Navigation – Plan du site
2018

Reconstituer Marly

La genèse de la monographie d’Auguste-Alexandre Guillaumot (1815-1892)
Reconstructing Marly: The Origins of the Monograph by Auguste-Alexandre Guillaumot (1815–1892)
Hélène Queval

Résumés

De formation académique, gravitant autour d’Eugène Viollet-le-Duc et participant à de nombreuses éditions d’ouvrages d’architecture, ainsi qu’annuellement au Salon des artistes français, le dessinateur et graveur d’architecture Auguste-Alexandre Guillaumot (1815-1892) resta associé au domaine de Marly, qu’il arpenta à maintes reprises pendant trente ans à la recherche de points de vue à croquer et qu’il chercha à faire revivre dans sa monographie. Par une consultation assidue des dessins et estampes témoignant de l’apparence du château de Marly et conservés à la Bibliothèque nationale de France et aux Archives nationales, ainsi que par l’étude des vestiges exhumés lors des premières fouilles sur le site réalisées à son instigation, Guillaumot s’attela à la difficile tâche d’évoquer un monument disparu quasi intégralement depuis un demi-siècle. Il mit en œuvre une réflexion intellectuelle et artistique originale, mêlant archéologie de papier et archéologie de terrain. Ses croquis, conservés en grand nombre au Musée-Promenade de Marly-le-Roi / Louveciennes, témoignent des sources iconographiques consultées et des étapes artistiques entre le matériau archivistique et les gravures finales.

Haut de page

Notes de la rédaction

Cet article est issu d’un mémoire d’étude (première année de deuxième cycle) de l’École du Louvre, réalisé sous la direction de Mme Géraldine Chopin et de M. Raphaël Masson, dans le cadre du groupe de recherche « Versailles » de l’École du Louvre, en partenariat avec le Centre de recherche du château de Versailles (session 2015-2016).

Texte intégral

Introduction

  • 1 Alexis Donnet, Description des environs de Paris, considérés sous les rapports topographique, histo (...)
  • 2 Maroteaux 2002, p. 227-229.

1« Maintenant la charrue se promène sur le sol jadis occupé par les treize palais de Louis XIV ; l’épi doré a remplacé le chêne orgueilleux qui prêta ombrage à une cour brillante ; des ruines, un lieu solitaire […]1 », telle est la vision nouvelle diffusée par la littérature et l’imagerie au xixe siècle de l’ermitage privilégié de Louis XIV, construit par Jules Hardouin-Mansart. À la suite des vandalismes révolutionnaire et napoléonien et de la destruction totale des bâtiments en résultant, la destinée du domaine fut sombre tout au long du siècle. Marly, comme résidence royale, n’existait alors plus. Ne restaient que les ruines du pavillon Royal, affleurant le sol, et l’Abreuvoir, classé monument historique en 1874, tandis que les lignes anciennes du jardin étaient englouties sous la végétation sauvage2. Le site désormais dévolu aux chasses impériales ou royales et à l’exploitation agricole, les rares vestiges matériels témoignant de son passé historique restaient enfouis et oubliés, hors de quelques auteurs s’intéressant à son histoire, fragment parmi d’autres de la galaxie versaillaise.

2Toutefois, la Bibliothèque nationale et les Archives nationales renfermaient gravures et dessins évoquant les bâtiments en élévation et les jardins avec leurs statues et jeux d’eau. La consultation assidue de ces sources et l’étude des vestiges exhumés lors des premières fouilles sur le site, réalisées à son instigation, permirent au dessinateur-graveur Auguste-Alexandre Guillaumot (1815-1892) d’élaborer une monographie d’architecture, contribuant à la redécouverte durable du domaine de Marly. Véritable château de papier, le recueil, intitulé Château de Marly-le-Roi, construit en 1676, détruit en 1798, dessiné et gravé d’après les documents puisés à la Bibliothèque impériale et aux Archives, avec texte, se compose d’un texte, de vingt-six gravures et diverses vignettes insérées dans le propos, ainsi que de trente et une planches hors texte. Guillaumot livra ainsi une vivante évocation de la résidence disparue, tour à tour pittoresque et didactique, à l’image des ouvrages d’architecture contemporains.

  • 3 Bentz 2015.

3Si un article de Bruno Bentz, consacré à Guillaumot3, avait permis de mieux connaître sa vie et sa carrière, la genèse de la difficile tâche entreprise par l’artiste – évoquer un monument disparu quasi intégralement depuis un demi-siècle – demeurait inexplorée, notamment la réflexion intellectuelle mise en jeu, les sources iconographiques consultées et les étapes artistiques entre le matériau archivistique et les gravures finales. Pour ce faire, il était nécessaire de réunir la majeure partie des estampes et dessins, consacrés à Marly et à la vie de cour aux xviie et xviiie siècles, consultés par Guillaumot aux Archives et à la Bibliothèque nationales, et de se pencher sur les tableaux, enrichissant de leurs détails et anecdotes pittoresques la reconstitution de l’atmosphère de Marly. Enfin, l’étude des dessins de Guillaumot, issus du fonds du Musée-Promenade de Marly-le-Roi / Louveciennes et ayant servi à l’élaboration des gravures, par des vues d’ensemble sous des angles différents ou des éléments décoratifs pris isolément, permet d’appréhender sa manière de travailler.

La carrière artistique d’Auguste Guillaumot

Quelques éléments biographiques

  • 4 L’ensemble des informations biographiques a été repris de Bentz 2015.

4Avant que d’aborder la genèse des gravures du recueil, il convient de dresser un rapide portrait de son auteur4, en s’intéressant à sa formation et carrière académique et à ses travaux influencés par Jean-Baptiste Lassus (1807-1857) et Eugène Viollet-le-Duc (1814-1879). L’impact de ce dernier amena Guillaumot à s’intéresser à Marly et à son passé royal, qui occupèrent alors l’essentiel de ses travaux, ses recherches aboutissant à sa monographie (fig. 1).

Fig. 1 : Portrait photographique d’Auguste Guillaumot, 21,9 ×15,8 cm. Marly-le-Roi / Louveciennes, Musée-Promenade, inv. VM 620.

Fig. 1 : Portrait photographique d’Auguste Guillaumot, 21,9 ×15,8 cm. Marly-le-Roi / Louveciennes, Musée-Promenade, inv. VM 620.

© Marly-le-Roi / Louveciennes, Musée-Promenade

  • 5 Loyrette, Allard, Des Cars 2009, p. 94-95.

5Auguste-Alexandre Guillaumot naquit à Paris le 13 février 1815, d’une famille dévouée à l’art depuis plusieurs générations, notamment à la gravure ; il fut lui-même l’élève du graveur Augustin-François Lemaître (1797-1870), s’insérant dans l’héritage des maîtres de ce dernier, Achille-Etna Michallon (1796-1822), premier lauréat du prix de Rome de paysage historique5, et Claude-François Fortier (1775-1835).

6Entre 1842 et 1891, Guillaumot exposa régulièrement au Salon dans plusieurs sections (gravure, dessin, peinture, dessin et gravure d’architecture) et ses participations furent émaillées de diverses récompenses et d’un éloge dans la Gazette des beaux-arts en 1864. Les œuvres présentées au Salon se divisent en deux catégories, selon leur iconographie : les gravures et dessins d’architecture ayant trait à Marly exposés après 1857 – date du début de son intérêt pour le domaine – et ceux traitant de sujets variés. Son fonds d’atelier fut vendu aux enchères à l’hôtel Drouot le 10 mai 1892. Le catalogue mentionnait une soixantaine d’aquarelles, un lot de dix aquarelles de « vues de Marly », un lot de cinquante-trois dessins, aquarelles et croquis de « vues de Marly et des environs », « un nombre considérable de croquis sur Marly-le-Roi et les environs », une quarantaine de gravures de l’artiste et une petite collection d’ouvrages et de gravures.

  • 6 Guillaumot 1857.
  • 7 Bouvier 1999.
  • 8 Viollet-le-Duc 1892, p. 148.

7En outre, il participa à l’illustration d’ouvrages d’architecture, dirigés par d’importantes personnalités. Il collabora avec l’architecte, historien de l’architecture médiévale et archéologue Jean-Baptiste Lassus pour les gravures insérées dans sa Monographie de Chartres, publiée par livraisons à partir de 1842. Surtout, Guillaumot fut marqué par la personnalité d’Eugène Viollet-le-Duc, qu’il rencontra lors de leur participation conjointe à l’édition des Voyages pittoresques et romantiques de l’ancienne France, pour lesquels le dessinateur réalisa des planches sur la Picardie, la Bourgogne, la Champagne et la Bretagne, parues entre 1845 et 1863 sous la direction de Lemaître, auprès duquel Guillaumot s’était formé, ce qui explique son association à cette aventure éditoriale. Il contribua aux Promenades artistiques dans Paris et ses environs6, éditées en 1857 sous la direction de Viollet-le-Duc, et à la revue l’Encyclopédie d’architecture, entre 1850 et 1862 puis entre 1871 et 1886, dirigée par Viollet-le-Duc et son fils Eugène-Louis (1835-1910)7. Cette fructueuse collaboration amena Guillaumot à se déclarer, dans les livrets du Salon, élève de Viollet-le-Duc, lorsqu’il présenta une gravure d’architecture. Leur collaboration de travail semble s’être enrichie de liens amicaux, qui conduisirent Eugène-Louis à rédiger l’introduction du catalogue de vente de dessins et estampes de Guillaumot après son décès en 1892 : il n’y tarit pas d’éloges, déclarant l’artiste « fidèle aux traditions léguées par ses devanciers des dix-septième et dix-huitième siècles, et, ayant hérité du tempérament des Israël Silvestre, des Perelle et des Rigaud, il en avait le talent spirituel et primesautier. Dessinateur habile et aquarelliste plein de verve, il savait communiquer à son burin la chaleur et la couleur de son crayon et son pinceau8 ».

Ses liens avec Marly

  • 9 Guillaumot 1857.
  • 10 Bentz 2015.

8L’intérêt de Guillaumot pour le domaine de Marly naquit de sa fréquentation assidue pendant près de trente-cinq ans des maigres vestiges dans le parc, favorisée par son installation définitive de 1870 à 1892. Sa connaissance approfondie de Marly se manifesta pour la première fois en 1857 lors de l’édition des Promenades artistiques dans Paris et ses environs9 et par sa collaboration avec Viollet-le-Duc, dont le fils Eugène-Louis possédait une propriété à Louveciennes, jouxtant l’ancien enclos de la Machine, proche le parc de Marly. Si Guillaumot ne s’installa à Marly qu’à partir de 1870, il prit l’habitude d’y déambuler lorsqu’il allait visiter son frère Eugène, propriétaire d’une maison entre 1860 et 1869, en haut de la rue de l’Église. Il demeura lui-même à trois emplacements dans le village : au 6 bis, rue Madame entre 1870 et 1871, au 44, rue de Saint-Cyr entre 1872 et 1878, et au 14, rue Madame entre 1879 et 1892, son ultime demeure, où il mourut10.

  • 11 Auguste Guillaumot, Vue de la salle de Billard du château de Marly, aquarelle, 26,8 × 40,5 cm, Marl (...)
  • 12 Guillaumot 1857.
  • 13 Bentz 2015.
  • 14 Eudore Soulié, « Le château de Marly-le-Roy » (p. 5-45), et Victorien Sardou, « Décadence de Marly  (...)
  • 15 Auguste Guillaumot, Vue du Grand Salon du château de Marly, gravure, 47,5 × 65,2 cm, Paris, École n (...)
  • 16 Bentz 2015.

9Consacrant l’essentiel de ses travaux à Marly, Guillaumot ne manqua pas de proposer au public parisien du Salon des vues du domaine, soit une planche réalisée pour un des ouvrages traitant du château – comme en 1891, une gravure intitulée Château de Marly-le-Roi, billard11 –, soit à partir de croquis préparatoires ayant contribué à la genèse de la monographie. Il s’intéressa à Marly dans diverses publications. L’ouvrage Promenades artistiques dans Paris et ses environs12 constitue la première occurrence de Marly dans son travail. L’édition d’une « Monographie du château de Marly, en 24 pages de texte, 24 reliefs et 12 gravures », par fascicules in-folio, était envisagée ; toutefois, ce projet fut rapidement arrêté, pour une raison inconnue13. Finalement, ne furent édités qu’un avant-propos de deux pages et un chapitre de quatorze pages intitulé « Château de Marly-le-Roi (Seine-et-Oise) », comprenant quatorze petites gravures d’illustration et huit planches – dont six consacrées à Marly. De nombreuses similitudes peuvent être relevées entre cet ouvrage et l’édition de l’album en 1865. En 1885, il réalisa encore deux gravures, figurant au côté des textes d’Eudore Soulié et de Victorien Sardou, dans un livre sur le château de Marly14. Enfin, en 1890, l’État acquit deux vues gravées du Grand Salon et de la salle de Billard15, après avoir refusé à Guillaumot une commande de trois gravures pour la chalcographie du Louvre, qui, selon lui, « compléterait l’œuvre de Rigault [sic]16 ».

  • 17 Victorien Sardou, « Marly », dans Paris-Guide par les principaux écrivains et artistes de la France(...)
  • 18 Lettre de Marie Guillaumot à Maurice Hanotte, 4 décembre 1933, Archives départementales des Yveline (...)
  • 19 Auguste Guillaumot, Plan des jardins de Marly, avec l’emplacement des carreaux de faïence trouvés d (...)
  • 20 Guillaumot 1866.
  • 21 Dans le livret du Salon, no 2624 : Carreaux de faïence et de terre cuite émaillée, pour L’art appli (...)

10En outre, l’artiste effectua les premières fouilles archéologiques à Marly dans les années 1860 et 1870, une cinquantaine d’années après la destruction du château. L’écrivain Victorien Sardou mentionna ces recherches en 1867, en évoquant « des bassins ornés de statues, enrichis de peintures et pavés de fort beaux carreaux de faïence, dont mille débris, récemment exhumés du sol, n’avaient rien perdu de la pureté de leur émail !17 », et déclara y avoir participé. La petite-fille de Guillaumot, Marie, témoigna également de ces découvertes : « Je me rappelle dans ma jeunesse vers 1875 avoir cherché pendant que mon grand-père dessinait, des morceaux de carreaux garnissant les bassins des carpes ; je vous envoie l’emplacement d’après le plan. […] J’ai quelques morceaux de bordure ou frise18. » Si les premières trouvailles de Guillaumot furent fortuites, il poursuivit ensuite un objectif archéologique en dirigeant plusieurs sondages, au cours desquels il découvrit des fragments de carreaux de faïence de bassins. Les endroits fouillés se situaient à l’emplacement des anciens bassins des carpes, du pavillon des Bains, à proximité des appartements Verts – les carreaux proviennent en réalité des fontaines des Nymphes, situées en contre-haut. À partir de ses découvertes, Guillaumot tenta de restituer la composition des carrelages des bassins autour du pavillon Royal. Des fragments de vaisselle furent également exhumés. À plusieurs reprises, Guillaumot reproduisit le fruit de ses trouvailles. Ceux-ci sont esquissés au crayon et reliés par un trait à l’emplacement d’un bassin sur un tirage d’atelier de son plan d’ensemble des jardins de Marly19. Ils sont reproduits à la planche 13 de son album (fig. 2), avec en légende « faïences trouvées lors des fouilles », ainsi que gravés en couleur et publiés en 1866 dans un ouvrage illustré L’art appliqué à l’industrie : fragments variés et inédits d’architecture, sculpture, ferronnerie, céramique, etc., etc.20 Il les dessina en vue de les exposer au Salon de 186721, avec leur provenance mentionnée dans la légende.

Fig. 2 : Auguste-Alexandre Guillaumot, Bassins – fontaines, gravure, planche 13 de Château de Marly-le-Roi… Versailles, bibliothèque municipale, Nollet I 17.

Fig. 2 : Auguste-Alexandre Guillaumot, Bassins – fontaines, gravure, planche 13 de Château de Marly-le-Roi… Versailles, bibliothèque municipale, Nollet I 17.

© Christophe Queval

La monographie : historique, éditeurs, propos et iconographie

  • 22 Bentz 2015.

11La fréquentation assidue du site et les fouilles archéologiques fournirent le matériau adéquat pour élaborer un projet éditorial, qui prit la forme de la monographie architecturale intitulée Château de Marly-le-Roi, construit en 1676, détruit en 1798, dessiné et gravé d’après les documents puisés à la Bibliothèque impériale et aux Archives, avec texte, et resta le grand œuvre d’Auguste Guillaumot. Ainsi mentionna-t-il avec fierté à Henri Beraldi (1849-1931) être « l’auteur de la monographie du château de Marly, texte, dessins et gravures22 ».

  • 23 Ibid.

12On dénombre trois éditions différentes du recueil, avec des modifications, de nouvelles planches et deux sociétés d’édition au fil des publications. La première version de la monographie fut publiée en 1865 par les Éditions Auguste Morel. Une page de titre, précédée d’un avant-titre et portant la mention « A. Morel et Cie éditeurs », amorce la lecture. Quatorze planches hors texte, numérotées de 1 à 14, complètent le texte ; elles portent la mention « dessiné et gravé par Ate [ou A.] Guillaumot » et ont été imprimées par Lemercier à Paris. La parution fut annoncée dans L’art pour tous le 15 octobre 1865 et dans la Gazette des beaux-arts23.

13La deuxième édition augmentée fut publiée en 1876 par la société Vve A. Morel. La première partie conserve l’édition originale, avec une page de titre identique, où la date 1865 n’est pas modifiée, et une planche supplémentaire à la fin. Une seconde page de titre entame la seconde partie : identique à la première page de titre, elle comporte les mentions « Supplément », la date de 1876, le nom de la société Vve A. Morel. Les quinze planches la composant présentent alternativement une numérotation discontinue, identique, voire aucun numéro. Bruno Bentz suppose que ces incohérences reflètent un projet inabouti. En effet, elles disparaissent dans une variante de cette édition, publiée quelque temps après. Désormais, dix-sept planches, imprimées par l’imprimeur Ch. Chardon aîné à Paris, composées d’un frontispice, de onze planches insérées parmi les planches originales et de cinq planches clôturant l’ouvrage, complètent les quatorze gravures et le texte présents dans l’édition de 1865. Une table des planches, imprimée par J. Claye, numérote toutes les planches de 1 à 31, selon l’ordre nouveau de cette édition. Ainsi chaque planche possède-t-elle une double numérotation.

14Une troisième et ultime édition de l’ouvrage fut publiée, après la liquidation des Éditions de la veuve Morel en 1886, par l’éditeur Leplanquais-Chedeville, actif vers 1910 ; l’ouvrage est donc posthume. Celui-ci débute par une nouvelle page de titre, calquée sur la précédente, mais comportant une erreur sur le nom de Guillaumot, désormais prénommé « Eug.-Aug. ». Le texte demeure identique, tandis que les noms des éditeur et imprimeur ont été supprimés du frontispice et des planches d’illustration et qu’une nouvelle numérotation est apposée sur les planches. Trois nouvelles planches, intitulées Détails divers, ont été insérées : elles rassemblent les illustrations dans le texte.

15À la différence des gravures, le texte du recueil ne varie pas d’une édition l’autre. Il se compose de vingt-huit pages, dans lesquelles Guillaumot mêle tour à tour le propos factuel et historique, anecdotique et pittoresque, avec des descriptions architecturales ou du parc. Le récit et les illustrations sont étroitement liés, dans un souci pédagogique et de clarté, les gravures étant conçues comme un support au texte, pour soutenir l’imagination du lecteur et rendre plus vivante l’évocation. Celles dans le texte illustrent souvent un propos du paragraphe environnant, tandis que de nombreux renvois aux planches ponctuent le discours.

  • 24 Vue cavalière (restaurée) vue de la grille royale (frontispice), Vue de l’ancien Marly (p. 2), Vue (...)
  • 25 Plan à vol d’oiseau (p. 7), Plans du château (pl. 2), Plan général (pl. 14), Plan primitif du châte (...)
  • 26 La Perspective (p. 21), Façade du côté de Saint-Germain (pl. 1re), Pavillon royal façade de l’est ( (...)
  • 27 Lit du Roi (p. 18), Buffet du grand Salon (p. 19), Décoration intérieure – détails (pl. 4).
  • 28 Abreuvoir restauré (p. 8), Orfèvrerie (p. 9), Cascade champêtre (p. 15), Détail de l’Abreuvoir (p.  (...)
  • 29 Rampes du château (p. 17), Dessus de porte du pavillon de la Renommée (p. 22), Grille d’honneur (p. (...)
  • 30 Groupe par Coustou (p. 11), Groupe par Coysevox (p. 12), Groupe par Coustou (p. 13).
  • 31 Carrosse royal (p. 3), La Roulette (p. 27), Partie de billard (pl. 16), Chambre des costumes (pl. 1 (...)
  • 32 Louis XIV (p. 1), Saint-Simon (p. 4), Plan du service de viande d’une des deux tables du Roy qui se (...)

16L’iconographie des gravures présente alternativement des vues d’ensemble24, des plans25, des dessins d’architecture26, le décor intérieur27, les bosquets et fontaines28, le décor extérieur29, la statuaire30, des saynètes vivantes31 et des motifs divers, restituant l’atmosphère des séjours de la cour à Marly32.

Une documentation artistique et historique nourrie par les fonds des Archives nationales et de la Bibliothèque nationale

17Au-delà de la carrière artistique de Guillaumot, de l’historique du recueil et de l’énumération de l’iconographie des gravures, il convient de se pencher sur la démarche artistique du dessinateur, basée sur la documentation et la reconstitution.

  • 33 Annotation « Marly / O / 11338 », Marly-le-Roi / Louveciennes, Musée-Promenade, inv. 2014.2.27.
  • 34 Annotation « À consulter / Mansard – Fois Blondel », Marly-le-Roi / Louveciennes, Musée-Promenade, (...)

18Guillaumot combina plusieurs approches pour reconstituer le domaine de Marly dans ses planches. Tout d’abord, il se livra à un long travail de compilation des sources archivistiques, corroboré par plusieurs éléments. La mention « Tiré des Archives de l’Empire et de la Bibque Imple » orne chaque planche, signifiant la réunion d’une documentation issue de dessins et gravures conservés aux Archives nationales et au département des Estampes et de la Photographie de la Bibliothèque nationale de France. Leur consultation est attestée par le nom de « Guillaumot – graveur » apposé dans le registre des lecteurs à la Bibliothèque nationale (fig. 3). Enfin, des annotations manuscrites sur les croquis et dessins préparatoires aux gravures – conservés au Musée-Promenade de Marly-le-Roi / Louveciennes – précisent la source archivistique consultée33 ou renvoient à une référence que l’artiste souhaitait consulter ultérieurement34.

Fig. 3 : Registre de consultation de la Bibliothèque nationale de France ouvert à la page à laquelle apparaît la mention « Guillaumot – graveur ». Paris, Bibliothèque nationale de France, Estampes.

Fig. 3 : Registre de consultation de la Bibliothèque nationale de France ouvert à la page à laquelle apparaît la mention « Guillaumot – graveur ». Paris, Bibliothèque nationale de France, Estampes.

© Géraldine Chopin

Les sources conservées à la Bibliothèque nationale de France : vues d’architecture et fonds Robert de Cotte

  • 35 Frontispice, p. 21 et 23, pl. 3A, 3B, 5 et 5A.
  • 36 Planche 3B.
  • 37 Paris, Bibliothèque nationale de France (désormais BNF), Estampes, Va 425, t. IV.

19À la Bibliothèque nationale de France, il s’intéressa aux vues d’architecture, élévations et coupes, qui lui permirent de reconstituer les bâtiments de la salle des gardes, de la chapelle et de la Perspective35. Guillaumot ne se permit que peu de liberté avec sa source, conservant composition et point de vue frontal, reprenant l’ordonnancement architectonique et les détails décoratifs. Nonobstant, quelques modifications interviennent, comme le remplacement de certaines croisées des fenêtres et des portes par un espace grisé, afin de signifier leur ouverture et d’animer un relevé architectural aride. Participent de cette démarche l’ajout de silhouettes – gardes le long de la grille, courtisans –, d’un environnement végétal – rangées d’arbustes, frondaisons, berceaux – et d’ombres projetées sur l’architecture ou celles des toits derrière les balustrades. Le rapprochement entre la planche dévolue au pavillon des Seigneurs et à la Perspective36 et sa source, la Coupe des pavillons et de l’aile de la Perspective du costé du chasteau. Élévation des pavillons et de la Perspective, changé en 170637, illustre parfaitement le travail artistique de Guillaumot (fig. 4-5).

Fig. 4 : Auguste-Alexandre Guillaumot, Pavillons des seigneurs et perspective peinte, gravure, planche 3B de Château de Marly-le-Roi… Versailles, Bibliothèque municipale, Nollet I 17.

Fig. 4 : Auguste-Alexandre Guillaumot, Pavillons des seigneurs et perspective peinte, gravure, planche 3B de Château de Marly-le-Roi… Versailles, Bibliothèque municipale, Nollet I 17.

© Christophe Queval

Fig. 5 : Coupe des pavillons et de l’aile de la Perspective du costé du chasteau. Élévation des pavillons et de la Perspective, changé en 1706, estampe, 1714. Paris, Bibliothèque nationale de France, Estampes, Va 425, t. IV.

Fig. 5 : Coupe des pavillons et de l’aile de la Perspective du costé du chasteau. Élévation des pavillons et de la Perspective, changé en 1706, estampe, 1714. Paris, Bibliothèque nationale de France, Estampes, Va 425, t. IV.

© BNF

  • 38 Planches 6, 7, 7A et p. 22.
  • 39 Châtillon [1672-1700].

20Comme les couleurs du décor de Marly demeuraient sinon inconnues, du moins incertaines, et que la gravure est par essence monochrome, Guillaumot ajouta l’effet marbré des peintures en trompe-l’œil dans ses vues d’architecture. Toutefois, pour reconstituer le décor des différents pavillons des invités38, il put s’appuyer sur quatre gravures par Louis de Châtillon (1639-1734) à partir des projets de Charles Le Brun39 (fig. 6-7).

Fig. 6 : Auguste-Alexandre Guillaumot, Pavillon no 2, gravure, planche 7 de Château de Marly-le-Roi… Versailles, bibliothèque municipale, Nollet I 17.

Fig. 6 : Auguste-Alexandre Guillaumot, Pavillon no 2, gravure, planche 7 de Château de Marly-le-Roi… Versailles, bibliothèque municipale, Nollet I 17.

© Christophe Queval

Fig. 7 : Louis de Châtillon (graveur), Charles Le Brun (dessinateur), Divers desseins de décorations de pavillons, inventez par M. Le Brun, premier Peintre du Roy, gravures à l’eau-forte, 1672-1700, Paris, Gérard Edelinck.

Fig. 7 : Louis de Châtillon (graveur), Charles Le Brun (dessinateur), Divers desseins de décorations de pavillons, inventez par M. Le Brun, premier Peintre du Roy, gravures à l’eau-forte, 1672-1700, Paris, Gérard Edelinck.

Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France – https://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b8556545v

  • 40 Planche 13.
  • 41 Paris, BNF, Estampes, Fb 26.

21Également conservé à la Bibliothèque nationale de France, le fonds de l’agence Robert de Cotte servit principalement à l’élaboration des planches des jardins, fournissant des dessins de la statuaire, qui suppléent aux représentations peu détaillées de la sculpture des bassins. Ainsi la statue d’Hippomène par Guillaume Coustou, installée à partir de 1709 au centre d’un des bassins des Carpes40, fut-elle gravée à partir de Deux desseins de figures qui semblent courir l’une faitte par le sr. Coustou et l’autre par le sr. Frémin, placées à Marly [biffé], au Thuilerie41 (fig. 2 et 8).

Fig. 8 : Anonyme, Deux desseins de figures qui semblent courir l’une faitte par le sr. Coustou et l’autre par le sr. Frémin, placées à Marly [biffé], au Thuilerie, [Hippomène et Atalante], sanguine. Paris, Bibliothèque nationale de France, Estampes, Fb 26.

Fig. 8 : Anonyme, Deux desseins de figures qui semblent courir l’une faitte par le sr. Coustou et l’autre par le sr. Frémin, placées à Marly [biffé], au Thuilerie, [Hippomène et Atalante], sanguine. Paris, Bibliothèque nationale de France, Estampes, Fb 26.

Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France – https://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6936590p?rk=21459;2

  • 42 Claude Mellan, Statue d’Agrippine sortant du bain, pour le cabinet du Roi, vers 1675, estampe, 40 × (...)

22La légère divergence de position existant entre le dessin et le recueil s’explique par la délicate transposition en gravure et le changement d’échelle et de point de vue. L’exacte apparence d’autres statues fut fournie à Guillaumot par des estampes produites dans le cadre du cabinet du Roi, où graveurs et imprimeurs répandirent la beauté des collections peintes et sculptées de Louis XIV, via les Tableaux du Roy. Statues et bustes antiques des maisons royales, ensemble publié par Claude Mellan (1598-1688) en 1677 puis par Étienne Baudet (1638-1711) à partir de cette date. Ainsi s’inspira-t-il des gravures au burin de la Statue d’Agrippine sortant du bain42, reprenant fidèlement la finesse du trait et le rendu du marbre pour la planche 7E consacrée aux bains d’Agrippine (fig. 9-10). Surtout, Guillaumot eut tout loisir d’arpenter le jardin des Tuileries, où de nombreuses statues du domaine de Marly étaient désormais conservées.

Fig. 9 : Auguste-Alexandre Guillaumot, Bosquet de Luciennes – Bains d’Agrippine, gravure, planche 7E de Château de Marly-le-Roi… Versailles, Bibliothèque municipale, Nollet I 17.

Fig. 9 : Auguste-Alexandre Guillaumot, Bosquet de Luciennes – Bains d’Agrippine, gravure, planche 7E de Château de Marly-le-Roi… Versailles, Bibliothèque municipale, Nollet I 17.

© Christophe Queval

Fig. 10 : Claude Mellan (1598-1688), Statue d’Agrippine sortant du bain, pour le cabinet du Roi, vers 1675, estampe, 40 × 28,5 cm. Paris, Bibliothèque nationale de France, Estampes, Ed-32-fol.

Fig. 10 : Claude Mellan (1598-1688), Statue d’Agrippine sortant du bain, pour le cabinet du Roi, vers 1675, estampe, 40 × 28,5 cm. Paris, Bibliothèque nationale de France, Estampes, Ed-32-fol.

© BNF

Les Albums de Marly aux Archives nationales

  • 43 Paris, Archives nationales (désormais AN), O1 1471.31.
  • 44 Paris, AN, O1 1471.32.
  • 45 Paris, AN, O1 1471.33.

23En dehors de la Bibliothèque nationale de France, Guillaumot puisa nombre de ses sources iconographiques dans les Archives nationales ; les « Albums de Marly » exécutés à la fin du règne de Louis XIV lui fournirent de nombreuses vues aquarellées des jardins. À la différence des estampes, traitées pour l’essentiel avec fidélité, l’artiste usa de deux manières artistiques différentes. Tout d’abord, il respecta sa source originelle, avec une reprise fidèle et rigoureuse de la composition générale des bosquets et des architectures des fontaines, jusque dans les détails – disposition des bancs et des statues, dessin des allées sablées, plantations et architectures de verdure, nombre de jets d’eau. Tel est le cas de la planche 7F consacrée à la salle des Muses, qui peut être rapprochée de la vue d’ensemble du Parnasse et sa gerbe43, en complément des vues du Parnasse44 et de La gerbe du Parnasse45 (fig. 11-13).

Fig. 11 : Auguste-Alexandre Guillaumot, Bosquet de Luciennes – Salle des Muses – Rampes, gravure, planche 7F de Château de Marly-le-Roi… Versailles, bibliothèque municipale, Nollet I 17.

Fig. 11 : Auguste-Alexandre Guillaumot, Bosquet de Luciennes – Salle des Muses – Rampes, gravure, planche 7F de Château de Marly-le-Roi… Versailles, bibliothèque municipale, Nollet I 17.

© Christophe Queval

Fig. 12 : Le Parnasse et sa gerbe. Paris, Archives nationales, O1 1471.31.

Fig. 12 : Le Parnasse et sa gerbe. Paris, Archives nationales, O1 1471.31.

© Archives nationales 

Fig. 13 : Le Parnasse. Paris, Archives nationales, O1 1471.32.

Fig. 13 : Le Parnasse. Paris, Archives nationales, O1 1471.32.

© Archives nationales 

  • 46 Paris, AN, O1 1472.10.

24Il fut aussi sensible à la transcription en gravure de la polychromie marmoréenne, de la transparence des jeux d’eau, des ornements de plomb doré, comme dans l’étude de la Rivière à la planche 12, préparée entre autres par la vue aquarellée de la Partie basse de la Rivière46 (fig. 14).

Fig. 14 : Auguste-Alexandre Guillaumot, Grande cascade. M., gravure, planche 12 de Château de Marly-le-Roi… Versailles, bibliothèque municipale, Nollet I 17.

Fig. 14 : Auguste-Alexandre Guillaumot, Grande cascade. M., gravure, planche 12 de Château de Marly-le-Roi… Versailles, bibliothèque municipale, Nollet I 17.

© Christophe Queval

  • 47 Planche 7D.
  • 48 Paris, AN, O1 1471.24.
  • 49 Paris, AN, O1 1471.25.

25Toutefois, à une copie servile des aquarelles, Guillaumot préféra substituer une démarche d’invention. Par une étude attentive des archives et une connaissance approfondie du dessin d’architecture, il parvint à extrapoler et imaginer une vue nouvelle. La planche dévolue à l’amphithéâtre de Mercure47, synthèse de deux vues aquarellées, le Plan et profil de l’Amphiteatre de Mercure48 et Amphiteatre de Mercure49, illustre parfaitement cette démarche. Son travail consista non pas à inventer l’élévation mais à en modifier le point de vue. Celui-ci se situe au centre de la longue salle terminée en hémicycle, recréant l’effet d’ensemble de l’ample perspective, où la statue de Mercure apparaissait au-dessus du jet d’eau. Guillaumot accorda une attention toute particulière aux jeux d’ombre et de lumière sur la charmille et le gazon créés par la voûte boisée, absente des sources mais qui renforce l’effet de salle de verdure. L’autre touche personnelle de l’artiste réside dans l’ajout d’un supplément de pittoresque, par les saynètes au sein desquelles évoluent le roi à sa promenade ou des jardiniers au travail (fig. 15-17).

Fig. 15 : Auguste-Alexandre Guillaumot, Bosquet de Luciennes – Amphithéâtre de Mercure, gravure, planche 7D de Château de Marly-le-Roi… Versailles, bibliothèque municipale, Nollet I 17.

Fig. 15 : Auguste-Alexandre Guillaumot, Bosquet de Luciennes – Amphithéâtre de Mercure, gravure, planche 7D de Château de Marly-le-Roi… Versailles, bibliothèque municipale, Nollet I 17.

© Christophe Queval

Fig. 16 : Anonyme, Plan et profil de l’Amphiteatre de Mercure. Paris, Archives nationales, O1 1471.24.

Fig. 16 : Anonyme, Plan et profil de l’Amphiteatre de Mercure. Paris, Archives nationales, O1 1471.24.

© Archives nationales 

Fig. 17 : Anonyme, Amphiteatre de Mercure. Paris, Archives nationales, O1 1471.25.

Fig. 17 : Anonyme, Amphiteatre de Mercure. Paris, Archives nationales, O1 1471.25.

© Archives nationales 

  • 50 Paris, AN, O1 1470A.12.

26En outre, Guillaumot opta dans des planches pour un cadrage différent, afin de ne se focaliser que sur une fontaine ou une statue, par un point de vue frontal et restreint, telle l’illustration à la page 25, détaillant fidèlement le buffet central de la pièce des Vents, mais occultant la majeure partie de la demi-lune et les portiques et allées environnants, à la différence de sa source La Demilune des Vents. Changé en parterre en 170350 (fig. 18-19).

Fig. 18 : Auguste-Alexandre Guillaumot, Buffet central de la pièce des vents, gravure, page 25 de Château de Marly-le-Roi… Versailles, bibliothèque municipale, Nollet I 17.

Fig. 18 : Auguste-Alexandre Guillaumot, Buffet central de la pièce des vents, gravure, page 25 de Château de Marly-le-Roi… Versailles, bibliothèque municipale, Nollet I 17.

© Christophe Queval

Fig. 19 : La Demilune des Vents. Changé en parterre en 1703. Paris, Archives nationales, O1 1470A.12.

Fig. 19 : La Demilune des Vents. Changé en parterre en 1703. Paris, Archives nationales, O1 1470A.12.

© Archives nationales 

Une variété de plans, gravures et peintures

  • 51 Planche 2.
  • 52 François Blondel, Les plans du rez de chaussée et des Apartemans du Chateau royal de Marly, musée n (...)

27Outre les estampes de la Bibliothèque nationale de France et les Albums de Marly aux Archives nationales, Guillaumot eut recours à une variété de sources cartographiques, picturales et littéraires. Pour les différents plans compilés dans le recueil, il s’appuya sur les relevés conservés dans ces deux institutions. Ainsi les plans du château51 reprennent-ils Les plans du rez de chaussée et des Apartemans du Chasteau royal de Marly52 exécutés par François Blondel vers 1714-1715. On peut l’affirmer grâce à la mention « d’après F. Blondel » sur la gravure et à la similitude des légendes.

  • 53 Charles-Louis Simonneau l’aîné, La devise du roi : médailles sur les principaux événements du règne (...)

28Si l’essentiel des sources iconographiques pour le travail de Guillaumot provient d’ensembles graphiques se rapportant à Marly, quelques estampes, également consultées au département des Estampes et de la Photographie de la Bibliothèque nationale, s’intègrent au sein de la documentation historique et artistique réunie par le graveur, notamment pour leur richesse ornementale. Dans certaines planches, il voulut imiter la manière des graveurs au temps de Louis XIV, par l’emprunt de motifs décoratifs récurrents. C’est le cas des armes royales, à la page 28 du recueil, gravées d’après la devise du roi à la page 74 des Médailles sur les principaux événements du règne de Louis le Grand53 (fig. 20-21).

Fig. 20 : Auguste-Alexandre Guillaumot, Cul de lampe [armes royales], gravure, page 28 de Château de Marly-le-Roi… Versailles, bibliothèque municipale, Nollet I 17.

Fig. 20 : Auguste-Alexandre Guillaumot, Cul de lampe [armes royales], gravure, page 28 de Château de Marly-le-Roi… Versailles, bibliothèque municipale, Nollet I 17.

© Christophe Queval

Fig. 21 : Charles-Louis Simonneau l’aîné, La devise du roi : médailles sur les principaux événements du règne de Louis le Grand, 1702, burin et eau-forte. Paris, Bibliothèque nationale de France, Estampes, Pb-25-pet. fol.

Fig. 21 : Charles-Louis Simonneau l’aîné, La devise du roi : médailles sur les principaux événements du règne de Louis le Grand, 1702, burin et eau-forte. Paris, Bibliothèque nationale de France, Estampes, Pb-25-pet. fol.

© BNF

  • 54 Antoine Trouvain, Troisième appartement, qui fait partie des Appartements ou amusements de la famil (...)
  • 55 Adam-François Van der Meulen, Le siège de Valenciennes par Louis XIV, musée national des châteaux d (...)

29Afin de restituer l’ambiance propre à la vie de cour, Auguste Guillaumot ne résista pas à reprendre des topoï, dans la représentation de Louis XIV ou de la cour, abondamment diffusés en peinture et en gravure dès le xviie siècle. La Partie de billard décrite à la planche 16 et évoquant la présence d’un billard à Marly depuis 1702 reprend un ensemble d’estampes réalisées par Antoine Trouvain (1652/53-1708), notamment le Troisième appartement54. Il est inutile d’insister sur la proximité entre la source et la gravure, si ce n’est pour pointer les quelques écarts. Le titre et les inscriptions permettant d’identifier les figures principales et la gravure originale sont coupés, tandis que Guillaumot adapta sa représentation à Marly, en modifiant l’arrière-plan : désormais, prend place le tableau qui surplombait le billard du vestibule sud, à savoir Le siège de Valenciennes par Louis XIV55 (fig. 22-23).

Fig. 22 : Auguste-Alexandre Guillaumot, Partie de billard, gravure, planche 16 de Château de Marly-le-Roi… Versailles, bibliothèque municipale, Nollet I 17.

Fig. 22 : Auguste-Alexandre Guillaumot, Partie de billard, gravure, planche 16 de Château de Marly-le-Roi… Versailles, bibliothèque municipale, Nollet I 17.

© Christophe Queval

Fig. 23 : Antoine Trouvain (1652/1653-1708), Troisième appartement, fait partie des Appartements ou amusements de la famille royale à Versailles, 1694, burin et eau-forte, 33,8 × 43,3 cm. Paris, Bibliothèque nationale de France, Estampes, Hennin 6067.

Fig. 23 : Antoine Trouvain (1652/1653-1708), Troisième appartement, fait partie des Appartements ou amusements de la famille royale à Versailles, 1694, burin et eau-forte, 33,8 × 43,3 cm. Paris, Bibliothèque nationale de France, Estampes, Hennin 6067.

Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France – https://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b8406998r

  • 56 Pierre-Denis Martin, Vue du bassin d’Apollon et du Grand Canal à Versailles, 1713, Versailles, musé (...)
  • 57 Jean-Baptiste Martin, La galerie des Antiques, seconde moitié du xviie siècle, Versailles, musée na (...)
  • 58 Pierre-Denis Martin, Vue du château de Marly, 1723, Versailles, musée national des châteaux de Vers (...)

30Le rajout des silhouettes de courtisans ou de membres de la famille royale, afin d’animer la vue architecturale et d’évoquer la présence du roi dans sa résidence de Marly, a déjà été mentionné. Si ces saynètes ne figurent pas sur les sources consultées par Guillaumot, il eut recours à des tableaux du xviie siècle évoquant la vie de la cour dans les différentes demeures royales, notamment ceux de Pierre-Denis Martin56 et Jean-Baptiste Martin57. L’idée de réaliser une vignette du carrosse royal, à la page 3, pourrait aussi avoir été suggérée par un détail d’une peinture, la Vue du château de Marly par Pierre-Denis Martin, dit le jeune58.

  • 59 Auguste-Alexandre Guillaumot, Vases pour la cascade champêtre, 1857-1864, crayon sur papier et sur (...)
  • 60 Anonyme, Dessein d’un vaze portant la figure de Flore et Autre dessein de vaze sur lequel est un dr (...)
  • 61 Page 9.
  • 62 Auguste-Alexandre Guillaumot, Vue d’un bosquet du château de Marly, 1857-1864, aquarelle et encre s (...)

31Enfin, des dessins préparatoires attestent de la consultation de certaines sources, qui transparaissent peu ou prou dans les gravures. La feuille Vases pour la cascade champêtre59, explicitée par une annotation manuscrite « deux vases pour la cascade champêtre en plomb doré / (Cabinet des Estampes Va 351 IV) », peut être rapprochée de deux dessins du fonds Robert de Cotte60, dont l’un servit à réaliser la gravure intitulée Orfèvrerie61 (fig. 24-25). Un autre croquis62 permet d’avoir connaissance de l’étude du Nouveau livre de treillages pour la décoration des jardins inventés par M. Blondel le fils, ouvrage illustré de gravures des Poilly.

Fig. 24 : Auguste-Alexandre Guillaumot, Vases pour la cascade champêtre, 1857-1864, crayon sur papier et sur papier-calque, 43,7 × 58,8 cm. Marly-le-Roi / Louveciennes, Musée-Promenade, inv. 2014.2.65.

Fig. 24 : Auguste-Alexandre Guillaumot, Vases pour la cascade champêtre, 1857-1864, crayon sur papier et sur papier-calque, 43,7 × 58,8 cm. Marly-le-Roi / Louveciennes, Musée-Promenade, inv. 2014.2.65.

© Marly-le-Roi / Louveciennes, Musée-Promenade

Fig. 25a : Anonyme, Dessin d’un vase portant la figure de Flore, plume et encre de Chine, lavis d’encre de Chine. Bibliothèque nationale de France, Estampes, Ba 78a tome V.

Fig. 25a : Anonyme, Dessin d’un vase portant la figure de Flore, plume et encre de Chine, lavis d’encre de Chine. Bibliothèque nationale de France, Estampes, Ba 78a tome V.

© BNF

Fig. 25b : Anonyme, Autre dessin de vase sur lequel est un dragon ailé, plume et encre de Chine, lavis d’encre de Chine. Bibliothèque nationale de France, Estampes, Ba 78a tome V.

Fig. 25b : Anonyme, Autre dessin de vase sur lequel est un dragon ailé, plume et encre de Chine, lavis d’encre de Chine. Bibliothèque nationale de France, Estampes, Ba 78a tome V.

© BNF

Une démarche artistique fondée sur la documentation et la reconstitution

32Au-delà de la simple recherche des sources iconographiques, il est intéressant d’appréhender la genèse du recueil, tout particulièrement la méthode de travail adoptée par Guillaumot pour l’élaboration de chacune des planches. Pour ce faire, le Musée-Promenade de Marly-le-Roi / Louveciennes conserve un ensemble important de dessins issus du fonds d’atelier de l’artiste et entrés dans ses collections par plusieurs dons. Quelques dessins provenant de la donation du Vieux-Marly en 1982 concernent la genèse de la monographie, tandis que les dons de M. Paul Leroux de quatre-vingts feuilles en 2014 et de quatre-vingt-six dessins en 2017 permirent de mieux cerner la démarche artistique de Guillaumot. Ces ensembles très variés du point de vue des supports – sur papier et sur calques – et des techniques – crayon, aquarelle, encre, gouache – le sont aussi au niveau de leur nature et du stade de la réflexion.

Les étapes de création à partir des croquis d’Auguste Guillaumot

  • 63 Auguste-Alexandre Guillaumot, La Marne d’Antoine Coysevox et la Seine et la Marne de Nicolas Cousto (...)
  • 64 Auguste-Alexandre Guillaumot, Dessins des statues de la demi-lune des vents, 1857-1892, crayon sur (...)

33Plusieurs pratiques artistiques, tels le dessin sur le motif, la copie et le calque des sources, se conjuguent à la connaissance des statues de Marly dispersées et du destin posthume du domaine. Ce que prouvent des annotations manuscrites : « cour d’ajot / Brest » pour un groupe de Coustou placé à Brest sur le cours Dajot63 et « Aujourd’hui aux Tuileries / (Jardin réservé)64 ».

  • 65 Guillaumot 1865, p. 9.
  • 66 Auguste-Alexandre Guillaumot, Vue prise en bas de la grande Cascade, 1854, crayon graphite estompé, (...)
  • 67 Auguste-Alexandre Guillaumot, La Porte du Cœur-Volant, parc de Marly, troisième quart du xixe siècl (...)

34Tout d’abord, l’artiste se rendit à de nombreuses reprises in situ pour se familiariser avec les lieux, ce qu’il ne manque pas de souligner : « Que de fois, poussé par la curiosité à la recherche d’un emplacement que rien ne révélait, j’ai parcouru ce parc et dessiné dans une solitude complète65. » Des croquis et des aquarelles du site l’attestent, telles cette Vue prise en bas de la grande Cascade66, signée et datée de 1854 (fig. 26), et la Porte du Cœur-Volant67, parc de Marly, signée et datée de septembre 1855.

Fig. 26 : Auguste-Alexandre Guillaumot, Vue prise en bas de la grande Cascade, 1854, crayon graphite estompé, rehauts de blanc, lavis sur papier, 27,5 × 19,5 cm. Marly-le-Roi / Louveciennes, Musée-Promenade, inv. VM 894.

Fig. 26 : Auguste-Alexandre Guillaumot, Vue prise en bas de la grande Cascade, 1854, crayon graphite estompé, rehauts de blanc, lavis sur papier, 27,5 × 19,5 cm. Marly-le-Roi / Louveciennes, Musée-Promenade, inv. VM 894.

© Marly-le-Roi / Louveciennes, Musée-Promenade

  • 68 Salé 2008.
  • 69 Auguste Guillaumot, Les berceaux à Marly, troisième quart du xixe siècle, crayon, aquarelle, gouach (...)
  • 70 Auguste-Alexandre Guillaumot, Reconstitution d’un bâtiment à partir de ses ruines dans le parc de M (...)

35La pratique de l’aquarelle en plein air, répandue au xixe siècle grâce aux influences de Turner, Boudin, Jongkind et à la veine pittoresque ou académique soutenue par la Société des aquarellistes, permettait de conserver une documentation – vues générales, couleurs locales, détails architecturaux et paysagers – pour les compositions à venir68. Le remploi d’études effectuées en plein air se perçoit dans deux reconstitutions de l’architecture pavillonnaire à partir des ruines disséminées dans le parc : Les berceaux à Marly69 et Reconstitution d’un bâtiment à partir de ses ruines dans le parc de Marly70. Pour la première, le singulier dessin des arbres au premier plan, encore courbés pour former d’anciens berceaux, indique la juxtaposition d’une étude sur le motif avec une reconstitution à l’arrière-plan, traitée de manière plus évanescente, du pavillon de la chapelle. Quant à la seconde, le tracé blanc de l’ancienne élévation se superpose aux ruines, dessinées sur le motif (fig. 27-28).

Fig. 27 : Auguste-Alexandre Guillaumot, Les berceaux à Marly, troisième quart du xixe siècle, crayon, aquarelle, gouache, plume et encre brune sur papier, 25,5 × 39,5 cm. Marly-le-Roi / Louveciennes, Musée-Promenade, inv. VM 268.

Fig. 27 : Auguste-Alexandre Guillaumot, Les berceaux à Marly, troisième quart du xixe siècle, crayon, aquarelle, gouache, plume et encre brune sur papier, 25,5 × 39,5 cm. Marly-le-Roi / Louveciennes, Musée-Promenade, inv. VM 268.

© Marly-le-Roi / Louveciennes, Musée-Promenade

Fig. 28 : Auguste-Alexandre Guillaumot, Reconstitution d’un bâtiment à partir de ses ruines dans le parc de Marly, 1857-1864, crayon et aquarelle sur papier blanc, 24,4 × 40,9 cm. Marly-le-Roi / Louveciennes, Musée-Promenade, inv. 2014.2.23.

Fig. 28 : Auguste-Alexandre Guillaumot, Reconstitution d’un bâtiment à partir de ses ruines dans le parc de Marly, 1857-1864, crayon et aquarelle sur papier blanc, 24,4 × 40,9 cm. Marly-le-Roi / Louveciennes, Musée-Promenade, inv. 2014.2.23.

© Marly-le-Roi / Louveciennes, Musée-Promenade

  • 71 Marly-le-Roi / Louveciennes, Musée-Promenade, inv. 2014.2.72, inv. 2014.2.73, inv. 2014.2.74, inv. (...)

36Chez Guillaumot, les vestiges dépassent le simple motif pittoresque et suscitent en lui un vif intérêt archéologique, notamment au cours de fouilles, dont il croque les objets découverts dans des dessins aquarellés d’une grande précision et vivacité de coloris. Ainsi un ensemble de feuilles71 détaille-t-il le revêtement intérieur des bassins, composé de frises et de panneaux en faïence : les couleurs vives, soulignées d’un épais trait noir, témoignent d’une observation directe de carreaux et non d’une reconstitution à partir des sources (fig. 29).

Fig. 29 : Auguste-Alexandre Guillaumot, Trois modèles de panneaux de faïence du revêtement intérieur des bassins, 1865, crayon, encre et aquarelle sur papier-calque et sur papier, 46 × 61 cm. Marly-le-Roi / Louveciennes, Musée-Promenade, inv. 2014.2.75.

Fig. 29 : Auguste-Alexandre Guillaumot, Trois modèles de panneaux de faïence du revêtement intérieur des bassins, 1865, crayon, encre et aquarelle sur papier-calque et sur papier, 46 × 61 cm. Marly-le-Roi / Louveciennes, Musée-Promenade, inv. 2014.2.75.

© Marly-le-Roi / Louveciennes, Musée-Promenade

  • 72 Auguste-Alexandre Guillaumot, L’amphithéâtre de Mercure, 1857-1865, crayon et aquarelle sur papier- (...)

37En parallèle de ces croquis et pochades exécutés pour l’essentiel sur le vif, Guillaumot se livra à une recherche documentaire et historique minutieuse, témoignant d’une réflexion rigoureuse, via la copie et le calque des sources archivistiques dans des dessins de plusieurs types. Bien que la pratique du calque fût interdite au cours du xixe siècle aux Archives nationales, il s’avère difficile d’établir avec certitude s’il put recourir à cette méthode de travail. Les plans des jardins et des bosquets sont réalisés au crayon et aux lavis de gouache rouge, verte et grise sur des calques. Plus que de simples copies, ils portent de nombreuses annotations manuscrites, situant les différents bosquets et fontaines, nommant les statues disposées dans le parc, indiquant le nombre de marches et les distances. Sont aussi inscrites des déductions ou hypothèses, à partir des indications topographiques, le dessinateur-graveur tentant de deviner le nom d’une statue symbolisée par un simple carré rouge. Le style de la feuille intitulée L’amphithéâtre de Mercure72 témoigne des premières étapes de travail sur le sujet. Le point de vue surélevé, ainsi que l’absence de relief et de tous détails pittoresques, amènent à voir une copie des sources archivistiques. De nombreuses annotations manuscrites témoignent également de cette étape documentaire du travail préparatoire, en amont de la planche 7D (fig. 30).

Fig. 30 : Auguste-Alexandre Guillaumot, L’amphithéâtre de Mercure, 1857-1865, crayon et aquarelle sur papier-calque, 26,7 × 17,6 cm. Marly-le-Roi / Louveciennes, Musée-Promenade, inv. 2014.2.80.

Fig. 30 : Auguste-Alexandre Guillaumot, L’amphithéâtre de Mercure, 1857-1865, crayon et aquarelle sur papier-calque, 26,7 × 17,6 cm. Marly-le-Roi / Louveciennes, Musée-Promenade, inv. 2014.2.80.

© Marly-le-Roi / Louveciennes, Musée-Promenade

  • 73 Auguste-Alexandre Guillaumot, La salle des Muses, bosquet de Louveciennes, 1857-1865, crayon et aqu (...)

38Une autre copie des Albums de Marly, intitulée La salle des Muses, bosquet de Louveciennes73 et documentant la planche 7E, présente le même style que précédemment, avec des lavis colorés, une vue aérienne sans adjonctions pittoresques de l’artiste et des annotations précisant les matériaux employés et des détails artistiques (fig. 31).

Fig. 31 : Auguste-Alexandre Guillaumot, La salle des Muses, bosquet de Louveciennes, 1857-1865, crayon et aquarelle sur papier-calque, 27 × 18,3 cm. Marly-le-Roi / Louveciennes, Musée-Promenade, inv. 2014.2.86.

Fig. 31 : Auguste-Alexandre Guillaumot, La salle des Muses, bosquet de Louveciennes, 1857-1865, crayon et aquarelle sur papier-calque, 27 × 18,3 cm. Marly-le-Roi / Louveciennes, Musée-Promenade, inv. 2014.2.86.

© Marly-le-Roi / Louveciennes, Musée-Promenade

  • 74 Auguste-Alexandre Guillaumot, Étude du piédestal d’un cheval de Marly, 1857-1876, crayon sur papier (...)

39Participent de cette démarche documentaire et historique les relevés d’architecture, les plans, ainsi que les croquis au crayon d’un détail du décor architectural ou paysager, dans lesquels le dessin est esquissé à l’extrême, le trait tremblant, les silhouettes évanescentes, les points de vue variés et avec des annotations manuscrites précisant un matériau, la couleur du marbre ou les dimensions. Une Étude du piédestal d’un cheval de Marly74, s’inscrivant au sein de l’important travail préparatoire à la gravure de la page 8 consacrée à l’Abreuvoir restauré, présente trois dessins d’architecture – un plan du piédestal, le piédestal bosselé de face et un pan de l’Abreuvoir surmonté d’un homme –, qui prouvent l’intérêt de Guillaumot pour les aspects techniques de la construction (fig. 32).

Fig. 32 : Auguste-Alexandre Guillaumot, Étude du piédestal d’un cheval de Marly, 1857-1876, crayon sur papier, 22,2 × 25,9 cm. Marly-le-Roi / Louveciennes, Musée-Promenade, inv. 2014.2.14.

Fig. 32 : Auguste-Alexandre Guillaumot, Étude du piédestal d’un cheval de Marly, 1857-1876, crayon sur papier, 22,2 × 25,9 cm. Marly-le-Roi / Louveciennes, Musée-Promenade, inv. 2014.2.14.

© Marly-le-Roi / Louveciennes, Musée-Promenade

  • 75 Auguste-Alexandre Guillaumot, Partie basse de la Rivière, 1857-1865, crayon sur papier, 24,5 × 19,2 (...)

40De même, la planche 12 fut élaborée en plusieurs étapes, dont une vue d’ensemble de la Partie basse de la Rivière75, esquissée par de rapides traits de crayon et avec des annotations détaillant les matériaux (fig. 33).

Fig. 33 : Auguste-Alexandre Guillaumot, Partie basse de la Rivière, 1857-1865, crayon sur papier, 24,5 × 19,2 cm. Marly-le-Roi / Louveciennes, Musée-Promenade, inv. 2014.2.17.

Fig. 33 : Auguste-Alexandre Guillaumot, Partie basse de la Rivière, 1857-1865, crayon sur papier, 24,5 × 19,2 cm. Marly-le-Roi / Louveciennes, Musée-Promenade, inv. 2014.2.17.

© Marly-le-Roi / Louveciennes, Musée-Promenade

  • 76 Auguste-Alexandre Guillaumot, Vue de la salle des gardes et de la chapelle depuis la salle verte du (...)

41Pour capter l’art de vivre à Marly, Guillaumot réalisa des dessins d’ambiance : le point de vue frontal ou surélevé, les rehauts de gouache blanche et les lavis gris pour suggérer les jeux d’ombre et de lumière, les personnages détaillés concourent à une impression de pittoresque. C’est le cas de la Vue de la salle des gardes et de la chapelle depuis la salle verte du Levant76 : en l’esquissant rapidement par des hachures et des ombres légères, la feuille cherche à asseoir la composition générale, sans s’attarder sur les détails, et à inventer un angle de vue différent des sources archivistiques (fig. 34).

Fig. 34 : Auguste-Alexandre Guillaumot, Vue de la salle des gardes et de la chapelle depuis la salle verte du Levant, 1857-1864, crayon sur papier bleu, 12,9 × 20,2 cm. Marly-le-Roi / Louveciennes, Musée-Promenade, inv. 2014.2.55.

Fig. 34 : Auguste-Alexandre Guillaumot, Vue de la salle des gardes et de la chapelle depuis la salle verte du Levant, 1857-1864, crayon sur papier bleu, 12,9 × 20,2 cm. Marly-le-Roi / Louveciennes, Musée-Promenade, inv. 2014.2.55.

© Marly-le-Roi / Louveciennes, Musée-Promenade

  • 77 Auguste-Alexandre Guillaumot, Façade des pavillons des invités, donnant sur le bosquet de Louvecien (...)

42D’autres petites aquarelles aux couleurs éclatantes rendent toute la polychromie du décor à fresque des pavillons77 (fig. 35).

Fig. 35 : Auguste-Alexandre Guillaumot, Façade des pavillons des invités, donnant sur le bosquet de Louveciennes, 1857-1892, crayon et aquarelle sur papier, 11,5 × 17,7 cm. Marly-le-Roi / Louveciennes, Musée-Promenade, inv. 2014.2.37.

Fig. 35 : Auguste-Alexandre Guillaumot, Façade des pavillons des invités, donnant sur le bosquet de Louveciennes, 1857-1892, crayon et aquarelle sur papier, 11,5 × 17,7 cm. Marly-le-Roi / Louveciennes, Musée-Promenade, inv. 2014.2.37.

© Marly-le-Roi / Louveciennes, Musée-Promenade

43Il inventa ces vues du domaine de Marly à partir de points de vue inédits, englobant plusieurs bosquets ou architectures, ou se concentrant sur un élément décoratif, comme une statue dans son environnement végétal immédiat. Les esquisses s’avèrent ainsi être bien plus que des documents de travail et témoignent du souffle artistique de Guillaumot.

44Enfin, la dernière étape de la recherche consista à réaliser une maquette des planches du futur recueil. Ce sont soit des vues de moyen format, contenues dans un cadre, soit un montage de différents dessins sur une grande feuille avec un titre et le numéro de planche. Ici aussi des notes de travail, concernant le rendu final de planche, parsèment les feuilles.

Une exigence de véracité historique

45Grâce à l’étude des croquis du Musée-Promenade, la genèse intellectuelle et artistique de la monographie apparaît clairement. La prospection des sources iconographiques consultées par le dessinateur permet de prendre conscience de l’ample documentation artistique et historique qu’il amassa pour l’élaboration de son recueil. Loin de se contenter de copier servilement quelques gravures sur Marly, il poussa toujours plus avant sa connaissance du domaine, tant de l’élévation et du décor architectural des bâtiments, que des bosquets, jeux d’eau et statues. Il consulta massivement les sources ayant pour sujet Marly et élargit son champ par l’étude d’estampes témoignant de la vie de cour aux xviie et xviiie siècles. Son objectif constant fut autant de restituer l’apparence architecturale du château que de ressusciter l’atmosphère des séjours de la cour sous Louis XIV. Cette investigation passa par la lecture de témoignages littéraires, tels ceux des mémorialistes, récemment redécouverts et réédités, et par l’emploi de topoï issus de tableaux fameux. Cette archéologie de papier s’accompagna d’une archéologie de terrain et d’une fréquentation assidue du parc et de ses ruines. Ce travail d’archéologue démontre l’intérêt historique que Guillaumot porta au domaine, loin de la simple curiosité de l’aquarelliste local.

  • 78 Élisabeth Vigée-Lebrun, Souvenirs, Paris, Des femmes, 1986, t. I, p. 47, cité par Mabille, Benech e (...)

46La littérature fournit également quelques témoignages de la vie à Marly aux xviie et xviiie siècles. Ainsi des propos d’Élisabeth Vigée-Lebrun purent inspirer la planche 13 (fig. 2) : « ces jets d’eau, dont un s’élevait à une hauteur si prodigieuse qu’on le perdait de vue78 ». En effet, Guillaumot eut recours à un artifice de composition pour évoquer la hauteur de la gerbe du Parnasse : en ne représentant pas le sommet du jet, il en suggéra sa puissance, qui le faisait monter jusqu’à vingt-six mètres.

47Chaque gravure fut forgée selon une démarche ternaire : copie des sources archivistiques avec de nombreuses annotations, étude minutieuse des détails décoratifs et architectoniques, élaboration de nombreuses vues d’ensemble, avec des silhouettes et points de vue inédits. Cela aboutit à des illustrations très fidèles visuellement à leur source originelle, au terme d’un double travail d’extrapolation à partir des sources et de synthèse de ses croquis. La comparaison des sources et des gravures permet de détecter les apports propres à l’artiste, comme le point de vue surplombant la scène, l’animation de relevés architecturaux arides par des saynètes pittoresques et des silhouettes, l’insertion des architectures et des bosquets dans leur contexte paysager plus large. Guillaumot choisit de représenter les endroits les plus emblématiques du domaine, soit le pavillon Royal, les pavillons des invités, quelques bassins et bosquets, afin de donner une vue d’ensemble.

  • 79 Auguste-Alexandre Guillaumot, Esquisses des fontaines de la Rivière, 1857-1892, crayon sur papier, (...)

48Les champs de travail et d’intérêt de Guillaumot ne se limitèrent pas à Marly. À partir d’œuvres conservées dans les collections publiques françaises, on remarque qu’il s’intéressa à Versailles et à d’autres demeures royales, par des études graphiques et des reconstitutions. Cette curiosité pour d’autres résidences royales lui permit de mieux comprendre le domaine de Marly, comme la disposition des statues et leur interaction avec les jeux d’eau et éléments végétaux, notamment par l’utilisation de la photographie. C’est le cas d’une feuille réunissant des Esquisses des fontaines de la Rivière, de statues d’enfants et photographies du parterre d’eau à Versailles79 (fig. 36).

Fig. 36 : Auguste-Alexandre Guillaumot, Esquisses des fontaines de la Rivière, 1857-1892, crayon sur papier, crayon et aquarelle sur papier, photographies, 45,9 × 58,5 cm. Marly-le-Roi / Louveciennes, Musée-Promenade, inv. 2014.2.48.

Fig. 36 : Auguste-Alexandre Guillaumot, Esquisses des fontaines de la Rivière, 1857-1892, crayon sur papier, crayon et aquarelle sur papier, photographies, 45,9 × 58,5 cm. Marly-le-Roi / Louveciennes, Musée-Promenade, inv. 2014.2.48.

© Marly-le-Roi / Louveciennes, Musée-Promenade

Conclusion

  • 80 Bouvier et Leniaud 2002, p. 53.

49Par cette exigence de véracité historique, alliant érudition encyclopédique, propos didactique et riche iconographie, Guillaumot s’inséra dans un environnement artistique foisonnant. Le genre de la monographie d’architecture auquel se rattache son ouvrage constitue une catégorie relativement récente au sein des livres d’architecture au xixe siècle. Le travail de Guillaumot ne dépare pas les productions contemporaines, avec son format in-folio, l’usage de la gravure en taille-douce pour une fidélité du trait et des lignes nettes et fines, des vignettes insérées dans le texte et des planches rejetées en fin de volume80. Les planches gravées dissèquent l’architecture par des vues comparatives, des plans, des élévations et des détails de construction, de décoration et d’assemblages techniques. Il emprunte à Viollet-le-Duc cette diversité typologique dans les iconographies et cette interaction entre les gravures et le propos. Certaines gravures insérées dans le texte ambitionnent de donner une vision d’ensemble du domaine de Marly, avant, pendant et après son existence. L’image supplée au texte, pour que le lecteur comprenne la topographie complexe du château de Marly, dans un processus d’aller-retour entre le discours historique et l’iconographie artistique.

  • 81 Page 6 État actuel, pl. 8 Porte sur la route de Versailles, pl. 10 Porte du bourg – détail, pl. 10A(...)

50La monographie s’inscrit également dans la lignée de plusieurs traditions artistiques du xixe siècle, en synthétisant le pittoresque et l’érudition encyclopédique des Voyages pittoresques et romantiques de l’ancienne France (1820-1878), entrepris par le baron Taylor et Charles Nodier. Le positionnement intellectuel est autre : pour l’un, un état des lieux fidèle des monuments français, pour éveiller une conscience patrimoniale, et pour l’autre, la reconstitution iconographique du site de Marly à son apogée. Cependant, Guillaumot n’occulte pas le destin posthume de Marly et s’attache par une illustration et six planches81 à évoquer son état contemporain. En cela, la monographie contribua à une relative prise de conscience patrimoniale, avec le classement au titre des monuments historiques des vestiges de l’Abreuvoir en 1874. Ce ne fut pas seulement un ouvrage d’érudition historique et d’évocation de monuments disparus, mais il concourut à un mouvement de sauvegarde et de défense du patrimoine royal à Marly, poursuivi au siècle suivant avec le classement du domaine, partiellement en 1928 puis entièrement en 1932. On peut également rapprocher les deux ouvrages sous l’angle d’une redécouverte des monuments représentatifs d’une architecture proprement nationale – médiévale et Renaissance pour Taylor et Nodier, xviie et xviiie siècles pour Guillaumot – et par leur volonté de représenter des monuments disparus dans leur cadre original, d’où un souci d’exactitude, quasi archéologique, et une investigation encyclopédique, fondée sur des sources archivistiques.

51Toutefois, le caractère scientifique du projet de Guillaumot n’exclut pas une certaine subjectivité et une poétique des ruines, liée au pittoresque. L’étude et la recréation ex nihilo d’un site méconnu l’amènent à adopter un positionnement subjectif par rapport aux documents anciens, retranscrivant une image du domaine de Marly et reproduisant les bâtiments et jardins selon un point de vue défini. Guillaumot ne se limita pas à copier les sources, mais les interpréta, avec une part de liberté et de fantaisie vis-à-vis de la réalité historique. De cette transposition personnelle découle le pittoresque : il va au-delà de l’iconographie traditionnelle, en recherchant des points de vue inédits, et tend à être plus qu’une simple recréation d’une demeure historique, en plongeant le lecteur dans la dimension vivante d’une époque. Tel est le rôle joué par les silhouettes, vêtues de manière historique, et par les scènes de genre, qui animent le relevé architectural aride de certaines planches. Ces topoï picturaux, véritables réminiscences de la collaboration de Guillaumot au projet de Taylor et Nodier, s’inscrivent dans la continuité du pittoresque romantique, développé dans les récits de voyages du début du xixe siècle, et de la peinture troubadour.

52La démarche de Guillaumot, soucieuse d’exactitude historique, de reconstitution archéologique par la confrontation entre vestiges exhumés et archives, de recherche de pittoresque et de restitution de l’art de vivre à Marly, s’inscrit véritablement à la croisée de diverses réflexions intellectuelles et artistiques contemporaines.

Haut de page

Bibliographie

Sources imprimées

Châtillon Louis de, s. d. [1672-1700], Recueil de divers desseins de décorations de pavillons inventez par Monsieur Le Brun, premier peintre du Roy, [Paris], Gérard Edelinck.

Guillaumot Auguste-Alexandre, 1865, Château de Marly-le-Roi, construit en 1676, détruit en 1798, dessiné et gravé d’après les documents puisés à la Bibliothèque impériale et aux Archives, avec texte, Paris, A. Morel.

Guillaumot Auguste-Alexandre, 1876, Château de Marly-le-Roi, construit en 1676, détruit en 1798, dessiné et gravé d’après les documents puisés à la Bibliothèque impériale et aux Archives, avec texte, Paris, Veuve A. Morel et Cie.

Guillaumot [Auguste-Alexandre], s. d. [1910], Château de Marly-le-Roi, construit en 1676, détruit en 1798, dessiné et gravé d’après les documents puisés à la Bibliothèque impériale et aux Archives, avec texte, Paris, Leplanquais-Chedeville.

Études

Bentz Bruno, 2015, « Auguste Guillaumot et la redécouverte du château de Marly », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles, mis en ligne le 16 octobre 2015 (consulté le 31 janvier 2016). URL : https://crcv.revues.org/13275.

Beraldi Henri, 1890, Les graveurs du xixe siècle : guide de l’amateur d’estampes modernes, Paris, L. Conquet.

Blachon Rémi, 2001, La gravure sur bois au xixe siècle : l’âge du bois debout, Paris, Éd. de l’Amateur.

Bouvier Béatrice, 1999, « L’éditeur de presse architecturale et son équipe rédactionnelle : le cas de l’Encyclopédie d’architecture (1850-1892) et de la Gazette des architectes et du bâtiment (1863-1886) », dans les Actes du Ve congrès national d’archéologie et d’histoire de l’art : la critique architecturale aux xixe et xxe siècles, Bordeaux, INHA, mis en ligne le 2 avril 1999 (consulté le 11 mars 2016). URL : https://inha.revues.org/2260#ftn1.

Bouvier Béatrice et Leniaud Jean-Michel (dir.), 2002, Le livre d’architecture (xve-xxe siècle) : édition, représentations et bibliothèques, Paris, École des chartes.

Bresc-Bautier Geneviève, 2015, Les « Chasseurs » de Marly et les œuvres de Nicolas Coustou au musée du Louvre, Paris, musée du Louvre éditions / Somogy.

Castelluccio Stéphane, 2014, Marly : art de vivre et pouvoir, de Louis XIV à Louis XVI, Montreuil, Gourcuff Gradenigo.

Chopin Géraldine, 2015, « Enrichissement des collections du Musée-Promenade », Marly, art et patrimoine, no 9, p. 65-68.

Corty-Neave Christiane, 1983, Marly : rues, demeures et personnages, Marly-le-Roi, Champflour.

Didron Adolphe-Napoléon, Amaury-Duval et Lassus Jean-Baptiste-Antoine, 1842-1856, Monographie de la cathédrale de Chartres, Paris, Imprimerie royale, 9 vol.

Dugnat Gaïté et Sanchez Pierre, 2001, Dictionnaire des graveurs, illustrateurs et affichistes français et étrangers (1673-1950), Dijon, L’Échelle de Jacob, 5 vol.

Dussieux Louis, 1885 [1881], Le château de Versailles : histoire et description, Versailles, L. Bernard.

Explication des ouvrages de peinture, sculpture, architecture, gravure et lithographie des artistes vivants, 1842-1892, Paris, [s. n.].

Finance Laurence de et Leniaud Jean-Michel (dir.), 2014, Viollet-le-Duc, les visions d’un architecte, cat. exp. (Paris, Cité de l’architecture et du patrimoine, 20 novembre 2014 – 9 mars 2015), Paris, Cité de l’architecture et du patrimoine / Norma éditions.

Fossier François, 1997, Les dessins du fonds Robert de Cotte de la Bibliothèque nationale de France : architecture et décor, Paris, Bibliothèque nationale de France / Rome, École française de Rome.

Guillaumot Auguste, 1857, sous la dir. de Viollet-le-Duc Eugène, Lassus Jean-Baptiste et Ravoisié Amable, Promenades artistiques dans Paris et ses environs : architecture, sculpture, décoration, Paris, Morel.

Guillaumot Auguste-Alexandre, 1866, L’art appliqué à l’industrie : fragments variés et inédits d’architecture, sculpture, ferronnerie, céramique, etc., etc., Paris, Noblet et Baudry.

Hartmann Claudia, 2013, « La création de Marly : les rôles de Charles Le Brun, Jules Hardouin-Mansart et Louis XIV dans la conception de l’ensemble », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles, mis en ligne le 18 décembre 2013 (consulté le 27 avril 2016). URL : https://crcv.revues.org/12220.

Heitzmann Annick, 2013, « Archéologie à Marly : bilan et perspectives », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles, mis en ligne le 18 décembre 2013 (consulté le 17 février 2016). URL : http://crcv.revues.org/11948.

Hoffbauer Fedor, 1875-1882, Paris à travers les âges : aspects successifs des monuments et quartiers historiques de Paris depuis le xiiie siècle jusqu’à nos jours, Paris, Firmin-Didot.

Jouin Henry, 1889, Charles Le Brun et les arts sous Louis XIV : le premier peintre, sa vie, son œuvre, ses écrits, ses contemporains, son influence. D’après le manuscrit de Nivelon et de nombreuses pièces inédites. Avec un portrait du maître d’après Antoine Coysevox, gravé par M. Eugène Burrey, Paris, Imprimerie nationale.

La fabrique du romantisme : Charles Nodier et les « Voyages pittoresques », 2014, cat. exp. (Paris, musée de la Vie romantique, 11 octobre 2014-15 février 2015), Paris, Paris musées.

La main du jardinier, l’œil du graveur : Le Nôtre et les jardins disparus de son temps, gravures du musée de l’Île-de-France, 2000, cat. exp. (Sceaux, château de Sceaux – musée de l’Île-de-France, 17 juin-18 septembre 2000), Sceaux, musée de l’Île-de-France.

Leniaud Jean-Michel, 1980, Jean-Baptiste Lassus (1807-1857), ou Le temps retrouvé des cathédrales, Paris, Arts et métiers graphiques.

Leniaud Jean-Michel, 2009, « Lassus, Jean-Baptiste-Antoine », Dictionnaire critique des historiens de l’art, mis en ligne le 4 février 2009 (consulté le 4 avril 2016). URL : http://www.inha.fr/fr/ressources/publications/publications-numeriques/dictionnaire-critique-des-historiens-de-l-art/lassus-jean-baptiste-antoine.html.

Loyrette Henri (dir.), Allard Sébastien et Des Cars Laurence, 2009, L’art français : le xixe siècle (1819-1905), Paris, Flammarion.

Mabille Gérard, Benech Louis et Castelluccio Stéphane, 1998, Vues des jardins de Marly : le roi-jardinier, Paris, Alain de Gourcuff.

Maroteaux Vincent, 2002, Marly : l’autre palais du Soleil, Genève, Vögele.

Maroteaux Vincent, 2013, « Marly, un bilan historiographique », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles, mis en ligne le 18 décembre 2013 (consulté le 29 janvier 2016). URL : http://crcv.revues.org/11897.

Mathis Rémi, Selbach Vanessa, Marchesano Louis et Fuhring Peter, 2015, Images du Grand Siècle : l’estampe française au temps de Louis XIV (1660-1715), cat. exp. (Paris, Bibliothèque nationale de France, 3 novembre 2015 – 31 janvier 2016 ; Los Angeles, Getty Center, 16 juin – 6 septembre 2015), Paris, Bibliothèque nationale de France / Los Angeles, Getty Research Institute.

Piton Camille, 1904, Marly-le-Roi : son histoire, Paris, A. Joanin.

Queval Hélène, 2016, La genèse de la monographie d’Alexandre-Auguste Guillaumot (1815-1892) intitulée « Château de Marly, construit en 1676, détruit en 1798, dessiné et gravé d’après les documents puisés à la Bibliothèque impériale et aux Archives, avec texte », mémoire de maîtrise en histoire de l’art dirigé par Raphaël Masson, Paris, École du Louvre.

Réau Louis, 1994, Histoire du vandalisme : les monuments détruits de l’art français, Paris, Laffont.

Richard Hélène, 2006, Les globes de Coronelli, Paris, Seuil.

Salé Marie-Pierre, 2008, Aquarelle : atelier et plein air, cat. exp. (Paris, musée d’Orsay, 27 mai – 7 septembre 2008), Paris, musée d’Orsay / Milan, Cinq Continents.

Soulié Eudore et al., s. d. [1885], Le château de Marly-le-Roy : plan d’ensemble et vue générale, d’après Piganiol de La Force, l’abbé de Choisy, Eudore Soulié, Fortoul et Victorien Sardou, Paris, Ducher.

Viollet-le-Duc, 1980, cat. exp. (Paris, Galeries nationales du Grand Palais, 19 février – 5 mai 1980), Paris, Réunion des musées nationaux.

Viollet-le-Duc Eugène-Louis, 1892, Vente suite au décès de M. Aug. Guillaumot père, peintre et graveur : aquarelles, dessins et eaux-fortes. Reconstitution du château et du parc de Marly et dessins divers, provenant de son atelier : [vente] 10 mai 1892, Paris, [s. n.].

Haut de page

Notes

1 Alexis Donnet, Description des environs de Paris, considérés sous les rapports topographique, historique et monumental, Paris, Treuttel et Würtz, 1824, p. 420, cité par Bentz 2015.

2 Maroteaux 2002, p. 227-229.

3 Bentz 2015.

4 L’ensemble des informations biographiques a été repris de Bentz 2015.

5 Loyrette, Allard, Des Cars 2009, p. 94-95.

6 Guillaumot 1857.

7 Bouvier 1999.

8 Viollet-le-Duc 1892, p. 148.

9 Guillaumot 1857.

10 Bentz 2015.

11 Auguste Guillaumot, Vue de la salle de Billard du château de Marly, aquarelle, 26,8 × 40,5 cm, Marly-le-Roi / Louveciennes, Musée-Promenade, inv. VM 1049.

12 Guillaumot 1857.

13 Bentz 2015.

14 Eudore Soulié, « Le château de Marly-le-Roy » (p. 5-45), et Victorien Sardou, « Décadence de Marly » (p. 46-70), dans Soulié [1885].

15 Auguste Guillaumot, Vue du Grand Salon du château de Marly, gravure, 47,5 × 65,2 cm, Paris, École nationale supérieure des beaux-arts (désormais ENSBA), Est. 4990 ; Vue de la Salle de billard du château de Marly, gravure, 47,6 × 65,1 cm, Paris, ENSBA, Est. 4991.

16 Bentz 2015.

17 Victorien Sardou, « Marly », dans Paris-Guide par les principaux écrivains et artistes de la France, 2e partie, Paris, Librairie internationale, 1867, p. 1463 ; cité par Bentz 2015.

18 Lettre de Marie Guillaumot à Maurice Hanotte, 4 décembre 1933, Archives départementales des Yvelines, 3F37, liasse 12 ; citée par Bentz 2015.

19 Auguste Guillaumot, Plan des jardins de Marly, avec l’emplacement des carreaux de faïence trouvés dans les bassins des carpes, gravure et dessin au crayon, 41 × 28,5 cm, Marly-le-Roi / Louveciennes, Musée-Promenade, inv. VM 814.

20 Guillaumot 1866.

21 Dans le livret du Salon, no 2624 : Carreaux de faïence et de terre cuite émaillée, pour L’art appliqué à l’industrie, d’A. Guillaumot.

22 Bentz 2015.

23 Ibid.

24 Vue cavalière (restaurée) vue de la grille royale (frontispice), Vue de l’ancien Marly (p. 2), Vue du vallon en 1676 (p. 5), État actuel (p. 6), Marly (pl. 10A), Marly (pl. 18), Emplacement du château (en 1875) – vue prise de la demi-lune (pl. 19).

25 Plan à vol d’oiseau (p. 7), Plans du château (pl. 2), Plan général (pl. 14), Plan primitif du château de Marly (pl. 15).

26 La Perspective (p. 21), Façade du côté de Saint-Germain (pl. 1re), Pavillon royal façade de l’est (pl. 1A), Coupe du Pavillon sur A.B. (pl. 3), Salle des gardes et chapelle sur le jardin (pl. 3A), Pavillon des seigneurs et perspective peinte (pl. 3B), Chapelle – façade B sur les jardins (pl. 5), Chapelle – salle des gardes (pl. 5A), Pavillon no 1 (pl. 6), Pavillon no 2 (pl. 7), Petits pavillons à l’ouest (pl. 7A).

27 Lit du Roi (p. 18), Buffet du grand Salon (p. 19), Décoration intérieure – détails (pl. 4).

28 Abreuvoir restauré (p. 8), Orfèvrerie (p. 9), Cascade champêtre (p. 15), Détail de l’Abreuvoir (p. 24), Buffet central de la pièce des vents (p. 25), Allée des portiques (p. 26), Parterre du château – Cabinet de Cérès à l’est, jeu de portiques (pl. 7B), Parterre du château – Fontaine d’Amphitrite à l’ouest en 1713 (pl. 7C), Bosquet de Luciennes – Amphithéâtre de Mercure – Fontaine de la Coquille en 1712 (pl. 7D), Bosquet de Luciennes – Bains d’Agrippine (pl. 7E), Bosquet de Luciennes – Salle des Muses – Rampes (pl. 7F), Abreuvoir – état actuel (pl. 11), Grande cascade. M (pl. 12), Bassins – fontaines (pl. 13).

29 Rampes du château (p. 17), Dessus de porte du pavillon de la Renommée (p. 22), Grille d’honneur (p. 23), Porte sur la route de Versailles (pl. 8), Porte du bourg – Rampes (pl. 9), Porte du bourg – détail (pl. 10).

30 Groupe par Coustou (p. 11), Groupe par Coysevox (p. 12), Groupe par Coustou (p. 13).

31 Carrosse royal (p. 3), La Roulette (p. 27), Partie de billard (pl. 16), Chambre des costumes (pl. 17).

32 Louis XIV (p. 1), Saint-Simon (p. 4), Plan du service de viande d’une des deux tables du Roy qui sera servie à Marly lorsque Sa Majesté ira demeurer arresté par Elle le 24 9bre 1699 (p. 10), Armes de Marie-Antoinette (p. 14), Cul-de-lampe (p. 16), Catafalque (p. 20), Cul-de-lampe [armes royales] (p. 28).

33 Annotation « Marly / O / 11338 », Marly-le-Roi / Louveciennes, Musée-Promenade, inv. 2014.2.27.

34 Annotation « À consulter / Mansard – Fois Blondel », Marly-le-Roi / Louveciennes, Musée-Promenade, inv. 2014.2.9.

35 Frontispice, p. 21 et 23, pl. 3A, 3B, 5 et 5A.

36 Planche 3B.

37 Paris, Bibliothèque nationale de France (désormais BNF), Estampes, Va 425, t. IV.

38 Planches 6, 7, 7A et p. 22.

39 Châtillon [1672-1700].

40 Planche 13.

41 Paris, BNF, Estampes, Fb 26.

42 Claude Mellan, Statue d’Agrippine sortant du bain, pour le cabinet du Roi, vers 1675, estampe, 40 × 28,5 cm, Paris, BNF, Estampes, Ed-32-fol.

43 Paris, Archives nationales (désormais AN), O1 1471.31.

44 Paris, AN, O1 1471.32.

45 Paris, AN, O1 1471.33.

46 Paris, AN, O1 1472.10.

47 Planche 7D.

48 Paris, AN, O1 1471.24.

49 Paris, AN, O1 1471.25.

50 Paris, AN, O1 1470A.12.

51 Planche 2.

52 François Blondel, Les plans du rez de chaussée et des Apartemans du Chateau royal de Marly, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, inv. Grosseuvre 1461.

53 Charles-Louis Simonneau l’aîné, La devise du roi : médailles sur les principaux événements du règne de Louis le Grand, 1702, burin et eau-forte, Paris, BNF, Estampes, Pb-25-pet. fol.

54 Antoine Trouvain, Troisième appartement, qui fait partie des Appartements ou amusements de la famille royale à Versailles, 1694, burin et eau-forte, Paris, BNF, Estampes, Hennin 6067.

55 Adam-François Van der Meulen, Le siège de Valenciennes par Louis XIV, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, en dépôt au musée des Beaux-Arts de Valenciennes, MV 6993.

56 Pierre-Denis Martin, Vue du bassin d’Apollon et du Grand Canal à Versailles, 1713, Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon.

57 Jean-Baptiste Martin, La galerie des Antiques, seconde moitié du xviie siècle, Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon.

58 Pierre-Denis Martin, Vue du château de Marly, 1723, Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon.

59 Auguste-Alexandre Guillaumot, Vases pour la cascade champêtre, 1857-1864, crayon sur papier et sur papier-calque, 43,7 × 58,8 cm, Marly-le-Roi / Louveciennes, Musée-Promenade, inv. 2014.2.65.

60 Anonyme, Dessein d’un vaze portant la figure de Flore et Autre dessein de vaze sur lequel est un dragon ailé, Paris, BNF, Estampes, Ba 78a tome V.

61 Page 9.

62 Auguste-Alexandre Guillaumot, Vue d’un bosquet du château de Marly, 1857-1864, aquarelle et encre sur papier-calque, 19,9 × 35,8 cm, Marly-le-Roi / Louveciennes, Musée-Promenade, inv. 2014.2.47.

63 Auguste-Alexandre Guillaumot, La Marne d’Antoine Coysevox et la Seine et la Marne de Nicolas Coustou, 1857-1864, crayon et aquarelle sur papier, crayon sur calque, 45,5  20,2 cm, Marly-le-Roi / Louveciennes, Musée-Promenade, inv. 2014.2.44.

64 Auguste-Alexandre Guillaumot, Dessins des statues de la demi-lune des vents, 1857-1892, crayon sur papier et sur papier bleu, 44,1 × 55,7 cm, Marly-le-Roi / Louveciennes, Musée-Promenade, inv. 2014.2.52.

65 Guillaumot 1865, p. 9.

66 Auguste-Alexandre Guillaumot, Vue prise en bas de la grande Cascade, 1854, crayon graphite estompé, rehauts de blanc, lavis sur papier, 27,5 × 19,5 cm, Marly-le-Roi / Louveciennes, Musée-Promenade, inv. VM 894.

67 Auguste-Alexandre Guillaumot, La Porte du Cœur-Volant, parc de Marly, troisième quart du xixe siècle, crayon et lavis sur papier, 29,5 × 22 cm, Marly-le-Roi / Louveciennes, Musée-Promenade, inv. VM 1059.

68 Salé 2008.

69 Auguste Guillaumot, Les berceaux à Marly, troisième quart du xixe siècle, crayon, aquarelle, gouache, plume et encre brune sur papier, Marly-le-Roi / Louveciennes, Musée-Promenade, inv. VM 268.

70 Auguste-Alexandre Guillaumot, Reconstitution d’un bâtiment à partir de ses ruines dans le parc de Marly, 1857-1864, crayon et aquarelle sur papier blanc, 24,4 × cm, Marly-le-Roi / Louveciennes, Musée-Promenade, inv. 2014.2.23.

71 Marly-le-Roi / Louveciennes, Musée-Promenade, inv. 2014.2.72, inv. 2014.2.73, inv. 2014.2.74, inv. 2014.2.75, inv. 2014.2.76.

72 Auguste-Alexandre Guillaumot, L’amphithéâtre de Mercure, 1857-1865, crayon et aquarelle sur papier-calque, 26,7  17,6 cm, Marly-le-Roi / Louveciennes, Musée-Promenade, inv. 2014.2.80.

73 Auguste-Alexandre Guillaumot, La salle des Muses, bosquet de Louveciennes, 1857-1865, crayon et aquarelle sur papier-calque, 27 × 18,3 cm, Marly-le-Roi / Louveciennes, Musée-Promenade, inv. 2014.2.86.

74 Auguste-Alexandre Guillaumot, Étude du piédestal d’un cheval de Marly, 1857-1876, crayon sur papier, 22,2 × 25,9 cm, Marly-le-Roi / Louveciennes, Musée-Promenade, inv. 2014.2.14.

75 Auguste-Alexandre Guillaumot, Partie basse de la Rivière, 1857-1865, crayon sur papier, 24,5 × 19,2 cm, Marly-le-Roi / Louveciennes, Musée-Promenade, inv. 2014.2.17.

76 Auguste-Alexandre Guillaumot, Vue de la salle des gardes et de la chapelle depuis la salle verte du Levant, 1857-1864, crayon sur papier bleu, 12,9 × 20,2 cm, Marly-le-Roi / Louveciennes, Musée-Promenade, inv. 2014.2.55.

77 Auguste-Alexandre Guillaumot, Façade des pavillons des invités, donnant sur le bosquet de Louveciennes, 1857-1892, crayon et aquarelle sur papier, 11,5 × 17,7 cm, Marly-le-Roi / Louveciennes, Musée-Promenade, inv. 2014.2.37.

78 Élisabeth Vigée-Lebrun, Souvenirs, Paris, Des femmes, 1986, t. I, p. 47, cité par Mabille, Benech et Castelluccio 1998, pl. 66.

79 Auguste-Alexandre Guillaumot, Esquisses des fontaines de la Rivière, 1857-1892, crayon sur papier, crayon et aquarelle sur papier, photographies, 45,9 × 58,5 cm, Marly-le-Roi / Louveciennes, Musée-Promenade, inv. 2014.2.48.

80 Bouvier et Leniaud 2002, p. 53.

81 Page 6 État actuel, pl. 8 Porte sur la route de Versailles, pl. 10 Porte du bourg – détail, pl. 10A Marly, pl. 11 Abreuvoir – état actuel, pl. 18 Marly, pl. 19 Emplacement du château (en 1875) – vue prise de la demi-lune.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Portrait photographique d’Auguste Guillaumot, 21,9 ×15,8 cm. Marly-le-Roi / Louveciennes, Musée-Promenade, inv. VM 620.
Crédits © Marly-le-Roi / Louveciennes, Musée-Promenade
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15164/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 912k
Titre Fig. 2 : Auguste-Alexandre Guillaumot, Bassins – fontaines, gravure, planche 13 de Château de Marly-le-Roi… Versailles, bibliothèque municipale, Nollet I 17.
Crédits © Christophe Queval
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15164/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 828k
Titre Fig. 3 : Registre de consultation de la Bibliothèque nationale de France ouvert à la page à laquelle apparaît la mention « Guillaumot – graveur ». Paris, Bibliothèque nationale de France, Estampes.
Crédits © Géraldine Chopin
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15164/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 4 : Auguste-Alexandre Guillaumot, Pavillons des seigneurs et perspective peinte, gravure, planche 3B de Château de Marly-le-Roi… Versailles, Bibliothèque municipale, Nollet I 17.
Crédits © Christophe Queval
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15164/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 5 : Coupe des pavillons et de l’aile de la Perspective du costé du chasteau. Élévation des pavillons et de la Perspective, changé en 1706, estampe, 1714. Paris, Bibliothèque nationale de France, Estampes, Va 425, t. IV.
Crédits © BNF
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15164/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Titre Fig. 6 : Auguste-Alexandre Guillaumot, Pavillon no 2, gravure, planche 7 de Château de Marly-le-Roi… Versailles, bibliothèque municipale, Nollet I 17.
Crédits © Christophe Queval
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15164/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Fig. 7 : Louis de Châtillon (graveur), Charles Le Brun (dessinateur), Divers desseins de décorations de pavillons, inventez par M. Le Brun, premier Peintre du Roy, gravures à l’eau-forte, 1672-1700, Paris, Gérard Edelinck.
Crédits Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France – https://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b8556545v
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15164/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 596k
Titre Fig. 8 : Anonyme, Deux desseins de figures qui semblent courir l’une faitte par le sr. Coustou et l’autre par le sr. Frémin, placées à Marly [biffé], au Thuilerie, [Hippomène et Atalante], sanguine. Paris, Bibliothèque nationale de France, Estampes, Fb 26.
Crédits Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France – https://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6936590p?rk=21459;2
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15164/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Titre Fig. 9 : Auguste-Alexandre Guillaumot, Bosquet de Luciennes – Bains d’Agrippine, gravure, planche 7E de Château de Marly-le-Roi… Versailles, Bibliothèque municipale, Nollet I 17.
Crédits © Christophe Queval
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15164/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 10 : Claude Mellan (1598-1688), Statue d’Agrippine sortant du bain, pour le cabinet du Roi, vers 1675, estampe, 40 × 28,5 cm. Paris, Bibliothèque nationale de France, Estampes, Ed-32-fol.
Crédits © BNF
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15164/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Fig. 11 : Auguste-Alexandre Guillaumot, Bosquet de Luciennes – Salle des Muses – Rampes, gravure, planche 7F de Château de Marly-le-Roi… Versailles, bibliothèque municipale, Nollet I 17.
Crédits © Christophe Queval
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15164/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 12 : Le Parnasse et sa gerbe. Paris, Archives nationales, O1 1471.31.
Crédits © Archives nationales 
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15164/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Fig. 13 : Le Parnasse. Paris, Archives nationales, O1 1471.32.
Crédits © Archives nationales 
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15164/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Fig. 14 : Auguste-Alexandre Guillaumot, Grande cascade. M., gravure, planche 12 de Château de Marly-le-Roi… Versailles, bibliothèque municipale, Nollet I 17.
Crédits © Christophe Queval
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15164/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 15 : Auguste-Alexandre Guillaumot, Bosquet de Luciennes – Amphithéâtre de Mercure, gravure, planche 7D de Château de Marly-le-Roi… Versailles, bibliothèque municipale, Nollet I 17.
Crédits © Christophe Queval
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15164/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 16 : Anonyme, Plan et profil de l’Amphiteatre de Mercure. Paris, Archives nationales, O1 1471.24.
Crédits © Archives nationales 
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15164/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Fig. 17 : Anonyme, Amphiteatre de Mercure. Paris, Archives nationales, O1 1471.25.
Crédits © Archives nationales 
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15164/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Fig. 18 : Auguste-Alexandre Guillaumot, Buffet central de la pièce des vents, gravure, page 25 de Château de Marly-le-Roi… Versailles, bibliothèque municipale, Nollet I 17.
Crédits © Christophe Queval
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15164/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 1020k
Titre Fig. 19 : La Demilune des Vents. Changé en parterre en 1703. Paris, Archives nationales, O1 1470A.12.
Crédits © Archives nationales 
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15164/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Fig. 20 : Auguste-Alexandre Guillaumot, Cul de lampe [armes royales], gravure, page 28 de Château de Marly-le-Roi… Versailles, bibliothèque municipale, Nollet I 17.
Crédits © Christophe Queval
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15164/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Titre Fig. 21 : Charles-Louis Simonneau l’aîné, La devise du roi : médailles sur les principaux événements du règne de Louis le Grand, 1702, burin et eau-forte. Paris, Bibliothèque nationale de France, Estampes, Pb-25-pet. fol.
Crédits © BNF
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15164/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 22 : Auguste-Alexandre Guillaumot, Partie de billard, gravure, planche 16 de Château de Marly-le-Roi… Versailles, bibliothèque municipale, Nollet I 17.
Crédits © Christophe Queval
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15164/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Fig. 23 : Antoine Trouvain (1652/1653-1708), Troisième appartement, fait partie des Appartements ou amusements de la famille royale à Versailles, 1694, burin et eau-forte, 33,8 × 43,3 cm. Paris, Bibliothèque nationale de France, Estampes, Hennin 6067.
Crédits Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France – https://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b8406998r
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15164/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
Titre Fig. 24 : Auguste-Alexandre Guillaumot, Vases pour la cascade champêtre, 1857-1864, crayon sur papier et sur papier-calque, 43,7 × 58,8 cm. Marly-le-Roi / Louveciennes, Musée-Promenade, inv. 2014.2.65.
Crédits © Marly-le-Roi / Louveciennes, Musée-Promenade
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15164/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 2,9M
Titre Fig. 25a : Anonyme, Dessin d’un vase portant la figure de Flore, plume et encre de Chine, lavis d’encre de Chine. Bibliothèque nationale de France, Estampes, Ba 78a tome V.
Crédits © BNF
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15164/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Fig. 25b : Anonyme, Autre dessin de vase sur lequel est un dragon ailé, plume et encre de Chine, lavis d’encre de Chine. Bibliothèque nationale de France, Estampes, Ba 78a tome V.
Crédits © BNF
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15164/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Fig. 26 : Auguste-Alexandre Guillaumot, Vue prise en bas de la grande Cascade, 1854, crayon graphite estompé, rehauts de blanc, lavis sur papier, 27,5 × 19,5 cm. Marly-le-Roi / Louveciennes, Musée-Promenade, inv. VM 894.
Crédits © Marly-le-Roi / Louveciennes, Musée-Promenade
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15164/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 788k
Titre Fig. 27 : Auguste-Alexandre Guillaumot, Les berceaux à Marly, troisième quart du xixe siècle, crayon, aquarelle, gouache, plume et encre brune sur papier, 25,5 × 39,5 cm. Marly-le-Roi / Louveciennes, Musée-Promenade, inv. VM 268.
Crédits © Marly-le-Roi / Louveciennes, Musée-Promenade
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15164/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 852k
Titre Fig. 28 : Auguste-Alexandre Guillaumot, Reconstitution d’un bâtiment à partir de ses ruines dans le parc de Marly, 1857-1864, crayon et aquarelle sur papier blanc, 24,4 × 40,9 cm. Marly-le-Roi / Louveciennes, Musée-Promenade, inv. 2014.2.23.
Crédits © Marly-le-Roi / Louveciennes, Musée-Promenade
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15164/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 29 : Auguste-Alexandre Guillaumot, Trois modèles de panneaux de faïence du revêtement intérieur des bassins, 1865, crayon, encre et aquarelle sur papier-calque et sur papier, 46 × 61 cm. Marly-le-Roi / Louveciennes, Musée-Promenade, inv. 2014.2.75.
Crédits © Marly-le-Roi / Louveciennes, Musée-Promenade
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15164/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 920k
Titre Fig. 30 : Auguste-Alexandre Guillaumot, L’amphithéâtre de Mercure, 1857-1865, crayon et aquarelle sur papier-calque, 26,7 × 17,6 cm. Marly-le-Roi / Louveciennes, Musée-Promenade, inv. 2014.2.80.
Crédits © Marly-le-Roi / Louveciennes, Musée-Promenade
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15164/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 760k
Titre Fig. 31 : Auguste-Alexandre Guillaumot, La salle des Muses, bosquet de Louveciennes, 1857-1865, crayon et aquarelle sur papier-calque, 27 × 18,3 cm. Marly-le-Roi / Louveciennes, Musée-Promenade, inv. 2014.2.86.
Crédits © Marly-le-Roi / Louveciennes, Musée-Promenade
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15164/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Fig. 32 : Auguste-Alexandre Guillaumot, Étude du piédestal d’un cheval de Marly, 1857-1876, crayon sur papier, 22,2 × 25,9 cm. Marly-le-Roi / Louveciennes, Musée-Promenade, inv. 2014.2.14.
Crédits © Marly-le-Roi / Louveciennes, Musée-Promenade
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15164/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 812k
Titre Fig. 33 : Auguste-Alexandre Guillaumot, Partie basse de la Rivière, 1857-1865, crayon sur papier, 24,5 × 19,2 cm. Marly-le-Roi / Louveciennes, Musée-Promenade, inv. 2014.2.17.
Crédits © Marly-le-Roi / Louveciennes, Musée-Promenade
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15164/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 708k
Titre Fig. 34 : Auguste-Alexandre Guillaumot, Vue de la salle des gardes et de la chapelle depuis la salle verte du Levant, 1857-1864, crayon sur papier bleu, 12,9 × 20,2 cm. Marly-le-Roi / Louveciennes, Musée-Promenade, inv. 2014.2.55.
Crédits © Marly-le-Roi / Louveciennes, Musée-Promenade
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15164/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 804k
Titre Fig. 35 : Auguste-Alexandre Guillaumot, Façade des pavillons des invités, donnant sur le bosquet de Louveciennes, 1857-1892, crayon et aquarelle sur papier, 11,5 × 17,7 cm. Marly-le-Roi / Louveciennes, Musée-Promenade, inv. 2014.2.37.
Crédits © Marly-le-Roi / Louveciennes, Musée-Promenade
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15164/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 592k
Titre Fig. 36 : Auguste-Alexandre Guillaumot, Esquisses des fontaines de la Rivière, 1857-1892, crayon sur papier, crayon et aquarelle sur papier, photographies, 45,9 × 58,5 cm. Marly-le-Roi / Louveciennes, Musée-Promenade, inv. 2014.2.48.
Crédits © Marly-le-Roi / Louveciennes, Musée-Promenade
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15164/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 655k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène Queval, « Reconstituer Marly », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne], Articles et études, mis en ligne le 08 novembre 2018, consulté le 13 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/crcv/15164 ; DOI : 10.4000/crcv.15164

Haut de page

Auteur

Hélène Queval

Titulaire des diplômes de premier cycle (2013-2015) et de deuxième cycle (2015-2017) de l’École du Louvre, ainsi que d’une licence d’histoire de l’université de Rouen (2010-2013). Actuellement en classe préparatoire au concours de conservateur de l’École du Louvre. Contact : helenequeval@orange.fr. Graduated in art history and museology from the École du Louvre (2013-2017), in history from the University of Rouen (2010-2013). Currently preparing the curator’s exam at the École du Louvre.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals