Navigation – Plan du site
2018

Les massiers dans la Maison du roi de la monarchie espagnole

Étiquettes, ordonnances et rôles dans les cérémonies publiques des XVIe-XVIIe siècles
The Mace Bearers in the Household of the King of Spain: Etiquette, Ordinances and Roles in Public Ceremonies of the 16th and 17th Centuries
Félix Labrador Arroyo
Traduction de Marianne Millon

Résumés

Au cours des dernières décennies, grâce à une nouvelle méthodologie, les études sur la cour et les différents départements et secteurs qui la configuraient se sont multipliées. Dans ce contexte, l’analyse de l’une des composantes fondamentales de la cour, la Maison royale, acquiert une importance particulière, car elle est le lieu de l’articulation politique dans les monarchies dynastiques européennes en général et la monarchie hispanique en particulier : elle devient l’élément intégrateur des élites des royaumes qui la composent. En ce sens, dans le cadre des études et des approches méthodologiques du professeur Martínez Millán et de son équipe, dans lequel s’insère ce travail, a été menée à bien l’étude minutieuse d’un métier qui joue un rôle important dans les cérémonies publiques du roi, celui des massiers, office d’honneur qui existe encore et participe activement aux cérémonies publiques. J’entends ainsi analyser ici son évolution, son rôle et sa participation aux cérémonies du pouvoir à travers les différentes dispositions organisationnelles et normalisatrices élaborées essentiellement à l’époque de Philippe III, grâce à la documentation conservée à l’Instituto Valencia de Don Juan, à Madrid, à l’Archivo General de Palacio de Madrid, à la Biblioteca Nacional de España et, dans une moindre mesure, à la Sección de Casas y Sitios Reales del Archivo General de Simancas. Nous étudierons les changements qui ont affecté ce métier, dépendant de l’intendant des Écuries, aussi bien dans ses fonctions que dans ses obligations et rétributions ou dans sa participation aux cérémonies publiques consignées dans les Étiquettes générales du palais. On examinera également le cursus honorum des personnes qui l’exerçaient.

Haut de page

Notes de la rédaction

Cet article est publié dans le cadre programme de recherche « L’étiquette à la cour : textes normatifs et usages » (2014-2016). La traduction a été supervisée par le comité scientifique qui remercie vivement Sandra Martinez pour son aide précieuse.

Notes de l’auteur

Cet article doit beaucoup aux projets « Del patrimonio dinástico al patrimonio nacional : los sitios reales » (HAR2015-68946-C3-3-P) financé par le Ministerio de Economía y Competitividad et « La herencia de los reales sitios. Madrid, de corte a capital (historia, patrimonio y turismo) » (H2015/HUM3415) grâce à l’appel d’offres de la Convocatoria de Programas de I+D en Ciencias Sociales y Humanidades 2015 de la Comunidad de Madrid, financé par le Fonds social européen.

Texte intégral

Je tiens à remercier Mme Annemarie Jordan-Gschwend, chercheur au Centro de Humanidades (CHAM, Portugal), de m’avoir signalé les deux illustrations reproduites dans mon article.

Introduction

  • 1 Voir Martínez Millán y Fernández Conti 2005, p. 17-53, Martínez Millán 2006, p. 17-61, García Vera (...)

1Au cours des trente dernières années, grâce à une nouvelle méthodologie, les études sur la cour et son organisation se sont multipliées1, ce qui a permis de proposer d’autres interprétations sur sa configuration et son articulation politique à l’âge moderne, son monde conceptuel, celui des courtisans, et le déroulement des rites, étiquettes, cérémonies, etc.

  • 2 Bonney 1991.
  • 3 Parmi les différents travaux, signalons Martínez Millán 2000, Martínez Millán et Fernández Conti 20 (...)
  • 4 Voir entre autres Ladero Quesada 1998, p. 327-350.
  • 5 Martínez Millán 2005, p. 507-517 (« La función integradora de la casa real »), et Martínez Millán 1 (...)

2Dans ce contexte, l’analyse de l’une de ses composantes fondamentales, la Maison royale, revêt une importance particulière, car celle-ci apparaît comme le siège de l’articulation politique pour les monarchies dynastiques européennes en général2 et la monarchie hispanique en particulier, et devient l’élément intégrateur des élites qui la composent, en même temps qu’un dispositif de prestige et de distinction de la Couronne3. La Maison royale était le microcosme de la Res Pública – nettement influencée par la pensée aristotélicienne – qui donnait de surcroît son essence à la dynastie et en légitimait la domination4 ; le lieu où les rois, en authentiques pères de famille, incorporaient et récompensaient les différentes élites du royaume en leur accordant des charges, des faveurs et des grâces5.

  • 6 Sur l’influence du modèle de Bourgogne en Castille, voir principalement Martínez Millán 2013, p. 74 (...)

3En ce sens, dans le cadre des études et des approches méthodologiques du professeur Martínez Millán et de son équipe dans lequel s’inscrit ce travail, il a été procédé à une analyse minutieuse des différentes Maisons royales à l’époque des Habsbourg, de leurs composantes, évolution et des fonctions des différents départements qui les intégraient, de leurs structure, ordonnances et étiquettes, et de leur utilisation, ainsi que du cérémonial en vigueur. Il reste toutefois des charges à analyser de façon concrète et exhaustive, certaines ayant joué un rôle considérable dans les cérémonies publiques du roi et reflétant les changements que connut la Maison royale en Castille avec l’implantation du cérémonial bourguignon, comme ce fut le cas de celle des massiers6.

  • 7 Nous n’analyserons pas cette méthodologie, car ce n’est pas l’objet de ce travail, même si l’on peu (...)

4Le présent travail, suivant la méthodologie des études de la cour développée par Martínez Millán7, analyse l’évolution de cet office palatin entre les xvie et xviie siècles, son rôle et sa participation dans les cérémonies du pouvoir par le biais des différentes dispositions visant à l’organisation et à la normalisation élaborées par les massiers eux-mêmes, essentiellement, à l’époque de Philippe III, grâce aux archives de l’Instituto Valencia de Don Juan, à Madrid, et à la Biblioteca Nacional de España. Cette dernière abrite des mémoires détaillés, rédigés sur leur ordre, et qui furent présentés aux principaux départements du palais, dans lesquels ils revendiquaient leur rôle lors des différentes cérémonies publiques et dénonçaient la façon dont, au fil des ans, d’autres avaient usurpé leurs fonctions. , Ce fut en effet une pratique commune à quelques offices, devant la perte de leurs prérogatives et fonctions dans la Maison royale, que d’élaborer des documents destinés à justifier et à prouver leur rôle et leur importance dans la Maison et dans les cérémonies royales.

  • 8 Labrador Arroyo 2014, p. 103 (« dar reglas ethiquetas para que mis criados domésticos, cada uno en (...)
  • 9 Visceglia 2009 et Labrador Arroyo 2014, p. 127.

5Sont également analysées les ordonnances, étiquettes et instructions conservées à l’Archivo Histórico Nacional et à la Biblioteca Nacional de España. Elles nous permettent d’étudier les changements qui affectèrent le métier, aussi bien en ce qui concerne ses fonctions que ses obligations et rétributions, ainsi que son rôle dans les différentes cérémonies publiques, mentionnées, principalement, dans les Etiquetas generales de palacio (1651), résultant de la Junte des étiquettes (Junta de etiquetas) constituée par le décret du 22 mai 1647, dans le but de « donner des règles d’étiquette afin que mes serviteurs, chacun dans l’exercice de son ministère, respectent leurs obligations sans excès ni manquements8 ». Ces étiquettes générales supposèrent une nouvelle systématisation normalisation et régulation de la Maison du monarque, sous nette influence bourguignonne, en stipulant par écrit les fonctions, gages et émoluments des différents offices, de même que leur rôle lors des diverses cérémonies publiques mentionnées ; hormis le fait de refléter une classification qui illustrait la hiérarchie de l’ordre à partir de la figure royale et où était mis en avant le rôle des massiers lors des cérémonies publiques, en tant qu’officiers d’honneur9.

  • 10 Martínez Millán 2005, p. 49.

6Ces informations sont étayées par les dossiers personnels de ces officiers, ainsi que par la documentation administrative de la gestion de la Maison royale conservée à l’Archivo General de Palacio de Madrid. Ainsi, afin de comprendre qui occupait ces postes et quelle a été l’évolution du métier à l’intérieur de la Maison royale, espace clé pour la distribution du pouvoir politique10, nous allons procéder à une ébauche biographique des personnes qui ont occupé ces fonctions depuis le règne de Charles V jusqu’à celui de Philippe IV et présenter dans certains cas un bref cursus honorum.

Évolution et fonctions des massiers dans la Maison royale jusqu’au règne de Philippe II

  • 11 Razon que se dio a don Pedro de Çuñiga primer caballerizo de su magestad de todos los ministros o o (...)

7En Castille, les massiers ont fait leur apparition avec Philippe le Beau : leurs fonctions dans la Maison royale étaient auparavant exercées par des huissiers à la masse, dont l’origine, d’après le professeur Salazar y Acha, remonte au xivsiècle. Ce métier devait son nom au port de la masse, symbole de la noblesse, de l’excellence et la dignité du roi au cours des diverses cérémonies publiques auxquelles il participait : repas, fêtes, tournois, messes à la chapelle, audiences, processions ou séances au chapitre général de l’ordre de Santiago11.

Fig. 1 : Jean Clouet (attribué à), Portrait de François Ier, roi de France, v. 1540, miniature sur parchemin, 270 × 220 mm. Paris, musée du Louvre, MI 1092, recto.

Fig. 1 : Jean Clouet (attribué à), Portrait de François Ier, roi de France, v. 1540, miniature sur parchemin, 270 × 220 mm. Paris, musée du Louvre, MI 1092, recto.

Voir la notice de l’œuvre sur le site du musée du Louvre.

© RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Michel Urtado

8Les huissiers à la masse exercèrent une forte influence tout au long du règne de Pierre Ier (1350-1369), comme en témoignent les chroniques, ils jouissaient d’une grande intimité avec le roi et de sa confiance. Leurs fonctions étaient étroitement liées à la sphère protocolaire : en tant qu’hommes d’honneur, ils précédaient les cortèges armés avec leurs masses, et il leur revenait d’attester du jour, du mois et de l’année où le monarque avait procédé à telle ou telle nomination à sa Chambre. Ils jouaient aussi le rôle de portiers ou d’huissiers, chargés d’encaisser les loyers ou les créances, comme on peut le constater dans les Ordenanzas reales de Castilla de 1484 :

  • 12 Compilación… 1484.

Nous disposons que, si les huissiers de notre Cour ou l’un d’entre eux seulement, n’exécutaient pas ce que les alcades leur commandaient par leur lettre, nous ordonnons à n’importe lequel des huissiers à la masse de notre cour, à qui un ou plusieurs de nos alcades le demanderaient, qu’il exécute ces ordres12.

  • 13 Salazar y Acha 2000, p. 334-335 ; Instituto Valencia de Don Juan (désormais IVDJ), ms. 26-III-24, f(...)

9Ainsi, ils exerçaient des fonctions de police, comme par exemple, en 1351, lorsque, se trouvant à Burgos, le roi Pierre Ier envoya trois de ses massiers pour se saisir de son ennemi Garcí Laso13. Tout comme ils allaient informer un alcade ou un seigneur que le monarque avait récompensé leurs services en leur offrant un palais ou une propriété.

  • 14 Fernández de Oviedo 2006 [1548], p. 125-126 ; IVDJ, ms. 26-III-24, fo 19rº.

10À l’époque des Rois catholiques, en accord avec la description de la Maison de leur fils, le prince don Juan (1478-1497), telle que nous l’a laissée Gonzalo Fernández de Oviedo14, les huissiers à la masse remplissaient une fonction protocolaire et cérémoniale : l’historien explique qu’ils se rendaient par exemple avec le maître de salle à la cuisine et, au retour, précédaient les mets jusqu’au buffet, leurs masses royales à l’épaule – de même avec la coupe royale. Ils marchaient également devant le prince, avec les masses royales, lors des processions d’entrée dans les villes ou sur les chemins. Ils participaient aux audiences publiques du monarque avec les membres du Conseil. Il ressort de cette description du modèle de Maison castillan du prince don Juan qu’en revanche, ils n’attestaient plus le jour, le mois et l’année où le monarque procédait à des nominations à sa Chambre, et qu’ils n’allaient que rarement prévenir la personne à laquelle le monarque avait fait don d’un palais ou d’une propriété.

  • 15 Sur la Maison de Philippe le Beau, voir Cauchies 2014, p. 37-50 ainsi que « Ordonnance de Philippe (...)
  • 16 Officier responsable des clés, du mobilier et de la vaisselle à la cour (N.d.T).
  • 17 Domínguez Casas 1993, p. 609.

11Comme nous l’avons déjà évoqué brièvement, la première apparition des massiers eut lieu en Castille, dans le cortège de l’archiduc Philippe quand il conduisit en 1502, en tant que prince consort, sa femme, la princesse Jeanne, à Tolède, lors de la célébration des Cortes que les Rois catholiques y organisèrent pour y désigner leur fille comme héritière. La Maison bourguignonne de l’archiduc Philippe avait été méticuleusement configurée selon l’ordonnance approuvée en Flandre le 1er février 150015. Dans son entourage figuraient quatre massiers en tant qu’officiers d’honneur, au service du fourrier16, comme le stipulaient les ordonnances de 1497. Pour leur fonction auprès de l’archiduc, leurs gages lors du premier voyage se montèrent à 12 sols, qui passèrent à 16 en 150617.

  • 18 Il s’agit de l’ordonnance de l’hôtel de Philippe le Bon, publiée à Mons le 7 janvier 1459 dont on p (...)
  • 19 L’Estat de la maison du duc Charles de Bourgoingne dit le Hardy, nov. 1474. Il en existe plusieurs (...)

12Cette organisation palatine bourguignonne n’était pas inconnue en Castille, car les ordonnances des ducs de Bourgogne étaient déjà présentes dans l’organisation du service palatin castillan, comme en témoignent les traductions en espagnol de deux recueils de référence : celui de Philippe le Bon, établi le 31 décembre 145818, et celui de Charles le Téméraire, rédigé par Olivier de La Marche (1426-1502) en novembre 147419. Elle était également connue par la Maison et la délégation de l’archiduchesse Marguerite, la sœur de Philipe et la femme du prince Jean.

  • 20 Pour l’évolution des Maisons royales au cours de cette période, voir Martínez Millán 2000, vol. 1, (...)
  • 21 Labrador Arroyo 2013, p. 119-131.

13Dès lors, dans l’organisation palatine castillane, les huissiers à la masse coexistèrent avec les massiers, selon le modèle bourguignon20. Pourtant, au fil des ans, ce dernier finit par s’imposer sur le modèle castillan, Charles Ier d’Espagne, futur Charles Quint, se servant principalement depuis son arrivée dans la péninsule de la Maison de Bourgogne comme d’un élément d’intégration des élites des différents territoires qu’il gouvernait – le modèle castillan resta, réservé aux reines, même si le service bourguignon était aussi utilisé dans les fonctions des officiers et dans la structure du service domestico-palatin21.

  • 22 IVDJ, ms. 26-III-24, fo 18vº.

14Dans le premier rapport sur la Maison de Charles, en 1516, figuraient quatre massiers, tous originaires des Flandre ou de Bourgogne, recevant 14 sols de gages par jour – deux de moins que dans la Maison de son père Philippe pendant la dernière année de sa vie22. Pendant le règne de Charles, comme c’était un office d’honneur, ils mangeaient les mêmes mets que lui et on leur fournissait des chevaux provenant des Écuries lorsque le monarque faisait son entrée dans une ville sous un dais.

Le rôle des massiers dans les cérémonies publiques

  • 23 Del Río Barredo 2003, p. 17-34.
  • 24 Bertelli y Crifò 1991.

15Les fonctions et le rôle des massiers dans les cérémonies publiques peuvent être suivis à travers l’analyse détaillée des notes, instructions partielles, ordonnances, étiquettes et le cérémonial du palais. Leur classification témoigne de la hiérarchie des ordres émanant de la personne du roi. Ladite hiérarchie passe par une construction imaginaire de la monarchie et acquiert sa cohérence en tant que « corps ». Cet appareil régit la vie du prince et le fonctionnement de tous les départements de la Maison royale23. Les étiquettes, comme on le sait, étaient un ensemble de règles, de codes et de prescriptions comportementales assurant la dignité et la sécurité de la personne royale, soulignant les obligations, les privilèges et la hiérarchie des officiers de la Maison, afin que le service du monarque et des membres de sa famille soit effectué avec la distinction, l’ordre et le décorum requis24.

  • 25 Prosperi 1980 et Álvarez-Ossorio Alvariño 1998, p. 297-365, entre autres. En ce qui concerne la Fra (...)

16Les étiquettes et les ordonnances du palais régissaient le service des Maisons royales, ce qui suscitait une rivalité entre les différents offices, chacun voulant être le plus proche possible du monarque et jouer un rôle de premier plan lors des cérémonies publiques. Étiquette et cérémonial étaient les outils qui mettaient symboliquement en scène les relations sociales à travers une série de codes. De la sorte, l’étiquette même perd son essence de règle abstraite et révèle sa fonction concrète dans la distribution des personnages au niveau social et politique25.

Fig. 2 : Diego de Çaias, Masse réalisée pour Henri II de France, v. 1540, acier, or et argent, L. 60,9 cm, l. 11,4 cm. New York, The Metropolitan Museum of Art, 04.3.59.

Fig. 2 : Diego de Çaias, Masse réalisée pour Henri II de France, v. 1540, acier, or et argent, L. 60,9 cm, l. 11,4 cm. New York, The Metropolitan Museum of Art, 04.3.59.

Voir la notice de l’œuvre sur le site du MET.

CC0 1.0 Universal (CC0 1.0)

  • 26 Labrador Arroyo 2014, p. 99-128 et Coniez 2009.
  • 27 Voir les ordonnances dans Martínez Millán 2000, 5, p. 179-211 et Rodríguez Villa 1913.

17Bien que la Maison du roi en Castille n’ait pas disposé avant le milieu du xviie siècle d’une étiquette générale (seules les reines en connaissaient une à l’époque de Philipe II, quand celle de sa quatrième épouse, Anne d’Autriche, fut approuvée, en 1575)26, nous pouvons reconstituer les fonctions des massiers dans ces cérémonies publiques grâce à des instructions partielles, des billets, les étiquettes de 1545, les règles de formation de la Maison du prince Philippe à la manière de Bourgogne en 1548 et les ordonnances qu’il imposa à son auditeur militaire Jean de Sigoney, et auxquelles celui-ci mit un terme en 158027.

  • 28 BNE. ms. 10.605, fo 3rº (« demas ofiçiales y cavalleros delante de la ventana de la luz y retirando (...)
  • 29 IVDJ, ms. 26-III-24, fo 7rº-vº. BNE. ms. 10.605, fos 3vº-4vº.

18Leur rôle se distinguait lors des repas, en tant que représentants de la noblesse, de l’excellence et de la dignité du roi. Ainsi, par exemple, dans les repas publics donnés pour le mariage d’une dame, deux massiers accompagnaient le gentilhomme qui devait servir le vin, ils se tenaient auprès de lui lorsque le roi buvait, faisant la révérence et le salut habituel, « écartant les autres officiers et gentilshommes qui cacheraient la lumière des fenêtres et toutes les autres personnes pour laisser place au service royal28 ». Lors des repas publics de l’Épiphanie et de Pâques, ils descendaient avec le grand chambellan, portant leurs insignes, en compagnie des rois d’armes, avec leurs cottes, « pour signifier le pouvoir royal et la grandeur de l’office de grand chambellan », avant tous les gentilshommes de Bouche. Ils se tenaient près du majordome, devant les rois d’armes, ce qui témoignait de leur place et de leur importance. Une fois les mets dressés sur la table royale, ils se rendaient avec leurs insignes dans la chambre royale pour accompagner le souverain jusqu’à ce qu’il s’assoie ; ils occupaient alors les coins de la table royale, empêchant d’autres personnes de passer devant eux, tandis que leurs compagnons, d’autres massiers, sans insignes, débarrassaient la table et empêchaient les gentilshommes et les officiers de Bouche de gêner, veillant à ce que les gentilshommes restent découverts tant que le roi serait dans la chambre, afin que tout se fît en accord avec la décence et le cérémonial dû à sa personne royale29.

19Un autre point crucial dans les tâches quotidiennes des massiers concernait la chapelle du palais et les processions organisées quand le monarque visitait un couvent ou une église. Dans ces moments à forte valeur rituelle, ils accompagnaient le roi quand celui-ci se rendait en public à la chapelle, témoignant avec leurs masses de la noblesse et de l’excellence du monarque, afin d’écarter la présence d’indésirables. En outre, ils assuraient l’ordre des cortèges et processions, veillant à ce que, comme le voulait le cérémonial, après les majordomes, arrivent, dans l’ordre, les gentilshommes de Bouche, les gentilshommes et les coutiliers de la Maison. Ils organisaient l’espace dans la chapelle, guidant la procession et plaçant tous les messieurs devant la croix, dans le même ordre que pour les autres processions. Leurs décisions étaient respectées par le reste des officiers de la Maison parce qu’ils étaient des officiers d’honneur. Lors du baptême des princes premiers-nés, ils étaient présents avec leurs insignes, attendant la personne royale, prévoyant la salière et le nécessaire pour la cérémonie sans permettre à quiconque de rester couvert dans la pièce où se tenait l’escorte, excepté les grands chargés de servir les plats. Ils marchaient devant Son Altesse, en tant que représentants des symboles de la majesté royale, jusqu’aux fonts baptismaux et, une fois arrivés, se plaçaient aux quatre coins du dais, évacuant ceux qui n’avaient pas leur place dans la cérémonie. Après le baptême, il leur fallait revenir dans le même ordre à l’endroit indiqué pour y laisser Son Altesse.

  • 30 López Álvarez et Mayoral López 2008, p. 742.

20De même, lorsque le monarque était sous le dais, à l’intérieur de la chapelle, les massiers se tenaient au pied du banc des grands et des chapelains d’honneur, veillant à ce que personne ne s’installe, ne fasse de signes aux dames ou ne tourne le dos à l’autel. Et si la reine assistait aux offices divins, ils étaient attentifs à ce que personne ne s’approche du jubé et détournaient les jeunes gens de la fenêtre où les dames se tenaient avec la reine. En outre, ils escortaient le roi et la reine quand ceux-ci se rendaient en public dans une église ou un monastère, se tenant près du marchepied royal, évitant que quiconque pût remettre un mémoire au monarque. C’étaient eux qui étaient chargés de transmettre l’ordre royal invitant telle ou telle personne à accompagner le roi lors de cette sortie30.

  • 31 BNE, ms. 10.605, fos17rº-vº.

21Lors de la procession du Corpus Christi, les massiers aidaient le chambellan de la semaine à exécuter les ordres, s’assurant que défilent d’abord le Conseil des finances et le Bureau principal des comptes, puis le Conseil des Indes, celui des ordres, de l’Inquisition puis, à droite, le Conseil de Castille et à gauche celui d’Aragon, les présidents d’Aragon, le vice-chancelier et le président de Castille en même temps, puis celui d’Italie dans la partie réservée à l’Aragon, et ainsi jusqu’au dernier des conseillers du monarque31.

22Lors des funérailles royales, ils accompagnaient le roi, avec leurs insignes, de sa chambre au dais sous lequel on plaçait la dépouille, avec les ambassadeurs, les grands et les rois d’armes.

23Ils participaient activement aux entrées publiques des monarques dans les villes ou les bourgs, avec leur masse d’or gravée des blasons des royaumes et seigneuries du roi et qui représentait le sceptre royal et la couronne, devant les rois d’armes, grands et majordomes, participant de la sorte, de façon significative, au rituel politique réunissant le monarque et son peuple.

24Dans les campagnes militaires, ils restaient à proximité du roi et se tenaient près de la tente royale. Ils étaient également chargés de l’annonce de la paix, tandis que celle des guerres revenait aux rois d’armes, leurs principaux adversaires dans la Maison du roi.

25Grâce à ces documents, nous savons que les massiers assistaient et servaient le monarque dans toutes les cérémonies publiques et fêtes solennelles de la cour, accompagnés d’autres représentants des offices d’honneur tels que les rois d’armes, les uns et les autres se disputant la prééminence. Ainsi, en compagnie des joueurs de trompette, de tambour et des rois d’armes, ils servaient lors des fêtes solennelles et des banquets, se tenant derrière le grand chambellan, le grand écuyer ou le sommelier de corps, au cas où ils auraient à des ordres à donner.

  • 32 Ibid., fos 5rº-vº.

26Ils jouaient également un rôle éminent dans les fêtes et les célébrations qui se déroulaient au palais. Dans ces circonstances, il leur appartenait de faire sortir de la grande salle les gentilshommes pour faire entrer les dames, le grand chambellan décidant des places qu’allaient occuper ces deux groupes. En outre, ils transmettaient au maître de danse ce qui devait être dansé ou ce que le monarque avait choisi pour commencer, et évacuaient la salle quand le roi souhaitait danser. Au cours de ces fêtes, dans l’encadrement de la porte, se tenaient les légats du pape et les ambassadeurs de l’Empereur, de France et de Venise, deux massiers restant avec eux aux extrémités du dais32.

  • 33 IVDJ, ms. 26-III-24, f9rº.
  • 34 BNE, ms. 10.605, f17rº.
  • 35 IVDJ, ms. 26-III-24, fos 10rº-vº.

27Lorsqu’ils se rendaient à l’assemblée des Cortes avec leurs insignes, deux d’entre eux accompagnaient le monarque de sa chambre jusqu’au dais, l’attendant pour le raccompagner33. Les jours de fête des Cortes, le monarque prenait la Toison dans la sacristie du couvent de la ville où il se trouvait et de là, avec leurs insignes, les massiers l’accompagnaient avec les rois d’armes34. Ils assuraient leur service pendant les serments que les trois états du royaume prêtaient à leur nouveau souverain, avec leurs insignes, attendant avec eux dans l’antichambre royale où se formait le cortège, précédant Son Altesse, manifestant la magnanimité royale à travers le port de leurs masses et de leurs insignes, le suivant jusqu’au trône et au dais. Une fois le monarque assis, ils se répartissaient sur la première marche menant au trône, et y restaient jusqu’à la fin du serment, repartant, la cérémonie terminée, de la même manière35.

28Lors des noces royales, ils servaient avec leurs insignes, placés devant les rois d’armes, sur la première marche de l’autel, en veillant à faire respecter le silence et en évitant l’intromission d’une personne étrangère à la cérémonie, accompagnant les personnes royales à leur place. Lorsque le monarque épousait une reine étrangère, ils étaient chargés de porter le registre du protocole, avec vingt-cinq hallebardiers de la garde.

  • 36 IVDJ, ms. 26-III-24, f° 5rº-22rº. Également : Ordenanzas de Juan de Sigoney, BNE, ms. 1088, reprodu (...)

29En outre, au titre d’officiers d’honneur, ils participaient en tant que témoins aux cérémonies d’adoubement des chevaliers, en particulier de l’ordre de la Toison d’or, les masses posées sur un bureau, placés tout près du monarque au cas où il aurait un ordre à leur donner, par exemple celui d’expulser une personne qui ne se serait pas comportée avec la décence nécessaire. Ils étaient présents aux audiences publiques, évitant que ceux qui n’avaient pas obtenu audience puissent parvenir jusqu’au monarque ou lui parler, les empêchant d’apporter des mémoires fermés ou de porter des gants, ce qui était considéré comme très impoli. De même, ils devaient monter la garde au palais, dans l’antichambre, pour, si un ambassadeur ou un prince venait demander une audience ou donner une ambassade, aller leur remettre la réponse du roi et leur rendre visite de sa part afin de jouer leur rôle de porteurs de paix36.

La perte de pouvoir des massiers

  • 37 BNE, ms. 10.605. D’autres offices de la Maison royale ont eux aussi connu ce genre de situation ; v (...)
  • 38 Martínez Millán 2000, vol. 2, p. 125-152, 237-250 et 259-265.

30Vers la fin des années 1540, lorsque le modèle bourguignon s’imposa dans le service domestico-palatin à la cour espagnole, il induisit un changement qui toucha les massiers. Ainsi que d’autres offices d’honneur tels que les rois d’armes, hérauts ou messagers, ils ne furent plus installés à l’intendance, dans le cas de la Maison de Bourgogne, ou dans la chambre, dans le cas de la Maison de Castille, mais aux Écuries. De la sorte, ils n’étaient plus sous le contrôle du grand chambellan, l’officier principal de la Maison, auquel ils prêtaient serment, mais dépendaient du grand écuyer, le grand officier du département des Écuries, qui ne possédait pas la prééminence du grand chambellan. Cet important changement se refléta dans la formation de la Maison que Charles V transmit à son fils, le prince Philippe, selon le modèle bourguignon, avant son voyage à travers l’Europe37. On constate également la disparition progressive des huissiers des récits concernant les offices de la Maison des princesses ou des reines espagnoles38 pendant cette période.

  • 39 Monnaie généralement utilisée pour exprimer les salaires des employés de la Maison royale.
  • 40 Etiquetas generales de palacio de 1651, Archivo Histórico Nacional (désormais AHN), Consejos, libro (...)

31Les massiers ne faisaient désormais plus partie du « corps de la Maison » et recevaient au bureau leurs gages, qui étaient très faibles, 140 placas39 seulement par jour (4 réaux et un quart), versées par le fourrier des Écuries. Ils avaient également droit à une tenue de deuil et à la livrée générale – dans leur cas un habit noir et un second, d’une autre couleur pour le baptême du prince héritier, quand Son Altesse prêtait serment ou pour les noces royales. Ils bénéficiaient également d’un logement, des services du médecin et de l’apothicaire et d’une participation à leurs frais quand le monarque quittait la cour et qu’ils devaient l’accompagner, ainsi que d’un cadre en argent pour le certificat qu’ils avaient l’obligation de remettre aux nouveaux chevaliers lors de leur cérémonie d’adoubement par le roi40.

  • 41 IVDJ, ms. 26-III-24, fos 21rº-vº.

32Dorénavant, et de manière progressive, leurs fonctions se réduisaient, principalement lors de l’accompagnement dans les cérémonies publiques : ils laissaient les questions d’honneur à d’autres officiers du protocole tels que les rois d’armes. Leur charge était assimilée à celle des tambours et des trompettes, parce que, comme ces derniers, ils devaient passer tous les quatre mois un examen devant le contrôleur et le comptable des Écuries afin de percevoir leur salaire, ce que n’avaient pas à faire les pages, écuyers ou rois d’armes, reflet indiscutable de leur perte de pouvoir dans la Maison et plus particulièrement dans le département auquel ils étaient attachés41.

  • 42 IVDJ, ms. 26-III-24, fo 19rº.
  • 43 López Álvarez et Mayoral López 2008, p. 743.

33Ainsi, par exemple, au fil des ans disparut leur ancien privilège qui voulait que sans leur acceptation les titres de noblesse donnés fussent invalides, ce qui les assimilait aux rois d’armes42. Ils ne jouèrent plus qu’un rôle secondaire dans le cérémonial des repas publics du souverain pour l’Épiphanie ou à Noël, alors qu’ils en avaient auparavant la charge exclusive. À l’époque de Philippe II, on commença à voir d’autres offices, tels que les portiers de chambre, remplir certains jours ces fonctions43.

  • 44 BNE, ms. 10.605, fo 7rº.

34Ils n’étaient plus non plus les seuls à diriger les processions – le massier le plus ancien devait rester avec les majordomes pour se tenir aux ordres du roi –, ni les seuls à accompagner le souverain jusqu’à sa chambre quand il revenait de la salle du trône, fonctions qu’exerçait de plus en plus le roi d’armes. Cette disparition de leurs prérogatives concernait d’autres offices mineurs de la Maison. Ainsi, les valets de chambre s’étaient approprié le contrôle de l’accès aux audiences publiques du roi, et le droit d’informer les ambassadeurs et les grands seigneurs de la date de leurs audiences, tandis que c’était désormais les alcaldes de la Maison et de la cour qui étaient chargés de veiller sur le monarque en public44. Les archers usurpaient aussi leurs missions car ils empêchaient qu’on ne remît des mémoires au monarque lorsque celui-ci quittait la messe, alors que c’était auparavant aux massiers de le faire, comme nous l’avons vu dans la section précédente.

  • 45 IVDJ, ms. 26-III-24, fo 5vº.

35Leur place lors des entrées changea aussi, comme en témoigne celle de Philippe III à Burgos, le 13 juin 1603 : les massiers reçurent de nouveaux ordres pour marcher devant les majordomes, au-delà des insignes, tandis que l’épée, les massiers et les rois d’armes suivaient dans le cortège45. Jusqu’alors, suivant la tradition, les massiers arrivaient avec les insignes, c’est-à-dire le sceptre, l’épée et les armes, parmi les grands et les majordomes, comme cela avait été le cas, par exemple, quelques années plus tôt, lors de l’entrée à Barcelone, où les massiers occupaient la position qui leur revenait :

  • 46 Chamorro 2012, p. 81-103, en particulier p. 92 (« En primer lugar iban las trompetas y atabales tan (...)

En premier venaient les joueurs de trompettes et de tambours de la ville et du roi, à la suite, un grand nombre de gentilshommes et de Grands accompagnés de la garde à pied du roi, derrière eux les quatre massiers du roi et les quatre rois d’armes suivis du grand écuyer, le marquis de Denia, portant l’épée, signe de justice royale, qui se trouvait juste devant le dais sous lequel se trouvait le monarque ; derrière celui-ci, le fils de Denia sur un beau cheval et le capitaine de la garde suivi des pages et de quelques compagnies de soldats46.

36Ils perdirent également leur autorité à la chapelle, car il leur était expressément interdit d’être les seuls à accompagner le monarque de ses appartements à la chapelle, puisque les capitaines et les majordomes voulaient « ynterpolar personas q no deven yr alli » (« introduire des personnes qui ne doivent pas y entrer »). La proximité du monarque impliquait une possibilité d’intervenir dans la politique et de recevoir un certain type de gratification, de sorte que son contrôle devint une affaire primordiale.

  • 47 López Álvarez et Mayoral López 2008, p. 742-43.

37Les duègnes d’honneur et les majordomes de la reine commencèrent à donner des ordres et les garde-dames étaient présents alors qu’ils n’avaient pas à le faire s’il y avait des massiers. En outre, personne ne les écoutait plus quand ils dénonçaient un placement erroné, comme lorsque les majordomes se tenaient près du jubé, de la chaire ou devant le banc des ambassadeurs quand ils allaient annoncer la paix, ou lorsque les majordomes, les sacristains et même les enfants de chœur s’asseyaient sur les marches du maître-autel, où seul aurait dû se tenir le maître de cérémonie ; ni lorsqu’ils attiraient l’attention sur des conduites inappropriées, par exemple lorsque les gentilshommes de la Chambre et même les femmes « et un autre genre de personnes qui ne sont pas courtoises envers Dieu et les personnes royales » entraient par la salle des bijoux ou profitaient des cérémonies pour faire des signes aux dames et leur envoyer des galanteries47.

  • 48 IVDJ, ms. 26-III-24, fo 22rº.

38De toute évidence, la perte de l’honneur dans l’exercice de leurs fonctions leur portait préjudice au niveau des obligations et privilèges de leur activité quotidienne à la cour. Autre exemple de ce processus : sous Philippe III, les majordomes du roi les tutoyaient car ils ne considéraient pas leur office comme un honneur, ce qui constituait une nouveauté, contrairement à ce qui se passait à l’époque de Philippe II le Prudent48.

La réponse des massiers

  • 49 Ces mémoires des massiers figurent dans IVDJ, ms. 26-III-24 et BNE, ms. 10.605.
  • 50 Les ordonnances de Sigoney figurent dans BNE, ms. 1.080.

39Cette perte de privilèges suscita bien entendu chez les massiers une réponse sous forme de mémoires adressés au grand chambellan, au bureau, au grand écuyer, exigeant que soient définis clairement leurs fonctions et leur rôle dans les cérémonies et le service royal49, puisque les ordonnances élaborées par le contrôleur Jean de Sigoney mentionnaient à peine leur office50. Ils entendaient là récupérer leurs privilèges, émoluments, prérogatives et grâces qui, de par leur raison d’être, leur office d’honneur, leur revenaient, et en jouir.

40La complexité de la vie à la cour exigeait une gestion précise aussi bien de la structure et de l’organisation de la Maison, qui se traduisait dans les gages, salaires et fonctions de chacun des différents offices des départements de la Maison royale, que de l’ensemble des cérémonies liées à la vie palatine, où le roi et sa famille jouaient un rôle d’importance.

  • 51 IVDJ, ms. 26-III-24, fo 26vº et BNE. ms. 10.605.

41Dans ces mémoires, les massiers signalaient que, comme ils n’avaient pas reçu d’instructions claires par écrit, leur place dans ces cérémonies avait – comme nous l’avons vu – été usurpée par d’autres officiers de la Maison tels que les rois d’armes, portiers de chambre, huissiers ou même archers. En outre, faute de règles écrites, on ne leur reconnaissait pas d’autorité, et les majordomes de semaine et autres officiers de la Maison ne leur prêtaient pas attention51. Ils signalaient par exemple qu’à la chapelle :

  • 52 BNE, ms. 10.605 : « [...] se sientan los mayordomos y otras personas no compitiendo con la verdad l (...)

[...] à côté des majordomes s’assoient d’autres personnes à la vanité inimaginable, qui veulent être des seigneurs et qui, pour beaucoup, n’en sont pas, ayant plus d’infatuation que d’autre chose et surtout peu de raisonnement et de respect. Votre Excellence ne doit pas laisser faire cela, car la décence et le respect sont dus à Dieu et au roi, selon la loi de Dieu et celle des hommes. Ce n’est pas parce que quelqu’un dit qu’il est aide de la Chambre de son Altesse, ou de sa Majesté, qu’il a acquis une quelconque possession telle que celle du gentilhomme de la Bouche ou de la Chambre, offices qui sont plus dignes d’être respectés et tenus en estime. La chapelle royale n’étant pas une paroisse pour tous, il ne convient pas que tous occupent une position qui n’est pas la leur et qui ne leur revient pas par leurs offices. Une fois que Votre Excellence l’aura ordonné, on obtiendra la bienséance et l’obéissance qui convient et qui est nécessaire au bon ordre et à la bonne administration des deux grandeurs de Votre Excellence, duc de l’Infantado et grand chambellan52.

  • 53 López Álvarez et Mayoral López 2008, p. 742-43.

42Pour toutes ces raisons, ils réclamaient non seulement une réglementation des étiquettes et des ordonnances du palais, mais aussi, au préalable, de repasser sous le contrôle du grand chambellan et de ne plus être soumis, comme ils l’étaient depuis 1548, au bureau du contrôleur et à la comptabilité des Écuries royales53.

  • 54 López Álvarez et Mayoral López 2008, p. 741.

43Ils plaidaient que, lorsque les instructions seraient claires, tous les excès commis dans la Maison royale en raison de leur perte d’autorité due à l’absence de réglementation seraient évités. Et argumentaient que, si leurs obligations étaient consignées clairement par écrit, des situations telles que celle qui s’était produite au début des années 1590, lorsque l’huissier chargé des repas, Juan López de Vivanco, avait présenté le verre au roi alors que celui-ci mangeait en public, ce qui allait indubitablement à l’encontre de toute logique et de toute coutume54, ne se représenteraient pas.

  • 55 Ils précisaient que, à l’époque de Charles Quint, deux rois d’armes avaient quitté leur place pour (...)

44Dans ce processus de défense de leurs prééminences et prérogatives, ils n’hésitaient pas à mettre en avant leur ancienneté dans la Maison face à des concurrents directs tels que les rois d’armes introduits en Castille, d’après leurs mémoires, dans la Maison de Philippe le Beau, tandis qu’eux, ou plutôt leurs prédécesseurs castillans, les huissiers à la masse, servaient le monarque depuis au moins le xive siècle55.

  • 56 Martínez Millán 2008, p. 123-184.

45Cette plaidoirie s’intensifia à l’époque de Philipe III, avec l’institutionnalisation accrue de la Maison royale, l’augmentation de ses dépenses et du nombre total d’officiers, assorties de la redéfinition du modèle politique de la Monarchie56. Cela se traduisit par une hausse significative des demandes de nombreux serviteurs de la Maison au monarque afin de maintenir leurs privilèges ou de les étendre.

  • 57 Bureau, 13 de marzo de 1593 ; AGP, AG, leg. 640 s. fo ; López Álvarez et Mayoral López 2008, p. 741
  • 58 BNE, ms. 10.605.

46Lors des dernières années du règne de Philippe II et des premières de Philipe III, les massiers présentèrent eux-mêmes au bureau une demande visant l’autorisation de pénétrer tous dans l’antichambre, étant donné que, à l’époque du duc d’Albe, grand chambellan de Philippe II, il leur avait été ordonné, du fait de l’exiguïté de la pièce, de n’y laisser entrer que deux d’entre eux. Le bureau ne semble toutefois pas en avoir tenu compte, puisqu’il ordonna au greffier de garder le mémoire « pour le cas où ils insistaient sur ce point57 ». De même, ils écrivirent que leurs « places de massiers étaient très déchues et désavantagées, car de nombreux serviteurs de votre majesté ont usurpé une partie de leurs privilèges et prérogatives, en s’immisçant dans leurs offices58 ». Ils rapportaient à Philippe III que les aides de la chambre prétendaient porter le cadre en argent et servir dans les audiences publiques, comme nous l’avons vu, alors que cela leur revenait, et que, de leur côté, les huissiers de la chambre desservaient la table royale lors des repas publics et auprès des pauvres, alors que la tradition voulait qu’ils n’assistent aux repas publics que devant les portes.

  • 59 IVDJ, ms. 26-III-24, f° 20rº-vº; López Álvarez et Mayoral López 2008, p. 743-744 : « se ha visto mu (...)

47De plus, les gardiens de la chapelle s’immisçaient dans la conduite du cérémonial qui revenait aux massiers quand le roi était dans la chapelle, sous le dais ou sur le jubé avec la reine, quand ils n’avaient qu’à assister à la surveillance de la porte, ôtant de surcroît aux grands les bougies des mains, ce qui revenait au cirier ou à ses aides. De même, les gardes des dames d’honneur de la reine entraient dans la chapelle pour éviter que les jeunes gens ne se placent devant la fenêtre où elles avaient l’habitude d’assister à la messe alors que c’était du ressort des massiers, car ils se trouvaient dans la chapelle au pied du banc des grands, devant ladite fenêtre59.

  • 60 BNE, ms. 10.605, f°o13rº (« se ha visto muchas cosas yndignas de la grandeça del Real Palaçio ; « l (...)

48Pour dénoncer cette usurpation de fonctions et de prérogatives dévalorisant leur office, qui n’avait désormais plus grand-chose à voir avec l’honneur, les massiers cherchèrent appui après du duc del Infantado, grand chambellan de Philippe III, déclarant que l’« on a vu beaucoup de choses indignes de la grandeur du Palais royal » ; ainsi, « les huissiers en sont arrivés avec insolence et manque de respect à vouloir prendre les bougies à Leurs Majestés, ce qui revient aux grands chambellans et à personne d’autre, et à tendre les carreaux lors des occasions où Leurs Majestés se trouvent en public là où elles doivent s’agenouiller », et « les ménins [...] sont allés railler les dames et taper sur le jubé »60.

49Leur situation, malgré tous ces mémoires et ces demandes, ne s’améliora pas. Et le changement de règne leur fut encore plus préjudiciable. Les réformes du département de l’écurie, sous Philippe IV, en 1631 et 1640, diminuèrent leur nombre, qui passa de six à quatre : « qu’on les réduise à quatre, et on placera ailleurs les deux qui restent ». Cette réforme affecta également d’autres officiers subalternes. Mentionnons par exemple la suppression de l’office de porteur d’eau et de peintre des Écuries, et la réduction des aides aux frais du fourrier, des courriers, trompettes, violons, ménestrels, entre autres. Il s’agissait d’une tentative de réorganisation des compétences et d’éradication des fraudes qui atteignit fondamentalement les offices mineurs, les massiers étant alors considérés comme tels – ce qui reflète encore leur perte de prééminence et le manque absolu d’« honneur » dans l’exercice de cette charge et les fonctions qu’ils remplissaient.

  • 61 Sur le cérémonial français, voir Godefroy 1649.

50Lors des cérémonies recensées dans le livre des Etiquetas generales de palacio de 1651, qui furent considérées à l’époque comme les mieux définies d’Europe61, on rapporte de nombreux cas où les massiers avaient perdu leurs fonctions d’honneur et leur rôle protocolaire significatif lors des différentes cérémonies publiques, qu’il s’agisse d’entrées, de serments ou de repas, malgré leurs manifestations et leur mise en avant de leur condition de nobles, pour, au fil des ans, garder une charge d’honneur.

  • 62 AHN, Consejos, libro 1189, f°o155rº.
  • 63 Ibid., fo 159vº.
  • 64 Ibid., fo 174vº.

51Ainsi, quand les rois entraient dans le palais sous le dais après avoir été jurés héritiers, la cour sortait à cheval, d’abord les ministres inférieurs puis les supérieurs, les quatre massiers et, en fonction de leur ancienneté, le procureur général, les greffiers du conseil municipal, les conseillers, le maire et derrière son grand huissier, les comptables et les receveurs62. Lors de l’entrée des reines à la cour, les massiers, en tenue de velours rouge cramoisi avec des franges d’or et leurs masses, accompagnaient la cour à cheval puis, en procession, le procureur général, les greffiers de la municipalité et les échevins63. Lors du serment des princes, ils faisaient également partie du cortège, deux par deux, après les alcades de la Maison et de la cour, les pages avec leur précepteur, les chevaliers et gentilshommes de Maison et de Bouche, les seigneurs titrés et procureurs des Cortes, mélangés sans ordre ni préséance. Derrière les massiers, les majordomes de la reine, juste derrière ceux du roi, leurs bâtons à la main, puis les rois d’armes avec leurs cottes. Dans l’église, les massiers restaient avec leurs masses sous l’estrade, où se tenaient de chaque côté les rois d’armes, pendant tout le temps que durait le serment64. En bref, ils participaient toujours, accompagnant les cérémonies publiques, portant les masses qui symbolisaient la noblesse, l’excellence et la dignité du roi, mais sans jouer un rôle important dans aucune cérémonie.

  • 65 Ibid., fos 187vº-188rº.
  • 66 Ibid., fo 217vº.
  • 67 Ibid., f° 234rº.

52Pour signaler d’autres exemples, lors de la sortie ordinaire du roi de la chapelle, les massiers restaient dans le salon, où attendaient les gentilshommes, coutiliers et capitaines ordinaires, les archers et deux soldats de chaque nation dans la salle65. Quand le monarque apparaissait, les massiers l’accompagnaient tout près des gardes, chambellans et grands. Lors du repas public ordinaire du roi, ils restaient, sans insignes, sur les côtés de l’estrade, écartant les gens et faisant de la place pour qu’ils n’entravent pas le service66. Lorsque le monarque sortait à cheval pour distribuer les grâces, les massiers se trouvaient dans la suite. Le cheval du roi sortait de l’écurie puis, devant et à pied, les trompettes et les tambours, les officiers mineurs de la maison des pages, puis les valets de laisse, les officiers de mains et les laquais, trois par trois ; ensuite, les courriers, l’intendant des Écuries, l’aide du fourrier et les autres officiers de l’écurie. Ensuite seulement, les huissiers, massiers, rois d’armes, le grand armurier et le fourrier, le palefrenier, l’intendant des voitures et les écuyers, tous découverts67.

  • 68 Ibid., fo 78rº.

53Enfin, pour indiquer d’autres exemples du rôle des massiers au cours des cérémonies, le jour de la Purification, quand le roi se rendait dans un monastère, les massiers et les chambellans allaient derrière lui, qui se tenait juste derrière les chapelains et les pères du couvent68.

  • 69 Pérez-Mínguez 1934, p. 282.

54Leurs fonctions et tâches lors des cérémonies publiques ne signifiaient pas – comme les massiers le souhaitaient et le demandaient à Philippe III –que d’autres officiers de la Maison tels que les assistants, les huissiers, les gardes, etc., cesseraient de les leur disputer dans les cérémonies de la cour et que leurs privilèges et prérogatives seraient désormais définis et acceptés par les autres officiers. Désormais, comme le soulignait Jean de Idiáquez pour expliquer à Philipe III comment recevoir son épouse à Valence : « les étiquettes fixent les coutumes, et celles-ci sont introduites au palais selon sa volonté par le roi69 ».

Les massiers de la Maison royale : biographie et cursus honorum

  • 70 Pour plus d’informationssur ces personnages, voir Martínez Millán 2000, vol. 4.

55À l’époque de Charles Quint, nous trouvons un certain nombre de massiers principalement rémunérés par la Maison de Bourgogne et qui provenaient essentiellement de Flandre, des Pays-Bas et de Bourgogne, tels que Eduardo de Bertholz, Raphaël le Nadre, Pedro de Rade, Hugues Spiernick, Gerardo Stassart, Pedro Corteville, Ferry Lombart, Claude Malblancq, Michael de Hun, toujours présent sous Philippe II, ou Estienne la Jonchière, qui avait été archer de corps et servit jusqu’en 1559, date à laquelle il resta en Flandre avec sa pension de retraite70.

  • 71 IVDJ, ms. 26-I-28 : Etiqueta de la casa del señor emperador Carlos Quinto dada por su magestad sien (...)
  • 72 Récit dans Martínez Millán 2000, vol. 5, p. 59.

56La première relation de la Maison de Bourgogne, en 1515, indique qu’ils étaient six, qui servaient pendant des périodes de quatre mois, deux par deux, pour une rémunération de 9 placas par jour, avant que leur nombre n’ait décru jusqu’à quatre71. En même temps, dans la Maison de Castille, il y avait un certain nombre d’huissiers à la masse, comme Juan de Cea, qui exerçaient leur service dans la Maison royale depuis l’époque de la reine catholique, ou Pedro de Mujica, qui occupait le poste depuis le 9 août 150872.

  • 73 AGP, SP, caja 16.933, exp. 18 ; AG, legs. 5981 s. fo, et 6723 s. fo ; IVDJ, Envío 33, caja 46.

57Sous Philippe II, le nombre de massiers, tout au long du règne, ne dépassa pas quatre en même temps. On remarque l’absence d’officiers étrangers. Parmi ceux-ci, nous n’avons les références de service que de Juan Dufour, du moins de 1564 jusqu’à sa mort en 1570, de l’Anglais John Fule, au moins en 1557, de Gaspar Martin et Jean Manart, originaire de Tournai, et qui servit jusqu’à sa retraite dans le deuxième tiers de l’année 160173.

  • 74 Son fils, Alonso Vázquez de Mendoza, fut huissier de chambre du roi. AHN, Consejos, leg. 4412, núm. (...)

58Ce furent principalement des Espagnols qui occupèrent cette fonction. Au cours des premières années, un grand nombre d’entre eux avaient commencé leur service dans la Maison de l’impératrice ou lorsque Philippe était prince, afin d’être reçus comme huissiers dans la Maison du prince et, après l’installation de la Maison de Bourgogne en 1548, d’exercer comme massiers. Ce fut par exemple le cas de Juan Flores, garde des dames de la Maison de l’impératrice, jusqu’à la mort de cette dernière. Le 1er juillet 1539, il fut nommé huissier à la masse dans la Maison du prince Philippe, où il servit jusqu’au 25 novembre 1547, date à laquelle il devint garde des dames des infantes. Le 1er décembre 1551, il reçut le titre de massier de la Maison du prince de Bourgogne. D’autres exemples peuvent être cités : Antonio de Mendoza avait été gardien de la chambre de l’impératrice et des infantes jusqu’au 25 mars 1547, lorsqu’il fut promu huissier à la masse dans la Maison du prince Philippe, devenant massier lorsque le modèle bourguignon fut choisi dans la Maison du prince, en service au moins jusqu’en 155874 ; Juan Perea, qui avait été gardien de la chambre de l’impératrice, fut reçu comme massier dans la Maison de Bourgogne du prince en 1548 ; Baltasar de Huebra, aide du fourrier du palais de la Maison de Bourgogne du prince Philippe depuis 1548, était massier en 1558.

  • 75 AGP, SP, caja 2650, exp. 25.

59D’autres furent reçus après avoir servi d’autres membres de la famille royale tels que l’archiduc Albert. Par exemple, Juan Maldonado de Mendoza, avant d’exercer comme massier, avait été au service à Madrid de Mateo de Oten, secrétaire du roi et de l’archiduc Albert, et grand officier du secrétariat ; Juan Nieto Hidalgo était secrétaire des gens de guerre au royaume du Portugal à l’époque de l’archiduc Albert, qu’il servit aussi dans sa Maison de Flandre (avant de rejoindre la garde civile de Flandre)75.

  • 76 AGP, AG, legs. 5981, 5983, 5984 y 5985 s. fo.
  • 77 AGP, AG, legs. 5981 s. f°, et 5984 s. fo.

60Le nouveau règne entraîna des changements rapides pour ceux qui exerçaient cette fonction, leur nombre passant à six, au moins en 1601 et 1603, pour être réduit à quatre puis de nouveau augmenté à six76. Philippe III conserva les massiers de son père Gaspar de Martín, Jean de Manart, Alonso de Migolla et Nicolás de Medrano77.

61On observe sous ce règne une transmission héréditaire des charges de massier : sous les règnes précédents, elle n’avait concerné que quelques cas, comme ceux de Martin et Miguel de los Arcos, père et fils qui occupèrent la place d’huissier de 1529 à 1548 pour le premier, et de 1548 à 1556 pour le second.

  • 78 Nobles qui ont demandé à obtenir ou à faire vérifier par une enquête leurs lettres de noblesse (NdT (...)

62On observe également que de nombreux nobles détenaient cette charge, car cela coïncida avec la perte de prééminence du métier dans les cérémonies publiques en faveur d’autres offices protocolaires. Toutes les personnes qui exercèrent ce métier avancèrent leur bonne naissance et leurs capacités, en tant que nobles aux titres exécutoires78.

  • 79 AGP, AG, legs. 5981, s. fo, et SP, caja 16.611, exp. 7.
  • 80 IVDJ, ms. 26-III-24, fos 22vº-23rº; AGP. AG, legs. 5981 y 5986 s. f°.

63Ainsi, par exemple, sous Philippe III, servirent comme massiers Diego de la Bellota, qui l’était depuis 1599, également chargé de l’arquebuse de Philippe III à la suite de son père Jean-Jacques de la Bellota, qui avait servi Philippe II79 ; ou Gregorio de Bolivar qui obtint sa charge de Pedro Beltrán de Guevara y Mendoza, son beau-père, Philippe II ayant fait la grâce de la place à la personne qui épouserait la fille de ce dernier, doña María de Guevara, ce qu’il fit en 1599. Il était le fils de Gregorio de Bolivar, noble de Maison connue, et le neveu de Juan de Bolivar, secrétaire de l’Inquisition, et du licencié Quintanas, tous deux cousins de son père, inquisiteurs de Logroño. Gregorio était né à Balmaseda, dans la province de Biscaye, et il occupa également un siège permanent dans la Maison d’Aragon grâce à son mariage80.

  • 81 Dossier à AGP, SP, caja 680, exp. 18 ; BNE. ms. 3.825.
  • 82 Sa sœur, doña Jerónima de Migolla, servait à la chambre de la reine et un autre frère de son père, (...)
  • 83 IVDJ, ms. 26-III-24, fos 23vº-25rº ; AGP, AG, legs. 5981 et 5984 s. fo.

64Fut également massier, à partir du voyage royal à Valence en 1599, Matías de Migolla, fils d’Alonso de Migolla. Il succéda, pour quarante années de service, à son père (qui avait servi également, au moins à partir de 1556, en tant que précepteur des pages, quand son oncle, Antonio de Migolla, chevalier de Saint-Jean, l’était aussi81), qui fut autorisé à lui laisser sa place. Matías était né à Avila et était noble aux titres exécutoires82. Il y eut également Juan de Mendoza Maldonado, originaire de Guadalajara, hidalgo des Maldonados de Salamanque et des Mendozas d’où sont originaires les comtes de Priego, fils de Diego de Mendoza Maldonado, conseiller de la ville de Guadalajara. Il arriva pour servir début novembre 1602 à la suite de Jean de Manart, massier à la retraite, grâce à son mariage avec sa fille doña Ana Manart, au service de l’impératrice Marie, et resta en place jusqu’au 6 janvier 1613, quand il mourut et fut remplacé, le 4 mars, par Antonio de Isla83.

  • 84 IVDJ, ms. 26-III-24, fos 25rº-vº ; BNE. Porcones, 202 (2) ; Martínez Millán et Fernández Conti 2005 (...)

65On observe aussi sous ce règne que ces officiers étaient de moindre noblesse, mais tous munis d’une lettre de noblesse aux titres exécutoires, affirmant ainsi leur statut et leur prééminence dans la Maison. En témoigne l’exemple de Juan Nieto Hidalgo, originaire de Cubo de Ledesma, neveu de maître Hidalgo, de l’ordre de Calatrava, prieur de Valence et assesseur du Saint-Office, massier grâce à son mariage avec Dona Melchora de San Martín, fille de Gaspar Martín, massier retraité dont il occupa la place à partir de 1589, et petite-fille de Cornelio, alcade du palais royal à Madrid et grand tapissier de Charles V84. L’obtention de l’office par mariage avec des femmes qui en disposaient « pour le donner à celui qu’elle épouserait » se généralisa.

  • 85 AGP, SP, caja 77, exp. 13 y caja 772, exp. 12 ; IVDJ, ms. 26-III-24, fos 25vº-26rº.

66Pendant ce temps, à la chapelle, exerçait en tant que massier, à partir du mars 1605, Juan Álvarez de Medinilla, noble au titre exécutoire de Cuellar, en raison des vingt-quatre ans de service de son père, du même nom, courrier et assistant du fourrier des Écuries, et grâce à son oncle Hernando de Medinilla, qui avait été le grand intendant de Philippe II pendant plus de cinquante ans85.

  • 86 Complément de rémunération fréquemment utilisé pour les employés et serviteurs du palais royal (N.d (...)
  • 87 AGP, SP, caja 16.675, exp. 15.

67Sur les listes des rémunérations apparaît aussi le nom du Bourguignon Claudio Borquin, archer puis massier, ainsi que serviteur du duc de Lerma, à la suite de Diego de la Villota, et qui conserva la place d’archer à partir du 20 juin 1617. Borquin participa à l’expédition du Portugal en 1619. Par décret du 25 juillet 1633, le comte-duc d’Olivarès, en tant que grand écuyer, fit don à sa veuve, Doña Ángela de Munguia, de 200 ducats d’aide aux frais86 du domaine royal87.

  • 88 Il fut le patron de chapellenies dans la paroisse de Santa María de Villacones du palais d’Añara, à (...)

68Au début du règne de Philippe IV, le nombre de massiers passa à six, puis revint à quatre avec la réforme des Écuries en 1631. La suite de Gregorio Bolivar, mort le 3 décembre 1623, fut assurée, par décret du comte-duc du 3 février 1624, par son fils Pedro de Bolivar qui occupa ce poste jusqu’à sa mort, le 18 janvier 1662. Après consultation, en septembre 1662, lui succéda Pedro Fernández de Arce qui avait fait carrière aux Écuries en tant que muletier, serviteur chargé de la litière, valet de l’intendant, intendant des voitures, grand cocher de la princesse Marguerite et intendant des Écuries suite à la maladie d’Esteban de Liaño. Pedro Fernández servit jusqu’en décembre 1669, date de sa mort88. Sa nomination comme massier avait sans aucun doute été influencée par la lettre que la princesse Marguerite avait écrite à don Luis de Haro afin de recommander son ancien serviteur et de lui demander de veiller sur lui.

  • 89 AGP, SP, caja 16.668, exp. 1.
  • 90 AGP, SP, caja 16.513, exp. 7.
  • 91 AGP, SP, caja 16.513, exp. 6.

69Juan Nieto Hidalgo reprit la fonction de massier, même si peu de temps après le début du règne de Philippe IV il fut promu et devint garde des dames de la reine et plus tard inspecteur. Cette charge fut également exercée par Andrés Conrado jusqu’au moment où il accompagna l’infante Marie en Hongrie89. Matthias de Migolla occupa le poste jusqu’à sa mort en mars 1633 et, le 9 octobre de la même année, le capitaine Juan Antonio Balanzat, qui avait épousé dans la paroisse de San Sebastián sa fille, Doña Ana de Salcedo Migolla (par une grâce royale du 3 février 1624)90, lui succéda, conservant le poste jusqu’à sa mort, en 1639, date à laquelle son fils Antonio Gaspar Balanzat le reprit conformément à la consultation du 12 juin 1641. Gaspar de Carrión Sotelo exerça la fonction de massier lorsqu’il était mineur – il prêta serment devant le comte-duc – et jusqu’à ce qu’il soit installé comme officier des lits. Il fut suivi par José de Castro, qui prêta serment le 7 avril 1646, et, à partir du 1er septembre 1650, par Fernando Mateo de las Heras, grand officier du bureau du contrôleur et des comptes des Écuries, résidant à Madrid, qui quitta son poste lorsqu’il fut nommé aide du fourrier des Écuries, après son mariage avec la fille aînée d’Esteban Diaz de Liaño, et en juin 1653. Antonio Gaspar lui succéda jusqu’au 16 décembre 1675, date de sa mort91.

  • 92 AGP, SP, caja 77, exp. 13.

70Comme massier de la chapelle, après la mort de Juan Álvarez de Medinilla, fut nommé son gendre, Gaspar Ramírez de la Trapera, fils de Juan Ramirez de la Trapera, aide de la chambre du cardinal-infant, décoré dans le village de Villamayor de l’ordre de Saint-Jacques de la noblesse de l’Épée à titre exécutoire92.

  • 93 AGP, SP, caja 471, exp. 38.
  • 94 AGP, SP, caja 16.772, exp. 17.
  • 95 AGP, SP, caja 486, exp. 34.

71À l’époque de Charles II, le nombre de massiers resta de quatre. Les charges continuèrent à se maintenir dans les mêmes familles. Ainsi, par exemple, à partir du 26 février 1676, don Francisco del Campo, capitaine de cavalerie, prit la place du défunt Gaspar Antonio de Balanzat et Francisco González Sarabia, massier depuis le 4 mars 1681, gendre de don Gaspar Antonio de Balanzat, celle de don Antonio de Olivares93. Pourtant, de nouveaux officiers arrivèrent, tels que Lorenzo Antonio Castellanos, fils de Lorenzo Castellanos, chargé des selles et des objets des Écuries et de l’armurerie, massier depuis le 19 décembre 1667, à la place de Manuel de Rebolledo, jusqu’à sa mort le 17 février 168194. À la fin du règne apparut la figure du massier surnuméraire, qui se consolida tout au long du xviiie siècle, comme ce fut le cas pour d’autres offices de la Maison95.

72Comme lors des règnes précédents, le parcours professionnel des massiers ne présentait généralement pas de fortes modifications ; ils finissaient leurs jours dans le même office ou, dans le meilleur des cas, à la retraite. Souvent parce que le service royal, comme le rapportait Diego de la Bellota dans le mémoire mentionné précédemment, « attend une rémunération et une récompense pour son service continuel, car il s’y consacre entièrement et se prépare à y passer le restant de ses jours, comme l’avait fait son père avant lui... », ce qui, compte tenu de la faiblesse des salaires et des retards de paiement, générait de nombreux frais. Par exemple, Gregorio de Bolívar indiquait qu’il avait dépensé plus de 4 000 ducats ; quant à Juan Alvarez de Medinilla, il finit en prison pour dettes en 1638. L’exercice de cette charge, par-delà le fait de pouvoir la transférer à son fils ou à sa fille en dot, rapportait peu d’avantages, dans le meilleur des cas un autre office dans la Maison. Par exemple, Gaspar de Carrión Sotelo, qui commença son service en 1635, reçut également la charge de garde des dames de compagnie de la reine. Cette situation était semblable à celle d’autres offices moyens ou mineurs de la Maison royale.

  • 96 Archivo General de Simancas, Cámara de Castilla, legs. 1039, núm. 41 ; IVDJ, ms. 26-III-24, fos 22r (...)

73Nous avons trouvé quelques exceptions telles que celle de Diego de la Bellota, à qui licence fut accordée de pouvoir faire sortir 10 000 outres de Castille et à qui l’on accorda le 19 juillet 1616 une place d’aide de la chambre du prince96, ou celle de Gaspar Martín, qui reçut 500 ducats en une seule fois en considération « du besoin dans lequel il se trouvait » et du fait qu’il avait servi pendant trente-quatre ans en tant que soldat en Italie et en Flandre.

74Un cas singulier fut celui de Juan Alvarez de Medinilla qui obtint une place d’échevin à Madrid, au moins entre 1633 et 1635, qui fut également collecteur des impôts de la capitale et put laisser sa place à son fils du même nom (qui obtint la grâce de transmettre l’office à son neveu Barthélemy Villanueva et Medinilla, lequel servit de 1658 jusqu’à sa mort en 1674), ou celui de Francisco Rebolledo Solorzano, qui prêta serment en 1618 après avoir servi cinq ans en Angleterre comme secrétaire de don Pedro de Zúñiga, ambassadeur en Angleterre, puis fut nommé premier écuyer, secrétaire des Écuries à la cour et pendant cinq autres années secrétaire à Milan avec son oncle, Morante, et qui obtint le 6 octobre 1636 une pension ecclésiastique de cent ducats pour un enfant.

Conclusion

75Au cours de ce travail, nous avons présenté l’évolution dans la Maison royale d’un office d’honneur qui jouait un rôle éminent dans les questions protocolaires et les différentes cérémonies publiques du monarque et de sa famille. Nous avons constaté que l’application du modèle du service de la Maison de Bourgogne sous Charles V avait nui à cet office, lorsqu’il fut rattaché, en 1548, au département de l’écurie et s’éloigna du « corps de la Maison » associant modèle castillan et modèle bourguignon. Le rôle des massiers au cours des cérémonies publiques et, surtout, comme hommes d’honneur, déclina, comme en témoignent les Étiquettes générales du palais de 1651, vers des fonctions d’accompagnement.

76Il est très probable que le fait que la Maison du roi en Castille ne disposait pas d’étiquettes générales et que les fonctions ne furent pas clairement énoncées avant le milieu du xviie siècle a porté préjudice à l’office et n’a pas permis d’éviter des conflits avec d’autres services de la Maison. L’absence d’étiquettes et d’ordonnances des fonctions et obligations de chacun des offices profita sans doute à quelques serviteurs royaux qui s’emparèrent de rôles qu’ils ne possédaient pas et qu’exerçaient depuis longtemps d’autres officiers de la Maison.

77Rappelons que la Maison de Castille et celle de Bourgogne ne possédaient pas d’ordonnances ni d’étiquettes, contrairement à d’autres royaumes, où l’augmentation du nombre d’offices et d’officiers qui composaient la Maison royale avait obligé à encadrer les fonctions, obligations et rétributions de ses membres – la Maison de Castille, modèle d’organisation politique des reines hispaniques, reçut ses ordonnances en 1575.

78Les disputes avec d’autres offices afin d’exercer telle ou telle fonction dans telle ou telle cérémonie devinrent plus aiguës dans les dernières années du règne de Philippe II, et particulièrement dans un moment où la Maison royale s’institutionnalisait et voyait augmenter ses dépenses et son nombre d’officiers. Nous devons garder à l’esprit que les étiquettes et les ordonnances du palais réglementaient non seulement le service des Maisons royales, ce qui mettait en concurrence différents offices pour être le plus près possible du monarque et jouer un rôle de premier plan dans les cérémonies publiques, mais étaient également des outils au service de la mise en scène symbolique des relations sociales, à travers une série de codes. De la sorte, l’étiquette elle-même perdait son essence de règle abstraite pour montrer sa fonction spécifique dans la distribution des personnages au niveau social et politique.

79Cette perte de privilèges provoqua logiquement une réponse, sous forme de mémoires remis au grand chambellan, au bureau, au grand intendant des Écuries et au monarque lui-même, réclamant une instruction qui fixât clairement leurs fonctions et leur rôle dans les cérémonies et le service royal, générant des conflits avec les rois d’armes, huissiers de chambre, de chapelle, etc.

80Ces changements dans le rôle des massiers lors des cérémonies publiques se reflétèrent – il ne pouvait en être autrement – dans les personnes qui détenaient cette charge. Si à l’époque de Charles Quint les massiers étaient des officiers flamands et bourguignons, à partir de 1548 les personnes qui exerçaient cette charge, hormis quelques exceptions ponctuelles, étaient des Espagnols, qui tentèrent de faire valoir leur noblesse depuis le début, en tant que nobles aux titres exécutoires, afin de revendiquer leurs droits dans les cérémonies publiques et les actes protocolaires. L’office n’était de plus pas très bien rétribué et ne garantissait pas non plus de meilleurs postes dans la Maison ou des grâces importantes. De surcroît, leur nombre, bien qu’il eût augmenté à l’époque de Philippe III, fut définitivement fixé à quatre.

Haut de page

Bibliographie

Sources imprimées

Compilación de leyes, a saber, ordenanzas reales de los Reyes Católicos, 1484 [en ligne], https://bibliotecadigital.jcyl.es/es/consulta/registro.cmd ?id =126.

Die Hofordnungen der Herzöge von Burgund. Band 1, Herzog Philipp der Gute 1407-1467, 2005, éd. W. Paravicini, H. Kruse, Ostfildern, Thorbeke.

Fernández de Oviedo Gonzalo, 2006 [1548], Libro de la cámara real del príncipe don Juan, éd. S. Fabregat Barrios, Valencia, PUV.

Godefroy Théodore, 1649, Le cérémonial François, contenant les cérémonies observées en France aux Mariages & Festins : Naissances, & Baptesmes : Majoritez de Roys : Estats Generaux & Particuliers : Assemblées des Notables : Licts de Justice : Hommages, Sermens de Fidelité : Receptions & Entreveuës : Sermens pour l’observation des Traitez : Processions & Te Deum, Paris, chez Sébastien Cramoisy et Gabriel Cramoisy.

La Marche, Olivier de, 1883-1888, Mémoires, éd. H. Beaune et J. d’Arbaumont, Paris, Renouard, t. IV. Version numérisée sur Gallica : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k65745009.

Études

Álvarez-Ossorio Alvariño Antonio, 1991, « La corte : un espacio abierto para la historia social », dans Castillo S. (dir.), La historia social en España : actualidad y perspectivas : actas del I Congreso de la Asociación de historia social, Barcelone, Siglo XXI, p. 247-260.

Álvarez-Ossorio Alvariño Antonio, 1998, « Corte y cortesanos en la Monarquía de España », dans Patrizi G. et Quondam A. (dir.), Educare il corpo, educare la parola nella trattatistica del Rinascimento, Rome, Bulzoni, p. 297-365.

Bertelli Sergio et Crifò Giuliano (dir.), 1991, Rituale, ceremoniale, etichetta, Milan, Bompiani.

Bonney Richard J., 1991, The European Dynastic States, 1494-1660, Oxford, Oxford University Press.

Carlé Maria del Carmen, 1987, « La sociedad castellana en el siglo XV : los criados », Cuadernos de historia de España, 69, p. 109-121.

Cauchies Jean-Marie, 2014, « Las ordenanzas de la casa, corte y consejos del archiduque Felipe “el Hermoso” (1495-1506) : en la tradición borgoñona », dans Hortal Muñoz et Labrador Arroyo 2014.

Chamorro Alfredo, 2012, « Un éxito efímero. La vista de Felipe III a Barcelona », dans Mata Induráin C. et Sáez A. J. (dir.), « Scripta manent ». Actas del I Congreso internacional jóvenes investigadores Siglo de Oro (JISO 2011), Pampelune, Servicio de publicaciones de la Universidad de Navarra, p. 81-103.

Cosandey Fanny, 2011a, « Classement ou ordonnancement ? Les querelles de préséances en France sous l’Ancien Régime », dans Chabaud G. (dir.), Classement, déclassement, reclassement, Limoges, PULIM, p. 95-103.

Cosandey Fanny, 2011b, « Ordonner à la cour. Entre promotion du sang et célébration de la personne royale », dans Waele M. de (dir.), Lendemains de guerre civile : réconciliations et restaurations en France sous Henri IV, Québec, Presses de l’Université de Laval, p. 221-244.

Cosandey Fanny, 2011c, « Participer au cérémonial. De la construction des normes à l’incorporation dans les querelles de préséances », dans Roullet A., Spina O. et Szczech N. (dir.), Trouver sa place : individus et communautés dans l’Europe moderne, Madrid, Casa de Velázquez, p. 135-152.

Coniez Hugo, 2009, Le cérémonial de la cour d’Espagne au xviie siècle, Paris, PUPS.

Del Río Barredo Maria José, 2003, « El ritual en la corte de los Austrias », dans Lobato M. J. et García García B. (dir.), La fiesta cortesana en la época de los Austrias, Valladolid, Junta de Castilla y León, p. 17-34.

Domínguez Casas Rafael, 1993, Arte y etiqueta de los Reyes católicos : artistas, residencias, jardines y bosques, Madrid, Alpuerto.

Gachard Louis Prosper, 1876, « Ordonnance de Philippe le Beau pour la composition et le gouvernement de sa maison pendant son voyage d’Espagne : 1er novembre 1501 », Collection des voyages des souverains des Pays-Bas, t. I, Bruxelles, F. Hayez, p. 345-372.

Gambra Gutiérrez Ándres et Labrador Arroyo Félix (dir.), 2010, Evolución y estructura de la casa real de Castilla, Madrid, Polifemo, 2 vol.

García Vera Maria José, 2000, « Los estudios sobre la corte y la “sociedad cortesana” a fines de la Edad Media : un balance historiográfico », Medievalismo. Boletín de la Sociedad española de estudios medievales, 10, p. 207-268.

Hofmann Christine, 1985, Das Spanische Hofzeremoniell von 1500-1700, Francfort, Peter Lang.

Hortal Muñoz José E. et Labrador Arroyo Félix, 2013, « Un oficio castellano en la casa de los Habsburgo : los escuderos de a pie », Chronica nova, 39, p. 205-240.

Hortal Muñoz José E. et Labrador Arroyo Félix (dir.), 2014, La casa de Borgoña : la casa del rey de España, Louvain, Leuven University Press.

Labrador Arroyo Félix, 2010, « La influencia de la casa de Castilla en la organización de la casa de las reinas hispanas », dans Gambra Gutiérrez et Labrador Arroyo 2010, I, p. 227-261.

Labrador Arroyo Félix, 2013, « From Castile to Burgundy: the Evolution of the Queens’ Households during the Sixteenth Century », dans Cruz A. J. et Galli Stampino M. (dir.), Early Modern Habsburg Women : Transnational Contexts, Cultural Conflicts, Dynastic Continuities, Surrey, Ashgate, p. 119-148.

Labrador Arroyo Félix, 2014, « La formación de las etiquetas generales de palacio en tiempos de Felipe IV : la junta de etiquetas, reformas y cambios en la casa real », dans Hortal Muñoz et Labrador Arroyo 2014, p. 99-128.

Ladero Quesada Miguel Ángel, 1998, « La casa real en la Baja Edad Media », Historia, instituciones y documentos, 25, p. 327-350.

López álvarez Alejandro et Mayoral López Rubén, 2008, « La caballeriza », dans Martínez Millán et Visceglia 2008, vol. 1, p. 741-745.

Martínez Millán José (dir.), 2000, La corte de Carlos V, Madrid, Sociedad estatal para la conmemoración de los centenarios de Felipe II y Carlos V, 5 vol.

Martínez Millán José et Fernández Conti Santiago (dir.), 2005, La monarquía de Felipe II : la casa del rey, Madrid, Fundación Mapfre-Tavera, 2 vol.

Martínez Millán José et Visceglia Maria Antonietta (dir.), 2008, La monarquía de Felipe III : la casa del rey, Madrid, Fundación Mapfre-Tavera, 4 vol.

Martínez Millán José et Hortal Muñoz José Eloy (dir.), 2015, La corte de Felipe IV (1621-1665) : reconfiguración de la monarquía católica, Madrid, Polifemo, 3 vol.

Martínez Millán José, 1998, « La lucha por la administración de la gracia en el reinado de Felipe II : la reforma de la Cámara de Castilla (1580-1593) », Annali di storia moderna e contemporanea, 4, p. 31-72.

Martínez Millán José, 2006, « La corte de la monarquía hispánica », Studia histórica. Historia moderna, 28, p. 17-61.

Martínez Millán José, 2013, « The Triumph of the Burgundian Household in the Monarchy of Spain: from Philip the Handsome (1502) to Ferdinand VI (1759) », dans Paravicini W. (dir.), La cour de Bourgogne et l’Europe. Le rayonnement et les limites d’un modèle culturel, Ostfilden, Jan Thorbecke, p. 745-771.

Mozzarelli Cesare, 1989, « Prince and court: why and how should the court be studied today? », Schifanoia, 8, p. 33-36.

Pérez-Mínguez Fidel, 1934, Don Juan de Idiáquez : embajador y consejero de Felipe II, Saint-Sébastien, Imprenta de la Diputación de Guipúzcoa.

Prosperi Adriano (dir.), 1980, La corte e il cortegiano, II. Un modello europeo, Rome, Bulzoni.

Rodríguez Villa Antonio, 1913, Etiquetas de la casa de Austria, Madrid, Establecimiento y Tipografía de Jaime Ratés.

Salazar y Acha Jaime de, 2000, La casa del rey de Castilla y León en la Edad Media, Madrid, Centro de estudios políticos y constitucionales.

Válgoma y Díaz Varela Dálmiro de la, 1958, Norma y ceremonia de las reinas de la casa de Austria, Madrid, Real Academia de la Historia.

Viscleglia Maria Antonietta, 2009, Riti di corte e simboli della regalitá : i regni d’Europa e del Mediterraneo dal Medioevo all’etá moderna, Rome, Salerno editrice.

Haut de page

Notes

1 Voir Martínez Millán y Fernández Conti 2005, p. 17-53, Martínez Millán 2006, p. 17-61, García Vera 2000, p. 207-68, Álvarez-Ossorio Alvariño 1991, p. 247-260 et Mozzarelli 1989, p. 33-36.

2 Bonney 1991.

3 Parmi les différents travaux, signalons Martínez Millán 2000, Martínez Millán et Fernández Conti 2005, Martínez Millán et Visceglia 2008, Gambra Gutiérrez et Labrador Arroyo 2010, Hortal Muñoz et Labrador Arroyo 2014 et Martínez Millán et Hortal Muñoz 2015. Également Hofmann 1985 ; Domínguez Casas 1993.

4 Voir entre autres Ladero Quesada 1998, p. 327-350.

5 Martínez Millán 2005, p. 507-517 (« La función integradora de la casa real »), et Martínez Millán 1998, p. 31-72.

6 Sur l’influence du modèle de Bourgogne en Castille, voir principalement Martínez Millán 2013, p. 745-771.

7 Nous n’analyserons pas cette méthodologie, car ce n’est pas l’objet de ce travail, même si l’on peut consulter les études de Martínez Millán 2000, vol. 1, p. 36-41 ; Martínez Millán 2005, p. 17-52 ; Martínez Millán 2006, p. 17-61, qui exposent les grandes lignes.

8 Labrador Arroyo 2014, p. 103 (« dar reglas ethiquetas para que mis criados domésticos, cada uno en su ministerio y ejercicio, cumpliesen con su obligación sin exçeder ni faltar en nada »).

9 Visceglia 2009 et Labrador Arroyo 2014, p. 127.

10 Martínez Millán 2005, p. 49.

11 Razon que se dio a don Pedro de Çuñiga primer caballerizo de su magestad de todos los ministros o officiales que avia en la dicha Cavalleriza, 30 de septiembre de 1610, (« Raison qui fut donnée à don Pedro de Zuñiga, premier chevalier de Sa Majesté parmi tous les ministres ou officiers de ladite Cavalerie, 30 septembre 1610 »), Archivo General de Palacio (désormais AGP), Administración General (AG), leg. 5983 ; Los maçeros ofiçio de onor de su Mag[esta]d. que su insignia del representa su cetro y corona real y su potestad (« Les massiers office d’honneur de Sa Majesté dont l’insigne représente le sceptre, la couronne royale et la puissance »), Biblioteca Nacional de España (désormais BNE), ms. 10.605. Également : López Álvarez y Mayoral López 2008, p. 742, et Carlé 1987, p. 109-121.

12 Compilación… 1484.

13 Salazar y Acha 2000, p. 334-335 ; Instituto Valencia de Don Juan (désormais IVDJ), ms. 26-III-24, fo 19rº.

14 Fernández de Oviedo 2006 [1548], p. 125-126 ; IVDJ, ms. 26-III-24, fo 19rº.

15 Sur la Maison de Philippe le Beau, voir Cauchies 2014, p. 37-50 ainsi que « Ordonnance de Philippe le Beau pour la composition et le gouvernement de sa Maison pendant son voyage d’Espagne: 1er novembre 1501 », Gachard 1876, 1, p. 345-372.

16 Officier responsable des clés, du mobilier et de la vaisselle à la cour (N.d.T).

17 Domínguez Casas 1993, p. 609.

18 Il s’agit de l’ordonnance de l’hôtel de Philippe le Bon, publiée à Mons le 7 janvier 1459 dont on possède plusieurs copies et qui fut traduite en espagnol sous le titre Ordenanzas que el buen Duque Phelipe de Borgoña hizo en Mons de Henao a último de Diciembre de 1458 sobre el gasto ordinario de su casa, con los nombres de los Caballeros, Officiales y criados que le servían por Quarteles, y de los gajes, pensiones y raciones que llevaban. Elle a été publiée dans Die Hofordnungen der Herzöge von Burgund 2005 : « Ordonnance de l’hôtel du duc Philippe le Bon, faite à Mons, le 31 décembre 1458 », § 522 à 524.

19 L’Estat de la maison du duc Charles de Bourgoingne dit le Hardy, nov. 1474. Il en existe plusieurs manuscrits ; en français, imprimé dans La Marche 1883-1888, p. 1-94 (http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k65745009).

20 Pour l’évolution des Maisons royales au cours de cette période, voir Martínez Millán 2000, vol. 1, p. 45-72, 103-115.

21 Labrador Arroyo 2013, p. 119-131.

22 IVDJ, ms. 26-III-24, fo 18vº.

23 Del Río Barredo 2003, p. 17-34.

24 Bertelli y Crifò 1991.

25 Prosperi 1980 et Álvarez-Ossorio Alvariño 1998, p. 297-365, entre autres. En ce qui concerne la France, les études de Cosandey 2011a, p. 95-103, Cosandey 2011b, p. 221-244, et Cosandey 2011c, p. 135-152, sont fondamentales.

26 Labrador Arroyo 2014, p. 99-128 et Coniez 2009.

27 Voir les ordonnances dans Martínez Millán 2000, 5, p. 179-211 et Rodríguez Villa 1913.

28 BNE. ms. 10.605, fo 3rº (« demas ofiçiales y cavalleros delante de la ventana de la luz y retirando toda la demas gente para que se de lugar al Real servicio »).

29 IVDJ, ms. 26-III-24, fo 7rº-vº. BNE. ms. 10.605, fos 3vº-4vº.

30 López Álvarez et Mayoral López 2008, p. 742.

31 BNE, ms. 10.605, fos17rº-vº.

32 Ibid., fos 5rº-vº.

33 IVDJ, ms. 26-III-24, f9rº.

34 BNE, ms. 10.605, f17rº.

35 IVDJ, ms. 26-III-24, fos 10rº-vº.

36 IVDJ, ms. 26-III-24, f° 5rº-22rº. Également : Ordenanzas de Juan de Sigoney, BNE, ms. 1088, reproduites dans Martínez Millán 2000, vol. 5, p. 179-211.

37 BNE, ms. 10.605. D’autres offices de la Maison royale ont eux aussi connu ce genre de situation ; voir Hortal Muñoz et Labrador Arroyo 2013, p. 205-240.

38 Martínez Millán 2000, vol. 2, p. 125-152, 237-250 et 259-265.

39 Monnaie généralement utilisée pour exprimer les salaires des employés de la Maison royale.

40 Etiquetas generales de palacio de 1651, Archivo Histórico Nacional (désormais AHN), Consejos, libro 1189, f° 127vº ; AGP, Sección Personal (désormais SP), caja 16.886, exp. 83.

41 IVDJ, ms. 26-III-24, fos 21rº-vº.

42 IVDJ, ms. 26-III-24, fo 19rº.

43 López Álvarez et Mayoral López 2008, p. 743.

44 BNE, ms. 10.605, fo 7rº.

45 IVDJ, ms. 26-III-24, fo 5vº.

46 Chamorro 2012, p. 81-103, en particulier p. 92 (« En primer lugar iban las trompetas y atabales tanto de la ciudad como del rey; en segundo, un gran número de caballeros y grandes acompañados de la guarda de a pie del rey; detrás, los cuatro maceros del rey y los cuatro reyes de armas seguidos del caballerizo mayor, Marqués de Denia, que llevaba el estoque en señal de la justicia real e iba justo delante del palio bajo el que se ubicaba el monarca; tras este, el hijo de Denia en un bello caballo y el capitán de la guarda seguido de los pajes y algunas compañías de soldado »).

47 López Álvarez et Mayoral López 2008, p. 742-43.

48 IVDJ, ms. 26-III-24, fo 22rº.

49 Ces mémoires des massiers figurent dans IVDJ, ms. 26-III-24 et BNE, ms. 10.605.

50 Les ordonnances de Sigoney figurent dans BNE, ms. 1.080.

51 IVDJ, ms. 26-III-24, fo 26vº et BNE. ms. 10.605.

52 BNE, ms. 10.605 : « [...] se sientan los mayordomos y otras personas no compitiendo con la verdad la vanidad que tienen en la cabeza queriendo ser señores, muchos que no los son con mas ynchaçon y poco discurso y respecto que otra cosa, a que Vuestra Excelencia no debe dar lugar, pues la decencia y respecto es de vida a Dios y al Rey, por Ley Divina y humana y no porque diga uno soy ayuda de cámara de su Alteza, ni de su Majestad, tienen ni han adquirido posesión alguna donde la tiene el gentilhombre de la boca y casa, siendo oficios que se deben respectar y tener en mas y no siendo como no es la real Capilla parroquia para todos no se debe dar lugar a que todos estén en el ajeno y que no les toca por razón de sus oficios a que siendo una vez mandado por Vuestra Excelencia se tendrá el decoro y obediencia que es razón y conviene al buen régimen y administración de las dos grandezas de Vuestra Excelencia de duque del Ynfantado y mayordomo mayor. »

53 López Álvarez et Mayoral López 2008, p. 742-43.

54 López Álvarez et Mayoral López 2008, p. 741.

55 Ils précisaient que, à l’époque de Charles Quint, deux rois d’armes avaient quitté leur place pour celle de massiers. De plus, les rois d’armes ne bénéficiaient pas du couvert, comme les massiers, et leur service se limitait aux actes publics, où ils se rendaient avec leurs cottes, sans avoir leurs entrées au palais. Ils prêchaient la guerre tandis que les massiers apportaient les ordres du monarque quand il s’agissait de négocier la paix et les capitulations ; enfin, lors des obsèques de Charles Quint, ils jouissaient de la préséance sur les rois d’armes. BNE, ms. 10.605 ; IVDJ, ms. 26-III-24, fo 17vº.

56 Martínez Millán 2008, p. 123-184.

57 Bureau, 13 de marzo de 1593 ; AGP, AG, leg. 640 s. fo ; López Álvarez et Mayoral López 2008, p. 741.

58 BNE, ms. 10.605.

59 IVDJ, ms. 26-III-24, f° 20rº-vº; López Álvarez et Mayoral López 2008, p. 743-744 : « se ha visto muchas cosas yndignas de la grandeça del Real Palaçio ».

60 BNE, ms. 10.605, f°o13rº (« se ha visto muchas cosas yndignas de la grandeça del Real Palaçio ; « los porteros an llegado con desverguença y poco respecto a querer tomar las belas a sus Mag[esta]d[e]s. tocando a los mayordomos mayores y no a otra ninguna persona y dar las almoadas en qualquiera ocasión que sus m[a]g[esta]d[e]s. esten publicamente donde se devan arodillar », « los meninos [...] fueron a excupir a las damas y dar golpes a el cançel »).

61 Sur le cérémonial français, voir Godefroy 1649.

62 AHN, Consejos, libro 1189, f°o155rº.

63 Ibid., fo 159vº.

64 Ibid., fo 174vº.

65 Ibid., fos 187vº-188rº.

66 Ibid., fo 217vº.

67 Ibid., f° 234rº.

68 Ibid., fo 78rº.

69 Pérez-Mínguez 1934, p. 282.

70 Pour plus d’informations sur ces personnages, voir Martínez Millán 2000, vol. 4.

71 IVDJ, ms. 26-I-28 : Etiqueta de la casa del señor emperador Carlos Quinto dada por su magestad siendo príncipe en el año de 1515.

72 Récit dans Martínez Millán 2000, vol. 5, p. 59.

73 AGP, SP, caja 16.933, exp. 18 ; AG, legs. 5981 s. fo, et 6723 s. fo ; IVDJ, Envío 33, caja 46.

74 Son fils, Alonso Vázquez de Mendoza, fut huissier de chambre du roi. AHN, Consejos, leg. 4412, núm. 38. Martínez Millán 2000, vol. 4, p. 254.

75 AGP, SP, caja 2650, exp. 25.

76 AGP, AG, legs. 5981, 5983, 5984 y 5985 s. fo.

77 AGP, AG, legs. 5981 s. f°, et 5984 s. fo.

78 Nobles qui ont demandé à obtenir ou à faire vérifier par une enquête leurs lettres de noblesse (NdT).

79 AGP, AG, legs. 5981, s. fo, et SP, caja 16.611, exp. 7.

80 IVDJ, ms. 26-III-24, fos 22vº-23rº; AGP. AG, legs. 5981 y 5986 s. f°.

81 Dossier à AGP, SP, caja 680, exp. 18 ; BNE. ms. 3.825.

82 Sa sœur, doña Jerónima de Migolla, servait à la chambre de la reine et un autre frère de son père, capitaine de l’infanterie espagnole, mourut à Milan au service du roi. IVDJ, ms. 26-III-24, fos 23rº-vº.

83 IVDJ, ms. 26-III-24, fos 23vº-25rº ; AGP, AG, legs. 5981 et 5984 s. fo.

84 IVDJ, ms. 26-III-24, fos 25rº-vº ; BNE. Porcones, 202 (2) ; Martínez Millán et Fernández Conti 2005, vol. 2, p. 325 et 535.

85 AGP, SP, caja 77, exp. 13 y caja 772, exp. 12 ; IVDJ, ms. 26-III-24, fos 25vº-26rº.

86 Complément de rémunération fréquemment utilisé pour les employés et serviteurs du palais royal (N.d.T).

87 AGP, SP, caja 16.675, exp. 15.

88 Il fut le patron de chapellenies dans la paroisse de Santa María de Villacones du palais d’Añara, à Álava. AGP, SP, caja 16.894, exp. 20.

89 AGP, SP, caja 16.668, exp. 1.

90 AGP, SP, caja 16.513, exp. 7.

91 AGP, SP, caja 16.513, exp. 6.

92 AGP, SP, caja 77, exp. 13.

93 AGP, SP, caja 471, exp. 38.

94 AGP, SP, caja 16.772, exp. 17.

95 AGP, SP, caja 486, exp. 34.

96 Archivo General de Simancas, Cámara de Castilla, legs. 1039, núm. 41 ; IVDJ, ms. 26-III-24, fos 22rº-vº ; AGP, SP, caja 16611, exp. 7.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Jean Clouet (attribué à), Portrait de François Ier, roi de France, v. 1540, miniature sur parchemin, 270 × 220 mm. Paris, musée du Louvre, MI 1092, recto.
Légende Voir la notice de l’œuvre sur le site du musée du Louvre.
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14846/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 516k
Titre Fig. 2 : Diego de Çaias, Masse réalisée pour Henri II de France, v. 1540, acier, or et argent, L. 60,9 cm, l. 11,4 cm. New York, The Metropolitan Museum of Art, 04.3.59.
Légende Voir la notice de l’œuvre sur le site du MET.
Crédits CC0 1.0 Universal (CC0 1.0)
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14846/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 632k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Félix Labrador Arroyo, « Les massiers dans la Maison du roi de la monarchie espagnole », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne], Articles et études, mis en ligne le 14 février 2018, consulté le 18 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/crcv/14846 ; DOI : 10.4000/crcv.14846

Haut de page

Auteur

Félix Labrador Arroyo

Professeur d’histoire moderne à l’université Rey Juan Carlos, Madrid (URJC) / Professor of modern history at the Universidad Rey Juan Carlos, Madrid (URJC).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals