Navigation – Plan du site

Le prince revenant : la vie après la mort d’Alphonse II d’Este

The Revenant Prince: Life after the Death of Alfonso II d’Este
Giovanni Ricci

Résumés

Vers l’an 1600, peu après la dévolution de Ferrare à l’État de l’Église, une « ombre » à cheval écrasa un soldat pontifical qui surveillait la nuit le rempart de la ville. Le cavalier fut immédiatement identifié comme Alphonse II d’Este, dernier duc de Ferrare, décédé en octobre 1597. Cet essai a pour but de placer cet incident curieux dans un pluri-contexte pertinent. Contexte politique d’abord, fondé sur la nostalgie des sujets pour leur ancien seigneur - et la manipulation de cette même nostalgie par le nouveau pouvoir. Mais des couches anthropologiques plus profondes doivent être prises en considération. Selon un modèle culturel largement répandu, le mort mécontent fut rappelé par les sentiments de culpabilité des vivants : concrètement, la culpabilité pour les funérailles déshonorantes infligées au feu duc. D’autres épisodes semblables furent enregistrés à l’époque en d’autres lieux de l’Italie du nord : ils sont interprétés comme des manifestations tardives et déformées du mythe germanique médiéval de la chasse sauvage.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Je reprends et je développe une partie de l’un de mes essais : Ricci 2014, notamment p. 447-452.

1À la suite de la mort sans héritiers légitimes d’Alphonse II d’Este en octobre 1597, le duché de Ferrare fut dévolu au Patrimoine de Saint-Pierre, en la personne du pape Clément VIII, en janvier 15981. Aucune résistance visible ne fit suite au changement draconien de souveraineté. L’ordre ecclésiastique établi sur Ferrare, un autre désordre perça néanmoins. Un homme malchanceux déclara avoir rencontré un fantôme, qu’il reconnut comme le duc Alphonse. Éternel par définition, le mort lançait ainsi un défi aux vivants.

L’arrivée de l’« ombre »

2En décrivant les débuts du pouvoir pontifical sur l’ancienne capitale ducale, le lettré ferrarais Agostino Faustini introduisit un étrange détail :

  • 2 Faustini 1646, p. 172-173 (« essendo stato mandato Giovanni Mellone soldato [...] a far la sua sent (...)

Le soldat Giovanni Mellone [...] fut envoyé faire la sentinelle sur les remparts de la ville. Là il fut violemment frappé à la poitrine par les ruades du cheval d’une ombre, qu’il dit être le duc Alphonse mort depuis peu. Il eut du mal à rejoindre sa garnison où on vit ses bleus et, comme il pouvait à peine respirer, à demi-mort on l’emmena à l’Hôpital Sainte-Anne, où il mourut quelques jours après. De cet incident fut informé le cardinal Scipion Borghèse alors que j’étais à Rome, et ensuite à Ferrare me le confirmèrent les employés de l’hôpital2.

  • 3 Bloch 1963, p. 41-45.
  • 4 Voir, entre autres, Eco 1988, t. I, p. 69-82 ; Caro Baroja 1992 ; Canfora 2008 ; Mounier et Nativel (...)

3Histoire compliquée que celle qu’on vient de lire. Elle exige une analyse attentive, rapprochée, vu la pluralité des contextes dans lesquels elle s’inscrit ; il faut également avoir recours à l’anthropologie, à la psychanalyse et à la politique pour l’interpréter. Le fait qu’il s’agit d’une nouvelle impossible (l’« ombre » active d’un mort) n’enlève rien à son niveau de réalité : elle fut crue et diffusée, elle eut une signification pour ceux qui l’écoutaient. Comme l’a montré Marc Bloch, les fausses nouvelles se nourrissent toujours de représentations préexistantes3. Les notions mêmes de vérité et de fiction, lorsqu’elles sont soustraites aux abstractions théoriques, montrent de nettes variations historiques ; surtout qu’entre le vrai total et le faux total se place une riche gamme de nuances4.

  • 5 Emich 2001, notamment p. 84-85.

4Dans notre cas, l’auteur du texte, Agostino Faustini, rapporte l’histoire de seconde main. Il l’a apprise à Rome dans le milieu du cardinal Scipion Borghèse, qui avait été « informé » depuis Ferrare. Puissant neveu du pape Paul V, Scipion fut nommé cardinal et secrétaire d’État en 1605, juste après l’élection de son oncle5. Cet événement permettrait de situer l’apparition du fantôme huit ans au moins après la mort d’Alphonse II en 1597 ; il est cependant possible que l’auteur, écrivant plus tard, ait anticipé le titre de cardinal pour une époque où Scipion Borghèse ne l’avait pas encore reçu. L’histoire a ensuite été confirmée par l’hôpital ferrarais de Sainte-Anne. Un nom grandiloquent, Borghèse, et d’anonymes « employés » concoururent à la certifier.

  • 6 Eliade 1949, p. 176, 193. aussi Martignoni 2005, p. 99-157.

5L’hôpital de Sainte-Anne avait une certaine expérience dans la gestion des aliénés (le Tasse, entre autres, quelques années auparavant), mais évidemment, concernant les bleus et le malaise du soldat, qui étaient réels, on ne trouva pas meilleure explication que ce que la victime avait « dit ». L’opinion commune acceptait sans trop douter l’omniprésence du surnaturel, tandis que la croyance en une zone intermédiaire entre la vie et la mort n’avait pas encore été folklorisée par le regard rationnel des élites. La paix et le repos du défunt n’étaient pas des conditions considérées comme toujours acquises. « Dans les diverses conceptions de la mort, le défunt ne meurt pas définitivement, mais il n’acquiert qu’un mode élémentaire d’existence, c’est une régression, non une extinction finale… la mort, représentant un état de disponibilité, permet l’exercice de certaines influences bonnes ou malfaisantes » : difficile de le dire mieux que Mircea Eliade6.

  • 7 Vernant 1966.
  • 8 Schmitt 1996, notamment p. 5-9. Voir aussi : Lanternari 1981, t. XIII, p. 94-126 ; Resnik 1984, p.  (...)
  • 9 Clark 2003, p. 143-160.
  • 10 Ginzburg 1989, p. 65-184 ; Racamier 1992, p. 25-58 ; Buttitta 2005, p. 9-42.

6Comme chaque « ombre », celle d’Alphonse II d’Este a une genèse psychologique et une physionomie culturelle qui s’enracinent dans le monde des vivants. En vérité, nous ne sommes pas sûrs d’avoir affaire à une apparition. Le terme « ombre » a perdu à cette époque son ancienne technicité axée sur la distinction des différents types de eìdola, alors que la description pourrait bien s’adapter à un rêve suivi d’un accident. Associés dans la catégorie psychologique du double telle que Jean-Pierre Vernant l’a analysée7, les apparitions et les rêves sont des dimensions contiguës en mythologie et qui restent telles tout au long du temps historique du Moyen Âge8. Au xvie siècle, s’ajouta un débat sur le fonctionnement optique de ces visions. Y prirent part des savants, des alchimistes, des théologiens et des démonologues de toute confession, sans que jamais fût exclue, en principe, la matrice surnaturelle des phénomènes : pour les catholiques, ils étaient la preuve de l’existence des âmes inquiètes du Purgatoire ; pour les réformés, ils n’étaient que des illusions fabriquées par le diable9. Apparitions ou rêves, l’anthropologie historique fournit une copieuse documentation transculturelle remontant déjà au monde mésopotamien ; la psychanalyse confirme que le mort revient quand il est mécontent, quand il a subi un tort et qu’il a quelque chose à revendiquer, quand sa séparation des vivants n’a pas été bien réglée, quand le travail du deuil est resté coincé dans le passage naturel entre la mémoire et l’oubli10.

Une mort sans honneur

  • 11 Tristano 1987, p. 43-63 ; Donati 1988, p. 165-176 ; Ricci 1996, p. 89-108.
  • 12 Rodi 2000, p. 71.

7Alphonse II était précisément un mort de ce genre. Représentants de l’ancienne féodalité italienne, les seigneurs d’Este avaient cultivé une ambition bien supérieure aux ressources matérielles dont ils disposaient. Ils avaient recherché des épouses royales sinon impériales : Éléonore d’Aragon, Renée de Valois, Barbara de Habsbourg – en se contentant parfois d’une Lucrèce de Médicis ou d’une Marguerite Gonzague. Forts de l’ancienneté de leur sang, ils avaient valorisé l’orgueil aristocratique, l’étiquette, la compétition d’honneur avec d’autres lignées11. Mais cette mort interrompit violemment l’escalade politique du lignage. Un chroniqueur nous apprend que la chambre du duc décédé fut ouverte et que « toute la maison put entrer le voir mourir » (« fu adito a tutti della famiglia di poter entrare a vederlo morire12 »). L’afflux était tel qu’un courtisan, le fidèle marquis Malaspina, protesta amèrement, pas tellement en raison de la publicité excessive (la mort des Grands était toujours une affaire publique), mais plutôt en raison de l’absence de filtre social (« toute la maison »). Le destin de l’État était marqué, face au pape Clément VIII occupé à aiguiser ses armes temporelles et spirituelles.

  • 13 Paravicini Bagliani 1996, notamment p. 106 ; Bologne 1986, p. 134-135.

8Le rituel funéraire fut donc très rapide. D’abord le duc fut laissé dans la même pièce où il était mort, vêtu d’une simple chemise blanche. On a beaucoup fabulé sur la désolation du château de Ferrare ces jours-là, mais ce détail en constitue une sorte de confirmation technique. Depuis le Moyen Âge déjà, on identifiait le blanc à la nudité. Telle était la nudité de la dépouille qui souvent angoissait les papes : être abandonnés en chemise blanche sans les insignes du rang. En 1513, Jules II, mourant, demanda à son maître de cérémonie de lui épargner un tel destin. Et cette même expression, « nu en chemise », s’appliquait aux condamnés à l’échafaud13.

9Alors que la cour se défaisait, le cadavre d’Alphonse ne fut pas préparé comme son rang l’aurait demandé. « Il gisait sans garde outragé de tous », enregistra un autre chroniqueur, alors que « certains lui touchaient le visage, d’autres la barbe et le déshonoraient sans aucun respect ».

  • 14 Modène, Biblioteca Estense, ms. It. 485 (α.J.4.17), fo 372vo, Claudio Rondoni, « Dei successi di Fe (...)
  • 15 Ricci 2007, p. 123-137.
  • 16 Ricci 1998, p. 17-75.

10Ensuite, on y remédia partiellement, Alphonse fut paré et placé sur un catafalque dans la chapelle privée du château. Parmi les autres étapes du rituel des morts princières, le devoir de l’autopsie fut respecté dans sa valeur médico-légale mais non symbolique, car les entrailles ne reçurent aucun tombeau à part. Il n’y eut pas non plus de messe dans la cathédrale, il n’y eut pas de veille ni d’oraison funèbre. Quand la caisse fut fermée, « étant cette-ci un peu courte par rapport au corps, quelqu’un essaya de lui casser ses jambes mais d’autres s’opposèrent et rallongèrent la caisse14 ». Grâce au travail des menuisiers, l’outrage extrême fut évité, mais la dépouille fut amenée à l’église du Corpus Domini pendant la nuit, en silence, sans cérémonie. Le cercueil attendit trois mois dans un bûcher avant d’être inhumé, sous prétexte de travaux de maçonnerie15. Rien à voir avec les doubles funérailles en effigie, le rite royal selon lequel son père, Hercule II, avait été célébré16. Le corps physique d’Alphonse, en se défaisant, produisit la ruine du corps de l’État ; les funérailles d’État devinrent les funérailles d’un État.

  • 17 Chrościcki, Hengerer et Sabatier 2012, t. I, p. 167-353.
  • 18 Agnelli 1895, p. 273.

11En effet, le duché avait été dévolu, les héritiers déclarés illégitimes et détrônés, le prestige de la famille entaché. Le traitement qu’Alphonse avait subi non seulement allait bien au-delà des « aléas » innés aux funérailles princières17, mais contredisait l’attitude habituelle des Ferrarais devant les morts communs. En 1589, le secrétaire de l’ambassadeur toscan auprès de la cour des Este, Orazio della Rena, écrivait que les Ferrarais honoraient leurs morts avec « une telle dévotion qu’elle finit par ressembler à de la superstition » (« tanta devotione che par quasi superstizione18 »). Courroucé par le non-respect du pacte primordial entre les vivants et les morts, privé d’un siège stable qui le contienne et le contente, à juste titre Alphonse venait molester ses anciens sujets, que des sentiments de culpabilité déjà troublaient.

  • 19 Fumagalli 1982, p. 411-425 ; De Seta 1989, p. 11-57.
  • 20 Zambotti 1934-37, p. 79.
  • 21 Ferrare, Biblioteca comunale Ariostea, ms. Antonelli 594, I, fo 105, Nicola Baruffaldi, « Annali di (...)

12Pour se montrer, les morts privilégiaient par habitude des lieux et des heures non seulement obscurs et solitaires, mais liminaux aussi : la lisière d’un bois, les bords d’un étang ; ou bien l’aube, le crépuscule… Alphonse choisit « les remparts de la ville », une frontière entre dedans et dehors dense de significations matérielles, juridiques, symboliques19. Dehors s’étalait l’enceinte des remparts et des terre-pleins autour desquels on ne pouvait pas construire. Terrain à personne, terrain non consacré, il longeait les fortifications projetées pour résister aux artilleries grâce à de larges amas de matériau inerte : un paysage lugubre, dépourvu de végétation. C’est là qu’on déposait les criminels exécutés, les enfants morts sans baptême, les suicidés, les infidèles. Là avait été enseveli, « en tant que désespéré » (« como desperato »), un faussaire qui s’était pendu en prison en 148020 ; là sera enterré en 1687 un esclave turc tué car il « ne pouvait plus marcher » (« non potea più caminare »), ensuite exhumé pour exhiber sa tête embaumée dans une galerie de curiosités… Cimetière pour les parias, les remparts et les terre-pleins étaient des espaces mal contrôlés par la société visible. Les résidences des gens bien se dressaient ailleurs. Par contre, là se nichaient des indisciplinés et des amours interdits, se déroulaient des exécutions capitales, des bagarres, des meurtres. Là en 1687 un certain Francesco Bonomi poignardera à mort un certain Francesco Giorgi qui, paraît-il, refusait de se faire « sodomiser » (« sodomitare21 »).

  • 22 Bercé 1990, p. 216-253.

13Mais si les morts, et les morts tués, étaient chez eux en ces endroits, Alphonse n’était pas un mort quelconque. Il était un prince, il appartenait à ce genre de morts qui circulaient davantage (les souverains, les fondateurs de villes ou de peuples) car ils étaient soumis à l’élaboration d’un deuil collectif et ambivalent22. Après trente-huit ans de pouvoir absolu et fort personnalisé, ses sujets ne réussissaient pas à se séparer de lui – qu’ils l’aient aimé ou haï ; fin de race, Alphonse continuait à rôder sur les remparts de la ville perdue à cause de l’inaptitude de son corps à produire un héritier…

À cheval…

  • 23 Angelini 2000, p. 585-604.
  • 24 Roche 2005, p. 590-600 ; Guerra 2011, t. II, p. 137-152.
  • 25 Callegarini 1989, p. 211-212.
  • 26 Ricci (à paraître).
  • 27 Macioce 1989, notamment p. 74.
  • 28 Matarrese 2004, p. 19-31 ; Residori 2009.
  • 29 Papalas 2002, p. 315-321 ; Arcangeli 2004, p. 58-62, 112-114.
  • 30 Göllner 1978, t. III, p. 143-144.

14Pour le seul fait de s’être manifestée, l’apparition d’Alphonse II était un signe nostalgique du régime qui avait cessé, bien avant que la nostalgie de la ville pour ses ducs se déposât sous forme de paroles explicites23. En tant qu’irruption d’un cavalier, l’apparition confirmait les valeurs culturelles du défunt qui, comme toute sa lignée, aimait les joutes, les chasses, les poèmes chevaleresques. La culture équestre et la culture courtoise, en disciplinant le corps physique et le corps politique, se fondaient exemplairement à Ferrare24. Des chevaux de tous genres abondent dans les fresques voulues vers 1470 par le duc Borso, ancêtre d’Alphonse, pour son palais de Schifanoia. Souvent les chevaliers tiennent sur leur bras des faucons, alors que tout autour errent des lévriers et des braques de chasse25. Cela servait à manifester que la dynastie des Este était une aristocratie féodale comme au nord des Alpes, et non pas un patriciat urbain selon le modèle prévalant en Italie26. Non seulement littérale, la « chevalerie » ferraraise était littéraire aussi. La bibliothèque ducale contenait de nombreux traités sur la fauconnerie et sur l’art de guérir les chevaux27. Et les principaux poètes chevaleresques de la littérature italienne, Boiardo, l’Arioste et le Tasse (ce dernier, contemporain d’Alphonse II), furent liés à la cour des Este ; au-delà des conventions rhétoriques28, ils ne firent que confirmer la force du symbole autour duquel tournait toute action, le cheval. Quant à Alphonse, les chevaux satisfaisaient sa passion pour l’athlétisme et les compétitions dures, musclées29. Même la croisade contre les Turcs était l’occasion de parades équestres. En 1566, le destrier d’Alphonse, qui voulait participer à une expédition en Hongrie, avait suscité à Vienne l’admiration universelle30.

  • 31 Gundersheimer 1986, p. 9-21.
  • 32 Solerti 1900, p. XXIII ; Chiappini 2001, p. 321-322.
  • 33 Nye 1998, pp. 15-30.
  • 34 Agnelli 1895, p. 296-297.

15Tout cet étalage de virilité a été lu comme une compensation à l’incapacité d’Alphonse de générer31. À ce propos s’enclenchait une sorte de cercle vicieux car l’impuissance dérivait, selon les rumeurs, d’un accident survenu lors d’un tournoi. Le médecin personnel du duc, le réputé Girolamo Brasavola, n’était pas de cet avis : selon lui, la stérilité était congénitale et non pas le fruit d’un traumatisme, et l’intéressé ne pouvait la remarquer puisqu’elle ne lui empêchait pas l’exercice de la sexualité – Brasavola déposait son avis dans une série de notes de travail secrètes consacrées aux maladies de son auguste patient32. Mais, contrairement à l’archiâtre de cour, les gens murmuraient que c’était la faute de cet accident qui s’était produit l’été 1556 en France. À Blois, lors d’une joute inspirée de l’histoire des douze paladins, Alphonse incarnait le rôle du Maure Mandricard, roi de Tartarie. Dépourvu de cheval, il avait demandé au duc François de Guise – son beau-frère, ayant épousé sa sœur Anne – « un destrier des plus indomptés de France, rares étaient les cavaliers qu’il n’avait désarçonnés » (« uno dei più indomiti corsieri di tutta la Francia, pochi cavalieri lo cavalcavano che non fusser gettati in terra da lui ») : c’est bien ce que rapporta le diplomate Orazio della Rena au grand-duc de Toscane. Le roi Henri II tenta de dissuader Alphonse, mais ce dernier insista, se sentant « expert dans l’art équestre et voulant courir pour faire ses preuves » (« sentendosi sperimentato nel mestier di cavalleria, per far quella prova di sé volse correre »). Honneur et virilité, très valorisés à la cour des Valois33 furent les mobiles de ce geste inconsidéré. Alors qu’il sautait un fossé, le cheval tomba sur lui « de tout son poids et lui donna des coups de sabots » (« col soverchio peso e col pestar che faceva ») Alphonse, « battu et bleu » (« tutto pesto e livido »), fut transféré presque mourant à Paris. Avec pour conséquence, selon les déclarations du diplomate toscan : « inhabilité à procréer pour avoir été offensé dans sa vertu générative » (« inabilità di procreare per esser rimasto offeso nella virtù genitiva »)34. De la blessure subie par le corps du duc à Blois aurait dérivé la dévolution du duché à l’Église par manque d’héritiers. Voilà ce que pensaient la plupart des gens, et c’était bien de leurs pensées que le cavalier fantôme s’alimentait. Les chevaux, passion et malédiction d’Alphonse II : mort, il réapparaissait dans le rôle de cavalier qui lui avait valu la perte de son État.

Comme la chasse sauvage

  • 35 Schmitt 1994, p. 115-145.
  • 36 Wagner 2005, p. 61-89, 121-130.

16Si la vue, l’ouïe et même l’odorat étaient les sens humains stimulés ordinairement par les apparitions, ce fantôme agissait surtout sur le toucher car il commettait un crime : il tuait un soldat du pape. Loin d’être immatériel, il exhibait une lourde corporéité, en infligeant à sa victime à Ferrare le même traitement que le prince, de son vivant, avait subi sur le terrain de Blois. En effet, la ressemblance des deux événements, avec le cheval français et le cheval fantôme, est considérable : Alphonse en était sorti « battu et bleu », le soldat fut retrouvé couvert de « bleus ». Cette similitude ouvre d’autres scénarios au travail de l’historien. Sans doute le fantôme sortait-il, comme un rejet isolé et tardif, du mythe folklorique de la chasse sauvage ou fantastique, la dite « Mesnie Hellequin »35. La redoutable bande de cavaliers armés – des êtres surnaturels ou demi-humains liés au monde chthonien – avait été vue davantage au nord des Alpes qu’au sud ; et au Moyen Âge davantage qu’après. Elle avait toujours causé des ravages et des deuils chez celui qui la rencontrait. Le cheval même était une image polysémique de la mort : il jouait un rôle prééminent dans les rituels funéraires de l’aristocratie mais il était aussi la monture des revenants et incarnait le démon dans de nombreuses croyances germaniques faiblement christianisées36.

  • 37 Boccaccio 1985, p. 585-593 ; voir Ricci 1989, notamment p. 544-545.
  • 38 Niccoli 1987, p. 107.

17Cependant, des visions assimilables à la Mesnie avaient été enregistrées en des lieux et des temps plus proches aussi. Laissons de côté la référence littéraire de Boccace (Décaméron, V, 8), dans laquelle le cavalier Nastagio degli Onesti tourmente pour l’éternité la femme qui l’a fait mourir d’amour : la vision est placée par Boccace dans les clairières de la pinède de Ravenne (liminalité : lumière/obscurité)37. Plus concrètement, pour ainsi dire, il y avait eu le cas d’Agnadello, près de Bergame, quelque temps après la sanglante bataille de 1509 où Venise avait été défaite par la ligue de Cambrai. Sur ce champ parsemé de morts pillés, de morts non ensevelis et décomposés, était survenu un fait mémorable. Selon le Vénitien Marin Sanudo, qui recueillait des nouvelles sur tout événement de son temps, un féodataire de la ville de Crema, le comte Bartolomeo Martinengo, avait voulu vérifier les dires sur les mystérieux combats de cavaliers qui se répétaient quotidiennement au crépuscule (liminalité : jour/nuit). Il avait donc envoyé l’un de ses serviteurs sur le champ de bataille. Le malheureux, « s’étant rapproché plus qu’il ne devait, fut battu par ces fantômes ou esprits ou ce qu’ils étaient » (« qual andato più avanti dil dover, fo da queste fantasme o spiriti, o quello si sia, bien batudo »). Sanudo ne cache pas une pointe de scepticisme (« ou ce qu’ils étaient »), toutefois il confirme qu’« une paire des domestiques de Martinengo sont tombés malades de terreur » (« uno paro sono amalati de paura »)38.

  • 39 Quantité d'exemples sont offerts par Le Braz 1989.

18Cette histoire est semblable à celle de Ferrare sous toutes les coutures : les coups infligés par un cavalier (ou des cavaliers) ; la fiabilité hiérarchique de celui qui certifie la nouvelle (un comte, un cardinal) ; la basse condition de la victime (un serviteur, une sentinelle). Dans les deux cas, la vision se place à l’intersection entre les forces lentes et transculturelles du profond et les secousses brèves de l’événement concentré : une rude bataille, la mort d’un souverain… On n’a donc pas affaire à la saison propice aux manifestations des morts communs, le solstice d’hiver, dont les longues nuits, saturées de mystère, étaient dédiées depuis toujours aux morts : des banquets nocturnes étaient préparés pour eux, on les évoquait à la lumière de bougies spéciales et on veillait pour les repousser s’ils se montraient trop entreprenants39.

19Mais à Ferrare, contrairement à Agnadello, la mort de la victime s’était ensuivie, ce qui ajoute un signe politique au fantôme d’Alphonse : un signe ambigu. Qui sait si le fantôme du duc réapparut à Ferrare d’autres fois, dans une manifestation seulement nostalgique, sans nuire à personne ? Mais ce fantôme-là, il tue. Il est bien possible que le geste meurtrier ait été attribué postérieurement par des milieux romains hostiles (le cardinal Borghèse lui-même ?) à la dynastie déposée. Si c’était le cas, il s’agirait d’une construction obtenue par la fusion de différentes couches sémantiques : avec pour résultat que le fantôme, en principe favorable aux Este, serait transformé en assassin par le pouvoir ennemi des Este. L’historiographe baroque qui est notre source ne nous aide pas à résoudre le dilemme sur l’affiliation politique du fantôme. Quoi qu’il en soit, en paya le prix un homme dont nous ne connaîtrions pas l’existence si le fantôme du duc ne l’avait pas frappé à mort. Une bagarre, une tentative de suicide, une chute due au sommeil, bref, quelque chose qu’il ne voulut ou ne put dénoncer constitue le noyau factuel qui nous échappe. Hospitalisé à Ferrare et sans doute soigné moins promptement qu’Alphonse d’Este – le fils de Renée de France et petit-fils de Louis XII – à Blois et à Paris, l’inconnu Giovanni Mellone mourut de détresse respiratoire ou de lésions internes.

Conclusion

  • 40 Freud 1985, p. 209-263.

20Amoindri pendant sa vie à Blois, outragé lors de sa mort à Ferrare : les adversités subies par le corps du prince entraînèrent son retour. Devant un événement d’une « inquiétante étrangeté40 » (selon l’expression de Sigmund Freud : das Unheimliche) comme le retour d’un mort, les sociétés humaines essaient d’activer des techniques de contrôle. Il en fut ainsi dans le cas dont nous nous occupons.

  • 41 Angelozzi 2012, p. 57-66.
  • 42 Thyræus 1598, p. 133-134 (« qui in sacris locis molestare viventes aut infestare observantur, habea (...)
  • 43 Delumeau 1974, p. 451-487.
  • 44 Vogler 1975, p. 139-146.

21Juste en 1598, fut publié à Cologne un traité volumineux, Loca infesta, destiné à devenir un classique de la littérature pneumatologique. Le jésuite allemand Pierre Thyrée (Petrus Thyraeus) en était l’auteur, et le prince-évêque de Würzburg, Julius Echter von Mespelbrunn, le dédicataire41. Expert en apparitions et possessions, Thyrée se souciait des « lieux infestés » par les démons et par les esprits des défunts. Dans le but de les distinguer des visions à l’intérieur des églises, il pontifiait : « ceux qui importunent les vivants dans les lieux sacrés, doivent être considérés, la plupart, non comme de diables mais comme esprits et âmes des défunts42 ». C’était un jésuite, Thyrée, qui travaillait près de la frontière confessionnelle (liminalité, encore) et sa profession le tirait fortement vers la controverse. Les Églises réformées étaient accusées de favoriser les apparitions, pour avoir refusé les croyances et les rituels funéraires pacificateurs qu’elles considéraient typiques de la superstition papiste : l’onction, le Purgatoire, les messes de suffrage43. Du point de vue catholique, il ne restait qu’à rendre aux morts leur culte, et en effet ce fut là un point sur lequel les réformés de la région rhénane finirent par atténuer leur intransigeance44.

  • 45 Corrain et Zampini 1970, p. 54.
  • 46 Ginzburg 2006, p. 270-280.
  • 47 J. Le Goff 1981.
  • 48 Prosperi 1996, p. 659-666.

22Mais, pour des raisons politiques, ce remède n’était pas concevable dans la ville pontificale de Ferrare après 1598 : on ne pouvait pas célébrer de nouvelles funérailles solennelles pour le feu duc qui avait ruiné sa dynastie ; en plus, les remparts n’étant pas des lieux sacrés, la vision était sans doute diabolique. La possibilité de rencontres troublantes restait ouverte. Et voilà qu’en 1612 le synode diocésain de Ferrare interdit de déposer des ficelles nouées dans les cercueils des suicidés, des noyés, des victimes de mort violente : des morts impurs, des morts non apaisés45. De toute évidence, le peuple s’était mis à l’œuvre, avec l’expédient des ficelles, pour piéger les morts : les errances toutes récentes du dernier duc – aussi tourmenté et agressif qu’un suicidé – suffisaient. Malgré leur ressemblance morphologique, ces ficelles n’avaient rien de chapelets, et les ecclésiastiques, véritables anthropologues avant la lettre46, ne se laissèrent pas duper. En proscrivant les ficelles, ils nièrent l’existence d’un temps et d’un lieu moyen entre la vie et la mort permettant aux défunts de circuler. Le seul temps licite devait être le temps ponctuel et immédiat créé par l’administration des sacrements ; les seuls lieux licites, les trois royaumes de l’Au-delà établis par les catholiques47 (non deux, comme le voulaient les réformés). Que la vie et la mort soient séparées par une ligne infranchissable48 ; et que les sentiments de culpabilité des vivants soient gérés en régime de monopole par des professionnels comme les ecclésiastiques.

  • 49 Foà, 1993, t. XLIII, p. 390-392 ; Venturi 1996, p. 109-123.
  • 50 Ricci 2013, notamment p. 358-359.

23Au xixe siècle, un autre fantôme appartenant à la maison d’Este se mit à courir les rues de Ferrare les nuits de brouillard, sur une voiture tirée par de furieux chevaux noirs. C’était Marfisa, la cousine du duc Alphonse II, la seule princesse de la maison restée en ville lors de la dévolution à l’Église49. Le 8 mai 1598, la joyeuse entrée du pape Clément VIII s’était déroulée devant son palais et elle avait verrouillé ses portes et ses fenêtres, sans sortir rendre hommage au nouveau maître50. Morte en 1608, son fantôme n’apparut que deux siècles après. Dépourvu de toute signification politique, de toute profondeur anthropologique, il ne fut prétexte qu’à un jeu littéraire romantique.

Haut de page

Bibliographie

Sources imprimées

Agnelli Giuseppe, 1895, « Relazione dello Stato di Ferrara di Orazio della Rena (1589) », Atti della Deputazione ferrarese di Storia patria, VII/1, p. 245-321.

Boccaccio Giovanni, 1985, Decameron, éd. V. Branca, Milan, Mondadori.

Faustini Agostino, 1646, Aggiunta alle historie del sig. Gasparo Sardi, Ferrare, Gironi.

Thyræus Petrus, 1598, Loca infesta, hoc est de infestis ob molestantes dæmoniorum et defunctorum hominum spiritus, locis, Cologne, Cholinus ; [en ligne] http://reader.digitale-sammlungen.de/resolve/display/bsb10166748.html.

Zambotti Bernardino, 1935-1937, Diario ferrarese dall’anno 1478 sino al 1504, éd. G. Pardi, Bologne, Zanichelli.

Littérature secondaire

Angelini Werther, 2000, « Nostalgia per gli Estensi a Ferrara in periodo legatizio », dans Samaritani A. et Varese R.  (dir.), L’Aquila bianca : studi di storia estense per Luciano Chiappini, Ferrare, Corbo, p. 585-604.

Angelozzi Giancarlo, 2012, « Epifanie dell’invisibile : apparizioni dei morti e illusioni diaboliche nei “Loca infesta” di Petrus Thyraeus », dans Lagioia V. (dir.), Storie di invisibili, marginali ed esclusi, Bologne, Bononia University Press, p. 57-66.

Arcangeli Alessandro, 2004, Passatempi rinascimentali : storia culturale del divertimento in Europa (secoli XV-XVIII), Rome, Carocci.

Bercé Yves-Marie, 1990, Le roi caché. Sauveurs et imposteurs : mythes politiques populaires dans l’Europe moderne, Paris, Fayard.

Biondi Albano, 2000, « Ferrara : cronache della caduta », dans Prosperi A. (dir.), Storia di Ferrara, VI, Ferrare, Corbo, p. 498-500.

Bloch Marc, 1963, Mélanges historiques, Paris, SEVPEN.

Bologne Jean-Claude, 1986, Histoire de la pudeur, Paris, Orban-Hachette.

Buttitta Antonino, 2005, « Ritorno dei morti e rifondazione della vita », dans Lévi-Strauss Cl., Babbo Natale giustiziato, Palerme, Sellerio, p. 9-42.

Callegarini Carlo Alberto (1989), « La fauna », dans Ranieri V. (dir.), Atlante di Schifanoia, p. 211-212.

Canfora Luciano, 2008, La storia falsa, Milan, Rizzoli.

Caro Baroja Julius, 1992, Las falsificaciones de la historia (en relación con la de España), Barcelone, Seix Barral.

Chiappini Luciano, 2001 [1967], Gli Estensi : mille anni di storia, Ferrare, Corbo.

Chrościcki Julius, Hengerer Mark et Sabatier Gérard (dir.), 2012, Les funérailles princières en Europe, xvie-xviiie siècle, I, Versailles/Paris, Centre de recherche du château de Versailles-Éditions de la Maison des sciences de l’homme.

Clark Stuart, 2003, « The Reformation of the Eyes : Apparitions and Optics in Sixteenth- and Seventeenth-Century Europe », Journal of Religious History, 26, p. 143-160.

Corrain Cleto et Zampini Pierluigi, 1970 [1964-1969], Documenti etnografici e folkloristici nei sinodi diocesani italiani, Bologne, Forni.

Delumeau Jean, 1974, « Les réformateurs et la superstition », dans L’amiral de Coligny et son temps, actes du colloque (Paris, 24-28 oct. 1972), Paris, Societé de l’histoire du Protestantisme français, p. 451-487.

De Seta Cesare, 1989, « Le mura simbolo della città », dans C. De Seta et J. Le Goff (dir.), La città e le mura, Rome-Bari, Laterza, p. 11-57.

Donati Claudio, 1988, L’idea di nobiltà in Italia (secoli XIV-XVIII), Rome-Bari, Laterza.

Eco Umberto, 1988, « Tipologia della falsificazione », dans Fälschungen im Mittelalter : internationaler Kongreß der Monumenta Germaniae historica (Munich, 16-19 sept. 1986), I, Hanovre, Hahnsche Buchhandlung, p. 69-82.

Emich Birgit, 2001, « Potere della parola, parole del potere : Ferrara e Roma verso il 1600 », Dimensioni e problemi della ricerca storica, 2, p. 79-106.

Eliade Mircea, 1949, Traité d’histoire des religions, Paris, Payot.

Foà Simona, 1993, s. v. « Este Marfisa d’ », dans Dizionario biografico degli Italiani, XLIII, Rome, Istituto della Enciclopedia italiana, p. 390-392.

Freud Sigmund, 1985 [1919], « L’inquiétante étrangeté », dans L’inquiétante étrangeté et autres essais, trad. B. Féron, Paris, Gallimard, p. 209-263.

Fumagalli Vito, 1982, « Il paesaggio dei morti : luoghi d’incontro tra i morti e i vivi sulla terra nel Medioevo », Quaderni storici, 50, p. 411-425.

Ginzburg Carlo, 1989, Storia notturna : una decifrazione del sabba, Turin, Einaudi.

Ginzburg Carlo, 2006, Il filo e le tracce : vero, falso, finto, Milan, Feltrinelli, p. 270-280.

Göllner Carl, 1961-1978, Turcica : Die Türkenfrage in der öffentlichen Meinung Europas im 16. Jahrhundert, III, Bucarest-Baden-Baden, Academiei Republicii Socialiste Romania/Heitz, 3 vol. 

Guerra Enrica, 2011, « La caccia nel territorio estense tra pratica e legislazione nel XV secolo », dans Bianchi P. et Passerin d’Entrèves P. (dir.), La caccia nello Stato sabaudo, II, Turin, Zamorani, p. 137-152.

Gundersheimer Werner L., 1986, « Burle, generi e potere : i “Discorsi” di Annibale Romei », Schifanoia, 2, p. 9-21.

Lanternari Vittorio, 1981, « Sogno/visione », dans Enciclopedia Einaudi, t. XIII, Turin, Einaudi, p. 94-126.

Le Braz Anatole, 1989 [1902], La légende de la mort chez les Bretons armoricains, Paris, Spezed-Champion-Coop Brezih.

Le Goff Jacques, 1981, La naissance du Purgatoire, Paris, Gallimard, 1981.

Macioce Stefania (1989), « Schifanoia e il cerimoniale : il trionfo del “preux chevalier” Borso d’Este », dans V. Ranieri (dir.), Atlante di Schifanoia, p. 65-79.

Marini Lino, 1979, « Lo stato estense », dans Galasso G. (dir.), Storia d’Italia, XVII, Turin, UTET, p. 1-211.

Martignoni Andrea, 2005, « “Requiescat in pace” : il destino dei morti tra fragile pace ed eterno riposo alla fine del Medioevo », Quaderni di storia religiosa, n° 12, p. 99-157.

Matarrese Tina, 2004, Parole e forme dei cavalieri boiardeschi, Novare, Interlinea.

Mounier Pascale et Nativel Colette (dir.), 2014, Copier et contrefaire à la Renaissance : faux et usage de faux, Paris, Champion.

Niccoli Ottavia, 1987, Profeti e popolo nell’Italia del Rinascimento, Rome-Bari, Laterza.

Nye Robert A., 1998, Masculinity and Male Codes of Honor in Modern France, Berkeley, University of California Press.

Papalas Anthony J., 2002, « The “Trattato del giuoco della palla di messer Antonio Scaino da Salò” and Ferrarese cultural Ideology in the Time of Alfonso II », dans Castelli P. (dir.), Francesco Patrizi filosofo platonico nel crepuscolo del Rinascimento, Florence, Olschki, p. 315-321.

Paravicini Bagliani Agostino, 1996, « Rileggendo i testi sulla “nudità” del papa », dans Cantarella G.M. et Santi F. (dir.), I re nudi : congiure, assassini, tracolli ed altri imprevisti nella storia del potere, Spolète, Centro italiano di studi sull’alto Medioevo, p. 103-125.

Prosperi Adriano, 1996, Tribunali della coscienza : inquisitori, confessori, missionari, Turin, Einaudi.

Provasi Matteo, 2011, Il popolo ama il duca ? Rivolta e consenso nella Ferrara estense, Rome, Viella.

Racamier Paul-Claude, 1992, Le génie des origines : psychanalyse et psychoses, Paris, 1992.

Residori Matteo (dir.), 2009, Espaces chevaleresques et héroïques de Boiardo au Tasse, Paris, Université Paris 3-Sorbonne nouvelle, 2009.

Resnik Salomon, 1984, « Pensiero visivo, rito e pensiero onirico », dans Branca V., Ossola C. et Resnik S. (dir.), I linguaggi del sogno, Florence, Sansoni, p. 41-80.

Ricci Giovanni, 1989, « Ravenna spogliata fra tardo Medioevo e prima Età moderna », Quaderni storici, 71, p. 537-561.

Ricci Giovanni, 1996, Povertà, vergogna, superbia : i declassati fra Medioevo e Età moderna, Bologne, Il Mulino.

Ricci Giovanni, 1998, Il principe e la morte : corpo, cuore, effigie nel Rinascimento, Bologne, Il Mulino.

Ricci Giovanni, 2002, Ossessione turca : in una retrovia cristiana dell’Europa moderna, Bologne, Il Mulino.

Ricci Giovanni, 2007, I giovani, i morti : sfide al Rinascimento, Bologne, Il Mulino.

Ricci Giovanni, 2013, « The Pope as a Conqueror : Rites of Possession, Episodes and Unexpected Events in 1598 Ferrara », dans Cohn C. Jr, Fantoni M., Franceschi F. et Ricciardelli F. (dir.), Late Medieval and Early Modern Ritual : Studies in Italian Urban Culture, Turnhout, Brepols p. 349-364.

Ricci Giovanni, 2014, « Un corps sacré, un cadavre outragé : deux princes d’Este au xvie siècle », dans Le Corps du Prince, actes du colloque (Liège-louvain, Ulg-KULeuven, 17-19 nov. 2011), Micrologus, vol. 22, Florence, Sismel-Edizioni del Galluzzo, p. 441-453.

Ricci Giovanni (à paraître), « Le Nord en Méditerranée : influx franco-bourguignons sur la cour des Este entre Charles le Téméraire et Marie de Bourgogne », dans Marie de Bourgogne : le règne, la figure et la postérité d’une princesse européenne, actes du colloque (Bruxelles-Bruges, 5-7 mars 2015).

Roche Daniel, 2005, « Les pouvoirs à cheval (xvie-xviiie siècles) », dans Scaramella P. (dir.), Alberto Tenenti : scritti in memoria, Naples, Bibliopolis, p. 590-600.

Rodi, Filippo, 2000, La devollutione di Ferrara a santa Chiesa : Annali di Ferrara 1587-1598, éd. C. Frongia, Ferrare, TLA.

Schmitt Jean-Claude, 1994, Les revenants : les vivants et les morts dans la société médiévale, Paris, Gallimard.

Schmitt Jean-Claude, 1996, « La culture de l’imago », Annales. Histoire, sciences sociales, 51, p. 3-36.

Solerti Angelo, 1900, Ferrara e la corte estense nella seconda metà del secolo decimosesto, Città di Castello, Lapi.

Tristano Richard M., 1987, « Vassals, Fiefs and Social Mobility in Ferrara During the Middle Ages and Renaissance », Medievalia et Humanistica, 15, p. 43-63.

Varese Ranieri (dir.), 1989, Atlante di Schifanoia, Ferrare-Modène, Panini.

Venturi Gianni, 1996, « Il mito letterario di Marfisa », dans Visser Travagli A. M. (dir.), Palazzina di Marfisa d’Este a Ferrara, Ferrare, Corbo, p. 109-123.

Vernant Jean-Pierre, 1966, Mythe et pensée chez les Grecs : études de psychologie historique, Paris, Maspéro.

Vogler Bernard, 1975, « Attitudes devant la mort et cérémonies funèbres dans les Églises protestantes renanes vers 1600 », Archives de sciences sociales des religions, 39, p. 139-146.

Wagner Marc-André, 2005, Le cheval dans les croyances germaniques : paganisme, christianisme et traditions, Paris, Champion.

Haut de page

Notes

1 Je reprends et je développe une partie de l’un de mes essais : Ricci 2014, notamment p. 447-452.

2 Faustini 1646, p. 172-173 (« essendo stato mandato Giovanni Mellone soldato [...] a far la sua sentinella su la muraglia della città, fu da un’ombra ch’egli vide a cavallo, e riconobbe (come egli disse) per il duca Alfonso ultimamente defunto, percosso così fieramente nel petto da calci del cavallo d’essa ombra, ch’a pena poté condursi in corpo di guardia, ove avendo mostrato le lividure né potendo a pena respirare, mezzo morto fu portato all’Ospital di Sant’Anna, ove dopo alcuni giorni morì, del qual accidente fu avvisato, mentr’io ero in Roma, il cardinale Scipion Borghese, e dopo il mio ritorno a Ferrara più volte da quei che servivano in quei tempi esso Ospitale mi fu similmente confirmato »).

3 Bloch 1963, p. 41-45.

4 Voir, entre autres, Eco 1988, t. I, p. 69-82 ; Caro Baroja 1992 ; Canfora 2008 ; Mounier et Nativel 2014.

5 Emich 2001, notamment p. 84-85.

6 Eliade 1949, p. 176, 193. aussi Martignoni 2005, p. 99-157.

7 Vernant 1966.

8 Schmitt 1996, notamment p. 5-9. Voir aussi : Lanternari 1981, t. XIII, p. 94-126 ; Resnik 1984, p. 41-80.

9 Clark 2003, p. 143-160.

10 Ginzburg 1989, p. 65-184 ; Racamier 1992, p. 25-58 ; Buttitta 2005, p. 9-42.

11 Tristano 1987, p. 43-63 ; Donati 1988, p. 165-176 ; Ricci 1996, p. 89-108.

12 Rodi 2000, p. 71.

13 Paravicini Bagliani 1996, notamment p. 106 ; Bologne 1986, p. 134-135.

14 Modène, Biblioteca Estense, ms. It. 485 (α.J.4.17), fo 372vo, Claudio Rondoni, « Dei successi di Ferrara e il suo dominio sino ad Alfonso II » (« Senza guardia et in poter d’ognuno, veniva vilipeso, alcuni li menavano le mani per il volto, altri per la barba, et altri senza rispetto alcuno lo vituperavano » ; « la cassa essendo un poco corta et incapace di quel corpo, furono alcuni che tentarono di romperli le gambe, ma furono per anco alcuni che questo fatto rifiutassero, et dierono una gionta alla detta cassa »). Marini 1979, t. XVII, p. 51-66 ; Biondi 2000, t. VI, p. 498-500 ; Provasi 2011, p. 217-231.

15 Ricci 2007, p. 123-137.

16 Ricci 1998, p. 17-75.

17 Chrościcki, Hengerer et Sabatier 2012, t. I, p. 167-353.

18 Agnelli 1895, p. 273.

19 Fumagalli 1982, p. 411-425 ; De Seta 1989, p. 11-57.

20 Zambotti 1934-37, p. 79.

21 Ferrare, Biblioteca comunale Ariostea, ms. Antonelli 594, I, fo 105, Nicola Baruffaldi, « Annali di Ferrara dal 1660 sino al 1720 ». Voir Ricci 2002, p. 121-129.

22 Bercé 1990, p. 216-253.

23 Angelini 2000, p. 585-604.

24 Roche 2005, p. 590-600 ; Guerra 2011, t. II, p. 137-152.

25 Callegarini 1989, p. 211-212.

26 Ricci (à paraître).

27 Macioce 1989, notamment p. 74.

28 Matarrese 2004, p. 19-31 ; Residori 2009.

29 Papalas 2002, p. 315-321 ; Arcangeli 2004, p. 58-62, 112-114.

30 Göllner 1978, t. III, p. 143-144.

31 Gundersheimer 1986, p. 9-21.

32 Solerti 1900, p. XXIII ; Chiappini 2001, p. 321-322.

33 Nye 1998, pp. 15-30.

34 Agnelli 1895, p. 296-297.

35 Schmitt 1994, p. 115-145.

36 Wagner 2005, p. 61-89, 121-130.

37 Boccaccio 1985, p. 585-593 ; voir Ricci 1989, notamment p. 544-545.

38 Niccoli 1987, p. 107.

39 Quantité d'exemples sont offerts par Le Braz 1989.

40 Freud 1985, p. 209-263.

41 Angelozzi 2012, p. 57-66.

42 Thyræus 1598, p. 133-134 (« qui in sacris locis molestare viventes aut infestare observantur, habeantur, ut plurimum, non diaboli aut dæmones, sed defunctorum spiritus ac animae »).

43 Delumeau 1974, p. 451-487.

44 Vogler 1975, p. 139-146.

45 Corrain et Zampini 1970, p. 54.

46 Ginzburg 2006, p. 270-280.

47 J. Le Goff 1981.

48 Prosperi 1996, p. 659-666.

49 Foà, 1993, t. XLIII, p. 390-392 ; Venturi 1996, p. 109-123.

50 Ricci 2013, notamment p. 358-359.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Giovanni Ricci, « Le prince revenant : la vie après la mort d’Alphonse II d’Este », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne], Le promeneur de Versailles, mis en ligne le 03 avril 2018, consulté le 21 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/crcv/14852

Haut de page

Auteur

Giovanni Ricci

Professeur émérite d’histoire moderne, université de Ferrare, Italie. Spécialiste de la Renaissance italienne et des rapports entre l’Europe et le Levant / Former Professor of Modern History at University of Ferrara, he is a scholar of Italian Renaissance and of relations between Europe and the Levant. Publications : Povertà, vergogna, superbia. I declassati fra Medioevo ed Età moderna, Bologne, 1996 ; Il principe e la morte. Corpo, cuore, effigie nel Rinascimento, Bologne, 1998 ; Ossessione turca. In una retrovia cristiana dell’Europa moderna, Bologne, 2002 (trad. turque/Turkish trans.) ; I giovani, i morti. Sfide al Rinascimento, Bologne 2007 ; I turchi alle porte, Bologne, 2008 ; Appello al Turco. I confini infranti del Rinascimento, Rome, 2011 (trad. anglaise à paraître/English trans. forthcoming). giovanni.ricci@unife.it

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals