rendre sa mémoire immortelle dans les annales de l’Église ». Cette peinture allégorique était complétée par la figure de la Religion « qui semblait être portée sur des nues », tenant d’une main une couronne qu’elle venait poser « sur la tête de ce pieux monarque90 ». Tandis qu’était évoqué « le zèle » de Louis XIV pour les Églises d’Orient et d’Occident dans les deux bas-reliefs des piédestaux des colonnes, on n’avait pas manqué d’arborer « sur les deux bouts de l’attique » les armes du roi et de Monseigneur le Dauphin, entourées de Génies91.

  • 92 Ibid., p. 97.
  • 93 Ibid., p. 98.

43La seconde face de l’arc de triomphe était consacrée à l’héritier du trône. Pour le père Bontous, ce prince imitait « de si près son auguste père, qu’on ne crût pas devoir placer plus loin les monuments de gloire qui le regardent ». L’adoption d’une même structure que celle utilisée de l’autre côté de l’édifice permet cependant d’expliquer qu’on se dispensât de faire reproduire par l’estampe cet autre décor. D’après le jésuite, les principales différences résidaient dans « le sujet du grand tableau » qui rappelait en haut de cette construction héroïque la « fameuse campagne de Philisbourg92 », où s’était illustré le Dauphin (fig. 8), et dans le choix des deux figures allégoriques qui, « assises au milieu de la corniche », formaient « un regard favorable de part et d’autre avec le portrait de Monseigneur ». Couronnées et vêtues en reines, ces représentations de la France et de l’Espagne « paraissaient par cette situation se réunir en faveur de cet heureux prince », étant liées « par des nœuds formés des chaînes des armes de Navarre qui fait la jonction des deux monarchies93 ». Il s’agissait encore ici d’une allusion à la récente succession d’Espagne.

Fig. 8 : Louis David, vignette représentant la prise de Philisbourg par Monseigneur le Dauphin, Paris, collection particulière.

Fig. 8 : Louis David, vignette représentant la prise de Philisbourg par Monseigneur le Dauphin, Paris, collection particulière.

© Jérôme de La Gorce

  • 94 Ibid., p. 74.
  • 95 L’auguste piété de la maison de Bourbon… 1701, p. 8.
  • 96 Bontous 1701, p. 74.

44Ainsi, en présentant tour à tour les rois Bourbons jusqu’à la nomination de Philippe V, la décoration des arcs de triomphe, annoncée dans celle de la salle des Harangues, répondait par sa cohérence à « l’unité de dessein » recherchée par le père Bontous. Au cours de ce programme, d’autres ouvrages éphémères avaient cependant été introduits afin de conférer plus de variété au trajet emprunté par les princes pour rejoindre le palais des Papes. Avant de parvenir à la place du Change, les ducs de Bourgogne et de Berry trouvèrent des trophées élevés à la gloire de « la royale Maison de Bourbon » pour « les grandes actions » qu’elle avait accomplies en faveur de la religion et de l’État. Ils purent y remarquer les allégories de la Religion et de la Victoire se donnant la main « pour exprimer l’éternelle alliance qu’elles ont conservée dans la Maison de France94 ». D’après la description publiée pendant les préparatifs de la fête, ces figures devaient être « assises à l’abri d’un trophée composé de casques et de cuirasses brisés, de drapeaux, de sceptres remportés », mais aussi « de mitres et de tiares relevées, d’autels redressés95 ». Pour souligner le caractère héroïque de ces représentations, on n’avait pas manqué de recourir à « un palmier qui sert de symbole à la victoire » et à « un cèdre qui passe pour incorruptible et forme un symbole naturel de cette admirable durée du trône français » depuis le « grand Clovis96 ».

  • 97 Mercure galant, avril 1701, t. II, p. 58.
  • 98 Bontous 1701, p. 81.
  • 99 Ibid., p. 77-78.

45Le concert, qu’on avait coutume de donner en pareille circonstance sur un « théâtre » dressé « dans un coin de la place du change97 », suscita davantage d’intérêt. Cet endroit de la ville fut considéré comme « l’un des mieux parés » par « la richesse des tapisseries qu’on y voyait et par la multitude du beau monde qui s’y était ménagé des loges pour avoir le plaisir de ce spectacle ». Après la traversée fort lente de « cinq ou six grandes rues, qui tiennent près d’un quart de lieue », les princes et leur suite y arrivèrent « sur les trois heures » de l’après-midi98. Afin de « continuer le dessein du trophée », le père Bontous eut l’idée d’accorder à « ce théâtre la forme d’un vaisseau par rapport aux victoires que la royale Maison de Bourbon a remportées sur mer en faveur de la religion ». Ce navire, dont la proue s’ornait d’une figure de dauphin, revêtait, selon le jésuite, plusieurs significations. Il représentait d’abord celui de l’Église qui aurait trouvé dans la France « un port assuré ». C’est pourquoi sa poupe accueillait « dans un grand cartouche » les armes du pape Clément XI. Il pouvait ensuite « désigner les pieuses escadres à la faveur desquelles Henry le grand, Louis XIII et Louis le grand ont fait passer tant de zélés missionnaires dans le Canada, dans les îles de la Martinique, dans la Grèce, la Syrie, la Perse et surtout depuis quelque temps à Siam, à la Chine, au Grand Caire, etc. ». Et Bontous d’en conclure qu’en « ce Monument de gloire » se trouvaient réunis les intérêts de l’Église et ceux de la Maison royale99.

  • 100 Ibid., p. 81.
  • 101 D’après le prixfait passé avec les menuisiers Chabert et Pons. Avignon, Archives départementales du (...)
  • 102 D’après L’auguste piété de la maison de Bourbon… 1701, p. 9.
  • 103 Bontous 1701, p. 81.
  • 104 Avignon, Archives départementales du Vaucluse, CC 296, p. 61, no 165.
  • 105 Ibid., p. 66, no 187.

46C’est dans cette « barque », environnée de plusieurs dauphins chargés de la « garantir du naufrage » dans « une mer agitée », qu’un concert fut donné, « formé de tout ce qu’il y avait de meilleures voix et d’instruments de musique à Avignon100 », confortablement installés dans un « amphithéâtre » de menuiserie101. Les paroles de l’œuvre qu’on créa à cette occasion avaient été confiées au père Bontous, « malgré l’embarras de ses prédications102 ». Elles étaient tirées de l’Écriture sainte et leur choix fut « si heureux » qu’elles pouvaient être appliquées « aisément au voyage de Messeigneurs les Princes, à la succession de la Couronne d’Espagne et aux autres favorables conjonctures du temps103 ». Ce motet, dont l’exécution mérita « l’approbation de la cour », était de la composition du « sieur Molina » ou « Molinas », maître de chapelle de l’église Saint-Pierre d’Avignon. Pour sa partition qu’il fit « chanter, le jour de l’arrivée » des princes, Molina fut payé 20 écus104 et bénéficia pour l’interpréter du concours de « Monsieur Julian » et de « la bande de violons de la ville » d’Avignon, dirigée par ce musicien105.

  • 106 Bontous 1701, p. 84.
  • 107 Duhamel 1915, p. 9.
  • 108 Sur le rôle de ce graveur dans l’illustration de la relation du père Bontous, voir Duhamel 1891, p. (...)
  • 109 L’auguste piété de la maison de Bourbon… 1701, p. 3.

47En arrivant devant l’hôtel de ville, les princes eurent droit à une autre surprise : ils virent « une statue équestre de bronze », où le roi, leur grand-père, « était représenté à cheval en habit de héros, vêtu à la romaine, la foudre à la main et en attitude d’écraser tout à fait une hydre qui paraissait déjà terrassée et comme expirante106 ». Considéré par Léopold Duhamel comme le « chef-d’œuvre de l’architecte Peru107 », cet ouvrage éphémère reviendrait plutôt au frère de ce dernier, Pierre, d’après la signature portée sur l’estampe de Louis David (fig. 9)108. Il n’en demeurait pas moins impressionnant : d’une hauteur de 21 pans et demi, soit environ 4,83 mètres, il cherchait à donner l’illusion de « quelque chose de plus solide » qu’une construction de charpente et de toile peinte, susceptible d’être renversée par la violence du vent ou de « quelqu’un de ces orages qui règnent souvent dans ces quartiers109 ».

Fig. 9 : Louis David (d’après Pierre Peru), La statue équestre du roy, Paris, collection particulière.

Fig. 9 : Louis David (d’après Pierre Peru), La statue équestre du roy, Paris, collection particulière.

© Jérôme de La Gorce

  • 110 Avignon, Archives départementales du Vaucluse, CC 296, p. 62, no 170.
  • 111 Ibid., p. 61, no 162. D’après ces comptes (p. 64, no 175), Duchesne avait également été chargé, ave (...)
  • 112 Ibid., p. 62, no 167.
  • 113 Ibid., p. 65, no 179.

48Tout en imitant le bronze doré, il était entièrement réalisé dans « des bois » fournis par Jacques Chabert, « premier sculpteur et menuisier », payé, en incluant les « journées et vacations pour faire ledit ouvrage », la somme de 52 écus 36 sols110. Les comptes attestent également du rôle confié à plusieurs peintres : Pierre Duchesne reçut 34 écus 22 sols 6 deniers « pour avoir bronzé à l’huile la figure équestre du Roy Louis XIV avec l’hydre et son cheval111 » et Salomon fut rémunéré pour en « avoir peint le piédestal112 ». Enfin, « Monsieur le cadet Peru », soit le frère de Jean Peru, Pierre, toucha plus de 92 écus « pour avoir dressé » cette statue monumentale « devant l’hôtel de ville113 ».

49L’œuvre qu’il imagina, créée avec tant de soin, occupa une place particulière dans l’entrée des princes en raison de la rare violence suscitée par le sujet représenté. D’ordinaire, Louis XIV, vêtu à la romaine, ne livre pas, quand il est cavalier, autant d’agressivité. Ici, il brandit d’une main la foudre, comme le ferait un dieu courroucé en la personne de Jupiter, et son visage, encadré d’une chevelure ébouriffée, n’exprime plus une grandeur magnanime, mais une formidable rage destructrice. Son cheval ne se cabre plus avec superbe et élégance, comme on peut le remarquer dans le frontispice du grand carrousel de 1662. Il s’élance désormais dans un mouvement rapide, la crinière flottant au gré de l’air, au-dessus d’un être terrifiant en train d’expirer. Le souverain sur sa monture ne manque pas de rappeler l’acte héroïque accompli par saint Georges pour terrasser le dragon.

  • 114 Abbé Pierre de Morey, dans Melchior 1900, p. 390.
  • 115 Bontous 1701, p. 87.

50Le monstre figuré par l’artiste avec tant de précision dans le détail est cependant une hydre dotée de six têtes, dont deux, lors d’un dernier sursaut, demeurent menaçantes en ouvrant leurs gueules garnies de crocs acérés pour diriger leur langue de serpent et probablement aussi leur venin vers leur agresseur. Cette bête épouvantable, munie de grandes ailes, de pattes de fauves et d’une queue de dragon, envahit presque toute la surface du socle de cette sculpture magistrale et pouvait évoquer, par sa présence et la terreur qu’elle inspirait, un autre animal mythique bien connu des habitants de la région : la redoutable Tarasque qui sortait des eaux du Rhône pour aller dévorer les populations d’alentour. L’animation du cavalier triomphant de l’hydre, considérée par les contemporains comme le « symbole du calvinisme114 », est également notable dans les guerriers de « la victoire de Josué sur les Amalécites », représentés dans le bas-relief de bronze feint, qu’a reproduit Louis David pour orner le piédestal de la statue équestre du roi. Cette scène, choisie avec d’autres comme « emblèmes » pour exalter la piété des rois capables d’anéantir les « ennemis de Dieu », rappelle en outre Le passage du Granique, célèbre tableau de Charles Le Brun, où l’on retrouve, dans des attitudes comparables, des soldats brandissant des glaives, des lances et des drapeaux. Tout en contribuant à l’hommage rendu à Louis XIV, cette allusion à l’art officiel du premier peintre du roi reste cependant bien éloignée du ton adopté pour le groupe sculpté de Peru, qui aurait probablement paru très déplacé à la cour de Versailles. Cela n’empêcha pas les jeunes ducs de Bourgogne et de Berry d’être impressionnés par l’œuvre de Peru. D’après Bontous, ils se découvraient, chaque fois qu’ils passaient devant elle, en signe de respect et pour inciter le « peuple d’Avignon » à suivre leur exemple et à augmenter ainsi la « vénération » qu’il devait observer envers « ce grand monarque115 ».

  • 116 Mercure galant, avril 1701, t. II, p. 103.
  • 117 Avignon, archives départementales du Vaucluse, CC 296, p. 67, no 192.

51Selon le Mercure galant, la statue du roi était « gardée nuit et jour par quatre hommes de la ville, qui n’en laissaient approcher personne pour marquer davantage le respect116 ». Cette mesure justifia en partie la somme de 20 écus, 16 sols et 6 deniers due au concierge Billion117 chargé de veiller sur cette représentation à la fois vénérée et provocante. On peut en effet se demander si tant de précautions pour la protéger n’avaient pas été prises pour écarter d’éventuels protestataires. Si les habitants du Comtat Venaissin étaient attachés à la religion catholique, il en allait différemment non loin d’Avignon, de l’autre côté du Rhône, où de nombreux sujets du roi de France, fidèles à la foi calviniste, auraient pu être alertés par l’élévation sur l’une des principales places de la cité des papes de ce monument à la gloire de la révocation de l’édit de Nantes et de son instigateur.

  • 118 Bontous 1701, p. 101.
  • 119 Ibid., p. 101-102.
  • 120 Ibid., p. 102.
  • 121 Mercure galant, avril 1701, t. II, p. 60-61.

52Après être passés sous l’arc de triomphe où cet événement historique était également illustré, les princes arrivèrent au « Palais archiépiscopal », sur une « grande place », considérée par Bontous comme « l’un des plus beaux endroits de la ville118 ». Bordé de « superbes édifices », dont l’hôtel de la Monnaie, et formant grâce à « sa situation naturelle » une « espèce d’amphithéâtre » entre l’entrée de la résidence papale et la plateforme de la cathédrale, cet espace était occupé par « une multitude prodigieuse de gens ». Protégés de la foule par la garnison italienne dirigée par le commandant Bonaventure, les petits-fils de Louis XIV furent accueillis au son des trompettes, des tambours et d’autres « instruments militaires » par le vice-légat, « qui depuis la porte Saint Lazare […] avait pris les devants pour être en état de faire encore ici les honneurs de cette réception119 ». Il conduisit ses invités « dans les appartements qu’il avait fait préparer avec toute la magnificence et la propreté qui inspire le bon goût qu’on apporte d’Italie et qui répond à la grandeur de sa naissance120 ». D’après le Mercure galant, on voyait dans l’une des salles, « à la place du lit », un dais sous lequel était présenté « un portrait du pape avec une bordure de velours, enrichie de galons d’or et quatre gros nœuds aux quatre coins ». À côté, la chambre destinée au duc de Bourgogne bénéficiait également d’une riche décoration : elle était « tendue d’un damas tout neuf et orné d’un gros galon d’or121 ».

  • 122 Avignon, Archives départementales du Vaucluse, G. 446, fo 86.
  • 123 Bontous 1701, p. 102.
  • 124 Avignon, Archives départementales du Vaucluse, G. 446, fo 85.
  • 125 D’après les recherches de Léopold Duhamel, l’architecte Mignard aurait été sollicité dès le 1er jan (...)
  • 126 Ibid.

53Dans ces appartements, les princes se reposèrent « environ une heure » avant de se rendre à la cathédrale pour assister à l’office des Ténèbres122. Le maître des cérémonies Desgranges et l’aumônier du roi, l’abbé Turgot, qui les accompagnaient dans leur voyage, se préoccupèrent de vérifier « si tout était disposé » dans cette église pour les « recevoir et les placer ». Le sanctuaire était paré « d’un bout à l’autre de tapisseries de soie, dont l’agréable assortiment soutenu d’un grand nombre de lustres et de tableaux exquis faisait un fort bel effet123 ». D’après la relation rédigée par le sieur Sicard, l’un des chanoines du chapitre, « on avait aussi placé dans le fond de l’église, sous un beau dais de velours bleu semé de fleurs de lys d’or, le portrait de Louis le Grand heureusement régnant124 ». Cette représentation procurait ainsi aux invités d’honneur un curieux pendant à celle du pape, qu’ils venaient de voir dans les appartements du palais pontifical. À l’intérieur de l’édifice sacré, ils purent encore remarquer « le fronton du portique » peint en détrempe, capable « de faire encore plus éclater la jauge de cette église » par les armoiries du pape, du roi, du Dauphin et des ducs de Bourgogne et de Berry. Et Sicard ajoutait : « Les chapiteaux, la corniche, les colonnes et les autres ornements de cette architecture étaient entrelacés de buis et d’autres festons si proprement faits suivant le dessein de Monsieur Mignard, architecte du Roy125, qu’ils rendaient ce frontispice fort agréable126 ».

  • 127 Bontous 1701, p. 103.

54Dans ce cadre si bien décoré pour leur rendre hommage, les princes furent honorés d’un très beau « discours » prononcé par le prévôt de la cathédrale, Louis Gabriel de Jarante Cabanes. Il leur rappela qu’en ce lieu consacré à la Vierge Marie « dès les premiers temps de l’Église », beaucoup de monarques depuis Charlemagne étaient venus et l’avaient honoré de leur présence. Le dernier d’entre eux, « Louis le Grand », ne s’était pas contenté d’en conserver « les autels par la destruction de l’Hérésie » : il s’y était rendu, « pendant la solennité de Pâques », « quarante ans » auparavant, et « le Ciel le récompensa par la naissance d’un digne Fils », le Dauphin, lequel, pouvant être considéré comme « le plus heureux de tous les pères », donna « des Princes accomplis pour toutes les Couronnes du monde127 ».

  • 128 Ibid., p. 105.
  • 129 Ibid., p. 107.
  • 130 Archives départementales du Vaucluse, CC 296, p. 58, no 148, et p. 64, no 176.
  • 131 D’après Larroque. Paris, Bibliothèque nationale de France, Manuscrits, ms. Français, nouvelles acqu (...)
  • 132 Bontous 1701, p. 107.

55Les petits-fils de Louis XIV passèrent le reste de la semaine sainte en exercices de dévotion, assistant à la cathédrale et dans d’autres églises d’Avignon à différents offices. Le jeudi saint, ils participèrent à la procession du Saint-Sacrement, « portant un flambeau à la main et marchant d’abord après le dais128 ». Le matin et l’après-midi, ils prirent cependant le temps d’accorder plusieurs audiences aux évêques de la région, à l’Université et aux consuls d’Avignon, ce qui donna l’occasion au premier de ces magistrats de leur présenter « deux soucoupes pleines de médailles d’or129 ». Gravée par Joseph Pommarède130, cette seconde série de pièces « mieux frappées et plus dans le goût des médailles que les autres131 », suscita « sur le champ », de la part du duc de Bourgogne, une distribution de plusieurs d’entre elles à des « personnes de sa cour ». Qualifiées par Bontous de « monument éternel », elles étaient à ses yeux plus durables que les peintures et les arcs de triomphe en permettant de transmettre « jusqu’aux siècles les plus reculés » une « marque du zèle et du sincère respect » de la cité envers les princes132.

  • 133 Paris, Bibliothèque nationale de France, Manuscrits, ms. Français, nouvelles acquisitions 9639, fos(...)
  • 134 Ibid., fo 272vo.

56Parmi les hommages qu’on leur rendit en cette journée, celui du vice-légat retint l’attention de Larroque. Dans sa lettre rédigée le lendemain, ce témoin fit en effet remarquer à propos de cet envoyé du pape qu’il « harangua en Italien », contrairement aux représentants de la ville et de l’Université, qui s’exprimaient en français133. Dans le même courrier, Larroque fournit également une description inattendue de la procession qu’offrirent les six confréries de pénitents d’Avignon, le soir du jeudi saint, sous les fenêtres du palais pontifical, d’où les princes purent les voir : « Il parut peu de dévotion dans ces pénitents-là et cela pouvait plutôt passer pour une mascarade modeste que pour une solennité de religion. Mais vous savez que ce pays se ressent déjà de l’air d’Italie134. »

  • 135 Coirault 1980, p. 17.
  • 136 Bontous 1701, p. 111.

57Larroque, « ci-devant huguenot et ancien pamphlétaire135 », exagère-t-il de tenir de tels propos ? D’après le père Bontous, les religieux, réunis selon « la coutume » d’Avignon pour procurer « un spectacle propre à ce jour-là », formaient avec leurs cierges, leurs flambeaux et « plusieurs grands fanaux » à la main, « une espèce d’illumination ambulante, laquelle montait et descendait successivement depuis le grand escalier » du « Palais Apostolique » jusqu’à la plateforme de la cathédrale et « de là, se repliant vers le petit Palais, venait disparaître devant l’Hôtel de la Monnaie ». Vêtus humblement de robes de toile grossière, ces pénitents touchèrent les princes par leur « modestie très édifiante et d’autant plus admirable qu’elle ne fut dérangée en rien par la multitude », car ils étaient « environ deux mille136 ». Le terme « mascarade », utilisé par Larroque, paraît donc bien inapproprié et tend à vider cette manifestation de sa spiritualité.

58Pendant les journées précédant celle de Pâques, les princes surent impressionner le public par leur piété, comme le rapporte le témoignage d’un contemporain publié dans le Mercure galant :

  • 137 Mercure galant, avril 1701, t. II, p. 76.

il faut se récrier sur la modestie et sur la haute piété qu’ils ont toujours fait paraître. Jamais chose plus agréable et plus capable de confondre les libertins que de voir les Princes, qui en premier lieu, n’ont point voulu entendre la musique et qui en second lieu, n’ont jamais paru qu’avec un livre de prières à la main, sans tourner la tête ni paraître distraits. Rien de plus touchant que de les voir, le jeudi saint, avec leurs flambeaux à la main, à la procession du Saint Sacrement, de leur voir adorer la Croix, le vendredi saint, et de voir la manière édifiante dont ils ont communié137.

  • 138 Lettres du duc de Bourgogne, datées des 24, 26 et 27 mars 1701, dans Melchior 1900, p. 112-113.

59Leur ferveur dut en outre redoubler, quand le duc de Bourgogne apprit, le jeudi saint, que Monseigneur venait d’être « frappé d’une apoplexie de sang ». Malgré les soins dispensés à l’héritier du trône, cette nouvelle bouleversa suffisamment les princes pour les inciter à intensifier leurs prières. Heureusement, deux jours plus tard, le 26 mars, ils furent rassurés de savoir, à propos de leur père, qu’il était remis de son attaque et qu’il se portait « bien ». Dans la lettre adressée au duc de Beauvillier, le duc de Bourgogne faisait part à son correspondant de son soulagement en ces termes : « Je sens visiblement que Dieu me fait tous les jours de nouvelles grâces et tâche d’en profiter le mieux qu’il m’est possible138. »

  • 139 Avignon, Archives départementales du Vaucluse, G. 446, fo 85.
  • 140 Bontous 1701, p. 113.
  • 141 Ibid., p. 113-114.
  • 142 Ibid., p. 126.

60Le samedi saint correspondant à la fin du deuil de l’Église, l’intérieur de la cathédrale se présenta enfin sous un nouvel aspect pour les princes. Alors qu’une « chapelle de velours noir avec des nattes d’or » avait été érigée comme d’autres parées de la même étoffe pour la messe du vendredi saint139, « l’autel d’argent de cette métropolitaine » parut, le lendemain, « chargé de toutes ses richesses qui forment un trésor considérable en bustes, en chasses de saintes et en meubles sacrés140 ». Après un autre office aux Célestins, « magnifique monastère de fondation royale », où « ils virent une partie de la véritable Croix de Notre Seigneur »141, les deux jeunes ducs furent conviés, après leur souper au palais des Papes, à voir de leurs appartements un feu d’artifice, dont « la machine » avait été dressée « sur la plateforme de l’église Saint Pierre142 ».

  • 143 D’après L’auguste piété de la maison de Bourbon… 1701, p. 16.
  • 144 Avignon, Archives départementales du Vaucluse, CC 296, p. 61, no 164.
  • 145 Ibid., p. 62, no 166.
  • 146 Ibid., p. 68, no 194.
  • 147 Bontous 1701, p. 126.
  • 148 Bontous 1701, p. 115.
  • 149 Mercure galant, avril 1701, t. II, p. 71.
  • 150 Louis de France 1759, t. II, p. 218.

61Ce divertissement, dont le sujet était « le Temple de l’Impiété démoli par le zèle des rois de la Maison de Bourbon143 », fut entièrement financé par les consuls. Outre 30 écus destinés à Chabert et à Pons pour le « boisage » nécessaire au décor144, les artificiers Germain et Bres touchèrent 289 écus 10 sols145, sans compter les 25 écus 46 sols 6 deniers auxquels revint le « paiement de trente caisses des ais fournis pour les fusées et girandes146 », appelées « par leur grand nombre » à faire « paraître tout l’air en feu » et à former « par leur figure » des « arcs de lumière147 ». Ce spectacle, où l’on devait assister, sur les quatre « faces » de l’édifice éphémère, à la destruction des « sources de l’Impiété, l’Idolâtrie, l’Infidélité, l’Hérésie et le Libertinage148 », ne recueillit cependant pas le succès escompté, car, relate le Mercure galant, « la pluie » en « diminua la beauté149 ». Dans son journal de voyage, publié plus tard, en 1759150, le duc de Bourgogne ne le mentionne du reste pas, ce qui semble prouver qu’il ne lui laissa aucun souvenir, alors qu’il était plutôt friand de spectacles pyrotechniques.

  • 151 Bontous confond ici Simone Martini et son aide, Lippo Memmi. Il s’agit en effet d’un tableau aujour (...)
  • 152 Bontous 1701, p. 127.

62Le lendemain, dimanche de Pâques, après plusieurs jours de mauvais temps, les princes, qui continuaient à se rendre avec assiduité à la cathédrale, purent, grâce à une éclaircie, en sortir par la grande porte. Le « peuple » eut ainsi « le plaisir de les voir commodément sur le perron » de l’église et la « cour » d’admirer, selon Bontous, « trois choses dignes de son attention » : le décor du « vestibule et du frontispice », la représentation de saint Georges à cheval, « chef-d’œuvre du célèbre Simon Memmy151 », et la « belle vue » se prolongeant de l’autre côté du Rhône jusqu’à Villeneuve et la citadelle Saint-André, « située sur les agréables coteaux du Languedoc152 ».

  • 153 Avignon, Archives départementales du Vaucluse, G. 446, fo 90.

63Une large partie du public put également remarquer à cette occasion, dans le carrosse cédé par Louis XIV à ses petits-fils, tant à leur arrivée qu’à leur départ de Notre-Dame des Doms, la présence du vice-légat, « à la place la plus honorable après eux153 ». Cet honneur fut la cause d’un « petit incident », dont Larroque se plut à rendre compte en ce jour de Pâques. Selon ce témoignage, Sanvitali aurait exprimé dès le 26 mars, soit la veille, le souhait d’aller dans la voiture des princes, autorisation aussitôt accordée pour lui permettre de les accompagner en ce samedi saint aux Célestins où ils devaient se rendre à complies. On apprit cependant « qu’il formait des difficultés sur le cérémonial et qu’enfin, il voulait en cette occasion avoir le pas sur Monsieur le duc de Noailles ». Et Larroque d’ajouter :

  • 154 Paris, Bibliothèque nationale de France, Manuscrits, ms. Français, nouvelles acquisitions 9636, fos(...)

On lui fit voir la vanité de ses prétentions et que de plus, il était nécessaire à lui de ne pas rendre dans un lieu où il commandait un honneur qu’il semblait devoir en tous lieux à un premier officier de la Couronne. S’apercevant apparemment que jusque là, les batteries n’étaient pas assez fortes pour en démonter de si bien appuyées, il allégua qu’ayant l’honneur d’être admis tout récemment à l’audience des princes en qualité de nonce, il ne pouvait pas céder le rang que lui donnait cette dignité. On lui a répondu à cela qu’à la vérité, il avait été autorisé à en faire la fonction en présentant les deux brefs du pape, mais que ce caractère avait cessé avec la fin de son audience. Comme il ne se rendit point à toutes ces raisons, il demeura chez lui et ne vint point aux Célestins154.

  • 155 Ibid., fo 275.

64Un déjeuner organisé le lendemain au palais des Papes vint heureusement apaiser les tensions. Le maréchal-duc de Noailles, convié par le prélat, le quitta après ce repas « pour s’en aller devant » à la cathédrale afin de laisser le vice-légat s’y rendre « dans le carrosse des princes qui était précédé » de ceux qu’occupait leur suite155.

  • 156 Bontous 1701, p. 133-134.
  • 157 Ibid., p. 135-136.
  • 158 Abbé Pierre de Morey, dans Melchior 1900, p. 391-392.

65L’incident diplomatique qu’aucune autre source ne relate ne troubla pas leur départ du Comtat Venaissin. Dès le matin du lundi de Pâques, ils quittèrent Avignon où un dernier hommage leur fut rendu à la porte Saint-Michel par les deux compagnies d’archers et une partie de la garnison italienne156. Avant de gagner le Dauphiné et de retourner dans le royaume, le vice-légat leur offrit encore l’hospitalité à Caderousse et à Bollène « avec une magnificence extraordinaire », comme il l’avait fait à Avignon en tenant « matin et soir, jusqu’à douze tables de vingt couverts chacune, qui furent toujours servies avec autant de délicatesse que d’abondance157 ». Le mercredi 30 mars, quand il prit congé de ses invités, le duc de Bourgogne, après avoir donné 300 pistoles à ses domestiques, aux tambours et à ses gardes, « lui marqua être sensible à ses manières nobles, généreuses et attentives ». Il lui aurait même parlé « comme s’il était déjà nonce en France », lui faisant ainsi « naître de grandes espérances158 ».

  • 159 Ibid., p. 390-391.

66Considérée par Pierre de Morey, en raison de sa « magnificence », comme « au-dessus » de celles organisées en l’honneur des ducs de Bourgogne et de Berry, cette réception fut sans conteste l’une des plus réussies dont ils bénéficièrent pendant leur voyage. D’après ce contemporain, le vice-légat sut à cette occasion répondre et bien exécuter « les grandes vues de son maître » en se montrant « le plus attentif pour les choses essentielles, le plus circonspect pour celles des cérémonies et le plus exact courtisan de Messieurs les princes159 ». D’autres réactions témoignent de cette satisfaction dans les courriers diplomatiques. Le 2 avril 1701, l’ambassadeur de France à Rome, Toussaint de Forbin, cardinal de Janson, relatait :

  • 160 La Courneuve, Archives du ministère des Affaires étrangères et européennes, CP Rome 418, fo 303vo.

Le pape m’a montré la relation que le vice-légat d’Avignon lui a envoyée des honneurs qui ont été rendus à Monsieur le duc de Bourgogne et à Monsieur le duc de Berry à leur passage dans ladite ville. Il m’a témoigné de la joie et de la satisfaction de ce que nos Princes ont paru être contents. Je crois que Votre Majesté sera bien aise que je fasse connaître à Sa Sainteté qu’elle lui en sait bon gré, d’autant qu’elle avait donné des ordres fort précis pour cela et qu’elle en a fait la dépense160.

67Dès le 8 avril, Louis XIV fit répondre à cette lettre en ces termes :

  • 161 Ibid., fo 259vo.

La réception, que le vice-légat d’Avignon a faite aux ducs de Bourgogne et de Berry en consignant des ordres qu’il en avait reçus du Pape, a marqué particulièrement l’attention de Sa Sainteté à ce qui me regarde qu’il ne me suffit pas que vous lui fassiez connaître de ma part combien j’y suis sensible. Je lui écris encore pour le remercier et vous lui rendrez la lettre de ma main que je vous adresse161.

  • 162 Rome, Archives secrètes du Vatican, Nunziatura di Francia, vol. 201, fo 774.
  • 163 Bontous 1701, p. 136.
  • 164 Avignon, Archives départementales du Vaucluse, CC 297, fo 22, no 147.

68Le 8 mai suivant, le nonce Gualterio devait de son côté annoncer au pape l’envoi de plusieurs récompenses. Le marquis de Torcy venait de lui montrer « un bijou orné de beaucoup de diamants de grande valeur et d’autre part, le portrait du roi, destiné à Monsieur le vice-légat d’Avignon, en récompense des peines et des soins qu’il avait pris pour recevoir les princes à Avignon » et afin de « témoigner l’estime » du souverain pour sa personne. Un autre présent comparable, « mais plus petit et de moindre valeur », serait également « donné au Commandeur Maldachini, qui était allé complimenter et inviter au nom du pape les princes à Montpellier162 ». Ces cadeaux sont mentionnés par Bontous dans la relation publiée à Avignon par le marchand libraire François Sébastien Offray163, et plusieurs exemplaires de ce livre furent « envoyés à Monseigneur Gualterio, nonce ordinaire en France164 ».

  • 165 Rome, Archives secrètes du Vatican, Nunziatura di Francia, vol. 202, fo 206vo.

69Toutes ces initiatives ne sauraient être seulement considérées comme des gestes de politesse : avec la réception des princes à Avignon, à laquelle elles succédaient, elles continuaient de servir les intérêts respectifs du pape et du roi de France. Pour Louis XIV, n’était-il pas essentiel de bénéficier à la veille de la guerre de la Succession d’Espagne du soutien du souverain pontife, susceptible de contribuer au ralliement le plus large des puissances européennes à sa cause ? De son côté, Clément XI chercha à profiter de cette situation pour renforcer son autorité à Avignon, où les tensions avec la population et le pouvoir municipal n’avaient pas complètement disparu. Dans un courrier qu’il adressa le 8 août 1701 au Vatican, le nonce Gualterio n’allait pas manquer de rappeler, à propos du « péage du sel d’Avignon », que « finalement, les habitants » de « cette ville et du Comtat Venaissin » voulaient « être traités pour toutes choses en qualité de Régnicoles » et jouir « à ce titre de privilèges et d’exemptions très importantes165 ».

  • 166 Sabatier 2007, p. 65-98.
  • 167 Abbé Pierre de Morey, dans Melchior 1900, p. 389.

70Afin de gagner la confiance et le cœur des Avignonnais, le vice-légat ne ménagea pas ses efforts lorsqu’il reçut les princes, suscitant même de vives réactions. Tandis qu’une « guerre des portraits », pour reprendre ici l’expression de Gérard Sabatier166, était livrée par les magistrats de la ville en diffusant pour l’éternité des médailles privées de toute référence pontificale, l’attitude de Sanvitali fut si ostentatoire qu’elle laissa croire à l’abbé de Morey et probablement à bien d’autres spectateurs qu’il « avait fait élever dans Avignon trois arcs de triomphe167 » en l’honneur des ducs de Bourgogne et de Berry. On sait également qu’elle ne fut guère appréciée de David de Larroque, ancien huguenot ayant pu conserver quelque ressentiment à l’égard de la papauté et des membres du clergé.

  • 168 Le père Bontous reçut en effet, le 23 juin 1701, 86 écus « pour ses peines et vacation prises, tant (...)
  • 169 Duché de Vancy 1830, p. 288 (lettre du 27 mars 1701).

71Ce contexte permet de mieux comprendre la démarche du père Bontous. En bon jésuite, cet ecclésiastique, sollicité et même payé par le consulat d’Avignon168, s’efforça de ménager les susceptibilités du pape, auquel il rendait hommage par une dédicace dans sa relation, et celles des représentants de la ville. Usant de toute son érudition, il ne se priva pas d’aborder les sujets susceptibles de recueillir l’approbation de ces protecteurs. Il vanta la beauté des murailles et de plusieurs édifices d’Avignon, mais aussi sa situation géographique et la valeur de certaines œuvres d’art. À ce propos, il serait inexact de croire que l’opinion de Bontous était partagée par tous ses contemporains. Dans une de ses lettres, Duché de Vancy jugea notamment le palais du vice-légat « fort laid au dehors », tout en le trouvant « très logeable au-dedans » et, s’il concéda à la cité des papes « plusieurs belles maisons de particuliers », il la considéra « en général » comme « fort laide », étant à ses yeux construite d’habitations « d’une structure antique169 ».

72Dans sa relation détaillée, le père Bontous accorda beaucoup plus d’importance à un autre thème capable de contenter le pape et le roi de France : la religion catholique romaine et sa défense par la maison de Bourbon. Il est même significatif de remarquer, dans le programme iconographique développé sur les décors éphémères, que la révocation de l’édit de Nantes occupe une place privilégiée par rapport à l’avènement, pourtant plus récent, de Philippe V sur le trône d’Espagne. La statue équestre de Louis XIV érigée devant l’hôtel de ville l’atteste d’une manière à la fois spectaculaire et provocante. Fut-elle, du reste, créée pour dissuader toute contestation de l’autre côté du Rhône, où l’on allait assister, l’année suivante, à la révolte des camisards ?

  • 170 Feuillas 1990, p. 147.

73La réception des princes retient enfin l’attention par sa dimension artistique. Pour conclure son article consacré à Avignon dans le Dictionnaire du Grand Siècle, Michel Feuillas a écrit à ce propos : « Tandis que s’éteignaient les feux de la Rome baroque, la splendeur des lys rayonnait sur la cité170. » La formule est belle et séduisante, mais mériterait d’être nuancée. Il est certain qu’avec le choix de Jean II Cotelle et les références à la peinture de Charles Le Brun ou à un grand motet de Michel Richard Delalande, les fastes de Versailles semblent s’être transportés pour accueillir dans la cité pontificale les petits-fils du Roi-Soleil. D’autres détails permettent cependant de constater l’influence de la Rome antique et papale, à côté d’une indéniable originalité, propre à l’activité créatrice d’Avignon et de sa proche région, la Provence. Cette dernière observation perce notamment dans la statue équestre de Pierre Peru, animée d’une rare violence, dont seule l’œuvre de Pierre Puget pourrait soutenir la comparaison.

74Pour toutes ces considérations, politiques, religieuses, artistiques, l’entrée des ducs de Bourgogne et de Berry à Avignon paraît donc bien exceptionnelle parmi toutes celles qu’on organisa à l’occasion de leur voyage en 1701.

Haut de page

Bibliographie

Sources imprimées

Bontous père Jacques Joseph, 1701, L’auguste piété de la royale maison de Bourbon, sujet de l’appareil fait à Avignon pour la réception de Monseigneur le duc de Bourgogne et de Monseigneur le duc de Berry durant le consulat de M. le marquis de Sade, de M. J. B. Barbier, de M. P. Gollier et de M. C. Bayol assesseur, Avignon, F.-S. Offray.

L’auguste piété de la maison de Bourbon, sujet des préparatifs faits par la ville d’Avignon pour l’entrée triomphante de Monseigneur le duc de Bourgogne et de Monseigneur le duc de Berry, 1701, Avignon, J.-C. Chastanier.

Louis de France, 1759, « Journal de Feu Monseigneur Louis, duc de Bourgogne », dans Curiosités historiques, ou Recueil de pièces utiles à l’histoire de France et qui n’ont jamais paru, Amsterdam, 2 vol.

Melchior Eugène, marquis de Vogüé, 1900, Le duc de Bourgogne et le duc de Beauvillier : lettres inédites (1700-1708), Paris, Plon.

Saint-Simon Louis de Rouvroy, duc de, 1983, Mémoires, t. I : 1691-1701. Additions au Journal de Dangeau, éd. Yves Coirault, Paris, Gallimard.

Études

Chastel André, 1982, L’art italien, Paris, Flammarion.

Coirault Yves, 1980, « Le tour de France des ducs de Bourgogne et de Berry, d’après quelques lettres et relations du temps (décembre 1700-avril 1701) », dans La découverte de la France au xviie siècle, actes du 9e colloque de Marseille (Centre méridional des rencontres sur le xviie siècle, 25-29 janvier 1979), Paris, Éd. du CNRS.

Duché de Vancy Joseph-François, 1830, Lettres inédites, éd. Colin et Raynaud, Paris, Lacroix-Marseille, Camoin & Anfonce.

Duhamel Léopold, 1891, L’œuvre de Louis David, graveur à Avignon (1667-1718), Paris, A. Picard.

Duhamel Léopold, 1915, « Avignon au xviiie siècle : réjouissances publiques », dans Annuaire administratif, historique et statistique de Vaucluse.

Feuillas Michel, 1990, « Avignon », dans F. Bluche (dir.), Dictionnaire du Grand Siècle, Paris, Fayard, p. 146-147.

Grivel Marianne, 2010, « Le pays dont le prince était graveur », dans P. Fuhring, B. Brejon de Lavergnée, M. Grivel et al. (dir.), L’estampe au Grand Siècle, Paris, École nationale des chartes / Bibliothèque nationale de France, p. 366-367.

Lacroix-Vaubois Jacqueline de, 1999, article sur Jean II Cotelle, connu aussi sous le nom de Cotelle le jeune, dans Allgemeines Künstler-Lexikon, Berlin, De Gruyter, vol. 21.

Mamone Sara, 1990, Paris et Florence : deux capitales du spectacle pour une reine, Marie de Médicis, Paris, Éd. du Seuil.

Sabatier Gérard, 1996, « Solis avis specimen : entrées et séjours des ducs de Bourgogne et de Berry en Dauphiné (avril 1701) », dans R. Favier (dir.), Terres et hommes du Sud-Est sous l’Ancien Régime : mélanges offerts à Bernard Bonnin, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, p. 109-172.

Sabatier Gérard, 2007, « Vacva melior nvnc regnet in avla : la guerre des médailles entre Philippe V de Bourbon et Charles III de Habsbourg pendant la guerre de Succession d’Espagne (1700-1711) », dans A. Álvarez-Ossorio, B. J. García García et V. León (dir.), La pérdida de Europa : la guerra de Sucesión por la monarquía de España, Madrid, Fundación Carlos de Amberes, p. 65-98.

Sawkins Lionel, 2005, A Thematic Catalogue of the Works of Michel-Richard de Lalande (1657-1726), Oxford, Oxford University Press.

Spagnolo-Stiff Anne, 1996, Die « Entrée solennelle » : Festarchitektur im französischen Königtum (1700-1750), Weimar, Verlag und Datenbank für Geisteswissenschaften.

Haut de page

Notes

1 Saint-Simon 1983, t. I, p. 866.

2 Ibid., p. 867.

3 Ibid.

4 Malgré de regrettables erreurs dans les références relatives à la bibliographie et aux sources d’archives, l’étude la plus complète, jusqu’à ce jour, a été publiée en langue allemande par Spagnolo-Stiff 1996, p. 168-205.

5 Nous remercions vivement Madame Jacqueline Gaillard de l’aide qu’elle a bien voulu nous apporter avec les conservateurs des Archives départementales du Vaucluse pour la consultation de documents conservés dans ce précieux fonds.

6 L’intérêt artistique de ces dessins nécessite une étude particulière que nous envisageons prochainement de publier.

7 Sabatier 1996, p. 109-172.

8 Saint-Simon 1983, t. I, p. 786.

9 Rome, Archives secrètes du Vatican, Nunziatura di Francia, vol. 200, fo 586.

10 Ibid., fo 583vo.

11 Ibid., fo 597-597vo.

12 Ibid.

13 Ibid., fo 622vo.

14 Ibid., fos 691, 748 et 748vo.

15 Rome, Archives secrètes du Vatican, Nunziatura di Francia, vol. 201, fos 12-12vo et 26.

16 Avignon, bibliothèque Ceccano, ms. 3882, no 8, fo 130-130vo.

17 D’après la relation du père Bontous 1701, p. 6. Le « Chevalier Mignard » est Pierre II Mignard, né en 1640 à Avignon et mort dans cette ville en 1725.

18 Ibid.

19 Lettre du 26 mars 1701, Paris, Bibliothèque nationale de France, Arts du spectacle, Fonds Rondel, ms. 21, fo 15.

20 Voir à ce sujet Feuillas 1990, p. 146-147.

21 Bontous 1701, p. 4.

22 Ibid.

23 Avignon, Archives départementales du Vaucluse, CC 296 et 297.

24 Avignon, Archives départementales du Vaucluse, ii 176, fos 573vo-577vo et 617-618vo.

25 Bontous 1701, p. 5.

26 Ibid., p. 128.

27 Ibid., « Avertissement », non paginé.

28 Ibid.

29 Voir Mamone 1990, p. 107.

30 Bontous 1701, « Avertissement », non paginé.

31 Avignon, Archives départementales du Vaucluse, ii 176, fos 573vo-577vo.

32 À cette date, Jacques Chabert et Pierre Pons reçurent en effet la somme de 166 écus 40 sols. Avignon, Archives départementales du Vaucluse, CC 296, p. 53, no 126.

33 Avignon, Archives départementales du Vaucluse, G. 446, fo 81.

34 Ce motet, composé sur le psaume 60 par Michel Richard Delalande, aurait été créé vers 1688. Voir Sawkins 2005, p. 152, S 24.

35 Avignon, Archives départementales du Vaucluse, G. 446, fo  81.

36 Ibid., fo 82.

37 Bontous 1701, p. 6.

38 Ibid., p. 7.

39 D’après Saint-Simon 1983, t. I, p. 784.

40 Les dates sont fournies par des nouvelles à la main des 14 et 21 mars 1701, insérées dans la correspondance du nonce. Voir Archives secrètes du Vatican, vol. 201, fos 419 et 456.

41 Avignon, Archives départementales du Vaucluse, CC 296, p. 59, no 152.

42 Avignon, bibliothèque Ceccano, ms. 3882, no 7 : Route du Roy d’Espagne qui est parti de Versailles, le 4 décembre 1700. Avec la route du retour de Messeigneurs les Princes partant de S. Jean de Luz, le 17 janvier 1701, Avignon, p. 2.

43 L’auguste piété de la maison de Bourbon… 1701, p. 2.

44 Bontous 1701, « Avertissement », non paginé.

45 Ibid., p. 8.

46 Ibid.

47 Duché de Vancy 1830, p. 288 (lettre lxvii, Avignon, le 27 mars – « jour de Pâques » – 1701).

48 Paris, Bibliothèque nationale de France, Manuscrits, ms. Français nouvelles acquisitions 9639, fo 273.

49 Louis de France 1759, t. II, p. 218.

50 Abbé Pierre de Morey, « Journal du voyage des ducs de Bourgogne et de Berry », dans Melchior 1900, p. 385.

51 Bontous 1701, p. 10.

52 Ibid.

53 Ibid., p. 12.

54 Ibid., p. 11.

55 Ibid.

56 Ibid., p. 22.

57 Ibid., p. 41.

58 Le portrait du pape avait été confié au peintre Taillandier, qui reçut, le 31 mars 1701, la somme de 4 écus 23 sols pour l’avoir exécuté, « mis et posé au dessus de la salle des harangues ». Avignon, Archives départementales du Vaucluse, CC 296, p. 62, no 169.

59 À propos de cet artiste, voir Lacroix-Vaubois 1999, p. 503-504.

60 Vederico Raggvaglio dell’arrivo de principi della Casa reale di Francia in Avignone, Rome, 1701, p. 2. D’après l’édition conservée à la Bibliothèque nationale de France, Arts du spectacle, Fonds Rondel, Ra4 391.

61 Mercure galant, avril 1701, t. II, p. 112-113.

62 Bontous 1701, p. 12.

63 Paris, Bibliothèque nationale de France, Arts du spectacle, Fonds Rondel, ms. 21, fo 12.

64 Bontous 1701, p. 12.

65 Mercure galant, avril 1701, t. II, p. 57.

66 Duché de Vancy 1830, p. 287 (lettre du 27 mars 1701).

67 Bontous 1701, p. 134. À propos de ce graveur, voir aussi Grivel 2010, p. 366-367.

68 Bontous 1701, p. 12.

69 Ibid., p. 13.

70 Avignon, Archives départementales du Vaucluse, CC 296, p. 62, no 168.

71 Bontous 1701, p. 14.

72 Voir Mamone 1990, p. 118, fig. 124.

73 Bontous 1701, p. 43.

74 Ibid., p. 44.

75 Ibid.

76 Ibid., p. 46.

77 Ibid., p. 47.

78 Ibid., p. 51.

79 Ibid., p. 52.

80 Ibid., p. 55.

81 Ibid., p. 58.

82 Mercure galant, avril 1701, t. II, p. 58.

83 Bontous 1701, p. 59.

84 Ibid., p. 61.

85 Ibid., p. 64.

86 Ibid., p. 65.

87 Ibid., p. 68-69.

88 Ibid., p. 91-92.

89 Ibid., p. 94 et 96.

90 Ibid., p. 93.

91 Ibid., p. 96.

92 Ibid., p. 97.

93 Ibid., p. 98.

94 Ibid., p. 74.

95 L’auguste piété de la maison de Bourbon… 1701, p. 8.

96 Bontous 1701, p. 74.

97 Mercure galant, avril 1701, t. II, p. 58.

98 Bontous 1701, p. 81.

99 Ibid., p. 77-78.

100 Ibid., p. 81.

101 D’après le prixfait passé avec les menuisiers Chabert et Pons. Avignon, Archives départementales du Vaucluse, ii 176, fo 576.

102 D’après L’auguste piété de la maison de Bourbon… 1701, p. 9.

103 Bontous 1701, p. 81.

104 Avignon, Archives départementales du Vaucluse, CC 296, p. 61, no 165.

105 Ibid., p. 66, no 187.

106 Bontous 1701, p. 84.

107 Duhamel 1915, p. 9.

108 Sur le rôle de ce graveur dans l’illustration de la relation du père Bontous, voir Duhamel 1891, p. 16-20.

109 L’auguste piété de la maison de Bourbon… 1701, p. 3.

110 Avignon, Archives départementales du Vaucluse, CC 296, p. 62, no 170.

111 Ibid., p. 61, no 162. D’après ces comptes (p. 64, no 175), Duchesne avait également été chargé, avec « Paroussel », soit probablement Jacques-Ignace Parrocel, « et autres associés », de « la peinture de la salle des harangues, arcs de triomphe et autres machines préparées pour l’entrée de nos seigneurs les princes ».

112 Ibid., p. 62, no 167.

113 Ibid., p. 65, no 179.

114 Abbé Pierre de Morey, dans Melchior 1900, p. 390.

115 Bontous 1701, p. 87.

116 Mercure galant, avril 1701, t. II, p. 103.

117 Avignon, archives départementales du Vaucluse, CC 296, p. 67, no 192.

118 Bontous 1701, p. 101.

119 Ibid., p. 101-102.

120 Ibid., p. 102.

121 Mercure galant, avril 1701, t. II, p. 60-61.

122 Avignon, Archives départementales du Vaucluse, G. 446, fo 86.

123 Bontous 1701, p. 102.

124 Avignon, Archives départementales du Vaucluse, G. 446, fo 85.

125 D’après les recherches de Léopold Duhamel, l’architecte Mignard aurait été sollicité dès le 1er janvier 1701 pour fournir les plans et les dessins de l’entrée des princes. Cependant, pour des raisons inconnues, il y aurait renoncé, déclarant même qu’il aurait brûlé ses projets et « qu’il ne s’en mêlerait plus quelle prière qu’on lui fît ». Son attitude aurait permis à Jean Peru de le remplacer rapidement dans cette tâche. Voir Duhamel 1915, p. 6.

126 Ibid.

127 Bontous 1701, p. 103.

128 Ibid., p. 105.

129 Ibid., p. 107.

130 Archives départementales du Vaucluse, CC 296, p. 58, no 148, et p. 64, no 176.

131 D’après Larroque. Paris, Bibliothèque nationale de France, Manuscrits, ms. Français, nouvelles acquisitions 9639, fo 274vo.

132 Bontous 1701, p. 107.

133 Paris, Bibliothèque nationale de France, Manuscrits, ms. Français, nouvelles acquisitions 9639, fos 272-273.

134 Ibid., fo 272vo.

135 Coirault 1980, p. 17.

136 Bontous 1701, p. 111.

137 Mercure galant, avril 1701, t. II, p. 76.

138 Lettres du duc de Bourgogne, datées des 24, 26 et 27 mars 1701, dans Melchior 1900, p. 112-113.

139 Avignon, Archives départementales du Vaucluse, G. 446, fo 85.

140 Bontous 1701, p. 113.

141 Ibid., p. 113-114.

142 Ibid., p. 126.

143 D’après L’auguste piété de la maison de Bourbon… 1701, p. 16.

144 Avignon, Archives départementales du Vaucluse, CC 296, p. 61, no 164.

145 Ibid., p. 62, no 166.

146 Ibid., p. 68, no 194.

147 Bontous 1701, p. 126.

148 Bontous 1701, p. 115.

149 Mercure galant, avril 1701, t. II, p. 71.

150 Louis de France 1759, t. II, p. 218.

151 Bontous confond ici Simone Martini et son aide, Lippo Memmi. Il s’agit en effet d’un tableau aujourd’hui détruit, qu’il convient d’attribuer au premier de ces artistes, Simone Martini. Voir à ce sujet Chastel 1982, p. 177.

152 Bontous 1701, p. 127.

153 Avignon, Archives départementales du Vaucluse, G. 446, fo 90.

154 Paris, Bibliothèque nationale de France, Manuscrits, ms. Français, nouvelles acquisitions 9636, fos 274-275.

155 Ibid., fo 275.

156 Bontous 1701, p. 133-134.

157 Ibid., p. 135-136.

158 Abbé Pierre de Morey, dans Melchior 1900, p. 391-392.

159 Ibid., p. 390-391.

160 La Courneuve, Archives du ministère des Affaires étrangères et européennes, CP Rome 418, fo 303vo.

161 Ibid., fo 259vo.

162 Rome, Archives secrètes du Vatican, Nunziatura di Francia, vol. 201, fo 774.

163 Bontous 1701, p. 136.

164 Avignon, Archives départementales du Vaucluse, CC 297, fo 22, no 147.

165 Rome, Archives secrètes du Vatican, Nunziatura di Francia, vol. 202, fo 206vo.

166 Sabatier 2007, p. 65-98.

167 Abbé Pierre de Morey, dans Melchior 1900, p. 389.

168 Le père Bontous reçut en effet, le 23 juin 1701, 86 écus « pour ses peines et vacation prises, tant à l’entrée de nos seigneurs les princes que pour l’impression du livre ». Avignon, Archives départementales du Vaucluse, CC 296, p. 78, no 246.

169 Duché de Vancy 1830, p. 288 (lettre du 27 mars 1701).

170 Feuillas 1990, p. 147.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Portrait du pape Clément XI, placé devant la dédicace qui lui est consacrée dans l’ouvrage du père Bontous, L’auguste piété de la royale maison de Bourbon, Paris, collection particulière.
Crédits © Jérôme de La Gorce
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14802/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,8M
Titre Fig. 2 : Louis David (d’après Jean Peru), vignette reproduisant l’une des médailles frappées lors de l’entrée des princes, avec à gauche leurs portraits et à droite, au revers, la ville d’Avignon sous la figure d’une femme auprès d’un obélisque consacré à leur heureuse arrivée, Paris, collection particulière.
Crédits © Jérôme de La Gorce
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14802/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 948k
Titre Fig. 3 : Louis David (d’après Jean II Cotelle), façade du Temple de la Piété, Paris, collection particulière.
Crédits © Jérôme de La Gorce
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14802/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 6,8M
Titre Fig. 4 : Bassinet d’Augard, Chevalier et officier de l’arc, de la compagnie de monsieur le marquis d’Orsan, Paris, collection particulière.
Crédits © Jérôme de La Gorce
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14802/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Titre Fig. 5 : Louis David (d’après Jean II Cotelle), L’arc de triomphe d’Henry le Grand, Paris, collection particulière.
Crédits © Jérôme de La Gorce
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14802/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 2,6M
Titre Fig. 6 : Louis David (d’après Jean Peru), L’arc de triomphe de Louis le Juste, Paris, collection particulière.
Crédits © Jérôme de La Gorce
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14802/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 2,6M
Titre Fig. 7 : Louis David (d’après Jean II Cotelle), L’arc de triomphe de Louis le Grand, Paris, collection particulière.
Crédits © Jérôme de La Gorce
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14802/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5M
Titre Fig. 8 : Louis David, vignette représentant la prise de Philisbourg par Monseigneur le Dauphin, Paris, collection particulière.
Crédits © Jérôme de La Gorce
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14802/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 620k
Titre Fig. 9 : Louis David (d’après Pierre Peru), La statue équestre du roy, Paris, collection particulière.
Crédits © Jérôme de La Gorce
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14802/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérôme de La Gorce, « Avignon 1701 », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne], Le promeneur de Versailles, mis en ligne le 03 avril 2018, consulté le 22 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/crcv/14802

Haut de page

Auteur

Jérôme de La Gorce

Directeur de recherche émérite au CNRS, Jérôme de La Gorce poursuit son activité au Centre André-Chastel (Paris) dans le domaine des fêtes et des spectacles aux xviie et xviiie siècles. Il complète des projets relatifs à l’étude des dessins conservés dans diverses institutions, notamment celle des quatorze volumes de costumes de la collection Edmond de Rothschild du musée du Louvre. Après la parution de livres sur Jean Berain, l’histoire de l’Opéra à Paris, Marin Marais (avec Sylvette Milliot), Jean-Baptiste Lully, Carlo Vigarani, il s’apprête à publier un ouvrage, écrit en collaboration avec Michèle Sajous d’Oria, consacré à Jean-Nicolas Servandoni. Emeritus research director at the Centre national de la recherche scientifique (CNRS), Jérôme de La Gorce continues his work at the Centre André-Chastel in Paris, in the field of festivities and spectacles in the seventeenth and eighteenth centuries. He has completed projects relating to the study of drawings held in various institutions, in particular fourteen volumes of costumes from the Edmond de Rothschild collection at the Musée du Louvre. After publishing books on Jean Berain, the history of the Paris Opéra, Marin Marais (with Sylvette Milliot), Jean-Baptiste Lully, Carlo Vigarani, he is about to publish a book, written in collaboration with Michèle Sajous d’Oria, dedicated to Jean-Nicolas Servandoni

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals