Navigation – Plan du site

Alexandre Bontemps, « favori » de Louis XIV ?

Alexandre Bontemps, “favourite” of Louis XIV?
Mathieu da Vinha

Résumés

La notion de favori est complexe et sa terminologie a évolué au cours des âges. Si elle supposait initialement un aspect militaire (ce qui pouvait être encore le cas dans la seconde partie du xviie siècle, à un niveau moindre, si l’on en croit le parcours de Jules-Louis Bolé de Chamlay qui, dans l’ombre du puissant Louvois, entretint une relation privilégiée avec le monarque qui l’utilisa dans sa stratégie de cabinet comme « ministre de la Guerre occulte » [voir Philippe Cénat, Chamlay. Le stratège secret de Louis XIV, Paris, Belin, 2011]), gouvernemental tout comme celui de posséder un clan familial fort, il semblerait que cette notion politique se mua par la suite plus en une notion d’intimité et d’amitié, ce qui correspondait incontestablement au cas d’Alexandre Bontemps. Sous le règne de Louis XIV, ce n’est pas tant le terme de « favori » qu’il conviendrait d’utiliser mais plutôt celui de bénéficiaire ou destinataire de la faveur royale, ce à quoi tout le monde pouvait prétendre un jour ou l’autre selon le système monarchique de l’ancienne France, mais avec plus ou moins d’entrain et/ou et de persistance. Bontemps, au même titre que d’autres, put jouir de ce privilège pendant près de cinquante ans…

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Meisner 1826, p. 6.

Il en est à qui l’éclat et le crédit de leur famille, un poste élevé ou même peu important, obtenu par succession, ou au poids de l’or, ouvre un accès facile auprès du souverain, qui se trouvent ainsi délivrés de l’obligation de se glisser avec peine sous ses yeux, et commencent leur carrière à la moitié du chemin1.

  • 2 Sur la vie de Bontemps, voir Da Vinha 2011.
  • 3 Je me permets pour cela de renvoyer à mes articles : Da Vinha 2003-2004 et 2009.

1Alexandre Bontemps, premier valet de chambre de Louis XIV et intendant des châteaux, terres et parcs de Versailles et Marly, apparaît comme l’archétype du domestique loyal et fidèle à son roi2. Il fut pendant près de cinquante ans dans l’intimité royale. Il était loin d’être un homme sorti ex nihilo : il devait tout cela, à l’instar de nombreuses réussites de l’Ancien Régime, à une ascension paternelle savamment préparée pendant de nombreuses années et, en cela, il s’inscrivait pleinement dans la citation mise en exergue ici. Tous les contemporains non seulement ont loué son zèle à servir Louis XIV mais ont aussi et surtout souligné son pouvoir officieux à la cour sans qu’il ne sortît jamais de son état. Certains ont même employé le terme de « favori du prince ». C’est précisément à partir de cette mention dans une lettre de Pierre Cureau de La Chambre à Pierre Bayle le 11 juillet 1686 que nous souhaitons orienter notre propos. En reprenant la notion de « favori », mais en observant également de manière précise les grâces obtenues par Bontemps et la constitution de sa fortune, nous essaierons de voir s’il put réellement prétendre à ce titre. Malgré les nombreux portraits élogieux, il semblerait que ce qualificatif dépassât la réalité. Sans reprendre l’ensemble de sa carrière3, nous allons axer principalement notre propos sur son rôle d’intermédiaire entre le roi et ses sujets et voir ce qu’il retirait de cette relation privilégiée.

Un homme dans l’intimité royale

  • 4 Voir l’introduction de J. H. Elliot dans Elliott et Brockliss 1999.

2La notion de « favoris », que l’on retrouvait en Espagne sous les termes de privados ou validos, sous ceux de favourite ou privadoes en Grande-Bretagne, impliquait les notions de privance, de privé4, que partageaient nécessairement le prince et ses proches domestiques. De par sa fonction de premier valet de chambre qu’il occupait en survivance de son père depuis 1652 et en titre depuis 1659, Alexandre Bontemps était amené immanquablement à partager son quotidien avec celui du roi, voire à fondre sa vie dans celle de Louis XIV qu’il ne quittait pratiquement jamais de la journée. Il bénéficiait à cet effet de la fameuse entrée « par les derrières », tant décriée par le duc de Saint-Simon et qui lui permettait de pénétrer à toute heure dans les appartements privés du souverain.

3Si son service, à l’instar de ses trois autres compagnons, était de trois mois par an (un quartier), il put jouir rapidement d’une faveur extrême en servant le roi six mois dans l’année. En effet, l’un de ses collègues – Jérôme Blouin – mourut accidentellement en mai 1665 lors d’un accident de carrosse à Saint-Germain. Il laissait derrière lui un fils bien trop jeune (cinq ans) pour lui succéder, bien qu’il bénéficiât d’ores et déjà de la survivance de la charge paternelle. Le monarque décida donc de donner le service de Louis Blouin – en attendant qu’il soit en âge de servir (soit en 1678) – à Alexandre Bontemps qui disposait désormais non seulement de son propre service d’octobre mais aussi de celui de juillet que possédait le jeune Blouin ; ce sont donc six mois consécutifs que Bontemps passait auprès du roi. Surtout, Louis XIV jugea bon également de lui octroyer la commission d’intendant de Versailles que possédait le défunt. Étant donné l’amour grandissant du souverain pour cette résidence, cette charge s’avérait des plus utiles pour tisser de véritables liens entre les deux hommes. Ce préambule posé, on comprend mieux les relations exceptionnelles que purent entretenir le maître et son valet.

4Rapidement, les affaires privées du souverain furent gérées directement par Bontemps et on en a pour preuve ce voyage discret qu’il fit en 1665 pour son compte. La Bibliothèque nationale conserve ainsi une quittance d’Alexandre Bontemps où celui-ci

  • 5 Bibliothèque nationale de France [désormais BNF], cabinet des Manuscrits : Pièces originales no 414 (...)

a confessé avoir reçu comptant en cette ville de Paris de messire Estienne Jeannot seigneur de Bartillat conseiller du Roi en ses conseils et garde de son trésor royal la somme de douze cents livres en louis d’argent à lui ordonné pour avoir été de cette ville de Paris en l’abbaye de Fontevraud pour affaires concernant le service de sa Majesté et pour son retour5.

5Cette quittance est datée du 2 juin 1665. L’acte, signé des notaires Moufle et Gigault, n’est pas plus précis, ce qui nous pousse à croire qu’il s’agissait bien des affaires privées du roi, et non pas d’une simple attribution officielle d’un premier valet de chambre.

  • 6 La Bruyère 1985, p. 323.
  • 7 Voir Les Amours de Louis le Grand et de Mlle du Tron, Rotterdam, s. d. (vers 1698), qui reprennent (...)

6Les premiers valets de chambre, tour à tour, jouèrent aussi le rôle de chevalier servant et Bontemps semble s’être illustré dans ce rôle avec brio. La Bruyère en a fait le dieu des entremetteurs en le qualifiant de Mercure dans ses Caractères (« Mercure est Mercure, et rien davantage, et l’or ne peut payer ses médiations et ses intrigues : on y ajoute la faveur et les distinctions6 »). Fidèle à sa réputation de ne jamais rien demander à son maître, il restait une fois encore à sa place en cette occasion. Cette fidélité fut récompensée largement lorsque le roi le choisit comme l’un des témoins privilégiés de son mariage secret avec Mme de Maintenon. Si tous les contemporains ne s’accordaient pas sur la date et sur les personnes présentes, tous en revanche mentionnaient le nom de Bontemps. Son rôle dans les aventures extraconjugales royales antérieures ne s’arrêta pas avec cette union puisque le domestique eut aussi à gérer le fruit de ces amours : c’est Bontemps, grâce aux deniers royaux, qui assura l’avenir des enfants non légitimés. Enfin, la marque de sa puissance à la cour (au moins sous cet aspect) fut prouvée clairement par l’attaque dont il fut personnellement l’objet par le biais d’un pamphlet qui n’hésitait pas à le comparer à un rabatteur soudoyant sa propre nièce pour le bon plaisir du roi7

Un intermédiaire entre le roi et ses sujets

7S’il accompagnait régulièrement le roi dans ses pérégrinations nocturnes chez les favorites, Bontemps servait surtout d’écran entre Louis XIV et le reste de la cour. Il était sans cesse consulté pour intervenir auprès du monarque, que cela soit pour des affaires conséquentes ou de moindre importance telle cette lettre de Charles Perrault du 8 mars 1673 lui demandant d’augmenter la bibliothèque royale, missive qu’il reprit in extenso dans l’épître de l’un de ses ouvrages :

  • 8 Perrault 1675 p. 1-9 (« Lettre à Monsieur Bontemps », 8 mars 1673).

Vostre exactitude & ce zele toujours ardent qui vous pousse & vous fait pousser les autres si fortement quand il y va du service, ne me confondroit-il pas encore ? Je finis donc, Monsieur, & vous supplie qu’après avoir regardé l’envoy de ce petit Recüeil comme une offrande respectueuse que je fais à la Bibliothèque de Versailles, vous vouliez bien aussi le considerer comme une marque de la passion avec laquelle je suis, Monsieur, Vostre tres-humble & tres obéïssant serviteur. Perrault8.

  • 9 BNF, cabinet des Manuscrits : Dossiers bleus no 112, chemise 2770, pièce 7.
  • 10 C’est du moins ce que suggèrent les Mémoires de Saint-Simon lorsque le mémorialiste évoque le cas d (...)

8Cette sollicitation permanente dont il était l’objet se retrouve dans cette anecdote amusante où, alors qu’on lui demandait comment se portait son épouse, il répondit « machinalement selon son tic » : « J’en parlerai au Roi9 » ! Si la qualité de favori se mesurait aussi à la capacité à répandre les bienfaits autour de soi10, Bontemps n’était pas en reste et tous les portraits laissés par ses contemporains soulignent son empressement à servir autrui sans jamais rien demander en échange. C’était même lui faire un affront que de le remercier, comme l’atteste l’éloge que fit le Mercure galant au moment de sa mort :

  • 11 Mercure galant, janvier 1701, p. 153-155. Ces éloges peuvent être multipliés, voir Da Vinha 2011, a (...)

La Cour vient de perdre un homme d’un caractere de bonté si rare, qu’à peine un siecle en produit-il un semblable, & je ne sçay mesme si jamais on en a veu un pareil. Il passoit sa vie à rendre service. Il faisoit faire du bien aux uns, & detournoit le mal que l’on pouvoit faire aux autres. Il ne vouloit point qu’on perdist de temps à le solliciter, & il sembloit qu’il querellast ceux qu’il vouloit servir, de sorte que plusieurs personnes qui ne connoissoient pas bien son caractere, croyoient qu’il leur vouloit plus de mal que de bien. Il ne pouvoit souffrir qu’on luy fist les moindres remercimens, fermant la bouche à ceux qui commençoient à luy en faire, & les fuyant mesmes pour ne rien entendre de ce que la reconnoissance les eût portez à luy dire. Il n’a jamais dit de mal de personne, & n’ouvroit la bouche que pour dire du bien de ceux dont il entendoit parler11.

  • 12 Charles Boileau, abbé de Beaulieu, fit l’oraison funèbre de Monsieur en 1701. Il était né à Beauvai (...)
  • 13 Voir Racine 1870, t. 7, p. 293 (lettre de Racine à son fils le 31 octobre 1698).

9Bontemps fut très proche de nombreux ecclésiastiques. Il entretint des rapports importants avec Charles Boileau, abbé de Beaulieu12, dit « l’abbé Boileau-Bontemps » par Jean Racine13. Comme l’indique le duc de Saint-Simon, celui-là prêcha souvent devant le roi et, selon le portrait qu’en fit le mémorialiste, ressemblait assez bien à son protecteur :

  • 14 Saint-Simon 1983-1988, vol. II, p. 456-457.

C’était un gros homme, grossier, assez désagréable, fort homme de bien et d’honneur, qui ne se mêlait de rien, qui prêchait partout assez bien, et qui parut à la cour plusieurs avents et carêmes, et qui, avec toute la protection de Bontemps dont il était l’ami intime, ne put parvenir à l’épiscopat14.

  • 15 Voir son inventaire après décès conservé aux Archives nationales [désormais Arch. nat.] : MC, ET/XI (...)
  • 16 Le Gendre 1863, p. 91. C’est nous qui soulignons.
  • 17 Voir Da Vinha 2004, p. 338-339.
  • 18 Forbin-Gardanne 1993.

10S’il fut le protecteur des petits, Bontemps le fut aussi des grandes familles. Il était très proche de la famille de Forbin-Gardanne (rappelons que les Bontemps étaient originaires de Gardanne), comme en témoigne notamment la présence d’un portrait du cardinal de Janson (Toussaint de Forbin) dans la chambre de Bontemps, prisé après son décès15. Les liens avec l’ecclésiastique étaient si forts que les contemporains n’hésitaient pas à associer les deux hommes dans leurs écrits. L’évêque de Beauvais, futur grand aumônier de France, que « les rieurs [appellent] à la cour le cardinal Bontems, parce que Bontems, valet de chambre et favori de Louis XIV, [a], par ses bons offices, contribué autant que personne, peut-être même davantage, à l’élévation de Janson16 », et le commensal avaient une véritable amitié sincère. Bontemps se faisait aussi, à l’occasion, le grand protecteur du jeune et fougueux comte de Forbin17. Les Mémoires18 laissés par ce dernier prouvent sans conteste la protection de Bontemps dont il put jouir à maintes reprises. Que cela soit pour une affaire de duel (généralement punie de mort), d’avancement dans l’armée, ou la récupération de présents confisqués après un séjour au Siam dans la suite de l’émissaire royal, Forbin put compter constamment sur la bienveillance de Bontemps qui systématiquement le tira d’embarras. Et le comte put mesurer combien la mort du premier valet de chambre lui coûta :

  • 19 Ibid., p. 307.

Je compris pour lors, mieux que je n’avais fait encore, ce que c’est que la perte d’un bon ami. Si M. Bontemps avait été en vie, tous ces embarras m’auraient infiniment moins inquiété, mais il était mort, et j’avais perdu dans sa personne l’ami sur lequel je pouvais le plus compter et qui aurait pu me rendre le plus de services19.

  • 20 Voir Agay 2008.

11L’origine géographique joua aussi beaucoup avec la famille de Boyer-Bandol : Bontemps protégea ainsi les fils de Catherine de Maurel de Pontevès, présidente de Bandol, lesquels purent bénéficier systématiquement de l’appui du premier valet de chambre à la cour. La correspondance de Mme de Bandol est, sur ce point, unanime quant à l’efficacité du soutien du commensal20.

Alexandre Bontemps, « favori » de Louis XIV ?

12L’intimité que Bontemps développa avec Louis XIV mais aussi son rôle incontournable d’intermédiaire à la cour permirent-ils d’en faire un favori royal ? Sa modestie et son humilité légendaires l’empêchèrent d’y penser. Ce sont ses contemporains qui s’en chargèrent pour lui. En 1686, le fils aîné de Bontemps, Louis Alexandre, voyagea en Europe avec son précepteur, l’abbé Charlan. Même après la révocation de l’édit de Nantes, outre en Italie, il fut envoyé en Hollande chez le philosophe protestant Pierre Bayle, pourtant grand pourfendeur de la politique religieuse de Louis XIV. Nous disposons d’une lettre très précieuse du 11 juillet 1686 qui devait préparer cette entrevue. L’académicien Pierre Cureau de La Chambre jouait les intermédiaires avec l’exilé de Rotterdam :

  • 21 Cette lettre – alors inédite et conservée à la Bibliothèque royale de Copenhague – m’a été très aim (...)

J’ay cru ne pouvoir pas mieux vous temoigner combien j’y estois sensible [à ses bontés] qu’en vous donnant sa connoissance du fils aisné de monsieur Bontemps gouverneur de Versailles qui vous doibt aller voir dans deux mois et avec qui vous trouverez un homme de lettres fort scavant et fort poli et tres persuadé de vostre merite [l’abbé Charlan]. Je ne vous exhorte pas à les bien recevoir puisqu’ils portent leur recommandation avec eux et que vous faites les choses de trop bonne grace pour que vous ayez besoin que l’on vous y excite. Mais ce que je vous conseille en bon amy c’est qu’à l’occasion de la [vi]s[i]te que vous doibt rendre Monsr Bontemps vous preniez la peinne de m’escrire là dessus de maniere que je puisse monstrer vostre lettre à Monsr son pere où vous vous estendiez un peu sur le chapitre du fils qui a quelque teinture des belles lettres et de la philosophie. ce qui ne scauroit manquer à produire un tres bon effet pour vous. Car vous n’estes pas à ignorer que Mr B. est favori du prince, le meilleur et le plus chaud amy qu’il y ait au monde. quoyque froid et tout de glace en apparence. Vous ne ferés pas mal aussi de leur donner tous vos ouvrages pour mettre dans la bibliotheque de Versailles. Je voudrois de tout mon cœur vous y pouvoir transporter moy mesme. Je le ferois avec plaisir pour vous y faire recevoir la recompense que vous meritez21.

13C’est donc cette lettre qui est à l’origine de tout notre questionnement. Pour répondre à pareille interrogation (« Alexandre Bontemps fut-il un favori de Louis XIV ? »), il convient de revenir sur l’aspect sémantique et de voir comment les lexicographes définissaient le terme de « favori ». Pour Richelet, dans son Dictionnaire de 1680, la définition est relativement succincte : « Celui qu’on favorise principalement, celui qu’on cherit plus que les autres. » Antoine Furetière, dans son Dictionnaire de 1690, est plus précis et écrivait : « Qui a les bonnes graces d’un Prince, d’une personne puissante, d’une maistresse, & generalement d’un superieur à qui plusieurs s’efforcent de plaire, & qui ne plaisent pas également. Les Grands Seigneurs ont toûjours de la jalousie contre les favoris. » Enfin, le dictionnaire de l’Académie française de 1694 précisait : « Celuy ou celle qui tient le premier rang dans la faveur, dans les bonnes graces d’un Roy, d’un grand Prince, d’une grande Reine, d’une grande Princesse. »

  • 22 BNF, cabinet des Manuscrits : Dossiers bleus no 112, chemise 2770, pièce 11.

14D’après les nombreux bienfaits et faveurs qu’il reçut du souverain, il semblerait bien que Bontemps pût être qualifié de « favori ». Revenons donc sur les grâces que lui octroya Louis XIV au cours de son long service à ses côtés. Il tient sa faveur avant tout de son père, premier chirurgien puis premier valet de chambre du roi. Une note de la Bibliothèque nationale rappelle ainsi : « Jean-Baptiste Bontemps natif de Marseille [il était en fait né à Gardanne], chirurgien à Paris tenant boutique rue Saint-Honoré ayant guéri le cardinal de Richelieu d’un fâcheux mal et n’ayant point voulu prendre d’argent, fut fait par la protection de ce Ministre premier chirurgien puis premier valet de chambre et maître d’hôtel ordinaire du Roi22. » Dès lors, les charges commencèrent à pleuvoir sur la famille. Et c’est à seize ans seulement qu’Alexandre, toujours grâce à Richelieu, reçut sa première charge. Il fut nommé abbé commendataire de l’abbaye de Notre-Dame d’Hyverneaux le 30 juin 1642, ce qui lui permettait d’en percevoir les revenus sans en assumer véritablement les fonctions. Il s’y consacra pourtant pleinement (même après sa démission en 1655) jusqu’à sa mort, plaçant habilement des membres de sa famille.

  • 23 Voir Arch. nat. : O1 19, fo 62 vo-63 (« Brevet qui confirme aux quatre premiers valets de chambre d (...)
  • 24 Arch. nat. : O1 10, fo 323.
  • 25 Voir Dangeau 1854-1860, t. VIII, p. 13 (14 janvier 1701 et inventaire après décès d’A. Bontemps).
  • 26 Voir Bussy-Rabutin 1858-1859, t. V, p. 27 (lettre du marquis de Trichateau à Bussy le 31 décembre 1 (...)
  • 27 Voir Dangeau 1854-1860, t. IV, p. 229 (31 janvier 1693), et Sourches 1882-1893, t. IV, p. 158 (30-3 (...)
  • 28 Voir Arch. nat. : G7 1800, « États généraux des dépenses nécessaires à l’entretien des officiers da (...)
  • 29 Arch. nat. : MC, ET/LX/152 (27 janvier 1698).

15Il reçut la survivance de la charge paternelle de premier valet de chambre le 14 avril 165223, ce qui lui garantissait non seulement d’obtenir sans contredit la charge à la mort de son père mais aussi, depuis qu’il était en âge de servir, de le remplacer à tout moment. Il disposait alors des mêmes fonctions auprès du monarque. Titularisé à la mort de son père le 8 mai 1659, Bontemps était déjà parmi les plus proches domestiques du souverain, participant même à la plupart des divertissements royaux comme danseur. Par la mort de Jérôme Blouin en 1665, il devint « Intendant des terres, parcs et ville de Versailles » le 27 mai 166524 et le demeura jusqu’à sa mort en 1701. Au moment de la nomination du très jeune duc du Maine comme colonel général des Suisses et Grisons en janvier 1674, Louis XIV lui adjoignit Bontemps comme secrétaire général. La charge était belle et rapportait quelque 15 000 livres par an25. Cette fonction lui permettait d’avoir la haute main sur plusieurs centaines de Suisses qui ne dépendaient que de lui et renforçait son pouvoir d’intendant de Versailles. Des charges furent également octroyées à Bontemps pour qu’il pût les vendre directement et en retirer un profit important. Il en est ainsi de celle de surintendant des finances de la Dauphine Bavière, que Louis XIV lui donna, conjointement à son collègue François-Louis de Nyert. Les deux commensaux la vendirent dans la foulée et en retirèrent 330 000 livres26. De même, le 31 janvier 1693, Alexandre recevait du roi le gouvernement de Rennes27. Cette commission, octroyée à Bontemps mais avec survivance pour son fils aîné, rapportait 4 200 livres en 169528. Le commensal revendit le gouvernement en 1698 moyennant 93 000 livres29.

  • 30 Arch. nat. : O1 31, fo 65.
  • 31 Voir Archives départementales des Yvelines : 4 E 3287, année 1675, 19 avril (supplément au baptême (...)
  • 32 Voir Arch. nat. : MC, ET/XLVI/155 (26 janvier 1693).
  • 33 Arch. nat. : O1 33, fo 57.
  • 34 Voir Dangeau 1854-1860, t. III, p. 272 (11 janvier 1691).
  • 35 Arch. nat. : O1 35, fo 336vo.

16La faveur d’Alexandre Bontemps se répercutait sur sa famille qui jouissait elle aussi des bienfaits royaux. Le 7 mars 167730, le fils aîné d’Alexandre – Louis Alexandre – obtenait la survivance de premier valet de chambre. Deux ans auparavant, le roi lui avait déjà fait l’honneur d’être son parrain31, tout comme il signera son contrat de mariage en 169332. Le 25 février 168933, le monarque offrait une charge de gentilhomme ordinaire de sa chambre pour le fils cadet Alexandre Claude Nicolas. Elle fut vendue moyennant 51 000 livres deux ans plus tard34. Le 17 décembre 1691, le roi délivrait un brevet de lieutenant de la grande louveterie en faveur de Louis Alexandre Bontemps35. Toutes ces charges – accordées à Alexandre Bontemps et à ses fils – généraient naturellement des gages et émoluments non négligeables. À sa mort, s’ils ne récupérèrent pas la très rentable intendance de Versailles, les fils de Bontemps ne furent pourtant pas oubliés et purent jouir, par-delà la mort de leur père, de la faveur royale :

  • 36 Dangeau 1854-1860, t. VIII, p. 15 (18 janvier 1701).

Il [le roi] a donné 6,000 francs de pension à Bontemps l’aîné, son premier valet de chambre, et 4,000 francs au cadet, qui est premier valet de garderobe ; il leur conserve à tous deux les entrées et le pouvoir d’avoir des passe-partout pour entrer par les derrières, comme ils avoient durant la vie de leur père. Il donne à l’aîné, aux Tuileries à Paris, un logement magnifique, qu’avoit feu M. Bontemps ; il lui donne aussi un beau logement ici [Versailles]. S. M. en se promenant à Trianon fit l’éloge du bonhomme Bontemps et témoigna le regretter tendrement36.

  • 37 Pour ces chiffres, voir Da Vinha 2011, p. 181-182.

17Les revenus de son vivant (près de 80 000 livres par an) et les biens laissés à sa mort (415 000 livres)37 faisaient d’Alexandre Bontemps un homme riche, envié et important à la cour. On en a pour preuve le portrait de Bontemps dressé par un « inconnu » aux alentours de 1700 :

  • 38 « Mémoires d’un inconnu sur le roi Louis XIV de France et sa cour, les princes royaux, les maréchau (...)

[c’]est un bon domestique qui par son assiduité infatigable a gagné les bonnes grâces de son maître, de manière qu’il en dispense plus les faveurs que tous les ministres et les courtisans. Un peu d’intrigues de plaisir* avance plus un homme que tout l’esprit imaginable. M. Bontemps en fait foi plus que personne38.
[* A toujours été confident des plaisirs du roi]

18La dernière assertion n’est pas très flatteuse, mais l’ensemble prouve indéniablement le pouvoir dont disposait Bontemps et qu’a, à plusieurs reprises, rappelé Saint-Simon :

  • 39 Saint-Simon 1983-1988, t. I, p. 809.

Outre les fonctions si intimes de ses deux emplois [celui de premier valet de chambre du roi et celui d’intendant de Versailles], c’était par lui que passaient tous les ordres et les messages secrets, les audiences ignorées qu’il introduisait chez le Roi, les lettres cachées au Roi et du Roi, et tout ce qui était mystère. C’était bien de quoi gâter un homme qui était connu pour être depuis cinquante ans dans cette intimité, et qui avait la cour à ses pieds, à commencer par les enfants du Roi et les ministres les plus accrédités, et à continuer par les plus grands seigneurs39.

19Après la mort du cardinal Mazarin en mars 1661, Louis XIV avait surpris tout le monde en annonçant publiquement qu’il souhaitait se passer de principal ministre, aspect qu’il avait repris longuement dans ses Mémoires et qu’il avait développé sous différentes formes. On le voit ainsi pour l’année 1667 où il écrivait à son fils :

  • 40 Louis XIV 1992, p. 231.

Car vous devez savoir que cette indépendance sur laquelle j’insiste si fort, étant bien établie entre les serviteurs, relève plus que toute autre chose l’autorité du maître, et que c’est elle seule qui fait voir qu’il les gouverne en effet, au lieu d’être gouverné par eux. Comme au contraire, d’abord qu’elle cesse, on voit infailliblement les brigues, les liaisons et les engagements particuliers grossir la cour de ceux qui sont en crédit et affaiblir la réputation du prince.
Mais principalement s’il en est quelqu’un qui, par notre inclination ou par son industrie, vienne à se distinguer de ses pareils, on ne manque jamais de penser qu’il est maître absolu de notre esprit, on le regarde incontinent comme un favori déclaré, on lui attribue quelquefois des choses dont il n’a pas eu la moindre participation, et le bruit de sa faveur est infiniment plus grand dans le monde qu’elle ne l’est en effet dans notre cœur40.

  • 41 Saint-Simon 1983-1988, t. II, p. 174 (année 1702).

20On tombe ici dans les grandes spéculations de faveur qui se prêtaient à la cour après que Louis XIV, souvent par calcul, avait distillé savamment quelques grâces pour gouverner habilement. On pense ainsi aussi à la célèbre cérémonie du bougeoir, chaque soir au coucher royal, et qui « distinguait » un personnage dont on louait la faveur (pourtant souvent hypothétique) car, nous dit Saint-Simon, « c’était une distinction et une faveur qui se comptait [sic], tant le Roi avait l’art de donner l’être à des riens41 ». Le premier valet de chambre était d’ailleurs, en cette occasion, le transmetteur de la faveur en ce qu’il recevait le bougeoir de la main du roi pour le donner à celui que le souverain avait choisi, avant de le récupérer et de le distribuer à son tour à un autre courtisan.

  • 42 Louis XIV, Instructions au duc d’Anjou [1700], dans Id. 2012, p. 329.
  • 43 Voir Petitfils 1987.
  • 44 Voir Da Vinha 2015, chap. IV « Le duc de La Rochefoucauld : grand officier de la Couronne et “ami” (...)

21Cette idée de « favori », que ne doit surtout pas avoir le prince, est reprise au moment des conseils que prodigua Louis XIV à son deuxième petit-fils, le duc d’Anjou, quand celui-ci devint roi d’Espagne en novembre 1700. Il lui écrivait ainsi dans la dernière instruction (no 33) : « Je finis par un des plus importants avis que je puisse vous donner : ne vous laissez pas gouverner ; soyez le maître ; n’ayez jamais de favoris ni de premier ministre ; écoutez, consultez votre Conseil, mais décidez : Dieu, qui vous a fait roi, vous donnera les lumières qui vous sont nécessaires tant que vous aurez de bonnes intentions42. » Mais Louis XIV a-t-il respecté lui-même ces grands principes ? On sait qu’il « favorisa » tout de même de grands personnages, que cela soit Lauzun (qui connut cependant une très longue disgrâce)43 ou encore François VII de La Rochefoucauld44, fils du célèbre auteur des Maximes

Haut de page

Bibliographie

Sources imprimées

Bussy-Rabutin Roger de Rabutin, comte de Bussy, dit, 1858-1859, Correspondance avec sa famille et ses amis (1666-1693), éd. Lalanne, Paris, Charpentier, 6 vol.

Dangeau Philippe de Courcillon, marquis de, 1854-1860, Journal, publié par Soulié, Dussieux, Chennevières, Mantz et Montaiglon, Paris, Firmin Didot, 19 vol.

Forbin-Gardanne Claude, comte de, 1993, Mémoires (1656-1733), éd. Micheline Cuénin, Paris, Mercure de France, coll. « Le Temps retrouvé ».

La Bruyère Jean de, 1985, Les caractères, éd. Pierre Ronzeaud, Paris, Hachette, coll. « Le Livre de Poche ».

Le Gendre Louis, 1863, Mémoires de l’abbé Le Gendre, éd. M. Roux, Paris, Charpentier.

Louis XIV, 1992, Mémoires pour l’instruction du Dauphin, éd. Pierre Goubert, Paris, Imprimerie nationale.

Louis XIV, 2012, Le métier de roi : Mémoires et écrits politiques, présentation de Jean-Christian Petitfils, Paris, Perrin, coll. « Les Mémorables ».

Meisner Eusebius, 1826 [1642], Manuel du courtisan, ou Règles de conduite pour les gens de cour, traduit des « Institutiones aulicae » d’Eusèbe Meisner par M. F. S., Paris, impr. de Fain.

Perrault Charles, 1675, Recueil de divers ouvrages en prose et en vers, Paris, J.-B. Coignard.

Racine Jean, 1870, Œuvres de Jean Racine, éd. Paul Mesnard, Paris, Hachette.

Saint-Simon Louis de Rouvroy, duc de, 1983-1988, Mémoires, éd. Yves Coirault, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 8 vol.

Sourches Louis-François de Bouschet, marquis de, 1882-1893, Mémoires sur le règne de Louis XIV, éd. G.-J. de Cosnac et A. Bertrand, Paris, Hachette, 13 vol.

Études

Agay Frédéric d’, 2008, « L’huile d’olive d’Ollioules à Versailles », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne], | 2008, URL : http://journals.openedition.org/crcv/9783, DOI : 10.4000/crcv.9783 [consulté le 22 avril 2013].

Cénat Jean-Philippe, 2011, Chamlay, le stratège secret de Louis XIV, Paris, Belin, coll. « Portraits ».

Dandrey Patrick (dir.), 1996 [1951], Dictionnaire des lettres françaises : le xviie siècle, Paris, Fayard.

Da Vinha Mathieu, 2003-2004, « Alexandre Bontemps, un homme au service de la monarchie », Revue de l’histoire de Versailles, t. 87, p. 45-63.

Da Vinha Mathieu, 2004, Les valets de chambre de Louis XIV, Paris, Perrin, coll. « Pour l’Histoire ».

Da Vinha Mathieu, 2009, « L’intendant de Versailles au xviie siècle : un administrateur au service du château et de la ville », Revue de l’histoire de Versailles, t. 91, p. 77-91.

Da Vinha Mathieu, 2011, Alexandre Bontemps, premier valet de chambre de Louis XIV, Paris, Perrin, coll. « Les Métiers de Versailles ».

Da Vinha Mathieu, 2015, Au service du roi : dans les coulisses de Versailles, Paris, Tallandier.

Elliott John Huxtable et Brockliss Laurence W. B. (dir.), 1999, The World of the Favourite, New Haven et Londres, Yale University Press.

Petitfils Jean-Christian, 1987, Lauzun ou L’insolente séduction, Paris, Perrin.

Haut de page

Notes

1 Meisner 1826, p. 6.

2 Sur la vie de Bontemps, voir Da Vinha 2011.

3 Je me permets pour cela de renvoyer à mes articles : Da Vinha 2003-2004 et 2009.

4 Voir l’introduction de J. H. Elliot dans Elliott et Brockliss 1999.

5 Bibliothèque nationale de France [désormais BNF], cabinet des Manuscrits : Pièces originales no 414, cote 9248, pièce no 2. C’est nous qui soulignons.

6 La Bruyère 1985, p. 323.

7 Voir Les Amours de Louis le Grand et de Mlle du Tron, Rotterdam, s. d. (vers 1698), qui reprennent entièrement un pamphlet imprimé en 1696. Cette prétendue comédie en cinq actes met en scène la nièce du premier valet de chambre, fille de sa sœur Marie-Louise et de son mari Nicolas Le Cordier du Tronc, aux prises avec le roi. Il est vrai que la belle jeune femme avait eu quelque aventure avec son maître et que, Mme de Maintenon se montrant fort jalouse, Bontemps avait été obligé de l’éloigner et de la marier…

8 Perrault 1675 p. 1-9 (« Lettre à Monsieur Bontemps », 8 mars 1673).

9 BNF, cabinet des Manuscrits : Dossiers bleus no 112, chemise 2770, pièce 7.

10 C’est du moins ce que suggèrent les Mémoires de Saint-Simon lorsque le mémorialiste évoque le cas de son père le duc Claude, favori de Louis XIII : « Je puis dire, sans crainte d’être démenti par tout ce qu’il y a d’auteurs de ces temps-là, que sa faveur fut sans envie, qu’il fut toujours modeste, et souverainement désintéressé, qu’il ne demanda jamais rien pour soi, et qu’il fut l’homme le plus obligeant, le mieux faisant et le plus généreux qui ait paru à la cour, où il causa un grand nombre de fortunes, appuya les malheureux et fit répandre force bienfaits » (Saint-Simon 1983-1988, t. I, p. 61).

11 Mercure galant, janvier 1701, p. 153-155. Ces éloges peuvent être multipliés, voir Da Vinha 2011, annexe 6, p. 183-189.

12 Charles Boileau, abbé de Beaulieu, fit l’oraison funèbre de Monsieur en 1701. Il était né à Beauvais en 1648 et mourut le 4 mai 1704 en l’abbaye Saint-Victor à Paris. Voir l’article « Boileau (Charles) », dans Dandrey 1996, p. 166-167.

13 Voir Racine 1870, t. 7, p. 293 (lettre de Racine à son fils le 31 octobre 1698).

14 Saint-Simon 1983-1988, vol. II, p. 456-457.

15 Voir son inventaire après décès conservé aux Archives nationales [désormais Arch. nat.] : MC, ET/XII/250 (2 janvier 1701).

16 Le Gendre 1863, p. 91. C’est nous qui soulignons.

17 Voir Da Vinha 2004, p. 338-339.

18 Forbin-Gardanne 1993.

19 Ibid., p. 307.

20 Voir Agay 2008.

21 Cette lettre – alors inédite et conservée à la Bibliothèque royale de Copenhague – m’a été très aimablement communiquée par M. Hubert Bost ; elle a depuis été publiée par la Voltaire Foundation dans la Correspondance complète de Pierre Bayle. Souligné par nous.

22 BNF, cabinet des Manuscrits : Dossiers bleus no 112, chemise 2770, pièce 11.

23 Voir Arch. nat. : O1 19, fo 62 vo-63 (« Brevet qui confirme aux quatre premiers valets de chambre du Roy la qualité de premiers »).

24 Arch. nat. : O1 10, fo 323.

25 Voir Dangeau 1854-1860, t. VIII, p. 13 (14 janvier 1701 et inventaire après décès d’A. Bontemps).

26 Voir Bussy-Rabutin 1858-1859, t. V, p. 27 (lettre du marquis de Trichateau à Bussy le 31 décembre 1679), et t. V, p. 39 (lettre de de Bussy à La Rivière le 15 janvier 1680).

27 Voir Dangeau 1854-1860, t. IV, p. 229 (31 janvier 1693), et Sourches 1882-1893, t. IV, p. 158 (30-31 janvier 1693).

28 Voir Arch. nat. : G7 1800, « États généraux des dépenses nécessaires à l’entretien des officiers dans les garnisons du royaume », 1695-1699 et 1705-1712. Il s’agit ici de l’état de 1695. Nous ne disposons pas d’état antérieur à 1681, ce qui nous empêche de connaître les appointements de son prédécesseur.

29 Arch. nat. : MC, ET/LX/152 (27 janvier 1698).

30 Arch. nat. : O1 31, fo 65.

31 Voir Archives départementales des Yvelines : 4 E 3287, année 1675, 19 avril (supplément au baptême de Louis Alexandre Bontemps).

32 Voir Arch. nat. : MC, ET/XLVI/155 (26 janvier 1693).

33 Arch. nat. : O1 33, fo 57.

34 Voir Dangeau 1854-1860, t. III, p. 272 (11 janvier 1691).

35 Arch. nat. : O1 35, fo 336vo.

36 Dangeau 1854-1860, t. VIII, p. 15 (18 janvier 1701).

37 Pour ces chiffres, voir Da Vinha 2011, p. 181-182.

38 « Mémoires d’un inconnu sur le roi Louis XIV de France et sa cour, les princes royaux, les maréchaux et les hommes d’État de la France » [présentés par Henri Duranton], Cahiers Saint-Simon, no 17, 1989, p. 7-30, p. 20. En fait, ce manuscrit existe sous plusieurs formes et a été édité notamment en livre sous le titre de Caractères de la famille royale, des ministres d’État et des principales personnes de la cour de France avec une supputation abrégée des revenus de cette Couronne, à Ville Franche, chez Paul Pinceau, 1702, mais sans le portrait de Bontemps, alors décédé.

39 Saint-Simon 1983-1988, t. I, p. 809.

40 Louis XIV 1992, p. 231.

41 Saint-Simon 1983-1988, t. II, p. 174 (année 1702).

42 Louis XIV, Instructions au duc d’Anjou [1700], dans Id. 2012, p. 329.

43 Voir Petitfils 1987.

44 Voir Da Vinha 2015, chap. IV « Le duc de La Rochefoucauld : grand officier de la Couronne et “ami” de Louis XIV », p. 79-100.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathieu da Vinha, « Alexandre Bontemps, « favori » de Louis XIV ? », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne], Le promeneur de Versailles, mis en ligne le 03 avril 2018, consulté le 21 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/crcv/14819

Haut de page

Auteur

Mathieu da Vinha

Mathieu da Vinha (https://chateauversailles-recherche.academia.edu/MathieudaVinha) est historien et directeur scientifique du Centre de recherche du château de Versailles. Il travaille sur le fonctionnement et les usages de la cour de France aux xviie et xviiie siècles. Mathieu da Vinha (https://chateauversailles-recherche.academia.edu/MathieudaVinha) is a historian and scientific director of the Centre de Recherche du Château de Versailles. He works on the functioning and customs of the French court in the seventeenth and eighteenth centuries.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals