Navigation – Plan du site

L’image qui tue : les armes décorées dans les collections princières allemandes au xvie siècle

Images that Kill: Decorated Weapons in Sixteenth-Century Princely German Collections
Naïma Ghermani

Résumés

Dans la seconde moitié du xvie siècle, les princes européens et en particulier les princes allemands commencèrent à collecter des armes et des armures. Ces cabinets d’armes étaient principalement composés de trophées de guerre, mais la plupart des pièces qui s’y trouvaient étaient des cadeaux offerts par d’autres cours ou des objets achetés par le prince lui-même. Cette contribution s’intéresse tout particulièrement à la collection d’armes des électeurs de Saxe et notamment aux armes décorées (épées, dagues, pistolets) que ces princes de la branche albertine semblaient rechercher avidement. Durant cette période, les thèmes religieux dominent la décoration des armes : Adam et Ève, l’arche de Noé, la Crucifixion, la loi et la grâce. Ce choix iconographique est à relier au mouvement de confessionnalisation intense qui touche la Saxe électorale et aux efforts continus des électeurs pour défendre et établir une orthodoxie luthérienne, dans un contexte de luttes intraconfessionnelles. Il propose également un discours sur le pouvoir du prince qui a été redéfini par Martin Luther dans sa théorie dite « des deux règnes » appelée aussi « théorie des deux glaives ».

Haut de page

Texte intégral

  • 1 « Züchtige deynen son weil hoffnung da ist / aber laß dein seel nicht bewegt werdenn In zu todtenn  (...)
  • 2 Voir ici Springer 2010.
  • 3 Cognot 2012, p. 27.
  • 4 Ghermani 2009b ; Stoichita 2012 ; Haag 2011.
  • 5 Les études pionnières sont celles de Schöbel 1973 et Müller 1997.
  • 6 Pour la France : Malgouyres 2014 ; musée de l’Armée 2009.
  • 7 Cité par Cognot 2012, p. 39.
  • 8 Ibid.

1« Châtie ton fils, car il y a encore de l’espérance ; mais ne désire point le faire mourir. » C’est sur la lame d’une élégante dague fabriquée à Nuremberg vers 1540-1550 et conservée dans la chambre d’armes des électeurs de Saxe que l’on peut lire cette citation extraite des Proverbes (19,18). Au revers de la lame, une autre, tirée des Proverbes de Salomon, vient lui faire écho : « Celui qui couvre une faute cherche l’amour. Et celui qui la rappelle dans ses discours divise les princes1 » (la citation exacte est : « divise les amis »). Ces épées « parlantes », proclamant la parole divine, ne sont qu’un exemple d’un ensemble d’armes savamment décorées faisant partie de la collection des électeurs de Saxe. Réunies dans une Rüstkammer (armurerie) dès le règne de Maurice de Saxe (1521-1553), ces armes d’apparat, que les armures somptueuses viennent compléter, n’étaient pas seulement ornées de citations bibliques. Nombre d’entre elles étaient également couvertes de scènes dont l’Ancien et le Nouveau Testament constituaient la matière principale. La décoration des armes comme celle des armures sont une pratique répandue en Europe. Alors qu’il faut attendre les années 1530 environ en Italie pour voir apparaître des armures décorées de motifs floraux, de figures mythologiques ou de scènes de bataille2, la décoration des armes est nettement antérieure : dès le haut Moyen Âge, certaines épées se voient couvertes sur leur tranchant, leurs quillons ou sur leur pommeau de décorations3. Si les armures savamment ornées qui se multiplient à partir des années 1550 dans les cours princières du Saint-Empire, à la suite des cours italiennes, ont bien été étudiées4, peu de travaux se penchent sur les innombrables épées, dagues et rapières, elles aussi chargées d’une iconographie riche et variée5. Les catalogues des quelques expositions qui leur sont consacrées analysent fort bien les objets, identifient les thèmes bibliques ou mythologiques choisis, mais s’interrogent peu sur ce phénomène, qui semble trouver son apogée au milieu du xvie siècle dans de très nombreuses cours européennes6. Que signifie porter une arme décorée d’épisodes de la Genèse ou de l’histoire antique ? En effet, si les armures, dont la fonction est principalement défensive, se référaient aux héros ou figures mythologiques, comme Hercule ou Méduse, dont les attributs et les représentations visaient à produire une impression terrifiante sur l’adversaire, l’arme décorée – épée, hallebarde ou poignard – se veut aussi un instrument offensif, capable de blesser et de donner la mort : la pointe est « cruelle et mortelle », comme le souligne un des grands auteurs des livres de combat, Fiore dei Liberi (v. 1350-v. 1409)7. La lame entaille parfois mortellement ; le pommeau permet aussi de frapper ; quant à la poignée, on peut l’utiliser pour saisir l’adversaire8. Ces citations visuelles héroïques ou bibliques venaient donner avec une acuité saisissante une signification bien particulière à ce geste mortel dans un contexte de consolidation des camps confessionnels.

2On verra ici à l’exemple des collections des princes électeurs de Saxe, les fleurons du luthéranisme dans l’Empire, que les armes décorées redessinent ainsi une autre histoire des objets princiers, des objets qui manifestent et définissent la violence légitime du prince.

Collecter les armes

  • 9 Cet inventaire a disparu en 1945.
  • 10 Bloh 2012, p. 203, et Schöbel 1973, p. 15.
  • 11 Bloh 2014, p. 13.
  • 12 Bloh 2012, p. 211.

3L’obtention par Maurice de Saxe, en 1547, de la dignité électorale en échange de son soutien à Charles Quint place la branche des Albertiner, dont il est issu, sur un nouveau rang au sein de l’Empire. De ducs de Saxe, les voici membres du collège des sept électeurs, mais cette trahison vaut à Maurice le surnom de « Judas de Meissen » de la part du camp évangélique. Le début de la collecte d’armes décorées mais aussi d’objets précieux commence précisément durant ces années 1540, lorsque Maurice et son frère s’évertuent à rebâtir une légitimité confessionnelle et politique sérieusement mise à mal. Un premier inventaire est rédigé en 15679. L’inventaire suivant, daté de 1606, se déploie sur environ 1 500 pages et décrit les objets disposés dans le cabinet d’armes, le cabinet de chasse et la chambre réservée aux armures10. Les armes qui y sont répertoriées proviennent de commandes des princes électeurs eux-mêmes ou des membres de leur famille, ou leur ont été offertes11. Certaines jouent le rôle de trophées rapportés lors de batailles et d’autres ont servi surtout d’armes d’apparat. Maurice, qui a accompli de nombreuses missions diplomatiques en Italie, rapporte de ses voyages plusieurs épées et rapières issues des meilleurs ateliers de la Péninsule – Milan, Florence et Belluno. Une cinquantaine d’années plus tard, en 1601-1602, le jeune Johann Georg, frère de l’électeur Christian II (1583-1611), rapporte de son voyage en Italie, où il est allé parfaire son éducation notamment en art de l’escrime, de nombreuses rapières, dont certaines, luxueuses, sont ornées de pierres précieuses12.

  • 13 Malgouyres 2014, p. 9.
  • 14 Haag 2011.

4Si à Paris il faut surtout attendre les règnes d’Henri IV et de Louis XIII pour voir se développer un imposant cabinet d’armes13, nombreux sont les princes d’Empire qui en constituent un, dès le milieu du xvie siècle, à partir notamment des arsenaux qu’ils possèdent. Dans les territoires catholiques, la collection de l’archiduc Ferdinand de Tyrol (1529-1595) fait figure de modèle et de joyau14. C’est d’ailleurs dans cette collection que sont donnés à voir de nombreux spécimens d’armes décorées. Parmi celles qui se trouvent désormais conservées à Vienne prédominent les thèmes antiques, dès les années 1520, comme en témoigne une hache de combat appartenant à Ferdinand Ier (1526) ou encore une élégante rapière fabriquée par Damiano da Nervi dont la garde, les anneaux et la poignée damasquinés d’or et d’argent sont décorés de scènes de guerre, du domptage de Cerbère par Hercule ou encore des exploits de Mucius Scaevola (fig. 1).

Fig. 1 : Damiano da Nervi, rapière, v. 1555, fer damasquiné. Vienne, Kunsthistorisches Museum, Inv. Nr. A 586.

Fig. 1 : Damiano da Nervi, rapière, v. 1555, fer damasquiné. Vienne, Kunsthistorisches Museum, Inv. Nr. A 586.

© KHM-Museumsverband

5Si des armes semblables existent dans la collection de Dresde, elles demeurent cependant minoritaires face au nombre important d’armes offrant à voir des thèmes religieux dans la seconde moitié du xvie siècle. Parmi les sujets vétéro-testamentaires, comme on le verra, le péché originel se décline sur des poignées d’épées, de poignards, de rapières, mais aussi sur des fusils – probablement réservés à la chasse. Le thème de la loi et de la grâce, cher à l’iconographie confessionnelle développée dès 1529 par l’atelier de Lucas Cranach l’Ancien, trouve aussi de nombreuses variations. Parmi les thèmes néo-testamentaires, la Crucifixion l’emporte, ou plus généralement la vie du Christ, de sa naissance à sa mort, se déploie sur de minuscules surfaces de l’épée.

  • 15 Bäumel 1990.
  • 16 Schätze 2016, p. 14.

6Il va de soi que les armes savamment décorées étaient principalement utilisées au sein de la cour lors des tournois et des jeux chevaleresques que le prince donnait à l’occasion de grands événements dynastiques15. Échangées, offertes ou commandées, elles étaient donc l’objet d’un maniement différent de celui des armes de guerre. Les collections princières d’armes offrent une gamme très variée en termes de qualité : si certaines sont en fer comme la rapière d’Auguste, certes décorée mais dépourvue de métal précieux, et ne seraient guère portées lors d’une cérémonie, d’autres s’affichent comme des objets de luxe et s’intègrent harmonieusement au costume princier. Certaines épées ainsi peuvent apparaître comme de véritables accessoires de mode, telle cette somptueuse rapière italienne probablement issue des ateliers milanais de Giulio Cesare Marciliano vers 1600, ornée de perles et de fils d’or, s’accordant parfaitement à l’élégante cape noire brodée d’or (fig. 2) portée par Johann Georg le jour de son mariage en 160716.

Fig. 2 : Giulio Cesare Marciliano (?), rapière décorée de perles, vers 1600. Dresde, Rüstkammer, Staatliche Kunstsammlungen Dresden, Inv. Nr. VI 428.

Fig. 2 : Giulio Cesare Marciliano (?), rapière décorée de perles, vers 1600. Dresde, Rüstkammer, Staatliche Kunstsammlungen Dresden, Inv. Nr. VI 428.

© Rüstkammer, Staatliche Kunstsammlungen Dresden, Photo: Jürgen Karpinski

7Les armes étaient portées à la ceinture, manipulées, observées lors de ces occasions ou lors de visites d’hôtes de qualité dans le cabinet d’armes. Lors des duels, le rapprochement des adversaires permettait également d’apercevoir ces scènes au cœur du combat. Mais ce sont aussi lors des cérémonies impériales que s’exhibent certaines épées. L’épée électorale constitue l’attribut des électeurs de Saxe, qui détiennent la dignité d’archi-maréchal d’Empire. Elle se caractérise souvent, mais pas systématiquement, par l’armoirie de ces derniers (coupé de sable et d’argent et deux épées de gueules posées en sautoir) et était portée par l’impétrant lors de la cérémonie d’hommage (Huldigung) à l’empereur, lequel confortait l’électeur dans ses titres et privilèges. Sur de nombreux tombeaux, les électeurs de Saxe, de la branche ernestine, puis albertine, l’exhibent, la portant sur leur épaule. C’est sans doute l’épée qui constitue le cœur et l’objet d’un portrait singulier de Jean-Frédéric de Saxe vers 1533-1535 (fig. 3).

Fig. 3 : Lucas Cranach l’Ancien, Portrait de Jean-Frédéric de Saxe, v. 1535, huile sur bois, 91,4 × 70,2 cm. Berlin, Staatliche Museen, Gemäldegalerie, Inv. Nr. 590.

Fig. 3 : Lucas Cranach l’Ancien, Portrait de Jean-Frédéric de Saxe, v. 1535, huile sur bois, 91,4 × 70,2 cm. Berlin, Staatliche Museen, Gemäldegalerie, Inv. Nr. 590.

© Berlin, Staatliche Museen, Gemäldegalerie

  • 17 Sur ce conflit, voir Ghermani 2009a, p. 69-78.

8L’imposant personnage, dont le corps recouvert d’un épais manteau remplit l’espace entier de la surface peinte, porte haut une épée dont les dimensions et le positionnement sur son épaule rappellent irrésistiblement les épées électorales. Pourtant, le prince ne porte pas son manteau électoral mais l’habituelle Schaube au large col de fourrure que les ordonnances somptuaires réservent à l’aristocratie. Surtout, son épée ne présente pas l’armoirie de la Saxe, mais l’insigne de l’Empire, l’aigle bicéphale. Jean-Frédéric se tient sous une arcade qui n’est pas sans rappeler l’arc de triomphe du tombeau de son oncle à Wittenberg, Frédéric le Sage, pionnier de la Réformation. L’épée elle-même se réfère directement à celle de son ancêtre, le premier électeur de la maison des Ernestiner Frédéric le Querelleur (1370-1428). Elle lui avait été offerte en 1423 par l’empereur Sigismond pour l’avoir soutenu dans sa lutte contre les hussites, et son pommeau était orné d’un aigle à une tête. Ce choix plutôt rare dans l’iconographie très riche de l’électeur saxon n’est pas à lire comme la prétention impériale de ce dernier, mais s’inscrit dans le contexte de la lutte du chef du parti protestant contre l’empereur après la confession d’Augsbourg, qui lui refuse la reconnaissance du titre électoral17. Exhiber une épée ornée de l’aigle impérial, n’est-ce pas se proclamer membre du Saint-Empire et en même temps afficher sa capacité à prendre les armes pour défendre son territoire, le bien commun, ses droits et surtout sa foi ?

La culture de l’épée

  • 18 Instructions extraites de Schmidt 1892, p. 9, 11 et 18.
  • 19 Watanabe-O’Kelly 2002, p. 47.
  • 20 Ibid. p. 46.

9Le soin porté à ces armes et à leur observation de près par leur propriétaire s’inscrit ainsi dans l’intense culture du combat chevaleresque qui perdure tout au long du xvie siècle et dont témoigne une abondante littérature pédagogique. Les traités d’éducation des jeunes princes autant que les lettres d’instruction adressées aux pédagogues des enfants princiers ne manquent jamais en effet de mentionner l’importance de l’exercice physique. Dans son « Instruction » à son chambellan Christoff von Gienznam et à Michel Volckhamer « preceptor » des jeunes ducs Wilhelm et Ferdinand en 1556, le duc Albert V de Bavière revient à deux reprises sur les exercices physiques, à côté de l’apprentissage de la musique : une heure par jour sera consacrée aux « sauts, à l’escrime et à la course » ; il préconise plus loin que, dès que les enfants seront en âge, « ils ne passent pas trop de temps à se consacrer à l’écriture, mais qu’ils l’utilisent aussi aux choses et aux exercices chevaleresques ». Quelques années plus tard, en 1563, les instructions sont plus détaillées. Il demande que toutes les semaines, selon le temps qu’il fait, « ils aillent chevaucher une ou deux fois », et que tous les jours ils apprennent « l’escrime, la course, le saut, la lutte18 ». Les traités d’art équestre, qui connaissent une grande fortune à Dresde dans les mêmes années comme le manuel de Federigo Grisone Gli ordini di cavalcare (1550), traduit en allemand en 1573, et plus tard encore, à la fin du xvie siècle, quand l’art équestre fut recodifié en Italie, exercent une profonde influence dans les cours allemandes19. Cet entraînement intensif est une « activité essentielle pour la définition de soi des princes de la période moderne », comme le note à juste titre Helen Watanabe-O’Kelly20. Dès que les jeunes princes manient les armes, on leur commande des armures et des armes à leur taille.

  • 21 Brioist, Drévillon et Serna 2002, p. 50-53.
  • 22 Jaquet 2012, p. 21.
  • 23 Lecküchner 1545 ; Thibault 1630.
  • 24 Jaquet 2012, p. 21.
  • 25 Bloh 2012, p. 206. Pour plus de détails sur ces livres d’escrime : Anglo 2000, p. 125-147.

10L’exercice quotidien des armes, et notamment le maniement de l’épée, loin de tomber en désuétude alors que les armes à feu gagnent du terrain dans les batailles, surtout à partir de la seconde moitié du xvie siècle, devient au contraire la pratique de distinction par excellence de la noblesse21. Porter l’épée pour sa propre défense était fréquemment répandu, chez les artisans, les étudiants et même chez quelques clercs girovagues, et les compétitions de combats d’épée étaient organisées par les villes, dans ce que l’on appelait les Fechtschule, les « écoles d’escrime22 ». C’est peut-être pour ces raisons que l’art de l’escrime se perfectionne, notamment grâce à une multitude de traités, majoritairement de la plume d’auteurs allemands et italiens, qui répertorient et expliquent les figures et les moyens de gagner en habileté. Le succès de ces ouvrages d’abord manuscrits, puis presque systématiquement imprimés, agrémentés d’illustrations principalement de combats à l’épée longue, ne se dément pas jusqu’à la fin du xviie siècle, atteignant une ampleur et une sophistication inégalées dans l’illustration des combats, comme en témoignent les planches somptueuses du chef-d’œuvre du maître hollandais Girard Thibault en 1630, Académie de l’épée23. Ces œuvres distinguent les combats chevaleresques « civils », sans port d’armure, le combat en armure et à pied (Harnischfechten) et le combat à cheval (Rossfechten), chacun nécessitant un équipement spécifique24. Dans la bibliothèque princière de Dresde, on retrouve ces ouvrages de référence montrant l’intérêt accru des électeurs pour l’art de l’escrime : on y repère le livre d’Achille Marozzo (Opera Nova, 1536), ceux de Camillo Agrippa (Trattato di scienza d’arme, 1553) et de Joachim Meyer (Gründtliche Beschreibung der freyen Ritterlichen und Adelichen Kunst des Fechtens, 1570), dont les enseignements permettaient d’améliorer la maîtrise de la rapière25. Si une large partie de la société de sexe masculin pouvait porter une arme, notamment une épée, sa maîtrise et l’élégance même de l’objet participaient à la manifestation du droit héréditaire de l’aristocratie : celui de prendre les armes et de verser son sang. L’épée et son maniement sont des instruments essentiels de cette incorporation d’un habitus nobiliaire.

11Les collections d’armes décorées reflètent ces enjeux par la très grande diversité des types d’armes et de combats dont les Fechtbücher détaillent la taxinomie : les épées longues (Langenschwert) mesurant jusqu’à 1,80 mètre et obligeant une tenue à deux mains qui caractérise les combats de guerre et de tournois jusque vers 1530, semblent céder la place aux épées plus fines comme les rapières, nombreuses dans la collection de Dresde, et les dagues, les deux armes s’utilisant parfois simultanément lors des duels (fig. 4).

Fig. 4 : Camillo Agrippa, Trattato di scientia d’arme, Venise, 1568, p. 54-55. Wallace Collection, Howard de Walden Library, 2/3.

Fig. 4 : Camillo Agrippa, Trattato di scientia d’arme, Venise, 1568, p. 54-55. Wallace Collection, Howard de Walden Library, 2/3.

Domaine public

  • 26 Bloh 2012, p. 204.
  • 27 Ibid., p. 205 ; sur les distinctions entre types d’épée dans la France moderne, voir Brioist, Drévi (...)

12À cet intérêt pour les tournois correspond la variété des types d’armes conservées dans l’armurerie princière : épées nommées Degen (ou estocs), armes réservées à la noblesse, instrument du code de l’honneur et du combat singulier26. Les Degen, qui étaient à l’origine courtes et larges et dotées d’un pommeau ovoïde, peuvent renvoyer à une variété de formes qu’il n’est pas toujours aisé de distinguer, les taxinomies des armes blanches pouvant se révéler assez vagues dans les inventaires : rapières, dagues, cordelas, Katzbalger (ou lansquenettes)27, issues aussi bien des ateliers de Passau et Solingen en Allemagne, de Milan, mais aussi de Tolède, réputée pour l’excellence de ses lames.

  • 28 Ibid., p. 17.
  • 29 Watanabe-O’Kelly 2002, p. 49 ; sur les jeux équestres : Clare 1983.
  • 30 Watanabe-O’Kelly 2002, p. 51.
  • 31 Watanabe-O’Kelly 2015, p. 214-215.

13Ce changement tient à la fois à un progrès technique dans la sidérurgie, qui parvient à obtenir un acier plus résistant grâce à une chaleur plus élevée des fours28, et à un changement profond dans le maniement des armes tenues désormais d’une seule main, même si l’usage de l’épée longue tenue à deux mains persiste dans les tournois. Les arts équestres changent eux aussi sous l’influence de l’art militaire qui privilégie le recours à la multiplicité des armes – armes blanches ou à feu. Lors des fêtes données à l’occasion de mariages ou de baptêmes, les tournois offrent davantage d’exercices valorisant l’habilité des participants : la joute de l’anneau, ou encore le jeu des têtes qui permet au participant de faire usage en un bref laps de temps d’un large éventail d’armes et de faire ainsi montre de son adresse29. En 1582, les fêtes données à l’occasion du mariage de Christian Ier et de Sophie de Brandebourg proposent une course à l’anneau costumée, un tournoi pédestre ainsi qu’une joute30. Ces festivités choisissent d’ailleurs bien souvent plusieurs thèmes, qui sont précisément ceux que l’on retrouve sur les armes, des histoires empruntées à la culture classique, mais aussi à une culture confessionnelle de la satire religieuse ou des drames bibliques. Sur le livre des tournois illustré reproduisant les festivités de 1582, l’électeur Auguste apparaît à cheval tenant la Mort et Satan enchaînés ; il est précédé par une allégorie de la Justice tenant haut une épée31. Les armes décorées des princes venaient donc redoubler les « mascarades » et les défilés triomphaux en déployant des images dans une double vision, de loin et de près, dont l’accès marquait la hiérarchie entre les spectateurs de ces festivités.

Lire les armes comme une Bible : la justification du pouvoir princier

  • 32 Tite-Live, II, 9-14.

14Dans ce contexte, la décoration des armes participe du processus de distinction dans une société princière qui place l’habileté dans l’art chevaleresque et la maîtrise des codes de la guerre au cœur du travail d’acquisition du charisme. Elle permet aussi de lire la vocation que les princes se faisaient du métier des armes et de l’exercice de la violence. L’épée en elle-même condense une multitude de significations : le combat chevaleresque l’associe très étroitement depuis les croisades à une mission divine que vient renforcer la ressemblance entre la croix et l’épée. Pratique sociale qui signe l’appartenance à la noblesse et dont la maîtrise permet de rendre visible cette appartenance, elle évoque aussi le pouvoir de commandement et de justice, en d’autres circonstances, notamment au cours de cérémonies politiques. Cet emboîtement des significations fonde la richesse symbolique de ces objets qui varie en fonction des contextes et des ornements choisis. Si les décors héroïques antiques comme les figures d’Hercule ou de Mucius Scaevola, dont les exploits pendant la République romaine et la guerre contre le roi étrusque Porsenna nous sont notamment rapportés par Tite-Live32 et rappellent l’aptitude à se sacrifier pour sa patrie, viennent faire écho aux armures et aux boucliers all’antica qui commencent à pénétrer dans les cours allemandes, les décors bibliques semblent s’imposer comme une spécificité du Saint-Empire.

  • 33 Crouzet 1991, p. 424.
  • 34 Voir Ghermani 2009a, p. 290.

15Le héros Mucius Scaevola, qui plongea sa main dans le feu pour prouver la fermeté de son dessein (assassiner Porsenna pour le bien de la République), connaît en effet son équivalent biblique sur les armes : le sacrifice de soi, annonciateur du sacrifice du Christ, est un des motifs récurrents des garnitures d’armes ; en témoigne cette épée destinée au combat à cheval (v. 1580-v. 1600) qui présente sous la garde le sacrifice d’Isaac, thème que l’on retrouvait d’ailleurs sur une armure d’Auguste de Saxe (1547) représentant sur la dossière le sacrifice d’Isaac et, en écho sur le plastron, la crucifixion. L’armure disait bien ainsi sa double vocation : celle de protéger certes mais aussi d’exhiber un corps prêt à se sacrifier au combat, un combat-ordalie où Dieu désigne le vainqueur. L’épée peut jouer un rôle défensif, mais elle est avant tout l’objet qui peut donner la mort, l’instrument du sacrifice désignant le prince comme le « distributeur de vie et de mort33 ». Cette « tension de sacrifice » (D. Crouzet) qui fonde et légitime le rôle du prince rejoint les autres métaphores sacrificielles que l’on trouve sur les monuments de Dresde dédiés à l’électeur Christian Ier34.

  • 35 « Durch falschen List die giftig Schlang die ersten eeldern Laider zwa[n]g das sy vom pauwn des gew (...)

16Moins évident en revanche est le motif pourtant répétitif du péché originel qui vient orner aussi bien les rapières et les poignards que les fusils des électeurs de Saxe. Adam et Ève constituent parfois le cœur de l’arme autour duquel s’agencent des motifs floraux, comme sur cette paire de pistolets ayant appartenu au duc Adolf von Schleswig-Holstein-Gottorf (1557). Sur le canon, d’où part le coup de feu, le tronc de l’arbre se confond avec le squelette de la Mort. Enfin, sur les hallebardes dites partisanes de la garde personnelle de l’électeur, précisément sur la lame, Adam et Ève sous « l’arbre du bien et du mal » (Genèse 2,17) surmontent une inscription qui commente leur acte et attire l’attention de l’observateur sur l’interprétation de cet épisode en insistant sur le châtiment divin auquel il est associé : « par une ruse fausse, le serpent venimeux obligea les premiers parents hélas à goûter à l’arbre de la connaissance et à oublier les commandements divins » (fig. 5)35.

Fig. 5 : Hallebarde de la garde d’apparat de l’électeur de Saxe, Allemagne du Sud, v. 1560-70. Détail : le péché originel avec l’inscription « Durch falschen List die gifftig Schlang die ersten eeldern Laider zwa[n]g das sy vom pauw des gewise as[e]n u[nd] Gotes gebot v[ergaßen]. 261,7 cm ; longueur de la lame 62,6 cm. Dresde, Rüstkammer, Staatliche Kunstsammlungen Dresden, Inv. Nr. R 62.

Fig. 5 : Hallebarde de la garde d’apparat de l’électeur de Saxe, Allemagne du Sud, v. 1560-70. Détail : le péché originel avec l’inscription « Durch falschen List die gifftig Schlang die ersten eeldern Laider zwa[n]g das sy vom pauw des gewise as[e]n u[nd] Gotes gebot v[ergaßen]. 261,7 cm ; longueur de la lame 62,6 cm. Dresde, Rüstkammer, Staatliche Kunstsammlungen Dresden, Inv. Nr. R 62.

© Rüstkammer, Staatliche Kunstsammlungen Dresden, Photo : Jürgen Karpinski

  • 36 Luther 1975, p. 152. Voir aussi Wajeman 2007, p. 81.
  • 37 Luther 1975, p. 151.

17Le succès du motif du péché originel sur les armes blanches et les armes à feu peut sembler étrange. Il s’agit cependant d’un des thèmes les plus chers de la théologie luthérienne. Le Réformateur consacre au livre de la Genèse un dernier et long commentaire publié en 1545, un an avant sa mort. Le péché originel est selon lui « une semence impure » implantant « la méconnaissance de Dieu » et l’incrédulité. Dans son commentaire, il insiste sur l’incorporation profonde du péché : « Tout cela est si profondément implanté en notre chair, ce venin est si largement diffus à travers la chair, le corps, l’âme, les nerfs, le sang […] que non seulement il est impossible de l’en extraire entièrement mais qu’on n’y reconnaît même pas le péché36. » Le péché originel est étroitement lié à la loi, ainsi que le martèle Luther37 qui aborde spécifiquement l’épisode de la tentation en rappelant la parole de Paul : « C’est par la loi qu’est la connaissance du péché » (Romains 3,20). Il suffit, ajoute-t-il, « que la Loi survienne et alors les yeux s’ouvrent : l’homme se prend à réfléchir aux ordres de Dieu et aux châtiments qu’il a décrétés pour les transgresseurs ». Le péché originel est la première expérience de la « justice originelle » : il annonce aux hommes qu’ils sont mortels mais aussi qu’à cause de leur désobéissance, ils seront punis.

18Pour comprendre l’association curieuse de prime abord entre la Chute et une arme, il faut revenir à la doctrine des deux règnes revivifiée par Luther dès le début des années 1520 et sur laquelle il n’aura de cesse de revenir dans de nombreux ouvrages, notamment ceux consacrés à la justification de la répression de la guerre des Paysans en 1525. Suivant en cela la théologie augustinienne, Luther rappelle qu’il existe deux royaumes simultanément. Dans celui de Dieu, le chrétien, qui vit selon sa foi seule, est affranchi des lois. Cependant, comme « personne n’est par nature un chrétien », un royaume purement chrétien n’existe pas. À la fois « juste et pécheur », le chrétien est attaché au royaume du Christ par la Parole et la foi, mais, vivant aussi dans le monde terrestre, il est aussi soumis à la justice et au droit. Ici se situe la vocation du prince luthérien qui détient ce « pouvoir de l’épée » pour le bien commun ; par amour pour ses sujets, il doit porter le joug de sa charge et exercer la justice. Le symbole de cette dernière est l’épée longue, attribut par excellence de son allégorie qui la brandit comme l’électeur Jean-Frédéric dans son portrait de 1533.

  • 38 Büttgen 2001, p. 228-230 notamment.

19Au thème de la Genèse semble répondre celui de la loi et de la grâce. La Chute et la promesse de rédemption sur une arme qui donne la mort, peut châtier et vaincre l’ennemi, voire l’hérétique, mettent en œuvre le thème de la justice terrestre détenue par le prince. La doctrine augustinienne des deux règnes, qui entretient de manière significative un lien étroit avec la doctrine dite des deux glaives, exerce, on le sait, dès les débuts du luthéranisme une influence profonde sur la pensée politique de Luther et sur les arts de gouvernement qui s’en réclament38. Dans son livre De l’autorité temporelle, publié dès 1523, le Réformateur explicite sans fard ce « droit du glaive » :

  • 39 Luther 1958, p. 15.

En premier lieu, il nous faut fonder solidement le droit temporel et le glaive, de telle manière que personne ne puisse douter qu’ils existent en ce monde de par la volonté et l’ordre de Dieu. Voici les paroles qui en sont le fondement (Rom. 12) : « Que toute âme soit soumise à l’autorité et au pouvoir. Car il n’est pas de pouvoir qui ne vienne pas de Dieu. Mais tout pouvoir qui existe est institué par Dieu. Celui donc qui résiste à l’autorité résiste à l’ordre institué par Dieu. Et celui qui résiste à l’ordre divin attire sur lui-même la condamnation39. »

20Plus loin, il ajoute :

  • 40 Ibid., p. 16.

Ce droit du glaive a d’ailleurs existé depuis le commencement du monde. Car lorsque Caïn tua son frère Abel, il eut tellement peur d’être lui-même tué que Dieu promulgua une interdiction spéciale à ce sujet et suspendit le glaive à cause de lui, afin que personne n’eût le droit de le tuer. Il n’aurait pas eu cette crainte s’il n’avait appris d’Adam qu’il faut mettre à mort les meurtriers. En outre Dieu, après le déluge, a de nouveau institué et confirmé ce droit d’une façon formelle lorsqu’il déclare (Gen. 9) : « Celui qui répand le sang d’un homme, son sang sera également répandu par l’homme40. »

  • 41 Bloh 2012, p. 214.
  • 42 Sur les articles de Torgau : Dingel 2008.
  • 43 Luc 1,37 : « Parce qu’il n’y a rien d’impossible à Dieu. » La seconde citation est extraite du chor (...)

21Les inscriptions qui ornent les dagues citées plus haut substituent le Verbe aux images. On ne peut les confondre avec les motti chrétiens tels « Soli Deo Gloria » ou « In te Domine speravi41 » que certains fourbisseurs ajoutaient à leur marque de fabrication et à leur nom. Les extraits des Proverbes que l’on retrouve sur les lames sont plus développés, parfois réinterprétés. Tous orientent délibérément la possession de l’arme et l’exercice de la violence vers une justification du châtiment et sa légitimité divine. La première lame évoquée plus haut justifie ainsi le recours à la violence tout en la limitant : « Châtie ton fils, car il y a encore de l’espérance ; mais ne désire point le faire mourir. » Ces armes « parlantes » deviennent ainsi des objets performatifs qui parlent de la violence tout en l’exerçant, transformant la parole divine en épée véritable, punissant et donnant la mort. Si ces armes sont sans doute plus utilisées dans des tournois que sur les champs de bataille, elles n’en témoignent pas moins du rôle et de la mission tels qu’ils sont redéfinis sous l’effet de la Réformation, quelques dizaines d’années auparavant. Portant l’image de la justice divine, les armes décorées s’en veulent l’instrument immédiat, rappelant que la soumission au détenteur de la loi constitue la condition préalable du chrétien ici-bas. Une médaille célébrant les « articles de Torgau » de 1574 éclaire le rôle qu’incarne le prince porte-glaive. Dans un contexte de sévères querelles intraconfessionnelles qui perdurent depuis l’Intérim d’Augsbourg de 1548, l’électeur Auguste de Saxe décide d’engager un vaste travail de fixation de l’orthodoxie luthérienne. Alors que deux de ses conseillers sont soupçonnés de crypto-calvinisme, l’électeur décide de rassembler, lors d’une diète territoriale tenue à Torgau en Saxe, une commission destinée à statuer sur le contenu doctrinal de l’eucharistie. Les articles de Torgau qui en résultent, imprimés la même année à Wittenberg, n’entendent pas simplement clarifier un débat théologique complexe, ils ont aussi un effet coercitif. Assortis de dix déclarations, ils doivent être signés par tous les pasteurs ayant charge d’âmes sous peine d’être privés de leur cure42. La médaille frappée à l’occasion montre à son revers l’électeur Auguste de Saxe en armure debout et tenant, comme l’allégorie de la Justice, dans sa main droite son épée électorale et dans sa main gauche une balance penchant vers l’enfant Jésus au détriment de quatre ecclésiastiques accompagnés de Satan. Dessous, une inscription : « Apud Deum non est / impos / sibile ullum verbum Luc : I / Conserva apud nos / verbum tuum Domine / 157443» Le prince de justice prêt à punir les hérétiques devient ainsi le responsable et le garant de la pure parole du Christ, de la véritable Église et partant du salut de ses sujets.

Conclusion

  • 44 Ghermani 2013.

22Les images reproduisant sur les armes les épisodes de la Genèse et des Évangiles déploient en creux un discours sur la vocation du prince protestant dans un contexte bien particulier, celui de la confessionnalisation dans les grands territoires de l’Empire. Elles se lisent à la fois comme une « orthodoxie en image » mais aussi comme la réification de ce pouvoir chrétien renouvelé par la Réformation et que la branche des Albertiner entend bien incarner. Dans les années 1540-1550, après la captivité de son cousin Jean-Frédéric et l’acquisition du titre électoral, Maurice et son frère Auguste travaillent à s’imposer comme les chefs de file du luthéranisme dans l’Empire. Les articles de Torgau sont ainsi rapidement suivis par la publication du Livre de concorde en 1577. La lutte pour l’unification confessionnelle est l’un des fers de lance de la politique de la branche albertine qui se traduit également durant ces années par une littérature théologico-politique abondante dessinant les contours des devoirs du prince luthérien. Littérature, objets et festivités autour du prince convergent, à travers des supports et des formes visuelles différents vers un discours commun : à quiconque exerçant une charge, une autorité, bref une profession / vocation (Beruf)44 revient l’obligation de mettre en œuvre la justice dans le royaume terrestre. Description et métonymie de la vocation du prince, les armes décorées se veulent aussi l’instrument de l’accomplissement de celle-ci.

  • 45 Cordez 2014.

23Écrire l’histoire des collections d’armes ne peut ainsi se réduire à une histoire des techniques, de l’évolution des combats, même si celle-ci est indispensable pour comprendre les usages de ces objets. Elle oblige aussi à faire appel à une histoire ou une « science des objets » du pouvoir européenne et extra-européenne qui n’est encore qu’à l’état d’ébauche45. Ces objets qui condensent les signes et les discours du pouvoir méritent pourtant un statut plus singulier que celui de simple curiosité.

Haut de page

Bibliographie

Sources imprimées

Agrippa Camillo, 1553, Trattato di scienza d’arme, con un dialogo di filosofia, Rome, Antonio Blado.

Lecküchner Hans, 1545, Fechtbuch : die ritterliche / mannliche Kunst und Handarbeyt Fechtens und Kempffens, Francfort-sur-le-Main, Christian Ehgenolff.

Luther Martin, 1958 [1523], Œuvres, t. IV, Genève, Labor et Fides.

Luther Martin, 1975 [1545], Œuvres, t. XVII, Genève, Labor et Fides.

Meyer Joachim, 1570, Gründtliche Beschreibung der freyen Ritterlichen und Adelichen Kunst des Fechtens, Strasbourg, Thiebolt Berger.

Thibault Girard, 1630, « Tableaux », in Académie de l’épée de Girard Thibault d’Anvers où se démontrent par règles mathématiques sur le fondement d’un cercle mystérieux la théorie et pratique des vrais et jusqu’à présent inconnus secrets du maniement des armes à pied et à cheval, Leyde, Elsevier.

Tite-Live, Histoire romaine (Ab urbe condita), 1991, t. II, livre II, texte établi par J. Bayet et traduit par G. Baillet, Paris, Les Belles Lettres.

Littérature secondaire

Anglo Sydney, 2000, The Martial Arts of Renaissance Europe, New Haven, Yale University Press.

Bäumel Jutta, 1990, « Die Festlichkeiten zur Hochzeit Herzog Augusts von Sachsen mit Anna von Dänemark 1548 », Dresdner Hefte, 21, p. 19-28.

Bloh Jutta Charlotte von, 2012, « The Triumph of the Rapier in the Armoury of the Prince Electors of Saxony », dans T. Capwell (dir.), The Noble Art of the Sword : Fashion and Fencing in Renaissance Europe (1520-1630), cat. exp. (Londres, Wallace Collection, 17 mai-16 septembre 2012), Londres, P. Holberton, p. 203-217.

Bloh Jutta Charlotte von, 2014, « Das Wort im Bild : Prunkwaffen und Kunstgegenstände der Kurfürsten von Sachsen als Bildmedien reformatorischer Bibelrezeption und landesherrlicher Positionsbestimmung. Anmerkungen zur vorgestellten Werkauswahl », dans J. C. von Bloh, Y. Fritz et D. Syndram (dir.), Das Wort im Bild : biblische Darstellungen an Prunkwaffen und Kunstgegenständen der Kurfürsten von Sachsen zur Reformationszeit, cat. exp., Dresde, Sandstein, p. 13-17.

Brioist Pascal, Drévillon Hervé et Serna Pierre, 2002, Croiser le fer : violence et culture de l’épée dans la France moderne (xvie-xviiie siècle), Seyssel, Champ Vallon.

Büttgen Philippe, 2001, « Luther : obéir à l’autorité », dans A. Caillé, C. Lazzeri et M. Senellart (dir.), Histoire raisonnée de la philosophie morale et politique : le bonheur et l’utile, Paris, La Découverte, p. 226-237.

Clare Lucien, 1983, La quintaine, la course de bague et le jeu des têtes : étude historique et ethno-linguistique d’une famille de jeux équestres, Paris, Éd. du CNRS.

Cognot Fabrice, 2012, « Par-delà formes et fonctions : approches techniques et théoriques de l’épée et des autres armes du Moyen Âge occidental », dans Jaquet 2012, p. 27-42.

Cordez Philippe, 2014, « Die kunsthistorische Objektwissenschaft und ihre Forschungsperspektiven », Kunstchronik, 67e année, no 7, juillet, p. 364-372.

Crouzet Denis, 1991, « Désir de mort et puissance absolue, de Charles VIII à Henri IV », Revue de synthèse, 1991, vol. 112, nos 3-4, p. 423-441.

Dingel Irene, 2008, Die Debatte um die Wittenberger Abendmahlslehre und Christologie (1570-1574), Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, coll. « Controversia et Confessio », no 8.

Ghermani Naïma, 2009a, Le prince et son portrait : incarner le pouvoir dans l’Allemagne du xvie siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Ghermani Naïma, 2009b, « D’une pratique curiale au symbole politique : les armures dans les cours princières allemandes », dans K. Dickhaut, J. Steigerwald et B. Wagner (dir.), Soziale und ästhetische Praxis der höfischen Fest-Kulture im 16. und 17. Jahrhundert, Wiesbaden, Harrassowitz, p. 235-252.

Ghermani Naïma, 2013, « La vocation du prince protestant », dans S. Édouard et N. Le Roux (dir.), La vocation du prince, numéro spécial 2 de Chrétiens et sociétés (xvie-xxie siècle), p. 17-32.

Haag Sabine (dir.), 2011, All’Antica : Götter und Helden auf Schloss Ambras, cat. exp., Vienne, Kunsthistorisches Museum Wien.

Jaquet Daniel (dir.), 2012, L’art chevaleresque du combat : le maniement des armes à travers les livres de combat (xive-xvie siècle), Neuchâtel, Alphil-Presses universitaires suisses.

Malgouyres Philippe, 2014, Armes européennes : histoire d’une collection au musée du Louvre, Paris, Éd. du musée du Louvre.

Müller Heinrich, 1997, Gewehre, Pistolen, Revolver : Europäische Jagd- und Kriegswaffen des 14. bis 19. Jahrhunderts, Berlin, Brandenburgisches Verlaghaus.

Musée de l’Armée, 2009, Armes et armures, de Saint Louis à Louis XIII : trésors du département ancien, Paris, Éd. de la Réunion des musées nationaux.

Schätze, 2016, Schätze einer Fürstenehe : die Hochzeit 1607 in Torgau und das reiche Vermächtnis des Kurfürstenpaares Johann Georg I. und Magdalena Sibylla von Sachsen, cat. exp. (château de Hartenfels à Torgau, 30 avril-31 octobre 2016), Dresde, Staatliche Kunstsammlung Dresden.

Schmidt Friedrich, 1892, Geschichte der Erziehung der Bayerischen Wittelsbacher von den frühesten Zeit bis 1750 : Urkunden, Berlin, A. Hofmann, coll. « Monumenta Germaniae paedagogicae », no 14.

Schöbel Johannes, 1973, Prunkwaffen : Waffen und Rüstungen aus dem historischen Museum Dresden, Düsseldorf, Econ.

Springer Carolyn, 2010, Armour and Masculinity in the Italian Renaissance, Toronto, Toronto University Press.

Stoichita Victor I., 2012, « La “seconde peau” : quelques considérations sur le symbolisme des armures au xvie siècle », dans Estremità e escrescenze del corpo, dossier thématique de Micrologus, no 20, p. 451-463.

Syndram Dirk, Bloh Jutta Charlotte von et Münchow Christoph (dir.), 2011, Erhalt uns Herr pei deinem Wort : Glaubensbekenntnisse auf kurfürstlichen Prunkwaffen und Kunstgegenstände der Reformationszeit, Dresde, Sandstein.

Wajeman Lise, 2007, La parole d’Adam, le corps d’Ève : le péché originel au xvie siècle, Genève, Droz.

Watanabe-O’Kelly Helen, 2002, Court Culture in Dresden : From Renaissance to Baroque, New York, Palgrave.

Watanabe-O’Kelly Helen, 2015, « Die Reformation führt sich auf : Bibeldramen und Turniere am Dresdner Hof », dans D. Syndram, Y. Wirth et D. Zerbe (dir.), Luther und die Fürsten : Selbstdarstellung und Selbstverständnis des Herrschers im Zeitalter der Reformation, cat. exp. (château de Hartenfels à Torgau, 15 mai-31 octobre 2015), Dresde, Sandstein, p. 209-219.

Haut de page

Notes

1 « Züchtige deynen son weil hoffnung da ist / aber laß dein seel nicht bewegt werdenn In zu todtenn » ; revers de la lame : « Wer die sundt zudescket, der sucht liebe / wer aber die sach aber un[d] abermal meldet / d macht fürsten uneinß ».

2 Voir ici Springer 2010.

3 Cognot 2012, p. 27.

4 Ghermani 2009b ; Stoichita 2012 ; Haag 2011.

5 Les études pionnières sont celles de Schöbel 1973 et Müller 1997.

6 Pour la France : Malgouyres 2014 ; musée de l’Armée 2009.

7 Cité par Cognot 2012, p. 39.

8 Ibid.

9 Cet inventaire a disparu en 1945.

10 Bloh 2012, p. 203, et Schöbel 1973, p. 15.

11 Bloh 2014, p. 13.

12 Bloh 2012, p. 211.

13 Malgouyres 2014, p. 9.

14 Haag 2011.

15 Bäumel 1990.

16 Schätze 2016, p. 14.

17 Sur ce conflit, voir Ghermani 2009a, p. 69-78.

18 Instructions extraites de Schmidt 1892, p. 9, 11 et 18.

19 Watanabe-O’Kelly 2002, p. 47.

20 Ibid. p. 46.

21 Brioist, Drévillon et Serna 2002, p. 50-53.

22 Jaquet 2012, p. 21.

23 Lecküchner 1545 ; Thibault 1630.

24 Jaquet 2012, p. 21.

25 Bloh 2012, p. 206. Pour plus de détails sur ces livres d’escrime : Anglo 2000, p. 125-147.

26 Bloh 2012, p. 204.

27 Ibid., p. 205 ; sur les distinctions entre types d’épée dans la France moderne, voir Brioist, Drévillon et Serna 2002, p. 53-54.

28 Ibid., p. 17.

29 Watanabe-O’Kelly 2002, p. 49 ; sur les jeux équestres : Clare 1983.

30 Watanabe-O’Kelly 2002, p. 51.

31 Watanabe-O’Kelly 2015, p. 214-215.

32 Tite-Live, II, 9-14.

33 Crouzet 1991, p. 424.

34 Voir Ghermani 2009a, p. 290.

35 « Durch falschen List die giftig Schlang die ersten eeldern Laider zwa[n]g das sy vom pauwn des gewise [Gewissens] ase[n] u[nd] Gotes gebot v[ergaßen]. »

36 Luther 1975, p. 152. Voir aussi Wajeman 2007, p. 81.

37 Luther 1975, p. 151.

38 Büttgen 2001, p. 228-230 notamment.

39 Luther 1958, p. 15.

40 Ibid., p. 16.

41 Bloh 2012, p. 214.

42 Sur les articles de Torgau : Dingel 2008.

43 Luc 1,37 : « Parce qu’il n’y a rien d’impossible à Dieu. » La seconde citation est extraite du choral de Luther « cantique de la Parole de Dieu et de l’Église chrétienne, un chant de prière pour que le Seigneur nous maintienne dans sa Parole et nous protège de manière bienveillante de la tyrannie du pape et des Turcs ». Sur cette médaille : Syndram, Bloh et Münchow 2011, p. 122-123.

44 Ghermani 2013.

45 Cordez 2014.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Damiano da Nervi, rapière, v. 1555, fer damasquiné. Vienne, Kunsthistorisches Museum, Inv. Nr. A 586.
Crédits © KHM-Museumsverband
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15058/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Fig. 2 : Giulio Cesare Marciliano (?), rapière décorée de perles, vers 1600. Dresde, Rüstkammer, Staatliche Kunstsammlungen Dresden, Inv. Nr. VI 428.
Crédits © Rüstkammer, Staatliche Kunstsammlungen Dresden, Photo: Jürgen Karpinski
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15058/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Fig. 3 : Lucas Cranach l’Ancien, Portrait de Jean-Frédéric de Saxe, v. 1535, huile sur bois, 91,4 × 70,2 cm. Berlin, Staatliche Museen, Gemäldegalerie, Inv. Nr. 590.
Crédits © Berlin, Staatliche Museen, Gemäldegalerie
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15058/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 5,4M
Titre Fig. 4 : Camillo Agrippa, Trattato di scientia d’arme, Venise, 1568, p. 54-55. Wallace Collection, Howard de Walden Library, 2/3.
Crédits Domaine public
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15058/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 664k
Titre Fig. 5 : Hallebarde de la garde d’apparat de l’électeur de Saxe, Allemagne du Sud, v. 1560-70. Détail : le péché originel avec l’inscription « Durch falschen List die gifftig Schlang die ersten eeldern Laider zwa[n]g das sy vom pauw des gewise as[e]n u[nd] Gotes gebot v[ergaßen]. 261,7 cm ; longueur de la lame 62,6 cm. Dresde, Rüstkammer, Staatliche Kunstsammlungen Dresden, Inv. Nr. R 62.
Crédits © Rüstkammer, Staatliche Kunstsammlungen Dresden, Photo : Jürgen Karpinski
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15058/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Naïma Ghermani, « L’image qui tue : les armes décorées dans les collections princières allemandes au xvie siècle », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne], Le promeneur de Versailles, mis en ligne le 03 avril 2018, consulté le 16 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/crcv/15058

Haut de page

Auteur

Naïma Ghermani

Naïma Ghermani est maître de conférences à l’université de Grenoble II et membre junior de l’Institut universitaire de France (IUF). Elle a publié en 2009 Le prince et son portrait : incarner le pouvoir dans l’Allemagne du xvie siècle (Presses universitaires de Rennes, prix Monseigneur-Marcel de l’Académie française 2010) et, en collaboration avec Olivier Christin et Fabrice Flückiger (université de Neuchâtel), Marie mondialisée : l’« Atlas Marianus » de Wilhelm Gumppenberg et les topographies sacrées de l’époque moderne (Alphil-Presses universitaires suisses, 2014). Elle a dirigé en outre avec Caroline Michel d’Annoville (université Paris IV-Sorbonne) un projet intitulé « Image et droit » en collaboration avec l’École française de Rome articulé autour de trois rencontres qui se sont déroulées entre 2013 et 2015 et dont les actes sont en cours de publication. Elle travaille actuellement sur les migrations religieuses et le droit des personnes dans l’Empire allemand et en Suisse au xviie siècle. Naïma Ghermani is an associate Professor in Modern History at Université de Grenoble II and a junior member of the Institut Universitaire de France. Her PhD, titled Le prince et son portrait. Incarner le pouvoir dans l’Allemagne du xvie siècle (The prince and his portrait: Embodying power in sixteenth-century Germany) was published in 2009 and received the Prix Monseigneur-Marcel of the Académie Française in 2010. She has also recently published, with Olivier Christin and Fabrice Flückiger (University of Neuchâtel), an edited volume on marian images of devotion and pilgrimages after the Thirty Years’ War: Marie mondialisée. L’Atlas Marianus du jésuite Wilhelm Gumppenberg (Alphil, 2014). She also headed, with Caroline Michel d’Annoville (Université Paris-Sorbonne), the “Image and Law” project, in collaboration with the École Française de Rome, which between 2013 and 2015 organized three conferences whose proceedings are going to be published in 2017. Currently she has been working on religious migrations and personal rights in seventeenth-century Germany and Switzerland.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals